La fin de la propriété intellectuelle?

2 285 vues

Publié le

Conférence donnée aux REWICS le 7 mai 2014 à Charleroi

Publié dans : Droit
0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 285
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
253
Actions
Partages
0
Téléchargements
50
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La fin de la propriété intellectuelle?

  1. 1. !1 Web 2.0, intelligence collective, média sociaux: mort de la propriété intellectuelle ?
  2. 2. Web 2.0, intelligence collective, média sociaux: fin de la propriété intellectuelle ?  Jacques  Folon   ! Partner     Edge  Consulting   ! Maître  de  conférences     Université  de  Liège     Chargé  de  cours     ICHEC     Professeur  invité     Université  de  Lorraine  (Metz)   Ecole  Supérieure  de  Commerce  (Rennes)   ISFSC,  HE  F.Ferrer,  HE  LdB  (Bruxelles)   Institut  Arabe  des  Chefs  d’entreprises  (Tunis)   Institut  Africain  de  Management  (Ouagadougou)  
  3. 3. Cette présentation est sur www.slideshare.net/folon ! elle est à votre disposition
  4. 4. Jacques.folon@ichec.be @jacquesfolon http://fr.slideshare.net/FOLON http://pinterest.com/jacquesfolon http://www.scoop.it/u/jacques-folon https://www.facebook.com/folon.jacques http://jacquesfolon.tumblr.com/ http://www.linkedin.com/in/folon
  5. 5. Disponible en ligne sur www.fedweb.belgium.be 
 rubrique publications en fr. et nl.
  6. 6. !6
  7. 7. Mais 80% des internautes français considèrent que pirater n’est pas grave ! !7
  8. 8. !8
  9. 9. Quelques critiques de la propriété intellectuelle !9 http://pyersedandridge.com/wp-content/uploads/2013/06/website-home-page-critique-550x322.jpg
  10. 10. La propriété intellectuelle face à Internet aux média sociaux au Web !10 UN NOUVEAU
  11. 11. !11 Le droit d’auteur c’est dépassé !
  12. 12. !12 La durée n ‘arrête pas d’augmenter…
  13. 13. Est-ce une propriété comme une autre ? • non • elle est limitée dans le temps !13
  14. 14. Est-ce une propriété comme une autre ? • Non elle crée un monopole (temporaire) !14
  15. 15. La propriété intellectuelle restreint la liberté de la recherche !15
  16. 16. Elle limite la création… !16
  17. 17. !17
  18. 18. http://www.ipr-helpdesk.org/documentos/docsPublicacion/pdf/8_plantillaFR[0000006239_03].pdf
  19. 19. Février 2008 Les idées Les idées ne sont pas des œuvres protégées. Elle échappent à toute appropriation et demeurent libre de parcours tant qu’elles n’ont pas été rendues perceptibles par une extériorisation (CA Paris 12 sept 1989)
  20. 20. Droits de propriété intellectuele • Inventions – Brevets – Modèles d’utilité – Obtentions végétales – Topographie des semi-conducteurs • Signes distinctifs – Marques – Noms commerciaux – Indications géographiques • Créations esthétiques – Dessins et modèles • Droit d’auteur et droits voisins !20
  21. 21. !21
  22. 22. !22
  23. 23. Le Droit d’auteur : les notions de base Originalité • « une empreinte de la personnalité de l’auteur » Mise en forme • Les simples idées ne sont pas protégées • Un minimum de concrétisation suffit •Les deux critères cumulatifs de la protection Source: Lionel Maurel http://www.slideshare.net/calimaq/droit-de-linternet-et-de-linformation-complet
  24. 24. !24 Que doit-on prendre en compte pour l’utilisation d’oeuvres? • Sommes nous confrontés à des œuvres protégées ou protégeables? • Avons-nous l’autorisation de les utiliser? • Avons-nous acquis les droits? ! => Nécessité de rappeler les principes de base
  25. 25. !25 Principes de base du droit d’auteur •Droit exclusif d’autoriser ou d’interdire •Autorisation préalable indispensable •Cession de droits •Délit de contrefaçon Crédit image: http://www.tetedequenelle.fr/2010/03/droit-dauteur-mal-tourne/
  26. 26. !26 LES SANCTIONS SONT… fortes mais peu appliquées
  27. 27. !27
  28. 28. !28 Le risque financier est très important par rapport à la dépense « légale »
  29. 29. Qui est auteur ? ! • Auteur de ce power point? • Auteur de mes cours ? !29
  30. 30. !30 L’auteur a le choix: ! application de la loi sur le droit d’auteur (! la loi s’applique aussi dans les deux autres cas) licence du type creative commons renoncement à ses droits
  31. 31. Article L112-2(Loi n° 94-361 du 10 mai 1994 art. 1 Journal Officiel du 11 mai 1994) Sont considérés notamment comme oeuvres de l'esprit au sens du présent code :
 1° Les livres, brochures et autres écrits littéraires, artistiques et scientifiques ;
 2° Les conférences, allocutions, sermons, plaidoiries et autres oeuvres de même nature ;
 3° Les oeuvres dramatiques ou dramatico-musicales ;
 4° Les oeuvres chorégraphiques, les numéros et tours de cirque, les pantomimes, dont la mise en oeuvre est fixée par écrit ou autrement ;
 5° Les compositions musicales avec ou sans paroles ;
 6° Les oeuvres cinématographiques et autres oeuvres consistant dans des séquences animées d'images, sonorisées ou non, dénommées ensemble oeuvres audiovisuelles ;
 7° Les oeuvres de dessin, de peinture, d'architecture, de sculpture, de gravure, de lithographie ;
 8° Les oeuvres graphiques et typographiques ;
 9° Les oeuvres photographiques et celles réalisées à l'aide de techniques analogues à la photographie ;
 10° Les oeuvres des arts appliqués ;
 11° Les illustrations, les cartes géographiques ;
 12° Les plans, croquis et ouvrages plastiques relatifs à la géographie, à la topographie, à l'architecture et aux sciences ;
 13° Les logiciels, y compris le matériel de conception préparatoire ;
 14° Les créations des industries saisonnières de l'habillement et de la parure. Sont réputées industries saisonnières de l'habillement et de la parure les industries qui, en raison des exigences de la mode, renouvellent Qu’est-ce qui est protégé ?
  32. 32. 4 TYPES D’OEUVRES protégées par le droit d’auteur sous licences creative commons libres de droit (par renoncement de l’auteur) domaine public !32 http://scinfolex.files.wordpress.com/2013/07/nevermind.jpg
  33. 33. !33 Le Droit d’auteur : les notions de base • La titularité initiale des droits ! - En principe, les droits naissent au profit du ou des auteurs de l’œuvre ; - Ce principe vaut aussi pour les salariés qui conservent leurs droits, sauf à les céder par le biais de leur contrat de travail ou de conventions collectives ; ! ! Il existe quelques exceptions légales à ce principe), dans lesquelles les droits naissent ou sont réputés cédés au profit de l’employeur (qui peut être une personne morale) Source: Lionel Maurel http://www.slideshare.net/calimaq/droit-de-linternet-et-de-linformation-complet
  34. 34. Quelques notions de base • L’auteur a un droit exclusif • C’est donc une sorte de monopole – Temporaire (70 ans après sa mort) – Limité par la loi (exceptions) – Cessible à des tiers !34
  35. 35. !35 PROTECTION DE L’OEUVRE • La protection est accordée indépendamment de l’accomplissement de formalités • L’auteur jouit des droits attaché à cette qualité du seul fait de la création de l’œuvre • La loi belge se distingue de législations étrangères qui subordonnent l’octroi du droit d’auteur au dépôt de l’oeuvre et à son enregistrement auprès d’un organisme officiel (copyright)
  36. 36. !36 Les droits patrimoniaux  Art. 3. § 1. Les droits patrimoniaux sont mobiliers, cessibles et transmissibles, en tout ou en partie, conformément aux règles du Code civil. Ils peuvent notamment faire l'objet d'une aliénation ou d'une licence simple ou exclusive. droit de reproduction droit d’adaptation droit de communication au publiuc droit de traduction droit de représentation Crédit image: http://www.moneyandfinanceblog.com/wp-content/uploads/2010/07/Money-transfer-sending-money.jpg
  37. 37. 27 Droit de reproduction! •La reproduction consiste dans la fixation matérielle de l'œuvre par tous procédés qui permettent de la communiquer au public d'une manière indirecte. •Elle peut s'effectuer notamment par imprimerie, dessin, gravure, photographie, moulage et tout procédé des arts graphiques et plastiques, enregistrement mécanique, cinématographique ou magnétique. •Pour les œuvres d'architecture, la reproduction consiste également dans l'exécution répétée d'un plan ou d'un projet type.
  38. 38. !38  Art. 3. § 1.   A l'égard de l'auteur, tous les contrats se prouvent par écrit.   Les dispositions contractuelles relatives au droit d'auteur et à ses modes d'exploitation sont de stricte interprétation.
  39. 39. !39 Art. 3. § 1. La cession de l'objet qui incorpore une oeuvre n'emporte par le droit d'exploiter celle-ci, l'auteur aura accès à son oeuvre dans une mesure raisonnable pour l'exercice de ses droits patrimoniaux. 118
  40. 40. La loi protège l’expression artistique sans tenir compte: ! • Du genre de l’œuvre (littéraire, musical, artistique, etc.) • De sa forme (orale, écrite, plastique, etc.) • De son mérite (la protection est indépendante de toute notion de beauté, de qualité) • De sa destination (art pur ou art appliqué)
  41. 41. !41 Le droit moral 
 (art 1, §2 de la loi du 30/6/1994) L'auteur d'une oeuvre littéraire ou artistique jouit sur celle-ci d'un droit moral inaliénable.   La renonciation globale à l'exercice futur de ce droit est nulle.   Celui-ci comporte le droit de divulguer l'oeuvre.   Les oeuvres non divulguées sont insaisissables.   L'auteur a le droit de revendiquer ou de refuser la paternité de l'oeuvre.   Il dispose du droit au respect de son oeuvre lui permettant de s'opposer à toute modification de celle-ci.   Nonobstant toute renonciation, il conserve le droit de s'opposer à toute déformation, mutilation ou autre modification de cette oeuvre ou à toute autre atteinte à la même oeuvre, préjudiciables à son honneur ou à sa réputation. 120
  42. 42. les exceptions !43 Courte citation les licences légales reprographie cadre familial (communication et reproduction) compte rendus d’actualité reproduction ou communication accessoire parodie pastiche domaine public (70 ans)
  43. 43. !44 http://fr.slideshare.net/pierrenaegelen/droit-dauteurimagecc?qid=e307b476-95df-43d4-8ff4-b967013a62d5&v=default&b=&from_search=1
  44. 44. !45 Les droits voisins ! Les auxiliaires de la création, dont l’intervention est requise par les auteurs ou leurs ayants-droits pour assurer la communication de leurs œuvres au public, jouissent aussi de droits sur leur activité, dénommés droits voisins du droit d’auteur.
  45. 45. Quelle type d’autorisation pour une communication internet? • Droit de reproduction pour les supports papiers et digitaux • Droit de communication au public pour Intranet et Internet • Une autorisation pour un usage n’entraîne pas l’autorisation pour un autre usage • Attention au droit moral: – Divulgation – Paternité – Respect de l’œuvre – Honneur et réputation
  46. 46. A qui demander l’autorisation? • A l’auteur • Aux artistes interprètes • Aux titulaires de droits voisins • Aux cessionnaires de droits • Aux sociétés de gestion de droits
  47. 47. Sociétés de gestion de droits • Contrats avec les auteurs, artistes • Contrats de représentation réciproque • Contrats avec les utilisateurs – Internet – Web TV – Webradio interactive ou non – Musique à la demande • Répartition des droits
  48. 48. Cession de droits des collaborateurs • Clause obligatoirement écrite • Interprétation stricte de ces clauses • Uniquement si la création de l’œuvre entre dans le cadre du contrat de travail-statut • Précisions quant – Au droit cédé – À la rémunération – L’étendue de la cession – La durée de la cession • Différence avec l’informatique ! • Différence avec le système du copyright !
  49. 49. Cession de droits des sous-traitants • Clause obligatoirement écrite • Interprétation stricte de ces clauses • Précisions quant – Au droit cédé – À la rémunération – L’étendue de la cession – La durée de la cession
  50. 50. Quid si pas de cession de droits? • Le collaborateur ou le sous-traitant reste titulaire des droits • Négociations en cas de licenciement ou de fin de contrat • Action en cessation possible
  51. 51. Les œuvres non protégées • Les discours politiques • Les discours parlementaires • Les actes officiels
  52. 52. Les licences « libres »
  53. 53. !54 Le mode de fonctionnement des licences libres «  Tout  ce  qui  n’est  pas   interdit  est  permis  » Pas   d’autorisa5on   à  demander   tant  qu’on   reste  dans  le   cadre  de  la   licence Il  faudra  conclure  un  contrat   pour  lever  une  restric5on   posée  par  la  licence Exemple des licences Creative Commons 4 conditions et 6 contrats
  54. 54. • Quatre attributs : – Paternité (atribute)
 – Pas de dérivé (nd)
 – Share-alike (sa)
 – Non commercial (nc)
  55. 55. Les licences « libres » • Utilisation marketing des licences libres :
 – Facilite la diffusion virale – Facilite la cocréation de valeur
  56. 56. Plan d’actions à entreprendre ? "Clauses de cession de droits avec tous les collaborateurs "Clauses de cession de droits avec tous les sous- traitants "Prévoir un contrat type avec tous les modes d’utilisation "Vérification des autorisations pour toute œuvre utilisée dans la communication "Protection contre les tiers des œuvres réalisées en interne "Préciser les responsabilités éditoriales
  57. 57. !59
  58. 58. MARQUE SIGNE REPRESENTE GRAPHIQUEMENT MOT IMAGE FORME SERT A DISTINGUER LES PRODUITS ET LEURS FABRICANTS EMPECHE LA CONFUSION AVBEC DES PRODUITS SIMILAIRES PROTECTION 10 ANS RENOUVELABLE IL EXISTE UNE MARQUE COMMUNAUTAIRE
  59. 59. CONDITIONS AUTORISE PAR LA LOI PAS SUSCEPTIBLE DE CREER LA CONFUSION NOUVEAU = PAS D’ANTERIORITE DISTINCTIF <> GENERIQUE, USUEL OU DESCRIPTIF
  60. 60. Coca-Cola •  Remplir  le  formulaire   •  Payer  les  redevances source FREDERIC BOURGUET 
 http://www.slideshare.net/search/slideshow?searchfrom=header&q=noms+de+domaine
  61. 61. http://www.tuxboard.com/classement-des-marques-les-plus-puissantes-2013/
  62. 62. source FREDERIC BOURGUET 
 http://www.slideshare.net/search/slideshow?searchfrom=header&q=noms+de+domaine
  63. 63. Marques, noms de domaines et user names dans les média sociaux 200 millions de noms de domaines 2 milliards de user names 25% des recherches se basent sur les user names crédit image: http://www.them.pro/files/images/domain-names-extensions.jpg
  64. 64. Absence de coordination = CONFLIT source FREDERIC BOURGUET 
 http://www.slideshare.net/search/slideshow?searchfrom=header&q=noms+de+domaine
  65. 65. !67 Les différents conflits • marque préexistante au nom de domaine demandé (exemple Milka) • nom de domaine utilisé légitimement et sans confusion (armani) • marque notoire (tractebel) • marque postérieure au nom de domaine 78
  66. 66. Usernames faciles à obtenir pas de formalité pas de contrôle trouvés par les moteurs de recherche crédit image: http://www.saadkamal.com/social-media/change-facebook-username/
  67. 67. source FREDERIC BOURGUET 
 http://www.slideshare.net/search/slideshow?searchfrom=header&q=noms+de+domaine
  68. 68. Surveillance de sa marque • Indispensable ! • Participe à l’e-reputation • Permet de s’opposer à d’autres demandes • Importance de la veille (noms de domaines, user-names)
  69. 69. !72
  70. 70. CREATIONS ESTHETIQUES DESSINS ET MODELES PROTEGE L’APPARENCE D’UN PRODUIT ! LORSQUE CETTE APPARENCE EST ! NOUVELLE PRESENTE UN CARACTERE INDIVIDUEL PROTECTION D’UNE DUREE ENTRE 15 ET 25 ANS http://lyc-stpaulnotredame-72.ac-nantes.fr/IMG/jpg/Philippe_Starck_1949-_-_Presse-Agrume_1_.jpg https://encrypted-tbn1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRLU6-6-PHFcb9sXL9Vmx10ANW5L_gBg2a6RL2f79VbD5dxkQFlMg
  71. 71. !74
  72. 72. Février 2008
  73. 73. But du brevet: protéger une invention industrielle Encouragement de la recherche en conférant pendant un temps limité, à toute personne qui invente un produit, un objet, ou un procédé nouveau, un monopole sur son exploitation.
  74. 74. Pour être brevetable, une invention doit légalement satisfaire à 4 conditions : ! – produire un effet technique nouveau – Avoir un caractère industriel par son objet, son application ou son résultat – Être nouvelle (ne pas faire l’objet d’antériorité, ne pas être connue du public) – Présenter un caractère inventif (ne pas découler de l’état de l’art et/ou ne pas être évidente pour tout homme du métier)
  75. 75. !78
  76. 76. !79
  77. 77. Février 2008
  78. 78. Principes de base du droit à l’image • La Convention européenne des droits de l'homme stipule en son article 8 le droit au respect de la vie privée. Selon la jurisprudence, cet article couvre la protection du droit à l'image. Il n'est pas nécessaire de prouver que la reproduction de cette image ait causé un préjudice. • "Ni l'auteur, ni le propriétaire d'un portrait, ni tout autre possesseur ou détenteur d'un portrait n'a le droit de le reproduire ou de le communiquer au public sans l'assentiment de la personne représentée ou celui de ses ayants droit pendant vingt ans à partir de son décès".
  79. 79. Applications pratiques L'autorisation de la personne photographiée doit être demandée. Pour les personnages publics et les personnes privées qui accèdent temporairement à la vie publique, cette autorisation est considérée comme implicite, pour autant que les images relative à la vie publique des personnes concernées soient publiées dans un contexte de couverture d'événements relevant de l'actualité. Le consentement donné par une personne pour la réalisation d'une photo n'implique aucun consentement à la reproduction de son image ou à la communication de celle-ci au public. Pour qu'une personne puisse évoquer le droit à l'image, il faut que la personne photographiée soit identifiable.
  80. 80. Il n’y a pas que les images des personnes physiques! • Images des œuvres d’art • Images de bâtiments publics (tour Eiffel, Atomium) • Image de maisons particulières • Pour les photos il y a donc trois autorisations à demander: – Le photographe – Le sujet photographié – Le diffuseur
  81. 81. Quelles précautions prendre avant la publication d’une photographie ? • Demander l’autorisation de l’auteur de la photographie pour reproduire son « œuvre » • Demander les autorisations inhérentes aux informations représentées Personne Oeuvre Marque Objet industriel Autorisation de la personne ou de son représentant légal pour les mineurs dès lors que cette personne est reconnaissable Autorisation de l’auteur de l’œuvre (architecte si édifice, créateur son œuvre plastique ou personnage de fiction… excepté si le droit d’auteur est tombé dans le domaine public. Attention : demander l’autorisation également du propriétaire. Autorisation du titulaire de la marque (ou logo, nom..) pour la reproduire si celle-ci est déposée Autorisation des personnes ayant déposé le brevet (durée de protection : 25 ans sauf prorogation) Source Datice
  82. 82. Rapports entre droit à l’image et droit d’auteur ! L’évolution des usages dans les communautés numériques entre en conflit avec l’affirmation du lien fort entre : ! ! ! ! Image et personne représentée ! Auteur et Image - œuvre de l’esprit DROIT A L’IMAGE DROIT D’AUTEUR Le droit à l’image est un droit de la personnalité: Chaque personne détermine souverainement la manière dont elle se présente aux autres. En principe, l’image ne peut être fixée ou modifiée sans l’autorisation de la personne représentée. L’auteur d’une œuvre de l’esprit jouit sur cette œuvre, du seul fait de sa création, d’un droit de propriété exclusif et opposable à tous. ! ! ! ! ! En principe, l’image-œuvre ne peut être fixée ou modifiée sans l’autorisation de l’auteur.
  83. 83. Limites du droit à l’image et du droit d’auteur ! DROIT A L’IMAGE ! ! ! ! ! LIBERTE D’EXPRESSION La personne ne peut pas s’opposer à: -La reproduction de son image dans le cadre d’une information légitime du public sur un fait d’actualité ou un débat d’intérêt général. - La modification parodique de son image. ! DROIT D’AUTEUR DROIT A l’IMAGE vs LIBERTE DE CREATION Il existe un conflit potentiel entre droit à l’image et droit d’auteur. L’appréciation souveraine de la personne dont l’image est fixée peut s’opposer à l’appréciation souveraine du créateur quant au choix et au traitement des images. ! ! ! ! LIBERTE D’EXPRESSION le créateur ne peut pas s’opposer à: -La modification parodique de son œuvre. - La reproduction de son œuvre graphique ou plastique dans le cadre d’une information légitime du public sur un fait d’actualité.
  84. 84. !87
  85. 85. Internet et droit: Oxymore ? 
 Internet: zone de non droit ? !88
  86. 86. http://www.slideshare.net/calimaq/tension-et-innovations-dans-le-droit-dauteur-lheure-du-numrique
  87. 87. Internet ? OPTE Project Map of the Internet – CC-BY !90 Internet a depuis le début été considéré comme un espace de liberté et même de résistance pour certains: •Peer to peer •Vente de médicaments sans ordonnances •Diffamation Monde virtuel – monde réel Droit national – internet mondial
  88. 88. !91 • Les principes restent, le droit évolue ! •Exemple le droit d’auteur en Belgique •Droit d’auteur (loi de 1994) •Directive droit d’auteur dans la société de l’information (2001) •Loi belge implémentant la directive (2005) •Consultation de la commission européenne (2014)
  89. 89. Qu’est-­‐ce  qui  a  changé? !92Source: http://www.slideshare.net/calimaq/ecriture-web-et-dimension-juridique •La facilité du copier-coller •l’insertion directe dans l’écriture des images, de la voix, de la vidéo ; •la possibilité de travailler en direct à plusieurs sur une même oeuvre ; •la publication immédiate •la possibilité de reprendre, commenter, interagir avec l’auteur ; •Bref l’objet, l’œuvre se détache de nous et fait sa route seule avec peu ou pas de contrôle de/des auteurs
  90. 90. L’environnement numérique exerce une action corrosive sur le droit • Problème d’effectivité du droit : ! les règles existent (voire foisonnent), mais elles ne sont pas respectées (droit d’auteur/piratage…) ! • Problème de qualification juridique ! Incertitudes face à de nouveaux objets qui ne rentrent plus dans les « cases » juridiques ! • Difficultés à identifier les acteurs responsables !internautes, créateurs de sites, hébergeurs, intermédiaires techniques, fournisseurs d’accès, opérateurs de télécommunication ? ! • Incertitudes sur le droit applicable !le réseau est mondial, mais le droit reste encore très largement national !93Source: Lionel Maurel http://www.slideshare.net/calimaq/droit-de-linternet-et-de-linformation-complet
  91. 91. Problème de qualification juridique • Les outils et pratiques du web 2.0 rentrent péniblement dans les « cases » classiques du droit… Sur les blogs, les wikis,, les plateformes de partage, les réseaux sociaux, l’internet des flux : ! Qui est auteur ? ! Où sont les œuvres ? ! Qui est propriétaire ? ! Qui est responsable ? Multiplication des OJNI (Objets Juridiquement Non identifiés). Seul moyen de lever l’incertitude = le contentieux pour faire intervenir le juge !94Source: Lionel Maurel http://www.slideshare.net/calimaq/droit-de-linternet-et-de-linformation-complet
  92. 92. Incertitudes sur le droit applicable • Exemple de l’affaire Google Book Search Procès Google c. La Martinière et autres : !les éditeurs français demandaient au TGI d’appliquer la loi française… ! !Interface de Google Book en français, destinée au public français, extension en .fr, livres publiés en France, par des éditeurs français, écrits en français, par des auteurs français… • Application logique du droit français ? Pas si sûr… car le délit était complexe. !95 Source: Lionel Maurel http://www.slideshare.net/calimaq/droit-de-linternet-et-de-linformation-complet
  93. 93. Incertitudes sur le droit applicable • Exemple de l’affaire Google Book Search • Google revendiquait l’application du droit américain, en arguant du fait que les actes à l’origine du dommage avaient été commis depuis le sol américain !numérisation et stockage des données… !96 Source: Lionel Maurel http://www.slideshare.net/calimaq/droit-de-linternet-et-de-linformation-complet
  94. 94. Incertitudes sur le droit applicable ! Exemple de l’affaire Google Book Search • Au final, le TGI de Paris décide d’appliquer le droit français et condamne Google. • Mais moins d’un an auparavant, il avait choisi la solution inverse dans une affaire SAIF c. Google… !97 Source: Lionel Maurel http://www.slideshare.net/calimaq/droit-de-linternet-et-de-linformation-complet
  95. 95. • Les règles contractuelles prennent de plus en plus l’ascendant sur le cadre légal : Le droit applicable devient incertain… • Importance des CGU (Conditions Générales d’Utilisation) ou ToS (Terms of Use) • Notamment sur les plateformes de partage et les réseaux sociaux • Quelle articulation avec le cadre légal national ? ! données personnelles, propriété des contenus, modifications unilatérales, disparition des services, etc Source: Lionel Maurel http://www.slideshare.net/calimaq/droit-de-linternet-et-de-linformation-complet
  96. 96. Le droit applicable devient incertain… • Les règles contractuelles prennent de plus en plus l’ascendant sur le cadre légal : • Que se passe-t-il lorsqu’un même contenu passe de service en service ?… •Slideshare- >facebook->twitter- >retwitter… CC-BY-NC-SA My name is benji !99 Source: Lionel Maurel http://www.slideshare.net/calimaq/droit-de-linternet-et-de-linformation-complet
  97. 97. !100
  98. 98. !101 EST-CE QUE VOUS POUVEZ ?
  99. 99. !102 Vous les avez lues ?
  100. 100. !103 Les CGU (conditions générales d’utilisation) ou T&C (terms & conditions)
 Hébergeur ou voleur ?
 http://static.freepik.com/free-photo/psd-social-icon-social-media-social-media-icons_29-30000199.jpg
  101. 101. Un tweet est-il une oeuvre d’art?
  102. 102. !106
  103. 103. Copie 3D un autre défi !107
  104. 104. Les imprimantes 3D !108
  105. 105. Le mythe des 30 secondes !109
  106. 106. Un autre mythe: changer la hauteur !110
  107. 107. comment enlever les copyright ? !111
  108. 108. Signe des temps ? En Suède en 2012, l’Eglise du Kopimism a été reconnue officiellement comme religion. Son crédo : « « l'information est sacrée et la copie est un sacrement. L'information a une valeur en soi, et cette valeur se multiplie grâce à la copie. » http://fr.slideshare.net/calimaq/copy-party-rez
  109. 109. Une perception confuse • Une réalité sociale: des termes faussement clairs, passés dans le langage courant (copyright, libres de droit, etc) ! • Une réalité législative et médiatique: une inflation de nouvelles lois (DADVSI, LCEN, Hadopi) ! • Une réalité technologique: des milliers de contenus accessibles d’un clic !
  110. 110. Un exemple ? !115
  111. 111. !116
  112. 112. Multiplication des « cas limites » • Que se passe-t-il sur Internet après la mort ? ! ! Pour les courriels ? ! !Pour les données personnelles et les traces laissées sur les réseaux sociaux ? ! !Pour les biens virtuels ? ! !Pour l’identité numérique ? CC-BY-NC-ND Henning !117 Source: Lionel Maurel http://www.slideshare.net/calimaq/droit-de-linternet-et-de-linformation-complet
  113. 113. Multiplication des « cas limites » • Cas dès 2007 de vol d’objets virtuels dans les Univers persistants (Second Life, jeux vidéos, MMORGP) • Reconnaître le « vol virtuel », c’est admettre l’existence d’une propriété virtuelle à l’image de la propriété réelle. « Dans ce qui est devenu, fin octobre, « l’affaire Runescape », le procureur a demandé au tribunal de considérer les objets virtuels comme des biens « réels et tangibles », dans la mesure où leurs propriétaires, qui se les échangent contre de l’argent sur Internet, leur donnent une valeur non moins « réelle et tangible ». Une brèche ouverte sur le plan juridique, pour établir la notion de vol, même virtuel. De leur côté, les avocats de la défense prétendaient que leurs jeunes clients n’avaient strictement rien volé du point de vue légal, puisque les deux objets en question n’existent pas. Leurs arguments ont été battus en brèche. » • Or il n’est pas certain que la notion de propriété ait le même sens dans l’environnement numérique (abondance≠rareté) !118Source: Lionel Maurel http://www.slideshare.net/calimaq/droit-de-linternet-et-de-linformation-complet
  114. 114. Multiplication des « cas limites » • Les avatars des univers persistants possèdent-ils la personnalité juridique ? des droits propres ? « […] la question du statut juridique propre à l’avatar, n’est pas si fantasque que cela et cette prospective est tout à fait envisageable à deux conditions. D’une part, que la pratique des avatars se développe à grande échelle dans les populations, au point de rendre évident la nécessité de créer un statut juridique dans ce domaine, d’autre part, que la démarche ne soit pas vécue comme seulement contraignante mais qu’elle apparaisse comme une clarification des règles d’appropriation (propriété) et de responsabilité. En conclusion, l’avatar est déjà un objet de droit, avant d’être demain un sujet de droit. » Olivier Iteanu. Mon meilleur ami est un avatar. Science fiction juridique ? Peut-être pas… Sur Second Life !119 Source: Lionel Maurel http://www.slideshare.net/calimaq/droit-de-linternet-et-de-linformation-complet
  115. 115. Les ventes digitales de Warner Music pèsent plus que ses ventes physiques http://www.journaldunet.com/media/publishers/warner-music-ventes-digitales-xerfi.shtml?utm_source=greenarrow&utm_medium=mail&utm_campaign=ml50_failcondigitic
  116. 116. !121 Problème des images postées sur les réseaux sociaux
  117. 117. !122
  118. 118. http://www.scoop.it/t/any-need-for-reinventing-copyright-droit-d-auteur-intellectual-property-news !123 Pour des informations à jour concernant le droit d’auteur, suivez-moi sur scoop it
  119. 119. !124 http://fr.slideshare.net/mbattisti/web-20-battisti-inforum2012
  120. 120. !125 http://fr.slideshare.net/mbattisti/web-20-battisti-inforum2012
  121. 121. !126 http://fr.slideshare.net/mbattisti/web-20-battisti-inforum2012
  122. 122. !127 http://fr.slideshare.net/mbattisti/web-20-battisti-inforum2012
  123. 123. !128
  124. 124. Le clip est pas mal mais n’oubliez pas que c’est illégal ! !129
  125. 125. Jacques Folon Jacques.folon@ichec.be
  126. 126. !131 Vous avez des questions ? Crédit image: http://jillsbooks.wordpress.com/2010/09/15/hellooooo-anybody-out-there/raise-your-hand-2/

×