genie ELECTRIQUE & climatiquemaintenance multitechniquedes evolutions nuanceesEvolution du marcheLe marché s’est bien port...
=Dernièrement, les profils type Techniciens études ont fait globalementl’objet de demandes assez récurrentes. En effet, à ...
Genie ClimatiqueDirecteur dagence NS 55 / 60 60 / 70 70 / 100Chargé daffaires 34 / 38 38 / 42 42 / 48 48 / 60Conducteur de...
Etude de Rémunération Nationale Hays - Génie Electrique & Climatique
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Etude de Rémunération Nationale Hays - Génie Electrique & Climatique

442 vues

Publié le

La nouvelle étude de Rémunération Nationale Hays réalisée en partenariat avec Cadremploi est à présent disponible. Découvrez la partie Génie Electrique & Climatique de notre étude 2013. Un autre secteur vous intéresse ? Découvrez notre étude dans son intégralité sur le site hays.fr : http://bit.ly/11rgvYO

Publié dans : Carrière
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
442
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Etude de Rémunération Nationale Hays - Génie Electrique & Climatique

  1. 1. genie ELECTRIQUE & climatiquemaintenance multitechniquedes evolutions nuanceesEvolution du marcheLe marché s’est bien porté jusqu’au mois de septembre 2012. Depuis,nous avons pointé certaines difficultés. Alors que la région parisienne esttoujours porteuse d’emplois, grâce aux nombres d’acteurs et de projetsen cours, la situation se complique en région. Les Maîtres d’œuvressemblent être en situation de blocage au niveau des recrutements. Celase traduit par des process qui se rallongent durant plusieurs mois.Cette situation s’explique entre autres par une bataille des prix surles marchés, obligeant les Bureaux d’études à se positionner sur desaffaires qu’ils n’ont pas - ou peu - l’habitude de gérer (par exemple, unBureau d’études spécialisé en tertiaire qui se positionne sur du logementou inversement). Ces derniers se diversifient afin de pouvoir saisir unmaximum d’opportunités. La concurrence est accrue, les prix baissent,et tout cela engendre un climat de tension générale où s’entremêlentl’incertitude et les inquiétudes quant à l’année à venir.Les Installateurs semblent pour l’instant mieux résister sur le marchéavec des affaires en cours de réalisation. Cependant les problématiquesde positionnement ainsi que celles de trésorerie dues au resserrementdes prix sont identiques. Globalement, les groupes ont une meilleurevisibilité sur leurs marchés que les PME (de l’ordre de 6 mois à 1 an pourles groupes et plutôt de 3 à 6 mois pour les PME).Dans une même logique de diversification, certaines entreprisesdéveloppent la partie maintenance pour pallier le manque de visibilitésur celle des travaux. Concernant la région parisienne, le volume desrecrutements est beaucoup plus important : l’impact direct sur le marchése fait donc moins ressentir. Néanmoins au cours de l’année 2012,certaines entreprises, parmi lesquelles figurent des sociétés reconnuesau sein du secteur, ont été contraintes de se faire racheter (suite à desproblèmes de trésorerie), voire de fermer.Le secteur de l’entreprise générale est très présent en Ile-de-France,notamment pour les corps d’état techniques. Bien que quasi-inexistantsen province, ces derniers exercent également une influence importantesur le marché francilien. Les majors du Bâtiment recrutent de plusen plus en interne les spécialistes venant de Maîtrise d’œuvre etd’installations, créant ainsi du volume de recrutement. Ces entreprisesimpactent également le marché puisque ces dernières sont amenéesà gérer de plus en plus d’affaires clés en mains, prenant ainsi en chargela maîtrise d’œuvre, la construction voire l’installation. De ce fait, lesgrands groupes sont en position de force et raflent l’intégralité desaffaires (notamment celles à bas coûts), ne laissant ainsi plus de placeà la concurrence.changements sur les pratiques de recrutementAfin de pallier le déficit du marché régional face à celui de la régionparisienne, les grands groupes ont davantage recours aux mobilitésinternes dans le but de compenser le manque de collaborateurs.En province, comme précisé précédemment, les process de recrutementse rallongent et les prises de décision sont incertaines même après desmois de réflexion.Les exigences des recruteurs demeurent très élevées et il estimportant de fournir un service qualité irréprochable afin de minimiserles risques liés aux embauches. Seuls les meilleurs cabinets nourrissentdes relations de confiance, aujourd’hui indispensables à la pratique durecrutement. Les clients cherchent à réduire le nombre de prestatairesde recrutement et ne favorisent que ceux avec lesquels ils ont nouéun lien privilégié. En 2012, il n’est pas rare de voir des entreprisesrecherchant des profils moins expérimentés. En effet, en plus defavoriser la maîtrise des coûts, cette démarche les incitera à s’impliquerdavantage dans l’intégration des nouveaux collaborateurs, leurformation et leur accompagnement.Evolution des politiques de remunerationLes salaires sont restés stables par rapport à l’année dernière. Lesprofils pénuriques bénéficient toujours de rémunération plus élevée,du fait de leur rareté sur le marché. Nous pouvons constater une légèreaugmentation des salaires à l’embauche ou sur des profils de 1 à 3 ansd’expérience. Le coût de la vie en forte hausse impacte les jeunes profils,plus exigeants sur leurs niveaux de rémunération. Globalement, lesentreprises s’adaptent en conséquence.Profils les plus recherchesLes profils recherchés aujourd’hui sont principalement les Chargésd’affaires en Installation ainsi que les Ingénieurs expérimentés enMaîtrise d’Œuvre. Cependant, les profils d’Ingénieurs techniques (CVCparticulièrement) manquent toujours et, à moins d’un effondrementtotal du marché, il y aura toujours un besoin sur ces profils, lesquelsdoivent impérativement justifier d’une expérience de 6 à 7 ans.ETUDE DE REMUNERATION NATIONALETENDANCES GENERALES DU RECRUTEMENT ET DES REMUNERATIONS EN 201356Selon le domaine abordé, des différencesmanifestes sont observées dans l’évolutiondu secteur du Génie Electrique &Climatique et Maintenance Multitechnique.
  2. 2. =Dernièrement, les profils type Techniciens études ont fait globalementl’objet de demandes assez récurrentes. En effet, à faible coût, lesentreprises peuvent intégrer une personne expérimentée qui viendrasoutenir les Ingénieurs dans leur travail. Récemment, les entreprisesgénérales (particulièrement en région parisienne) ont recruté beaucoupde candidats issus de l’Ingénierie et de l’Installation, type Ingénieurs ouChargés d’affaires très expérimentés, et ce malgré un ralentissementdes recrutements en fin d’année 2012. Force est de constater que ledébut d’année 2013 sera favorable à de nouvelles requêtes. Il y a en effetune demande relativement modérée mais constante pour les postesplus proches du terrain (Chefs de chantier, Conducteurs de travaux,Techniciens de maintenance...).Formations, competences et criteresSelon les métiers, les clients ont leurs écoles de référence. Pour lesIngénieurs en électricité : l’HEI, l’ENSAM, l’ESTP, l’ESME, l’ESIGELEC,SUPELEC, Polytech, EPMI et l’Ecole Centrale de Nantes sontparticulièrement appréciées.Les formations techniques, telles que les BTS IEE et Electrotechniqueainsi que le DUT GEII (Génie Electrique et Informatique Industrielle), sontégalement recommandées pour les candidats.Pour les Ingénieurs en CVC : l’INSA, l’ISITEM et l’école d’IngénieursPolytechnique de l’Université de Nantes (spécialité Thermique-Energétique en option Froid et Climatisation) sont les références clients.Les cursus techniques, tels que les BTS Génie Thermique, Froid etClimatisation, l’école Maximilien Perret, le DUT Génie Thermique, l’UTC,le BTS / DUT Fluides et Energies et enfin l’IUT de Marne-la-Vallée, sontreconnues par les acteurs du secteur.Les compétences personnelles sont des éléments primordiaux,notamment la capacité d’adaptation aux situations et aux personnes,l’implication et les compétences rédactionnelles.Quelle vision pour l’avenir ?Le volume des embauches est difficile à prévoir mais a priori il resteramodéré sur l’année 2013. Tandis que certaines PME supportent assezbien le contexte, ou sont même en développement, d’autres rencontrentdes difficultés et ne sont pas en mesure de pouvoir se projetersereinement dans l’avenir.Nous observons le même schéma au sein des grands groupes. La crisene touche plus toutes les entreprises de la même manière contrairementà ce que nous avons pu voir par le passé.La réussite future semble être tributaire de la capacité des entreprisesà s’adapter au marché, quitte à modifier parfois en profondeur leurmode de fonctionnement initial (positionnement de marché voire typede prestation).Seules la diversification de la clientèle et des activités ainsi que laréorganisation des moyens humains pour préserver une souplessede fonctionnement permettront aux entreprises de conserver uneactivité pérenne.ETUDE DE REMUNERATION NATIONALETENDANCES GENERALES DU RECRUTEMENT ET DES REMUNERATIONS EN 201357Génie Electrique & Climatique / Maintenance Multitechniquekamel amaraDRH - SATELECMalgré la crise, les profils techniques sont toujoursautant recherchés. En ce qui nous concerne, il s’agitprincipalement des potentiels spécialisés dans le génieélectrique. Du fait de la rareté de ces compétences, lessalaires ont connu un niveau d’évolution similaire à celuides années précédentes.GUILLAUME DRIANTRRH - Spie IDF Nord-OuestSpie poursuit sa croissance par l’acquisition de sociétésdans ses domaines de spécialité, mais également pardes plans de recrutements ciblés. Nous recherchonssystématiquement l’équilibre entre les profils de débutantsà potentiel et les profils de professionnels expérimentés,dans nos métiers du génie électrique, génie climatique,génie mécanique et réseaux de télécommunication. Notrepolitique de rémunération est en phase avec nos valeurs deproximité, de responsabilité et de performance :individualisation des salaires en fonction de la tenue duposte et valorisation de la performance individuelle etcollective contribuent à renforcer notre attractivité sur desmétiers en tension.
  3. 3. Genie ClimatiqueDirecteur dagence NS 55 / 60 60 / 70 70 / 100Chargé daffaires 34 / 38 38 / 42 42 / 48 48 / 60Conducteur de travaux 32 / 35 35 / 38 38 / 42 42 / 50Responsable bureau détudes NS 45 / 52 52 / 58 58 / 80Ingénieur détudes 31 / 38 38 / 45 45 / 55 55 / 75Technicien détudes 24 / 28 28 / 34 34 / 38 38 / 40Spécialiste étude de prix 28 / 33 33 / 37 37 / 42 42 / 50Dessinateur / Projeteur 22 / 28 28 / 32 32 / 36 36 / 40Genie ElectriqueDirecteur dagence N/S 50 / 58 58 / 62 62 / 100Chargé daffaires 30 / 36 36 / 40 40 / 46 46 / 55Conducteur de travaux 30 / 33 33 / 36 36 / 45 45 / 48Responsable bureau détudes NS 42 / 48 48 / 54 54 / 75Ingénieur détudes 31 / 37 37 / 42 42 / 55 55 / 75Technicien détudes 25 / 28 28 / 34 34 / 38 38 / 40Spécialiste études de prix 28 / 33 33 / 37 37 / 42 42 / 50Dessinateur / Projeteur 22 / 26 26 / 31 31 / 35 35 / 37Maintenance MultitechniqueResponsable dexploitation NS 40 / 45 45 / 50 50 / 65Responsable de service / Chef de groupe NS 36 / 40 40 / 45 45 / 55Chargé daffaires NS 33 / 40 40 / 45 45 / 57Responsable de site 24 / 26 26 / 30 30 / 36 36 / 45Chef déquipe NS 23 / 26 26 / 30 30 / 34Technicien de maintenance 18 / 22 22 / 26 26 / 30 30 / 35Frigoriste 18 / 22 22 / 26 26 / 30 30 / 320 A 3 ans 3 A 5 ans 5 A 8 ans > 8 ansLes échelles de rémunération présentées ci-dessus concernent lIle-de-France. Celles pratiquées en régions sont en moyenne jusquà 20 % inférieures. Génie Electrique & ClimatiqueMaintenance MultitechniqueGrilles de remunerationETUDE DE REMUNERATION NATIONALETENDANCES GENERALES DU RECRUTEMENT ET DES REMUNERATIONS EN 201359=

×