L’ESSENTIEL 2012
Enseignement
supérieur
Recherche
Innovation
L’ESSENTIEL 2012
1
SOMMAIRE
Panorama..........................................................................................................
2
MARS • Création de l’Institut Mines-Télécom
Le décret du 28 février 2012, officialise la création
de l’Institut Mines-Té...
3
MINES NANTES – RESOH, UNE NOUVELLE
CHAIRE DÉDIÉE AU MANAGEMENT
DE LA SÛRETÉ INDUSTRIELLE
L’école a inauguré en mars 2012...
4
JUIN — Inauguration du laboratoire I3
Inauguration du laboratoire I3 (i-cube) le
14 juin 2012 : Mines ParisTech et
Téléc...
5
DÉCEMBRE • Les écoles
de l’Institut Mines-Télécom
au salon des grandes écoles
Réunies sur un même stand du 14 au
16 déce...
Former
les ingénieurs
et les managers
de demain
10
L’Institut Mines-Télécom,
une évidence
Stratégie d’ensemble
8
9
NAISSANCE D’UN GRAND ÉTABLISSEMENT
NATIONAL D’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR
ET DE RECHERCHE
Innover
et créer12
8
D’une part six écoles des Mines, d’autre
part quatre écoles Télécom déjà réunies
au sein de l’Institut Télécom.
Le tout ...
9
STRATÉGIE D’ENSEMBLE
L’élaboration d’une stratégie d’ensemble est une des actions entreprises par l’Institut
dès sa créa...
10
Former les ingénieurs
et les managers de demain
d’étudiants étrangers
C’est le défi que les écoles de l’Institut
Mines-...
11
De nombreux partenariats académiques
permettent aux élèves ingénieurs et ma-
nagers de découvrir de manière plus ap-
pr...
12
Innover et créer
Dans ingénieur il y a génie, c’est-à-dire
mise en œuvre de compétences en
science et technologie pour ...
13
chercheurs capables de travailler de fa-
çon ouverte et transdisciplinaire. En sus
des activités de recherche sur les
g...
14
Dispositifs de formation
à l’esprit d’entreprendre
et partenariat entreprises
en lien avec le tissu local
Point sur les...
15
ANCRAGE TERRITORIAL AU SERVICE
DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE
Les collectivités investies
dans le développement
immobilier...
création de produits ou de services. Elle
est mise en œuvre au travers de jeux de
création d’entreprises. Mines Douai,
Tél...
17
élèves d’approfondir des sujets inno-
vants, définis avec les laboratoires de
l’école et des entreprises partenaires.
À...
18
Point sur les projets
d’investissements d’avenir
• 4 IDEX : Upsa, PSL, Uniti,
A*MIDEX
• 5 IRT : AESE, B-Com,
Jules Vern...
19
GRENOBLE ECOLE DE MANAGEMENT REJOINT
LE RÉSEAU DES ÉCOLES ASSOCIÉES
Grenoble École de Management est la première école ...
pération à ses deux écoles Télécom
SudParis et Télécom École de
Management pour développer leurs par-
tenariats au sein du...
21
Mines Nancy
ARTEM se définit comme une alliance
stratégique fondée en 1999 par trois
grandes écoles françaises : Mines ...
22
La mobilité, un facteur d’intérêt
pour les étudiants24
L’innovation
au service du
développement
économique :
montée en ...
DYNAMIQUE DE L’EXCELLENCE
Un recrutement
de qualité
Employabilité
des étudiants
30
31
Prix et distinctions
34
Activité du ...
24
De multiples possibilités
de mobilité offertes aux
étudiants pour compléter
leur cursus
Double diplôme
La plupart des é...
25
Un réseau international
étendu
Tous les accords internationaux signés
par les écoles bénéficient à l’ensemble
de nos ét...
26
Les activités de recherche
de l’Institut Mines-Télécom,
organisation et lisibilité
Les activités de recherche sont mené...
27
réflexion sur l’avenir en terme de besoins
sociétaux et potentiels scientifiques et
technologiques. Ainsi, la première ...
28
L’innovation au service du développement
économique : montée en puissance
et déploiement mondial
L’Institut Mines-Téléc...
29
Squid, Caps, Gutemberg, et développe la
notoriété de l’Institut auprès de grands
acteurs mondiaux.
Fort de sa légitimit...
30
Un recrutement de qualité
En 2012, les écoles de l’Institut
Mines-Télécom ont admis plus de
3 700 nouveaux élèves dont ...
31
Employabilité des étudiants
Une rapide insertion
dans le monde professionnel
La formation délivrée aux élèves des
école...
32
Activité du réseau des incubateurs
Les premiers incubateurs des écoles de
l’Institut Mines-Télécom sont nés à
Mines Alè...
33
Quelques beaux succès
Netvibes, plateforme tout-en-un de
dashboard pour la veille des médias
sociaux en temps réel, a l...
34
• 2012 — Bertin Nahum, patron de
Medtech SA (projet d’entreprise
développé pendant deux ans au sein
de l’incubateur de ...
35
• Thierry Guillemot, Andrés Almansa et
Tamy Boubekeur ont reçu le Best
Poster Award pour Non Local Point
Set Surfaces à...
36
• Prix IBM PhD Fellowship, attribué à
Afef Denguir, doctorante au LGI2P
pour ses travaux sur la conduite des
installati...
37
• Sarah Boufelja, élève-ingénieure en
3e
année, est arrivée première
ex aequo au concours 2012
Promotion de l’éthique
p...
38
Les instances
au 28 novembre 2012
Les fondations
40
42
39
Chiffres clés
44
ANNEXES
40
Les instances
au 28 novembre 2012
CONSEIL D’ADMINISTRATION
Jean-Bernard LÉVY
Président du conseil d’administration
REPR...
41
COLLÈGE DES DIRECTEURS
Directeur Mines Albi-Carmaux
Alain SCHMITT
Directeur Mines Alès
Alain DORISON
Directeur Mines Do...
42
2012, un développement
reconnu pour la
Fondation Télécom
La Fondation Télécom a été créée en
2008 pour donner les moyen...
43
Fondation Mines ParisTech :
plein succès pour la
campagne 2008-2012
La Fondation Mines ParisTech, reconnue
d’utilité pu...
44
Chiffres hors écoles associées
Chiffres clés
FORMATION
hors inscrits chez les partenaires cohabilités
Effectif total en...
45
RECHERCHE/INNOVATION
Publications par an
Articles (revues à comité de lecture) et ouvrages (ou chapitres d'ouvrage) 1 8...
Juillet 2013—implicaCR&A
Suivez toute l’actualité de l’Institut Mines-Télécom
et de ses écoles sur :
• http://www.mines-te...
Rapport d'activités 2012
Rapport d'activités 2012
Rapport d'activités 2012
Rapport d'activités 2012
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rapport d'activités 2012

321 vues

Publié le

Rapport d'activités 2012 de l'Institut Mines-Télécom

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
321
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rapport d'activités 2012

  1. 1. L’ESSENTIEL 2012 Enseignement supérieur Recherche Innovation
  2. 2. L’ESSENTIEL 2012
  3. 3. 1 SOMMAIRE Panorama...........................................................................................................................2 NAISSANCE D’UN GRAND ÉTABLISSEMENT NATIONAL D’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE.......................................................7 L’Institut Mines-Télécom, une évidence ............................................................................8 Former les ingénieurs et les managers de demain ........................................................10 Innover et créer................................................................................................................12 ANCRAGE TERRITORIAL AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE .............................................................................14 Dispositifs de formation à l’esprit d’entreprendre et partenariat entreprises en lien avec le tissu local......................................................16 Point sur les projets d’investissements d’avenir ............................................................18 Développement du réseau des écoles associées ...........................................................19 Les collectivités investies dans le développement immobilier des écoles ...............................................................20 DYNAMIQUE DE L’EXCELLENCE......................................................................................22 La mobilité, un facteur d’intérêt pour les étudiants........................................................24 Les activités de recherche de l’Institut Mines-Télécom, organisation et lisibilité ...................................................................................................26 L’innovation au service du développement économique : montée en puissance et déploiement mondial................................................................28 Un recrutement de qualité...............................................................................................30 Employabilité des étudiants ............................................................................................31 Activité du réseau des incubateurs..................................................................................32 ANNEXES..........................................................................................................................38 Prix et distinctions ...........................................................................................................34 Les instances au 28 novembre 2012................................................................................40 Les fondations..................................................................................................................42 Chiffres clés .....................................................................................................................44
  4. 4. 2 MARS • Création de l’Institut Mines-Télécom Le décret du 28 février 2012, officialise la création de l’Institut Mines-Télécom, EPSCP Grand établissement sous tutelle des ministres en charge de l’Industrie et des Communications électroniques. Désormais, six écoles des Mines, quatre écoles Télécom, deux filiales et deux partenaires stratégiques forment l’Institut Mines-Télécom avec comme devise : former, innover, créer. FORMER : ingénieurs, managers, docteurs… 36 % de boursiers, 28 % d’étudiants étrangers INNOVER, CRÉER : 40 brevets par an, plus de 100 start-up créées dans les incubateurs, plus de 1 800 publications de rang A… MINES ALBI-CARMAUX – L’EXPERTISE SUR LES ENJEUX ÉNERGÉTIQUES RECONNUE AU PLAN INTERNATIONAL Après avoir été colauréat d’un laboratoire d’excellence (Labex Solstice) et d’un équipement d’excellence (Équipex Genepi), le centre Rapsodee a obtenu en 2012 le renouvellement de son association avec le CNRS (UMR CNRS 5302). Cette reconnaissance salue la qualité de la recherche et de la formation menées à Mines Albi-Carmaux dans les domaines du solaire à concentration, de la valorisation de la biomasse et des déchets, et de l’énergétique dans le bâtiment. MINES DOUAI S’IMPLIQUE DANS LE PROGRAMME D’INVESTISSEMENTS D’AVENIR (PIA) En 2012, Mines Douai s’est fortement impliquée dans le Programme d’investissements d’avenir, au sein d’un laboratoire d’excellence (dans le domaine des physiques et de la chimie de l’environnement atmosphérique), d’un institut d’excellence en énergie décarbonnée (dans le domaine des matériaux biosourcés) et d’un institut de recherche technologique (dans le domaine du transport ferroviaire). En matière de développement durable, Mines Douai est en tête du palmarès L’Étudiant (mai 2013). Parmi les 45 écoles d’ingénieurs répertoriées, elle est la seule à être classée « exemplaire » sur trois des cinq catégories : gouvernance, formation et vie étudiante. MINES NANCY 2012 – UNE ANNÉE D’EXCEPTION Emménagement sur le campus Artem, naissance de l’université de Lorraine, émergence de l’Institut Mines- Télécom... 2012 restera une année d’exception pour Mines Nancy qui entend s’affirmer comme école 3.0 et faire du campus Artem un pôle d’expérimentation pour les pédagogies nomades fondées sur l’interactivité, la diversité des cultures et l’interdisciplinarité. Panorama MINES ALÈS – LE CAP DES 200 INGÉNIEURS DIPLÔMÉS EST FRANCHI! Pour la première fois de son histoire, Mines Alès franchit le cap des 200 ingénieurs diplômés en 2012 : 177 ingénieurs généralistes et 40 ingénieurs de spécialité par apprentissage. Pour 31 d’entre eux, le premier emploi est à l’étranger. C’est la preuve de la pertinence de l’action internationale mise en œuvre : trois nouveaux accords signés en 2012 avec l’université fédérale du Rio Grande do Sul (Brésil), l’École de technologie supérieure (ETS) de Montréal (Canada) et l’université de Sherbrooke (Québec, Canada) portant ainsi à 19 les cursus bidiplômants.
  5. 5. 3 MINES NANTES – RESOH, UNE NOUVELLE CHAIRE DÉDIÉE AU MANAGEMENT DE LA SÛRETÉ INDUSTRIELLE L’école a inauguré en mars 2012 une nouvelle chaire avec pour partenaires, Areva, la DCNS et l’IRSN. Rattachée à son département en sciences sociales et de gestion et baptisée RESOH (REcherche en Sûreté Organisation Hommes), sa direction a été confiée à Benoit Journé, professeur en management des organisations à risques. http://e-talents.mines-nantes.fr MINES PARISTECH – DEUX MINISTRES EN CHARGE DE L’INDUSTRIE À MINES PARISTECH EN 2012 Le 6 mars, Éric Besson, ministre de l’Industrie, de l’Énergie et de l’Économie numérique du précédent gouvernement, a souligné « le rôle majeur » que l’école serait appelée à jouer « dans notre redressement industriel, indispensable ». Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, a, lors de sa venue le 19 juillet, insisté sur le patriotisme économique dont les grandes entreprises doivent faire preuve pour permettre à l’industrie française de se relever. MINES SAINT-ÉTIENNE – LE PRÉSIDENT DU NIGER, DIPLÔMÉ EN 1976, HONORE L’ÉCOLE DE SA VISITE Mines Saint-Étienne a accueilli le 7 février 2012 l’un de ses plus prestigieux anciens élèves, Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou, président de la République du Niger lors de sa visite en Rhône-Alpes pour participer au forum préparatoire à Rio+20. Par son exemplarité et sa personnalité, il a fait partager aux étudiants et personnalités présentes son engagement face aux enjeux du développement durable, et son attachement à prendre en compte les problématiques sociales. STÉPHANIE TILLEMENT, CHERCHEUR, BENOIT JOURNÉ, RESPONSABLE DE LA NOUVELLE CHAIRE ET BÉNÉDICTE GEFFROY, RESPONSABLE DU DÉPARTEMENT SSG. MARS • Premier colloque Institut Mines-Télécom dédié à l’ingénierie et aux STIC pour la santé Ce premier colloque s’est tenu quelques jours seulement après la signature du décret créant au 1er mars 2012 l’Institut Mines-Télécom. Avec plus de 90 posters scientifiques exposés et près de 200 participants, ce colloque sur le thème Ingénierie et STIC pour la santé a rassemblé les acteurs qui travaillent autour de la santé dans les écoles de ce nouvel institut. L’occasion de mesurer la force de ce nouveau groupe, de découvrir les thématiques de chacune des équipes et de confronter expériences et résultats. AVRIL • Prix de la Fondation Télécom : distinguer l’excellence Trois prix distinguant les meilleurs stages de fin d’études en entreprises réalisés en 2011 ont été attribués pour un montant total de 10 000 euros. Les lauréats ont été sélectionnés par un jury composé des partenaires fondateurs de la Fondation, et distingués lors d’une cérémonie accueillie par Accenture, partenaire stratégique de la Fondation Télécom, le 22 mars 2012.
  6. 6. 4 JUIN — Inauguration du laboratoire I3 Inauguration du laboratoire I3 (i-cube) le 14 juin 2012 : Mines ParisTech et Télécom ParisTech présentent l’Institut interdisciplinaire de l’innovation, nouveau pôle d’enseignement et de recherche consacré à l’innovation, en présence d’Éric von Hippel, le célèbre spécialiste de l’innovation, Professor of Technological Innovation, MIT. TÉLÉCOM BRETAGNE – À FOND LES MOOC Jean-Marie Gilliot a été le coanimateur du premier Mooc* francophone Itypa : Internet, tout y est pour apprendre. Un nouveau module de cours sur les réseaux mobiles a été mis en œuvre en avril 2013, basé sur une plateforme développée spécifiquement par les enseignants- chercheurs de Télécom Bretagne. Cette plateforme, ouverte à tous les établissements de l’Institut Mines-Télécom pour la création de leurs cours en ligne, pourrait devenir, à terme, une référence pour ce type de formation en France. * Mooc : Massive Open Online Course TÉLÉCOM ÉCOLE DE MANAGEMENT – DANS LE TOP INTERNATIONAL En septembre 2012, Télécom École de Management fait son entrée à la 41e place du classement mondial du Financial Times des meilleurs masters en management. « Ce classement prestigieux confirme la montée en puissance internationale de l’école, après l’obtention des deux accréditations AACSB et AMBA en 2011-2012 », déclare Denis Lapert, directeur de Télécom École de Management. TÉLÉCOM PARISTECH – ÉCOLE D’INGÉNIEURS PARISTECH À SHANGHAI EN PARTENARIAT AVEC JIAO TONG ENSTA ParisTech, Mines ParisTech, Polytechnique et Télécom ParisTech ont créé une école d’ingénieurs à Shanghai en collaboration avec l’université Jiao Tong, à la suite d’un accord signé au printemps 2012, « dans la perspective souhaitée d’une ouverture opérationnelle de l’institut pour septembre ». Ses domaines de spécialisation sont la mécanique et les STIC. La première rentrée a eu effectivement lieu à la rentrée 2012. Panorama ANTOINE GRASSIN, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE CAMPUSFRANCE ET EMMANUELLE D’ACHON, AMBASSADRICE DE FRANCE EN IRLANDE SUR LE STAND DE L’INSTITUT MINES-TÉLÉCOM ROMAIN SOUBEYRAN, DIRECTEUR DE MINES PARISTECH ET YVES POILANE, DIRECTEUR DE TÉLÉCOM PARISTECH SEPTEMBRE • Conférence annuelle de l’EAIE Les écoles de l’Institut ont saisi l’occasion de la conférence annuelle de l’EAIE, qui s’est déroulée en septembre dernier à Dublin, pour promouvoir l’Institut auprès des 4 200 professionnels des relations internationales présents. Nos représentants ont pu ainsi resserrer les liens avec leurs partenaires actuels et établir de nouveaux contacts sur un stand dédié à l’Institut Mines-Télécom.
  7. 7. 5 DÉCEMBRE • Les écoles de l’Institut Mines-Télécom au salon des grandes écoles Réunies sur un même stand du 14 au 16 décembre 2012 à Paris, les écoles de l’Institut Mines-Télécom ont permis à de nombreux étudiants d’être éclairés et informés sur toutes les formations des écoles. Mines Albi-Carmaux, Mines Douai et Mines Nantes ont également tenu des stands en régions sous la bannière Institut Mines- Télécom, rencontrant un franc succès. SEPTEMBRE • Première rentrée à l’école Shanghai Jiao Tong L’école d’ingénieurs, conçue en partenariat avec Shanghai Jiao Tong et dont les deux écoles parisiennes de l’Institut Mines-Télécom sont cofondatrices, a accueilli sa première promotion en septembre 2012. Elle a été inaugurée le 26 avril 2013 par François Hollande. ParisTech-SJT devrait à terme s’ouvrir aux autres écoles de l’Institut Mines-Télécom, preuve de la bonne articulation des deux marques. TÉLÉCOM LILLE1 DIVERSIFIE LES VOIES D’ACCÈS À SA FORMATION D’INGÉNIEUR L’école recrutait déjà des bacheliers et des Bac+2 (apprentissage). Elle a intégré en 2012 le concours Télécom INT et recruté ses premiers étudiants issus de classes préparatoires. Après la signature d’une convention avec l’université de Xi’an, elle accueille aussi, en admission sur titre, ses premiers étudiants chinois. Le succès de ces nouveaux recrutements confirme la notoriété et l’attractivité croissante de Télécom Lille1. TÉLÉCOM SUDPARIS – ACTEUR DES NANOTECHNOLOGIES La dynamique de recherche de Télécom SudParis s’exprime notamment dans les nanotechnologies. L’école installe trois de ses laboratoires à Nano-Innov. En partenariat avec le CEA-List, le CNRS, ou encore l’INRIA, Télécom SudParis contribue ainsi à relever les défis en optique, interaction homme-machine, énergie intelligente et systèmes embarqués, pour l’industrie française EURECOM – 2012, MILLÉSIME D’EXCEPTION! Année marquante dans la vie d’Eurecom, 2012 a été rythmée par les célébrations des vingt ans de l’institution, son habilitation par la CTI pour délivrer deux diplômes d’ingénieur de spécialisation et par son emménagement dans le Campus SophiaTech, campus emblématique des Alpes-Maritimes. En fin d’année, deux nouveaux partenaires ont rejoint les membres du GIE Eurecom; il s’agit de l’industriel allemand IABG et du gouvernement de Monaco, premier membre institutionnel du GIE. Dans le cadre de cette collaboration, il est prévu la mise en place d’un centre d’expertise pour la sécurité informatique. DANS LE CADRE DE SA VISITE OFFICIELLE EN CHINE, LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, FRANÇOIS HOLLANDE, A INAUGURÉ L’ÉCOLE D’INGÉNIEURS MISE EN PLACE PAR PARISTECH ET L’UNIVERSITÉ CHINOISE DE JIAOTONG.
  8. 8. Former les ingénieurs et les managers de demain 10 L’Institut Mines-Télécom, une évidence Stratégie d’ensemble 8 9
  9. 9. NAISSANCE D’UN GRAND ÉTABLISSEMENT NATIONAL D’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE Innover et créer12
  10. 10. 8 D’une part six écoles des Mines, d’autre part quatre écoles Télécom déjà réunies au sein de l’Institut Télécom. Le tout sous la même tutelle des minis- tres chargés de l’Industrie et des Communications électroniques. Des valeurs communes : utilité publique, recherche de l’excellence, pertinence so- cioéconomique, ouverture et huma- nisme. Les mêmes missions : former les ingé- nieurs, managers et docteurs dont les entreprises ont besoin pour se dévelop- per, effectuer des travaux de recherche de haut niveau et transformer les résul- tats de recherche en valeur pour accom- pagner la compétitivité des entreprises françaises. Ajoutons la concurrence mondiale qui s’invite dans le paysage français de l’en- manière déterminante au développe- ment économique, technologique et scientifique du pays par un enseigne- ment supérieur et des activités de re- cherche d’excellence. Il compte également s’engager pleinement dans la dynamique des partenariats locaux, visant à renforcer notre système d’en- seignement supérieur et de recherche face aux exigences de compétitivité de notre économie et à la concurrence in- ternationale. Créé par décret le 28  février  2012, l’Institut Mines-Télécom est déjà devenu un acteur majeur du paysage français avec 8 % des diplômes d’ingénieurs dé- livrés en France, 32 % d’étudiants étran- gers, environ 40 brevets déposés par an et près de 100 start-up créées dans les incubateurs de ses écoles. L’Institut Mines-Télécom, une évidence seignement supérieur et de la recherche caractérisé par une hétérogénéité des structures… Et la création de l’Institut Mines-Télécom s’impose comme une évidence. Avec dix des plus prestigieuses grandes écoles françaises, ses deux filiales et ses deux partenaires stratégiques, l’Institut Mines-Télécom entend contribuer de Mines Albi-Carmaux Mines Alès Mines Douai Mines Nantes Mines ParisTech Mines Saint-Étienne Télécom Bretagne Télécom École de ManagementEurecom Télécom Lille1 Armines Mines Nancy Télécom SudParisTélécom ParisTech
  11. 11. 9 STRATÉGIE D’ENSEMBLE L’élaboration d’une stratégie d’ensemble est une des actions entreprises par l’Institut dès sa création. Elle a débuté par un diagnostic du positionnement de l’Institut, l’affirmation de son identité, c’est-à-dire de ce qui le caractérise et le différencie, et l’identification de ses valeurs. Ce travail préliminaire indispensable a permis de définir l’ambition de l’Institut pour la période 2013-2017 : « Imaginer et construire l’avenir ». Cette ambition se décline en quatre orientations stratégiques et trois clés de succès. Les quatre orientations stratégiques § Former les ingénieurs pour les décennies à venir § Répondre aux enjeux scientifiques et techniques d’une société en métamorphose § Être un catalyseur dans le développement économique § Devenir un acteur mondial Les trois clés de succès § Développer les ressources et améliorer l’efficacité § Favoriser le développement du potentiel humain § Faire émerger l’e-Institut Cette stratégie a été co-construite avec celle des écoles. Une grande partie du personnel a été impliqué dans la démarche d’élaboration. Cette stratégie d’ensemble a été validée par le conseil d’administration de l’Institut le 27 juin 2012 après avis des différents conseils d’école. Sa mise en œuvre donnera corps aux deux orientations majeures qui ont guidé la création de l’Institut : contribuer de manière déterminante au développement économique, technologique et scientifique du pays et s’engager pleinement dans la dynamique des partenariats locaux. L’Institut en une phrase L’Institut Mines-Télécom articule formation, recherche et innovation, en ingénierie et management, au service de l’industrie, de l’économie et de la société, dans ses grandes écoles ancrées dans leur territoire, ouvertes sur le monde et étroitement liées aux entreprises. Utilité publique Pertinence socioéconomique Ouverture Recherche de l’excellence Humanisme
  12. 12. 10 Former les ingénieurs et les managers de demain d’étudiants étrangers C’est le défi que les écoles de l’Institut Mines-Télécom relèvent collectivement dans la formation de leurs étudiants. Les domaines d’expertise scientifique et technologique des écoles de l’Institut sont précisément ceux qui constituent les grands enjeux socioéconomiques de demain et en particulier la transition énergétique, l’omniprésence du numé- rique, la protection de l’environnement, le soutien au développement industriel. La formation de nos ingénieurs dans les domaines de l’énergie, des ressources naturelles, de l’environnement, des ma- tériaux et structures, du numérique, des technologies de l’information et de leurs applications, l’économie et le manage- ment, concourent ainsi au développe- ment des créneaux porteurs de notre économie. La possibilité pour chaque élève d’effectuer une partie de son par- cours dans une autre école de l’Institut accroît la richesse des formations. Bien formés sur le plan technique, nos diplômés sont aussi capables d’innover, de créer de la valeur pour l’entreprise qui les emploie ou pour leur propre compte, grâce à des modalités pédago- giques innovantes. Les écoles de l’Institut Mines-Télécom s’attachent à adapter leur pédagogie à l’évolution de la société et des compor- tements des jeunes. Adeptes d’une pédagogie active, les écoles effectuent une veille sur les nouvelles tendances, expérimentent de nouveaux dispositifs, échangent leurs expériences et propo- sent chaque année de nouvelles modali- tésd’apprentissageauxétudiants.Ànoter en 2012, la création d’un Fablab pour of- frir aux étudiants un lieu d’expérimenta- tion qui a connu un vif succès, comme le premier MOOC (Massive open online course) « Introduction aux réseaux cel- lulaires ». L’entrepreneuriat est au cœur du dispo- sitif d’enseignement. Les élèves ingé- nieurs et managers sont préparés à la création d’entreprises par des actions de sensibilisation,deformationetdepartage d’expérience au sein de groupes projet en lien avec l’environnement socioéco- nomique local. Les incubateurs des écoles ont accompagné la création d’une centaine de start-up chaque année. 32 %
  13. 13. 11 De nombreux partenariats académiques permettent aux élèves ingénieurs et ma- nagers de découvrir de manière plus ap- profondie un environnement ou un domaine spécifique. Il existe ainsi des filières de double diplôme ingénieur-ma- nager, ingénieur-pharmacien, ingénieur- médecin. Dans un contexte d’échanges mondiali- sés, l’ouverture des formations à l’ac- quisition d’une culture internationale est, bien sûr, une préoccupation majeure dans la construction des parcours. En fonction de leur projet professionnel, les élèves doivent effectuer un séjour d’étude ou un stage dans une entreprise à l’étranger. Certains parcours de for- mation sont enseignés en anglais. Les étudiants étrangers, qui représentent 32 % du total des élèves en formation, facilitent les échanges interculturels. Enfin, les mastères spécialisés, labellisés par la Conférence des grandes écoles, permettent à des étudiants ou des cadres d’acquérir des compétences métier et un complément de formation original et de haute technicité, susceptibles d’élargir les perspectives de carrière. Très actives en matière de recherche, les écoles accueillent toutes des docto- rants dans leurs laboratoires : 446 titres de docteur ont été attribués en 2012, dont 5 en management. À noter que 50 % des docteurs diplômés travaillent en en- treprise après deux ans, preuve de l’em- preinte laissée par une formation tournée vers les besoins des acteurs économiques. Avec plus de 8 % des diplômes d’ingé- nieurs délivrés sur le territoire en 2012 (en formation initiale sous statut étudiant, en formation initiale sous statut d’ap- prenti, en formation continue ou en VAE), l’Institut Mines-Télécom est ainsi le pre- mier groupe d’écoles d’ingénieurs et de management en France. 50 % des docteurs diplômés travaillent en entreprise après deux ans 446 titres de docteur
  14. 14. 12 Innover et créer Dans ingénieur il y a génie, c’est-à-dire mise en œuvre de compétences en science et technologie pour analyser et comprendre les problèmes, imaginer des solutions et mener à bien leur réalisation et leur exploitation. La formation d’ingénieurs demande des enseignants-chercheurs capables d’as- socier des activités de recherche au meilleur niveau à la compréhension des problèmes industriels. L’association de ces préoccupations a conduit les écoles d’ingénieurs de l’Institut Mines-Télécom à se doter d’un corps professoral capable de création en portant la recherche dans l’innovation et en fécondant la recherche par l’innovation. Les recherches menées au sein des écoles de l’Institut Mines-Télécom conju- guent ainsi deux objectifs en synergie : associer le meilleur niveau académique et apporter un concours déterminant au développement économique. Cette spé- cificité se traduit dans le contenu des formations, dans le choix des théma- tiques de recherche, dans l’intensité de la recherche partenariale, ainsi que par des actions de soutien au développement des start-up, PME et ETI. Avec un spectre de compétences scien- tifiques et de domaines applicatifs très variés, les chercheurs et les doctorants sont à la source de création de connais- sances scientifiques, de développement de technologies, de conception de mo- dèles, d’algorithmes, de process d’ar- chitectures, d’interfaces humaines, et de méthodes et d’outils, qui sont à la fois sources de publications scientifiques, de transfert de technologies, de conception de solution, et de produits et de services innovants. L’Institut Mines-Télécom, en associant les écoles des Mines et Télécom, se situe au cœur des grandes problématiques sociétales d’aujourd’hui que sont la mé- tamorphose numérique, les transitions énergétiques et écologiques, et la trans- formation de la société et des entreprises qui en résulte; la réponse à ces problé- matiques demande plus que jamais des
  15. 15. 13 chercheurs capables de travailler de fa- çon ouverte et transdisciplinaire. En sus des activités de recherche sur les grandes orientations mondiales, l’Institut travaille au lancement d’initiatives sur des thématiques scientifiques originales comme la coévolution homme-machine; la création industrielle, l’imaginaire et le design; la coévolution industrie et envi- ronnement. Enfin, les chercheurs de l’Institut travail- lent au cœur de l’écosystème de l’inno- vation, fait de grandes entreprises, de PME et d’équipes de recherche. Ils tis- sent des réseaux de partenariat en France, en Europe et plus généralement à l’international. Ils inscrivent l’Institut et ses élèves au cœur de la métamorphose en cours, fon- dée sur le numérique et l’ingénierie, sur la science et l’innovation, sur la création et le sens.
  16. 16. 14 Dispositifs de formation à l’esprit d’entreprendre et partenariat entreprises en lien avec le tissu local Point sur les projets d’investissements d’avenir 16 18
  17. 17. 15 ANCRAGE TERRITORIAL AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Les collectivités investies dans le développement immobilier des écoles 20 Développement du réseau des écoles associées 19
  18. 18. création de produits ou de services. Elle est mise en œuvre au travers de jeux de création d’entreprises. Mines Douai, Télécom École de Management, Télécom Lille1 et Télécom SudParis ont mis en place des semaines spécifiques telles que le challenge « Projet d’entre- prendre » ou le challenge « Innovation ». Elles sont parfois mises en œuvre avec des écoles de management (dont Télécom école de Management) et s’adressent à l’ensemble des étudiants. Le Fablab, créé à Télécom Bretagne en 2012, propose un espace de création pour les étudiants. À Télécom ParisTech, le projet d’Innovation Master permet aux 16 Dispositifs de formation à l’esprit d’entreprendre et partenariat entreprises en lien avec le tissu local posés sont intégrés au tronc commun du cycle ingénieur. La formation à l’entrepreneuriat com- prend l’enseignement de l’économie, de la gestion, de la stratégie, de la commu- nication et des techniques de négocia- tion, et plus spécifiquement des formations à l’esprit d’entreprendre et au management de l’innovation. Des for- mations plus précises complètent ce so- cle. Ainsi, les élèves de deuxième année de Mines Saint-Étienne participent à un workshop international de design indus- triel d’une semaine. L’expérimentation permet aux élèves de comprendre l’ensemble du processus de Les écoles Mines et Télécom ont mis en place depuis de nombreuses années des dispositifs variés de sensibilisation et de formation à l’entrepreneuriat et de dé- veloppement de l’esprit d’entreprendre de leurs élèves. Les pratiques pédago- giques utilisées s’articulent autour de té- moignages de créateurs, de formations spécifiques, et d’expérimentations de la création et d’accompagnement de l’in- cubation. Les témoignages permettent de faire dé- couvrir aux élèves le champ du possible par la présentation de l’expérience de créateurs d’entreprises. Proposés aux élèves dès leur entrée à l’école, ces ex-
  19. 19. 17 élèves d’approfondir des sujets inno- vants, définis avec les laboratoires de l’école et des entreprises partenaires. À Mines Nancy, la chaire « Ingénierie et Innovation » abrite une démarche origi- nale et interactive comme l’illustre son slogan : « Apprendre ensemble à inno- ver ». Mines Alès utilise des outils péda- gogiques qui reposent sur une mise en situation pratique allant de l’émergence d’idées à la partie industrialisation des produits. De même, Mines Albi-Carmaux met en place un ensemble d’enseigne- ments constituant un « fil rouge innova- tion » réparti sur l’ensemble du cursus. D’autres, comme Mines Nantes, orga- nisent des « start-up week-end ». L’accompagnement a pour objectif de fa- ciliter la mise en œuvre effective de pro- jets de création d’entreprises en intégrant les aspects d’innovation, de marketing, de développements de pro- duits et de financement. À Mines ParisTech, la création de « spin-off » à partir des laboratoires de recherche de l’école et à l’initiative d’élèves de l’école permet la constitution d’un réseau de valorisation des recherches. Les incu- bateurs des écoles proposent, aux élèves et aux diplômés, des locaux, un environ- nement de conseil et le soutien d’un ré- seau d’experts, afin de favoriser la création d’une centaine d’entreprises chaque année, contribuant ainsi au dé- veloppement économique des territoires. Au-delà de la création d’entreprises, ces dispositifs visent à former des ingénieurs et managers sensibilisés à la création de valeur et à l’innovation, afin qu’ils ap- portent aux entreprises la créativité dont elles ont besoin.
  20. 20. 18 Point sur les projets d’investissements d’avenir • 4 IDEX : Upsa, PSL, Uniti, A*MIDEX • 5 IRT : AESE, B-Com, Jules Verne, RAILENIUM, SystemX • 18 LABEX : Comin Labs, SMP, NUMEV, UCN@SOPHIA, DIGICOSME, CAMI, Ressources 21, SMART, LMH, CaPPa, CheMISyst, IMoBS 3, IMU, Manutech Size, SOLSTICE, Lapsis, DEEP, IRON • 9 IEED : IFMAS, INEF4, IDEEL, VEDECOM, GEODENERGIES, France Énergie Marine, PS2E, Efficacity • 9 Equipex : ARRONAX plus, DIME-SHS, DIGISCOPE, FIT, GENEPI, IVTV, Manutech USD, MATMECA, Robotex • 3 SATT : Midi-Pyrénées, Ouest Valo, Saclay • 1 CVT : CVSTENE • 7 « Économie numérique » : ILOT, A1:1, MO3T, Media Factory, FIRE, B2M, BADAP • 1 projet bio-informatique : ABS4NGS • 1 projet Valorisation Carnot volet PME : AVENE-PME Les équipes de l’Institut Mines-Télécom se sont mobilisées sur de nombreux appels à projets du Programme d’inves- tissement d’avenir (PIA). Compte tenu de leurs compétences disciplinaires et de leur ancrage territorial, elles se position- nent sur les deux grandes familles d’ou- tils du PIA : projets d’excellence, à vocation nationale, et pôles d’excellence, à vocation territoriale. L’Institut participe, directement ou à tra- vers ses écoles, à près de 70 projets (comme porteur ou partenaire), ce qui concrétise sa présence, son excellence et son engagement dans les territoires ainsi que la politique de partenariat de l’Institut et de ses écoles. On dénombre notamment : 4 IDEX (Paris, Saclay, Toulouse et Saint-Etienne), 14 IRT ou IEED, 27 LABEX et Equipex, 3 SATT (Île-de-France, Bretagne et Pays de Loire, Midi-Pyrénées), le CVT Numérique, 1 projet Valorisation Carnot PME, 4 IDEFI. Ces participations et projets renforcent le positionnement de l’Institut au niveau national et territorial, dans ses missions d’enseignement, de recherche et d’in- novation, confortent les partenariats, et alimentent les projets, au prix d’impli- cations dans des structures juridiques nouvelles et des consortia de natures di- verses et complexes et d’une forte charge de gouvernance. • 4 IDEFI : Institut Villebon (ParisTech), uTOP (Université de technologie ouverte pluripartenaire, GEM), Forecast (Sciences Po), Défi diversité. • 1 PFMI (plateformes mutualisées d’innovation) : RIC (Retail Innovation Center) • 2 PSPC (projets structurants des pôles de compétitivité) : SINFONI, Fiabilin • 2 « Santé et autonomie sur le lieu de vie grâce au numérique » : Sympad et VHP • 1 « Infrastructure en biologie et santé » : France Life Imaging (FLI) • 1 « Technologies de l’e-education » : EDUCATION-3D
  21. 21. 19 GRENOBLE ECOLE DE MANAGEMENT REJOINT LE RÉSEAU DES ÉCOLES ASSOCIÉES Grenoble École de Management est la première école de commerce et de gestion à rejoindre le réseau d’écoles associées. Régulièrement située à la sixième place dans les classements nationaux des grandes écoles, elle est également reconnue au niveau international, par les accréditations MBA, AACSB et EQUIS. Rejoindre le réseau des écoles associées permet à cette grande école de renforcer ses partenariats avec Télécom Bretagne et Mines ParisTech, notamment grâce aux éléments forts de sa spécificité, le management technologique et l’innovation, et de créer un laboratoire commun avec Télécom Ecole de Management Développement du réseau des écoles associées En 2012, le concours de recrutement d’étudiants en Chine a été ouvert aux écoles associées et le nombre d’étu- diants issus des écoles associées ac- cueillis dans les écoles de l’Institut Mines-Télécom a progressé dans les di- verses filières (apprentissage, post-bac, options de troisième année, double di- plôme). En matière de recherches, les écoles associées membres de l’Institut Carnot « Télécom & Société numé- rique » ont bénéficié du retour des pre- miers financements de leurs projets. Les écoles Télécom et les écoles des Mines ont développé depuis quelques années le concept d’« école associée » en nouant des partenariats actifs avec des écoles d’ingénieurs et de manage- ment partageant les mêmes valeurs pour construire des coopérations pé- rennes en formation, recherche et in- novation. À sa création, l’Institut Mines-Télécom en a repris le principe, et le réseau ainsi constitué est au- jourd’hui composé de 11 écoles asso- ciées animées par 2 500 personnes dont plus de 700 enseignants-chercheurs, accueillant plus de 11 000 étudiants et délivrant près de 3 500 diplômes par an. Une dizaine d’actions prioritaires ont été définies pour développer les échanges d’étudiants, la mise en réseau des acti- vités de recherche et le développement d’un réseau d’innovation. Fin 2012, le concept a été révisé pour renforcer la dynamique de partenariats, diversifier les actions communes, mieux porter la stratégie de l’Institut Mines- Telecom, développer le partage de cultures, encourager la mobilité profes- sionnelle des personnels.
  22. 22. pération à ses deux écoles Télécom SudParis et Télécom École de Management pour développer leurs par- tenariats au sein du pôle scientifique Évry Vals de Seine (PSEVS), avec notamment l’ENSIIE et le Génopôle et confortera ainsi les réseaux de compétences construits sur l’intégralité de l’Arc sud francilien de l’innovation, de Saclay à Évry, soutenu par le département de l’Essonne. Il regroupe neuf plateformes techniques pour la recherche : deux plateformes avec visibilité tous publics, un espace ha- bitat EVIDENT (Espace de Vie Intelligente pour l’étude des services aux personnes DépENdanTes) et un espace de démons- tration et de collaboration, et sept plate- formes sur portages scientifiques dont Grid / Network & Cloud : (plateforme de grappe Réseaux et Nuages de 1 000 cœurs) et un centre de recherche en sciences sociales. 20 Les collectivités investies dans le développement immobilier des écoles Mines Nantes L’école ne cesse de se développer et de s’étendre. Un nouveau bâtiment est en construction, où vont se regrouper cer- tains services pour libérer des mètres carrés au profit de salles de cours. En ou- tre, une extension de 850 m2 est créée pour accueillir la halle PREVER (Plateau pour la REcherche et la Valorisation Énergétique des Résidus). L’installation en ces lieux d’un tel projet État-région de 5 millions d’euros témoigne de la qua- lité des recherches en énergie/environ- nement. Sur ce campus « vert », ces 4 900 m2 supplémentaires seront, bien sûr, labellisés basse consommation. L’Institut Mines-Télécom à Paris-Saclay : le campus urbain se structure En 2012, le projet d’implantation de l’Institut Mines-Télécom sur le plateau de Saclay s’est précisé en lien avec les réflexions menées conjointement par l’établissement public Paris-Saclay et les collectivités (Communauté d’agglomé- ration du plateau de Saclay, ville de Palaiseau). Ces travaux ont permis d’af- finer le cadre de l’urbanisation du cam- pus et plus particulièrement du quartier La MISS à Évry Le compte à rebours est lancé : en 2014 ouvriront les portes de la Maison de l’innovation, des sciences et de la société (MISS). Le bâtiment de la MISS s’étalera sur 3 300 m2 . Il comprendra dix plateformes de recherche, un centre de conférence et un incubateur, une structure d’accom- pagnement de création d’entreprises. Le conseil général de l’Essonne et la com- munauté d’agglomération d’Évry parti- cipent au financement à hauteur de 28 %. Près de 50 % sont pris en charge par la région Île-de-France. L’Institut Mines- Télécom assure la maîtrise d’ouvrage du projet qui apportera des espaces de coo- de l’École Polytechnique qui accueillera l’établissement à la rentrée 2017. La parcelle définie pour l’implantation de l’Institut Mines-Télécom (Télécom ParisTech, activités de Télécom SudParis et direction générale) s’insérera dans un environnement mêlant les activités d’en- seignement et de recherche, les activités économiques, l’habitat, les services et les moyens de transport. La ville de Palaiseau a plus particulière- ment contribué à définir les conditions de réalisation de ces lieux de vie qui se- ront ouverts à une grande diversité d’usagers (étudiants et chercheurs, sa- lariés des entreprises et habitants), en préparant la révision simplifiée du plan local d’urbanisme nécessaire à la mise en œuvre du modèle urbain compact qui a été retenu. En 2012, le financement du projet a fait l’objet d’une décision d’attribution de fi- nancement de 15,9 millions d’euros sur l’enveloppe investissements d’avenir qui a permis notamment de lancer le concours d’architecte à la fin de l’année.
  23. 23. 21 Mines Nancy ARTEM se définit comme une alliance stratégique fondée en 1999 par trois grandes écoles françaises : Mines Nancy, l’École nationale supérieure d’art de Nancy et l’ICN Business School. Ancrée dans l’histoire de l’école de Nancy, l’al- liance a acquis une expérience transdis- ciplinaire et interculturelle unique et s’implante sur un nouveau campus, dont le projet immobilier est totalement fi- nancé par l’État, les collectivités territo- riales et l’Europe. Elle souhaite devenir une référence internationale en matière de valorisation de la transversalité, à l’in- terface entre l’enseignement supérieur, la recherche et le monde socioécono- mique. Autour d’actions singulières, l’al- liance ARTEM est ouverte sur ses territoires régionaux et les entreprises pour répondre à leurs besoins de déve- loppement socioéconomique, en béné- ficiant d’une approche de la transversalité unique en son genre. Le projet immobilier du campus dépasse les 210  millions d’euros et avoisine 70 000 m2 pour accueillir non seulement les trois grandes écoles de l’alliance mais aussi l’Institut Jean Lamour (IJL), un des laboratoires d’appui de Mines Nancy au sein de l’Université de Lorraine (maté- riaux, métallurgie, nanosciences, plas- mas, surfaces…), l’Institut supérieur d’administration et de management (ISAM-IAE) et le CEREFIGE (économie fi- nancière et gestion d’entreprise), une composante de l’Université de Lorraine et son laboratoire d’appui commun avec l’ICN Business School. Environ 75 mil- lions d’euros sont apportés par l’État dont 15 au travers du FCTVA (fonds de compensation pour la TVA), 50 millions d’euros par la région Lorraine, 60 mil- lions d’euros par la communauté urbaine du Grand Nancy dont 40 pour l’aména- gement du site, 10 millions d’euros par le conseil général de Meurthe-et- Moselle, et 15 millions d’euros par le FEDER. Une quarantaine d’entreprises fédérées dans l’association ARTEM-Entreprises soutiennent le projet. Inaugurée le 30 no- vembre 2012, la première tranche du projet immobilier a permis à Mines Nancy de s’installer dans ses nouveaux locaux. L’ensemble devrait être terminé à l’horizon 2015-2016. Eurecom SophiaTech vise à créer un campus de type américain, concentrant les étu- diants, enseignants-chercheurs et cher- cheurs de l’université Nice Sophia Antipolis, du CNRS, d’Eurecom, de Mines ParisTech, de l’INRIA et de l’INRA, ouvert aux entreprises principalement dans le domaine des sciences et technologies de l’information et de la communication (STIC) et de leurs applications. Le campus SophiaTech comprend : • un pôle recherche et formation de très haut niveau grâce à la réputation des écoles (Eurecom, Mines ParisTech, Institut universitaire de technologies, Polytech'Nice Sophia) ou centres de recherche (Laboratoire CRHEA, GeoAzur, GREDEG, I3S, INLN, IPMC, ISA, LEAT, centre INRA, centre Inria, OCA) qu’il accueille. • un pôle recherche d’entreprise, pour développer le pôle de compétitivité mondial des Solutions communicantes sécurisées, le pôle de compétitivité v, le W3C, le KIC EIT ICT Labs, les plate- formes Conception et Telecom et ren- forcer les relations entreprises — académiques par l’animation (associa- tion Telecom Valley). Soutenu par l’État, le conseil général des Alpes-Maritimes (qui est aussi maître d’ouvrage), le conseil régional Provence- Alpes-Cote d’Azur et la communauté d’agglomération de Sophia Antipolis, ce campus, achevé en 2012, comprend plus de 10 000 m2 supplémentaires et forme un ensemble architecturalement cohé- rent autour du bâti déjà existant de l’INRIA et de l’INRA, des bâtiments de l’université Nice Sophia Antipolis (IUT, Polytech'Nice Sophia) et du restaurant universitaire.
  24. 24. 22 La mobilité, un facteur d’intérêt pour les étudiants24 L’innovation au service du développement économique : montée en puissance et déploiement mondial 28 Les activités de recherche de l’Institut Mines-Télécom, organisation et lisibilité 26
  25. 25. DYNAMIQUE DE L’EXCELLENCE Un recrutement de qualité Employabilité des étudiants 30 31 Prix et distinctions 34 Activité du réseau des incubateurs32
  26. 26. 24 De multiples possibilités de mobilité offertes aux étudiants pour compléter leur cursus Double diplôme La plupart des écoles d’ingénieurs ont signé un accord de double diplôme avec Télécom École de Management. Les élèves ingénieurs peuvent ainsi suivre une formation complémentaire et obtenir en quatre ans un double diplôme ingé- nieur-manager qui leur permet de se démarquer lors de leur recherche d’em- ploi et d’accéder plus rapidement à des responsabilités de management dans un contexte fortement technologique. Une vingtaine d’élèves ingénieurs ont déjà choisi de suivre cette formation. La mobilité, un facteur d’intérêt pour les étudiants Mobilité en 3e année Depuis 2012, les écoles de l’Institut Mines-Télécom ont généralisé les possibilités pour un élève d’une école d’ingénieurs d’effectuer une partie de son cursus (généralement la troisième année) dans une autre école d’ingénieurs de l’Institut. Sans nécessiter la mise en place de nouveaux programmes, ce dis- positif permet aux élèves de bénéficier d’une offre plus étendue. Les élèves re- tenus pour participer à cet échange (avec l’accord de l’école d’origine et de l’école d’accueil) obtiennent le diplôme de leur école d’origine. Dès la première année, 34  étudiants ont bénéficié de ce pro- gramme d’échange.
  27. 27. 25 Un réseau international étendu Tous les accords internationaux signés par les écoles bénéficient à l’ensemble de nos étudiants. En parallèle à la si- gnature de nouveaux accords internatio- naux Institut Mines-Télécom, les accords signés avant la création de l’Institut, dans le cadre du Groupe des écoles des Mines (GEM), avec Nanjing University of Science and Technology, l’École polytechnique de Montréal et l’École de technologie supé- rieure également située à Montréal, ont été étendus aux écoles Télécom. L’accord avec l’IIT Delhi le sera en 2013.
  28. 28. 26 Les activités de recherche de l’Institut Mines-Télécom, organisation et lisibilité Les activités de recherche sont menées dans les laboratoires des écoles de l’Institut Mines-Télécom, organisées au sein de centres ou départements d’en- seignement et de recherche. Elles s’ins- crivent pour la plupart dans le cadre d’UMR avec comme partenaires le CNRS, l’INSERM, l’INRIA et des univer- sités. Elles sont conduites en relation étroite avec les entreprises (chaires in- dustrielles, projets de R&D, accompa- gnement de start-up…). La qualité des travaux de recherche et leur pertinence pour le monde écono- mique sont reconnues aussi bien par notre forte activité de publication, le po- sitionnement dans les alliances que par le dynamisme des deux instituts Carnot (les premiers Carnot académiques en terme d’activité contractuelle) ou le nom- bre de chaires dans les écoles. Les écoles travaillent dans des domaines spécifiques liés à leur histoire comme l’énergie, les matériaux, les ressources naturelles et l’environnement pour les écoles des Mines, le numérique pour les écoles Télécom. Mais on trouve aussi des compétences en numérique dans les écoles des Mines, et les deux familles ont des compétences dans le domaine des sciences économiques et sociales, de la santé et des transports, du risque ou de la sécurité. En 2012, un premier travail a été de définir les grands do- maines, leur périmètre et les compé- tences principales, pour fournir les éléments de lisibilité des activités de re- cherche de l’Institut Mines-Télécom. Les travaux conduits début 2013 ont amené à une structuration de la présentation des activités de recherche selon cinq grands domaines thématiques et disciplinaires : numérique, énergie, ma- tériaux, ressources naturelles et envi- ronnement, économie, entreprise et société, et en sus deux secteurs appli- catifs transversaux : santé et transport. Afin d’animer les communautés scien- tifiques internes et leurs partenaires externes, l’organisation de colloques par grands domaines permet de rassembler les chercheurs, de présenter une syn- thèse des recherches et un échantillon- nage des activités de pointe ainsi qu’une
  29. 29. 27 réflexion sur l’avenir en terme de besoins sociétaux et potentiels scientifiques et technologiques. Ainsi, la première ma- nifestation de l’Institut Mines-Télécom à sa création en mars 2012 fut l’organisa- tion du colloque « Ingénierie et numé- rique pour la santé », suivi en mai 2013 du colloque « L’énergie demain » et en décembre 2013 d’un troisième colloque sur le « Monde numérique ». Cette dy- namique sera poursuivie en 2014 en étroite relation avec le conseil scientifique de l’Institut mis en place en novem- bre 2013. Par ailleurs, dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie d’ensemble validée mi-2013, l’Institut Mines-Télécom prévoit de mettre en place des programmes transversaux pour répondre aux grands défis, qu’ils soient sociétaux ou scienti- fiques et interdisciplinaires, par exemple « transition énergétique et réseaux du futur », « ville numérique et durable », « santé, longévité et autonomie  », « risque et sécurité ». La coordination des activités est confiée à un groupe de pilotage Recherche et innovation, ras- semblant les responsables de coordina- tion des deux familles et à un comité de domaine Recherche et innovation, ins- tance de travail regroupant les directeurs en charge de la recherche et de l’inno- vation des écoles.
  30. 30. 28 L’innovation au service du développement économique : montée en puissance et déploiement mondial L’Institut Mines-Télécom et ses écoles sont mobilisés par la diffusion de l’inno- vation vers les entreprises et notamment les PME et les ETI. Ils portent en effet une mission stratégique de soutien au développement économique, qui se tra- duit par la mobilisation des capacités de créativité tant des élèves ingénieurs que des enseignants-chercheurs des écoles. Cette diffusion s’effectue au travers de différents canaux : projets de recherche partenariale menés sous forme de contrats financés par les entreprises ou en partenariat avec elles; transfert de technologies, y compris au sein de pla- teformes technologiques opérées par les écoles; mais aussi stages, missions et projets des étudiants réalisés en lien étroit avec les entreprises. Les écoles sont également mobilisées pour la mise en œuvre d’incubateurs technologiques et animent des actions concrètes de pro- motion de la créativité au service de l’in- novation dans des PME de leurs territoires. Elle se réalise aussi à différentes échelles, au niveau régional en s’ap- puyant sur les sites des écoles maillant la plupart des régions françaises, au ni- veau national, européen, et international en s’appuyant sur l’effet d’envergure et la mutualisation. Ce dynamisme permet à l’Institut et aux écoles de jouer un rôle moteur dans les écosystèmes de l’innovation régionaux et nationaux. Les écoles participent au travail d’animation de la réflexion collec- tive sur les besoins de la société, les be- soins des entreprises et leur intégration, ce qui leur permet de faire jouer les effets d’échelles et d’envergure pour porter une politique européenne et internationale. Cette dynamique globale associe les en- seignants-chercheurs, les équipes de re- lation avec les entreprises et de soutien à l’innovation des écoles, et l’équipe d’in- génieurs de business developement de l’Institut, pour allier compétences scien- tifique et technologique, connaissance des marchés et de ses acteurs, capacité d’identifier des opportunités d’innovation, d’effectuer une analyse-système des be- soins, et de monter et faire vivre des pro- jets R&D. Elle fait de l’Institut Mines-Télécom un acteur fort et reconnu de l’innovation au niveau national. Au niveau européen, ses équipes sont également très présentes dans les programmes de R&D (FP et Eureka), mais aussi dans les KIC, outils de transfert et d’innovation au service des entreprises. Au sein du KIC ICT Labs, l’Institut Mines-Télécom s’est fortement impliqué dans l’initiative EIT ICT Labs, de la Commission européenne, et le direc- teur de l’innovation de l’Institut dirige le projet Business development accelerator qui réunit 24 business developers euro- péens. Au niveau international, une expérimen- tation de soutien des PME dans l’accès aux marchés mondiaux a été lancée en Californie dans le cadre de l’Institut Télécom en 2010. Le « hub » de la Silicon Valley a permis de valider la pertinence des fondamen- taux de son action en terme d’innovation. En 2012, il a accompagné avec succès quatre PMEinnovantes:ActiveNetworks,
  31. 31. 29 Squid, Caps, Gutemberg, et développe la notoriété de l’Institut auprès de grands acteurs mondiaux. Fort de sa légitimité scientifique, l’Institut identifie des innovations, suscite la coo- pération entre PME et grands acteurs (Google, Cisco, L’Oréal, etc.), leur apporte sa capacité de recherche et sa connais- sance des marchés concernés. Il s’ap- puie sur le réseau qu’il s’est constitué dans l’écosystème local et bénéficie de l’aide précieuse des alumni et de parte- naires français parmi lesquels Ubifrance, Oséo, le consulat de France, etc. Cette première expérience fructueuse et riche d’enseignements dans le haut lieu de l’innovation technologique a permis de s’engager avec confiance dans une extension vers des marchés liés à des pays ou zones mondiales en fort déve- loppement. Outre l’intensification de l’ac- tion menée dans la Silicon Valley, l’Institut-Mines Télécom a donc avancé dans une démarche similaire d’implan- tation à Singapour et à Moscou, deux nouveaux points d’ancrage propices à une multiplication rapide des projets d’innovation.
  32. 32. 30 Un recrutement de qualité En 2012, les écoles de l’Institut Mines-Télécom ont admis plus de 3 700 nouveaux élèves dont 2 526 ingé- nieurs, 266 managers, et 924 élèves dans les autres formations de niveau master. Le volume des recrutements a progressé de 7 % de 2011 à 2012 dans les filières ingénieurs et managers et de 3 % pour l’ensemble des recrutements de niveau master. Les admissions sur concours dans les filières ingénieurs (concours Mines- Ponts, concours commun des écoles des Mines, concours TELECOM INT, concours GEIPI-Polytech) et managers (concours TEM) représentent 60 % des élèves recrutés dans ces programmes. Les admissions sur titre (hors appren- tissage) représentent 15,6 % des recru- tements dans les filières ingénieurs et managers. 16,6 % des élèves ingénieurs intègrent les filières par apprentissage. Les femmes représentent 28,6 % des élèves ingénieurs et managers, les étrangers 23,2 % et les boursiers sur cri- tères sociaux 37,6 %. La variété de ces modes de recrutement exigeant accroît la diversité des profils et contribue à la qualité des formations. Enfin, près de 400 doctorants ont com- mencé leur thèse dans les écoles de l’Institut Mines-Télécom. De nouvelles filières ont été ouvertes en 2012 : • Télécom École de Management a ou- vert un programme Bachelor qui, dès la première année, a accueilli 37 élèves ainsi qu’une filière de double diplôme in- génieur-manager. • ParisTech Shanghai Jiao-Tong, nou- veau programme porté par quatre écoles dont Mines ParisTech et Télécom ParisTech, a intégré une première pro- motion de 62 élèves.
  33. 33. 31 Employabilité des étudiants Une rapide insertion dans le monde professionnel La formation délivrée aux élèves des écoles de l’Institut leur permet d’exercer des fonctions très diversifiées dans un grand nombre de domaines et dans de très bonnes conditions. Ainsi, deux mois après la délivrance de leur diplôme, près de 90 % des ingénieurs managers ont trouvé un emploi, dont près de 90 % en CDI. Suivant les fonctions, les secteurs d’activité, le lieu de travail (France ou étranger), les salaires bruts annuels vont de 35 à 42 K€. Des compétences qui irriguent tous les secteurs industriels La plupart de nos diplômés se tournent vers l’industrie (entreprises industrielles ou de service à l’industrie) : près de 30 % sont dans l’industrie et les services liés au numérique, 16 % dans l’aéronautique, l’automobile, la chimie… 20 % d’entre eux sont dans la recherche-développe- ment et les études et conseil pour les entreprises, 11 % dans l’énergie, 8 % dans le BTP. 11 % sont dans les entre- prises de services (dont banques et as- surances) essentiellement pour y exercer des fonctions d’ingénieur. Un accompagnement du développement des régions et des PME La moitié de nos diplômés travaillent en Île-de-France où sont implantés les sièges sociaux et la majorité des centres de recherche. D’autres choisissent de travailler en région et renforcent l’impli- cation des écoles dans le développement du tissu économique local et régional. Plus du quart des diplômés travaillent dans des entreprises de moins de 500 personnes, résultat du développe- ment des relations entre les écoles et les PME. OUVERTURE SOCIALE En 2012, les écoles de l’Institut Mines-Télécom ont accueilli dans leur programme Grande école plus de 37 % de boursiers, montrant ainsi leur contribution à l’ouverture sociale des grandes écoles. Parallèlement, les écoles diversifient leurs filières d’accès offrant des passerelles et des cursus sécurisés. Enfin, pour lever les blocages psychologiques de jeunes qui ont le potentiel, mais n’osent pas tenter des cursus réputés difficiles, les écoles participent activement aux opérations de sensibilisation, de motivation et d’accompagnement comme « Pourquoi pas moi », « Passeport avenir », « Les cordées de la réussite ». DÉVELOPPEMENT DURABLE Les écoles de l’Institut Mines-Télécom contribuent au développement durable, à la fois en tant que collectivité (mission Développement durable à Mines Nantes) et en tant que formateur. À ce titre, elles proposent des formations dédiées et intègrent une sensibilisation à ces problématiques dans de nombreux modules (Télécom Bretagne) tels que : « Green TIC », « Calculer votre empreinte carbone », « L’ingénieur et les technologies dans la société », « Enjeux du monde et défis du développement durable ».
  34. 34. 32 Activité du réseau des incubateurs Les premiers incubateurs des écoles de l’Institut Mines-Télécom sont nés à Mines Alès en 1984 et à Mines Douai en 1985. A suivi un développement massif des incubateurs Télécom à la fin des an- nées 90. Ils produisent aujourd’hui près d’une centaine de nouvelles start-up par an et sont aussi un outil de démonstra- tion et de formation pour mobiliser les étudiants vers l’entrepreneuriat. Les entreprises incubées sont portées par les chercheurs des laboratoires, par des élèves et doctorants en sortie d’école ou par des alumni qui reviennent créer après une expérience en entreprise. Pour stimuler le désir d’entreprendre, l’Institut Mines-Télécom et ses écoles multiplient les initiatives, modules de formation, concours de création d’entreprises pour les élèves, soutien à la maturation avec le concours de la Fondation Télécom ou Armines, prêt d’honneur avec le soutien de la Caisse des dépôts et consignations, de la Fondation Télécom et de Télécom Technologie Transfert (3T), fonds de préa- morçage pour les entreprises en incu- bation. La politique d’incubation est aussi un facteur d’attractivité pour les entreprises partenaires et pour les alumni des écoles. Pourl’InstitutMines-Télécom,recherche, innovation et entrepreneuriat vont de pair. Ainsi, de nombreux brevets, déposés par les laboratoires des écoles, sont valorisés dans les spinoff des labora- toires ou dans les start-up issues des incubateurs ou dans les PME de l’écosystème : Medria, SecureIC, E3S, Aj4R, Easyvirt. Les services offerts dans nos incuba- teurs sont multiples : conseil, support à la structuration des projets, formations, bureaux, accès à l’écosystème de l’inno- vation et aux modes de financement, accès aux laboratoires de recherche de l’Institut, suivi légal pour la création. Pour stimuler la naissance de nouveaux projets, les écoles ont mis en place plu- sieurs manifestations-compétitions : Start’In Challenge Mines Saint-Étienne : ouvert à ses étu- diants, alumni, PHD, chercheurs. Innov’up Mines Alès : une compétition d’idées ré- compensée par un an d’incubation, un prêt de 40 K€ et une formation dans une école de management. Un week-end pour innover et créer Mines Nantes : compétition de projets de 14 écoles d’ingénieurs. Trophée start-up numérique Télécom Sud Paris & Télécom École de Management : compétition qui s’adresse à tous les projets de création d’entre- prises innovantes du web, du mobile, et de l’informatique ou aux jeunes entre- prises de moins d’un an. Les incubateurs des écoles sont recon- nus pour la qualité de leur travail, no- tamment par le label européen de Mines Alès qui participe au Centre européen d’entreprise et d’innovation. Ils sont aussi très intégrés aux structures régionales de l’innovation (conseils régionaux, OSEO, CCI, communautés urbaines). 126start-up incubées en 2012
  35. 35. 33 Quelques beaux succès Netvibes, plateforme tout-en-un de dashboard pour la veille des médias sociaux en temps réel, a levé 12 M€ en 2006, et a été rachetée par Dassault Systemes en 2012. Le livre scolaire, éditeur scolaire indé- pendant de manuels numériques colla- boratifs, a levé 3 M€ en 2012. ePawn, les jeux interactifs de demain mêlant des objets réels au monde virtuel, a levé 1 M€ en décembre 2012. Medria, premier réseau social des ani- maux d’élevage, au chiffre d’affaires de 4,4 M€, est en progression de +75 % en 2012, avec plus de 20 % à l’export. Innes, référence nationale de l’affichage dynamique sur les lieux de vie. Son chif- fre d’affaires a doublé par rapport à 2010 et possède plus de 450 clients finaux. Innes vient de boucler début 2013 une levée de fond de 1 M€ soutenu par le fonds d’amorçage Télécom Technologies Transfert porté, pour partie, par l'Institut. Enensys, champion de la croissance et de l’international, est coté sur le marché Euronext avec un chiffre d’affaires de 8,5 M€ en 2012 et une croissance de + 75 % dont 90 % à l’export. Microvitae Technologies, dont les puces biocompatibles sont utilisées pour la neurochirurgie des tumeurs et le diag- nostic de l’épilepsie ou du diabète. Paperus, livre hybride avec plus de 5 000 titres prévus d’ici fin 2013. CrossLux, énergie dans le verre avec film transparent photovoltaïque, pour couvrir les vitres. Commercialisation prévue en 2013. 90 % Taux de survie des PME à trois ans
  36. 36. 34 • 2012 — Bertin Nahum, patron de Medtech SA (projet d’entreprise développé pendant deux ans au sein de l’incubateur de Mines Alès) est classé 4e des « entrepreneurs high- tech les plus révolutionnaires » par la revue Discovery Series, derrière Steve Jobs (Apple), Mark Zuckerberg (Facebook) et James Cameron (Avatar) — Mines Alès. • Samuel Forest est médaille d’argent CNRS 2012 pour ses travaux sur la mécanique continue et les ruptures des matériaux à l’échelle microscopique — Mines ParisTech. • René Garello a été élu à la présidence de la société savante internationale IEEE OES — Télécom Bretagne • Thierry Weill a été élu à l’Académie des technologies — Mines ParisTech • Alexandre Dolgui, directeur délégué à la recherche de l’Institut Henri Fayol a été nommé, pour cinq ans, éditeur en chef de la prestigieuse revue International Journal of Production Research (IJPR) — Mines Saint-Étienne • André Pineau médaille d’or d’Acta Materialia, revue de premier rang pour la science des matériaux — Mines ParisTech • Marius Preda a reçu un « ISO Certificate of Appreciation » global pour les travaux sur six standards MPEG (novembre 2012) — Télécom SudParis • Claude Lambert du centre ingénierie et santé a été élu président de la Société européenne d’analyse cellulaire (ESCCA) en septembre 2012 à l’assemblée générale de la société — Mines Saint-Étienne • Blanche Segrestin et Armand Hatchuel, ont obtenu pour leur livre Refonder l’entreprise, le prix de l’AFCI et le prix du livre de l’année Manpower/HEC — Mines ParisTech • Gilles Coppin a reçu le prix Otan HFM 217, catégorie Innovation, pour ses travaux sur le pilotage d’essaim de drones — Télécom Bretagne • Bruno Peupertier : prix André Missenard 2012 de l’AICVF pour son action en faveur des bâtiments à basse consommation d’énergie et faible impact environnemental — Mines ParisTech • Jacques Sakarovitch, directeur de recherche CNRS, est Chairman de l’IFIP — Télécom ParisTech • Mathieu Glachant est nommé Visiting senior Fellow au sein du Grantham Research Institute on climate change — Mines ParisTech • Le Centre d’appui aux pratiques d’enseignement a reçu le trophée des techniques éducatives au salon Educatec-Educatice pour son cartable numérique — Mines Nantes • Jean-Jacques Bezian a reçu le prix scientifique de la conférence internationale DERBI 2012 pour sa contribution au développement des énergies renouvelables pour ses travaux sur les procédés solaires à concentration — Mines Albi- Carmaux Prix et distinctions DISTINCTIONS
  37. 37. 35 • Thierry Guillemot, Andrés Almansa et Tamy Boubekeur ont reçu le Best Poster Award pour Non Local Point Set Surfaces à la conférence Symposium on Geometry Processing SGP 12, juillet 2012, à Tallinn en Estonie — Télécom ParisTech • Houda Khrouf, Vuk Milicic et Raphaël Troncy ont reçu un Semantic Web Challenge Award pour « EventMedia Live : Exploring events connections in real-time to enhance content » à l'occasion de ISWC 2012 — International Semantic Web Conference — qui s'est tenue en novembre à Boston, États-Unis — Eurecom • Justus Baron est colauréat du FEEM award 2012 of the European Economic association pour l’article Technological standardization endogeneous productivity and transitory dynamics — Mines ParisTech • Gabriel Serme, Anderson Santana De Oliveira, Marco Guarnieriy et Paul El Khoury ont reçu un Best Paper Award pour leur article intitulé Towards assisted remediation of security vulnerabilities lors de la conférence SECURWARE 2012, 6th International Conference on Emerging Security Information, Systems and Technologies, qui s'est tenue du 19 au 24 Août 2012 à Rome, Italie — Eurecom • Asma Mejri, Ghaya Rekaya-Ben Othman et Jean-Claude Belfiore ont reçu un Best paper award de la conférence IEEE International conference on Communications and Networking (Hammamet, Tunisie, mars 2012) pour l'article Lattice Decoding for the Compute-and- Forward Protocol — Télécom ParisTech •AndreeaPicu,ThrasyvoulosSpyropoulos et Theus Hossmann ont reçu un Best Paper Award pour leur article An Analysis of the Information Spreading Delay in Heterogeneous Mobility DTNs à l'occasion de la conférence internationale The Thirteenth International Symposium on a World of Wireless, Mobile and Multimedia Networks - WoWMoM 2012 à San Francisco, États-Unis — Eurecom • Le projet de Damian Markham Cryptography in a Quantum World: from inception to implementation a été distingué par le programme Émergence(s) 2012 de la Ville de Paris — Télécom ParisTech • Roland Badeau et Gaël Richard, ont reçu l’AES 132nd Convention Peer- Reviewed Paper Award (Budapest, avril 2012), dans le cadre du projet ANR-Dream : Linear Mixing Models for Active Listening of Music Productions in Realistic Studio Conditions — Télécom ParisTech CHERCHEURS
  38. 38. 36 • Prix IBM PhD Fellowship, attribué à Afef Denguir, doctorante au LGI2P pour ses travaux sur la conduite des installations de chauffage pour le bâtiment durable — Mines Alès • Carmelo Velardo et Jean-Luc Dugelay ont reçu un Best Student Research Demonstration Award pour leur démonstration Real Time Extraction of Body Soft Biometric for Telemedicine lors de GTTI Thematic Meeting on Multimedia Signal Processing 2012 à Courmayeur, Italie du 19 au 21 mars — Eurecom • Ismael Figueroa est lauréat du prix 2013 student research competiton de Modularity 2013 pour son travail Towards control of aspect interference using membranes and monads — Mines Nantes • Arthur Hellouin de Menibus est lauréat du European Nuclear Education Network pour sa thèse Hybride blisters formation and characterization — Mines ParisTech • Le Projet DIAMONDS obtient l’ITEA Exhibition Award 2012 à l’occasion de l’ITEA & ARTEMIS Co-summit (30 et 31 octobre 2012 Paris) — Télécom SudParis DOCTORANTS • Elisabeth Zehendner, doctorante au Centre microélectronique de Provence, a reçu un Best Student Paper Award intitulé Benefits of a truck appointment system on the service quality of inland transport modes at a multimodal container terminal lors de l’International Conference on Logistics and Maritime Systems Logistics (LOGMS 2012), Brême, Allemagne, 22-24 août, 2012 — Mines Saint-Étienne • Jean Chaoui, docteur de Télécom Bretagne, lauréat du prix national de la thèse de doctorat en ingénierie biomédicale catégorie « Innovation » — Télécom Bretagne • Daniel Pino-Munoz, doctorant au centre des matériaux et des structures a reçu le prix de thèse 2012 de la CSMA, Computational Structural Mechanics Association, société savante en mécanique numérique. High-performance computing of sintering process at particle scale — Mines Saint-Étienne • L’article scientifique intitulé Predicting Mobile Phone User Locations by Exploiting Collective Behavioral Patterns, rédigé par Haoyi Xiong, Daqing Zhang et Vincent Gauthier remporte le Best Paper Award à la 9e Conférence IEEE sur l’intelligence ubiquitaire et l’informatique (UIC 2012), à Fukuoka, Japon, en septembre 2012 — Télécom SudParis • Loïc Favergeon a reçu l’International Grant Program for Young Scientists de l’ICTAC (International Conferece of Thermal Analysis and Calorimetry) — Mines Saint-Étienne • Juan Pablo Guzman Velez, a remporté le prix de l’innovation de la 15e conférence internationale Antem (International Symposium of Antenna Technology and Applied Electromagnetics) — Télecom Bretagne • Le projet SERVERY a obtenu le prestigieux Celtic Gold Award 2012 — Télécom SudParis • Le Best Student Paper Award de EI-DRR San Francisco, 2012 (Document Recognition and Retrieval) a été attribué à Olivier Morillot, Laurence Likforman- Sulem et Emmanuèle Grosicki pour leur article intitulé Construction of language models for an handwritten mail reading system — Télécom ParisTech • Vladislav Yastrebov est lauréat du prix de thèse 2012 de la CSMA Computanional contact mechanics : geometry, detection and numerical techniques — Mines ParisTech • Mathieu Verdier a obtenu le prix de thèse Nantes Métropole pour ses travaux Analyse à granularité fine de la subjectivité — Mines Nantes
  39. 39. 37 • Sarah Boufelja, élève-ingénieure en 3e année, est arrivée première ex aequo au concours 2012 Promotion de l’éthique professionnelle (catégorie : « Étudiant étranger francophone ») organisé sous le haut patronage de l’Unesco pour son essai intitulé « L’éthique et les TIC : pour une nouvelle approche comportementale » — Télécom Bretagne • Dans le cadre du concours Women Entrepreneurs in Europe organisé par SIEMENS, Chloé Dasse, s’est classée deuxième de la finale européenne pour son projet de développement durable axé sur l’innovation (Rice Box) — Mines Douai • Challenge SIA 2012 (Société des ingénieurs automobile), un projet d’étudiants, a reçu le 1er prix « Style et qualité perçus », et le 1er prix « Sécurité » — Mines Alès • Le prix d’initiation à la recherche de la Société française de métallurgie et de matériaux (SF2M) Nord a été décerné à Adeline Guidez pour ses travaux de master sur la plastification et le nanorenforcement d’un matériau biosourcé à base d’amidon — Mines Douai ÉTUDIANTS • Simon Adrian, étudiant Erasmus, a reçu l’IEEE Antennas and Propagation Society Pre-Doctoral Research Award pour son projet de thèse de master intitulé A Double- Dual Algebraic Multigrid Approach for Generalized Calderon Electromagnetic Solvers, encadré par Francesco P. Andriulli du département Micro-ondes — Télécom Bretagne • Ronan-Alexandre Cherruau a obtenu le 3e prix de la compétition INRIA Boost ypur code 2012 — Mines Nantes • Eleni Diamanti, et Paul Jouguet, étudiant à Télécom ParisTech, sont co-auteurs de l’article Experimental demonstration of continuous-variable quantum key distribution over 80 km of standard telecom fiber ont reçu le Best Student Paper Award à la 2nd Annual Conference on Quantum Cryptography (QCRYPT 2012), Singapour, septembre 2012 — Télécom ParisTech
  40. 40. 38 Les instances au 28 novembre 2012 Les fondations 40 42
  41. 41. 39 Chiffres clés 44 ANNEXES
  42. 42. 40 Les instances au 28 novembre 2012 CONSEIL D’ADMINISTRATION Jean-Bernard LÉVY Président du conseil d’administration REPRÉSENTANTS DE L’ÉTAT Pascal FAURE Vice-président du Conseil général de l’économie, de l’industrie, de l’énergie et des technologies Anthony FARISANO Chef de bureau – Direction du budget (3BEPII) — MEFI Éric GRÉGOIRE Professeur – Conseiller scientifique et des formations à la Direction générale pour l’enseignement supérieur et l’insertion professionnelle du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Pascal ESTRAILLIER Chargé de mission à la Direction générale pour la recherche et l’innovation Michèle FEJOZ Directrice des ressources humaines, adjointe au Secrétaire général des ministères économique et financier — MEFI Mireille CAMPANA Sous-directrice des réseaux et des usages des technologies de l’information et de la communication à la DGCIS Alain SCHMITT Chef du service de la compétitivité et du développement des PME – DGCIS Pascal DUPUIS Chef du service du climat et de l’efficacité énergétique (MEDDE) PERSONNALITÉS QUALIFIÉES Jean-Paul VAUTREY Gérant – Hauterive Associés Patrice CAINE Vice-président en charge des produits de radiocommunication — THALES Sonia DENOYER Directrice supply chain – L’Oreal produits professionels Mari-Noëlle JEGO-LAVEISSIERE Directrice de projet – Orange France Stéphane GRASSET Président IMAKYS – Président de l’association Télécom & Management Alumni Dominique JEAN Directeur général – France Boissons – Président de l’association Télécom & Management Alumni Francis LÉVY Directeur Commande/Facturation – Orange Business Services – Administrateur de l’association Télécom Bretagne Alumni REPRÉSENTANTS DES PERSONNELS Sophie BÉRANGER Collège personnels administratifs et de gestion, techniques et de logistique Télécom ParisTech Nicolas RELIGIEUX Collège personnels administratifs et de gestion, techniques et de logistique Télécom ParisTech Carmen GORDON-NOGALES Collège personnels chargés d’enseignement et de recherche – Télécom École de Management — Suppléante Samir SAOUDI Collège personnels chargés d’enseignement et de recherche – Télécom Bretagne Christine LETROU Collège personnels chargés d’enseignement et de recherche – Télécom SudParis REPRÉSENTANTS DES ÉLÈVES Georges GOURITEN Élèves en cycle doctoral – Télécom ParisTech Abdelkader SABRI Élèves autre cycle de formation — Télécom École de Management Patrick LAMBEIN Élèves autre cycle de formation – Télécom ParisTech Fondation Télécom Véronique DEBORDE Véronique SENTILHES Directeur scientifique Francis JUTAND
  43. 43. 41 COLLÈGE DES DIRECTEURS Directeur Mines Albi-Carmaux Alain SCHMITT Directeur Mines Alès Alain DORISON Directeur Mines Douai Daniel BOULNOIS Directrice Mines Nantes Anne BEAUVAL Directeur Mines ParisTech Romain SOUBEYRAN Directeur Mines Saint-Étienne Philippe JAMET Directeur Télécom Bretagne Paul FRIEDEL Directeur Télécom École de Management Denis LAPERT Directeur Télécom ParisTech Yves POILANE Directeur Télécom SudParis Pierre ROLIN Directrice de la communication Isabelle LAUTRAITE Directeur Eurecom Ulrich FINGER Directeur Mines Nancy Michel JAUZEIN Directeur Télécom Lille1 Bertrand BONTE Directeur Armines Pascal IRIS Directrice des ressources humaines Isabelle GOMMARD Directeur des formations, de l’international et des partenariats Jean-Claude BARA Secrétaire générale Jocelyne SOUSSAN-COANTIC Directeur de la stratégie Nicolas SENNEQUIER Président du conseil d’administration Jean-Bernard LEVY Directeur général Jean-Claude JEANNERET Agent comptable Nicole DELVAL L’ÉQUIPE DE DIRECTION
  44. 44. 42 2012, un développement reconnu pour la Fondation Télécom La Fondation Télécom a été créée en 2008 pour donner les moyens aux écoles Télécom de l’Institut Mines-Télécom de conduire leurs missions en formation, recherche, innovation et prospective et d’accompagner leur transformation. Elle soutient, grâce à ses 35 entreprises par- tenaires et plus de mille donateurs par- ticuliers, les écoles Télécom à travers de grands programmes et des actions ci- blées en lien avec le numérique. En 2012, la Fondation a notamment fi- nancé pour un montant de 2 355 K€ : • des programmes en formation pour les étudiants : bourses sociales et in- ternationales, prix des meilleurs stages, programme First d’open-inno- vation, actions de soutien aux campus; Les fondations • des programmes en recherche pour soutenir et récompenser les thèses Futur & Ruptures et accompagner cinq chaires d’enseignement et de re- cherche dans les écoles Télécom et à l’Institut Mines-Télécom; • des programmes en innovation en ac- cordant des prêts d’honneur à une di- zaine de start-up des incubateurs des écoles Télécom; • des programmes en prospective à tra- vers les activités du Think Tank Futur numérique de l’Institut Mines-Télécom portant sur des réflexions sur la société numérique. La Fondation Télécom a été reconnue d’utilité publique par décret le 7 mars 2012 bénéficiant ainsi d’une plus grande indépendance en matière de ges- tion et de gouvernance. Fin 2012, la Fondation Télécom a clôturé sa campagne de collecte 2008-2012 avec 20 millions d’euros levés et déjà plus de 10 millions d’euros investis en cinq ans dans les écoles. Elle prépare en 2013 une deuxième campagne de développe- ment pour renforcer son impact en lien avec le plan stratégique de l’Institut Mines-Télécom. Plus d’informations sur la Fondation Télécom sur son site web : www.fondation-telecom.org
  45. 45. 43 Fondation Mines ParisTech : plein succès pour la campagne 2008-2012 La Fondation Mines ParisTech, reconnue d’utilité publique en 1947, vient de clore avec succès la campagne de développe- ment Mines ParisTech 2008-2012. Cette campagne a engrangé 23,5 mil- lions d’euros, soit 5 % du budget de Mines ParisTech, auprès des anciens élèves et de 50 entreprises mécènes, la plupart partenaires des 16 chaires d’en- seignement et de recherche. La Fondation prépare la campagne 2014- 2018 qui ajoutera aux axes habituels (élèves, recherche) un axe lié à l’entre- preneuriat et la valorisation du patri- moine. www.mines-paristech.fr Fonds de dotation Mines Nantes : des axes de développement ambitieux L’école possède un fonds de dotation qui permet de recueillir des dons d’entre- prises et de particuliers pour accompa- gner son développement autour de cinq axes : • innovation • internationalisation • égalité des chances • développement durable • développement économique du terri- toire http://fonds-dotation.mines-nantes.com Fonds de dotation de Mines Douai : un outil financier pour l’école Le fonds de dotation de Mines Douai a été créé en 2010 afin d’apporter au fon- dateur les moyens financiers supplé- mentaires susceptibles d’amplifier son action dans les domaines de l’innovation, de l’entrepreneuriat, de la formation et de l’ouverture sociale à destination des élèves de l’école et des cadres de l’in- dustrie. La campagne de levée de fonds 2012 a permis de recueillir 20 730 €. Il a ainsi été décidé d’octroyer aux élèves des : • bourses d’excellence • bourses pour les séjours internatio- naux • aides remboursables pour les élèves étrangers http://dotation.mines-douai.fr Fondation I3M : une nouvelle page s’écrit à Saint-Étienne La Fondation I3M Saint-Étienne se remet en ordre de marche, pour soutenir des projets et activités dont la direction de l’école a la totale maîtrise. Elle doit met- tre ses réseaux, sa connaissance de la concurrence, son savoir-faire au service d’une activité collective mêlant excel- lence académique, pédagogique et scientifique, qualité des recrutements (personnels et étudiants), exemplarité des comportements et responsabilité so- ciétale. www.fondationi3m.org
  46. 46. 44 Chiffres hors écoles associées Chiffres clés FORMATION hors inscrits chez les partenaires cohabilités Effectif total en formation dans les écoles de l'Institut 12 555 Elèves ingénieurs 8 617 Elèves managers 1 013 Autres élèves (masters, mastères, formations spécialisées) 1 200 Doctorants (au 31 décembre de l'année) 1 725 Taux d'élèves étrangers 32 % Taux de boursiers (prog, grandes écoles) 38 % DIPLÔMES hors diplômes délivrés par les partenaires cohabilités Nombre total de diplômes 4 165 Diplômés ingénieurs 2 491 Diplômés managers 192 Autres 1 036 Doctorats soutenus 460 Taux de placement des docteurs en entreprise 50% RECHERCHE/INNOVATION Effectifs Enseignants-chercheurs et chercheurs 1 451 Ingénieurs de recherche 334 Doctorants uniquement 1 725 Ressources contractuelles 121,3 M€ dont ressources d'origine privée 50 M€
  47. 47. 45 RECHERCHE/INNOVATION Publications par an Articles (revues à comité de lecture) et ouvrages (ou chapitres d'ouvrage) 1 810 Brevets (dépôts initiaux) 38 Thèses soutenues 460 NOMBRE DE HDR SOUTENUES EN 2012 55 ENTREPRENEURIAT Entreprises créées dans l’année avec le soutien de l'école ou dans les incubateurs écoles 76 Taux de survie à 3 ans des entreprises aidées par les écoles 89 %
  48. 48. Juillet 2013—implicaCR&A Suivez toute l’actualité de l’Institut Mines-Télécom et de ses écoles sur : • http://www.mines-telecom.fr • http://www.facebook.com/mines.telecom • http://www.twitter.com/Mines_Telecom • Le blog Recherche & innovation http://blogrecherche.wp.mines-telecom.fr 46, rue Barrault 75634 Paris cedex 13 France contact : info@mines-telecom.fr www.mines-telecom.fr

×