Dossier Crise Financière - Chheng

85 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
85
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dossier Crise Financière - Chheng

  1. 1. Comprendre la crise financière et ses enjeux Par Orga Consultants
  2. 2. © Orga Consultants – Comprendre la crise financière et ses enjeux – Octobre 2008 2 Editorial Comprendre l’actualité, en maîtriser les impacts chez nos clients, anticiper les changements, telle est notre mission. Ce dossier spécial « Comprendre la crise financière et ses enjeux » est une première visant à partager et développer une vision commune des évolutions du monde financier. Comment une « simple » crise immobilière outre-Atlantique peut-elle provoquer une remise en cause des fondements de notre économie libérale ? Pourquoi et comment en sommes-nous arrivés à une crise de confiance généralisée des banques entre elles ? des clients envers leurs banquiers ? Au-delà de la crise financière, quels pourraient être les impacts sur nos clients de la crise économique qui s’annonce ? En tant que cabinet de conseil en stratégie opérationnelle et management, nous sommes acteurs voire instigateurs des changements : - Le modèle organisationnel des banques est-il adapté ? - Comment retravailler le coefficient d’exploitation des banques favorisées pendant des années par le poids du PNB financier ? - Quelle image, quels produits proposer aux clients des banques pour restaurer la confiance ? Un grand merci à Virginie et Raymond, auteurs de ce document qui, je l’espère, apportera un éclairage à nos questions ainsi que des éléments pour créer de l’impact chez nos clients ! Laurent Cornu
  3. 3. © Orga Consultants – Comprendre la crise financière et ses enjeux – Octobre 2008 3 Introduction Depuis un peu plus d’un an maintenant, les marchés financiers connaissent des turbulences d’une ampleur significative. Amorcée durant l’été 2007, la crise issue des crédits immobiliers risqués - dit subprimes - s’est aggravée. Elle a provoqué une réaction en chaîne sur l’ensemble des places financières de la planète et a empiré au cours du dernier mois. Aujourd’hui, le paysage financier est bouleversé. Certains acteurs bancaires ont disparu ou été absorbés par leurs concurrents plus solides. Les modalités opérationnelles, les règles prudentielles, les modalités d’interventions des gouvernements, les théories économique et financière… tous ces postulats ne tiennent plus. Dans ce monde mouvant, l’exercice même de notre métier implique de comprendre les enjeux de nos clients afin de mieux les accompagner. Dans ce sens, ce document se veut être une analyse à la fois pédagogique et technique de la crise actuelle et de ses mécanismes. De nombreux schémas et illustrations explicitent de manière simple les sous-jacents techniques et financiers de la crise. Alors que la première section est dédiée à l’origine de la crise et à ses mécanismes, la seconde analyse les impacts sur l’activité opérationnelle des banques. La dernière section évoque quant à elle la résilience des banques ou pourquoi certaines résistent mieux que d’autres. Comme toute analyse, celle-ci porte la conviction de ceux qui l’ont rédigée. Autrement dit, il constitue davantage un point de vue qu’une ‘vérité’. Nous espérons que vous aurez autant de plaisir à lire ce dossier que nous en avons eu à le rédiger. Bien entendu, nous restons à votre disposition pour toute remarque, précision ou tout simplement pour échanger sur le sujet… Virginie Hauswald & Raymond Chheng
  4. 4. © Orga Consultants – Comprendre la crise financière et ses enjeux – Octobre 2008 4 A l’origine de la crise financière, les subprimes L’effondrement du marché immobilier américain et la crise des subprimes qui l'a accompagné ont provoqué une crise bancaire, eu un impact important sur l'économie réelle et accéléré la chute des cours boursiers au travers de différents canaux de transmission que nous tenterons d’expliciter. Attention une bulle peut en cacher une autre ! Au lendemain de l’éclatement de la bulle spéculative du marché des nouvelles technologies en 2001, la Banque Fédérale Américaine (la Fed) réagit en baissant son taux d’intérêt directeur. Cet afflux de liquidités sur le marché monétaire – le marché des capitaux de court terme – permet alors aux Etats-Unis de minimiser l’impact de la crise. Un argent ‘peu cher’ qui permet aux particuliers, entreprises et Etats d’emprunter à moindre coût et qui ne sera pas sans conséquences sur le marché immobilier… En effet, alors qu’au 1er Janvier 2001 la Fed affiche un taux directeur de 6,5% il ne faudra qu’une seule année à Alan Greenspan, alors directeur de l’institution fédérale, pour baisser ce taux à 1,75%: un taux qui chutera même jusqu’à 1% en juin 2003 ! Cette baisse substantielle a un impact direct sur la capacité d’emprunt des Américains et engendre ainsi un boom immobilier. Les ‘haves’ (classes aisées) investissent massivement dans l’immobilier et même les ‘have-nots’ (classes les plus pauvres) peuvent désormais espérer acquérir une résidence principale. Entre Janvier 2002 et Décembre 2005, la valeur des logements outre Atlantique augmente de moitié. Octroi de prêts aux ménages peu solvables Durant cette période d’euphorie, les organismes de crédits (mortgage lender) octroient des crédits hypothécaires à risques (subprime mortgages) à des ménages aux revenus très modestes et peu solvables. Ces créances risquées seront la source du problème. La situation favorable du marché immobilier aveugle ces institutions. En apparence, le risque semble limité puisque la hausse des prix de l'immobilier permet d'envisager une revente à bon prix en cas de défaut de paiement et de saisie du bien immobilier. On va alors même jusqu’à permettre aux ‘NINJA’ (No Income, No Job or Asset) de contracter des emprunts hypothécaires. Lorsqu’un foyer souscrit un prêt hypothécaire à risque, on lui propose un taux d'intérêt promotionnel intéressant lors des premières années. Après 1, 3 ou 5 ans, celui-ci devient variable. En plus d’être révisés à la hausse pour rémunérer le risque pris par le créancier, les taux sont indexés sur le taux directeur de la Fed. Les créances subprimes Comprendre la Crise
  5. 5. © Orga Consultants – Comprendre la crise financière et ses enjeux – Octobre 2008 5 Les subprimes rencontrent un succès sans précédent. Le montant des encours est ainsi passé de 200 milliards de dollars en 2002 à 640 en 2006, soit près de 23% du total des prêts immobiliers souscrits aux Etats-Unis à cette date. On comprend alors que ces conditions d'octroi fassent peser un risque de solvabilité sur les ménages. En raison de la fragilité de leur situation financière, ceux- ci peuvent en effet se retrouver en situation de ne plus pouvoir faire face aux échéances de remboursement de leur crédit immobilier. Tant que les prix immobiliers progressaient, ce système fonctionnait, certains particuliers n’hésitant pas à acheter des maisons pour les louer ensuite. Mais lorsque l'immobilier a commencé à se replier aux Etats-Unis en fin 2004, l'effet pervers de cette mécanique s'est enclenché… Notons qu’en France, les banques ont été plus conservatrices dans leur décision d’octroi de crédit limitant les risques de non recouvrement. Ceci explique qu’il n’y ait pas d’équivalent subprimes en France. Les effets de la crise sont des effets indirects via les marchés. Taux c’est taux ! Fin 2004, face à la peur d’inflation du dollar, Alan Greenspan inverse la tendance et commence une hausse progressive du taux d'intérêt directeur de la Réserve Fédérale (cf page précédente). Ce taux passe de 1 % à 5,25 % entre 2004 et 2006. Cette augmentation entraîne celle des taux des crédits immobiliers hypothécaires. Parallèlement, les emprunts devenant plus difficiles, la demande de biens immobiliers baisse et tire les prix de ces derniers vers le bas. Ceci entraîne du même coup une diminution de "l'effet richesse" des ménages - la valeur de leurs appartements et maisons ayant baissé, leur richesse potentielle s'est en effet amoindrie. La conjonction de ces deux phénomènes (hausse des taux d’intérêt et baisse de la demande) conduit à une hausse des défauts de paiement et à de nombreuses situations d'insolvabilité des ménages. En effet, les emprunteurs se retrouvent confrontés à la hausse de leurs mensualités de remboursement (qui ont dans certains cas plus que doublé !) alors que la valeur de leur bien diminue. Le défaut de paiement est normalement couvert par les créanciers grâce à une politique de gestion des risques. Mais dans le cas d’un phénomène de défaut de paiement de masse, l’organisme prêteur peut se retrouver en situation difficile. Au cours de l'année 2007, le nombre de défauts de paiement a atteint le chiffre record d'1,2 million, soit 79% de plus qu'en 2006. Avec la baisse du marché immobilier américain, la valeur des habitations est devenue inférieure à celle du crédit qu'elle devait garantir. Ainsi, les organismes de crédits, censés pouvoir récupérer leurs mises en vendant les habitations hypothéquées, se sont retrouvés sans moyen rapide de redresser leur bilan. La conséquence est directe: un important nombre d’établissements de crédit s’effondre et se place sous protection du chapitre 11, i.e. la loi régissant la faillite des entreprises. http://www.lesechos.fr/pop.htm?/medias/2007/1226/300110903.jpg Comprendre la Crise
  6. 6. © Orga Consultants – Comprendre la crise financière et ses enjeux – Octobre 2008 6 L'afflux, de mises en vente des biens saisis, a même aggravé le déséquilibre du marché immobilier où les prix se sont effondrés. On parle d’éclatement de la bulle immobilière. Mais par quel mécanisme une crise immobilière devient-elle un séisme qui vient ébranler les milieux bancaires, financiers, puis boursiers ? De la crise immobilière à la crise financière Pour comprendre le phénomène qui fait aujourd’hui trembler les géants du monde de la finance, il faut suivre le parcours et les transformations successives des créances subprimes. Nous allons ainsi découper la vie d’un prêt hypothécaire risqué en trois grandes étapes. 1- Revente des crédits Comme expliqué plus haut, les créances subprimes sont des prêts hypothécaires risqués que les établissements de crédit accordent aux particuliers peu solvables. La conjoncture étant favorable, les institutions de crédits sont de moins en moins regardantes sur la capacité de remboursement de leurs clients. Rapidement, la demande de prêts immobiliers est telle que les organismes de crédits n’ont plus les moyens de financer leur croissance. En effet, les banques sont contraintes par des règles prudentiels de type Bâle II qui, en substance, exigence que pour 100 € de crédit octroyé, la banque conserve 8 € en fonds propres. Ainsi, afin d’obtenir des liquidités et peut-être aussi en prenant conscience du risque de ces prêts, les organismes de crédit revendent une partie de leurs créances à des institutions financières (banques ou simples coquilles juridiques). Cela leur permet de se désengager de ses créances et les libèrent des contraintes prudentielles qui les empêchant de vendre davantage de crédit. Les organismes acquérant les prêts savent qu’ils font une bonne affaire. Rappelons en effet que tant que l'immobilier augmente, la maison acquise et mise en hypothèque assure que l'opération ne peut que se dénouer de manière profitable. Les fonds propres prudentiels Comprendre la Crise
  7. 7. © Orga Consultants – Comprendre la crise financière et ses enjeux – Octobre 2008 7 2- La titrisation (ou alchimie financière) La suite des opération se complique. Afin de rendre liquide ces actifs immobiliers, les institutions financières, qui ont ‘acheté’ les créances aux institutions de crédits, vont avoir recours à la titrisation. La titrisation est l'opération financière qui permet de transformer des créances en titres revendables sur des marchés spécialisés à des investisseurs, lesquels revendent ensuite des obligations adossées à un ‘paquet’ de créances (groupées avec d'autres valeurs). Ce processus permet aux institutions financière à la fois de se refinancer et de mutualiser leur risque. Le risque induit par le prêt initial se trouve ainsi transmis successivement à différents investisseurs. Le schéma suivant explicite les 3 étapes du processus. La titrisation permet de transformer des créances en titres revendables sur les marchés boursiers Les institutions financières qui ont acheté les créances aux organisme de crédits vont les utiliser comme garanties ou gages de remboursement à des investissements tiers. Il s’agit d’un processus d’adossement ou de cautionnement dans lequel les créances sont transformées en RMBS (Residential Mortage Backed Securities), titres adossés à des crédits hypothécaires résidentiels. les RMBS sont notés par des agences de notation (en fonction de leur risque), mélangés à d’autres titres financiers puis distribués sous forme de CDO (Collateralized Debt Obligation). Comprendre la Crise
  8. 8. © Orga Consultants – Comprendre la crise financière et ses enjeux – Octobre 2008 8 Les CDO correspondant aux tranches les plus risquées (mais les plus rentables), sont revendus en investisseurs en fonction de leur appétence au couple risque/rentabilité. Souvent, les spéculateurs vont rechercher les tranches les plus risquées alors que les tranches les moins risquées sont très appréciées des investisseurs long terme assureurs-vie, fonds de pensions. La banque, émettrice des CDO, peut également conserver les tranches les plus risquées si elle souhaite profiter de leur rentabilité. Le tableau ci- contre rappelle les expositions des banques à ce type de produit avant la crise (en 2006). Au sens strict, la titrisation fait référence à l’étape 2 présentée dans le schéma précédent. La note suivante explicite le détail de cette transformation via la création d’une coquille juridique. Technique financière de la titrisation Comprendre la Crise
  9. 9. © Orga Consultants – Comprendre la crise financière et ses enjeux – Octobre 2008 9 3- Distribution du risque et incertitudes Via la titrisation, il s’est opéré une dilution des créances sur les marchés boursiers. Le risque généré par les créances subprimes est réparti entre un nombre très significatif d’investisseurs sans aucune traçabilité quant à son montant et aux acteurs concernés. Ceci s’est de plus démultiplié via l’utilisation de Credit Défaut Swaps qui constituent des assurances contre le risque de défaut de la part d’un émetteur de créance/crédit (voir définition ci-contre). En substance, puisqu’on peut se protéger contre le risque de crédit, peu importe que la créance soit ‘véreuse’ pourvu qu’elle rapporte. On comprend que via la titrisation et les CDS, les banquiers de la BFI, ont créé un monstre tentaculaire caractérisé par : - une taille démesurée et non mesurée, mais également ; - une matérialisation insidieuse et invisible car avec toutes les reventes de créances et protections croisées via les CDS, aucun n’est capable de dire qui porte le risque. Plus dure sera la chute Lorsque les premiers particuliers emprunteurs à risque ont commencé à ne plus payer leur mensualité, le mécanisme de crise s’est enclenché. Les Credits Default Swaps Créance CDO issu de la titrisation Emprunteur Insolvable + Chute immobilière Les défauts augmentant, les demandes d’indemnisation des CDS augmentent Les institutions financières qui ont acheté des CDO voient la valeur de leur investissement chuter Par ailleurs, celles qui avaient vendu des CDS, se retrouvent confrontées à des demandes d’indemnisation de la part des « souscripteurs ». L’éclatement de la crise des subprimes Comprendre la Crise
  10. 10. © Orga Consultants – Comprendre la crise financière et ses enjeux – Octobre 2008 10 Comprendre la Crise Comme le montre le schéma de la page précédente, les investisseurs qu’ils soient des établissements bancaires, fonds d’investissement ou autre voient une grande partie de leur investissement s’effondrer. De février à mars 2007, 25 institutions de crédits spécialisées dans les subprimes se placent en banqueroute, annoncent des pertes exceptionnelles ou ‘se mettent à la vente’. Les investisseurs se retirent alors de ces produits financiers qu'ils considèrent comme trop risqués. La crise n'affecte plus seulement les établissements qui avaient accordé des crédits immobiliers à risque aux Etats-Unis. Elle touche tous les acteurs financiers qui ont (consciemment ou non) investi sur le marché financier par le biais de la titrisation. Du fait de la redistribution du risque induite par le système de la titrisation et des CDS, aucun acteur ne sait s’il porte un risque ou non. Cela est encore pire lorsqu’il s’agit d’évaluer le risque chez les autres. En septembre 2007, les marchés gèlent le recours à la titrisation. En effet, d’aucun ne veut plus acheter ces titres opaques que sont les CDO. Or, nous avons vu précédemment que si les CDO ne sont pas vendus, les créances sous-jacentes ne peuvent pas l’être non plus (voir les précédents schémas sur la titrisation). Et si les créances ne sont pas vendues, les banques ne peuvent vendre du crédit supplémentaire puisqu’elles sont limitées par leurs fonds propres prudentiels (voir la note sur les fonds propres prudentiels). Au cours de l’année 2008, les pertes liées aux créances s’accumulent. Aucun acteur n’est épargné et la méfiance s’installe. Les pertes ont la conséquence de grever directement le résultat et les capitaux propres, et par la même, la capacité à octroyer des crédits. De plus, quand bien même les fonds propres réglementaires sont suffisants, il faut pouvoir trouver le financement qui servira aux différents crédits que la banque octroie dans le cadre de son activité. Ce financement devient très difficile. « En tant que banquier, j’hésite à prêter à une autre banque de peur qu’elle fasse faillite et qu’elle ne me rembourse pas. Par ailleurs, j’ai moi-même besoin de liquidité (d’argent frais) pour financer les crédits de mes propres clients. » Comme mentionné sur le schéma de l’ALM (ci-bas), les fonds octroyés par les banques au titre du crédit peuvent provenir soit des dépôts des clients (comptes courants, épargne…), soit directement par emprunt sur les marchés. Lorsque les banques empruntent sur les marchés, elles le font principalement pour des durées courtes (<3 mois) sur un marché CT qui s’appelle le marché monétaire dont un segment est dédié aux banques et assimilées : le marché interbancaire (en rouge dans le schéma ci-dessous). Le fonctionnement du marché monétaire est décrit sur la page suivante. L’ALM et le refinancement
  11. 11. © Orga Consultants – Comprendre la crise financière et ses enjeux – Octobre 2008 11 Comprendre la Crise Le marché monétaire et la liquidité
  12. 12. © Orga Consultants – Comprendre la crise financière et ses enjeux – Octobre 2008 12 Comprendre la Crise Lorsque l’on parle de crise de liquidité, on fait notamment référence aux difficultés qu’ont les banques à emprunter sur les marchés. Cette difficulté est présente à la fois pour des emprunts long terme (la banque émet des obligations en son nom) et pour des emprunts court terme (la banque emprunte à une autre banque le segment interbancaire du marché monétaire expliqué auparavant). Naturellement, cette difficulté est d’autant plus forte si la banque en question n’a pas d’activité de banque de détail et donc pas de dépôts dans lesquels puiser. Lorsque les difficultés à emprunter sont telles que les banques ne trouvent de prêteurs, on parle alors de crise de liquidité bancaire. Notons qu’à ce moment, comme dans tout modèle où la demande d’argent est très supérieure à l’offre de prêt, le prix est élevé d’où l’observation d’un taux très élevé pour les emprunts entre banques. Face à cette crise de liquidité, les banques centrales sont intervenues massivement en 2007: la Fed (Banque Centrale Américaine) et la Banque Centrale Européenne ont ainsi procédé à des injections de liquidités massives dans le marché interbancaire, sous la forme de prêts à très court terme (pour les banques). Toutefois, l’ampleur des pertes est telle que cela ne suffit à calmer les esprits et les banques continuent à se méfier de leurs consœurs. Les faillites des banques de type Nothern Rock en Angleterre et Bear Stern aux Etats-Unis n’ont fait qu’amplifier cette méfiance. Résultat, les banques sont toujours aujourd’hui très réticentes à se prêter de l’argent même pour une journée ! En septembre 2008, la crise prend de l’ampleur la faillite de la banque d’investissement américaine confirme que la crise est toujours présente et peut toucher les acteurs ‘prétendument’ les plus solides. La crise de confiance atteint alors des sommets. Toutes les banques deviennent extrêmement sélectives dans les prêts vers leurs consœurs. Et si le prêt est consenti, c’est avec cautions, garanties, ceintures et autres bretelles… A ce moment, on commence à voir les effets sur l’économie de tous les jours. Faute de financement, les banques restreignent leurs crédits et augmentent leurs taux d’intérêt. C’est donc toute l’économie « réelle » qui est pénalisée car les entreprises ne peuvent plus financer leurs projets d’investissements opérationnels. Le mot récession fait alors son apparition. Mais que fait la police ? Se pose alors, dans chacun des pays, la question de l’intervention de l’Etat. D’un point de vue académique, l’intervention de l’Etat pour résorber une crise économique est sujet à polémique. Le prochain paragraphe propose d’en résumer les grandes lignes. L’intervention de l’Etat Dans la théorie économique, il est considéré qu’un équilibre est atteint lorsque pour un prix donné, toutes les demandes sont satisfaites par toutes les offres disponibles. Offre = Demande. La question qui se pose alors est celle de l’atteinte de cet équilibre. Nous allons illustrer ce propos à travers l’illustration d’une bille dans une roue. Dans une crise telle que celle en cours, il est très difficile de savoir où se situe l’équilibre économique. Cela explique que nombre d’économistes ont d’abord prôné le laissez-faire. Toutefois, ils durent admettre que, tant que la bille était en mouvement, elle pouvait provoquer des dégâts considérables. Ceci explique, le ralliement vers un interventionnisme pour « aider à placer » la bille vers son point d’équilibre. Dans le contexte actuel, cet interventionnisme étatique se traduit par les différents plans de sauvetage de type Paulson, britannique et français. Equilibre L’équilibre est atteint lorsque la bille est stable dans la roue Comment atteindre l’équilibre ? Les partisans du ‘laissez-faire’ préconisent de laisser rouler la bille et qu’elle trouvera son équilibre toute seule Comment atteindre l’équilibre ? Les partisans de ‘l’interventionnisme’ préconisent de placer la bille à l’endroit que l’on espérera être l’équilibre.
  13. 13. © Orga Consultants – Comprendre la crise financière et ses enjeux – Octobre 2008 13 Comprendre la Crise Les formes d’intervention de l’Etat Elles peuvent être regroupées sous deux formes principales : - le rachat des actifs à risques dits « toxiques ». L’Etat prend à sa charge, les actifs problématiques et les revendra au fur et à mesure, si possible avec profit. Le problème est que cela revient à transférer le risque vers le gouvernement donc vers le contribuable exonérant totalement le banquier qui est à l’origine de la crise. Ce fut la proposition du premier plan Paulson. - le refinancement à travers l’Etat. Tel est l’exemple de l’Etat français qui – via une structure juridique – va emprunter sur les marchés en son nom et en apportant sa garantie. Les capitaux levés vont ensuite être prêtés aux banques à un taux d’intérêt + marge reflétant la garantie apportée par l’Etat. - a prise de participation directe dans les banques. Les banques deviennent nationalisées et l’Etat (donc le contribuable) en tant qu’actionnaire peut se refaire si la banque est sauvée et redevient bénéficiaire. Il s’agit aujourd’hui du modèle le plus communément accepté. Il est repris dans la nouvelle mouture du plan Paulson mais également dans le plan de sauvetage français et qui a été utilisé avec la banque Dexia. Bien évidemment, cette présentation est succincte et de nombreuses possibilités entre ces trois options. Chaque version possède ses propres avantages/inconvénients. Tel est donc l’historique et l’explication de la crise des subprimes qui a conduit à la situation actuelle. Cette vision de l’environnement bancaire est nécessaire pour comprendre les motivations sous-jacentes aux actions de nos clients bancaires et plus particulièrement nos clients banques de détail. Comment la crise s’est telle traduite opérationnellement dans le quotidien des banques ? C’est précisément l’objet de la section suivante.
  14. 14. © Orga Consultants – Comprendre la crise financière et ses enjeux – Octobre 2008 14 Les banques et leurs symptômes En France comme dans les autres pays, la crise a sévèrement touché les principaux acteurs du secteur bancaire et financier notamment les banques de détail, institutions essentielles au cœur du métier d’Orga Consultants. Aussi, cette section propose d’analyser l’impact de la crise sur les principaux postes du bilan et du compte de résultat, reflets de l’activité économique de la banque. Reflet de la situation économique de la banque, le bilan constitue un cadre d’analyse très pertinent pour analyser pour les différents impacts de la crise sur l’activité opérationnelle. Ainsi que le suggère le bilan de type précédent, nous passerons en revue l’ensemble des principaux postes considérés. 1. La trésorerie et les créances interbancaires Nœud du problème de liquidité, ces postes représentent notamment les prêts (Actif) et emprunts (Passif) court terme à d’autres établissements de crédits. La banque devant financer les créances de ses clients, une banque est dite structurellement emprunteuse si les dépôts de ses clients sont insuffisants pour financer son activité et donc qu’elle doive constamment emprunter sur les marchés financiers. Traditionnellement, les échanges effectués sur ce segment de marché sont considérés sans risque. La faillite de Lehman – intervenant majeur sur le marché – a bouleversé cette croyance. Suite à l’évènement, sur 1 dollar placé était restitué seulement 97 centimes ! Aujourd’hui, la peur de faillite d’un établissement de crédit partenaire implique que les banques tentent de minimiser les prêts à d’autres banques. Les banques réduisent au minimum le poste à l’actif et ne parviennent que difficilement à accroître celui du passif. Ces tensions (beaucoup de demande et peu d’offre) provoquent de ce fait un forte augmentation du taux d’intérêt – le loyer de l’argent. Une hausse que les banques reportent forcément sur leurs clients. 2. Les créances Dans le cas de la banque de détail, il s’agit principalement des crédits octroyés à des clients quels qu’ils soient (particuliers, entreprises, professionnels…) Dans le cadre de cette analyse, la destination du prêt n’a que peu d’influence. Notons cependant qu’à chaque type de crédit octroyé correspond un ou plusieurs types de refinancement adossés et ce, à des taux différents. Ces derniers tiennent notamment compte de la durée d’octroi du crédit, des subventions/privilèges publiques et des décisions d’ordre internes à la banque. Aujourd’hui, la forte hausse des taux d’intérêts est reportée sur les crédits octroyés à la clientèle. On remarquera la forte corrélation entre la dépendance des marchés pour le refinancement et le taux d’intérêt proposé. En effet, les dépôts des clients étant faiblement (voire pas du tout) rémunérés, ils constituent une source peu onéreuse de refinancement. Cette capacité de disposer d’un matelas de sécurité constitue l’une des raisons majeures expliquant les rapprochements des banques d’investissement vers les banques de détail. Trésorerie et interbancaire Créances Titres financiers Participations Trésorerie et interbancaire Dépôts Dettes sous forme de titres Provisions Capitaux Propres Actif Passif Bilan type d’une banque Illustration du financement des créances
  15. 15. © Orga Consultants – Comprendre la crise financière et ses enjeux – Octobre 2008 15 Les banques et leurs symptômes 3. Les dépôts Du point de vue de la banque, les dépôts sont constitués des comptes courants non rémunérés sauf chez certains acteurs tels que la Caisse d’Epargne, des comptes d’épargnes divers (Livret A) et variés (comptes à termes). Leur qualité en tant que source de refinancement peu chère en font un enjeu majeur pour les banques actuellement. Ainsi, la bataille actuellement menée sur le livret A participe à cet enjeu puisque ce produit représente un dépôt fort attractif et constitue également un produit d’appel pour attirer d’autres capitaux (assurance-vie etc.). Ceci explique de fait, l’intensité des acteurs pour attirer les clients via une augmentation de la rémunération des dépôts. Il n’est pas rare aujourd’hui de voir des comptes d’épargne à 6% ! Barclays vient également de lancer un compte courant rémunéré à 10% (bien sûr, voir conditions en agence…). Autre illustration, en Espagne, la guerre des dépôts est telle que Banesto, banque de détail, offre gratuitement une voiture contre le dépôt d’encours à hauteur de 18.000€ et 160.000€ entre 24 et 36 mois selon le modèle de voiture (de type C4,C3,C2) / scooter proposé ! 4. Les Titres financiers en portefeuille Comptablement, le portefeuille de titres financiers (hors sociétés à consolider) est catégorisé à l’actif. Ces titres parmi lesquels les actions, obligations et autres détenus à titre d’investissement sont comptabilisés à l’actif et valorisés à la juste valeur. Aussi, dans un marché fortement baissier comme c’est le cas actuellement, la valorisation périodique engendre des moins-values latentes au bilan qui ont impacté en contrepartie les fonds propres (capitaux propres ou résultats) des banques. Nous arrivons alors à une situation où la valorisation en juste value accentue les effets de la crise ! D’où la position de nombreux acteurs dont Christine Lagarde qui a estimé que « les banques devraient être autorisées à comptabiliser les actifs non pas selon les règles du mark-to market [i.e. la juste valeur] mais à leur valeur historique ». 5. La dette sous forme de titres Dans un contexte où il est très difficile de lever des fonds sur le marché, les banques ont désormais de plus en plus recours aux covered bonds, des titres obligataires originaires allemandes dont la particularité est d’être sécurisée pour l’essentiel, par des créances hypothécaires ou de collectivités. Les Caisses d’Epargne, les Banques Populaires et le Crédit Agricole ont toutes lancé leurs programmes. Pourtant, malgré leur caractère sécurisé, il devient également de plus en plus difficile de les placer. Dépendance des banques françaises au marché pour leur refinancement Société Générale 40% BNP Paribas 33% Caisses d’Epargne 30% Banque Populaires 20% Source : les Echos La juste valeur
  16. 16. © Orga Consultants – Comprendre la crise financière et ses enjeux – Octobre 2008 16 Les banques et leurs symptômes 6. Les provisions Contexte difficile oblige, le nombre de non remboursement des crédit augmente de manière significative. La traduction pour les banques est donc la constatation des créances « normales » en créances douteuses c’est-à-dire des créances sur lesquelles il existe un risque fort. Ce constat amène à une double conséquence : d’une part, les banques perdent de l’argent sur le capital qui ne sera pas récupéré et sur le PNB (intérêts et commission) qui ne sera pas touché. D’autre part, l’augmentation du risque entraîne un renchérissement des fonds propres. En effet, le ratio de solvabilité (cf. note sur les fonds propres prudentiels) diminue puis que son dénominateur (lequel inclut le risque de crédit) augmente. Pire encore, son numérateur n’augmente pas puisque les fonds propres sont alimentés notamment par le résultat ! D’où le cercle vicieux que l’on constate aujourd’hui. 7. Les participations Tout dépend de la nature de la participation considérée. Il apparaît que la détention de Natixis, Nexity et de CIFG pour le groupe des Caisses d’Epargne relève davantage de la contrainte que de la providence. En effet, les déboires rencontrés par la banque d’investissement, le promoteur immobilier et le réhausseur de crédit ont obligé l’Ecureuil à realimenter ses filiales en fonds propres. A titre d’illustration, les salariés ont fait part de leur réticence à financer les difficultés d’autrui, étant eux-mêmes en difficulté. Qu’à cela ne tienne, la Banque Fédérale des Banques Populaires et la CNCE a annoncé la cession progressivement de 50% que chacune détenait dans CIFG. A l’inverse, les participations de la banque anglaise Standard Chartered dont les opérations sont principalement focalisées sur les marchés émergents notamment Asie-Pacique sont aujourd’hui considérée moins risquées (peut être pas pour longtemps) qu’en Occident … 8. Les capitaux propres Ainsi que mentionné, la double conjonction croissance du risque et faiblesse du résultat engendre une diminution des fonds propres prudentiels nécessaires à l’activité de la banque. Puisqu’il faut maintenir la contrainte du ratio de solvabilité, les banques ont deux options : Première option : augmenter les fonds propres par une augmentation de capital. Dans un contexte aussi turbulent, seuls des investisseurs de long terme acceptent de prendre le risque. Aussi, il est plus aisé pour les banques mutualistes de lever des capitaux à travers les sociétaires – petits épargnants de proximité – qui détiennent le capital. Notons que plus aisé ne signifie pas simple et que la notion de timing est également cruciale. Le Crédit Agricole a opportunément levé des capitaux juste avant les violences de septembre dernier. Autre possibilité, faire appel à des gros investisseurs ayant beaucoup de liquidité, c’est alors qu’interviennent les fonds souverains. Ces fonds de gestion travaillent avec les réserves étatiques des pays émergents tels que les pays du Golfe ou la Chine ont investi rapidement le capital des banques. Notons qu’aujourd’hui, même ces fonds souverains connaissent des difficultés et préfèrent conserver leur argent pour plus tard. Deuxième option : diminuer les risques liés à l’activité. Sur le risque de crédit, cela signifie avoir des critères plus restrictifs sur les engagements octroyés avec moins de pouvoirs délégataires. Sur le risque opérationnel, cela se traduit notamment par une meilleure maîtrise du risque opérationnel et le passage, dès que possible, à une évaluation plus fine des fonds propres liés. En effet, la méthode standard d’évaluation bâloise du niveau fonds propres lié au risque opérationnel est une proportion du PNB de l’activité considéré. Hors, les premières estimations montrent qu’une évaluation avancée mesurée à partir des risques réels implique un niveau de fonds propres réglementaire moindre que l’approche standard. D’où l’intérêt de passer en méthode avancée. L’importance de la crise a impacté en profondeur, l’ensemble des activités de la banque. Pour survivre, il devient impératif pour les banques de repenser leur manière de travailler pour préparer l’avenir. C’est en repensant leur schéma de fonctionnement que les cygnes de demain pourront se distinguer des canards d’aujourd’hui. Fonds propres prudentiels Risques (crédits+op+marchés)
  17. 17. © Orga Consultants – Comprendre la crise financière et ses enjeux – Octobre 2008 17 La résilience des institutions financières Distinguer les cygnes des canards En parlant de la crise financière actuelle, la presse anglo-saxonne utilise de manière abondante le terme resilient pour caractériser les institutions financières. Ce terme, issu du domaine de la psychologie fait référence à la capacité d’un individu à reprendre un développement normal après avoir subi un traumatisme et finalement à assurer la pérennité de sa propre vie. En France, le concept a été largement développé par le psychologue Boris Cyrulnik* qui a étudié le phénomène sur des enfants. Aussi, après le choc actuel subi par les banques, on comprend l’utilisation du terme pour évoquer la capacité à surmonter (ou pas) ces extrêmes difficultés. Cette section a donc pour ambition de poser les bases de la réflexion sur ce processus de résilience, ses conditions de succès et ses risques pour comprendre pourquoi certaines banques pourraient réussir (les cygnes) alors que d’autres échouent (les canards). Le changement du business model Le métier de banquier repose fondamentalement sur la maîtrise équilibrée du couple risque / rentabilité. Un critère qui se retrouve dans l’exercice du métier originel d’intermédiation de banquier. Sur la base des dépôts, le banquier octroie des financements à des parties sur lesquelles il évalue le risque. Naturellement, la marge d’intermédiation est en adéquation avec le niveau de risque pris. Avec la titrisation, il a souvent été reproché aux banques de se déresponsabiliser. En effet, une fois le crédit octroyé à la contrepartie considérée, la titrisation permet de revendre le risque lié et donc de n’être plus impliqué ni dans l’évaluation et ni dans la prise du risque. Le business model est devenu un modèle de pure distribution (Originate-to-distribute en anglais ou émettre [des titres] pour distribuer). Les analyses crédits sont ainsi devenues une formalité plus qu’un filtre. Toutefois, cela est surtout vrai pour le modèle américain alors que le modèle français reste très fortement un modèle d’intermédiation. Ceci explique que le système français d’octroi des crédits soit fondamentalement plus sain. Les conséquences actuelles que connaissent les banques françaises sont davantage liées aux conséquences indirectes de la crise notamment l’investissement dans titres subprimes américains, le renchérissement du taux de refinancement etc… Le traumatisme de la crise Toutes les cartes ont été rebattues dans le cadre de cette crise. La littérature académique parle en effet de la concurrence pure et parfaite et des marchés efficients ce qui signifie que les acteurs, agissant de manière rationnelle, vont effectuer des arbitrages et permettre le rétablissement de l’équilibre des prix. Or, dans le contexte actuel, la plupart des postulats de départ de ces théories se sont retrouvées invérifiées : (i) Les marchés pourraient être rationnels mais les acteurs (traders, gérants…) qui le composent ne le sont pas. (ii) Les prix ne reflètent plus la vraie valeur d’un actif. La plupart des modèles de valorisation des instruments ne fonctionnent plus (iii) Les marchés ne sont plus liquides. Ils ne vont que dans un sens : la vente. (iv) Last but not least : la confiance n’existe plus. Qui sait si la contrepartie avec laquelle on traite existera demain ? Qui sait si le prix qu’elle me propose est justifié ? (v) etc. Il y en a sûrement d’autres.. Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort Certes, la crise est d’importance mais il est peu probable que l’extinction des banques soit prévue pour demain. En revanche, le scénario est pourrait être plus proche d’une évolution du monde bancaire. A la manière d’une sauce après réduction, ne doit rester – théoriquement – que le meilleur ! Nous assistons à une consolidation accélérée du secteur. L’évolution vise également à renforcer la résilience du secteur. Selon une étude de Diane L. Coutu spécialiste des interactions entre psychologie et management, il existerait trois qualités favorisant la capacité de résilience d’un individu : un réalisme (i) non teinté d’affectif, la foi dans le sens de la vie (ii) et une très grande capacité d’adaptation (iii). Selon l’auteur, l’une ou l’autre de ces qualités peuvent se traduire par une forte détermination, mais la véritable résilience ne pourra être obtenue qu’avec la combinaison des trois. Cyrulnik B. auteur des ouvrages Un merveilleux malheur et Les vilains petits canards
  18. 18. © Orga Consultants – Comprendre la crise financière et ses enjeux – Octobre 2008 18 La résilience des institutions financières Distinguer les cygnes des canards Alors peut-on parler de la résilience des banques ? Si on en croit le modèle, une banque résiliente devrait : (i) être réaliste i.e. admettre les difficultés lorsqu’elles surviennent. Il est souvent reproché à la banque d’affaires Lehman Brothers (et à son patron Dick Fuld) d’avoir nié la réalité de ses difficultés, ce qui l’a empêché de vendre lorsque le moment était opportun. (ii) avoir foi dans le sens de sa mission. Est-ce vraiment applicable aux banques. Pour un individu, le rattachement en un certain nombre de principes et de valeurs lui permette d’avoir toujours des repères en cas de difficulté. L’exemple le plus souvent cité est celui de l’Eglise qui a passé les millénaires sur la foi d’un ensemble de valeurs et de principes. Pour les banques, la question reste toutefois ouverte. On notera cependant les nombreuses critiques à l’encontre des établissements qui ont abandonné leur mission d’origine pour se diversifier vers des activités plus attrayantes et lucratives. Ce fut notamment le cas avec l’arrivée des Caisses d’Epargne dans le capital de Natixis. A l’époque, il avait été critiqué l’entrée dans un univers de la banque d’investissement très éloigné des principes mutualistes. Une position maintenue aujourd’hui par le Groupe Caisses d’Epargne. A l’inverse, Calyon a récemment décidé de revenir à son métier originel issue de la banque Indosuez à savoir le financement et non l’investissement. Nul ne peut savoir quel modèle est le bon mais les marchés semblent montrer un crédit plus grand pour Calyon. (iii) La capacité d’adaptation se traduit surtout par une plus grande indépendance vis-à-vis du refinancement. Les banques avec une large base de dépôts sont les plus favorisées à cet égard, ce qui expliquent les nombreuses opérations d’adossement banques d’investissement aux banques de dépôt. L’indépendance est également géographique, puisque les banques très présentes sur les marchés émergeants telles que Standard Chartered semblent moins affectées. Cette dernière indépendance reposait sur le postulat – aujourd’hui remis en cause comme le reste – que les marchés émergents et les marchés occidentaux étaient dé-corrélés. Refaire surface Afin de refaire surface, on observe donc un retour croissant vers le modèle de banquier responsable dans son rôle de transformation des ressources en emplois et non plus de pur distributeur. A cet égard, le modèle de la banque universelle apparaît donc de vigueur. Un modèle de banquier s’appuyant sur des ressources tangibles et non, comme la banque anglaise Northern Rock, sur les marchés pour financer son activité. L’accent sur le développement de la véritable banque commerciale va dans ce sens. Un modèle de banquier responsable puisqu’il conserve une partie du risque. Bâle II va vers une évolution en ce sens pour mieux en prendre compte l’impact des produits structurés. Par ailleurs, quand bien même les produits titrisés pourront être vendus, la banque devra conserver des fonds propres liés à hauteur de 5%. Toutes ces modifications ont pour but de plus responsabiliser les banquiers. Les enjeux à moyen terme Les problématiques rencontrées impliquent que l’accent soit mis sur certains domaines plutôt que d’autres. Parmi ceux-ci, on peut citer : (i) le domaine des risques/contrôles internes. Les sujets concernent aussi bien les risques de contrepartie, opérationnels ou simplement l’optimisation du niveau de fonds propres réglementaires dans un contexte de rareté. (ii) le travail sur les charges. Industrialisation et mutualisation sont alors les maîtres mots. Il s’agit donc de produire de manière standardisée pour produire mieux et à moindre coût. L’annonce du mariage BFBP / CNCE s’inscrit dans cette optique de mutualisation (surtout en ce qui concerne les organes centraux…) (iii) la conquête. Celle des nouveaux segments de marchés ou celle des nouveaux territoires géographiques. D’un point de vue purement nombriliste, notons que les points (ii) et (iii) impliquent un fort besoin en fusions et migrations…
  19. 19. © Orga Consultants – Comprendre la crise financière et ses enjeux – Octobre 2008 19 Des cygnes, des canards et des œufs dans un panier Au final, les banques qui semblent le mieux résister à la crise semblent être celles qui sont les plus équilibrées en termes d’activités. Deux types d’équilibre sont à opposer : l’équilibre généraliste et l’équilibre multispécialiste. Dans le premier cas, le périmètre est couvert mais l’absence de points forts dans un domaine ne favorise pas la compétitivité dans un contexte turbulent. Le second cas est l’équilibre s’appuyant sur certaines locomotives qui parviennent à tirer l’ensemble. C’est le cas de la BNP, qui fort de ses dépôts (notamment à l’étranger) et de ses liquidités, parvient à consolider ses positions en acquérant Fortis à bas prix. La banque espagnole Santander, outre étant marginalement présente sur la BFI, a su tirer profit de son exposition sur le marché latino-américain qui a contribué à plus de plus de 40% de son résultat. Banque Capitalisation boursière en Mds $ Concurrents acquis JP Morgan 157 Bear Stearns Washington Mutual Bank of America 128 CountryWide Merrill Lynch Grupo Santander 65,4 Alliance & Leicester Bradford & Bingley BNP Paribas 56,4 Fortis Barclays 20,5 Lehman Brothers Egalement, il a été notable que les banques ayant le mieux résisté à la crise sont celles qui ont été le mieux capitalisées (pour résister à la crise) et celles qui disposaient des liquidités les plus importantes (pour profiter des prix cassés et racheter les concurrents). La Tribune fait ainsi des 5 établissements partis pour sortir (pour l’instant) gagnants de la crise. Santander – jadis un canard aux yeux de ses pairs cygnes BFI du fait de la faible technicité de son activité – est en passe de devenir un acteur majeur notamment au Royaume-Uni après le rachat de la banque anglaise Abbey. Moralité, un canard peut très bien dire à des cygnes d’aller se faire cuire un œuf. Les cinq banques qui sortent gagnant de la crise La Tribune (15 oct. 2008) La résilience des institutions financières Distinguer les cygnes des canards

×