Discours d’ouverture de la XIX° Université d’été du Tourisme rural                                                        ...
Pour  le  tourisme  rural,  le  temps  des  oppositions  ville‐campagne,  tourisme         concentré‐tourisme  diffus,  es...
La démarche de co‐construction      • Si l’innovation est au cœur de la thématique de cette Université d’été, elle est aus...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Discours d'ouverture - UE2009

567 vues

Publié le

Université d'été du Tourisme Rural 2009 à Vichy en Auvergne

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
567
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
141
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Discours d'ouverture - UE2009

  1. 1. Discours d’ouverture de la XIX° Université d’été du Tourisme rural    (Vichy, 30 septembre 2009)    Madame la présidente du Pays Vichy‐Auvergne, Monsieur le président de Vichy Val d’Allier Agglomération, Monsieur le vice‐président du conseil régional d’Auvergne, Mesdames et Messieurs, Chers amis,  En  ouvrant  la  XIX°  Université  d’été  (…d’été  indien,  il  va  sans  dire),  sur  le  thème  de l’innovation dans les partenariats, j’ai le sentiment de cultiver un rituel bien rassurant dans une  période  où  tout  change  trop  vite,  où  tout  est  instable  et  incertain.  Les  « fidèles »  de l’université, dont je suis, se réjouissent de ces retrouvailles annuelles où les passionnés des territoires,  des  patrimoines,  de  la  ruralité  et  du  tourisme,  échangent  leurs  regards,  leurs analyses,  leurs  savoir‐faire,  en  s’imprégnant  avec  délectation  d’un  nouveau  terroir  à découvrir. En 18 ans, en 18 Universités, nous avons visité 14 régions sur l’hexagone et deux régions transfrontalières de Belgique et de Suisse, et parcouru la plupart des problématiques du  tourisme  rural.  L’Université  d’été  du  tourisme  rural  a  toujours  été  ce  lieu  de  « remue‐méninges », et continue de l’être aujourd’hui. Mais  passé  ce  moment  de  nostalgie,  j’ai  aussi  le  sentiment  que  se  dessine  une  nouvelle figure de l’événement, comme un renouvellement attendu, en écho aux changements qu’a connu notre association et notre équipe au cours de ces derniers mois. Je tenterai de caractériser  cette figure en cinq points :  Thématique/Lieu/Contextualisation   • D’abord une nouvelle vision du tourisme rural.  Depuis l’ouvrage fondateur d’Henri Grolleau, « Espace rural, espace touristique », le  modèle original du tourisme rural s’est peu à peu imposé dans ses formes propres :  un  tourisme  plutôt  diffus,  porté  par  de  petites  entreprises  familiales,  imprégné  du  terroir  et  du  patrimoine  rural,  privilégiant  la  ressource  humaine  à  l’artefact  de  la  communication virtuelle.  Un  tel  positionnement  vaut‐il  encore  dans  un  monde  de  mobilité,  d’interactions,  d’échanges  dématérialisés ?  Le  tourisme  des  champs  peut‐il  encore  cultiver  son  superbe  isolement,  loin  des  villes ?  La  question  des  contours  et  des  modèles  de  tourisme rural est d’ailleurs au cœur d’un programme de recherche mené dans nos  laboratoires en lien avec la Région Auvergne.  Le choix de Vichy pour cette université d’été est d’ailleurs particulièrement éclairant.  Le  pays  de  Vichy  s’interroge  aujourd’hui  sur  sa  capacité  à  devenir  une  destination  touristique. Mais celle‐ci a‐t‐elle un sens indépendamment de la station thermale et  touristique  qui  la  structure ?  Quant  à  Vichy,  ville  et  agglomération,  peut‐elle  s’épanouir  en  tournant  le  dos  à  son  arrière  pays,  réserve  d’espace,  de  nature,  de  patrimoine et d’activités… ? 
  2. 2. Pour  le  tourisme  rural,  le  temps  des  oppositions  ville‐campagne,  tourisme  concentré‐tourisme  diffus,  est  sans  doute  dépassé  et  la  constructions  des  destinations rurales passe par de nouvelles complémentarités, ce qu’avaient exploré  nos dernières Universités d’Alsace et de Bretagne.       Problématique/les conférences inaugurales   • Cette  Université  de  Vichy  entend  aussi  soutenir  la  réflexion  par  une  approche  décalée  et  prospective.  Explorer  les  raisons  et  les  formes  de  l’innovation,  avec  Claude  Bannwarth,  nous  conduira  aux  sources  de  la  créativité  avec  la  surprenante  expérimentation  de  la  27°  Région.  La  recherche  de  partenariats  innovants  nous  mènera  vers  les  villes  moyennes    et  leur  réseau.  Un  curieux  exemple,  l’Office  du   Toutourisme  de  Troyes,  non  pas  Tout…  tourisme,  mais  Toutourisme,  en  l’honneur   d’un  partenariat    indéfectible  entre  l’homme  et  le  chien…Le  programme  des  conférences de la matinée s’annonce donc particulièrement décoiffant.   Les partenariats innovants à l’oeuvre    • Les  mini‐conférences  de  l’après  midi  donneront  la  mesure  de  nos  excursions  partenariales.    On  y  démontrera  par  l’exemple  les  intentions,  les  bienfaits  ou  les  limites  d’expériences        métissées  de  production  touristique,  ou  collaborent  les  mondes  de  l’entreprise touristique,  du  mécénat,  du  militantisme  social  et  solidaire,  de  la  culture,  des  terroirs  et  de  l’agriculture,  ou  encore  de  la  formation.  Ces  expériences illustrent bien le champ des possibles lorsqu’il s’agit d’oser l’innovation  dans le partenariat. Une ouverture à l’international complétera le panorama lors de  la table‐ronde du vendredi  2 octobre.    Le territoire comme laboratoire    • La  journée  de  terrain,  le  jeudi  1°  octobre,  est  toujours  très  attendue  des  congressistes. Il s’agit bien sûr de découvrir un territoire, le pays de Vichy, la ville et  l’agglomération,  au  travers  de  circuits  thématiques  qui  ont  été  conçus  par  les  collectivités locales et les professionnels. Il s’agit aussi d’exercer notre regard critique  sur  les  propositions  touristiques  qui  nous  seront  données  à  voir.  Cette  journée  de  terrain  est  donc  un  peu  un  laboratoires  d’idées,  où  les  congressistes  seront  convoqués pour écouter, disséquer, analyser, peut être même contrarier les acteurs  du territoire. C’est aussi la règle du jeu de cette université d’été. Je n’insisterai pas  sur l’importance des travaux d’ateliers à l’issue des visites qui fourniront la matière  de la synthèse du dernier jour.      
  3. 3. La démarche de co‐construction   • Si l’innovation est au cœur de la thématique de cette Université d’été, elle est aussi  au cœur de la démarche de Source, organisateur de ces journées. Nous avons bien  sûr  beaucoup  travaillé  en  partenariat  avec  les  collectivités  territoriales  (ville,  agglomération, pays, département et région) et l’Etat, que nous remercions de cette  collaboration,  mais  nous  voudrions  à  terme  faire  mieux  pour  dynamiser  davantage  cette Université.   Pour  engager  un  processus  de  co‐construction  des  prochaines  universités  nous  devrons :  ‐  Mieux  associer  les  congressistes  à  l’évaluation  de  l’événement.  Vous  serez  d’ailleurs interrogés en direct au cours de ces trois journées pour exprimer votre avis.    ‐ Donner la parole aux acteurs dans le cadre d’un salon Off qui fonctionnera dès cette  année en dehors des séquences plénières  programmées.    ‐ Rendre compte des débats en live sur le site Internet de l’UE.    ‐ Diversifier le comité technique pour une préparation plus en phase  avec les acteurs  du tourisme rural.    ‐  Inscrire  l’Université  d’été  dans  la  durée  et  la  continuité  en  vous  annonçant  la  déclinaison des deux prochaines années sur le thème de l’Innovation dans l’Offre en  Rhône‐Alpes  en  2010  et  l’Innovation  dans  les  méthodes  et  Outils  en  2011  en  Aquitaine.  2009 est une année à risques ! Cela méritait bien d’ « Oser l’Innovation » !    Bonne Université à tous ! 

×