1
TENDANCES CLIMATIQUES ET
PRODUCTION HALIEUTIQUE DU
LAC NOKOUE
UNIVERSITE D’ABOMEY-CALAVI
(UAC)
********
FACULTE DES LETT...
2
Sommaire
Sommaire .........................................................................................................
3
Dédicace
A :
mon père Jacob DJISSOU et ma mère Lucienne AHISSOU pour avoir fait de
moi un homme instruit ;
mon fils Sèno...
4
Sigles et acronymes
ASECNA : Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique
et à Madagascar
DGAT : Départe...
5
Remerciements
Ce mémoire a été réalisé grâce à la contribution de certaines personnes que je
tiens à remercier. Je témoi...
6
Résumé
La présente étude vise à appréhender l’influence des tendances climatiques sur la production halieutique et ses
c...
7
Introduction
Depuis 1970, l’Afrique de l’Ouest connaît une baisse des précipitations qui a eu
des répercussions sur les ...
8
production halieutique du lac Nokoué qui est situé entre 6°20’ et 6°30’ de
latitude nord d’une part, et entre 2°20’ et 2...
9
Figure 1 : Localisation du lac Nokoué
Ce lac est partagé entre les communes de Sô-Ava, de Sèmè-Podji, des
Aguégués, d’Ab...
10
l’intermédiaire de grandes prairies inondables à Paspalum vaginatum, avec les
deltas de Sô et de l’Ouémé. Il est relié ...
11
CHAPITRE I
FONDEMENTS THEORIQUES ET DEMARCHE METHODOLOGIQUE
Ce chapitre présente l’état des connaissances, la problémat...
12
physico-chimiques du lac. L’analyse des données montre une diminution de plus
de 50 % de la richesse spécifique du lac ...
13
l’exploitation des ressources vivantes aquatiques. Dans le cadre de cette étude,
la production halieutique désigne l’en...
14
caractérisent désormais par une modification des régimes pluviométriques qui
ont déjà connu plusieurs fluctuations à la...
15
C’est dans le but de répondre à ces questions que le sujet « tendances
climatiques et production halieutique du lac Nok...
16
L’atteinte des objectifs fixés dans ce travail a nécessité l’adoption d’une
démarche méthodologique.
1.4 Démarche métho...
17
populations pour faire face aux crises des pêcheries ont été obtenues à partir
des questionnaires adressés aux pêcheurs...
18
1.4.2.2 Enquêtes de terrain
Les travaux de terrain ont permis de compléter et d’actualiser les informations
documentair...
19
les pêcheurs, les mareyeuses qui s’investissent dans les activités de pêche et
autres riverains du lac.
La formule qui ...
20
Tableau II : Localités retenues et le nombre de personnes interrogées par
localité
Communes Arrondissements Villages/qu...
21
A base de ces résultats du tableau II, 167 personnes ont été interrogées à Sô-
Ava, 76 dans les Aguégués et 141 à Sèmè ...
22
questionnaires. Les paramètres statistiques tels que la moyenne arithmétique, la
fréquence, le pourcentage de variation...
23
même moyenne ont été déterminées. Ainsi les années déficitaires sont les
années dont la somme arithmétique des hauteurs...
24
CHAPITRE II
EVOLUTION DES PARAMETRES CLIMATIQUES ET DE LA
PRODUCTION HALIEUTIQUE DU LAC NOKOUE
Ce chapitre présente les...
25
Figure 3 : Régime pluviométrique de la station de Porto-Novo sur la période
1980-2009
Source des données : ASECNA, 2012...
26
Figure 4 : Variation interannuelle des hauteurs de pluie de la station de Cotonou
sur la période de 1980 à 2009
Source ...
27
Tableau III : Années excédentaires et déficitaires de la période 1980-2009
Années
Station Excédentaires Déficitaires
Co...
28
Figure 6 : Températures maximales de la station synoptique de Cotonou
(1980-2009)
Source des données : ASECNA,2012
Figu...
29
(23,5°C).
Quant à la figure 8, elle traduit l’évolution des températures maximales dans la
région du lac Nokoué sur la ...
30
Figure 9 : Evolution des températures minimales dans la région du lac Nokoué
sur la période 1980-2009
Source des donnée...
31
bathymétrie du lac Nokoué entre 1980 et 2004.
Figure 10: Bathymétrie du lacNokoué en 1980
Source : Tescier (1980)
Figur...
32
plus le cas ; les profondeurs dans ces secteurs sont inférieures à 2 m. C’est
seulement dans la dépression centrale et ...
33
La photo 1 montre que la jacinthe d’eau en envahissant la surface du plan d’eau,
empêche la pénétration des rayons sola...
34
Une telle situation, va induire la diminution de l’oxygène dissous rendant
difficile la vie des espèces halieutiques.
2...
35
2.2.3 Variation du pH
Le pH exprime l’acidité, l’alcalinité et la neutralité d’un milieu selon que sa
valeur est compri...
36
faune aquatique. Elle est aussi dans sa variabilité saisonnière, la cause de
nombreuses migrations de poissons et autre...
37
2-2-5- Exigence écologiques des espèces halieutiques
La vie biologique des espèces halieutiques est influencée par la v...
38
Tableau IV : Synthèse des caractéristiques écologiques et biophysiques de quelques espèces halieutiques du lac Nokoué
E...
39
Il ressort de l’analyse du tableau IV que les conditions écologiques sont
défavorables ou très défavorables pour les es...
40
Figure 15 : Relation entre précipitation et production halieutique (1987-2000)
Source des données : ASECNA et Direction...
41
Figure 16: Relation entre la température et la production halieutique
(1987-2000)
Source des données : ASECNA et Direct...
42
espèces dulçaquicoles qui ne migrent dans le lac que pendant les hautes eaux.
Elles proviennent pour la plus part du fl...
43
ichtyologiques du lac Nokoué (tableau VI) est due à la diminution de la salinité,
de l’étroitesse de l’embouchure de Co...
44
Cette évolution en dents de scie est confirmée par 99 % des populations
enquêtées qui trouvent que non seulement la pro...
45
CHAPITRE III
EFFETS SOCIO-ECONOMIQUES DE LA BAISSE DE LA
PRODUCTION HALIEUTIQUE DU LAC NOKOUE ET STRATEGIES
D’ADAPTATIO...
46
3.2 Effet de la baisse de la production halieutique sur la population des
pêcheurs
Le secteur d’étude a été marqué par ...
47
3.3 Conflits socioprofessionnels
Les données collectées sur le terrain montrent que la paix et l’équilibre social
sont ...
48
3.4.1 Perception des populations sur la crise des pêcheries
Les communautés lacustres entretiennent des liens étroits a...
49
pêcheurs, d’après 90 % des enquêtés. Cette baisse des revenus engendre, selon
89 % des enquêtés, des famines, des endet...
50
Les parcs Acadja sont très développés dans le secteur d’étude et constitue une
technique très rentable (photo 3).
Photo...
51
Photo 4 : Pêche à l’épervier à Ganvié (commune de Sô-Ava)
Prise de vue : Djissou, octobre 2012
Le filet à l’épervier de...
52
Les propriétaires de ces engins les posent juste aux abords des berges et
capturent toutes les espèces qui font le mouv...
53
moyen de sortir de crise. C’est ce qui les amène à migrer vers Cotonou, Porto-
Novo et surtout vers le Nigéria où ils e...
54
3.4.4 Stratégies complémentaires d’adaptation aux crises des pêcheries
Aux fins de l’adaptation des pêcheries et de réd...
55
il y a proximité d’habitation pour éviter le vol et faciliter le nourrissage des
poissons ;
l’accès est facile pour ren...
56
.
Figure 18 : Cadre conceptuel de l’étude de l’influence des tendances
climatiques sur la production halieutique du lac...
57
Conclusion
L’étude de l’influence des tendances climatiques sur la production halieutique
du lac Nokoué a été possible ...
58
socioprofessionnels, etc.
Les populations développent des stratégies d’adaptation pour leurs modes
d’existence comme ac...
59
Bibliographie
Afouda F. (1990) : L’eau et les cultures dans le Bénin central et septentrional : Etude
de la variabilité...
60
Clédjo F. (1999) : La gestion locale de l’environnement dans les cités du lac Nokoué
(Région urbaine du littoral au Sud...
61
Houndénou C.(1999) :Variabilité climatique et maïsiculture en milieu tropical
humide: l’exemple du Bénin, diagnostic et...
62
Niyonkuru C. (2001) : Les variations spatio-temporelles de la faune ichtyologique du
lac Nokoué en République du Bénin....
63
Site consulté
www.insee.fr, consulté le 11/ 10 / 13 à 16 h 2 mn.
Tapsoba D. (1997) : Caractérisation événementielle des...
64
Liste des figures
Figure 1 : Localisation du lac Nokoué 09
Figure 2 : Régime pluviométrique de la station de Cotonou su...
65
Liste des photos
Photo 1 : Couverture de la surface de l’eau par la jacinthe d’eau à
Ganvié
32
Photo 2 : Etat de la sur...
66
ANNEXES
67
Questionnaire par objectif
Objectif 1 : Analyser l’évolution des paramètres climatiques en rapport
avec la production h...
68
6)-Quelles sont les périodes de l’année où les eaux du lac sont plus salées et
quelles sont les conséquences de cette s...
69
10)-Existent-ils des espèces halieutiques qui sont devenues rares ou qui ont
disparu du lac Nokoué ? [ ] ; oui=1 ; non=...
70
b)-A la baisse [ ] ; oui=1 ; non=0
c)-Stagnation [ ] ; oui=1 ; non=0
16)-Quelles sont les causes de cette évolution des...
71
d)-Mévente [ ] ; oui=1 ; non=0
e)-Autres [ ] ; oui=1 ; non=0
4)-Etes-vous sûr que c’est la baisse de la production hali...
72
3)- Que souhaiteriez-vous dans le cadre d’un projet d’amélioration des activités
de pêche ?
Souhaits Oui Non
Encadremen...
73
Guide d’entretien
1)-Evolution de la production halieutique du lac Nokoué
2)- Influence des paramètres climatiques sur ...
DJISSOU Jean, Tendance climatique et production halieutique du Lac Nokoué
DJISSOU Jean, Tendance climatique et production halieutique du Lac Nokoué
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

DJISSOU Jean, Tendance climatique et production halieutique du Lac Nokoué

1 283 vues

Publié le

La présente étude vise à appréhender l’influence des tendances climatiques sur la production halieutique et ses
conséquences sur les populations riveraines du lac Nokoué.
.L’approche méthodologique utilisée est fondée sur la recherche documentaire, les observations et les enquêtes
socio-anthropologiques. Les entretiens ont été réalisés avec les pêcheurs, les personnes ressources et autres
riverains. Le modèle PEIR a été utilisé pour analyser les résultats.
L’analyse des données climatologiques atteste la baisse des précipitations marquée par une succession d’années
déficitaires et excédentaires et d’une augmentation des températures maximales et minimales respectivement de
1,7 oC et 1,1 oC sur la période 1980-2009. Cette évolution des paramètres climatiques se manifeste, entre autres,
par une augmentation des températures qui induit systématiquement celle de l’eau, milieu de vie des espèces
halieutiques, et a entrainé une baisse de la production halieutique de 2,88 % entre 1987 et 2000. Ce qui est
confirmée par 99 % des personnes interrogées qui trouvent que non seulement la production halieutique a baissé
mais aussi l’activité de pêche est désormais contraignante. Cette baisse a engendré des effets socio-économiques
comme la baisse des revenus des pêcheurs, des famines entrainant parfois des migrations et des conflits
socioprofessionnels.
Face à cette situation, les communautés du lac Nokoué ont développé des techniques de pêche et autres activités
pour réduire ces effets. Mais pour une bonne relance de la pêche, des stratégies complémentaires comme le
développement de la pisciculture, l’aquaculture ont été proposées.
Mots clés : Lac Nokoué, tendances climatiques, enquête socio- anthropologique, production halieutique, crise
des pêcheries.

Publié dans : Environnement
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 283
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
599
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

DJISSOU Jean, Tendance climatique et production halieutique du Lac Nokoué

  1. 1. 1 TENDANCES CLIMATIQUES ET PRODUCTION HALIEUTIQUE DU LAC NOKOUE UNIVERSITE D’ABOMEY-CALAVI (UAC) ******** FACULTE DES LETTRES, ARTS ET SCIENCES HUMAINES (FLASH) ********* DEPARTEMENT DE GEOGRAPHIE ET AMENAGEMENT DU TERRITOIRE (DGAT) ********* OPTION : GEOGRAPHIE PHYSIQUE MEMOIRE DE MAITRISE Réalisé par : Mahoutin Jean DJISSOU Sous la direction de : Prof. Euloge OGOUWALE Maître de Conférences (DGAT/FLASH/UAC) Mention : Très Bien Soutenu le 08 / 11 / 2014
  2. 2. 2 Sommaire Sommaire .................................................................................................................................. 2 Dédicace..................................................................................................................................... 3 Sigles et acronymes................................................................................................................... 4 Remerciements ......................................................................................................................... 5 Résumé / Summary .................................................................................................................. 6 Introduction.............................................................................................................................. 7 CHAPITRE I FONDEMENTS THEORIQUES ET DEMARCHE METHODOLOGIQUE ................ 11 1.1 Etat des connaissances ....................................................................................................... 11 1.2 Clarification des concepts .................................................................................................. 12 1.3 Problématique..................................................................................................................... 13 1.4 Démarche méthodologique ................................................................................................ 16 CHAPITRE II EVOLUTION DES PARAMETRES CLIMATIQUES ET DE LA PRODUCTION HALIEUTIQUE DU LAC NOKOUE .................................................................................. 24 2.1 Tendances climatiques sur le lac Nokoué .......................................................................... 24 2.2 Variabilités des paramètres physico-chimiques et exigence écologique des espèces........ 30 2.3 Vulnérabilité des ressources halieutiques à l’évolution des paramètres climatiques......... 39 CHAPITRE III EFFETS SOCIO-ECONOMIQUES DE LA BAISSE DE LA PRODUCTION HALIEUTIQUE DU LAC NOKOUE ET STRATEGIES D’ADAPTATION................. 45 3.1 Effets de la baisse de la production halieutique sur les revenus des pêcheurs.................. 45 3.2 Effet de la baisse de la production halieutique sur la population des pêcheurs ................. 46 3.3 les conflits socioprofessionnels.......................................................................................... 47 3.4 Stratégies endogènes et complémentaires de réduction des effets socio-économiques de la baisse de la production halieutique du lac……………………………………………………47 Conclusion............................................................................................................................... 55 Bibliographie........................................................................................................................... 59 Liste des figures...................................................................................................................... 64 Liste des photos ...................................................................................................................... 64 Liste des tableaux ................................................................................................................... 65 Annexes ................................................................................................................................... 66 Table des matières……………………………………..………………………………….…74
  3. 3. 3 Dédicace A : mon père Jacob DJISSOU et ma mère Lucienne AHISSOU pour avoir fait de moi un homme instruit ; mon fils Sènou Espérance Godpeace DJISSOU pour raconter à la génération future, le fruit de la persévérance.
  4. 4. 4 Sigles et acronymes ASECNA : Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar DGAT : Département de Géographie et Aménagement du Territoire FLASH : Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines FSA : Faculté des Sciences Agronomiques INSAE INSEE : Institut National de la Statistique et de l’Analyse Economique : Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (France) IPCC : Intergovernmental Panel on Climatic Change MAEP : Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche MARP : Méthode Active de Recherche Participative MEHU PAZH : Ministère de l’Environnement, de l’Habitat et d’Urbanisme : Programme d’Aménagement des Zones Humides PDC : Plan de Développement Communal PEIR : Pression- Etat- Impact- Réponses PNUD RGPH SCDA : Programme des Nations Unies pour le Développement : Recensement Général de la Population et de l’Habitation : Secteur Communal pour le Développement Agricole SDAC : Schéma Directeur d’Aménagement des Communes
  5. 5. 5 Remerciements Ce mémoire a été réalisé grâce à la contribution de certaines personnes que je tiens à remercier. Je témoigne ma profonde gratitude à mon Maître de mémoire Professeur Euloge OGOUWALE, Maître de Conférences au Département de Géographie et Aménagement du Territoire (DGAT) à l’Université d’Abomey- Calavi, qui a accepté diriger ce mémoire malgré ses multiples occupations. Mes sincères remerciements au Professeur Noël FONTON, Professeur Titulaire à la Faculté des Sciences Agronomiques (FSA) à l’Université d’Abomey- Calavi pour sa générosité et ses orientations et à Monsieur Louis SOHE pour sa bienveillance et ses multiples conseils. J’adresse mes sincères remerciements à mon épouse Olivia HOUEZE, à mon frère Josué, à mes sœurs Dorcas, Angèle et Esther DJISSOU pour leur soutien moral et financier. Je dis merci à Monsieur Norbert AGBOKOUNOU et à mes amis Marcel HOUEHOME, Faustin AYAMISSI et Gérard VIDEGNON pour leur soutien matériel et à Boniface HOUNDEKOUNNOU, Pierre HOUNSOU, Michel DOSSA et Barthélemy HOUNSOU pour m’avoir appuyé lors des travaux de terrain. Je n’oublie pas mes amis de l’ONG ‘’Les Jeunes Triomphants’’ : Alain HOUNSA, Richard OUSSA, Casimir HOUENOU, Marius BOTON-FATCHE, koudous LOKOSSOU et Gérard NIELO pour leurs encouragements. Je remercie tout le corps professoral du DGAT pour avoir assuré ma formation et tous les collaborateurs du Professeur Euloge OGOUWALE pour leurs multiples conseils et formations. Enfin, je remercie tous les membres du Jury de soutenance qui ont accepté examiner les résultats de mes travaux de recherche.
  6. 6. 6 Résumé La présente étude vise à appréhender l’influence des tendances climatiques sur la production halieutique et ses conséquences sur les populations riveraines du lac Nokoué. .L’approche méthodologique utilisée est fondée sur la recherche documentaire, les observations et les enquêtes socio-anthropologiques. Les entretiens ont été réalisés avec les pêcheurs, les personnes ressources et autres riverains. Le modèle PEIR a été utilisé pour analyser les résultats. L’analyse des données climatologiques atteste la baisse des précipitations marquée par une succession d’années déficitaires et excédentaires et d’une augmentation des températures maximales et minimales respectivement de 1,7 o C et 1,1 o C sur la période 1980-2009. Cette évolution des paramètres climatiques se manifeste, entre autres, par une augmentation des températures qui induit systématiquement celle de l’eau, milieu de vie des espèces halieutiques, et a entrainé une baisse de la production halieutique de 2,88 % entre 1987 et 2000. Ce qui est confirmée par 99 % des personnes interrogées qui trouvent que non seulement la production halieutique a baissé mais aussi l’activité de pêche est désormais contraignante. Cette baisse a engendré des effets socio-économiques comme la baisse des revenus des pêcheurs, des famines entrainant parfois des migrations et des conflits socioprofessionnels. Face à cette situation, les communautés du lac Nokoué ont développé des techniques de pêche et autres activités pour réduire ces effets. Mais pour une bonne relance de la pêche, des stratégies complémentaires comme le développement de la pisciculture, l’aquaculture ont été proposées. Mots clés : Lac Nokoué, tendances climatiques, enquête socio- anthropologique, production halieutique, crise des pêcheries. Summary This study aims to study the influence of climate trends on fish production and its impact on local communities of Lake Nokoue. The methodology used is based on documentary research, observations and socio-anthropological surveys. The interviews were conducted with fishermen, resource persons and other residents. The PEIR model was used to analyze the results. The analysis of climate data confirms the decline in rainfall marked by a succession of deficit and surplus years and an increase in maximum and minimum temperatures by 1.7 ° C and 1.1 ° C over the period 1980-2009. This change in climate parameters is manifested, among other things, an increase in temperatures that consistently induces the water, the living environment of fish species, and has led to a decline of the fish production of 2,88 % from 1987 to 2000. This is confirmed by 99 % of respondents who are not only fish production has declined but the fishing is now binding. This decline has resulted in socio-economic effects such as lower income fishermen leading to famine migration and socio-professional conflict. Faced with this situation, the communities of Lake Nokoué developed techniques of fishing and other activities to reduce these effects. But for a good recovery of the fishery, complementary strategies such as the development of fish farming, aquaculture have been proposed. Keywords: Lake Nokoue, climate trends, socio-anthropological investigation, fish production, fisheries crisis.
  7. 7. 7 Introduction Depuis 1970, l’Afrique de l’Ouest connaît une baisse des précipitations qui a eu des répercussions sur les ressources en eau superficielle et les écosystèmes (Olivry, 1983). Au Bénin, les écosystèmes du lac Nokoué ont été, au cours des trois dernières décennies, marqués par une dégradation du fait de la forte variabilité climatique associée à une plus grande fréquence des phénomènes extrêmes et à une augmentation des températures (Boko, 1988 ; Afouda, 1990 et Ogouwalé, 2007). Dans ce contexte d’élévation de la température qui indura systématiquement celle de l’eau, milieu de vie des ressources halieutiques, une baisse de la teneur en oxygène dissous est attendue. Il en résultera une redistribution des espèces, étant attendu que la disponibilité en oxygène sera sérieusement affectée. Les risques d’anoxie ou d’hypoxie pour les espèces aquatiques sont potentiels (MEHU, 2001). A tout cela, il faut ajouter que les changements intervenus au niveau des caractéristiques physico-chimiques du lac Nokoué couplés aux techniques de pêche, ont entraîné la rareté et le risque de disparition de certaines espèces halieutiques du lac (Clédjo et Ogouwalé, 2009). Ce phénomène a entraîné la baisse de la production halieutique qui a engendré des effets socio- économiques sur les populations riveraines. Au regard de ces contraintes, la présente étude se veut d’appréhender l’influence des tendances climatiques sur la production halieutique et ses conséquences sur les populations riveraines du lac Nokoué. Ce travail s’articule autour de trois (3) chapitres : Le premier chapitre présente les fondements théoriques et la démarche méthodologique de recherche adoptée. Le deuxième chapitre est consacré à l’analyse de l’évolution des paramètres climatiques en rapport avec la production halieutique du lac Nokoué. Le troisième chapitre met l’accent sur les effets socio-économiques et les stratégies d’adaptation à la baisse de la
  8. 8. 8 production halieutique du lac Nokoué qui est situé entre 6°20’ et 6°30’ de latitude nord d’une part, et entre 2°20’ et 2°35’ de longitude est d’autre part (figure 1). Il a une superficie d’environ 150 km² à l’étiage et 450 km² en période de hautes eaux (Baglo, 1980). De l’est à l'ouest (de Kétonou à Abomey-Calavi), il mesure 20 km et du nord au sud (de Houédo-Gbadji à Cotonou) 11 km (Collenil, 1987). Il est limité au nord par les plaines d’inondation des fleuves Ouémé et Sô, au sud par la ville de Cotonou, à l’est par la lagune de Porto-Novo et à l’ouest par la ville d’Abomey-Calavi.
  9. 9. 9 Figure 1 : Localisation du lac Nokoué Ce lac est partagé entre les communes de Sô-Ava, de Sèmè-Podji, des Aguégués, d’Abomey-Calavi et de Cotonou. De ce fait, il est à cheval sur trois départements à savoir : l’Atlantique, l’Ouémé et le Littoral. Il représente le plus grand plan d’eau du Bénin (Le Barbè et al., 1993) et communique au nord par
  10. 10. 10 l’intermédiaire de grandes prairies inondables à Paspalum vaginatum, avec les deltas de Sô et de l’Ouémé. Il est relié à l’est à la lagune de Porto-Novo par le canal de Tocthè, et est soumis aux influences marines par le biais du chenal de Cotonou qui le relie directement à la mer (Ogouwalé, 2007).
  11. 11. 11 CHAPITRE I FONDEMENTS THEORIQUES ET DEMARCHE METHODOLOGIQUE Ce chapitre présente l’état des connaissances, la problématique et la démarche méthodologique adoptée pour appréhender l’influence des tendances climatiques sur la production halieutique du lac Nokoué. 1.1 Etat des connaissances La question de la baisse de la production halieutique est de plus en plus préoccupante compte tenu des effets socio-économiques qu’elle engendre. Selon Boko (1988), les fluctuations climatiques et les ‘’chocs climatiques’’ ébranlent le système économique et tout le tissu social. De même Sircoulon (1990) et Afouda (1990) rapportent aussi que la dynamique du climat associée aux facteurs sociotechniques entraîne des bouleversements écologiques et génère une fragilisation des modes d’existence. Gboni (1995) ajoute que le climat intervient aussi bien dans la vie biologique des espèces que dans les activités de pêche. Pour Sossou-Agbo (1998), la dégradation des plans d’eau et la perte de leur productivité se caractérisent par une baisse généralisée des ressources halieutiques sous l’effet des engins et techniques de pêche. Par ailleurs, Moss et al. (2005) soulignent que le climat influence la productivité des lacs en agissant sur l’apport annuel d’eau et d’énergie, sur l’hydrologie du bassin versant et sur le taux de renouvellement de l’eau, ainsi que sur l’apport des nutriments vers le plan d’eau. Houadégla (1991) pour sa part montre que la variation de la température induit inévitablement la variation de l’eau du lac Nokoué, qui est un paramètre de confort pour les espèces halieutiques. De même, Ogouwalé (2007) stipule que les tendances pluvio-thermométriques, associées à la dynamique bathymétrique, ont entraîné des variations des caractéristiques biologiques, hydrologiques et
  12. 12. 12 physico-chimiques du lac. L’analyse des données montre une diminution de plus de 50 % de la richesse spécifique du lac Nokoué entre 1950 et 2001. De plus, Akognongbè (2011) souligne que les variabilités pluviométriques ont entraîné la détérioration des conditions écologiques du milieu et leur diminution est l’une des causes des mutations des écosystèmes dans le lac Nokoué. Quant à Sohè (2011), il signale que l’envahissement du lac Nokoué par la jacinthe d’eau entraîne une baisse de la productivité halieutique. Mais jusqu’ici peu d’étude, à l’échelle locale, ont abordé de façon spécifique la problématique de la vulnérabilité des espèces halieutiques aux tendances climatiques. Les données disponibles sont très générales et ne permettent pas de cerner l’influence des tendances climatiques sur la production halieutique du lac Nokoué et l’ampleur des effets socio-économiques de sa baisse sur les populations riveraines. C’est pour cette raison et pour combler cette discontinuité dans la connaissance scientifique que résident la spécificité et l’originalité du présent sujet. Pour faciliter la compréhension de ce travail, il est nécessaire de clarifier les concepts clés employés. 1.2 Clarification des concepts Tendances climatiques : Selon Doukpolo (2006), une tendance se traduit par l’évolution probable d’un phénomène au cours d’une longue période. Pour Boko (2009), la tendance est une forme de constance climatique caractérisée par une diminution ou une augmentation durant la période du relevé. Dans le cadre de cette étude, les tendances climatiques se définissent comme une évolution des paramètres climatiques (précipitations, températures) au cours de la période du relevé. Production halieutique : D’après le « dictionnaire universel » (2008), il s’agit des produits issus de la pêche. Selon INSEE, la production halieutique est
  13. 13. 13 l’exploitation des ressources vivantes aquatiques. Dans le cadre de cette étude, la production halieutique désigne l’ensemble des poissons capturés. Influence : D’après le « dictionnaire universel » (2008), l’influence est l’action exercée (bonne ou mauvaise) sur quelque chose ou quelqu’un. Dans le cadre de cette étude, l’influence se définit comme l’action qu’exercent les paramètres climatiques (précipitations, températures) sur la production halieutique. Stratégies endogènes : D’après le dictionnaire « le nouveau petit Robert de la langue française » (2009), le mot stratégie signifie l’ensemble d’actions coordonnées, de manœuvres en vue d’une victoire. Le « dictionnaire universel » (2008) définit le mot endogène comme ce qui a son origine à l’intérieur d’une communauté. Ainsi, dans le cadre de cette étude, l’expression « stratégies endogènes » se définit comme l’ensemble d’actions coordonnées ou l’ensemble des activités et ou techniques utilisées par les populations riveraines en vue de réduire au maximum les effets socio-économiques de la baisse de la production halieutique du lac Nokoué. 1.3 Problématique Elle prend en compte la justification du sujet, les hypothèses de travail et les objectifs de recherche. 1.3.1 Justification du sujet Les dernières décennies du deuxième millénaire ont été marquées par une évolution rapide des climats (IPCC, 2001). Les recherches effectuées par Olivry (1983), Sircoulon (1990) et Tapsoba (1997) indiquent que les précipitations en Afrique ont été marquées par une diminution. Cette tendance est qualifiée de nouvelle phase climatique ou encore de rupture climatique (Carbonnel et Hubert, 1992). Dans ce contexte, les travaux de Boko (1988), Afouda (1990), Houndénou (1999) et de Ogouwalé (2007), font ressortir que les climats du Bénin se
  14. 14. 14 caractérisent désormais par une modification des régimes pluviométriques qui ont déjà connu plusieurs fluctuations à la baisse et par la hausse des températures et la persistance des anomalies négatives. Cette baisse, très marquée des hauteurs de pluie observée en Afrique de l’Ouest a entraîné une modification des ressources en eau (Houndénou ,1999 et Vissin, 2001). Les conséquences de cette diminution des ressources hydriques sur les écosystèmes lacustres comme ceux du lac Nokoué pourvoyeurs de plus de 40 % des protéines animales consommées au Bénin ont été très négatives (Akognongbé, 2011). En effet, d’après le rapport sur l’état de l’économie béninoise de 1997, plus de la moitié des produits halieutiques consommés en République du Bénin proviennent de l’étranger. Pourtant, le pays dispose d’un réseau hydrographique riche en cours d’eau parmi lesquels se trouvent les fleuves Ouémé, Mono et Couffo, les lacs Nokoué et Ahémé, la lagune côtière et celle de Porto-Novo. La capacité de production de ces cours et plan d’eau pourrait satisfaire les besoins halieutiques de la population béninoise (Tchéoubi, 2006). Les différentes études menées sur les peuplements animaux du lac Nokoué, successivement par Texier (1980), Collenil (1984) et par Niyonkuru (2001) ont révélé que certaines espèces ichtyologiques sont menacées de disparition. Cette diminution des ressources halieutiques est marquée par l’évolution à la baisse de la richesse spécifique du lac Nokoué de 1950 à 2001 (Ogouwalé, 2007). Des constats énumérés plus haut, il se dégage les questions suivantes : − Quelle est l’influence des tendances climatiques sur la production halieutique du lac Nokoué ? − Quels sont les effets socio-économiques de la baisse de la production halieutique du lac Nokoué sur les populations riveraines ? − Quelles sont les mesures prises par les populations riveraines pour faire face à ces effets socio-économiques ?
  15. 15. 15 C’est dans le but de répondre à ces questions que le sujet « tendances climatiques et production halieutique du lac Nokoué» a été choisi dans le cadre de la réalisation d’un mémoire de maîtrise en géographie. La présente étude est fondée sur les hypothèses ci- après. 1.3.2 Hypothèses de travail Les hypothèses formulées dans le cadre de cette étude sont les suivantes : les tendances climatiques influencent la production halieutique du lac Nokoué ; la baisse de la production halieutique du lac Nokoué augmente la vulnérabilité socio-économique des populations riveraines ; les populations riveraines du lac Nokoué développent des stratégies endogènes pour adapter leur mode de vie à la baisse de la production halieutique. Pour vérifier ces trois (3) hypothèses, des objectifs sont fixés. 1.3.3 Objectifs de recherche L’objectif global de cette recherche est d’étudier l’influence des tendances climatiques sur la production halieutique et ses conséquences sur les populations riveraines du lac Nokoué. De façon spécifique, il s’agit de : analyser l’évolution des paramètres climatiques en rapport avec la production halieutique du lac Nokoué ; étudier les effets socio-économiques de la baisse de la production halieutique du lac Nokoué sur les populations riveraines ; identifier des stratégies endogènes et complémentaires pour atténuer les effets socio-économiques de la baisse de la production halieutique du lac Nokoué.
  16. 16. 16 L’atteinte des objectifs fixés dans ce travail a nécessité l’adoption d’une démarche méthodologique. 1.4 Démarche méthodologique La démarche méthodologique adoptée comprend les étapes suivantes : − les données utilisées ; − la collecte des données ; − le traitement des données et l’analyse des résultats obtenus. 1.4.1 Données utilisées Les données utilisées dans le cadre de cette étude sont : les statistiques climatologiques (précipitations, températures) de la série 1980-2009 ont été extraites de la base des données de l’Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA), des relevés des stations de Cotonou et de Porto-Novo puisque ces stations sont situées dans la région du lac Nokoué. Ces données ont permis d’analyser l’évolution des paramètres climatiques ; les données sur la bathymétrie, l’oxygène dissous, la salinité et le pH du lac ont été recueillies à la Faculté des Sciences Agronomiques afin d’étudier les modifications subies par le lac Nokoué ; les statistiques des productions halieutiques de la série 1987-2000 ont permis d’analyser la tendance ; les statistiques démographiques des communes de Sô-Ava, des Aguégués et de Sèmè-Podji, du Recensement Général de la Population et de l’Habitation de 2002 (RGPH, 2002) ont été recueillies à l’Institut National de la Statistique et de l’Analyse Economique afin de déterminer le nombre de personnes questionnées par village ; les informations qualitatives sur les techniques d’exploitation des ressources halieutiques du lac Nokoué et sur les mesures adaptatives développées par les
  17. 17. 17 populations pour faire face aux crises des pêcheries ont été obtenues à partir des questionnaires adressés aux pêcheurs, mareyeuses et autres riverains du lac. 1.4.2 Collecte des données Cette étape comprend la recherche documentaire et les enquêtes de terrain. 1.4.2.1 Recherche documentaire Les ouvrages et travaux ayant rapport à la présente étude ont été consultés dans différents centres de documentation (tableau I). Tableau I : Structures/centres de documentation visités et informations recueillies Structures/centres de documentation Nature des documents Types d’informations recueillies Archives communales Livres, articles, le PDC, SDAC Informations générales sur les communes du lac Nokoué Bibliothèque Centrale de l’UAC Thèses, livres, articles, rapports Informations générales sur le lac Nokoué FLASH Mémoires et thèses Informations générales sur les écosystèmes du lac Nokoué FSA Thèses, livres, articles, rapports Informations générales sur les ressources halieutiques et données physico-chimiques du lac Nokoué ASECNA Données pluviométriques et températures Direction des pêches Rapports, livres, articles Données sur les productions halieutiques du lac Nokoué MAEP Livres, rapports Informations générales sur la pêche INSAE Rapports et livres Données démographiques SCDA Sô-Ava Rapports, livres et articles Informations générales sur les productions halieutiques du lac Nokoué Source : Travaux de terrain, juin 2012 La recherche documentaire a permis de mieux appréhender les articulations ainsi que les contours du sujet. Elle a été complétée par des informations recueillies lors des travaux de terrain.
  18. 18. 18 1.4.2.2 Enquêtes de terrain Les travaux de terrain ont permis de compléter et d’actualiser les informations documentaires. Ils ont permis d’étudier les effets socio-économiques de la baisse de la production halieutique du lac Nokoué sur les populations riveraines et dans le même temps d’identifier les perceptions des populations riveraines et les stratégies endogènes pour atténuer ces effets socio-économiques. Ils ont été possibles grâce à l’utilisation d’un choix raisonné. Echantillonnage En ce qui concerne l’échantillonnage, c’est la technique de choix raisonné qui a été utilisée. L’échantillon a été constitué à deux niveaux, d’abord pour identifier les villages où se sont déroulées les enquêtes, ensuite pour identifier la population cible. Les critères de choix des villages ou arrondissements se définissent comme suit : villages ou arrondissements au bord du lac Nokoué où la plupart des habitants exercent comme activité principale la pêche ; villages ou arrondissements dans lesquels les problèmes écologiques (envahissement de la jacinthe d’eau, pollution de l’eau, etc.) sont les plus perceptibles. Quant aux critères de choix de la population cible, il a été retenu : les personnes ressources (chefs de villages, chefs d’arrondissement, personnels d’encadrement rural, les chefs traditionnels, les intellectuels communautaires), compte tenu de l’importance des informations qu’elles détiennent en raison de leur ancienneté dans le milieu, de leurs savoirs endogènes de la gestion des pêches à l’aide des techniques d’exploitation développées par les populations, des connaissances acquises et des solutions qu’ils préconisent pour faire face aux effets socio-économiques de la baisse de la production halieutique ;
  19. 19. 19 les pêcheurs, les mareyeuses qui s’investissent dans les activités de pêche et autres riverains du lac. La formule qui est utilisée pour déterminer la taille de l’échantillon est la suivante: N= t² × p×q/e² (Schwartz, 2002) avec : N : la taille de l’échantillon requise ; t : le niveau de confiance à 95 % (valeur type de 1,96) p : le degré d’homogénéité de la population ; q : le degré de non homogénéité de la population (pour cette étude p= q= 0,5 puisque la prévalence estimative n’est pas connu d’avance) ; e : la marge d’erreur à 5 % (valeur type de 0,05) qui donne la précision recherchée ou l’intervalle de confiance. En se basant sur cette formule 384 personnes ont été enquêtées pour la réalisation de cette étude. Pour que l’échantillon soit représentatif du fait que les villages ou les arrondissements n’ont pas la même taille, la formule des quotas a permis de déterminer le nombre de personnes interrogées dans chaque village ou arrondissement. Cette formule est la suivante : n = Xi × Z / X avec : n = Nombre d’individus à questionner par village ou arrondissement ; Xi = Population par village ou par arrondissement ; Z = Nombre total d’individus à questionner ; X = Nombre total d’individus dans les villages ou arrondissements retenus. Les résultats obtenus sont consignés dans le tableau II.
  20. 20. 20 Tableau II : Localités retenues et le nombre de personnes interrogées par localité Communes Arrondissements Villages/quartiers de villes Populations Nombre d’individus interrogés Sô-Ava Ganvié 1 Sokomey 6211 28 Kpassikomey 1693 8 Agoundankomey 1214 7 Ganvié 2 Dakomey 5507 25 Guèdèvié 1364 7 Agbongamey 958 5 Vekky Gbètingao 2880 13 Todo 2862 13 Somaï 2702 12 Houédo-Aguékon Domèguédji 2354 11 Gbégodo 2322 11 Ganviékomey 1704 8 Dékanmey Assakomey 1808 8 Djèkpè 1831 8 Akpafè 602 3 Aguégués Avagbodji Houinta 2652 12 Djèkpè 1830 8 Akpadon 1553 7 Houédomey Dogodo 2783 13 Akpoloukomè 1879 8 Aholoukomè 1622 7 Zoungamey Aniviékomè 1867 8 Houndékomè 1617 7 Kindji 1254 6 Sèmè-Podji Agblangandan Agbalilamè 5242 24 Gbakpodji 561 4 Moudokomè 1055 5 Aholouyèmè Goho 1190 6 Kétonou 4265 19 Djèho 375 3 Ekpè Tchonvi 3621 16 Ekpè I 4484 20 DjèffaHouédomè 4754 21 Tohouè Tohouè 973 5 Kpoguidi 2198 10 WégbèdoAdièmè 1680 8 Total ……….. …………. 83467 384 Source : INSAE, 2002 et calculs septembre, 2012
  21. 21. 21 A base de ces résultats du tableau II, 167 personnes ont été interrogées à Sô- Ava, 76 dans les Aguégués et 141 à Sèmè – Podji. La réalisation des enquêtes de terrain a nécessité l’utilisation de différents techniques et outils de collecte des données. Techniques de collecte Dans le cadre de ce travail, la Méthode Active de Recherche Participative (MARP) a été utilisée pour collecter les informations auprès des pêcheurs, des intellectuels communautaires (ayant une connaissance des faits climatiques), du personnel d’encadrement rural, etc. à l’aide des questionnaires. Elle part de l’hypothèse que les populations ont élaboré un savoir au fil du temps et qu’il faut nécessairement le respecter pour mener des enquêtes, notamment dans le domaine des pêcheries (Ogouwalé, 2007). En outre, des interviews directes ont été réalisées dans les localités visitées afin d’obtenir des populations leurs perceptions sur la baisse de la production halieutique du lac Nokoué. Outils de collecte des données Les outils utilisés pour la collecte des données sont le questionnaire et le guide d’entretien. Ces outils ont permis de consigner les données nécessaires pour une bonne compréhension de l’influence des tendances climatiques sur la production halieutique et ses conséquences sur les populations riveraines du lac Nokoué. Un appareil photographique numérique a été utilisé pour prendre des vues directes et instantanées des sites et autres éléments de l’environnement concernés par cette étude. 1.4.3 Traitement des données Les différentes données collectées ont fait l’objet d’un traitement selon leur nature. Le traitement des données a consisté au dépouillement manuel des
  22. 22. 22 questionnaires. Les paramètres statistiques tels que la moyenne arithmétique, la fréquence, le pourcentage de variation et la méthode graphique ont été utilisés. Moyenne arithmétique Elle est le paramètre fondamental de tendance central qui est utilisé pour caractériser l’état climatique moyen. Elle s’exprime de la façon suivante : ࢞ഥ = ૚ ࢔ ෍ ࢞࢏ ࢔ ࢏ୀ૚ ‫̅ݔ‬ : Moyenne ; n : Effectif total des modalités et xi : Modalités du caractère étudié. Fréquence Elle est le paramètre qui est utilisé pour déterminer la proportion de la population interrogée sur un fait. Elle s’exprime de la façon suivante : ࡲ = ࢔ ࡺ × ૚૙૙ F : Fréquence ; n : Effectif de la population interrogée sur un fait et N : Effectif total de la population cible. La méthode graphique : Elle permet la détermination des tendances thermométriques. Elle consiste en une représentation, par exemple, des températures en fonction du temps (année sur la période choisie) et permet de déceler la tendance considérant la totalité N des observations (Ogouwalé, 2007). L’équation de la droite de tendance est de la forme y = at + b où y représente les températures, t le temps, a le coefficient de régression et b une constante. Méthode de détermination des années déficitaires et excédentaires Pour appréhender les années excédentaires ou déficitaires pour ce qui concerne les hauteurs de pluie, 80 % de la moyenne et 120 % de cette
  23. 23. 23 même moyenne ont été déterminées. Ainsi les années déficitaires sont les années dont la somme arithmétique des hauteurs de pluie est inférieure au seuil de 80 % de la moyenne et les années excédentaires celles dont la somme arithmétique des hauteurs de pluie est supérieure au seuil de 120 % de la moyenne. Pourcentage de variation (PV) de Nicolas Kaldor Il est l’indicateur qui permet de savoir s’il y a une augmentation ou une diminution de la grandeur X (production halieutique) étudiée entre les périodes to (année de référence) et t (année courante). Sa formule est la suivante : PV (X) t / to = ࢄ࢚ష ࢄ࢚࢕ ࢄ࢚࢕ x 100 Il a permis de déterminer l’évolution de la production halieutique de 1987 à 2000. 1.4.4 Analyse des résultats L’analyse des résultats a été faite à l’aide du modèle PEIR (Pression- Etat- Impact- Réponses). Ce qui a permis d’évaluer l’état et les tendances en se focalisant sur la connaissance des déterminants et des causes profondes de la pression (la dynamique du climat), des impacts sur les composantes sociales (revenu, alimentation) et les réponses apportées par les populations pour réduire leur vulnérabilité. Cette analyse a permis d’appréhender l’évolution des paramètres climatiques et de la production halieutique du lac Nokoué.
  24. 24. 24 CHAPITRE II EVOLUTION DES PARAMETRES CLIMATIQUES ET DE LA PRODUCTION HALIEUTIQUE DU LAC NOKOUE Ce chapitre présente les tendances climatiques et l’évolution de la production halieutique du lac Nokoué au cours de ces dernières décennies. Il aborde les facteurs inducteurs d’une telle évolution contemporaine et identifie leur influence sur la production halieutique. 2.1 Tendances climatiques sur le lac Nokoué Elles prennent en compte l’évolution des précipitations et celle des températures. 2.1.1 Evolution des précipitations sur le lac Nokoué Les figures 2 et 3 présentent le régime pluviométrique par station sur la série 1980-2009. Figure 2 : Régime pluviométrique de la station de Cotonou sur la période 1980- 2009 Source des données : ASECNA,2012 0 50 100 150 200 250 300 350 Hauteurdepluie(mm) Mois
  25. 25. 25 Figure 3 : Régime pluviométrique de la station de Porto-Novo sur la période 1980-2009 Source des données : ASECNA, 2012 L’analyse des figures 2 et 3 montre que la plupart des stations considérées sont marquées par deux optima pluviométriques centrés sur les mois de juin (grande saison des pluies) et de septembre ou octobre (petite saison des pluies). Sur la série 1980-2009, le mois de juin demeure le plus pluvieux. Les deux minima sont centrés sur les mois de décembre-janvier (grande saison sèche) et d’août (petite saison sèche). Quant aux figures 4 et 5, elles montrent la variation interannuelle des hauteurs de pluie dans les différentes stations. 0 50 100 150 200 250 300 Mois Hauteurdepluie(mm)
  26. 26. 26 Figure 4 : Variation interannuelle des hauteurs de pluie de la station de Cotonou sur la période de 1980 à 2009 Source des données : ASECNA, 2012 Figure 5 : Variation interannuelle des hauteurs de pluie de la station de Porto-Nono sur la période de 1980 à 2009 Source des données : ASECNA, 2012 L’analyse des figures 4 et 5 permet de constater une alternance d’années déficitaires et excédentaires au niveau de chaque station. Le tableau III présente la synthèse de ces années dans chaque station. 0 500 1000 1500 2000 2500 Hauteurdepluie(mm) Années Pluie Moyenne 80 % de la moyenne 120 % de la moyenne 0 200 400 600 800 1000 1200 1400 1600 1800 Hauteurdepluie(mm) Années Pluie Moyenne 80 % de la moyenne 120 % de la moyenne
  27. 27. 27 Tableau III : Années excédentaires et déficitaires de la période 1980-2009 Années Station Excédentaires Déficitaires Cotonou 1987, 1991, 1993,1997, 1999 et 2007 1980, 1981, 1983, 1984, 1986, 1998, 2000 et 2001 Porto-Novo 1982,1987, 1988 et 1997 1998, 2001 et 2003 L’examen du tableau III montre que les années 1987 et 1997 sont excédentaires tandis que les années 1998 et 2001 sont déficitaires sur les deux stations considérées. De même, on constate plus d’années déficitaires qu’excédentaires à la station de Cotonou. Par ailleurs, ces figures montrent que les deux dernières décennies ont été marquées par une succession d’années plus déficitaires qu’excédentaires. Ce qui explique, entre autres, la baisse des précipitations perçues par 72 % des populations interrogées sur le lac Nokoué. Cette baisse des précipitations s’accompagne d’un réchauffement. 2.1.2 Evolution des températures sur le lac Nokoué Les figures 6 et 7 montrent l’évolution intermensuelle des températures maximales et minimales de la station synoptique de Cotonou sur la série 1980- 2009.
  28. 28. 28 Figure 6 : Températures maximales de la station synoptique de Cotonou (1980-2009) Source des données : ASECNA,2012 Figure 7 : Températures minimales de la station synoptique de Cotonou (1980 – 2009) Source des données : ASECNA, 2012 L’examen des figures 6 et 7 montre que la température maximale varie entre 27,7 °C ( août) et 31,9 °C (mars) et que la température minimale oxille entre 23,5 °C (août) et 26,1 °C (mars). Dès lors, il ressort que les mois de février (31,7 °C), mars (31,9 °C) et avril (31,7 °C) sont les mois les plus chauds de l’année. Par contre, les mois de juillet (23,8 °C), août (23,5 °C) et septembre (23,8 °C) sont les mois les plus frais de l’année. Il faut noter que le mois le plus chaud est celui de mars (31,9 °C) et le mois le plus frais est celui d’août 25 26 27 28 29 30 31 32 33 Mois Températuresmaximales (°C) 22 22,5 23 23,5 24 24,5 25 25,5 26 26,5 Températuresminimales (°C) Mois
  29. 29. 29 (23,5°C). Quant à la figure 8, elle traduit l’évolution des températures maximales dans la région du lac Nokoué sur la période 1980-2009. Figure 8 : Evolution des températures maximales dans la région du lac Nokoué sur la période 1980-2009 Source des données : ASECNA, 2012 De l’analyse de cette figure, il ressort que les températures maximales ont connu une augmentation de 0,03 % soit une augmentation de 1,7o C au cours de ces trente dernières années. Cette tendance est confirmée par 91 % des enquêtés qui affirment que les temps sont de plus en plus chaud. La figure 9 montre l’évolution des températures minimales dans la région du lac Nokoué sur la période 1980-2009. y = 0,0365x + 29,851 28,5 29,0 29,5 30,0 30,5 31,0 31,5 Température(°c) Années
  30. 30. 30 Figure 9 : Evolution des températures minimales dans la région du lac Nokoué sur la période 1980-2009 Source des données : ASECNA, 2012 L’analyse de la figure 9 permet de noter que les températures minimales ont connu une augmentation de 0,02 % soit une augmentation de 1,1 o C au cours des trente dernières années. Somme toute, le secteur d’étude est marqué par une baisse des précipitations caractérisée par une succession d’années plus déficitaires qu’excédentaires sur la série 1980 -2009. Dans le même temps, les températures maximales et minimales dans la région du lac Nokoué ont connu respectivement une augmentation moyenne de 1,7 °C et 1,1 °C. Ces tendances pluvio- thermométriques, associées à la dynamique bathymétrique, confirmées par 84 % des personnes enquêtées, ont entraîné des perturbations au niveau des caractéristiques biologiques et physico-chimiques du lac Nokoué. 2.2 Variabilités des paramètres physico-chimiques et exigence écologique des espèces Il s’agit des variabilités de la bathymétrie, de l’oxygène dissous, du pH, de la salinité et de la tolérance écologique des espèces. 2.2.1 Variabilité de la bathymétrie Les figures 10 et 11 ci-dessous mettent en évidence la dynamique de la y = 0,0207x + 24,463 23,8 24 24,2 24,4 24,6 24,8 25 25,2 25,4 Température(oC) Années
  31. 31. 31 bathymétrie du lac Nokoué entre 1980 et 2004. Figure 10: Bathymétrie du lacNokoué en 1980 Source : Tescier (1980) Figure 11 : Bathymétrie du lac Nokoué en 2004 Source : Dakpogan (2005) Les études menées par Texcier (1980) et Dakpogan (2005) révèlent que le lac Nokoué a connu un relèvement de ses fonds entre 1980 et 2004. En 1980, les profondeurs étaient de 2 m à l’ouest ainsi qu’au nord. Mais en 2004, ce n’est
  32. 32. 32 plus le cas ; les profondeurs dans ces secteurs sont inférieures à 2 m. C’est seulement dans la dépression centrale et à l’entrée du chenal de Cotonou qu’elles atteignent ou dépassent les 2 m. En effet, la partie centrale du lac était dépourvue de parc acadja, ce qui fait que les profondeurs varient entre 2 et 2,5 m. Quant à l’entrée du chenal, le tourbillonnement de l’eau creuse le fond avec des profondeurs de plus de 4 m. Dans les secteurs d’Abomey-Calavi, Zogbo, Fifadji, Ekpè, Dékanmey et Aguégués, les profondeurs sont inférieures à 1 m. Les secteurs de Ganvié et de Sô-Tchanhoué enregistrent des profondeurs variant entre 1 et 1,7m à cause de la décomposition des branchages des parcs acadja et les dépôts d’ordures ménagères qui contribuent à l’envasement et au comblement du lac (Ogouwalé, 2007). Pour 58 % de la population interrogée, la prolifération (photo 1) et l’accumulation des amas de jacinthe d’eau morte participent au comblement progressif du lac et à la pollution des eaux engendrant l’amenuisement des ressources halieutiques (Sohè, 2011). Photo 1 : Couverture de la surface de l’eau par la jacinthe d’eau à Ganvié (commune de Sô-Ava) Prise de vue : Djissou, octobre 2012
  33. 33. 33 La photo 1 montre que la jacinthe d’eau en envahissant la surface du plan d’eau, empêche la pénétration des rayons solaires qui sont la source de production des phytoplanctons, premier maillon de la chaîne alimentaire des ressources halieutiques. Quant à la photo 2, elle montre la pollution de l’eau par l’accumulation des amas de jacinthe d’eau morte. Photo 2 : Etat de la surface de l’eau à l’entrée de Vekky (commune de Sô-Ava) Prise de vue : Sohè, février 2011 L’observation de la photo 2 permet de dire que la jacinthe d’eau se dégénère puis meurt en libérant tous ses polluants, ce qui aggrave la pollution des eaux (Sohè, 2011). Ainsi, on note une détérioration de la qualité de l’eau rendant difficile la vie des espèces halieutiques. En milieu aquatique, la température est l’une des principales causes des réactions chimiques et biologiques, c’est le facteur écologique qui influence la qualité des eaux et détermine la vie dans le milieu (Houadégla, 1991). Elle conditionne la concentration en oxygène dissous, intervient dans le métabolisme des poissons et contribue à assurer les différentes fonctions de reproduction, de digestion et de croissance (Amoussou, 2003). Des modifications de cette dernière peuvent entraîner d’importantes conséquences pour la vie aquatique (Laléyè et al., 1997).
  34. 34. 34 Une telle situation, va induire la diminution de l’oxygène dissous rendant difficile la vie des espèces halieutiques. 2.2.2 Variation de l’oxygène dissous L’oxygène est le plus important des gaz en dissolution de par son rôle dans la qualité biotique des eaux. Il maintient la vie aquatique, assure l’autoépuration des eaux et facilite la dégradation des matières organiques ; il est un l’élément chimique vital pour les poissons car leur métabolisme en dépend. La figure 12 traduit l’évolution de l’oxygène dissous dans le lac Nokoué de 1987 à 2001. Figure 12: Oxygène dissous du lac Nokoué entre 1987 et 2001 Source des données : FSA (2012) L’examen de la figure 12 montre que l’oxygène dissous du lac Nokoué a connu une forte diminution dans le temps. Cette diminution s’explique par l’augmentation de la température de l’air qui a induit systématiquement celle de l’eau, milieu de vie des espèces halieutiques. En effet, plus la température va augmenter, moins l’oxygène dissous sera disponible pour les poissons, ce qui peut entraîner des risques d’anoxie ou d’hypoxie (Ogouwalé, 2007). 0 5 10 15 20 25 1987 1988 1989 1999 2001 Oxygènedissous(mg/l) Années
  35. 35. 35 2.2.3 Variation du pH Le pH exprime l’acidité, l’alcalinité et la neutralité d’un milieu selon que sa valeur est comprise entre 0 et 7, 7 et 14, la valeur 7 étant le seuil de neutralité. Il joue un rôle déterminant dans l’activité microbienne et permet de vérifier si le milieu aquatique répond aux normes de vie des poissons. Les valeurs de pH supérieurs à 10 entrainent la mort des poissons du fait de l’augmentation de l’ammoniac non ionisé, très toxique pour l’ichtyofaune (PAZH, 2002). Le potentiel en Hydrogène est assez variable dans le lac Nokoué et a connu une très forte variation entre 1987 et 2001(figure 13). Figure 13 : Variation du pH de 1987 à 2001 Source des données : FSA (2012) La figure 13 montre que le pH du lac Nokoué est marqué par une augmentation dans le temps, ce qui confirme que l’eau perd de plus en plus son oxygène et devient anoxique à terme. Ainsi, tout se passe au détriment du métabolisme des organismes vivants du milieu et particulièrement des poissons, donc à la défaveur de leur productivité (baisse de la production). 2.2.4 Variation de la salinité La salinité de par sa distribution intervient dans la diversité de peuplement de la 6,8 6,9 7 7,1 7,2 7,3 7,4 7,5 7,6 7,7 1987 1988 1989 1999 2001 Années VariationdupH
  36. 36. 36 faune aquatique. Elle est aussi dans sa variabilité saisonnière, la cause de nombreuses migrations de poissons et autres organismes aquatiques (Gboni, 1995). Dès lors, la salinité du lac Nokoué subit des variations spatiales liées au flux et au reflux des eaux marines et des eaux douces ; ce qui permet de distinguer d’une part, des salinités plus élevées dans les parties ouest et centrales où les eaux ont une tendance polyhaline (26 à 38 %) et d’autre part, des salinités moins élevées mésohalines comprises entre 10 et18 % dans la partie où le lac est sous l’influence du fleuve Ouémé (Ogouwalé, 2007). La figure 14 présente la variation de la salinité de l’eau du lac Nokoué entre 1987 et 2001. Figure 14 : Variation de la salinité de l’eau du lac Nokoué entre 1987 et 2001 Source des données : FSA (2012) De l’analyse de cette figure, il ressort que le lac connaît une augmentation croissante de la teneur en sel. Cette situation serait liée à l’intrusion des eaux marines dans le lac Nokoué du fait de la fréquence élevée des marées hautes que connaît l’ensemble du golfe de Guinée en général et la région côtière du Bénin en particulier. Cette augmentation de la teneur en sel est défectueuse à certaines espèces halieutiques comme Liza falcipinnis, Chromidotilapia guntheri, etc. Ainsi, ces variations des paramètres physico-chimiques ont impacté les conditions écologiques des espèces halieutique du lac Nokoué. 0 10 20 30 40 50 60 1987 1988 1989 1999 2001 Salinité(g/l) Années
  37. 37. 37 2-2-5- Exigence écologiques des espèces halieutiques La vie biologique des espèces halieutiques est influencée par la variabilité des paramètres physico-chimiques du lac. Ainsi, pour chaque espèce halieutique, un seuil de tolérance écologique est sollicité. Au-delà de ce seuil, la vie biologique de l’espèce est défavorable. Le tableau IV présente la synthèse des caractéristiques écologiques et biophysiques de quelques espèces halieutiques du lac Nokoué.
  38. 38. 38 Tableau IV : Synthèse des caractéristiques écologiques et biophysiques de quelques espèces halieutiques du lac Nokoué Espèces Températ ure tolérée Température de l’eau du lac Salinité toléré Salinité du lac pH toléré pH du lac Profondeur admise (m) Profondeur moyenne du lac (m) Observations C.nigrodigitatus 24 à 31,6 26 à 33,4 0 à 0,3 0 à 0,53 0 à 4,14 7,11à 7,73 2,5 à 6 0,27 à 2,5 Conditions très défavorables Chichildae 23 à 29 26 à 33,4 0 à 0,3 0 à 0,53 5 à 7 voire 8 7,11 à 7,73 1 à 1,5 0,27 à 2,5 Conditions défavorables Chromidotilapia guntheri 24 à 28 26 à 33,4 0 à 0,2 0 à 0,53 5,52 à 6 7,11 à 7,73 3 0,27 à 2,5 Conditions très défavorables Eleotris senegalensis 23 à 31 26 à 33,4 0 à 0,53 7,11 à 7,73 0,9 à 2,5 0,27 à 2,5 Conditions défavorables Elops senegalensis 23 à 30,2 26 à 33,4 50 à 100 0 à 0,53 5,52 7,11 à 7,73 0,76 à 3 0,27 à 2,5 Conditions défavorables Ethmalosa frimbiata 24 à 29,5 26 à 33,4 0 à 100 0 à 0,53 7,11 à 7,73 1,5 à 2,5 0,27 à 2,5 Conditions encore favorables Hemichromis fasciatus 34,5 26 à 33,4 0 à 0,3 0 à 0,53 7,11 à 7,73 0,9 à 2,5 0,27 à 2,5 Conditions encore favorables Liza falcipinnis 20 à 26 26 à 33,4 0 à 0,2 0 à 0,53 0 à 4,14 7,11 à 7,73 0,2,7 à 2,5 Conditions très défavorables Tilapia nilotica 22 à 28 26 à 33,4 0,015 à 30 0 à 0,53 5 à 11 7,11 à 7,73 0,85 à 2,74 0,27 à 2,5 Conditions défavorables Source : Ogouwalé (2007) 38
  39. 39. 39 Il ressort de l’analyse du tableau IV que les conditions écologiques sont défavorables ou très défavorables pour les espèces considérées sauf Ethmalosa frimbiata et Hemichromis fasciatus dont les conditions sont encore favorables. Le seuil de tolérance écologique étant dépassé, il en résulte que la vie biologique des espèces est défavorable. Cette situation s’explique par l’amenuisement de la production halieutique du lac Nokoué. En somme, le lac Nokoué a connu, au cours de ces dernières décennies, des modifications au niveau des paramètres physico-chimiques notamment le comblement / ensablement, l’augmentation de la température de l’eau, la diminution de l’oxygène dissous, l’augmentation du pH et de la salinité. Ces modifications ont impacté les conditions écologiques des espèces halieutiques en rendant défavorable la production. 2.3 Vulnérabilité des ressources halieutiques à l’évolution des paramètres climatiques Il s’agit, ici, de montrer la relation qui existe entre le climat qui règne sur le lac Nokoué et la production halieutique. 2.3.1 Relation entre paramètres climatiques et production halieutique La varaiation intermensuelle des hauteurs de pluie détermine les périodes de bonne capture (figure 15).
  40. 40. 40 Figure 15 : Relation entre précipitation et production halieutique (1987-2000) Source des données : ASECNA et Direction des Pêches, 2012 L’examen de la figure 15 montre que, les précipitations, lorsqu’elles sont abondantes (mai, juin, juillet) rendent les eaux du lac moins salées et plus favorable au développement des espèces halieutiques. La capture devient bonne de mai en août, ce qui est confirmée par 91 % des enquêtés. Quant à la variation intermensuelle des températures, elle est fonction des périodes de mauvaise capture. La figure 16 traduit la relation entre la température et la production halieutique. 0 50 100 150 200 250 300 350 0 500 1000 1500 2000 2500 3000 Hauteursdepluie(mm) Productionhalieutique(tonne) Mois Production halieutique Pluie
  41. 41. 41 Figure 16: Relation entre la température et la production halieutique (1987-2000) Source des données : ASECNA et Direction des Pêches, 2012 L’analyse de cette figure montre que la production halieutique est en baisse lorsque la température est élevée (janvier, février, mars). Pendant cette période la capture est faible, d’après 84 % des personnes enquêtées. En effet, l’eau du lac est chaude lorsque la température est élevée et les poissons migrent vers les frayères. C’est ce qui explique la faible capture pendant cette période. 2.3.2 Evolution des espèces ichtyologiques du lac Nokoué La variation spatio-temporelle de la faune ichtyologique du lac Nokoué a été analysée par Niyonkuru en 2001. Au total, 50 espèces appartenant à 46 genres et 33 familles et 10 ordres ont été recensées. Les enquêtes menées sur le terrain, ont permis de classer en trois catégories des espèces ichtyologiques les plus présentes dans le lac Nokoué (tableau V). Il s’agit des : espèces qui vivent en permanence dans le lac (espèces euryhalines) ; 23 24 25 26 27 28 29 30 0 500 1000 1500 2000 2500 3000 Mois Températuremoyenne(°C) productionhalieutique(tonne) Production halieutique température
  42. 42. 42 espèces dulçaquicoles qui ne migrent dans le lac que pendant les hautes eaux. Elles proviennent pour la plus part du fleuve Ouémé et de la rivière Sô et envahissent le lac Nokoué ; espèces marines qui s’introduisent périodiquement dans le lac à l’étiage. Tableau V : Espèces halieutiques présentes sur le lac Nokoué Source : Ogouwalé, 2007 et enquête de terrain, octobre 2012 La comparaison des résultats de Niyonkuru (2001) à ceux de Laléyè et al. (1997) sur l’inventaire des poissons menacés de disparition, a montré une diminution de 17 espèces entre 1997 et 2001. En effet, Laléyè et al. (1997) ont recensé 67 espèces dans le lac Nokoué alors que Niyonkuru (2001) en a recensé 50 espèces. Cette diminution des espèces est confirmée par 66 % des personnes enquêtées qui trouvent que la disparition ou la rareté de certaines espèces Catégorie d’espèces Nom scientifique Nom en langue locale Espèces euryhalines Tilapia guinensis Assouhouè Sorotherodon melanotheran Adohouè Hemichromis fasciatus Aglango Chrysichtlys nigrodigitatus Zavoun Ethmalosa frimbiata Tchèkè Pellonula afzelinsi, Hounnoumasé Liza falcipinnis HouétinDakpla Mugil bananensis HouétinOkplo Elops lacerta Ogban Espèces dulçaquicoles Clarias lazera Hosson Hétérotis niloticus Ohoua Clarias agboyeinsis Tounvi Espèces marines Caranx hipos Kpankpan Caranx senegallus Adjago Trachinotus teraia Ahouè Lutjanus goreensis Agnanto Pomadasys jubelini Kokokoun Eucémostomus melanopterus Flété Cynoglossus sénégalensis, etc. Affokpakpa
  43. 43. 43 ichtyologiques du lac Nokoué (tableau VI) est due à la diminution de la salinité, de l’étroitesse de l’embouchure de Cotonou, de l’augmentation de la température de l’eau et de la diminution de la profondeur du lac. Tableau VI: Espèces rares ou disparues du lac Nokoué Nom scientifique Nom en langue locale (Toffin) Espèces rares caranx sp Oussa Pomadasys jubelini Kokokoun Polydactylus Fan Cynoglossus sénégalensis Afokpakpa Dasytis sp Ossan Lutjanus fulgens Agnanto Espèces disparues Sphyraena Ogoun Guachancho Adjago Trachinotus sp Sossoglosso Synodontis sp Gbogué Epinephelus aeneus Toboko Source : Ogouwalé, 2007 et enquête de terrain, octobre 2012 Les enquêtes menées sur le terrain et les données collectées permettent de réaliser une production halieutique marquée par une évolution en dents de scie (figure 17). Figure 17 : Evolution de la production halieutique du lac Nokoué de 1987 à 2000 Source des données : Direction des Pêches, 2012 0 5000 10000 15000 20000 25000 Productionhalieutique(tonne) Années
  44. 44. 44 Cette évolution en dents de scie est confirmée par 99 % des populations enquêtées qui trouvent que non seulement la production halieutique a baissé mais aussi que l’activité de pêche est désormais contraignante. En effet, la production halieutique a connu une baisse de 2,88 % de 1987 à 2000. Cette production varie en fonction des conditions climatiques et de l’effort de pêche des pêcheurs. Pour 54 % des populations enquêtées, cette baisse de la production halieutique trouve ses fondements dans l’augmentation de la température de l’eau, de l’irrégularité des hauteurs de pluies, de l’étroitesse de l’embouchure de Cotonou, de la multiplication des parcs acadja, de l’utilisation des techniques prohibées et de la pollution des eaux. D’une manière ou d’une autre, l’environnement du lac Nokoué a connu une baisse des précipitations et une augmentation des températures qui ont entraîné des modifications au niveau des composantes environnementales. Ces modifications ont engendré des perturbations biologiques et écologiques des espèces rendant défavorable la production (baisse de la production). Cette baisse de la production halieutique engendre des effets socio-économiques sur les populations riveraines.
  45. 45. 45 CHAPITRE III EFFETS SOCIO-ECONOMIQUES DE LA BAISSE DE LA PRODUCTION HALIEUTIQUE DU LAC NOKOUE ET STRATEGIES D’ADAPTATION La pêche est une activité économique qui contribue pour une part assez importante à l’économie du Bénin méridional et se classe au 1er rang des activités du monde lacustre (Ogouwalé, 2007). Mais cette activité, confrontée à la baisse de la production halieutique entraîne des conséquences socio- économiques sur les populations riveraines du lac Nokoué. 3.1 Effets de la baisse de la production halieutique sur les revenus des pêcheurs D’après PNUD (2001), le lac Nokoué est marqué par un seuil de pauvreté alimentaire évalué à 52801 F CFA avec une incidence de 26,3 %. Le seuil de pauvreté s’est accru de 10,3 % entre 1994 et 2001. La taille moyenne du ménage est de 6 personnes et le taux de dépendance est de 42 %. Le revenu annuel moyen est 247498 F CFA et 7 % de ce revenu est consacré aux dépendances alimentaires. Cette baisse des revenus résulte de l’amenuisement de la production halieutique qui est estimée en moyenne à 5 kg / jour / pêcheur. Selon 83 % des personnes enquêtées, leurs revenus moyens chutent de 50 à 75 % pendant la période de faible capture (février, mars, avril, septembre, octobre et novembre). En effet, les revenus issus des captures, surtout en période de faible capture, ne permettent plus aux pêcheurs d’honorer leur engagement vis- à-vis des femmes (mareyeuses) chez qu’ils ont pris de crédit pour l’achat des engins de pêche. Les pêcheurs endettés perdent alors leurs plus importantes clientes. Toutes ces situations ont entraîné la diminution des populations des pêcheurs.
  46. 46. 46 3.2 Effet de la baisse de la production halieutique sur la population des pêcheurs Le secteur d’étude a été marqué par une forte croissance démographique au cours de ces deux dernières décennies. Paradoxalement, les effectifs des pêcheurs qui devraient évoluer dans ce sens, ont connu une diminution (tableau VII). Tableau VII : Evolution démographique en (%) des pêcheurs entre 1995 et 2006 Années Communes 1995 2006 Taux (%) So-Ava 55,24 44,36 - 10,88 Aguégués 52,93 42,24 - 10,69 Sèmè-Podji 45,09 54,91 + 9,82 Source des données : Direction des pêches, 2012 L’examen de ce tableau montre que le taux de pêcheurs a connu une baisse entre 1995 et 2006 dans les différentes localités du lac. Ce taux de pêcheurs a chuté de 10,88 % à Sô-Ava et de 10,69 % dans les Aguégués. Cette chute du taux des pêcheurs serait liée à l’exode massif des jeunes qui ne supportent plus la réduction des captures. Par contre, l’augmentation du taux de pêcheurs de 9,82 % observée dans la commune de Sèmè-Podji s’explique par le fait que les pêcheurs qui n’ont pas les moyens pour migrer vers d’autres localités ou pour entreprendre d’autres activités vont s’installer dans cette commune pour mener leurs activités de pêche. Par ailleurs, selon 58 % des personnes interrogées, les pêcheurs qui ne peuvent plus supporter les famines, les endentements et les méventes migrent vers le Nigéria.
  47. 47. 47 3.3 Conflits socioprofessionnels Les données collectées sur le terrain montrent que la paix et l’équilibre social sont troublés par d’incessants conflits que se livrent les différents groupes professionnels. Ces conflits sont souvent la résultante de l’occupation anarchique de vastes domaines sur le lac Nokoué par quelques propriétaires de pêcheries sédentaires (parcs acadja et barrage à nasses) afin d’accroître leurs productivités au détriment de la majorité pêchant en eau libre. En outre, l’exploitation annuelle de parc acadja nécessite le recours à des méthodes collectives qui consistent à inviter les amis, les parents, les beaux- frères, etc. Mais aujourd’hui, les populations sont en train de perdre cette forme de solidarité. En occurrence, l’individualisme et la volonté manifestée par certains groupes de pêcheur de garder le monopole du lac se développent. C’est ce qui amène certains propriétaires de parcs acadja, d’après 57 % des enquêtées, dans le souci de maximiser leurs profits, à voler les 10 % des revenus issus de l’exploitation afin d’escroquer leurs collaborateurs. Pour réduire leur vulnérabilité socio-économique face à la baisse de la production halieutique, les populations riveraines du lac Nokoué développent certaines stratégies endogènes. 3.4 Stratégies endogènes et complémentaires de réduction des effets socio-économiques de la baisse de la production halieutique du lac Il s’agit ici d’exposer les perceptions des populations sur la vulnérabilité des ressources halieutiques à l’évolution du climat affectant leurs modes d’existence et de dresser un répertoire des stratégies développées pour réduire les effets socio-économiques. Par ailleurs, un accent est mis sur les stratégies complémentaires pour réduire leur vulnérabilité aux tendances climatiques et environnementales.
  48. 48. 48 3.4.1 Perception des populations sur la crise des pêcheries Les communautés lacustres entretiennent des liens étroits avec leur milieu environnant. Selon 69 % des personnes interrogées, les conditions climatiques déterminent celles de la pêche, principale activité des populations. Elles perçoivent l’évolution du climat à travers les bouleversements pluviométriques et thermiques ainsi que les modifications qu’a subies le lac ces dernières années. D’après 72 % des enquêtés, il y a un changement dans la répartition des saisons. Les hauteurs de pluies jadis abondantes ne s’observent plus. L’apparition précoce ou tardive des pluies influence la multiplication ou la reproduction des poissons. La forte fréquence des sécheresses bouleverse et perturbe la multiplication des poissons. De même, selon 91 % des enquêtés, les temps sont de plus en plus chauds, ce qui augmente la température de l’eau. Cette élévation de la température de l’eau est défavorable à certaines espèces halieutiques. Quant aux modifications subies par le lac Nokoué, 88 % des personnes enquêtées affirment que la salinité du lac a diminué par rapport à celle des décennies passées. Selon elles, cette diminution est due à l’étroitesse de l’embouchure de Cotonou et des hautes crues. De plus, 97 % des enquêtés reconnaissent le comblement / ensablement du lac et la diminution du niveau de l’eau. Ils donnent pour raison la décomposition des branchages des parcs acadja et de la jacinthe d’eau ainsi que les ordures jetées dans la lagune de Cotonou et dans le lac Nokoué. Cependant, selon 70 % des enquêtés, la diminution des rendements des ressources halieutique trouve ses fondements dans l’utilisation des techniques de pêche prohibées que dans les modifications des caractéristiques physico- chimique du lac en rapport avec la dynamique du climat. De plus, les populations du lac Nokoué perçoivent les effets de la baisse de la production halieutique à travers une baisse généralisée des revenus des
  49. 49. 49 pêcheurs, d’après 90 % des enquêtés. Cette baisse des revenus engendre, selon 89 % des enquêtés, des famines, des endettements, des méventes surtout au niveau des femmes, des migrations internes et externes. Pour adapter leur mode de vie à la baisse de la production halieutique du lac Nokoué, plusieurs techniques de pêche sont utilisées par les pêcheurs. 3.4.2 Techniques de pêche développées par les populations pour adapter leur mode de vie aux crises Plusieurs techniques de pêche sont utilisées par les pêcheurs sur le lac Nokoué. Parmi ces techniques, on note les techniques autorisées et les techniques prohibées (Tableau VIII). Tableau VIII : Techniques de pêche utilisées Nom français Nom en langue locale Toffin Techniques de pêche autorisées Filets de jets ou épervier Dodidlan Filets maillants dormants Dotita Lignes à hameçons individuelles Omlin Lignes à hameçons composées (palangres) Baba mlin ou jinguin Piège à poissons Acadja Trou à poissons Houédo Nasses-pièges Adja Barrages à nasses-pièges. Adjakpa Techniques de pêche prohibées Filets maillants fixes Tokpokonou Barrage Wlan Filets fixes Dogbo Source : Travaux de terrain, octobre 2012 L’examen du tableau VIII révèle que les techniques de pêche autorisées sont en nombre important que celles prohibées. Il convient de noter aussi que l’Acadja, Tokpokonou et le filet épervier constituent des techniques rentables.
  50. 50. 50 Les parcs Acadja sont très développés dans le secteur d’étude et constitue une technique très rentable (photo 3). Photo 3 : Parc acadja installé sur le lac Nokoué Prise de vue : Djissou, octobre 2012 Les parcs Acadja sont des parcs à poissons installés en eau peu profonde de 1,5 m en période de basses eaux. Ils sont constitués d’un espace piqueté de branchages dont l’extérieur est ceinturé par des branches de bois durs et peu ramifié. L’exploitation de ces parcs se fait annuellement (1 à 3ans) appelée ‘’Acadja Fifo’’ en Toffin ou mensuellement (1 à 5 mois) appelée ‘’ Acadja zinzin’’. Cependant, l’utilisation des branchages de parcs Acadja, après leur décomposition, participent au comblement / ensablement du lac Nokoué. La pêche à l’épervier (photo 4) constitue aussi une technique de capture rentable derrière Acadja et Tokpokonou d’après 53 % des enquêtés.
  51. 51. 51 Photo 4 : Pêche à l’épervier à Ganvié (commune de Sô-Ava) Prise de vue : Djissou, octobre 2012 Le filet à l’épervier de forme conique, lesté sur le pourtour est utilisé dans les eaux pour pêcher des poissons. Ils sont généralement lancés soit des pirogues ou des berges de manière à former un cercle par force centrifuge en tombant dans l’eau. Quant à Tokpokonou (photo 5), elle est une technique de pêche développée par les communautés du lac afin de satisfaire leurs besoins quotidiens. Mais cette technique est controversée à partir des années 1999 à cause de son effet dévastateur des espèces. Photo5 : Tokpokonou posé à proximité des habitations à Houédo-Gbadji (commune de Sô-Ava) Prise de vue : Djissou, octobre 2012
  52. 52. 52 Les propriétaires de ces engins les posent juste aux abords des berges et capturent toutes les espèces qui font le mouvement lac- plaine inondable et vice- versa. Ces engins sont utilisés pendant la crue à proximité des habitations ou dans la plaine inondable afin de capturer toutes les espèces même les alevins de Sorotherodon melanotheran, ce qui amenuise la production. Malgré toutes ces techniques de pêche, les revenus sont en baisse et les pêcheurs qui ne supportent par la crise développent de nouveau mode d’existence pour subvenir aux besoins croissants de leur famille. 4.3 Activités de reconversion professionnelle En réponse à la crise des pêcheries, selon 66 % des enquêtés, l’exploitation du sable du lac est devenue une activité économique considérable dans les différentes localités du lac Nokoué. De nombreux pêcheurs s’adonnent à cette activité pour compléter les revenus issus de la pêche en période de faible capture ou ils s’adonnent complètement comme activité principale (photo 6). Photo 6 : Exploitation du sable lagunaire à Vekky (commune de Sô-Ava) Prise de vue : Djissou, octobre 2012 Ces jeunes utilisent des sceaux (communément appelés ‘’Kloba’’) pour extraire le sable de l’eau. Cette activité constitue, pour la plupart des jeunes, un véritable
  53. 53. 53 moyen de sortir de crise. C’est ce qui les amène à migrer vers Cotonou, Porto- Novo et surtout vers le Nigéria où ils exercent librement leur profession d’extraction du sable lagunaire. D’autres pêcheurs s’invertissent dans la commercialisation des produits pétroliers en provenance du Nigéria, ont indiqué 68 % des enquêtés. Une des activités est la commercialisation des produits vivriers de premières nécessités par les femmes des localités du lac Nokoué. Selon 58 % des enquêtés, cette activité est une réponse à la baisse considérable des revenus issus de la vente des produits halieutiques. Le transport lacustre par barque est aussi une activité développée par les communautés pour faire face aux crises des pêcheries et qui prend de plus en plus une ampleur considérable (photo 7) d’après 53 % des enquêtés. Ces barques peuvent contenir 20 à 25 personnes. Un voyage peut générer 4000 à 6000 francs CFA selon la destination. Un conducteur peut faire 3 à 4 voyages par jour. Le revenu journalier est estimé à 5000 francs CFA. C’est ce qui justifie la multitude des barques sur le parking (photo 7.2). Photo 7.1 : Transport lacustre par barque motorisée Prise de vue : Djissou, juin 2013 Photo 7.2 : Parking des barques motorisées à l’embarcadère d’Abomey- Calavi Prise de vue : Djissou, juin 2013
  54. 54. 54 3.4.4 Stratégies complémentaires d’adaptation aux crises des pêcheries Aux fins de l’adaptation des pêcheries et de réduction des effets socio- économiques de la baisse de la production halieutique du lac Nokoué, il conviendrait de : réglementer l’utilisation des branchages des parcs acadja afin de réduire le comblement/ ensablement du lac ; délimiter un domaine vaste pour favoriser la pêche en eau libre, ce qui permettra d’augmenter la productivité ; généraliser et renforcer le programme de restauration de la mangrove. Ledit programme permettra aussi de recréer les frayères. rendre effective l’interdiction totale de l’utilisation des techniques de pêche prohibées en mettant en œuvre des commissions villageoises de suivie; sensibiliser les populations sur la vulnérabilité des pêcheries aux tendances climatiques ; encourager au niveau villageois, la création de groupe de réflexions sur les tendances climatiques et l’utilisation des engins de pêche respectueux de l’environnement ; développer, avec les populations, des activités complémentaires comme le développement de la pisciculture, de l’aquaculture là où les conditions sont favorables, le développement de l’élevage et de l’agriculture, et la création d’autres activités génératrices de revenu ; Par ailleurs, la pisciculture est une technique d’élevage de poissons dans leur milieu naturel ou artificiel. Elle peut se fait en étang, en bassin ou en cours d’eau. L’implantation des infrastructures piscicoles se fait dans les zones où : il y a disponibilité de l’eau de bonne qualité de façon permanente, naturelle, facile à obtenir ou à moindre coût ; la topographie du terrain présente une pente douce ; le sol est imperméable (argileux, silencieux, argilo-sableux, etc.) ;
  55. 55. 55 il y a proximité d’habitation pour éviter le vol et faciliter le nourrissage des poissons ; l’accès est facile pour rendre aisés les déplacements sur le site et l’écoulement des produits ; il y a disponibilité d’aliments poissons ou de sous-produits d’origine agricole ou animale (issues de céréales, de soja, d’arachide, de palmiste, d’abattoirs, des produits de pêche, etc.) et pouvant être utilisés pour la fabrication d’aliments poissons de qualité à moindre coût. La pisciculture s’adresse à un nombre relativement restreint d’espèces. Les poissons qu’on peut élever dans la région du lac Nokoué sont : Tilapia (Oroéchromis niloticus et Sorotherodon melanotheran), Clarias (Clarias gariepinus), Héterotis (Hétérotis niloticus) et Chrysichthys (Chrysichthys nigrodigitatus). En effet, avec le développement de la pisciculture, la production nationale de poissons augmentera (20000 tonnes), l’importation de poissons congelés sera réduite (9000 tonnes), des économies en devises seront réalisées, les revenus des pêcheurs auront augmenté, l’effort de pêche sera réduite et la productivité des plans d’eau améliorée (MAEP, 2011). En somme, les résultats obtenus se résument dans le modèle (figure 18) suivant :
  56. 56. 56 . Figure 18 : Cadre conceptuel de l’étude de l’influence des tendances climatiques sur la production halieutique du lac Nokoué La pression, ce sont les facteurs climatiques (précipitations, températures) qui dans leur variabilité entraînent la baisse de la production halieutique du lac Nokoué. L’état est caractérisé par la baisse de la production halieutique du lac Nokoué. L’impact, c’est l’énsemble des effets socio-économiques causés par la baisse de la production halieutique aux populations riveraines du lac Nokoué. Les réponses sont les stratégies développées pour reduire les effets socio- économiques de la baisse de la production halieutique. PRESSIONS FACTEURS CLIMATIQUES DE PRESSION (précipitations, températures) MANIFESTATION DE LA PRESSION (diminution des hauteurs de pluie, augmentation de la température, variation de la salinité de l’eau, diminution de l’oxygène dissous) IMPACTS ETAT REPONSES BAISSE DE LA PRODUCTION HALIEUTIQUE (diminution des captures, rareté/ disparition de certaines espèces ichtyologiques) STRATEGIES DEVELOPPEES PAR LES POPULALIONS LOCALES POUR REDUIRE LES EFFETS SOCIO-ECONOMIQUES DE LA BAISSE DE LA PRODUCTION HALIEUTIQUE (techniques de pêches développées, activités de reconversion, stratégies complémentaires) EFFETS SOCIO-ECONOMIQUES (baisse des revenus des pêcheurs, famine, migrations, conflit socioprofessionnel etc.)
  57. 57. 57 Conclusion L’étude de l’influence des tendances climatiques sur la production halieutique du lac Nokoué a été possible grâce à l’utilisation des données climatologiques des stations pluviométriques et thermométriques de l’environnement immédiat du lac Nokoué puisque le secteur d’étude ne dispose pas de stations climatologiques. Pour ce qui concerne les données physico-chimiques du lac Nokoué, on ne dispose pas encore d’une longue série devant permettre des analyses affinées. Les données utilisées sont celles collectées par la Faculté des Sciences Agronomiques de l’Université d’Abomey-Calavi. De même, les données sur la production halieutique du lac Nokoué souffrent de disponibilité sur une longue période. Cependant, les méthodes de traitement et d’analyse ont permis d’obtenir des résultats évocateurs qui témoignent des tendances climatiques sur le lac Nokoué et l’influence des tendances climatiques sur la production halieutique. Au terme de cette étude, il est à retenir que : le secteur du lac Nokoué est marqué par une diminution des précipitations caractérisée par une succession d’années de plus en plus déficitaires qu’excédentaires et une augmentation des températures maximales et minimales respectivement de 1,7 °C et 1,1 °C sur la série 1980-2009. Ces tendances climatiques ont entraîné des perturbations au niveau des caractéristiques physico-chimiques, biologiques et écologiques. Ces changements couplés aux techniques de pêche développées par les communautés, ont entraîné la baisse de la production et même la disparition de certaines espèces ichtyologiques. Cette baisse de la production halieutique a engendré la baisse des revenus des pêcheurs, des famines, des endettements, des migrations, des conflits
  58. 58. 58 socioprofessionnels, etc. Les populations développent des stratégies d’adaptation pour leurs modes d’existence comme acadja, pêche à épervier, Tokpokonou, extraction de sable, vente des produits vivriers, transport lacustre par barque, etc. Des stratégies complémentaires comme le développement de la pisciculture, l’aquaculture, l’élevage, réglementation de l’utilisation des branchages des parcs acadja sont proposées pour une bonne adaptation et de réduction des effets. Dans le cadre des prochains travaux de recherche, il sera procédé à l’approfondissement des connaissances sur le sujet : « Développement de la pisciculture dans les localités du lac Nokoué : enjeux et perspectives».
  59. 59. 59 Bibliographie Afouda F. (1990) : L’eau et les cultures dans le Bénin central et septentrional : Etude de la variabilité des bilans de l’eau dans leurs relations avec le milieu rural de la savane africaine. Thèse de Doctorat nouveau régime, Univ, Paris IV (Sorbonne), Institut de Géographie, 428p. Akognongbé J. (2011) : Variabilité pluvio-hydrologique et mutations des écosystèmes dans le lac Nokoué. Mémoire de maîtrise, UAC /FLASH/DGAT, 86p. Amoussou E. (2003) : Dynamique hydro-sédimentaire et mutations des écosystèmes du lac Ahémé. Mémoire de maîtrise, UAC/FLASH/DGAT, 103p. Baglo M. (1980) : Les conséquences géographiques de la construction du barrage de Cotonou sur la zone lagunaire du sud-est béninois. Mémoire de maîtrise, UNB, 142p. Boko M. (1988) : Climats et communautés rurales du Bénin : Rythmes climatiques et rythmes de développement. Thèse de Doctorat d’Etat ès Lettres et Sciences Humaines. CRC, URA 909 du CNRS, Uni, de Bourgogne, Dijon, 2volumes, 601p. Boko M. et Ogouwalé E. (2007) : Eléments d’approche méthodologique en géographie et sciences de l’environnement et structure de rédaction des travaux d’étude et de recherche. UAC/FLASH/DGAT/LECREDE, 104p. Boko M. et Ogouwalé E. (2007) : Modèles et modèles d’analyse en géographie. Support de cours. UAC/FLASH/DGAT/LECREDE, 40p. Boko P. (2009) : Tendances thermométriques au Bénin. Mémoire de maîtrise, UAC/FLASH/DGAT, 64p. Carbonnel J. et Hubert P. (1992) : Pluviométrie en Afrique de l’ouest soudano- sahélienne : Remise en cause de la stationnarité des séries. In l’aridité : Une contrainte pour le développement. Editions ORSTOM, pp 37-51.
  60. 60. 60 Clédjo F. (1999) : La gestion locale de l’environnement dans les cités du lac Nokoué (Région urbaine du littoral au Sud-Bénin). Mémoire de DEA : Gestion de l’environnement, DGAT/FLASH/UAC, 56p. Clédjo F. (2006) : La gestion locale de l’environnement dans les cités du lac Nokoué au Bénin méridional Thèse de Doctorat (Thèse Unique) Ecole Doctoral Pluridisciplinaire, DGAT/FLASH/UAC, 321p. Clédjo F. et Ogouwalé E. (2009) : Climat, pression anthropique, impacts environnementaux et dynamique des ressources biologiques du lac Nokoué. Annales de la FLASH/UAC (Bénin) n°15 pp132-149. Collenil B. (1984) : Un modèle d’environnement lagunaire soumis aux conditions du climat équatorial tempéré : le lac Nokoué. Thèse de doctorat de troisième cycle, Université de Bordeaux ,137p. Dakpogan A. (2005) : Contribution à la restauration écologique du lac Nokoué. Mémoire de maîtrise de Géographie. UAC/FLASH.DGAT, 101 p. Direction des pêches (1996) : Plan de gestion des plans d’eau continentaux du Bénin. Projet Pêche Lagunaire-GTZ, 48p+ Annexes. Dossou C., Texier H. et Collenil B. (1979) : Etude d’environnement lagunaire du domaine marigo-littoral sud béninois. Etude hydrologique préliminaire du lac Nokoué. Bull. Inst. Géol. Bassin d’Aquitaine, Bordeaux pp 149-166. Doukpolo B. (2006) : Variabilité et tendances pluviométriques dans le Nord- Ouest Centrafrique : enjeux environnements. Mémoire de DEA, DGAT/FLASH/UAC, 73p. Gboni M. (1995) : Rythmes climatiques et productions halieutiques au Bénin : cas de la lagune côtière. Mémoire de maîtrise, UAC/FLASH/DGAT, 124p + Annexes. Houadégla A. (1991) : Rythmes climatiques et production halieutique au Bénin : Cas du lac Nokoué. Mémoire de maîtrise en géographie/FLASH/UNB, 126p.
  61. 61. 61 Houndénou C.(1999) :Variabilité climatique et maïsiculture en milieu tropical humide: l’exemple du Bénin, diagnostic et modélisation. Thèse de Doctorat de géographie.UMR 5080, CNRS « climatologie de l’Espace Tropical », Université de Bourgogne, Centre de Recherche de Climatologie, Dijon, 341p. IPCC (2001) : Incidences de l’évolution du climat dans les régions : Rapport spécial sur l’évolution de la vulnérabilité en Afrique. Island Press, Washington, 53p. Kesseler J. (1997) : Une introduction à l’analyse stratégique de l’environnement (ASE), AID environnement et SNV, La Haye (Pays-Bas), 48p. Koba G. (2005) : Les pratiques de pêche dans le fleuve Niger au Bénin et leurs impacts sur la faune ichtyologique. Mémoire de DEA, UAC/FLASH/DGAT, 75p + Annexes. Lalèyè et al. (1997) : Poissons d’eaux douces et saumâtres : Inventaire des poissons menacés de disparition. Rapport d’étude, 95p. Le Barbè et al. (1993) : Contribution à l’étude des paysages végétaux du Bas- Dahomey. Ann.Univ. Abidjan, Sér.G, tome 1, fasc.2, 191p. MAEP (2011) : Plan Stratégique de Relance du Secteur Agricole (AIMAEP), 108p + Annexes. Mama D. (2010) : Méthodologie et résultats du diagnostic de l’eutrophisation du lac Nokoué (Bénin). Thèse de doctorat, Université de LIMOGES, 117p. MEHU (2001) : Communication Nationale Initiale du Bénin sur les changements climatiques. Projet BEN/ 98/ G31 « Changements climatiques », 76p. Moss B., Backer T., Stephen D., Williams A., Balayla D., Beklioglu M. et Carvalho L. (2005) : consequences of reduced nutrient loading on a lake system in a lowland catchment: deviations from the norm? Freshwater biology, 50, pp1687-1705.
  62. 62. 62 Niyonkuru C. (2001) : Les variations spatio-temporelles de la faune ichtyologique du lac Nokoué en République du Bénin. Thèse de troisième cycle (DESS). Aménagement et gestion des ressources naturelles. FSA/UNB, 112p. Ogouwalé E. (2007) : Evaluation des impacts des changements climatiques sur les écosystèmes du lac Nokoué. In ENDA TM, 88p. Olamiran O. (1991): Evidence of climatic change in Nigeria based on annual series of rainfall of different daily amounts, 1919-1985. Climatic change, vol. 19, pp 319- 341. Olivry O. (1983) : Le point en 1982 sur l’évolution de la sécheresse en Sénégambie et aux Îles du cap vert. Examen de quelques séries de longue durée (débits et précipitations). Cah. ORSTOM, Sér.Hydrol., vol. XX n°1, pp 47-69. PAZH (2002) : La pollution dans les zones humides du sud Bénin : état actuel d’impact, stratégie de suivi et de lutte. Rapport intérimaire, volet N° 111, 42p. PNUD [Programme des Nations Unies pour Le Développement] (2001) : Etudes sur les conditions de vie des ménages ruraux (EVCR2), 170p. Sircoulon J. (1990) : Impacts possible des changements climatiques à venir sur les ressources en eau des régions arides et semi-arides. WMO/TD-n° 380, 87p. Schwartz D. (2002) : Méthodes statistiques à l’usage des médecins et biologistes. Collections statistiques en biologie et en statistique, 4ème édition, Flammarion médecine science, Paris, 391p. Sohè L. (2011) : Prolifération de la jacinthe d’eau (Eichhornia crassipes) sur le lac Nokoué : facteurs climatiques, perceptions et stratégies endogènes de lutte. Mémoire de maîtrise, UAC/FLASH/DGAT, 73p. Sossou-Agbo L. (1998) : Système foncier et gestion des plans d’eaux dans l’écosystème de la lagune côtière du bénin. Mémoire de maîtrise de géographie, FLASH/UNB, Abomey-Calavi, 114p.
  63. 63. 63 Site consulté www.insee.fr, consulté le 11/ 10 / 13 à 16 h 2 mn. Tapsoba D. (1997) : Caractérisation événementielle des régimes pluviométriques ouest africains et leur récent changement. Thèse de doctorat de l’Université de Paris XI (ORSAY), 300p. Tchéoubi H. (2006) : Etude de la dynamique hydro-sédimentaire et écologique du lac Sélé (Commune de Ouinhi). Mémoire de maîtrise, UAC/FLASH/DGAT, 99p. Texier H. (1980) : Le lac Nokoué, environnement du domaine margino-littoral sud béninois : Bathymétrie lithofaciès, salinité, mollusque et peuplement végétaux. Bulletin IGGA, Bordeaux n°28, pp 115-142. Vissin E. (2001) : Contribuer à l’étude de la variabilité des précipitations et des écoulements dans le bassin béninois du fleuve Niger. Mémoire de DEA, Université de Bourgogne, CNRS, 56p.
  64. 64. 64 Liste des figures Figure 1 : Localisation du lac Nokoué 09 Figure 2 : Régime pluviométrique de la station de Cotonou sur la période 1980-2009 24 Figure 3 : Régime pluviométrique de la station de Porto-Novo sur la période 1980-2009 25 Figure 4 : Variation interannuelle des hauteurs de pluie de la station de Cotonou sur la période de 1980 à 2009 26 Figure 5 : Variation interannuelle des hauteurs de pluie de la station de Porto-Nono sur la période de 1980 à 2009 26 Figure 6 : Températures maximales de la station synoptique de Cotonou(1980-2009) 28 Figure 7 : Températures minimales de la station synoptique deCotonou sur la série (1980 à 2009) 28 Figure 8 : Evolution des températures maximales dans la région du lac Nokoué sur la période 1980 - 2009 29 Figure 9 : Evolution des températures minimales dans la région du lac Nokoué sur la période 1980 - 2009 30 Figure 10 : Bathymétrie du lac Nokoué en 1980 31 Figure 11 : Bathymétrie du lac Nokoué en 2004 31 Figure 12 : Oxygène dissous du lac Nokoué entre 1987 et 2001 34 Figure 13 : Variation du pH de 1987 à 2001 35 Figure 14 : Variation de la salinité de l’eau du lac Nokoué entre 1987 e t 2001 36 Figure 15 : Relation entre précipitation et production halieutique 40 Figure 16 : Relation entre la température et la production halieutique 41 Figure 17 : Evolution de la production halieutique du lac Nokoué de 1987 à 2000 43 Figure 18 Cadre conceptuel de l’étude de l’influence des tendances climatiques sur la production halieutique du lac Nokoué 56
  65. 65. 65 Liste des photos Photo 1 : Couverture de la surface de l’eau par la jacinthe d’eau à Ganvié 32 Photo 2 : Etat de la surface de l’eau à l’entrée de Vekky 33 Photo 3 : Parc acadja installé sur le lac Nokoué 50 Photo 4 : Pêche à épervier à Ganvié 51 Photo 5 : Tokpokonou posé à proximité des habitations à Houédo- Gbadji 51 Photo 6 : Exploitation du sable lagunaire à Vekky 52 Photo 7.1 : Transport lacustre par barque motorisée 53 Photo 7.2 : Parking des barques motorisées à l’embarcadère d’Abomey-Calavi 53 Liste des tableaux Tableau I : Structures/centres de documentation visités et informations recueillies 17 Tableau II : Localités retenues et le nombre de personnes enquêtées par localité 20 Tableau III : Années excédentaires et déficitaires de la période 1980- 2009 27 Tableau IV : Synthèse des caractéristiques écologiques et biophysiques de quelques espèces halieutiques du lac Nokoué 38 Tableau V : Espèces halieutiques présentes sur le lac Nokoué 42 Tableau VI : Espèces rares ou disparues du lac Nokoué 43 Tableau VII : Evolution démographique en (%) des pêcheurs entre 1995 et 2006 46 Tableau VIII : Technique de pêches utilisées 49
  66. 66. 66 ANNEXES
  67. 67. 67 Questionnaire par objectif Objectif 1 : Analyser l’évolution des paramètres climatiques en rapport avec la production halieutique du lac Nokoué 1-Avez-vous connaissance des années où votre région a connu des sécheresses graves ? [ ] ; oui=1 ; non=0 Si oui lesquelles ?……………………………………………………………… 2-Quelles ont été les conséquences de cette sécheresse sur les activités de pêche dans votre localité ?................................................................................................ …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… 3-Avez-vous connaissance des années où votre région a connu des inondations ? [ ] ; oui=1 ; non=0 Si oui lesquelles ?……………………………………………………………… 4-Quelles ont été les conséquences de ces inondations sur les activités de pêche dans votre localité ?................................................................................................ …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… 5-Quelles sont les modifications qu’a subies le lac ces dernières années ? a)-Comblement/ensablement [ ] ; oui=1 ; non=0 b)-Augmentation de la salinité [ ] ; oui=1 ; non=0 c)-Diminution de la salinité [ ] ; oui=1 ; non=0 d)-Augmentation du niveau de l’eau [ ] ; oui=1 ; non=0 e)-Diminution du niveau de l’eau [ ] ; oui=1 ; non=0 f)-Autres [ ] ; oui=1 ; non=0 Si oui préciser………………………………………………………………….
  68. 68. 68 6)-Quelles sont les périodes de l’année où les eaux du lac sont plus salées et quelles sont les conséquences de cette situation sur les captures ? Période de l’année Conséquences 7)- Quelles sont les périodes de l’année où les eaux du lac sont moins salées et quelles sont les conséquences de cette situation sur les captures ? Période de l’année Conséquences 8)- Quelles sont les périodes de l’année où les eaux du lac sont polluées et quelles sont les conséquences de cette situation sur les captures ? Période de l’année Conséquences 9)- Indiquez les espèces halieutiques les plus présentes dans le lac ? Nom en langue locale Nom en français
  69. 69. 69 10)-Existent-ils des espèces halieutiques qui sont devenues rares ou qui ont disparu du lac Nokoué ? [ ] ; oui=1 ; non=0 Si oui lesquelles ? Nom en langue locale Nom en français Espèces rares Espèces disparues 11)-Selon vous qu’est ce qui peut expliquer la rareté/disparition de ces espèces ?.................................................................................................................. ................................................................................................................................. ................................................................................................................................. 12)-Pensez-vous que les tendances climatiques ont contribué à la rareté/disparition de ces espèces ? [ ] ; oui=1 ; non=0 Si oui comment ?………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… 13)-A quels mois de l’année la capture est abondante ?....................................... …………………………………………………………………………………… 14)-A quels mois de l’année la capture est faible ?.............................................. …………………………………………………………………………………… 15)-Comment la capture a évolué au cours des dix dernières années ? a)-A la hausse [ ] ; oui=1 ; non=0
  70. 70. 70 b)-A la baisse [ ] ; oui=1 ; non=0 c)-Stagnation [ ] ; oui=1 ; non=0 16)-Quelles sont les causes de cette évolution des captures ?....................... …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… 17)-Pensez-vous que les tendances climatiques contribuent à cette évolution des captures de pêche ? [ ] ; oui=1 ; non=0 Objectif 2 : Etudier les effets socio-économiques de la baisse de la production halieutique du lac Nokoué sur les populations riveraines 1)-Comment ont évolué les revenus de pêche au cours de ces dix dernières années ? a)-A la hausse [ ] ; oui=1 ; non=0 b)-A la baisse [ ] ; oui=1 ; non=0 c)-Stagnation [ ] ; oui=1 ; non=0 2)-Quelles sont les conséquences de cette évolution des revenus sur la population riveraine ?.............................................................................................. …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… 3)-La baisse des revenus des populations riveraines entraine : a)-La famine [ ] ; oui=1 ; non=0 b)-Des migrations [ ] ; oui=1 ; non=0 c)- Endettement [ ] ; oui=1 ; non=0
  71. 71. 71 d)-Mévente [ ] ; oui=1 ; non=0 e)-Autres [ ] ; oui=1 ; non=0 4)-Etes-vous sûr que c’est la baisse de la production halieutique qui est à la base de ces effets socio-économiques ? [ ] ; oui=1 ; non=0 Objectif 3 : Identifier des stratégies endogènes et complémentaires pour atténuer les effets socio-économiques de la baisse de la production halieutique du lac Nokoué 1)-Quelles sont les pratiques de pêche que vous développées pour s’adapter à la baisse de la production halieutique ? Pratiques Explications 2)-Quelles sont les activés que vous menées pendant les périodes de mauvaises captures ? a)- Exploitation du sable lagunaire [ ] ; oui=1 ; non=0 b)-Commercialisation des produits pétroliers [ ] ; oui=1 ; non=0 c)-Commercialisation des produits vivriers [ ] ; oui=1 ; non=0 d)-Autres [ ] ; oui=1 ; non=0 (Si oui préciser)……………………………….. …………………………………………………………………………………..
  72. 72. 72 3)- Que souhaiteriez-vous dans le cadre d’un projet d’amélioration des activités de pêche ? Souhaits Oui Non Encadrement des pêcheurs Octroi de crédits de pêche Dragage du lac Comptoir de stockage des produits halieutiques Autres 4)-Que pensez-vous faire pour atténuer les effets socio-économiques de la baisse de la production halieutique ?........................................................................... …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… Nom et prénom (s) : Profession : Village ou arrondissement : Age : Ancienneté dans la localité :
  73. 73. 73 Guide d’entretien 1)-Evolution de la production halieutique du lac Nokoué 2)- Influence des paramètres climatiques sur la production halieutique du lac Nokoué 3)-Effets socio-économiques de la baisse de la production halieutique du lac Nokoué 4)-Mesures prises pour atténuer les conséquences de la baisse de la production halieutique du lac Nokoué 5)-Techniques et engins de pêche utilisés 6)-Actions à mettre en œuvre ou aspirations pour l’amélioration des rendements de la production halieutique

×