Proposition«Finance Islamique en Tunisie : Cas de la            Banque Zitouna »                                          ...
1/ Aujourd’hui, la Banque Zitouna reconnait faire face « à une crise de               confiance de certains acteurs économ...
2/ Alors la finance islamique est-elle un problème ou une solution aux       problèmes de crise de confiance pour les auto...
3/ Le programme de refonte de la régulation financière classiquedevrait-il être l’occasion pour la finance islamique de s’...
Dans ce cas, le gouvernement de transition peut accélérerla mise en place d’une nouvelle législation mais qui permet àla ...
la finance islamique en Tunisie a un rôle à jouerPar conséquence, la finance islamique en Tunisie a un rôle à jouer, quipo...
Ainsi, les choses pourraient rapidement changerpour la Banque islamique Zitouna, aussi alBaraka Bank et les autres banques...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Finance Islamique En Tunisie Cas De La Banque Zitouna

5 302 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
5 302
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
15
Actions
Partages
0
Téléchargements
156
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Finance Islamique En Tunisie Cas De La Banque Zitouna

  1. 1. Proposition«Finance Islamique en Tunisie : Cas de la Banque Zitouna » 1
  2. 2. 1/ Aujourd’hui, la Banque Zitouna reconnait faire face « à une crise de confiance de certains acteurs économiques ».Alors que les rapports de la Banque Mondiale et du FMIsoulignent aux autorités tunisiennes la nécessité d’opérer desconcentrations et des fusions des institutions bancaires vu qu’il ya trop de banques par rapport aux besoins de l’économie, lesautorités monétaires ont délivré une licence à une banqueislamique ‘‘Banque Zitouna’’.Au fait, ces autorités n’ont pas prévu des solutions pourl’introduction de telles banques en tant qu’autorités de régulationet aussi un organe qui encourage et développe le cadre propicepour que le secteur bancaire soit enrichi par l’apport du financeislamique. Aussi, faut-t-il signaler que lun des derniers conseilsdes ministres de lancien gouvernement n’a pas encore voté uneloi qui a été proposée touchant aux produits spécifiques auxbanques islamiques. 2
  3. 3. 2/ Alors la finance islamique est-elle un problème ou une solution aux problèmes de crise de confiance pour les autorités monétaires?Malgré que l’activité de la banque Zitouna est placée sous lasupervision et le contrôle de la BCT, et malgré que les ratios deliquidité et de solvabilité de la banque sont aujourd’hui largementsupérieurs aux normes prudentielles requises, cette banque a uneréputation sulfureuse qui remet en cause le principe même delexercice de la finance islamique.En effet, la Banque Zitouna constitue à un double titre unproblème : de part le contexte et l’origine de sa création, elle a suscitéde vives critiques comme un moyen de recouvrir un système bancaireclassique dun vernis déconomie islamique.De ce fait, la situation de la Banque Zitouna est paradoxalepuisque la finance islamique d’après les développements récents amontré qu’elle a le potentiel de constituer à un double titre unesolution, au moins partielle, à cette crise de confiance: de part soninterdiction du transfert de risque qui était à lorigine de la crise dessubprimes, un refus qui lui a permis de bien résister à cette crise, lafinance islamique génère 2,3 trilliards de $ par an de par le monde. 3
  4. 4. 3/ Le programme de refonte de la régulation financière classiquedevrait-il être l’occasion pour la finance islamique de s’attaquer à aux problèmes de dispositifs de surveillance ?Auparavant, il est nécessaire détablir des dispositifsappropriés de gouvernance, de réglementation et de gestiondes risques: •tant interne par les gestionnaires de cette banque ‘’dispositifs particuliers’’ •qu’externe par les autorités monétaires ‘’dispositifs généraux’’ qui permettrait au système bancaire et même aux banques conventionnelles délargir léventail des produits offerts à leurs clientèles et s’assurer que les organes de gouvernance et de conformité (le Comité Chariaa et tous les organes de Bâle II) soient mis en place. 4
  5. 5. Dans ce cas, le gouvernement de transition peut accélérerla mise en place d’une nouvelle législation mais qui permet àla finance islamique de travailler dans les mêmes conditionsque la finance classique et les autorités de surveillancetunisiennes peuvent s’inspirer de ce principe « pas de faveur,pas d’obstacle » en mettant en place un cadre juridique etréglementaire adéquat qui ne pénalise pas ce secteur, en sefamiliarisant avec lapplication des normes IFSB desbanques islamiquesdonc l’instauration par la Banque Centrale d’une unité deréflexion sur l’intégration de la finance islamique dans leprogramme de refonte de la régulation financière, sur lasupervision spécifique des institutions islamiques, et surtoutsur le sort de la banque Zitouna est de pleine nécessité. 5
  6. 6. la finance islamique en Tunisie a un rôle à jouerPar conséquence, la finance islamique en Tunisie a un rôle à jouer, quipourrait bénéficier à la fois aux investisseurs islamiques et à l’économietunisienne et qui constituera un signal fort afin de rétablir la confiance,tracer le chemin de la reprise et donner une novelle chance pourZitouna banque mise sous tutelle de la Banque Centrale tunisienne etdont le sort n’est pas encore tranché, sachant qu’une cession à desinvestisseurs parait une des options les plus évoquées avec lapossibilité d’adhésion de la Banque Islamique de Développement (BID)au capital de Zitouna et aussi la participation Banque Al Baraka àtravers ses produits off shore. Ceci permettrait d’établir un cadre deconformité et une réputation à la banque et à ce secteur à la fois. 6
  7. 7. Ainsi, les choses pourraient rapidement changerpour la Banque islamique Zitouna, aussi alBaraka Bank et les autres banques désireuses dediversifier leurs produits, par la mise en place desmécanismes nécessaires et équitables pour ledéveloppement du secteur selon la loi du marché. 7

×