paris 2.0 = "Etudes consomateur et web 2 : La Mauvaise Education

824 vues

Publié le

"Etudes consomateur et web 2 : La Mauvaise Education
xavier charpentier, planneur stratégique, Freethinking

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
824
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
152
Actions
Partages
0
Téléchargements
12
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

paris 2.0 = "Etudes consomateur et web 2 : La Mauvaise Education

  1. 1. Recherche  et  Planning  2.0  :  vive  la  mauvaise  éducation.     FreeThinking  pour  Paris  2.0  –  Novembre  2010  
  2. 2. Qui  sommes-nous  ?   FreeThinking  est  un  pure  player  du  planning  stratégique,  de   l’investigation  2.0  et  du  community  management.     Une  approche  nouvelle  conçue  pour  insuffler  un  nouvel  état  d’esprit   dans  la  recherche,  le  conseil  en  marketing  et  en  communication,  et   le  management.       Une  méthode  qui  exploite  les  potentialités  du  web  2.0  pour   apporter  aux  organisations  l’outil  d’aide  à  la  décision  adapté  à  ce   monde  qui  naît.    
  3. 3. Ce  à  quoi  nous  croyons.   Avancer  avec  eux.   A  l’heure  où  les  individus  parlent  et  produisent  du  sens,  l’histoire  d’une   entreprise  ou  d’une  marque  ne  peut  pas  s’écrire  en  solo.     Elle  se  construit  avec  ses  publics,  avec  le  corps  social,  qui  peut  constituer   aussi  bien  une  force  d’opposition  qu’une  source  d’inspiration.     «    Avec  le  web  2.0,  le  web  devient  non  plus  une  aventure   technologique,  mais  une  aventure  humaine.  »   Hubert  Guillaud   Rédacteur  en  Chef  d’InternetActu.net  
  4. 4. Ce  que  propose  FreeThinking.  Entrer  au  cœur  des  communautés  pour  mieux  se  mettre  à  l’écoute  de  ce  que  se  disent  les  gens  ENTRE  EUX,  qui  est  souvent  plus  riche  et  plus  engagé  que  ce  qu’ils  disent  aux  institutions.    Pour  mieux  travailler  AVEC  EUX  parce  qu’ils  sont  directement  parties  prenantes  de  la  marque  et  de  l’entreprise.        Pour  les  engager  dans  une  relation  inédite,  plus  forte,  car  plus  collaborative.  
  5. 5. Au  centre  de  notre  démarche  d’investigation  :  le  blog  communautaire  FreeThinking.             Ni  un  bulletin  board,  ni  un  focus  group  en   ligne,  ni  un  «  simple  »  forum  ouvert  à  la   discussion.       Mais  un  outil  d’investigation   conversationnel,  communautaire  et   asynchrone,  permettant  à  chacun  de  mettre  à   nu  son  intimité,  de  s’exprimer  et  d’échanger   librement  avec  ses  pairs.  
  6. 6. Le  blog  FreeThinking  en  action.   Depuis  2  ans  et  demi,  c’est  plus  d’une  centaine   de  communautés  de  consommateurs/citoyens/ salariés  que  nous  avons  réunies,  dans  10  pays,   sur  3  continents.   Sur  des  problématiques  très  variées,  allant  du   sevrage  tabagique  à  l’avenir  de  l’automobile  en   passant  par  le  rapport  à  l’alimentation  en  temps   de  crise  ou  la  relation  aux  nouvelles  technologies   mobiles.   Les  pays  où  nous  avons  animé  des  communautés  depuis  2007  :     France,     Brésil.   Canada,   En  simultané  sur  3,  4  ou  5  pays.   Allemagne,   Russie,    Etats-Unis.   Grande-Bretagne,     Chine,     Italie.     Argentine.  
  7. 7. Nos  expériences  et  références  depuis  mars  2007.   Un  ensemble  d’investigations  à  caractère  plus   sociologique  ayant  donné  lieu  à  la  rédaction   d’un  livre,  Les  Nerfs  Solides,  portrait  mental   et  sociologique  des  classes  moyennes   françaises  dans  la  Crise.  
  8. 8. Etudes,  recherche,  planning  2.0…    Des  mots,  des  notions,  des  pratiques  qui  se  vulgarisent…    Mais  quelquefois  sur  des  bases  conceptuelles  anciennes,  héritées  du  passé.    
  9. 9. Alors  que  la  question  est  peut-être  au  contraire  de  savoir  s’il  ne  faut  pas  réinventer  nos  façons  de  travailler  pour  tirer  le  meilleur  de  ce  que  les  nouvelles  technologies  et  l’esprit  du  web  2  nous  permettent…  S’il  ne  faut  pas  oublier  nos  «  bonnes  manières  »  pour  mieux  travailler  AVEC  le  consommateur,  le  citoyen,  le  salarié…  S’il  ne  faut  pas  aussi  donner  la  permission  au  consommateur,  au  salarié,  au  citoyen,  d’être  un  enfant  mal  élevé.      
  10. 10. Bien  utiliser  le  web  2  dans  le  champ  de  l’écoute  et  de  la  co-production  avec  les  gens,  ne  serait-ce   pas  plutôt  accepter  d’acquérir  de  nouveaux   réflexes,  oublier  les  anciens,  susciter  des   comportements  qui  nous  auraient  paru   inconcevables  ou  contre-productifs  il  y  a  5  ans  ?   Notre  proposition  :    «  les  5  commandements  de   la  mauvaise  éducation  2.0  ».  
  11. 11. «  Ne  parle  pas  aux  inconnus  !  »     Le  web  2,  c’est  l’opportunité  non  seulement  de   l’anonymat  mais  de  l’identité  virtuelle.   L’opportunité  de  se  libérer  des  identités   «  enfermantes  »  ou  des  conventions  du  face-à-face.   Surtout,  pour  une  plateforme  collaborative  qui   marche,  pas  de  webcam.  Pas  de  visages  «  réels  ».   Mais  la  fidélité  à  l’esprit  originel  des  communautés   virtuelles  :  se  parler  en  réseau  sans  se  voir  /  se   connaître,  c’est  en  dire  plus.  
  12. 12. «  Ne  parle  pas  aux  inconnus  !  »    
  13. 13. «  Passe  ton  bac  d’abord  !  »     Le  web  2,  c’est  la  revanche  du  fond  de  la  classe  :  même   ceux  qui  ne  sont  pas  forts  en,  thème  peuvent  s’y   exprimer.   Ils  n’ont  pas  besoin  de  la  sanctification  d’une  autorité   qui  «  sait  »  pour  être  publié.   Ils  peuvent  faire  des  fautes  d’orthographes  ou  de   français.   Ils  peuvent  NE  PAS  être  des  experts,  l’important,  c’est  ce   qu’ils  ont  à  dire.   Pour  des  communautés  d’ignorants  plutôt  que  des   communautés  d’experts.  
  14. 14. «  Passe  ton  bac  d’abord  !  »    
  15. 15. «  Ne  te  mêle  pas  des  affaires  des  autres  !  »     Le  web  2,  c’est  les  autres.     Les  écouter,  les  regarder  vivre.     Leur  exposer  sa  vie  en  même  temps  qu’ils  exposent  la   leur.     Un  certaine  «  impudeur  de  recherche  »  :  se  montrer   pour  mieux  se  chercher  et  à  la  fin  se  trouver  via  le   regard  des  autres.   Pas  de  censure,  de  la  sensibilité  dans  la  stimulation   des  communautés  et  la  modération  des  plateformes  
  16. 16. «  Ne  te  mêle  pas  des  affaires  des  autres  !  »    
  17. 17. «  N’écoute  pas  aux  portes  !  »     Le  web  2,  c’est  l’indiscrétion  autant  que  l’exhibition.   Apprendre  à  assumer  sa  curiosité,  à  accepter  ce  que   certains  témoignages  peuvent  avoir  de  dérangeants.   S’ils  sont  pertinents.   S’ils  aident  à  comprendre  l’état  de  l’opinion,  à  saisir   un  insight,  à  appréhender  une  situation.   Reconsidérer  notre  façon  d’animer  pour  ouvrir  la   porte  au  personnel,  au  futile,  au  hors-sujet.  A  la  vie.  
  18. 18. «  N’écoute  pas  aux  portes  !  »    
  19. 19. «  Parle  poliment  !  »     Le  web  2,  c’est  la  spontanéité.   C’est  le  parler-vrai  de  la  vie.     Pour  le  modérateur  de  plateformes  fermées,  c’est  la   modestie  et  l’écoute  stimulante  de  celui  qui  peut   (presque)  tout  entendre.     C’est  quelquefois  le  conflit  –  et  la  capacité  pour  celui   qui  écoute  /  regarde  /  analyse  à  NE  PAS  intervenir.   Laisser  faire,  laisser  passer.    
  20. 20. «  Parle  poliment  !  »    
  21. 21. La  Mauvaise  Education  :    Accepter  d’oublier  certains  de  nos  réflexes  «  civilisés  »  qui  sont  souvent  des  conventions  forgées  par  une  certaine  pratique  des  études  et  du  planning  stratégique.    Accepter  qu’ils  oublient  eux  aussi,  momentanément,  les  conventions  qui  régissent  les  rapports  sociaux  «  apparents  »  pour  laisser  affleurer  les  rapports  sociaux  sous-jacents,  les  tabous,  les  clashes.  Le  vocabulaire  du  réel.    
  22. 22. Pour  conclure,  une  réflexion  sur  une  phrase  célèbre  de  Paul  Valéry…     «    »   La  politesse,  c’est  l’indifférence   organisée  
  23. 23.         Merci.  

×