La question de l’intégration Caractéristique  fondamentale      du Projet    intégrateur          et défi   pédagogique   ...
Plan de la présentation1. Qu’est-ce que l’on entend par   intégration?2. Pourquoi est-ce si important   dans le PFÉQ?3. Po...
1. Qu’est-ce que l’on entend   par intégration? Commençons par deux définitions : • «La capacité d’étabir des liens entre ...
Roegiers y voit trois composantes :• L’interdépendance des éléments à intégrer (établissement de liens, organisation des c...
Ces définitions se rencontrentdans le Projet intégrateur• L’élève est amené à concevoir, à partir de ses  champs d’intérêt...
Les composantes de Roegiers sontnotamment actualisées dans …   … le maillage des compétences
2. Pourquoi est-ce si important   dans le PFÉQ?
Aux plans cognitif et métacognitif :• Cela entraîne une réorganisation des  connaissances en unités plus structurées• Ce q...
Au plan socio-cognitif :• La discussion avec les autres élèves amène  à compléter ou relativiser les liens établis• Les co...
Au plan motivationnel :• L’accroissement de sens est l’un des vecteurs  décisifs de la motivation scolaire• Le sens est pa...
3. Pourquoi est-si difficile   (à soutenir, à développer)• Principalement, parce que cette habileté,  qui doit être constr...
• Et SURTOUT, SURTOUT…  ils observent rarement leurs enseignants  recourir eux-mêmes à cette pratique,  explicitement, dev...
Mais alors, ce serait possible?
4. Quelles stratégies, ou moyens ,   mettre en oeuvre ?• Dès le choix, amener l’élève à relier son  projet explicitement à...
• Inciter à trouver des personnes ressources  qui vont valider, infirmer ou renforcer les  liens établis. Identifier en qu...
La question de l'intégration
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La question de l'intégration

586 vues

Publié le

La question de l'intégration : caractéristique fondamentale du Projet intégrateur et défi pédagogique majeur

Communication présentée dans le cadre du congrès de l'ACFAS 2011 par Michel Aubé.

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
586
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
24
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La question de l'intégration

  1. 1. La question de l’intégration Caractéristique fondamentale du Projet intégrateur et défi pédagogique majeurACFAS - Colloque 531 Michel Aubé10 mai 2011 Université de Sherbrooke
  2. 2. Plan de la présentation1. Qu’est-ce que l’on entend par intégration?2. Pourquoi est-ce si important dans le PFÉQ?3. Pourquoi est-ce difficile (à soutenir, à développer)?4. Quels moyens mettre en œuvre pour y arriver?
  3. 3. 1. Qu’est-ce que l’on entend par intégration? Commençons par deux définitions : • «La capacité d’étabir des liens entre les connaissances et de les réorganiser» (Gouvernement du Québec, 1997, p. 15) • «Une opération par laquelle on rend inter- dépendants différents éléments qui étaient dissociés au départ en vue de les faire fonctionner d’une manière articulée en fonction d’un but donné» (Roegiers, 2001, p. 22)
  4. 4. Roegiers y voit trois composantes :• L’interdépendance des éléments à intégrer (établissement de liens, organisation des connaissances)• Leur mobilisation dynamique (dans une logique de l’action, un réinvestissement des acquis)• Une polarisation dans un but précis (en particulier pour produire du sens) Et c’est avant tout une démarche où l’élève est l’acteur principal
  5. 5. Ces définitions se rencontrentdans le Projet intégrateur• L’élève est amené à concevoir, à partir de ses champs d’intérêts, un projet personnalisé, dont il poursuivra la réalisation (mobilisation)• L’élève est amené à établir des liens divers et pertinents entre ses acquis (scolaires ou non), et à les mobiliser dans la conduite de son projet (interdépendance)• Ce projet doit mener à une production précise, qui actualise la démarche de l’élève et confère un sens renouvelé aux apprentissages réalisés (polarisation)
  6. 6. Les composantes de Roegiers sontnotamment actualisées dans … … le maillage des compétences
  7. 7. 2. Pourquoi est-ce si important dans le PFÉQ?
  8. 8. Aux plans cognitif et métacognitif :• Cela entraîne une réorganisation des connaissances en unités plus structurées• Ce qui favorise à son tour la consolidation, le rappel, la mobilisation ultérieure, le raisonnement analogique• Ce qui entraîne à l’explicitation et au retour réflexif, exerçant du même coup les capacités métacognitives• Or ces capacités constituent le facteur le plus décisif de la réussite scolaire des jeunes, et de l’expertise chez les adultes
  9. 9. Au plan socio-cognitif :• La discussion avec les autres élèves amène à compléter ou relativiser les liens établis• Les compétences transversales et les DGF constituent des référents communs à travers lesquels tisser des liens• L’interdépendance positive qui caractérise le partage coopératif amène à enrichir les liens également établis par les autres• Or l’échange coopératif est l’un des plus puissants vecteurs du développement méta- cognitif
  10. 10. Au plan motivationnel :• L’accroissement de sens est l’un des vecteurs décisifs de la motivation scolaire• Le sens est par ailleurs quelque chose qui doit être construit par le sujet lui-même• Or le sens se construit essentiellement par l’établissement de liens : a du sens pour un individu ce qui est rattachable par lui-même à du familier, à du connu• Et c’est à travers des activités finalisées, où un but est déterminé par le sujet à même ses intérêts, que l’établissement de liens confère le plus de sens
  11. 11. 3. Pourquoi est-si difficile (à soutenir, à développer)• Principalement, parce que cette habileté, qui doit être construite, ne l’a pas été!• En conséquence, les jeunes ont peu de référents, ils ne comprennent pas ce qui est attendu d’eux à cet égard• Habitués, notamment en raison du modèle de l’évaluation, à compartimenter les disciplines et les apprentissages, ils ne perçoivent pas le profit qu’ils pourraient en tirer. Ça leur semble un détour inutile!
  12. 12. • Et SURTOUT, SURTOUT… ils observent rarement leurs enseignants recourir eux-mêmes à cette pratique, explicitement, devant eux• Dans les classes visitées, le même constat revenait fréquemment : «Lorsqu’on le fait soi-même, ne serait-ce que pour illustrer temporairement ce qui est attendu, certains élèves commencent aussi à le faire.»• À cet égard, l’apprentissage vicariant a un impact majeur sur le développement des des capacités d’intégration.
  13. 13. Mais alors, ce serait possible?
  14. 14. 4. Quelles stratégies, ou moyens , mettre en oeuvre ?• Dès le choix, amener l’élève à relier son projet explicitement à lui-même : à ses passions, à ses intérêts• Favoriser l’établissement de liens multiples, avec ses intérêts, ses matières, les DGF, les compétences transversales• Ensuite amener l’élève à questionner ces liens et leur pertinence• Jumeler les élèves qui commentent leurs idées de projet et les liens établis.
  15. 15. • Inciter à trouver des personnes ressources qui vont valider, infirmer ou renforcer les liens établis. Identifier en quoi et sur quoi ces personnes seront utiles• Amener l’élève à établir aussi des liens avec des outils (logiciels, dictionnaires…)• Amener l’élève à identifier des erreurs types associées avec certaines tâches ou certains processus• Exploiter toute forme d’outils de mise à plat de sa pensée (portfolio, idéateur, napperon)

×