SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  48
Télécharger pour lire hors ligne
LES ÉTAPES DE
LA MISE EN
PLACE D’UN
PROJET
Guide
méthodologique
Alizée Tutak, Stéphanie Malaise et Damien Canzittu
UMONS - 2015
Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles
Dépôt légal D/2015/9708/1
Imprimé en Belgique
© Institut d’Administration Scolaire
Université de Mons – UMONS
20, Place du Parc B-7000 Mons
Document réalisé dans le cadre de la recherche « Expairs » financée par le Ministère de
l’Enseignement obligatoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles et mise en œuvre par
l’équipe de recherche de l’Université de Mons (2012-2014)
Directeur de recherche : Marc Demeuse
Chercheurs : Damien Canzittu, Stéphanie Malaise, Alizée Tutak
Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles
Ce guide méthodologique est le fruit d’un travail mené en
partenariat avec les acteurs de terrain ayant participé au
projet « Expairs ». Nous les remercions pour leur implication
et pour les démarches pédagogiques innovantes mises à
disposition de la communauté éducative.
SOMMAIRE
Avant-propos ........................................................................ 9
I. Introduction............................................................. 11
II. Le déclencheur du projet.......................................... 12
III. L’élaboration du projet............................................. 12
IV. La mise en œuvre des actions .................................. 26
V. L’évaluation ............................................................. 26
VI. L’institutionnalisation et la pérennisation ................ 28
VII. Le transfert .............................................................. 30
VIII. Pour aller plus loin ................................................... 33
IX. Références bibliographiques .................................... 35
9
AVANT-PROPOS
Quelle est l’origine de ce guide
méthodologique ?
Ce guide méthodologique a été créé suite à la mise en œuvre de
la recherche « Expairs », menée durant deux années avec le
concours d’écoles secondaires ordinaires issues des différents
réseaux d’enseignement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
A l’initiative du Ministre1
en charge de l’enseignement obligatoire,
tous les établissements d’enseignement secondaire
professionnel en Belgique francophone ont été invités à élaborer
et à tester des dispositifs d’innovation pédagogique et
organisationnelle visant à améliorer le rapport à l’école et à
l’apprentissage des élèves du deuxième degré professionnel.
Sur la base d’un appel à projet, l’équipe de recherche de
l’INstitut d’Administration Scolaire (INAS) de l’Université de
Mons (UMONS) a été désignée pour accompagner les 45 équipes
sélectionnées dans la mise en place et l’évaluation de leur projet.
Le présent guide méthodologique, intitulé « Les étapes de la
mise en place d’un projet », présente les différentes phases
qui jalonnent un projet, de son élaboration à sa mise en place
effective.
1
Dans le document, l’emploi du masculin pour désigner des personnes n’a d’autres
fins que celle d’alléger le texte.
10
A quoi sert ce guide méthodologique et à qui
est-il destiné ?
Ce guide méthodologique s’adresse à toute personne souhaitant
mettre une innovation pédagogique et/ou organisationnelle en
place au sein d’un établissement scolaire.
Il propose des conseils pour favoriser et soutenir les équipes
dans le développement de leur projet.
Comment se présente ce guide
méthodologique ?
Pour accompagner la lecture, des encadrés thématiques
ponctuent les différents chapitres.
Les
questions
à se poser
Dans ces encadrés, le lecteur est
invité à s’interroger sur son vécu
et à réfléchir à sa pratique.
Les guides
Ces encadrés fournissent au
lecteur des conseils et des pistes
concrètes pour réussir la mise
en place d’un projet.
Les
paroles
d’experts
Ces encadrés reprennent des
paroles d’experts illustrant les
propos tenus.
11
I. INTRODUCTION
Les écoles qui développent des dispositifs pédagogiques
innovants partagent souvent la volonté commune de « procéder
autrement par le biais d’une démarche, d’une activité ou d’une
situation pédagogique nouvelle parce qu’originale, inédite ou
simplement différente de la pratique antérieure » (Desgagné &
Bednarz, 2005, p.14).
Cependant, s’engager dans une démarche de projet ne
s’improvise pas. Ce guide méthodologique présente les
différentes étapes pour préparer, piloter et faire progresser un
projet, depuis sa conception jusqu’à sa mise en œuvre effective.
La mise en place d’un projet est un processus comportant quatre
moments-clés : (1) le déclencheur du projet, (2) l’élaboration
du projet, (3) la mise en œuvre du projet et (4) l’évaluation
du projet. Ceux-ci sont décrits tout au long de ce guide.
Figure 1 - Vision globale des étapes d'un projet d'éducation ou de formation
1. Déclencheur
2. Elaboration
3. Mise en œuvre
4. Evaluation
12
II. LE DÉCLENCHEUR DU PROJET
La naissance d’un projet peut avoir des origines différentes.
Dans certaines écoles, le projet émerge à la suite d’une réforme,
d’une circulaire ou d’un appel à projets ; dans d’autres, il
apparait après qu’une problématique ou un besoin particulier a
été identifié. Dans tous les cas, les écoles saisissent
l’opportunité présente dans l’environnement pour se mettre en
projet. La première étape du processus de mise en place d’un
projet consiste donc à repérer l’élément déclencheur afin
notamment de retracer l’historique du projet et d’en expliquer
les évolutions.
III. L’ÉLABORATION DU PROJET
Quelle qu’en soit l’origine, la mise en place d’un projet nécessite
avant tout d’observer et d’analyser le fonctionnement de
l’établissement en vue de définir les grandes orientations qui
seront choisies.
En effet, chaque projet d'école est singulier et dépend de
facteurs tels que la culture et le climat de l’établissement, les
attentes et les valeurs des intervenants ainsi que les missions
qui leur sont attribuées. Un projet est également tributaire des
caractéristiques des élèves et des ressources disponibles au sein
de l’établissement. C’est en considérant l’ensemble de ces
éléments que l’équipe est en mesure de se fixer des objectifs
réalisables et de déterminer un plan d’action concret qui
permet de les atteindre.
La phase d’élaboration du projet débute avec la réalisation d’un
travail d’analyse. Celui-ci est essentiel car c’est sur lui que va
reposer toute la construction du projet. Il s’agit en quelque sorte
de procéder à un recueil d’informations, de manière à obtenir
13
une photographie d’une situation particulière dans l’école à un
moment donné. Cette pratique consiste donc à effectuer un état
des lieux au cours duquel l’équipe décrit des faits ou un
fonctionnement dont les données serviront à produire de
l’information et de la connaissance. Cette démarche vise
notamment à repérer les points forts et les points faibles du
système. A ce stade, les éléments obtenus ne permettent pas de
dire si le système observé est satisfaisant ou non (Aubert-
Lotarski et al., 2006).
Une équipe est chargée de réaliser cet état des lieux. Lors
de la constitution de l’équipe, il est important de veiller à sa
représentativité et par conséquent, à sa composition. L’objectif
est de prendre en compte le point de vue de l’ensemble des
acteurs impliqués dans le but d’obtenir une analyse de la
situation dans laquelle chacun peut se reconnaitre.
Idéalement, cette équipe se compose des personnes ayant
décidé de se mettre en projet. Ces dernières sont accompagnées
de la direction de l’établissement ainsi que de représentants des
différentes catégories d’acteurs : enseignants, chefs d’atelier,
éducateurs, membres du centre psycho-médico-social (CPMS)…
Il est également envisageable et opportun d’associer des élèves
à ce travail.
a. S’interroger sur le contexte dans lequel on
évolue
L’étude du contexte au sein duquel le projet va s’implanter peut
s’effectuer autour de trois axes : (1) les besoins des acteurs, (2)
le fonctionnement de l’établissement et (3) le cadre normatif au
sein duquel l’établissement évolue (Figari, 1991 ; 1994).
Dans un premier temps, il s’agit d’étudier le contexte général,
c’est-à-dire le cadre qui influence directement ou indirectement
l’institution sur le plan politique et socio-économique (Roegiers,
2007). Si le projet est impulsé par une circulaire, il s’agit
14
d’étudier les libertés accordées, les ressources apportées, les
contraintes imposées, etc. Dans un second temps, l’équipe
étudie le contexte délimité (Figari, 1994), c’est-à-dire le
contexte spécifique de l’école au travers des projets éducatifs et
pédagogiques, du règlement d’ordre intérieur, etc.
 Les besoins des acteurs
Un projet est mis en place en vue de répondre à des besoins
dont certains peuvent être formulés au niveau institutionnel.
Dans le cadre du projet « Expairs » par exemple, le cabinet
ministériel en charge de l’enseignement obligatoire a pointé la
nécessité de « construire ensemble des dispositifs qui améliorent
la réussite des élèves [de 3e
année professionnelle], en
maintenant les exigences de formation, voire en les
augmentant » (circulaire n°3972, 2012, p.1).
A côté de ces besoins liés au contexte général, on trouve les
besoins spécifiques des différents acteurs impliqués dans
l’organisation qui se met en projet. Les besoins exprimés par les
acteurs ne constituent pas toujours des réalités objectives et
correspondent à ce que les personnes « perçoivent pour elles-
mêmes, pour d’autres personnes mais aussi les besoins qu’elles
perçoivent pour l’institution » (Roegiers, 2007, p. 10). Ces
besoins sont en quelque sorte la différence entre la situation telle
que les individus la vivent et la situation idéale à leurs yeux.
Prendre en compte les besoins des acteurs implique de pouvoir
les identifier. En effet, certains besoins ne sont pas exprimés tels
quels et nécessitent d’être reconnus. Ceux-ci se manifestent
sous trois formes : (1) la formulation d’un problème rencontré,
(2) l’expression d’un désir, d’un souhait et (3) la proposition
d’une solution perçue comme pouvant être efficace pour mettre
une action en œuvre.
Lorsque l’on souhaite identifier les besoins exprimés par les
différents acteurs impliqués ou visés par le projet, il est
15
important de varier les questions posées. Au lieu de ne poser
qu’une question directe du type « Quels sont vos besoins ? », il
est utile d’avoir recours à plusieurs questions interrogeant une
même thématique mais formulées différemment. Ainsi, par
exemple, on pourrait poser des questions de cet ordre « Dans
votre pratique quotidienne, quels sont les problèmes que vous
rencontrez particulièrement avec les élèves de telle année ? »
ou encore, « Que pensez-vous que nous pourrions mettre en
œuvre pour augmenter le taux de réussite des élèves de telle
année ? »
Différentes techniques telles que l’observation directe, les
interviews individuelles ou collectives ou encore les
questionnaires peuvent être utilisées pour mettre en évidence
les besoins.
16
Pour accéder aux besoins des acteurs, interrogez-les au sujet
des problèmes qu’ils rencontrent, au sujet des souhaits qu’ils ont
pour les élèves, pour l’établissement, pour l’équipe pédagogique
ou encore au sujet des solutions perçues pour régler un
problème.
 Selon vous, quels sont les trois problèmes les plus
importants rencontrés par les élèves ?
 Si vous pouviez changer une chose dans le fonctionnement de
l’école, de quoi s’agirait-il ?
 Si vous étiez amené à participer à un projet visant à lutter
contre le décrochage scolaire, quelle(s) activité(s)
souhaiteriez-vous mettre en place ?
 Que pensez-vous pouvoir mettre en œuvre pour augmenter le
taux de réussite des élèves de la section coiffure ?
 Selon vous, que pourrions-nous développer pour éviter
l’absentéisme des élèves ?
17
 Le fonctionnement de l’établissement scolaire
Pour favoriser la réussite d’un projet, ce dernier doit être
cohérent par rapport au fonctionnement de l’institution dans
laquelle il prend place. Trois axes permettent d’investiguer cet
aspect (Roegiers, 2007) : (1) la politique de l’institution, (2) son
fonctionnement et (3) ses dysfonctionnements.
On peut ainsi se référer au projet d’établissement afin d’analyser
la politique de l’institution. Ce document permet de repérer les
valeurs de l’école ainsi que les priorités qu’elle se fixe.
Appréhender le fonctionnement de l’école implique aussi
d’identifier l’ensemble des intervenants, leurs rôles et les tâches
qu’ils accomplissent (à l’aide d’un organigramme par exemple).
Enfin, l’étude du fonctionnement de l’établissement donne
l’occasion d’identifier différents indicateurs. Il peut s’agir du taux
de réussite des élèves, de données relatives à l’insertion
professionnelle des jeunes enseignants, du taux d’absentéisme…
Ces indicateurs sont choisis sur la base du déclencheur du projet
ainsi que sur la base des besoins formulés par les acteurs.
Dans le cadre de la mise en place d’un projet visant à favoriser
la réussite des élèves de troisième année professionnelle,
comme c’était le cas du projet « Expairs », il semble par exemple
intéressant d’observer les taux de réussite de ces élèves à des
fins de comparaison entre les classes, sections ou filières, d’une
année à une autre, etc.
18
Les questions vous permettront de vous interroger sur le
fonctionnement de l’école.
 Quelles sont les valeurs essentielles qui transparaissent
au sein du projet d’établissement ?
 Parmi ces valeurs, quelles sont celles que vous souhaitez
privilégier au travers du projet développé ?
 Quelles sont les caractéristiques des élèves ?
âge ;
sexe ;
absentéisme ;
redoublement ;
…
 Quels sont les enseignants qui sont déjà engagés dans un
projet ?
 Quels sont les enseignants susceptibles de s’engager dans
la définition et la mise en place du projet ?
estime de soi ;
sentiment d’efficacité
personnelle ;
motivation ;
…
19
 Le cadre de référence : les normes, les lois, les
règlements
Avant de passer à l’élaboration concrète du projet, un dernier
élément de contexte doit absolument faire l’objet d’une analyse :
le cadre de référence. L’étude du cadre de référence consiste
à mettre en évidence les règles implicites et explicites.
Les règles explicites se trouvent dans le règlement d’ordre
intérieur, dans les décrets et les circulaires. Les règles implicites,
quant à elles, s’observent à travers l’environnement et les
interactions entre les individus.
L’étude du cadre de référence est très importante ; il s’agit d’une
étape qui ne peut pas être négligée. En effet, pour qu’un projet
puisse être mis en place, il est indispensable qu’il s’inscrive dans
le cadre légal. Par exemple, on ne pourrait pas imaginer mettre
en place un projet dans lequel tous les cours théoriques seraient
supprimés. Même si des preuves scientifiques venaient à mettre
en évidence que la suppression des cours théoriques renforce la
motivation des élèves, une école ne peut pas décider de modifier
la grille-horaire à sa guise.
Si le projet doit respecter le cadre imposé par les règlements, il
est également primordial qu’il tienne compte des règles
implicites, partagées par l’ensemble des acteurs ou des groupes
d’acteurs. C’est une condition indispensable pour que le projet
soit accepté de tous. Prenons l’exemple d’une école où
habituellement tous les vendredis midi, la salle de réunion est
occupée par les chefs d’ateliers qui profitent de la pause pour
faire le point sur les progrès des élèves. Dans cette école, même
si cela n’est pas indiqué dans un document officiel, il est
communément admis que le vendredi midi, la salle de réunion
est réservée pour ce groupe. Dans le cadre de la mise en place
du projet, cette donnée logistique devra être prise en compte
puisqu’il sera impossible de programmer des réunions de
concertation durant ce laps de temps.
20
 Lisez attentivement le règlement d’ordre intérieur et le projet
d’établissement. Ils vous informeront sur les règles à
respecter et sur les objectifs spécifiques formulés par l’école.
 Si le projet est impulsé par une circulaire, assurez-vous d’en
connaitre le contenu. Celle-ci précisera le cadre dans lequel
vous devrez vous inscrire.
Pour recenser les ressources et les contraintes :
 De quelles ressources matérielles disposez-vous ?
 Internet, bibliothèque, salle de sport, parc, tableau blanc
interactif, imprimerie…
 De quelles ressources humaines bénéficiez-vous au sein de
l’école ?
 Enseignants, éducateurs, chefs d’ateliers, agents du CPMS…
 Vers quels partenaires pouvez-vous vous tourner ?
 ASBL de la région, entreprises locales…
 Un budget est-il accordé ?
 Certaines libertés sont-elles accordées ?
 L’horaire prévoit-il des moments où les membres de l’équipe
pourraient se concerter ?
21
b. Choisir un cap
Dans un premier temps, l’équipe éducative se concerte afin de
déterminer collectivement les aspects qui seront travaillés
prioritairement. L’important est de s’assurer que l’orientation
prise par le biais du projet rencontre un large consensus. Une
fois l’orientation établie, il est alors possible de passer à
l’élaboration concrète du projet.
L’équipe pédagogique choisit alors de s’intéresser à
l'environnement de l'école (contexte économique et social) ou
aux élèves, à leur situation familiale, à leur passé scolaire, à
leurs résultats, ou encore à l'école elle-même (organisation,
fonctionnement, pratiques pédagogiques, activités diverses).
Après avoir identifié l’élément susceptible de rallier l’ensemble
de l’équipe pédagogique, la suite consiste à proposer aux
enseignants et aux autres acteurs (et parfois à les convaincre)
d’adhérer à la démarche. Pour accroître les chances de réussite
d’un projet, il est nécessaire d'associer les différents acteurs à la
démarche et d’élucider les questions de compréhension.
Autour de quelle thématique votre école souhaite-t-elle travailler
et axer ses priorités ?
« S’orienter permet aux équipes pédagogiques de savoir où
elles vont et dans quelle voie elles souhaitent engager leurs
actions. »
22
Après cela, l’équipe réfléchit à la trame dans laquelle s’inscrit le
projet. A la manière d’un scénario, elle va écrire l’histoire de ce
que sera le projet avant même que celui-ci n’ait eu lieu en
précisant d’une part, « les moyens à mettre en œuvre pour
atteindre les objectifs fixés » (Hadji, 1992, p. 50) et d’autre part,
la manière dont ces moyens seront agencés, « qu’il s’agisse de
matériels ou de personnes » (ibid.).
En s’appuyant notamment sur l’état des lieux effectué au
préalable, l’équipe de projet fixe ses priorités et envisage des
actions réalisables et reconnues comme importantes par
l’ensemble des intervenants.
« Associez les différents intervenants et informez-les des
avantages dont ils pourraient bénéficier mais également des
zones d’inconfort qu’ils auront à gérer tout au long du
processus. »
23
c. Formuler des objectifs précis
La planification du projet débute avec la définition des objectifs
généraux et opérationnels. Il s’agit d’une étape incontournable
puisque 80 % des causes d’échecs dans les projets sont liées à
deux facteurs principaux :
- des objectifs peu précis ;
- des rôles des acteurs mal définis (Marchat, 2010).
Idéalement, les objectifs sont traduits en termes d’effets
attendus et opérationnalisés à travers des indicateurs
quantitatifs et/ou qualitatifs (Roegiers, 2007). Le recours à ces
critères permet de mesurer l’adéquation de ces effets attendus
avec les effets réellement obtenus suite à la mise en place du
projet.
 Formulez les objectifs spécifiques en termes de résultats
quantifiables ou de comportements observables.
 Donnez-vous des objectifs mobilisateurs. Distinguez ce qui
est prioritaire de ce qui est souhaitable afin de mettre l’accent
sur des points précis et de ne pas lister un nombre trop
important d’objectifs.
 Assurez-vous de la cohérence des objectifs définis de manière
concertée.
24
 Structurer le projet
La phase de structuration au cours de laquelle l’équipe organise
le projet dans le temps requiert une certaine dose d’anticipation,
notamment pour estimer le temps alloué aux différentes phases,
les ressources nécessaires en termes de personnel, etc. Cette
étape s’appuie entre autres sur le recensement des ressources
internes et externes2
(matérielles, financières, temporelles, etc.).
Ainsi, lors de la répartition des tâches, il est important de tenir
compte des forces vives de chacun des participants. Réaliser un
tableau reprenant les missions jouées par les différents
intervenants peut s’avérer un moyen pratique et utile pour
structurer l’équipe. Le diagramme de Gantt constitue un outil
graphique qui permet de visualiser l’exécution des tâches et/ou
l’utilisation des ressources au cours du temps et ainsi de suivre
l’état d’avancement en un coup d’œil.
Figure 2 - Exemple d'un diagramme de Gantt
2
Cf. encadré bleu de la page 20.
25
Lors de l’élaboration du calendrier de votre projet, les questions
suivantes vous permettront de délimiter les tâches et la
répartition de celles-ci auprès des intervenants.
Au niveau des tâches
 Que devez-vous faire concrètement ? Comment allez-vous le
faire ?
Au niveau de la répartition des tâches entre les personnes
 Qui fait quoi ? Quelles sont les associations locales, les
partenaires (centres de planning, mouvements de jeunesse, clubs
sportifs…) qui peuvent participer au projet ?
Au niveau de la durée des tâches
 Combien de temps va-t-il falloir pour réaliser telle tâche ?
Au niveau du moment de réalisation de la tâche
 A quel moment allez-vous réaliser telle tâche ?
Au niveau des personnes chargées de la supervision des tâches
 Qui est chargé de la supervision de telle tâche ?
26
IV. LA MISE EN ŒUVRE DES ACTIONS
Au cours de la mise en œuvre des actions, l’équipe pédagogique
suit le déroulement du projet et réajuste éventuellement les
objectifs à atteindre.
Il est important de garder à l’esprit que la vie d’un projet n’est
pas un long fleuve tranquille. Les écoles et les équipes
pédagogiques connaissent des périodes d’activité plus ou moins
intenses, mais passent également par des phases de rupture au
cours desquelles elles peuvent se sentir démotivées et manquer
d’investissement. Il convient donc de ne pas céder au
découragement et penser à remotiver les équipes de temps à
autre.
V. L’ÉVALUATION
La mise en œuvre d’un projet nécessite de l’évaluer, c’est-à-dire
de déterminer si les objectifs fixés sont ou non atteints en
vue de décider de la poursuite, de l’arrêt ou du transfert des
actions.
Outre cette fonction de bilan, l’évaluation peut également avoir
une visée diagnostique et régulatrice. Dans ce cas, ce n’est pas
seulement la mise en évidence de l’atteinte ou non des objectifs
qui est attendue, il s’agit aussi de comprendre pourquoi les
résultats obtenus sont ou non conformes à ce qui était visé. Ce
type d’évaluation permet de réorienter le projet en cours de
route et/ou de déterminer ce qui sera modifié lorsque celui-ci
sera réitéré ou transféré.
« Mettre en œuvre un projet signifie passer à l’action, mettre
en place sur le terrain et concrétiser le projet pensé. »
27
L’évaluation du projet peut être effectuée selon trois axes
distincts : (1) l’axe des performances, (2) l’axe des processus et
(3) l’axe des perceptions. L’évaluation selon l’axe des
performances consiste à déterminer dans quelle mesure le projet
permet d’atteindre les objectifs visés. L’évaluation selon l’axe
des processus vise à mettre en évidence le développement et
l’évolution des pratiques. Cette évaluation ne s’intéresse pas
directement aux résultats attendus mais à la manière dont ces
résultats ont été obtenus. Enfin, l’évaluation des perceptions
permet d’identifier les représentations des acteurs impliqués
dans le projet.
 Sachez quoi, comment et pourquoi évaluer.
 Identifiez et analysez les difficultés éventuelles dans la
mise en œuvre du projet.
 Recourez au feed-back et envisagez des pistes de régulation
face aux différentes situations avec vos collègues.
 Pratiquez l’auto-évaluation par rapport à vos propres
actions.
 Dans quelle mesure le projet permet-il d’atteindre les
objectifs visés ?
 Dans quelle mesure le projet a-t-il fait évoluer les
pratiques ?
 Quelles sont les représentations des acteurs au sujet du
projet et de ses répercussions ?
28
« Evaluer est une opération complexe qui combine plusieurs
opérations :
- recueillir des données suffisamment pertinentes, valides
et fiables ;
- pour les comparer à des critères adéquats à des objectifs
déterminés et les traduire en informations ;
- en vue de tirer éventuellement de cette comparaison un
jugement de valeur explicite ;
- et de prendre des décisions » (Aubert-Lotarski et al.,
2006, p.41).
Ce processus d’évaluation nécessite de définir des critères et
de construire des indicateurs au départ desquels un diagnostic
est réalisé. Les critères servent de base à un jugement tandis
que les indicateurs sont des éléments mesurables, quantitatifs
ou qualitatifs, « manifestant la présence ou l’obtention d’un effet
escompté » (Aubert-Lotarski et al., 2006, p.98).
Dans le cadre d’un projet d’innovation pédagogique, les critères
pourraient par exemple être exprimés de cette manière :
- degré de satisfaction des élèves en fin d’année exprimé par un
questionnaire anonyme ;
- qualité des décisions prises lors de la délibération de fin d’année,
degré de crainte à exprimer ses difficultés, degré de précision
des difficultés exprimées ;
- etc.
Les indicateurs pourraient quant à eux être représentés comme
suit :
- taux d’échecs de moins de 10% en juin ;
- 80% des élèves expriment leur satisfaction à au moins 7
questions sur 10 au questionnaire anonyme administré en fin
d’année ;
- les 10 enseignants ayant participé au projet décident de
continuer l’année prochaine ;
- au moins 3 enseignants supplémentaires viennent s’ajouter à
l’opération ;
- etc.
29
VI. L’INSTITUTIONNALISATION ET LA
PÉRENNISATION
D’après Brodin (2002), le processus d’innovation peut se réaliser
en trois phases : (1) l’expérimentation-pilote, (2) les adaptations
aux réalités du terrain et (3) l’institutionnalisation ou
généralisation. Au cours de la première phase, les équipes
procèdent par essais et tâtonnements. Ensuite, elles
s’approprient le projet, lui donnent du sens par rapport aux
réalités de terrain. Enfin, vient le moment de
l’institutionnalisation du projet. Autrement dit, le projet
expérimenté fait partie intégrante de l’école en s’inscrivant dans
son projet d’établissement. Sous-tendant les valeurs défendues
par l’équipe pédagogique au sens large, le projet devient
« normalisé ».
Ainsi, plus les membres de l’organisation se sentent concernés
par la problématique traitée et sont conscients du problème, plus
ils sont motivés à agir et ont tendance à adopter le dispositif
proposé. Cela influence le rythme et le degré de diffusion ainsi
que la durée du maintien d’une innovation.
30
VII. LE TRANSFERT
Le partage et la diffusion de nouvelles pratiques permettent à un
projet d’être porteur de sens tant pour la communauté éducative
que pour le système éducatif.
Cependant, le transfert d’un projet expérimenté dans une école
ne consiste pas en une reproduction exacte de ce qui s’y fait. Il
s’agit avant tout de s’inspirer de la philosophie et de la
méthodologie du projet et d’adapter les méthodes déjà mises en
pratique ailleurs dans un nouveau contexte.
L’étude du contexte, du processus en lui-même ainsi que des
résultats de l’école en question permet de comprendre et de
situer l’action menée.
 Si vous souhaitez vous lancer dans un projet déjà
expérimenté par une autre école, soyez attentifs aux points
suivants :
- le contexte dans lequel s’est inscrit le projet ;
- les éléments déterminant l’émergence et la mise en
œuvre du projet ;
- les ressources mobilisées ;
- les résultats.
31
En synthèse, la figure suivante illustre de manière détaillée les
différentes étapes d’un projet.
Figure 3 - Vision détaillée des étapes d'un projet d'éducation ou de formation
33
VIII. POUR ALLER PLUS LOIN
Un des objectifs du projet « Expairs » vise à favoriser le partage
de pratiques entre établissements scolaires. Une plateforme
internet proposant des ressources théoriques et pratiques sur
l’enseignement qualifiant, l’orientation, la gestion de projet est
accessible. Nous vous invitons à la consulter.
La plateforme Internet met à disposition des documents à
destination des acteurs de terrain.
Adresse : http://www.expairs.be
35
IX. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
Brodin, E. (2002). Innovation, instrumentation technologique de
l'apprentissage des langues : des schèmes d'action aux modèles
de pratiques émergentes. Apprentissage des langues et systèmes
d'information et de communication. 5, 2, 149-181. En ligne :
http://alsic.revues.org/2070
Circulaire n°3972 du 23/04/2012. Appel à candidature pour les
établissements scolaires au projet « Expérimenter au service de
la réussite des élèves de 3ème professionnelle ». En ligne :
http://www.gallilex.cfwb.be/document/pdf/37132_000.pdf
Desgagné, S. & Bednarz, N. (2005). Médiation entre recherche et
pratique en éducation : faire de la recherche « avec » plutôt que
« sur » les praticiens. Revue des sciences de l'éducation. 31, 2,
245-258. En ligne : http://ife.ens-
lyon.fr/lea/outils/ressources/articles-scientifiques/mediation-
entre-recherche-et-pratique-en-education-desgagne-2005
Figari, G. (1991). Etudes sur la démarche de projet : Recherche d’un
référentiel pour le projet éducatif d’un établissement. Revue
française de pédagogie. 94, 49-62. En ligne :
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfp_05
56-7807_1991_num_94_1_1366
Figari, G. (1994). Evaluer quel référentiel ? Bruxelles : De Boeck.
Hadji, Ch. (1992). Penser et agir l’éducation. Paris : ESF.
Marchat, H. (2010). Le kit du chef de projet. Eyrolles : Editions
d’Organisation.
Roegiers, X. (2007). Analyser une action d’éducation ou de
formation : Analyser les programmes, les plans et les projets
d’éducation ou de formation pour mieux les élaborer, les réaliser
et les évaluer. De Boeck : Bruxelles.
37
X. TABLE DES MATIERES
Avant-propos................................................................... 9
Quelle est l’origine de ce guide méthodologique ?....................9
A quoi sert ce guide méthodologique et à qui se destine-t-il ?10
Comment se présente ce guide méthodologique ? ..................10
I. Introduction............................................................. 11
II. Le déclencheur du projet.......................................... 12
III. L’élaboration du projet............................................. 12
a. S’interroger sur le contexte dans lequel on évolue.........13
 Les besoins des acteurs ..................................................................................14
 Le fonctionnement de l’établissement scolaire ................................17
 Le cadre de référence : les normes, les lois, les règlements....19
b. Choisir un cap.................................................................21
c. Formuler des objectifs précis .........................................23
 Structurer le projet............................................................................................24
IV. La mise en œuvre des actions .................................. 26
V. L’évaluation ............................................................. 26
VI. L’institutionnalisation et la pérennisation ................ 28
VII. Le transfert .............................................................. 30
VIII. Pour aller plus loin ................................................... 33
IX. Références bibliographiques .................................... 35
OUTILS PÉDAGOGIQUES ET PUBLICATIONS
RÉALISÉS À L’INSTITUT D’ADMINISTRATION
SCOLAIRE
Valises pédagogiques
L’Energithèque : valise pédagogique destinée au premier degré de
l’enseignement secondaire dans le cadre du cours d’éveil scientifique.
Thématiques développées : l’électricité et les transformations d’énergie.
 Présentation de la valise :
http://portail.umons.ac.be/FR/universite/facultes/fpse/serviceseetr/meth
odo/recherches/recherches_en_cours/Pages/Energith%C3%A8que.aspx
 Dossiers téléchargeables et vidéos :
http://portail.umons.ac.be/FR/universite/facultes/fpse/serviceseetr/meth
odo/publications/Pages/Valisesp%C3%A9dagogiques.aspx
La Mécanithèque : valise pédagogique destinée à la fin de l’étape 2 de
l’enseignement primaire, dans le cadre du cours d’éveil scientifique.
Thématiques développées : les machines simples (engrenages, poulies, plan
incliné et leviers).
 Présentation de la valise :
http://portail.umons.ac.be/FR/universite/facultes/fpse/serviceseetr/meth
odo/recherches/recherches_en_cours/Pages/M%C3%A9canith%C3%A8q
ue.aspx
 Dossiers téléchargeables et vidéos :
http://portail.umons.ac.be/FR/universite/facultes/fpse/serviceseetr/meth
odo/publications/Pages/Valisesp%C3%A9dagogiques.aspx#meca
L’Aérothèque : valise pédagogique destinée à la fin de l’étape 2 de
l’enseignement primaire, dans le cadre du cours d’éveil scientifique.
Thématiques développées : l’air, la chaleur et la pression atmosphérique.
 Présentation de la valise :
http://portail.umons.ac.be/FR/universite/facultes/fpse/serviceseetr/metho
do/recherches/recherches_en_cours/Pages/A%C3%A9roth%C3%A8que.a
spx
 Dossiers téléchargeables et vidéos :
http://portail.umons.ac.be/FR/universite/facultes/fpse/serviceseetr/metho
do/publications/Pages/Valisesp%C3%A9dagogiques.aspx#air
Outils orientants
L’équipe scientifique travaille sur le concept d’approche orientante et a créé de
nombreux outils orientants destinés à différents publics (parents, enseignants,
acteurs de l’orientation). Ceux-ci se présentent sous différentes formes : jeu,
capsules vidéo, fascicules, dépliants d'information, etc.
Ces outils ainsi que leur description sont disponibles à l’adresse suivante :
http://portail.umons.ac.be/FR/universite/facultes/fpse/serviceseetr/methodo/rec
herches/recherches_en_cours/Pages/AO-sommaire.aspx
Le diagnostic et la remédiation immédiate
Dans le cadre de différentes recherches, l’équipe de recherche a élaboré des
fascicules sur la remédiation immédiate ainsi que sur le diagnostic de la maitrise
des compétences.
La remédiation immédiate :
http://portail.umons.ac.be/FR/universite/facultes/fpse/serviceseetr/methodo/rec
herches/recherches_finalis%C3%A9es/Documents/Fascicule_Remediation-%20i
mmediate_complet.pdf
Le diagnostic de la maitrise de compétences, un exemple dans le
domaine du traitement de données :
http://portail.umons.ac.be/FR/universite/facultes/fpse/serviceseetr/methodo/rec
herches/recherches_finalis%C3%A9es/Documents/076_201011_Fascicule_Diagn
ostic.pdf
Institut d'Administration Scolaire (INAS)
Faculté de Psychologie et des Sciences de l'Education
Université de Mons (UMONS)
Place du Parc 18, B-7000 Mons
Tél : +32 (0)65 37 31 90
Fax : +32 (0)65 37 37 74
http://www.umons.ac.be/inas

Contenu connexe

Tendances

Introduction à la communication interpersonnelle
Introduction à la communication interpersonnelleIntroduction à la communication interpersonnelle
Introduction à la communication interpersonnellemaggica
 
110627 soutenance memoire
110627 soutenance memoire110627 soutenance memoire
110627 soutenance memoireJeenuuke
 
Conduite et gestion de projet
Conduite et gestion de projetConduite et gestion de projet
Conduite et gestion de projetJCI Ariana
 
Certification iso 9001
Certification iso 9001Certification iso 9001
Certification iso 9001Hervé Faltot
 
Les 8 principes du management de la qualité
Les 8 principes du management de la qualitéLes 8 principes du management de la qualité
Les 8 principes du management de la qualitéEcoute & Qualité
 
Carte d'identité du processus Gestion des ressources humaines.doc
Carte d'identité du processus Gestion des ressources humaines.docCarte d'identité du processus Gestion des ressources humaines.doc
Carte d'identité du processus Gestion des ressources humaines.docAyoub ELBAKIRI
 
Construire son projet professionnel
Construire son projet professionnelConstruire son projet professionnel
Construire son projet professionnelBaltazar FRANCISCO
 
Traitement de Réclamation clients
Traitement de Réclamation clientsTraitement de Réclamation clients
Traitement de Réclamation clientsGhalla Chikh
 
MANAGEMENT QUALITE (1).pdf
MANAGEMENT QUALITE (1).pdfMANAGEMENT QUALITE (1).pdf
MANAGEMENT QUALITE (1).pdfyossracherkaoui
 
Point 4. Principes généraux du controle de qualité
Point 4. Principes généraux du controle de qualité Point 4. Principes généraux du controle de qualité
Point 4. Principes généraux du controle de qualité Soils FAO-GSP
 
Webinaire - La matrice pouvoir et intérêt
Webinaire - La matrice pouvoir et intérêtWebinaire - La matrice pouvoir et intérêt
Webinaire - La matrice pouvoir et intérêtPMI-Montréal
 
management qualité
management qualitémanagement qualité
management qualitéIhab Anfawi
 
Atelier cohésion d'équipe
Atelier cohésion d'équipeAtelier cohésion d'équipe
Atelier cohésion d'équipeEnactusFrance
 
Management des risques - Support de cours - ibtissam el hassani-2015-2016
Management des risques - Support de cours -  ibtissam el hassani-2015-2016Management des risques - Support de cours -  ibtissam el hassani-2015-2016
Management des risques - Support de cours - ibtissam el hassani-2015-2016ibtissam el hassani
 

Tendances (20)

Présentation Qualité ISO
Présentation Qualité ISOPrésentation Qualité ISO
Présentation Qualité ISO
 
Introduction à la communication interpersonnelle
Introduction à la communication interpersonnelleIntroduction à la communication interpersonnelle
Introduction à la communication interpersonnelle
 
110627 soutenance memoire
110627 soutenance memoire110627 soutenance memoire
110627 soutenance memoire
 
Conduite et gestion de projet
Conduite et gestion de projetConduite et gestion de projet
Conduite et gestion de projet
 
Assurance qualité
Assurance qualitéAssurance qualité
Assurance qualité
 
Le PDCA
Le PDCA Le PDCA
Le PDCA
 
Les outils du management de la qualite
Les outils du management de la qualiteLes outils du management de la qualite
Les outils du management de la qualite
 
Certification iso 9001
Certification iso 9001Certification iso 9001
Certification iso 9001
 
Les 8 principes du management de la qualité
Les 8 principes du management de la qualitéLes 8 principes du management de la qualité
Les 8 principes du management de la qualité
 
Carte d'identité du processus Gestion des ressources humaines.doc
Carte d'identité du processus Gestion des ressources humaines.docCarte d'identité du processus Gestion des ressources humaines.doc
Carte d'identité du processus Gestion des ressources humaines.doc
 
Construire son projet professionnel
Construire son projet professionnelConstruire son projet professionnel
Construire son projet professionnel
 
Traitement de Réclamation clients
Traitement de Réclamation clientsTraitement de Réclamation clients
Traitement de Réclamation clients
 
Rapport audit one
Rapport audit oneRapport audit one
Rapport audit one
 
MANAGEMENT QUALITE (1).pdf
MANAGEMENT QUALITE (1).pdfMANAGEMENT QUALITE (1).pdf
MANAGEMENT QUALITE (1).pdf
 
Point 4. Principes généraux du controle de qualité
Point 4. Principes généraux du controle de qualité Point 4. Principes généraux du controle de qualité
Point 4. Principes généraux du controle de qualité
 
Webinaire - La matrice pouvoir et intérêt
Webinaire - La matrice pouvoir et intérêtWebinaire - La matrice pouvoir et intérêt
Webinaire - La matrice pouvoir et intérêt
 
management qualité
management qualitémanagement qualité
management qualité
 
Atelier cohésion d'équipe
Atelier cohésion d'équipeAtelier cohésion d'équipe
Atelier cohésion d'équipe
 
Management des risques - Support de cours - ibtissam el hassani-2015-2016
Management des risques - Support de cours -  ibtissam el hassani-2015-2016Management des risques - Support de cours -  ibtissam el hassani-2015-2016
Management des risques - Support de cours - ibtissam el hassani-2015-2016
 
Fiche de demande de modification
Fiche de demande de modificationFiche de demande de modification
Fiche de demande de modification
 

En vedette

Topic 5 audit evidence and auditing procedure
Topic 5 audit evidence and auditing procedureTopic 5 audit evidence and auditing procedure
Topic 5 audit evidence and auditing proceduresakura rena
 
Arens12e 07
Arens12e 07Arens12e 07
Arens12e 07John Sy
 
Relationship of types of evidence to audit objectives
Relationship of types of evidence to audit objectivesRelationship of types of evidence to audit objectives
Relationship of types of evidence to audit objectivesAshleigh Vonne Dugay
 
Audit Check List
Audit Check ListAudit Check List
Audit Check Listspschandel
 
Topic 5 audit evidence and auditing procedure (2)
Topic 5 audit evidence and auditing procedure (2)Topic 5 audit evidence and auditing procedure (2)
Topic 5 audit evidence and auditing procedure (2)sakura rena
 
Audit evidence a framework (ppt ch7[1].pdf)
Audit evidence  a framework (ppt ch7[1].pdf)Audit evidence  a framework (ppt ch7[1].pdf)
Audit evidence a framework (ppt ch7[1].pdf)bagarza
 
Audit Evidence
Audit EvidenceAudit Evidence
Audit Evidencemsameha
 
Audit planning and analytical procedures (jzanzig auditing ch 7 lecture)
Audit planning and analytical procedures (jzanzig auditing ch 7 lecture)Audit planning and analytical procedures (jzanzig auditing ch 7 lecture)
Audit planning and analytical procedures (jzanzig auditing ch 7 lecture)bagarza
 

En vedette (16)

035
035035
035
 
Evidence audit
Evidence auditEvidence audit
Evidence audit
 
Audit 1
Audit 1Audit 1
Audit 1
 
Topic 5 audit evidence and auditing procedure
Topic 5 audit evidence and auditing procedureTopic 5 audit evidence and auditing procedure
Topic 5 audit evidence and auditing procedure
 
Arens12e 07
Arens12e 07Arens12e 07
Arens12e 07
 
Relationship of types of evidence to audit objectives
Relationship of types of evidence to audit objectivesRelationship of types of evidence to audit objectives
Relationship of types of evidence to audit objectives
 
P7 Audit evidence
P7 Audit evidenceP7 Audit evidence
P7 Audit evidence
 
Audit Check List
Audit Check ListAudit Check List
Audit Check List
 
Topic 5 audit evidence and auditing procedure (2)
Topic 5 audit evidence and auditing procedure (2)Topic 5 audit evidence and auditing procedure (2)
Topic 5 audit evidence and auditing procedure (2)
 
Audit evidence a framework (ppt ch7[1].pdf)
Audit evidence  a framework (ppt ch7[1].pdf)Audit evidence  a framework (ppt ch7[1].pdf)
Audit evidence a framework (ppt ch7[1].pdf)
 
Audit Evidence
Audit EvidenceAudit Evidence
Audit Evidence
 
Audit Evidence Presentation
Audit Evidence PresentationAudit Evidence Presentation
Audit Evidence Presentation
 
Audit procedures
Audit proceduresAudit procedures
Audit procedures
 
Audit planning and analytical procedures (jzanzig auditing ch 7 lecture)
Audit planning and analytical procedures (jzanzig auditing ch 7 lecture)Audit planning and analytical procedures (jzanzig auditing ch 7 lecture)
Audit planning and analytical procedures (jzanzig auditing ch 7 lecture)
 
Audit evidence
Audit evidenceAudit evidence
Audit evidence
 
9. audit evidence
9. audit evidence9. audit evidence
9. audit evidence
 

Similaire à Les étapes de la mise en place d'un projet

Les clés de la reussite de la mise en place d'un projet
Les clés de la reussite de la mise en place d'un projetLes clés de la reussite de la mise en place d'un projet
Les clés de la reussite de la mise en place d'un projetخالد المشكوري
 
Les fonctions tutorales dans la formation des cadres : permanence et révoluti...
Les fonctions tutorales dans la formation des cadres : permanence et révoluti...Les fonctions tutorales dans la formation des cadres : permanence et révoluti...
Les fonctions tutorales dans la formation des cadres : permanence et révoluti...tad10
 
Vademecum innovation
Vademecum innovationVademecum innovation
Vademecum innovationfcolombat
 
La formation continue à l'ICE de l'UAB
La formation continue à l'ICE de l'UABLa formation continue à l'ICE de l'UAB
La formation continue à l'ICE de l'UABformlle
 
Mixité accompagner une équipe
Mixité   accompagner une équipeMixité   accompagner une équipe
Mixité accompagner une équipeJacques DUBOIS
 
Scénarisation d'un cours en ligne sous 5 axes
Scénarisation d'un cours en ligne sous 5 axesScénarisation d'un cours en ligne sous 5 axes
Scénarisation d'un cours en ligne sous 5 axesAntonia Rizakou
 
Le SoTL comme voie de développement professionnel
Le SoTL comme voie de développement professionnelLe SoTL comme voie de développement professionnel
Le SoTL comme voie de développement professionnelAmaury Daele
 
Appropriation de l’analyse de vidéo pour le développement continu d’enseignan...
Appropriation de l’analyse de vidéo pour le développement continu d’enseignan...Appropriation de l’analyse de vidéo pour le développement continu d’enseignan...
Appropriation de l’analyse de vidéo pour le développement continu d’enseignan...Université de Sherbrooke
 
methode_Andragogie_adulte_FA_2012_2013.pdf
methode_Andragogie_adulte_FA_2012_2013.pdfmethode_Andragogie_adulte_FA_2012_2013.pdf
methode_Andragogie_adulte_FA_2012_2013.pdfjoelamefiam
 
Développement professionnel d’enseignants du supérieur : l’impact d’un dispos...
Développement professionnel d’enseignants du supérieur : l’impact d’un dispos...Développement professionnel d’enseignants du supérieur : l’impact d’un dispos...
Développement professionnel d’enseignants du supérieur : l’impact d’un dispos...Université de Sherbrooke
 
Illustration du rôle d’un intermédiaire en soutien au développement pédagogiq...
Illustration du rôle d’un intermédiaire en soutien au développement pédagogiq...Illustration du rôle d’un intermédiaire en soutien au développement pédagogiq...
Illustration du rôle d’un intermédiaire en soutien au développement pédagogiq...plgctreq
 
Manuel de formation des formateurs
Manuel de formation des formateursManuel de formation des formateurs
Manuel de formation des formateursJamaity
 
Les raisons d'un référentiel de compétences professionnelles
Les raisons d'un référentiel de compétences professionnelles Les raisons d'un référentiel de compétences professionnelles
Les raisons d'un référentiel de compétences professionnelles Melissa Johnen
 
Enseignement et formation à distance : éléments de construction
Enseignement et formation à distance : éléments de constructionEnseignement et formation à distance : éléments de construction
Enseignement et formation à distance : éléments de constructionFranciscoMG
 
M1 2016 - devenir enseigt - syst educ
M1 2016 - devenir enseigt - syst educM1 2016 - devenir enseigt - syst educ
M1 2016 - devenir enseigt - syst educPhilippe Watrelot
 
Sur le chemin de l’impact de l’EaD-SI " : une publication Educasol- F3E
Sur le chemin de l’impact de l’EaD-SI " : une publication Educasol- F3ESur le chemin de l’impact de l’EaD-SI " : une publication Educasol- F3E
Sur le chemin de l’impact de l’EaD-SI " : une publication Educasol- F3EAsso Asah
 
Triangle didactique
Triangle didactiqueTriangle didactique
Triangle didactiqueamelielouis
 
La politique documentaire vers 6 gps
La politique documentaire vers 6 gpsLa politique documentaire vers 6 gps
La politique documentaire vers 6 gpsBldine
 
L'e-portfolio d'apprentissage: un outil au service d'une articulation théorie...
L'e-portfolio d'apprentissage: un outil au service d'une articulation théorie...L'e-portfolio d'apprentissage: un outil au service d'une articulation théorie...
L'e-portfolio d'apprentissage: un outil au service d'une articulation théorie...Matthieu Petit
 

Similaire à Les étapes de la mise en place d'un projet (20)

Les clés de la reussite de la mise en place d'un projet
Les clés de la reussite de la mise en place d'un projetLes clés de la reussite de la mise en place d'un projet
Les clés de la reussite de la mise en place d'un projet
 
Les fonctions tutorales dans la formation des cadres : permanence et révoluti...
Les fonctions tutorales dans la formation des cadres : permanence et révoluti...Les fonctions tutorales dans la formation des cadres : permanence et révoluti...
Les fonctions tutorales dans la formation des cadres : permanence et révoluti...
 
Vademecum innovation
Vademecum innovationVademecum innovation
Vademecum innovation
 
La formation continue à l'ICE de l'UAB
La formation continue à l'ICE de l'UABLa formation continue à l'ICE de l'UAB
La formation continue à l'ICE de l'UAB
 
Mixité accompagner une équipe
Mixité   accompagner une équipeMixité   accompagner une équipe
Mixité accompagner une équipe
 
Scénarisation d'un cours en ligne sous 5 axes
Scénarisation d'un cours en ligne sous 5 axesScénarisation d'un cours en ligne sous 5 axes
Scénarisation d'un cours en ligne sous 5 axes
 
Le SoTL comme voie de développement professionnel
Le SoTL comme voie de développement professionnelLe SoTL comme voie de développement professionnel
Le SoTL comme voie de développement professionnel
 
Appropriation de l’analyse de vidéo pour le développement continu d’enseignan...
Appropriation de l’analyse de vidéo pour le développement continu d’enseignan...Appropriation de l’analyse de vidéo pour le développement continu d’enseignan...
Appropriation de l’analyse de vidéo pour le développement continu d’enseignan...
 
methode_Andragogie_adulte_FA_2012_2013.pdf
methode_Andragogie_adulte_FA_2012_2013.pdfmethode_Andragogie_adulte_FA_2012_2013.pdf
methode_Andragogie_adulte_FA_2012_2013.pdf
 
Développement professionnel d’enseignants du supérieur : l’impact d’un dispos...
Développement professionnel d’enseignants du supérieur : l’impact d’un dispos...Développement professionnel d’enseignants du supérieur : l’impact d’un dispos...
Développement professionnel d’enseignants du supérieur : l’impact d’un dispos...
 
Illustration du rôle d’un intermédiaire en soutien au développement pédagogiq...
Illustration du rôle d’un intermédiaire en soutien au développement pédagogiq...Illustration du rôle d’un intermédiaire en soutien au développement pédagogiq...
Illustration du rôle d’un intermédiaire en soutien au développement pédagogiq...
 
Manuel de formation des formateurs
Manuel de formation des formateursManuel de formation des formateurs
Manuel de formation des formateurs
 
Les raisons d'un référentiel de compétences professionnelles
Les raisons d'un référentiel de compétences professionnelles Les raisons d'un référentiel de compétences professionnelles
Les raisons d'un référentiel de compétences professionnelles
 
Enseignement et formation à distance : éléments de construction
Enseignement et formation à distance : éléments de constructionEnseignement et formation à distance : éléments de construction
Enseignement et formation à distance : éléments de construction
 
M1 2016 - devenir enseigt - syst educ
M1 2016 - devenir enseigt - syst educM1 2016 - devenir enseigt - syst educ
M1 2016 - devenir enseigt - syst educ
 
Sur le chemin de l’impact de l’EaD-SI " : une publication Educasol- F3E
Sur le chemin de l’impact de l’EaD-SI " : une publication Educasol- F3ESur le chemin de l’impact de l’EaD-SI " : une publication Educasol- F3E
Sur le chemin de l’impact de l’EaD-SI " : une publication Educasol- F3E
 
Les TIC de l'errance
Les TIC de l'erranceLes TIC de l'errance
Les TIC de l'errance
 
Triangle didactique
Triangle didactiqueTriangle didactique
Triangle didactique
 
La politique documentaire vers 6 gps
La politique documentaire vers 6 gpsLa politique documentaire vers 6 gps
La politique documentaire vers 6 gps
 
L'e-portfolio d'apprentissage: un outil au service d'une articulation théorie...
L'e-portfolio d'apprentissage: un outil au service d'une articulation théorie...L'e-portfolio d'apprentissage: un outil au service d'une articulation théorie...
L'e-portfolio d'apprentissage: un outil au service d'une articulation théorie...
 

Plus de خالد المشكوري

فن ضبط النظام داخل القسم
فن ضبط النظام داخل القسمفن ضبط النظام داخل القسم
فن ضبط النظام داخل القسمخالد المشكوري
 
Petit guide des possibilités d'utilisation du logiciel scratch en technologie
Petit guide des possibilités d'utilisation du logiciel scratch en technologiePetit guide des possibilités d'utilisation du logiciel scratch en technologie
Petit guide des possibilités d'utilisation du logiciel scratch en technologieخالد المشكوري
 
Installation et utilisation de l'extension ts mblock
Installation et utilisation de l'extension ts mblockInstallation et utilisation de l'extension ts mblock
Installation et utilisation de l'extension ts mblockخالد المشكوري
 
Les connaissances de base en électronique analogique et nume
Les connaissances de base en électronique analogique et numeLes connaissances de base en électronique analogique et nume
Les connaissances de base en électronique analogique et numeخالد المشكوري
 
ما هو رمز الاستجابة السريعة Qr code ؟ وكيف يمكن توظيفه في التعليم ؟
ما هو رمز الاستجابة السريعة Qr code ؟ وكيف يمكن توظيفه في التعليم ؟ما هو رمز الاستجابة السريعة Qr code ؟ وكيف يمكن توظيفه في التعليم ؟
ما هو رمز الاستجابة السريعة Qr code ؟ وكيف يمكن توظيفه في التعليم ؟خالد المشكوري
 
تصميم الدروس التفاعلية على موقع Ted
تصميم الدروس التفاعلية على موقع Tedتصميم الدروس التفاعلية على موقع Ted
تصميم الدروس التفاعلية على موقع Tedخالد المشكوري
 
مهام مصالح المديريات الإقليمية
مهام مصالح المديريات الإقليميةمهام مصالح المديريات الإقليمية
مهام مصالح المديريات الإقليميةخالد المشكوري
 

Plus de خالد المشكوري (20)

فن ضبط النظام داخل القسم
فن ضبط النظام داخل القسمفن ضبط النظام داخل القسم
فن ضبط النظام داخل القسم
 
ضبط النظام داخل القسم
ضبط النظام داخل القسمضبط النظام داخل القسم
ضبط النظام داخل القسم
 
Petit guide des possibilités d'utilisation du logiciel scratch en technologie
Petit guide des possibilités d'utilisation du logiciel scratch en technologiePetit guide des possibilités d'utilisation du logiciel scratch en technologie
Petit guide des possibilités d'utilisation du logiciel scratch en technologie
 
Installation et utilisation de l'extension ts mblock
Installation et utilisation de l'extension ts mblockInstallation et utilisation de l'extension ts mblock
Installation et utilisation de l'extension ts mblock
 
Evaluation SEG
Evaluation SEGEvaluation SEG
Evaluation SEG
 
Evaluation SIST
Evaluation SISTEvaluation SIST
Evaluation SIST
 
Cadres de référence STM
Cadres de référence STMCadres de référence STM
Cadres de référence STM
 
Cadres de référence STE
Cadres de référence STECadres de référence STE
Cadres de référence STE
 
Cadres de référence SGC
Cadres de référence SGCCadres de référence SGC
Cadres de référence SGC
 
Cadres de référence SE
Cadres de référence SECadres de référence SE
Cadres de référence SE
 
La mesure des puissances électriques
La mesure des puissances électriquesLa mesure des puissances électriques
La mesure des puissances électriques
 
Logiciels avec algorigrammes
Logiciels avec algorigrammesLogiciels avec algorigrammes
Logiciels avec algorigrammes
 
Dropbox
DropboxDropbox
Dropbox
 
العنف المدرسي
العنف المدرسيالعنف المدرسي
العنف المدرسي
 
Evernote
EvernoteEvernote
Evernote
 
Les connaissances de base en électronique analogique et nume
Les connaissances de base en électronique analogique et numeLes connaissances de base en électronique analogique et nume
Les connaissances de base en électronique analogique et nume
 
Tic en classe
Tic en classeTic en classe
Tic en classe
 
ما هو رمز الاستجابة السريعة Qr code ؟ وكيف يمكن توظيفه في التعليم ؟
ما هو رمز الاستجابة السريعة Qr code ؟ وكيف يمكن توظيفه في التعليم ؟ما هو رمز الاستجابة السريعة Qr code ؟ وكيف يمكن توظيفه في التعليم ؟
ما هو رمز الاستجابة السريعة Qr code ؟ وكيف يمكن توظيفه في التعليم ؟
 
تصميم الدروس التفاعلية على موقع Ted
تصميم الدروس التفاعلية على موقع Tedتصميم الدروس التفاعلية على موقع Ted
تصميم الدروس التفاعلية على موقع Ted
 
مهام مصالح المديريات الإقليمية
مهام مصالح المديريات الإقليميةمهام مصالح المديريات الإقليمية
مهام مصالح المديريات الإقليمية
 

Dernier

Quitter la nuit. pptx
Quitter        la             nuit.   pptxQuitter        la             nuit.   pptx
Quitter la nuit. pptxTxaruka
 
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...Technologia Formation
 
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"tachakourtzineb
 
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"ArchivesdeLyon
 
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...Pedago Lu
 
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.ppt
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.pptFormation IAT pour sonelgaz chlef algérie.ppt
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.pptBOULANORICHRAF
 
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024frizzole
 
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdfrapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdfOssamaLachheb
 
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctionsWebinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctionsTechnologia Formation
 
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdfPowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdfDafWafia
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter          la        nuit.    pptxQuitter          la        nuit.    pptx
Quitter la nuit. pptxTxaruka
 

Dernier (12)

Quitter la nuit. pptx
Quitter        la             nuit.   pptxQuitter        la             nuit.   pptx
Quitter la nuit. pptx
 
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
 
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
 
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
 
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
 
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.ppt
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.pptFormation IAT pour sonelgaz chlef algérie.ppt
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.ppt
 
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
 
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdfrapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
 
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctionsWebinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
 
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdfPowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter          la        nuit.    pptxQuitter          la        nuit.    pptx
Quitter la nuit. pptx
 
Traitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptx
Traitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptxTraitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptx
Traitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptx
 

Les étapes de la mise en place d'un projet

  • 1. LES ÉTAPES DE LA MISE EN PLACE D’UN PROJET Guide méthodologique Alizée Tutak, Stéphanie Malaise et Damien Canzittu UMONS - 2015 Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles
  • 2.
  • 3.
  • 4.
  • 5.
  • 6. Dépôt légal D/2015/9708/1 Imprimé en Belgique © Institut d’Administration Scolaire Université de Mons – UMONS 20, Place du Parc B-7000 Mons Document réalisé dans le cadre de la recherche « Expairs » financée par le Ministère de l’Enseignement obligatoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles et mise en œuvre par l’équipe de recherche de l’Université de Mons (2012-2014) Directeur de recherche : Marc Demeuse Chercheurs : Damien Canzittu, Stéphanie Malaise, Alizée Tutak Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles
  • 7. Ce guide méthodologique est le fruit d’un travail mené en partenariat avec les acteurs de terrain ayant participé au projet « Expairs ». Nous les remercions pour leur implication et pour les démarches pédagogiques innovantes mises à disposition de la communauté éducative.
  • 8.
  • 9.
  • 10.
  • 11. SOMMAIRE Avant-propos ........................................................................ 9 I. Introduction............................................................. 11 II. Le déclencheur du projet.......................................... 12 III. L’élaboration du projet............................................. 12 IV. La mise en œuvre des actions .................................. 26 V. L’évaluation ............................................................. 26 VI. L’institutionnalisation et la pérennisation ................ 28 VII. Le transfert .............................................................. 30 VIII. Pour aller plus loin ................................................... 33 IX. Références bibliographiques .................................... 35
  • 12.
  • 13.
  • 14. 9 AVANT-PROPOS Quelle est l’origine de ce guide méthodologique ? Ce guide méthodologique a été créé suite à la mise en œuvre de la recherche « Expairs », menée durant deux années avec le concours d’écoles secondaires ordinaires issues des différents réseaux d’enseignement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. A l’initiative du Ministre1 en charge de l’enseignement obligatoire, tous les établissements d’enseignement secondaire professionnel en Belgique francophone ont été invités à élaborer et à tester des dispositifs d’innovation pédagogique et organisationnelle visant à améliorer le rapport à l’école et à l’apprentissage des élèves du deuxième degré professionnel. Sur la base d’un appel à projet, l’équipe de recherche de l’INstitut d’Administration Scolaire (INAS) de l’Université de Mons (UMONS) a été désignée pour accompagner les 45 équipes sélectionnées dans la mise en place et l’évaluation de leur projet. Le présent guide méthodologique, intitulé « Les étapes de la mise en place d’un projet », présente les différentes phases qui jalonnent un projet, de son élaboration à sa mise en place effective. 1 Dans le document, l’emploi du masculin pour désigner des personnes n’a d’autres fins que celle d’alléger le texte.
  • 15. 10 A quoi sert ce guide méthodologique et à qui est-il destiné ? Ce guide méthodologique s’adresse à toute personne souhaitant mettre une innovation pédagogique et/ou organisationnelle en place au sein d’un établissement scolaire. Il propose des conseils pour favoriser et soutenir les équipes dans le développement de leur projet. Comment se présente ce guide méthodologique ? Pour accompagner la lecture, des encadrés thématiques ponctuent les différents chapitres. Les questions à se poser Dans ces encadrés, le lecteur est invité à s’interroger sur son vécu et à réfléchir à sa pratique. Les guides Ces encadrés fournissent au lecteur des conseils et des pistes concrètes pour réussir la mise en place d’un projet. Les paroles d’experts Ces encadrés reprennent des paroles d’experts illustrant les propos tenus.
  • 16. 11 I. INTRODUCTION Les écoles qui développent des dispositifs pédagogiques innovants partagent souvent la volonté commune de « procéder autrement par le biais d’une démarche, d’une activité ou d’une situation pédagogique nouvelle parce qu’originale, inédite ou simplement différente de la pratique antérieure » (Desgagné & Bednarz, 2005, p.14). Cependant, s’engager dans une démarche de projet ne s’improvise pas. Ce guide méthodologique présente les différentes étapes pour préparer, piloter et faire progresser un projet, depuis sa conception jusqu’à sa mise en œuvre effective. La mise en place d’un projet est un processus comportant quatre moments-clés : (1) le déclencheur du projet, (2) l’élaboration du projet, (3) la mise en œuvre du projet et (4) l’évaluation du projet. Ceux-ci sont décrits tout au long de ce guide. Figure 1 - Vision globale des étapes d'un projet d'éducation ou de formation 1. Déclencheur 2. Elaboration 3. Mise en œuvre 4. Evaluation
  • 17. 12 II. LE DÉCLENCHEUR DU PROJET La naissance d’un projet peut avoir des origines différentes. Dans certaines écoles, le projet émerge à la suite d’une réforme, d’une circulaire ou d’un appel à projets ; dans d’autres, il apparait après qu’une problématique ou un besoin particulier a été identifié. Dans tous les cas, les écoles saisissent l’opportunité présente dans l’environnement pour se mettre en projet. La première étape du processus de mise en place d’un projet consiste donc à repérer l’élément déclencheur afin notamment de retracer l’historique du projet et d’en expliquer les évolutions. III. L’ÉLABORATION DU PROJET Quelle qu’en soit l’origine, la mise en place d’un projet nécessite avant tout d’observer et d’analyser le fonctionnement de l’établissement en vue de définir les grandes orientations qui seront choisies. En effet, chaque projet d'école est singulier et dépend de facteurs tels que la culture et le climat de l’établissement, les attentes et les valeurs des intervenants ainsi que les missions qui leur sont attribuées. Un projet est également tributaire des caractéristiques des élèves et des ressources disponibles au sein de l’établissement. C’est en considérant l’ensemble de ces éléments que l’équipe est en mesure de se fixer des objectifs réalisables et de déterminer un plan d’action concret qui permet de les atteindre. La phase d’élaboration du projet débute avec la réalisation d’un travail d’analyse. Celui-ci est essentiel car c’est sur lui que va reposer toute la construction du projet. Il s’agit en quelque sorte de procéder à un recueil d’informations, de manière à obtenir
  • 18. 13 une photographie d’une situation particulière dans l’école à un moment donné. Cette pratique consiste donc à effectuer un état des lieux au cours duquel l’équipe décrit des faits ou un fonctionnement dont les données serviront à produire de l’information et de la connaissance. Cette démarche vise notamment à repérer les points forts et les points faibles du système. A ce stade, les éléments obtenus ne permettent pas de dire si le système observé est satisfaisant ou non (Aubert- Lotarski et al., 2006). Une équipe est chargée de réaliser cet état des lieux. Lors de la constitution de l’équipe, il est important de veiller à sa représentativité et par conséquent, à sa composition. L’objectif est de prendre en compte le point de vue de l’ensemble des acteurs impliqués dans le but d’obtenir une analyse de la situation dans laquelle chacun peut se reconnaitre. Idéalement, cette équipe se compose des personnes ayant décidé de se mettre en projet. Ces dernières sont accompagnées de la direction de l’établissement ainsi que de représentants des différentes catégories d’acteurs : enseignants, chefs d’atelier, éducateurs, membres du centre psycho-médico-social (CPMS)… Il est également envisageable et opportun d’associer des élèves à ce travail. a. S’interroger sur le contexte dans lequel on évolue L’étude du contexte au sein duquel le projet va s’implanter peut s’effectuer autour de trois axes : (1) les besoins des acteurs, (2) le fonctionnement de l’établissement et (3) le cadre normatif au sein duquel l’établissement évolue (Figari, 1991 ; 1994). Dans un premier temps, il s’agit d’étudier le contexte général, c’est-à-dire le cadre qui influence directement ou indirectement l’institution sur le plan politique et socio-économique (Roegiers, 2007). Si le projet est impulsé par une circulaire, il s’agit
  • 19. 14 d’étudier les libertés accordées, les ressources apportées, les contraintes imposées, etc. Dans un second temps, l’équipe étudie le contexte délimité (Figari, 1994), c’est-à-dire le contexte spécifique de l’école au travers des projets éducatifs et pédagogiques, du règlement d’ordre intérieur, etc.  Les besoins des acteurs Un projet est mis en place en vue de répondre à des besoins dont certains peuvent être formulés au niveau institutionnel. Dans le cadre du projet « Expairs » par exemple, le cabinet ministériel en charge de l’enseignement obligatoire a pointé la nécessité de « construire ensemble des dispositifs qui améliorent la réussite des élèves [de 3e année professionnelle], en maintenant les exigences de formation, voire en les augmentant » (circulaire n°3972, 2012, p.1). A côté de ces besoins liés au contexte général, on trouve les besoins spécifiques des différents acteurs impliqués dans l’organisation qui se met en projet. Les besoins exprimés par les acteurs ne constituent pas toujours des réalités objectives et correspondent à ce que les personnes « perçoivent pour elles- mêmes, pour d’autres personnes mais aussi les besoins qu’elles perçoivent pour l’institution » (Roegiers, 2007, p. 10). Ces besoins sont en quelque sorte la différence entre la situation telle que les individus la vivent et la situation idéale à leurs yeux. Prendre en compte les besoins des acteurs implique de pouvoir les identifier. En effet, certains besoins ne sont pas exprimés tels quels et nécessitent d’être reconnus. Ceux-ci se manifestent sous trois formes : (1) la formulation d’un problème rencontré, (2) l’expression d’un désir, d’un souhait et (3) la proposition d’une solution perçue comme pouvant être efficace pour mettre une action en œuvre. Lorsque l’on souhaite identifier les besoins exprimés par les différents acteurs impliqués ou visés par le projet, il est
  • 20. 15 important de varier les questions posées. Au lieu de ne poser qu’une question directe du type « Quels sont vos besoins ? », il est utile d’avoir recours à plusieurs questions interrogeant une même thématique mais formulées différemment. Ainsi, par exemple, on pourrait poser des questions de cet ordre « Dans votre pratique quotidienne, quels sont les problèmes que vous rencontrez particulièrement avec les élèves de telle année ? » ou encore, « Que pensez-vous que nous pourrions mettre en œuvre pour augmenter le taux de réussite des élèves de telle année ? » Différentes techniques telles que l’observation directe, les interviews individuelles ou collectives ou encore les questionnaires peuvent être utilisées pour mettre en évidence les besoins.
  • 21. 16 Pour accéder aux besoins des acteurs, interrogez-les au sujet des problèmes qu’ils rencontrent, au sujet des souhaits qu’ils ont pour les élèves, pour l’établissement, pour l’équipe pédagogique ou encore au sujet des solutions perçues pour régler un problème.  Selon vous, quels sont les trois problèmes les plus importants rencontrés par les élèves ?  Si vous pouviez changer une chose dans le fonctionnement de l’école, de quoi s’agirait-il ?  Si vous étiez amené à participer à un projet visant à lutter contre le décrochage scolaire, quelle(s) activité(s) souhaiteriez-vous mettre en place ?  Que pensez-vous pouvoir mettre en œuvre pour augmenter le taux de réussite des élèves de la section coiffure ?  Selon vous, que pourrions-nous développer pour éviter l’absentéisme des élèves ?
  • 22. 17  Le fonctionnement de l’établissement scolaire Pour favoriser la réussite d’un projet, ce dernier doit être cohérent par rapport au fonctionnement de l’institution dans laquelle il prend place. Trois axes permettent d’investiguer cet aspect (Roegiers, 2007) : (1) la politique de l’institution, (2) son fonctionnement et (3) ses dysfonctionnements. On peut ainsi se référer au projet d’établissement afin d’analyser la politique de l’institution. Ce document permet de repérer les valeurs de l’école ainsi que les priorités qu’elle se fixe. Appréhender le fonctionnement de l’école implique aussi d’identifier l’ensemble des intervenants, leurs rôles et les tâches qu’ils accomplissent (à l’aide d’un organigramme par exemple). Enfin, l’étude du fonctionnement de l’établissement donne l’occasion d’identifier différents indicateurs. Il peut s’agir du taux de réussite des élèves, de données relatives à l’insertion professionnelle des jeunes enseignants, du taux d’absentéisme… Ces indicateurs sont choisis sur la base du déclencheur du projet ainsi que sur la base des besoins formulés par les acteurs. Dans le cadre de la mise en place d’un projet visant à favoriser la réussite des élèves de troisième année professionnelle, comme c’était le cas du projet « Expairs », il semble par exemple intéressant d’observer les taux de réussite de ces élèves à des fins de comparaison entre les classes, sections ou filières, d’une année à une autre, etc.
  • 23. 18 Les questions vous permettront de vous interroger sur le fonctionnement de l’école.  Quelles sont les valeurs essentielles qui transparaissent au sein du projet d’établissement ?  Parmi ces valeurs, quelles sont celles que vous souhaitez privilégier au travers du projet développé ?  Quelles sont les caractéristiques des élèves ? âge ; sexe ; absentéisme ; redoublement ; …  Quels sont les enseignants qui sont déjà engagés dans un projet ?  Quels sont les enseignants susceptibles de s’engager dans la définition et la mise en place du projet ? estime de soi ; sentiment d’efficacité personnelle ; motivation ; …
  • 24. 19  Le cadre de référence : les normes, les lois, les règlements Avant de passer à l’élaboration concrète du projet, un dernier élément de contexte doit absolument faire l’objet d’une analyse : le cadre de référence. L’étude du cadre de référence consiste à mettre en évidence les règles implicites et explicites. Les règles explicites se trouvent dans le règlement d’ordre intérieur, dans les décrets et les circulaires. Les règles implicites, quant à elles, s’observent à travers l’environnement et les interactions entre les individus. L’étude du cadre de référence est très importante ; il s’agit d’une étape qui ne peut pas être négligée. En effet, pour qu’un projet puisse être mis en place, il est indispensable qu’il s’inscrive dans le cadre légal. Par exemple, on ne pourrait pas imaginer mettre en place un projet dans lequel tous les cours théoriques seraient supprimés. Même si des preuves scientifiques venaient à mettre en évidence que la suppression des cours théoriques renforce la motivation des élèves, une école ne peut pas décider de modifier la grille-horaire à sa guise. Si le projet doit respecter le cadre imposé par les règlements, il est également primordial qu’il tienne compte des règles implicites, partagées par l’ensemble des acteurs ou des groupes d’acteurs. C’est une condition indispensable pour que le projet soit accepté de tous. Prenons l’exemple d’une école où habituellement tous les vendredis midi, la salle de réunion est occupée par les chefs d’ateliers qui profitent de la pause pour faire le point sur les progrès des élèves. Dans cette école, même si cela n’est pas indiqué dans un document officiel, il est communément admis que le vendredi midi, la salle de réunion est réservée pour ce groupe. Dans le cadre de la mise en place du projet, cette donnée logistique devra être prise en compte puisqu’il sera impossible de programmer des réunions de concertation durant ce laps de temps.
  • 25. 20  Lisez attentivement le règlement d’ordre intérieur et le projet d’établissement. Ils vous informeront sur les règles à respecter et sur les objectifs spécifiques formulés par l’école.  Si le projet est impulsé par une circulaire, assurez-vous d’en connaitre le contenu. Celle-ci précisera le cadre dans lequel vous devrez vous inscrire. Pour recenser les ressources et les contraintes :  De quelles ressources matérielles disposez-vous ?  Internet, bibliothèque, salle de sport, parc, tableau blanc interactif, imprimerie…  De quelles ressources humaines bénéficiez-vous au sein de l’école ?  Enseignants, éducateurs, chefs d’ateliers, agents du CPMS…  Vers quels partenaires pouvez-vous vous tourner ?  ASBL de la région, entreprises locales…  Un budget est-il accordé ?  Certaines libertés sont-elles accordées ?  L’horaire prévoit-il des moments où les membres de l’équipe pourraient se concerter ?
  • 26. 21 b. Choisir un cap Dans un premier temps, l’équipe éducative se concerte afin de déterminer collectivement les aspects qui seront travaillés prioritairement. L’important est de s’assurer que l’orientation prise par le biais du projet rencontre un large consensus. Une fois l’orientation établie, il est alors possible de passer à l’élaboration concrète du projet. L’équipe pédagogique choisit alors de s’intéresser à l'environnement de l'école (contexte économique et social) ou aux élèves, à leur situation familiale, à leur passé scolaire, à leurs résultats, ou encore à l'école elle-même (organisation, fonctionnement, pratiques pédagogiques, activités diverses). Après avoir identifié l’élément susceptible de rallier l’ensemble de l’équipe pédagogique, la suite consiste à proposer aux enseignants et aux autres acteurs (et parfois à les convaincre) d’adhérer à la démarche. Pour accroître les chances de réussite d’un projet, il est nécessaire d'associer les différents acteurs à la démarche et d’élucider les questions de compréhension. Autour de quelle thématique votre école souhaite-t-elle travailler et axer ses priorités ? « S’orienter permet aux équipes pédagogiques de savoir où elles vont et dans quelle voie elles souhaitent engager leurs actions. »
  • 27. 22 Après cela, l’équipe réfléchit à la trame dans laquelle s’inscrit le projet. A la manière d’un scénario, elle va écrire l’histoire de ce que sera le projet avant même que celui-ci n’ait eu lieu en précisant d’une part, « les moyens à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs fixés » (Hadji, 1992, p. 50) et d’autre part, la manière dont ces moyens seront agencés, « qu’il s’agisse de matériels ou de personnes » (ibid.). En s’appuyant notamment sur l’état des lieux effectué au préalable, l’équipe de projet fixe ses priorités et envisage des actions réalisables et reconnues comme importantes par l’ensemble des intervenants. « Associez les différents intervenants et informez-les des avantages dont ils pourraient bénéficier mais également des zones d’inconfort qu’ils auront à gérer tout au long du processus. »
  • 28. 23 c. Formuler des objectifs précis La planification du projet débute avec la définition des objectifs généraux et opérationnels. Il s’agit d’une étape incontournable puisque 80 % des causes d’échecs dans les projets sont liées à deux facteurs principaux : - des objectifs peu précis ; - des rôles des acteurs mal définis (Marchat, 2010). Idéalement, les objectifs sont traduits en termes d’effets attendus et opérationnalisés à travers des indicateurs quantitatifs et/ou qualitatifs (Roegiers, 2007). Le recours à ces critères permet de mesurer l’adéquation de ces effets attendus avec les effets réellement obtenus suite à la mise en place du projet.  Formulez les objectifs spécifiques en termes de résultats quantifiables ou de comportements observables.  Donnez-vous des objectifs mobilisateurs. Distinguez ce qui est prioritaire de ce qui est souhaitable afin de mettre l’accent sur des points précis et de ne pas lister un nombre trop important d’objectifs.  Assurez-vous de la cohérence des objectifs définis de manière concertée.
  • 29. 24  Structurer le projet La phase de structuration au cours de laquelle l’équipe organise le projet dans le temps requiert une certaine dose d’anticipation, notamment pour estimer le temps alloué aux différentes phases, les ressources nécessaires en termes de personnel, etc. Cette étape s’appuie entre autres sur le recensement des ressources internes et externes2 (matérielles, financières, temporelles, etc.). Ainsi, lors de la répartition des tâches, il est important de tenir compte des forces vives de chacun des participants. Réaliser un tableau reprenant les missions jouées par les différents intervenants peut s’avérer un moyen pratique et utile pour structurer l’équipe. Le diagramme de Gantt constitue un outil graphique qui permet de visualiser l’exécution des tâches et/ou l’utilisation des ressources au cours du temps et ainsi de suivre l’état d’avancement en un coup d’œil. Figure 2 - Exemple d'un diagramme de Gantt 2 Cf. encadré bleu de la page 20.
  • 30. 25 Lors de l’élaboration du calendrier de votre projet, les questions suivantes vous permettront de délimiter les tâches et la répartition de celles-ci auprès des intervenants. Au niveau des tâches  Que devez-vous faire concrètement ? Comment allez-vous le faire ? Au niveau de la répartition des tâches entre les personnes  Qui fait quoi ? Quelles sont les associations locales, les partenaires (centres de planning, mouvements de jeunesse, clubs sportifs…) qui peuvent participer au projet ? Au niveau de la durée des tâches  Combien de temps va-t-il falloir pour réaliser telle tâche ? Au niveau du moment de réalisation de la tâche  A quel moment allez-vous réaliser telle tâche ? Au niveau des personnes chargées de la supervision des tâches  Qui est chargé de la supervision de telle tâche ?
  • 31. 26 IV. LA MISE EN ŒUVRE DES ACTIONS Au cours de la mise en œuvre des actions, l’équipe pédagogique suit le déroulement du projet et réajuste éventuellement les objectifs à atteindre. Il est important de garder à l’esprit que la vie d’un projet n’est pas un long fleuve tranquille. Les écoles et les équipes pédagogiques connaissent des périodes d’activité plus ou moins intenses, mais passent également par des phases de rupture au cours desquelles elles peuvent se sentir démotivées et manquer d’investissement. Il convient donc de ne pas céder au découragement et penser à remotiver les équipes de temps à autre. V. L’ÉVALUATION La mise en œuvre d’un projet nécessite de l’évaluer, c’est-à-dire de déterminer si les objectifs fixés sont ou non atteints en vue de décider de la poursuite, de l’arrêt ou du transfert des actions. Outre cette fonction de bilan, l’évaluation peut également avoir une visée diagnostique et régulatrice. Dans ce cas, ce n’est pas seulement la mise en évidence de l’atteinte ou non des objectifs qui est attendue, il s’agit aussi de comprendre pourquoi les résultats obtenus sont ou non conformes à ce qui était visé. Ce type d’évaluation permet de réorienter le projet en cours de route et/ou de déterminer ce qui sera modifié lorsque celui-ci sera réitéré ou transféré. « Mettre en œuvre un projet signifie passer à l’action, mettre en place sur le terrain et concrétiser le projet pensé. »
  • 32. 27 L’évaluation du projet peut être effectuée selon trois axes distincts : (1) l’axe des performances, (2) l’axe des processus et (3) l’axe des perceptions. L’évaluation selon l’axe des performances consiste à déterminer dans quelle mesure le projet permet d’atteindre les objectifs visés. L’évaluation selon l’axe des processus vise à mettre en évidence le développement et l’évolution des pratiques. Cette évaluation ne s’intéresse pas directement aux résultats attendus mais à la manière dont ces résultats ont été obtenus. Enfin, l’évaluation des perceptions permet d’identifier les représentations des acteurs impliqués dans le projet.  Sachez quoi, comment et pourquoi évaluer.  Identifiez et analysez les difficultés éventuelles dans la mise en œuvre du projet.  Recourez au feed-back et envisagez des pistes de régulation face aux différentes situations avec vos collègues.  Pratiquez l’auto-évaluation par rapport à vos propres actions.  Dans quelle mesure le projet permet-il d’atteindre les objectifs visés ?  Dans quelle mesure le projet a-t-il fait évoluer les pratiques ?  Quelles sont les représentations des acteurs au sujet du projet et de ses répercussions ?
  • 33. 28 « Evaluer est une opération complexe qui combine plusieurs opérations : - recueillir des données suffisamment pertinentes, valides et fiables ; - pour les comparer à des critères adéquats à des objectifs déterminés et les traduire en informations ; - en vue de tirer éventuellement de cette comparaison un jugement de valeur explicite ; - et de prendre des décisions » (Aubert-Lotarski et al., 2006, p.41). Ce processus d’évaluation nécessite de définir des critères et de construire des indicateurs au départ desquels un diagnostic est réalisé. Les critères servent de base à un jugement tandis que les indicateurs sont des éléments mesurables, quantitatifs ou qualitatifs, « manifestant la présence ou l’obtention d’un effet escompté » (Aubert-Lotarski et al., 2006, p.98). Dans le cadre d’un projet d’innovation pédagogique, les critères pourraient par exemple être exprimés de cette manière : - degré de satisfaction des élèves en fin d’année exprimé par un questionnaire anonyme ; - qualité des décisions prises lors de la délibération de fin d’année, degré de crainte à exprimer ses difficultés, degré de précision des difficultés exprimées ; - etc. Les indicateurs pourraient quant à eux être représentés comme suit : - taux d’échecs de moins de 10% en juin ; - 80% des élèves expriment leur satisfaction à au moins 7 questions sur 10 au questionnaire anonyme administré en fin d’année ; - les 10 enseignants ayant participé au projet décident de continuer l’année prochaine ; - au moins 3 enseignants supplémentaires viennent s’ajouter à l’opération ; - etc.
  • 34. 29 VI. L’INSTITUTIONNALISATION ET LA PÉRENNISATION D’après Brodin (2002), le processus d’innovation peut se réaliser en trois phases : (1) l’expérimentation-pilote, (2) les adaptations aux réalités du terrain et (3) l’institutionnalisation ou généralisation. Au cours de la première phase, les équipes procèdent par essais et tâtonnements. Ensuite, elles s’approprient le projet, lui donnent du sens par rapport aux réalités de terrain. Enfin, vient le moment de l’institutionnalisation du projet. Autrement dit, le projet expérimenté fait partie intégrante de l’école en s’inscrivant dans son projet d’établissement. Sous-tendant les valeurs défendues par l’équipe pédagogique au sens large, le projet devient « normalisé ». Ainsi, plus les membres de l’organisation se sentent concernés par la problématique traitée et sont conscients du problème, plus ils sont motivés à agir et ont tendance à adopter le dispositif proposé. Cela influence le rythme et le degré de diffusion ainsi que la durée du maintien d’une innovation.
  • 35. 30 VII. LE TRANSFERT Le partage et la diffusion de nouvelles pratiques permettent à un projet d’être porteur de sens tant pour la communauté éducative que pour le système éducatif. Cependant, le transfert d’un projet expérimenté dans une école ne consiste pas en une reproduction exacte de ce qui s’y fait. Il s’agit avant tout de s’inspirer de la philosophie et de la méthodologie du projet et d’adapter les méthodes déjà mises en pratique ailleurs dans un nouveau contexte. L’étude du contexte, du processus en lui-même ainsi que des résultats de l’école en question permet de comprendre et de situer l’action menée.  Si vous souhaitez vous lancer dans un projet déjà expérimenté par une autre école, soyez attentifs aux points suivants : - le contexte dans lequel s’est inscrit le projet ; - les éléments déterminant l’émergence et la mise en œuvre du projet ; - les ressources mobilisées ; - les résultats.
  • 36. 31 En synthèse, la figure suivante illustre de manière détaillée les différentes étapes d’un projet. Figure 3 - Vision détaillée des étapes d'un projet d'éducation ou de formation
  • 37.
  • 38. 33 VIII. POUR ALLER PLUS LOIN Un des objectifs du projet « Expairs » vise à favoriser le partage de pratiques entre établissements scolaires. Une plateforme internet proposant des ressources théoriques et pratiques sur l’enseignement qualifiant, l’orientation, la gestion de projet est accessible. Nous vous invitons à la consulter. La plateforme Internet met à disposition des documents à destination des acteurs de terrain. Adresse : http://www.expairs.be
  • 39.
  • 40. 35 IX. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES Brodin, E. (2002). Innovation, instrumentation technologique de l'apprentissage des langues : des schèmes d'action aux modèles de pratiques émergentes. Apprentissage des langues et systèmes d'information et de communication. 5, 2, 149-181. En ligne : http://alsic.revues.org/2070 Circulaire n°3972 du 23/04/2012. Appel à candidature pour les établissements scolaires au projet « Expérimenter au service de la réussite des élèves de 3ème professionnelle ». En ligne : http://www.gallilex.cfwb.be/document/pdf/37132_000.pdf Desgagné, S. & Bednarz, N. (2005). Médiation entre recherche et pratique en éducation : faire de la recherche « avec » plutôt que « sur » les praticiens. Revue des sciences de l'éducation. 31, 2, 245-258. En ligne : http://ife.ens- lyon.fr/lea/outils/ressources/articles-scientifiques/mediation- entre-recherche-et-pratique-en-education-desgagne-2005 Figari, G. (1991). Etudes sur la démarche de projet : Recherche d’un référentiel pour le projet éducatif d’un établissement. Revue française de pédagogie. 94, 49-62. En ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfp_05 56-7807_1991_num_94_1_1366 Figari, G. (1994). Evaluer quel référentiel ? Bruxelles : De Boeck. Hadji, Ch. (1992). Penser et agir l’éducation. Paris : ESF. Marchat, H. (2010). Le kit du chef de projet. Eyrolles : Editions d’Organisation. Roegiers, X. (2007). Analyser une action d’éducation ou de formation : Analyser les programmes, les plans et les projets d’éducation ou de formation pour mieux les élaborer, les réaliser et les évaluer. De Boeck : Bruxelles.
  • 41.
  • 42. 37 X. TABLE DES MATIERES Avant-propos................................................................... 9 Quelle est l’origine de ce guide méthodologique ?....................9 A quoi sert ce guide méthodologique et à qui se destine-t-il ?10 Comment se présente ce guide méthodologique ? ..................10 I. Introduction............................................................. 11 II. Le déclencheur du projet.......................................... 12 III. L’élaboration du projet............................................. 12 a. S’interroger sur le contexte dans lequel on évolue.........13  Les besoins des acteurs ..................................................................................14  Le fonctionnement de l’établissement scolaire ................................17  Le cadre de référence : les normes, les lois, les règlements....19 b. Choisir un cap.................................................................21 c. Formuler des objectifs précis .........................................23  Structurer le projet............................................................................................24 IV. La mise en œuvre des actions .................................. 26 V. L’évaluation ............................................................. 26 VI. L’institutionnalisation et la pérennisation ................ 28 VII. Le transfert .............................................................. 30 VIII. Pour aller plus loin ................................................... 33 IX. Références bibliographiques .................................... 35
  • 43.
  • 44. OUTILS PÉDAGOGIQUES ET PUBLICATIONS RÉALISÉS À L’INSTITUT D’ADMINISTRATION SCOLAIRE Valises pédagogiques L’Energithèque : valise pédagogique destinée au premier degré de l’enseignement secondaire dans le cadre du cours d’éveil scientifique. Thématiques développées : l’électricité et les transformations d’énergie.  Présentation de la valise : http://portail.umons.ac.be/FR/universite/facultes/fpse/serviceseetr/meth odo/recherches/recherches_en_cours/Pages/Energith%C3%A8que.aspx  Dossiers téléchargeables et vidéos : http://portail.umons.ac.be/FR/universite/facultes/fpse/serviceseetr/meth odo/publications/Pages/Valisesp%C3%A9dagogiques.aspx La Mécanithèque : valise pédagogique destinée à la fin de l’étape 2 de l’enseignement primaire, dans le cadre du cours d’éveil scientifique. Thématiques développées : les machines simples (engrenages, poulies, plan incliné et leviers).  Présentation de la valise : http://portail.umons.ac.be/FR/universite/facultes/fpse/serviceseetr/meth odo/recherches/recherches_en_cours/Pages/M%C3%A9canith%C3%A8q ue.aspx  Dossiers téléchargeables et vidéos : http://portail.umons.ac.be/FR/universite/facultes/fpse/serviceseetr/meth odo/publications/Pages/Valisesp%C3%A9dagogiques.aspx#meca L’Aérothèque : valise pédagogique destinée à la fin de l’étape 2 de l’enseignement primaire, dans le cadre du cours d’éveil scientifique. Thématiques développées : l’air, la chaleur et la pression atmosphérique.  Présentation de la valise : http://portail.umons.ac.be/FR/universite/facultes/fpse/serviceseetr/metho do/recherches/recherches_en_cours/Pages/A%C3%A9roth%C3%A8que.a spx  Dossiers téléchargeables et vidéos : http://portail.umons.ac.be/FR/universite/facultes/fpse/serviceseetr/metho do/publications/Pages/Valisesp%C3%A9dagogiques.aspx#air
  • 45. Outils orientants L’équipe scientifique travaille sur le concept d’approche orientante et a créé de nombreux outils orientants destinés à différents publics (parents, enseignants, acteurs de l’orientation). Ceux-ci se présentent sous différentes formes : jeu, capsules vidéo, fascicules, dépliants d'information, etc. Ces outils ainsi que leur description sont disponibles à l’adresse suivante : http://portail.umons.ac.be/FR/universite/facultes/fpse/serviceseetr/methodo/rec herches/recherches_en_cours/Pages/AO-sommaire.aspx Le diagnostic et la remédiation immédiate Dans le cadre de différentes recherches, l’équipe de recherche a élaboré des fascicules sur la remédiation immédiate ainsi que sur le diagnostic de la maitrise des compétences. La remédiation immédiate : http://portail.umons.ac.be/FR/universite/facultes/fpse/serviceseetr/methodo/rec herches/recherches_finalis%C3%A9es/Documents/Fascicule_Remediation-%20i mmediate_complet.pdf Le diagnostic de la maitrise de compétences, un exemple dans le domaine du traitement de données : http://portail.umons.ac.be/FR/universite/facultes/fpse/serviceseetr/methodo/rec herches/recherches_finalis%C3%A9es/Documents/076_201011_Fascicule_Diagn ostic.pdf
  • 46.
  • 47.
  • 48. Institut d'Administration Scolaire (INAS) Faculté de Psychologie et des Sciences de l'Education Université de Mons (UMONS) Place du Parc 18, B-7000 Mons Tél : +32 (0)65 37 31 90 Fax : +32 (0)65 37 37 74 http://www.umons.ac.be/inas