2 juin 2010<br />Séminaire étudiant :Modélisation en Ecologie Evolutive<br />session : Écologie évolutive dans l’espace et...
Introduction<br /><ul><li>Principal objectif de la conservation d’une espèce menacée :  Préserver et/ou augmenter la diver...
 Renforcement Transfert d’individus </li></ul> Non prise en compte de l’adaptation locale<br />Vortex d’extinction au se...
Introduction<br /><ul><li>L’adaptation locale est le résultat du processus par lequel les populations divergent génétiquem...
Ellefavorise les traits qui apportent un avantage sous les conditions environnementales locales.
Le résultat de ces adaptations serait un patron tel que les génotypes résidant dans un habitat donné présenteraient en moy...
Lotus scoparius(Fabaceae) - Californie<br />Introduction<br /><ul><li>Conséquences potentielles du renforcement :</li></ul...
Introduction<br /><ul><li>Mix or match :</li></ul>On peut donc résumer le problème du renforcement à la question suivante ...
Introduction<br />Biscutellaneustriaca<br /><ul><li>Micro-endémique de la vallée de la Seine menacée d’extinction
 Xérophile, héliophile et oligotrophe,
 Hermaphrodite, allogame et entomogame auto-incompatible
2880 individus présents dans 9 populations
deux grands ensembles : un pool «Nord » et un pool « Sud »</li></ul>Groupement Nord<br />Pool Nord<br />Pool Sud<br />Grou...
Flux de pollen contemporains très retreints<br /><ul><li> Majoritairement intra-population (75-90 %)
 Migration entre populations voisines (10-25%)
 Peu de migration longue distance (< 1%)</li></ul>Introduction<br />9 marqueurs microsat.: Analyses de paternité (CERVUS)<...
Introduction<br /><ul><li>Objectif</li></ul> Elaborer un plan de renforcement qui prenne en compte les adaptations locales...
1-Distribution de la diversité génétique<br />1-  Etudier les patrons des différences phénotypiques entre populations en s...
1-a) Étude des différences phénotypiques entre populations, en milieux naturels <br />Phénologie de la floraison<br />Esti...
1-b)Étude des différences phénotypiques entre populations, en milieux contrôlés <br />Phénologie de la floraison<br />Comp...
1-b)Étude des différences phénotypiques entre populations, en milieux contrôlés <br />Taille de la rosette<br />individus ...
1-b)Étude des différences phénotypiques entre populations, en milieux contrôlés <br />Phénologie de la germination<br />a<...
1-b)Étude des différences phénotypiques entre populations, en milieux contrôlés <br />Phénologie de la germination<br />Te...
1-Distribution de la diversité génétique<br />1-  Etudier les patrons des différences phénotypiques entre populations en s...
Si on émet l’hypothèse d’une relation entre les traits étudiés et la fitnesset tester la correspondance entre la variation...
Test de Mantel (N=n! permutations; max 10000)</li></li></ul><li>1-c) corrélations entre les différences  phénotypiques et ...
1-c) corrélations entre les différences  phénotypiques et distances géographiques,  génétiques et écologiques<br />distanc...
1-c) corrélations entre les différences  phénotypiques et distances géographiques,  génétiques et écologiques<br />Matrice...
1-c) corrélations entre les différences  phénotypiques et distances géographiques,  génétiques et écologiques<br />Matrice...
1-Distribution de la diversité génétique<br /><ul><li>Objectif 1: </li></ul>Evaluer l’existence de différences phénotypiq...
2- Transplantations en conditions semi-contrôlées<br />2-Transplantations dans 2 sites d’introduction ; Etude de traits éc...
Même test des corrélations</li></ul>dernière étape dans la démonstration de l’adaptation locale on montre que les différe...
2- Transplantations en conditions semi-contrôlées<br />E<br /><ul><li>Expérience en cours :
Semis et transplantations </li></ul>de jeunes adultes<br /><ul><li>Caractères mesurés:</li></ul>- Taux de germination<br /...
 Taille rosette
 Taux de floraison
Critères testés : </li></ul>- « Local vs. Foreign »-  « Home vs. Away »<br />Site 7 d’introduction <br />Exposition Sud<br...
3-Mix or match: genetic rescue vsoutbreeding depression<br /><ul><li>- Objectif : </li></ul>-Le croisement d’individus iss...
3-Mix or match: genetic rescue vsoutbreeding depression<br />Etudes des traits d’histoires de vie en conditions contrôlées...
Test de Mantel (N=n! permutations; max 10000)</li></li></ul><li>3-Mix or match: genetic rescue vsoutbreeding depression<br...
3-Mix or match: genetic rescue vsoutbreeding depression<br />Dépression <br />hybride<br />Dépression de <br />consanguini...
4-Stratégies de renforcementproposées<br /><ul><li>Trouver un équilibre entre éviter la dépression de consanguinité et emp...
4-Stratégies de renforcementproposées<br /><ul><li>Trouver un équilibre entre éviter la dépression de consanguinité et emp...
Allorenforcement vs autorenforcement
Auto-renforcement  lorsque risque de dépression hybride élevée:
augmentation de la densité en individus  augmentation des probabilités de rencontre entre partenaires augmentation de la...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Betty Courquin - Etude des adaptations locales chez une espèce menacée

1 285 vues

Publié le

Publié dans : Voyages, Business
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 285
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
65
Actions
Partages
0
Téléchargements
18
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Betty Courquin - Etude des adaptations locales chez une espèce menacée

  1. 1. 2 juin 2010<br />Séminaire étudiant :Modélisation en Ecologie Evolutive<br />session : Écologie évolutive dans l’espace et évolution de la dispersion<br />Etude des adaptations locales chez une espèce menacée : dépression hybride  et correspondances entre différences phénologiques et distances géographiques, génétiques et écologiques <br />étude expérimentale<br />Par Betty Courquin, <br />1e année de Thèse en biologie de la conservation <br />Sous la direction de Yves Piquot, Nina Hautekeete, Xavier Vekemans<br />
  2. 2. Introduction<br /><ul><li>Principal objectif de la conservation d’une espèce menacée : Préserver et/ou augmenter la diversité génétique au sein des populations pour diminuer les risques liés à la consanguinité
  3. 3. Renforcement Transfert d’individus </li></ul> Non prise en compte de l’adaptation locale<br />Vortex d’extinction au sein d’une petite population (Lacy & Lindenmayer 1995)<br />
  4. 4. Introduction<br /><ul><li>L’adaptation locale est le résultat du processus par lequel les populations divergent génétiquement en réponse à la sélection naturelle habitat-spécifique.
  5. 5. Ellefavorise les traits qui apportent un avantage sous les conditions environnementales locales.
  6. 6. Le résultat de ces adaptations serait un patron tel que les génotypes résidant dans un habitat donné présenteraient en moyenne une valeur sélective supérieure dans leur habitat local que les génotypes non natifs de ce site ou une valeur sélective supérieure que dans un autre habitat.</li></ul>Contraintes écologiques<br />différentielles /<br />environnement hétérogène<br />+<br />fitness relative des génotypes locaux supérieure par rapport aux non-natifs à un site donné ou que dans un autre site<br />Adaptations locales/différences génétiques adaptatives<br />Sélection<br />naturelle<br />Potentiel évolutif/<br />diversité génétique<br />+<br />Isolement par la distance ou par des obstacles naturels à la dispersion <br />
  7. 7. Lotus scoparius(Fabaceae) - Californie<br />Introduction<br /><ul><li>Conséquences potentielles du renforcement :</li></ul> - Contre sélection des génotypes transférés<br /> - Dépression hybride<br />dépression hybride intrinsèque =dissociation de gènes coadaptés <br />dépression hybride extrinsèque = ‘dilution’ des génotypes localement adaptés après hybridation <br />
  8. 8. Introduction<br /><ul><li>Mix or match :</li></ul>On peut donc résumer le problème du renforcement à la question suivante : Mélanger ou respecter les adaptations locales ?<br />Il faut composer avec le risque lié à la consanguinité dans des populations de faibles effectifs et le risque de rupture des adaptations locales. <br /> Détecter les adaptations locales et leur patron<br /> Déterminer si elles conduisent à de la dépression hybride<br />
  9. 9. Introduction<br />Biscutellaneustriaca<br /><ul><li>Micro-endémique de la vallée de la Seine menacée d’extinction
  10. 10. Xérophile, héliophile et oligotrophe,
  11. 11. Hermaphrodite, allogame et entomogame auto-incompatible
  12. 12. 2880 individus présents dans 9 populations
  13. 13. deux grands ensembles : un pool «Nord » et un pool « Sud »</li></ul>Groupement Nord<br />Pool Nord<br />Pool Sud<br />Groupement Sud<br />
  14. 14. Flux de pollen contemporains très retreints<br /><ul><li> Majoritairement intra-population (75-90 %)
  15. 15. Migration entre populations voisines (10-25%)
  16. 16. Peu de migration longue distance (< 1%)</li></ul>Introduction<br />9 marqueurs microsat.: Analyses de paternité (CERVUS)<br />Leducq 2010, Gosset 2010, Siniarski 2009 <br /><ul><li>Faibles capacités de dispersion du pollen</li></li></ul><li>Introduction<br /><ul><li>Forte structuration génétique des populations : Peu d’échanges génétiques entre les populations intra pool. </li></ul> Très peu d’échanges génétiques entre les deux pools nord et sud.<br /><ul><li>Pressions de sélections marquées entre les différentes populations</li></ul>9 marqueurs microsat.: 1751 individus (C. Siniarsky, C. Gosset)<br />NORD<br />Nord<br />1000 m<br />SUD<br />Seine river<br />Seine river<br />STRUCTURE K = 4<br /> On peut s’attendre à trouver des adaptations locales<br />
  17. 17. Introduction<br /><ul><li>Objectif</li></ul> Elaborer un plan de renforcement qui prenne en compte les adaptations locales potentielles chez Biscutellaneustriaca<br /> 1- Etudier les patrons des différences phénotypiques entre populations en serre et populations naturelles<br /> Détecter des différenciations génétiques significatives entre populations<br />  Tester leurs corrélations avec les distances géographiques, génétiques et écologiques<br /> 2- Transplantations réciproques<br />  Evaluer si les différences génétiques observées précédemment confèrent une meilleure fitness des individus dans des conditions environnementales proches de leur habitat<br />3- Evaluer la dépression d'outbreeding<br /> Déterminer si les adaptations locales conduisent à de la dépression hybride par des croisements entre individus plus ou moins proches génétiquement <br />
  18. 18. 1-Distribution de la diversité génétique<br />1- Etudier les patrons des différences phénotypiques entre populations en serre et populations naturelles<br />a Identifier les différences phénotypiques des populations <br />b Distinguer les différences liées à la plasticité phénotypique et les différences d’ordre génétique<br />c Tester la corrélation entre les différences phénotypiques et distances géographiques, génétiques et écologiques<br />Etudes des traits d’histoires de vie en conditions contrôlées et en pop nat:<br />  phénologie de la germination<br />  phénologie de la floraison<br />  taille rosette<br />
  19. 19. 1-a) Étude des différences phénotypiques entre populations, en milieux naturels <br />Phénologie de la floraison<br />Estimations de dates des premières floraisons<br />Chaque point représente un individu<br />In situ <br />
  20. 20. 1-b)Étude des différences phénotypiques entre populations, en milieux contrôlés <br />Phénologie de la floraison<br />Comparaison des temps de floraison et de montaison par population <br />dates de début de floraison chez B. neustriaca<br />En serre <br />
  21. 21. 1-b)Étude des différences phénotypiques entre populations, en milieux contrôlés <br />Taille de la rosette<br />individus de 1e année <br />diamètre de la rosette mesurée en <br />conditions environnementales contrôlées chez B. neustriaca<br />Effet de la population sur les tailles de rosette des individus ((F=6.32 ; p<0.001) ;Les barres dont les lettres diffèrent ont une durée entre montaison et floraison sont significativement différentes <br />(test de tuckey),<br />
  22. 22. 1-b)Étude des différences phénotypiques entre populations, en milieux contrôlés <br />Phénologie de la germination<br />a<br />
  23. 23. 1-b)Étude des différences phénotypiques entre populations, en milieux contrôlés <br />Phénologie de la germination<br />Temps de germination (j)<br />a<br />Histogramme des temps de germination<br />Les niveaux connectés par une barre +étoile sont significativement différents ; a serre (H=13.13, p=0.069) ; b bailleul en automne (F=3.79 ; p=0.002) <br />Envconon discriminant<br />Envco<br />discriminant<br />genotype1<br />phénotype<br />genotype2<br />Environnement<br />
  24. 24. 1-Distribution de la diversité génétique<br />1- Etudier les patrons des différences phénotypiques entre populations en serre et populations naturelles<br />a Identifier les différences phénotypiques des populations <br />b Distinguer les différences liées à la plasticité phénotypique et les différences d’ordre génétique<br />c Tester la corrélation entre les différences phénotypiques et distances géographiques, génétiques et écologiques<br />1e étape dans la démonstration de l’adaptation locale:<br /><ul><li>mise en évidence de différences d’ordre génétique , mais pas directement de l’adaptation locale (on ne montre pas que les différences génétiques confèrent une meilleure fitness des individus).
  25. 25. Si on émet l’hypothèse d’une relation entre les traits étudiés et la fitnesset tester la correspondance entre la variation des traits étudiés et des facteurs environnementaux (ce qui suggère mais ne prouve pas une divergence adaptative sur le terrain).</li></li></ul><li>1-c) corrélations entre les différences phénotypiques et distances géographiques, génétiques et écologiques<br />1- Etudier les patrons des différences phénotypiques entre populations en serre et populations naturelles<br />a Identifier les différences phénotypiques des populations <br />b Distinguer les différences liées à la plasticité phénotypique et les différences d’ordre génétique<br />c Tester la corrélation entre les différences phénotypiques et distances géographiques, génétiques et écologiques<br />Calcul des distances <br />- géographiques, <br />- génétiques FST /(1- FST) (Rousset, 1997),<br />- phénotypiques = valeur absolue de la différence du trait moyen<br />- écologiques*<br />Test des corrélations entre les distances<br /><ul><li>Réalisation de matrices
  26. 26. Test de Mantel (N=n! permutations; max 10000)</li></li></ul><li>1-c) corrélations entre les différences phénotypiques et distances géographiques, génétiques et écologiques<br />Caractérisation des milieux<br />1- Etudes des facteurs écologiques, a priori discriminants  distance « habitat »<br />- le recouvrement herbacé<br /> - le recouvrement arbustif<br /> - la pente<br /> - l’orientation<br /> - la température<br /> - l’humidité de l’air<br /> - les caractéristiques du sol<br />2- Etudes des communautés-phytosociologiques<br />Coefficients d’abondance  distance « communauté »<br />-échelle de Braun-Blanquet transformée selon(Leps et Smilauer 2003) <br />-transformation Hellinger (Legendre,2001)<br />3- Ordination des sites par ACP<br />Exposition Sud<br />(Les Andelys)<br />M.Diore, 2009<br />
  27. 27. 1-c) corrélations entre les différences phénotypiques et distances géographiques, génétiques et écologiques<br />distance "habitat"<br />distance "communauté"<br />
  28. 28. 1-c) corrélations entre les différences phénotypiques et distances géographiques, génétiques et écologiques<br />Matrice de corrélation de Pearson<br />Les niveaux de significativité sont basés sur N=n! permutations, (max 10000) *p<0,05<br />(n)=nombre de populations<br />
  29. 29. 1-c) corrélations entre les différences phénotypiques et distances géographiques, génétiques et écologiques<br />Matrice de corrélation de Pearson<br />Caractère<br />Adaptatif ?<br />Paramètre écologique<br />manquant?<br />Dérive?<br />Les niveaux de significativité sont basés sur N=n! permutations, (max 10000) *p<0,05<br />(n)=nombre de populations<br />
  30. 30. 1-Distribution de la diversité génétique<br /><ul><li>Objectif 1: </li></ul>Evaluer l’existence de différences phénotypiques en populations naturelles <br />& déterminer s’il s’agit de plasticité ou de différences génétiques<br /><ul><li>Différences génétiques : taille de rosette et phénologie de la germination- Taille rosette : gradient Nord Sud</li></ul>- Temps de germination: populations plus tardives au Nord ;Bn6a significativement plus tardive que pop Sud et que Bn4a<br /><ul><li>Plasticité phénotypique :phénologie de la floraison : floraison plus précoce au Sud ; ns en serre à nuancer : échantillonnage 1 seule pop Sud</li></li></ul><li>1-Distribution de la diversité génétique<br /><ul><li>Objectif 2: </li></ul>Tester la corrélation entre distances phénotypiques (génétiquement déterminées) et les distances génétiques neutres, géographiques, écologiques <br /><ul><li>Taille rosette & distance écologique Habitat axe 1 (pente et orientation):</li></ul> Hypothèse caractère adaptatif<br /><ul><li>Temps de germination & distances géographiques</li></ul>(+Ø corrélation avec les distances génétiques neutres)<br /><ul><li>Dérive ou caractère adaptatif</li></li></ul><li>1-Distribution de la diversité génétique<br /><ul><li>Limite de l’approche : </li></ul>Pour qu’un trait soit considéré comme adaptif, il faut que :<br /> 1) le trait ait une base génétique<br />  conditions (semi)-contrôlées <br /> 2) la variabilité dans l’expression du trait soit associée à la variabilité dans la survie, le succès reproducteur ou d’autres composants de la fitness transplantations réciproques<br /><ul><li>l’expérimentation en conditions contrôlées ne permet pas de déterminer si la divergence résulte de la dérive (différences non adaptatives) ou de la sélection naturelle. </li></li></ul><li>2- Transplantations en conditions semi-contrôlées<br /><ul><li>Principe des Transplantations réciproques</li></ul> Mesures de la fitness  2 critères : ‘‘local vs. foreign’’, (local vs étranger) ‘‘home vs.away’’ (chez soi vs ailleurs)<br />hab 1pop 1<br />hab 2pop 2<br />Kawecki et Ebert, 2004<br />hab 3pop 3<br />hab 4pop 4<br />‘‘local vs. foreign’’<br />‘‘home vs. away’  <br />
  31. 31. 2- Transplantations en conditions semi-contrôlées<br />2-Transplantations dans 2 sites d’introduction ; Etude de traits écologiquement importants en sites d’introduction<br />a Mesurer et comparer la fitness des individus dans les deux sites d’introduction<br />b Tester la corrélation entre la diminution de la fitness et les distances géographiques, génétiques et écologiques<br /><ul><li>Deux sites d’introduction : -un site dans le pool Nord, SI1 </li></ul> - un site dans le pool sud SI7<br /><ul><li>Introduction sous forme de: - semis de graines </li></ul> - transplantations de jeunes plantules<br /><ul><li>Même suivi phénologique que précédemment
  32. 32. Même test des corrélations</li></ul>dernière étape dans la démonstration de l’adaptation locale on montre que les différences génétiques observées précédemment confèrent une meilleure fitness des individus dans des conditions environnementales proches de leur habitat<br />
  33. 33. 2- Transplantations en conditions semi-contrôlées<br />E<br /><ul><li>Expérience en cours :
  34. 34. Semis et transplantations </li></ul>de jeunes adultes<br /><ul><li>Caractères mesurés:</li></ul>- Taux de germination<br /><ul><li> Survie
  35. 35. Taille rosette
  36. 36. Taux de floraison
  37. 37. Critères testés : </li></ul>- « Local vs. Foreign »-  « Home vs. Away »<br />Site 7 d’introduction <br />Exposition Sud<br />(Les Andelys)<br />Site 1 d’introduction <br />Exposition Nord<br />(Romilly/Andelle) <br />
  38. 38. 3-Mix or match: genetic rescue vsoutbreeding depression<br /><ul><li>- Objectif : </li></ul>-Le croisement d’individus issus de différentes populations de biscutelles conduit-il à du « geneticrescue »ou à de l’ « outbreedingdepression » ? <br /> - En cas de dépression hybride, de quelle nature est-elle ? <br /><ul><li>Méthodes </li></ul> - croisements contrôlés entre individus plus ou moins proches génétiquement et suivis en sites d’introduction et en conditions contrôlées <br />
  39. 39. 3-Mix or match: genetic rescue vsoutbreeding depression<br />Etudes des traits d’histoires de vie en conditions contrôlées et en SI:<br />  largeur du fruit à sept jours, nombre de graines par fruits,<br />  taille des individus à 3 semaines<br />  phénologie de la germination<br />  phénologie de la floraison<br />  taux germination, taux mortalité<br />  taille rosette<br />Calcul des distances <br />- géographiques, <br />- génétiques FST /(1- FST) (Rousset, 1997), <br />- phénotypiques = valeur absolue de la différence du trait moyen<br />- écologiques (distance moyenne des parents au site)<br />Test des corrélations entre les distances génétiques et écologiques<br /><ul><li>Réalisation de matrices
  40. 40. Test de Mantel (N=n! permutations; max 10000)</li></li></ul><li>3-Mix or match: genetic rescue vsoutbreeding depression<br />Hypothèse : la taille des fruits est corrélée à la valeur sélective<br />A<br />AB<br />B<br />Taille des fruits à 7 jours (mm)<br />
  41. 41. 3-Mix or match: genetic rescue vsoutbreeding depression<br />Dépression <br />hybride<br />Dépression de <br />consanguinité<br />Hypothèse : la taille des fruits est corrélée à la valeur sélective<br />A<br />AB<br />B<br />Taille des fruits à 7 jours (mm)<br /> Hypothèse à tester avec le suivi des germinations<br />
  42. 42. 4-Stratégies de renforcementproposées<br /><ul><li>Trouver un équilibre entre éviter la dépression de consanguinité et empêcher la dépression hybride</li></ul>Croisements intra pools à favoriser<br /><ul><li>Isolement par la distance & isolement temporel </li></ul>& dépression d’outbreeding Echanges inter pools à éviter, en particulier les transferts Nord vers Sud<br /><ul><li>Taux d’incompatibilité intra-population </li></ul>& dépression d’inbreeding<br />Auto-renforcement à éviter<br />Histogrammes cumulés à 100 % <br />compatibilité ou incompatibilité des <br />croisements au niveau intra-population, intra-pool et inter-pool. χ² = 7.76 P = 0.021<br />
  43. 43. 4-Stratégies de renforcementproposées<br /><ul><li>Trouver un équilibre entre éviter la dépression de consanguinité et empêcher la dépression hybride
  44. 44. Allorenforcement vs autorenforcement
  45. 45. Auto-renforcement lorsque risque de dépression hybride élevée:
  46. 46. augmentation de la densité en individus  augmentation des probabilités de rencontre entre partenaires augmentation de la reproduction entre individus </li></ul>(réduction de l’effet Allee « Mate findingAlleeeffect» qui correspond à la diminution du succès reproducteur avec la diminution de la densité)<br /><ul><li>Allo-renforcement lorsque risque de dépression hybride faible</li></ul>augmentation de la densité en individus + introduction de diversité génétique. <br />
  47. 47. 5-Conclusions et Perspectives<br /> Résultats préliminaires<br /><ul><li> Poursuite de l’étude avec :- des données écologiques complémentaires
  48. 48. un échantillonnage plus complet des populations
  49. 49. transplantations
  50. 50. résultats supplémentaires avec le semis et suivis en serre et in situ des descendants des croisements</li></li></ul><li>
  51. 51. 1-b)Étude des différences phénotypiques entre populations, en milieux contrôlés <br />stade de floraison8-fruits<br />7-fl fan. + fruits<br />6-fl fan. + fruits<br />5-flouv. + fl fan. + fruits<br />4-boutons + flouv + fl fan + 1e fr<br />3-boutons + flouv+ fl fan<br />2-boutons et 1eflouv<br />1-montaison<br />Phénologie de la floraison<br />Stade de floraison moyen pour chaque population ( ; Kruskal Wallis H=85.12; p<0.001 et résultats du test de comparaison 2à 2Les étiquettes de données indiquent l’effectif des individus pour chaque population.<br />In situ <br />
  52. 52. 1-b)Étude des différences phénotypiques entre populations, en milieux contrôlés <br />Taille de la rosette<br />individus de 1e année <br />individus de 2e année <br />diamètre de la rosette mesurée en <br />conditions environnementales contrôlées chez B. neustriaca<br />Effet de la population sur les tailles de rosette des individus (a) individus de 1année (F=6.32 ; p<0.001) ; <br />b) individus de 2e année(F=2.54 ; p=0.037)Les barres dont les lettres diffèrent ont une durée entre montaison et floraison sont significativement différentes <br />(test de tuckey),<br />
  53. 53. 1-c) corrélations entre les différences phénotypiques et distances géographiques, génétiques et écologiques<br />Matrice de corrélation de Pearson<br />Les niveaux de significativité sont basés sur N=n! permutations, (max 10000) *p<0,05<br />(n)=nombre de populations<br />
  54. 54. 1-c) corrélations entre les différences phénotypiques et distances géographiques, génétiques et écologiques<br />Matrice de corrélation de Pearson<br />Les niveaux de significativité sont basés sur N=n! permutations, (max 10000) *p<0,05<br />(n)=nombre de populations<br />Gradient écologique?<br />Les communautés végétales <br />intègre les facteurs à priori <br />discriminants<br />Isolement par <br />la distance?<br />
  55. 55. 3-Mix or match: genetic rescue vsoutbreeding depression<br />Dépression <br />hybride<br />Dépression <br />hybride<br />Dépression de <br />consanguinité<br />Dépression de <br />consanguinité<br />Hypothèse 1: la taille des fruits est corrélée<br /> à la valeur sélective<br />A<br />B<br />AB<br />Nombre de graines<br />A<br />AB<br />B<br />Taille des fruits à 7 jours (mm)<br />Tableau récapitulatif des ANOVAS réalisées pour la largeur du fruit à 7 jours et le nombre moyen de graines.<br />
  56. 56. 3-Mix or match: genetic rescue vsoutbreeding depression<br />Hypothèse 1: la taille des fruits est corrélée à la valeur sélective<br />Taille des fruits à 7 jours (mm)<br /> Hypothèse à tester avec le suivi des germinations<br />
  57. 57. 3-Mix or match: genetic rescue vsoutbreeding depression<br />Hypothèse 1: la taille des fruits est corrélée à la valeur sélective<br />Hypothèse 2: la taille des fruits est corrélée à la taille de la mère<br />Taille des fruits à 7 jours (mm)<br />6a6a>1a1a<br />Fruits plus grand<br />dans le pool Sud<br />6a1a>1a6a<br />La taille de la graine <br />est liée principalement à la mère<br />
  58. 58. 3-Mix or match: genetic rescue vsoutbreeding depression<br />Exemples de résultats<br />Test des corrélations de la taille des graines avec les distances écologiques génétiques et géographiques. <br />* p<0,05; ** p<0.01; *** p<0.001<br />N<br />N<br />Sens de pollinisation<br />+<br />Bn1a<br />o<br />Bn1a<br />Bn2a<br />Bn2a<br />+<br />Bn3<br />o<br />Bn3<br />
  59. 59. 3-Mix or match: genetic rescue vsoutbreeding depression<br /><ul><li>Objectif 3: </li></ul>Tester l’existence d’une dépression hybride extrinsèque ou intrinsèque, i.e. diminution de la fitness des descendants des croisements<br /><ul><li>Corrélations significatives taille fruits & distances écologiques</li></ul> Dépression hybride extrinsèque<br /><ul><li>Pas de corrélation significative taille fruits & distances génétiques
  60. 60. Dépression hybride intrinsèque non observée</li></li></ul><li>4-Stratégies de renforcementproposées<br /><ul><li>Exemple d’allorenforcement chez Bn5a
  61. 61. Augmentation de la densité par auto renforcement augmentation du succès reproducteur des individus natifs de la zone renforcée
  62. 62. Néanmoins taux de mis à fruit inférieur à la capacité de l’espèce</li></ul>(figure 2), ce qui suggère un problème de dépression de consanguinité<br />
  63. 63. 5-Discussion<br /><ul><li>Remise en question de la méthode d’estimation de la valeur sélective qui vise à utiliser des traits d’histoire de vie comme la taille du corps, la croissance des racines ou le nombre de feuilles,…
  64. 64. Problème de l’estimation des distances écologiques</li>

×