06 balafon février 2012

362 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
362
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
135
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

06 balafon février 2012

  1. 1. LE BALAFON Février 2012/ Numéro-6MINI ÉDITO :Voici le Balafon de février. Il vous apporte les nouvelles des Viateurs du BurkinaFaso et, en forfait, quelques degrés Celsius à la hausse!L’hiver est bel et bien terminé au <pays des hommes intègres>. Depuis le débutdu mois, la chaleur nous prend de vitesse, jour et nuit. Nous n’échappons pas,ici non plus, au réchauffement de la planète. Autre signe que la saison chaudeest arrivée, les manguiers et anacardiers sont chargés de fruits. La récoltes’annonce fort bonne. Étonnant quand même que les fleurs et les fruitsapparaissent après 5 à 6 mois de sécheresse. La nature à des caprices quiétonnent parfois. L’immense <NÉRÉ>, près de la chapelle, s’orne de boucles d’oreilles rouges et sucrées, qui attirent des milliers d’abeilles. Un véritable arbre de Noël nature! Oui, l’arrivée de la saison chaude rythme également le tempo d’un temps chargé d’espérance. Celuid’une saison pluvieuse et généreuse qui sera bientôt là, et ainsi, faire oublierla sécheresse de l’an 2011 qui a appauvri et réduit plusieurs familles à lamendicité, dans certaines régions du pays. La rédaction. 1
  2. 2. LES VOCANDIS VISITENT UN ORPHELINAT… Le responsable local des vocations, le frère Kingsley, trouve différentes formes d’animation et d’initiatives pour le groupe des vocandis. Il y a quelques semaines, ils ont visité un orphelinat de la ville de Banfora. (Les Vocandis et les petits de l’orphelinat)Pour ces petits, c’est un peu comme lavisite de <grands tontons> qui apportentquelques bonbons, nounours et quelquesheures de tendresse. Une belle initiativedes vocandis, sous la conduire de<tonton Kingsley>, en chemise bleue,côté centre-gauche, sur la photo ci-haut! (Vocandis de Banfora 2011-2012)LA POMPE VOLENTA, manuelle ou solaire ou électrique…Ce sont les frères de la Ste-Famille du Burkina qui ont inventé et commercialiséce système de pompe. Petit à petit, elles gagnent la grandeur du pays. Soninstallation réclame peu d’investissement, et peut fonctionner manuellement,à l’énergie solaire, ou à l’électricité. Donc, économique et silencieuse! A la Ferme St-Viateur, après quelques semaines à l’énergie <force de bras>, l’eau arrive à présent par énergie solaire. Une fois le forage fait, on installe la pompe, on y ajoute quelques plaques solaires (ici le soleil ne fait jamais défaut). Et voilà que l’eau monte dans une réserve, qu’on appelle <château d’eau>, à 15 Quelques élèves inscrits en plomberie 2
  3. 3. mètres de hauteur, et d’une capacité de plusieurs milliers de litres. Ceprécieux liquide est ensuite distribué par gravité, dans les canalisations sous-terraine, aux différents bâtiments de la Ferme, pourvus d’abreuvoir. Leresponsable n’a qu’à ouvrir le robinet et assister au spectacle des bêtes,étanchant leur soif, sous un soleil à 35C. A défaut d’une bière froide aubistrot, nos heureuses bêtes ont droit à de la bonne eau <presque> fraîche. FÊTES PATRONALES DES COMMUNAUTÉS DU SECTEUR… Il est de coutume que chaque communauté religieuse du secteur s’invite lors de leur fête patronale. Une belle initiative qui assure la communion, la fraternité, le partage entre nous. Chaque communauté apporte un plat pour une collation, soit à 10H00 ou 16H00. A quelques reprises, j’ai apporté des carrés aux dattes ou aux pommes. Ce fut un succès.Sœur Michelle, sénégalaise, de la Présentation de Marie, tenait absolument àce que je lui donne ma recette.A la dernière rencontre, j’ai essayé une recette de beignes, trouvé surinternet : <recette de beignes de ma grand-mère>. Catastrophe! Les beignescollaient au fond de la marmite. J’ai essayé de rejoindre la grand-mère, sanssuccès. J’avais l’impression que la poudre à lever avait été remplacée par dubéton armé. Quand même, nos poulets se sont régalés pendant quelques jours,grâce à internet et à la grand-mère en question. Je vous épargne le récit de marecette, et surtout, j’ai évité de la donner à sœur Michelle!Notre évêque, Mgr Luka Sanou, était présent ànotre réception. Plusieurs se demande, qui desdeux, ont profité de l’occasion pour s’entendreen confession : notre évêque ou le curé de laparoisse St-Viateu, Jean-Marc? D’autres croientqu’il était question de la construction de lafuture église de la paroisse St-Viateur! 3
  4. 4. LE RESPONSABLE DU CFP AU SALON D’ARTS CULINAIRES À OUAGA…Le frère Kingsley, à titre de responsable du Centre de Formationprofessionnelle, dont une filière restauration/cuisine est enseignée à l’école,a participé à la semaine des Arts culinaires à Ouagadougou en début février. Adéfaut de nous ramener quelques <nouvelles> recettes, certains malins osentdire qu’il est plutôt revenu avec quelques <nouveaux> kilos supplémentaires!ENTENDU DANS UNE CLASSE DE 6ÈME…L’aumônier de l’ÉLOQ, le frère Macaire, annonce une journée de <salubrité>dans les classes et sur le terrain de l’école. Il demande dans une classe de6ème : Qu’est-ce que la salubrité? Un petit lève la main et répond :<C’est lejour où tous les élèves doivent se saluer!> Lorsqu’on lui a remis un balaie il acompris que sa réponse n’était pas nécessairement la bonne.AUSSI… On raconte que lors d’une visite du Supérieur général au GSSV à Ouaga,il y a quelques années, les Viateurs auraient fait une demande pour avoir un<buste du père Querbes>. Alors que le général annonçait aux élèves qu’il auraitleur buste, ces derniers ont applaudi à tout rompe. Quelques mois plus tard,certains élèves demandaient : <à quel moment le bus arrivera-t-il>?UN CONSEIL DE LA FONDATION TENU À BANFORA…Pour la première fois depuis septembre dernier, Banfora accueillait unerencontre du conseil de la fondation, le 10 février dernier. Les frères Mathieuet Benjamin ont fait le long trajet depuis Ouagadougou, près de 8H00 de routepar autobus. Nos confrères visiteurs conseillers ont profité de leur passage pourvoir les rénovations récentes à notre résidence. Et pourquoi pas, par la mêmeoccasion, tenir une rencontre de la commission des finances.Le 18 février, c’était au tour du père Gervais et du frère Marc-Étienne de venirà Banfora. En compagnie du frère Gabriel, ces trois confrères forment <lecomité des mises en candidatures> en vue de l’élection du nouveau conseil de 4
  5. 5. la fondation qui se tiendra à Boassa, le 12 avril prochain. Le provincial et notrerépondant, le père Robert Jean seront avec nous pour cette importanterencontre de notre fondation. JOURNÉE TRADITIONNELLE À L’ÉTABLISSEMENT LOUIS-QUERBES… Samedi, le 18 février, l’ÉLOQ vivait sa journée traditionnelle. Les élèves étaient invités à venir à l’école en costume traditionnel. Musique, danse, conférence, collation, autant d’activités étaient programme. Afin de prolonger le souvenir de cette journée, chaque classe fut invitée à planter deux arbres L’intendant Désiré, escorté par deux élèvessur le terrain de l’école : desmanguiers et des anacardiers. D’ici àce que la saison des pluies arrive, versmai prochain, les reboiseurs en herbeassurent l’arrosage régulier. Il faudraquelques années de patience pour voirles résultats et vérifier si les<arroseurs> et la pluie du ciel furentfidèles au rendez-vous. Même le curé et son professeure de dioula, madameSanou, maman de notre confrère Marius, portaient le costume traditionnel.LES SAMUELS… C’est le nom donné auxservants de la messe, garçons et filles, auBurkina. Chaque samedi, sous le regard deleur responsable et vocandi Donatien, lesSamuels viennent laver leurs aubes. Ontient à avoir des aubes bien propres pourla messe du dimanche matin. Petits etgrands frottent avec allégresse! 5
  6. 6. Pendant ce temps, on entend la chorale des jeunes pratiquer les chants de la messe dominicale, chaque jeudi et samedi, de 15H00 à 18H00, sous l’habile direction du vocandi Rodrigue. On chante pour le plaisir, accompagné du jambé et en frappant des mains. Le peuple burkinabé aime chanter, danser et fêter, à l’image de David et du peuple d’Israël devant l’arche d’Alliance.CHRONIQUE DES VIATEURS DE OUAGADOUGOU… Le 22 février dernier s’est tenue dans l’auditorium du GSSV, la célébration des Cendres. Le Père Julien, qui présidait cette Eucharistie, assisté du diacre, le frère Céraphin, n’a pas manqué de signifier le sens profond du signe des cendres. « Signe de deuil et de conversion. Les Cendres nous rappellent que nous sommes poussières et que nous retournerons à la poussière. » Procession d’entrée des Cendres Le président, assisté du diacre 6
  7. 7. Activités culturellesConcours de jouets sur lasauvegarde de l’environnement.Chaque année, en organisant lesconcours de jouets, nous voulonsinculquer aux jeunes l’esprit decréativité et du recyclage. Cetteannée encore le message est passé, les élèves ont participés à la sixième de laterminale. Le jury a délibéré, et les trois jouets que voici ont été primés.Le 02 février à DapoyaA l’occasion de la journée de la vieconsacrée, l’Union des religieux etreligieuses de Ouagadougou a vécu unecélébration eucharistique à Dapoya, suivid’un repas fraternel. Une belle façon dedire que la vie religieuse demeureencore et toujours un appel pour<aujourd’hui> à ceux et celles qui sontappelés sur cette route.Le 16 février, les postulants sont heureux de retrouver leur maître!Le père Julien, après quelquessemaines de congés au pays, nous estrevenu du Canada sain et sauf, avecle sourire aux lèvres. La communautélocale l’accueil avec un l’apéro decirconstance. Bienvenue père Julien,en ce début de la saison chaude…! Larumeur dit qu’il aurait laissé ses skiset raquettes au Québec! Depuis sonretour, on recherche les quelqueskilos en sus. Mais en vainc…! 7
  8. 8. La retraite d’entrée en carême… La communauté de Ouagadougou s’est réunie à l’ermitage de Boassa pour vivre sa retraite d’entrée en carême. Endroit idéal, de silence, de solitude, de désert et de recueillement pour rentrer en ce temps de conversion.Communauté, lieu « de fête et deJoie…Après un bon moment d’intimité avec leSeigneur, la communauté viatorienne(près-associés et viateurs religieux) prendun pot, sous le grand appatam, sur lacolline de Boassa.ET POUR CONCLURE…Après avoir vécu les Cendres et le premier chemin de la Croix de chaquevendredi, en présence de 350 participants, nous sommes entrés en Carêmeavec détermination. Cette montée nous acheminera vers la grande semaine etla joie du Ressuscité.En ce premier dimanche du carême, avait lieu le lancement de la campagne desouscription pour le financement de la construction de l’église de la paroisseSt-Viateur de Banfora. Depuis l’ouverture de cette paroisse en 2005, les lieuxde célébration ont changé à trois reprises, y compris sous une charpente debois, recouverte de paille. En saison des pluies, ce n’était pas l’idéal!En ce moment, la paroisse loue l’amphithéâtre de l’Établissement Louis-Querbes, d’une capacité de 600 places, pour les célébrations dominicales.Quand verrons-nous l’église St-Viateur debout, à deux pas de notre école,ornée d’une immense statue de notre saint Patron? Tout dépendra de lagénérosité de la population et de nos bienfaiteurs qui sont invités à acheter desbriques à 200 francs CFA l’unité, soit (0.55cents canadiens).D’ici-là, à tous nos lecteurs et lectrices, nous souhaitons un heureux temps deconversion, sourire aux lèvres, tête parfumée, afin que Celui qui voit dans le 8
  9. 9. secret soit seul à inscrire notre ascèse personnel dans son grand registrecéleste. La rédaction. 9

×