A synthese resume

1 022 vues

Publié le

Publié dans : Technologie, Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 022
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

A synthese resume

  1. 1. "QUELLES FORMATIONS AUX TIC POUR LA RÉUNION ?" SYNTHÈSE ET RECOMMANDATIONS VERSION RÉSUMÉE (JUIN 2002)
  2. 2. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » SYNTHÈSE ET RECOMMANDATIONS (VERSION RÉSUMÉE) Sommaire1. Le contexte 4 1.1. Le contexte global : une autre formation intégrant l’e-formation 4 1.2. Le contexte local 4 1.2.1. La formation aux TIC : une richesse pour La Réunion 4 1.2.2. La formation aux TIC : une richesse pour l’Europe 52. Présentation globale de l ‘étude 5 2.1. L’état des lieux 5 2.2. Diagnostic et recommandations 63. Thème I : Poursuivre et accentuer la lutte contre la « fracture numérique » 7 3.1. La fracture sociale 7 3.2. L’appropriation des TIC par tous 7 3.3. La fracture économique 74. Thème II : Réaliser un pôle d’excellence en formations supérieures dans le domaine des TIC 8 4.1. L’état des lieux 8 4.1.1. Un déficit par rapport à la demande locale 8 4.1.2. Un retard par rapport au contexte national 8 4.1.3. Un phénomène reconnu au niveau national, européen et international 9 4.2. Propositions 9 4.2.1. Renforcer le vivier des étudiants susceptibles d’envisager une carrière dans le domaine des TIC 9 4.2.2. Élargir l’offre de formation de haut niveau 9 4.2.2.1. Renforcer la production de diplômés TIC de haut niveau 4.2.2.2. Valoriser et renforcer les formations professionnelles existantes ou en projet 4.3. Disposer des outils indispensables 115. Thème III : Recomposer et valoriser la formation professionnelle dans le domaine des TIC 13 5.1. L’état des lieux 12 5.2. Propositions 13 5.2.1. Structurer l’appareil de formation 13 5.2.2. Créer des infrastructures et services mutualisés au service de la profession 13 5.2.2.1. Créer un (des) pool de salles équipées connectées à haut débit avec applicatifs 5.2.2.2. Créer un portail de la formation aux TIC 5.2.2.3. Former les acteurs et concepteurs de FOAD6. Thème IV : Développer la compétitivité des entreprises par la formation aux TIC 15 6.1. L’état des lieux 15 6.2. Propositions 15 6.2.1. Accompagner les entreprises dans l’appropriation des TIC 15 6.2.1.1. Accompagner les PME/PMI dans la rénovation de leur système d’information 6.2.1.2. Accompagner les micro-entreprises dans leur évolution vers les e-services 6.2.2. Maintenir et adapter le niveau de compétences en TIC des personnels 15 6.2.2.1. Mise à jour des compétences 6.2.2.2. Préparer aux nouveaux métiers 6.2.3. Anticiper une activité de production de contenus exportable 16 6.2.3.1. Repérer et valoriser les compétences existantes 6.2.3.2. Encourager une expérience de production ciblée 6.2.3.3. Tester la réactivité du milieu par un appel d’offre ouvert7. Préalables à un schéma directeur des formations aux TIC 18 7.1. Les infrastructures : l’accés au haut débit 18 7.1.1. La connexion à RENATER 18 7.1.2. Le réseau régional FRD 18 « Quelles formations TIC pour La Réunion ? » - Synthèse et recommandations - Résumé - V1.1 2
  3. 3. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA 7.2. L’environnement : Coordonner, informer, s’informer, former 18 7.2.1. Un indispensable outil de coordination et de pilotage 19 7.2.2. Une campagne d’information 19 7.2.3. La collecte d’informations 208. Récapitulatif des recommandations 219. Annexes 23 Avertissement Le compte rendu de l’étude « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ?», réalisée par TELINOVA pour le Conseil Régional de La Réunion, financée par le Conseil Régional et l’Europe est organisé en 3 parties : Synthèse et recommandations Enquête quantitative, analyse des questionnaires Enquête qualitative, analyse des entretiens Le rapport complet disponible au format WORD est également présenté dans une version HTML (disponible en CD auprès de TELINOVA et sur le site du Conseil Régional de La Réunion), cette version comprend en annexes : • une version du rapport complet au format pdf • une version résumée au format WORD de la partie « Synthèse et recommandations » • une présentation synthétique au format PowerPoint des résultats de l’étude • les textes cités dans la partie du rapport « Synthèse et recommandations » • une bibliographie numérique sur la FOAD Cette étude a été réalisée, pour le compte du Conseil Régional de La Réunion par T E l i N OV A PG Consultant Siège Social La Réunion Les espaces de Sophia, Delta 7 Les Bories 80 route des Lucioles BP 37 Montgaillard 06901 SOPHIA ANTIPOLIS Cedex 97400 SAINT DENIS Téléphone : 0493955281 Téléphone : 0262301098 Mobile : 0676476182 Mobile : 0692657930 Télécopie : 0493955258 Télécopie : 0262301098 Piierrrre...Conrruyttt@wanadoo...fffr P ierre C onru y @wanadoo rr P e e Con uy @wanadoo Piiierrrre...Giiigorrd@wanadoo...ffr P e rre G g ord @wanadoo frr P e e G go d@wanadoo « Quelles formations TIC pour La Réunion ? » - Synthèse et recommandations - Résumé - V1.1 3
  4. 4. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » SYNTHÈSE ET RECOMMENDATIONS (VERSION RÉSUMÉE)1. Le contexte 1.1. Le contexte global : une autre formation intégrant l’e-formationDans un contexte marqué par une transformation rapide de l’organisation et du marché du travail et par undéveloppement fulgurant des technologies de la communication, les systèmes d’échanges traditionnels sontremplacés par un nouveau système baptisé « nouvelle économie ». La formation n’échappe pas à cephénomène et lon assiste à une évolution/révolution du concept de formation dont un élément majeur estl’explosion de la formation à distance (e-learning).Tout projet de formation doit se situer dans ce contexte, et être sous-tendu par une stratégie dont quelquesaxes forts (directives pour une nouvelle formation) sont proposés ci-dessous : • Intégrer systématiquement les TICE (Technologies de l’Information et la Communication pour l’Enseignement) dans le processus pédagogique et concevoir les formations dans une vision Formation Ouverte et A Distance (FOAD). « Par dispositif FOAD nous entendons d’une manière générale l’articulation organisée de modalités pédagogiques plurielles et complémentaires, en termes d’activités, de médiations pédagogiques, de temps, de lieux, d’outils technologiques et de ressources, n’impliquant pas nécessairement une distance physique » 1 • Effacer progressivement la frontière entre formation initiale et formation continue (FTLV) • Être attentif à la qualité des formations en particulier dans le secteur en pleine construction du e- learning ; après une phase d’expérimentation et d’évaluation, il conviendra de créer un label • Utiliser de façon la plus large les dispositifs de validation des acquis, valoriser l’expérience de l’apprenant • Développer des dispositifs de formation orientés vers l’apprenant (conseil, parcours individualisé, contrat pédagogique,..) • Développer au niveau local les collaborations entre le secteur public et le secteur privé sur des projets précis • S’appuyer sur des réseaux de compétences (Universités, Ecoles, Entreprises,...) au niveau national et international. • Créer des collaborations favorisant les synergies au niveau régional (ZOI) 1.2. Le contexte local 1.2.1. La formation aux TIC : une richesse pour La RéunionEn termes de moteur du développement économiqueLa formation aux TIC constitue une richesse dabord pour lîle de la Réunion elle-même ; une richesse aupremier niveau puisque contribuant directement au développement économique de l’île et à soninsertion dans la Société de l’Information. 1 Mémorandum sur la Formation Tout au Long de la Vie-Commission européenne sur l’éducation et la formation (2001) www.travail.gouv.fr/actualites/dossiers/memorandum.htm « Quelles formations TIC pour La Réunion ? » - Synthèse et recommandations - Résumé - V1.1 4
  5. 5. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVAEn termes d’épanouissement de l’homme réunionnaisCe serait une erreur de construire une stratégie de formation ayant pour unique objectif de soutenir un projetde développement local ou même régional. Il tout est aussi fondamental de concevoir la formation commeoutil d’épanouissement et d’insertion sociale au service de l’homme réunionnais. Sans se préoccuperd’ajuster strictement au niveau quantitatif aussi bien que qualitatif l’offre de formation aux besoins locaux, ilconvient de proposer aux jeunes réunionnais ainsi qu’à ceux déjà engagés dans la vie active (FTLV) unprogramme de formation aux TIC de haut niveau leur permettant, s’ils le souhaitent, de vivre une « mobilitépositive » dans un secteur fortement porteur.En tout état de cause, ces deux objectifs ne sont pas contradictoires, au contraire, l’existence d’une diasporade compétences dans les meilleures entreprises nationales ou internationales contribuera, à terme, par leretour ou dans un contexte de collaboration à distance, au développement de l’île et de la région.Par ailleurs, les besoins importants pour sa population jeune et la fin prochaine de "lisolement télécom" pourses entreprises offrent à La Réunion lopportunité d’intégrer les Technologies de lInformation et desCommunications pour lEducation (TICE) pour développer tant au niveau distribution que production laFormation Ouverte et à Distance (FOAD). 1.2.2. La formation aux TIC : une richesse pour l’EuropeLa formation aux TIC réalisée dans lîle constitue également une richesse pour lEurope. La conjugaison desTICE avec la position de Région Ultra Périphérique devrait permettre à lEurope de vérifier sa capacité àsoutenir un programme de modernisation et de développement à grande distance. Sagissant de formation,les méthodes mises en oeuvre et lexpérience acquise devraient laider dans sa politique vis-à-vis dautresRégions Ultra Périphériques (RUP) et dans dautres coopérations extérieures.Ainsi la formation sappuyant sur les TIC représente un gisement de richesse européen qui, sous réservedune exploitation immédiate, offre à lîle une position sur le marché global. A contrario, ne pas lexploitermaintenant conduit au risque d’être dépendant de formations dorigine anglo-saxonne et notamment issuesde grands groupes internationaux : elle confine lîle à rester marginale dans ce secteur.Les scénarios et les propositions dactions proposés sinscrivent dans un contexte dexcellence, deconcurrence, de haute valeur (ajoutée et dusage) qui doivent accompagner un développement socio-économique local. Lensemble appelle tous les acteurs qui, par leur action, jouent un rôle de régulateur surla formation et notamment TIC à mener une action coordonnée à limage de la conduite dun grand projet.2. Présentation globale de l ‘étude 2.1. L’état des lieuxDes informations collectées à partir de l’enquête quantitative, de l’enquête qualitative, de rencontres sur leterrain, des études antérieures, et de recherche bibliographique au niveau national et international, il ressortun certain nombre de constatations énoncées ci-dessous.• Le dispositif de formation supérieure produit assez peu de diplômés TIC de niveau BAC +2/3, et très peu de niveau BAC +5. Cela concerne le domaine des TIC stricto sensu mais aussi les domaines à fort usage TIC. L’intégration des méthodes et outils des TIC dans les Sciences Humaines n’est pas entré dans les meurs. Il n’est pas proposé de formations double compétence.• L’appareil de formation professionnelle aux TIC peut être découpé en deux grands secteurs, o un secteur institutionnel et associatif bien structuré et bien équipé o un secteur privé (sociétés, entreprises individuelles) composé de micro et petites entreprises qui ont des difficultés à se positionner sur le marché.L’appareil de formation professionnelle, pour son volet TIC, reste globalement cantonné dans des formationsconcernant le secteur des applications des TIC (bureautique, applications de l’Internet,…) et ce dans desdomaines « de base » .L’appareil de formation semble globalement performant face à la demande actuelle qui est très cibléesecteur tertiaire. Les modalités pédagogiques de formation sont relativement traditionnelles, la pénétrationdes TICE est timide, la FOAD en est à ses balbutiements.• Les informations recueillies confirment les conclusions des études antérieures selon lesquelles il y a undéficit de personnels qualifiés dans le domaine des TIC à La Réunion. Cela est dans la logique du constatréalisé au niveau national et international. Ceci étant, même si notre objectif va bien au delà d’une réponse « Quelles formations TIC pour La Réunion ? » - Synthèse et recommandations - Résumé - V1.1 5
  6. 6. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVAstrictement adaptée aux besoins des entreprises locales (mobilité « positive »), il conviendra d’ajuster plusfinement le plan de formation proposé, o en recueillant des informations sur le niveau de pénétration des usages TIC à La Réunion, o en anticipant, à partir de ce constat, sur l’évolution des systèmes d’échanges et de production.Il est en l’état actuel des choses, difficile d’identifier exactement des axes novateurs de développement de lafilière TIC et de répondre à la question : « La Réunion sera-t-elle la Sylicon Vallée de l’Océan Indien ? ». Ilest néanmoins urgent de prendre des mesures conservatoires et de dégager en termes de formations auxTIC un schéma d’intervention organisé autour de trois variables-vision : rattraper, consolider, anticiper.Rattraper et consolider par une offre de formation TIC susceptible tant au niveau qualitatif que quantitatifde conforter l’appareil de production actuelAnticiper par une offre de formation intégrant les dernières avancées des technologies de communicationen vue d’accompagner l’indispensable évolution des entreprises, en vue de susciter les conditionsfavorables à la création d’activités novatrices, sources de plus value grâce une ouverture sur le marchéextérieur. ` 2.2. Diagnostic et recommandationsDe cet état des lieux se dégage un certain nombre d’idées forces : La nécessité de poursuivre et d’intensifier la lutte contre la fracture numérique tant au niveau social qu’au niveau économique global L’intérêt pour La Réunion de faire en formation aux TIC le choix du haut-niveau tant en formation initiale qu’en formation professionnelle en encourageant la validation des formations professionnelles dans le cadre des normes européennes La nécessité de conforter l’appareil de formation professionnelle de façon à le rendre plus adapté aux besoins réels, plus performant par une appropriation généralisée des TICE et des pratiques émergeantes dans la « nouvelle formation » Donner aux entreprises de tous les secteurs la possibilité d’accroître leur compétitivité par une appropriation des TIC via des actions de sensibilisation-formation de proximité Développer le FOAD comme outil de formation mais aussi en terme de production de contenus exportables Pour mettre en œuvre un plan de formation inspiré de ces idées il faut résoudre un certain nombre de préalables concernant l’environnement de formation (infrastructures, coordination, information,…).Nous proposons d’organiser le développement de ces idées selon quatre grands thèmes :Thème I : Poursuivre et accentuer la lutte contre la « fracture numérique »Thème II : Conforter un pôle d’excellence en formation universitaire dans le domaine desTICThème III : Recomposer et valoriser la formation professionnelle TIC.Thème IV : Développer la compétitivité des entreprises par les TICPour chaque thème, à partir de l’état des lieux, sont présentés les principaux axes d’intervention proposés.Les axes d’interventions, éventuellement décomposés en sous-axes, font l’objet de recommandationset/ou seront illustrés par des propositions d’actions concrètes dont la mise en œuvre est détaillées dans desfiches/action présentées en annexe. Recommandation Sous-axe Axe d’intervention Action Fiche/action ThèmeUn outil pour organiser ces recommandations et actions selon un plan stratégique faisant intervenir lesvariables-vision (rattraper, consolider, anticiper) est également proposé. Il appartiendra aux décideurs, enfonction de leur priorités propres de mettre prioritairement l’accent sur tel ou tel thème dans une visionplutôt rattrapage, plutôt consolidation ou plutôt anticipation.Dans une dernière partie sont présentés les Préalables à un schéma directeur des formations aux TIC « Quelles formations TIC pour La Réunion ? » - Synthèse et recommandations - Résumé - V1.1 6
  7. 7. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVAThème 1 : Poursuivre et accentuer la lutte contre la « fracture numérique »Même si ce thème peut sembler à la marge des préoccupations de cette étude, il nous a semblé difficilede ne pas l’évoquer dans la mesure où il est au cœur de l’objectif principal : l’appropriation des TIC par lecitoyen. 3.1. La fracture socialeDe l’état des lieux il ressort qu’un effort important a été réalisé pour mettre à la disposition des publics lesplus défavorisés des infrastructures de proximité, le projet Cyber-case en est une remarquable illustration.Il conviendrait d’Intensifier cet effort en terme• d’ infrastructures : o Multiplication des lieux d’accueil par création (Cyber-case) ou exploitation de lieux existants (écoles, sites labellisés..) o Filarité du haut débit…• d’environnement o Enrichissement et harmonisation des contenus o Renforcement d’une formation adaptée des animateurs/formateurs (à pérenniser) o Mise en place d’un dispositif de suivi et d’évaluation…Il conviendrait aussi de traiter une priorité :Il est clair que l’intégration du citoyen des générations futures dans la « Société de l’information » se ferapleinement et naturellement par l’environnement socio-culturel. Ce qui implique• La familleIl n’est pas évident d’intervenir sur l’objectif idéal : « Un terminal numérique par famille »• L’école (utilisation intégrée des TIC, lieux d’approche pour tous)Il est ici plus facile de se mobiliser sur un objectif réaliste : « Toutes les écoles équipées en 2003 »Cela suppose que, dans le cadre d’une concertation entre les partenaires impliqués, soient apportées dessolutions globales aux difficultés rencontrées :communes « pauvres », formation, sécurité, maintenance,... . 3.2. L’appropriation des TIC par tousIl serait vain de vouloir faire accéder le citoyen réunionnais à une culture TIC si les services qui lui sontproposés ne se développent pas simultanément. Cela concerne le secteur privé (banques, assurances,commerce, tourisme, …) mais aussi et surtout le secteur public (services administratifs de lÉtat et des 2collectivités) qui semble en retard à La Réunion [AN5, page 51].• Réaliser un inventaire/évaluation des services offerts dans le secteur privé. Envisager des mesures incitatives de développement.• Faire un bilan de l’existant et développer selon un plan concerté les services TIC dans les administrations de lEtat et les collectivités (projet minimum : intranet, informations en ligne, services en ligne...).,• Accompagner ce plan par un dispositif systématique de formation des personnels des administrations en collaboration avec les entreprises de formation de La Réunion.• Poursuivre et encourager le développement dapplications dans les domaines de la culture et de la cohésion sociale (promotion de lactivité, sauvegarde des spécificités culturelles,..) 3.3. La fracture économiqueIl ne faut pas sous estimer le risque de voir se créer dans le domaine qui nous concerne une fracture entreLa Réunion et les pays industrialisés. Pour essayer de limiter ce risque sans doute faut-il soutenir unepolitique imaginative et dynamique de développement de la filière TIC s’appuyant sur• un projet de formation aux TIC de haut niveau dans les secteurs novateurs• des projets recherche-développement impliquant les entreprises et organismes les plus dynamiques• une image lieu/projet bien identifiée ; dans ce contexte, on peut se demander pourquoi le site de Saint Denis du Technopole de La Réunion déclaré à vocation TIC a tant de mal à émerger et pourquoi l’installation des secteurs concernés de l’université sur ce site prend autant de retard…• l’installation à La Réunion d’un ou plusieurs « majors » du secteur. 2 Limpact des TIC sur les régions ultra périphériques. LL&A pour la Commission européenne. Synthèse (Sept 2001) http://www.erup.net « Quelles formations TIC pour La Réunion ? » - Synthèse et recommandations - Résumé - V1.1 7
  8. 8. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA4. Thème 2 : Réaliser un pôle d’excellence en formations supérieures TIC 4.1. L’état des lieuxPour ce qui concerne le secteur TIC proprement dit, on constate que pour La Réunion le nombre de Techniciens Supérieurs produits par an est de l’ordre de la cinquantaine l’Université produit chaque année une quinzaine de diplômés, niveau ingénieur TIC.Cela peut s’interpréter en terme de déficit de diplômés produits localement. 4.1.1. Un déficit par rapport à la demande locale 3Les professionnels interrogés dans le cadre de cette étude ainsi que les études précédentes ont insisté surle déficit de diplômés de haut niveau dans le domaine des TIC à La Réunion. Les raisons sont rarementexplicitées et oscillent entre l’affirmation d’un déficit absolu (pas de réponses ou mauvaises réponses auxoffres d’emploi) et le constat d’un manque d’attractivité des rémunérations qui pourraient amener les raresdiplômés (DESS RMI) à tenter leur chance à l’extérieur. 4.1.2. Un retard par rapport au contexte national 4On trouvera dans la monographie réalisée par PROTEL une présentation détaillée des filières proposées enformation initiale en France. Pour ce qui concerne les filières TIC stricto sensu, on peut présenter, parniveau de sortie, l’offre de formations pour la France et pour La Réunion : BAC+2 BAC +3 BAC+4 BAC+5 FRANCE 1014 99 196 470 RÉUNION 9 1 1 1 • On peut utiliser comme indicateur, l’offre de formation moyenne par région de France Nombre de formations proposées en France/22 et la comparer avec l’offre en région Réunion. Le rapport, offre région Réunion/offre moyenne par région France, traduit le retard de La Réunion en termes d’équipement (offre de formations) BAC +2 BAC +3 BAC+4 BAC+5 FRANCE 16,90 1,65 3,27 7,83 RÉUNION 12,36 1,37 1,37 1,37 RÉUNION/FRANCE 0,73 0,83 0,42 0,18 • On peut aussi utiliser comme indicateur l’offre moyenne de formation par million d’habitants du territoire. L’indicateur apparaissant dans le tableau se calcule ainsi : (nombre de formations proposées sur le territoire/population du territoire)x1 000 000 Le rapport, indicateur Réunion/indicateur France, traduit le retard de La Réunion en termes d’égalitédes chances BAC+2 BAC +3 BAC+4 BAC+5 FRANCE 46 5 9 21 RÉUNION 9 1 1 1 RÉUNION /FRANCE 0,20 0,22 0,11 0,053 Mise à jour de l’Étude sur la filière des TIC à La Réunion. Synthèse - Louis Harris (Aout 2000)4 Monographie des formations aux NTIC à La Réunion et en France - PROTEL (Aout 2000) « Quelles formations TIC pour La Réunion ? » - Synthèse et recommandations - Résumé - V1.1 8
  9. 9. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVALes deux indicateurs convergent pour montrer un déficit de l’offre de formation aux TIC à La Réunion. Cedéficit est particulièrement important dans les filières haut niveau. 4.1.3. Un phénomène reconnu au niveau national, européen et internationalLe déficit en ingénieurs TIC est reconnu tant au niveau européen (Carrer Space), qu’au niveau national.Suivant les études (SAGATEL, PAC, Syntec,..), les besoins estimés en ingénieurs TIC pour la France sesituent entre 11 000 et 17 000 par an. Cette situation devrait perdurer pendant au moins une décennie. 4.2. PropositionsQue ce soit au niveau III et IV et plus encore au niveau II et I, on constate un déficit de la production localede diplômés dans le domaine des TIC.On peut envisager deux axes d’intervention : • Le vivier d’étudiants disponible en amont • L’offre de formation professionnelle de haut niveau 4.2.1. Renforcer le vivier des étudiants susceptibles d’envisager une carrière dans le domaine des TICOn constate tant au niveau local que national et européen une baisse du nombre d’étudiants dans les filièresscientifiques qui constituent actuellement le vivier naturel pour les filières TIC.Les recommandations et formes d’action au niveau local peuvent se situer à deux niveaux :Actions à long terme sur la tendanceToute action pour inverser cette tendance se situe en amont, au niveau de l’enseignement secondaire voirede l’école fondamentale, et passe par des campagnes d’information, de sensibilisation, d’orientationadaptées au contexte local.Mesures de correction immédiatesDans l’immédiat il est cependant possible d’améliorer très sensiblement le vivier par un certain nombre demesures concrètes. L’idée directrice consiste à consolider le vivier par une valorisation du potentieldisponible. Ces diverses mesures s’énoncent ainsi • Développer la lutte contre l’échec par les TIC A14 DEVELOPPER LES DISPOSITIFS D’AUTOFORMATION EN 1ERE ANNEE • Aménager les premiers cycles • Renforcer les contenus relevant des TIC • Réhabiliter, au moins dans l’esprit et les contenus, l’option informatique dans le DEUG Sciences et Techniques pour l’Ingénieur, supprimée en 1999 • Création de premiers cycles adaptés • Créer un DEUST (Diplôme d’Etudes Universitaires Scientifiques et Techniques maintenu dans les réformes en cours) à forte composante TIC (DEUSTIC) qui permette ainsi d’étoffer le vivier traditionnel • Créer des licences professionnelles.Il s’agit d’exploiter les dispositions à venir, concernant les licences professionnelles qui pourront faire l’objetd’un parcours visant de nouveaux objectifs « adapter les études conduisant au DEUG pour faciliter laccèsdes étudiants qui le souhaitent, aux licences professionnelles ». Ce dispositif est particulièrement adaptépour pérenniser et valider par un diplôme national des formations professionnelles existantes. 4.2.2. Élargir l’offre de formation de haut niveauDeux sous-axes d’intervention sont proposés • Renforcer de façon significative la production de diplômés de haut niveau (Bac +5, Bac +8) dans le domaine o des TIC stricto sensu o des secteurs à forte utilisation TIC « Quelles formations TIC pour La Réunion ? » - Synthèse et recommandations - Résumé - V1.1 9
  10. 10. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA • Valoriser et renforcer les formations professionnelles 4.2.2.1. Renforcer la production de diplômés TIC de haut niveau Exemples : a. Mastère « Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication (STIC)»Recomposer l’IUP STIC ouvert en septembre 2002 et le DESS RMI (Réseau-Multimédia-Internet) en unMastère STIC (Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication) qui serait susceptible deproduire, à partir de 2005, 30 professionnels des TIC niveau BAC+5 par an, capables de faire tourner « lamachine informatique ». b. Une « École de l’Internet »Sur le modèle de l’école de Marseille, l’Institut des Applications Avancées de l’Internet (IAAI), il pourrait êtrecréé en 2004 à La Réunion, une école de l’Internet rattachée au Réseau National des Écoles de l ‘Internet(RNEI). Ce dispositif de formation de 2 ans qui pourrait faire l’objet d’une habilitation à délivrer le titred’ingénieur peut constituer un enjeu important pour La Réunion. L’originalité du concept, l’ambition desobjectifs de la formation, devraient en faire une formation-phare de haut niveau dans la ZOI.Il conviendrait de réaliser une étude de faisabilité qui devrait entre autre définir les thèmes porteurs del’école en concertation étroite avec le milieu des entreprises et de la recherche et donc proposer dessecteurs novateurs de développement pour La Réunion. c. Les formations double compétencesL’intervention des TIC se fait sentir dans tous les secteurs d’activités qui vont demander à terme un mixagedes compétences. Cette évolution doit se préparer au plus haut niveau de formation• En renforçant les TIC dans les formations à fort usage TIC (Environnement, Communication,..)• En favorisant la création de formations double compétences (Sciences humaines et sociales, BioTIC,..). 4.2.2.2. Valoriser et renforcer les formations professionnelles existantes ou en projet• En les intégrant dans des diplômes nationaux selon les nouvelles normes européennes (Bac +3, Bac+5)• En programmant le développement de ces dispositifs de façon à anticiper sur l’évolution des métiers (« nouveaux métiers ») par exemple dans le secteur de la e-économie. Exemples : a. Le Mastère « Conception et réalisation multimédia »C’est dans le secteur du Multimédia que, grâce au dynamisme de l’ILOI, la situation est la plus favorable à lamise en oeuvre de cette démarche.Actuellement en collaboration avec l’Université de Paris VIII, l’Université de La Réunion, diverses Écoles auniveau international et les entreprises du secteur, l’ILOI met en place un dispositif de formation cohérentmais basé sur une organisation complexe :Ce dispositif pourrait être recomposé pour créer un Mastère « Conception et réalisation multimédia »,prévoyant des sorties diplômantes à plusieurs niveaux dont deux diplômes à finalité professionnelle :Licence professionnelle, Mastère répondant aux normes européennes.Ce contexte est très favorable à un rapprochement université/secteur de la formationprofessionnelle/entreprises qui pourrait être exemplaire. b. Une démarche à généraliserCertaines actions proposées ou en cours dans le secteur de la formation professionnelle pourraient êtrepérennisées en des formations diplômantes dans des secteurs novateurs ou traditionnels dans lesquels desbesoins ont été identifiés : • Formation de formateurs avec spécialisation TICE Licence professionnelle (Mastère) « e- Formateur » • Sensibilisation aux nouveaux métiers (Fiche A10) Licence professionnelle « Métiers de l’Internet » « Quelles formations TIC pour La Réunion ? » - Synthèse et recommandations - Résumé - V1.1 10
  11. 11. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA • Les métiers de la micro-informatique Licence professionnelle « Maintenance et services micro- informatiques » 4.3. Disposer des outils indispensablesUn projet basé sur l’excellence et le haut niveau ne peut réussir s’il ne dispose pas des infrastructures etde la maîtrise des outils indispensables. Citons parmi les problèmes à prendre en compte et pour lesquelsnous faisons des recommandations et proposons des actions. • La prise en charge de l’accès au haut débit pour la communauté Formation-Recherche- Développement. Nous reviendrons plus en détail sur ce problème dans la dernière partie du texte • L’équipement individuel (portable, logiciels, connexion) des étudiants de formation initiale et continue • Le développement des usages chez les étudiants de toutes les sections : o Corriger les disparités dès la première année d’université o Banaliser l’utilisation des TIC en impliquant les étudiants dans des démarches FOAD • La maîtrise des outils pour l’e-formation par l’ensemble des formateurs (plate-forme, simulateur,..). A3 PREPARER LE E-LEARNING HAUT DEBIT (ELHD) « Quelles formations TIC pour La Réunion ? » - Synthèse et recommandations - Résumé - V1.1 11
  12. 12. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA5. Thème III : Recomposer et valoriser la formation professionnelle dans le domaine des TIC 5.1. L’état des lieuxEn fonction des informations disponibles sur le fichier initial de l’ensemble des organismes ayant desactivités de formation aux TIC et après identification de la cible réelle, nous proposons une segmentationdes organismes en 4 secteurs relativement homogènes : • Le secteur des entreprises individuelles noté dans la suite IND • Le secteur des entreprises ayant un statut de société noté par la suite SOC • Le secteur dit institutionnel (CCIR, Chambre des Métiers, GRETA, SCFP, AFPAR,…) • Le secteur des associations 1901 noté par la suite ASSLes secteurs IND et SOC seront dans l’analyse quelquefois regroupés pour constituer le secteur desentreprises privées noté PRIV Répartition du nombre dorganismes de la cible par segment INST : 8 10% IND : 28 ASS : 12 37% 15% SOC : 33 38%Le secteur privé représente 75 % des organismes, il s’agit pour l’essentiel de petites et micro entreprises.Pour chaque segment, on peut rapprocher le poids (nombre d’organismes du segment/nombre totald’organismes de la cible) du pourcentage de chiffre d’affaires TIC réalisé. Comparaison, pour chaque segment, du poids (nombre dorganismes) et du CA TIC réalisé 39% INST 10% 25% ASS 15% 36% PRIV 75% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% Nombre dentreprises Chiffre daffaires TIC « Quelles formations TIC pour La Réunion ? » - Synthèse et recommandations - Résumé - V1.1 12
  13. 13. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVAOn constate que les barres des secteurs INST et PRIV sont pratiquement inversées. Le secteur privé nesemble pas avoir pour ce qui concerne la formation aux TIC, la part de marché qui pourrait être la sienne.On peut rappeler les caractéristiques de l’appareil de formation au vue des variables, « métier »,« services », « usages » qui ont servi de cadre dans l’enquête quantitative.Métier : Un appareil de formation disparate avec globalement un bon potentiel, quelque part sous utilisé, àconforter par un suivi de la politique d’investissement, une aide en terme d’infrastructures communes, unrenforcement des compétences, le développement des activités de production, une structuration du marchéavec une ouverture vers l’extérieurService : Un service de bonne qualité qui maîtrise bien les techniques de formation traditionnelles mais quidoit impérativement évoluer vers l’intégration des TICE et la maîtrise de la e-formation. Ce qui devrait être,pour la profession, l’occasion de traiter la demande de base par des techniques de mises en ligne afin de seconsacrer à une offre plus spécialisée dans les domaines spécifiques aux TIC et surtout d’anticiper etd’innover dans la formation aux « nouveaux métiers » de l’Internet.Usages : Si les organismes semblent répondre correctement à la demande actuelle, ils doivent anticiper etse donner les moyens dès à présent d’étendre leur activité tant sur le plan qualitatif que quantitatif. Ilsdoivent effectivement intégrer dans leurs usages les déclarations d’intentions concernant le recentrage desformations sur l’apprenant.On peut compléter par laVision des intéressés : Au travers de la perception des intéressés eux-mêmes, on a la vision d’un appareilde formation qui subit visiblement des contraintes économiques, mais qui est parfaitement conscient desproblèmes de fond (formation des formateurs, collaboration régionale, structure du marché,..), qui a desdifficultés pour exploiter au mieux les dispositifs d’aides disponibles, qui attend une intervention forte despouvoirs publics. Si l’on rapproche cela de l’analyse des entretiens cette intervention devrait, au-delà desmesures d’aides, prendre la forme d’un « plan global à long terme mis en place en concertation avec lesacteurs de terrain ». 5.2. PropositionsOn peut envisager deux axes d’intervention : • L’appareil de formation • Les infrastructures et services. 5.2.1. Structurer l’appareil de formationL’enquête quantitative, mais surtout les entretiens, donnent l’image d’un secteur privé non structuré (enparticulier pour ce qui concerne les entreprises individuelles), en difficulté, et qui est en demande depilotage. Ce secteur aurait intérêt à se structurer sous une forme qu’il devra définir (structure coopérative,volet d’association professionnelle existante (ARTIC,..) ou spécifique à créer). Cette structure pourrait entre autres • Entreprendre un pilotage de la profession • Participer o à la veille technologique (en relation avec l’« observatoire des TIC ») o à un dispositif de contrôle qualité • Organiser une synergie des compétences et des équipements de façon à être plus concurrentiel dans les appels d’offres, y compris régionaux à venir. • Encourager la collaboration entre secteur privé et secteur public. 5.2.2. Créer des infrastructures et services mutualisés au service de la professionL’objectif est de dynamiser les organismes de formation TIC et plus particulièrement les petites et micro-entreprises en favorisant l’accès à un outil de travail performant. Cela peut prendre la forme de mise à dispositiond’infrastructures et services distribués mutualisés accessibles à des conditions raisonnables et nondiscriminatoires.Trois actions concrètes sont proposées 5.2.2.1. Créer un (des) pool de salles équipées connectées à haut débit avec applicatifs Cela permettrait aux petites entreprises • de se décharger par externalisation des tâches de maintenance « Quelles formations TIC pour La Réunion ? » - Synthèse et recommandations - Résumé - V1.1 13
  14. 14. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA • de substituer aux investissement matériels des investissements immatériels (formations nouvelles, production de contenus,..) plus productifs pour le développement du secteur TIC • de répondre plus efficacement aux appels d’offres. A4 CRÉÉR DES POOL DE SALLES ÉQUIPÉES CONNECTÉES À HAUT DÉBIT 5.2.2.2. Créer un portail de la formation aux TIC Ce portail qui pourrait être une spécialisation et une extension du site « www.runformation.org» aurait pour objet de • valoriser les formations TIC à La Réunion • améliorer la lisibilité du marché (présentation détaillée de l’offre locale et extérieure, affichage des appels d’offres et des résultats,…) • proposer un conseil formation en ligne • héberger des formations en ligne… Ce portail pourrait à terme intégrer un portail régional à même vocation (Projet PARITE-UOI/COI) A5 CRÉÉR UN PORTAIL TIC DE LA RÉUNION (PORTIC) 5.2.2.3. Former les acteurs et concepteurs de FOADÀ partir d’un re-ingénierie des actions expérimentées, il s’agit de proposer aux professionnels de la formation undispositif complet de formations de haut niveau au TICE pouvant être, à terme, validé par un diplôme national(Licence Professionnelle, Mastère). Ce type original de formation pourrait être proposé avec succès au niveaurégional (ZOI) A6 FORMER LES ACTEURS ET CONCEPTEURS DE FOAD « Quelles formations TIC pour La Réunion ? » - Synthèse et recommandations - Résumé - V1.1 14
  15. 15. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA6. Thème IV : Développer la compétitivité des entreprises par la formation aux TICDans un contexte international et afin ne pas manquer le rendez-vous avec la Société de l’Information et restercompétitives, il est fondamental que les entreprises de La Réunion, quel que soit le secteur (secondaire, tertiaire)ou le type (PME, PMI, Micro-entreprises,..), intègrent au plus vite dans leur fonctionnement de tous les jours lesTechnologies de l’information et de la Communication et en particulier prennent conscience des possibilitésoffertes par l’Internet haut débit. Il convient donc dès à présent d’accompagner les entreprises dans cette mutationincontournable des usages. 6.1. L’état des lieuxNous disposons de peu d’informations sur le niveau de pénétration des TIC dans les entreprises à LaRéunion, dont on pressent cependant qu’il est modeste ; nous reviendrons sur ce problème dans la dernièrepartie. S’ils ne fournissent pas d’indications assez précises pour structurer un plan d’action, les sondagesmettent en évidence le fait que « les usages ne sont pas à la hauteur des statistiques d’équipement et de 5connexion » .Il apparaît donc utile de programmer dès maintenant des actions destinées à accompagner l’appropriationdes TIC par les entreprises. 6.2. PropositionsNous proposons trois axes d’intervention deux concernant l’ensemble des entreprises de La Réunion • L’appropriation des TIC par les entreprises • L’adaptation des personnels un dans le contexte du développement de la FOAD • La production de contenus de formation 6.2.1. Accompagner les entreprises dans l’appropriation des TICDeux sous axes sont proposés qui sont soutenus par des actions dont la caractéristique est d’être desinterventions de proximité impliquant directement les entreprises. 6.2.1.1. Accompagner les PME/PMI dans la rénovation de leur système d’informationCette action de proximité en direction des PME/PMI, pourrait comprendre trois volets : • Information/sensibilisation fortement médiatisée et ciblée • Expertise/conseil/formation personnalisée • Formation/action des chefs d’entreprises. A7 ACCOMPAGNER lINTRODUCTION DES TIC DANS LES ENTREPRISES 6.2.1.2. Accompagner les micro-entreprises dans leur évolution vers les e-servicesLes micro-entreprises des différents secteurs (tourisme, artisanat d’art, …) devront s’adapter au nouveau contexteet seront amenées à utiliser et à mettre en œuvre, au niveau de leur entreprise, des services Internet. Ilconviendrait pour anticiper et de soutenir cette évolution de proposer par secteur des formations/actions deproximité. A8 PRÉPARER LES MICRO-ENTREPRISES À LA MISE EN ŒUVRE DE E-SERVICES 6.2.2. Maintenir et adapter le niveau de compétences en TIC des personnels 6.2.2.1. Mise à jour des compétencesS’il est vrai qu’il ne faut pas manquer le rendez-vous de la Société de l’Information et qu’il faut donc faire un effortde formation sans précédent dans tous les secteurs sous-tendant le développement des services Internet hautdébit, il n’en faut pas moins oublier qu’il faut continuer à faire tourner la « machine informatique ». Rappelons queles diverses études et les informations recueillies au niveau local témoignent d’un déficit, certes non quantifié mais5 Impact des TIC sur les régions ultra périphériques. LL&A pour la Commission européenne. Synthèse (Sept 2001)http://www.erup.net « Quelles formations TIC pour La Réunion ? » - Synthèse et recommandations - Résumé - V1.1 15
  16. 16. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVAclairement affirmé, en personnel de niveau technicien, mais aussi en personnel de niveau ingénieur dans lessecteurs traditionnels des TIC (Maintenance avancée, systèmes, réseaux, bases de données, sécurité, …). Il fautdonc faire preuve de prudence et de réalisme et ne pas tout miser sur la formation d’architectes Internet.C’est pourquoi nous proposons une formation lourde en Ingénierie Informatique avec un double objectif : • Mettre au meilleur niveau les professionnels actuellement en fonction dans les entreprises et les autres organismes • Permettre à des étudiants sortants ou à des demandeurs d’emploi d’acquérir des compétences professionnelles recherchées sur le marché de l’emploi.Le relais devrait être pris à terme par le mastère « STIC» A9 MAINTENIR L’OUTIL INFORMATIQUE DANS L’ENTREPRISECette action pourrait être complétée par une opération plus spécifique orientée logiciels libres comprenantdeux volets : • Formation à LINUX • Formation de formateurs LINUX (Procédure de certification) A15 FORMATION AU DÉVELOPPEMENT D’APPLICATIONS SOUS LINUX 6.2.2.2. Préparer aux nouveaux métiersLe développement de la e-écomomie, l’avancée des usages et services de l’Internet haut débit, entraînent unemutation incontournable à tous les niveaux et dans toutes les fonctions de l’entreprise d’aujourd’hui. Il convientdonc d’accompagner les personnels dans cette évolution/mutation des métiers. Là encore les formations relaisproposées devraient être relayées à terme par des formations diplômantes orientées vers les « nouveauxmétiers ». A10 ACCOMPAGNER L’ÉVOLUTION DES MÉTIERS 6.2.3. Anticiper une activité de production de contenus exportables 6En dehors de commandes (sites WEB, CDR, ...), réalisées par des professionnels de nombreux produits sontdéveloppés, entre autres, dans le cadre éducatif et associatif. Ainsi l’Académie organise chaque année unconcours de site WEB dont les résultats sont surprenants de qualité. Le CRDP abrite un dispositif expérimental, leCentre de développement Éditorial Régional d’Outils Multimédia (CEDEROM). L’université et l’IUFM participentactivement à l’opération Campus numérique lancée par le ministère. Dans le cadre du projet (PIC), l’ILOI a créé unatelier d’Aide et de Création..Il existe donc un intérêt, des compétences, un potentiel certain au niveau local qui, valorisés par les dispositifs deformation évoqués plus haut ( Mastère « Conception et réalisation multimédia ») devrait permettre de développerun secteur de production de contenu de formation en ligne orienté vers le marché international.Dans l’immédiat nous proposons ci-dessous trois actions avec l’objectif de tester l’une des directivesénoncées plus haut (« Une autre formation intégrant l’e-formation ») et basées sur le rapprochement dansle cadre de projets précis (programmation par projets) des différents acteurs concernés.La réflexion devra se poursuivre dans deux directions : • Est-il opportun de créer pour le volet formation un organisme selon le modèle canadien (TELUC) ou plus réaliste sur le modèle du « Virtual Centre for Innovative Learning Technologies » mis en place par l’Université de Maurice ? Comment situer ce pôle par rapport aux initiatives actuelles : CEDEROM, Atelier d’aide et de création de l’ILOI, Centre Multimédia de l’université, Plateau de créativité du Technopôle de La Réunion ? • Il conviendra également d’étudier les possibilités de collaboration régionale selon un concept de « division régionale des étapes de production » et de suivre les projets de collaboration en cours de négociation entre l’IREMIA (Université de La Réunion) et le VCILT.6 Getali, Kamboo,MEDIAMAN, MEGALITIC, WEB AGENCY,… « Quelles formations TIC pour La Réunion ? » - Synthèse et recommandations - Résumé - V1.1 16
  17. 17. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA 6.2.3.1. Repérer et valoriser les compétences existantesIl ne fait aucun doute que dans le milieu professionnel ou même grand public, volonté, potentiel, compétencesexistent qui ne demandent qu’à être encouragés, révélés, valorisées.Cette action devrait permettre d’explorer lesproduits existants, les projets en attente pour estimer la capacité/volonté locale à produire. A11 REPÉRER ET VALORISER LES COMPÉTENCES EXISTANTES 6.2.3.2. Encourager une expérience de production cibléeIl s’agit de tester, dans le cadre d’une commande ciblée, un modèle de production reposant sur la capacité àcollaborer, sur un produit pédagogique multimédia, d’acteurs relevant des différents « métiers » concernés etémanant de milieux différent (public, associatif, privé) . • Ingénierie pédagogique (Scénario, modèle pédagogique,..) • Mise en forme (Communication, graphisme, …) • Mise en œuvre (Architecture, codage, …)Cette expérience fera l’objet d’une expertise par les acteurs afin de • tester la faisabilité • définir un cahier des charges en vue d’une généralisation. A12 DÉVELOPPER LA PRODUCTION : SOUTENIR UNE EXPÉRIENCE 6.2.3.3. Tester la réactivité du milieu par un appel d’offre ouvertDans le cadre d’une opération pilote, un ou plusieurs thèmes sont proposés et font l’objet d’un appel d’offre localdont les résultats devraient permettre de tester la réactivité du milieu professionnel local. A13 DÉVELOPPER LA PRODUCTION : RÉALISER UNE OPÉRATION PILOTE « Quelles formations TIC pour La Réunion ? » - Synthèse et recommandations - Résumé - V1.1 17
  18. 18. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA7. Préalables à un schéma directeur des formations aux TICPour mettre en œuvre dans de bonnes conditions le projet de formation proposé, il nous sembleindispensable qu’un certain nombre de préalables soient réalisés concernant d’une part les infrastructures,d’autre part l’environnement des formations . 7.1. Les infrastructures : l’accés au haut débitLa condition première pour développer la formation dans un contexte FOAD est l’accés au haut débit pour lacommunauté Formation-Recherche-Développement (FRD). Nous faisons l’hypothèse qu’avec SAFE et lessolutions avancées dans l’étude IDATE/TACTIC, le problème technique de l’accés au haut-débit est résolu. Il restedonc à définir les conditions d’accés, ce qui renvoie, d’une part à la connexion à RENATER, d’autre part à lacréation du Réseau Régional Formation-Recherche-Développement (R2FRD) en chantier depuis de nombreusesannées. 7.1.1. La connexion à RENATERLe Réseau National pour la Technologie et la Recherche est un GIP financé par le Ministère de L’Éducation et lesgrands organismes de recherche. Il assure la connexion à l’internet pour la communauté FRD dans chaqueRégion, le relais est ensuite pris par les réseaux régionaux souvent subventionnés par les collectivités. Il se trouveque les DOM/TOM ont été « oubliés » au moment de la création de RENATER. Il en résulte des situationscurieuses ainsi qu’en témoigne le tableau ci-dessous qui présente la bande passante délivrée par RENATER etpar étudiant pour des universités comparables à celle de La Réunion : Pau Perpignan Corse La Réunion Nombre détudiants 2001 13193 8965 3600 10194 Connexion RENATER (Mbps) 34 34 155* 1 Kbps/étud 2,58 3,79 43 0,10 *http://www.renater.fr/Metrologie/map-Renater3/De ce tableau, il ressort qu’un étudiant de l’île Réunion dispose de 430 fois moins de bande passante qu’unétudiant de l’île Corse. Il y a là une disparité qui ne devrait pas manquer d’interpeller les décideurs[ http://www.telecom.gouv.fr/documents/ciadt_dom02.pdf ] [AN26].La connexion à RENATER doit passer dans l’immédiat à 34 Mbps pour être portée à terme à 155 Mbps. 7.1.2. Le réseau régional FRDIl faut d’urgence mettre en chantier le réseau régional FRD qui amenera le haut débit depuis le point d’arrivéeRENATER jusqu’aux établissements et organismes de la communauté FRD (Sites de l’Université, établissementsscolaires, organismes de recherche, organismes de formation, entreprises ayant une activité dedéveloppement…). Il convient par ailleurs d’optimiser ce dispositif par la mise en place d’une plaque régionale. 7.2. L’environnement : Coordonner, informer, s’informer, former Nous proposons une série de recommandations qui ne semblent peut-être pas relever directement de l’objetde l’étude mais qui nous apparaissent fortement corrélées à la cohérence et à la réussite d’un plan deformation.Ces recommandations sont présentées en un triptyque Informer, S’informer, Former (ISF) s’appuyant surune forte fonction de coordination. « Quelles formations TIC pour La Réunion ? » - Synthèse et recommandations - Résumé - V1.1 18
  19. 19. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA 7.2.1. Un indispensable outil de coordination et de pilotageAlors qu’une politique de développement des TIC est affirmée, que des moyens sont programmés, lesacteurs professionnels du secteur reprennent de façon récurrente l’idée selon laquelle il manquerait un planstratégique de développement des TIC à La Réunion. Cela apparaissait déjà dans les conclusions de l’étude 7Harris sur la filière TIC à La Réunion, c’est repris dans l’étude Lengrand sur les TIC dans les RUP, c’estlargement confirmé dans la phase qualitative de cette étude.Quelques raisons peuvent expliquer, au niveau local, ce sentiment : • L’absence de texte fondateur de cette volonté politique. • L’absence d’affichage d’un plan stratégique accompagné d’une programmation précise d’actions dans le temps • La multiplicité des services instructeurs pour les mesures DOCUP concernant les TIC. On peut considérer que l’absence de guichet unique ne facilite pas la mise en œuvre. • La référence incontournable au modèle directif et volontariste choisi dans ce domaine par l’État mauricien.À l’image du Conseil Stratégique des Technologies de l’Information (CESI), nous proposons de créer unComité pour la REunion dans la Société de l’Information (CORESI) qui pourrait coordonner et suivrel’avancée des grands projets en cours (Haut Débit, équipement du système éducatif, plan de formation TIC,collaboration public-privé, FOAD, pénétration des usages, développement des services, production decontenus, …).Ce comité pourrait comprendre • les décideurs : responsables institutionnels (État, Collectivités, …) et leurs chargés des TIC • les citoyens utilisateurs : représentants des milieux économiques, professionnels et des usagers. 7.2.2. Une campagne d’informationDes informations recueillies au cours de l’étude aussi bien que des conclusions des études précédentes ilressort que dans l’ensemble les chefs d’entreprises : • n’ont pas pris conscience des enjeux que représentent les TIC pour le développement voire la survie de leur entreprise (« gadget », « effet de mode », que sont les « start up » devenues ? Un investissement, surtout en temps, dont on ne voit pas la rentabilité : « pas le temps »,..) • sont très mal informés sur les dispositifs d’aides à l’accompagnement jugé en général difficiles d’accès.Une manifestation d’envergure, « Les assises des TIC », organisée par le Conseil Régional en 2000 avaitété l’occasion d’échanges de haut niveau. 7 Limpact des TIC sur les régions ultra périphériques. LL&A pour la Commission européenne. Synthèse (Sept 2001) http://www.erup.net « Quelles formations TIC pour La Réunion ? » - Synthèse et recommandations - Résumé - V1.1 19
  20. 20. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVAL’esprit de cette initiative ponctuelle devrait être repris dans le cadre d’une forte campagne médiatique (plande communication) pour informer/sensibiliser les chefs d’entreprises mais aussi les futurs acteurséconomiques, (jeunes, étudiants,..) ainsi que le citoyen. A1 MÉDIATISER 7.2.3. La collecte d’informationsNous avons déjà signalé que nous disposions de peu d’informations concernant le niveau de pénétrationdes usages TIC dans les entreprises de La Réunion. L’Étude Harris concernait la seule filière TIC. Les 8conclusions de l’étude Lengrand sont basées sur un sondage BVA portant sur 70 interviews téléphoniques.Cela permet de dégager des tendances, mais n’est pas suffisant pour construire un projet précisd’accompagnement des entreprises.Nous recommandons donc une étude destinée à mesurer le niveau de pénétration actuel des TIC dans lesentreprises réunionnaises. Cette étude ne devra pas seulement concerner la pénétration des outils del’Internet, sur laquelle nous avons déjà des informations, mais devrait permettre de mesurer le niveau desensibilisation, d’engagement des chefs d’entreprise, en apportant une attention particulière au secteur destrès petites et petites entreprises, de façon à dégager des axes d’intervention adaptés à la réalité locale. A2 MESURER LE NIVEAU DE PÉNÉTRATION DES USAGES TIC DANS LES ENTREPRISESRemarque : Cette étude devra être complétée par des enquêtes concernant la pénétration des usages dansles autres secteurs en particulier le secteur de l’école et celui du grand public. Ces enquêtes ne devront pasêtre conçues comme des sondages ponctuels mais comme des outils dynamiques permettant d’assurer unsuivi. 8 L’impact des TIC sur les régions ultra périphériques. LL&A pour la Commission européenne. Synthèse (Sept 2001) http://www.erup.net « Quelles formations TIC pour La Réunion ? » - Synthèse et recommandations - Résumé - V1.1 20
  21. 21. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA8. Récapitulatif des recommandations proposées a. Les actions de formations professionnellesLe tableau ci-dessous résume les principales caractéristiques des actions de formation professionnellesproposées. Ce programme prévoit 29 sessions, concerne 750 apprenants, correspond à 159 000 HA pourun coût estimé à 1,37 millions d’Euro. TOTAL A6 A6 A6 A9 A10 A15 A15 A15 A16 O1 O2 O3 N1 N2 N3Durée de la session (en heures) 8 200 500 450 300 8 200 600 40Nombre dapprenants par session 20 20 20 50 20 20 30 5 50Nombre de sessions prévues 29 4 6 3 3 2 4 2 2 3Nombre total dapprenants concernés 750 80 120 60 150 40 80 60 10 150Poids de laction en HA, Heure Apprenant(en KHA, millier dHA) 159 0,6 24 30 68 12 0,6 12 6 6Etalement du programme (en nombre dannées) 1 3 3 3 2 2 2 2 3Relais possible par cette action par une formation universitaire 55% 1 1 1 1 1 1Public concerné : Personnel des entreprises TIC 15% 1 1 1 1 1 Demandeur demplois 21% 1 1 1 1 1 1 1 Formateur 15% 1 1 1 1 1 Entreprises de formation TIC 18% 1 1 1 1 1 1 Entreprise (PME,PMI,..) tous secteurs 12% 1 1 1 1 Étudiant 21% 1 1 1 1 1 1 1 b. Analyse stratégique du programme globalRetrouvant la méthodologie proposée dans le rapport, les recommandations sont organisées par thèmes : Thème I : Poursuivre et accentuer la lutte contre la « fracture numérique » Thème II : Conforter un pôle d’excellence universitaire TIC Thème III : Recomposer et valoriser la formation professionnelle TIC Thème IV : Développer la compétitivité des entreprises par les TICautour de variables fondamentales concernant • l’axe (domaine) dont relève la recommandation : o usage o métier o service • la perspective (vision) dans laquelle on situe la recommandation o rattraper o consolider o anticiperOn obtient ainsi un tableau récapitulatif des recommandations proposées,dans lequel, pour chaquerecommandation, sont indiquée en bleu ses positions par rapport aux thèmes et par rapport aux variablesénoncées. Cela permet de mesurer pour l’ensemble du plan le « poid » (nombre de citations de lavariable/nombre total de citations) respectif de chaque variable. On constate ainsi que le programme totalproposé privilégie le thème IV, « Développer la compétitivité des entreprises par la formation aux TIC »,concerne de façon équitable métier, usages, services, et se trouve être très sensiblement orienté anticipation.Par ailleurs, nous proposons en orange les actions qui nous semblent prioritaires et qui pourraient constituerun plan d’urgence (URGENTIC). « Quelles formations TIC pour La Réunion ? » - Synthèse et recommandations - Résumé - V1.1 21
  22. 22. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA THÈME DOMAINE VISION COÛT C O Û P R C P A T R A O R S N S É M T N I U E T A É T S O S R I E TABLEAU RÉCAPITULATIF DES RECOMMANDATIONS R 1 2 3 4 L A T V R O C N A I A L I G I I B E P I T E C P M L R P D É E E / E E E S R E S R R U R OPoids des variables du programme total (en %) # 15 19 15 35 15 37 33 30 22 30 48 4,31Poids des variables du programme prioritaire (en %) 20 13 7 33 27 47 35 18 22 44 33 1,92A1 MÉDIATISER 1 1 1 1 0,15A2 MESURER LA PÉNÉTRATION DES USAGES TIC DANS LES ENTREPRISES 1 1 1 1 0,12A3 PRÉPARER LE E-LEARNING HAUT DÉBIT (ELHD) 1 1 1 0,3A4 CRÉER DES POOL DE SALLES ÉQUIPÉES CONNECTÉES À HAUT DÉBIT 1 1 1 1,28A5 CRÉÉR UN PORTAIL TIC DE LA RÉUNION 1 1 1 0,12A6 FORMER LES ACTEURS TICE 1 1 1 1 0,7A7 ACCOMPAGNER lINTRODUCTION DES TIC DANS LES ENTREPRISES 1 1 1 1 0,18A8 PRÉPARER LES MICRO-ENTREPRISESAUX E-SERVICES 1 1 1 0,15A9 MAINTENIR L’OUTIL INFORMATIQUE DANS L’ENTREPRISE 1 1 1 1 0,21A10 ACCOMPAGNER LÉVOLUTION DES MÉTIERS 1 1 1 1 0,18A11 REPÉRER ET VALORISER LES COMPÉTENCES EXISTANTES 1 1 1 0,23A12 DÉVELOPPER LA PRODUCTION : SOUTENIR UNE EXPÉRIENCE 1 1 1 1 0,09A13 DÉVELOPPER LA PRODUCTION : RÉALISER UNE OPÉRATION PILOTE 1 1 1 0,18A14 DÉVELOPPER LES DISPOSITIFS D’AUTOFORMATION 1 1 1 1 1 0,12A15 DÉVELOPPER LES LOGICIELS LIBRES : LINUX 1 1 1 1 1 0,15A16 ORGANISER LE WORKSHOP OUTILS AVANCÉS DE LINTERNET 1 1 1 1 0,12R1 Créer un Comité Régional pour la Société de lInformation (CORESI) 1 1 1 1 1 1R2 Porter la connexion RENATER à 34 Mbps et créer le R2FRD 1 1 1 1R3 Encourager les étudiants à séquiper en ordinateurs portables 1 1 1R4 Structurer la profession 1 1 1R5 Organiser activement la collaboration en formation TIC dans la Région 1 1 1 1R6 Réaliser une étude de faisabilité pour une École de lInternet 1 1 1R7 Développer et coordonner les structures de proximité 1 1 1 1R8 Équiper toutes les écoles avant fin 2003 1 1 1 1 1R9 Créer les services dans les secteurs privé et public pour le grand public 1 1 1 1R10 Donner une image forte à la filière TIC 1 1 1 1 1 RemarqueUne version dynamique de ce tableau, disponible dans la version HTML du rapport, permet de faire dessimulations et de construire à partir des recommandations proposées un plan stratégique de formationadapté aux contraintes et à la volonté politique des décideurs. « Quelles formations TIC pour La Réunion ? » - Synthèse et recommandations - Résumé - V1.1 22
  23. 23. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVAAnnexesOn trouvera ci-dessous les références de divers textes cités ou non dans le rapport et que l’on a classésuivant le sujet principal abordé. Le contenu des textes est accessible via la version HTML du rapport. Ontrouvera des informations complémentairement en activant les nombreuses URL citées dans le texte ou enconsultant la bibliographie numérique sur la FOAD accessible dans la version HTML du rapport.Développement des TICAN1 : Mise à jour de l’étude sur la filière TIC à la Réunion - Synthèse - Louis Harris Réunion (2000)AN2 : Mise à jour de l’étude sur la filière TIC à la Réunion - Enquête qualitative - Louis Harris Réunion (Juin2000)AN4 : Limpact des TIC sur les régions ultra périphériques. LL&A pour la Commission européenne. LaRéunion (Septembre 2001)AN5 : Limpact des TIC sur les régions ultra périphériques. LL&A pour la Commission européenne. Synthèse(Septembre 2001)AN6 : Orientation Budgétaires 2002 du Conseil Régional de La Réunion – Secteur TICAN9 : Compte rendu des assises TIC à La Réunion – Conseil Régional de La Réunion (Septembre 2000)AN10 : Enquête sur « Internet et les Internautes à La Réunion » – Louis Harris Réunion (Janvier 2001)A N 1 9 : Rapport du groupe « Internet du futur » - RNRT (Réseau National de Recherche enTélécommunications) (2001)AN26 : Rapport sur le suivi des décisions du CIAT dans les DOM – Michel Carpentier (Avril 2002)Formation et TICAN3 : La professionnalisation de l’offre de formation et des relations entre les utilisateurs et les organismes– Rapport final de la table ronde organisée par le secrétariat d’État aux droits des femmes et à la formationprofessionnelle (Septembre 2000)AN11 : Monographie des formations aux TIC à La Réunion et en France – PROTEL (2000)AN12 : Rapport sur la FOAD dans l’enseignement supérieur commandé par le CSTI – Télécom Paris(Septembre 2001)AN13 : « Le cordon de François » - Assises Université 2000, rapport de la commission NTIC (Juin 1990)AN14 : Étude comparative, technique et pédagogique des plates-formes pour la FOAD – OVAREP(Novembre 2000)AN15 : Compte rendu des journées « Enseignement et Apprentissage avec les Nouvelles Technologies » –Université de La Réunion (Avril 2001)AN16 : Formulaire de soumission au PRAI (Programme Régional d’Actions Innovatrices – CommissionEuropéenne) – Conseil Régional de La Réunion (Mai 2001)Évolution des métiers dans les TICAN17 : Enquête sur les besoins en compétences « Secteurs et métiers TIC » dans la région parisienne -Mairie de Paris – OFEM (Octobre 2001)AN18 : Étude sur les nouveaux métiers liés aux TIC – LENTIC (Laboratoire d’Études sur les NTIC –Université de Liège) (Janvier 2002)InfrastructuresA N 7 : Etu d e p o u r l a r é a l is a tio n d u r é s e a u d e té l é c o mmu n ic a ti o n h a u t d é b i t à L a R é u n i o n- I D ATE - TAC TIS ( N o v e mb r e 2 0 0 1 )AN8 : Schéma directeur des télécommunications à La Réunion – PROTEL (Décembre 1999)Institutions et TICAN23 : Les TIC (E) et l’Université de la RéunionAN24 : Les TIC(E) et l’Académie de La RéunionAN25 : Les TIC(E) et l’IUFMLes TIC dans la ZOIAN20 : Report of the Sub-Committee for Developing a National Strategy for the Promotion of E-Educationand E-Training for Students, the Working Community and the Public at Large - Ministry of Education andScientific Research of Maurituis (2001)AN21 : Report of the Sub-Committee to Take Stock of the Existing State of E-Education and E-Training inMauritius Ministry of Education and Scientific Research of Maurituis (2001) « Quelles formations TIC pour La Réunion ? » - Synthèse et recommandations - Résumé - V1.1 23
  24. 24. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVAAN22 : Report of the Sub-Committee on Demand for Information Technology Manpower (2001-2006) -Ministry of Education and Scientific Research of Maurituis (2001)AN27 : Comores et TIC – Atelier TIC UOI (Avril 2002)AN28 : Les TIC dans l’enseignement supérieur malgache – Atelier TIC UOI (Avril 2002)AN29 : Seychelles et TIC – Atelier TIC UOI (Avril 2002)AN30 : Maurice et TIC – Atelier TIC UOI (Avril 2002)AN31 : Rapport de l’Atelier de l’Université de l’Océan Indien sur les TIC dans les formations supérieures(Avril 2002) RemarqueLe rapport complet de cette étude est disponible au format PDF, il est également disponible avec l’ensembledes annexes au format HTML en CD ou téléchargeable sur le site du Conseil Régional de La Réunion. Cette étude a été réalisée, pour le compte du Conseil Régional de La Réunion par T E l i N OV A PG Consultant Siège Social La Réunion Les espaces de Sophia, Delta 7 Les Bories 80 route des Lucioles BP 3 7 Montgaillard 06901 SOPHIA ANTIPOLIS Cedex 97400 SAINT DENIS Téléphone : 0493955281 Téléphones : 0262301098 Mobile : 0676476182 Mobile : 0692657930 Télécopie : 0493955258 Télécopie : 0262301098 Piierrre...Conrruyttt@wanadoo...ffr P ierrre C onru y @ wanadoo frr P e e Con uy @wanadoo Piierrre...Giigorrd@wanadoo...ffr P ierrre G igord @wanadoo frr P e e G go d@wanadoo « Quelles formations TIC pour La Réunion ? » - Synthèse et recommandations - Résumé - V1.1 24

×