Thème 3: le XIXème Siècle
Chapitre 1: L’évolution politique de la France entre 1815
et 1914
I] L’échec de la monarchie constitutionnelle (1815-1848):
A la chute de
Napoléon Ier, en 1815,
la monarchie est
rétablie e...
LOUIS XVIII à gauche
et son frère Louis
XVI à droite.
Quelles sont les
différences ?
Charles X succède à son frère
en 1824. Il est partisan de
l’absolutisme. L’opposition se
fait entendre et le roi est
renve...
Les « Trois Glorieuses » racontées par les contemporains:
1830 Version de Louis Blanc Version d’Alfred de Vigny
Mardi 27
j...
Louis-Philippe, duc
d’Orléans, devient roi des
Français sous le nom de
Louis-Philippe Ier. Il
promet de maintenir la
monar...
Révolution de février 1848:
Pendant qu’aux Tuileries, les aides de camp se succédaient, et que le
roi hésitait, puis donna...
Dans un contexte de
crise économique, Louis-
Philippe Ier est contraint
d’abdiquer à la suite d’une
révolution en février ...
II] l’éphémère IIème République
(1848-1852):
Lamartine choisit
le drapeau
tricolore devant
l’Hôtel de ville de
Paris (25 f...
Extrait de la Constitution du 4 novembre 1848
En présence de Dieu et au nom du Peuple français, l'Assemblée
nationale proc...
La République est proclamée le 24 février 1848. Le
gouvernement provisoire prend des mesures démocratiques et
sociales:
Rétablissement des grandes libertés politiques:
Article 5. - La peine de mort est abolie en matière politique.
Article 8. ...
Instauration du suffrage universel masculin:
Article 24. - Le suffrage est direct et universel. Le scrutin est secret.
Art...
Le 2 mars 1848, le gouvernement provisoire proclame le suffrage universel. L’élection
à l’Assemblée Constituante du 23 avr...
Abolition de l’esclavage :
Article 6. - L'esclavage ne peut exister sur
aucune terre française
Le Gouvernement provisoire,
Considérant que l'esclavage est un attentat contre la dignité humaine ; qu'en détruisant le li...
Ouverture d’ateliers nationaux pour employer les
chômeurs. (fermés en juin 1848)
« Le 25 février, le gouvernement provisoi...
Mais la première assemblée nationale qui est élue est dominée
par les républicains modérés qui s’inquiètent des revendicat...
Une Constitution est
adoptée et en décembre
1848, Louis-Napoléon
Bonaparte est élu
président de la République
pour un mand...
III] LE SECOND EMPIRE (1852-1870):
Le 2 décembre
1852, Napoléon III est
proclamé empereur des
Français. Jusqu’en 1860,
le ...
Dans le courant
des années 1860, la
presse et les réunions
publiques se libèrent.
En 1870, la France perd
la guerre contre...
Bataille de Sedan et proclamation de la
nouvelle République:
Soubassement de la statue de la République,
place de la République à Paris
Répartition de la chambre des députés après
les élections législatives du 8 février 1871:
Républicains radicaux
6%
38 dépu...
Pendant que la France est battue à la bataille de Sedan, la République
est proclamée le 4 septembre 1870. Les premières él...
Le peuple de Paris,
craignant le retour
à la monarchie et
voulant continuer
le combat contre
les Prussiens, se
révolte lor...
CONCLUSION:
Le XIXème siècle est marqué par des bouleversements politiques en
France. L’héritage révolutionnaire laisse de...
Situez les principales
périodes :
Situez les principaux
chefs de l’Etat
Situez les principaux évènements
Second Empire
Lou...
MONARCHIE
CONSTITUTIONNELLE
MONARCHIE
CONSTITUTIONNELLE
MONARCHIE
CONSTITUTIONNELLE
DEUXIEME REPUBLIQUE
SECOND EMPIRE
TROISIEME REPUBLIQUE
Frise chronologique : 1815-1940
Louis XVIII
(1815-1824)
Charles X
(1824-1830)
Louis-
Philippe
(1830-1848)
Louis-
Napoléon
...
Chapitre 2: la naissance et l’ENRACINEMENT DE LA IIIème
République (1870-1914)
Introduction:
La IIIème République est proclamée le 4 septembre 1870, après la
défaite de la France face à la Prusse. Les ...
I. Les débuts difficiles de la
République
II. L’affirmation de la République III. La résistance républicaine face
aux cris...
I. Les débuts difficiles de la
République
II. L’affirmation de la République III. La résistance républicaine face
aux cris...
I. Les débuts difficiles de la République.
Document 1:La France
signant les préliminaires
d’un traité de paix avec
l’Empir...
Documents 2 : Article 1 du traité de paix
préliminaire de Versailles du 26 février 1871 :
• ART. 1. - La France renonce en...
Document 3 : La France en 1860 à gauche et la
France en 1875 à droite
Documents 4 : Elections législatives de 1871 et de 1881 :
Les Légitimistes et Orléanistes sont royalistes. Les
Bonapartist...
Document 5 : Lois constitutionnelles de 1875
adoptées par les royalistes modérés et les
républicains.
Peu après la proclamation de la Troisième République, la France
doit faire face à la défaite contre l’Allemagne. La paix e...
II. L’Affirmation de la République : (Partie 1)
Document 1 : Les grandes lois libérales de la République :
1881 :
• « Les ...
Document 2 : Le rôle de Jules Ferry dans l’école de
la République :
1881 :
• « Art. 1er.- Il ne sera plus perçu de rétribu...
Document 3 : Suppression des emblèmes
religieux à l’école, 1882.
Document 4 : Photo de classe en 1900
II. L’Affirmation de la République : (Partie 2)
Document 1 : Elections législatives de 1902 :
Document 2 : Aristide Briand défend le projet
de loi (6 avril 1905)
« Que s’est-il donc passé dans ce pays depuis trente-q...
Document 3 : La loi de séparation des Eglises
et de l’Etat de 1905
• « Article 1 : La République assure la liberté de cons...
Document 4 : L’organisation religieuse autour
de 1905.
AVANT 1905
(sous le régime du Concordat de 1801)
APRES 1905
(sous l...
Document 5 : Désignation de l’ennemi de la
République :
Document 6 : Adoption des symboles de la
République :
1879 :
• Le vendredi 14 février 1879, les députés adoptent la Marsei...
1880 : La République triomphante préside à la grande fête nationale du
14 juillet 1880. Le 14 juillet devient « une journé...
Au cours de la 3ème République : Les statues et surtout les bustes de
Marianne se sont multipliés dans les mairies sous la...
En 1905, l’Eglise et l’Etat sont séparés. Une loi a été votée à l’initiative
d’Aristide Briand. Les arguments sont que l’E...
III. La résistance républicaine face aux crises :
Document 1:L’Affaire Boulanger entre 1886 et 1891 : Boulanger est un hom...
Document 2 : Le Scandale de Panama en 1892 :
le scandale de Panama est une affaire de corruption autour de
l’investissemen...
Documents 3 : L’Affaire Dreyfus : Chronologie :
Septembre 1894 : L’Etat-
major découvre qu’un de
ses membres a livré des
r...
• 1896 : Découverte d’un vrai coupable : Esterhazy.
• 1898 : Janvier : Malgré les preuves de sa culpabilité, le capitaine ...
Extrait de « J’accuse » : le 13 janvier 1898, Emile Zola
réagit à l’acquittement d’Esterhazy. Son « J’accuse » va
l’amener...
Les dreyfusards et les antidreyfusards s’affrontent :
« Zola n’est pas seul. Il a avec lui les hommes de pensée contre les...
1898 : Juin : création de la Ligue des droits de l’homme. Extrait du manifeste de la Ligue des
droits de l’homme, 4 juin 1...
Document 4 : l’Union sacrée : à la veille de la Première
guerre mondiale la République a su s’imposer
Lors de la Troisième République, plusieurs crises la menacent comme
l’Affaire Boulanger (homme politique accusé d’ « attei...
L'évolution politique de la France entre 1815 et 1914
L'évolution politique de la France entre 1815 et 1914
L'évolution politique de la France entre 1815 et 1914
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

L'évolution politique de la France entre 1815 et 1914

3 558 vues

Publié le

L'éducation politique de la France entre 1815 et 1914.

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 558
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L'évolution politique de la France entre 1815 et 1914

  1. 1. Thème 3: le XIXème Siècle Chapitre 1: L’évolution politique de la France entre 1815 et 1914
  2. 2. I] L’échec de la monarchie constitutionnelle (1815-1848): A la chute de Napoléon Ier, en 1815, la monarchie est rétablie et Louis XVIII devient roi de France. Il maintient les acquis de la Révolution et impose la Charte. Celle-ci assure le partage du pouvoir entre le roi et une assemblée élue au suffrage censitaire. Article 1. - Les Français sont égaux devant la loi, quels que soient d'ailleurs leurs titres et leurs rangs. Article 4. - Leur liberté individuelle est également garantie, personne ne pouvant être poursuivi ni arrêté que dans les cas prévus par la loi, et dans la forme qu'elle prescrit. Article 6. - Cependant la religion catholique, apostolique et romaine est la religion de l'Etat. Article 8. - Les Français ont le droit de publier et de faire imprimer leurs opinions, en se conformant aux lois qui doivent réprimer les abus de cette liberté. Article 13. - La personne du roi est inviolable et sacrée. Ses ministres sont responsables. Au roi seul appartient la puissance exécutive. Article 15. - La puissance législative s'exerce collectivement par le roi, la Chambre des pairs, et la Chambre des députés des départements. Article 16. - Le roi propose la loi. Article 18. - Toute la loi doit être discutée et votée librement par la majorité de chacune des deux chambres. Article 27. - La nomination des pairs de France appartient au roi. Leur nombre est illimité ; il peut en varier les dignités, les nommer à vie ou les rendre héréditaires, selon sa volonté. Article 35. - La Chambre des députés sera composée des députés par les collèges électoraux dont l'organisation sera déterminée par des lois. Article 40. - Les électeurs qui concourent à la nomination des députés, ne peuvent avoir droit de suffrage s'ils ne paient une contribution directe de trois cent francs, et s'ils ont moins de trente ans. Donné à Paris, l’an de grâce 1814
  3. 3. LOUIS XVIII à gauche et son frère Louis XVI à droite. Quelles sont les différences ?
  4. 4. Charles X succède à son frère en 1824. Il est partisan de l’absolutisme. L’opposition se fait entendre et le roi est renversé après la révolution parisienne des « Trois Glorieuses » en 1830.
  5. 5. Les « Trois Glorieuses » racontées par les contemporains: 1830 Version de Louis Blanc Version d’Alfred de Vigny Mardi 27 juillet Le matin, la police, conformément aux ordres reçus, met hors d’usage les presses du journal Le Temps. Furieux, les typographes parcourent Paris pour répandre la nouvelle. La fièvre gagne tous les quartiers de la capitale. Les premières barricades se dressent. Aujourd’hui commence les soulèvements populaires. Les ordonnances du 25 en sont la cause (le roi Charles X prend la décision d’interdire la liberté de la presse et de dissoudre la chambre des députés). Le roi va à Compiègne et laisse les ministres faire feu sur le peuple. Dès l’avènement de Charles X, j’avais prédit qu’il tenterait d’arriver au gouvernement absolu. Mercredi 28 juillet La population s’arme et les combats commencent. Charles X refuse de retirer les ordonnances. Je ne puis traverser Paris. Les ouvriers sont lâchés […]. Ils tuent, sont fusillés, et poursuivis par la garde royale. Jeudi 29 juillet Toute la ville est couverte de barricades. Une partie de l’armée passe du côté des insurgés. Mais déjà le palais des rois était au pouvoir du peuple. Le Louvre était pris. Attaque des casernes de la rue Verte et de la Pépinière. Bravoure incomparable des ouvriers serruriers. En vingt minutes, les deux casernes sont prises. Vendredi 30 juillet Pas un prince n’a paru. Les pauvres braves de la Garde sont abandonnés sans ordre, traqués partout, chassés partout. Paris est libre. Donc, en trois jours, ce vieux trône sapé!
  6. 6. Louis-Philippe, duc d’Orléans, devient roi des Français sous le nom de Louis-Philippe Ier. Il promet de maintenir la monarchie constitutionnelle et élargit le corps électoral. Après 1840, il mène une politique de plus en plus autoritaire. Les idées républicaines grandissent. « Charles X ne peut plus rentrer dans Paris : il a fait couler le sang du peuple. La république nous exposerait à d’affreuses divisions ; elle nous brouillerait avec l’Europe. Le duc d’Orléans est un prince dévoué à la cause de la Révolution. Le duc d’Orléans ne s’est jamais battu contre nous. Le duc d’Orléans a porté au feu les couleurs tricolores. Le duc d’Orléans peut seul les porter encore ; nous n’en voulons pas d’autres. Le duc d’Orléans s’est prononcé ; il accepte la Charte comme nous l’avons toujours voulue et entendue. C’est du peuple français qu’il tiendra sa couronne. »
  7. 7. Révolution de février 1848: Pendant qu’aux Tuileries, les aides de camp se succédaient, et que le roi hésitait, puis donnait à Bugeaud le commandement général pour l’empêcher de s’en servir, l’insurrection, comme dirigée par un seul bras, s’organisait formidablement. Des hommes d’une éloquence frénétique haranguaient la foule au coin des rues; d’autres dans les églises sonnaient le tocsin à pleine volée; on coulait du plomb, on roulait des cartouches; les arbres des boulevards, les vespasiennes, les bancs, les grilles, les becs de gaz, tout fut arraché, renversé; Paris, le matin, était couvert de barricades. La résistance ne dura pas ; si bien qu’à huit heures, le peuple, de bon gré ou de force, possédait cinq casernes, presque toutes les mairies, les ponts stratégiques les plus sûrs. D’elle-même sans secousses, la monarchie se fondait dans une dissolution rapide. Page 153 document 3. Gustave Flaubert, l’éducation sentimentale, troisième partie. 1869.
  8. 8. Dans un contexte de crise économique, Louis- Philippe Ier est contraint d’abdiquer à la suite d’une révolution en février 1848.
  9. 9. II] l’éphémère IIème République (1848-1852): Lamartine choisit le drapeau tricolore devant l’Hôtel de ville de Paris (25 février 1848) Document 1 page 148.
  10. 10. Extrait de la Constitution du 4 novembre 1848 En présence de Dieu et au nom du Peuple français, l'Assemblée nationale proclame : I. - La France s'est constituée en République. En adoptant cette forme définitive de gouvernement, elle s'est proposée pour but de marcher plus librement dans la voie du progrès et de la civilisation, d'assurer une répartition de plus en plus équitable des charges et des avantages de la société, d'augmenter l'aisance de chacun par la réduction graduée des dépenses publiques et des impôts, et de faire parvenir tous les citoyens, sans nouvelle commotion, par l'action successive et constante des institutions et des lois, à un degré toujours plus élevé de moralité, de lumières et de bien- être. Article 1. - La souveraineté réside dans l'universalité des citoyens français. - Elle est inaliénable et imprescriptible. - Aucun individu, aucune fraction du peuple ne peut s'en attribuer l'exercice.
  11. 11. La République est proclamée le 24 février 1848. Le gouvernement provisoire prend des mesures démocratiques et sociales:
  12. 12. Rétablissement des grandes libertés politiques: Article 5. - La peine de mort est abolie en matière politique. Article 8. - Les citoyens ont le droit de s'associer, de s'assembler paisiblement et sans armes, de pétitionner, de manifester leurs pensées par la voie de la presse ou autrement. - L'exercice de ces droits n'a pour limites que les droits ou la liberté d'autrui et la sécurité publique. - La presse ne peut, en aucun cas, être soumise à la censure. Extrait de la Constitution du 4 novembre 1848
  13. 13. Instauration du suffrage universel masculin: Article 24. - Le suffrage est direct et universel. Le scrutin est secret. Article 25. - Sont électeurs, sans condition de cens, tous les Français âgés de vingt et un ans, et jouissant de leurs droits civils et politiques. Article 26. - Sont éligibles, sans condition de domicile, tous les électeurs âgés de vingt-cinq ans.
  14. 14. Le 2 mars 1848, le gouvernement provisoire proclame le suffrage universel. L’élection à l’Assemblée Constituante du 23 avril 1848 est la première à utiliser ce suffrage. "Nous devions aller voter ensemble au bourg de Saint-Pierre, éloigné d'une lieue de notre village. Le matin de l'élection, tous les électeurs, c'est-à-dire toute la population mâle au-dessus de vingt ans, se réunirent devant l'église. Tous ces hommes se mirent à la file deux par deux, suivant l'ordre alphabétique. Je voulus marcher au rang que m'assignait mon nom, car je savais que dans les pays et dans les temps démocratiques, il faut se faire mettre à la tête du peuple et ne pas s'y mettre soi-même. Au bout de la longue file venaient sur des chevaux de bât ou dans des charrettes, des infirmes ou des malades qui avaient voulu nous suivre ; nous ne laissions derrière nous que les enfants et les femmes ; nous étions en tout cent soixante-dix. Arrivés au haut de la colline qui domine Tocqueville, on s'arrêta un moment ; je sus qu'on désirait que je parlasse. Je grimpai donc sur le revers d'un fossé, on fit cercle autour de moi et je dis quelques mots que la circonstance m'inspira. Je rappelai à ces braves gens la gravité et l'importance de l'acte qu'ils allaient faire ; je leur recommandai de ne point se laisser accoster ni détourner par les gens, qui, à notre arrivée au bourg, pourraient chercher à les tromper ; mais de marcher sans se désunir et de rester ensemble, chacun à son rang, jusqu'à ce qu'on eût voté. «Que personne, dis-je, n'entre dans une maison pour prendre de la nourriture ou pour se sécher (il pleuvait ce jour-là) avant d'avoir accompli son devoir.» Ils crièrent qu'ainsi ils feraient et ainsi ils firent. Tous les votes furent donnés en même temps, et j'ai lieu de penser qu'ils le furent tous au même candidat. » Alexis de Tocqueville, Souvenirs, 1849, tome XII. Paris, Gallimard.
  15. 15. Abolition de l’esclavage : Article 6. - L'esclavage ne peut exister sur aucune terre française
  16. 16. Le Gouvernement provisoire, Considérant que l'esclavage est un attentat contre la dignité humaine ; qu'en détruisant le libre arbitre de l'homme, il supprime le principe naturel du droit et du devoir ; qu'il est une violation flagrante du dogme républicain : Liberté, Egalité, Fraternité. Considérant que si des mesures effectives ne suivaient pas de très près la proclamation déjà faite du principe de l'abolition, il en pourrait résulter dans les colonies les plus déplorables désordres, Décrète : article 1er : L'esclavage sera entièrement aboli dans toutes les colonies et possessions françaises, deux mois après la promulgation du présent décret dans chacune d'elles. A partir de la promulgation du présent décret dans les colonies, tout châtiment corporel, toute vente de personnes non libres, seront absolument interdits. article 5 : L'Assemblée nationale réglera la quotité de l'indemnité qui devra être accordée aux colons. article 8 : A l'avenir, même en pays étranger, il est interdit à tout Français de posséder, d'acheter ou de vendre des esclaves, et de participer, soit directement, soit indirectement à tout trafic ou exploitation de ce genre. Toute infraction à ces dispositions entraînera la perte de la qualité de citoyen français. Néanmoins les Français qui se trouvent atteints par ces prohibitions, au moment de la promulgation du présent décret, auront un délai de trois ans pour s'y conformer. Ceux qui deviendront possesseurs d'esclaves en pays étrangers, par héritage, don de mariage, devront, sous la même peine, les affranchir ou les aliéner dans le même délai, à partir du jour ou leur possession aura commencé. Décret du 27 avril 1848 du gouvernement provisoire, rédigé par Victor Schoelcher, ministre des Colonies du gouvernement provisoire.
  17. 17. Ouverture d’ateliers nationaux pour employer les chômeurs. (fermés en juin 1848) « Le 25 février, le gouvernement provisoire prenait un décret par lequel il garantissait l’existence de l’ouvrier par le travail. Le décret qui constituait les ateliers nationaux fut rendu le 27; le 28, le ministre des Travaux publics annonçait à tous les travailleurs sans emploi (nombreux durant cette période), que des travaux importants allaient être entrepris, et que les maires des douze arrondissements de Paris seraient chargés de recevoir les demandes d’ouvrage et de diriger les ouvriers vers les chantiers. Les mairies furent assiégées de demande. » D’après Daniel Stern (pseudonyme de Marie d’Agoult), Histoire de la Révolution de 1848, 1851.
  18. 18. Mais la première assemblée nationale qui est élue est dominée par les républicains modérés qui s’inquiètent des revendications populaires. En juin 1848, la fermeture des ateliers nationaux, jugés trop coûteux, provoque une révolte qui va être réprimée dans le sang. C’est la fin de la République sociale. Des milliers de morts 12000 personnes emprisonnées ou déportées en Algérie.
  19. 19. Une Constitution est adoptée et en décembre 1848, Louis-Napoléon Bonaparte est élu président de la République pour un mandat de 4 ans. Le 2 décembre 1851, avant la fin de son mandat, il met en place un coup d’Etat et s’empare de tous les pouvoirs. Après le recours à un plébiscite, Louis-Napoléon Bonaparte devient Napoléon III. « Le Peuple français veut le maintien de l'autorité de Louis- Napoléon Bonaparte, et lui délègue les pouvoirs nécessaires pour établir une constitution sur les bases proposées dans sa proclamation du 2 décembre 1851. » Plébiscite du 20 et 21 décembre 1851 « Le peuple veut le rétablissement de la dignité impériale dans la personne de Louis Napoléon Bonaparte, avec hérédité dans sa descendance directe, légitime ou adoptive, et lui donne le droit de régler l'ordre de succession au trône dans la famille Bonaparte, ainsi qu'il est prévu par le sénatus-consulte du 7 novembre 1852. » Plébiscite des 21 et 22 novembre 1852. - M’sieur le Maire, c’est quoi un bibiscite ? - C’est un mot latin qui veut dire oui.
  20. 20. III] LE SECOND EMPIRE (1852-1870): Le 2 décembre 1852, Napoléon III est proclamé empereur des Français. Jusqu’en 1860, le régime est autoritaire, les libertés d’expression et de réunions sont très restreintes mais le suffrage universel est maintenu.
  21. 21. Dans le courant des années 1860, la presse et les réunions publiques se libèrent. En 1870, la France perd la guerre contre la Prusse qui entraine la chute de l’Empire.
  22. 22. Bataille de Sedan et proclamation de la nouvelle République:
  23. 23. Soubassement de la statue de la République, place de la République à Paris
  24. 24. Répartition de la chambre des députés après les élections législatives du 8 février 1871: Républicains radicaux 6% 38 députés Républicains modérés 18% 112 députés Libéraux 11% 72 députés Bonapartistes 3% 20 députés Orléanistes 34% 214 députés Légitimistes 28% 182 députés Nombre de députés Républicains radicaux Républicains modérés Libéraux Bonapartistes Orléanistes Légitimistes
  25. 25. Pendant que la France est battue à la bataille de Sedan, la République est proclamée le 4 septembre 1870. Les premières élections législatives donnent la victoire aux royalistes.
  26. 26. Le peuple de Paris, craignant le retour à la monarchie et voulant continuer le combat contre les Prussiens, se révolte lors de Commune de Paris. Celle-ci va être réprimée dans le sang.
  27. 27. CONCLUSION: Le XIXème siècle est marqué par des bouleversements politiques en France. L’héritage révolutionnaire laisse des traces indélébiles dans les pensées des Européens mais surtout des Français. La IIIème République, qui a du mal à s’installer, s’ancre dans le paysage politique français.
  28. 28. Situez les principales périodes : Situez les principaux chefs de l’Etat Situez les principaux évènements Second Empire Louis XVIII Les « Trois Glorieuses » Commune de ParisLouis-Napoléon Bonaparte Deuxième République Jules Ferry et l’école gratuite laïque et obligatoire Louis-Philippe Coup d’Etat Monarchie Constitutionnelle (Restauration, Monarchie de Juillet) Adolphe Thiers Abolition de l’esclavage Affaire Dreyfus Napoléon III Suffrage universel masculin Révolution de Février Troisième République Charles X Séparation de l’Eglise et de l’Etat
  29. 29. MONARCHIE CONSTITUTIONNELLE
  30. 30. MONARCHIE CONSTITUTIONNELLE
  31. 31. MONARCHIE CONSTITUTIONNELLE
  32. 32. DEUXIEME REPUBLIQUE
  33. 33. SECOND EMPIRE
  34. 34. TROISIEME REPUBLIQUE
  35. 35. Frise chronologique : 1815-1940 Louis XVIII (1815-1824) Charles X (1824-1830) Louis- Philippe (1830-1848) Louis- Napoléon Bonaparte (1848-1852) Napoléon III (1852-1870) IIIème République (1870-1940) Monarchie constitutionnelle (1815-1848) Restauration (1815-1830) Monarchie de Juillet IIème République (1848-1852) Second Empire (1852-1870) IIIème République 1 2 3 4 5 6 7 9 8 1830 : Les « Trois Glorieuses » 1851: Coup d’état du 2 décembre 1871: Commune de Paris 1882: Jules Ferry et l’école gratuite laïque et obligatoire 1848 : Révolution de Février 1848, Abolition de l’esclavage, Suffrage universel masculin 1894-1906 : Affaire Dreyfus 1905: Séparation de l’Eglise et de l’Etat
  36. 36. Chapitre 2: la naissance et l’ENRACINEMENT DE LA IIIème République (1870-1914)
  37. 37. Introduction: La IIIème République est proclamée le 4 septembre 1870, après la défaite de la France face à la Prusse. Les monarchistes gagnent les premières élections législatives et la Commune de Paris se met en place. Face à la menace monarchiste, comment la IIIème République parvient-elle à s’imposer ?
  38. 38. I. Les débuts difficiles de la République II. L’affirmation de la République III. La résistance républicaine face aux crises: - Victoria DUMERY - Mathieu COURTIAL - Tessa MATHIEU - Marine DIDELON - Suzie VILLE-PICOT - Steven JORDAN - Maxime DEBEAUPUIS - Thomas HANZO - Lylian COSTANZO - Léo BENOIT-ROUX - Charlène DUROT - Romain LOPEZ - Dana ARNONE - Alexis KAISER - Enora WETTSTEIN - Angel POISSONNIER - Elisa VIENS - Alyssa DOITEAU - Paul DURIEU - Bastien VIGNE - Michael BERNET - Alexis LEBIED - Théo GALDIN - Margot BOUIH - Justine FOLCO - Mounia TBIBI
  39. 39. I. Les débuts difficiles de la République II. L’affirmation de la République III. La résistance républicaine face aux crises: - Marina BELMERABET - Kévin PERTUS - Andy RABELLE - Marie DEBEAUMONT - Elisa BOET - Anthony EL KIHEL - Sohann M’BARK - Estevan MOINARD - Laurie GEEREBAERT - Anaïs MATHIEU - Alicia GRANONE - Camille MURILLO - Philippe BONNEFOI - Léonie LESAGE - Laetitia PONTIVY - Kenza BETELLI - Lucas HEINRICH - Pauline TEISSIER - Axel PERRAUD - Eliott FERCHAT - Valentin DESCOURS - Yasmine MOUZAOUI - Adel DUPUIS - Maël LALANDE - Jefferson GAUBERT - Laura BOUDENGAIN
  40. 40. I. Les débuts difficiles de la République. Document 1:La France signant les préliminaires d’un traité de paix avec l’Empire allemand le 28 janvier 1871.
  41. 41. Documents 2 : Article 1 du traité de paix préliminaire de Versailles du 26 février 1871 : • ART. 1. - La France renonce en faveur de l'Empire allemand à tous ses droits et titres sur les territoires situés à l'est de la frontière Article 2 du traité de Francfort du 10 mai 1871 : • ART. 2. - Les sujets français, originaires des territoires cédés, domiciliés actuellement sur ce territoire, qui entendront conserver la nationalité française, jouiront, jusqu'au 1er octobre 1872, et moyennant une déclaration préalable faite à l'autorité compétente, de la faculté de transporter leur domicile en France et de s'y fixer, sans que ce droit puisse être altéré par les lois sur le service militaire, auquel cas la qualité de citoyen français leur sera maintenue.
  42. 42. Document 3 : La France en 1860 à gauche et la France en 1875 à droite
  43. 43. Documents 4 : Elections législatives de 1871 et de 1881 : Les Légitimistes et Orléanistes sont royalistes. Les Bonapartistes sont pour un Empire. Républicains radicaux 6% 38 sièges Républicains modérés 18% 112 sièges Libéraux 11% 72 sièges Bonapartistes 3% 20 sièges Orléanistes 34% 214 sièges Légitimistes 28% 182 sièges ELECTIONS LÉGISLATIVES EN 1871 Socialistes et radicaux socialistes 9%… Union républicaine 37% 204 sièges Gauche républicaine 31% 168 sièges Républicains modérés 7% 39 sièges Bonapartistes 8% 46 sièges Royalistes 8% 42 sièges ELECTIONS LÉGISLATIVES DE 1881
  44. 44. Document 5 : Lois constitutionnelles de 1875 adoptées par les royalistes modérés et les républicains.
  45. 45. Peu après la proclamation de la Troisième République, la France doit faire face à la défaite contre l’Allemagne. La paix est signée le 28 janvier 1871. Les traités de paix prévoient que la France doit être amputée d’une partie de son territoire (Alsace-Moselle). La République doit aussi faire face à l’élection d’une majorité de monarchistes à l’Assemblée nationale en 1871. Ceux-ci veulent rétablir la monarchie mais n’y parviennent pas suite à des désaccords (Orléanistes et Légitimistes). En 1875, grâce à une partie des monarchistes, des lois constitutionnelles sont adoptées pour encadrer la République. En 1881, les républicains gagnent les élections. La République commence à s’imposer.
  46. 46. II. L’Affirmation de la République : (Partie 1) Document 1 : Les grandes lois libérales de la République : 1881 : • « Les réunions publiques sont libres. • Elles peuvent avoir lieu sans autorisation préalable, sous les conditions prescrites par les articles suivants. » • « L'imprimerie et la librairie sont libres » • « Tout journal ou écrit périodique peut être publié sans déclaration ni autorisation préalable, ni dépôt de cautionnement. » 1884 : • « Les syndicats ou associations professionnelles, même de plus de vingt personnes exerçant la même profession, des métiers similaires, ou des professions connexes concourant à l'établissement de produits déterminés, pourront se constituer librement sans l'autorisation du Gouvernement. » • « Les syndicats professionnels ont exclusivement pour objet l'étude et la défense des intérêts économiques, industriels, commerciaux et agricoles. » 1901 : • « Les associations de personnes pourront se former librement sans autorisation ni déclaration préalable, mais elles ne jouiront de la capacité juridique que si elles se sont conformées aux dispositions de l'article 5. »
  47. 47. Document 2 : Le rôle de Jules Ferry dans l’école de la République : 1881 : • « Art. 1er.- Il ne sera plus perçu de rétribution scolaire dans les écoles primaires publiques, ni dans les salles d'asile publiques. Le prix de pension dans les écoles normales est supprimé. » 1882 : • « Art. 1er.- L'enseignement primaire comprend : L'instruction morale et civique ; La lecture et l'écriture ; La langue et les éléments de la littérature française ; La géographie, particulièrement celle de la France ; L'histoire, particulièrement celle de la France jusqu'à nos jours ; Quelques notions usuelles de droit et d'économie politique ; Les éléments des sciences naturelles physiques et mathématiques ; leurs applications à l'agriculture, à l'hygiène, aux arts industriels, travaux manuels et usage des outils des principaux métiers ; Les éléments du dessin, du modelage et de la musique ; La gymnastique ; Pour les garçons, les exercices militaires ; Pour les filles, les travaux à l'aiguille. » • « Art. 2.- Les écoles primaires publiques vaqueront un jour par semaine, en outre du dimanche, afin de permettre aux parents de faire donner, s'ils le désirent, à leurs enfants, l'instruction religieuse, en dehors des édifices scolaires. L'enseignement religieux est facultatif dans les écoles privées. » • « Art. 4.- L'instruction primaire est obligatoire pour les enfants des deux sexes âgés de six ans révolus à treize ans révolus ; elle peut être donnée soit dans les établissements d'instruction primaire ou secondaire, soit dans les écoles publiques ou libres, soit dans les familles, par le père de famille lui-même ou par toute personne qu'il aura choisie. » 1886 : • « Art. 17.- Dans les écoles publiques de tout ordre, l’enseignement est exclusivement confié à un personnel laïque. »
  48. 48. Document 3 : Suppression des emblèmes religieux à l’école, 1882.
  49. 49. Document 4 : Photo de classe en 1900
  50. 50. II. L’Affirmation de la République : (Partie 2) Document 1 : Elections législatives de 1902 :
  51. 51. Document 2 : Aristide Briand défend le projet de loi (6 avril 1905) « Que s’est-il donc passé dans ce pays depuis trente-quatre ans que la République vit en régime concordataire ? On peut dire que, pendant cette période, les intérêts de l’Eglise n’ont pas souffert, le budget de l’Etat s’est montré prodigue envers l’Eglise ; les subventions des départements et des communes lui ont été données, pour ainsi dire, sans compter. […] Comment s’est-elle comportée vis-à-vis de la République ? La vérité, c’est que pendant cette longue période concordataire, dans toutes les circonstances graves, difficiles, aux heures critiques où son existence a été menacée, la République a vu le clergé se dresser contre elle en ennemi […] Sous le boulangisme et plus récemment encore (durant l’Affaire Dreyfus), vous savez quelle a été l’attitude du clergé. Il n’est pas une liberté dont jouisse ce pays qui n’ait dû être conquise sans les résistances acharnées de l’Eglise : la voilà la vérité ! »
  52. 52. Document 3 : La loi de séparation des Eglises et de l’Etat de 1905 • « Article 1 : La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public. • Article 2 : La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. En conséquence, à partir du 1er janvier qui suivra la promulgation de la présente loi, seront supprimées des budgets de l'Etat, des départements et des communes, toutes dépenses relatives à l'exercice des cultes. • Pourront toutefois être inscrites auxdits budgets les dépenses relatives à des services d'aumônerie et destinées à assurer le libre exercice des cultes dans les établissements publics tels que lycées, collèges, écoles, hospices, asiles et prisons. • Les établissements publics du culte sont supprimés. • Article 3 : Dès la promulgation de la présente loi, il sera procédé par les agents de l'administration des domaines à l'inventaire descriptif et estimatif : • 1° Des biens mobiliers et immobiliers desdits établissements ; • 2° Des biens de l'Etat, des départements et des communes dont les mêmes établissements ont la jouissance. • Article 28 : Il est interdit, à l'avenir, d'élever ou d'apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l'exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions. »
  53. 53. Document 4 : L’organisation religieuse autour de 1905. AVANT 1905 (sous le régime du Concordat de 1801) APRES 1905 (sous le régime de la Loi de Séparation des Eglises et de l’Etat) - Le gouvernement garantit la liberté de conscience et de culte - Les évêques et les curés reçoivent un traitement de l’Etat - Les évêques et les curés ne reçoivent plus de traitement de l’Etat - L’Etat nomme les évêques et le pape leur donne l’investiture catholique. - Le pape nomme et investit les évêques. - L’Etat reconnait le catholicisme comme étant la religion de la majorité des Français - La République est un Etat laïc et n’est rattaché à aucune religion. - Les fidèles peuvent faire des donations à l’Eglise.
  54. 54. Document 5 : Désignation de l’ennemi de la République :
  55. 55. Document 6 : Adoption des symboles de la République : 1879 : • Le vendredi 14 février 1879, les députés adoptent la Marseillaise comme hymne national français. • Léon Gambetta, président de l’Assemblée nationale en 1879 : « L'ordre du jour appelle la discussion sur la prise en considération de la proposition de loi de M. Talandier et plusieurs de ses collègues, ayant pour objet de faire reconnaître à La Marseillaise, conformément au décret du 26 messidor an III (14 juillet 1795), son caractère de chant national français ».
  56. 56. 1880 : La République triomphante préside à la grande fête nationale du 14 juillet 1880. Le 14 juillet devient « une journée de Fête nationale annuelle ». Adopté sous la présidence de Jules Grévy.
  57. 57. Au cours de la 3ème République : Les statues et surtout les bustes de Marianne se sont multipliés dans les mairies sous la IIIème République pour remplacer les bustes de Napoléon III. Au XXème siècle, toutes les mairies ont progressivement adopté cette allégorie en la représentant de manière très épurée.
  58. 58. En 1905, l’Eglise et l’Etat sont séparés. Une loi a été votée à l’initiative d’Aristide Briand. Les arguments sont que l’Eglise a trop profité de l’Etat sans vraiment de contrepartie. Les députés anticléricaux dominent l’Assemblée nationale et disent que l’Eglise est contre l’Etat. Ce qui change entre 1904 et 1906, c’est que la loi prévoit que la République est un Etat laïc et n’est donc rattaché à aucune religion. Les gens d’église ne reçoivent plus de traitement de l’Etat. La Troisième République met en place dans les années 1880 la fête nationale et adopte la Marseillaise. Au fur et à mesure, le buste de Marianne orne toutes les mairies : preuve d’une unité et d’un attachement aux valeurs de la République.
  59. 59. III. La résistance républicaine face aux crises : Document 1:L’Affaire Boulanger entre 1886 et 1891 : Boulanger est un homme politique à l’esprit revanchard. Les mesures qu'il adopte, en tant que ministre de l’Armée, (modernisation de l'armement, améliorations des conditions de vie des soldats, radiation des cadres de l'armée des membres de famille ayant régné sur la France) lui assurent une popularité considérable. Il quitte le ministre de l’Armée et quelques années plus tard se lance en politique et va de victoires en victoires. Plusieurs personnes lui soumettent l’idée d’un coup d’état, qu’il ne va pas faire par républicanisme. Boulanger dérange et est accusé d’ « Atteinte à la sureté de l’Etat ». Il fuit avec sa maitresse à Bruxelles, il est condamné à la déportation par contumace, il se suicide deux mois après la mort de sa maitresse sur la tombe de celle-ci.
  60. 60. Document 2 : Le Scandale de Panama en 1892 : le scandale de Panama est une affaire de corruption autour de l’investissement d’épargnants et la construction du canal de Panama. Plusieurs députés républicains sont mouillés dans l’histoire, étant accusé de corruption et de ruiner les épargnants, ce qui permet aux antiparlementaristes, personnes qui sont contre un régime parlementaire, de critiquer l’Assemblée nationale.
  61. 61. Documents 3 : L’Affaire Dreyfus : Chronologie : Septembre 1894 : L’Etat- major découvre qu’un de ses membres a livré des renseignements militaires à l’Allemagne sur un bordereau. 1894-1895 : Le Capitaine Alfred Dreyfus, accusé d’en être l’auteur, est condamné à la dégradation et à la déportation à vie au bagne de Cayenne.
  62. 62. • 1896 : Découverte d’un vrai coupable : Esterhazy. • 1898 : Janvier : Malgré les preuves de sa culpabilité, le capitaine Esterhazy est acquitté par un tribunal militaire. • 1898 : Janvier : Emile Zola, fervent Dreyfusard (en faveur de Dreyfus), publie une lettre « J’accuse », adressée au président de la République, Félix Faure, dans le quotidien l’Aurore, dirigé par Georges Clemenceau.
  63. 63. Extrait de « J’accuse » : le 13 janvier 1898, Emile Zola réagit à l’acquittement d’Esterhazy. Son « J’accuse » va l’amener à être condamné à de la prison. « C’est un crime d’empoisonner les petits et les humbles, d’exaspérer les passions de réaction et d’intolérance, en s’abritant derrière l’odieux antisémitisme, dont la grande France libérale des droits de l’homme mourra, si elle n’en est pas guérie. C’est un crime que d’exploiter le patriotisme pour des œuvres de haine, et c’est un crime, enfin, que de faire du sabre le dieu moderne, lorsque toute la science humaine est au travail pour l’œuvre prochaine de vérité et de justice. J’accuse le lieutenant-colonel du Paty de Clam d’avoir été l’ouvrier diabolique de l’erreur judiciaire, en inconscient, je veux le croire, et d’avoir ensuite défendu son œuvre néfaste, depuis trois ans, par les machinations les plus saugrenues et les plus coupables. J’accuse le général Billot (ministre de la guerre en avril 1896) d’avoir eu entre les mains les preuves certaines de l’innocence de Dreyfus et de les avoir étouffées, de s’être rendu coupable de ce crime de lèse-humanité et de lèse-justice, dans un but politique et pour sauver l’état-major compromis. J’accuse enfin le premier conseil de guerre d’avoir violé le droit, en condamnant un accusé sur une pièce restée secrète, et j’accuse le second conseil de guerre d’avoir couvert cette illégalité, par ordre, en commettant à son tour le crime juridique d’acquitter sciemment un coupable. Je n’ai qu’une passion, celle de la lumière, au nom de l’humanité qui a tant souffert et qui a droit au bonheur. Ma protestation enflammée n’est que le cri de mon âme. »
  64. 64. Les dreyfusards et les antidreyfusards s’affrontent : « Zola n’est pas seul. Il a avec lui les hommes de pensée contre les hommes de pouvoir. Tous les regards qui ne sont pas déviés par les bas intérêts du fanatisme politique et religieux sont tournés vers l’île du diable, vers un rocher où agonise un homme, jeté là au mépris des lois et du droit le plus élémentaires » Jean Ajalbert, « Ça commence », Les droits de l’homme, 28 février 1898. « Cette bande de juifs à l’audace effrénée de prétendre, à force d’outrages, faire capituler la justice militaire et la contraindre à réviser un arrêt qui a justement condamné un misérable qui livrait nos secrets à l’ennemi. » Edouard Drumont, « Finissez en… », La libre parole, 1er janvier 1898 « Les amis de Dreyfus injurient tout ce qui nous est cher, notamment la patrie et l’armée. Leur complot divise et désarme la France et ils s’en réjouissent. Quand même leur client serait innocent, ils demeuraient criminels. » Maurice Barrès.
  65. 65. 1898 : Juin : création de la Ligue des droits de l’homme. Extrait du manifeste de la Ligue des droits de l’homme, 4 juin 1898. « L’œuvre de la Justice n’offrirait aucune sécurité, si la violation flagrante des droits de la défense restait sans recours. […] Il s’est fait comme une sorte de Terreur sous l’action perfide d’une campagne de diffamations et de mensonges et les vociférations organisées de « A bas, à mort les juifs ! » ont transformé en question politique une cause qui n’est en réalité que d’ordre purement judiciaire. Cette poussée d’aveugle fanatisme ajoute au devoir de redresser une injustice, celui, plus grand encore, de sauver l’âme de la France d’un grave péril. » 1899 : Nouveau procès Dreyfus devant le conseil de guerre à Rennes après la découverte d’un document faux accusant Dreyfus. L’accusation n’a plus aucune preuve et pourtant le conseil de guerre le condamne. Emile Loubet, nouveau président de la République le gracie. 1902 : Le parti républicain radical, soutien de Dreyfus, remporte les élections législatives de 1902 et 1906. 1906 : La cours de cassation casse l’arrêt du conseil de guerre. La chambre des députés réhabilite le capitaine Dreyfus. 13 juillet : Dreyfus est réintégré.
  66. 66. Document 4 : l’Union sacrée : à la veille de la Première guerre mondiale la République a su s’imposer
  67. 67. Lors de la Troisième République, plusieurs crises la menacent comme l’Affaire Boulanger (homme politique accusé d’ « atteinte à la sureté de l’Etat ») ou encore le scandale de Panama (affaire de corruption). Mais une des plus grandes crises de la République reste l’affaire Dreyfus de 1894 à 1906. L’Affaire Dreyfus met en accusation Alfred Dreyfus un capitaine de l’armée. Il est accusé d’avoir livré des renseignements à l’Allemagne. Bien qu’innocent et sans aucune réelle preuve, Dreyfus va être condamné à plusieurs reprises à la déportation. La France se divise entre les partisans et les détracteurs de Dreyfus, au sein même des familles. Zola publie « J’accuse » et met en accusation les « vrais coupables ». En 1906, Dreyfus est réhabilité. Cette affaire révèle l’antisémitisme d’une partie de la population. Cependant à l’aube de la Première guerre mondiale, la République est ancrée et l’union nationale est de mise.

×