SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  28
Cartographie de la demande et de l’utilisation des services
financiers par les populations à bas revenus au Sénégal
Résumé exécutif – Sénégal
Août 2013
1. Introduction
Cette étude a pour objectif de fournir des informations sur l’utilisation des services
financiers par les populations à bas revenus aux acteurs du secteur bancaire, des
télécommunications, de la micro-finance, des régulateurs, des institutions financières non
bancaires (EME), des gouvernements, des assureurs et des bailleurs.
L’étude décrit:
▬ Les besoins en services financiers des ménages à bas revenus tels qu’ils se
manifestent à travers leurs aspirations, les risques financiers auxquels ils font face, et
les stratégies financières que ces ménages adoptent.
▬ L’utilisation par les ménages des services financiers existants proposés par des
intermédiaires du secteur formel et informel et destinés à :
▬ Mettre de l’argent en sécurité et à en préserver la valeur pour des usages
futurs,
▬ Financer des investissements ou des dépenses temporairement supérieures à
leurs revenus,
▬ Se prémunir contre des événements pouvant affecter des membres ou des
biens du ménage,
▬ Recevoir ou envoyer de l’argent,
▬ Réaliser des paiements.
▬ La connaissance des ménages des services financiers formels existants.
▬ Leurs opinions quant à l’utilité et à l’accessibilité de ces services.

2
1. Introduction
Glossaire

Définitions

ANSD

Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie

Terme

Définition dans le cadre de l’étude

BCEAO

Banque Centrale des États de l'Afrique de l'Ouest

CBE

Coûts en Besoin de Base

Institution
financière

Ce terme fait référence aux banques, aux institutions de micro finance, aux
caisses d’épargne et à la poste.

DHS-MICS

Senegal Demographic and Health and Multiple Cluster Indicator
Survey (DHS-MICS), 2010-11

Niveau de
revenus

Le revenu utilisé dans l’étude est le revenu par individu du ménage.
Il sera calculé comme la somme des revenus du ménage divisé par le
nombre de personnes vivant dans le ménage.

EME

Émetteur non bancaire de Monnaie Électronique

ESNPS-II

Enquête Nationale de Suivi de la Pauvreté au Sénégal (deuxième
édition – 2011)

Portefeuille
électronique

Sont considérés comme portefeuilles électroniques tous les supports
électroniques permettant de stocker de la monnaie électronique (Orange
money, Yobantel, cartes prépayées Ferlo, etc…)

FMI

Fonds Monétaire International
Réseau
d’agents de
proximité avec
ou sans PFE

Sont inclus ici:
- les réseaux nationaux de proximité offrant des services de transferts
et/ou de paiement, et fonctionnant sans support de PFE: Wari, Money
Express, Joni Joni, La Poste One, etc.
- les services de transferts et paiement via le PFE, lorsqu’ils sont utilisés
en se déplaçant chez un agent pour faire le dépôt à chaque transaction.

IF

Institution financière

IMF

Institution de micro-finance

MNO

Mobile Network Operator, (Opérateur de téléphonie mobile)

PFE

Portefeuille électronique

QCM

Question à choix multiple

RGPH

Recensement Général de la Population et de l’Habitat

UEMOA

Union Économique et Monétaire Ouest Africaine

Le seuil de pauvreté fixé à 2$ par jour et par individu, établi par la Banque
Mondiale en 2005, s’élève, après conversion en parité de pouvoir d’achat et
actualisation suivant l’indice des prix à la consommation, à un seuil de 21
500 FCFA par mois et par individu en 2011.
L’ENSPS-II de l’ANSD estiment en 2011 par méthode de CBE les seuils de
pauvreté totaux par milieu de résidence suivants:
▬ 32 000 FCFA par mois et par individu à Dakar.
Seuil de
pauvreté

▬

24 300 FCFA par mois et par individu dans les autres villes (zone
urbaines).

▬

18 200 FCFA par mois et par individu dans les zones rurales.

Ces seuils prennent en compte le seuil de pauvreté alimentaire et non
alimentaire. Ces seuils estimés sont pleinement cohérents avec le seuil de
pauvreté fixé par la Banque Mondiale.
Dans le cadre de cette étude, les seuils de pauvreté estimés par l’ANSD
seront utilisés.

3
2. Méthodologie
La figure ci-dessous présente la logique de l’intervention.

Objectifs

► Entretiens avec les
acteurs
► Rédaction du
questionnaire

► Échantillonnage

Collecte des
données

► Déploiement de
l’enquête

► Entretiens
qualitatifs
► Présentation des
résultats

▬

Valider la compréhension du questionnaire
par les populations cibles

▬

Déployer l’enquête sur le territoire

Décrire les comportements financiers des
populations cibles

▬

Périmètre de
collecte de
données

Identifier des profils de comportement dans
l’échantillon

▬

Réaliser des entretiens qualitatifs sur des
représentants des profils de comportement
identifiés

▬

Présenter les résultats à l’industrie pour
obtenir et intégrer leurs commentaires dans
l’analyse de données

▬

Rédiger les rapports finaux

Cible: Population
autour du seuil de
pauvreté et sur
tout le territoire

Questionnaire
finalisé

Enquête en
région

► Analyses
statistiques
Analyse des
données

Cibler la population d’intérêt

Projet de
questionnaire

► Formation des
enquêteurs
► Pilote des
questionnaires

Rédiger un premier questionnaire

▬

Conception du
questionnaire

▬

Entretiens avec
les acteurs

Définir les sujets de recherche de l’enquête
en concertation avec les principaux acteurs

▬

► Recherche
bibliographique

▬

Base de données
incluant 1052
répondants

Entretiens
qualitatifs sur des
profils identifiés
Rapports
présentant les
résultats

4
3. Tendances générales
3. Tendances générales
Présentation de l’échantillon
Zone géographique du répondant
Zone géographique
Zone Ouest urbain (Dakar)
Zone Ouest rural (Dakar)
Zone Nord urbain (Saint Louis)
Zone Nord rural (Saint Louis)
Zone Centre-Nord urbain (Touba)
Zone Centre-Nord rural (Touba)
Zone Centre-Ouest urbain (Kaolack)
Zone Centre-Ouest rural (Kaolack)
Zone Sud urbain (Ziguinchor)
Zone Sud rural (Ziguinchor)
Zone Est urbain (Tamba)
Zone Est rural (Tamba)
Total en nombre

Répartition échantillon
10,84%
9,51%
8,37%
7,89%
8,27%
9,03%
7,98%
7,03%
7,98%
7,98%
7,22%
7,89%
1 052

Taille du ménage des répondants (en nombre d’individus dans le
ménage)
La taille des ménages des répondants
est majoritairement supérieure à 7
personnes (Pour rappel, La taille
moyenne des ménages est de 9,3
personnes au Sénégal en 2010 (DHSMICS)).

3%
26%

23%

Moins de 3
4-6
7-8

18%
31%

9-12
Plus de 12

Niveau d’éducation des répondants

Données démographiques des répondants
Variables

Homme

98,57%

Etrangers

1,43%

15- 19 ans

7,98%

20 - 24 ans

13,78%

25 – 34 ans
35 – 49 ans

15,30%
20,44%

60 ans et plus

18,16%

Non scolarisé
4%
1%
11%

16,92%

50 – 59 ans

Tranche d’âge

48,00%

Nationaux

Nationalité

52,00%

Femme

Sexe

21% de la population
sondée est non
scolarisée. Parmi les
répondants non
scolarisés, ils sont 15% à
avoir déclaré être non
scolarisés mais sachant
lire.

Répartition échantillon

Modalités

Type d’occupation du répondant
Employé public formel

1%

Employé privé formel

0%
Urbain

Ecole coranique
Collège

15%

32%
Lycée

Etudes supérieures

Niveau de revenu des ménages interrogés (mensuel par personne du
ménage)
Moins de 15 000FCFA

11%
La population sondée a
principalement des revenus
mensuels par tête entre 15
000 et 30 000
FCFA, conformément au
plan d’échantillonnage.

62%

0%
0%

Auto emploi informel péri-urbain/rural

Primaire

Diplôme technique

18%
18%

Auto emploi informel urbain

3%
16%

Non scolarisé, mais sait lire

8%

4%

Employé informel

18%

76%
25%

50%

75%

100%

entre 15 000 et 20 000 FCFA

3%
6%
39%

25%

Entre 20 000 et 30 000 FCFA
Entre 30 000 et 40 000 FCFA
Entre 40 000 et 50 000 FCFA

27%

Entre 50 000 et 60 000 FCFA
Plus de 60 000 FCFA

Péri- Urbain /Rurale
6
3. Tendances générales
Besoins et stratégies financières pour les futurs projets

Les répondants du secteur informel projettent en premier lieu
de développer leur activité.
En second lieu, les répondants du secteur informel envisagent
la création d’une nouvelle activité. Ils sont également près de
40% à vouloir construire.
Les projets principaux des personnes travaillant dans le
secteur formel sont très majoritairement l’achat ou la
construction d’une maison suivi de la création d’une nouvelle
activité.

Futurs projets les plus importants dans les deux ou trois ans à venir (QCM)
Acheter une maison/terrain/construire

38%
45%
47%

Créer une activité/nouveau business

65%

Partir/envoyer un proche à l'étranger
Acheter un véhicule
Envoyer des enfants à l'école

Formel

Développer mon activité

54%

Informel

Effectuer un pèlerinage
Améliorer la maison (achat équipement)
Cérémonie (mariage, ...)
Acheter des équipements pour l'activité
0%

Les modes de financement envisagés pour les projets sont en
majorité l’épargne et les revenus courants.

50%

100%

Modes de financement envisagés pour financer les futurs projets des
répondants (QCM)
62%

Epargne

42%
55%
50%

Revenus courants
37%

Crédit

23%

Formel

Tontines

Informel

Vente de biens
Dons
0%

50%

100%
7
3. Tendances générales
Besoins et stratégies financières face aux menaces et aux périodes d’insuffisance de revenus

Quel que soit le type d’occupation, la principale menace
perçue par les répondants comme pouvant impacter leur
situation financière est la maladie (citée par 60% des
répondants).
Face à ces menaces, l’épargne en argent est la première
précaution prise.
▬

Près de 30% des répondants comptent sur l’aide de la famille et des proches pour faire
face aux dépenses imprévues.

Précautions prises pour faire face aux menaces financières (QCM)

69%

Epargne en argent (compte, tontine, à la
maison)

57%

27%

Compte sur l'aide des parents/amis)

28%
15%

Epargne en nature (biens)

Formel

14%

Informel

13%

Aucune précaution

19%
7%

Assurances

2%
0%

78,6% des répondants déclarent connaître des périodes où
leurs revenus sont insuffisants pour subvenir à leurs
dépenses de base: 80% pour les répondants du secteur
informel et 69% pour le secteur formel.
Pour faire face aux périodes d’insuffisance de revenus, les
principales solutions des répondants sont l’aide des
proches, l’épargne en argent et la réduction des dépenses du
ménage.

50%

100%

Solutions mises en place pendant les périodes d’insuffisance de revenus
(QCM)
29%
26%

Réduction des dépenses du ménage

27%
32%

Aide des parents/amis

25%

Avance sur salaire

Formel
22%
29%

Epargne en argent (compte, tontine, à la
maison)

Informel

Crédit
Epargne en nature (vente de biens)
0%

50%

100%
8
3. Tendances générales
Détention de compte

▬

22% des ménages possèdent un compte dans une banque, 35% possèdent un compte
dans une institution de microfinance ou une mutuelle, 6% un portefeuille électronique
(PFE), et seuls 2% dans une poste.

NB: ces statistiques concernent la détention de compte par ménage (et non par adulte) et
prennent en compte la détention de PFE. En outre, il s’agit d’une cible de population
spécifique (autour du seuil de pauvreté). Ces résultats ne sont donc pas comparables aux
statistiques nationales de bancarisation.

Proportion de ménages détenteurs de compte
Compte IF ou PFE

67%

Banque
formel

47% des ménages enquêtés ont au moins un compte dans
une institution financière (IF) ou un portefeuille électronique.

51%

Microfinance/mutuelle

40%

Détient un
compte

La Poste Finances 5%
PFE

14%

Informel

Compte IF ou PFE

45%

Banque

Ne détient
pas de
compte

18%

Microfinance/mutuelle

34%

La Poste Finances 2%
PFE 5%
0%

Les non détenteurs évoquent majoritairement des raisons
religieuses (52%).
Il ressort des entretiens qualitatifs que les raisons religieuses ne sont généralement pas
bloquantes, mais combinées à d’autres raisons (trop compliqué, « ce n’est pas pour
moi », etc.). Avec quelques explications, les personnes interrogées marquent un intérêt
pour ouvrir un compte. Certaines, sensibilisées pas des proches, l’envisagent pour
sécuriser leur argent. Mais elles pensent souvent qu’il faut avoir plusieurs centaines de
milliers de FCFA pour pouvoir ouvrir un compte .

A noter que beaucoup de répondants associent le fait d’avoir un compte dans une IMF au
fait de prendre un crédit :

« je ne veux pas ouvrir de compte, car le crédit me fait peur »,
Aissatou, Dakar.

25%

50%

75%

100%

Raisons de non-ouverture de compte dans une institution financière
selon le type d’occupation et le milieu de résidence (QCM)
54%

Raisons religieuses

28%

Je n'ai pas les moyens (revenus
insuffisants/irréguliers)

12%
6%

C'est trop compliqué (paperasse/tracasseries
administratives)

12%
12%
10%
6%

Trop loin de chez moi
Je n'ai pas confiance/j'ai peur pour mon
argent (notoriété/sécurité)

8%
16%
8%

Trop d'attente au guichet

14%
0%

Informel

25%

50%

75%

Formel
9
3. Tendances générales
Raisons d’ouverture d’un compte

47% des non détenteurs de compte dans une IF seraient
intéressés à ouvrir un compte s'ils pouvaient faire des dépôts
ou des retraits dans une boutique à proximité, que ce soit les
personnes travaillant dans le formel (45%) ou l’informel (48%).
▬

32% seraient peut-être intéressées à ouvrir un compte dans une institution financière:
les actifs du secteur informel sont plus nombreux à être dans ce cas de figure que les
travailleurs du secteur formel.

Cette proportion est néanmoins à nuancer: les répondants marquent un net intérêt pour ce
service, mais il ne constitue pas toujours une raison suffisante pour l’ouverture. Environ la
moitié des interviewés en qualitatif se disaient prêts à payer plus pour avoir cette
possibilité.

Pour ceux qui ont un compte dans une IF, l’obtention de prêts
et l’épargne ont été les deux principales raisons d’ouverture.

Raisons d’ouverture de compte dans une institution financière (QCM)
71%
68%
74%

Pour épargner
43%

Pour avoir un prêt
Pour mes dépenses quotidiennes
(ménage/affaires)

20%

31%
36%

3%
1%

Pour recevoir mon salaire

56%

4%
6%

Pour recevoir de l'argent (hors salaire)

12%

Les actifs du secteur formel sont plus de la moitié à avoir ouvert un compte pour
domicilier leurs salaires.

0%

Informel urbain

La réalisation de paiements / transferts et l’épargne sont les
deux raisons les plus importantes d’ouverture d’un PFE.

64%

47%

25%

Informel rural

50%

75%

Formel

Raisons d’ouverture d’un PFE (QCM)

Pour faire/recevoir des paiements

39%

Pour épargner

26%

Autre à Préciser

22%

Pour recevoir de l'argent (hors salaire)

17%

Pour mes dépenses quotidiennes
(ménage/affaires)

17%

0%

20%

40%

60%

80%

100%

10
3. Tendances générales
Moyens de paiements

La quasi-totalité des paiements de biens et services est
réalisés en espèces au destinataire (directement ou via l’envoi
d’une autre personne).
▬

Certains paiements ne sont pas effectués par l’ensemble des répondants (39%) – les
résultats ne prennent en compte que les répondants effectuant ces paiements.

Moyens utilisés par les répondants pour payer tous types de dépenses

En espèces main à main au
destinataire

4%
2%
14%

En espèces main à main
j'envoie quelqu'un
En espèces chez un
agent/point de service

81%

Autres moyens

64% des répondants connaissent l’existence du service
paiement de facture (eau, électricité) par dépôt en espèces
chez un agent d’un réseau de proximité. Mais ils ne sont que
7% à l’utiliser.

Connaissance de l’existence du service « paiement de factures en
espèces chez un agent/point de service »
Répondants ne connaissant pas le service
7%

Cela inclut :

36%

▬

Les répondants ayant effectué au moins un paiement par espèce chez un agent/point
de service ou un paiement en espèces au bureau de poste: 7%.

▬

Les répondants n'utilisant pas le service mais connaissant l'existence de ce service:
57%.

Il semble exister un potentiel de développement de l’utilisation des services de paiement
via des réseaux d’agents de proximité.
▬

En effet, les répondants qui connaissent mais n’utilisent pas le service évoquent les
raisons suivantes:


15% évoquent le manque d’informations,



15% trouvent que les frais sont trop élevés,



13% évoquent un problème de distance.

57%

Répondants n'utilisant pas le service mais
connaissant l'existence de ce service
Répondants ayant effectué au moins un
paiement par espèce chez un agent/point de
service avec ou sans PFE ou un paiement en
espèce au bureau de poste

Les raisons pour lesquelles les répondants n'utilisent pas le service
paiement en espèces chez un agent/point de service (QCM)
Je préfère le moyen utilisé actuellement

39%

Manque d'informations

15%

Les frais sont trop chers
Loin/pas d'agence-point de vente proche

15%
13%

Pas confiance/pas fiable

12%

Ne sais pas

12%

Trop compliqué à utiliser

11%

Pas les moyens pour ce service

11%
0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% 40% 45%
11
3. Tendances générales
Émission de transfert

43% des répondants ont envoyé de l'argent au moins une fois
dans les 12 derniers mois.

Mode d’émission de transfert d’argent parmi les émetteurs

37% des répondants en ont envoyé plusieurs fois ces 12 derniers mois.
▬

78% des émetteurs utilisent des moyens formels,

▬

54% des émetteurs utilisent des moyens informels,

▬

32% utilisent les deux types de moyens.

22%

Le moyen informel le plus utilisé est l’argent confié à la
famille.
Le moyen formel le plus utilisé est l’argent envoyé par dépôt
en espèces chez un agent/point de service via ou sans PFE.

Argent confié à des parents ou des amis qui
voyagent

64%

Argent confié à d'autres personnes
(chauffeur, commerçant,…)

49%

19%

Transferts informels organisés (ex:
transporteur/courrier express/commerçants
organisés)

9%

0%

20%

40%

60%

80%

100%

Transfert formel et informel

Transfert informel

32%

Les moyens formels les plus utilisés parmi les répondants effectuant des
transferts formels selon la destination du transfert (QCM)
Toutes
Uniquement dans Uniquement hors destinations de
transferts
le pays
du pays

Les moyens informels les plus utilisés parmi les répondants effectuant des
transferts informels (QCM)

Envoi crédit téléphonique (gérant de cabine)

Transfert formel

46%

Western Union/Money Gram/RIA…

41%

PFE sans se déplacer

13%

Réseau d'agent

90%

Western Union/Money Gram/RIA…
PFE sans se déplacer

64%
0%

Réseau d'agent

73%

Western Union/Money Gram/RIA…
PFE sans se déplacer
Réseau d'agent

41%
18%
93%
12
3. Tendances générales
Émission de transfert

Les services informels sont appréciés pour :
▬

Leur gratuité, la confiance qu’ils inspirent et la simplicité pour les envois via des
proches.

▬

Leur gratuité et la non nécessité de se déplacer pour l’argent confié à d’autres
personnes (chauffeur, commerçant…).

Les utilisateurs sont conscients des risques de sécurité liés à
l’envoi d’argent par des proches qui voyagent (cité par 43%
des utilisateurs) ou d’autres personnes (cité par 52% des
utilisateurs).

Avantages des moyens informels d'envois d'argent les plus utilisés (QCM)
Ce service n'est pas cher
Confiance
Pas besoin de me déplacer
Simple à utiliser
Bien informé quand l'argent est arrivé
Service gratuit
0%
10%
20%
30%
40%
Argent confié à d'autres personnes (chauffeur, commerçant,…)

50%

Argent confié à des parents ou des amis qui voyagent

Les utilisateurs de transferts d’argent via un réseau d’agent
de proximité apprécient sa rapidité et sa sécurité.
42% des utilisateurs de transferts d’argent via réseau d’agent
estiment que le service ne présente pas d’inconvénient.
▬

Lorsqu’un inconvénient est mentionné, il s’agit de la fiabilité (le manque de liquidité
chez les agents ou les problèmes de connexions) ou du prix considéré comme élevé.

NB: Les transferts d’argent effectués par les répondants sont très majoritairement dans le
pays: 42% des répondants ont envoyé de l’argent au moins une fois dans le pays au cours
des 12 derniers mois). 4% des répondants ont envoyé de l’argent à destination de l’Afrique
hors Sénégal, et 2% hors Afrique.
Les transferts sont principalement justifiés par des dépenses courantes (citées par 80%
des émetteurs). 31% citent des frais médicaux, 22% des dépenses liées aux affaires.
Les destinataires des émissions de transferts sont très majoritairement des membres de la
famille.

Avantages de l’envoi d’argent avec dépôt en espèces chez un agent / point
de service selon les utilisateurs (QCM)
Ce service est rapide

64%

Confiance/Sûr/Sécurisé

55%

Simple à utiliser

39%

Ce service n'est pas cher

24%

Proximité/Pas loin

22%

0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90%100%
13
3. Tendances générales
Réception de transfert

66% des ménages enquêtés ont reçu de l'argent au cours des
12 derniers mois.
Les ménages sondés du secteur informel rural reçoivent moins fréquemment des transferts
d’argent que les ménages sondés du secteur informel urbain et les ménages sondés du
secteur formel.

Fréquence de réception de transfert d’argent selon le type d’occupation et
le milieu de résidence
Ne reçoit pas d'argent

Informel
urbain

30%

13%

30%

26%
Reçoit de l'argent
moins d'une fois par an

Parmi les receveurs, 81% ont reçu leur argent via des moyens
formels uniquement.

Informel
rural

47%

12%

26%

15%

Reçoit de l'argent une
fois par an
Reçoit de l'argent plus
d'une fois par an

Formel

31%

0%

Le moyen par lequel les récepteurs préfèreraient recevoir de
l’argent s’ils pouvaient choisir est « chez un agent/point de
service » (39%).
▬

10%

25%

33%

50%

27%

75%

100%

Mode de réception préféré par les récepteurs de transferts s’ils pouvaient
choisir

Au bureau de Postes

Money gram / Western Union seraient appréciés par 29% des receveurs.
10%

7%

3%

Aucun, je suis satisfait avec
le moyen utilisé
Chez un agent/point de
service

28%
39%

13%

Dans une agence
Money gram/Western
Union
Pas de préférence

14
3. Tendances générales
Avantages de moyens de réception d’argent

Les principales raisons pour lesquelles les receveurs
préfèreraient recevoir de l’argent via un agent/point de service
sont les suivantes:
▬

Proximité,

▬

Rapide : l'argent arrive plus rapidement

78%

Rapidité d’obtention de l’argent,

▬

Raisons pour lesquelles les receveurs préfèreraient recevoir de l’argent via
un agent/point de service (QCM)

Simplicité.

Plus proche de chez moi/lieu de travail

63%

Plus simple à utiliser/moins de tracasseries

36%

Je suis sûr de retirer l'argent facilement

19%

Plus confiance, sécurisé, plus fiable, plus sûr
que l'argent arrive

19%

Moins cher

15%

0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80%

Les principales raisons pour lesquelles les ménages
préfèreraient recevoir de l’argent via les réseaux de transferts
internationaux (Western Union, Moneygram etc.) sont les
suivantes:
▬

Rapidité d’obtention de l’argent,

▬

Simplicité d’utilisation.

Rapide : l'argent arrive plus rapidement

65%

Plus confiance, sécurisé, plus fiable, plus sûr
que l'argent arrive

Fiabilité sécurité,

▬

Raisons pour lesquelles les ménages préfèreraient recevoir de l’argent via
les réseaux internationaux (Western Union, Moneygram, etc.) (QCM)

47%

Plus simple à utiliser/moins de tracasseries

32%

Je suis sûr de retirer l'argent facilement

22%

Moins cher

21%

Plus proche de chez moi/lieu de travail

19%
0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80%
15
3. Tendances générales
Emprunts

La moitié des répondants ont emprunté au cours des douze
derniers mois (49%).
▬

Les prêteurs les plus fréquents (QCM)

Les populations rurales des zones de Dakar et de Saint Louis empruntent plus
fréquement de l’argent. Les populations des zones de Touba et de Ziguinchor
empruntent le moins.

2%
4%

La majorité des emprunteurs (60%) s’adressent à la famille ou
à des proches.
▬

26% des emprunteurs ont emprunté auprès d’institutions de micro-finance / mutuelles,

▬

ONG/Fond/ Gouvernement

9%

Client

10%

Fournisseur / employeur

Seuls 10% des emprunteurs ont emprunté auprès des banques.

60%

Banque

12%

Tontine

Pour les répondants qui ont pu emprunter auprès d’une banque, ils disent ne pas avoir
rencontré de difficultés en général (57%). Néanmoins, le processus administratif est cité
comme un inconvénient par 30% des emprunteurs.

Micro finance / Mutuelle
26%

Parents/amis

Les emprunts auprès de la famille concernent plus souvent les dépenses courantes
et les dépenses de santé, les emprunts auprès d’IMF servent à développer l’activité, tandis
que ceux des banques sont utilisés pour construire.

Objets des emprunts lorsque le prêteur est la famille (QCM)
Dépenses du ménage/dépenses
courantes

57%

Objets des emprunts lorsque le prêteur est une IF (QCM)

Développer mon activité…

62%

Dépenses du ménage/dépenses…

Développer mon activité
(stocks/exploitation)

27%

Pour payer des dépenses de santé

24%

Acheter des équipements pour l'activité

16%

35%

Acheter une maison/terrain/construire

10%

Acheter des équipements pour l'activité

18%

Créer une activité/nouveau business

10%

Payer des dettes
Payer des dettes
Cérémonie (mariage, funérailles)

12%
10%

13%

Payer employés/main d'œuvre

6%

Améliorer la maison (achat équipement)

4%

Pour un pèlerinage
Créer une activité/nouveau business

7%
0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70%

Emprunts
auprès
d'une
banque

1%

Pour aider quelqu'un

4%

Envoyer des enfants à l'école/à d'autres…

Emprunts
auprès
d'une IMF

3%

0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70%

16
3. Tendances générales
Épargne

66% des répondants épargnent de façon régulière ou
irrégulière.

Fréquence d’épargne parmi les épargnants réguliers selon le secteur
d’activité

31% épargnent de façon régulière (une fois par mois au moins).
Informel urbain

48%

Informel rural

52%

En majorité, les répondants épargnent pour faire face aux
dépenses inattendues: 81%.
▬

32% pour créer/développer une activité,

▬

Formel

85%

16% pour créer une activité.
0%

Tous les jours

La majorité des répondants gardent leur épargne avec eux ou
la confient à un proche: 56%.
▬

Les épargnants sont assez nombreux à placer leur épargne sur un compte bancaire ou
IMF (41%).

▬

25%

toutes les semaines

50%

75%

100%

75%

100%

tous les mois

Moyens d’épargne les plus utilisés par les épargnants (QCM)

Les tontines sont le
moyen le plus utilisé pour épargner de l’argent avec 25% des
épargnants y ayant recours.

Je le garde avec moi/je le confie à des
parents/amis

56%

3ème

Je le mets sur un compte dans une IF

41%

Je le mets dans la tontine

25%

J'achète des bijoux, des animaux, des
marchandises

11%

0%

25%

50%

17
3. Tendances générales
Épargne

Le moyen formel (Compte IF) est préféré pour sa sécurité, la
disponibilité de l’argent et la difficulté de dépenser l’argent.
Conserver l’argent avec soi ou chez des parents est apprécié
pour la disponibilité de l’argent, la proximité et la gratuité du
service.
Les tontines présentent les avantages suivants:
▬

ne peut pas être dépensé facilement,

▬

disponibilité de l’argent.

L'argent disponible
Proximité
Gratuit
Sécurité

gratuité du service

▬

Avantages des moyens d’épargne les plus utilisés (QCM)

L’épargne en nature possède comme avantages le taux
d’intérêt, la disponibilité et la proximité de l’argent.

31% des répondants ont déjà entendu parler du PFE comme
moyen d'épargne.
Les entretiens qualitatifs ont montré que :
▬

▬

Les PFE sont globalement plus connus pour les services d’achat de crédit
téléphonique, de paiement et de transferts;
Alors que les IMF et banques sont connus pour l’épargne et le crédit.

Les répondants connaissant le PFE ne l’utilisent pas pour les
raisons suivantes :
▬

Trop compliqué à utiliser,

▬

Pas d’agent agréé,

▬

Ne rapporte pas d’intérêt.

Pas de choix ou connaissance d'autres…
Taux d'intérêt
L'argent ne peut pas être facilement…
0%
25%
50%
Bijoux, animaux, marchandise
Tontine
Compte
Conserver l’argent avec soi ou chez des parents

75%

100%

Raisons invoquées par les répondants qui connaissent l’épargne via PFE
mais ne l’utilisent pas (QCM)
Trop compliqué à utiliser

39%

Pas d'agent agréé

30%

Taux d'intérêt

22%

S'inscrire est compliqué

17%

Pas besoin

17%

Connais pas

17%

Pas facile de payer avec/faire des…

13%

Pas confiance/pas fiable

13%

Les frais de retrait sont trop cher

13%
0%

20%

40%

60%

80%

100%
18
3. Tendances générales
Assurance

67% des répondants connaissent au moins un type
d’assurance.

Raisons pour lesquelles les répondants n’ont pas d’assurance (QCM)

Les répondants connaissent les assurances suivantes:
Trop cher / pas les moyens

18%

19% des ménages ont souscrit à au moins une assurance
dans les deux dernières années.

Pas besoin

17%

▬

6% des ménages ont souscrit à une assurance véhicule dans les deux dernières
années,

Ne sait pas/pas de raisons particulières

9%

▬

5% des ménages ont souscrit à une assurance santé dans les deux dernières années.
Connais pas/je sais pas comment ça
marche/Pas suffisamment d'explication

8%

▬

Assurances de véhicules (voiture, moto) pour 57%,

▬

Assurance maladie / santé pour 36%.

La principale cause de non souscription à une assurance
parmi les répondants est le prix / le manque de moyens suivi
de près par la non nécessité.
57% de ceux qui ont souscrit à une assurance l’ont fait car la
souscription était obligatoire.
▬

Ils sont 14% à déclarer avoir souscrit à une assurance par le biais de sensibilisation par
un agent.

0%

20%

40%

60%

Raisons de souscription à une assurance (QCM)
Souscription associée à un autre
service/obligatoire

57%

Sensibilisation par un agent

14%

Affiliation employeur

13%

Evénement qui m'est arrivé/à un proche

9%

Sensibilisation par un proche

8%

0%

10%

20%

30%

40%

50%

60%
19
4. Profils
4. Profils
Une segmentation comportementale en 2 étapes des répondants
1ère étape : Répartition des répondants en fonction de la détention d’un
compte

Proportion des profils d’utilisateurs de services financiers identifiés

L’échantillon de 1052 répondants du Sénégal peut se découper ainsi :
▬ 64,4% des répondants ne possèdent pas de compte (ni de compte auprès d’une IF, ni
de PFE).
▬

30,2% des répondants ont uniquement un compte auprès d’une IF . (profil « Bancarisés
traditionnels »).

▬

5,3% des répondants possédant au moins un PFE. (profil « Détenteurs d’au moins un
PFE »).

S1: Sans compte peu actifs
financièrement

2ème

étape : Segmentation statistiques des répondants sans compte et des
répondants bancarisés modernes

S2: Sans compte épargnants

5%
Parmi la population sans compte et les bancarisés traditionnels, nous avons identifié
statistiquement 5 types de comportements financiers (selon l’épargne, l’emprunt, l’envoi et
la réception d’argent).
▬ 35,6% des répondants sont des sans comptes peu actifs financièrement. Ils épargnent
de façon irrégulière ou n’épargnent pas et n’envoient pas d’argent. Ils reçoivent des
transferts d’argent et empruntent de façon modérée. (profil 1: « sans comptes peu
actifs financièrement »).
▬

16,3% des répondants sont des sans comptes épargnants. Ils épargnent
systématiquement de l’argent au moins une fois tous les deux mois. 78% des sans
comptes épargnants empruntent une fois par an ou moins. Ils reçoivent et envoient de
l’argent de façon modérée. (profil 2: « sans comptes épargnants »).

▬

S3: Sans compte émetteurs de
transferts
S4: Bancarisés traditionnels actifs en
termes de transferts

22%

S5: Bancarisés traditionnels
emprunteurs
13%

S6: Détenteurs d'au moins un PFE
16%

21,8% des répondants sont des bancarisés traditionnels actifs en termes de transferts.
Ils reçoivent tous de l’argent de façon irrégulière ou régulière. Ils sont 70% à envoyer de
l’argent, Ils empruntent et épargnent de façon modérée. (profil 4: « Bancarisés
traditionnels actifs en termes de transferts »).

▬

36%

12,5% des répondants sont des sans comptes émetteurs de transferts. Ils épargnent de
façon irrégulière ou n’épargnent pas et effectuent des transferts d’argent. Ils reçoivent
de l’argent et empruntent de façon modérée. (profil 3: « sans comptes émetteurs de
transferts »).

▬

8%

8,5% des répondants sont des bancarisés traditionnels emprunteurs . Ils ne reçoivent
jamais d’argent et sont 50% à ne pas effectuer d’envoi. En revanche, ils sont nombreux
à contracter des emprunts et épargnent de façon modérée (profil 5: « Bancarisés
traditionnels emprunteurs »).
21
4. Profils
Caractéristiques des profils

Détenteurs d’au
moins un PFE

Bancarisés
traditionnels
actifs en termes
de transferts

Bancarisés
traditionnels
emprunteurs

Sans compte
émetteurs de
transferts

Sans compte
épargnants

Sans compte
peu actifs
financièrement

.

Revenus

Occupation

Formel / Informel

Formel / Informel

Formel / Informel

Formel / Informel

Formel / Informel

Formel / Informel

Urbain / Rural

Urbain / Rural

Urbain / Rural

Urbain / Rural

Urbain / Rural

Urbain / Rural

Éducation

Milieu

Zone
géographique

Dak.

Kao.

Dak.

Kao.

St. Lou.

Dak.

Zig.

St. Lou.

Dak.

Kao.

Tam. Zig.

Tam.

Tou. St. Lou.

Dak.

Kao.

Tou.

St. Lou.

.

Âge

Genre

Dak.

Homme / Femme

.

Homme / Femme

Homme / Femme

Homme / Femme

Homme / Femme

Tendance la plus haute parmi les segments (hauts revenus, haute éducation, âge avancé…)
Tendance haute parmi les segments (hauts revenus, haute éducation, âge avancé…)
Tendance dans la moyenne de la population sondée
Tendance basse parmi les segments (bas revenus, faible éducation, jeune…)
Tendance la plus basse parmi les segments (bas revenus, faible éducation, jeune…)

Homme / Femme

22
4. Profils
Connaissances des services financiers selon les profils: connaissance des services offerts via le PFE

La connaissance des moyens de paiement via des agents de proximité ou des PFE, et de
l’épargne sur PFE augmente clairement avec le niveau d’inclusion financière :
▬ L’activité de transferts financiers (émetteurs ou receveurs)
▬

La détention ou non d’un compte dans une IF,.

Connaissance des moyens de paiements en gardant de l'argent sur le
PFE sans se déplacer
S6: Détenteurs d'au moins un PFE

S5: Bancarisés traditionnels emprunteurs
S4: Bancarisés traditionnels actifs en termes…
S3: Sans compte émetteurs de transferts

Il faut cependant noter que la connaissance « de nom » est souvent très différente de la
connaissance réelle du service. Peu savent que l’on peut à la fois
épargner, transférer, payer des factures et du crédit téléphone avec un PFE.
▬

Les moyens d’émissions d’argent via guichet ou PFE sont en général plus connus que
les moyens de paiement ou d’épargne via guichet ou PFE.

▬

Les moyens de transfert d’argent par voie formelle sont très connus des populations
détenteurs d’au moins un PFE.

S1: Sans compte peu actifs financièrement

Très peu connaissent l’ensemble des services possibles dans une IF ou avec un PFE.

▬

S2: Sans compte épargnants

▬

▬

▬

Les détenteurs de PFE ou de compte dans une IF sont plus au courant des moyens
d’envoyer de l’argent via voie formelle que les populations sans comptes, et en
particulier les détenteurs d’au moins un PFE.
Les bancarisés traditionnels emprunteurs ou actifs en termes de transferts sont
également connaisseurs des moyens d’envois d’argent formel, alors que les bancarisés
traditionnels emprunteurs sont bien moins actifs en termes de transferts (0% ne
reçoivent de l’argent et seulement 50% en envoient).
Les détenteurs d’au moins un PFE et les bancarisés traditionnels actifs en termes de
transferts sont les plus à jour sur les moyens de paiements, que ce soit au guichet ou
via PFE.

▬

Les sans comptes peu actifs financièrement sont le profil le moins connaisseurs des
moyens de paiement ou d’épargne.

▬

Les bancarisés traditionnels emprunteurs ont moins connaissance des moyens de
paiements mais une meilleure connaissance des moyens d’épargne.

Non

Oui

0%

25%

50%

75%

100%

Connaissance des moyens d’envois d’argent en stockant de l'argent sur le
PFE sans se déplacer
S6: Détenteurs d'au moins un PFE
S5: Bancarisés traditionnels emprunteurs
S4: Bancarisés traditionnels actifs en termes…
S3: Sans compte émetteurs de transferts
S2: Sans compte épargnants
S1: Sans compte peu actifs financièrement
Non

Oui

0%

25%

50%

75%

100%

Connaissance des moyens d’épargner en gardant de l'argent sur le PFE
sans se déplacer
S6: Détenteurs d'au moins un PFE
S5: Bancarisés traditionnels emprunteurs
S4: Bancarisés traditionnels actifs en termes…
S3: Sans compte émetteurs de transferts
S2: Sans compte épargnants
S1: Sans compte peu actifs financièrement
Non

Oui

0%

25%

50%

75%

100%
23
4. Profils
Raisons d’ouverture et de non-ouverture de compte
Raisons d’ouverture d’un compte dans une IF ou d’un PFE (selon le profil)
Pour ce qui concerne les IMF, le fait d’avoir un compte –et même le fait d’épargner– est
largement associé à l’accès au crédit:

S6: Détenteurs d'au moins un PFE

Les produits d’épargne et leur caractéristiques (rémunération, etc.) sont peu connus , y
compris par les détenteurs..
Les détenteurs de PFE de leur côté, ont des raisons d’ouverture diverses: chacun a
souscrit dans un but précis, et sans forcément recourir aux autres services, par manque
d’information.
▬ L’épargne est la principale motivation pour l’ouverture d’un compte
▬

▬

Les détenteurs d’au moins un PFE présentent des motivations plus variées avec une
importance plus grande pour la domiciliation de salaire, assurer l’avenir de leur
enfant, la réception et l’envoi d’argent et les dépenses quotidiennes. On note que la
réalisation d’emprunt n’est pas autant prioritaire pour ce segment qu’elle l’est pour les
bancarisés traditionnels.
Les bancarisés traditionnels actifs en termes de transferts sont majoritairement motivés
à ouvrir un compte pour un enfant et pour assurer son avenir. Ils sont peu à mettre en
avant la possibilité d’effectuer des transferts comme raison d’ouverture de
compte, malgré une forte activité de transfert.

S5: Bancarisés traditionnels emprunteurs

S4: Bancarisés traditionnels actifs en
termes de transferts

54%

27%
32%
23%
21%
18%
13%

3%
6%
1%

6%
5%
2%

36%

16%

47%

53%

26%

11%

0%
25%
Pour épargner
Pour avoir un prêt
Pour mes dépenses quotidiennes (ménage/affaires)
Pour recevoir mon salaire
Pour faire/recevoir des paiements
Pour recevoir de l'argent (hors salaire)

50%

69%

71%

75%

Raisons de non-ouverture de compte dans une IF (selon le profil)

Les « Raisons religieuses » sont de loin la principale raison
citée par les répondants sans comptes ou détenteurs de PFE
pour leur non-utilisation d’un compte dans une IF.
▬

Il ne s’agit néanmoins pas d’un éléments bloquant. Il est souvent associé à une ou
plusieurs autres raisons et lié au fait d’avoir peur du crédit.

▬

D’après les entretiens qualitatifs, les non détenteurs épargnants sont toutefois moins
nombreux à citer ces raisons religieuses, car ils sont globalement mieux sensibilisés.
Plusieurs d’entre eux envisagent l’ouverture d’un compte dans une IF, souvent par
sensibilisation de la part de proches. Les critères susceptibles de les motiver étant
la sécurisation de l’argent et l’accès au crédit. Lorsque l’ouverture est
envisagée, les critères de choix de l’institution spontanément mentionnés sont
les conseils donnés par les proches et l’accès au crédit.

▬

Pour les non détenteurs actifs financièrement, on notera que la facilité de dépôt et
retrait (disposer de son argent à tout moment et facilement) apparaît comme
importante.

7%
S6: Détenteurs d'au moins un PFE
60%
S3: Sans comptes émetteurs de transferts
44%
S2: Sans comptes épargnants
S1: Sans comptes peu actifs
financièrement

56%

Raisons religieuses
0%
25%
50%
C'est trop compliqué (paperasse/tracasseries administratives)
Je n'ai pas les moyens (revenus insuffisants/irréguliers)
Trop d'attente au guichet
Trop loin de chez moi
Connais pas/je sais pas comment ça marche/Pas suffisamment d'explication

75%

24
4. Profils
Poids économiques
Possède au moins un PFE

0,16 Millions d’individus
(2,3% de la population >15 ans)
3,4 Mds FCFA de revenu
Mensuel (0,6% du PIB annuel)
Possède un compte auprès d’une IF

1,06 Millions d’individus
(14,8% de la population >15 ans)
17,9 Mds FCFA de revenu mensuel
(3,2% du PIB annuel)
Emprunts
Épargne
Émission
Réception

Bancarisés
traditionnels
actifs en
terme de transfert

Sans compte
émetteurs de transferts

Détenteurs
d’au moins
un PFE

Possède un compte auprès d’une IF

0,43 Millions d’individus
Bancarisés
traditionnels
emprunteurs

Sans compte épargnants

(6,0% de la population >15 ans)
7,9 Mds FCFA de revenu mensuel
(1,4 % du PIB annuel)

Sans compte
comptes
peu actifs
financièrement

0,82 Millions d’individus

0,70 Millions d’individus

1,84 Millions d’individus

(11,5% de la population >15 ans)
14,8 Mds FCFA de revenu
mensuel(2,6% du PIB annuel)

(9,8% de la population >15 ans)
11,7 Mds FCFA de revenu
mensuel(2,1% du PIB annuel)

(25,7% de la population >15 ans)
27,1 Mds FCFA de revenu
mensuel(4,8% du PIB annuel)

Emprunts
Épargne
Émission
Réception

Emprunts
Épargne
Émission
Réception

Emprunts
Épargne
Émission
Réception

Emprunts
Épargne
Émission
Réception

Emprunts
Épargne
Émission
Réception

Les populations à
faibles revenus
étudiées
représentent 70%
de la population
de plus de 15 ans
du Sénégal et
15% du PIB
national

Clés de lecture
0%
25%
50%
75%
100%
25
4. Profils
Portraits
Une description détaillées des portraits des profils identifiés est disponible dans le rapport détaillé de l’étude (disponible uniquement en français)..

Madjiguene,
fabrique des bijoux en perles
Gathy, 40 ans,
vendeuse de sandwichs et viande grillée
Bancarisés
traditionnels
actifs en
terme de transfert

Détenteurs d’au
moins un PFE

Bancarisés
traditionnels
emprunteurs

Papa,
30 ans,
menuisier bois

Sans compte
émetteurs de transferts

Pape , 45 ans, menuisier métallique

Sans compte épargnants

Assane, 27 ans, pêcheur

Sans compte peu actifs
financièrement

Babacar, agriculteur

26
The project was completed in collaboration
with EY and Horus Development Finance.

27
Advancing financial inclusion to improve the lives of the poor

www.cgap.org

Contenu connexe

En vedette

Planes correlatividades-11-definitivo
Planes correlatividades-11-definitivoPlanes correlatividades-11-definitivo
Planes correlatividades-11-definitivoFrancisco Quintana
 
Uso de las TIC en la Mejora de los Procesos de Aprendizaje
Uso de las TIC en la Mejora de los Procesos de AprendizajeUso de las TIC en la Mejora de los Procesos de Aprendizaje
Uso de las TIC en la Mejora de los Procesos de AprendizajeMarco Antonio Martíne
 
Bioseñales y sistemas de información
Bioseñales y sistemas de informaciónBioseñales y sistemas de información
Bioseñales y sistemas de informaciónBrain Dynamics
 
Psicologa de los espacios
Psicologa de los espaciosPsicologa de los espacios
Psicologa de los espaciosFerx Alvz
 
Affichettes offres d'emploi pour l'étranger janvier 2017
Affichettes offres d'emploi pour l'étranger janvier 2017Affichettes offres d'emploi pour l'étranger janvier 2017
Affichettes offres d'emploi pour l'étranger janvier 2017Club TELI
 
Trabajo Practico N° 1
Trabajo Practico N° 1Trabajo Practico N° 1
Trabajo Practico N° 1Luli Silva
 
Atelier école : recherche d'information, ressources et outils collaboratifs
Atelier école : recherche d'information, ressources et outils collaboratifsAtelier école : recherche d'information, ressources et outils collaboratifs
Atelier école : recherche d'information, ressources et outils collaboratifschauvinclo
 
Tecnologia y competitividad
Tecnologia y competitividadTecnologia y competitividad
Tecnologia y competitividadMaria Garcia
 
Les Produits du Quotidien Connectés
Les Produits du Quotidien ConnectésLes Produits du Quotidien Connectés
Les Produits du Quotidien ConnectésChristophe Ballihaut
 
Informations pour les exposants: World Publishing Expo 2012 Frankfurt 2012
Informations pour les exposants: World Publishing Expo 2012 Frankfurt 2012Informations pour les exposants: World Publishing Expo 2012 Frankfurt 2012
Informations pour les exposants: World Publishing Expo 2012 Frankfurt 2012WAN-IFRA
 
Como elaborar un blog 2011
Como elaborar un blog 2011Como elaborar un blog 2011
Como elaborar un blog 2011Tatiana Muñoz
 
(In)justices sociales et inégalités. le cas chilien barozet, mac-clure 03...
(In)justices sociales et inégalités. le cas chilien   barozet, mac-clure 03...(In)justices sociales et inégalités. le cas chilien   barozet, mac-clure 03...
(In)justices sociales et inégalités. le cas chilien barozet, mac-clure 03...adbespagnol
 
Notice en ligne croisé simple
Notice en ligne   croisé simpleNotice en ligne   croisé simple
Notice en ligne croisé simplecolimacon
 
Pdf+sonido
Pdf+sonidoPdf+sonido
Pdf+sonidocenefedr
 

En vedette (20)

Planes correlatividades-11-definitivo
Planes correlatividades-11-definitivoPlanes correlatividades-11-definitivo
Planes correlatividades-11-definitivo
 
Uso de las TIC en la Mejora de los Procesos de Aprendizaje
Uso de las TIC en la Mejora de los Procesos de AprendizajeUso de las TIC en la Mejora de los Procesos de Aprendizaje
Uso de las TIC en la Mejora de los Procesos de Aprendizaje
 
Bioseñales y sistemas de información
Bioseñales y sistemas de informaciónBioseñales y sistemas de información
Bioseñales y sistemas de información
 
Psicologa de los espacios
Psicologa de los espaciosPsicologa de los espacios
Psicologa de los espacios
 
Casos 4°A
Casos 4°ACasos 4°A
Casos 4°A
 
Affichettes offres d'emploi pour l'étranger janvier 2017
Affichettes offres d'emploi pour l'étranger janvier 2017Affichettes offres d'emploi pour l'étranger janvier 2017
Affichettes offres d'emploi pour l'étranger janvier 2017
 
Trabajo Practico N° 1
Trabajo Practico N° 1Trabajo Practico N° 1
Trabajo Practico N° 1
 
El camping
El campingEl camping
El camping
 
Craciun fericit
Craciun fericit Craciun fericit
Craciun fericit
 
Polynésie..
Polynésie..Polynésie..
Polynésie..
 
Atelier école : recherche d'information, ressources et outils collaboratifs
Atelier école : recherche d'information, ressources et outils collaboratifsAtelier école : recherche d'information, ressources et outils collaboratifs
Atelier école : recherche d'information, ressources et outils collaboratifs
 
Tecnologia y competitividad
Tecnologia y competitividadTecnologia y competitividad
Tecnologia y competitividad
 
Quandquandtoujoursquands
QuandquandtoujoursquandsQuandquandtoujoursquands
Quandquandtoujoursquands
 
Les Produits du Quotidien Connectés
Les Produits du Quotidien ConnectésLes Produits du Quotidien Connectés
Les Produits du Quotidien Connectés
 
Informations pour les exposants: World Publishing Expo 2012 Frankfurt 2012
Informations pour les exposants: World Publishing Expo 2012 Frankfurt 2012Informations pour les exposants: World Publishing Expo 2012 Frankfurt 2012
Informations pour les exposants: World Publishing Expo 2012 Frankfurt 2012
 
Como elaborar un blog 2011
Como elaborar un blog 2011Como elaborar un blog 2011
Como elaborar un blog 2011
 
(In)justices sociales et inégalités. le cas chilien barozet, mac-clure 03...
(In)justices sociales et inégalités. le cas chilien   barozet, mac-clure 03...(In)justices sociales et inégalités. le cas chilien   barozet, mac-clure 03...
(In)justices sociales et inégalités. le cas chilien barozet, mac-clure 03...
 
Notice en ligne croisé simple
Notice en ligne   croisé simpleNotice en ligne   croisé simple
Notice en ligne croisé simple
 
El podcast
El podcastEl podcast
El podcast
 
Pdf+sonido
Pdf+sonidoPdf+sonido
Pdf+sonido
 

Similaire à Résumé exécutif – Cartographie de la demande et de l’utilisation des services financiers par les populations à bas revenus au Sénégal

étude Opinion way pour Helios - et si les banquiers écoutaient les français
étude Opinion way pour Helios - et si les banquiers écoutaient les françaisétude Opinion way pour Helios - et si les banquiers écoutaient les français
étude Opinion way pour Helios - et si les banquiers écoutaient les françaisJulia Ménayas
 
Annual Results and Impact Evaluation Workshop for RBF - Day Five - Nouvelles ...
Annual Results and Impact Evaluation Workshop for RBF - Day Five - Nouvelles ...Annual Results and Impact Evaluation Workshop for RBF - Day Five - Nouvelles ...
Annual Results and Impact Evaluation Workshop for RBF - Day Five - Nouvelles ...RBFHealth
 
L'enquête nationale annuelle sur les Technologies de l’Information et de la C...
L'enquête nationale annuelle sur les Technologies de l’Information et de la C...L'enquête nationale annuelle sur les Technologies de l’Information et de la C...
L'enquête nationale annuelle sur les Technologies de l’Information et de la C...Mustapha Khalfi
 
Les Francais et le financement des entreprises - OpinionWay pour l'Actionaria...
Les Francais et le financement des entreprises - OpinionWay pour l'Actionaria...Les Francais et le financement des entreprises - OpinionWay pour l'Actionaria...
Les Francais et le financement des entreprises - OpinionWay pour l'Actionaria...OpinionWay
 
NETendances 2014 - Services bancaires
NETendances 2014 - Services bancairesNETendances 2014 - Services bancaires
NETendances 2014 - Services bancairesCEFRIO
 
Etude des Pratiques et Instruments de gestion financière en Côte d'Ivoire - M...
Etude des Pratiques et Instruments de gestion financière en Côte d'Ivoire - M...Etude des Pratiques et Instruments de gestion financière en Côte d'Ivoire - M...
Etude des Pratiques et Instruments de gestion financière en Côte d'Ivoire - M...MicroSave - Financial Inclusion Consulting
 
Arcane millennials banque2019_presentation
Arcane millennials banque2019_presentationArcane millennials banque2019_presentation
Arcane millennials banque2019_presentationYanisHamraoui
 
Les français et la gestion de leur budget / Sondage OpinonWay pour Linxo
Les français et la gestion de leur budget / Sondage OpinonWay pour LinxoLes français et la gestion de leur budget / Sondage OpinonWay pour Linxo
Les français et la gestion de leur budget / Sondage OpinonWay pour LinxoAntoine Wintrebert
 
Ciblage contexte ProtSoc en Afrique.ppt
Ciblage contexte ProtSoc en Afrique.pptCiblage contexte ProtSoc en Afrique.ppt
Ciblage contexte ProtSoc en Afrique.pptVanessaHouing
 
Newsletter 15-club-afrique-iae-paris-alumni-3
Newsletter 15-club-afrique-iae-paris-alumni-3Newsletter 15-club-afrique-iae-paris-alumni-3
Newsletter 15-club-afrique-iae-paris-alumni-3Tchemwe Fodzo
 
Monnaie Money - Bulletin Avril 2013
Monnaie Money - Bulletin Avril 2013Monnaie Money - Bulletin Avril 2013
Monnaie Money - Bulletin Avril 2013Monnaie Money
 
Programme de Transformation Numérique du Sénégal : Plan 2017 - 2022
Programme de Transformation Numérique du Sénégal : Plan 2017 - 2022Programme de Transformation Numérique du Sénégal : Plan 2017 - 2022
Programme de Transformation Numérique du Sénégal : Plan 2017 - 2022Aboubacry DEME
 
Franchise: Enquete annuelle franchise_csa_2010
Franchise: Enquete annuelle franchise_csa_2010Franchise: Enquete annuelle franchise_csa_2010
Franchise: Enquete annuelle franchise_csa_2010Bordeauxfranchise
 

Similaire à Résumé exécutif – Cartographie de la demande et de l’utilisation des services financiers par les populations à bas revenus au Sénégal (20)

étude Opinion way pour Helios - et si les banquiers écoutaient les français
étude Opinion way pour Helios - et si les banquiers écoutaient les françaisétude Opinion way pour Helios - et si les banquiers écoutaient les français
étude Opinion way pour Helios - et si les banquiers écoutaient les français
 
Annual Results and Impact Evaluation Workshop for RBF - Day Five - Nouvelles ...
Annual Results and Impact Evaluation Workshop for RBF - Day Five - Nouvelles ...Annual Results and Impact Evaluation Workshop for RBF - Day Five - Nouvelles ...
Annual Results and Impact Evaluation Workshop for RBF - Day Five - Nouvelles ...
 
Building savings and assets through remittances
Building savings and assets through remittancesBuilding savings and assets through remittances
Building savings and assets through remittances
 
L'enquête nationale annuelle sur les Technologies de l’Information et de la C...
L'enquête nationale annuelle sur les Technologies de l’Information et de la C...L'enquête nationale annuelle sur les Technologies de l’Information et de la C...
L'enquête nationale annuelle sur les Technologies de l’Information et de la C...
 
Le service N’KALO ou la diffusion d’information de marché à haute valeur ajou...
Le service N’KALO ou la diffusion d’information de marché à haute valeur ajou...Le service N’KALO ou la diffusion d’information de marché à haute valeur ajou...
Le service N’KALO ou la diffusion d’information de marché à haute valeur ajou...
 
Les Francais et le financement des entreprises - OpinionWay pour l'Actionaria...
Les Francais et le financement des entreprises - OpinionWay pour l'Actionaria...Les Francais et le financement des entreprises - OpinionWay pour l'Actionaria...
Les Francais et le financement des entreprises - OpinionWay pour l'Actionaria...
 
NETendances 2014 - Services bancaires
NETendances 2014 - Services bancairesNETendances 2014 - Services bancaires
NETendances 2014 - Services bancaires
 
Etude des Pratiques et Instruments de gestion financière en Côte d'Ivoire - M...
Etude des Pratiques et Instruments de gestion financière en Côte d'Ivoire - M...Etude des Pratiques et Instruments de gestion financière en Côte d'Ivoire - M...
Etude des Pratiques et Instruments de gestion financière en Côte d'Ivoire - M...
 
Arcane millennials banque2019_presentation
Arcane millennials banque2019_presentationArcane millennials banque2019_presentation
Arcane millennials banque2019_presentation
 
Les français et la gestion de leur budget / Sondage OpinonWay pour Linxo
Les français et la gestion de leur budget / Sondage OpinonWay pour LinxoLes français et la gestion de leur budget / Sondage OpinonWay pour Linxo
Les français et la gestion de leur budget / Sondage OpinonWay pour Linxo
 
Ciblage contexte ProtSoc en Afrique.ppt
Ciblage contexte ProtSoc en Afrique.pptCiblage contexte ProtSoc en Afrique.ppt
Ciblage contexte ProtSoc en Afrique.ppt
 
Newsletter 15-club-afrique-iae-paris-alumni-3
Newsletter 15-club-afrique-iae-paris-alumni-3Newsletter 15-club-afrique-iae-paris-alumni-3
Newsletter 15-club-afrique-iae-paris-alumni-3
 
Contribution du reseau pamecas a l’amelioration de l’acces par le monde rural...
Contribution du reseau pamecas a l’amelioration de l’acces par le monde rural...Contribution du reseau pamecas a l’amelioration de l’acces par le monde rural...
Contribution du reseau pamecas a l’amelioration de l’acces par le monde rural...
 
Monnaie Money - Bulletin Avril 2013
Monnaie Money - Bulletin Avril 2013Monnaie Money - Bulletin Avril 2013
Monnaie Money - Bulletin Avril 2013
 
ORUC Bora - 2014 Symposium to Advance Financial Literacy
ORUC Bora - 2014 Symposium to Advance Financial LiteracyORUC Bora - 2014 Symposium to Advance Financial Literacy
ORUC Bora - 2014 Symposium to Advance Financial Literacy
 
S'initier au microcrédit
S'initier au microcréditS'initier au microcrédit
S'initier au microcrédit
 
Etude Argent 2014
Etude Argent 2014Etude Argent 2014
Etude Argent 2014
 
Programme de Transformation Numérique du Sénégal : Plan 2017 - 2022
Programme de Transformation Numérique du Sénégal : Plan 2017 - 2022Programme de Transformation Numérique du Sénégal : Plan 2017 - 2022
Programme de Transformation Numérique du Sénégal : Plan 2017 - 2022
 
Les éléments constitutifs d'un système de financement du logement
Les éléments constitutifs d'un système de financement du logementLes éléments constitutifs d'un système de financement du logement
Les éléments constitutifs d'un système de financement du logement
 
Franchise: Enquete annuelle franchise_csa_2010
Franchise: Enquete annuelle franchise_csa_2010Franchise: Enquete annuelle franchise_csa_2010
Franchise: Enquete annuelle franchise_csa_2010
 

Plus de CGAP

Digital Credit Market Monitoring in Tanzania
Digital Credit Market Monitoring in TanzaniaDigital Credit Market Monitoring in Tanzania
Digital Credit Market Monitoring in TanzaniaCGAP
 
Digitizing Retail Payments: Building a Successful Loyalty Model
Digitizing Retail Payments: Building a Successful Loyalty ModelDigitizing Retail Payments: Building a Successful Loyalty Model
Digitizing Retail Payments: Building a Successful Loyalty ModelCGAP
 
Merchant Payments: Loyalty Playbook
Merchant Payments: Loyalty PlaybookMerchant Payments: Loyalty Playbook
Merchant Payments: Loyalty PlaybookCGAP
 
Merchant Payments: VAS Playbook
Merchant Payments: VAS PlaybookMerchant Payments: VAS Playbook
Merchant Payments: VAS PlaybookCGAP
 
Digitizing Merchant Payments: What Will It Take?
Digitizing Merchant Payments: What Will It Take?Digitizing Merchant Payments: What Will It Take?
Digitizing Merchant Payments: What Will It Take?CGAP
 
Wallet and Over-the-Counter Transactions: Understanding Financial Incentives
Wallet and Over-the-Counter Transactions: Understanding Financial IncentivesWallet and Over-the-Counter Transactions: Understanding Financial Incentives
Wallet and Over-the-Counter Transactions: Understanding Financial IncentivesCGAP
 
Real-Time Customer Interactions via SMS (Juntos and Mynt)
Real-Time Customer Interactions via SMS (Juntos and Mynt)Real-Time Customer Interactions via SMS (Juntos and Mynt)
Real-Time Customer Interactions via SMS (Juntos and Mynt)CGAP
 
Real-Time Customer Interactions via SMS (Juntos and Tigo Money)
Real-Time Customer Interactions via SMS (Juntos and Tigo Money)Real-Time Customer Interactions via SMS (Juntos and Tigo Money)
Real-Time Customer Interactions via SMS (Juntos and Tigo Money)CGAP
 
The Emerging Landscape of Digital Credit
The Emerging Landscape of Digital CreditThe Emerging Landscape of Digital Credit
The Emerging Landscape of Digital CreditCGAP
 
Global Landscape Study on P2G Payments (India)
Global Landscape Study on P2G Payments (India)Global Landscape Study on P2G Payments (India)
Global Landscape Study on P2G Payments (India)CGAP
 
Global Landscape Study on P2G Payments: Summary of in-country consumer resear...
Global Landscape Study on P2G Payments: Summary of in-country consumer resear...Global Landscape Study on P2G Payments: Summary of in-country consumer resear...
Global Landscape Study on P2G Payments: Summary of in-country consumer resear...CGAP
 
Digital Rails: How Providers Can Unlock Innovation in DFS Ecosystems Through ...
Digital Rails: How Providers Can Unlock Innovation in DFS Ecosystems Through ...Digital Rails: How Providers Can Unlock Innovation in DFS Ecosystems Through ...
Digital Rails: How Providers Can Unlock Innovation in DFS Ecosystems Through ...CGAP
 
OXXO's Saldazo: Successes and Challenges
OXXO's Saldazo: Successes and ChallengesOXXO's Saldazo: Successes and Challenges
OXXO's Saldazo: Successes and ChallengesCGAP
 
Smartphones & Mobile Money: Principles for UI/UX Design (1.0)
Smartphones & Mobile Money: Principles for UI/UX Design (1.0)Smartphones & Mobile Money: Principles for UI/UX Design (1.0)
Smartphones & Mobile Money: Principles for UI/UX Design (1.0)CGAP
 
Customer Segmentation: Design and Delivery (Webinar)
Customer Segmentation: Design and Delivery (Webinar)Customer Segmentation: Design and Delivery (Webinar)
Customer Segmentation: Design and Delivery (Webinar)CGAP
 
Why Star Ratings Matter for Financial Inclusion
Why Star Ratings Matter for Financial InclusionWhy Star Ratings Matter for Financial Inclusion
Why Star Ratings Matter for Financial InclusionCGAP
 
Services Financiers Numériques pour les Producteurs de Cacao en Côte d’Ivoire
Services Financiers Numériques pour les Producteurs de Cacao en Côte d’IvoireServices Financiers Numériques pour les Producteurs de Cacao en Côte d’Ivoire
Services Financiers Numériques pour les Producteurs de Cacao en Côte d’IvoireCGAP
 
Digital Financial Services for Cocoa Farmers in Côte d'Ivoire
Digital Financial Services for Cocoa Farmers in Côte d'IvoireDigital Financial Services for Cocoa Farmers in Côte d'Ivoire
Digital Financial Services for Cocoa Farmers in Côte d'IvoireCGAP
 
Digital Finance and Innovations in Education: Workshop Report
Digital Finance and Innovations in Education: Workshop ReportDigital Finance and Innovations in Education: Workshop Report
Digital Finance and Innovations in Education: Workshop ReportCGAP
 
An Introduction to Digital Credit: Resources to Plan a Deployment
An Introduction to Digital Credit: Resources to Plan a DeploymentAn Introduction to Digital Credit: Resources to Plan a Deployment
An Introduction to Digital Credit: Resources to Plan a DeploymentCGAP
 

Plus de CGAP (20)

Digital Credit Market Monitoring in Tanzania
Digital Credit Market Monitoring in TanzaniaDigital Credit Market Monitoring in Tanzania
Digital Credit Market Monitoring in Tanzania
 
Digitizing Retail Payments: Building a Successful Loyalty Model
Digitizing Retail Payments: Building a Successful Loyalty ModelDigitizing Retail Payments: Building a Successful Loyalty Model
Digitizing Retail Payments: Building a Successful Loyalty Model
 
Merchant Payments: Loyalty Playbook
Merchant Payments: Loyalty PlaybookMerchant Payments: Loyalty Playbook
Merchant Payments: Loyalty Playbook
 
Merchant Payments: VAS Playbook
Merchant Payments: VAS PlaybookMerchant Payments: VAS Playbook
Merchant Payments: VAS Playbook
 
Digitizing Merchant Payments: What Will It Take?
Digitizing Merchant Payments: What Will It Take?Digitizing Merchant Payments: What Will It Take?
Digitizing Merchant Payments: What Will It Take?
 
Wallet and Over-the-Counter Transactions: Understanding Financial Incentives
Wallet and Over-the-Counter Transactions: Understanding Financial IncentivesWallet and Over-the-Counter Transactions: Understanding Financial Incentives
Wallet and Over-the-Counter Transactions: Understanding Financial Incentives
 
Real-Time Customer Interactions via SMS (Juntos and Mynt)
Real-Time Customer Interactions via SMS (Juntos and Mynt)Real-Time Customer Interactions via SMS (Juntos and Mynt)
Real-Time Customer Interactions via SMS (Juntos and Mynt)
 
Real-Time Customer Interactions via SMS (Juntos and Tigo Money)
Real-Time Customer Interactions via SMS (Juntos and Tigo Money)Real-Time Customer Interactions via SMS (Juntos and Tigo Money)
Real-Time Customer Interactions via SMS (Juntos and Tigo Money)
 
The Emerging Landscape of Digital Credit
The Emerging Landscape of Digital CreditThe Emerging Landscape of Digital Credit
The Emerging Landscape of Digital Credit
 
Global Landscape Study on P2G Payments (India)
Global Landscape Study on P2G Payments (India)Global Landscape Study on P2G Payments (India)
Global Landscape Study on P2G Payments (India)
 
Global Landscape Study on P2G Payments: Summary of in-country consumer resear...
Global Landscape Study on P2G Payments: Summary of in-country consumer resear...Global Landscape Study on P2G Payments: Summary of in-country consumer resear...
Global Landscape Study on P2G Payments: Summary of in-country consumer resear...
 
Digital Rails: How Providers Can Unlock Innovation in DFS Ecosystems Through ...
Digital Rails: How Providers Can Unlock Innovation in DFS Ecosystems Through ...Digital Rails: How Providers Can Unlock Innovation in DFS Ecosystems Through ...
Digital Rails: How Providers Can Unlock Innovation in DFS Ecosystems Through ...
 
OXXO's Saldazo: Successes and Challenges
OXXO's Saldazo: Successes and ChallengesOXXO's Saldazo: Successes and Challenges
OXXO's Saldazo: Successes and Challenges
 
Smartphones & Mobile Money: Principles for UI/UX Design (1.0)
Smartphones & Mobile Money: Principles for UI/UX Design (1.0)Smartphones & Mobile Money: Principles for UI/UX Design (1.0)
Smartphones & Mobile Money: Principles for UI/UX Design (1.0)
 
Customer Segmentation: Design and Delivery (Webinar)
Customer Segmentation: Design and Delivery (Webinar)Customer Segmentation: Design and Delivery (Webinar)
Customer Segmentation: Design and Delivery (Webinar)
 
Why Star Ratings Matter for Financial Inclusion
Why Star Ratings Matter for Financial InclusionWhy Star Ratings Matter for Financial Inclusion
Why Star Ratings Matter for Financial Inclusion
 
Services Financiers Numériques pour les Producteurs de Cacao en Côte d’Ivoire
Services Financiers Numériques pour les Producteurs de Cacao en Côte d’IvoireServices Financiers Numériques pour les Producteurs de Cacao en Côte d’Ivoire
Services Financiers Numériques pour les Producteurs de Cacao en Côte d’Ivoire
 
Digital Financial Services for Cocoa Farmers in Côte d'Ivoire
Digital Financial Services for Cocoa Farmers in Côte d'IvoireDigital Financial Services for Cocoa Farmers in Côte d'Ivoire
Digital Financial Services for Cocoa Farmers in Côte d'Ivoire
 
Digital Finance and Innovations in Education: Workshop Report
Digital Finance and Innovations in Education: Workshop ReportDigital Finance and Innovations in Education: Workshop Report
Digital Finance and Innovations in Education: Workshop Report
 
An Introduction to Digital Credit: Resources to Plan a Deployment
An Introduction to Digital Credit: Resources to Plan a DeploymentAn Introduction to Digital Credit: Resources to Plan a Deployment
An Introduction to Digital Credit: Resources to Plan a Deployment
 

Dernier

Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdfBibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdfBibdoc 37
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 37
 
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...NaimDoumissi
 
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdfPIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdfRiDaHAziz
 
Cours de Management des Systèmes d'information
Cours de Management des Systèmes d'informationCours de Management des Systèmes d'information
Cours de Management des Systèmes d'informationpapediallo3
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film françaisTxaruka
 
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_FormationRecherche.pdf
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_FormationRecherche.pdfSciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_FormationRecherche.pdf
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_FormationRecherche.pdfSKennel
 
Apprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursApprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursStagiaireLearningmat
 
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfVulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfSylvianeBachy
 
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_IA.pdf
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_IA.pdfSciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_IA.pdf
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_IA.pdfSKennel
 
Pharmacologie des cardiotoniques pour Pharmacie
Pharmacologie des cardiotoniques pour PharmaciePharmacologie des cardiotoniques pour Pharmacie
Pharmacologie des cardiotoniques pour PharmacieLoloshka
 
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Conférence_SK.pdf
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Conférence_SK.pdfSciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Conférence_SK.pdf
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Conférence_SK.pdfSKennel
 
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdfPIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdfRiDaHAziz
 
Bernard Réquichot.pptx Peintre français
Bernard Réquichot.pptx   Peintre françaisBernard Réquichot.pptx   Peintre français
Bernard Réquichot.pptx Peintre françaisTxaruka
 
Zotero avancé - support de formation doctorants SHS 2024
Zotero avancé - support de formation doctorants SHS 2024Zotero avancé - support de formation doctorants SHS 2024
Zotero avancé - support de formation doctorants SHS 2024Alain Marois
 
Presentation de la plateforme Moodle - avril 2024
Presentation de la plateforme Moodle - avril 2024Presentation de la plateforme Moodle - avril 2024
Presentation de la plateforme Moodle - avril 2024Gilles Le Page
 
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxDIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxMartin M Flynn
 
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdf
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdfBibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdf
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdfBibdoc 37
 
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_EtudiantActeur.pdf
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_EtudiantActeur.pdfSciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_EtudiantActeur.pdf
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_EtudiantActeur.pdfSKennel
 

Dernier (20)

Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdfBibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
 
DO PALÁCIO À ASSEMBLEIA .
DO PALÁCIO À ASSEMBLEIA                 .DO PALÁCIO À ASSEMBLEIA                 .
DO PALÁCIO À ASSEMBLEIA .
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
 
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...
 
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdfPIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
 
Cours de Management des Systèmes d'information
Cours de Management des Systèmes d'informationCours de Management des Systèmes d'information
Cours de Management des Systèmes d'information
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film français
 
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_FormationRecherche.pdf
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_FormationRecherche.pdfSciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_FormationRecherche.pdf
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_FormationRecherche.pdf
 
Apprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursApprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceurs
 
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfVulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
 
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_IA.pdf
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_IA.pdfSciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_IA.pdf
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_IA.pdf
 
Pharmacologie des cardiotoniques pour Pharmacie
Pharmacologie des cardiotoniques pour PharmaciePharmacologie des cardiotoniques pour Pharmacie
Pharmacologie des cardiotoniques pour Pharmacie
 
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Conférence_SK.pdf
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Conférence_SK.pdfSciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Conférence_SK.pdf
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Conférence_SK.pdf
 
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdfPIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
 
Bernard Réquichot.pptx Peintre français
Bernard Réquichot.pptx   Peintre françaisBernard Réquichot.pptx   Peintre français
Bernard Réquichot.pptx Peintre français
 
Zotero avancé - support de formation doctorants SHS 2024
Zotero avancé - support de formation doctorants SHS 2024Zotero avancé - support de formation doctorants SHS 2024
Zotero avancé - support de formation doctorants SHS 2024
 
Presentation de la plateforme Moodle - avril 2024
Presentation de la plateforme Moodle - avril 2024Presentation de la plateforme Moodle - avril 2024
Presentation de la plateforme Moodle - avril 2024
 
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxDIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
 
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdf
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdfBibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdf
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdf
 
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_EtudiantActeur.pdf
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_EtudiantActeur.pdfSciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_EtudiantActeur.pdf
SciencesPo_Aix_InnovationPédagogique_Atelier_EtudiantActeur.pdf
 

Résumé exécutif – Cartographie de la demande et de l’utilisation des services financiers par les populations à bas revenus au Sénégal

  • 1. Cartographie de la demande et de l’utilisation des services financiers par les populations à bas revenus au Sénégal Résumé exécutif – Sénégal Août 2013
  • 2. 1. Introduction Cette étude a pour objectif de fournir des informations sur l’utilisation des services financiers par les populations à bas revenus aux acteurs du secteur bancaire, des télécommunications, de la micro-finance, des régulateurs, des institutions financières non bancaires (EME), des gouvernements, des assureurs et des bailleurs. L’étude décrit: ▬ Les besoins en services financiers des ménages à bas revenus tels qu’ils se manifestent à travers leurs aspirations, les risques financiers auxquels ils font face, et les stratégies financières que ces ménages adoptent. ▬ L’utilisation par les ménages des services financiers existants proposés par des intermédiaires du secteur formel et informel et destinés à : ▬ Mettre de l’argent en sécurité et à en préserver la valeur pour des usages futurs, ▬ Financer des investissements ou des dépenses temporairement supérieures à leurs revenus, ▬ Se prémunir contre des événements pouvant affecter des membres ou des biens du ménage, ▬ Recevoir ou envoyer de l’argent, ▬ Réaliser des paiements. ▬ La connaissance des ménages des services financiers formels existants. ▬ Leurs opinions quant à l’utilité et à l’accessibilité de ces services. 2
  • 3. 1. Introduction Glossaire Définitions ANSD Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie Terme Définition dans le cadre de l’étude BCEAO Banque Centrale des États de l'Afrique de l'Ouest CBE Coûts en Besoin de Base Institution financière Ce terme fait référence aux banques, aux institutions de micro finance, aux caisses d’épargne et à la poste. DHS-MICS Senegal Demographic and Health and Multiple Cluster Indicator Survey (DHS-MICS), 2010-11 Niveau de revenus Le revenu utilisé dans l’étude est le revenu par individu du ménage. Il sera calculé comme la somme des revenus du ménage divisé par le nombre de personnes vivant dans le ménage. EME Émetteur non bancaire de Monnaie Électronique ESNPS-II Enquête Nationale de Suivi de la Pauvreté au Sénégal (deuxième édition – 2011) Portefeuille électronique Sont considérés comme portefeuilles électroniques tous les supports électroniques permettant de stocker de la monnaie électronique (Orange money, Yobantel, cartes prépayées Ferlo, etc…) FMI Fonds Monétaire International Réseau d’agents de proximité avec ou sans PFE Sont inclus ici: - les réseaux nationaux de proximité offrant des services de transferts et/ou de paiement, et fonctionnant sans support de PFE: Wari, Money Express, Joni Joni, La Poste One, etc. - les services de transferts et paiement via le PFE, lorsqu’ils sont utilisés en se déplaçant chez un agent pour faire le dépôt à chaque transaction. IF Institution financière IMF Institution de micro-finance MNO Mobile Network Operator, (Opérateur de téléphonie mobile) PFE Portefeuille électronique QCM Question à choix multiple RGPH Recensement Général de la Population et de l’Habitat UEMOA Union Économique et Monétaire Ouest Africaine Le seuil de pauvreté fixé à 2$ par jour et par individu, établi par la Banque Mondiale en 2005, s’élève, après conversion en parité de pouvoir d’achat et actualisation suivant l’indice des prix à la consommation, à un seuil de 21 500 FCFA par mois et par individu en 2011. L’ENSPS-II de l’ANSD estiment en 2011 par méthode de CBE les seuils de pauvreté totaux par milieu de résidence suivants: ▬ 32 000 FCFA par mois et par individu à Dakar. Seuil de pauvreté ▬ 24 300 FCFA par mois et par individu dans les autres villes (zone urbaines). ▬ 18 200 FCFA par mois et par individu dans les zones rurales. Ces seuils prennent en compte le seuil de pauvreté alimentaire et non alimentaire. Ces seuils estimés sont pleinement cohérents avec le seuil de pauvreté fixé par la Banque Mondiale. Dans le cadre de cette étude, les seuils de pauvreté estimés par l’ANSD seront utilisés. 3
  • 4. 2. Méthodologie La figure ci-dessous présente la logique de l’intervention. Objectifs ► Entretiens avec les acteurs ► Rédaction du questionnaire ► Échantillonnage Collecte des données ► Déploiement de l’enquête ► Entretiens qualitatifs ► Présentation des résultats ▬ Valider la compréhension du questionnaire par les populations cibles ▬ Déployer l’enquête sur le territoire Décrire les comportements financiers des populations cibles ▬ Périmètre de collecte de données Identifier des profils de comportement dans l’échantillon ▬ Réaliser des entretiens qualitatifs sur des représentants des profils de comportement identifiés ▬ Présenter les résultats à l’industrie pour obtenir et intégrer leurs commentaires dans l’analyse de données ▬ Rédiger les rapports finaux Cible: Population autour du seuil de pauvreté et sur tout le territoire Questionnaire finalisé Enquête en région ► Analyses statistiques Analyse des données Cibler la population d’intérêt Projet de questionnaire ► Formation des enquêteurs ► Pilote des questionnaires Rédiger un premier questionnaire ▬ Conception du questionnaire ▬ Entretiens avec les acteurs Définir les sujets de recherche de l’enquête en concertation avec les principaux acteurs ▬ ► Recherche bibliographique ▬ Base de données incluant 1052 répondants Entretiens qualitatifs sur des profils identifiés Rapports présentant les résultats 4
  • 6. 3. Tendances générales Présentation de l’échantillon Zone géographique du répondant Zone géographique Zone Ouest urbain (Dakar) Zone Ouest rural (Dakar) Zone Nord urbain (Saint Louis) Zone Nord rural (Saint Louis) Zone Centre-Nord urbain (Touba) Zone Centre-Nord rural (Touba) Zone Centre-Ouest urbain (Kaolack) Zone Centre-Ouest rural (Kaolack) Zone Sud urbain (Ziguinchor) Zone Sud rural (Ziguinchor) Zone Est urbain (Tamba) Zone Est rural (Tamba) Total en nombre Répartition échantillon 10,84% 9,51% 8,37% 7,89% 8,27% 9,03% 7,98% 7,03% 7,98% 7,98% 7,22% 7,89% 1 052 Taille du ménage des répondants (en nombre d’individus dans le ménage) La taille des ménages des répondants est majoritairement supérieure à 7 personnes (Pour rappel, La taille moyenne des ménages est de 9,3 personnes au Sénégal en 2010 (DHSMICS)). 3% 26% 23% Moins de 3 4-6 7-8 18% 31% 9-12 Plus de 12 Niveau d’éducation des répondants Données démographiques des répondants Variables Homme 98,57% Etrangers 1,43% 15- 19 ans 7,98% 20 - 24 ans 13,78% 25 – 34 ans 35 – 49 ans 15,30% 20,44% 60 ans et plus 18,16% Non scolarisé 4% 1% 11% 16,92% 50 – 59 ans Tranche d’âge 48,00% Nationaux Nationalité 52,00% Femme Sexe 21% de la population sondée est non scolarisée. Parmi les répondants non scolarisés, ils sont 15% à avoir déclaré être non scolarisés mais sachant lire. Répartition échantillon Modalités Type d’occupation du répondant Employé public formel 1% Employé privé formel 0% Urbain Ecole coranique Collège 15% 32% Lycée Etudes supérieures Niveau de revenu des ménages interrogés (mensuel par personne du ménage) Moins de 15 000FCFA 11% La population sondée a principalement des revenus mensuels par tête entre 15 000 et 30 000 FCFA, conformément au plan d’échantillonnage. 62% 0% 0% Auto emploi informel péri-urbain/rural Primaire Diplôme technique 18% 18% Auto emploi informel urbain 3% 16% Non scolarisé, mais sait lire 8% 4% Employé informel 18% 76% 25% 50% 75% 100% entre 15 000 et 20 000 FCFA 3% 6% 39% 25% Entre 20 000 et 30 000 FCFA Entre 30 000 et 40 000 FCFA Entre 40 000 et 50 000 FCFA 27% Entre 50 000 et 60 000 FCFA Plus de 60 000 FCFA Péri- Urbain /Rurale 6
  • 7. 3. Tendances générales Besoins et stratégies financières pour les futurs projets Les répondants du secteur informel projettent en premier lieu de développer leur activité. En second lieu, les répondants du secteur informel envisagent la création d’une nouvelle activité. Ils sont également près de 40% à vouloir construire. Les projets principaux des personnes travaillant dans le secteur formel sont très majoritairement l’achat ou la construction d’une maison suivi de la création d’une nouvelle activité. Futurs projets les plus importants dans les deux ou trois ans à venir (QCM) Acheter une maison/terrain/construire 38% 45% 47% Créer une activité/nouveau business 65% Partir/envoyer un proche à l'étranger Acheter un véhicule Envoyer des enfants à l'école Formel Développer mon activité 54% Informel Effectuer un pèlerinage Améliorer la maison (achat équipement) Cérémonie (mariage, ...) Acheter des équipements pour l'activité 0% Les modes de financement envisagés pour les projets sont en majorité l’épargne et les revenus courants. 50% 100% Modes de financement envisagés pour financer les futurs projets des répondants (QCM) 62% Epargne 42% 55% 50% Revenus courants 37% Crédit 23% Formel Tontines Informel Vente de biens Dons 0% 50% 100% 7
  • 8. 3. Tendances générales Besoins et stratégies financières face aux menaces et aux périodes d’insuffisance de revenus Quel que soit le type d’occupation, la principale menace perçue par les répondants comme pouvant impacter leur situation financière est la maladie (citée par 60% des répondants). Face à ces menaces, l’épargne en argent est la première précaution prise. ▬ Près de 30% des répondants comptent sur l’aide de la famille et des proches pour faire face aux dépenses imprévues. Précautions prises pour faire face aux menaces financières (QCM) 69% Epargne en argent (compte, tontine, à la maison) 57% 27% Compte sur l'aide des parents/amis) 28% 15% Epargne en nature (biens) Formel 14% Informel 13% Aucune précaution 19% 7% Assurances 2% 0% 78,6% des répondants déclarent connaître des périodes où leurs revenus sont insuffisants pour subvenir à leurs dépenses de base: 80% pour les répondants du secteur informel et 69% pour le secteur formel. Pour faire face aux périodes d’insuffisance de revenus, les principales solutions des répondants sont l’aide des proches, l’épargne en argent et la réduction des dépenses du ménage. 50% 100% Solutions mises en place pendant les périodes d’insuffisance de revenus (QCM) 29% 26% Réduction des dépenses du ménage 27% 32% Aide des parents/amis 25% Avance sur salaire Formel 22% 29% Epargne en argent (compte, tontine, à la maison) Informel Crédit Epargne en nature (vente de biens) 0% 50% 100% 8
  • 9. 3. Tendances générales Détention de compte ▬ 22% des ménages possèdent un compte dans une banque, 35% possèdent un compte dans une institution de microfinance ou une mutuelle, 6% un portefeuille électronique (PFE), et seuls 2% dans une poste. NB: ces statistiques concernent la détention de compte par ménage (et non par adulte) et prennent en compte la détention de PFE. En outre, il s’agit d’une cible de population spécifique (autour du seuil de pauvreté). Ces résultats ne sont donc pas comparables aux statistiques nationales de bancarisation. Proportion de ménages détenteurs de compte Compte IF ou PFE 67% Banque formel 47% des ménages enquêtés ont au moins un compte dans une institution financière (IF) ou un portefeuille électronique. 51% Microfinance/mutuelle 40% Détient un compte La Poste Finances 5% PFE 14% Informel Compte IF ou PFE 45% Banque Ne détient pas de compte 18% Microfinance/mutuelle 34% La Poste Finances 2% PFE 5% 0% Les non détenteurs évoquent majoritairement des raisons religieuses (52%). Il ressort des entretiens qualitatifs que les raisons religieuses ne sont généralement pas bloquantes, mais combinées à d’autres raisons (trop compliqué, « ce n’est pas pour moi », etc.). Avec quelques explications, les personnes interrogées marquent un intérêt pour ouvrir un compte. Certaines, sensibilisées pas des proches, l’envisagent pour sécuriser leur argent. Mais elles pensent souvent qu’il faut avoir plusieurs centaines de milliers de FCFA pour pouvoir ouvrir un compte . A noter que beaucoup de répondants associent le fait d’avoir un compte dans une IMF au fait de prendre un crédit : « je ne veux pas ouvrir de compte, car le crédit me fait peur », Aissatou, Dakar. 25% 50% 75% 100% Raisons de non-ouverture de compte dans une institution financière selon le type d’occupation et le milieu de résidence (QCM) 54% Raisons religieuses 28% Je n'ai pas les moyens (revenus insuffisants/irréguliers) 12% 6% C'est trop compliqué (paperasse/tracasseries administratives) 12% 12% 10% 6% Trop loin de chez moi Je n'ai pas confiance/j'ai peur pour mon argent (notoriété/sécurité) 8% 16% 8% Trop d'attente au guichet 14% 0% Informel 25% 50% 75% Formel 9
  • 10. 3. Tendances générales Raisons d’ouverture d’un compte 47% des non détenteurs de compte dans une IF seraient intéressés à ouvrir un compte s'ils pouvaient faire des dépôts ou des retraits dans une boutique à proximité, que ce soit les personnes travaillant dans le formel (45%) ou l’informel (48%). ▬ 32% seraient peut-être intéressées à ouvrir un compte dans une institution financière: les actifs du secteur informel sont plus nombreux à être dans ce cas de figure que les travailleurs du secteur formel. Cette proportion est néanmoins à nuancer: les répondants marquent un net intérêt pour ce service, mais il ne constitue pas toujours une raison suffisante pour l’ouverture. Environ la moitié des interviewés en qualitatif se disaient prêts à payer plus pour avoir cette possibilité. Pour ceux qui ont un compte dans une IF, l’obtention de prêts et l’épargne ont été les deux principales raisons d’ouverture. Raisons d’ouverture de compte dans une institution financière (QCM) 71% 68% 74% Pour épargner 43% Pour avoir un prêt Pour mes dépenses quotidiennes (ménage/affaires) 20% 31% 36% 3% 1% Pour recevoir mon salaire 56% 4% 6% Pour recevoir de l'argent (hors salaire) 12% Les actifs du secteur formel sont plus de la moitié à avoir ouvert un compte pour domicilier leurs salaires. 0% Informel urbain La réalisation de paiements / transferts et l’épargne sont les deux raisons les plus importantes d’ouverture d’un PFE. 64% 47% 25% Informel rural 50% 75% Formel Raisons d’ouverture d’un PFE (QCM) Pour faire/recevoir des paiements 39% Pour épargner 26% Autre à Préciser 22% Pour recevoir de l'argent (hors salaire) 17% Pour mes dépenses quotidiennes (ménage/affaires) 17% 0% 20% 40% 60% 80% 100% 10
  • 11. 3. Tendances générales Moyens de paiements La quasi-totalité des paiements de biens et services est réalisés en espèces au destinataire (directement ou via l’envoi d’une autre personne). ▬ Certains paiements ne sont pas effectués par l’ensemble des répondants (39%) – les résultats ne prennent en compte que les répondants effectuant ces paiements. Moyens utilisés par les répondants pour payer tous types de dépenses En espèces main à main au destinataire 4% 2% 14% En espèces main à main j'envoie quelqu'un En espèces chez un agent/point de service 81% Autres moyens 64% des répondants connaissent l’existence du service paiement de facture (eau, électricité) par dépôt en espèces chez un agent d’un réseau de proximité. Mais ils ne sont que 7% à l’utiliser. Connaissance de l’existence du service « paiement de factures en espèces chez un agent/point de service » Répondants ne connaissant pas le service 7% Cela inclut : 36% ▬ Les répondants ayant effectué au moins un paiement par espèce chez un agent/point de service ou un paiement en espèces au bureau de poste: 7%. ▬ Les répondants n'utilisant pas le service mais connaissant l'existence de ce service: 57%. Il semble exister un potentiel de développement de l’utilisation des services de paiement via des réseaux d’agents de proximité. ▬ En effet, les répondants qui connaissent mais n’utilisent pas le service évoquent les raisons suivantes:  15% évoquent le manque d’informations,  15% trouvent que les frais sont trop élevés,  13% évoquent un problème de distance. 57% Répondants n'utilisant pas le service mais connaissant l'existence de ce service Répondants ayant effectué au moins un paiement par espèce chez un agent/point de service avec ou sans PFE ou un paiement en espèce au bureau de poste Les raisons pour lesquelles les répondants n'utilisent pas le service paiement en espèces chez un agent/point de service (QCM) Je préfère le moyen utilisé actuellement 39% Manque d'informations 15% Les frais sont trop chers Loin/pas d'agence-point de vente proche 15% 13% Pas confiance/pas fiable 12% Ne sais pas 12% Trop compliqué à utiliser 11% Pas les moyens pour ce service 11% 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% 40% 45% 11
  • 12. 3. Tendances générales Émission de transfert 43% des répondants ont envoyé de l'argent au moins une fois dans les 12 derniers mois. Mode d’émission de transfert d’argent parmi les émetteurs 37% des répondants en ont envoyé plusieurs fois ces 12 derniers mois. ▬ 78% des émetteurs utilisent des moyens formels, ▬ 54% des émetteurs utilisent des moyens informels, ▬ 32% utilisent les deux types de moyens. 22% Le moyen informel le plus utilisé est l’argent confié à la famille. Le moyen formel le plus utilisé est l’argent envoyé par dépôt en espèces chez un agent/point de service via ou sans PFE. Argent confié à des parents ou des amis qui voyagent 64% Argent confié à d'autres personnes (chauffeur, commerçant,…) 49% 19% Transferts informels organisés (ex: transporteur/courrier express/commerçants organisés) 9% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Transfert formel et informel Transfert informel 32% Les moyens formels les plus utilisés parmi les répondants effectuant des transferts formels selon la destination du transfert (QCM) Toutes Uniquement dans Uniquement hors destinations de transferts le pays du pays Les moyens informels les plus utilisés parmi les répondants effectuant des transferts informels (QCM) Envoi crédit téléphonique (gérant de cabine) Transfert formel 46% Western Union/Money Gram/RIA… 41% PFE sans se déplacer 13% Réseau d'agent 90% Western Union/Money Gram/RIA… PFE sans se déplacer 64% 0% Réseau d'agent 73% Western Union/Money Gram/RIA… PFE sans se déplacer Réseau d'agent 41% 18% 93% 12
  • 13. 3. Tendances générales Émission de transfert Les services informels sont appréciés pour : ▬ Leur gratuité, la confiance qu’ils inspirent et la simplicité pour les envois via des proches. ▬ Leur gratuité et la non nécessité de se déplacer pour l’argent confié à d’autres personnes (chauffeur, commerçant…). Les utilisateurs sont conscients des risques de sécurité liés à l’envoi d’argent par des proches qui voyagent (cité par 43% des utilisateurs) ou d’autres personnes (cité par 52% des utilisateurs). Avantages des moyens informels d'envois d'argent les plus utilisés (QCM) Ce service n'est pas cher Confiance Pas besoin de me déplacer Simple à utiliser Bien informé quand l'argent est arrivé Service gratuit 0% 10% 20% 30% 40% Argent confié à d'autres personnes (chauffeur, commerçant,…) 50% Argent confié à des parents ou des amis qui voyagent Les utilisateurs de transferts d’argent via un réseau d’agent de proximité apprécient sa rapidité et sa sécurité. 42% des utilisateurs de transferts d’argent via réseau d’agent estiment que le service ne présente pas d’inconvénient. ▬ Lorsqu’un inconvénient est mentionné, il s’agit de la fiabilité (le manque de liquidité chez les agents ou les problèmes de connexions) ou du prix considéré comme élevé. NB: Les transferts d’argent effectués par les répondants sont très majoritairement dans le pays: 42% des répondants ont envoyé de l’argent au moins une fois dans le pays au cours des 12 derniers mois). 4% des répondants ont envoyé de l’argent à destination de l’Afrique hors Sénégal, et 2% hors Afrique. Les transferts sont principalement justifiés par des dépenses courantes (citées par 80% des émetteurs). 31% citent des frais médicaux, 22% des dépenses liées aux affaires. Les destinataires des émissions de transferts sont très majoritairement des membres de la famille. Avantages de l’envoi d’argent avec dépôt en espèces chez un agent / point de service selon les utilisateurs (QCM) Ce service est rapide 64% Confiance/Sûr/Sécurisé 55% Simple à utiliser 39% Ce service n'est pas cher 24% Proximité/Pas loin 22% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90%100% 13
  • 14. 3. Tendances générales Réception de transfert 66% des ménages enquêtés ont reçu de l'argent au cours des 12 derniers mois. Les ménages sondés du secteur informel rural reçoivent moins fréquemment des transferts d’argent que les ménages sondés du secteur informel urbain et les ménages sondés du secteur formel. Fréquence de réception de transfert d’argent selon le type d’occupation et le milieu de résidence Ne reçoit pas d'argent Informel urbain 30% 13% 30% 26% Reçoit de l'argent moins d'une fois par an Parmi les receveurs, 81% ont reçu leur argent via des moyens formels uniquement. Informel rural 47% 12% 26% 15% Reçoit de l'argent une fois par an Reçoit de l'argent plus d'une fois par an Formel 31% 0% Le moyen par lequel les récepteurs préfèreraient recevoir de l’argent s’ils pouvaient choisir est « chez un agent/point de service » (39%). ▬ 10% 25% 33% 50% 27% 75% 100% Mode de réception préféré par les récepteurs de transferts s’ils pouvaient choisir Au bureau de Postes Money gram / Western Union seraient appréciés par 29% des receveurs. 10% 7% 3% Aucun, je suis satisfait avec le moyen utilisé Chez un agent/point de service 28% 39% 13% Dans une agence Money gram/Western Union Pas de préférence 14
  • 15. 3. Tendances générales Avantages de moyens de réception d’argent Les principales raisons pour lesquelles les receveurs préfèreraient recevoir de l’argent via un agent/point de service sont les suivantes: ▬ Proximité, ▬ Rapide : l'argent arrive plus rapidement 78% Rapidité d’obtention de l’argent, ▬ Raisons pour lesquelles les receveurs préfèreraient recevoir de l’argent via un agent/point de service (QCM) Simplicité. Plus proche de chez moi/lieu de travail 63% Plus simple à utiliser/moins de tracasseries 36% Je suis sûr de retirer l'argent facilement 19% Plus confiance, sécurisé, plus fiable, plus sûr que l'argent arrive 19% Moins cher 15% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% Les principales raisons pour lesquelles les ménages préfèreraient recevoir de l’argent via les réseaux de transferts internationaux (Western Union, Moneygram etc.) sont les suivantes: ▬ Rapidité d’obtention de l’argent, ▬ Simplicité d’utilisation. Rapide : l'argent arrive plus rapidement 65% Plus confiance, sécurisé, plus fiable, plus sûr que l'argent arrive Fiabilité sécurité, ▬ Raisons pour lesquelles les ménages préfèreraient recevoir de l’argent via les réseaux internationaux (Western Union, Moneygram, etc.) (QCM) 47% Plus simple à utiliser/moins de tracasseries 32% Je suis sûr de retirer l'argent facilement 22% Moins cher 21% Plus proche de chez moi/lieu de travail 19% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 15
  • 16. 3. Tendances générales Emprunts La moitié des répondants ont emprunté au cours des douze derniers mois (49%). ▬ Les prêteurs les plus fréquents (QCM) Les populations rurales des zones de Dakar et de Saint Louis empruntent plus fréquement de l’argent. Les populations des zones de Touba et de Ziguinchor empruntent le moins. 2% 4% La majorité des emprunteurs (60%) s’adressent à la famille ou à des proches. ▬ 26% des emprunteurs ont emprunté auprès d’institutions de micro-finance / mutuelles, ▬ ONG/Fond/ Gouvernement 9% Client 10% Fournisseur / employeur Seuls 10% des emprunteurs ont emprunté auprès des banques. 60% Banque 12% Tontine Pour les répondants qui ont pu emprunter auprès d’une banque, ils disent ne pas avoir rencontré de difficultés en général (57%). Néanmoins, le processus administratif est cité comme un inconvénient par 30% des emprunteurs. Micro finance / Mutuelle 26% Parents/amis Les emprunts auprès de la famille concernent plus souvent les dépenses courantes et les dépenses de santé, les emprunts auprès d’IMF servent à développer l’activité, tandis que ceux des banques sont utilisés pour construire. Objets des emprunts lorsque le prêteur est la famille (QCM) Dépenses du ménage/dépenses courantes 57% Objets des emprunts lorsque le prêteur est une IF (QCM) Développer mon activité… 62% Dépenses du ménage/dépenses… Développer mon activité (stocks/exploitation) 27% Pour payer des dépenses de santé 24% Acheter des équipements pour l'activité 16% 35% Acheter une maison/terrain/construire 10% Acheter des équipements pour l'activité 18% Créer une activité/nouveau business 10% Payer des dettes Payer des dettes Cérémonie (mariage, funérailles) 12% 10% 13% Payer employés/main d'œuvre 6% Améliorer la maison (achat équipement) 4% Pour un pèlerinage Créer une activité/nouveau business 7% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% Emprunts auprès d'une banque 1% Pour aider quelqu'un 4% Envoyer des enfants à l'école/à d'autres… Emprunts auprès d'une IMF 3% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 16
  • 17. 3. Tendances générales Épargne 66% des répondants épargnent de façon régulière ou irrégulière. Fréquence d’épargne parmi les épargnants réguliers selon le secteur d’activité 31% épargnent de façon régulière (une fois par mois au moins). Informel urbain 48% Informel rural 52% En majorité, les répondants épargnent pour faire face aux dépenses inattendues: 81%. ▬ 32% pour créer/développer une activité, ▬ Formel 85% 16% pour créer une activité. 0% Tous les jours La majorité des répondants gardent leur épargne avec eux ou la confient à un proche: 56%. ▬ Les épargnants sont assez nombreux à placer leur épargne sur un compte bancaire ou IMF (41%). ▬ 25% toutes les semaines 50% 75% 100% 75% 100% tous les mois Moyens d’épargne les plus utilisés par les épargnants (QCM) Les tontines sont le moyen le plus utilisé pour épargner de l’argent avec 25% des épargnants y ayant recours. Je le garde avec moi/je le confie à des parents/amis 56% 3ème Je le mets sur un compte dans une IF 41% Je le mets dans la tontine 25% J'achète des bijoux, des animaux, des marchandises 11% 0% 25% 50% 17
  • 18. 3. Tendances générales Épargne Le moyen formel (Compte IF) est préféré pour sa sécurité, la disponibilité de l’argent et la difficulté de dépenser l’argent. Conserver l’argent avec soi ou chez des parents est apprécié pour la disponibilité de l’argent, la proximité et la gratuité du service. Les tontines présentent les avantages suivants: ▬ ne peut pas être dépensé facilement, ▬ disponibilité de l’argent. L'argent disponible Proximité Gratuit Sécurité gratuité du service ▬ Avantages des moyens d’épargne les plus utilisés (QCM) L’épargne en nature possède comme avantages le taux d’intérêt, la disponibilité et la proximité de l’argent. 31% des répondants ont déjà entendu parler du PFE comme moyen d'épargne. Les entretiens qualitatifs ont montré que : ▬ ▬ Les PFE sont globalement plus connus pour les services d’achat de crédit téléphonique, de paiement et de transferts; Alors que les IMF et banques sont connus pour l’épargne et le crédit. Les répondants connaissant le PFE ne l’utilisent pas pour les raisons suivantes : ▬ Trop compliqué à utiliser, ▬ Pas d’agent agréé, ▬ Ne rapporte pas d’intérêt. Pas de choix ou connaissance d'autres… Taux d'intérêt L'argent ne peut pas être facilement… 0% 25% 50% Bijoux, animaux, marchandise Tontine Compte Conserver l’argent avec soi ou chez des parents 75% 100% Raisons invoquées par les répondants qui connaissent l’épargne via PFE mais ne l’utilisent pas (QCM) Trop compliqué à utiliser 39% Pas d'agent agréé 30% Taux d'intérêt 22% S'inscrire est compliqué 17% Pas besoin 17% Connais pas 17% Pas facile de payer avec/faire des… 13% Pas confiance/pas fiable 13% Les frais de retrait sont trop cher 13% 0% 20% 40% 60% 80% 100% 18
  • 19. 3. Tendances générales Assurance 67% des répondants connaissent au moins un type d’assurance. Raisons pour lesquelles les répondants n’ont pas d’assurance (QCM) Les répondants connaissent les assurances suivantes: Trop cher / pas les moyens 18% 19% des ménages ont souscrit à au moins une assurance dans les deux dernières années. Pas besoin 17% ▬ 6% des ménages ont souscrit à une assurance véhicule dans les deux dernières années, Ne sait pas/pas de raisons particulières 9% ▬ 5% des ménages ont souscrit à une assurance santé dans les deux dernières années. Connais pas/je sais pas comment ça marche/Pas suffisamment d'explication 8% ▬ Assurances de véhicules (voiture, moto) pour 57%, ▬ Assurance maladie / santé pour 36%. La principale cause de non souscription à une assurance parmi les répondants est le prix / le manque de moyens suivi de près par la non nécessité. 57% de ceux qui ont souscrit à une assurance l’ont fait car la souscription était obligatoire. ▬ Ils sont 14% à déclarer avoir souscrit à une assurance par le biais de sensibilisation par un agent. 0% 20% 40% 60% Raisons de souscription à une assurance (QCM) Souscription associée à un autre service/obligatoire 57% Sensibilisation par un agent 14% Affiliation employeur 13% Evénement qui m'est arrivé/à un proche 9% Sensibilisation par un proche 8% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 19
  • 21. 4. Profils Une segmentation comportementale en 2 étapes des répondants 1ère étape : Répartition des répondants en fonction de la détention d’un compte Proportion des profils d’utilisateurs de services financiers identifiés L’échantillon de 1052 répondants du Sénégal peut se découper ainsi : ▬ 64,4% des répondants ne possèdent pas de compte (ni de compte auprès d’une IF, ni de PFE). ▬ 30,2% des répondants ont uniquement un compte auprès d’une IF . (profil « Bancarisés traditionnels »). ▬ 5,3% des répondants possédant au moins un PFE. (profil « Détenteurs d’au moins un PFE »). S1: Sans compte peu actifs financièrement 2ème étape : Segmentation statistiques des répondants sans compte et des répondants bancarisés modernes S2: Sans compte épargnants 5% Parmi la population sans compte et les bancarisés traditionnels, nous avons identifié statistiquement 5 types de comportements financiers (selon l’épargne, l’emprunt, l’envoi et la réception d’argent). ▬ 35,6% des répondants sont des sans comptes peu actifs financièrement. Ils épargnent de façon irrégulière ou n’épargnent pas et n’envoient pas d’argent. Ils reçoivent des transferts d’argent et empruntent de façon modérée. (profil 1: « sans comptes peu actifs financièrement »). ▬ 16,3% des répondants sont des sans comptes épargnants. Ils épargnent systématiquement de l’argent au moins une fois tous les deux mois. 78% des sans comptes épargnants empruntent une fois par an ou moins. Ils reçoivent et envoient de l’argent de façon modérée. (profil 2: « sans comptes épargnants »). ▬ S3: Sans compte émetteurs de transferts S4: Bancarisés traditionnels actifs en termes de transferts 22% S5: Bancarisés traditionnels emprunteurs 13% S6: Détenteurs d'au moins un PFE 16% 21,8% des répondants sont des bancarisés traditionnels actifs en termes de transferts. Ils reçoivent tous de l’argent de façon irrégulière ou régulière. Ils sont 70% à envoyer de l’argent, Ils empruntent et épargnent de façon modérée. (profil 4: « Bancarisés traditionnels actifs en termes de transferts »). ▬ 36% 12,5% des répondants sont des sans comptes émetteurs de transferts. Ils épargnent de façon irrégulière ou n’épargnent pas et effectuent des transferts d’argent. Ils reçoivent de l’argent et empruntent de façon modérée. (profil 3: « sans comptes émetteurs de transferts »). ▬ 8% 8,5% des répondants sont des bancarisés traditionnels emprunteurs . Ils ne reçoivent jamais d’argent et sont 50% à ne pas effectuer d’envoi. En revanche, ils sont nombreux à contracter des emprunts et épargnent de façon modérée (profil 5: « Bancarisés traditionnels emprunteurs »). 21
  • 22. 4. Profils Caractéristiques des profils Détenteurs d’au moins un PFE Bancarisés traditionnels actifs en termes de transferts Bancarisés traditionnels emprunteurs Sans compte émetteurs de transferts Sans compte épargnants Sans compte peu actifs financièrement . Revenus Occupation Formel / Informel Formel / Informel Formel / Informel Formel / Informel Formel / Informel Formel / Informel Urbain / Rural Urbain / Rural Urbain / Rural Urbain / Rural Urbain / Rural Urbain / Rural Éducation Milieu Zone géographique Dak. Kao. Dak. Kao. St. Lou. Dak. Zig. St. Lou. Dak. Kao. Tam. Zig. Tam. Tou. St. Lou. Dak. Kao. Tou. St. Lou. . Âge Genre Dak. Homme / Femme . Homme / Femme Homme / Femme Homme / Femme Homme / Femme Tendance la plus haute parmi les segments (hauts revenus, haute éducation, âge avancé…) Tendance haute parmi les segments (hauts revenus, haute éducation, âge avancé…) Tendance dans la moyenne de la population sondée Tendance basse parmi les segments (bas revenus, faible éducation, jeune…) Tendance la plus basse parmi les segments (bas revenus, faible éducation, jeune…) Homme / Femme 22
  • 23. 4. Profils Connaissances des services financiers selon les profils: connaissance des services offerts via le PFE La connaissance des moyens de paiement via des agents de proximité ou des PFE, et de l’épargne sur PFE augmente clairement avec le niveau d’inclusion financière : ▬ L’activité de transferts financiers (émetteurs ou receveurs) ▬ La détention ou non d’un compte dans une IF,. Connaissance des moyens de paiements en gardant de l'argent sur le PFE sans se déplacer S6: Détenteurs d'au moins un PFE S5: Bancarisés traditionnels emprunteurs S4: Bancarisés traditionnels actifs en termes… S3: Sans compte émetteurs de transferts Il faut cependant noter que la connaissance « de nom » est souvent très différente de la connaissance réelle du service. Peu savent que l’on peut à la fois épargner, transférer, payer des factures et du crédit téléphone avec un PFE. ▬ Les moyens d’émissions d’argent via guichet ou PFE sont en général plus connus que les moyens de paiement ou d’épargne via guichet ou PFE. ▬ Les moyens de transfert d’argent par voie formelle sont très connus des populations détenteurs d’au moins un PFE. S1: Sans compte peu actifs financièrement Très peu connaissent l’ensemble des services possibles dans une IF ou avec un PFE. ▬ S2: Sans compte épargnants ▬ ▬ ▬ Les détenteurs de PFE ou de compte dans une IF sont plus au courant des moyens d’envoyer de l’argent via voie formelle que les populations sans comptes, et en particulier les détenteurs d’au moins un PFE. Les bancarisés traditionnels emprunteurs ou actifs en termes de transferts sont également connaisseurs des moyens d’envois d’argent formel, alors que les bancarisés traditionnels emprunteurs sont bien moins actifs en termes de transferts (0% ne reçoivent de l’argent et seulement 50% en envoient). Les détenteurs d’au moins un PFE et les bancarisés traditionnels actifs en termes de transferts sont les plus à jour sur les moyens de paiements, que ce soit au guichet ou via PFE. ▬ Les sans comptes peu actifs financièrement sont le profil le moins connaisseurs des moyens de paiement ou d’épargne. ▬ Les bancarisés traditionnels emprunteurs ont moins connaissance des moyens de paiements mais une meilleure connaissance des moyens d’épargne. Non Oui 0% 25% 50% 75% 100% Connaissance des moyens d’envois d’argent en stockant de l'argent sur le PFE sans se déplacer S6: Détenteurs d'au moins un PFE S5: Bancarisés traditionnels emprunteurs S4: Bancarisés traditionnels actifs en termes… S3: Sans compte émetteurs de transferts S2: Sans compte épargnants S1: Sans compte peu actifs financièrement Non Oui 0% 25% 50% 75% 100% Connaissance des moyens d’épargner en gardant de l'argent sur le PFE sans se déplacer S6: Détenteurs d'au moins un PFE S5: Bancarisés traditionnels emprunteurs S4: Bancarisés traditionnels actifs en termes… S3: Sans compte émetteurs de transferts S2: Sans compte épargnants S1: Sans compte peu actifs financièrement Non Oui 0% 25% 50% 75% 100% 23
  • 24. 4. Profils Raisons d’ouverture et de non-ouverture de compte Raisons d’ouverture d’un compte dans une IF ou d’un PFE (selon le profil) Pour ce qui concerne les IMF, le fait d’avoir un compte –et même le fait d’épargner– est largement associé à l’accès au crédit: S6: Détenteurs d'au moins un PFE Les produits d’épargne et leur caractéristiques (rémunération, etc.) sont peu connus , y compris par les détenteurs.. Les détenteurs de PFE de leur côté, ont des raisons d’ouverture diverses: chacun a souscrit dans un but précis, et sans forcément recourir aux autres services, par manque d’information. ▬ L’épargne est la principale motivation pour l’ouverture d’un compte ▬ ▬ Les détenteurs d’au moins un PFE présentent des motivations plus variées avec une importance plus grande pour la domiciliation de salaire, assurer l’avenir de leur enfant, la réception et l’envoi d’argent et les dépenses quotidiennes. On note que la réalisation d’emprunt n’est pas autant prioritaire pour ce segment qu’elle l’est pour les bancarisés traditionnels. Les bancarisés traditionnels actifs en termes de transferts sont majoritairement motivés à ouvrir un compte pour un enfant et pour assurer son avenir. Ils sont peu à mettre en avant la possibilité d’effectuer des transferts comme raison d’ouverture de compte, malgré une forte activité de transfert. S5: Bancarisés traditionnels emprunteurs S4: Bancarisés traditionnels actifs en termes de transferts 54% 27% 32% 23% 21% 18% 13% 3% 6% 1% 6% 5% 2% 36% 16% 47% 53% 26% 11% 0% 25% Pour épargner Pour avoir un prêt Pour mes dépenses quotidiennes (ménage/affaires) Pour recevoir mon salaire Pour faire/recevoir des paiements Pour recevoir de l'argent (hors salaire) 50% 69% 71% 75% Raisons de non-ouverture de compte dans une IF (selon le profil) Les « Raisons religieuses » sont de loin la principale raison citée par les répondants sans comptes ou détenteurs de PFE pour leur non-utilisation d’un compte dans une IF. ▬ Il ne s’agit néanmoins pas d’un éléments bloquant. Il est souvent associé à une ou plusieurs autres raisons et lié au fait d’avoir peur du crédit. ▬ D’après les entretiens qualitatifs, les non détenteurs épargnants sont toutefois moins nombreux à citer ces raisons religieuses, car ils sont globalement mieux sensibilisés. Plusieurs d’entre eux envisagent l’ouverture d’un compte dans une IF, souvent par sensibilisation de la part de proches. Les critères susceptibles de les motiver étant la sécurisation de l’argent et l’accès au crédit. Lorsque l’ouverture est envisagée, les critères de choix de l’institution spontanément mentionnés sont les conseils donnés par les proches et l’accès au crédit. ▬ Pour les non détenteurs actifs financièrement, on notera que la facilité de dépôt et retrait (disposer de son argent à tout moment et facilement) apparaît comme importante. 7% S6: Détenteurs d'au moins un PFE 60% S3: Sans comptes émetteurs de transferts 44% S2: Sans comptes épargnants S1: Sans comptes peu actifs financièrement 56% Raisons religieuses 0% 25% 50% C'est trop compliqué (paperasse/tracasseries administratives) Je n'ai pas les moyens (revenus insuffisants/irréguliers) Trop d'attente au guichet Trop loin de chez moi Connais pas/je sais pas comment ça marche/Pas suffisamment d'explication 75% 24
  • 25. 4. Profils Poids économiques Possède au moins un PFE 0,16 Millions d’individus (2,3% de la population >15 ans) 3,4 Mds FCFA de revenu Mensuel (0,6% du PIB annuel) Possède un compte auprès d’une IF 1,06 Millions d’individus (14,8% de la population >15 ans) 17,9 Mds FCFA de revenu mensuel (3,2% du PIB annuel) Emprunts Épargne Émission Réception Bancarisés traditionnels actifs en terme de transfert Sans compte émetteurs de transferts Détenteurs d’au moins un PFE Possède un compte auprès d’une IF 0,43 Millions d’individus Bancarisés traditionnels emprunteurs Sans compte épargnants (6,0% de la population >15 ans) 7,9 Mds FCFA de revenu mensuel (1,4 % du PIB annuel) Sans compte comptes peu actifs financièrement 0,82 Millions d’individus 0,70 Millions d’individus 1,84 Millions d’individus (11,5% de la population >15 ans) 14,8 Mds FCFA de revenu mensuel(2,6% du PIB annuel) (9,8% de la population >15 ans) 11,7 Mds FCFA de revenu mensuel(2,1% du PIB annuel) (25,7% de la population >15 ans) 27,1 Mds FCFA de revenu mensuel(4,8% du PIB annuel) Emprunts Épargne Émission Réception Emprunts Épargne Émission Réception Emprunts Épargne Émission Réception Emprunts Épargne Émission Réception Emprunts Épargne Émission Réception Les populations à faibles revenus étudiées représentent 70% de la population de plus de 15 ans du Sénégal et 15% du PIB national Clés de lecture 0% 25% 50% 75% 100% 25
  • 26. 4. Profils Portraits Une description détaillées des portraits des profils identifiés est disponible dans le rapport détaillé de l’étude (disponible uniquement en français).. Madjiguene, fabrique des bijoux en perles Gathy, 40 ans, vendeuse de sandwichs et viande grillée Bancarisés traditionnels actifs en terme de transfert Détenteurs d’au moins un PFE Bancarisés traditionnels emprunteurs Papa, 30 ans, menuisier bois Sans compte émetteurs de transferts Pape , 45 ans, menuisier métallique Sans compte épargnants Assane, 27 ans, pêcheur Sans compte peu actifs financièrement Babacar, agriculteur 26
  • 27. The project was completed in collaboration with EY and Horus Development Finance. 27
  • 28. Advancing financial inclusion to improve the lives of the poor www.cgap.org