Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.

Les géants viennent aussi du sud iv.1 cb 2010 07 relecture

3 065 vues

Publié le

Un vieux texte, mais pas si vieillit même si Inbev a depuis absorbé Sab Miller. La lecture d'un texte de Laurence Capron m'en a rappelé l'existence à lire ici : https://www.linkedin.com/pulse/comment-le-g%C3%A9ant-de-la-bi%C3%A8re-r%C3%A9ussit-%C3%A0-avaler-tous-ses-capron?trk=hp-feed-article-title-hpm

C'est l'épreuve de relecture éditée dans

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=26766

Publié dans : Formation
  • Identifiez-vous pour voir les commentaires

Les géants viennent aussi du sud iv.1 cb 2010 07 relecture

  1. 1. 223 IV.1 Les géants viennent aussi du sud Christophe Benavent Université de Paris X-Nanterre S’interroger sur la transverse France-Brésil, et plus pertinemment Europe- Brésil, lorsqu’on s’intéresse à des questions de management, doit conduire à un apprentissage réciproque. Une démarche naturelle serait de se poser la question de ce qu’on peut apprendre en matière de management au Brésil lorsqu’on est européen. Une alternative aurait été comment on peut implanter au Brésil des méthodes européennes. Outre le caractère néo-colonial de cette manière d’envisager une question de management international, cette manière de poser la question, induit des présupposés théoriques forts : il existe un mode de management universel dont le seul problème est de s’appuyer sur des terrains spécifiques, et c’est en s’adaptant que les performances de ces modes de gestion sont atteintes. Elle nous ferait échapper à une réflexion plus générale : la globalisation n’est pas que la domination des multinationales américaines, européennes et japonaises sur le monde, l’apparition de nouvelles multinationales dans de nouvelles régions, avec de nouveaux savoirs-faire, pas forcément de nouveaux espoirs, mais sans doute une nouvelle manière de concevoir la gestion des organisations et conduit à redéfinir la compétition globale moins en termes de lutte entre des organisations qui partagent les mêmes méthodes, et qu’en termes de compétition entre ces méthodes de gestion. Les nouveaux géants ne contestent pas l’ordre du monde, ils y participent ajoutant en variété et subvertissant l’ordre que l’on croit bien établi. TLC, Lovono, Mittal Steel et dans les pages suivantes Inbev, sont quelques-uns de ces groupes qui naissent dans les nouvelles grandes économies que l’acronyme BRIC désigne au travers d’une énumération intéressante : Brésil, Russie, Inde et Chine sont ces pays où la taille de la population offre à sa minorité riche et consommatrice un espace suffisant large pour en faire des économies largement aussi puissantes que la plupart des pays européens et
  2. 2. 224 où les technologies sont bien maîtrisées. Ces économies commencent à donner naissance à des multinationales puissantes et nouvelles. C’est cette nouveauté dont il sera question dans cet essai. Ces nouvelles firmes se constituent en objet de recherche dans la mesure où elles renouvellent la problématique de la globalisation : celle-ci n’est pas seulement cette propension des firmes multinationales à exploiter leur échelle, et à considérer le marché mondial comme un, mais c’est aussi l’irruption de nouveaux acteurs, qui se constituent dans des environnements sociaux, politiques, culturels fortement différents, qui ont vocation à s’étendre dans le monde. Une question centrale est de savoir si ces firmes, en plus de grossir le nombre des firmes multinationales, tendent à introduire plus de variétés et des styles de management différents, ou au contraire se moulent dans des stratégies similaires à leurs prédécesseurs. C’est cette question que nous explorerons en étudiant un cas celui d’une firme brésilienne qui est aujourd’hui le premier brasseur mondial, Inbev, et qui dans la composition de ses activités apparaît comme véritablement globale, en vendant autant dans les pays du sud que les pays du nord 1 , contre la proposition de Rugman 2 qui rappelle à juste titre que ce qu’on appelle globalisation est surtout une régionalisation, l’affaire d’une triade continentale. Inbev, né de la fusion du Belge Interbrew et du Brésilien Ambev, en décembre 2004 dont le patron est désormais le président global, ce par quoi s’affirme au sein de la firme que les méthodes brésiliennes seront désormais étendues à l’ensemble de l’organisation. Cette firme fonde sa stratégie sur deux grands piliers. Le premier est emprunté à Interbrew avec son concept de politique de marchés multiples, un brasseur global de bières locales, sous- tend qui s’appuie sur une politique de portefeuille de marques aux identités nationales affirmées, s’opposant au modèle de Budweiser ou Heineken qui se fonde sur des mégas marques universelles. Le second provient d’Ambev et concerne la maîtrise des opérations et des coûts. L’ensemble anime une performance remarquable, en deux ans le groupe aura doublé sa capitalisation boursière, le titre croissant continûment, de 23 euros en avril 2004, vers les 40 euros en avril 2005. Il s’appuie sur une production de près de 200 millions d’hectolitres de bière quand son second, Andeuser Bush, dépasse à peine les 150 000, et son proche troisième, Sab- Miller, un groupe d’Afrique du Sud, qui talonne le précédent, Heineken prenant la quatrième place avec une production presque deux fois moindre. La question que nous nous poserons en étudiant ce cas est ce que quelques théoriciens du management international désignent sous 1. Source interne – www.inbev.com. 2. A. Rugman et A. Verbeke, 2003 : « Extending the Theory of the Multinational Enterprise-Internalization and Strategic Management Perspectives », Journal of International Business Studies, 34, p. 125-137.
  3. 3. 225 l’appellation d’effet-pays. Les firmes bénéficient-elles d’un avantage concurrentiel, enraciné dans l’histoire et la géographie locale, qui se manifeste dans l’élaboration des méthodes de gestion ? C’est pourquoi nous ferons précéder l’analyse du cas, d’un court développement théorique de cette question. Ce qu’en disent les théoriciens éclairera le propos que tiendrons sur le cas singulier d’Inbev, et les faits de ce cas résistant aux schémas classiques, nous guideront vers de nouvelles propositions. 1. Nouveaux mondes, nouveaux modèles ? L’étude des multinationales, de leurs organisations et de leurs systèmes de gestion fait l’objet d’une large littérature que nous ne pouvons résumer ici, et dont l’étendue va bien plus loin que le problème que nous étudions. Un de ses aspects principaux réside dans la recherche de modèles, de configurations, de typologies des formes organisationnelles globales. Une première orientation des recherches s’attache à décrire la variété des organisations multinationales, au travers d’un cadre d’analyse qui met en relief le problème d’adaptation des firmes à leur environnement, et celui des modes et échelle de coordination. C’est l’état d’esprit d’une typologie à la Ghospal et Barlett 3 . Dans une telle perspective, la question de la nationalité compte peu, et aucune hypothèse n’est suscitée pour concevoir que les formes organisationnelles des firmes dépendraient d’origine nationale ou géographique. Elles seraient liées principalement à des caractéristiques économiques et stratégiques définies à une échelle globale, et pour partie à celle des nations. Cette perspective se renforce quand on met en évidence les interrelations internes des firmes globalisées, lesquelles conduirait à une abolition des frontières internes, comme le souligne Ohmae 4 , et selon l’argument développé par Buckley 5 , qui établit que l’avantage des firmes multinationales se crée justement dans cette suppression de frontières. Les différentes formes que ces multinationales peuvent prendre dans leur organisation ne dépendraient donc pas de l’origine des firmes, mais plutôt dans une adaptation à l’environnement global. Nécessité d’adaptation locale et nécessité de jouir des économies d’échelle globale définissent des formes idéales d’organisation. Firmes internationales, multinationales, entreprises globales, transnationales, sont les formes désormais classiques qui ont été 3. Christopher Bartlett & Sumantra Ghoshal, 1998 : Managing Across Borders, The Transnational Solution, Harvard Business School Press. 4. K. Ohmae, 1990 : The Borderless World : Power and Strategy in the Interlinked Economy, London, Collins. 5. Peter J. Buckley & Mark C. Casson, 1976 : The Future of the Multinational Enterprise, London, Macmillan.
  4. 4. 226 identifiées et caractérisées : elles correspondent à des environnements distincts définis à une échelle globale. Une seconde orientation pose la question de la spécificité nationale qui se maintiendrait à mesure que l’organisation se globalise, introduisant sur la scène mondiale une variété accrue de modèles, qui encouragerait un mouvement de divergence plutôt que de convergence. En se globalisant, le monde ne s’uniformise pas, au contraire il connaît de nouvelles variétés. Elle suscite de nombreuses réflexions qui laissent à penser que certaines régions du monde ont mis au point des modes d’organisation particuliers. C’est le cas de ceux qui se sont intéressés aux entreprises japonaises notamment Aoki 6 , qui a donné à la forme J une origine délibérément nationale et l’ajoute aux formes F et M classiquement reconnues. C’est ce qu’indique aussi D’Iribarne 7 avec la firme française en identifiant une valeur latine, l’honneur, dans les modes de management. Le travail de Perlmutter 8 initie et généralise ce mouvement dans la mesure où il dessine des modèles qui se définissent par leur structure géoculturelle ; même s’il ne met pas en évidence des types nationaux, il introduit l’idée d’une variété culturelle. Ces travaux contribuent à alimenter une thèse de l’effet-pays sur la stratégie et les formes d’organisation des firmes globales. Cette question est posée explicitement au travers de la thématique de la convergence des formes organisationnelles. Guillèn milite pour l’idée d’une convergence impossible 9 , les facteurs politiques et stratégiques locaux influençant les firmes selon leurs origines, leur expansion amenant à une échelle globale de nouveaux modèles. La synthèse proposée par Pugh et Hickson 10 renforce l’argument d’une convergence moins évidente qu’elle ne s’affirme. Hartzing et Sorge se sont directement intéressés à ce phénomène en étudiant l’effet-pays sur la stratégie d’internationalisation et les systèmes de contrôle, ils concluent à son existencel’existence d’un effet-pays 11 . Cette 6. Masahiko Aoki & Ronald Dore, 1994 : The Japanese Firm, Oxford, Clarendon Press. 7. Philippe D’Iribarne, 1989 : « La logique de l’Honneur. Gestion des entreprises et traditions nationales », Paris, Le Seuil (« Points-Seuil »), 1993 ou Mauro F. Guillén, 2005 : The Rise of Spanish Multinationals : European Business in the Global Economy, Cambridge University Press. 8. Howard V. Perlmutter & Balaji S. Chakravarthy, 1985 : « Strategic Planning for Global Business », Columbia Journal of Wolrd Business, Summer. 9. Mauro F. Guillén, 2001 : The Limits of Convergence : Globalization & Organizational Change in Argentina, South Korea, and Spain, Princeton University Press. 10. David J. Hickson & Derek S. Pugh, 1995 : Management Worldwide. The Impact of Societal Culture on Organizations around the Globe., Penguin. 11. Hartzing with A. M. Sorge, 2004 : « The relative impact of country-of-origin and universal contingencies on internationalization strategies and corporate control in multinational enterprises : World-wide and European perspectives », Organisation Studies, 24/2, p. 187-214.
  5. 5. 227 littérature s’étend et confirme le fait 12 . Elle propose cependant différents types d’explications. Deux courants peuvent être distingués : un courant culturaliste, et un courant institutionnaliste. Le courant culturaliste, dans la lignée de Hofstede 13 , considère que la culture, vue comme une configuration de valeur-clé, est un déterminant direct des modes de management. Les Anglo-Saxons, les Latins, les Japonais, etc. auraient chacun un style de management propre qui met respectivement l’accent sur le contrôle de performance, la hiérarchie, la décision collective. On peut imaginer que l’entreprise diffuse ce style primordial dans l’ensemble de ses filiales à mesure qu’elle s’internationalise et incorpore de nouvelles unités. L’argument culturel connaît cependant deux limites. La première générale est ontologique, la culture est une construction, l’organisation exposée à un Nouveau Monde reconstruit sa culture. Dans quelle mesure les valeurs sont durables ? La seconde limite résulte du modèle culturel lui-même. Quand la firme opère à une échelle globale ne doit-elle pas abandonner sa culture primitive pour adopter une culture globale ? Le courant institutionnaliste est extrêmement puissant. Ancré dans une perspective de contrôle des ressources, il considère la dimension sociale au travers des concepts de parties prenantes, de légitimité, de pouvoir. Tout l’intérêt de la question en gestion, peut être présenté à partir des travaux de Powell et Dimaggio 14 . Ces derniers proposent l’hypothèse de l’isomorphisme institutionnel, comme facteur déterminant de la structuration des firmes. Dans ce cadre de réflexion, on met l’accent sur le lieu d’institutionnalisation. L’effet-pays résulte de ce que la firme en s’institutionnalisant dans un champ national, risque d’acquérir des particularités durables. Avec cet argument, il faut donc d’abord examiner dans l’histoire de la firme les éléments matriciels de son système de management, et dans les particularismes régionaux, les raisons adaptatives de ces éléments. L’étude de cas se prête bien à ce type d’objectif. Cette méthode nous sera utile pour mieux rendre compte de cette problématique et tenter de 12. Y.-S. Hu, 1992 : « Global or stateless corporations are national firms with international operations », California Management Review, Winter, p. 107-126 ; Hartzing & Noordhaven, 2001 : « The “country-of-origin effect” in multinational corporations : Sources, mechanisms and moderating conditions », Management International Review, 2003, 43, special issue 2, p. 47-66 ; et encore S. Makino, T. Isobe & C. Chan, 2004 : « Does country matter ? », Strategic management journal, 25, p. 1027-1043. 13. HOFSDETEHofstede, G., Van Deusen, G.A., Mueller, G.B., Gharles, T.A. and the Business Goals Network (2002), 'What Goals do Business Leaders Pursue? A Study in Fifteen Countries', Journal of International Business Studies, Vol.33, pp.785-803. 14. POWELL et DIMAGGIODiMaggio, Paul J. and Walter W. Powell. 1983. "The Iron Cage Revisited: Institutional Isomorphism and Collective Rationality in Organizational Fields." American Sociological Review 48:147-160.
  6. 6. 228 contribuer à approfondir sur un plan théorique l’avantage pays en matière de stratégie. Le cas d’Inbev est doublement utile pour notre propos. Il concerne une firme brésilienne, c’est-à-dire représentant clairement un cas typique de ces multinationales du sud, si on ose les nommer ainsi. Ce cas brésilien est tout particulièrement intéressant, d’abord parce qu’il est le principal représentant d’une zone continentale, ensuite car il présente des traits assez généraux : une économie ancienne, une tradition industrielle, une étendue considérable, une société inégale mais comportant une large fraction de classes moyennes et supérieures. C’est-à-dire assez représentatif de ces nouvelles sociétés, à la fois riches et pauvres, structurées et chaotiques, qui forment les nouveaux horizons de la consommation. Il concerne aussi un groupe tri-polaire dans sa fondation Ambev-Brésil, Labatt-Canada, Interbrew – Belgique : l’effet pays dans un tel environnement peut être triple, et une des questions intéressantes sera d’examiner comment des avantages-pays se combinent pour former un modèle global de management. 2. La naissance d’une transnationale Inbev est né de la fusion de deux groupes Ambev Brazil et Interbrew en 2004 qui donne naissance à un groupe réalisant 9,5 milliards d’euros de CA (les 2/3 de Danone) et un cash flow d’1,5 milliard d’euros. Un des intérêts du cas est qu’à ce jour c’est la partie brésilienne qui a pris le dessus en obtenant que la présidence du groupe soit donné à Brito, confirmant ainsi la performance supérieure de la partie brésilienne sur la partie belgo- canadienne. On rapprochera ce fait de la nomination de Carlos Ghosn à la tête de Renault. On l’a nommé car Nissan s’est révélée plus profitable, et le poids des actionnaires japonais à sans doute pesé dans la balance. Dans le capitalisme moderne, celui des transnationales, telle est la règle. La prédominance occidentale n’est pas assurée. Au sein des groupes, prennent le pouvoir ceux qui représentent les entités les plus performantes… L’histoire d’Interbrew, brasseur belge, débute en 1987 avec la fusion des brasseries Artois et Pieddebœuf (Jupiler), elle se développe ensuite par acquisitions externes nombreuses en Europe et connaît un virage en s’associant à Labatt (Canada) en 1995, formant un groupe original qui établit le concept stratégique fondamental : « The World Local Brewer », le brasseur local mondial. Il étend encore son périmètre avec les rachats de Bass et de Whitebread, en 2000. Dans la formule apparaît une alternative stratégique remarquable au modèle de néofordisme des firmes américaines. Si l’on prend le cas d’Andeseuser Bush (Budweiser), on retrouve un vieux modèle de management international : celui de l’internationalisation d’une formule globalisée. Le modèle s’établit sur l’idée simple que dans ce marché, la domination est assurée par des marques installées fortement dans la
  7. 7. 229 proximité. Un groupe global est celui qui détenant plusieurs positions locales fortes va être capable de créer de la valeur en croisant les flux d’internationalisation : une marque légitime localement a toute les chances d’être à l’export une marque à forte valeur. Un point importante sur ce marché où la valeur est essentiellement symbolique et se constitue dans le statut de la marque. Ambev résulte d’une fusion historique entre Brahma et Antartica en 1999. Cette fusion va se poursuivre par un mouvement d’acquisition en Amérique latine, installant Ambev dans une position dominante, non seulement sur le marché de la bière par des marques domestiques, mais aussi dans les sodas en défendant le remarquable champagne Guarana, et par des partenariats de distribution. Deux grands moteurs ont été employés par Ambev : un stratégie de prise de participation progressive dans des sociétés d’implantation locale, des accords de coopération avec de grands groupes internationaux (Pepsi, Danone, Miller, Unilever). Stratégie qui s’appuie sur une domination totale sur le marché principal : celui de la bière, et qui conforte la puissance des réseaux de distribution en complétant l’offre principale de marques indispensables pour définir une offre globale : Cola, eau, sodas, bière premium. Quelques chiffres permettent de se rendre compte de l’importance du réseau de distribution qu’AmBev possède au Brésil en 2003 : 45 centres de distribution directe, 500 distributeurs exclusifs, une flotte de 6 000 camions chargés de livrer les points de vente et une équipe de 13 000 vendeurs. Celle- ci réalise 1 million de visites par semaine dans les points de vente, qui sont au nombre de un million dans l’ensemble du Brésil, répartis sur 5 000 municipalités. N’oublions pas que sur le plan marketing, ce qui compte dans ce secteur n’est pas tant le choix du consommateur, mais le choix du détaillant : l’essentiel est de compter dans le portefeuille client le plus grand nombre de botecos. Le choix du consommateur, se réalise en effet parmi les marques du groupe. Naturellement la situation est un peu différente dans le circuit GMS, où toutes les grandes marques sont représentées et le véritable décideur redevient le consommateur final, mais il faut noter que dans un tel marché, la puissance symbolique obtenue en investissant les débits de boissons (exemple de Bohemia), s’exerce au point de vente. 3. Une politique de distribution directe et continue Le développement d’Ambev s’est caractérisé par un effort précoce d’internationalisation qui débute avec le rachat de Quintes, et aboutit, à la suite d’une série d’autres acquisitions en Amérique du sud de brasseurs nationaux, à des parts de marché de 65 % au Brésil, de 99 % en Bolivie, en Uruguay, ou Paraguay, de 77 % en Argentine, et partout ailleurs, des parts de marché de l’ordre de 20 %. Il s’appuie sur l’optimisation d’un portefeuille de
  8. 8. 230 marques solides : Skol, Antartica, Brahma, et d’autres marques telles que Bohemia. En 2004, les deux firmes décident de s’associer, Interbrew prend dans un premier temps le leadership, un Américain est nommé à la direction générale. Un mode d’organisation bi-polaire semble émerger. La structure des ventes est de 50/50 entre les marchés développés à faible croissance, et les marchés en voie de développement à forte croissance ; le seul groupe équivalent de ce point de vue est SAB Miller, un groupe sud-africain. Le cours de bourse en croissance permanente passant de 24 euros à 40 ans. La valeur double en un an. Figure I. Évolution du cours de bourse d’Inbev (avril 2005-mars 2006). La combinaison de ces deux groupes, qui agissent désormais en Amérique Nord, en Amérique du sud, en Europe d’où il a des perspectives pour l’Asie et la Chine en particulier, avec plusieurs rachat de brasseries chinoises, crée une forme multipolaire, dont on peut identifier des éléments fédératifs dans l’organisation, mais s’appuie sur la mise en commun d’un modèle d’approche du marché et d’un système de contrôle des coûts et de la performance. Dans les projets annoncés aux investisseurs 15 , Inbev pense gagner 140 millions d’euros par la gestion des marques, 80 millions d’euros par une meilleure exploitation des points de vente en généralisant les méthodes mises au point au sein d’Ambev, 40 millions en introduisant les marques 15. Présentation d’Inbev aux analystes.
  9. 9. 231 européennes sur le marché latino-américain 16 , et la même chose avec l’introduction de Brahma en Europe. Ici, la création de valeur est nette, non pas une réduction des coûts mais la génération de nouveaux volumes de ventes, qui résultent à la fois de gain de productivité commerciale, mais aussi de l’élargissement du portefeuille de marques par un croisement intercontinental. 4. L’efficacité opérationnelle Le groupe Ambev cherche à diminuer ses coûts, en particulier depuis 2000. Les grands axes de cette stratégie avant tout appliquée dans le marché brésilien sont les suivants, mais ils sont fédérés par deux mots clés : « benchmarking » (comparaison aux meilleurs du domaine) et « best practices » (identification des meilleures pratiques. Par ces deux techniques de management, l’entreprise maîtrise ses coûts : – la baisse des coûts de la force de travail, aussi bien pour les activités d’approvisionnement que de production ou de distribution. L’augmentation de la productivité, en maximisant l’utilisation des installations, la baisse des coûts fixes et l’augmentation de la part des coûts variables. Les coûts fixes ont par exemple été baissés de 23 % entre 2000 et 2002, permettant au groupe d’augmenter ses investissements en vente et en marketing de 26 % sur la même période. La diminution de la dépendance des fournisseurs extérieurs se fait par une intégration verticale toujours plus importante. AmBev a par exemple racheté une usine de malt, permettant ainsi une autosuffisance de 90 %, mais ce rachat a été accompagné d’une sévère diminution du prix payé aux producteurs : il est passé en 4 ans de 25 $/kg à 4 $/kg ! – la mise en place d’une nouvelle philosophie dans les usines ayant comme fondement une action fondée sur une attention portée aux employés, l’accent sur leurs capacités de management, et des objectifs tournés par la fiabilité du système de production et de forts standards de qualité… Cependant cette réduction des coûts, bien qu’elle permette à Inbev de se situer comme l’une des entreprises les plus rentables au monde dans son secteur, a entraîné des effets secondaires qui pourraient nuire à l’image de l’entreprise : il s’agit par exemple de la précarisation du travail, du non respect de l’OCDE et de l’OIT en matière de respect des droits du travail et de l’environnement, et de la fermeture de certaines usines mettant de nombreux employés au chômage. Dans les documents livrés aux analystes lors de l’annonce de la fusion, les dirigeants sont clairs : les synergies viendront également de la réduction 16. Source : présentation aux analystes financiers.
  10. 10. 232 des coûts autant que de l’accroissement de valeurs. Inbev espère réaliser dans la fusion 140 millions d’euros d’économies qui s’additionnent aux 140 millions obtenus par des ventes supplémentaires : – a) le Benchmarking et le processus d’apprentissage organisationnel sont en fait les principales sources d’économie envisagées : 35 millions pour l’exploitation des meilleures pratiques, 30 millions pour l’optimisation des coûts fixes par le développement d’une ingénierie globalisée. – b) la gestion des économies d’échelle au travers du regroupement des achats (conditionnement, médias, etc.) devrait atteindre 40 millions d’euros, et 20 millions résultant de la centralisation des fonctions et d’une plus grande efficacité du quartier général, ainsi que des économies résultant d’un meilleur système d’information : 15 millions. La désignation de Carlos Brito indique clairement une des voies principales choisie par Inbev. Les documents internes l’atteste : c’est ce savoir faire qui est reconnu et souhaité être diffusé dans l’ensemble de l’organisation. Le savoir-faire Ambev doit être transféré à l’ensemble des zones. Y a-t-il là un élément national ? Une façon de faire la gestion spécifiquement brésilienne ? Manifestement non, si on doit s’en tenir à des arguments culturalistes. Le goût de la performance est une idée de management largement partagée. Peut être a-t-elle rencontré un fond saint- simonien pour se développer : le Brésil est le pays des grands projets pétris de modernité, Brasília en est le fer de lance, mais cet esprit se retrouve aussi dans l’agriculture, et dans plusieurs aventures industrielles comme Ambraer ou Petrobras. Le volontarisme et le souci d’efficacité nécessitent une culture positiviste qui voue un culte à la capacité de dompter la nature. Si l’élément national n’est peut-être pas dans la culture, il est plus sûrement dans la géographie. Les distances, la variété des peuples, la structure sociale du marché, suscitent le développement de certains apprentissages et la formation de compétences. La logistique est assurément concernée. Maîtriser la distribution est un art grandiose dans l’énormité du Brésil. Plus de 100 millions de consommateurs à rafraîchir, dans les mégalopoles, les brasseries, les botecos, sur la plage, les hypermarchés, les boulangeries, etc. 5. Le « World Local Brewer » En étudiant la constitution du groupe Ambev, définie par le socle né de la fusion d’Antartica et de Brahma, et par un mouvement de croissance passant d’une part par une extension géocentrée en Amérique latine, et un renforcement du portefeuille de marques avec des coopération avec les multinationales, Ambev est devenue l’acteur incontournable de l’Amérique
  11. 11. 233 du sud, mais aussi une cible de choix pour des acteurs majeurs tels que Anheuser-Bush, Heineiken, SAB Miller, de manière plus lointaine les Japonais de Kirin ou encore Interbrew. La performance financière permet à ce groupe de se protéger d’attaque, et même d’être en disposition d’établir des partenariats d’égal à égal avec d’autres. Interbrew était à posteriori, le partenaire idéal, par sa complémentarité géographique, par son équivalence en taille et par sa philosophie d’affaire. Quand Heineken et Andeuser Bush développent une stratégie fondée sur le développement d’une marque globale (Budweiser et Heineken), Interbrew développe une stratégie de marques locales dont l’horizon est mondial. Comme l’affirmait le slogan, même si son PDG dans une interview, revenait sur ces idées, en recentrant la stratégie autour de trois marques phares : Stella, Beck et Brahma. Culturellement cela s’entend bien. Après tout, les cultures imprimées dans les marques, dans leur singularité peuvent avoir une valeur universelle. C’est au passage un trait de société bien français que de penser que c’est de l’exception que jaillit l’universel. Cet universel de par sa naissance ne peut l’être jamais tout à fait : au regard de l’autre il est souvent un simple exotisme. La stratégie de marché d’Interbrew qui se poursuit dans le projet Inbev s’appuie sur cette propriété de monde. En faisant de Beck de Stella et maintenant de Brahma les pivots de la stratégie globale, il s’agira de croiser les marchés, de prendre des marques légitimées par leur consommation originaire, et de les distribuer en dehors de ce marché, comme des bières premium ou super premium. Comme des produits dont la valeur accrue le sont par le double jeu de l’exotisme et de l’authenticité. Dans la même appétence alcoolique, des variétés de modèles culturels de consommation sont aisément discernables, et connus par tous, ne serait-ce qu’au travers de stéréotypes. La bière est une culture, qui s’oppose géographiquement en Europe à celle du vin, mais varie aussi de manière interne : la bière en Allemagne est légèrement amère, servie en large bock, le demi litre est un minimum, elle a le goût de la cité, se célèbre dans les Oktober fest, elle est livrée à domicile par caisses entières. La Belgique la couve dans les estaminets, elle y est plus alcoolisée, même si une bière d’usage plus légère est largement versée dans les brasseries, et les cafés. Elle se magnifie dans les Abbayes, est l’objet d’une variété de couleur de saveur. Elle est une gourmandise, rivalise avec le vin dans la dégustation. La bière brésilienne est une course au froid, les armoires réfrigérées trônent dans les botecos, on la maintient dans des glacières à la plage, au restaurant on la sert dans des seaux de glace. Le verre aussi peut être réfrigéré, il doit être glacé, elle se partage. La britannique possède son institution, les pubs, elle se sert tiède, en pinte, se boit debout, gonflant les panses et pressant les vessies. Elle est noire dans ses accents d’Irlande, amère à Londres. Et partout elle
  12. 12. 234 participe à la libation et aux jeux du stade, le foot, initiant et amplifiant les émotions du spectacle. La consommation de bière s’inscrit dans un habitus, et le choix de la marque est une sorte d’étendard de l’identité. L’enjeu de la gestion des marques est de prendre place dans une hiérarchie de valeurs, et de statuts. Le leadership sur le marché n’est pas qu’une affaire économique, un pur résultat, mais aussi une nécessité, un impératif, le moyen d’être considéré comme légitime. La marque qui rassemble autour d’elle le plus de consommateurs, et surtout le plus grand nombre de points de vente, et quand la législation le permet les événements les plus prestigieux, peut alors prétendre être au cœur de la pratique culturelle. Cette légitimation interne qui prend forme au sein d’un champ donné, nourrit une légitimation externe : ceux qui ne participent pas au champ local de la consommation, mais peuvent en être les témoins, feront des marques légitimes, authentifiée par l’adhésion populaire, les marques légitimes de leur consommation d’ailleurs. En Belgique on célébrera le Brésil en buvant de la Brahma, au Canada on goûtera un goût européen avec la Stella, au Brésil la Beck internationale sera une alternative quand on voudra boire plus chic. Être légitime ailleurs, permet d’être légitime ici quand le besoin exprimé est celui de l’ailleurs, de la variété, d’un exotisme. Cette analyse a pour but de mettre en évidence que la source de légitimité des bières est populaire, et que cette popularité s’inscrit dans un cadre national même si elle peut le déborder. L’échec de Budweiser en France se comprend mieux : le système de légitimation fondé sur le sponsoring sportif a échoué sur la législation en matière de publicité des alcools : l’impossibilité de soutenir la coupe du monde en France a fait échouer l’introduction massive de la Budweiser. Soutenir la marque par la seule image pays n’était pas soutenable. Elle pose un problème : si la bière et ses marques répondent a des champs locaux, pourquoi en globaliser la gestion ? Un élément de réponse réside dans ces idées de croiser les marchés. Cette idée s’appuie sur une conception particulière de la globalisation que l’on comprendra mieux en l’envisageant selon deux grandes dimensions : – la nature de son enracinement : la marque est-elle issue d’un terroir, d’un pays, d’une région ou se donne elle d’emblée comme une marque universelle qui a vocation à exprimer une valeur qui dépasse les horizons culturel ? ; – la nature de son déploiement : à d’autres contrées, en s’y acclimatant si nécessaire, ou à l’ensemble du monde comme témoin d’un de ses moments particuliers. En croisant ces deux critères on obtient une typologie intéressante des modes de déploiement d’une marque à l’international.
  13. 13. 235 Enracinement Déploiement Local Global Local Localisme : la marque s’inscrit dans une tradition locale et s’y limite, ses significations n’ont de sens que localement. La légitimité se fonde dans l’histoire Indigénisme : la marque dont les traits principaux sont généraux s’acclimate localement en s’appropriant des traits spécifiques qui en dissimulent l’origine et lui donne une appartenance locale. Global Exotisme : la marque s’affirme comme étrangère à la zone de déploiement et représente dans son particularisme la spécificité d’un ailleurs. La légitimité se fonde dans la représentativité. Universalisme : la marque échappe aux déterminations culturelles locales, et fonde sa légitimité dans la raison universelle. Figure II. Les modes de déploiement géographique des marques. Les modalités de gestion des marques qui viennent d’être évoquées n’ont de sens que si l’on interroge les rapports des marchés à l’autre, ce qui est une autre manière de voir, plus saine et plus juste, de la globalisation de la consommation. En effet si pour l’économiste la globalisation se traduit par l’accroissement des flux d’échanges et des modes de régulations, si pour le politiste elle se manifeste dans l’interactivité des jeux politiques et le développement de pôle de domination, pour l’anthropologue la globalisation est une question d’abord de communication. Peu de gens voyagent, moins de 10 % de la population planétaire a l’occasion d’aller dans d’autres pays et moins d’y aller fréquemment, ou même si les migrations sont désormais par flots immenses, tout cela touche peu ou partiellement les masses. Par contre les images, les représentations, les musiques, l’information circulent et irriguent chaque village du monde. Étudier la globalisation d’un point de vue culturel pour comprendre la place que les marques peuvent occuper, nécessite donc de comprendre dans quelles conditions les images et représentation venant d’ailleurs redéfinissent les modes de vies et valeurs locales, et de définir des modèles de transformation culturelle. Deux grands critères permettent de dégager une typologie en quatre modes majeurs. Le premier critère est celui du degré de changement qui peut être partiel ou total. Le changement partiel est évolutif, périphérique, tandis que le
  14. 14. 236 changement total concernera des valeurs profondes, centrales, et l’ensemble des champs culturels. Le second critère implique le rapport des champs culturel mis en cause, il peut être exclusif dans le sens que les traits culturels se redéfinissent par exclusion, opposition, contestation, ou au contraire par inclusion, intégration : Modalité d’interaction Degré de changement Exclusive Inclusive Partiel Confrontation : l’identité se construit dans l’antagonisme à l’égard de l’autre. Métaphore : Rivalité mimétique, chauvinisme Connexion : l’autre est intégré sur un segment d’activité, la structure ne change pas. Métaphore : Patchwork, mosaïque Total Transformation : l’autre est l’horizon de la transformation de soi : Métaphore : métamorphose Créolisation : on se mêle à l’autre, le mélange est modéculaire : Métaphore : alliage, le creuset, fusion Figure III. Les modes de changement culturel. La confrontation est un premier mode : l’apport de l’autre renforce l’identité de soi, le foulard en est un bon exemple : manière de se distinguer d’un autrui que l’on craint, la créolisation apparaît comme un espoir pour beaucoup, modèle Benetton dans son sens le plus faible, world music dans un sens plus fort, la transformation implique une identification et une adhésion à l’autre au prix d’une perte d’identité, reste la connexion qui laisse le soi intact mais l’ouvre par partie sur l’autre. C’est ce dernier mode qui est en jeu dans la politique d’Inbev. Le pari d’un monde ou dans chaque zone se constitue et se développe des champs culturels distincts qui vont puiser ailleurs les éléments de leur régénération. Dans ce modèle de changement culturel l’hypothèse est que chaque ensemble local garde son identité, mais puise dans d’autres cultures, des éléments partiels pour nourrir, en réinterprétant un champ de consommation. Les saoudiens vont aussi au MacDo, les mangas sont dévorés à Paris. Ne soyons pas étonné de ce fait, il se construit dans les origines de ce groupe : la Belgique, le Canada et le Brésil peuvent être considérés dans trois pays où l’identité nationale se construit dans la dualité et la multiplicité, et n’existe qu’en complément d’une autre identité : canadienne et
  15. 15. 237 québécoise, belge et flamande, brésilienne et japonaise ou portuguaise ou italienne… Pour penser un tel monde, il faut avoir la conviction que le reste du monde n’est pas comme nous. Cela restera une hypothèse, mais elle mérite d’être relevée Ce mouvement va dans le sens de la vision de Barlett et Ghospal : modèle global, modèle multinational, modèle international sont largement identifiés, la transnationale annoncée est souvent considérée comme une chimère. N’a- t-on pas avec Inbev un premier cas de ce type de transnationale ? Une organisation nouvelle, multipolaire, qui en croisant ses ressources, génère un nouvel avantage compétitif ? L’effet pays joue ici de manière inattendue. Il joue en bande, dans l’alliance des stéréotypes, une horde de localismes coalisés pour couvrir un espace mondial. 6. Conclusions Dans l’histoire d’Inbev, on retrouve des mécanismes fondamentaux qui motivent l’existence de firmes globales. Le cas est relativement classique de ce point de vue. Les deux principales spécificités réside dans un choix stratégique : un portefeuille de marques à forte identité locale, la mise en œuvre de processus d’apprentissage fondés sur des méthodes de benchmarking et d’analyse des meilleures pratiques. Cette spécificité ne semble pas particulière nationale. Le modèle apparent ne semble pas attaché à une culture particulière. Ce serait se contenter d’une analyse en surface. Les deux piliers de la stratégie d’Inbev correspondent en fait aux héritages stratégiques des deux firmes. L’origine européenne d’Interbrew marque le groupe dans sa compréhension du marché. Les marques de bière y sont nationales, voire même locales, la bière est identitaire, rassemble et nourrit la communauté. Le choix d’une stratégie de portefeuille semble ainsi être attaché culturellement, même si l’exemple d’Heineken, montre qu’il y a aussi des divergences parmi les groupes européens. L’héritage d’Ambev provient de la capacité à rationaliser la production. Celle-ci vient par nature, un choix primordial avait été fait avec la décision de conserver des réseaux distincts pour Brahma et Antartica. Il vient aussi plus profondément de la nature des problèmes résolu aux brésil : l’organisation d’un réseau de distribution sur un vastes espaces où les communications ne sont pas toujours évidentes, un marché de 180 000 000 d’habitants, et une culture de la bière, qui impose la réfrigération, et par conséquent d’une forte compétence en terme de distribution : il s’agit pas seulement de livrer le volume de bière, mais s’assurer de sa fraîcheur au point de consommation. Cette capacité s’associe à une connaissance particulière, la maîtrise du développement dans les économies émergentes, et à une opportunité : la présence dans l’ensemble du monde (Europe de l’Est, Chine, Brésil
  16. 16. 238 Amérique du Sud), et forme la base d’un groupe multirégional. Ce qui dessine un ensemble relativement fédératif, qui garde le local comme base opérationnelle, et pratique la globalisation des systèmes de management et d’ingénierie d’une part, de la diffusion des marques d’autre part. On ne peut ici qu’opposer ce modèle stratégique à celui des Nord-Américains avec Andeheuser-Bush, où de l’européen Heineken. Un modèle centré sur une marque forte, qui s’est développée sur un fort marché intérieur. Peut-on faire de cette idée une généralisation ? Les géants du sud risquent d’être des géants polymorphe, quand ceux du nord ont été monolithiques. L’hypothèse de l’effet pays serait ainsi conservé, non pour un argument culturel, mais pour un argument d’isomorphisme local : les conditions économiques premières qui marquent ces groupes, les difficultés logistiques, taille du marché, mode d’internationalisation, laisserait leur empreinte dans les systèmes de management. Dans notre cas, le benchmarking d’Ambev, le multibranding d’Interbrew, s’associent harmonieusement pour créer un modèle stratégique efficace à une échelle globale. Un modèle original. Cette étude conduit aussi à une réflexion en matière de modèles organisationnels. Si les multinationales classiques, essentiellement américaines, japonaises ou européennes, montrent des organisations plutôt intégratives, avec deux variétés, l’une qui considère le monde comme un seul monde, l’autre qui identifie quelques grandes régions qui structurerons son organisation. Les modèles fédérateurs ont été peu envisagés à l’exception des réseaux transnationaux. Et pourtant, dans le cas Inbev, c’est à cela que l’on assiste. Mode d’organisation Considère le monde comme intégratif Fédératif Une région Firmes globales Fédération globale Plusieurs régions Organisation multirégionale Réseaux transnationaux

×