Le marché immobilier de bureaux

1 004 vues

Publié le

Un marché locatif en baisse de 18% qui atteint 960 000 m²
placés au 1er semestre, avec un repli des grandes transactions
au 2ème trimestre.
Une offre disponible qui demeure stable en quantité et en qualité,
avec près de 3,6 millions de m² de bureaux disponibles dont 24%
de neuf.

Un loyer prime qui s’érode légèrement à 810 €/m² (Paris 7ème),
alors que le QCA reste stable à 770 €/m².

  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Le marché immobilier de bureaux

  1. 1. Le marché immobilier de bureauxen Ile-de-France – 1er semestre 2012Evolutions contrastées entrele marché locatif et lemarché de l’investissementUn marché locatif en baisse de 18% qui atteint 960 000 m²placés au 1er semestre, avec un repli des grandes transactionsau 2ème trimestre.Une offre disponible qui demeure stable en quantité et en qualité,avec près de 3,6 millions de m² de bureaux disponibles dont 24%de neuf.Un loyer prime qui s’érode légèrement à 810 €/m² (Paris 7ème),alors que le QCA reste stable à 770 €/m².4,8 milliards d’euros ont été investis au 1er semestre 2012, soitune hausse de 37% en un an.Les cessions de plus de 500 millions ont fortement impacté lemarché au 2ème trimestre.Les taux de rendement prime restent de nouveau stables, hormispour les meilleures communes de la 1ère couronne parisienne.
  2. 2. On Point • Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France – 1er semestre 2012 Page 2 Paris demeure le premier choix d’implantation des entreprisesRalentissement du marchélocatif Bien que l’activité locative soit en baisse à Paris, faute essentiellement d’offres disponibles, la capitale conforte sa position prédominante dans le marché avec 40% des mètres carrés consommés en Ile-de-France au 1er semestre. Paris intra-muros estSi le début de l’année s’inscrivait dans l’épure de fin 2011 avec plus aujourd’hui le seul secteur qui jouit d’une demande spontanéede 530 000 m² loués, le 2ème trimestre, lui, marque le pas : encore importante, qui est extrêmement présente et active.- 100 000 m² par rapport au 1er trimestre. Le verdict est sans appel :le marché locatif est en net repli. Au 2ème trimestre, la baisse des commercialisations déjà observée dans le Quartier Central des Affaires en début d’année s’accentue :Nette baisse de l’activité locative -23% à fin juin (vs -19% à fin mars). Une seule grande transaction à noter ce trimestre : il s’agit de l’extension de la Banque de FranceEn cumul, la demande placée atteint 960 000 m² au 1er semestre dans l’immeuble « Paris Bourse » qui étend son occupation àcontre 1 175 000 m² un an auparavant, soit -18%. L’aggravation de 10 000 m² dans le cadre d’un nouveau bail long terme.la crise financière en Europe et le ralentissement économiquegénéralisé constaté depuis ce printemps ont fini par impacter le Même scénario pour La Défense qui pâtit de l’absence demarché. Les preneurs se montrent plus hésitants et les bailleurs transaction significative ce trimestre, la plus grande signaturesont prêts à beaucoup de concessions pour conserver leurs (Fiducial) dépassant juste les 5 000 m².locataires. Par ailleurs l’activité a été également pénalisée par lesponts du mois de mai et par le contexte électoral. Dans le Croissant Ouest on pourra retenir la bonne performance de la Boucle Sud alimentée par les grandes transactions du 1erRepli des grandes transactions trimestre en raison de la qualité de l’offre disponible et de l’ajustement des valeurs locatives à la baisse (que ce soit en facialUn des principaux moteurs du marché locatif, le segment des ou économique).grandes transactions (plus de 5 000 m²) avait connu un bondémarrage au 1er trimestre avec un plus grand nombre d’opérations Les marchés de 1ère Couronne, bien que connaissant des fortunesenregistrées que l’an passé, bien que de taille moins importante. Au diverses selon le niveau et la qualité de leur offre, enregistrent2ème trimestre ce segment de marché a calé. Les grandes globalement une hausse de leur activité locative de plus de 30% partransactions ne représentent plus que 26% des surfaces louées rapport à l’année passée. La totalité des transactions de plus dealors qu’elles constituaient 39% du marché au 1er trimestre. 5 000 m² sont enregistrées dans des immeubles neufs (voire non livrés) à des niveaux de loyers compétitifs autour de 300 €/m² ;Au total depuis le début de l’année, 27 grandes transactions ont été l’argument économique de ces marchés semble avoir porté sesenregistrées en Ile-de-France contre 31 mi 2011, ce qui représente fruits auprès des entreprises.une baisse de 13%. Au-delà ce sont plus globalement tous lessegments de marché qui pâtissent du ralentissement de l’activité La performance de la 1ère Couronne Nord est à souligner suite à(-21% par exemple pour le créneau des 1 000 - 5 000 m²). deux transactions de plus de 5 000 m² au 2ème trimestre et à une bonne activité sur le segment des transactions de taille moyenneLes grands utilisateurs plébiscitent toujours les surfaces neuves ou (7 transactions en 3 mois entre 1 000 et 5 000 m²). On citera à titrerestructurées puisque les deux tiers des grandes transactions d’exemples les prises à bail successives d’ArcelorMittal (10 400 m²)actées depuis le début d’année ont été conclues dans des et d’Aperam (1 600 m²) dans le « Cézanne » à St Denis, immeubleimmeubles de 1ère main. certifié HQE et labellisé THPE, livré fin 2011. Le « Vivaldi » à Pantin (5 800 m²) a également trouvé preneur. La Cité Régionale de l’Environnement d’Ile-de‐France s’implantera courant 2014 dans cet immeuble neuf conforme à ses valeurs environnementales puisque le bâtiment devrait être à énergie positive (Bepos).
  3. 3. On Point • Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France – 1er semestre 2012 Page 3Le stock d’offres stagne : 1 m² neuf sur 4 disponibles en Ile-de-France PerspectivesDepuis presque trois ans, le stock de bureaux disponibles en Ile-de-France se maintient à un niveau égal autour de 3,6 millions de m², A horizon fin 2012, en dépit de perspectives macro-économiquece qui représente à fin juin un taux de vacance de 6,8% pour la ternes et d’un 1er semestre décevant, nous anticipons un volumerégion. La part du neuf / restructuré dans l’offre totale reste total de demande placée de l’ordre de 2 millions de m².également quasi-stable à 24%. En effet, l’activité locative du 2ème trimestre a été pénalisée par lesA Paris, les surfaces de bureaux disponibles se raréfient : - 14% en ponts du mois de mai et par les élections présidentielles etdeux ans. Le taux de vacance atteint un niveau particulièrement bas législatives qui ont eu un impact sur les demandes publiques,à 4,5% ce qui impacte le rythme des commercialisations et gelées jusqu’ici. Globalement, si la demande exprimée chez Jonesmaintient une pression sur les valeurs locatives prime faciales. Lang LaSalle est en hausse, nous avons observé qu’un certainParis Sud enregistre même une résorption de 29% de son stock nombre de demandes se concluaient par des renégociations. Audepuis 2010. Le taux de vacance pour Paris 12/13 atteint fin juin second semestre, le marché devrait être alimenté par des2,5%, 3,3% pour Paris 5/6/7 et 4,9% pour Paris 14/15. transactions dont les conditions suspensives (comme la transaction de Thalès à Vélizy) seront levées. Elles représentent à elles seulesA La Défense, l’offre immédiate, en hausse constante depuis 2008, plus de 100 000 m².semble se stabiliser. Elle représente 222 000 m², soit un taux devacance de 5,7% à fin juin. Au-delà, même scénario dans le Les hausses successives de l’ICC (+ 4,05% au 1er trimestre 2012 etCroissant Ouest où l’offre immédiatement disponible a presque +6,85% au 4ème trimestre 2011) pourraient également encouragerdoublé en 4 ans. Les taux de vacance s’échelonnent de 8,9% pour certaines entreprises à déménager ou à défaut à renégocier leurla Boucle Sud à 18,5% en Péri-Défense. bail. Dans l’ensemble, les recherches d’économies et la rationalisation des surfaces demeurent les principales motivationsDans le reste de la 1ère Couronne, le Sud enregistre une baisse des entreprises. Certaines d’entre elles profitent également d’unconstante de l’offre disponible depuis 2009 (-33%), tandis que dans marché qui leur est favorable pour se recentrer dans des immeublesle Nord les disponibilités n’ont eu de cesse d’augmenter. neufs proches des transports en commun et directement connectés à la capitale.Evolution hétérogène des valeurs locatives prime faciales alorsque les valeurs économiques sont chahutées Les marchés de 1ère couronne (y compris le Croissant Ouest) devraient tirer leur épingle du jeu grâce à une offre de qualité à desLe loyer haut de gamme parisien acte une légère baisse, passant niveaux de loyers compétitifs, alors que Paris pâtira du manquede 820 €/m² à 810 €/m² ce trimestre dans le secteur de la Rive d’offre immédiatement disponible et devrait continuer à voir ralentirGauche (Paris 5/6/7) alors que celui du QCA reste stable à 770 €/m² son activité d’ici la fin d’année.(785 € pour le Triangle d’Or). A La Défense, le loyer prime est enbaisse et se positionne désormais à 540 €, faute de grandes Les loyers (en facial et économique) seront toujours sous pressiontransactions enregistrées dans des immeubles neufs. La dernière baissière, en particulier dans les secteurs où l’offre disponibleen date était celle d’Euler Hermès (20 800 m²) dans la « Tour First » excède la demande ; dans Paris intra-muros, et dans le QCA enil y a maintenant un an. particulier, le manque d’offre devrait maintenir élevés les valeurs prime et les loyers de seconde main des meilleurs produits.Les mesures d’accompagnement ont tendance à s’accroitre. « Lespropriétaires sont plus imaginatifs que jamais et sont prêts à Le niveau de l’offre disponible ne devrait pas évoluer de manièreconsentir de lourds efforts afin de remplir leurs immeubles, significative et la part des immeubles neufs ou de Grade A continuernotamment ceux qui ont été livrés et restent vacants depuis de à baisser, l’essentiel des mètres carrés livrables en 2012 étantnombreux mois » déclare Jacques Bagge, Directeur du largement pré-commercialisé.Département Agence de Jones Lang LaSalle.
  4. 4. On Point • Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France – 1er semestre 2012 Page 4Marché de l’investissement :un deuxième trimestre trèsinternational Le marché des transactions de taille moyenne reste le terrain de chasse favori des investisseurs français qui réalisent plus de 70%Les cessions de plus de 500 millions ont fortement impacté lemarché au 2ème trimestre des transactions inférieures à 100 millions d’euros. En revanche, les investisseurs allemands, historiquement actifsLe marché de l’investissement a été particulièrement dynamique au comme acquéreurs, ont jusqu’à maintenant été absents du marché.2ème trimestre 2012 avec près de 3,4 milliards d’euros investis en Les fonds ouverts qui ont entamé la liquidation de leurs portefeuillesimmobilier d’entreprise en Ile-de-France. Après un 1er trimestre commencent à mettre sur le marché des actifs, comme l’ont faitéquivalent à celui de l’année dernière, cette bonne performance KANAM, AXA REIM ou PRAMERICA depuis le début de l’année.apparaît comme une excellente nouvelle dans un contexte Les 4 grands fonds ouverts (UNION, DEKA, COMMERZ REAL, etéconomique et financier perturbé. Ce sont ainsi plus de 4,8 milliards RREEF), tout comme l’assureur ALLIANZ n’ont pas encore réaliséd’euros qui ont été investis au 1er semestre 2012, soit une hausse d’acquisition au 1er semestre, confirmant de nouveau la position dede 37% par rapport au 1er semestre 2011. « vendeurs-nets » des investisseurs allemands depuis un peu plus d’un an.Au 2ème trimestre, trois transactions de plus de 500 millions d’eurosont dynamisé le marché. Ainsi les seules 3 plus grandes Les plus grandes opérations ont de nouveau été remportées partransactions du trimestre ont représenté près de la moitié du des acquéreurs en fonds propres, de type « fonds souverains »,marché. Depuis le début de l’année, 12 transactions supérieures à comme cela avait déjà été le cas l’an passé avec les deux100 millions d’euros ont été enregistrées pour un volume total de acquisitions de NORGES. On peut d’ailleurs noter de nouvelles2,4 milliards d’euros, soit la moitié du marché. acquisitions par la banque norvégienne, qui a conclu il y a quelques jours, une joint-venture avec GENERALI pour investir dans desDepuis le début d’année, 81 transactions ont été enregistré sur le actifs « core » parisiens.marché francilien, en baisse de 13% en un an. Les évolutions sont « Paris a su conforter son image auprès des investisseursdifférenciées selon les segments de volume de transaction : « les internationaux qui se positionnent traditionnellement sur le marchécessions entre 50 et 150 millions d’euros ont diminué faute de londonien et qui cherchent à se diversifier sur le marché parisien »,produits, notamment suite à la disparition de l’avantage de l’article explique Stephan von Barczy, « en offrant à ces investisseurs210-E » souligne Stephan von Barczy, Directeur du Département particulièrement sélectifs des actifs correspondant à leurs critèresInvestissement de Jones Lang LaSalle. En revanche, les en terme de localisation, taille, état locatif, et qualité d’immeuble »,transactions de plus de 500 millions d’euros ont fait leur poursuit-il. Ceci démontre que la présence d’une offre attractive àréapparition. Paris draine les fonds bien au-delà des frontières de l’Europe.Forte présence des investisseurs étrangersLes capitaux internationaux investis sur le marché parisien se sontconcentrés sur les plus grandes opérations emblématiques dumarché et proviennent essentiellement d’acteurs non européens :asiatiques et moyen-orientaux pour les 3 plus grandes transactionsdu marché.
  5. 5. On Point • Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France – 1er semestre 2012 Page 5Paris destination privilégiée des capitaux produits tirent parti de la concurrence que se font les investisseurs sur ce segment de marché.Alors que les volumes d’investissement du 1er trimestre étaientrépartis de façon homogène sur l’ensemble des marchés, à Ainsi dans le Triangle d’Or, les taux prime à la fin du 2ème trimestrel’exception de la Défense ; au 2ème trimestre le Quartier Central des 2012, se positionnent toujours dans une fourchette comprise entreAffaires a drainé plus de 40% des investissements suite à 4,75 % et 5,25 %.l’acquisition par des fonds souverains des opérations les plusemblématiques de l’année.Hormis le QCA, c’est le sud de Paris qui enregistre la plus forte Perspectivesprogression de son activité ce semestre avec des volumesd’investissement multipliés par quatre grâce à deux transactionsimportantes au 2ème trimestre trimestre : la cession d’« Avant Si le 1er semestre termine sur une note très positive en termes deSeine » (portefeuille Eurosic) et du « 148 rue de l’Université ». volumes d’investissement, nous maintenons une prévision d’un recul des volumes investis en Ile-de-France en 2012.Après un 1er trimestre blanc, le marché de La Défense termine cette En effet, l’année passée, ce sont surtout les 3ème et 4ème trimestrespremière moitié d’année en hausse par rapport à 2011 suite à la qui avaient connu un pic d’activité notable suite à la fin devente par CORIO à ELYSEES PIERRE du « Balzac » (transaction l’avantage fiscal 210-E. 2012 ne profitera pas de ce stimulant et,Jones Lang LaSalle). Cependant, les performances du marché de bien que l’immobilier demeure une valeur sûre, le marché n’offrel’investissement sur le quartier d’affaires restent bien inférieures aux pas autant d’opportunités que l’année passée.volumes habituellement enregistrés à La Défense. Le volume Ainsi, nous maintenons notre prévision d’investissement dans uneunitaire des actifs ainsi que les performances du marché locatif en fourchette comprise entre 8 et 10 milliards d’euros avec toutefoistrès nette baisse sur le quartier d’affaires, conjugué à une pénurie une probabilité forte d’atteindre le haut de la fourchette.de financement bancaire, expliquent le désaffection desinvestisseurs pour ce secteur.Ralentissement du marché des VEFA au 2ème trimestreLe 1er trimestre avait été particulièrement actif sur le segment desVEFA en Ile-de-France qui avaient pesé pour plus du tiers dumarché. Cette tendance s’est infléchie au cours des trois derniersmois, avec seulement 2 transactions en VEFA enregistrée « LeVivaldi » à Pantin, et « Kaleïdo » dans le 13ème arrondissementparisien. On notera que la part des opérations en blanc sur cemarché, est passée de 70% des opérations en 2011, à 50% au 1ersemestre 2012.Des taux de rendement stables pour les actifs « prime »Les taux de rendement prime restent de nouveau stables cetrimestre à l’exception des secteurs de Neuilly-Levallois, de laBoucle Sud (Boulogne-Billancourt et Issy-les-Moulineaux) et de laPremière Couronne Sud (Montrouge), pour lesquels la fourchette detaux diminue de 25 pb. En effet, ces marchés, établis et matures,offrant des actifs de qualité, sont capables d’attirer les investisseursse positionnant sur des actifs prime qui ne trouvent pas dans leQCA les produits qu’ils recherchent. De nouveau les meilleurs
  6. 6. On Point • Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France – 1er semestre 2012 Page 6Les indicateurs clés de marché au 2ème trimestre 2012(Sources : Jones Lang LaSalle/Immostat) Evol. demande Demande placée au Taux de vacance Loyer "prime" calculé Loyer moy. de 2ndeSecteur Immostat placée Offre Immédiate (m²) 30 juin 2012 (m²) immédiat (€/m²/an) main (€/m²/an) (1S2012/ 1S2011)QCA 151 307 -23% 348 000 5,1% 770 515Paris Centre Ouest (hors QCA) 60 008 28% 118 000 6,5% 595 420Total Paris Centre Ouest 211315 -13% 466 000 5,4% 770 468Paris 5/6/7 22 842 -20% 43 000 3,3% 810 493Paris 12/13 44 463 -20% 47 000 2,5% 480 409Paris 14/15 33 588 -53% 98 000 4,9% 495 378Total Paris Sud 100 893 -35% 188 000 3,6% 810 427Paris 3/4/10/11 28 571 -31% 49 000 3,0% 460 346Paris 18/19/20 39 668 11% 49 000 4,0% 325 276Total Paris Nord Est 68 239 -11% 98 000 3,4% 460 311Total Paris Intra Muros 380447 -20% 752000 4,5% 810 403La Défense 40 872 -45% 222 000 5,7% 540 422Boucle Nord 14 994 -90% 266 000 15,5% 360 176Péri Défense 71 780 -16% 308 000 18,5% 365 257Neuilly / Levallois 37 586 -16% 139 000 9,7% 545 371Boucle Sud 114 885 57% 236 000 8,9% 455 341Total Croissant Ouest 239 245 -33% 949 000 12,7% 545 2861ère Couronne Nord 54 794 130% 259 000 11,0% 305 1851ère Couronne Est 26 704 -12% 122 000 7,9% 315 2151ère Couronne Sud 32 539 0% 157 000 7,9% 320 238Total 1ère couronne 114 037 32% 538 000 9,1% 320 213Pôle de Roissy 21 916 23% 76 000 6,4% 200 139Saint-Quentin-en-Yvelines 32 772 19% 161 000 11,3% 235 123Marne-la-Vallée 27 832 137% 121 000 8,6% 220 1892ème Couronne Sud 51 031 -12% 345 000 9,9% 245 149Reste 2ème Couronne 51 885 -21% 433 000 3,9% 255 138Total 2ème couronne 185 436 2% 1 136 000 6,1% 255 148Ile-de-France 960 037 -18% 3 597 000 6,8% 810 320
  7. 7. On Point • Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France – 1er semestre 2012 Page 7Répartition des montants investis par secteur Immostat(Source : Jones Lang LaSalle/Immostat) Montants investis Montants investis Montants investis Montants investis Montants investis Secteur Immostat au 30 juin 2008 % au 30 juin 2009 % au 30 juin 2010 % au 30 juin 2011 % au 30 juin 2012 % (en millions deuros) (en millions deuros) (en millions deuros) (en millions deuros) (en millions deuros)Paris Quartier Central des Affaires (QCA) 658 14% 562 44% 931 41% 877 25% 1 421 29%Paris Centre Ouest (Hors QCA) 77 2% 7 1% 41 2% 207 6% 54 1%Paris Sud 296 6% 146 12% 121 5% 215 6% 628 13%Paris Nord Est 14 0% 47 4% 22 1% 121 3% 159 3%La Défense 702 15% 23 2% 183 8% 64 2% 103 2%Croissant Ouest 1 091 24% 230 18% 265 12% 1 262 36% 417 9%Première Couronne 800 18% 16 1% 295 13% 287 8% 473 10%Deuxième Couronne 708 15% 70 6% 343 15% 385 11% 298 6%Portefeuille IDF 221 5% 164 13% 60 3% 79 2% 1 267 26%Total IDF 4 567 100% 1 265 100% 2 261 100% 3 496 100% 4 820 100%Répartition des montants investis par type d’actifs(Source : Jones Lang LaSalle/Immostat) Montants investis Montants investis Montants investis Montants investis Montants investis Secteur Immostat au 30 juin 2008 % au 30 juin 2009 % au 30 juin 2010 % au 30 juin 2011 % au 30 juin 2012 % (en millions deuros) (en millions deuros) (en millions deuros) (en millions deuros) (en millions deuros)Bureaux 4 386 96% 925 73% 2 013 89% 3 126 89% 3 883 81%Locaux dactivité / mixtes 62 1% 99 8% 28 1% 56 2% 65 1%Entrepôts 84 2% 37 3% 130 6% 0 0% 829 17%Commerce 35 1% 205 16% 91 4% 314 9% 43 1%Total IDF 4 567 100% 1 265 100% 2 261 100% 3 496 100% 4 820 100%Taux de rendement « prime »(Source : Jones Lang LaSalle) Fourchette de Fourchette de taux de Fourchette de taux Fourchette de taux Evolution taux de rendement prime rendement prime de rendement prime de rendement prime depuis 1 an au 2T 2009 (%) au 2T 2010 (%) au 2T 2011 (%) au 2T 2012 (%)Triangle d’Or 5,75 - 6,25 5,75 - 6,25 4,75 - 5,25 4,75 - 5,25 gCité Financière 6,00 - 6,50 5,50 - 6,00 5,00 - 5,50 5,00 - 5,50 gParis 5/6/7 6,00 - 6,50 5,50 - 6,00 5,25 - 5,75 5,25 - 5,75 gParis 12/13 6,25 - 6,75 5,75 - 6,25 5,25 - 5,75 5,50 - 6,00 kParis 14/15 6,25 - 6,75 5,75 - 6,25 5,25 - 5,75 5,50 - 6,00 kParis 3/4/10/11 6,25 - 6,75 5,75 - 6,25 5,50 - 6,00 5,75 - 6,25 kParis 18/19/20 7,00 - 7,50 6,50 - 7,00 6,25 - 6,75 6,25 - 6,75 gLa Défense 6,25 - 6,75 5,75 - 6,25 5,50 - 6,00 5,75 - 6,25 kBoucle Nord 7,00 - 7,50 6,50 - 7,00 6,25 - 6,75 6,25 - 6,75 gPéri Défense 7,00 - 7,50 6,50 - 7,00 6,25 - 6,75 6,25 - 6,75 gNeuilly-Levallois 6,50 - 7,00 6,00 - 6,50 5,75 - 6,25 5,50 - 6,00 mBoucle Sud 6,50 - 7,00 6,00 - 6,50 5,75 - 6,25 5,50 - 6,00 mPremière Couronne Nord 7,00 - 7,50 6,50 - 7,00 6,25 - 6,75 6,25 - 6,75 gPremière Couronne Est 7,25 - 7,75 6,75 - 7,25 6,50 - 7,00 6,50 - 7,00 gPremière Couronne Sud 7,00 - 7,50 6,50 - 7,00 6,25 - 6,75 6,00 - 6,50 m
  8. 8. Bureaux Jones Lang LaSalle FranceParis40-42 rue La Boétie75008 ParisTél. : + 33 (0)1 40 55 15 15Fax : + 33 (0)1 46 22 28 28La DéfenseImmeuble Le Berkeley19-29, rue du Capitaine Guynemer92903 Paris La Défense CedexTél. : + 33 (0)1 49 00 32 50Fax : + 33 (0)1 49 00 32 59Saint-Denis3, rue Jesse Owens93210 Saint-DenisTél. : + 33 (0)1 40 55 15 15Fax : + 33 (0)1 48 22 52 83Le Plessis-Robinson“La Boursidière”BP 17192357 Le Plessis-RobinsonTél. : + 33 (0)1 40 55 15 15Fax : + 33 (0)1 46 01 06 37Lyon55, avenue Foch69006 LyonTél. : + 33 (0)4 78 89 26 26Fax : + 33 (0)4 78 89 04 76ContactsVirginie Houzé Sophie Benaïnous Manuela MouraDirecteur Responsable Etudes ConsultanteDépartement Etudes et Recherche Département Etudes et Recherche Département Etudes et RechercheParis Paris Paris+33 (0)1 40 55 15 94 +33 (0)1 40 55 85 15 +33 (0)1 40 55 85 73virginie.houze@eu.jll.com sophie.benainous@eu.jll.com manuela.moura@eu.jll.comwww.joneslanglasalle.comCOPYRIGHT © JONES LANG LASALLE IP, inc. 2012 - Tous droits de reproduction, de représentation, de traduction et dadaptation par tous procédés réservés pour tous pays. Toute reproductionintégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, faite sans lautorisation de Jones Lang LaSalle ou de ses ayants droits est illicite (art. L. 122-4 du Code de la propriété intellectuelle) et constitueune contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Jones Lang LaSalle ne saurait en tout état de cause être tenu responsable de tout dommagedirect ou indirect ou de toute perte subie en raison dune inexactitude ou dune incorrection de ce document.

×