L’éthique à nicomaque(seconde partie)<br />Aristote<br />Cyprien Pélissou<br />Terminale 4<br />
Plan de la présentation<br />Introduction générale<br />Introduction à la seconde partie<br />I- Vertus intellectuelles et...
Introduction générale<br />Comment accéder au bonheur ?<br /><ul><li>Le bonheur est le Souverain Bien, il est voulu pour l...
Le bonheur est l’activité qui permet à l’Homme de réaliser au mieux sa fonction propre. Elle est donc conforme à la vertu.
Du fait de la « double » nature de l’âme, deux activités distinctes permettent d’accéder au bonheur : la théoria (la plus ...
I- Vertus intellectuelles et morales<br />Vertus morales<br />Obéissance<br />Vertus intellectuelles<br />
II- La vertu et le plaisir<br /><ul><li>Un homme n’est pas véritablement vertueux s’il n’éprouve pas de plaisir dans la pr...
Nos plaisirs et nos peines déterminent nos actions et nos passions ; on devient ainsi vertueux en apprenant à agir de la m...
En prenant en compte le plaisir dans la pratique des vertus morales, Aristote s’oppose à la future doctrine stoïcienne.</l...
IV- La vertu est une habitude<br />Comment la vertu s’acquiert-elle ?<br /><ul><li>La vertu intellectuelle se développe av...
Les actions morales d’un individu peuvent varier au cours de sa vie. Or tout ce qui existe par nature ne peut être modifié...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Pelissou

1 787 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 787
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 122
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Pelissou

  1. 1. L’éthique à nicomaque(seconde partie)<br />Aristote<br />Cyprien Pélissou<br />Terminale 4<br />
  2. 2. Plan de la présentation<br />Introduction générale<br />Introduction à la seconde partie<br />I- Vertus intellectuelles et morales<br />II- La vertu et le plaisir<br />III- Conditions de l’acte moral<br />IV- La vertu est une habitude<br />V- La vertu est une médiété<br />VI- Définition complète de la vertu morale<br />Conclusion de la seconde partie<br />
  3. 3. Introduction générale<br />Comment accéder au bonheur ?<br /><ul><li>Le bonheur est le Souverain Bien, il est voulu pour lui-même.
  4. 4. Le bonheur est l’activité qui permet à l’Homme de réaliser au mieux sa fonction propre. Elle est donc conforme à la vertu.
  5. 5. Du fait de la « double » nature de l’âme, deux activités distinctes permettent d’accéder au bonheur : la théoria (la plus haute et la plus difficile) et la praxis.</li></li></ul><li>Introduction a la seconde partie<br />Le bonheur est une activité de l’âme en accord avec la vertu ; mais qu’est-ce que la vertu ?<br />
  6. 6. I- Vertus intellectuelles et morales<br />Vertus morales<br />Obéissance<br />Vertus intellectuelles<br />
  7. 7. II- La vertu et le plaisir<br /><ul><li>Un homme n’est pas véritablement vertueux s’il n’éprouve pas de plaisir dans la pratique des vertus morales.
  8. 8. Nos plaisirs et nos peines déterminent nos actions et nos passions ; on devient ainsi vertueux en apprenant à agir de la meilleure façon au regard des plaisirs et des peines, c’est-à-dire ne poursuivre que les plaisirs qu’il faut rechercher et le faire au bon moment, de la bonne façon… Cette disposition n’est pas naturelle mais acquise lors d’une « saine éducation ».
  9. 9. En prenant en compte le plaisir dans la pratique des vertus morales, Aristote s’oppose à la future doctrine stoïcienne.</li></li></ul><li>III- Conditions de l’acte moral<br />Acte fait de manière vertueuse<br />
  10. 10. IV- La vertu est une habitude<br />Comment la vertu s’acquiert-elle ?<br /><ul><li>La vertu intellectuelle se développe avec le temps grâce à l’expérience et l’enseignement reçu.
  11. 11. Les actions morales d’un individu peuvent varier au cours de sa vie. Or tout ce qui existe par nature ne peut être modifié par l’habitude. Donc la vertu morale ne s’acquiert pas par nature.
  12. 12. La nature nous a donnés la capacité de recevoir les vertus morales et c’est en les pratiquant (donc par l’habitude) qu’on les acquiert réellement.</li></li></ul><li>V- La vertu est une médiété<br />La vertu est une disposition par laquelle l’homme et son œuvre propre deviennent bons. Mais en quoi consiste-t-elle ?<br /><ul><li>Toute action ou affection comporte un défaut, un excès et un moyen.
  13. 13. Il existe deux sortes de moyens : un « moyen dans la chose », à égale distance des deux extrêmes et identique pour tous, et un « moyen par rapport à nous », qui n’est ni trop ni trop peu et relatif à chacun.
  14. 14. Tout art vise le moyen relatif à nous ; or la vertu est supérieure à tout art ; donc la vertu (morale) vise aussi le juste milieu (ou médiété) relatif à nous.</li></ul>Erreur<br />Louange<br />Perfection<br />Blâme<br />
  15. 15. VI- Définition complète de la vertu morale<br /><ul><li> La vertu morale est une disposition consistant en une médiété relative à nous. Il ne s’agit pas pour autant de relativisme car Aristote ajoute dans sa définition que la médiété « est rationnellement déterminée et comme la déterminerait l’homme prudent ».
  16. 16. De plus, il est précisé que certaines actions ou affections sont mauvaises en elles-mêmes ; elles ne comportent alors pas de médiété, d’excès ou de défaut car « il n’existe ni médiété d’excès et de défaut, ni excès et défaut de médiété ». Notre liberté de choisir notre propre médiété est ainsi restreinte.</li></ul>La vertu morale est à la fois une médiété et un sommet (en terme de perfection et d’excellence).<br />
  17. 17. Conclusion de la seconde partie<br />Médiété<br />Conditions<br />Habitude<br />Plaisir<br />Enseignement<br />Expérience<br />Engendre, permet<br />Dépend de<br />

×