SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  19
Télécharger pour lire hors ligne
Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel 
CHAPITRE 1 : ESPACE VECTORIEL 
I- Loi de composition interne et Loi de composition externe......................................................................2 
I-1 Loi de composition interne (L.C.I.).................................................................................................................2 
I-1-1 Définition.....................................................................................................................................................................2 
I-1-2 Propriétés .....................................................................................................................................................................3 
I-2 Loi de composition externe..............................................................................................................................4 
II- Structure d’espace vectoriel réel .............................................................................................................5 
II-1 Définition .........................................................................................................................................................5 
II-2 Propriétés.........................................................................................................................................................6 
III- Sous espaces vectoriels ..........................................................................................................................6 
III-1 Définition et propriétés .................................................................................................................................6 
III-1-1 Définition ..................................................................................................................................................................6 
III-1-2 Propriétés : ................................................................................................................................................................6 
III-2 Intersection de sous espaces vectoriels ........................................................................................................7 
III-3 Somme de sous espaces vectoriels ................................................................................................................7 
IV- Combinaison linéaire - système générateur ..........................................................................................9 
IV-1 Combinaison linéaire.....................................................................................................................................9 
IV-2 Système générateur .......................................................................................................................................9 
V- Système libre - système lié .....................................................................................................................10 
VI- Ordre et rang d’un système de vecteurs...............................................................................................11 
VII- Base d’un espace vectoriel..................................................................................................................11 
VIII- Espace vectoriel de dimension fini ...................................................................................................12 
IX- Compléments ........................................................................................................................................13 
IX-1 Base incomplète ...........................................................................................................................................13 
IX-2 Preuves de quelques théorèmes du cours .................................................................................................15 
1 
Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel 
I- Loi de composition interne et Loi de composition externe 
I-1 Loi de composition interne (L.C.I.) 
Soit E un ensemble. On appelle loi de composition interne de E toute application 
définie de 2 E vers E , qui a tout élément (a,b) de E2 associe un élément c de E , appelé 
composé de a par b . On note c = a *b . 
1) Dans E = {0,1}, on définit l’application * par : a *b = ab + b 
 * n’est pas une L.C.I. : 1*1 = 2, 2ÏE 
 On peut représenter la loi *  par le tableau suivant : 
* 0 1 
0 0 1 
1 0 2 
2) Dans E = {0,1}, on définit l’application T par : aTb = 1- ab 
 T est une L.C.I. de E : 0T0 = 0T1 = 1T0 = 1, 1ÎE et 1T1 = 0, 0Î E 
 On peut représenter la loi T  par le tableau suivant : 
T 0 1 
0 1 1 
1 1 0 
3) Dans IR , l’addition et la multiplication sont des L.C.I. 
4) Soit E un ensemble. Dans P(E) , l’intersection Ç et la réunion È sont des L.C.I. 
2 
I-1-1 Définition 
Définition : 
Exemples : 
1*1 = 2, 2ÏE 
x, y ÎE, xTy ÎE 
Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel 
I-1-2 Propriétés 
a) Associativité, Commutativité, Distributivité 
i) Définitions 
· La L.C.I. * est dite associative si (a,b,c)Î E3 : (a *b) *c = a *(b*c) 
· La L.C.I. * est dite commutative si (a,b)Î E2 : a *b = b*a 
· La L.C.I. * est dite distributive par rapport à T si : 
T * = * T * 
( a b ) c ( a c ) ( b c 
) 
* T = * T * 
( ) ( ) ( ) 
a b c a b a c 
· Si La L.C.I. * commutative, elle est distributive par rapport à T si 
(a,b,c)Î E3 : (aTb) *c = (a *c)T(b*c) ou (a,b, c)Î E3 : a *(bTc) = (a *b)T(a *c) 
1) Dans E = {0,1}, la L.C.I. T définie par aTb = 1- ab : 
o T est commutative : 0T1 = 1T0 = 1 
o T n’est pas associative : (0T0)T1(= 0) ¹ 0T(0T1)(= 1) 
o L’addition et la multiplication sont des L.C.I. associatives et commutatives. 
o La multiplication est distributive par rapport à l’addition. 
3) Soit E un ensemble. Dans P(E) : 
o l’intersection Ç et la réunion È sont des L.C.I. associatives et commutatives. 
o Chacune des deux lois est distributive par rapport à l’autre 
o Un élément e de E est dit élément neutre pour la loi * ssi : a Î E : a *e = e *a = a 
o L’élément neutre, lorsqu’il existe, est unique. En effet, supposons 1 e et 2 e deux 
éléments neutres pour la L.C.I . * , alors : 
( élément neutre ) 
e e e e e e 
1 2 2 1 1 2 
e e e e e e 
( élément neutre ) 
2 1 1 2 2 1 
3 
   
 Î 
( a , b , c ) E 
3 : 
ii) Exemples 
2) Dans IR : 
b) Eléments remarquables 
i) Elément neutre 
   
* = * = 
* = * = 
D’où : 1 2 e = e 
Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel 
· 0 est l’élément neutre pour l'addition dans IR ( n + 0 = 0 + n = n ) 
· 1 est l’élément neutre pour la multiplication dans IR ( n ´1 = 1´ n = n ) 
· f est l’élément neutre pour la réunion dans P(E) (f È A = AÈf = A) 
· E est l’élément neutre pour l'intersection dans P(E) ( E Ç A = AÇ E = A) 
On considère un ensemble E muni d’une L.C.I. * qui admet un élément neutre e . On 
appelle symétrique d'un élément a de E , lorsqu'il existe, un élément a' de E tel 
que : a *a'= a'*a = e . 
· Lorsque cet élément a' est unique, l 'élément a est dit symétrisable. 
· Si la L.C.I. est associative, alors le symétrique de a , lorsqu’il existe, est unique. 
· a' est le symétrique de a ssi a est le symétrique de a' . 
· Le symétrique du composé de a par b est égal au composé du symétrique de b par 
· Le symétrique d'un élément a pour + dans IR est - a (l'opposé de a ). 
· Le symétrique d'un élément a non nul pour ´ dans IR est 1/ a (l'inverse de a ). 
· Le symétrique d'une fonction bijective f pour o est f -1 (réciproque de f ). 
Soit E un ensemble. Une loi de composition externe (L.C.E.) est une application de 
´ ® 
IR E 
( , ) . 
a x 
a a 
Dans IR2 , la multiplication externe définie de IR ´ IR2 vers IR2 ( E = IR2 ) par : 
( , ) , : . .( , ) ( , ) 1 2 1 2 
1 2 X = x x Î IR a Î IR a X =a x x = ax ax , est une L.C.E. 
4 
Exemples : 
ii) Elément symétrisable 
celui de a : (aTb)'= b'Ta' . 
Exemples : 
I-2 Loi de composition externe 
Définition : 
IR ´ E vers E . On note 
x 
E 
. : 
Exemple : 
2 
Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel 
II- Structure d’espace vectoriel réel 
 On dit qu’un ensemble E muni d’une L.C.I.  +  et d’une L.C.E. .  est un espace 
vectoriel réel, et note par (E,+,.) , ssi : 
•  +  est associative et commutative. 
•  +  admet un élément neutre E 0 . 
• Tout élément de E est symétrisable pour  +  : E xÎ E,$(-x)ÎE / x + (-x) = 0 
• La L.C.E. .  vérifie : ((x, y)Î E2 , (a ,b )Î IR2 ) 
- a .(b .x) = (ab ).x 
- 1.x = x 
- a .(x + y) = (a .x) + (a .y) 
- (a +b ).x = (a .x) + (b .x) 
 E est dit l’ensemble des vecteurs et IR l’ensemble des scalaires. 
o on notera l’espace vectoriel réel (E,+,.) simplement par E . 
o on omettra le signe .  : on remplacera l'écriture a.x par a x . 
o Pour x, y dans E , on notera  x + (-y)  par  x - y . 
1) (IRn ,+,.) est un e.v.r., où les lois  +  et .  sont définies dans IRn par : 
 =  = Î n 
 Î 
a 
( ( , , )), ( ( , , )) , , : 
x x L x y y L 
y IR IR on a 
n n 
+ = + + 
1 1 
( x , L , x ) ( y , L , y ) ( x y , L 
, x y 
) 
1 1 1 1 
n n n n 
a a a 
.( x , L , x ) ( x , L 
, x 
) 
1 1 
n n 
2) (IF(IR),+,.) est un e.v.r., où les lois  +  et .  sont définies dans IF(IR) par : 
 Î  a 
Î 
, ( ), , : 
f g F IR IR on a 
+ = +  Î 
( )( ) ( ) ( ) 
f g x f x g x x IR 
=  Î 
a a 
( . )( ) ( ) 
f x f x x IR 
5 
II-1 Définition 
Définition : 
Notation : 
· Quand il n'y a pas de confusion, 
Exemples : 
   
= 
   
Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel 
Si (E,+,.) un espace vectoriel réel, alors a ,b Î IR,x, y Î E , on a : 
1) E E a .0 = 0 
2) IR E 0 .x = 0 
3) E E a .x = 0 ⇒a = 0 ou x = 0 
4) (-a ).x = -(a .x) 
5) (a -b ).x = (a .x) - (b .x) 
6) a .(x - y) = (a .x) - (a .y) 
Un sous ensemble F d’un espace vectoriel E est dit sous espace vectoriel (s.e.v.) de E 
ssi : 
1) F ¹f 
2) F est stable pour  +  : (x, y Î F x + y Î F) 
3) F est stable pour .  : ((a , x)Î IR ´ F a .xÎ F) 
1) F ¹f 
2) (x, y)Î F2 ,(a ,b )Î IR2 a .x +b .y Î F 
1) (P(IR),+,.) (l’ensemble des polynômes de degré £ n ) est un s.e.v. de (F(IR),+,.) . 
2) (IR ´{0},+,.) et ({0}´ IR,+,.) sont des s.e.v. de (IR2 ,+,.) . 
1) Tout sous espace vectoriel de E est un espace vectoriel. 
2) L’intersection de n sous espaces vectoriels de E est un espace vectoriel. 
3) ({0 },+,.) E est un sous espace vectoriel de E . 
4) E 0 appartient à tous les sous espaces vectoriels de E . 
6 
II-2 Propriétés 
III- Sous espaces vectoriels 
III-1 Définition et propriétés 
III-1-1 Définition 
Définition : 
ssi : 
Exemples : 
III-1-2 Propriétés : 
Si E est un espace vectoriel, alors : 
Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel 
III-2 Intersection de sous espaces vectoriels 
L'intersection de deux sous espaces vectoriels d'un espace vectoriel réel E est un sous 
espace vectoriel de E . 
La réunion de deux sous espaces vectoriels n'est en général pas un sous espace vectoriel. 
L'intersection de plusieurs sous espaces vectoriels d'un espace vectoriel réel E est un 
sous espace vectoriel de E . 
III-3 Somme de sous espaces vectoriels 
Soit E un espace vectoriel et soient 1 E et 2 E deux sous espaces vectoriels de E . 
· La somme des sous espaces vectoriels 1 E et E2 , notée par 1 2 E + E , est égale à : 
{ } 1 2 1 2 1 2 1 2 E + E = xÎE / $(x , x )ÎE ´ E / x = x + x 
· La somme directe des sous espaces vectoriels 1 E et 2 E , notée par 1 2 E Å E , est égale à : 
{ } 1 2 1 2 1 2 1 2 E Å E = xÎE / $!(x , x )ÎE ´ E / x = x + x 
· Si 1 2 E = E Å E , alors les sous espaces vectoriels 1 E et 2 E sont dits sous espaces 
Si 1 E et 2 E sont deux sous espaces vectoriels d’un espace vectoriel E alors 1 2 E + E et 
1 2 E Å E sont aussi des sous espaces vectoriels de E . 
Si 1 E et 2 E sont deux sous espaces vectoriels d’un espace vectoriel E , alors les 
propositions suivantes sont équivalentes : 
1) 1 2 E = E Å E 
2) 1 2 E = E + E et { } E E E 0 1 2 Ç = 
3) 1 2 E = E + E et 0 ( 0 ) 1 2 E 1 2 E x + x = ⇒ x = x = 
7 
Théorème : 
Remarque : 
Théorème : 
Définition : 
supplémentaires de E . 
Théorème : 
Théorème : 
Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel 
o E = {f ÎE / f (x) = f (-x) xÎIR} 1 (ensemble des fonctions paires) 
o E = {f ÎE / f (x) = - f (-x) xÎIR} 2 (ensemble des fonctions impaires) 
Pour montrer que 1 2 E = E Å E , il suffit de vérifier que 1 2 E = E + E et { } E E E 0 1 2 Ç = . 
En effet : 
1 
= + - 
( ( ) ( )) 
2 
f x f x f x 
1 
1 
f x f x f x 
= - - 
( ) 
( ) 
1 
- = - + = ⇒ Î 
( ( ) ( )) ( ) 
2 
f x f x f x f x f E 
1 1 1 1 
1 
( ) 
- = - - = - ⇒ Î 
( ( ) ( )) ( ) 
2 
f x f x f x f x f E 
2 2 2 2 
= + 
( ) 
( ) ( ) ( ) 
et f x f x f x 
1 2 
· Donc : 1 2 1 2 1 2 f ÎE $( f , f )ÎE ´ E / f = f + f 
· D’où : 1 2 E = E + E 
   
· Donc : E f = O 0 , ( f (x) = 0 xÎ IR) 0 
· D’où : { } E E E 0 1 2 Ç = 
8 
Exemple : 
 E = F(IR) : 1 2 E = E Å E , avec 
1) 1 2 E = E + E : 
· Soit f ÎE . On pose 
 
 
 
( ( ) ( )) 
2 
2 
· On a : 
 
  
 
  
 
2) { } E E E 0 1 2 Ç = : 
· Si 0 1 2 f ÎE Ç E , alors : 
= -  Î Î 
( ) ( ) ( ) 
f x f x x IR f E 
0 0 0 1 
f x f x x IR f E 
= - -  Î Î 
( ) ( ) ( ) 
0 0 0 2 
Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel 
IV- Combinaison linéaire - système générateur 
Dans un espace vectoriel E , on appelle une combinaison linéaire de n vecteurs 
L , tout vecteur u de E qui peut s’écrire sous la forme : 
n ( , , )ÎIR 1 a La 
1 1 a L a a , avec n 
 Dans IR2 , on considère les vecteurs ( , ) 1 1 2 u = x x , ( , ) 2 1 2 u = y y et ( , ) 3 1 2 u = z z . 
o (3 2 ,3 2 ) 1 1 1 2 2 u = x + y + z x + y + z est une combinaison linéaire des vecteurs 1 u , 
2 u et 3 u : 1 2 3 u = 3u + 2u + u 
o (3 2 ,3 2 ) 1 1 1 2 2 u = x + y + z x + y - z n’est pas une combinaison linéaire des 
L’ensemble des combinaisons linéaires de n vecteurs d’un espace vectoriel E est un 
sous espace vectoriel de E . 
 Dans un espace vectoriel E , on dit qu’un système de n vecteurs { } n u , ,u 1 
système générateur de E (ou que les vecteurs n u , ,u 1 
de E ) si tout vecteur u de E peut s’écrire comme une combinaison linéaire des 
n 
vecteurs u , ,u 1 
n L :  Î = 
Σ$ Î = + + = 
1 1 1 ( ) ( a ,L,a ) / a L a a 
n n n i i u E IR u u u u 
L s’appelle aussi partie ou famille génératrice de E . 
 On dit aussi que le système { } n u , ,u 1 
L engendre E ou que E est engendré par le 
L ou E = Vect { u , L 
,u } 1 
n 9 
IV-1 Combinaison linéaire 
Définition : 
u , ,un 1 
n 
Σ= 
= + + = 
n n i i u u u u 
i 
1 
Exemples : 
vecteurs 1 u , 2 u et 3 u . 
Théorème : 
IV-2 Système générateur 
Définition : 
L est un 
L sont des vecteurs générateurs 
i 
1 
 Le système { } n u , ,u 1 
système { } n u , ,u 1 
L . 
 On note =  n E u , ,u 1 
Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel 
 Le sous espace vectoriel des combinaisons linéaires des vecteurs u , ,un 1 
   
   
n 
Î Î = Σ= 
L : a a = L 
 
n i i E u , IR,u E u , ,u 1 
i i n 
 ´{ }=  1 2 IR 0 u ,u , avec (1,0) 1 u = et ( 1,0) 2 u = - : 
(x,0)Î IR ´{0}, $a ,b Î IR /(x,0) =a .(1,0) +b .(-1,0) = (a -b ,0) 
il suffit de prendre par exemple a = x et b = 0 
 On dit que n vecteurs n u , ,u 1 
L d’un espace vectoriel E sont linéairement 
indépendants (ou que le système { } n u , ,u 1 
L est un système libre) si : 
0 0 1 1 1 + + = ⇒ = = = n n E n a u L a u a L a 
L d’un espace vectoriel E sont linéairement dépendants 
L est un système lié) s’ils ne sont pas linéairement 
indépendants : n n n E ( , , ) (0, ,0) / u u 0 1 1 1 $ a La ¹ L a +L+a = 
 Les vecteurs (1,0,1) 1 u = , ( 1,1,1) 2 u = - et (0,1,0) 3 u = de IR3 sont linéairement indépendants. 
 Les vecteurs (1,0,1) 1 u = , ( 1,1,1) 2 u = - et (0,1,2) 3 u = de IR3 sont linéairement dépendants. 
 Un système de vecteurs est lié ssi un des vecteurs du système est combinaison linéaire 
 Si un des vecteurs d’un système est combinaison linéaire des autres vecteurs du 
système alors tout vecteur de ce système est combinaison linéaire des autres vecteurs 
du système. 
1) Le vecteur E 0 n’appartient à aucun système libre de E . 
2) E uÎE /u ¹ 0 , le système {u} est libre. 
3) Tout système de vecteurs extrait d’un système libre est libre. 
4) Tout système de vecteurs contenant un système lié est lié. 
10 
Remarque : 
L est engendré par les 
vecteurs n u , ,u 1 
i 
1 
Exemple : 
V- Système libre - système lié 
Définition : 
 On dit que n vecteurs n u , ,u 1 
(ou que le système { } n u , ,u 1 
Exemples : 
Théorème : 
des autres vecteurs du système. 
Propriétés : 
Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel 
VI- Ordre et rang d’un système de vecteurs 
 L’ordre d’un système est le nombre de vecteurs du système. 
 Le rang d’un système est égal au plus grand nombre de vecteurs linéairement 
indépendants que l’on peut extraire de ce système. 
o Les vecteurs (2,1),(1,1) et (0,-1) sont linéairement dépendants 
((2,1) = 2.(1,1) + (0,-1)) , ce qui implique que ( ) 3 1 rang S  . 
o Les vecteurs (2,1) et (1,1) sont linéairement indépendants, ce qui implique que 
1) Un système de vecteurs est libre ssi son rang est égal à son ordre. 
2) Dans un système lié de rang r , les vecteurs libres extraits en nombre r sont dits 
vecteurs principaux, les autres sont dits non principaux et sont combinaison linéaire des 
premiers. 
3) Le rang d’un système de vecteurs est égal à la dimension de l’espace engendré par ces 
Une base d’un espace vectoriel E c’est tout système libre de vecteurs générateurs de E . 
1) {(1,0),(0,1)} est une base de IR2 
2) {1,0),(0,1),(1,1)} n’est pas une base de IR2 . 
3) {(1,0,0),(0,1,0),(0,0,1)} est une base de IR3 : on l'appelle la base canonique de IR3 . 
4) En général, {(1,0,L0),L,(0,L,1,L,0),L,(0,L,0,1)} est la base canonique de IRn . 
11 
Définition : 
Exemples : {(2,1),(1,1),(0, 1)} 1 S = - 
 L’ordre de 1 S est égal à 3. 
 Le rang de 1 S est égal à 2 car : 
( ) 2 1 rang S = . 
Propriétés : 
vecteurs. 
VII- Base d’un espace vectoriel 
Définition : 
Exemples : 
Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel 
Un système de vecteurs {u , ,un} 1 
L est une base de E ssi tout vecteur de E s’écrit de 
manière unique comme combinaison linéaire des vecteurs n u , ,u 1 
 Î $ Î = + + = 
1 1 1 ( ) ( !a ,L,a ) / a L a a 
n n n i i u E IR u u u u 
VIII- Espace vectoriel de dimension fini 
 Un espace vectoriel réel est dit de dimension finie s’il admet une base constituée d’un 
 Ce nombre n s’appelle la dimension de l’espace. On note dimE = n . 
 IRn est un espace vectoriel réel de dimension n . 
Propriétés : 
Si E est un espace vectoriel réel de dimension n , alors : 
1) Toutes les bases de E ont le même ordre égal à n . 
2) L’ordre de tout système générateur de E est supérieur à n . 
3) L’ordre de tout système libre de E est inférieur à n . 
4) Si l’ordre d’un système libre ou générateur de E est égal à n , alors ce système est une 
5) Si F est un sous espace vectoriel de E , alors F est un espace vectoriel réel de dimension 
fini m , avec m £ n . Si de plus m = n , alors F º E . 
6) Si 1 E et 2 E sont deux sous espaces vectoriels de E , alors : 
· dim( ) dim dim dim( ) 1 2 1 2 1 2 E + E = E + E - E Ç E 
· 1 2 1 2 dim(E Å E ) = dimE + dimE 
Soit E un espace vectoriel réel de dimension fini. 
 Si 1 E et 2 E sont deux sous espaces vectoriels supplémentaires de E , 1 2 E = E Å E , 
= L et { } q B v , , v 2 1 
= L sont deux bases respectives de 1 E et 2 E , alors 
= L L est une base de E . 
Soit E un espace vectoriel réel de dimension fini. Soient 1 E et 2 E deux sous espaces 
vectoriels de E , de bases respectives { } p B u , ,u 1 1 
= L L est une base de E alors 1 2 E = E Å E . 
12 
Théorème : 
L : 
n 
Σ= 
i 
1 
Définition : 
nombre fini n de vecteurs. 
Exemple : 
base de E . 
Théorème : 
alors 1 2 dimE = dimE + dimE . 
 Si { } p B u , ,u 1 1 
{ } p q B u , ,u ,v , ,v 1 1 
Théorème : 
= L et { } q B v , , v 2 1 
= L . 
Si { } p q B u , ,u ,v , ,v 1 1 
Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel 
Soit E un espace vectoriel réel de dimension fini n . Soit B {e , , ep} 1 
= L est un système libre de E ( p £ n) , on peut alors compléter le 
système S par n - p vecteurs convenablement choisis dans la base B pour obtenir une 
nouvelle base de E : { u , L ,u ,u , L ,u } . 
1 p p + 1 
n Dans IR4 muni de sa base canonique { } 1 2 3 4 B = e , e , e , e , on considère le système 
{ } 1 2 S = u ,u avec (1,0,1,1) 1 u = et (0,0,1,1) 2 u = . 
 { } 1 2 3 4 B = e , e , e , e : (1,0,0,0) 1 e = , (0,1,0,0) 2 e = , (0,0,1,0) 3 e = et (0,0,0,1) 4 e = . 
 Vérifions si le vecteur 1 e ne s’écrit pas comme combinaison linéaire des vecteurs du 
système { } 1 2 S = u ,u ce qui revient à vérifier si le système { } 1 2 1 u ,u ,e est libre ou encore : 
(0,0,0,0) 0 1 1 2 2 3 1 1 2 3 a u +a u +a e = ⇒a =a =a = : 
(0,0,0,0) (1,0,1,1) (0,0,1,1) (1,0,0,0) (0,0,0,0) 1 1 2 2 3 1 1 2 3 a u +a u +a e = ⇒a +a +a = 
( , , ) (1, 1, 1) ( (0,0,0)) / (0,0,0,0) 1 2 3 1 1 2 2 3 3 ⇒$ a a a = - - ¹ a u +a u +a e = 
 Le système { } 1 2 1 u ,u ,e n’est donc pas libre, on ne peut alors pas compléter le système 
{ } 1 2 S = u ,u par le vecteur (1,0,0,0) 1 e = . 
13 
IX- Compléments 
IX-1 Base incomplète 
Théorème : 
= L une base de 
E . Si { } p S u , ,u 1 
Exemple : 
a a 
 
  
 
a a 
  
a a 
 
+ = 
= 
0 
1 3 
0 0 
+ = 
1 2 
+ = 
⇒ 
0 
0 
1 2 
 
 
 
a Î 
IR 
a = - 
a 
1 
2 1 
a = - 
a 
⇒ 
3 1 
Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel 
 Vérifions si le système { 1 2 2} S = u ,u , e est libre : 
(0,0,0,0) 0 1 1 2 2 3 1 1 2 3 a u +a u +a e = ⇒a =a =a = : 
(0,0,0,0) (1,0,1,1) (0,0,1,1) (0,1,0,0) (0,0,0,0) 1 1 2 2 3 2 1 2 3 a u +a u +a e = ⇒a +a +a = 
 Le système { } 1 2 2 u ,u ,e est donc libre, on peut alors compléter le système { } 1 2 S = u ,u par le 
vecteur (0,1,0,0) 2 e = pour obtenir le système libre { } 1 1 2 3 S = u ,u ,u , avec 3 2 u = e . 
L’ordre du système { } 1 1 2 3 S = u ,u ,u est inférieur à dimIR4 = 4 , on continue alors de 
 Vérifions si le système { } 1 2 3 3 u ,u ,u , e est libre : 
(0,0,0,0) 0 1 1 2 2 3 3 4 3 1 2 3 4 a u +a u +a u +a e = ⇒a =a =a =a = : 
+ + + = 
(0,0,0,0) 
a a a a 
a u a u a u a e 
1 1 2 2 3 3 4 3 
⇒ + + + = 
(1,0,1,1) (0,0,1,1) (0,1,0,0) (0,0,1,0) (0,0,0,0) 
1 2 3 4 
0 1 2 3 4 ⇒a =a =a =a = 
 Le système { } 2 1 2 3 3 S = u ,u ,u ,e est donc libre et l’ordre du système 2 S est égal à 
dimIR4 = 4 , { } 2 1 2 3 4 S = u ,u ,u ,u , avec 4 3 u = e , est donc une base de IR4 . 
On a donc complété le système { } 1 2 S = u ,u par les vecteurs 2 e et 3 e de la base B de IR4 
pour obtenir une nouvelle base { } 2 1 2 3 4 S = u ,u ,u ,u de IR4 , avec 3 2 u = e et 4 3 u = e . 
14 
 
  
 
a 
a 
a a 
  
a a 
 
= 
= 
1 
3 
+ = 
1 2 
+ = 
⇒ 
0 
0 
0 
0 
1 2 
a 
 
 
 
= 
= 
= 
⇒ 
0 
0 
0 
1 
a 
2 
a 
3 
compléter le système { } 1 1 2 3 S = u ,u ,u . 
 
  
 
a 
a 
a a a 
  
 
= 
= 
1 
3 
+ + = 
1 2 4 
a a 
+ = 
⇒ 
0 
0 
0 
0 
1 2 
Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel 
IX-2 Preuves de quelques théorèmes du cours 
Soit E un espace vectoriel. Si 1 E et 2 E sont deux sous espaces vectoriels de E , alors 
les propositions suivantes sont équivalentes : 
1) 1 2 E = E Å E 
2) 1 2 E = E + E et { } E E E 0 1 2 Ç = 
3) 1 2 E = E + E et 0 ( 0 ) 1 2 E 1 2 E x + x = ⇒ x = x = 
 Il est d’abord évident de voir que si 1 2 E = E Å E alors 1 2 E = E + E 
 Montrons que { } E E E 0 1 2 Ç = : 
Si 0 1 2 x ÎE Ç E alors : 
= + 0 (( ,0 ) Î ´ 
) 
0 ((0 , ) ) 
x x x E E 
0 0 E 0 E 
1 2 
x x x E E 
= + Î ´ 
0 E 0 E 
0 1 2 
Or, 1 2 1 2 1 2 xÎE $!(x , x )ÎE ´ E / x = x + x car E Å E = E 1 2 
D’où E x 0 0 = , et par suite { } E E E 0 1 2 Ç = 
Montrons que si { } E E E 0 1 2 Ç = alors ( 0 ( 0 )) 1 2 E 1 2 E x + x = ⇒ x = x = : 
+ = 0 
Î 
x x E 1 2 E 1 + + ( - ) 
Î Î 
x x x E ie x E 
⇒ 
{ } E E or x E x E E 0 x 0 2 2 2 1 2 2 Î ⇒ Î Ç = ⇒ = 
On montre de même que E x 0 1 = . 
o 1 2 E = E + E : 1 2 1 2 1 2 xÎE $(x , x )ÎE ´ E / x = x + x 
o et que : ( , ) : 0 ( 0 ) 1 2 1 2 1 2 E 1 2 E  x x ÎE ´ E x + x = ⇒ x = x = 
et montrons que 1 2 E = E Å E : 1 2 1 2 1 2 xÎE $!(x , x )ÎE ´ E / x = x + x 
1 2 E = E + E donc 1 2 1 2 1 2 xÎE $(x , x )ÎE ´ E / x = x + x . 
Soit xÎE , 
$ ´ 
( x , x ) et ( y , y ) dans E E 
/ 
1 2 1 2 1 2 15 
Théorème : 
Preuve : 
1)⇒ 2) : 
   
2)⇒3) : 
1 2 1 1 2 1 
- Î Î 
( ) 
x E x E 
1 1 1 1 
   
3)⇒1) : 
Supposons que : 
o supposons que : 
   
= + 
x x x 
1 2 
= + 
x y y 
1 2 
Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel 
o et montrons que ( , ) ( , ) 1 2 1 2 x x = y y : 
1 1 2 2 1 1 1 2 2 2 0 x x (x y ) (x y ), (x y ) E ,(x y ) E E = - = - + - - Î - Î 
Or, ( , ) : 0 ( 0 ) 1 2 1 2 1 2 E 1 2 E  x x ÎE ´ E x + x = ⇒ x = x = 
D’où ( ) ( ) 1 1 2 2 x = y et x = y ou encore ( , ) ( , ) 1 2 1 2 x x = y y 
Soit E un espace vectoriel. L’ensemble des combinaisons linéaires de n vecteurs de 
L , est un sous espace vectoriel de E . 
On note l’ensemble des combinaisons linéaires des vecteurs n u , ,u 1 
   
n 
Σ= 
1) E ¹ F car 0 Î E (0 = 
0. u 
) 
n E n E i 2) n n (X ,Y )Î(E )2 ,(l ,g )Î IR2 l.X +g .Y Î E : 
n 
n 
Î ⇒ =Σ a =Σ b a b 
Î Î 
n i i , , , , 
X Y E X u et Y u IR u E i i i 
= = 
1 1 
n 
n 
Σ Σ 
l + g = l a + 
g b 
X Y u u 
i i 
= = 
n 
i 
1 1 
( ) 
la gb 
= + 
i 
u 
i i i 
16 
D’où le théorème. 
Théorème : 
E , n u , ,u 1 
Preuve : 
L : 
   
n 
= = 
Σa a 
Î Î n i i , , 
E u IR u E i i 
i 
1 
1 
i 
i 
i i 
i 
l ,g ÎIR, on a : 
Σ 
= 
n 
i 
1 
Σ 
= 
= 
i 
d 
u 
i i 
i i 
1 
d’où : n l .X +g .Y ÎE 
Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel 
L est un système lié ssi un des vecteurs du système est 
combinaison linéaire des autres vecteurs du système. 
L est un système lié 
{ } 
{ } n 
a a a a 
⇒$ ¹ + + = 
( , L , ) (0, L ,0) / u L 
u 
0 
1 1 1 
n n n E 
a a a a 
⇒$ ¹ Î + + + = 
0, j 1, L , n / u L u L 
u 
0 
1 1 
j j j n n E 
a 
a 
a 
a 
- 1 
+ 
1 
L L L 
⇒$ Î , , / 
= - 1 
- - - - - 
u u u u u u u u 
a 
j 
Il existe alors un vecteur j u du système { } n u , ,u 1 
 Supposons qu’il existe un vecteur j u qui s’écrit comme combinaison linéaire des autres 
a a a a a a a a 
⇒$ , , ,, , , Î / 
= + + + + + 
IR u u u u u 
L L L L 
- + - - + + 
1 1 1 1 1 1 1 1 1 
j j n j j j j j n n 
a a a a a a a a 
⇒$ Î + + - + + + = 
, L , ,, , L , IR / u L u u u L 
u 
0 
- + - - + + 
1 1 1 1 1 1 1 1 1 
j j n j j j j j n n E 
a a a a a a a 
⇒$ = - ¹ + + = 
( , L , , 1, , L , ) (0, L ,0) / u L 
u 
0 
- + 
1 1 1 1 1 
j j j n n n E 
Un système de vecteurs { } n u , ,u 1 
L est une base de E ssi tout vecteur de E s’écrit de 
manière unique comme combinaison linéaire des vecteurs n u , ,u 1 
(  Î ) ( $ !a ,L,a Î ) / = a + L + a = 
a 
1 1 1 n n n i i u E IR u u u u 
 Supposons que n n n uÎE $ a La ÎIR u =a u +L+a u 
1 1 1 ( ) ( ! , , ) / et montrons que 
o Il est évident de voir que { } n u , ,u 1 
L est un système générateur, puisque : 
n n n uÎE $a La ÎIR u =a u +L+a u 
1 1 1 ( ) ( , , ) / 
L est un système libre, ce qui revient à montrer que : 
0 0 1 1 1 + + = ⇒ = = = n n E n l u L l u l L l 
n n E u u 0 1 1 l +L+l = et n E 0.u 0.u 0 1 +L+ = , 
 Or n n n uÎE $ a La ÎIR u =a u +L+a u 
1 1 1 ( ) ( ! , , ) / , 
 Alors.. 0 1 = = = n l 
L est alors un système libre de vecteurs générateurs de E , donc une base de E . 
17 
Théorème : 
Un système {u , ,un} 1 
Preuve : 
 Supposons que { } n u , ,u 1 
n 
a 
j 
j 
a 
j 
j 
j 
a 
j 
j 
1 
j n j 
+ 
- 
1 
1 
1 
L .qui s’écrit comme combinaison linéaire 
des autres vecteurs du système. 
vecteurs du système { } n u , ,u 1 
L . 
Le système { } n u , ,u 1 
L est alors lié. 
Théorème : 
L : 
n 
Σ= 
i 
1 
Preuve : 
{ } n u , ,u 1 
L est une base. 
o Vérifions que { } n u , ,u 1 
 
l L 
{ } n u , ,u 1 
Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel 
L est une base et montrons que 
n n n uÎE $ a La ÎIR u =a u +L+a u 
1 1 1 ( ) ( ! , , ) / . 
L est une base, { } n u , ,u 1 
L est alors un système générateur, ce qui implique 
uÎE $ a La ÎIR n 
u =a u +L+a u 
n que : n n 
1 1 1 ( ) ( ( , , ) ) / 
n $ b L b ÎIR b L b ¹ a La u = b u +L+ b u 
1 1 1 1 1 ( , , ) (( , , ) ( , , )) / 
 Alors : n n n E ( )u ( )u 0 1 1 1 a -b +L+ a -b = 
 Or le système { } n u , ,u 1 
L est libre (car c’est une base), donc 
( ) ( ) 0 ( ) ( ) 0 1 1 1 1 1 - + + - = ⇒ - = = - = n n n E n n a b u L a b u a b L a b 
 D’où : n n a = b , ,a = b 1 1 
L , ce qui implique que : 
o n n n uÎE $ a La ÎIR u =a u +L+a u 
1 1 1 ( ) ( ! , , ) / 
Soit E un espace vectoriel réel de dimension fini. 
 Si 1 E et 2 E sont deux sous espaces vectoriels supplémentaires de E , 1 2 E = E Å E , 
= L et { } q B v , , v 2 1 
= L sont deux bases respectives de 1 E et 2 E , alors 
= L L est une base de E . 
= L sont des bases respectives de 1 E et 2 E . 
 Î $ !( , , ) Î p 
/ 
= + + 
y E y L y IR y y u L 
y u 
1 1 p 
1 1 
 Î $ !( , , ) Î / 
= + + 
z E z L z IR z z v L 
z v 
2 1 q 
1 1 
Or : 1 2 E = E Å E ie : xÎE $!( y, z)ÎE ´ E / x = y + z 1 2 
 Î $ Î + 
p q 
1 1 !( , , , , , ) / 
x E y L y z L 
z IR 
p q 
= + = + + + + + 
x y z y u L y u z v L 
z v 
1 1 1 1 
p p n q 
= L L est une base de E et 1 2 dimE = dimE + dimE . 
18 
 Supposons que {u , ,un} 1 
o { } n u , ,u 1 
 Supposons que : 
n n n n 
n 
Théorème : 
alors 1 2 dimE = dimE + dimE . 
 Si { } p B u , ,u 1 1 
{ } p q B u , ,u ,v , ,v 1 1 
Preuve : 
{ } p B u , ,u 1 1 
= L et { } q B v , , v 2 1 
D’où : 
   
p p 
n q 
q 
Donc : 
Par suite, { } p q B u , ,u ,v , ,v 1 1 
Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel 
Soit E un espace vectoriel réel de dimension fini. Soient 1 E et 2 E deux sous espaces 
vectoriels de E , de bases respectives B {u , ,up} 1 1 
= L L est une base de E alors 1 2 E = E Å E . 
= L sont des bases respectives de 1 E et 2 E . 
= L L est une base de E , donc dimE = p + q et l’on a : 
+ 
 Î $ !( , L , , , L , ) Î p q 
/ 
= +L+ + +L+ 
1 + 1 + 1 1 1 1 p p p q x E x x x x IR x x u x u x + v x + v 
= L est une base de 1 E d’où 1 1 1 x u x u E p p +L+ Î 
= L est une base de 2 E d’où 1 1 2 x v x v E p p q q + + Î + + L 
 Donc :  x Î E $ ! y ( = x u + L + x u ) Î E , z ( = x v + + L 
+ x Î + ) E / x = y + z 1 1 p p 1 p 1 1 p q 2 
Soit E un espace vectoriel réel de dimension fini n . Soit { } p B e , , e 1 
= L est un système libre de E ( p £ n) , on peut alors compléter le 
système S par n - p vecteurs convenablement choisis dans la base B pour obtenir une 
nouvelle base de E : { u , L ,u ,u , L ,u } . 
1 p p + 1 
n = L est une base de E . 
 On suppose que p  n , l’ordre de S est alors inférieur à n , et le système 
= L n’est pas un système générateur de E . Ceci implique que : 
· e B i $ Î qui ne s’écrit pas comme combinaison linéaire des vecteurs du 
L . On note p 1 i u = e + 
· Le système { } 1 1 , , p , p+ u L u u est alors libre. 
 Si p +1 = n , alors le système { } 1 1 , , p , p+ u L u u est un système libre d’ordre égal à la 
dimension n de E , c’est donc une base de E . 
 Si p +1  n , on recommence la même démarche au système { } 1 1 , , p , p+ u L u u 
jusqu’à obtenir un système { } p p n u , ,u ,u , ,u 1 1 
L L + d’ordre égal à la dimension n de 
E , qui est alors une base de E . 
19 
Théorème : 
= L et { } q B v , , v 2 1 
= L . 
Si { } p q B u , ,u ,v , ,v 1 1 
Preuve : 
 { } p B u , ,u 1 1 
= L et { } q B v , , v 2 1 
 { } p q B u , ,u ,v , ,v 1 1 
p p p p q q 
 { } p B u , ,u 1 1 
 { } q B v , , v 2 1 
 D’où : 1 2 E = E Å E 
Théorème : 
= L une base de 
E . Si { } p S u , ,u 1 
Preuve : 
 Si p = n , alors { } p S u , ,u 1 
{ } p S u , ,u 1 
système { } p u , ,u 1 
Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007

Contenu connexe

Tendances

Matrices
MatricesMatrices
Matricesbades12
 
Algebre de-boole-et-portes-logiques
Algebre de-boole-et-portes-logiquesAlgebre de-boole-et-portes-logiques
Algebre de-boole-et-portes-logiquesLily Babou
 
Algebre 1 (annales)
Algebre 1 (annales)Algebre 1 (annales)
Algebre 1 (annales)Med Bijou
 
Généralisation du théorème de weierstrass et application
Généralisation du théorème de weierstrass et applicationGénéralisation du théorème de weierstrass et application
Généralisation du théorème de weierstrass et applicationKamel Djeddi
 
Math BAC 2010_Correction
Math BAC 2010_CorrectionMath BAC 2010_Correction
Math BAC 2010_CorrectionAchraf Frouja
 
Math Bac 2009_Correction Session principale
Math Bac 2009_Correction Session principaleMath Bac 2009_Correction Session principale
Math Bac 2009_Correction Session principaleAchraf Frouja
 
Algèbre de boole ionction-logique-p2
Algèbre de boole ionction-logique-p2Algèbre de boole ionction-logique-p2
Algèbre de boole ionction-logique-p2linuxscout
 
Devoir Math bac 2012 _la correction
Devoir Math bac 2012 _la correctionDevoir Math bac 2012 _la correction
Devoir Math bac 2012 _la correctionAchraf Frouja
 
CAPES maths 2019 composition 1 (option informatique)
CAPES maths 2019 composition 1 (option informatique)CAPES maths 2019 composition 1 (option informatique)
CAPES maths 2019 composition 1 (option informatique)Dany-Jack Mercier
 
CAPES maths 2019 composition 1
CAPES maths 2019 composition 1CAPES maths 2019 composition 1
CAPES maths 2019 composition 1Dany-Jack Mercier
 
ALGEBRE BINAIRE ET CIRCUITS LOGIQUES
ALGEBRE BINAIRE ET CIRCUITS LOGIQUESALGEBRE BINAIRE ET CIRCUITS LOGIQUES
ALGEBRE BINAIRE ET CIRCUITS LOGIQUESsarah Benmerzouk
 
Algèbre de boole
Algèbre de booleAlgèbre de boole
Algèbre de boolelinuxscout
 
Devoir Math Bac 2011_La Correction
Devoir Math Bac 2011_La CorrectionDevoir Math Bac 2011_La Correction
Devoir Math Bac 2011_La CorrectionAchraf Frouja
 
Discrimination et régression pour des dérivées : un résultat de consistance p...
Discrimination et régression pour des dérivées : un résultat de consistance p...Discrimination et régression pour des dérivées : un résultat de consistance p...
Discrimination et régression pour des dérivées : un résultat de consistance p...tuxette
 
Chap 1: Algèbre de bool
Chap 1:  Algèbre de boolChap 1:  Algèbre de bool
Chap 1: Algèbre de boolEPST_INFO
 
Cours programmation en matlab2 (1)
Cours programmation en matlab2 (1)Cours programmation en matlab2 (1)
Cours programmation en matlab2 (1)Guesmi Amal
 
219146492 algebre-lineaire
219146492 algebre-lineaire219146492 algebre-lineaire
219146492 algebre-lineairemohamedchaouche
 

Tendances (19)

Matrices
MatricesMatrices
Matrices
 
Algebre de-boole-et-portes-logiques
Algebre de-boole-et-portes-logiquesAlgebre de-boole-et-portes-logiques
Algebre de-boole-et-portes-logiques
 
Algebre 1 (annales)
Algebre 1 (annales)Algebre 1 (annales)
Algebre 1 (annales)
 
Généralisation du théorème de weierstrass et application
Généralisation du théorème de weierstrass et applicationGénéralisation du théorème de weierstrass et application
Généralisation du théorème de weierstrass et application
 
Math BAC 2010_Correction
Math BAC 2010_CorrectionMath BAC 2010_Correction
Math BAC 2010_Correction
 
Espacesvec
EspacesvecEspacesvec
Espacesvec
 
Math Bac 2009_Correction Session principale
Math Bac 2009_Correction Session principaleMath Bac 2009_Correction Session principale
Math Bac 2009_Correction Session principale
 
Algèbre de boole ionction-logique-p2
Algèbre de boole ionction-logique-p2Algèbre de boole ionction-logique-p2
Algèbre de boole ionction-logique-p2
 
Devoir Math bac 2012 _la correction
Devoir Math bac 2012 _la correctionDevoir Math bac 2012 _la correction
Devoir Math bac 2012 _la correction
 
CAPES maths 2019 composition 1 (option informatique)
CAPES maths 2019 composition 1 (option informatique)CAPES maths 2019 composition 1 (option informatique)
CAPES maths 2019 composition 1 (option informatique)
 
CAPES maths 2019 composition 1
CAPES maths 2019 composition 1CAPES maths 2019 composition 1
CAPES maths 2019 composition 1
 
ALGEBRE BINAIRE ET CIRCUITS LOGIQUES
ALGEBRE BINAIRE ET CIRCUITS LOGIQUESALGEBRE BINAIRE ET CIRCUITS LOGIQUES
ALGEBRE BINAIRE ET CIRCUITS LOGIQUES
 
Algèbre de boole
Algèbre de booleAlgèbre de boole
Algèbre de boole
 
les matrices
les matricesles matrices
les matrices
 
Devoir Math Bac 2011_La Correction
Devoir Math Bac 2011_La CorrectionDevoir Math Bac 2011_La Correction
Devoir Math Bac 2011_La Correction
 
Discrimination et régression pour des dérivées : un résultat de consistance p...
Discrimination et régression pour des dérivées : un résultat de consistance p...Discrimination et régression pour des dérivées : un résultat de consistance p...
Discrimination et régression pour des dérivées : un résultat de consistance p...
 
Chap 1: Algèbre de bool
Chap 1:  Algèbre de boolChap 1:  Algèbre de bool
Chap 1: Algèbre de bool
 
Cours programmation en matlab2 (1)
Cours programmation en matlab2 (1)Cours programmation en matlab2 (1)
Cours programmation en matlab2 (1)
 
219146492 algebre-lineaire
219146492 algebre-lineaire219146492 algebre-lineaire
219146492 algebre-lineaire
 

En vedette

Programme bilan thionville au coeur
Programme bilan thionville au coeurProgramme bilan thionville au coeur
Programme bilan thionville au coeurRenaud Guillaume
 
04. tarif f2
04. tarif f204. tarif f2
04. tarif f2sigenin
 
CP Philippe Guermeur, nouveau président du 1er groupement national d’experts-...
CP Philippe Guermeur, nouveau président du 1er groupement national d’experts-...CP Philippe Guermeur, nouveau président du 1er groupement national d’experts-...
CP Philippe Guermeur, nouveau président du 1er groupement national d’experts-...France Défi
 
Inventaire en date du 20 octobre 2015
Inventaire en date du 20 octobre 2015Inventaire en date du 20 octobre 2015
Inventaire en date du 20 octobre 2015Karine Paradis
 
Verisure par Securitas Direct, le guide prévention incendie
Verisure par Securitas Direct, le guide prévention incendieVerisure par Securitas Direct, le guide prévention incendie
Verisure par Securitas Direct, le guide prévention incendieVerisure par Securitas Direct
 
pictures for helena
pictures for helenapictures for helena
pictures for helenafedrocks
 
A vos MOOC
A vos MOOCA vos MOOC
A vos MOOCleccre35
 
Guarnizione ancorata UG027A francese
Guarnizione ancorata UG027A franceseGuarnizione ancorata UG027A francese
Guarnizione ancorata UG027A francesestefanolupifamaspa
 
Projet d 'éablissement avec actions v2 cameleo
Projet d 'éablissement  avec actions  v2 cameleoProjet d 'éablissement  avec actions  v2 cameleo
Projet d 'éablissement avec actions v2 cameleoPatrice PERTIN
 
Jour 450 capstone project slides
Jour 450 capstone project   slidesJour 450 capstone project   slides
Jour 450 capstone project slidesShuWen Zhang
 
Las nouvelles technologies en la classe fle.
Las nouvelles technologies en la classe fle. Las nouvelles technologies en la classe fle.
Las nouvelles technologies en la classe fle. princetkd
 
En modeappart prez_2014_08
En modeappart prez_2014_08En modeappart prez_2014_08
En modeappart prez_2014_08Lise Yacoub
 
Semaine 7 - impact dans 5 - 4 - 3 - 2 - 1
Semaine 7 - impact dans 5 - 4 - 3 - 2 - 1Semaine 7 - impact dans 5 - 4 - 3 - 2 - 1
Semaine 7 - impact dans 5 - 4 - 3 - 2 - 1CNV - Option E 2014
 
le bébé crieur:savoir décrypter
le bébé crieur:savoir décrypterle bébé crieur:savoir décrypter
le bébé crieur:savoir décrypterlasmar dahmani
 
Defenition de goelette turc
Defenition de goelette turcDefenition de goelette turc
Defenition de goelette turcgoelette-expert
 

En vedette (20)

Programme bilan thionville au coeur
Programme bilan thionville au coeurProgramme bilan thionville au coeur
Programme bilan thionville au coeur
 
04. tarif f2
04. tarif f204. tarif f2
04. tarif f2
 
CP Philippe Guermeur, nouveau président du 1er groupement national d’experts-...
CP Philippe Guermeur, nouveau président du 1er groupement national d’experts-...CP Philippe Guermeur, nouveau président du 1er groupement national d’experts-...
CP Philippe Guermeur, nouveau président du 1er groupement national d’experts-...
 
Réaliser des étiquettes
Réaliser des étiquettesRéaliser des étiquettes
Réaliser des étiquettes
 
Inventaire en date du 20 octobre 2015
Inventaire en date du 20 octobre 2015Inventaire en date du 20 octobre 2015
Inventaire en date du 20 octobre 2015
 
Verisure par Securitas Direct, le guide prévention incendie
Verisure par Securitas Direct, le guide prévention incendieVerisure par Securitas Direct, le guide prévention incendie
Verisure par Securitas Direct, le guide prévention incendie
 
pictures for helena
pictures for helenapictures for helena
pictures for helena
 
A vos MOOC
A vos MOOCA vos MOOC
A vos MOOC
 
doc
docdoc
doc
 
Guarnizione ancorata UG027A francese
Guarnizione ancorata UG027A franceseGuarnizione ancorata UG027A francese
Guarnizione ancorata UG027A francese
 
Projet d 'éablissement avec actions v2 cameleo
Projet d 'éablissement  avec actions  v2 cameleoProjet d 'éablissement  avec actions  v2 cameleo
Projet d 'éablissement avec actions v2 cameleo
 
Jour 450 capstone project slides
Jour 450 capstone project   slidesJour 450 capstone project   slides
Jour 450 capstone project slides
 
Google agenda
Google agendaGoogle agenda
Google agenda
 
SYBS?
SYBS?SYBS?
SYBS?
 
Las nouvelles technologies en la classe fle.
Las nouvelles technologies en la classe fle. Las nouvelles technologies en la classe fle.
Las nouvelles technologies en la classe fle.
 
Imprimante à étiquettes
Imprimante à étiquettesImprimante à étiquettes
Imprimante à étiquettes
 
En modeappart prez_2014_08
En modeappart prez_2014_08En modeappart prez_2014_08
En modeappart prez_2014_08
 
Semaine 7 - impact dans 5 - 4 - 3 - 2 - 1
Semaine 7 - impact dans 5 - 4 - 3 - 2 - 1Semaine 7 - impact dans 5 - 4 - 3 - 2 - 1
Semaine 7 - impact dans 5 - 4 - 3 - 2 - 1
 
le bébé crieur:savoir décrypter
le bébé crieur:savoir décrypterle bébé crieur:savoir décrypter
le bébé crieur:savoir décrypter
 
Defenition de goelette turc
Defenition de goelette turcDefenition de goelette turc
Defenition de goelette turc
 

Similaire à Chap 1 espace vectoriel

COUR DE S2 algèbre
COUR DE S2  algèbre COUR DE S2  algèbre
COUR DE S2 algèbre Jamal Yasser
 
S3 algebre i (polycopie du cours)
S3 algebre i (polycopie du cours)S3 algebre i (polycopie du cours)
S3 algebre i (polycopie du cours)Med Bijou
 
Devoir de synthèse_n°_02--2008-2009(mr_otay)[lycée__el_aghaliba]
Devoir de synthèse_n°_02--2008-2009(mr_otay)[lycée__el_aghaliba]Devoir de synthèse_n°_02--2008-2009(mr_otay)[lycée__el_aghaliba]
Devoir de synthèse_n°_02--2008-2009(mr_otay)[lycée__el_aghaliba]Yessin Abdelhedi
 
Algèbre & Trigonométrie ( DUT )
Algèbre & Trigonométrie ( DUT )Algèbre & Trigonométrie ( DUT )
Algèbre & Trigonométrie ( DUT )FATIHA AKEF
 
02 resume-algebre-lineaire-sup
02 resume-algebre-lineaire-sup02 resume-algebre-lineaire-sup
02 resume-algebre-lineaire-supSALLAH BOUGOUFFA
 
Chap nombres complexes
Chap nombres complexesChap nombres complexes
Chap nombres complexesKarim Amane
 
Epreuve de mathématiques informatique (modélisation) Agro/Véto BCPST 2017
Epreuve de mathématiques informatique (modélisation) Agro/Véto BCPST 2017Epreuve de mathématiques informatique (modélisation) Agro/Véto BCPST 2017
Epreuve de mathématiques informatique (modélisation) Agro/Véto BCPST 2017Ahmed Ammar Rebai PhD
 
Cours Coniques
Cours   ConiquesCours   Coniques
Cours ConiquesDanober
 
Algo_avance_et_complexite.pdf
Algo_avance_et_complexite.pdfAlgo_avance_et_complexite.pdf
Algo_avance_et_complexite.pdfcheblatouati1
 
4 sc ds2.1314-slahk-hallouli-alphamaths
4 sc ds2.1314-slahk-hallouli-alphamaths4 sc ds2.1314-slahk-hallouli-alphamaths
4 sc ds2.1314-slahk-hallouli-alphamathsSmaali Mondher
 
Exam of June 2016, Mathematical Statistics 3rd year
Exam of June 2016, Mathematical Statistics 3rd yearExam of June 2016, Mathematical Statistics 3rd year
Exam of June 2016, Mathematical Statistics 3rd yearChristian Robert
 
Cours series fourier
Cours series fourierCours series fourier
Cours series fourierMehdi Maroun
 
Cours series fourier
Cours series fourierCours series fourier
Cours series fourierismailkziadi
 

Similaire à Chap 1 espace vectoriel (20)

Espaces vecs
Espaces vecs Espaces vecs
Espaces vecs
 
COUR DE S2 algèbre
COUR DE S2  algèbre COUR DE S2  algèbre
COUR DE S2 algèbre
 
S3 algebre i (polycopie du cours)
S3 algebre i (polycopie du cours)S3 algebre i (polycopie du cours)
S3 algebre i (polycopie du cours)
 
Devoir de synthèse_n°_02--2008-2009(mr_otay)[lycée__el_aghaliba]
Devoir de synthèse_n°_02--2008-2009(mr_otay)[lycée__el_aghaliba]Devoir de synthèse_n°_02--2008-2009(mr_otay)[lycée__el_aghaliba]
Devoir de synthèse_n°_02--2008-2009(mr_otay)[lycée__el_aghaliba]
 
Algèbre & Trigonométrie ( DUT )
Algèbre & Trigonométrie ( DUT )Algèbre & Trigonométrie ( DUT )
Algèbre & Trigonométrie ( DUT )
 
02 resume-algebre-lineaire-sup
02 resume-algebre-lineaire-sup02 resume-algebre-lineaire-sup
02 resume-algebre-lineaire-sup
 
cours_maths_S_06.pdf
cours_maths_S_06.pdfcours_maths_S_06.pdf
cours_maths_S_06.pdf
 
Chap nombres complexes
Chap nombres complexesChap nombres complexes
Chap nombres complexes
 
Epreuve de mathématiques informatique (modélisation) Agro/Véto BCPST 2017
Epreuve de mathématiques informatique (modélisation) Agro/Véto BCPST 2017Epreuve de mathématiques informatique (modélisation) Agro/Véto BCPST 2017
Epreuve de mathématiques informatique (modélisation) Agro/Véto BCPST 2017
 
Cours Coniques
Cours   ConiquesCours   Coniques
Cours Coniques
 
Algo_avance_et_complexite.pdf
Algo_avance_et_complexite.pdfAlgo_avance_et_complexite.pdf
Algo_avance_et_complexite.pdf
 
4 sc ds2.1314-slahk-hallouli-alphamaths
4 sc ds2.1314-slahk-hallouli-alphamaths4 sc ds2.1314-slahk-hallouli-alphamaths
4 sc ds2.1314-slahk-hallouli-alphamaths
 
Exam of June 2016, Mathematical Statistics 3rd year
Exam of June 2016, Mathematical Statistics 3rd yearExam of June 2016, Mathematical Statistics 3rd year
Exam of June 2016, Mathematical Statistics 3rd year
 
Cours series fourier
Cours series fourierCours series fourier
Cours series fourier
 
Cours series fourier
Cours series fourierCours series fourier
Cours series fourier
 
Exercice exponontielle
Exercice exponontielleExercice exponontielle
Exercice exponontielle
 
Exercice intégrales
Exercice intégralesExercice intégrales
Exercice intégrales
 
An2 integ mul
An2 integ mulAn2 integ mul
An2 integ mul
 
Devoir en algorithmique
Devoir en algorithmiqueDevoir en algorithmique
Devoir en algorithmique
 
Ensa t09 m
Ensa t09 mEnsa t09 m
Ensa t09 m
 

Plus de Alberto Landim

Plus de Alberto Landim (6)

Micro cours 4
Micro cours 4Micro cours 4
Micro cours 4
 
La concurrence imparfaite
La concurrence imparfaiteLa concurrence imparfaite
La concurrence imparfaite
 
Msm1 corr algebre
Msm1 corr algebreMsm1 corr algebre
Msm1 corr algebre
 
Chap 5 système linéaire
Chap 5 système linéaireChap 5 système linéaire
Chap 5 système linéaire
 
Chap 4 déterminant
Chap 4 déterminantChap 4 déterminant
Chap 4 déterminant
 
Chap 3 matrice
Chap 3 matriceChap 3 matrice
Chap 3 matrice
 

Dernier

Exemple de grille d'audit 5S, check liste Audit
Exemple de grille d'audit 5S, check liste AuditExemple de grille d'audit 5S, check liste Audit
Exemple de grille d'audit 5S, check liste Audittechwinconsulting
 
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"ArchivesdeLyon
 
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciation
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciationFiche de vocabulaire pour faire une appréciation
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciationLeBaobabBleu1
 
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdfPowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdfDafWafia
 
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre françaiseNathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre françaiseTxaruka
 
Un petit coin etwinning- Au fil des cultures urbaines
Un petit coin  etwinning- Au fil des cultures urbainesUn petit coin  etwinning- Au fil des cultures urbaines
Un petit coin etwinning- Au fil des cultures urbainesSocratis Vasiopoulos
 
Àma Gloria.pptx Un film tourné au Cap Vert et en France
Àma Gloria.pptx   Un film tourné au Cap Vert et en FranceÀma Gloria.pptx   Un film tourné au Cap Vert et en France
Àma Gloria.pptx Un film tourné au Cap Vert et en FranceTxaruka
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter          la        nuit.    pptxQuitter          la        nuit.    pptx
Quitter la nuit. pptxTxaruka
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter        la             nuit.   pptxQuitter        la             nuit.   pptx
Quitter la nuit. pptxTxaruka
 
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024IEN_Jonzac
 
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigées
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigéesTexte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigées
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigéesLeBaobabBleu1
 
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdfrapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdfOssamaLachheb
 
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptxGHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptxAbderrahim GHASSOUB
 
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptxGHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptxAbderrahim GHASSOUB
 

Dernier (14)

Exemple de grille d'audit 5S, check liste Audit
Exemple de grille d'audit 5S, check liste AuditExemple de grille d'audit 5S, check liste Audit
Exemple de grille d'audit 5S, check liste Audit
 
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
 
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciation
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciationFiche de vocabulaire pour faire une appréciation
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciation
 
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdfPowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
 
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre françaiseNathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
 
Un petit coin etwinning- Au fil des cultures urbaines
Un petit coin  etwinning- Au fil des cultures urbainesUn petit coin  etwinning- Au fil des cultures urbaines
Un petit coin etwinning- Au fil des cultures urbaines
 
Àma Gloria.pptx Un film tourné au Cap Vert et en France
Àma Gloria.pptx   Un film tourné au Cap Vert et en FranceÀma Gloria.pptx   Un film tourné au Cap Vert et en France
Àma Gloria.pptx Un film tourné au Cap Vert et en France
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter          la        nuit.    pptxQuitter          la        nuit.    pptx
Quitter la nuit. pptx
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter        la             nuit.   pptxQuitter        la             nuit.   pptx
Quitter la nuit. pptx
 
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
 
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigées
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigéesTexte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigées
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigées
 
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdfrapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
 
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptxGHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
 
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptxGHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
 

Chap 1 espace vectoriel

  • 1. Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel CHAPITRE 1 : ESPACE VECTORIEL I- Loi de composition interne et Loi de composition externe......................................................................2 I-1 Loi de composition interne (L.C.I.).................................................................................................................2 I-1-1 Définition.....................................................................................................................................................................2 I-1-2 Propriétés .....................................................................................................................................................................3 I-2 Loi de composition externe..............................................................................................................................4 II- Structure d’espace vectoriel réel .............................................................................................................5 II-1 Définition .........................................................................................................................................................5 II-2 Propriétés.........................................................................................................................................................6 III- Sous espaces vectoriels ..........................................................................................................................6 III-1 Définition et propriétés .................................................................................................................................6 III-1-1 Définition ..................................................................................................................................................................6 III-1-2 Propriétés : ................................................................................................................................................................6 III-2 Intersection de sous espaces vectoriels ........................................................................................................7 III-3 Somme de sous espaces vectoriels ................................................................................................................7 IV- Combinaison linéaire - système générateur ..........................................................................................9 IV-1 Combinaison linéaire.....................................................................................................................................9 IV-2 Système générateur .......................................................................................................................................9 V- Système libre - système lié .....................................................................................................................10 VI- Ordre et rang d’un système de vecteurs...............................................................................................11 VII- Base d’un espace vectoriel..................................................................................................................11 VIII- Espace vectoriel de dimension fini ...................................................................................................12 IX- Compléments ........................................................................................................................................13 IX-1 Base incomplète ...........................................................................................................................................13 IX-2 Preuves de quelques théorèmes du cours .................................................................................................15 1 Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
  • 2. Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel I- Loi de composition interne et Loi de composition externe I-1 Loi de composition interne (L.C.I.) Soit E un ensemble. On appelle loi de composition interne de E toute application définie de 2 E vers E , qui a tout élément (a,b) de E2 associe un élément c de E , appelé composé de a par b . On note c = a *b . 1) Dans E = {0,1}, on définit l’application * par : a *b = ab + b * n’est pas une L.C.I. : 1*1 = 2, 2ÏE On peut représenter la loi * par le tableau suivant : * 0 1 0 0 1 1 0 2 2) Dans E = {0,1}, on définit l’application T par : aTb = 1- ab T est une L.C.I. de E : 0T0 = 0T1 = 1T0 = 1, 1ÎE et 1T1 = 0, 0Î E On peut représenter la loi T par le tableau suivant : T 0 1 0 1 1 1 1 0 3) Dans IR , l’addition et la multiplication sont des L.C.I. 4) Soit E un ensemble. Dans P(E) , l’intersection Ç et la réunion È sont des L.C.I. 2 I-1-1 Définition Définition : Exemples : 1*1 = 2, 2ÏE x, y ÎE, xTy ÎE Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
  • 3. Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel I-1-2 Propriétés a) Associativité, Commutativité, Distributivité i) Définitions · La L.C.I. * est dite associative si (a,b,c)Î E3 : (a *b) *c = a *(b*c) · La L.C.I. * est dite commutative si (a,b)Î E2 : a *b = b*a · La L.C.I. * est dite distributive par rapport à T si : T * = * T * ( a b ) c ( a c ) ( b c ) * T = * T * ( ) ( ) ( ) a b c a b a c · Si La L.C.I. * commutative, elle est distributive par rapport à T si (a,b,c)Î E3 : (aTb) *c = (a *c)T(b*c) ou (a,b, c)Î E3 : a *(bTc) = (a *b)T(a *c) 1) Dans E = {0,1}, la L.C.I. T définie par aTb = 1- ab : o T est commutative : 0T1 = 1T0 = 1 o T n’est pas associative : (0T0)T1(= 0) ¹ 0T(0T1)(= 1) o L’addition et la multiplication sont des L.C.I. associatives et commutatives. o La multiplication est distributive par rapport à l’addition. 3) Soit E un ensemble. Dans P(E) : o l’intersection Ç et la réunion È sont des L.C.I. associatives et commutatives. o Chacune des deux lois est distributive par rapport à l’autre o Un élément e de E est dit élément neutre pour la loi * ssi : a Î E : a *e = e *a = a o L’élément neutre, lorsqu’il existe, est unique. En effet, supposons 1 e et 2 e deux éléments neutres pour la L.C.I . * , alors : ( élément neutre ) e e e e e e 1 2 2 1 1 2 e e e e e e ( élément neutre ) 2 1 1 2 2 1 3    Î ( a , b , c ) E 3 : ii) Exemples 2) Dans IR : b) Eléments remarquables i) Elément neutre    * = * = * = * = D’où : 1 2 e = e Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
  • 4. Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel · 0 est l’élément neutre pour l'addition dans IR ( n + 0 = 0 + n = n ) · 1 est l’élément neutre pour la multiplication dans IR ( n ´1 = 1´ n = n ) · f est l’élément neutre pour la réunion dans P(E) (f È A = AÈf = A) · E est l’élément neutre pour l'intersection dans P(E) ( E Ç A = AÇ E = A) On considère un ensemble E muni d’une L.C.I. * qui admet un élément neutre e . On appelle symétrique d'un élément a de E , lorsqu'il existe, un élément a' de E tel que : a *a'= a'*a = e . · Lorsque cet élément a' est unique, l 'élément a est dit symétrisable. · Si la L.C.I. est associative, alors le symétrique de a , lorsqu’il existe, est unique. · a' est le symétrique de a ssi a est le symétrique de a' . · Le symétrique du composé de a par b est égal au composé du symétrique de b par · Le symétrique d'un élément a pour + dans IR est - a (l'opposé de a ). · Le symétrique d'un élément a non nul pour ´ dans IR est 1/ a (l'inverse de a ). · Le symétrique d'une fonction bijective f pour o est f -1 (réciproque de f ). Soit E un ensemble. Une loi de composition externe (L.C.E.) est une application de ´ ® IR E ( , ) . a x a a Dans IR2 , la multiplication externe définie de IR ´ IR2 vers IR2 ( E = IR2 ) par : ( , ) , : . .( , ) ( , ) 1 2 1 2 1 2 X = x x Î IR a Î IR a X =a x x = ax ax , est une L.C.E. 4 Exemples : ii) Elément symétrisable celui de a : (aTb)'= b'Ta' . Exemples : I-2 Loi de composition externe Définition : IR ´ E vers E . On note x E . : Exemple : 2 Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
  • 5. Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel II- Structure d’espace vectoriel réel On dit qu’un ensemble E muni d’une L.C.I. + et d’une L.C.E. . est un espace vectoriel réel, et note par (E,+,.) , ssi : • + est associative et commutative. • + admet un élément neutre E 0 . • Tout élément de E est symétrisable pour + : E xÎ E,$(-x)ÎE / x + (-x) = 0 • La L.C.E. . vérifie : ((x, y)Î E2 , (a ,b )Î IR2 ) - a .(b .x) = (ab ).x - 1.x = x - a .(x + y) = (a .x) + (a .y) - (a +b ).x = (a .x) + (b .x) E est dit l’ensemble des vecteurs et IR l’ensemble des scalaires. o on notera l’espace vectoriel réel (E,+,.) simplement par E . o on omettra le signe . : on remplacera l'écriture a.x par a x . o Pour x, y dans E , on notera x + (-y) par x - y . 1) (IRn ,+,.) est un e.v.r., où les lois + et . sont définies dans IRn par : = = Î n Î a ( ( , , )), ( ( , , )) , , : x x L x y y L y IR IR on a n n + = + + 1 1 ( x , L , x ) ( y , L , y ) ( x y , L , x y ) 1 1 1 1 n n n n a a a .( x , L , x ) ( x , L , x ) 1 1 n n 2) (IF(IR),+,.) est un e.v.r., où les lois + et . sont définies dans IF(IR) par : Î a Î , ( ), , : f g F IR IR on a + = + Î ( )( ) ( ) ( ) f g x f x g x x IR = Î a a ( . )( ) ( ) f x f x x IR 5 II-1 Définition Définition : Notation : · Quand il n'y a pas de confusion, Exemples :    =    Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
  • 6. Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel Si (E,+,.) un espace vectoriel réel, alors a ,b Î IR,x, y Î E , on a : 1) E E a .0 = 0 2) IR E 0 .x = 0 3) E E a .x = 0 ⇒a = 0 ou x = 0 4) (-a ).x = -(a .x) 5) (a -b ).x = (a .x) - (b .x) 6) a .(x - y) = (a .x) - (a .y) Un sous ensemble F d’un espace vectoriel E est dit sous espace vectoriel (s.e.v.) de E ssi : 1) F ¹f 2) F est stable pour + : (x, y Î F x + y Î F) 3) F est stable pour . : ((a , x)Î IR ´ F a .xÎ F) 1) F ¹f 2) (x, y)Î F2 ,(a ,b )Î IR2 a .x +b .y Î F 1) (P(IR),+,.) (l’ensemble des polynômes de degré £ n ) est un s.e.v. de (F(IR),+,.) . 2) (IR ´{0},+,.) et ({0}´ IR,+,.) sont des s.e.v. de (IR2 ,+,.) . 1) Tout sous espace vectoriel de E est un espace vectoriel. 2) L’intersection de n sous espaces vectoriels de E est un espace vectoriel. 3) ({0 },+,.) E est un sous espace vectoriel de E . 4) E 0 appartient à tous les sous espaces vectoriels de E . 6 II-2 Propriétés III- Sous espaces vectoriels III-1 Définition et propriétés III-1-1 Définition Définition : ssi : Exemples : III-1-2 Propriétés : Si E est un espace vectoriel, alors : Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
  • 7. Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel III-2 Intersection de sous espaces vectoriels L'intersection de deux sous espaces vectoriels d'un espace vectoriel réel E est un sous espace vectoriel de E . La réunion de deux sous espaces vectoriels n'est en général pas un sous espace vectoriel. L'intersection de plusieurs sous espaces vectoriels d'un espace vectoriel réel E est un sous espace vectoriel de E . III-3 Somme de sous espaces vectoriels Soit E un espace vectoriel et soient 1 E et 2 E deux sous espaces vectoriels de E . · La somme des sous espaces vectoriels 1 E et E2 , notée par 1 2 E + E , est égale à : { } 1 2 1 2 1 2 1 2 E + E = xÎE / $(x , x )ÎE ´ E / x = x + x · La somme directe des sous espaces vectoriels 1 E et 2 E , notée par 1 2 E Å E , est égale à : { } 1 2 1 2 1 2 1 2 E Å E = xÎE / $!(x , x )ÎE ´ E / x = x + x · Si 1 2 E = E Å E , alors les sous espaces vectoriels 1 E et 2 E sont dits sous espaces Si 1 E et 2 E sont deux sous espaces vectoriels d’un espace vectoriel E alors 1 2 E + E et 1 2 E Å E sont aussi des sous espaces vectoriels de E . Si 1 E et 2 E sont deux sous espaces vectoriels d’un espace vectoriel E , alors les propositions suivantes sont équivalentes : 1) 1 2 E = E Å E 2) 1 2 E = E + E et { } E E E 0 1 2 Ç = 3) 1 2 E = E + E et 0 ( 0 ) 1 2 E 1 2 E x + x = ⇒ x = x = 7 Théorème : Remarque : Théorème : Définition : supplémentaires de E . Théorème : Théorème : Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
  • 8. Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel o E = {f ÎE / f (x) = f (-x) xÎIR} 1 (ensemble des fonctions paires) o E = {f ÎE / f (x) = - f (-x) xÎIR} 2 (ensemble des fonctions impaires) Pour montrer que 1 2 E = E Å E , il suffit de vérifier que 1 2 E = E + E et { } E E E 0 1 2 Ç = . En effet : 1 = + - ( ( ) ( )) 2 f x f x f x 1 1 f x f x f x = - - ( ) ( ) 1 - = - + = ⇒ Î ( ( ) ( )) ( ) 2 f x f x f x f x f E 1 1 1 1 1 ( ) - = - - = - ⇒ Î ( ( ) ( )) ( ) 2 f x f x f x f x f E 2 2 2 2 = + ( ) ( ) ( ) ( ) et f x f x f x 1 2 · Donc : 1 2 1 2 1 2 f ÎE $( f , f )ÎE ´ E / f = f + f · D’où : 1 2 E = E + E    · Donc : E f = O 0 , ( f (x) = 0 xÎ IR) 0 · D’où : { } E E E 0 1 2 Ç = 8 Exemple : E = F(IR) : 1 2 E = E Å E , avec 1) 1 2 E = E + E : · Soit f ÎE . On pose    ( ( ) ( )) 2 2 · On a :        2) { } E E E 0 1 2 Ç = : · Si 0 1 2 f ÎE Ç E , alors : = - Î Î ( ) ( ) ( ) f x f x x IR f E 0 0 0 1 f x f x x IR f E = - - Î Î ( ) ( ) ( ) 0 0 0 2 Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
  • 9. Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel IV- Combinaison linéaire - système générateur Dans un espace vectoriel E , on appelle une combinaison linéaire de n vecteurs L , tout vecteur u de E qui peut s’écrire sous la forme : n ( , , )ÎIR 1 a La 1 1 a L a a , avec n Dans IR2 , on considère les vecteurs ( , ) 1 1 2 u = x x , ( , ) 2 1 2 u = y y et ( , ) 3 1 2 u = z z . o (3 2 ,3 2 ) 1 1 1 2 2 u = x + y + z x + y + z est une combinaison linéaire des vecteurs 1 u , 2 u et 3 u : 1 2 3 u = 3u + 2u + u o (3 2 ,3 2 ) 1 1 1 2 2 u = x + y + z x + y - z n’est pas une combinaison linéaire des L’ensemble des combinaisons linéaires de n vecteurs d’un espace vectoriel E est un sous espace vectoriel de E . Dans un espace vectoriel E , on dit qu’un système de n vecteurs { } n u , ,u 1 système générateur de E (ou que les vecteurs n u , ,u 1 de E ) si tout vecteur u de E peut s’écrire comme une combinaison linéaire des n vecteurs u , ,u 1 n L : Î = Σ$ Î = + + = 1 1 1 ( ) ( a ,L,a ) / a L a a n n n i i u E IR u u u u L s’appelle aussi partie ou famille génératrice de E . On dit aussi que le système { } n u , ,u 1 L engendre E ou que E est engendré par le L ou E = Vect { u , L ,u } 1 n 9 IV-1 Combinaison linéaire Définition : u , ,un 1 n Σ= = + + = n n i i u u u u i 1 Exemples : vecteurs 1 u , 2 u et 3 u . Théorème : IV-2 Système générateur Définition : L est un L sont des vecteurs générateurs i 1 Le système { } n u , ,u 1 système { } n u , ,u 1 L . On note = n E u , ,u 1 Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
  • 10. Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel Le sous espace vectoriel des combinaisons linéaires des vecteurs u , ,un 1       n Î Î = Σ= L : a a = L n i i E u , IR,u E u , ,u 1 i i n ´{ }= 1 2 IR 0 u ,u , avec (1,0) 1 u = et ( 1,0) 2 u = - : (x,0)Î IR ´{0}, $a ,b Î IR /(x,0) =a .(1,0) +b .(-1,0) = (a -b ,0) il suffit de prendre par exemple a = x et b = 0 On dit que n vecteurs n u , ,u 1 L d’un espace vectoriel E sont linéairement indépendants (ou que le système { } n u , ,u 1 L est un système libre) si : 0 0 1 1 1 + + = ⇒ = = = n n E n a u L a u a L a L d’un espace vectoriel E sont linéairement dépendants L est un système lié) s’ils ne sont pas linéairement indépendants : n n n E ( , , ) (0, ,0) / u u 0 1 1 1 $ a La ¹ L a +L+a = Les vecteurs (1,0,1) 1 u = , ( 1,1,1) 2 u = - et (0,1,0) 3 u = de IR3 sont linéairement indépendants. Les vecteurs (1,0,1) 1 u = , ( 1,1,1) 2 u = - et (0,1,2) 3 u = de IR3 sont linéairement dépendants. Un système de vecteurs est lié ssi un des vecteurs du système est combinaison linéaire Si un des vecteurs d’un système est combinaison linéaire des autres vecteurs du système alors tout vecteur de ce système est combinaison linéaire des autres vecteurs du système. 1) Le vecteur E 0 n’appartient à aucun système libre de E . 2) E uÎE /u ¹ 0 , le système {u} est libre. 3) Tout système de vecteurs extrait d’un système libre est libre. 4) Tout système de vecteurs contenant un système lié est lié. 10 Remarque : L est engendré par les vecteurs n u , ,u 1 i 1 Exemple : V- Système libre - système lié Définition : On dit que n vecteurs n u , ,u 1 (ou que le système { } n u , ,u 1 Exemples : Théorème : des autres vecteurs du système. Propriétés : Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
  • 11. Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel VI- Ordre et rang d’un système de vecteurs L’ordre d’un système est le nombre de vecteurs du système. Le rang d’un système est égal au plus grand nombre de vecteurs linéairement indépendants que l’on peut extraire de ce système. o Les vecteurs (2,1),(1,1) et (0,-1) sont linéairement dépendants ((2,1) = 2.(1,1) + (0,-1)) , ce qui implique que ( ) 3 1 rang S . o Les vecteurs (2,1) et (1,1) sont linéairement indépendants, ce qui implique que 1) Un système de vecteurs est libre ssi son rang est égal à son ordre. 2) Dans un système lié de rang r , les vecteurs libres extraits en nombre r sont dits vecteurs principaux, les autres sont dits non principaux et sont combinaison linéaire des premiers. 3) Le rang d’un système de vecteurs est égal à la dimension de l’espace engendré par ces Une base d’un espace vectoriel E c’est tout système libre de vecteurs générateurs de E . 1) {(1,0),(0,1)} est une base de IR2 2) {1,0),(0,1),(1,1)} n’est pas une base de IR2 . 3) {(1,0,0),(0,1,0),(0,0,1)} est une base de IR3 : on l'appelle la base canonique de IR3 . 4) En général, {(1,0,L0),L,(0,L,1,L,0),L,(0,L,0,1)} est la base canonique de IRn . 11 Définition : Exemples : {(2,1),(1,1),(0, 1)} 1 S = - L’ordre de 1 S est égal à 3. Le rang de 1 S est égal à 2 car : ( ) 2 1 rang S = . Propriétés : vecteurs. VII- Base d’un espace vectoriel Définition : Exemples : Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
  • 12. Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel Un système de vecteurs {u , ,un} 1 L est une base de E ssi tout vecteur de E s’écrit de manière unique comme combinaison linéaire des vecteurs n u , ,u 1 Î $ Î = + + = 1 1 1 ( ) ( !a ,L,a ) / a L a a n n n i i u E IR u u u u VIII- Espace vectoriel de dimension fini Un espace vectoriel réel est dit de dimension finie s’il admet une base constituée d’un Ce nombre n s’appelle la dimension de l’espace. On note dimE = n . IRn est un espace vectoriel réel de dimension n . Propriétés : Si E est un espace vectoriel réel de dimension n , alors : 1) Toutes les bases de E ont le même ordre égal à n . 2) L’ordre de tout système générateur de E est supérieur à n . 3) L’ordre de tout système libre de E est inférieur à n . 4) Si l’ordre d’un système libre ou générateur de E est égal à n , alors ce système est une 5) Si F est un sous espace vectoriel de E , alors F est un espace vectoriel réel de dimension fini m , avec m £ n . Si de plus m = n , alors F º E . 6) Si 1 E et 2 E sont deux sous espaces vectoriels de E , alors : · dim( ) dim dim dim( ) 1 2 1 2 1 2 E + E = E + E - E Ç E · 1 2 1 2 dim(E Å E ) = dimE + dimE Soit E un espace vectoriel réel de dimension fini. Si 1 E et 2 E sont deux sous espaces vectoriels supplémentaires de E , 1 2 E = E Å E , = L et { } q B v , , v 2 1 = L sont deux bases respectives de 1 E et 2 E , alors = L L est une base de E . Soit E un espace vectoriel réel de dimension fini. Soient 1 E et 2 E deux sous espaces vectoriels de E , de bases respectives { } p B u , ,u 1 1 = L L est une base de E alors 1 2 E = E Å E . 12 Théorème : L : n Σ= i 1 Définition : nombre fini n de vecteurs. Exemple : base de E . Théorème : alors 1 2 dimE = dimE + dimE . Si { } p B u , ,u 1 1 { } p q B u , ,u ,v , ,v 1 1 Théorème : = L et { } q B v , , v 2 1 = L . Si { } p q B u , ,u ,v , ,v 1 1 Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
  • 13. Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel Soit E un espace vectoriel réel de dimension fini n . Soit B {e , , ep} 1 = L est un système libre de E ( p £ n) , on peut alors compléter le système S par n - p vecteurs convenablement choisis dans la base B pour obtenir une nouvelle base de E : { u , L ,u ,u , L ,u } . 1 p p + 1 n Dans IR4 muni de sa base canonique { } 1 2 3 4 B = e , e , e , e , on considère le système { } 1 2 S = u ,u avec (1,0,1,1) 1 u = et (0,0,1,1) 2 u = . { } 1 2 3 4 B = e , e , e , e : (1,0,0,0) 1 e = , (0,1,0,0) 2 e = , (0,0,1,0) 3 e = et (0,0,0,1) 4 e = . Vérifions si le vecteur 1 e ne s’écrit pas comme combinaison linéaire des vecteurs du système { } 1 2 S = u ,u ce qui revient à vérifier si le système { } 1 2 1 u ,u ,e est libre ou encore : (0,0,0,0) 0 1 1 2 2 3 1 1 2 3 a u +a u +a e = ⇒a =a =a = : (0,0,0,0) (1,0,1,1) (0,0,1,1) (1,0,0,0) (0,0,0,0) 1 1 2 2 3 1 1 2 3 a u +a u +a e = ⇒a +a +a = ( , , ) (1, 1, 1) ( (0,0,0)) / (0,0,0,0) 1 2 3 1 1 2 2 3 3 ⇒$ a a a = - - ¹ a u +a u +a e = Le système { } 1 2 1 u ,u ,e n’est donc pas libre, on ne peut alors pas compléter le système { } 1 2 S = u ,u par le vecteur (1,0,0,0) 1 e = . 13 IX- Compléments IX-1 Base incomplète Théorème : = L une base de E . Si { } p S u , ,u 1 Exemple : a a     a a   a a  + = = 0 1 3 0 0 + = 1 2 + = ⇒ 0 0 1 2    a Î IR a = - a 1 2 1 a = - a ⇒ 3 1 Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
  • 14. Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel Vérifions si le système { 1 2 2} S = u ,u , e est libre : (0,0,0,0) 0 1 1 2 2 3 1 1 2 3 a u +a u +a e = ⇒a =a =a = : (0,0,0,0) (1,0,1,1) (0,0,1,1) (0,1,0,0) (0,0,0,0) 1 1 2 2 3 2 1 2 3 a u +a u +a e = ⇒a +a +a = Le système { } 1 2 2 u ,u ,e est donc libre, on peut alors compléter le système { } 1 2 S = u ,u par le vecteur (0,1,0,0) 2 e = pour obtenir le système libre { } 1 1 2 3 S = u ,u ,u , avec 3 2 u = e . L’ordre du système { } 1 1 2 3 S = u ,u ,u est inférieur à dimIR4 = 4 , on continue alors de Vérifions si le système { } 1 2 3 3 u ,u ,u , e est libre : (0,0,0,0) 0 1 1 2 2 3 3 4 3 1 2 3 4 a u +a u +a u +a e = ⇒a =a =a =a = : + + + = (0,0,0,0) a a a a a u a u a u a e 1 1 2 2 3 3 4 3 ⇒ + + + = (1,0,1,1) (0,0,1,1) (0,1,0,0) (0,0,1,0) (0,0,0,0) 1 2 3 4 0 1 2 3 4 ⇒a =a =a =a = Le système { } 2 1 2 3 3 S = u ,u ,u ,e est donc libre et l’ordre du système 2 S est égal à dimIR4 = 4 , { } 2 1 2 3 4 S = u ,u ,u ,u , avec 4 3 u = e , est donc une base de IR4 . On a donc complété le système { } 1 2 S = u ,u par les vecteurs 2 e et 3 e de la base B de IR4 pour obtenir une nouvelle base { } 2 1 2 3 4 S = u ,u ,u ,u de IR4 , avec 3 2 u = e et 4 3 u = e . 14     a a a a   a a  = = 1 3 + = 1 2 + = ⇒ 0 0 0 0 1 2 a    = = = ⇒ 0 0 0 1 a 2 a 3 compléter le système { } 1 1 2 3 S = u ,u ,u .     a a a a a    = = 1 3 + + = 1 2 4 a a + = ⇒ 0 0 0 0 1 2 Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
  • 15. Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel IX-2 Preuves de quelques théorèmes du cours Soit E un espace vectoriel. Si 1 E et 2 E sont deux sous espaces vectoriels de E , alors les propositions suivantes sont équivalentes : 1) 1 2 E = E Å E 2) 1 2 E = E + E et { } E E E 0 1 2 Ç = 3) 1 2 E = E + E et 0 ( 0 ) 1 2 E 1 2 E x + x = ⇒ x = x = Il est d’abord évident de voir que si 1 2 E = E Å E alors 1 2 E = E + E Montrons que { } E E E 0 1 2 Ç = : Si 0 1 2 x ÎE Ç E alors : = + 0 (( ,0 ) Î ´ ) 0 ((0 , ) ) x x x E E 0 0 E 0 E 1 2 x x x E E = + Î ´ 0 E 0 E 0 1 2 Or, 1 2 1 2 1 2 xÎE $!(x , x )ÎE ´ E / x = x + x car E Å E = E 1 2 D’où E x 0 0 = , et par suite { } E E E 0 1 2 Ç = Montrons que si { } E E E 0 1 2 Ç = alors ( 0 ( 0 )) 1 2 E 1 2 E x + x = ⇒ x = x = : + = 0 Î x x E 1 2 E 1 + + ( - ) Î Î x x x E ie x E ⇒ { } E E or x E x E E 0 x 0 2 2 2 1 2 2 Î ⇒ Î Ç = ⇒ = On montre de même que E x 0 1 = . o 1 2 E = E + E : 1 2 1 2 1 2 xÎE $(x , x )ÎE ´ E / x = x + x o et que : ( , ) : 0 ( 0 ) 1 2 1 2 1 2 E 1 2 E x x ÎE ´ E x + x = ⇒ x = x = et montrons que 1 2 E = E Å E : 1 2 1 2 1 2 xÎE $!(x , x )ÎE ´ E / x = x + x 1 2 E = E + E donc 1 2 1 2 1 2 xÎE $(x , x )ÎE ´ E / x = x + x . Soit xÎE , $ ´ ( x , x ) et ( y , y ) dans E E / 1 2 1 2 1 2 15 Théorème : Preuve : 1)⇒ 2) :    2)⇒3) : 1 2 1 1 2 1 - Î Î ( ) x E x E 1 1 1 1    3)⇒1) : Supposons que : o supposons que :    = + x x x 1 2 = + x y y 1 2 Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
  • 16. Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel o et montrons que ( , ) ( , ) 1 2 1 2 x x = y y : 1 1 2 2 1 1 1 2 2 2 0 x x (x y ) (x y ), (x y ) E ,(x y ) E E = - = - + - - Î - Î Or, ( , ) : 0 ( 0 ) 1 2 1 2 1 2 E 1 2 E x x ÎE ´ E x + x = ⇒ x = x = D’où ( ) ( ) 1 1 2 2 x = y et x = y ou encore ( , ) ( , ) 1 2 1 2 x x = y y Soit E un espace vectoriel. L’ensemble des combinaisons linéaires de n vecteurs de L , est un sous espace vectoriel de E . On note l’ensemble des combinaisons linéaires des vecteurs n u , ,u 1    n Σ= 1) E ¹ F car 0 Î E (0 = 0. u ) n E n E i 2) n n (X ,Y )Î(E )2 ,(l ,g )Î IR2 l.X +g .Y Î E : n n Î ⇒ =Σ a =Σ b a b Î Î n i i , , , , X Y E X u et Y u IR u E i i i = = 1 1 n n Σ Σ l + g = l a + g b X Y u u i i = = n i 1 1 ( ) la gb = + i u i i i 16 D’où le théorème. Théorème : E , n u , ,u 1 Preuve : L :    n = = Σa a Î Î n i i , , E u IR u E i i i 1 1 i i i i i l ,g ÎIR, on a : Σ = n i 1 Σ = = i d u i i i i 1 d’où : n l .X +g .Y ÎE Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
  • 17. Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel L est un système lié ssi un des vecteurs du système est combinaison linéaire des autres vecteurs du système. L est un système lié { } { } n a a a a ⇒$ ¹ + + = ( , L , ) (0, L ,0) / u L u 0 1 1 1 n n n E a a a a ⇒$ ¹ Î + + + = 0, j 1, L , n / u L u L u 0 1 1 j j j n n E a a a a - 1 + 1 L L L ⇒$ Î , , / = - 1 - - - - - u u u u u u u u a j Il existe alors un vecteur j u du système { } n u , ,u 1 Supposons qu’il existe un vecteur j u qui s’écrit comme combinaison linéaire des autres a a a a a a a a ⇒$ , , ,, , , Î / = + + + + + IR u u u u u L L L L - + - - + + 1 1 1 1 1 1 1 1 1 j j n j j j j j n n a a a a a a a a ⇒$ Î + + - + + + = , L , ,, , L , IR / u L u u u L u 0 - + - - + + 1 1 1 1 1 1 1 1 1 j j n j j j j j n n E a a a a a a a ⇒$ = - ¹ + + = ( , L , , 1, , L , ) (0, L ,0) / u L u 0 - + 1 1 1 1 1 j j j n n n E Un système de vecteurs { } n u , ,u 1 L est une base de E ssi tout vecteur de E s’écrit de manière unique comme combinaison linéaire des vecteurs n u , ,u 1 ( Î ) ( $ !a ,L,a Î ) / = a + L + a = a 1 1 1 n n n i i u E IR u u u u Supposons que n n n uÎE $ a La ÎIR u =a u +L+a u 1 1 1 ( ) ( ! , , ) / et montrons que o Il est évident de voir que { } n u , ,u 1 L est un système générateur, puisque : n n n uÎE $a La ÎIR u =a u +L+a u 1 1 1 ( ) ( , , ) / L est un système libre, ce qui revient à montrer que : 0 0 1 1 1 + + = ⇒ = = = n n E n l u L l u l L l n n E u u 0 1 1 l +L+l = et n E 0.u 0.u 0 1 +L+ = , Or n n n uÎE $ a La ÎIR u =a u +L+a u 1 1 1 ( ) ( ! , , ) / , Alors.. 0 1 = = = n l L est alors un système libre de vecteurs générateurs de E , donc une base de E . 17 Théorème : Un système {u , ,un} 1 Preuve : Supposons que { } n u , ,u 1 n a j j a j j j a j j 1 j n j + - 1 1 1 L .qui s’écrit comme combinaison linéaire des autres vecteurs du système. vecteurs du système { } n u , ,u 1 L . Le système { } n u , ,u 1 L est alors lié. Théorème : L : n Σ= i 1 Preuve : { } n u , ,u 1 L est une base. o Vérifions que { } n u , ,u 1 l L { } n u , ,u 1 Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
  • 18. Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel L est une base et montrons que n n n uÎE $ a La ÎIR u =a u +L+a u 1 1 1 ( ) ( ! , , ) / . L est une base, { } n u , ,u 1 L est alors un système générateur, ce qui implique uÎE $ a La ÎIR n u =a u +L+a u n que : n n 1 1 1 ( ) ( ( , , ) ) / n $ b L b ÎIR b L b ¹ a La u = b u +L+ b u 1 1 1 1 1 ( , , ) (( , , ) ( , , )) / Alors : n n n E ( )u ( )u 0 1 1 1 a -b +L+ a -b = Or le système { } n u , ,u 1 L est libre (car c’est une base), donc ( ) ( ) 0 ( ) ( ) 0 1 1 1 1 1 - + + - = ⇒ - = = - = n n n E n n a b u L a b u a b L a b D’où : n n a = b , ,a = b 1 1 L , ce qui implique que : o n n n uÎE $ a La ÎIR u =a u +L+a u 1 1 1 ( ) ( ! , , ) / Soit E un espace vectoriel réel de dimension fini. Si 1 E et 2 E sont deux sous espaces vectoriels supplémentaires de E , 1 2 E = E Å E , = L et { } q B v , , v 2 1 = L sont deux bases respectives de 1 E et 2 E , alors = L L est une base de E . = L sont des bases respectives de 1 E et 2 E . Î $ !( , , ) Î p / = + + y E y L y IR y y u L y u 1 1 p 1 1 Î $ !( , , ) Î / = + + z E z L z IR z z v L z v 2 1 q 1 1 Or : 1 2 E = E Å E ie : xÎE $!( y, z)ÎE ´ E / x = y + z 1 2 Î $ Î + p q 1 1 !( , , , , , ) / x E y L y z L z IR p q = + = + + + + + x y z y u L y u z v L z v 1 1 1 1 p p n q = L L est une base de E et 1 2 dimE = dimE + dimE . 18 Supposons que {u , ,un} 1 o { } n u , ,u 1 Supposons que : n n n n n Théorème : alors 1 2 dimE = dimE + dimE . Si { } p B u , ,u 1 1 { } p q B u , ,u ,v , ,v 1 1 Preuve : { } p B u , ,u 1 1 = L et { } q B v , , v 2 1 D’où :    p p n q q Donc : Par suite, { } p q B u , ,u ,v , ,v 1 1 Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007
  • 19. Semestre : S3, Module : M10, Matière : Mathématiques II Chapitre 1 : Espace vectoriel réel Soit E un espace vectoriel réel de dimension fini. Soient 1 E et 2 E deux sous espaces vectoriels de E , de bases respectives B {u , ,up} 1 1 = L L est une base de E alors 1 2 E = E Å E . = L sont des bases respectives de 1 E et 2 E . = L L est une base de E , donc dimE = p + q et l’on a : + Î $ !( , L , , , L , ) Î p q / = +L+ + +L+ 1 + 1 + 1 1 1 1 p p p q x E x x x x IR x x u x u x + v x + v = L est une base de 1 E d’où 1 1 1 x u x u E p p +L+ Î = L est une base de 2 E d’où 1 1 2 x v x v E p p q q + + Î + + L Donc : x Î E $ ! y ( = x u + L + x u ) Î E , z ( = x v + + L + x Î + ) E / x = y + z 1 1 p p 1 p 1 1 p q 2 Soit E un espace vectoriel réel de dimension fini n . Soit { } p B e , , e 1 = L est un système libre de E ( p £ n) , on peut alors compléter le système S par n - p vecteurs convenablement choisis dans la base B pour obtenir une nouvelle base de E : { u , L ,u ,u , L ,u } . 1 p p + 1 n = L est une base de E . On suppose que p n , l’ordre de S est alors inférieur à n , et le système = L n’est pas un système générateur de E . Ceci implique que : · e B i $ Î qui ne s’écrit pas comme combinaison linéaire des vecteurs du L . On note p 1 i u = e + · Le système { } 1 1 , , p , p+ u L u u est alors libre. Si p +1 = n , alors le système { } 1 1 , , p , p+ u L u u est un système libre d’ordre égal à la dimension n de E , c’est donc une base de E . Si p +1 n , on recommence la même démarche au système { } 1 1 , , p , p+ u L u u jusqu’à obtenir un système { } p p n u , ,u ,u , ,u 1 1 L L + d’ordre égal à la dimension n de E , qui est alors une base de E . 19 Théorème : = L et { } q B v , , v 2 1 = L . Si { } p q B u , ,u ,v , ,v 1 1 Preuve : { } p B u , ,u 1 1 = L et { } q B v , , v 2 1 { } p q B u , ,u ,v , ,v 1 1 p p p p q q { } p B u , ,u 1 1 { } q B v , , v 2 1 D’où : 1 2 E = E Å E Théorème : = L une base de E . Si { } p S u , ,u 1 Preuve : Si p = n , alors { } p S u , ,u 1 { } p S u , ,u 1 système { } p u , ,u 1 Professeure Salma DASSER Session Automne-hiver 2007