Palais d’aljafería saraoza espagne

1 738 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 738
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
32
Actions
Partages
0
Téléchargements
58
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Palais d’aljafería saraoza espagne

  1. 1. Saragoza-espagne DEPARTEMENT D’ARCHITECTURE Présenté par : KALACHE Abdel Wahab BEN ZINEB Ayoub HAMED Abdel Wahab 2011/2012 Module TD HA
  2. 2. Architecture des royaumes de taïfa L'architecture des royaumes de taïfa est l'architecture qui succéda au XIe siècle en al-Andalus à l'architecture omeyyade après l'éclatement du Califat de Cordoue en une série de royaumes appelés "royaumes de factions" ou "royaumes de taïfa".
  3. 3. Il reste très peu d'édifices de cette période : taïfa houdide de Saragosse :  palais de l'Aljaferia, un témoin exceptionnel de cette période taïfa ziride de Grenade :  Porte d'Elvira  Bañuelo de l'Albaicín
  4. 4. Aux alentours de l'an 1000, la population musulmane d'al-Andalus était constituée de trois factions ethniques :  la faction dite "autochtone", regroupant les muladis, descendants des habitants originels de la Péninsule ibérique. Ils formaient la majorité des habitants d'Al-Andalus.  la faction dite "arabe" regroupant les Arabes proprement dits, les descendants des Berbères ayant participé à la conquête musulmane au VIIIe siècle ainsi que les descendants des chrétiens convertis  la faction berbère constituée des descendants des mercenaires berbères recrutés par le Califat de Cordoue durant le Xe siècle  la faction Saqāliba constituée de mercenaires et d'esclaves slaves utilisés comme garde prétorienne par le Califat.  Lorsque le Califat de Cordoue s'effondra en 1031, al-Andalus éclata en une série de royaumes contrôlés chacun par une de ces factions ethniques et appelés pour cette raison "royaumes de factions" ou "royaumes de taïfa".
  5. 5. Malgré cette filiation directe, l'architecture de l'époque des royaumes l'originalité du palais de l'Aljaferia à Saragosse. L'arc outrepassé brisé Le grand arc polylobé brisé L'arc recti- curviligne
  6. 6.  L'arc outrepassé brisé a été repris par l'architecture almohade, l'architecture nasride et l'architecture musulmane en général.  Le grand arc polylobé brisé a été repris par l'architecture almohade (niveau inférieur de la Giralda de Séville) et par l'architecture mudéjare : il orne en abondance le Patio de las Doncellas (Cour des Demoiselles) de l'Alcazar de Séville.  L'arc recti-curviligne se développa très fort dans l'architecture almohade et devint "arc à lambrequins"2 : ce type d'arc orne la travée centrale des quatre étages supérieurs de la Giralda de Séville ainsi que le portique du Patio del Yeso à l'arrière de l'Alcazar de Séville.
  7. 7. L'Aljaferia est un palais fortifié construit durant la seconde moitié du XIe siècle, à l'époque d'Al-Muqtadir, à Saragosse, en tant que résidence des rois Bani Hud. Elle reflète la splendeur de la taifa de Saragosse au moment de son apogée politique et culturelle. Après la reconquête de Saragosse en 1118 par Alphonse Ier le Batailleur, le palais servit de résidence aux rois chrétiens d'Aragon, dont l'Aljaferia devint le principal élément de diffusion de l'art mudéjar aragonais. Il devint la résidence royale de Pierre IV le Cérémonieux. Postérieurement, en 1492 fut menée la reconversion des appartements de l'étage principal en palais des rois catholiques.
  8. 8. En 1593 fut mise en chantier une autre reconversion qui en fit une forteresse militaire, dans un style Renaissance (que l'on peut observer dans l'environnement, les fossés et les jardins), et plus tard encore, une caserne. Le palais eut encore à subir d'autres transformations et déprédations, en particulier durant le siège de Saragosse de la guerre d'Indépendance, jusqu'à sa restauration dans la seconde moitié du XXe siècle. Le palais est actuellement le siège des Cortes d'Aragon.
  9. 9. Son état actuelle : À l'origine, la construction fut menée à l'extérieur de l'enceinte romaine, sur l'esplanade appelée La Almozara, où les musulmans s'entraînaient à de grandes parades militaires. Avec l'expansion de la ville, le palais se trouva peu à peu inclus dans le tissu urbain. On a pu cependant aménager une étroite zone paysagée qui l'isole, entre autres, de l'autoroute voisine.
  10. 10. Le palais est située en espagne dans la commune de saragosse
  11. 11. 1) Pont 2) Fossé 3) Porte d’entrée 4) Muraille musulmane 5) Cour de Saint Martin 6) Chapelle de Saint Martin 7) Tour du Trouvère 8) Oratorie ou mosquée 9) Cour de Sainte Isabelle Zone aménagée pour le siège du Parlement ( les « Cortes de Aragón » ) 10)Rez-de-Chaussée : salle du palais islamique ; 1er étage, salles des RoisCatholiques ;2ème étage, salles du palais chrétien médiéval 11)Cour d’armes 12)Casernes de Charles III 13)Tours néogothiques de 1868 14)Hémicycle Zone monumentale
  12. 12. L'Aljafería de Saragosse fut déclarée Monument National d’Intérêt Historico-Artistique le 4 juin 1931. Malgré tout, en 1947 encore, elle se présentait comme un épouvantail lamentable couvert de haillons, selon l’expression de l’architecte Francisco Íñiguez Almech, qui plus de trente ans durant, entreprit un lent et minutieux travail de rachat qui, après sa mort en 1982, fut poursuivi par les architectes Ángel Peropadre Muniesa, Luis Franco Lahoz et Mariano Pemán Gavín. A tout ceci, il convient d’ajouter l’installation du Parlement d’Aragon dans une partie de l’ensemble monumental, les travaux ayant été dirigés depuis 1985 par les architectes Franco et Pemán. En 2001, le mudéjar d’Aragon fut déclaré Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO.
  13. 13. Valeurs Historiques Son importance réside en ce qu'elle est l'unique témoignage conservé d'un grand édifice de l'architecture islamique en Espagne à l'époque des Taifas. Avec la mosquée de Cordoue (Xe siècle) et le chant du cygne de la culture islamique que fut l'Alhambra de Grenade (XIVe siècle), nous devons inclure dans la triade de l'architecture hispano-musulmane l'Aljaferia de Saragosse comme parfait exemple de réalisation de l'art taifa (es) de la période intermédiaire des royaumes indépendants antérieurs à l'avènement des almoravides.
  14. 14. Valeurs Esthitiques Ce palais, avec son décor de stucs peints, est le reflet de la splendeur atteinte par le royaume-taifa de Saragosse. Les aménagements et agrandissements continus, du XIIe siècle au XIVe siècle, furent le principal foyer de rayonnement et d'inspiration de l'art mudéjar aragonais. De structure quadrangulaire, l'enceinte est composée de grosses tours semi-circulaires, à l'exception de l'une d'entre elles, rectangulaire, nommée « tour du Troubadour » (Torreón del Trovador).
  15. 15. -BORRÁS Gualis, Gonzalo, «La ville islamique» -CABAÑERO SUBIZA, Bernabé et alt., La Aljafería, Zaragoza, Cortes de Aragón -SEBASTIAN Exposito -Le Temple d'Or de la Aljafería, Saragosse, Institut d'études islamiques

×