Dialogues cruciaux_Préf&Intro_fr

417 vues

Publié le

Préface et Introduction de mon livre 'Cruciale dialogen' (2012) en Français.
Traduction: mon ami Lyonnais Guy Bérat

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
417
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dialogues cruciaux_Préf&Intro_fr

  1. 1. Introduction DIALOGUES CRUCIAUX Johan Roels ………………………… ………………………… Version Française Traduction Guy Bérat 2014
  2. 2. Préface Préface Mon livre précédent intitulé « L’interéchange créatif » était en fait l’histoire de mon périple vers le troisième paradigme dans le domaine de la Maîtrise des Pertes. Depuis vingt ans, j’avais compris que la pierre angulaire de l’assurance de la sécurité n’était ni le système technique, ni le système organisationnel, mais l’homme lui-même. Mon interrogation de base devenait alors « comment arriver à ce que chaque membre de l’organisation ait un esprit de sécurité tourné de l’intérieur vers l’extérieur ? ». J’avais aussi compris que le cadre de référence devait évoluer de l’attitude « ma sécurité dépend des autres » vers celle « nous devons maîtriser ensemble les risques », et cela dans les trois sous-systèmes que sont la technique, l’organisation et l’homme. La question clé qui me taraudait durant cette période était : « comment faire en sorte que les hommes développent l’énergie nécessaire – à partir de l’intérieur d’eux-mêmes – pour qu’ils changent avec plaisir leur manière de penser et de se comporter ? ». La recherche de cette pièce manquante, l’âme de chaque changement en profondeur, avait commencé en 1994. Le nouveau territoire finalement découvert fût le processus simple et fondamental de l’interéchange créatif. Le livre « L’interéchange créatif » publié en 2001 raconte les premières étapes d’un voyage continu. Ma recherche est en effet une histoire sans fin. Dans les dix années qui suivirent l’année de publication de « L’interéchange créatif », je cherchais les moyens pour encore mieux concrétiser le processus de l’interéchange créatif. Cette recherche m’orientait vers l’application de ce processus au cours des contacts quotidiens avec d’autres personnes et surtout lors de dialogues. J’avais été frappé par le fait que le modèle de « La Fondation Néerlandaise du Dialogue» présentait de grandes similitudes avec le processus de l’interéchange créatif. Ce dernier processus avait été décrit par Henry Nelson Wieman un demi-siècle © V.O.F. LCCB 2014 1
  3. 3. Préface avant que Lex Bos n’expose son modèle sous la forme d’un lemniscate. Le but de ma recherche était surtout focalisé sur la détection des conditions de base et des aptitudes qui pourraient soutenir au mieux l’application de l’interéchange créatif lors des dialogues les plus difficiles : les dialogues cruciaux. Mon ami Charlie Palmgren, qui a travaillé sur le processus de l’interéchange créatif depuis presque cinquante années, m’a continuellement soutenu au cours de mon périple et m’a laissé profiter du meilleur de ses idées en la matière. Je lui suis énormément reconnaissant. Sans lui, ce livre n’aurait jamais été publié. J’ai présenté la toute première version du Modèle du Dialogue Significatif à Stacie Hagan, co-auteur avec Charlie du livre « La conspiration du poulet » lors de notre vol entre Vienne et Sofia en septembre 2004. Le chemin serait encore très long. Comme d’une part nous dialoguions pratiquement tous les jours et que d’autre part nous nous retrouvions de temps à autre – nous aimions cela – dans des dialogues cruciaux, j’ai centré ma recherche sur les réponses à la question : comment réussir un dialogue crucial ? Malheureusement, cette recherche a été interrompue brutalement pendant deux années en raison d’une sérieuse dépression. Une fois sorti de cette épreuve, j’ai repris ma recherche bien qu’à une vitesse modérée. J’ai été énormément aidé par mon ami Guy Bérat qui est déjà depuis plus de vingt cinq ans mon sparring partner français dans le domaine du changement. Guy et Charlie m’ont non seulement aidé à sortir de mon trou noir mais ont été aussi mes guides dans ce périple en direction du modèle des Dialogues Cruciaux avec ses huit conditions et se seize aptitudes, lors de la création de ce livre. Un grand merci à tous deux. Lors de la rédaction de ce livre, j’ai également été aidé par ceux que j’appelle mes lecteurs critiques. Je leur envoyais les premières versions des chapitres au fur et à mesure qu’ils étaient rédigés. Je suis très reconnaissant à Dirk Vandenbergue, Fredy Ginneberge, Geert De Waele, Charles Petré, Christophe Van De Voorde et, le dernier © V.O.F. LCCB 2014 2
  4. 4. Préface non des moindres et pour plusieurs raisons, Dirk Onghenae. Leurs critique positives m’ont soutenu et encouragé à continuer. Un grand merci également à Lieve Van Haute qui a remanié le manuscrit de façon à le rendre présentable à l’éditeur. Les concepts de ce livre ont également été présentés lors de séminaires des années 6B et 6C1 du Collège OnzeLieve-Vrouw-Ten-Doorn (2011-2012). Ce fût très émouvant de constater que ces jeunes acceptaient volontiers les concepts et le message. En plus j’avais organisé, au cours du processus de création du livre, quatre ateliers autour du thème de « la méthode des Dialogues Cruciaux ». Je remercie tous le participants et leur suis très reconnaissant. L’atmosphère très chaleureuse qui régnait au cours de ces journées m’a donné le courage de ne pas reculer. Un mot également pour exprimer ma profonde reconnaissance au professeurdirecteur Paul de Chauvigny de Blot SJ qui m’a fait découvrir la relation entre l’Interéchange Créatif et le Business de la Spiritualité. Les retraites que j’ai suivies sous la direction de Paul m’ont démontré clairement l’interdépendance qui existait entre Les Affaires de Spiritualité et les Dialogues Cruciaux. Paul est devenu, au cours de cette année d’écriture de ce livre, le père spirituel de ce que j’appelle, d’une manière cryptique, ma quatrième vie. Ces quatre pères vivent en moi : Richard, mon père naturel, que je cite trop peu, Frank E Bird Jr, le père de ma deuxième vie, qui m’a tout appris sur « la maîtrise des pertes » en sécurité, Charlie, père de ma troisième vie, qui m’a fait découvrir et apprécier l’Interéchange créatif et enfin Paul. Paul et Charlie sont d’ailleurs les architectes de mes notions croissantes du quatrième paradigme dans le monde du travail et donc dans la sécurité du travail. Je réalise très profondément que je n’apporte que quelques pierres à la construction de la maison des Dialogues Cruciaux et que les fondations de cette maison ont été établies par d’autres personnes. Ces fondateurs, qui m’ont inspiré lors de la création du modèle et du livre, © V.O.F. LCCB 2014 3
  5. 5. Préface sont, bien sûr, cités et leurs publications sont reprises dans les notes de bas de page. Enfin, je rends grâce à mon épouse Rita (‘notre Rita’), à ma fille Daphné et à mes petits-enfants Eloïse, Edward et Elvire. Il m’ont donné l’espace nécessaire et surtout un terrain fertile et inépuisable pour tester dans la réalité de tous les jours les conditions de base et les aptitudes des Dialogues Cruciaux. Les enfants m’ont sans cesse démontré qu’ils vivent naturellement, presque sans difficulté et à l’aise, ce que j’ai essayé de traduire en concepts, mots, images et exercices. A l’ensemble de ce cinq trésors un très grand merci ! Vous avez tous soutenu ma confiance que j’allais finalement réussir. Le livre est en effet publié et la théorie est claire, reste à l’appliquer dans la pratique de tous les jours et dans un esprit d’amélioration continue. Dans le livre, j’utilise souvent le pronom nous pour souligner que le texte nous concerne tous et que nous avons tous fourni le matériel de base. Finalement, nous sommes tous interdépendants et nous nous créons nousmêmes en pratiquant la méthode des dialogues Cruciaux. Johan Roëls © V.O.F. LCCB 2014 4
  6. 6. Introduction Introduction Mon livre précédent relatait l’itinéraire qui m’avait finalement conduit à (re)découvrir le processus de l’interéchange créatif. Durant les années qui suivirent, vivre quotidiennement ce processus d’une manière consistante et conséquente fût loin d’être facile. Une nouvelle « quête » me semblait donc nécessaire, une recherche des conditions de base et des aptitudes qui sous-tendent d’une manière efficace l’épreuve du processus de l’Interéchange créatif. Il devînt très rapidement clair que cette expérience était d’une importance exceptionnelle lors de la résolution d’un problème, ceci aussi bien dans le contexte organisationnel que familial. Généralement, les problèmes qui se posent ou les opportunités que se présentent sont respectivement résolus ou abordées au moyen de conversations approfondies, qui peuvent être des dialogues ou des réunions de groupe. Nous dialoguons tous les jours afin de résoudre des problèmes et de trouver les réponses aux questions qui se posent et ceci quelque soit les circonstances dans toutes les professions. En réalité, est utilisé, pratiquement dans toutes les professions, pas mal du temps disponible pour la résolution de problèmes ou pour saisir les occasions. D’expérience personnelle, nous savons que ces dialogues se transforment souvent en discussions et parfois en « discussions sans fin ». Les Dialogues Cruciaux sont rarement couronnés de succès. Pourtant, le déroulement parfait de ces Dialogues Cruciaux est d’une grande importance lors de la résolution correcte de problèmes ou l’appréhension réelle des opportunités. Finalement j’en suis arrivé à la conviction suivante : les questions difficiles ne peuvent trouver de réponses correctes que si nous maîtrisons parfaitement la © V.O.F. LCCB 2014 5
  7. 7. Introduction conduite des Dialogues Cruciaux. Cette maîtrise est aussi la réponse à la question : « Comment vivre chaque jour d’une manière exemplaire le processus de L’Interéchange Créatif ? ». Ce livre décrit les huit conditions de base et les seize aptitudes nécessaires pour pouvoir dialoguer d’une manière significative et donc pour pouvoir résoudre des problèmes et répondre correctement aux questions cruciales. Puisque la méthode des Dialogues Cruciaux est basée sur le processus de l’Interéchange Créatif, les quatre phases ou caractéristiques de ce processus – Interaction authentique, compréhension appréciative, Intégration créative et exécution transformatrice – sont à la base des quatre phases ou caractéristiques du modèle des Dialogues Cruciaux : communication, appréciation, imagination et transformation. Ces quatre phases se retrouvent également dans le modèle de la Fondation Néerlandaise du Dialogue, à partir des idées de Lex Bos dans ce domaine, en le modifiant d’une manière quasiment continue pour devenir finalement le modèle des Dialogues Cruciaux basé sur le processus de l’Interéchange Créatif sous forme de « papillon ». Des heures de conversation avec Charles Leroy Palmgren m’avaient amené à penser, déjà à la fin du siècle dernier, que chacune des quatre caractéristiques du Processus de l’Interéchange Créatif avait besoin aussi bien de conditions de base que d’aptitudes. Charlie m’avait démontré à cette époque que l’utilisation de ces aptitudes renforçait les conditions de base et vice versa ! Etant donné que les Dialogues Cruciaux sont basés sur ce processus, ma recherche devenait ainsi une quête pour trouver ces conditions de base et ces aptitudes nécessaires à la conduite réussie des Dialogues Cruciaux. Puisque le modèle de dialogue de Lex Bos se présentait sous la forme d’une lemniscate j’ai eu besoin de doubler cette figure – donc deux © V.O.F. LCCB 2014 6
  8. 8. Introduction lemniscates superposées – pour pouvoir loger à la fois les huit conditions de base (la petite lemniscate) et les seize aptitudes (la grande lemniscate). Tout d’un coup, j’ai vu dans le modèle des Dialogues Cruciaux l’image d’un papillon. Il est d’ailleurs amusant de constater que mon maître Charles Palmgren a écrit trois oiseau-livres – The Chicken Conspiracy, The Descent of the Eagle et (non publié) The Ascent of the Dove – et que moi, son élève, partant du même processus d’apprentissage et de transformation, j’écriis pour l’application journalière de ce processus un papillon-livre . Une autre coïncidence m’avait alors frappé. Sur la couverture de mon livre précédent -L’Interéchange Créatif -- peuvent être distingués quelques papillons qui voltigent autour de la tête de l’ombre d’une figure dans lequel je voyais Don Quichotte. En effet, signe avant-coureur, Je me suis d’ailleurs toujours senti comme une sorte de Don Quichotte lors de mes recherches. J’espère uniquement qu’avec une détermination semblable j’aurais davantage de succès. J’espère également maintenant suffisamment de compréhension et d’expérience concernant l’application journalière de l’Interéchange Créatif pour pouvoir écrire et publier ce livre. Je suis entièrement convaincu qu’il s’agit d’un processus pour lequel les derniers mots ne sont pas écrits avec ce livre, loin de là. Je ne suis qu’une toute petite voix au chapitre ! Tout de même, je prends le risque, fidèle à notre qualité de base : le dynamisme. Le livre est divisé de la manière suivante : Chapitre 1 : Description de la méthode des Dialogues Cruciaux en définissant le concept et en décrivant les quatre phases. Chapitre 2 : Traitement de la structure et du noyau du modèle des Dialogues Cruciaux. © V.O.F. LCCB 2014 7
  9. 9. Introduction Chapitre 3 : Discussion du cercle vicieux, barrière la plus importante pour le processus de l‘ Interéchange Créatif. Chapitres 4 à 7 : Traitement des phases, conditions de base et aptitudes du modèle des Dialogues Cruciaux.  Phase 1 : La communication et ses conditions de base : confiance et ouverture et aussi ses aptitudes : formulation de la question de base, recommandation et enquête, communication non-verbale et paraphrase de confirmation.  Phase 2 : L’appréciation et ses conditions de base : curiosité et acceptation de l’ambiguïté et aussi ses aptitudes : pose des questions, détection du positif, intégration des différences et interrogation sur les modèles mentaux existants.  Phase 3 : L’imagination et ses conditions de base : (savoir) entrée en contact et créativité et aussi ses aptitudes : recadrage, utilisation des analogies, pratique des métaphores en proposant « 4 idées positives et 1 souhait » Ce chapitre s’achève par l’activité finale de cette phase : la décision.  Phase 4 : La transformation et ses conditions de base la ténacité et l’interdépendance et aussi ses aptitudes : répétition et évaluation, feedback (renforcement positif et correction), audace pour le changement et prise de conscience du processus. Chapitre 8 : Le titre « Jouons tous ensemble » dévoile tout, toutes les pièces les pièces du puzzle s’ajustent bien et constituent un modèle complet. Un aide-mémoire - the watch - est proposé ainsi que l’application en équipe du modèle des Dialogues Cruciaux. © V.O.F. LCCB 2014 8
  10. 10. Introduction L’ordre des chapitres suit le déroulement linéaire des différentes phases du modèle des Dialogues Cruciaux. Ces phases sont en fait interdépendantes et ne se suivent pas forcément linéairement au cours des Dialogues Cruciaux. La réalité des Dialogues Cruciaux est beaucoup plus complexe qu’un modèle simple pourrait le faire croire. Veuillez m’excuser, dès le début de ce livre, pour mon incapacité à décrire une unité complexe et réelle d’une manière simple et organique. Ma manière de penser et d’écrire est toujours trop orientée par la manière de penser linéaire de ma première vie. Il va de soi que j’ai encore beaucoup à apprendre et de ce fait je suis associé au processus de changement continu vers le nouveau paradigme. © V.O.F. LCCB 2014 9

×