SlideShare une entreprise Scribd logo
Modifiez le style du titre
1
“
3- Les civilisations maritimes
CHAPITRE I
Vers une évolution culturelle
35
ensemble ou se confrontant encore, pour s’assimiler dans des arts épanouis,
mais durement soumis au prêtre et au souverain. Comme la vie reste la
préoccupation majeure de tout art, de toute culture et de toute civilisation,
plusieurs peuples vont adopter son culte, héritant de la Mésopotamie ses
mythes, sa conception du monde, son désir d’éternité et son art mouvant,
comme la Perse.
Mais d’autres peuples, dans leur conception tourmentée, même ayant des
échanges culturels et commerciaux avec la Mésopotamie, se sont arrivés
à mêler les deux cultes, celui de la vie et celui de la mort, dans des mythes
fantastiques, introduisant dans leurs religions multiples, non seulement les
mythes cycliques, mais aussi la réincarnation, le culte de la vie intérieure et
de l’illumination, comme en Inde.
Ainsi, le mouvant, comme concept, débuté par l’expression, va s’articuler
autour du senti, c’est-à-dire l’expression des sensations, des passions, des
instincts, des phantasmes et des sentiments, tandis que le statique, débuté
par la raison, va s’articuler autour du pensé, c’est-à-dire la conception
logique, la méthode et l’application rigoureuse des canons et des règles.
Mais, comme le mouvant peut mener, dans son extension, au spirituel ou à
la folie des orgies et des passions, le statique peut mener à la sagesse, dans
sa quête de la vérité, ou au contraire, à la résignation totale, à la soumission
amorphe et à la mort de la création, à force de se résigner aux règles.
3- Les civilisations maritimes :
Le sentiment religieux exprimé dans la Préhistoire par la soumission de
l’homme aux forces de la nature, voit son épuration progressive dans le
polythéisme antique, puis dans le monothéisme. Les forces polythéistes,
constituées d’animaux et d’astres distincts, trouvent leur valorisation dans
des figures typiques qui les expriment, selon la mentalité et les horizons
36
de chaque civilisation. Ces divinités se distinguent maintenant par un
panthéon, par des noms et des attributs, par des mythes et des légendes,
qu’on transmet de génération en génération.
L’originalité et la richesse d’une culture dépend de celles des mythes
répandus, et ce sont ces mythes concrétisés dans l’art de la forme et révélés
dans leur foisonnement, dans l’épopée, les récits et les poèmes épiques,
qui constituent les éléments essentiels de l’imaginaire chez un peuple dans
une civilisation donnée.
Toutefois, la vision et la culture de chaque civilisation peuvent être saisies
et analysées, à travers les divinités qu’elle sacre et vénère, à travers la
conception du monde qu’elle définit dans ses épopées, ses poèmes épiques
et ses monuments architecturaux, ainsi qu’à travers son milieu géographique
qui prédomine par son influence sur le mode de vie de cette civilisation, sur
ses activités et ses horizons.
Les civilisations agraires sont fondées au bord des fleuves; leur naissance
et leur développement sont dus à ces fleuves qui les ont nourries et qui
ont prédominé dans leurs mythes. La mer leur sert dans la navigation et les
échanges, certes, mais elle n’est pas aussi importante que la terre ferme,
avec ses champs de labour et ses pâturages. Souvent même, elle reste
mystérieuse, un lieu des ténèbres et d’incertitude, provoquant l’angoisse.
Les civilisations maritimes, malgré parfois les champs qu’elles cultivent,
sont préoccupées inlassablement par la pèche dans les hautes mers et la
navigation téméraire à la recherche de nouvelles terres.
La navigation, clef des échanges commerciaux et culturels, ouvre à ces
civilisations des horizons méconnus. Ces civilisations sont fondées, le plus
souvent, par les peuples de la mer, dont la destinée, l’existence et l’identité
sont attachées à cet élément liquide, qui prédomine dans leurs mythes,
façonne leur mentalité et leur imaginaire.
37
Pour l’étude de l’Antiquité, nous pourrons comparer entre les peuples de
l’Orient, dont une partie importante est rassemblée dans le Croissant fertile
et en Extrême-Orient, et les peuples d’Occident, illustrés par la Grèce et
Rome. Effectivement, une grande différence les sépare, que ce soit dans la
vision, le mode de vie propre à chaque civilisation, et l’esthétique.
L’agriculture a orienté les peuples d’Orient vers un système agraire, débuté
par la sédentarisation et l’élevage, dans de vastes plaines, des plateaux, ou
au bord des fleuves. Leur conception du monde se rapporte à cette nature
dont ils font partie, une nature fertile et abondante durant une saison de
l’année, stérile et sèche durant l’autre, ainsi vont naître des conceptions se
rapportant à ce système, comme le cycle, la hiérarchie, l’alternance, etc.
A la nature, à la terre mère, première divinité créée, on conçoit son
parèdre, le ciel-père, qui devient le plus important du dieux, puisqu’il est
le producteur, le concepteur des hommes; et même parfois, leur destructeur.
Les mythes foisonnent, créés par les hommes; concevoir le monde agraire,
avec ses divinités et ses génies, ses labours et ses semailles, ses fêtes et ses
tabous, organiser les activités saisonnières, tout en exprimant les rêves
communs, dans des chants, des récits et des danses populaires, tout cela
entre dans la mentalité agraire. Des panthéons sont conçus, vagues et
ambigus au début, centrés sur le roi, fils ou envoyé des dieux, sur les rois
légendaires, sur les conflits entre les divinités qui légitiment les guerres
entre les souveraines, et sur les mythes agraires.
Les peuples agraires, à force d’être sédentaires, d’attendre patiemment la
récolte et la moisson, ne cessant d’offrir des offrandes et des sacrifices à leurs
divinités, se sont voués à la résignation religieuse, à la fatalité ; en même
temps, ils se sont habitués à se soumettre totalement à leur roi, un roi divin
qui représente pour eux la paix, la bonne récolte et la prospérité de leur
pays, ainsi que leur protecteur contre toute incursion, un roi devant lequel
ils sont dissouts en une grande communauté. Le culte du roi, envoyé du ciel,
38
autour duquel le monde tourne, reste permanent chez les peuples agraires
de l’Orient, durant le Moyen-âge, et même dans les temps modernes,
renforcé par les messages religieux et l’hiérarchie entre les classes sociales.
Ainsi, l’art était dévié de sa voie, dès la fondation de la civilisation, courbant
l’échine dès sa formation dans la Mésopotamie et l’Inde. Au lieu d’être
autonome, engendrant un équilibre adéquat entre la religion et la science,
il devenait, après sa liberté instinctive et sa spontanéité primitive, sous
l’oppression des prêtres et des souverains, un esclave des dogmes, créant
des images mythiques fabuleuses, narrant les exploits des monarques
et décrivant, avec une précision de plus en plus perfectionnée, la vie
quotidienne du peuple des fonctionnaires, des guerriers et des serviteurs.
Soumis généralement aux dogmes, les peuples agraires sont en même
temps attachés à leur territoire, qu’ils défendent par de puissantes
murailles, toujours rassemblés contre l’attaque des nomades et des pillards,
farouchement résistants aux invasions. La légende d’Atlas illustre cette
résistance, responsable de l’équilibre du monde qu’il soulève sur ses larges
épaules, et farouche guerrier terrassant tout intrus, il n’a qu’un point faible,
dès qu’il est soulevé du sol, perdant contact avec ses racines identitaires,
il s’affaiblit, c’est ainsi que l’envahisseur Hercule, après tout un combat
sauvage où il sort vaincu, découvre le point faible, soulève d’un coup Atlas
qui subit sa défaite sur le champ.
Toutefois, ces peuples sédentaires, outre l’édification des grands
monuments, se sont penchés vers la décoration et le raffinement des
arts mineurs, dans leur préciosité, surtout en Perse et en Extrême-Orient.
Ils se sont penchés aussi sur la méditation, tout en observant la nature
et les astres, d’où la naissance et le développement de la géométrie, de
l’astronomie et de l’astrologie, et surtout de l’esthétique de la parole
formulée par les peuples nomades qui se sont intégrés dans les sociétés
39
urbaines, une esthétique exprimée dans l’épopée et la poésie épique, une
esthétique élaborée surtout par les prêtres et les scribes.
Depuis l’aube de l’histoire, les terres du Croissant fertile et de l’Indus ont
été pénétrées par des migrations et des invasions des peuples nomades,
ainsi que par les échanges commerciaux et culturels, aboutissant à l’enri-
chissement des mythes polythéistes et à la grande diversité de la culture
orientale. Les influences réciproques, engendrées par la culture agraire et la
culture nomade, ont imprégné les cultures et les civilisations de l’Orient par
des cultes centrés sur les concepts de la vie et de la mort, de l’idéalisation
et de la ressemblance, sur la hiérarchie des dieux et des hommes, ainsi que
par des formes d’art qui expriment ces concepts.
La côte asiatique de la Méditerranée bénéficie d’une situation de carrefour
entre l’Orient et l’Occident, étant une zone de transit qui abritait des petits
royaumes aux peuples bigarrés et aux civilisations disparates. Le port de
Byblos entretenait avec les pays voisins et l’Egypte notamment des relations
privilégiées. Plus au nord, le royaume d’Ugarit était lui aussi florissant. Sa
richesse tenait sa localisation à la jonction des routes terrestres et maritimes,
entre le monde égéen et l’Orient. Par la position stratégique de ce royaume
marchand, la relation entre deux peuples antagoniques, celui de l’Orient et
celui de l’Occident, va être scellée pour la première fois.
La population d’Ugarit était cosmopolite, avec son commerce et ses relations
diplomatiques internationaux. Mis à jour par des fouilles, des milliers
de documents épigraphiques révèlent l’usage de huit langues et de cinq
systèmes d’écriture cohabitant dans le port de Minet El-Beida, à Ugarit,
dans l’actuelle ville de Ras-Shamra en Syrie. Dans ce contexte polyglote, et
dans une purification systématique, un alphabet cunéiforme fut élaboré,
ancêtre de celui que les Phéniciens transmettront au monde. Il servait à
écrire en langue locale des textes administratifs, des lettres, des légendes
et des récits mythologiques.
40
Ainsi, l’alphabet est une invention des peuples marchands, vivant du
commerce maritime avec les pays riverains de la Méditerranée, soucieux
de communiquer rapidement avec tous leurs clients, grâce à une écriture
facile à comprendre et à apprendre. Le phénicien est une langue sémitique,
comme l’arabe et l’hébreu, dont l’écriture ne note pas les voyelles. Le
papyrus, léger et facile à transporter, fut le support privilégié de cet alphabet.
Vers 900 av.J.C, les Grecs l’adoptèrent à leur langue, tout en inventant les
voyelles. Ils transmettront leur système d’écriture aux Romains, par l’inter-
médiaire des Etrusques, puis plus tard, au monde occidental.
La vision gréco-romaine :
Le même rôle joué par les Phéniciens va être entamé par les Crétois. La Crète
était aussi une plaque tournante, reliant par les échanges commerciaux,
l’Occident et l’Orient. Avec elle, se développa le système maritime,
comportant une vision, une esthétique et des conceptions très différentes
de celles du système agraire, un système qui sera encore plus développé
par les Grées, puis par les Romains, avant d’être transmis à tout l’Occident.
Les peuples maritimes sont orientés vers les voyages et l’aventure, à la
recherche d’autres terres maritimes où s’expatrier ou à coloniser. Ce sont
des pécheurs, mais poussés à la navigation et au commerce, ils aiment
découvrir des comptoirs de transit, des cultures différentes à la leur, des
formes d’art et des objets nouveaux qu’ils puissent troquer avec d’autres; ils
s’influencent parfois ou s’inspirent de ces objets, à force de les rencontrer
partout dans leur commerce. La céramique crétoise et l’art oriental vont
influencer, ainsi, au début l’art grec.
Les peuples de la mer, agissant en hommes d’aventure, sont jaloux de leur
autonomie, ne peuvent que péniblement se soumettre à un souverain
absolu; ils préfèrent se constituer en cités-Etats, comme en Grèce, que d’être
dissouts dans un empire, anonymes en tant que citoyens ou des colonisés.
41
Ces peuples sont fiers de leur liberté d’expression et d’action, comme les
peuples nomades, aimant se raconter les récits héroïques, peuplés de
créatures marines. Ils désirent aussi communiquer avec les autres peuples
qu’ils rencontrent dans leur commerce, d’où le dialogue qui prédomine dans
leur culture littéraire, à travers le théâtre et la philosophie, que les Grecs ont
inventés, tendant vers la dialectique, un dialogue qui prédomine aussi dans
leurs relations humaines. Seulement, ces relations sont formées, depuis le
début, sur l’expression « moi et les autres ». C’est ainsi que les Grecs se sont
considérés en tant que citoyens, appartenant à une terre commune, ayant
le même ancêtre et parlant la même langue, tandis que les étrangers ne
sont que des Barbares. Les Romains reprendront ce type de relation avec
le monde, se considérant avec les Grecs en tant que citoyens libres, taxant
tous les autres peuples de Barbares.
Ces peuples de la mer, dans ces relations inégalées, sont disponibles à la
guerre et à la conquête, rivalisant en cela l’envahisseur perse. En général,
tandis que les peuples agraires se sont acharnés à défendre leurs territoires
contre les intrus, tout en tendant leurs bras à la conquête d’autres terres,
les peuples de la mer, toujours en mouvement, sont nés pour l’invasion. La
première épopée grecque met en scène la conquête de la cité légendaire
de Troie, tout en cherchant des prétextes pour légitimer cette guerre
sanglante. Tandis que la Grèce a conquis la Crète et les côtes de l’Asie-
Mineure, Alexandre mène ses armées, comme un ouragan, pour la conquête
du monde civilisé, sans raison préconçue sauf celle de la conquête, suivi de
l’Empire romain. Et tout le premier millénaire après J.C, le monde européen
médiéval sera tourmenté par les invasions barbares.
Cependant, ces peuples maritimes, penchés sur l’autonomie, l’égalité et le
dialogue, ont créé la notion de la démocratie, puis celle de la république,
qui resteront, malgré leur précarité, gravées dans l’esprit occidental.
42
Ces changements dynamiques ont été perçus, tout d’abord, dans les mythes
de ces peuples ; après le chaos naît la Terre et le Ciel qui, en s’unissant,
engendrent des monstres démesurés, et parmi eux, le Temps, Cronos, et
Rhéa. Tout en détrônant son père, Cronos a voulu garder le pouvoir immortel
pour lui seul ; il dévore ainsi sa progéniture. A son tour l’un de ses fils, Zeus,
échappant à cette voracité grâce à sa mère, détrône son père, avec l’aide
de ses frères, voulant acquérir l’immortalité et le pouvoir suprême, au
détriment du Temps.
Les mythes cycliques, les conflits entre les dieux et les mythes des héros
ont été récupérés, mais avec plus de logique et de raisonnement, auxquels
d’autres mythes locaux ont été ajoutés ; et toute cette mythologie exprime
une vision du monde conçue par ce peuple maritime, les Grecs. A elles
seules, l’Iliade et l’Odyssée résument cette vision qui valorise la conquête
et les aventures maritimes. Tous ces mythes ont été concrétisés avec une
grande épuration, tout en passant de la schématisation à la stylisation, puis
au naturalisme, à travers la céramique et la sculpture.
L’art grec est religieux, certes, comme tous les arts antiques, mais il se
distingue par son détachement de la zoomorphie, illustré par la destruction
du sphinx, gardien des mythes, dans l’une de ses légendes, et par sa
tendance progressive vers un style tout à fait anthropomorphe ; suivant la
fameuse citation de Protagoras, « l’homme est la mesure de toute chose »,
toute une révolution conceptuelle et visuelle se fonde, mettant en valeur
l’homme en tant que forme parfaite digne d’être représentée dans sa nudité
et ses mouvements harmonieux. Cette révolution n’est plus dominée par les
mythes, mais s’inspire de leur ambiance, de leurs récits, de leurs divinités et
de leurs personnages héroïques pour élaborer toute une vision théorique
fondée sur l’anti-mythe, toute une philosophie rayonnante fondée sur la
pensée, et toute une esthétique formelle fondée sur la ressemblance et
l’idéalisation.
43
En Grèce, avec la naissance de l’esprit esthétique et de la démocratie,
le concept de la Beauté épura la forme humaine, aéra l’architecture, en
l’éloignant du colossal et du faste, tout en établissant pour l’art des critères
conformes à la pensée. La technique se perfectionna, en découvrant le
marbre, tout en retournant à la simplicité, mais avec conscience. L’expression
fut soumise maintenant à la raison, et non aux dogmes des prêtres et du
souverain, comme en Orient. Et le souverain lui-même ne fut plus ce roi
divin suprême ; il devint le citoyen-roi.
Les artistes d’alors furent distingués par leur perfection technique et par
leur originalité ; ils respectaient, toutefois, cette esthétique dogmatique
soufflée par les philosophes. Pour atteindre cette vision révolutionnaire, la
création formait un tout avec la pensée, orientée par les règles esthétiques,
n’ayant comme fonction, ni à illustrer la gloire des souverains ni à exprimer
la crainte des dieux. Le but ultime de la création grecque était la recherche
de la vérité, comme la pensée philosophique elle-même.
Influencée au début par l’art crétois et par la culture orientale, la création
se formula dans l’étude des mythes et des épopées, guidée par la raison.
A travers la vision audacieuse de l’anti-mythe, où l’homme acquiert son
autonomie, en détenant le pouvoir de la création, de la pensée et de
l’action, l’art exprima alors sa liberté d’expression, mettant en valeur l’an-
thropomorphisme et le concept du dévoilement. Rien n’est plus interdit
pour la création : les dieux apparaissent en forme humaine, nus dans leurs
passions et leurs conflits, régissant pourtant le monde, dans un équilibre
conforme aux horizons des hommes. Leurs demeures sur terre, les temples,
ne sont ni compacts enfouis dans les montagnes, ni colossales, évoquant la
crainte, mais aérées et sobres, comme la conception démocratique qui les
44
générait, proportionnelles au regard, belles et harmonieuses, évoquant la
dignité et le respect.
Cette première révolution culturelle arrivée à son apogée, déclinera dans la
période hellénistique, une période tournée vers les guerres et les conquêtes.
L’empire romain, même en fondant la notion de la république, et en passant
à la conquête du monde méditerranéen et oriental, ne s’est intéressé à la
culture que pour glorifier ses cultes polythéistes et ses empereurs. Son
esthétique est pragmatique et impériale, ne mettant en valeur que l’aspect
utile de la culture hellénistique, tout en imposant Rome comme ville modèle
pour toutes ses colonies. L’art n’est plus libre, mais emprisonné dans son
carcan, appliquant les règles établies par les dogmes grecs, reproduisant les
formes grecques, tout en s’adonnant à une décoration et à un naturalisme
minutieux, ainsi qu’à des formes populaires qui annoncent le Moyen-âge. En
architecture, l’arc, hérité de l’Asie-Mineure, constitue l’élément fondamental
: voutes en berceau, voutes d’arêtes, coupoles.
Les temples grecs étaient construits avec des blocs de pierre ou de marbre,
si bien taillés qu’ils s’ajustaient sans qu’il fût besoin de ciment pour les lier.
Mais cela demandait tout un temps pour la construction. Pour permettre de
bâtir rapidement les édifices, les Romains inventèrent un matériau original,
le blocage, constitué de l’agglomération de pierres noyées dans un ciment
très dur. Il suffit d’établir des revêtements de brique entre lesquels on coule
le béton liquide.   
Le temple n’est plus le monument par excellence, comme au temps des
Grecs, mais fait partie de vastes ensembles, à la manière hellénistique.
Les arcs de triomphe, les trophées et les colonnes commémoratives sont
destinés à perpétuer le souvenir des exploits impériaux. Les forums, places
bordées de portiques où se dressent temples et basiliques, constituent le
centre des affaires et de la politique. Les aqueducs alimentent les fontaines
et les thermes. Les édifices consacrés au divertissement sont les cirques,
45
les théâtres en hémicycle et les amphithéâtres elliptiques où se déroulent
les combats des gladiateurs. L’art et le sport exprimaient pour les Grecs les
grandes valeurs du citoyen ; à Rome et dans ses colonies, ils entraient dans
l’idéologie impériale, se bornant au culte de l’empereur et au divertissement
de son public assoiffé de sang.
4- Le monde médiéval et la ferveur monothéiste
Après la chute de l’empire romain déchiqueté par les Barbares, Byzance
prend la relève de cet impérialisme, tout en devenant la protectrice du
christianisme en Orient, comme en Occident. Il est vrai que le monothéisme,
cette grande épuration de la religion qui va se préciser progressivement, est
né dans le monde antique, avec le judaïsme, mais il sera toujours marginalisé
et étouffé par les grandes civilisations. Pour cette raison, on doit dire que
toute l’Antiquité était marquée par le polythéisme et par le culte des dieux
mythiques, un culte qui a influencé toutes les cultures antiques, en Orient,
comme en Occident.
Le monothéisme trouve sa gloire et sa renommée avec l’Empire byzantin,
l’Empire islamique et les royautés de l’Europe occidentale après sa
formation. Tout le Moyen-âge est caractérisé par l’impact du culte du Dieu
omniprésent et unique, par la ferveur religieuse, que ce soit le christianisme
ou l’Islam, que ce soit le culte orthodoxe ou catholique, chiite, ou sunnite.
Seulement ce culte du Dieu unique n’a pu trouver son extension qu’en
devenant une religion d’Etat. Le christianisme est resté souterrain, souffrant
avec ses martyrs, durant quatre siècles, jusqu’à l’arrivée de l’empereur
Constantin qui l’a brandi en tant que religion officielle. Mais en glorifiant
aussi le souverain, considéré comme protecteur de la religion, envoyé de
dieu et son lieutenant, prince des croyantes. Les cultures nées dans le monde
médiéval sont ansi centrées sur la religion et le souverain, une vision issue
de l’antiquité orientale, mais plus épurées et évoluées selon les régions.

Contenu connexe

Tendances

Rome et son empire
Rome et son empireRome et son empire
Rome et son empireireari
 
Nos ancetres les carthaginois
Nos ancetres les carthaginoisNos ancetres les carthaginois
Nos ancetres les carthaginois
Tunisie collège
 
L'humanité sort-elle de la violence ?
L'humanité sort-elle de la violence ?L'humanité sort-elle de la violence ?
(Tapez bibliothèque identitaire) les heros identitaires europeens ( racisme a...
(Tapez bibliothèque identitaire) les heros identitaires europeens ( racisme a...(Tapez bibliothèque identitaire) les heros identitaires europeens ( racisme a...
(Tapez bibliothèque identitaire) les heros identitaires europeens ( racisme a...
freemens
 
Exposition esclavage dans le monde
Exposition esclavage dans le mondeExposition esclavage dans le monde
Exposition esclavage dans le mondecsham
 
Les Empires chrétiens du haut Moyen Age
Les Empires chrétiens du haut Moyen AgeLes Empires chrétiens du haut Moyen Age
Les Empires chrétiens du haut Moyen Agemlaugel
 
Le mythe du bon sauvage
Le mythe du bon sauvageLe mythe du bon sauvage
Le mythe du bon sauvage1eres2
 
Ciudades más antiguas del mundo
Ciudades más antiguas del mundoCiudades más antiguas del mundo
Ciudades más antiguas del mundo
Juan Ignacio B.
 

Tendances (8)

Rome et son empire
Rome et son empireRome et son empire
Rome et son empire
 
Nos ancetres les carthaginois
Nos ancetres les carthaginoisNos ancetres les carthaginois
Nos ancetres les carthaginois
 
L'humanité sort-elle de la violence ?
L'humanité sort-elle de la violence ?L'humanité sort-elle de la violence ?
L'humanité sort-elle de la violence ?
 
(Tapez bibliothèque identitaire) les heros identitaires europeens ( racisme a...
(Tapez bibliothèque identitaire) les heros identitaires europeens ( racisme a...(Tapez bibliothèque identitaire) les heros identitaires europeens ( racisme a...
(Tapez bibliothèque identitaire) les heros identitaires europeens ( racisme a...
 
Exposition esclavage dans le monde
Exposition esclavage dans le mondeExposition esclavage dans le monde
Exposition esclavage dans le monde
 
Les Empires chrétiens du haut Moyen Age
Les Empires chrétiens du haut Moyen AgeLes Empires chrétiens du haut Moyen Age
Les Empires chrétiens du haut Moyen Age
 
Le mythe du bon sauvage
Le mythe du bon sauvageLe mythe du bon sauvage
Le mythe du bon sauvage
 
Ciudades más antiguas del mundo
Ciudades más antiguas del mundoCiudades más antiguas del mundo
Ciudades más antiguas del mundo
 

Similaire à Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 3- Les civilisations maritimes- La Destinée de l'Art.

Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 1- Les bases de la culture- La Des...
Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 1- Les bases de la culture- La Des...Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 1- Les bases de la culture- La Des...
Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 1- Les bases de la culture- La Des...
Azzam Madkour
 
Sitographie "sauvage". Bac de français.
Sitographie "sauvage". Bac de français. Sitographie "sauvage". Bac de français.
Sitographie "sauvage". Bac de français.
guillemincolbert56
 
Le Monde Grec Erick
Le  Monde Grec ErickLe  Monde Grec Erick
Le Monde Grec Ericktribouleto
 
Querida Amazonia Cap 1+2 (Francais).pptx
Querida Amazonia Cap 1+2 (Francais).pptxQuerida Amazonia Cap 1+2 (Francais).pptx
Querida Amazonia Cap 1+2 (Francais).pptx
Martin M Flynn
 
Article créolisation urban culture
Article créolisation   urban cultureArticle créolisation   urban culture
Article créolisation urban cultureAude4159
 
01. Les origines du christianisme.pdf
01. Les origines du christianisme.pdf01. Les origines du christianisme.pdf
01. Les origines du christianisme.pdf
SAILLYLaurent
 
Avant propos- La Destinée de l'art
Avant propos- La Destinée de l'artAvant propos- La Destinée de l'art
Avant propos- La Destinée de l'art
Azzam Madkour
 
Le Sahel dans tout les sens par Cimper Nayra
Le Sahel dans tout les sens par Cimper NayraLe Sahel dans tout les sens par Cimper Nayra
Le Sahel dans tout les sens par Cimper Nayra
Patrice Piardon
 
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 1- Les bases de l'épuration au déb...
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 1- Les bases de l'épuration au déb...Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 1- Les bases de l'épuration au déb...
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 1- Les bases de l'épuration au déb...
Azzam Madkour
 
3 mesopotamiecuneiforme1
3 mesopotamiecuneiforme13 mesopotamiecuneiforme1
3 mesopotamiecuneiforme1Christian Lemay
 
01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdf
01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdf01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdf
01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdf
SAILLYLaurent
 
Présentation pour la Gréce.ppt.pptxefzerfzfzfzzz
Présentation pour  la  Gréce.ppt.pptxefzerfzfzfzzzPrésentation pour  la  Gréce.ppt.pptxefzerfzfzfzzz
Présentation pour la Gréce.ppt.pptxefzerfzfzfzzz
mnisikli30
 
Le syncretisme religieux au brésil
Le syncretisme religieux au brésilLe syncretisme religieux au brésil
Clavel
ClavelClavel
Critique littéraire sur les contes Konkomba: La genèse de toutes choses.doc
Critique littéraire sur les contes Konkomba: La genèse de toutes choses.docCritique littéraire sur les contes Konkomba: La genèse de toutes choses.doc
Critique littéraire sur les contes Konkomba: La genèse de toutes choses.doc
SimonMasinMbaKATA
 
Bernard lewis hist moy ori
Bernard lewis hist moy oriBernard lewis hist moy ori
Bernard lewis hist moy oriMohamed Hamdaoui
 
V) culture continuatrice de l'âge recent, production de concept philosophique...
V) culture continuatrice de l'âge recent, production de concept philosophique...V) culture continuatrice de l'âge recent, production de concept philosophique...
V) culture continuatrice de l'âge recent, production de concept philosophique...
CIRCONSCRIPTIONS DES AFFAIRES SCOLAIRES ET DE LA PETITE ENFANCE
 
Adorateurs du Diable
 Adorateurs du Diable Adorateurs du Diable
Adorateurs du Diable
RODRIGO ORION
 
2nde monde grec
2nde monde grec2nde monde grec
2nde monde grec
NadineHG
 

Similaire à Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 3- Les civilisations maritimes- La Destinée de l'Art. (20)

Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 1- Les bases de la culture- La Des...
Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 1- Les bases de la culture- La Des...Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 1- Les bases de la culture- La Des...
Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 1- Les bases de la culture- La Des...
 
Sitographie "sauvage". Bac de français.
Sitographie "sauvage". Bac de français. Sitographie "sauvage". Bac de français.
Sitographie "sauvage". Bac de français.
 
Le Monde Grec Erick
Le  Monde Grec ErickLe  Monde Grec Erick
Le Monde Grec Erick
 
Civilisation celte
Civilisation celteCivilisation celte
Civilisation celte
 
Querida Amazonia Cap 1+2 (Francais).pptx
Querida Amazonia Cap 1+2 (Francais).pptxQuerida Amazonia Cap 1+2 (Francais).pptx
Querida Amazonia Cap 1+2 (Francais).pptx
 
Article créolisation urban culture
Article créolisation   urban cultureArticle créolisation   urban culture
Article créolisation urban culture
 
01. Les origines du christianisme.pdf
01. Les origines du christianisme.pdf01. Les origines du christianisme.pdf
01. Les origines du christianisme.pdf
 
Avant propos- La Destinée de l'art
Avant propos- La Destinée de l'artAvant propos- La Destinée de l'art
Avant propos- La Destinée de l'art
 
Le Sahel dans tout les sens par Cimper Nayra
Le Sahel dans tout les sens par Cimper NayraLe Sahel dans tout les sens par Cimper Nayra
Le Sahel dans tout les sens par Cimper Nayra
 
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 1- Les bases de l'épuration au déb...
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 1- Les bases de l'épuration au déb...Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 1- Les bases de l'épuration au déb...
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 1- Les bases de l'épuration au déb...
 
3 mesopotamiecuneiforme1
3 mesopotamiecuneiforme13 mesopotamiecuneiforme1
3 mesopotamiecuneiforme1
 
01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdf
01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdf01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdf
01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdf
 
Présentation pour la Gréce.ppt.pptxefzerfzfzfzzz
Présentation pour  la  Gréce.ppt.pptxefzerfzfzfzzzPrésentation pour  la  Gréce.ppt.pptxefzerfzfzfzzz
Présentation pour la Gréce.ppt.pptxefzerfzfzfzzz
 
Le syncretisme religieux au brésil
Le syncretisme religieux au brésilLe syncretisme religieux au brésil
Le syncretisme religieux au brésil
 
Clavel
ClavelClavel
Clavel
 
Critique littéraire sur les contes Konkomba: La genèse de toutes choses.doc
Critique littéraire sur les contes Konkomba: La genèse de toutes choses.docCritique littéraire sur les contes Konkomba: La genèse de toutes choses.doc
Critique littéraire sur les contes Konkomba: La genèse de toutes choses.doc
 
Bernard lewis hist moy ori
Bernard lewis hist moy oriBernard lewis hist moy ori
Bernard lewis hist moy ori
 
V) culture continuatrice de l'âge recent, production de concept philosophique...
V) culture continuatrice de l'âge recent, production de concept philosophique...V) culture continuatrice de l'âge recent, production de concept philosophique...
V) culture continuatrice de l'âge recent, production de concept philosophique...
 
Adorateurs du Diable
 Adorateurs du Diable Adorateurs du Diable
Adorateurs du Diable
 
2nde monde grec
2nde monde grec2nde monde grec
2nde monde grec
 

Plus de Azzam Madkour

Art et Environnement- Conclusion
Art et Environnement- ConclusionArt et Environnement- Conclusion
Art et Environnement- Conclusion
Azzam Madkour
 
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégration
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégrationChapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégration
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégration
Azzam Madkour
 
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestataires
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestatairesChapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestataires
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestataires
Azzam Madkour
 
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- III
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- IIIChapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- III
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- III
Azzam Madkour
 
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- II
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- IIChapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- II
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- II
Azzam Madkour
 
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopieChapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie
Azzam Madkour
 
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 2- Un art au service de l'industrie
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 2- Un art au service de l'industrieChapitre V- Vers une réalisation de l'art- 2- Un art au service de l'industrie
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 2- Un art au service de l'industrie
Azzam Madkour
 
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 1-Le malaise de la société industr...
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 1-Le malaise de la société industr...Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 1-Le malaise de la société industr...
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 1-Le malaise de la société industr...
Azzam Madkour
 
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2
Azzam Madkour
 
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaireChapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire
Azzam Madkour
 
Chapitre IV: Un art en délire- 2- La libération totale de l'imaginaire
Chapitre IV: Un art en délire- 2- La libération totale de l'imaginaireChapitre IV: Un art en délire- 2- La libération totale de l'imaginaire
Chapitre IV: Un art en délire- 2- La libération totale de l'imaginaire
Azzam Madkour
 
Chapitre IV: Un art en délire- 1- Vers la négation de l'art
Chapitre IV: Un art en délire- 1- Vers la négation de l'artChapitre IV: Un art en délire- 1- Vers la négation de l'art
Chapitre IV: Un art en délire- 1- Vers la négation de l'art
Azzam Madkour
 
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...
Azzam Madkour
 
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 2- Le baroque et le classicisme/ 3-...
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 2- Le baroque et le classicisme/ 3-...Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 2- Le baroque et le classicisme/ 3-...
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 2- Le baroque et le classicisme/ 3-...
Azzam Madkour
 
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 1- La soif de la Renaissance
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 1- La soif de la RenaissanceChapitre II: Vers une autonomie de l'art- 1- La soif de la Renaissance
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 1- La soif de la Renaissance
Azzam Madkour
 

Plus de Azzam Madkour (15)

Art et Environnement- Conclusion
Art et Environnement- ConclusionArt et Environnement- Conclusion
Art et Environnement- Conclusion
 
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégration
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégrationChapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégration
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégration
 
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestataires
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestatairesChapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestataires
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestataires
 
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- III
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- IIIChapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- III
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- III
 
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- II
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- IIChapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- II
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- II
 
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopieChapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie
 
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 2- Un art au service de l'industrie
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 2- Un art au service de l'industrieChapitre V- Vers une réalisation de l'art- 2- Un art au service de l'industrie
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 2- Un art au service de l'industrie
 
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 1-Le malaise de la société industr...
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 1-Le malaise de la société industr...Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 1-Le malaise de la société industr...
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 1-Le malaise de la société industr...
 
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2
 
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaireChapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire
 
Chapitre IV: Un art en délire- 2- La libération totale de l'imaginaire
Chapitre IV: Un art en délire- 2- La libération totale de l'imaginaireChapitre IV: Un art en délire- 2- La libération totale de l'imaginaire
Chapitre IV: Un art en délire- 2- La libération totale de l'imaginaire
 
Chapitre IV: Un art en délire- 1- Vers la négation de l'art
Chapitre IV: Un art en délire- 1- Vers la négation de l'artChapitre IV: Un art en délire- 1- Vers la négation de l'art
Chapitre IV: Un art en délire- 1- Vers la négation de l'art
 
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...
 
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 2- Le baroque et le classicisme/ 3-...
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 2- Le baroque et le classicisme/ 3-...Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 2- Le baroque et le classicisme/ 3-...
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 2- Le baroque et le classicisme/ 3-...
 
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 1- La soif de la Renaissance
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 1- La soif de la RenaissanceChapitre II: Vers une autonomie de l'art- 1- La soif de la Renaissance
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 1- La soif de la Renaissance
 

Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 3- Les civilisations maritimes- La Destinée de l'Art.

  • 1. Modifiez le style du titre 1 “ 3- Les civilisations maritimes CHAPITRE I Vers une évolution culturelle
  • 2. 35 ensemble ou se confrontant encore, pour s’assimiler dans des arts épanouis, mais durement soumis au prêtre et au souverain. Comme la vie reste la préoccupation majeure de tout art, de toute culture et de toute civilisation, plusieurs peuples vont adopter son culte, héritant de la Mésopotamie ses mythes, sa conception du monde, son désir d’éternité et son art mouvant, comme la Perse. Mais d’autres peuples, dans leur conception tourmentée, même ayant des échanges culturels et commerciaux avec la Mésopotamie, se sont arrivés à mêler les deux cultes, celui de la vie et celui de la mort, dans des mythes fantastiques, introduisant dans leurs religions multiples, non seulement les mythes cycliques, mais aussi la réincarnation, le culte de la vie intérieure et de l’illumination, comme en Inde. Ainsi, le mouvant, comme concept, débuté par l’expression, va s’articuler autour du senti, c’est-à-dire l’expression des sensations, des passions, des instincts, des phantasmes et des sentiments, tandis que le statique, débuté par la raison, va s’articuler autour du pensé, c’est-à-dire la conception logique, la méthode et l’application rigoureuse des canons et des règles. Mais, comme le mouvant peut mener, dans son extension, au spirituel ou à la folie des orgies et des passions, le statique peut mener à la sagesse, dans sa quête de la vérité, ou au contraire, à la résignation totale, à la soumission amorphe et à la mort de la création, à force de se résigner aux règles. 3- Les civilisations maritimes : Le sentiment religieux exprimé dans la Préhistoire par la soumission de l’homme aux forces de la nature, voit son épuration progressive dans le polythéisme antique, puis dans le monothéisme. Les forces polythéistes, constituées d’animaux et d’astres distincts, trouvent leur valorisation dans des figures typiques qui les expriment, selon la mentalité et les horizons
  • 3. 36 de chaque civilisation. Ces divinités se distinguent maintenant par un panthéon, par des noms et des attributs, par des mythes et des légendes, qu’on transmet de génération en génération. L’originalité et la richesse d’une culture dépend de celles des mythes répandus, et ce sont ces mythes concrétisés dans l’art de la forme et révélés dans leur foisonnement, dans l’épopée, les récits et les poèmes épiques, qui constituent les éléments essentiels de l’imaginaire chez un peuple dans une civilisation donnée. Toutefois, la vision et la culture de chaque civilisation peuvent être saisies et analysées, à travers les divinités qu’elle sacre et vénère, à travers la conception du monde qu’elle définit dans ses épopées, ses poèmes épiques et ses monuments architecturaux, ainsi qu’à travers son milieu géographique qui prédomine par son influence sur le mode de vie de cette civilisation, sur ses activités et ses horizons. Les civilisations agraires sont fondées au bord des fleuves; leur naissance et leur développement sont dus à ces fleuves qui les ont nourries et qui ont prédominé dans leurs mythes. La mer leur sert dans la navigation et les échanges, certes, mais elle n’est pas aussi importante que la terre ferme, avec ses champs de labour et ses pâturages. Souvent même, elle reste mystérieuse, un lieu des ténèbres et d’incertitude, provoquant l’angoisse. Les civilisations maritimes, malgré parfois les champs qu’elles cultivent, sont préoccupées inlassablement par la pèche dans les hautes mers et la navigation téméraire à la recherche de nouvelles terres. La navigation, clef des échanges commerciaux et culturels, ouvre à ces civilisations des horizons méconnus. Ces civilisations sont fondées, le plus souvent, par les peuples de la mer, dont la destinée, l’existence et l’identité sont attachées à cet élément liquide, qui prédomine dans leurs mythes, façonne leur mentalité et leur imaginaire.
  • 4. 37 Pour l’étude de l’Antiquité, nous pourrons comparer entre les peuples de l’Orient, dont une partie importante est rassemblée dans le Croissant fertile et en Extrême-Orient, et les peuples d’Occident, illustrés par la Grèce et Rome. Effectivement, une grande différence les sépare, que ce soit dans la vision, le mode de vie propre à chaque civilisation, et l’esthétique. L’agriculture a orienté les peuples d’Orient vers un système agraire, débuté par la sédentarisation et l’élevage, dans de vastes plaines, des plateaux, ou au bord des fleuves. Leur conception du monde se rapporte à cette nature dont ils font partie, une nature fertile et abondante durant une saison de l’année, stérile et sèche durant l’autre, ainsi vont naître des conceptions se rapportant à ce système, comme le cycle, la hiérarchie, l’alternance, etc. A la nature, à la terre mère, première divinité créée, on conçoit son parèdre, le ciel-père, qui devient le plus important du dieux, puisqu’il est le producteur, le concepteur des hommes; et même parfois, leur destructeur. Les mythes foisonnent, créés par les hommes; concevoir le monde agraire, avec ses divinités et ses génies, ses labours et ses semailles, ses fêtes et ses tabous, organiser les activités saisonnières, tout en exprimant les rêves communs, dans des chants, des récits et des danses populaires, tout cela entre dans la mentalité agraire. Des panthéons sont conçus, vagues et ambigus au début, centrés sur le roi, fils ou envoyé des dieux, sur les rois légendaires, sur les conflits entre les divinités qui légitiment les guerres entre les souveraines, et sur les mythes agraires. Les peuples agraires, à force d’être sédentaires, d’attendre patiemment la récolte et la moisson, ne cessant d’offrir des offrandes et des sacrifices à leurs divinités, se sont voués à la résignation religieuse, à la fatalité ; en même temps, ils se sont habitués à se soumettre totalement à leur roi, un roi divin qui représente pour eux la paix, la bonne récolte et la prospérité de leur pays, ainsi que leur protecteur contre toute incursion, un roi devant lequel ils sont dissouts en une grande communauté. Le culte du roi, envoyé du ciel,
  • 5. 38 autour duquel le monde tourne, reste permanent chez les peuples agraires de l’Orient, durant le Moyen-âge, et même dans les temps modernes, renforcé par les messages religieux et l’hiérarchie entre les classes sociales. Ainsi, l’art était dévié de sa voie, dès la fondation de la civilisation, courbant l’échine dès sa formation dans la Mésopotamie et l’Inde. Au lieu d’être autonome, engendrant un équilibre adéquat entre la religion et la science, il devenait, après sa liberté instinctive et sa spontanéité primitive, sous l’oppression des prêtres et des souverains, un esclave des dogmes, créant des images mythiques fabuleuses, narrant les exploits des monarques et décrivant, avec une précision de plus en plus perfectionnée, la vie quotidienne du peuple des fonctionnaires, des guerriers et des serviteurs. Soumis généralement aux dogmes, les peuples agraires sont en même temps attachés à leur territoire, qu’ils défendent par de puissantes murailles, toujours rassemblés contre l’attaque des nomades et des pillards, farouchement résistants aux invasions. La légende d’Atlas illustre cette résistance, responsable de l’équilibre du monde qu’il soulève sur ses larges épaules, et farouche guerrier terrassant tout intrus, il n’a qu’un point faible, dès qu’il est soulevé du sol, perdant contact avec ses racines identitaires, il s’affaiblit, c’est ainsi que l’envahisseur Hercule, après tout un combat sauvage où il sort vaincu, découvre le point faible, soulève d’un coup Atlas qui subit sa défaite sur le champ. Toutefois, ces peuples sédentaires, outre l’édification des grands monuments, se sont penchés vers la décoration et le raffinement des arts mineurs, dans leur préciosité, surtout en Perse et en Extrême-Orient. Ils se sont penchés aussi sur la méditation, tout en observant la nature et les astres, d’où la naissance et le développement de la géométrie, de l’astronomie et de l’astrologie, et surtout de l’esthétique de la parole formulée par les peuples nomades qui se sont intégrés dans les sociétés
  • 6. 39 urbaines, une esthétique exprimée dans l’épopée et la poésie épique, une esthétique élaborée surtout par les prêtres et les scribes. Depuis l’aube de l’histoire, les terres du Croissant fertile et de l’Indus ont été pénétrées par des migrations et des invasions des peuples nomades, ainsi que par les échanges commerciaux et culturels, aboutissant à l’enri- chissement des mythes polythéistes et à la grande diversité de la culture orientale. Les influences réciproques, engendrées par la culture agraire et la culture nomade, ont imprégné les cultures et les civilisations de l’Orient par des cultes centrés sur les concepts de la vie et de la mort, de l’idéalisation et de la ressemblance, sur la hiérarchie des dieux et des hommes, ainsi que par des formes d’art qui expriment ces concepts. La côte asiatique de la Méditerranée bénéficie d’une situation de carrefour entre l’Orient et l’Occident, étant une zone de transit qui abritait des petits royaumes aux peuples bigarrés et aux civilisations disparates. Le port de Byblos entretenait avec les pays voisins et l’Egypte notamment des relations privilégiées. Plus au nord, le royaume d’Ugarit était lui aussi florissant. Sa richesse tenait sa localisation à la jonction des routes terrestres et maritimes, entre le monde égéen et l’Orient. Par la position stratégique de ce royaume marchand, la relation entre deux peuples antagoniques, celui de l’Orient et celui de l’Occident, va être scellée pour la première fois. La population d’Ugarit était cosmopolite, avec son commerce et ses relations diplomatiques internationaux. Mis à jour par des fouilles, des milliers de documents épigraphiques révèlent l’usage de huit langues et de cinq systèmes d’écriture cohabitant dans le port de Minet El-Beida, à Ugarit, dans l’actuelle ville de Ras-Shamra en Syrie. Dans ce contexte polyglote, et dans une purification systématique, un alphabet cunéiforme fut élaboré, ancêtre de celui que les Phéniciens transmettront au monde. Il servait à écrire en langue locale des textes administratifs, des lettres, des légendes et des récits mythologiques.
  • 7. 40 Ainsi, l’alphabet est une invention des peuples marchands, vivant du commerce maritime avec les pays riverains de la Méditerranée, soucieux de communiquer rapidement avec tous leurs clients, grâce à une écriture facile à comprendre et à apprendre. Le phénicien est une langue sémitique, comme l’arabe et l’hébreu, dont l’écriture ne note pas les voyelles. Le papyrus, léger et facile à transporter, fut le support privilégié de cet alphabet. Vers 900 av.J.C, les Grecs l’adoptèrent à leur langue, tout en inventant les voyelles. Ils transmettront leur système d’écriture aux Romains, par l’inter- médiaire des Etrusques, puis plus tard, au monde occidental. La vision gréco-romaine : Le même rôle joué par les Phéniciens va être entamé par les Crétois. La Crète était aussi une plaque tournante, reliant par les échanges commerciaux, l’Occident et l’Orient. Avec elle, se développa le système maritime, comportant une vision, une esthétique et des conceptions très différentes de celles du système agraire, un système qui sera encore plus développé par les Grées, puis par les Romains, avant d’être transmis à tout l’Occident. Les peuples maritimes sont orientés vers les voyages et l’aventure, à la recherche d’autres terres maritimes où s’expatrier ou à coloniser. Ce sont des pécheurs, mais poussés à la navigation et au commerce, ils aiment découvrir des comptoirs de transit, des cultures différentes à la leur, des formes d’art et des objets nouveaux qu’ils puissent troquer avec d’autres; ils s’influencent parfois ou s’inspirent de ces objets, à force de les rencontrer partout dans leur commerce. La céramique crétoise et l’art oriental vont influencer, ainsi, au début l’art grec. Les peuples de la mer, agissant en hommes d’aventure, sont jaloux de leur autonomie, ne peuvent que péniblement se soumettre à un souverain absolu; ils préfèrent se constituer en cités-Etats, comme en Grèce, que d’être dissouts dans un empire, anonymes en tant que citoyens ou des colonisés.
  • 8. 41 Ces peuples sont fiers de leur liberté d’expression et d’action, comme les peuples nomades, aimant se raconter les récits héroïques, peuplés de créatures marines. Ils désirent aussi communiquer avec les autres peuples qu’ils rencontrent dans leur commerce, d’où le dialogue qui prédomine dans leur culture littéraire, à travers le théâtre et la philosophie, que les Grecs ont inventés, tendant vers la dialectique, un dialogue qui prédomine aussi dans leurs relations humaines. Seulement, ces relations sont formées, depuis le début, sur l’expression « moi et les autres ». C’est ainsi que les Grecs se sont considérés en tant que citoyens, appartenant à une terre commune, ayant le même ancêtre et parlant la même langue, tandis que les étrangers ne sont que des Barbares. Les Romains reprendront ce type de relation avec le monde, se considérant avec les Grecs en tant que citoyens libres, taxant tous les autres peuples de Barbares. Ces peuples de la mer, dans ces relations inégalées, sont disponibles à la guerre et à la conquête, rivalisant en cela l’envahisseur perse. En général, tandis que les peuples agraires se sont acharnés à défendre leurs territoires contre les intrus, tout en tendant leurs bras à la conquête d’autres terres, les peuples de la mer, toujours en mouvement, sont nés pour l’invasion. La première épopée grecque met en scène la conquête de la cité légendaire de Troie, tout en cherchant des prétextes pour légitimer cette guerre sanglante. Tandis que la Grèce a conquis la Crète et les côtes de l’Asie- Mineure, Alexandre mène ses armées, comme un ouragan, pour la conquête du monde civilisé, sans raison préconçue sauf celle de la conquête, suivi de l’Empire romain. Et tout le premier millénaire après J.C, le monde européen médiéval sera tourmenté par les invasions barbares. Cependant, ces peuples maritimes, penchés sur l’autonomie, l’égalité et le dialogue, ont créé la notion de la démocratie, puis celle de la république, qui resteront, malgré leur précarité, gravées dans l’esprit occidental.
  • 9. 42 Ces changements dynamiques ont été perçus, tout d’abord, dans les mythes de ces peuples ; après le chaos naît la Terre et le Ciel qui, en s’unissant, engendrent des monstres démesurés, et parmi eux, le Temps, Cronos, et Rhéa. Tout en détrônant son père, Cronos a voulu garder le pouvoir immortel pour lui seul ; il dévore ainsi sa progéniture. A son tour l’un de ses fils, Zeus, échappant à cette voracité grâce à sa mère, détrône son père, avec l’aide de ses frères, voulant acquérir l’immortalité et le pouvoir suprême, au détriment du Temps. Les mythes cycliques, les conflits entre les dieux et les mythes des héros ont été récupérés, mais avec plus de logique et de raisonnement, auxquels d’autres mythes locaux ont été ajoutés ; et toute cette mythologie exprime une vision du monde conçue par ce peuple maritime, les Grecs. A elles seules, l’Iliade et l’Odyssée résument cette vision qui valorise la conquête et les aventures maritimes. Tous ces mythes ont été concrétisés avec une grande épuration, tout en passant de la schématisation à la stylisation, puis au naturalisme, à travers la céramique et la sculpture. L’art grec est religieux, certes, comme tous les arts antiques, mais il se distingue par son détachement de la zoomorphie, illustré par la destruction du sphinx, gardien des mythes, dans l’une de ses légendes, et par sa tendance progressive vers un style tout à fait anthropomorphe ; suivant la fameuse citation de Protagoras, « l’homme est la mesure de toute chose », toute une révolution conceptuelle et visuelle se fonde, mettant en valeur l’homme en tant que forme parfaite digne d’être représentée dans sa nudité et ses mouvements harmonieux. Cette révolution n’est plus dominée par les mythes, mais s’inspire de leur ambiance, de leurs récits, de leurs divinités et de leurs personnages héroïques pour élaborer toute une vision théorique fondée sur l’anti-mythe, toute une philosophie rayonnante fondée sur la pensée, et toute une esthétique formelle fondée sur la ressemblance et l’idéalisation.
  • 10. 43 En Grèce, avec la naissance de l’esprit esthétique et de la démocratie, le concept de la Beauté épura la forme humaine, aéra l’architecture, en l’éloignant du colossal et du faste, tout en établissant pour l’art des critères conformes à la pensée. La technique se perfectionna, en découvrant le marbre, tout en retournant à la simplicité, mais avec conscience. L’expression fut soumise maintenant à la raison, et non aux dogmes des prêtres et du souverain, comme en Orient. Et le souverain lui-même ne fut plus ce roi divin suprême ; il devint le citoyen-roi. Les artistes d’alors furent distingués par leur perfection technique et par leur originalité ; ils respectaient, toutefois, cette esthétique dogmatique soufflée par les philosophes. Pour atteindre cette vision révolutionnaire, la création formait un tout avec la pensée, orientée par les règles esthétiques, n’ayant comme fonction, ni à illustrer la gloire des souverains ni à exprimer la crainte des dieux. Le but ultime de la création grecque était la recherche de la vérité, comme la pensée philosophique elle-même. Influencée au début par l’art crétois et par la culture orientale, la création se formula dans l’étude des mythes et des épopées, guidée par la raison. A travers la vision audacieuse de l’anti-mythe, où l’homme acquiert son autonomie, en détenant le pouvoir de la création, de la pensée et de l’action, l’art exprima alors sa liberté d’expression, mettant en valeur l’an- thropomorphisme et le concept du dévoilement. Rien n’est plus interdit pour la création : les dieux apparaissent en forme humaine, nus dans leurs passions et leurs conflits, régissant pourtant le monde, dans un équilibre conforme aux horizons des hommes. Leurs demeures sur terre, les temples, ne sont ni compacts enfouis dans les montagnes, ni colossales, évoquant la crainte, mais aérées et sobres, comme la conception démocratique qui les
  • 11. 44 générait, proportionnelles au regard, belles et harmonieuses, évoquant la dignité et le respect. Cette première révolution culturelle arrivée à son apogée, déclinera dans la période hellénistique, une période tournée vers les guerres et les conquêtes. L’empire romain, même en fondant la notion de la république, et en passant à la conquête du monde méditerranéen et oriental, ne s’est intéressé à la culture que pour glorifier ses cultes polythéistes et ses empereurs. Son esthétique est pragmatique et impériale, ne mettant en valeur que l’aspect utile de la culture hellénistique, tout en imposant Rome comme ville modèle pour toutes ses colonies. L’art n’est plus libre, mais emprisonné dans son carcan, appliquant les règles établies par les dogmes grecs, reproduisant les formes grecques, tout en s’adonnant à une décoration et à un naturalisme minutieux, ainsi qu’à des formes populaires qui annoncent le Moyen-âge. En architecture, l’arc, hérité de l’Asie-Mineure, constitue l’élément fondamental : voutes en berceau, voutes d’arêtes, coupoles. Les temples grecs étaient construits avec des blocs de pierre ou de marbre, si bien taillés qu’ils s’ajustaient sans qu’il fût besoin de ciment pour les lier. Mais cela demandait tout un temps pour la construction. Pour permettre de bâtir rapidement les édifices, les Romains inventèrent un matériau original, le blocage, constitué de l’agglomération de pierres noyées dans un ciment très dur. Il suffit d’établir des revêtements de brique entre lesquels on coule le béton liquide. Le temple n’est plus le monument par excellence, comme au temps des Grecs, mais fait partie de vastes ensembles, à la manière hellénistique. Les arcs de triomphe, les trophées et les colonnes commémoratives sont destinés à perpétuer le souvenir des exploits impériaux. Les forums, places bordées de portiques où se dressent temples et basiliques, constituent le centre des affaires et de la politique. Les aqueducs alimentent les fontaines et les thermes. Les édifices consacrés au divertissement sont les cirques,
  • 12. 45 les théâtres en hémicycle et les amphithéâtres elliptiques où se déroulent les combats des gladiateurs. L’art et le sport exprimaient pour les Grecs les grandes valeurs du citoyen ; à Rome et dans ses colonies, ils entraient dans l’idéologie impériale, se bornant au culte de l’empereur et au divertissement de son public assoiffé de sang. 4- Le monde médiéval et la ferveur monothéiste Après la chute de l’empire romain déchiqueté par les Barbares, Byzance prend la relève de cet impérialisme, tout en devenant la protectrice du christianisme en Orient, comme en Occident. Il est vrai que le monothéisme, cette grande épuration de la religion qui va se préciser progressivement, est né dans le monde antique, avec le judaïsme, mais il sera toujours marginalisé et étouffé par les grandes civilisations. Pour cette raison, on doit dire que toute l’Antiquité était marquée par le polythéisme et par le culte des dieux mythiques, un culte qui a influencé toutes les cultures antiques, en Orient, comme en Occident. Le monothéisme trouve sa gloire et sa renommée avec l’Empire byzantin, l’Empire islamique et les royautés de l’Europe occidentale après sa formation. Tout le Moyen-âge est caractérisé par l’impact du culte du Dieu omniprésent et unique, par la ferveur religieuse, que ce soit le christianisme ou l’Islam, que ce soit le culte orthodoxe ou catholique, chiite, ou sunnite. Seulement ce culte du Dieu unique n’a pu trouver son extension qu’en devenant une religion d’Etat. Le christianisme est resté souterrain, souffrant avec ses martyrs, durant quatre siècles, jusqu’à l’arrivée de l’empereur Constantin qui l’a brandi en tant que religion officielle. Mais en glorifiant aussi le souverain, considéré comme protecteur de la religion, envoyé de dieu et son lieutenant, prince des croyantes. Les cultures nées dans le monde médiéval sont ansi centrées sur la religion et le souverain, une vision issue de l’antiquité orientale, mais plus épurées et évoluées selon les régions.