SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  170
M1 ECONOMIE
Université d’Antananarivo
Analyse financière
Comptabilité
Un système d'organisation de l'information
financière de l’entreprise, elle permet
 de saisir, classer, enregistrer des données de
base chiffrées et,
 de présenter des états (bilan et compte de
résultat) reflétant une image fidèle du
patrimoine, de la situation financière et du
résultat à la date de clôture.
Comptabilité générale
Pour analyser les équilibres financiers de
l’entreprise et appréhender le futur, la
comptabilité générale est insuffisante, d’où le
besoin :
d’outils d’analyse financière pour apprécier les
équilibres financiers actuels, et
 d’outils spécifiques permettant de se projeter
dans l’avenir, en calculant la rentabilité future
des investissements.
Analyse financière:
définition
L’analyse financière est une
démarche, qui s’appuie sur l’examen
critique de l’information financière
d’une entreprise afin d’apprécier sa
performance et sa solidité.
Analyse financière: définition
L'analyse financière est un ensemble
de techniques qui permet de
synthétiser et d’analyser d’un point de
vue économique et financier les
documents comptables (bilan ou
compte de résultat) d’une société.
Elle consiste à étudier une entreprise
sur le plan financier en s’appuyant sur
ses documents comptables et sur des
Approches de l’analyse financière
Approche patrimoniale
L'analyse financière est basée sur une approche
patrimoniale. Elle repose sur l’étude de la solvabilité,
c’est-à-dire sa capacité à couvrir ses dettes exigibles
à l’aide de ses actifs liquides. L’approche
patrimoniale consiste à diagnostiquer le risque
d’illiquidité et d’insolvabilité de l’entreprise.
On distingue essentiellement deux approches :
 Approche patrimoniale ;
 Approche fonctionnelle.
Notion de patrimoine
Le patrimoine correspond à la valeur à un instant T de ce qui resterait à
la société, si on prélevait le montant nécessaire pour rembourser ce
qu’elle doit (ses dettes) sur le montant de ce qu’elle possède (ses biens)
et sur le montant de ce qui est dû à la société (ses créances)
Pour une Société: Patrimoine = Biens + Créances –
Dettes
Les outils ou documents nécessaires à
l’analyse financière
Deux documents comptables sont essentiels à
l’analyse financière :
 le bilan et
 le tableau de compte de résultat.
L'analyse doit porter sur les comptes de deux ou trois
derniers exercices.
Le bilan
Le bilan est un tableau relevant en signe monétaire la
valeur du patrimoine d'une entreprise ainsi que ses
créances en un moment donné. Le bilan est formé de
Le bilan
 L’étude du bilan de l’entreprise permet de mieux
comprendre la structure financière de l'entreprise et
son financement.
 Le bilan est établi au moins une fois par an à la fin de
l’exercice comptable et exprime une photographie de
l’entreprise à une date donnée.
 Le bilan est constitué de deux parties : l’actif et le
passif.
Le bilan
Actif
=
Ce que
l’entreprise
possède
Passif
=
Ce que
l’entreprise
doit (dettes)
+
Capitaux
Schéma type du bilan
Actif (Utilisation des fonds) Passif (Origine des fonds)
Actif Immobilisé : Capitaux propres :
Immobilisations corporelles Capital
Immobilisations incorporelles Réserves
Immobilisations financières
Actif Circulant : Dettes :
Stocks Emprunts (à plus d'un an)
Crédits Clients Dettes bancaires (à moins d'un an)
Disponibilités Dettes fournisseurs
Dettes fiscales et sociales
TOTAL ACTIF TOTAL PASSIF
L’actif
Partie gauche du bilan désigné par l'actif reprenant les
postes du bilan qui représentent les biens et les avoirs
(patrimoine) de l'entreprise.
P
A
S
S
I
F
ACTIF
IMMOBILISE
L’actif immobilisé regroupe
les biens destinés à servir de
façon durable à l’activité
de l’entreprise : bâtiment,
matériel, mobilier, etc …..
ACTIF
CIRCULANT
L’actif circulant comprend
les biens destinés à changer
de nature au cours de
l’activité de l’entreprise :
stocks, créances clients,
trésorerie, etc …
L’actif immobilisé
Cette rubrique comprend l’ensemble des biens destinés à
servir de façon durable à l’activité de l’entreprise. Il en existe
trois types :
Les immobilisations incorporelles : Il s’agit, par exemple, de
brevets, logiciels, fonds de commerce, frais d’établissement,
du droit au bail, de frais de recherche et de développement ;
Les immobilisations corporelles : Il peut s’agir de matériel
industriel, de matériel de transport, de mobilier, de matériel
informatique, d’un terrain, d’un bâtiment ;
Les immobilisations financières : il s’agit de titres de
(permettant d’exercer une influence sur une société ou de la
contrôler), de prêt accordés, de versement de dépôt de
L’actif immobilisé
P
A
S
S
I
F
incorporelles
Ce sont des biens sans
substance physique : fonds
commercial, logiciels, etc …
ACTIF
CIRCULANT
corporelles
financières
Ce sont des biens avec une
substance physique : terrains,
bâtiments, matériel, mobilier,
véhicules, etc …
Actifs monétaires destinés à
être conservés durablement :
dépôt de garantie, etc …
I
M
M
O
B
I
L
I
S
A
T
I
O
N
S
L’actif circulant
2)- L’actif circulant
L’actif circulant du bilan comptable est composé de 5
rubriques :
 stocks et les en-cours : ce sont l’ensemble des
biens et services intervenant dans le cycle
d’exploitation de l’entreprise pour être vendus ou
consommés dans le processus de production ;
 Les avances et acomptes versés sur
commandes : lorsque des clients passent une
commande auprès de l’entité (ou concluent un
contrat), celle-ci peut demander le versement d’une
avance ou d’un acompte à titre d’avance ;
L’actif circulant
Les créances : il s’agit de créances que l’entité
détient envers des tiers (par exemple, des clients, le
trésor public, les organismes sociaux) ;
Les valeurs mobilières de placement : couramment
appelés VMP, ce sont des titres acquis en vue de
réaliser un gain à court terme (achat en vue de la
revente). Ils ne seront pas conservés durablement
par l’entité ;
Les disponibilités : cette catégorie englobe
l’ensemble des sommes figurant en caisse et des
soldes positifs des comptes bancaires ;
L’actif circulant
P
A
S
S
I
F
Stocks de marchandises, de
matières premières, etc …
STOCKS
Sommes dues par les clients,
l’Etat, les organismes sociaux,
etc …
Comptes bancaires positifs et
argent liquide en caisse.
ACTIF
IMMOBILISE
CREANCES
TRESORERIE
Le passif
Le passif ou la partie droite du bilan, composé des
ressources disponibles pour financer les actifs. Ces ressources
sont composées des fonds propres et des dettes à longs
termes ainsi que d’exigibles à court terme qui sont des dettes
de l'entreprise envers l'extérieur remboursables à moins d'une
année.
Les capitaux propres :
Ils sont constitués par :
 Le capital social: désigne toutes les ressources en
numéraire et en nature définitivement apportées à une
société anonyme par ses actionnaires au moment de sa
création (ou d'une augmentation de capital).
Les réserves:
 La réserve légale est obligatoire par la loi. Elle est imputée
Les capitaux propres
 La réserve statutaire est fixée dans les statuts de
la société.
 La réserve facultative n’est pas obligatoire. La
décision d’affecter du bénéfice en réserve
facultative se prend lors d’une assemblée
générale ordinaire entre les actionnaires.
Le report à nouveau (bénéfices antérieurs non
distribués et non mis en réserve).
Les subventions d’Etat: ce sont les aides
financières apportés par l’état sur certains secteurs
d’activité et qui portent sur des investissements
lourds.
Le résultat de l'exercice qui se forme grâce au total
Les dettes
Les dettes
 Les dettes moyen et long terme: concernent les emprunts
bancaires, les emprunts obligataires, le compte courant des associés
et autres emprunt à plus d’un an.
 Les dettes court terme: nous retrouvons dans cette
rubriques:
Les dettes fournisseurs: Ce sont les achats auprès des
auprès des fournisseurs qui n'ont pas encore été réglés.
réglés. Ce sont des dettes qui doivent être payées à court
à court terme.
 les dettes envers l’état: Ce sont les impôts ou charges
charges qui sont dues à l'état mais pas encore payées. Ce
payées. Ce sont des dettes qui doivent être payées à court
à court terme (quelques semaines).
Le passif
C’est la valeur comptable
nette du patrimoine de
l’entreprise.
Ils proviennent des apports
des associés et des résultats
accumulés.
Ce sont les emprunts
souscrits et les découverts
bancaires.
A
C
T
I
F
DETTES
FINANCIERES
DETTES D’
EXPLOITATION
CAPITAUX
PROPRES
Ce sont les sommes dues
aux fournisseurs,
organismes sociaux, Etat,
• Un fonds de commerce est un ensemble de biens corporels
(exemple : le matériel et l’équipement) et incorporels (le droit au
bail, le nom commercial, la clientèle, la licence de débit de
boissons, les contrats d’assurance, de travail, de fourniture…).
• Un bail commercial concerne la location d'un immeuble ou local
exploité pour une activité commerciale, industrielle ou artisanale.
• Droit au bail représente le montant que l’acheteur verse ou doit au
locataire précédent, afin de bénéficier des dispositions et droits
garantis par les baux commerciaux (droit à renouvellement,
indemnité d’éviction…)
• L'acompte est un paiement partiel réalisé par l'acheteur, qui
intervient au moment de la signature du contrat de vente.
• Le dépôt de garantie est la somme d'argent que le locataire verse
au propriétaire, le plus souvent par chèque, en début de bail. Par
abus de langage, on l'appelle souvent "caution.
Les moyens de financement
L’analyse financière s’appuie sur des principes
simples
Produire ou vendre requiert des moyens économiques Ces
moyens économiques requièrent des moyens financiers
Utiliser ces moyens permet d’atteindre un niveau d’activité
Ce niveau d’activité permet de dégager des résultats.
Produire ou
vendre
Moyens
Économiques
Financiers
Bilan
Permettent un
niveau d’activité
dégage des
résultats
Comptes de
Résultat
Le compte de résultat
Charges
=
Ce que l’entreprise a
consommé pour
son activité
Produits
=
Ce que l’entreprise a
généré avec son
activité (ventes)
Résultat
Le compte de résultat résultat
« Le compte de résultat est le film, sur une période donnée, des
produits et des charges engagés pendant la période au titre de
l’activité de l’entreprise »
Le compte de résultat est construit autour de 3 types d’activités
qui caractérisent l’entreprise :
l’activité liée à la gestion courante de l’entreprise,
appelée exploitation calcul du résultat
d’exploitation.
l’activité de nature financière calcul du résultat
financier.
l’activité à caractère plutôt exceptionnel calcul du
résultat exceptionnel.
Si les produits > aux charges Bénéfice
Si les produits < aux charges Pertes
Le résultat net est égal à la somme des 3 résultats
diminuée de la participation des salariés
et de l’impôt sur les sociétés
Le résultat d’exploitation
Charges
d’exploitation Produits
d’exploitation
Résultat
d’exploitatio
n
Le résultat d’exploitation mesure la
performance industrielle et commerciale de
l’entreprise.
Le résultat financier
Charges
financières
Produits
financiers
Le résultat courant est égal au résultat d’exploitation
augmenté du résultat financier. Il mesure la performance
industrielle et commerciale après la prise en compte de la
politique de financement de l’entreprise.
Résultat
financier
Le résultat exceptionnel
Charges
exceptionnelles Produits
exceptionnels
Résultat
exceptionn
el
Le résultat exceptionnel mesure l’incidence, sur le résultat
global, des opérations non directement liées au
développement de l’activité.
e résultat Le résultat net
Résultat d’exploitation
+
Résultat financier
+
Résultat exceptionnel
-
Participation des
Salariés
-
Impôts sur les
Bénéfices
=
Résultat net
Le résultat net exprime la
performance globale de
l’entreprise après prise en
compte de tous les éléments
exceptionnels qui sont, pour
partie, la résultante de
décisions relevant de la
direction générale, telle que
les restructurations, l’impact
des cessions (+ ou - values),
etc.
t Le compte de résultat – les produits
et les charges
L’entreprise
Produits
d’exploitation
Produits financiers
Produits
exceptionnels
Charges
d’exploitation
Charges financières
Charges
Exceptionnelles
Participation des salariés
Impôts sur les sociétés
Le compte de résultat
Produits
d’exploitation
Charges
d’exploitation
Les charges et produits
d’exploitation relèvent de
l’activité courante de l’entreprise
: ventes et achats de biens et
services, charges de personnel, etc
...
Résultat
Charges
financières
Produits
financiers
Charges
exceptionnelles Produits
exceptionnels
Les charges et produits financiers
relèvent de la structure
financière de l’entreprise :
intérêts des emprunts, agios,
escomptes, etc ...
Tout le reste : cession
d’immobilisation, pénalité et
amende, etc …
La solvabilité de l’entreprise
 Elle permet de mesurer:
 la capacité d'une personne physique ou morale à payer
ses dettes sur le court, moyen et long terme.
 l'aptitude de l'entreprise à faire face à ses engagements
en cas de liquidation, c'est-à-dire d'arrêt de l'exploitation
et de mise en vente des actifs.
 Elle permet de vérifier qu’en cas d’arrêt de ses activités,
la société pourra bel et bien faire face à ses
engagements par la vente de ses actifs. Autrement dit,
plus les actifs sont élevés par rapport aux dettes, plus la
solvabilité de l’entreprise est élevée.
Une entreprise est considérée comme insolvable lorsque
ses Capitaux propres sont négatifs : elle doit en effet plus
La solvabilité de l’entreprise:
définitions
 1ère définition fondée davantage sur la notion de cash flow
(flux de liquidité ou flux de trésorerie) et concerne le
risque financier de l’entreprise:
« plus l’entreprise fait appel aux fonds de tiers
auxquels des frais fixes de financement sont liés, plus
les obligations fixes de remboursement sont élevées,
plus le risque financier est important ».
 2ème définition envisage la solvabilité de l’entreprise à
partir de l’indépendance financière de l’entreprise:
« plus le degré d’endettement d’une entreprise est
faible, les fonds propres sont élevés et le degré
d’indépendance financière est élevé ».
Mesure de la solvabilité
Deux ratio permettent de mesurer la solvabilité de
l’entreprise:
 Ratio d’autonomie financière: Capitaux propres/Dettes
financières
Il représente l’indépendance financière de l’entreprise
vis-à-vis de ses créanciers. Plus ce ratio est élevé, plus
l’entreprise est indépendante vis –à- vis de ses prêteurs.
Lorsque le ratio est supérieur à 1, l’autonomie financière est
assurée.
 Ratio de solvabilité: Créance + Disponibilité/Dettes à
court terme
Si le ratio est supérieur à 1, les créances et les
disponibilités de l’entreprise permettent de couvrir ses
Qu’est-ce que la rentabilité?
D'une manière générale, on peut définir la
rentabilité d'une entreprise comme son aptitude
à produire un bénéfice.
 La rentabilité d'une entreprise s'apprécie donc
en comparant le résultat à la valeur des moyens
mis en œuvre pour l'obtenir.
Cette définition fait référence à deux autres
notions : l'efficacité et l'efficience.
L'efficacité et l'efficience
L'efficacité est la capacité d'une entreprise à atteindre ses
objectifs. Par exemple, une entreprise envisage
d’augmenter sa part de marché de 5%. Si l’année en
cours, l'entreprise arrive à occuper 12% du marché contre
6% l'année dernière, elle est donc efficace, puisqu'elle a
atteint son objectif de part de marché, mais est-elle
efficiente ?
 L'efficience est l'aptitude d'une entreprise à atteindre ses
objectifs en optimisant ses ressources. Si l’entreprise
embauche un nouvel attaché commercial pour gagner des
parts de marché alors que les deux commerciaux en place
ne consacraient que 2 heures par semaine à la
prospection, bien qu'efficace, cette entreprise n'est pas
De l’efficience à la rentabilité
L’efficience est la capacité à obtenir un résultat
à l’aide de ressources. Lorsque ce résultat
s’exprime sous forme monétaire, on parle de
rentabilité.
La rentabilité est la capacité d'un capital à
dégager un revenu. Il s'agit donc de mettre en
relation les profits réalisés dans une entreprise
et les capitaux engagés pour les obtenir.
Le taux de rentabilité est donc le rapport entre
les profits réalisés et les capitaux engagés.
Mesure de la rentabilité de l’entreprise
 La rentabilité exprime la capacité de l’entreprise à
rémunérer les capitaux mis à sa disposition.
Elle peut être mesurée par 3 ratio:
 Rentabilité économique: Résultat net/Actif immobilisé
Il permet de mesurer la rentabilité des investis dans
l’entreprise.
 Rentabilité commerciale: Résultat net/Chiffre d’Affaire
Il permet de mesurer l’efficacité de l’entreprise au niveau
commercial.
 Rentabilité financière: Résultat net/Capitaux propres
Il permet d’évaluer la capacité de l’entreprise à rentabiliser
les capitaux investi.
Analyse du taux de rentabilité en taux
de marge et taux de rotation
La rentabilité économique
La rentabilité économique est une mesure de la
performance économique de l'entreprise dans
l'utilisation de l'ensemble de son capital « employé »,
c'est-à-dire de l'ensemble de son actif financé par les
"capitaux stables".
La rentabilité économique permet de mesurer la
capacité de l’entreprise à créer de la richesse par son
activité.
Rentabilité économique = (Résultat d’exploitation –
impôt sur les bénéfices)/(capitaux propres + dettes
financières)
Une entreprise peut améliorer sa rentabilité
économique de deux manières:
soit, à volume de ventes constant, elle augmente la
marge réalisée sur chaque produit
Mesure de la rentabilité
économique?
 La rentabilité économique d'une entreprise varie avec le
niveau d'activité. En effet, une meilleure gestion des
stocks, une diminution des délais de paiement des clients
(ce sont des éléments qui permettent de diminuer le besoin
en fonds de roulement d'exploitation) ou un
renouvellement des immobilisations permettent une
amélioration de la rentabilité économique.
 A contrario, une détérioration de l'activité de l'entreprise
(hausse des charges, diminution du crédit fournisseur) a
des conséquences négatives sur la rentabilité économique.
 Une modification de la structure de financement n'a pas de
conséquence sur la rentabilité économique puisque le
résultat d'exploitation est indépendant du cycle de
Comment mesure-t-on la rentabilité
économique?
La rentabilité économique mesure la rentabilité des
capitaux investis et est déterminée uniquement avant
impôt. Elle se mesure par le ratio :
Rentabilité économique = Résultat d’exploitation x 100
Capitaux investis
Les capitaux investis représentent les moyens mis en
œuvre par l'entreprise pour assurer son activité. Ce sont
les immobilisations et le besoin en fonds de roulement
d'exploitation.
Exemple
Le résultat d'exploitation d’une entreprise s'élève à
100,000,000 Ar. Elle possède des terrains pour un
montant de 110,000 000 Ar, du mobilier pour 70,000,000
Ar et des constructions pour 150,000,000 Ar. Elle estime
son besoin en fonds de roulement d'exploitation à
70,000,000 Ar.
Cette entreprise est-elle rentable d'un point de vue
économique ?
Rentabilité économique= 100,000,000 x 100 = 25%
110,000,000 + 70,000,000 + 150,000,000 +
70,000,000
La rentabilité financière
Le taux de rentabilité financière (Résultat/Capitaux
propres) mesure la capacité de l'entreprise à
rémunérer les associés.
Les capitaux propres représentent l'ensemble des
ressources risquées par des associés dans
l'entreprise. Le résultat est la rémunération qu'ils tirent
de ces montants.
Une entreprise peut améliorer la rentabilité financière
de deux manières:
soit en améliorant la rentabilité économique par
l'utilisation de l'actif,
soit en modifiant la composition du passif, dans le
Comment mesure-t-on la rentabilité
financière?
La rentabilité financière mesure la rentabilité
des capitaux propres.
Elle intéresse donc essentiellement les
actionnaires. Elle est déterminée après impôt
grâce au ratio :
Rentabilité financière = Résultat de l’exercice
x 100
Capitaux propres
Les capitaux propres sont les fonds apportés
Exemple
Une entreprise hésite entre deux options de financement
: un financement total par les fonds propres
(100,000,000 Ar) ou un financement mixte (80% par
fonds propres et 20% par emprunt bancaire).
Elle a calculé un résultat net prévisionnel de 10,000,000
Ar dans le meilleur des cas et de 7,000,000 Ar dans la
vision pessimiste avec un financement par fonds
propres.
Pour un financement mixte, les résultats sont
respectivement de 9,000,000 Ar et 6,000,000 Ar.
Quel choix doit-elle faire au regard de la rentabilité
financière ?
Solution
Pour résoudre ce problème, il faut calculer la rentabilité
financière pour les deux options de financement et dans
chaque situation, optimiste et pessimiste.
Situation optimiste :
Rentabilité financière option 1 = 10,000,000 x 100 =
10%
100,000,000
 Rentabilité financière option 2 = 9,000,000 x 100 =
11,25%
80,000,000
solution
Situation pessimiste:
Rentabilité financière option 1 = 7,000,000 x 100 = 7%
100,000,000
Rentabilité financière option 2 = 6,000,000 x 100 =
7,5%
80,000,000
Quelle que soit la situation qui se réalise (optimiste ou
pessimiste), la rentabilité financière est meilleure avec
Conclusion
La rentabilité financière varie donc en fonction du
niveau d'endettement de l'entreprise. Une
augmentation du niveau d'endettement (contraction
d'un prêt) améliore la rentabilité financière.
Une entreprise dispose de deux moyens pour
améliorer sa rentabilité financière :
soit en augmentant son résultat d'exploitation, ce qui
revient à améliorer sa rentabilité économique ;
soit en modifiant la structure de son financement et en
augmentant la part des emprunts dans ses
investissements (augmenter son taux d'endettement).
Lien entre rentabilité économique et
rentabilité financière
 La comparaison de la rentabilité financière et de la rentabilité
économique met en évidence un effet de levier de
l'endettement.
 Lorsque la rentabilité économique est supérieure au taux
d'intérêt pratiqué par les banques (recours à l'emprunt),
l'endettement permet d'accroître la rentabilité financière.
 Cela signifie qu'il est plus avantageux pour l'entreprise de
financer une partie de ses investissements par le recours à
l'emprunt plutôt que par le recours aux apports des actionnaires
(les fonds propres). On parle alors d'un effet de levier de
l'endettement.
 Au contraire, lorsque la rentabilité économique est inférieure au
taux d'intérêt, l'endettement a pour conséquence une baisse de
la rentabilité financière. On parle alors d'un effet de massue de
Exemple 1
Dans le cas précédent, l'entreprise bénéficie d'un
effet de levier puisque le financement mixte
(capitaux propres + emprunt) permet une
amélioration de la rentabilité financière.
On passe de 10 % à 11,25 % dans le meilleur
des cas ou de 7 % à 7,5 % sinon.
Par conséquent, la rentabilité économique est
supérieure au taux d'intérêt pratiqué par
l'établissement financier qui propose le prêt.
Exemple 2
Une entreprise souhaite financer un nouvel
investissement pour moderniser son point de vente.
Le gestionnaire lui propose deux possibilités : soit un
financement total par fonds propres (150,000,000 Ar),
soit un financement mixte (90 % par fonds propres, le
reste par emprunt bancaire avec un taux d'intérêt annuel
de 10 %).
Le résultat de l'exercice est évalué à 11,000,000 Ar pour
le financement par fonds propres et à 7,000,000 Ar pour
le financement mixte.
Le résultat d'exploitation est de 14,500,000 Ar.
Que doit choisir l'entreprise ?
Solution
Il faut calculer la rentabilité financière et la rentabilité
économique dans les deux cas :
Rentabilité financière possibilité 1 = 11,000,000 x 100
= 7,33%
150,000,000
Rentabilité économique possibilité 1 = 14,500,000 x
100 = 9,67%
150,000,000
Rentabilité financière possibilité 2 = 7,000,000 x 100 =
5,18%
135,000,000
Remarques
Pour la rentabilité économique, on ne tient pas compte
du financement, mais des capitaux investis.
Par conséquent, elle ne change pas quel que soit le
mode de financement choisi.
La rentabilité économique est inférieure au taux
d'intérêt pratiqué par la banque (9,67 % < 10 %).
Par conséquent, l'entreprise subit l'effet de massue de
l'endettement.
Si elle choisit le financement mixte, elle risque de
détériorer sa rentabilité financière ; ce qui est confirmé
par les calculs (5,18 % < 7,33 %).
Le seuil de rentabilité
Le seuil de rentabilité est le chiffre d’affaires qui
correspond au résultat net d’exploitation nul;
autrement dit, il s’agit du point où les recettes des
ventes suffisent à couvrir tous les frais fixes et
variables d’exploitation.
Le seuil de rentabilité(ou chiffre d’affaires critique)
est le chiffre d’affaires (CA) minimum que doit
réaliser une entreprise pour couvrir la totalité de ses
charges(charges variables + charges fixes) ou coût
total.
On ne dégage ni bénéfice ni perte, le résultat est
donc nul.
CHARGES
VARIABLES
CHARGES
FIXES
CHIFFRE
D ’AFFAIRES
DEFICIT
CHIFFRE
D ’AFFAIRES
BENEFICES
Seuil de Rentabilité
CHIFFRE
D ’AFFAIRES
Le seuil de rentabilité
Les coûts fixes (CF)
Les coûts fixes se composent de toutes les
charges que l’entreprise doit supporter
quelque soit le volume de production.
Charges fixes: Elles sont liées à la structure de
l’entreprise, et n’évoluent pas en fonction du
volume d’activité, exemple: coût des
bâtiments, amortissement des immobilisations,
loyer, l’impôt foncier, les assurances, l’intérêt
sur le capital emprunté, les frais fixes de
téléphone, les permis, etc.
Les coûts variables
Les coûts variables représentent tous les coûts
qui varient avec le volume de production.
Le coût variable (CV) est proportionnel au
niveau d’activité, c’est à dire proportionnel au
chiffre d’affaires.
Ex: Salaires, coût des matières premières, coût
de l’énergie, etc.
Les marges
Une marge est une différence entre une valeur de
vente et un coût.
La marge sur coût variable est la différence entre les
Chiffres d’Affaires et le Cout Variable (MCV = CA –
CV)
Elle permet alors de couvrir le montant des charges
fixes ou de financer les CF et de dégager un résultat.
Le taux de marge Résultat/Ventes est le rapport entre
le bénéfice ou une marge réalisée et la valeur des
ventes.
Ce taux augmente quand l'entreprise parvient à
augmenter la marge réalisée sur chaque produit
vendu, soit en augmentant le prix de vente moyen, soit
Chiffre
d’Affaires
Résultat
Charges fixes
Charges
Variables
Marge
Sur coût
variable
Coût
Variable
La marge sur coût variable
Exemple
Elément Montant % du CA
Chiffre d’affaire 600,000 100%
Coût variable 360,000 60%
Marge sur coût
variable
240,000 40%
Charges fixes 100,000
Résultat 140,000
Taux de marge
sur coût variable
Exemple
Soit le CA d’une entreprise qui s’établit à 100 000 Ar,
pour 40 000 Ar de CV et 30 000 Ar de CF.
MCV = 100 000 – 40 000 = 60 000 Ar.
Si, pour un CA de 100 000 Ar, on dégage une MCV de
60 000 Ar, quel CA dégagera 30 000 Ar ?
On peut préférer une formule générale. Il faut que la
fonction du résultat soit égale à 0.
Taux de MCV = 60 000 = 60%
100 000
f(x) = 0,6x – 30 000 = 0
x = 30 000 = 50 000 Ar
0,6
Le seuil de rentabilité
Le seuil de rentabilité est le chiffre d’affaires qui
correspond au résultat net d’exploitation nul; autrement
dit, il s’agit du point où les recettes des ventes suffisent
à couvrir tous les frais fixes et variables d’exploitation.
SR = CA x CF
MCV
Il n’est toutefois pas indispensable de connaître le
Chiffre d’Affaires (par exemple lorsqu’on établit un SR
prévisionnel)
SR = CF___
Taux de MCV
L’avantage, c’est que la détermination d’un taux ne
Analyse du seuil de rentabilité
L’analyse du seuil de rentabilité se base sur
l’étude des relations entre les coûts fixes, les
coûts variables et les résultats.
Soit SR le seuil de rentabilité
Taux de M/CV x SR = Charges fixes
Le seuil de rentabilité en quantité = SR / prix de
vente unitaire
Exercice d’application
Une entreprise fabrique des bicyclettes, ses
charges fixes pour la fabrication de bicyclette
sont évaluées à 22 500 000 Ar pour une année.
Chaque bicyclette supporte en moyenne un coût
variable de 75 000 Ar.
Si elle vend chaque bicyclette au prix moyen de
300 000 Ar, déterminer le nombre de bicyclettes
que l'entreprise doit vendre pour atteindre son
seuil de rentabilité.
Dans l'hypothèse où l'entreprise fabrique 180
bicyclettes par an (activité régulière sur l'année),
Corrigé
Marge sur coût variable = 300 000 - 75 000 = 225
000
Taux de marge = 225 000 : 300 000 = 75 %
Seuil de rentabilité = 75% x = 22 500 000
x = 30 000 000 Ar
Soit en nombre de bicyclette 30 000 000 : 300
000 = 100 bicyclettes
La résolution graphique se fait avec l'intersection
des droites
Y= 0,75x et Y = 22 500 000
Corrigé
A 100 bicyclettes, l’entreprise couvre les charges
fixes, pour 180 le bénéfice est calculé
directement sur les 80 en marge sur coût
variable...
80 x 225 000 = 18 000 000 Ar
Date où est atteint le Seuil de Rentabilité
CA total 180 x 300 000 = 54 000 000 Ar
Si 54 000 000 Ar correspondent à 365 jours
365 x 30 000 000/ 54 000 000 = 203 jours
A partir de ce nombre de jours il faut retrouver la
Le point mort
 Le point mort est atteint lorsque la M/CV = CF.
 Le point mort est atteint au seuil de rentabilité.
 Le point mort est atteint lorsque le CA est dit « critique ».
bénéfice
perte
Marge
sur
coût Variable
Charges fixes
Point mort = SR x 365
CA
Quantités
Exercice d’application
CHARGES
ANNUELLES N
TOTAL FIXES VARIABLES
Consommations de
matières premières
75 000 75 000
Main d'oeuvre
directe (MOD)
125 000 125 000
Charges de
production
200 000 125 000 75 000
Charges de
distribution
137 500 75 000 62 500
charges générales
(administration)
50 000 50 000
Total général 587 500 250 000 337 500
Exercice d’application
 Pendant l'année N, l'entreprise a fabriqué 40 000 pièces au prix
unitaire de 15 €. La totalité de la production mensuelle a été
vendue.
 Au cours de l'exercice suivant (N + 1), l'entreprise décide de
réduire les charges fixes générales de 12 500 € et les charges
fixes de distribution de 7 500 €. Consommation de matières
premières 80 625 €.
 TRAVAIL A FAIRE
 - Vous devez, pour l'exercice N :
 1- Présenter le compte de résultat différentiel et calculer le
résultat.
 2- Etablir l'équation de la marge sur coût variable.
 3- Déterminer le seuil de rentabilité.
 4- Déterminer le point mort.
 5- Représenter graphiquement le seuil de rentabilité.
Compte de résultat différentiel et calcul du
résultat pour l’exercice N.
ELEMENTS MONTANTS
CHIFFRE D’AFFAIRES HT 600.000
CHARGES VARIABLES -337.500
MARGE SUR COUT VARIABLE 262.500
TAUX DE MARGE SUR COUT
VARIABLE
43,75%
CHARGES FIXES 250.000
RESULTAT 12.500
Corrigé
Taux de marge sur coût variable = 262 500 / 600 000 = 0.4375
soit 43.75 %
L'équation de la marge sur coût variable
X = Chiffre d'affaires
Equation : Y = 262 500 / 600 000 X
Y = 0.4375 X
Seuil de rentabilité
Rappels :
Le seuil de rentabilité est un montant de ventes (chiffre
d'affaires) pour lequel l'entreprise ne réalise ni bénéfice ni
perte.
Corrigé
Le seuil de rentabilité est atteint lorsque la marge sur coût
variable est égale aux charges fixes.
d'ou l'équation : 0.4375 X = 250 000
X = 250 000 / 0.4375
X = 571 428
Seuil de rentabilité = 571 428 €
Le point mort
Rappels :
Le point mort est la date à laquelle le seuil de rentabilité est
atteint.
Calcul du point mort = (SR / CA) * 365.
Point mort = (571 428 / 600 000) * 365 = 0.952 * 365 = 347.5
jours
= 347.5 /30 = 11.58 mois soit 11 mois complets + 58 % d'un
Représentation graphiquement du seuil de
rentabilité
Compte de résultat différentiel
ELEMENTS MONTANTS
CHIFFRE D’AFFAIRES HT 645.000
CHARGES VARIABLES -343.125
MARGE SUR COUT VARIABLE 301.875
TAUX DE MARGE SUR COUT
VARIABLE
(Marge sur coût variable/chiffre d’affaires)
46,80%
CHARGES FIXES 230.000
RESULTAT 71.875
Corrigé
Pour l'exercice N + 1 :
Le seuil de rentabilité et le point mort
Charges fixes de N : 250 000
Charges fixes de N + 1 : 250 000 - (12 500 + 7 500) = 230 000
Equation du seuil de rentabilité de l'exercice N + 1 :
0.468 X = 230 000
X = 230 000 / 0.4680
X = 491 453
Seuil de rentabilité = 491 453 €
Calcul du point mort = (SR / CA) * 365.
Point mort = (491 453/ 645 000) * 365 = 0.762 * 365 = 278.13
jours
= 278.13 /30 = 9.27 mois soit 9 mois complets + 27 % d'un mois
= soit le 8 octobre.
Exercice
Exercice
Corrigé
Analyse de la marge sur coût variable. Calcul du bénéfice.
Seuil de rentabilité en valeur et en quantité
SR = CF / TMCV
Soit SR = 91 500 / 15,62% = 585 787 €
SR = SR / Pu
Soit SR = 585 787 / 400 = 1 465 articles
Représentation graphique
Objectif pour les vendeurs
Bénéfice à réaliser = 38 000 €
Soit : X le nombre de produits à vendre
Le charges variables unitaires sont de : 945 000
/ 2 800 = 337,50 €
Soit l'équation du résultat : R = CA – CV – CF
Soit : 38 000 = 400X – 337,50X – 91 500
donc X = 2 072
il faut donc vendre 2 100 produits
Exercice d’application
CALCUL DU SEUIL DE RENTABILITE
La société LEXI commercialise des calculatrices qu’elle vend
par l’intermédiaire des grandes et moyennes surfaces.
Elle vous communique les informations suivantes concernant
l’année N :
- prix de vente TTC d’une calculatrice aux GMS : 29,9 € ;
- taux de remise accordé aux GMS : 5 % sur le prix de vente
HT ;
- quantités produites: 100 000 ;
- achats de matières premières: 15 % du CA ;
- charges fixes de production: 500 000 € ;
- charges fixes de distribution: 250 000 € ;
- charges variables de distribution: 5 % du CA ;
Exercice d’application
1) Présentez le compte de résultat différentiel,
2) Déterminez le seuil de rentabilité en euros et en nombre
de calculatrices vendues.
3) A quelle date le seuil de rentabilité est-il atteint ?
La société envisage de doubler sa capacité de production
avec 350 000 € de charges fixes supplémentaires. Le taux
de marge sur coût variable resterait inchangé.
4) Présentez le nouveau compte de résultat différentiel,
calculez le nouveau seuil de rentabilité et le nouveau point
mort.
5) Précisez si la société LEXI a intérêt à se lancer dans ce
projet. Justifiez votre réponse.
Corrigé
1) Calcul du chiffre d’affaires net : chiffre d’affaires net = prix
de vente HT compte tenu des remises accordées * quantités
PVTC = 29,90€ donc PVHT = 29,90/1,196 = 25 €
PV HT après remise de 5 % = 25 X 0,95 = 23,75 € donc CA
net 23,75 X 100 000 = 2.375.000 €
Détermination du montant des charges fixes et charges
variables :
Corrigé
Charges fixes Charges variables
Achats de matières
premières
15 % x 2. 375 .000=
56.250
Charges fixes de
production
500.000
Charges fixes de
distribution
250.000
Charges variables de
distribution
5 % x 2 .375. 000 =
118.750
Total
750.000 475.000
Présentation du compte de résultat
différentiel
Eléments Montants en € %
CA net 2.375.000 100
CV 475.000 475.000/2.375.000*100=20%
M/CV 2.375.000-475.000=1.900.000 1.900.000/2.375.000*100=80%
CF 750000
Résultat 1900000-750000=1150000
Corrigé
2) Seuil de rentabilité en valeur = 750.000 / 80% = 937.500 €
Seuil de rentabilité en volume = 937 500 / 23,75 =
39.473,68 soit 39.474 calculatrices
La société L commence à réaliser des bénéfices à partir
de 937 500 € de chiffre d’affaires c’est-à-dire quand elle a
vendu 39 474 calculatrices.
3) Point mort = 937.500 X 360 / 2.375.000 = 142,10 jour Soit
le 4,74 mois (142,10 / 30) Soit le 22,2 (0,74 X 30) c’est-à-dire
le 23 mai
La société L est rentable à partir du 23 Mai
4).Impact du doublement de la
production, présentation du nouveau
compte de résultat différentiel
Elément
s
Montants en € %
CA net 2.375.000x2=4.750.000 100
CV 4.750.000 — 3.800.000 = 950.000 20
M/CV 4.750.000 x 80 % = 3.800.000 80
CF 750.000 + 350.000 = 1.100.000
Résultat 3.800.000 — 1.100.000 = 2.700.000
Corrigé
Calcul du nouveau seuil de rentabilité en valeur :
1.100.000 / 0,80 = 1.375.000 €
Seuil de rentabilité en volume = 1.375.000 / 23,75 = 57.894,74
calculatrices
Point mort = 1.375.000 X 360 / 4.750.000 = 104,21 jours
Soit le 3,47 mois (104,21/30) Soit le 14 Avril.
5) La société L, en doublant sa capacité de production, devient
rentable à partir de 1.375.000 € de chiffre d’affaires réalisé, ou de
57. 895 calculatrices vendues.
Elle devient rentable à partir du 14 avril.
Par conséquent, elle a tout intérêt à doubler sa capacité de
production, cela lui permet de réaliser un bénéfice plus important
(2.700.000 € au lieu de 1.150.000 €).
Exercice
I. Seuil de rentabilité et point mort
Une société est spécialisée dans la fabrication de sommiers
électriques :
- Le chiffre d’affaires hors taxes pour l’exercice N s’élève à
2 066 000 € ;
- Les coûts variables représentent 43% du chiffre d’affaires ;
- L’entreprise a réalisé un résultat d’exploitation de 237 590
€ ;
- La société est fermée au mois d’août ;
- Le rythme des ventes est régulier sur les mois d’activité.
1) - Calculez le seuil de rentabilité d’après la relation :
Marge sur coût variable = Chiffre d’affaires
2) - Déterminez à quelle date le seuil de rentabilité est
Exercice
I. Seuil de rentabilité et point mort
Une société est spécialisée dans la fabrication de sommiers
électriques :
- Le chiffre d’affaires hors taxes pour l’exercice N s’élève à
2 066 000 € ;
- Les coûts variables représentent 43% du chiffre d’affaires ;
- L’entreprise a réalisé un résultat d’exploitation de 237 590
€ ;
- La société est fermée au mois d’août ;
- Le rythme des ventes est régulier sur les mois d’activité.
1) - Calculez le seuil de rentabilité d’après la relation :
Marge sur coût variable = Chiffre d’affaires
2) - Déterminez à quelle date le seuil de rentabilité est
Corrigé
1) - Calcul du seuil de rentabilité
Pour calculer le seuil de rentabilité, il est nécessaire de
déterminer le taux de marge sur coût variable et le montant des
charges fixes.
Si les coûts variables représentent 43% du Chiffre d’affaires, le
taux de marge sur coût variable est égal à: 100% - 43% =57%
du chiffre d’affaires
Soit: 2.066.000 x 57% = 1.177.620 €
Les coûts fixes s’obtiennent par différence entre la marge sur
coût variable et le résultat d’exploitation, soit: 1.177.620 –
237.590 = 940.030 €
Le seuil de rentabilité se calcule à l’aide de la formule suivante:
Coûts fixes/Taux de marge sur coût variable soit 940.030/0,57 =
1.649.175 €
Corrigé (suite)
Le point mort s’obtient de la manière suivante:
(Seuil de rentabilité/Chiffre d’affaires) x Nombre de jours
d’activité
Soit: (1.649.175/2.066.000) x 330 = 263 Jours
Il faut 263 jours d’activité sur 330 pour atteindre le seuil
de rentabilité. La date correspondante est le 23 octobre,
en tenant compte du mois de fermeture.
Exercice
II. La société Fellec a fabriqué au cours du mois de
septembre, 300 produits vendus 30,50 € pièce. Les achats
de matières premières du mois de septembre se sont
élevés à 854 € et leur variation de stocks à 61 € ; les autres
charges variables ont été de 3660 €. Les charges fixes sont
de 1220 € pour le mois de septembre.
Une modification des conditions de production permettra de
réduire de 4% les charges variables mais augmentera de
137 € les charges fixes.
1) - Calculez le seuil de rentabilité en valeur et en quantité
pour le mois de septembre.
2) - Déterminez et appréciez le seuil de rentabilité et le
résultat prévisionnel en tenant compte des modifications
des conditions de production.
Corrigé
1) – Seuil de rentabilité pour le mois de septembre
La détermination du seuil de rentabilité nécessite les calculs
suivants:
Chiffre d’affaires = 300 x 30,50 = 9.150 €
Coût variable = 854 + 61 + 3.660 = 4.575 €
Marges sur coût variable = Chiffre d’affaires – Coût variable
= 9.150 – 4.575 = 4.575 €
Coûts fixes = 1.220 €
Résultat = Marges sur coût variable – Coûts fixes
= 4.575 – 1.220 = 3.355 €
Seuil de rentabilité = Coûts fixes/ Taux de marge sur coût
variable
Soit: 1.220/0,50 = 2.440 €
Seuil de rentabilité en quantité = Seuil de rentabilité en valeur =
Corrigé (suite)
2) – Seuil de rentabilité et résultat prévisionnels
Nouveau coût variable: 4.575 – (4.575 x 4%) = 4.392 €
Nouvelle marge sur coût variable: 9.150 – 4.392 = 4.758 €,
soit 52%
Nouveaux coûts fixes: 1.220 + 137 = 1.357 €
Seuil de rentabilité prévisionnel: 1.357/0,52 = 2.610 €
Le seuil de rentabilité prévisionnel est supérieur au seuil de
rentabilité du mois de septembre, donc le risque de
l’entreprise augmente.
Résultat prévisionnel: (Taux de MCV x CA) – Charges fixes
= (0,52 x 9.150) – 1.357 = 3.401 €
Le résultat prévisionnel est supérieur au résultat actuel. La
modification des conditions d’exploitation a donc un effet
MARGE DE SECURITE (MS)
Lorsque le chiffre d’affaires dépasse le seuil de rentabilité, la
marge de sécurité est la partie de chiffre d’affaires excédant
ce seuil (CA réel ou prévisionnel).
Marge de sécurité (MS) = Chiffre d’Affaires (CA) – Seuil de
Rentabilité (SR).
Exemple
Soit une entreprise pour laquelle le Chiffre d’Affaires annuel
s’élève à 2.375.000 € et que le Seuil de Rentabilité est à
937.500 €.
Calculer sa Marge de Sécurité pour l’année
Marge de Sécurité = Chiffre d’Affaires – Seuil de Rentabilité
Marge de Sécurité = 2.375.000 – 937.500 = 1.437.500 €
INDICE DE SECURITE (IS)
Il exprime, sous forme d’un taux calculé par rapport au
chiffre d’affaires, la marge excédant le seuil de rentabilité.
Indice de Sécurité (IS) = Marge de sécurité (MS) x 100
Chiffre d’Affaires (CA)
Exemple
Soit une entreprise pour laquelle la Marge de sécurité est
1.437.500 € et le Chiffre d’Affaires annuel est égal à
2.375.000 €.
Indice de sécurité (IS) = 1.437.500 x 100 = 60,5 %
2.375.000
Exercice
L’entreprise PAROT communique le compte de résultat
différentiel suivant :
Déterminer: le seuil de rentabilité (SR), le point mort (PM),
la marge de sécurité (MS), l'indice de sécurité (IS).
Exercice
Le chiffre d'affaires annuel se décompose ainsi:
1er trimestre : 220 000 €, 2nd trimestre : 200 000 €,
3ème trimestre : 120 000 €, 4ème trimestre : 110 000 €
Le seuil de rentabilité étant inchangé, déterminer le point
mort.
Corrigé
Seuil de Rentabilité (SR) = 175,000/0,3846 = 455,018,20 €
Point Mort (PM) = (455,018,20/650,000) x 360 = 252 jours
Marge de Sécurité = 650,000 – 455,000 = 195,000 €
Indice de Sécurité = (195,000/650,000) x 100 = 30%
Corrigé
Point mort dans le cas d’une activité saisonnière:
Le seuil de rentabilité (455,018,20 €) se situe entre T2 et
T4.
Durée dans T3 = 455,018,20 – 420,000 x 90 jours = 27
jours dans T3
540,000 – 420,000
EVOLUTION DES CONDITIONS
D'EXPLOITATION
Les conditions d’exploitation peuvent évoluer et se traduire
par :
• une modification de la structure ou de l’infrastructure,
• une modification du taux de marge,
• un changement de niveau d’activité,
• une diversification de la production.
Toutes ces modifications entrainent des conséquences sur
les coûts et nécessitent par conséquent la détermination
d’un nouveau seuil de rentabilité.
Changement de structure
Tout nouvel investissement induit de nouveaux
amortissements et l’embauche de personnel donc une
augmentation des charges fixes d’où un déplacement du
Exemple
On vous communique les informations suivantes
concernant une entreprise qui envisage un nouvel
investissement:
Charges fixes actuelles: 150,000,000 Ar
Taux de marge sur coût variable: 30%
Charges fixes prévues: 210,000,000 Ar
Taux de marge inchangé.
Quelles sont les conséquences sur le seuil de rentabilité?
SR dans la structure actuelle: 150,000,000/0,30 =
500,000,000 Ar
SR dans la structure nouvelle: 210,000,000/0,30 =
700,000,000 Ar
L’augmentation des charges fixes s’accompagne d’une
Modification du taux de marge
L’évolution des coûts d’achat des matières premières et
des coûts de production ainsi qu’un changement de prix de
vente modifient le taux de marge et donc le seuil de
rentabilité.
Exemple
On vous communique les informations suivantes
concernant une entreprise:
Marge sur coût variable unitaire: 20 € par produit
Charges fixes totales: 400,000 €
Une augmentation du coût variable réduit la marge de 25%
Le prix de vente reste stable.
Au moment de la hausse du coût variable, l’entreprise a
déjà produit 10,000 Articles.
Corrigé
SR actuel (en quantité) = 400,000/20 = 20,000 Articles
SR nouveau: Nouvelle MCV unitaire = 20 x 75% = 15€ par
unité
Quantité déjà produite: 10,000 unités CF pour 10,000
unités =
Charges fixes totales: 400,000 € 200,000 €
Soit X le SR nouveau en quantité
CF pour 10,000 unités: 200,000 €
MCV pour 10,000 unités: 15 € x (X – 10,000 unités).
MCV = CF 15 x (X – 10,000) = 200,000
X = 23,333 unités.
La diminution du taux de MCV s’accompagne d’une
augmentation de seuil de rentabilité.
Notion de paliers d'activité
Les charges de structure ou charges fixes ne dépendent
pas de l’activité mais leur montant est déterminé pour un
niveau d’activité.
Par conséquent, elles augmentent par paliers. Tout
changement de structure (nouveaux investissements)
entraîne une majoration des charges fixes (nouveaux
amortissements) et donc un nouveau seuil de rentabilité.
Exemple
Soit une entreprise pour laquelle:
Charges fixes annuelles actuelles: 800,000 €
Chiffre d’affaires maximum réalisable: 1,800,000 €
Taux de marge actuel: 50%.
Pour accroître le chiffre d’affaires, le supplément de
charges fixes s’élève à 160,000 €.
Quels sont les deux seuils de rentabilité (SR1et SR2) ?
SR1 = 800,000/0,50 = 1,600,000 €
Nouvelles charges fixes = 800,000 + 160,000 = 960,000 €
SR2 = 960,000/0,50 = 1,920,000 €
Quel chiffre d’affaires l’entreprise doit-elle réaliser pour
maintenir le résultat?
Exemple (suite)
Résultat actuel = MCV – CF = (1,800,000 x 50%) – 800,000
= 100,000 € (bénéfice).
100,000 = MCV2 – 960,000
MCV2 = 960,000 + 100,000 = 1,060,000 €
MCV2 = 50% du CA à atteindre.
CA à atteindre : MCV2/0,50 = 1,060,000/0,50 = 2,120,000 €
Diversification de la production
Lorsqu’une entreprise diversifie sa production ou réalise une
multi production, il est nécessaire de déterminer par produit,
un taux de marge sur coût variable.
Les produits sont classés par ordre décroissant de taux de
marge soit en fonction de leur contribution à la couverture
des charges fixes.
La production et la distribution seront orientées en priorité
vers les produits les plus rentables c’est à dire vers ceux qui
dégagent la plus forte marge et qui contribuent ainsi le
mieux à l’absorption des charges fixes.
La recherche du résultat maximum tient compte de diverses
contraintes : capacité de production, marge unitaire, besoin
du marché, …
La production est donc réalisée sous contraintes avec
Levier d'exploitation ou opérationnel (Lo)
Il détermine l’élasticité du résultat d’exploitation, avant
éléments financiers et éléments exceptionnels, par rapport
au chiffre d’affaires.
Exemple
Situation actuelle d’une entreprise:
Chiffre d’affaires: 500,000 €
Résultat: 50,000 €
Taux de marge sur coût variable: 40%
Charges fixes: 150,000 €
Si le chiffre d’affaire augmente de 10%, quelle est la
variation du résultat? Quel est le levier opérationnel et sa
signification?
Exemple
CA1 = 500,000 €
CA2 = 500,000 x 1,10 = 550,000 €
Variation du CA = 550,000 – 500,000 = 50,000 €
Résultat d’exploitation 1 = 50,000 €
Résultat d’exploitation 2 = (550,000 x 0,40) – 150,000 =
70,000 €
Variation du résultat d’exploitation = 70,000 – 50,000 =
20,000 €
LO = (20,000/50,000)/(50,000/500,000) = 4
Bilan fonctionnel
Définition
 Le bilan fonctionnel est un bilan dans lequel les ressources
et les emplois sont classés par fonction (fonctions
financement, investissement et exploitation).
 Il s'établit à partir du bilan comptable avant répartition du
résultat
(le résultat de l'exercice est donc inclue dans les capitaux
propres).
 Mais les termes actif/passif sont remplacés ici par les
notions d'emplois/ressources.
Distinction entre bilan comptable et
bilan fonctionnel
 Le bilan comptable est une photographie de la situation d’une
entreprise, décrivant ses emplois (ses biens = Actif) et ses
ressources (ses dettes = Passif) à une date donnée. Il ne
permet cependant pas de mettre en évidence les ressources
stables d’une entreprise, ni les emplois nécessaires à
l’exploitation.
 Le bilan fonctionnel est un bilan condensé qui donne une
vision de l’entreprise en terme d’emplois et de ressources. Il
permet de déterminer quelles ont été les politiques
d’investissement et de financement des années passées. Il est
fondé sur la continuité de l’activité de l’entreprise.
Dans un bilan fonctionnel, les ressources et les emplois :
 sont évalués à leur valeur d’origine (valeur brute)
Rôle du bilan fonctionnel
 Apprécier la structure fonctionnelle de l’entreprise
 Déterminer l’équilibre financier, en comparant les
différentes masses du bilan classées par fonction.
 Evaluer les besoins financiers et les ressources dont dispose
l’entreprise et en observant le degré de couverture des
emplois par les ressources.
Les caractéristiques du bilan
fonctionnel
 C'est un bilan reprenant les valeurs brutes à l'actif (avant
amortissements et provisions pour dépréciation) et dressé
avant répartition du résultat de l'exercice.
 Les amortissements et provisions pour dépréciation
viennent au passif, avec les capitaux propres.
 Les dettes financières (c'est-à-dire les dettes à l'égard des
établissements de crédit, ou les emprunts) sont séparées
des dettes non-financières (dettes à l'égard des
fournisseurs, dettes fiscales et sociales...) au passif.
 Les dettes financières, elles-mêmes, sont divisées en
dettes financières stables et en dettes de trésorerie (ex:
découvert bancaire).
Le bilan fonctionnel
Grille de lecture du bilan
On distingue trois sous-ensembles au
sein de l’actif et du passif :
les éléments stables,
les éléments circulants,
la trésorerie.
Les éléments stables
A l’actif : les immobilisations, pour leur
valeur brute,
Au passif :
- les capitaux propres,
- les amortissements et provisions (y
compris ceux figurant à l’actif),
- les dettes financières (sauf découverts).
Les éléments circulants
A l’actif : les stocks et les
créances, pour leur valeur brute,
Au passif : les dettes non
financières (fournisseurs,
salariés, Etat, etc …).
La trésorerie
A l’actif : les liquidités (caisse,
comptes bancaires positifs et
valeurs mobilières de placement).
Au passif : les découverts
bancaires.
Structure du bilan fonctionnel
Le Fonds de roulement
Le Fonds de roulement ( F.R. )
 Les capitaux stables doivent financer l’actif stable. Le
Fonds de roulement correspond au surplus de financement
stable, c’est une marge de sécurité pour l’entreprise.
 Fonds de roulement = Capitaux stables - Actif stable
ou [( Actif circulant + Disponibilités) - (Dettes circulantes +
Trésorerie passive)]
 si F.R. > 0 alors l’équilibre financier est préservé
(financement des actifs stables en totalité par les capitaux
stables).
 si F.R. < 0 alors il existe un risque financier important
(financement des actifs stables par une partie des dettes
Le Fonds de roulement
 De façon simplifiée, on considère que les emplois stables
(les investissements) doivent être couverts par des
ressources stables.
 La différence entre les ressources stables et les emplois
stables est appelée fonds de roulement.
Fonds de roulement = ressources stables – emplois
stables
 Il est calculé à partir du bilan, comme la différence entre le
financement permanent et l’actif immobilisé.
 Cette différence est en principe positive et représente une
ressource permanente de financement.
 Toutefois, exceptionnellement, le fonds de roulement peut
être négatif dans le cas où le total de l’actif immobilisé
dépasse le total du financement permanent.
Le Fonds de roulement
Le Fonds de roulement
 C’EST LA PARTIE DES CAPITAUX PERMANENTS QUI N’EST PAS
INVESTIE A LONG TERME.
 C’EST DONC UNE RESSOURCE PERMANENTE QUI EST INVESTIE A
COURT TERME.
Exemple
Un entrepreneur veut créer une entreprise. Il dispose d’un
capital de $100,000 (pas de dette). Il investit $70,000 dans
les immobilisations (Immeuble, machinerie, frais d’études,
frais de constitution, etc.).
L’entrepreneur décide de démarrer avec un FDR de
$30,000, soit la partie de son capital qu’il n’investit pas
dans les immobilisations. D’où une première formule du
fonds de roulement:
FDR = Capitaux permanents – Actifs à LT
Présentation du bilan de démarrage de notre
entrepreneur
Encaisse 30,000
Immobilisations (ALT) 70,000
Total actif 100,000
Capitaux permanents (CP) 100,000
FDR = CP - ALT 30,000
Notre entrepreneur achète cash $10,000 de matières
premières. Voyons comment cela affecte son bilan et
son FDR.
Encaisse 20,000
Stocks 10,000
Total de l’actif à ct 30,000
Immobilisations (ALT) 70,000
Total de l’actif 100,000
Capitaux à ct 0
Capitaux permanents (CP) 100,000
Total des capitaux 100,000
FDR= CP - ALT 30,000
Supposons naintenant que notre entrepreneur achète à
crédit $15,000 de matières premières additionnelles.
Voyons ce qui arrive au bilan et au FDR
Encaisse 20,000
Stocks 25,000
Total de l’actif à ct 45,000
Immobilisations (ALT) 70,000
Total de l’actif 115,000
Dettes à ct 15,000
Capitaux permanents (CP) 100,000
Total des capitaux 115,000
FDR= CP – ALT = 100000-70000 30,000
Remarques
Le Fonds de Roulement n’est pas l’actif à court terme mais
l’excédent de l’actif à court terme sur le passif à court
terme.
FR = Actif à court terme – passif à court terme
FR = 45,000 – 15,000 = 30,000
Deux formules du Fonds de Roulement
1. FR= Capitaux permanents - Actifs à LT
2. FR = Actif à court terme – Passif à court terme
De ces deux formules découlent 4 définitions du fonds
de roulement
FDR
1. La partie des capitaux permanents qui n’est pas
investie à LT
2. La partie des capitaux permanents qui est investie à
CT
3. La partie de l’actif à court terme qui n’est pas
financée par des dettes à CT
4. La partie de l’actif à CT financée par des capitaux
permanents
Besoin en fonds de roulement,
Trésorerie et Equilibre financier
Le Besoin en fonds de roulement (BFR)
 C’est le besoin de financement de l’entreprise lié à son
cycle d’exploitation.
 BFR = (Stocks + créances) - dettes circulantes
La Trésorerie (T)
 Elle participe avec le FR au financement du cycle
d’exploitation.
 T = Disponibilité - Concours bancaires
L’équilibre financier
 Fonds de roulement = Besoin en fonds de roulement +
Trésorerie
 Si FR > BFR alors l’entreprise dispose d’une marge de
sécurité de financement et dégage des disponibilités.
 Si FR < BFR alors l’entreprise doit recourir à un
endettement financier à court terme (concours bancaires).
Analyse du bilan fonctionnel
Les ressources stables doivent couvrir :
- les emplois stables,
- et la partie structurelle du BFR.
Les variations conjoncturelles du BFR sont
absorbées par la trésorerie.
Évolution du BFR
BFR
temps
Montant
Niveau
structurel
du BFR
Variations
conjoncturelles
du BFR
Situation financière saine
BFR
temps
Montant
FR
T-
T+
T- T-
T+
BFR > FR  T < 0
BFR < FR  T > 0
Trésorerie insuffisante
BFR
temps
Montant
FR
T-
BFR > FR  T < 0
Trésorerie excédentaire
BFR
temps
Montant
FR
T+
BFR < FR  T > 0
Equilibre et déséquilibre
Une trésorerie temporairement négative
n’est pas un déséquilibre (variations
saisonnières du BFR).
Une trésorerie structurellement négative
est le signe d’un bilan déséquilibré.
La résolution d’un déséquilibre
nécessite :
soit l’augmentation du fonds de
roulement (haut de bilan)
soit la diminution du besoin en fonds de
Exemple: le fonds de roulement et le besoin en fonds de
roulement peuvent être calculés à partir du bilan
Bilan au 31/12/17
Actif Passif
Immobilisation 56.00
0
Capitaux 45.000
Stocks 8.000 Dettes à Long
Terme
14.000
Créances 19.00
0
Dettes à Court
Terme
26.000
Trésorerie 2.000
Totaux 85.00
0
Totaux 85.000
Exemple: le fonds de roulement et le besoin en fonds de
roulement peuvent être calculés à partir du bilan
FR = Capitaux (Apports) + Dettes à LT (Emprunts) –
Immobilisations (Investissements)
FR = 45.000 + 14.000 – 56.000 = 3.000
BFR = Stocks + Créances (clients) – Dettes à CT
(Fournisseurs)
BFR = 8.000 + 19.000 – 26.000 = 1.000
Trésorerie = FR – BFR
Trésorerie = 3.000 – 1.000 = 2.000
L’analyse n’est pas réalisée à partir du bilan comptable mais
à partir du bilan comptable retraité appelé bilan fonctionnel.
Exercice d’application
Exercice d’application
 Travail à faire :
1. Réaliser le bilan fonctionnel au 31/12/N et 31/12/N-1
2. Calculer le fond de roulement, le besoin en fond de
roulement d’exploitation, hors exploitation et total et la
trésorerie
3. Que pensez-vous de la situation et de l’évolution
Corrigé
1.Bilan fonctionnel au 31/12/N
2.Calcul du fond de roulement, du besoin en
fonds de roulement et de la trésorerie
N N+1 ECART
FR 36,000 € 48,000 € 12,000 €
BFR
Exploitation 19,100 € 61,700 € 42,600 €
BFR Hors
Exploitation 21,400 € 7,200 € 28,600 €
BFR Total 40,500 € 54,500 € 14,000 €
Trésorerie 4,500 € 6,500 2,000 €
3.Que pensez-vous de la situation et
de l’évolution?
 FR :La société ne finance pas son actif stable par du passif stable =>
une partie des investissements à long terme est financée par des
financements à court terme (-48 000 en N-1 et – 36 000 en N). Même
si la situation s’améliore (-12 000) de N-1 à N, la situation n’est pas
très satisfaisante, car il est préférable de financer les actifs durables
par des ressources durables.
 BFRE :L’entreprise n’a pas de besoins en fonds de roulement et au
contraire dégage des excédents de financement, ce qui lui permet de
financer les besoins durables. Attention l’excèdent dégagé se
dégrade.
 BFRHE :Le besoin de 7200 en N-1 s’est transformé en excédant de
BFRHE de 21 400 en N. La situation s’améliore, mais compte tenu du
fait que cette amélioration se fait sur des éléments hors exploitations
courantes, cette amélioration peut être temporaire. Il vaudrait mieux
améliorer la situation d’exploitation.
 BFR :Le besoin en fonds de roulement diminue de 14 000 et
notamment par une diminution du BFRE.
Exercice d’application
La SARL FRIMO fait la fabrication et la commercialisation des
fenêtres et des baies vitrées en aluminium. L’exercice comptable
coïncide avec l’année civile.
La gérante de la société souhaite connaître la situation financière de
cette entreprise. En consultant les annexes 1 et 2, elle vous demande
d’analyser cette situation à partir du bilan fonctionnel de l’entreprise.
Travail à faire:
1. Établir le bilan fonctionnel en utilisant L’annexe A .
2. Calculez le fonds de roulement net global, le besoin en fonds de
roulement global, la trésorerie nette ; exprimez la relation existant entre
les indicateurs calculés précédemment.
3. Calculez les ratios de couverture des immobilisations et
d’indépendance financière de L’entreprise.
4. Commentez la situation financière de L’entreprise .
5. FRIMO désire acheter une nouvelle machine pour ses ateliers d’un
montant de 20 000 € HT en demandant à sa banque un emprunt.
5.1 La banque acceptera t-elle de financer ce projet intégralement ?
Justifiez votre réponse.
5.2 Quelles autres solutions réalistes sont envisageables pour disposer
de cette machine ?
ANNEXE 1 – BILAN DE LA SOCIÉTÉ FRIMO AU
31/12/2006
Annexe 2: Ratios du secteur
 Ratio de couverture des immobilisations =Ressources
stables/Valeur des immobilisations brutes = 1,7
Ratio d’indépendance financière =Emprunts + concours
bancaires/Capitaux propres + amortissements et
dépréciations= 0,52
Bilan fonctionnel à partir de l’annexe 1
Corrigé (suite)
2. Calculez le fonds de roulement net global, le besoin en fonds de
roulement global, la trésorerie nette:
FRNG= Capitaux stables – emplois stables = (79 838 – 36 788) = 43 050
BFRE = actif circulant d’exploitation – passif circulant d’exploitation
=(51 128 +3 2 392) – (14 400 +20 920 + 3 230 + 920)= 83 520 –3947 =44 050
BFRHE =actif circulant hors exploitation – passif circulant hors exploitation=0
BFRNG = BFRE + BFRHE = 44 050 + 0 = 44 050
TN = Trésorerie active – Trésorerie passive= 5 130 – 6 130 = – 1 000
Exprimez la relation existant entre les indicateurs calculés
précédemment :
Trésorerie nette = Fonds de roulement net global – Besoin en fonds de
roulement global – 1 000 = 43 050 – 44 050
3. Calculez les ratios de couverture des immobilisations et
d’indépendance financière de l’entreprise.
Ratio de couverture des immobilisations = (ressources stables) / (valeur des
immobilisations brutes) = 79 838 / 36 788 = 2,17
Ratio d’indépendance financière = (emprunts + concours bancaires) /
(capitaux propres + amortissements et provisions) = (29 714,00 + 6 130) / (43
931,10 + 6 192,90) = 35 844 / 50 124 = 0,72
Corrigé (suite)
4. Commentez la situation financière de l’entreprise .
Le BFR est financé, en partie par des ressources stables, en
partie par des concours bancaires ;
Les ressources stables financent les emplois stables (équilibre
financier respecté). Ce ratio est bien supérieur à celui du secteur ;
L’entreprise a encore des possibilités d’endettement, le ratio
n’ayant pas atteint 1. Il faut cependant réfléchir avant de
s’endetter davantage car elle est plus endettée que les
entreprises du secteur ;
La trésorerie nette est négative, on peut augmenter le FRNG
(emprunt par exemple) ou diminuer le BFRN qui est probablement
excessif et devrait pouvoir être réduit.
5. FRIMO désire acheter une nouvelle machine pour ses
ateliers d’un montant de 20 000 € HT en demandant à sa
banque un emprunt.
Quelles autres solutions réalistes sont envisageables pour
disposer de cette machine ?
Louer le matériel (ou crédit bail), augmenter l’autofinancement
Etude de la rentabilité économique
de l’investissement
Les méthodes comptables de mesure
de la rentabilité
Le Délai de Récupération du Capital Investi (D.R.C.I.)
1°) Principe :
le D.R.C.I. est la durée au bout de laquelle le cumul des
recettes nettes d’exploitation ou flux nets de trésorerie est
égal au montant des capitaux investis.
L’objectif de ce calcul est de préserver l’équilibre financier de
l’entreprise.
2°) Méthode de calcul :
1ère étape : cumuler les flux de trésorerie
2ème étape : rapprocher le montant de l’investissement avec
le cumul des flux
3ème étape : déduire la durée nécessaire pour effectuer
« le retour sur investissement »
Le délai de récupération du capital
investi
Le délai de récupération du capital
investi
Le délai de récupération du capital
investi
Exemple :
Soit un investissement d'un montant de 15 000 €, d'une
durée de 5 ans, générant une recette nette annuelle de 4
000 €.
Combien de temps faut-il pour réaliser le « retour sur
investissement » ?
Le délai de récupération du capital investi
Le retour sur investissement se réalisera dans le courant de
la 4ème année. Durée précise = 3 ans + 12 mois x [(15.000 –
Les méthodes comptables de mesure de la
rentabilité
Le Taux de Rentabilité (ou de Rendement) Comptable (T.R.C.)
1°) Principe :
Il exprime sous la forme d’un % la part de bénéfice annuel moyen
par rapport au montant de l’investissement initial
2°) Méthode de calcul :
T.R.C. = Bénéfice annuel moyen / Montant de l’investissement
Exemple :
Soit un investissement de 40 000 € sur 6 ans. Bénéfices
comptables annuels en Euros : 4 800, 4 500, 4 000, 6 500, 5 000,
4 200.
Quels sont :
 le bénéfice annuel moyen ?
 le taux de rendement comptable ?
Le Taux de Rentabilité (ou de
Rendement) Comptable (T.R.C.)
Bénéfice annuel moyen
Bénéfice moyen = (4 800 + 4 500 + 4 000 + 6 500 + 5 000 +
4 200) / 6 = 4 833,33 €
Taux de rendement comptable
T.R.C. = Bénéfice moyen / Montant de l'investissement = 4 833,33
/ 40 000,00 = 12 %
Remarque : Cette méthode simple est utilisée par les P.M.E.
Les méthodes basées sur
l’actualisation
Rappel des principes de l’actualisation
 La technique de l’actualisation permet d’évaluer
aujourd’hui l’équivalent d’un flux monétaire futur à l’aide
d’un taux qui tient compte de l’inflation et du risque
encouru par l’investisseur.
 L'actualisation est le calcul qui sert à ramener à une même
base des flux financiers non directement comparables. En
effet, ces flux se produisant à des dates différentes, ils ne
représentent pas la même valeur monétaire, ils doivent
alors être actualisés avant de pouvoir les comparer et
d'effectuer sur eux des opérations arithmétiques.
 Pour simplifier, la notion d'actualisation s'appuie sur l'idée
que la valeur d'un euro aujourd'hui n'est pas la même que
celle d' un euro dans trois ans.
 Actualiser la valeur de flux ou de revenus se produisant à
des dates différentes dans le temps consiste à calculer leur
Rappel des principes de l’actualisation
Méthode et formule d’actualisation: les flux à
actualiser sont
Dépenses liées à l’investissement (moins le prix de cession de
l’ancien équipement) :
prix d’acquisition de l’immobilisation,
frais initiaux éventuels,
accroissement du B.F.R.
Recettes nettes d’exploitation (encaissements - décaissements) ;
Valeur résiduelle de l’investissement à la fin de la période
d’utilisation ;
Récupération de la variation du B.F.R.E. en fin de période.
La valeur actuelle nette
Exemple
VAN > 0 ; donc l’investissement est rentable
L’indice de profitabilité
1°) Principe :
Il exprime le rapport entre les flux nets de trésorerie
actualisés et le montant de l’investissement.
2°) Méthode de calcul :
I.P. = Flux Nets de Trésorerie actualisés /Investissement
3°) Critères d'appréciation :
=> I.P. > 1 : investissement rentable;
=> I.P. = 1 : équilibre : taux de rentabilité = taux
d'actualisation;
=> I.P. < 1 : investissement non rentable.
L’indice de profitabilité
Exemple :
Soit un investissement de 1 200 € qui permet de dégager
des flux nets de trésorerie d'un montant de 1 648,19 €.
Quel est l'indice de profitabilité de cet investissement ?
=> Solution : I.P. = 1 648,19 / 1 200,00 = 1,37
=> Conclusion : I.P. > 1 donc l'investissement est rentable.
Le taux de rentabilité interne

Contenu connexe

Tendances

Exercice d'application des choix d'investissement
Exercice d'application des choix d'investissement Exercice d'application des choix d'investissement
Exercice d'application des choix d'investissement
Hajar EL GUERI
 
Comptabilité générale s1
Comptabilité générale s1Comptabilité générale s1
Comptabilité générale s1
Mohamed Imaloui
 
S6 gestion-comptabilité des sociétés-constitution
S6 gestion-comptabilité des sociétés-constitutionS6 gestion-comptabilité des sociétés-constitution
S6 gestion-comptabilité des sociétés-constitution
Ocean Jean Pierre TANDU ROVAT
 
Processus et techniques d'inventaire
Processus et techniques d'inventaire Processus et techniques d'inventaire
Processus et techniques d'inventaire
Marwoua Ben Salem
 
Comptabilite generale exercices et corriges 1.pdf22
Comptabilite generale exercices et corriges 1.pdf22Comptabilite generale exercices et corriges 1.pdf22
Comptabilite generale exercices et corriges 1.pdf22
Tarik Chakir
 
Evaluation et traitement comptable des comptes de stock.ppt
Evaluation et traitement comptable des comptes de stock.pptEvaluation et traitement comptable des comptes de stock.ppt
Evaluation et traitement comptable des comptes de stock.ppt
DsireAttmn
 
Comptabilite generale (cours+exercices corriges)
Comptabilite generale (cours+exercices corriges)Comptabilite generale (cours+exercices corriges)
Comptabilite generale (cours+exercices corriges)
Taha Can
 

Tendances (20)

Choix des investissements exercice + corrigé
Choix des investissements exercice + corrigéChoix des investissements exercice + corrigé
Choix des investissements exercice + corrigé
 
la comptabilité générale Exercices de journale balance et grand livre
la comptabilité générale Exercices de journale balance et grand livrela comptabilité générale Exercices de journale balance et grand livre
la comptabilité générale Exercices de journale balance et grand livre
 
Tva
TvaTva
Tva
 
Cours fiscalité
Cours fiscalité Cours fiscalité
Cours fiscalité
 
la comptabilité des operations courantes Cours de la facture
la comptabilité des operations courantes Cours de la facturela comptabilité des operations courantes Cours de la facture
la comptabilité des operations courantes Cours de la facture
 
Exercice d'application des choix d'investissement
Exercice d'application des choix d'investissement Exercice d'application des choix d'investissement
Exercice d'application des choix d'investissement
 
Comptabilité générale s1
Comptabilité générale s1Comptabilité générale s1
Comptabilité générale s1
 
Comptabilite generale exercices et corriges 2
Comptabilite generale exercices et corriges 2Comptabilite generale exercices et corriges 2
Comptabilite generale exercices et corriges 2
 
Gestion budgétaire
Gestion budgétaire Gestion budgétaire
Gestion budgétaire
 
Le bilan fonctionnel
Le bilan fonctionnel Le bilan fonctionnel
Le bilan fonctionnel
 
S6 gestion-comptabilité des sociétés-constitution
S6 gestion-comptabilité des sociétés-constitutionS6 gestion-comptabilité des sociétés-constitution
S6 gestion-comptabilité des sociétés-constitution
 
Processus et techniques d'inventaire
Processus et techniques d'inventaire Processus et techniques d'inventaire
Processus et techniques d'inventaire
 
Partie 4 analyse comptable
Partie 4 analyse comptablePartie 4 analyse comptable
Partie 4 analyse comptable
 
Analyse financière/Les postes du Bilan.ppt
Analyse financière/Les postes du Bilan.pptAnalyse financière/Les postes du Bilan.ppt
Analyse financière/Les postes du Bilan.ppt
 
Comptabilite generale exercices et corriges 1.pdf22
Comptabilite generale exercices et corriges 1.pdf22Comptabilite generale exercices et corriges 1.pdf22
Comptabilite generale exercices et corriges 1.pdf22
 
economie et organisations des entreprises- s1
economie et organisations des entreprises- s1economie et organisations des entreprises- s1
economie et organisations des entreprises- s1
 
Gestion de stress
Gestion de stress Gestion de stress
Gestion de stress
 
Comptabilité approfondie (1)
Comptabilité approfondie (1)Comptabilité approfondie (1)
Comptabilité approfondie (1)
 
Evaluation et traitement comptable des comptes de stock.ppt
Evaluation et traitement comptable des comptes de stock.pptEvaluation et traitement comptable des comptes de stock.ppt
Evaluation et traitement comptable des comptes de stock.ppt
 
Comptabilite generale (cours+exercices corriges)
Comptabilite generale (cours+exercices corriges)Comptabilite generale (cours+exercices corriges)
Comptabilite generale (cours+exercices corriges)
 

Similaire à Cours-Analyse-financière et comptabilité de gestion.ppt

ID-M7.2-Cmpta génerle-Chapitre III bilan.pdf
ID-M7.2-Cmpta génerle-Chapitre III  bilan.pdfID-M7.2-Cmpta génerle-Chapitre III  bilan.pdf
ID-M7.2-Cmpta génerle-Chapitre III bilan.pdf
FahdWahbi
 
Comprendre les états comptables et financiers des émetteurs
Comprendre les états comptables et financiers des émetteursComprendre les états comptables et financiers des émetteurs
Comprendre les états comptables et financiers des émetteurs
Allaeddine Makhlouk
 
Cours analyse financière bref
Cours analyse financière brefCours analyse financière bref
Cours analyse financière bref
Gilles Joachin
 
Comptabilitegenerale 121227114742-phpapp01
Comptabilitegenerale 121227114742-phpapp01Comptabilitegenerale 121227114742-phpapp01
Comptabilitegenerale 121227114742-phpapp01
youssef loco
 

Similaire à Cours-Analyse-financière et comptabilité de gestion.ppt (20)

Lexique comptable
Lexique comptable Lexique comptable
Lexique comptable
 
Définition de bilan completo martin
Définition de bilan completo  martinDéfinition de bilan completo  martin
Définition de bilan completo martin
 
ID-M7.2-Cmpta génerle-Chapitre III bilan.pdf
ID-M7.2-Cmpta génerle-Chapitre III  bilan.pdfID-M7.2-Cmpta génerle-Chapitre III  bilan.pdf
ID-M7.2-Cmpta génerle-Chapitre III bilan.pdf
 
Comprendre les états comptables et financiers des émetteurs
Comprendre les états comptables et financiers des émetteursComprendre les états comptables et financiers des émetteurs
Comprendre les états comptables et financiers des émetteurs
 
184027.ppt
184027.ppt184027.ppt
184027.ppt
 
présentation Comptabilité approfondie.pptx
présentation Comptabilité approfondie.pptxprésentation Comptabilité approfondie.pptx
présentation Comptabilité approfondie.pptx
 
Cours analyse financière bref
Cours analyse financière brefCours analyse financière bref
Cours analyse financière bref
 
Cours analyse financière
Cours analyse financièreCours analyse financière
Cours analyse financière
 
Comptabilitegenerale 121227114742-phpapp01
Comptabilitegenerale 121227114742-phpapp01Comptabilitegenerale 121227114742-phpapp01
Comptabilitegenerale 121227114742-phpapp01
 
Comptabilité
ComptabilitéComptabilité
Comptabilité
 
Cgtc1
Cgtc1Cgtc1
Cgtc1
 
Ch1 le bilan
Ch1 le bilanCh1 le bilan
Ch1 le bilan
 
Ch1 le bilan
Ch1 le bilanCh1 le bilan
Ch1 le bilan
 
Comptabilité générale cour complet
Comptabilité générale cour complet Comptabilité générale cour complet
Comptabilité générale cour complet
 
Cours complet de comptabilité générale www.cours-economie.com
Cours complet de comptabilité générale www.cours-economie.comCours complet de comptabilité générale www.cours-economie.com
Cours complet de comptabilité générale www.cours-economie.com
 
Cours complet de comptabilité générale[www.cours-economie.com]
Cours complet de comptabilité générale[www.cours-economie.com]Cours complet de comptabilité générale[www.cours-economie.com]
Cours complet de comptabilité générale[www.cours-economie.com]
 
comptabilte-entreprise.pdf
comptabilte-entreprise.pdfcomptabilte-entreprise.pdf
comptabilte-entreprise.pdf
 
TRANSMISSION REPRISE - Diagnostiquer et évaluer l'entreprise : Diagnostic com...
TRANSMISSION REPRISE - Diagnostiquer et évaluer l'entreprise : Diagnostic com...TRANSMISSION REPRISE - Diagnostiquer et évaluer l'entreprise : Diagnostic com...
TRANSMISSION REPRISE - Diagnostiquer et évaluer l'entreprise : Diagnostic com...
 
Comptabilité générale
Comptabilité généraleComptabilité générale
Comptabilité générale
 
comptabilite-generale-s1-chapitre-introdulctive
 comptabilite-generale-s1-chapitre-introdulctive comptabilite-generale-s1-chapitre-introdulctive
comptabilite-generale-s1-chapitre-introdulctive
 

Cours-Analyse-financière et comptabilité de gestion.ppt

  • 2. Comptabilité Un système d'organisation de l'information financière de l’entreprise, elle permet  de saisir, classer, enregistrer des données de base chiffrées et,  de présenter des états (bilan et compte de résultat) reflétant une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et du résultat à la date de clôture.
  • 3. Comptabilité générale Pour analyser les équilibres financiers de l’entreprise et appréhender le futur, la comptabilité générale est insuffisante, d’où le besoin : d’outils d’analyse financière pour apprécier les équilibres financiers actuels, et  d’outils spécifiques permettant de se projeter dans l’avenir, en calculant la rentabilité future des investissements.
  • 4. Analyse financière: définition L’analyse financière est une démarche, qui s’appuie sur l’examen critique de l’information financière d’une entreprise afin d’apprécier sa performance et sa solidité.
  • 5. Analyse financière: définition L'analyse financière est un ensemble de techniques qui permet de synthétiser et d’analyser d’un point de vue économique et financier les documents comptables (bilan ou compte de résultat) d’une société. Elle consiste à étudier une entreprise sur le plan financier en s’appuyant sur ses documents comptables et sur des
  • 6. Approches de l’analyse financière Approche patrimoniale L'analyse financière est basée sur une approche patrimoniale. Elle repose sur l’étude de la solvabilité, c’est-à-dire sa capacité à couvrir ses dettes exigibles à l’aide de ses actifs liquides. L’approche patrimoniale consiste à diagnostiquer le risque d’illiquidité et d’insolvabilité de l’entreprise. On distingue essentiellement deux approches :  Approche patrimoniale ;  Approche fonctionnelle.
  • 7. Notion de patrimoine Le patrimoine correspond à la valeur à un instant T de ce qui resterait à la société, si on prélevait le montant nécessaire pour rembourser ce qu’elle doit (ses dettes) sur le montant de ce qu’elle possède (ses biens) et sur le montant de ce qui est dû à la société (ses créances) Pour une Société: Patrimoine = Biens + Créances – Dettes
  • 8. Les outils ou documents nécessaires à l’analyse financière Deux documents comptables sont essentiels à l’analyse financière :  le bilan et  le tableau de compte de résultat. L'analyse doit porter sur les comptes de deux ou trois derniers exercices. Le bilan Le bilan est un tableau relevant en signe monétaire la valeur du patrimoine d'une entreprise ainsi que ses créances en un moment donné. Le bilan est formé de
  • 9. Le bilan  L’étude du bilan de l’entreprise permet de mieux comprendre la structure financière de l'entreprise et son financement.  Le bilan est établi au moins une fois par an à la fin de l’exercice comptable et exprime une photographie de l’entreprise à une date donnée.  Le bilan est constitué de deux parties : l’actif et le passif.
  • 10. Le bilan Actif = Ce que l’entreprise possède Passif = Ce que l’entreprise doit (dettes) + Capitaux
  • 11. Schéma type du bilan Actif (Utilisation des fonds) Passif (Origine des fonds) Actif Immobilisé : Capitaux propres : Immobilisations corporelles Capital Immobilisations incorporelles Réserves Immobilisations financières Actif Circulant : Dettes : Stocks Emprunts (à plus d'un an) Crédits Clients Dettes bancaires (à moins d'un an) Disponibilités Dettes fournisseurs Dettes fiscales et sociales TOTAL ACTIF TOTAL PASSIF
  • 12. L’actif Partie gauche du bilan désigné par l'actif reprenant les postes du bilan qui représentent les biens et les avoirs (patrimoine) de l'entreprise. P A S S I F ACTIF IMMOBILISE L’actif immobilisé regroupe les biens destinés à servir de façon durable à l’activité de l’entreprise : bâtiment, matériel, mobilier, etc ….. ACTIF CIRCULANT L’actif circulant comprend les biens destinés à changer de nature au cours de l’activité de l’entreprise : stocks, créances clients, trésorerie, etc …
  • 13. L’actif immobilisé Cette rubrique comprend l’ensemble des biens destinés à servir de façon durable à l’activité de l’entreprise. Il en existe trois types : Les immobilisations incorporelles : Il s’agit, par exemple, de brevets, logiciels, fonds de commerce, frais d’établissement, du droit au bail, de frais de recherche et de développement ; Les immobilisations corporelles : Il peut s’agir de matériel industriel, de matériel de transport, de mobilier, de matériel informatique, d’un terrain, d’un bâtiment ; Les immobilisations financières : il s’agit de titres de (permettant d’exercer une influence sur une société ou de la contrôler), de prêt accordés, de versement de dépôt de
  • 14. L’actif immobilisé P A S S I F incorporelles Ce sont des biens sans substance physique : fonds commercial, logiciels, etc … ACTIF CIRCULANT corporelles financières Ce sont des biens avec une substance physique : terrains, bâtiments, matériel, mobilier, véhicules, etc … Actifs monétaires destinés à être conservés durablement : dépôt de garantie, etc … I M M O B I L I S A T I O N S
  • 15. L’actif circulant 2)- L’actif circulant L’actif circulant du bilan comptable est composé de 5 rubriques :  stocks et les en-cours : ce sont l’ensemble des biens et services intervenant dans le cycle d’exploitation de l’entreprise pour être vendus ou consommés dans le processus de production ;  Les avances et acomptes versés sur commandes : lorsque des clients passent une commande auprès de l’entité (ou concluent un contrat), celle-ci peut demander le versement d’une avance ou d’un acompte à titre d’avance ;
  • 16. L’actif circulant Les créances : il s’agit de créances que l’entité détient envers des tiers (par exemple, des clients, le trésor public, les organismes sociaux) ; Les valeurs mobilières de placement : couramment appelés VMP, ce sont des titres acquis en vue de réaliser un gain à court terme (achat en vue de la revente). Ils ne seront pas conservés durablement par l’entité ; Les disponibilités : cette catégorie englobe l’ensemble des sommes figurant en caisse et des soldes positifs des comptes bancaires ;
  • 17. L’actif circulant P A S S I F Stocks de marchandises, de matières premières, etc … STOCKS Sommes dues par les clients, l’Etat, les organismes sociaux, etc … Comptes bancaires positifs et argent liquide en caisse. ACTIF IMMOBILISE CREANCES TRESORERIE
  • 18. Le passif Le passif ou la partie droite du bilan, composé des ressources disponibles pour financer les actifs. Ces ressources sont composées des fonds propres et des dettes à longs termes ainsi que d’exigibles à court terme qui sont des dettes de l'entreprise envers l'extérieur remboursables à moins d'une année. Les capitaux propres : Ils sont constitués par :  Le capital social: désigne toutes les ressources en numéraire et en nature définitivement apportées à une société anonyme par ses actionnaires au moment de sa création (ou d'une augmentation de capital). Les réserves:  La réserve légale est obligatoire par la loi. Elle est imputée
  • 19. Les capitaux propres  La réserve statutaire est fixée dans les statuts de la société.  La réserve facultative n’est pas obligatoire. La décision d’affecter du bénéfice en réserve facultative se prend lors d’une assemblée générale ordinaire entre les actionnaires. Le report à nouveau (bénéfices antérieurs non distribués et non mis en réserve). Les subventions d’Etat: ce sont les aides financières apportés par l’état sur certains secteurs d’activité et qui portent sur des investissements lourds. Le résultat de l'exercice qui se forme grâce au total
  • 20. Les dettes Les dettes  Les dettes moyen et long terme: concernent les emprunts bancaires, les emprunts obligataires, le compte courant des associés et autres emprunt à plus d’un an.  Les dettes court terme: nous retrouvons dans cette rubriques: Les dettes fournisseurs: Ce sont les achats auprès des auprès des fournisseurs qui n'ont pas encore été réglés. réglés. Ce sont des dettes qui doivent être payées à court à court terme.  les dettes envers l’état: Ce sont les impôts ou charges charges qui sont dues à l'état mais pas encore payées. Ce payées. Ce sont des dettes qui doivent être payées à court à court terme (quelques semaines).
  • 21. Le passif C’est la valeur comptable nette du patrimoine de l’entreprise. Ils proviennent des apports des associés et des résultats accumulés. Ce sont les emprunts souscrits et les découverts bancaires. A C T I F DETTES FINANCIERES DETTES D’ EXPLOITATION CAPITAUX PROPRES Ce sont les sommes dues aux fournisseurs, organismes sociaux, Etat,
  • 22. • Un fonds de commerce est un ensemble de biens corporels (exemple : le matériel et l’équipement) et incorporels (le droit au bail, le nom commercial, la clientèle, la licence de débit de boissons, les contrats d’assurance, de travail, de fourniture…). • Un bail commercial concerne la location d'un immeuble ou local exploité pour une activité commerciale, industrielle ou artisanale. • Droit au bail représente le montant que l’acheteur verse ou doit au locataire précédent, afin de bénéficier des dispositions et droits garantis par les baux commerciaux (droit à renouvellement, indemnité d’éviction…) • L'acompte est un paiement partiel réalisé par l'acheteur, qui intervient au moment de la signature du contrat de vente. • Le dépôt de garantie est la somme d'argent que le locataire verse au propriétaire, le plus souvent par chèque, en début de bail. Par abus de langage, on l'appelle souvent "caution.
  • 23. Les moyens de financement
  • 24. L’analyse financière s’appuie sur des principes simples Produire ou vendre requiert des moyens économiques Ces moyens économiques requièrent des moyens financiers Utiliser ces moyens permet d’atteindre un niveau d’activité Ce niveau d’activité permet de dégager des résultats. Produire ou vendre Moyens Économiques Financiers Bilan Permettent un niveau d’activité dégage des résultats Comptes de Résultat
  • 25. Le compte de résultat Charges = Ce que l’entreprise a consommé pour son activité Produits = Ce que l’entreprise a généré avec son activité (ventes) Résultat
  • 26. Le compte de résultat résultat « Le compte de résultat est le film, sur une période donnée, des produits et des charges engagés pendant la période au titre de l’activité de l’entreprise » Le compte de résultat est construit autour de 3 types d’activités qui caractérisent l’entreprise : l’activité liée à la gestion courante de l’entreprise, appelée exploitation calcul du résultat d’exploitation. l’activité de nature financière calcul du résultat financier. l’activité à caractère plutôt exceptionnel calcul du résultat exceptionnel. Si les produits > aux charges Bénéfice Si les produits < aux charges Pertes Le résultat net est égal à la somme des 3 résultats diminuée de la participation des salariés et de l’impôt sur les sociétés
  • 27. Le résultat d’exploitation Charges d’exploitation Produits d’exploitation Résultat d’exploitatio n Le résultat d’exploitation mesure la performance industrielle et commerciale de l’entreprise.
  • 28. Le résultat financier Charges financières Produits financiers Le résultat courant est égal au résultat d’exploitation augmenté du résultat financier. Il mesure la performance industrielle et commerciale après la prise en compte de la politique de financement de l’entreprise. Résultat financier
  • 29. Le résultat exceptionnel Charges exceptionnelles Produits exceptionnels Résultat exceptionn el Le résultat exceptionnel mesure l’incidence, sur le résultat global, des opérations non directement liées au développement de l’activité.
  • 30. e résultat Le résultat net Résultat d’exploitation + Résultat financier + Résultat exceptionnel - Participation des Salariés - Impôts sur les Bénéfices = Résultat net Le résultat net exprime la performance globale de l’entreprise après prise en compte de tous les éléments exceptionnels qui sont, pour partie, la résultante de décisions relevant de la direction générale, telle que les restructurations, l’impact des cessions (+ ou - values), etc.
  • 31. t Le compte de résultat – les produits et les charges L’entreprise Produits d’exploitation Produits financiers Produits exceptionnels Charges d’exploitation Charges financières Charges Exceptionnelles Participation des salariés Impôts sur les sociétés
  • 32. Le compte de résultat Produits d’exploitation Charges d’exploitation Les charges et produits d’exploitation relèvent de l’activité courante de l’entreprise : ventes et achats de biens et services, charges de personnel, etc ... Résultat Charges financières Produits financiers Charges exceptionnelles Produits exceptionnels Les charges et produits financiers relèvent de la structure financière de l’entreprise : intérêts des emprunts, agios, escomptes, etc ... Tout le reste : cession d’immobilisation, pénalité et amende, etc …
  • 33. La solvabilité de l’entreprise  Elle permet de mesurer:  la capacité d'une personne physique ou morale à payer ses dettes sur le court, moyen et long terme.  l'aptitude de l'entreprise à faire face à ses engagements en cas de liquidation, c'est-à-dire d'arrêt de l'exploitation et de mise en vente des actifs.  Elle permet de vérifier qu’en cas d’arrêt de ses activités, la société pourra bel et bien faire face à ses engagements par la vente de ses actifs. Autrement dit, plus les actifs sont élevés par rapport aux dettes, plus la solvabilité de l’entreprise est élevée. Une entreprise est considérée comme insolvable lorsque ses Capitaux propres sont négatifs : elle doit en effet plus
  • 34. La solvabilité de l’entreprise: définitions  1ère définition fondée davantage sur la notion de cash flow (flux de liquidité ou flux de trésorerie) et concerne le risque financier de l’entreprise: « plus l’entreprise fait appel aux fonds de tiers auxquels des frais fixes de financement sont liés, plus les obligations fixes de remboursement sont élevées, plus le risque financier est important ».  2ème définition envisage la solvabilité de l’entreprise à partir de l’indépendance financière de l’entreprise: « plus le degré d’endettement d’une entreprise est faible, les fonds propres sont élevés et le degré d’indépendance financière est élevé ».
  • 35. Mesure de la solvabilité Deux ratio permettent de mesurer la solvabilité de l’entreprise:  Ratio d’autonomie financière: Capitaux propres/Dettes financières Il représente l’indépendance financière de l’entreprise vis-à-vis de ses créanciers. Plus ce ratio est élevé, plus l’entreprise est indépendante vis –à- vis de ses prêteurs. Lorsque le ratio est supérieur à 1, l’autonomie financière est assurée.  Ratio de solvabilité: Créance + Disponibilité/Dettes à court terme Si le ratio est supérieur à 1, les créances et les disponibilités de l’entreprise permettent de couvrir ses
  • 36. Qu’est-ce que la rentabilité? D'une manière générale, on peut définir la rentabilité d'une entreprise comme son aptitude à produire un bénéfice.  La rentabilité d'une entreprise s'apprécie donc en comparant le résultat à la valeur des moyens mis en œuvre pour l'obtenir. Cette définition fait référence à deux autres notions : l'efficacité et l'efficience.
  • 37. L'efficacité et l'efficience L'efficacité est la capacité d'une entreprise à atteindre ses objectifs. Par exemple, une entreprise envisage d’augmenter sa part de marché de 5%. Si l’année en cours, l'entreprise arrive à occuper 12% du marché contre 6% l'année dernière, elle est donc efficace, puisqu'elle a atteint son objectif de part de marché, mais est-elle efficiente ?  L'efficience est l'aptitude d'une entreprise à atteindre ses objectifs en optimisant ses ressources. Si l’entreprise embauche un nouvel attaché commercial pour gagner des parts de marché alors que les deux commerciaux en place ne consacraient que 2 heures par semaine à la prospection, bien qu'efficace, cette entreprise n'est pas
  • 38. De l’efficience à la rentabilité L’efficience est la capacité à obtenir un résultat à l’aide de ressources. Lorsque ce résultat s’exprime sous forme monétaire, on parle de rentabilité. La rentabilité est la capacité d'un capital à dégager un revenu. Il s'agit donc de mettre en relation les profits réalisés dans une entreprise et les capitaux engagés pour les obtenir. Le taux de rentabilité est donc le rapport entre les profits réalisés et les capitaux engagés.
  • 39. Mesure de la rentabilité de l’entreprise  La rentabilité exprime la capacité de l’entreprise à rémunérer les capitaux mis à sa disposition. Elle peut être mesurée par 3 ratio:  Rentabilité économique: Résultat net/Actif immobilisé Il permet de mesurer la rentabilité des investis dans l’entreprise.  Rentabilité commerciale: Résultat net/Chiffre d’Affaire Il permet de mesurer l’efficacité de l’entreprise au niveau commercial.  Rentabilité financière: Résultat net/Capitaux propres Il permet d’évaluer la capacité de l’entreprise à rentabiliser les capitaux investi.
  • 40. Analyse du taux de rentabilité en taux de marge et taux de rotation
  • 41. La rentabilité économique La rentabilité économique est une mesure de la performance économique de l'entreprise dans l'utilisation de l'ensemble de son capital « employé », c'est-à-dire de l'ensemble de son actif financé par les "capitaux stables". La rentabilité économique permet de mesurer la capacité de l’entreprise à créer de la richesse par son activité. Rentabilité économique = (Résultat d’exploitation – impôt sur les bénéfices)/(capitaux propres + dettes financières) Une entreprise peut améliorer sa rentabilité économique de deux manières: soit, à volume de ventes constant, elle augmente la marge réalisée sur chaque produit
  • 42. Mesure de la rentabilité économique?  La rentabilité économique d'une entreprise varie avec le niveau d'activité. En effet, une meilleure gestion des stocks, une diminution des délais de paiement des clients (ce sont des éléments qui permettent de diminuer le besoin en fonds de roulement d'exploitation) ou un renouvellement des immobilisations permettent une amélioration de la rentabilité économique.  A contrario, une détérioration de l'activité de l'entreprise (hausse des charges, diminution du crédit fournisseur) a des conséquences négatives sur la rentabilité économique.  Une modification de la structure de financement n'a pas de conséquence sur la rentabilité économique puisque le résultat d'exploitation est indépendant du cycle de
  • 43. Comment mesure-t-on la rentabilité économique? La rentabilité économique mesure la rentabilité des capitaux investis et est déterminée uniquement avant impôt. Elle se mesure par le ratio : Rentabilité économique = Résultat d’exploitation x 100 Capitaux investis Les capitaux investis représentent les moyens mis en œuvre par l'entreprise pour assurer son activité. Ce sont les immobilisations et le besoin en fonds de roulement d'exploitation.
  • 44. Exemple Le résultat d'exploitation d’une entreprise s'élève à 100,000,000 Ar. Elle possède des terrains pour un montant de 110,000 000 Ar, du mobilier pour 70,000,000 Ar et des constructions pour 150,000,000 Ar. Elle estime son besoin en fonds de roulement d'exploitation à 70,000,000 Ar. Cette entreprise est-elle rentable d'un point de vue économique ? Rentabilité économique= 100,000,000 x 100 = 25% 110,000,000 + 70,000,000 + 150,000,000 + 70,000,000
  • 45. La rentabilité financière Le taux de rentabilité financière (Résultat/Capitaux propres) mesure la capacité de l'entreprise à rémunérer les associés. Les capitaux propres représentent l'ensemble des ressources risquées par des associés dans l'entreprise. Le résultat est la rémunération qu'ils tirent de ces montants. Une entreprise peut améliorer la rentabilité financière de deux manières: soit en améliorant la rentabilité économique par l'utilisation de l'actif, soit en modifiant la composition du passif, dans le
  • 46. Comment mesure-t-on la rentabilité financière? La rentabilité financière mesure la rentabilité des capitaux propres. Elle intéresse donc essentiellement les actionnaires. Elle est déterminée après impôt grâce au ratio : Rentabilité financière = Résultat de l’exercice x 100 Capitaux propres Les capitaux propres sont les fonds apportés
  • 47. Exemple Une entreprise hésite entre deux options de financement : un financement total par les fonds propres (100,000,000 Ar) ou un financement mixte (80% par fonds propres et 20% par emprunt bancaire). Elle a calculé un résultat net prévisionnel de 10,000,000 Ar dans le meilleur des cas et de 7,000,000 Ar dans la vision pessimiste avec un financement par fonds propres. Pour un financement mixte, les résultats sont respectivement de 9,000,000 Ar et 6,000,000 Ar. Quel choix doit-elle faire au regard de la rentabilité financière ?
  • 48. Solution Pour résoudre ce problème, il faut calculer la rentabilité financière pour les deux options de financement et dans chaque situation, optimiste et pessimiste. Situation optimiste : Rentabilité financière option 1 = 10,000,000 x 100 = 10% 100,000,000  Rentabilité financière option 2 = 9,000,000 x 100 = 11,25% 80,000,000
  • 49. solution Situation pessimiste: Rentabilité financière option 1 = 7,000,000 x 100 = 7% 100,000,000 Rentabilité financière option 2 = 6,000,000 x 100 = 7,5% 80,000,000 Quelle que soit la situation qui se réalise (optimiste ou pessimiste), la rentabilité financière est meilleure avec
  • 50. Conclusion La rentabilité financière varie donc en fonction du niveau d'endettement de l'entreprise. Une augmentation du niveau d'endettement (contraction d'un prêt) améliore la rentabilité financière. Une entreprise dispose de deux moyens pour améliorer sa rentabilité financière : soit en augmentant son résultat d'exploitation, ce qui revient à améliorer sa rentabilité économique ; soit en modifiant la structure de son financement et en augmentant la part des emprunts dans ses investissements (augmenter son taux d'endettement).
  • 51. Lien entre rentabilité économique et rentabilité financière  La comparaison de la rentabilité financière et de la rentabilité économique met en évidence un effet de levier de l'endettement.  Lorsque la rentabilité économique est supérieure au taux d'intérêt pratiqué par les banques (recours à l'emprunt), l'endettement permet d'accroître la rentabilité financière.  Cela signifie qu'il est plus avantageux pour l'entreprise de financer une partie de ses investissements par le recours à l'emprunt plutôt que par le recours aux apports des actionnaires (les fonds propres). On parle alors d'un effet de levier de l'endettement.  Au contraire, lorsque la rentabilité économique est inférieure au taux d'intérêt, l'endettement a pour conséquence une baisse de la rentabilité financière. On parle alors d'un effet de massue de
  • 52. Exemple 1 Dans le cas précédent, l'entreprise bénéficie d'un effet de levier puisque le financement mixte (capitaux propres + emprunt) permet une amélioration de la rentabilité financière. On passe de 10 % à 11,25 % dans le meilleur des cas ou de 7 % à 7,5 % sinon. Par conséquent, la rentabilité économique est supérieure au taux d'intérêt pratiqué par l'établissement financier qui propose le prêt.
  • 53. Exemple 2 Une entreprise souhaite financer un nouvel investissement pour moderniser son point de vente. Le gestionnaire lui propose deux possibilités : soit un financement total par fonds propres (150,000,000 Ar), soit un financement mixte (90 % par fonds propres, le reste par emprunt bancaire avec un taux d'intérêt annuel de 10 %). Le résultat de l'exercice est évalué à 11,000,000 Ar pour le financement par fonds propres et à 7,000,000 Ar pour le financement mixte. Le résultat d'exploitation est de 14,500,000 Ar. Que doit choisir l'entreprise ?
  • 54. Solution Il faut calculer la rentabilité financière et la rentabilité économique dans les deux cas : Rentabilité financière possibilité 1 = 11,000,000 x 100 = 7,33% 150,000,000 Rentabilité économique possibilité 1 = 14,500,000 x 100 = 9,67% 150,000,000 Rentabilité financière possibilité 2 = 7,000,000 x 100 = 5,18% 135,000,000
  • 55. Remarques Pour la rentabilité économique, on ne tient pas compte du financement, mais des capitaux investis. Par conséquent, elle ne change pas quel que soit le mode de financement choisi. La rentabilité économique est inférieure au taux d'intérêt pratiqué par la banque (9,67 % < 10 %). Par conséquent, l'entreprise subit l'effet de massue de l'endettement. Si elle choisit le financement mixte, elle risque de détériorer sa rentabilité financière ; ce qui est confirmé par les calculs (5,18 % < 7,33 %).
  • 56. Le seuil de rentabilité Le seuil de rentabilité est le chiffre d’affaires qui correspond au résultat net d’exploitation nul; autrement dit, il s’agit du point où les recettes des ventes suffisent à couvrir tous les frais fixes et variables d’exploitation. Le seuil de rentabilité(ou chiffre d’affaires critique) est le chiffre d’affaires (CA) minimum que doit réaliser une entreprise pour couvrir la totalité de ses charges(charges variables + charges fixes) ou coût total. On ne dégage ni bénéfice ni perte, le résultat est donc nul.
  • 57. CHARGES VARIABLES CHARGES FIXES CHIFFRE D ’AFFAIRES DEFICIT CHIFFRE D ’AFFAIRES BENEFICES Seuil de Rentabilité CHIFFRE D ’AFFAIRES Le seuil de rentabilité
  • 58. Les coûts fixes (CF) Les coûts fixes se composent de toutes les charges que l’entreprise doit supporter quelque soit le volume de production. Charges fixes: Elles sont liées à la structure de l’entreprise, et n’évoluent pas en fonction du volume d’activité, exemple: coût des bâtiments, amortissement des immobilisations, loyer, l’impôt foncier, les assurances, l’intérêt sur le capital emprunté, les frais fixes de téléphone, les permis, etc.
  • 59. Les coûts variables Les coûts variables représentent tous les coûts qui varient avec le volume de production. Le coût variable (CV) est proportionnel au niveau d’activité, c’est à dire proportionnel au chiffre d’affaires. Ex: Salaires, coût des matières premières, coût de l’énergie, etc.
  • 60. Les marges Une marge est une différence entre une valeur de vente et un coût. La marge sur coût variable est la différence entre les Chiffres d’Affaires et le Cout Variable (MCV = CA – CV) Elle permet alors de couvrir le montant des charges fixes ou de financer les CF et de dégager un résultat. Le taux de marge Résultat/Ventes est le rapport entre le bénéfice ou une marge réalisée et la valeur des ventes. Ce taux augmente quand l'entreprise parvient à augmenter la marge réalisée sur chaque produit vendu, soit en augmentant le prix de vente moyen, soit
  • 62. La marge sur coût variable
  • 63. Exemple Elément Montant % du CA Chiffre d’affaire 600,000 100% Coût variable 360,000 60% Marge sur coût variable 240,000 40% Charges fixes 100,000 Résultat 140,000 Taux de marge sur coût variable
  • 64. Exemple Soit le CA d’une entreprise qui s’établit à 100 000 Ar, pour 40 000 Ar de CV et 30 000 Ar de CF. MCV = 100 000 – 40 000 = 60 000 Ar. Si, pour un CA de 100 000 Ar, on dégage une MCV de 60 000 Ar, quel CA dégagera 30 000 Ar ? On peut préférer une formule générale. Il faut que la fonction du résultat soit égale à 0. Taux de MCV = 60 000 = 60% 100 000 f(x) = 0,6x – 30 000 = 0 x = 30 000 = 50 000 Ar 0,6
  • 65. Le seuil de rentabilité Le seuil de rentabilité est le chiffre d’affaires qui correspond au résultat net d’exploitation nul; autrement dit, il s’agit du point où les recettes des ventes suffisent à couvrir tous les frais fixes et variables d’exploitation. SR = CA x CF MCV Il n’est toutefois pas indispensable de connaître le Chiffre d’Affaires (par exemple lorsqu’on établit un SR prévisionnel) SR = CF___ Taux de MCV L’avantage, c’est que la détermination d’un taux ne
  • 66. Analyse du seuil de rentabilité L’analyse du seuil de rentabilité se base sur l’étude des relations entre les coûts fixes, les coûts variables et les résultats. Soit SR le seuil de rentabilité Taux de M/CV x SR = Charges fixes Le seuil de rentabilité en quantité = SR / prix de vente unitaire
  • 67. Exercice d’application Une entreprise fabrique des bicyclettes, ses charges fixes pour la fabrication de bicyclette sont évaluées à 22 500 000 Ar pour une année. Chaque bicyclette supporte en moyenne un coût variable de 75 000 Ar. Si elle vend chaque bicyclette au prix moyen de 300 000 Ar, déterminer le nombre de bicyclettes que l'entreprise doit vendre pour atteindre son seuil de rentabilité. Dans l'hypothèse où l'entreprise fabrique 180 bicyclettes par an (activité régulière sur l'année),
  • 68. Corrigé Marge sur coût variable = 300 000 - 75 000 = 225 000 Taux de marge = 225 000 : 300 000 = 75 % Seuil de rentabilité = 75% x = 22 500 000 x = 30 000 000 Ar Soit en nombre de bicyclette 30 000 000 : 300 000 = 100 bicyclettes La résolution graphique se fait avec l'intersection des droites Y= 0,75x et Y = 22 500 000
  • 69. Corrigé A 100 bicyclettes, l’entreprise couvre les charges fixes, pour 180 le bénéfice est calculé directement sur les 80 en marge sur coût variable... 80 x 225 000 = 18 000 000 Ar Date où est atteint le Seuil de Rentabilité CA total 180 x 300 000 = 54 000 000 Ar Si 54 000 000 Ar correspondent à 365 jours 365 x 30 000 000/ 54 000 000 = 203 jours A partir de ce nombre de jours il faut retrouver la
  • 70. Le point mort  Le point mort est atteint lorsque la M/CV = CF.  Le point mort est atteint au seuil de rentabilité.  Le point mort est atteint lorsque le CA est dit « critique ».
  • 72. Exercice d’application CHARGES ANNUELLES N TOTAL FIXES VARIABLES Consommations de matières premières 75 000 75 000 Main d'oeuvre directe (MOD) 125 000 125 000 Charges de production 200 000 125 000 75 000 Charges de distribution 137 500 75 000 62 500 charges générales (administration) 50 000 50 000 Total général 587 500 250 000 337 500
  • 73. Exercice d’application  Pendant l'année N, l'entreprise a fabriqué 40 000 pièces au prix unitaire de 15 €. La totalité de la production mensuelle a été vendue.  Au cours de l'exercice suivant (N + 1), l'entreprise décide de réduire les charges fixes générales de 12 500 € et les charges fixes de distribution de 7 500 €. Consommation de matières premières 80 625 €.  TRAVAIL A FAIRE  - Vous devez, pour l'exercice N :  1- Présenter le compte de résultat différentiel et calculer le résultat.  2- Etablir l'équation de la marge sur coût variable.  3- Déterminer le seuil de rentabilité.  4- Déterminer le point mort.  5- Représenter graphiquement le seuil de rentabilité.
  • 74. Compte de résultat différentiel et calcul du résultat pour l’exercice N. ELEMENTS MONTANTS CHIFFRE D’AFFAIRES HT 600.000 CHARGES VARIABLES -337.500 MARGE SUR COUT VARIABLE 262.500 TAUX DE MARGE SUR COUT VARIABLE 43,75% CHARGES FIXES 250.000 RESULTAT 12.500
  • 75. Corrigé Taux de marge sur coût variable = 262 500 / 600 000 = 0.4375 soit 43.75 % L'équation de la marge sur coût variable X = Chiffre d'affaires Equation : Y = 262 500 / 600 000 X Y = 0.4375 X Seuil de rentabilité Rappels : Le seuil de rentabilité est un montant de ventes (chiffre d'affaires) pour lequel l'entreprise ne réalise ni bénéfice ni perte.
  • 76. Corrigé Le seuil de rentabilité est atteint lorsque la marge sur coût variable est égale aux charges fixes. d'ou l'équation : 0.4375 X = 250 000 X = 250 000 / 0.4375 X = 571 428 Seuil de rentabilité = 571 428 € Le point mort Rappels : Le point mort est la date à laquelle le seuil de rentabilité est atteint. Calcul du point mort = (SR / CA) * 365. Point mort = (571 428 / 600 000) * 365 = 0.952 * 365 = 347.5 jours = 347.5 /30 = 11.58 mois soit 11 mois complets + 58 % d'un
  • 77. Représentation graphiquement du seuil de rentabilité
  • 78. Compte de résultat différentiel ELEMENTS MONTANTS CHIFFRE D’AFFAIRES HT 645.000 CHARGES VARIABLES -343.125 MARGE SUR COUT VARIABLE 301.875 TAUX DE MARGE SUR COUT VARIABLE (Marge sur coût variable/chiffre d’affaires) 46,80% CHARGES FIXES 230.000 RESULTAT 71.875
  • 79. Corrigé Pour l'exercice N + 1 : Le seuil de rentabilité et le point mort Charges fixes de N : 250 000 Charges fixes de N + 1 : 250 000 - (12 500 + 7 500) = 230 000 Equation du seuil de rentabilité de l'exercice N + 1 : 0.468 X = 230 000 X = 230 000 / 0.4680 X = 491 453 Seuil de rentabilité = 491 453 € Calcul du point mort = (SR / CA) * 365. Point mort = (491 453/ 645 000) * 365 = 0.762 * 365 = 278.13 jours = 278.13 /30 = 9.27 mois soit 9 mois complets + 27 % d'un mois = soit le 8 octobre.
  • 82. Corrigé Analyse de la marge sur coût variable. Calcul du bénéfice. Seuil de rentabilité en valeur et en quantité SR = CF / TMCV Soit SR = 91 500 / 15,62% = 585 787 € SR = SR / Pu Soit SR = 585 787 / 400 = 1 465 articles
  • 84. Objectif pour les vendeurs Bénéfice à réaliser = 38 000 € Soit : X le nombre de produits à vendre Le charges variables unitaires sont de : 945 000 / 2 800 = 337,50 € Soit l'équation du résultat : R = CA – CV – CF Soit : 38 000 = 400X – 337,50X – 91 500 donc X = 2 072 il faut donc vendre 2 100 produits
  • 85. Exercice d’application CALCUL DU SEUIL DE RENTABILITE La société LEXI commercialise des calculatrices qu’elle vend par l’intermédiaire des grandes et moyennes surfaces. Elle vous communique les informations suivantes concernant l’année N : - prix de vente TTC d’une calculatrice aux GMS : 29,9 € ; - taux de remise accordé aux GMS : 5 % sur le prix de vente HT ; - quantités produites: 100 000 ; - achats de matières premières: 15 % du CA ; - charges fixes de production: 500 000 € ; - charges fixes de distribution: 250 000 € ; - charges variables de distribution: 5 % du CA ;
  • 86. Exercice d’application 1) Présentez le compte de résultat différentiel, 2) Déterminez le seuil de rentabilité en euros et en nombre de calculatrices vendues. 3) A quelle date le seuil de rentabilité est-il atteint ? La société envisage de doubler sa capacité de production avec 350 000 € de charges fixes supplémentaires. Le taux de marge sur coût variable resterait inchangé. 4) Présentez le nouveau compte de résultat différentiel, calculez le nouveau seuil de rentabilité et le nouveau point mort. 5) Précisez si la société LEXI a intérêt à se lancer dans ce projet. Justifiez votre réponse.
  • 87. Corrigé 1) Calcul du chiffre d’affaires net : chiffre d’affaires net = prix de vente HT compte tenu des remises accordées * quantités PVTC = 29,90€ donc PVHT = 29,90/1,196 = 25 € PV HT après remise de 5 % = 25 X 0,95 = 23,75 € donc CA net 23,75 X 100 000 = 2.375.000 € Détermination du montant des charges fixes et charges variables :
  • 88. Corrigé Charges fixes Charges variables Achats de matières premières 15 % x 2. 375 .000= 56.250 Charges fixes de production 500.000 Charges fixes de distribution 250.000 Charges variables de distribution 5 % x 2 .375. 000 = 118.750 Total 750.000 475.000
  • 89. Présentation du compte de résultat différentiel Eléments Montants en € % CA net 2.375.000 100 CV 475.000 475.000/2.375.000*100=20% M/CV 2.375.000-475.000=1.900.000 1.900.000/2.375.000*100=80% CF 750000 Résultat 1900000-750000=1150000
  • 90. Corrigé 2) Seuil de rentabilité en valeur = 750.000 / 80% = 937.500 € Seuil de rentabilité en volume = 937 500 / 23,75 = 39.473,68 soit 39.474 calculatrices La société L commence à réaliser des bénéfices à partir de 937 500 € de chiffre d’affaires c’est-à-dire quand elle a vendu 39 474 calculatrices. 3) Point mort = 937.500 X 360 / 2.375.000 = 142,10 jour Soit le 4,74 mois (142,10 / 30) Soit le 22,2 (0,74 X 30) c’est-à-dire le 23 mai La société L est rentable à partir du 23 Mai
  • 91. 4).Impact du doublement de la production, présentation du nouveau compte de résultat différentiel Elément s Montants en € % CA net 2.375.000x2=4.750.000 100 CV 4.750.000 — 3.800.000 = 950.000 20 M/CV 4.750.000 x 80 % = 3.800.000 80 CF 750.000 + 350.000 = 1.100.000 Résultat 3.800.000 — 1.100.000 = 2.700.000
  • 92. Corrigé Calcul du nouveau seuil de rentabilité en valeur : 1.100.000 / 0,80 = 1.375.000 € Seuil de rentabilité en volume = 1.375.000 / 23,75 = 57.894,74 calculatrices Point mort = 1.375.000 X 360 / 4.750.000 = 104,21 jours Soit le 3,47 mois (104,21/30) Soit le 14 Avril. 5) La société L, en doublant sa capacité de production, devient rentable à partir de 1.375.000 € de chiffre d’affaires réalisé, ou de 57. 895 calculatrices vendues. Elle devient rentable à partir du 14 avril. Par conséquent, elle a tout intérêt à doubler sa capacité de production, cela lui permet de réaliser un bénéfice plus important (2.700.000 € au lieu de 1.150.000 €).
  • 93. Exercice I. Seuil de rentabilité et point mort Une société est spécialisée dans la fabrication de sommiers électriques : - Le chiffre d’affaires hors taxes pour l’exercice N s’élève à 2 066 000 € ; - Les coûts variables représentent 43% du chiffre d’affaires ; - L’entreprise a réalisé un résultat d’exploitation de 237 590 € ; - La société est fermée au mois d’août ; - Le rythme des ventes est régulier sur les mois d’activité. 1) - Calculez le seuil de rentabilité d’après la relation : Marge sur coût variable = Chiffre d’affaires 2) - Déterminez à quelle date le seuil de rentabilité est
  • 94. Exercice I. Seuil de rentabilité et point mort Une société est spécialisée dans la fabrication de sommiers électriques : - Le chiffre d’affaires hors taxes pour l’exercice N s’élève à 2 066 000 € ; - Les coûts variables représentent 43% du chiffre d’affaires ; - L’entreprise a réalisé un résultat d’exploitation de 237 590 € ; - La société est fermée au mois d’août ; - Le rythme des ventes est régulier sur les mois d’activité. 1) - Calculez le seuil de rentabilité d’après la relation : Marge sur coût variable = Chiffre d’affaires 2) - Déterminez à quelle date le seuil de rentabilité est
  • 95. Corrigé 1) - Calcul du seuil de rentabilité Pour calculer le seuil de rentabilité, il est nécessaire de déterminer le taux de marge sur coût variable et le montant des charges fixes. Si les coûts variables représentent 43% du Chiffre d’affaires, le taux de marge sur coût variable est égal à: 100% - 43% =57% du chiffre d’affaires Soit: 2.066.000 x 57% = 1.177.620 € Les coûts fixes s’obtiennent par différence entre la marge sur coût variable et le résultat d’exploitation, soit: 1.177.620 – 237.590 = 940.030 € Le seuil de rentabilité se calcule à l’aide de la formule suivante: Coûts fixes/Taux de marge sur coût variable soit 940.030/0,57 = 1.649.175 €
  • 96. Corrigé (suite) Le point mort s’obtient de la manière suivante: (Seuil de rentabilité/Chiffre d’affaires) x Nombre de jours d’activité Soit: (1.649.175/2.066.000) x 330 = 263 Jours Il faut 263 jours d’activité sur 330 pour atteindre le seuil de rentabilité. La date correspondante est le 23 octobre, en tenant compte du mois de fermeture.
  • 97. Exercice II. La société Fellec a fabriqué au cours du mois de septembre, 300 produits vendus 30,50 € pièce. Les achats de matières premières du mois de septembre se sont élevés à 854 € et leur variation de stocks à 61 € ; les autres charges variables ont été de 3660 €. Les charges fixes sont de 1220 € pour le mois de septembre. Une modification des conditions de production permettra de réduire de 4% les charges variables mais augmentera de 137 € les charges fixes. 1) - Calculez le seuil de rentabilité en valeur et en quantité pour le mois de septembre. 2) - Déterminez et appréciez le seuil de rentabilité et le résultat prévisionnel en tenant compte des modifications des conditions de production.
  • 98. Corrigé 1) – Seuil de rentabilité pour le mois de septembre La détermination du seuil de rentabilité nécessite les calculs suivants: Chiffre d’affaires = 300 x 30,50 = 9.150 € Coût variable = 854 + 61 + 3.660 = 4.575 € Marges sur coût variable = Chiffre d’affaires – Coût variable = 9.150 – 4.575 = 4.575 € Coûts fixes = 1.220 € Résultat = Marges sur coût variable – Coûts fixes = 4.575 – 1.220 = 3.355 € Seuil de rentabilité = Coûts fixes/ Taux de marge sur coût variable Soit: 1.220/0,50 = 2.440 € Seuil de rentabilité en quantité = Seuil de rentabilité en valeur =
  • 99. Corrigé (suite) 2) – Seuil de rentabilité et résultat prévisionnels Nouveau coût variable: 4.575 – (4.575 x 4%) = 4.392 € Nouvelle marge sur coût variable: 9.150 – 4.392 = 4.758 €, soit 52% Nouveaux coûts fixes: 1.220 + 137 = 1.357 € Seuil de rentabilité prévisionnel: 1.357/0,52 = 2.610 € Le seuil de rentabilité prévisionnel est supérieur au seuil de rentabilité du mois de septembre, donc le risque de l’entreprise augmente. Résultat prévisionnel: (Taux de MCV x CA) – Charges fixes = (0,52 x 9.150) – 1.357 = 3.401 € Le résultat prévisionnel est supérieur au résultat actuel. La modification des conditions d’exploitation a donc un effet
  • 100. MARGE DE SECURITE (MS) Lorsque le chiffre d’affaires dépasse le seuil de rentabilité, la marge de sécurité est la partie de chiffre d’affaires excédant ce seuil (CA réel ou prévisionnel). Marge de sécurité (MS) = Chiffre d’Affaires (CA) – Seuil de Rentabilité (SR). Exemple Soit une entreprise pour laquelle le Chiffre d’Affaires annuel s’élève à 2.375.000 € et que le Seuil de Rentabilité est à 937.500 €. Calculer sa Marge de Sécurité pour l’année Marge de Sécurité = Chiffre d’Affaires – Seuil de Rentabilité Marge de Sécurité = 2.375.000 – 937.500 = 1.437.500 €
  • 101. INDICE DE SECURITE (IS) Il exprime, sous forme d’un taux calculé par rapport au chiffre d’affaires, la marge excédant le seuil de rentabilité. Indice de Sécurité (IS) = Marge de sécurité (MS) x 100 Chiffre d’Affaires (CA) Exemple Soit une entreprise pour laquelle la Marge de sécurité est 1.437.500 € et le Chiffre d’Affaires annuel est égal à 2.375.000 €. Indice de sécurité (IS) = 1.437.500 x 100 = 60,5 % 2.375.000
  • 102. Exercice L’entreprise PAROT communique le compte de résultat différentiel suivant : Déterminer: le seuil de rentabilité (SR), le point mort (PM), la marge de sécurité (MS), l'indice de sécurité (IS).
  • 103. Exercice Le chiffre d'affaires annuel se décompose ainsi: 1er trimestre : 220 000 €, 2nd trimestre : 200 000 €, 3ème trimestre : 120 000 €, 4ème trimestre : 110 000 € Le seuil de rentabilité étant inchangé, déterminer le point mort. Corrigé Seuil de Rentabilité (SR) = 175,000/0,3846 = 455,018,20 € Point Mort (PM) = (455,018,20/650,000) x 360 = 252 jours Marge de Sécurité = 650,000 – 455,000 = 195,000 € Indice de Sécurité = (195,000/650,000) x 100 = 30%
  • 104. Corrigé Point mort dans le cas d’une activité saisonnière: Le seuil de rentabilité (455,018,20 €) se situe entre T2 et T4. Durée dans T3 = 455,018,20 – 420,000 x 90 jours = 27 jours dans T3 540,000 – 420,000
  • 105. EVOLUTION DES CONDITIONS D'EXPLOITATION Les conditions d’exploitation peuvent évoluer et se traduire par : • une modification de la structure ou de l’infrastructure, • une modification du taux de marge, • un changement de niveau d’activité, • une diversification de la production. Toutes ces modifications entrainent des conséquences sur les coûts et nécessitent par conséquent la détermination d’un nouveau seuil de rentabilité. Changement de structure Tout nouvel investissement induit de nouveaux amortissements et l’embauche de personnel donc une augmentation des charges fixes d’où un déplacement du
  • 106. Exemple On vous communique les informations suivantes concernant une entreprise qui envisage un nouvel investissement: Charges fixes actuelles: 150,000,000 Ar Taux de marge sur coût variable: 30% Charges fixes prévues: 210,000,000 Ar Taux de marge inchangé. Quelles sont les conséquences sur le seuil de rentabilité? SR dans la structure actuelle: 150,000,000/0,30 = 500,000,000 Ar SR dans la structure nouvelle: 210,000,000/0,30 = 700,000,000 Ar L’augmentation des charges fixes s’accompagne d’une
  • 107. Modification du taux de marge L’évolution des coûts d’achat des matières premières et des coûts de production ainsi qu’un changement de prix de vente modifient le taux de marge et donc le seuil de rentabilité. Exemple On vous communique les informations suivantes concernant une entreprise: Marge sur coût variable unitaire: 20 € par produit Charges fixes totales: 400,000 € Une augmentation du coût variable réduit la marge de 25% Le prix de vente reste stable. Au moment de la hausse du coût variable, l’entreprise a déjà produit 10,000 Articles.
  • 108. Corrigé SR actuel (en quantité) = 400,000/20 = 20,000 Articles SR nouveau: Nouvelle MCV unitaire = 20 x 75% = 15€ par unité Quantité déjà produite: 10,000 unités CF pour 10,000 unités = Charges fixes totales: 400,000 € 200,000 € Soit X le SR nouveau en quantité CF pour 10,000 unités: 200,000 € MCV pour 10,000 unités: 15 € x (X – 10,000 unités). MCV = CF 15 x (X – 10,000) = 200,000 X = 23,333 unités. La diminution du taux de MCV s’accompagne d’une augmentation de seuil de rentabilité.
  • 109. Notion de paliers d'activité Les charges de structure ou charges fixes ne dépendent pas de l’activité mais leur montant est déterminé pour un niveau d’activité. Par conséquent, elles augmentent par paliers. Tout changement de structure (nouveaux investissements) entraîne une majoration des charges fixes (nouveaux amortissements) et donc un nouveau seuil de rentabilité.
  • 110. Exemple Soit une entreprise pour laquelle: Charges fixes annuelles actuelles: 800,000 € Chiffre d’affaires maximum réalisable: 1,800,000 € Taux de marge actuel: 50%. Pour accroître le chiffre d’affaires, le supplément de charges fixes s’élève à 160,000 €. Quels sont les deux seuils de rentabilité (SR1et SR2) ? SR1 = 800,000/0,50 = 1,600,000 € Nouvelles charges fixes = 800,000 + 160,000 = 960,000 € SR2 = 960,000/0,50 = 1,920,000 € Quel chiffre d’affaires l’entreprise doit-elle réaliser pour maintenir le résultat?
  • 111. Exemple (suite) Résultat actuel = MCV – CF = (1,800,000 x 50%) – 800,000 = 100,000 € (bénéfice). 100,000 = MCV2 – 960,000 MCV2 = 960,000 + 100,000 = 1,060,000 € MCV2 = 50% du CA à atteindre. CA à atteindre : MCV2/0,50 = 1,060,000/0,50 = 2,120,000 €
  • 112. Diversification de la production Lorsqu’une entreprise diversifie sa production ou réalise une multi production, il est nécessaire de déterminer par produit, un taux de marge sur coût variable. Les produits sont classés par ordre décroissant de taux de marge soit en fonction de leur contribution à la couverture des charges fixes. La production et la distribution seront orientées en priorité vers les produits les plus rentables c’est à dire vers ceux qui dégagent la plus forte marge et qui contribuent ainsi le mieux à l’absorption des charges fixes. La recherche du résultat maximum tient compte de diverses contraintes : capacité de production, marge unitaire, besoin du marché, … La production est donc réalisée sous contraintes avec
  • 113. Levier d'exploitation ou opérationnel (Lo) Il détermine l’élasticité du résultat d’exploitation, avant éléments financiers et éléments exceptionnels, par rapport au chiffre d’affaires.
  • 114. Exemple Situation actuelle d’une entreprise: Chiffre d’affaires: 500,000 € Résultat: 50,000 € Taux de marge sur coût variable: 40% Charges fixes: 150,000 € Si le chiffre d’affaire augmente de 10%, quelle est la variation du résultat? Quel est le levier opérationnel et sa signification?
  • 115. Exemple CA1 = 500,000 € CA2 = 500,000 x 1,10 = 550,000 € Variation du CA = 550,000 – 500,000 = 50,000 € Résultat d’exploitation 1 = 50,000 € Résultat d’exploitation 2 = (550,000 x 0,40) – 150,000 = 70,000 € Variation du résultat d’exploitation = 70,000 – 50,000 = 20,000 € LO = (20,000/50,000)/(50,000/500,000) = 4
  • 116. Bilan fonctionnel Définition  Le bilan fonctionnel est un bilan dans lequel les ressources et les emplois sont classés par fonction (fonctions financement, investissement et exploitation).  Il s'établit à partir du bilan comptable avant répartition du résultat (le résultat de l'exercice est donc inclue dans les capitaux propres).  Mais les termes actif/passif sont remplacés ici par les notions d'emplois/ressources.
  • 117. Distinction entre bilan comptable et bilan fonctionnel  Le bilan comptable est une photographie de la situation d’une entreprise, décrivant ses emplois (ses biens = Actif) et ses ressources (ses dettes = Passif) à une date donnée. Il ne permet cependant pas de mettre en évidence les ressources stables d’une entreprise, ni les emplois nécessaires à l’exploitation.  Le bilan fonctionnel est un bilan condensé qui donne une vision de l’entreprise en terme d’emplois et de ressources. Il permet de déterminer quelles ont été les politiques d’investissement et de financement des années passées. Il est fondé sur la continuité de l’activité de l’entreprise. Dans un bilan fonctionnel, les ressources et les emplois :  sont évalués à leur valeur d’origine (valeur brute)
  • 118. Rôle du bilan fonctionnel  Apprécier la structure fonctionnelle de l’entreprise  Déterminer l’équilibre financier, en comparant les différentes masses du bilan classées par fonction.  Evaluer les besoins financiers et les ressources dont dispose l’entreprise et en observant le degré de couverture des emplois par les ressources.
  • 119.
  • 120. Les caractéristiques du bilan fonctionnel  C'est un bilan reprenant les valeurs brutes à l'actif (avant amortissements et provisions pour dépréciation) et dressé avant répartition du résultat de l'exercice.  Les amortissements et provisions pour dépréciation viennent au passif, avec les capitaux propres.  Les dettes financières (c'est-à-dire les dettes à l'égard des établissements de crédit, ou les emprunts) sont séparées des dettes non-financières (dettes à l'égard des fournisseurs, dettes fiscales et sociales...) au passif.  Les dettes financières, elles-mêmes, sont divisées en dettes financières stables et en dettes de trésorerie (ex: découvert bancaire).
  • 121. Le bilan fonctionnel Grille de lecture du bilan On distingue trois sous-ensembles au sein de l’actif et du passif : les éléments stables, les éléments circulants, la trésorerie.
  • 122. Les éléments stables A l’actif : les immobilisations, pour leur valeur brute, Au passif : - les capitaux propres, - les amortissements et provisions (y compris ceux figurant à l’actif), - les dettes financières (sauf découverts).
  • 123. Les éléments circulants A l’actif : les stocks et les créances, pour leur valeur brute, Au passif : les dettes non financières (fournisseurs, salariés, Etat, etc …).
  • 124. La trésorerie A l’actif : les liquidités (caisse, comptes bancaires positifs et valeurs mobilières de placement). Au passif : les découverts bancaires.
  • 125. Structure du bilan fonctionnel
  • 126. Le Fonds de roulement Le Fonds de roulement ( F.R. )  Les capitaux stables doivent financer l’actif stable. Le Fonds de roulement correspond au surplus de financement stable, c’est une marge de sécurité pour l’entreprise.  Fonds de roulement = Capitaux stables - Actif stable ou [( Actif circulant + Disponibilités) - (Dettes circulantes + Trésorerie passive)]  si F.R. > 0 alors l’équilibre financier est préservé (financement des actifs stables en totalité par les capitaux stables).  si F.R. < 0 alors il existe un risque financier important (financement des actifs stables par une partie des dettes
  • 127. Le Fonds de roulement  De façon simplifiée, on considère que les emplois stables (les investissements) doivent être couverts par des ressources stables.  La différence entre les ressources stables et les emplois stables est appelée fonds de roulement. Fonds de roulement = ressources stables – emplois stables  Il est calculé à partir du bilan, comme la différence entre le financement permanent et l’actif immobilisé.  Cette différence est en principe positive et représente une ressource permanente de financement.  Toutefois, exceptionnellement, le fonds de roulement peut être négatif dans le cas où le total de l’actif immobilisé dépasse le total du financement permanent.
  • 128. Le Fonds de roulement
  • 129. Le Fonds de roulement  C’EST LA PARTIE DES CAPITAUX PERMANENTS QUI N’EST PAS INVESTIE A LONG TERME.  C’EST DONC UNE RESSOURCE PERMANENTE QUI EST INVESTIE A COURT TERME. Exemple Un entrepreneur veut créer une entreprise. Il dispose d’un capital de $100,000 (pas de dette). Il investit $70,000 dans les immobilisations (Immeuble, machinerie, frais d’études, frais de constitution, etc.). L’entrepreneur décide de démarrer avec un FDR de $30,000, soit la partie de son capital qu’il n’investit pas dans les immobilisations. D’où une première formule du fonds de roulement: FDR = Capitaux permanents – Actifs à LT
  • 130. Présentation du bilan de démarrage de notre entrepreneur Encaisse 30,000 Immobilisations (ALT) 70,000 Total actif 100,000 Capitaux permanents (CP) 100,000 FDR = CP - ALT 30,000
  • 131. Notre entrepreneur achète cash $10,000 de matières premières. Voyons comment cela affecte son bilan et son FDR. Encaisse 20,000 Stocks 10,000 Total de l’actif à ct 30,000 Immobilisations (ALT) 70,000 Total de l’actif 100,000 Capitaux à ct 0 Capitaux permanents (CP) 100,000 Total des capitaux 100,000 FDR= CP - ALT 30,000
  • 132. Supposons naintenant que notre entrepreneur achète à crédit $15,000 de matières premières additionnelles. Voyons ce qui arrive au bilan et au FDR Encaisse 20,000 Stocks 25,000 Total de l’actif à ct 45,000 Immobilisations (ALT) 70,000 Total de l’actif 115,000 Dettes à ct 15,000 Capitaux permanents (CP) 100,000 Total des capitaux 115,000 FDR= CP – ALT = 100000-70000 30,000
  • 133. Remarques Le Fonds de Roulement n’est pas l’actif à court terme mais l’excédent de l’actif à court terme sur le passif à court terme. FR = Actif à court terme – passif à court terme FR = 45,000 – 15,000 = 30,000 Deux formules du Fonds de Roulement 1. FR= Capitaux permanents - Actifs à LT 2. FR = Actif à court terme – Passif à court terme
  • 134. De ces deux formules découlent 4 définitions du fonds de roulement FDR 1. La partie des capitaux permanents qui n’est pas investie à LT 2. La partie des capitaux permanents qui est investie à CT 3. La partie de l’actif à court terme qui n’est pas financée par des dettes à CT 4. La partie de l’actif à CT financée par des capitaux permanents
  • 135. Besoin en fonds de roulement, Trésorerie et Equilibre financier Le Besoin en fonds de roulement (BFR)  C’est le besoin de financement de l’entreprise lié à son cycle d’exploitation.  BFR = (Stocks + créances) - dettes circulantes La Trésorerie (T)  Elle participe avec le FR au financement du cycle d’exploitation.  T = Disponibilité - Concours bancaires L’équilibre financier  Fonds de roulement = Besoin en fonds de roulement + Trésorerie  Si FR > BFR alors l’entreprise dispose d’une marge de sécurité de financement et dégage des disponibilités.  Si FR < BFR alors l’entreprise doit recourir à un endettement financier à court terme (concours bancaires).
  • 136. Analyse du bilan fonctionnel Les ressources stables doivent couvrir : - les emplois stables, - et la partie structurelle du BFR. Les variations conjoncturelles du BFR sont absorbées par la trésorerie.
  • 137. Évolution du BFR BFR temps Montant Niveau structurel du BFR Variations conjoncturelles du BFR
  • 138. Situation financière saine BFR temps Montant FR T- T+ T- T- T+ BFR > FR  T < 0 BFR < FR  T > 0
  • 141. Equilibre et déséquilibre Une trésorerie temporairement négative n’est pas un déséquilibre (variations saisonnières du BFR). Une trésorerie structurellement négative est le signe d’un bilan déséquilibré. La résolution d’un déséquilibre nécessite : soit l’augmentation du fonds de roulement (haut de bilan) soit la diminution du besoin en fonds de
  • 142. Exemple: le fonds de roulement et le besoin en fonds de roulement peuvent être calculés à partir du bilan Bilan au 31/12/17 Actif Passif Immobilisation 56.00 0 Capitaux 45.000 Stocks 8.000 Dettes à Long Terme 14.000 Créances 19.00 0 Dettes à Court Terme 26.000 Trésorerie 2.000 Totaux 85.00 0 Totaux 85.000
  • 143. Exemple: le fonds de roulement et le besoin en fonds de roulement peuvent être calculés à partir du bilan FR = Capitaux (Apports) + Dettes à LT (Emprunts) – Immobilisations (Investissements) FR = 45.000 + 14.000 – 56.000 = 3.000 BFR = Stocks + Créances (clients) – Dettes à CT (Fournisseurs) BFR = 8.000 + 19.000 – 26.000 = 1.000 Trésorerie = FR – BFR Trésorerie = 3.000 – 1.000 = 2.000 L’analyse n’est pas réalisée à partir du bilan comptable mais à partir du bilan comptable retraité appelé bilan fonctionnel.
  • 145. Exercice d’application  Travail à faire : 1. Réaliser le bilan fonctionnel au 31/12/N et 31/12/N-1 2. Calculer le fond de roulement, le besoin en fond de roulement d’exploitation, hors exploitation et total et la trésorerie 3. Que pensez-vous de la situation et de l’évolution
  • 147. 2.Calcul du fond de roulement, du besoin en fonds de roulement et de la trésorerie N N+1 ECART FR 36,000 € 48,000 € 12,000 € BFR Exploitation 19,100 € 61,700 € 42,600 € BFR Hors Exploitation 21,400 € 7,200 € 28,600 € BFR Total 40,500 € 54,500 € 14,000 € Trésorerie 4,500 € 6,500 2,000 €
  • 148. 3.Que pensez-vous de la situation et de l’évolution?  FR :La société ne finance pas son actif stable par du passif stable => une partie des investissements à long terme est financée par des financements à court terme (-48 000 en N-1 et – 36 000 en N). Même si la situation s’améliore (-12 000) de N-1 à N, la situation n’est pas très satisfaisante, car il est préférable de financer les actifs durables par des ressources durables.  BFRE :L’entreprise n’a pas de besoins en fonds de roulement et au contraire dégage des excédents de financement, ce qui lui permet de financer les besoins durables. Attention l’excèdent dégagé se dégrade.  BFRHE :Le besoin de 7200 en N-1 s’est transformé en excédant de BFRHE de 21 400 en N. La situation s’améliore, mais compte tenu du fait que cette amélioration se fait sur des éléments hors exploitations courantes, cette amélioration peut être temporaire. Il vaudrait mieux améliorer la situation d’exploitation.  BFR :Le besoin en fonds de roulement diminue de 14 000 et notamment par une diminution du BFRE.
  • 149. Exercice d’application La SARL FRIMO fait la fabrication et la commercialisation des fenêtres et des baies vitrées en aluminium. L’exercice comptable coïncide avec l’année civile. La gérante de la société souhaite connaître la situation financière de cette entreprise. En consultant les annexes 1 et 2, elle vous demande d’analyser cette situation à partir du bilan fonctionnel de l’entreprise. Travail à faire: 1. Établir le bilan fonctionnel en utilisant L’annexe A . 2. Calculez le fonds de roulement net global, le besoin en fonds de roulement global, la trésorerie nette ; exprimez la relation existant entre les indicateurs calculés précédemment. 3. Calculez les ratios de couverture des immobilisations et d’indépendance financière de L’entreprise. 4. Commentez la situation financière de L’entreprise . 5. FRIMO désire acheter une nouvelle machine pour ses ateliers d’un montant de 20 000 € HT en demandant à sa banque un emprunt. 5.1 La banque acceptera t-elle de financer ce projet intégralement ? Justifiez votre réponse. 5.2 Quelles autres solutions réalistes sont envisageables pour disposer de cette machine ?
  • 150. ANNEXE 1 – BILAN DE LA SOCIÉTÉ FRIMO AU 31/12/2006
  • 151. Annexe 2: Ratios du secteur  Ratio de couverture des immobilisations =Ressources stables/Valeur des immobilisations brutes = 1,7 Ratio d’indépendance financière =Emprunts + concours bancaires/Capitaux propres + amortissements et dépréciations= 0,52
  • 152. Bilan fonctionnel à partir de l’annexe 1
  • 153. Corrigé (suite) 2. Calculez le fonds de roulement net global, le besoin en fonds de roulement global, la trésorerie nette: FRNG= Capitaux stables – emplois stables = (79 838 – 36 788) = 43 050 BFRE = actif circulant d’exploitation – passif circulant d’exploitation =(51 128 +3 2 392) – (14 400 +20 920 + 3 230 + 920)= 83 520 –3947 =44 050 BFRHE =actif circulant hors exploitation – passif circulant hors exploitation=0 BFRNG = BFRE + BFRHE = 44 050 + 0 = 44 050 TN = Trésorerie active – Trésorerie passive= 5 130 – 6 130 = – 1 000 Exprimez la relation existant entre les indicateurs calculés précédemment : Trésorerie nette = Fonds de roulement net global – Besoin en fonds de roulement global – 1 000 = 43 050 – 44 050 3. Calculez les ratios de couverture des immobilisations et d’indépendance financière de l’entreprise. Ratio de couverture des immobilisations = (ressources stables) / (valeur des immobilisations brutes) = 79 838 / 36 788 = 2,17 Ratio d’indépendance financière = (emprunts + concours bancaires) / (capitaux propres + amortissements et provisions) = (29 714,00 + 6 130) / (43 931,10 + 6 192,90) = 35 844 / 50 124 = 0,72
  • 154. Corrigé (suite) 4. Commentez la situation financière de l’entreprise . Le BFR est financé, en partie par des ressources stables, en partie par des concours bancaires ; Les ressources stables financent les emplois stables (équilibre financier respecté). Ce ratio est bien supérieur à celui du secteur ; L’entreprise a encore des possibilités d’endettement, le ratio n’ayant pas atteint 1. Il faut cependant réfléchir avant de s’endetter davantage car elle est plus endettée que les entreprises du secteur ; La trésorerie nette est négative, on peut augmenter le FRNG (emprunt par exemple) ou diminuer le BFRN qui est probablement excessif et devrait pouvoir être réduit. 5. FRIMO désire acheter une nouvelle machine pour ses ateliers d’un montant de 20 000 € HT en demandant à sa banque un emprunt. Quelles autres solutions réalistes sont envisageables pour disposer de cette machine ? Louer le matériel (ou crédit bail), augmenter l’autofinancement
  • 155. Etude de la rentabilité économique de l’investissement
  • 156. Les méthodes comptables de mesure de la rentabilité Le Délai de Récupération du Capital Investi (D.R.C.I.) 1°) Principe : le D.R.C.I. est la durée au bout de laquelle le cumul des recettes nettes d’exploitation ou flux nets de trésorerie est égal au montant des capitaux investis. L’objectif de ce calcul est de préserver l’équilibre financier de l’entreprise. 2°) Méthode de calcul : 1ère étape : cumuler les flux de trésorerie 2ème étape : rapprocher le montant de l’investissement avec le cumul des flux 3ème étape : déduire la durée nécessaire pour effectuer « le retour sur investissement »
  • 157. Le délai de récupération du capital investi
  • 158. Le délai de récupération du capital investi
  • 159. Le délai de récupération du capital investi Exemple : Soit un investissement d'un montant de 15 000 €, d'une durée de 5 ans, générant une recette nette annuelle de 4 000 €. Combien de temps faut-il pour réaliser le « retour sur investissement » ? Le délai de récupération du capital investi Le retour sur investissement se réalisera dans le courant de la 4ème année. Durée précise = 3 ans + 12 mois x [(15.000 –
  • 160. Les méthodes comptables de mesure de la rentabilité Le Taux de Rentabilité (ou de Rendement) Comptable (T.R.C.) 1°) Principe : Il exprime sous la forme d’un % la part de bénéfice annuel moyen par rapport au montant de l’investissement initial 2°) Méthode de calcul : T.R.C. = Bénéfice annuel moyen / Montant de l’investissement Exemple : Soit un investissement de 40 000 € sur 6 ans. Bénéfices comptables annuels en Euros : 4 800, 4 500, 4 000, 6 500, 5 000, 4 200. Quels sont :  le bénéfice annuel moyen ?  le taux de rendement comptable ?
  • 161. Le Taux de Rentabilité (ou de Rendement) Comptable (T.R.C.) Bénéfice annuel moyen Bénéfice moyen = (4 800 + 4 500 + 4 000 + 6 500 + 5 000 + 4 200) / 6 = 4 833,33 € Taux de rendement comptable T.R.C. = Bénéfice moyen / Montant de l'investissement = 4 833,33 / 40 000,00 = 12 % Remarque : Cette méthode simple est utilisée par les P.M.E.
  • 162. Les méthodes basées sur l’actualisation
  • 163. Rappel des principes de l’actualisation  La technique de l’actualisation permet d’évaluer aujourd’hui l’équivalent d’un flux monétaire futur à l’aide d’un taux qui tient compte de l’inflation et du risque encouru par l’investisseur.  L'actualisation est le calcul qui sert à ramener à une même base des flux financiers non directement comparables. En effet, ces flux se produisant à des dates différentes, ils ne représentent pas la même valeur monétaire, ils doivent alors être actualisés avant de pouvoir les comparer et d'effectuer sur eux des opérations arithmétiques.  Pour simplifier, la notion d'actualisation s'appuie sur l'idée que la valeur d'un euro aujourd'hui n'est pas la même que celle d' un euro dans trois ans.  Actualiser la valeur de flux ou de revenus se produisant à des dates différentes dans le temps consiste à calculer leur
  • 164. Rappel des principes de l’actualisation
  • 165. Méthode et formule d’actualisation: les flux à actualiser sont Dépenses liées à l’investissement (moins le prix de cession de l’ancien équipement) : prix d’acquisition de l’immobilisation, frais initiaux éventuels, accroissement du B.F.R. Recettes nettes d’exploitation (encaissements - décaissements) ; Valeur résiduelle de l’investissement à la fin de la période d’utilisation ; Récupération de la variation du B.F.R.E. en fin de période.
  • 167. Exemple VAN > 0 ; donc l’investissement est rentable
  • 168. L’indice de profitabilité 1°) Principe : Il exprime le rapport entre les flux nets de trésorerie actualisés et le montant de l’investissement. 2°) Méthode de calcul : I.P. = Flux Nets de Trésorerie actualisés /Investissement 3°) Critères d'appréciation : => I.P. > 1 : investissement rentable; => I.P. = 1 : équilibre : taux de rentabilité = taux d'actualisation; => I.P. < 1 : investissement non rentable.
  • 169. L’indice de profitabilité Exemple : Soit un investissement de 1 200 € qui permet de dégager des flux nets de trésorerie d'un montant de 1 648,19 €. Quel est l'indice de profitabilité de cet investissement ? => Solution : I.P. = 1 648,19 / 1 200,00 = 1,37 => Conclusion : I.P. > 1 donc l'investissement est rentable.
  • 170. Le taux de rentabilité interne