SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  38
Gilles St-Laurent
   Consultant
   Une nécessaire évolution (Les structures…)
   La notion de coût (Prix) et de coût global
   Le coût global élémentaire, partagé et élargi.
   Intégration de la notion de développement
    durable
   L’absolue nécessité du changement
   Conclusion
20 IÈME SIÈCLE              21 IÈME SIÈCLE

   Orientées produit par      Orientées sur les
    produit                     processus


   L’approvisionnement =      L’approvisionnement
                                intègre la logistique et
    dépense                     devient le principal
                                centre d’investissement
                                dans une organisation
                                qui veut réduire ses
                                coûts d’opération.
20 IÈME SIÈCLE                21 IÈME SIÈCLE

   Travail en silo.              L’information et sa
                                   gestion devient le
                                   principal « Core
                                   Business ».
   Processus longs, lourds,
    dont les acteurs sont         Les processus doivent
    parfois distants et            devenir efficaces,
    séparés.                       efficients et limpides.
20 IÈME SIÈCLE                 21 IÈME SIÈCLE

   Une grande quantité de        Des systèmes
    papier pour justifier un       d’informations qui
    nombre important de            favorisent les
    processus.                     transactions système à
                                   système.
   Une grande                    Les actions sont
    décentralisation des           d’avantage centralisées,
    actions                        mais balisées par les
                                   partenaires internes
                                   (directions et services)
20 IÈME SIÈCLE            21 IÈME SIÈCLE

   La considération         Grande considération
    première = Le prix.       du coût global en
                              intégrant les
                              préoccupations de
                              développement
                              durable.
Coût de
             Production
Coût des
 ventes




           Profit




  Prix du produit
   Coût initial:
       Notion du 20 ième siècle
       Le simple prix
Ampoules 40 W    Ampoules 11 W     Ampoules 3 W
                     Incandescentes   Fluorocompactes   LEDS
Coût initial (Prix       0.50 Ch.         8.00 Ch.         20.00 Ch.
soumis)
   Coût global:
       Notion du 21 ième siècle
       Coût initial + Coûts différés – Valeur résiduelle
Ampoules 40 W      Ampoules 11 W     Ampoules 3 W
                  Incandescentes     Fluorocompactes   LEDS
Prix soumis           0.50 Ch.           8.00 Ch.         20.00 Ch.
Durée en heures       1000 h.            5000 h.           50000 h.
Consommation      0,33 Cent D’E/h.   0,09 Cent D’E/h   0,02 Cent D’E/h.
Ampoules 40 W       Ampoules 11 W       Ampoules 3 W
                    Incandescentes      Fluorocompactes     LEDS
Prix soumis             0.50 Ch.            8.00 Ch.            20.00 Ch.
Équivalence          50 x 0.50= 25.00    10 x 8.00= 80.00    1 x 20.00= 20.00
rendement
Consommation             220.00               61.00               17.00
Cout Total global        245.00              141.00               37.00
   Coût global élémentaire:
       Somme des dépenses d’investissement et des coûts
        actualisés de gestion d’entretien et d’exploitation.
   Coût global élargi:
       Coût global actualisé plus ce qu’un bâtiment abritera
        durant sa vie, par exemple. Ce peut aussi être
        l’impact de ce qu’un équipement majeur peut
        représenter comme coût latéral durant sa vie utile.
   Coût global partagé:
       Coût global élargi plus les impacts sur le groupe
        impliqué, tel une société ou des acteurs communs
        dans une approche unifiée.
   Pistes de solutions pour intégrer la notion de
    coût global dans un processus d’appel aux
    marchés:
       Couts global élémentaire, élargi ou partagé.
         Les ouvertures de la LCOP c C 65.1: Article 19.
LCOP(c C-65.1, r 2)
     19. Malgré l'article 10, un organisme public peut décider d'évaluer le
   niveau de qualité d'une soumission; il sollicite alors un prix et une
   démonstration de la qualité en fonction de critères d'évaluation
   prédéterminés.

    L'organisme public doit prévoir dans les documents d'appel d'offres les
    règles d'évaluation de la qualité des soumissions, incluant les critères
    d'évaluation retenus et, aux fins de l'application de l'annexe 2, leur
    poids respectif.

    Le prix et la démonstration de la qualité doivent être présentés
    séparément afin de permettre l'application du premier alinéa de l'article
    24. En plus des cas prévus à l'article 7, les conditions de conformité
    doivent indiquer que le défaut de respecter cette exigence entraîne le
    rejet automatique d'une soumission.

    D. 531-2008, a. 19.
-Temps d’impression d’un texte de 10 pages en
  mode brouillon, standard et haute qualité
-Temps d’impression d’un document combinant
  texte, image et graphique en mode standard en
  couleurs et en niveaux de gris
-Temps d’impression d’une photo A4 en
  couleur en mode photo à la résolution
  maximale
-Tests de performances de numérisation et
  copie
-Tests de Qualités…
   Pistes de solutions pour intégrer la notion de
    coût global dans un processus d’appel aux
    marchés pour un groupe:
       Couts global élémentaire, élargi ou partagé.
         Les ouvertures de la loi c C 65.1: Article 19.
         Les ouvertures de la loi c C 65.1: Article 16.
   SECTION I
    CONTRAT À COMMANDES

    16. Un organisme public peut conclure un contrat à
    commandes avec un ou plusieurs fournisseurs lorsque des
    besoins sont récurrents et que la quantité de biens, le
    rythme ou la fréquence de leur acquisition sont incertains
   …
   Toutefois, de telles commandes peuvent être attribuées à
    l'un ou l'autre des fournisseurs retenus dont le prix
    soumis n'excède pas de plus de 10% le prix le plus bas, à la
    condition que cette règle d'adjudication soit autorisée par
    le dirigeant de l'organisme public avant la diffusion de
    l'avis d'appel d'offres.
   Cycle de vie:
       Le cycle de vie d’un matériau commence dès
        l’extraction de la matière première et se termine lors
        de sa mise en déchetterie ou de son ou ses
        recyclages successifs, en passant par son entretien.
   Développement durable:
       Le développement durable est un développement
        qui répond aux besoins du présent sans
        compromettre la capacité des générations futures à
        répondre aux leurs. (Mme Gro Harlem Brundtland,
        L’avenir de la Terre , 1987).
   Économie (de moyens):
       Comment satisfaire au mieux un besoin avec le
        minimum de ressources non renouvelables, en
        consommant le minimum d’énergie, et en émettant
        le minimum de gaz à effet de serre.
   Empreinte écologique :
       L’empreinte écologique comptabilise la demande
        exercée par les hommes envers les « services
        écologiques » fournis par la nature.
   Énergie grise:
       L’énergie grise contenue dans un matériau
        correspond à la somme de toutes les énergies
        nécessaires à la production, la fabrication ,
        l’utilisation et enfin, au recyclage des matériaux.
   Énergie finale:
       L’ensemble des énergies se situant en fin de chaîne.
        Il s’agit de l’énergie Consommable et facturable.
   Projet de loi no 118
    (2006, chapitre 3)
    Loi sur le développement durable
   c) «protection de l’environnement » : pour parvenir à un développement
    durable, la protection de l’environnement doit faire partie intégrante du
    processus de développement ;
   d) «efficacité économique » : l’économie du Québec et de ses régions doit
    être performante, porteuse d’innovation et d’une prospérité économique
    favorable au progrès social et respectueuse de l’environnement ;
   h) «partenariat et coopération intergouvernementale » : les gouvernements
    doivent collaborer afin de rendre durable le développement sur les plans
    environnemental, social et économique. Les actions entreprises sur un territoire doivent
    prendre en considération leurs impacts à l’extérieur de celui-ci ;
   p) «internalisation des coûts » : la valeur des biens et des services doit
    refléter l’ensemble des coûts qu’ils occasionnent à la société durant tout leur cycle de vie,
    de leur conception jusqu’à leur consommation et leur disposition
    finale.
Ampoules 40 W       Ampoules 11 W       Ampoules 3 W
                    Incandescentes      Fluorocompactes     LEDS
Prix soumis             0.50 Ch.            8.00 Ch.            20.00 Ch.
Équivalence          50 x 0.50= 25.00    10 x 8.00= 80.00    1 x 20.00= 20.00
rendement
Consommation             220.00               61.00               17.00
Cout Total global        245.00              141.00               37.00
Durée de vie du           1 an                4 ans               11ans
produit
Dégagement             150 deg. C.          70 deg C.           32 deg. C
d’énergie Chaleur
Disposition             Déchets              Matière            Déchets
                      domestiques          dangereuse         domestiques
                                            (Mercure)
Autres                 Allumage         2 minutes pour          Allumage
particularités         instantané       plein rendement        instantané
                       (sensibles)         (Sensibles)        (insensibles)
   Pistes de solutions pour intégrer la notion de
    développement durable dans un processus
    d’appel aux marchés:
       Quelle que soit la méthode d’adjudication:
         Les ouvertures de la loi c C 65.1: Article 37.
   SECTION III
    ASSURANCE DE LA QUALITÉ, DÉVELOPPEMENT DURABLE ET
    ENVIRONNEMENT

    37. Un organisme public peut considérer l'apport d'un système d'assurance de la qualité,
    notamment la norme ISO 9001: 2000, ou une spécification liée au développement durable
    et à l'environnement pour la réalisation d'un contrat. Il précise alors l'exigence requise
    dans les documents d'appel d'offres.

    Si l'imposition d'une telle exigence réduit indûment la concurrence, l'organisme public
    doit permettre à tout fournisseur de présenter une soumission et accorder à celui qui
    répond à l'exigence prévue au premier alinéa, une marge préférentielle d'au plus 10%.
    Dans ce dernier cas, le prix soumis par un tel fournisseur est, aux seules fins de
    déterminer l'adjudicataire, réduit du pourcentage de marge préférentielle prévu, et cela,
    sans affecter le prix soumis aux fins de l'adjudication du contrat.

    Le pourcentage de marge préférentielle qui sera appliqué doit être indiqué dans les
    documents d'appel d'offres.

    D. 531-2008, a. 37.
Phase de      Phases de         Phase de
 Phase de      Validation et   Lancement de          choix et    réalisation du   préparation du
préparation   pré-lancement    l’appel d’offres   d’engagement     contrât et        prochain
                                                      légal       d’évaluation        dossier
   Pour la commission Européenne (2009), la
    fonction approvisionnement est considérée
    depuis plusieurs années comme un levier de
    changement stratégique pour matérialiser
    l’engagement des entreprises dans le
    développement durable.
   La fonction approvisionnement doit devenir
    créatrice de valeur dans la durée.
Rencontre annuelle 2012. Développement durable et coût global

Contenu connexe

Similaire à Rencontre annuelle 2012. Développement durable et coût global

La rénovation énergétique du bâti : aussi une question sociale | LIEGE CREATI...
La rénovation énergétique du bâti : aussi une question sociale | LIEGE CREATI...La rénovation énergétique du bâti : aussi une question sociale | LIEGE CREATI...
La rénovation énergétique du bâti : aussi une question sociale | LIEGE CREATI...
Nancy BOVY
 
L’éco-conception : une opportunité Elodie Pechenart Evea
L’éco-conception : une opportunité Elodie Pechenart Evea L’éco-conception : une opportunité Elodie Pechenart Evea
L’éco-conception : une opportunité Elodie Pechenart Evea
AFEIT
 

Similaire à Rencontre annuelle 2012. Développement durable et coût global (20)

Event "Vers la concrétisation des plans d'actions Energie-Climat des villes e...
Event "Vers la concrétisation des plans d'actions Energie-Climat des villes e...Event "Vers la concrétisation des plans d'actions Energie-Climat des villes e...
Event "Vers la concrétisation des plans d'actions Energie-Climat des villes e...
 
Sylfen, Stockage d'énergie long terme par hydrogène
Sylfen, Stockage d'énergie long terme par hydrogèneSylfen, Stockage d'énergie long terme par hydrogène
Sylfen, Stockage d'énergie long terme par hydrogène
 
L'innovation dans la construction, intervention de Pierre-Yves Legrand aux Es...
L'innovation dans la construction, intervention de Pierre-Yves Legrand aux Es...L'innovation dans la construction, intervention de Pierre-Yves Legrand aux Es...
L'innovation dans la construction, intervention de Pierre-Yves Legrand aux Es...
 
Feuille de route REB
Feuille de route REBFeuille de route REB
Feuille de route REB
 
Plan pour la Rénovation du Bâtiment
Plan pour la Rénovation du BâtimentPlan pour la Rénovation du Bâtiment
Plan pour la Rénovation du Bâtiment
 
Escales génie civil 2017 - Innover dans la construction, freins et leviers. F...
Escales génie civil 2017 - Innover dans la construction, freins et leviers. F...Escales génie civil 2017 - Innover dans la construction, freins et leviers. F...
Escales génie civil 2017 - Innover dans la construction, freins et leviers. F...
 
BAFS 2015 Paris : Eric Fromant l'usage comme source dune nouvelle croissance ...
BAFS 2015 Paris : Eric Fromant l'usage comme source dune nouvelle croissance ...BAFS 2015 Paris : Eric Fromant l'usage comme source dune nouvelle croissance ...
BAFS 2015 Paris : Eric Fromant l'usage comme source dune nouvelle croissance ...
 
Intervention Green IT - IUT de Saint-Pierre Ile de La Réunion
Intervention Green IT - IUT de Saint-Pierre Ile de La RéunionIntervention Green IT - IUT de Saint-Pierre Ile de La Réunion
Intervention Green IT - IUT de Saint-Pierre Ile de La Réunion
 
La Rénovation Thermique des Bâtiments par Brice Mallié, chef de Projet The Sh...
La Rénovation Thermique des Bâtiments par Brice Mallié, chef de Projet The Sh...La Rénovation Thermique des Bâtiments par Brice Mallié, chef de Projet The Sh...
La Rénovation Thermique des Bâtiments par Brice Mallié, chef de Projet The Sh...
 
Innovation Circulaire: approches et potentiels
Innovation Circulaire: approches et potentielsInnovation Circulaire: approches et potentiels
Innovation Circulaire: approches et potentiels
 
La rénovation énergétique du bâti : aussi une question sociale | LIEGE CREATI...
La rénovation énergétique du bâti : aussi une question sociale | LIEGE CREATI...La rénovation énergétique du bâti : aussi une question sociale | LIEGE CREATI...
La rénovation énergétique du bâti : aussi une question sociale | LIEGE CREATI...
 
Le Bâtiment, l'empreinte environnementale et les énergies renouvelables
Le Bâtiment, l'empreinte environnementale et les énergies renouvelablesLe Bâtiment, l'empreinte environnementale et les énergies renouvelables
Le Bâtiment, l'empreinte environnementale et les énergies renouvelables
 
https://www.liegecreative.be/evenements/reinventons-les-possibles-creons-les-...
https://www.liegecreative.be/evenements/reinventons-les-possibles-creons-les-...https://www.liegecreative.be/evenements/reinventons-les-possibles-creons-les-...
https://www.liegecreative.be/evenements/reinventons-les-possibles-creons-les-...
 
Batiment et-demarche-hqe
Batiment et-demarche-hqe Batiment et-demarche-hqe
Batiment et-demarche-hqe
 
100 mots de la construction durable par la FFB
100 mots de la construction durable par la FFB100 mots de la construction durable par la FFB
100 mots de la construction durable par la FFB
 
Economie de la fonctionnalité et de la coopération
Economie de la fonctionnalité et de la coopérationEconomie de la fonctionnalité et de la coopération
Economie de la fonctionnalité et de la coopération
 
Plaquette c2 c habitat
Plaquette c2 c habitatPlaquette c2 c habitat
Plaquette c2 c habitat
 
2011 rapport final cosei_batiment
2011 rapport final cosei_batiment2011 rapport final cosei_batiment
2011 rapport final cosei_batiment
 
L’éco-conception : une opportunité Elodie Pechenart Evea
L’éco-conception : une opportunité Elodie Pechenart Evea L’éco-conception : une opportunité Elodie Pechenart Evea
L’éco-conception : une opportunité Elodie Pechenart Evea
 
Soirée débat du 27/01/2010
Soirée débat du 27/01/2010Soirée débat du 27/01/2010
Soirée débat du 27/01/2010
 

Plus de Collecto | Services regroupés en éducation

Plus de Collecto | Services regroupés en éducation (20)

Colloque en SST 2013 - Conférence d'ouverture : Le plan d'action jeunesse en ...
Colloque en SST 2013 - Conférence d'ouverture : Le plan d'action jeunesse en ...Colloque en SST 2013 - Conférence d'ouverture : Le plan d'action jeunesse en ...
Colloque en SST 2013 - Conférence d'ouverture : Le plan d'action jeunesse en ...
 
Colloque en SST 2013 - Atelier D - La sécurité dans les lieux spécifiques d’u...
Colloque en SST 2013 - Atelier D - La sécurité dans les lieux spécifiques d’u...Colloque en SST 2013 - Atelier D - La sécurité dans les lieux spécifiques d’u...
Colloque en SST 2013 - Atelier D - La sécurité dans les lieux spécifiques d’u...
 
Colloque en SST 2013 - Atelier C - Escouade pour l’ergonomie des postes de tr...
Colloque en SST 2013 - Atelier C - Escouade pour l’ergonomie des postes de tr...Colloque en SST 2013 - Atelier C - Escouade pour l’ergonomie des postes de tr...
Colloque en SST 2013 - Atelier C - Escouade pour l’ergonomie des postes de tr...
 
Colloque en SST 2013 - Atelier C - Sécurité des machines : sécurisation d'un ...
Colloque en SST 2013 - Atelier C - Sécurité des machines : sécurisation d'un ...Colloque en SST 2013 - Atelier C - Sécurité des machines : sécurisation d'un ...
Colloque en SST 2013 - Atelier C - Sécurité des machines : sécurisation d'un ...
 
Colloque en SST 2013 - Atelier C - Sécurité des machines : sécurisation d'un ...
Colloque en SST 2013 - Atelier C - Sécurité des machines : sécurisation d'un ...Colloque en SST 2013 - Atelier C - Sécurité des machines : sécurisation d'un ...
Colloque en SST 2013 - Atelier C - Sécurité des machines : sécurisation d'un ...
 
Colloque SST 2013 - Atelier C - Procédure à suivre lors de l'intrusion d'un t...
Colloque SST 2013 - Atelier C - Procédure à suivre lors de l'intrusion d'un t...Colloque SST 2013 - Atelier C - Procédure à suivre lors de l'intrusion d'un t...
Colloque SST 2013 - Atelier C - Procédure à suivre lors de l'intrusion d'un t...
 
Colloque en SST 2013 - Atelier C - Implantation d'une procédure de cadenassage
Colloque en SST 2013 - Atelier C - Implantation d'une procédure de cadenassageColloque en SST 2013 - Atelier C - Implantation d'une procédure de cadenassage
Colloque en SST 2013 - Atelier C - Implantation d'une procédure de cadenassage
 
Colloque en SST 2013 - Atelier B - Le Plan d’action jeunesse : rétroactions, ...
Colloque en SST 2013 - Atelier B - Le Plan d’action jeunesse : rétroactions, ...Colloque en SST 2013 - Atelier B - Le Plan d’action jeunesse : rétroactions, ...
Colloque en SST 2013 - Atelier B - Le Plan d’action jeunesse : rétroactions, ...
 
Colloque en SST 2013 - Atelier A - Santé psychologique au travail: interventi...
Colloque en SST 2013 - Atelier A - Santé psychologique au travail: interventi...Colloque en SST 2013 - Atelier A - Santé psychologique au travail: interventi...
Colloque en SST 2013 - Atelier A - Santé psychologique au travail: interventi...
 
Colloque en SST 2013 - Conférence d'ouverture - Marie Langis
Colloque en SST 2013 - Conférence d'ouverture - Marie LangisColloque en SST 2013 - Conférence d'ouverture - Marie Langis
Colloque en SST 2013 - Conférence d'ouverture - Marie Langis
 
Colloque en SST 2013 - Conférence de clôture - Michel Pérusse
Colloque en SST 2013 - Conférence de clôture - Michel PérusseColloque en SST 2013 - Conférence de clôture - Michel Pérusse
Colloque en SST 2013 - Conférence de clôture - Michel Pérusse
 
Rencontre annuelle 2013 - Un lame sur votre couteau suisse.
Rencontre annuelle 2013 - Un lame sur votre couteau suisse. Rencontre annuelle 2013 - Un lame sur votre couteau suisse.
Rencontre annuelle 2013 - Un lame sur votre couteau suisse.
 
Rencontre annuelle 2013. Tirer le meilleure des outils de gestion informatiqu...
Rencontre annuelle 2013. Tirer le meilleure des outils de gestion informatiqu...Rencontre annuelle 2013. Tirer le meilleure des outils de gestion informatiqu...
Rencontre annuelle 2013. Tirer le meilleure des outils de gestion informatiqu...
 
Rencontre annuelle 2013. Principes de la LCOP.
Rencontre annuelle 2013. Principes de la LCOP.Rencontre annuelle 2013. Principes de la LCOP.
Rencontre annuelle 2013. Principes de la LCOP.
 
Rencontre annuelle 2013. Développer son sens politique et intensifier son inf...
Rencontre annuelle 2013. Développer son sens politique et intensifier son inf...Rencontre annuelle 2013. Développer son sens politique et intensifier son inf...
Rencontre annuelle 2013. Développer son sens politique et intensifier son inf...
 
Rencontre annuelle 2013. L'approvisionnement stratégique, un affaire d'équipe.
Rencontre annuelle 2013. L'approvisionnement stratégique, un affaire d'équipe.Rencontre annuelle 2013. L'approvisionnement stratégique, un affaire d'équipe.
Rencontre annuelle 2013. L'approvisionnement stratégique, un affaire d'équipe.
 
Rencontre annuelle 2013. Éthique, valeurs et comportements en approvisionnement.
Rencontre annuelle 2013. Éthique, valeurs et comportements en approvisionnement.Rencontre annuelle 2013. Éthique, valeurs et comportements en approvisionnement.
Rencontre annuelle 2013. Éthique, valeurs et comportements en approvisionnement.
 
Rencontre annuelle 2013. La prévention : un instrument de lutte contre la cor...
Rencontre annuelle 2013. La prévention : un instrument de lutte contre la cor...Rencontre annuelle 2013. La prévention : un instrument de lutte contre la cor...
Rencontre annuelle 2013. La prévention : un instrument de lutte contre la cor...
 
Rencontre annuelle 2012 : Précisions au regard de la Loi C-65 et ses règlemen...
Rencontre annuelle 2012 : Précisions au regard de la Loi C-65 et ses règlemen...Rencontre annuelle 2012 : Précisions au regard de la Loi C-65 et ses règlemen...
Rencontre annuelle 2012 : Précisions au regard de la Loi C-65 et ses règlemen...
 
Rencontre annuelle 2012. L'approvisionnement à l'ère du développement durable
Rencontre annuelle 2012. L'approvisionnement à l'ère du développement durableRencontre annuelle 2012. L'approvisionnement à l'ère du développement durable
Rencontre annuelle 2012. L'approvisionnement à l'ère du développement durable
 

Dernier

Dernier (13)

Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
 
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdfrapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
 
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptxGHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
 
Exemple de grille d'audit 5S, check liste Audit
Exemple de grille d'audit 5S, check liste AuditExemple de grille d'audit 5S, check liste Audit
Exemple de grille d'audit 5S, check liste Audit
 
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter        la             nuit.   pptxQuitter        la             nuit.   pptx
Quitter la nuit. pptx
 
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdfPowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
 
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
 
Un petit coin etwinning- Au fil des cultures urbaines
Un petit coin  etwinning- Au fil des cultures urbainesUn petit coin  etwinning- Au fil des cultures urbaines
Un petit coin etwinning- Au fil des cultures urbaines
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter          la        nuit.    pptxQuitter          la        nuit.    pptx
Quitter la nuit. pptx
 
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptxGHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
 
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
 
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre françaiseNathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
 

Rencontre annuelle 2012. Développement durable et coût global

  • 1. Gilles St-Laurent Consultant
  • 2. Une nécessaire évolution (Les structures…)  La notion de coût (Prix) et de coût global  Le coût global élémentaire, partagé et élargi.  Intégration de la notion de développement durable  L’absolue nécessité du changement  Conclusion
  • 3. 20 IÈME SIÈCLE 21 IÈME SIÈCLE  Orientées produit par  Orientées sur les produit processus  L’approvisionnement =  L’approvisionnement intègre la logistique et dépense devient le principal centre d’investissement dans une organisation qui veut réduire ses coûts d’opération.
  • 4. 20 IÈME SIÈCLE 21 IÈME SIÈCLE  Travail en silo.  L’information et sa gestion devient le principal « Core Business ».  Processus longs, lourds, dont les acteurs sont  Les processus doivent parfois distants et devenir efficaces, séparés. efficients et limpides.
  • 5. 20 IÈME SIÈCLE 21 IÈME SIÈCLE  Une grande quantité de  Des systèmes papier pour justifier un d’informations qui nombre important de favorisent les processus. transactions système à système.  Une grande  Les actions sont décentralisation des d’avantage centralisées, actions mais balisées par les partenaires internes (directions et services)
  • 6. 20 IÈME SIÈCLE 21 IÈME SIÈCLE  La considération  Grande considération première = Le prix. du coût global en intégrant les préoccupations de développement durable.
  • 7.
  • 8.
  • 9. Coût de Production Coût des ventes Profit Prix du produit
  • 10. Coût initial:  Notion du 20 ième siècle  Le simple prix
  • 11. Ampoules 40 W Ampoules 11 W Ampoules 3 W Incandescentes Fluorocompactes LEDS Coût initial (Prix 0.50 Ch. 8.00 Ch. 20.00 Ch. soumis)
  • 12. Coût global:  Notion du 21 ième siècle  Coût initial + Coûts différés – Valeur résiduelle
  • 13. Ampoules 40 W Ampoules 11 W Ampoules 3 W Incandescentes Fluorocompactes LEDS Prix soumis 0.50 Ch. 8.00 Ch. 20.00 Ch. Durée en heures 1000 h. 5000 h. 50000 h. Consommation 0,33 Cent D’E/h. 0,09 Cent D’E/h 0,02 Cent D’E/h.
  • 14. Ampoules 40 W Ampoules 11 W Ampoules 3 W Incandescentes Fluorocompactes LEDS Prix soumis 0.50 Ch. 8.00 Ch. 20.00 Ch. Équivalence 50 x 0.50= 25.00 10 x 8.00= 80.00 1 x 20.00= 20.00 rendement Consommation 220.00 61.00 17.00 Cout Total global 245.00 141.00 37.00
  • 15.
  • 16.
  • 17.
  • 18.
  • 19.
  • 20. Coût global élémentaire:  Somme des dépenses d’investissement et des coûts actualisés de gestion d’entretien et d’exploitation.  Coût global élargi:  Coût global actualisé plus ce qu’un bâtiment abritera durant sa vie, par exemple. Ce peut aussi être l’impact de ce qu’un équipement majeur peut représenter comme coût latéral durant sa vie utile.  Coût global partagé:  Coût global élargi plus les impacts sur le groupe impliqué, tel une société ou des acteurs communs dans une approche unifiée.
  • 21. Pistes de solutions pour intégrer la notion de coût global dans un processus d’appel aux marchés:  Couts global élémentaire, élargi ou partagé.  Les ouvertures de la LCOP c C 65.1: Article 19.
  • 22. LCOP(c C-65.1, r 2)  19. Malgré l'article 10, un organisme public peut décider d'évaluer le niveau de qualité d'une soumission; il sollicite alors un prix et une démonstration de la qualité en fonction de critères d'évaluation prédéterminés.  L'organisme public doit prévoir dans les documents d'appel d'offres les règles d'évaluation de la qualité des soumissions, incluant les critères d'évaluation retenus et, aux fins de l'application de l'annexe 2, leur poids respectif.  Le prix et la démonstration de la qualité doivent être présentés séparément afin de permettre l'application du premier alinéa de l'article 24. En plus des cas prévus à l'article 7, les conditions de conformité doivent indiquer que le défaut de respecter cette exigence entraîne le rejet automatique d'une soumission.  D. 531-2008, a. 19.
  • 23. -Temps d’impression d’un texte de 10 pages en mode brouillon, standard et haute qualité -Temps d’impression d’un document combinant texte, image et graphique en mode standard en couleurs et en niveaux de gris -Temps d’impression d’une photo A4 en couleur en mode photo à la résolution maximale -Tests de performances de numérisation et copie -Tests de Qualités…
  • 24. Pistes de solutions pour intégrer la notion de coût global dans un processus d’appel aux marchés pour un groupe:  Couts global élémentaire, élargi ou partagé.  Les ouvertures de la loi c C 65.1: Article 19.  Les ouvertures de la loi c C 65.1: Article 16.
  • 25. SECTION I CONTRAT À COMMANDES  16. Un organisme public peut conclure un contrat à commandes avec un ou plusieurs fournisseurs lorsque des besoins sont récurrents et que la quantité de biens, le rythme ou la fréquence de leur acquisition sont incertains  …  Toutefois, de telles commandes peuvent être attribuées à l'un ou l'autre des fournisseurs retenus dont le prix soumis n'excède pas de plus de 10% le prix le plus bas, à la condition que cette règle d'adjudication soit autorisée par le dirigeant de l'organisme public avant la diffusion de l'avis d'appel d'offres.
  • 26.
  • 27. Cycle de vie:  Le cycle de vie d’un matériau commence dès l’extraction de la matière première et se termine lors de sa mise en déchetterie ou de son ou ses recyclages successifs, en passant par son entretien.  Développement durable:  Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. (Mme Gro Harlem Brundtland, L’avenir de la Terre , 1987).
  • 28. Économie (de moyens):  Comment satisfaire au mieux un besoin avec le minimum de ressources non renouvelables, en consommant le minimum d’énergie, et en émettant le minimum de gaz à effet de serre.  Empreinte écologique :  L’empreinte écologique comptabilise la demande exercée par les hommes envers les « services écologiques » fournis par la nature.
  • 29. Énergie grise:  L’énergie grise contenue dans un matériau correspond à la somme de toutes les énergies nécessaires à la production, la fabrication , l’utilisation et enfin, au recyclage des matériaux.  Énergie finale:  L’ensemble des énergies se situant en fin de chaîne. Il s’agit de l’énergie Consommable et facturable.
  • 30. Projet de loi no 118 (2006, chapitre 3) Loi sur le développement durable  c) «protection de l’environnement » : pour parvenir à un développement durable, la protection de l’environnement doit faire partie intégrante du processus de développement ;  d) «efficacité économique » : l’économie du Québec et de ses régions doit être performante, porteuse d’innovation et d’une prospérité économique favorable au progrès social et respectueuse de l’environnement ;  h) «partenariat et coopération intergouvernementale » : les gouvernements doivent collaborer afin de rendre durable le développement sur les plans environnemental, social et économique. Les actions entreprises sur un territoire doivent prendre en considération leurs impacts à l’extérieur de celui-ci ;  p) «internalisation des coûts » : la valeur des biens et des services doit refléter l’ensemble des coûts qu’ils occasionnent à la société durant tout leur cycle de vie, de leur conception jusqu’à leur consommation et leur disposition finale.
  • 31. Ampoules 40 W Ampoules 11 W Ampoules 3 W Incandescentes Fluorocompactes LEDS Prix soumis 0.50 Ch. 8.00 Ch. 20.00 Ch. Équivalence 50 x 0.50= 25.00 10 x 8.00= 80.00 1 x 20.00= 20.00 rendement Consommation 220.00 61.00 17.00 Cout Total global 245.00 141.00 37.00 Durée de vie du 1 an 4 ans 11ans produit Dégagement 150 deg. C. 70 deg C. 32 deg. C d’énergie Chaleur Disposition Déchets Matière Déchets domestiques dangereuse domestiques (Mercure) Autres Allumage 2 minutes pour Allumage particularités instantané plein rendement instantané (sensibles) (Sensibles) (insensibles)
  • 32. Pistes de solutions pour intégrer la notion de développement durable dans un processus d’appel aux marchés:  Quelle que soit la méthode d’adjudication:  Les ouvertures de la loi c C 65.1: Article 37.
  • 33. SECTION III ASSURANCE DE LA QUALITÉ, DÉVELOPPEMENT DURABLE ET ENVIRONNEMENT  37. Un organisme public peut considérer l'apport d'un système d'assurance de la qualité, notamment la norme ISO 9001: 2000, ou une spécification liée au développement durable et à l'environnement pour la réalisation d'un contrat. Il précise alors l'exigence requise dans les documents d'appel d'offres.  Si l'imposition d'une telle exigence réduit indûment la concurrence, l'organisme public doit permettre à tout fournisseur de présenter une soumission et accorder à celui qui répond à l'exigence prévue au premier alinéa, une marge préférentielle d'au plus 10%. Dans ce dernier cas, le prix soumis par un tel fournisseur est, aux seules fins de déterminer l'adjudicataire, réduit du pourcentage de marge préférentielle prévu, et cela, sans affecter le prix soumis aux fins de l'adjudication du contrat.  Le pourcentage de marge préférentielle qui sera appliqué doit être indiqué dans les documents d'appel d'offres.  D. 531-2008, a. 37.
  • 34.
  • 35.
  • 36. Phase de Phases de Phase de Phase de Validation et Lancement de choix et réalisation du préparation du préparation pré-lancement l’appel d’offres d’engagement contrât et prochain légal d’évaluation dossier
  • 37. Pour la commission Européenne (2009), la fonction approvisionnement est considérée depuis plusieurs années comme un levier de changement stratégique pour matérialiser l’engagement des entreprises dans le développement durable.  La fonction approvisionnement doit devenir créatrice de valeur dans la durée.