SlideShare une entreprise Scribd logo
Escalade ou Induction
L. Suchet
Cala Rossa 12 Avril 2015
Définitions
• Induction: Traitement puissant, d’une durée
limitée dans le temps, suivi d’un traitement
d’entretien (oncologie) (step down therapy)
• Escalade: débuter par des traitements moins
actifs (plus sûrs?) et changer en cas de
réponse suboptimale (vers des traitements
plus difficiles, plus actifs ?) (step up therapy)
Edan, Le Page, CNS Drugs (2013) 27:403–409
Induction
• Seuls deux produits relèvent de l’induction:
Mitoxantrone et Alemtuzumab
• Critères: modifier profondément l’immunité
(‘reset immunologique’) et action rémanente
• Problème de l’alemtuzumab: pas de fin
actuellement bien définie du traitement, donc
quid de l’induction ?
Evolution long terme induction
Mitoxantrone1 Alemtuzumab2
Nb de patients 100 87
Age à M0 32,5 33
EDSS à M0 4,1 3,6
TAP initial 3,3 1,78
1: Le Page et al; JNNP 2007;62:112-118
2: Tuohy et al; JNNP online 21 mai 2014
Evolution long terme induction
Mitoxantrone1 Alemtuzumab2
Nb de patients 100 87
Durée du suivi 5 ans 6 ans
EDSS à M0 4,1 3,6
EDSS final 3,8 3,6
% patients EDSS ≤ initial 60 67,8
Réduction TAP -88% -90%
1: Le Page et al; JNNP 2007;62:112-118
2: Tuohy et al; JNNP online 21 mai 2014
Critères d’induction première
• Forme rémittente pure
• Age inférieur à 40 ans
• Maladie hautement active, ≥ 2 poussées/1 an
• Poussée sévère entraînant un EDSS ≥ 4
• Aggravation de l’EDSS due aux poussées
(augmentation de 2 ou plus points dernière
année)
• Deux ou plus lésions Gd+ sur IRM récente
Quel traitement d’entretien ?
• Mitoxantrone / IFN β : essai randomisé, 6 mois
d’induction; supériorité induction
Mitoxantrone Vs SMD. Effet supérieur si EDSS
< 4. (Edan et al JNNP 2011;82:1344-50)
• Mitoxantrone / GA: 3 mois d’induction. (Vollmer et al
Mult Scer 2008;14(5):663-70)
• Pas de donnée pour Alemtuzumab
• Pas de donnée pour entretient par per os
Induction sécurité
Mitoxantrone
Nombre patients français 802
Dose cumulative moyenne 72g/m2
Suivi de la cohorte 5354 patients-années
Insuffisance cardiaque aigue 0,1 %
Leucémie 0,25%
Aménorrhée (âge dépendant) 17,3%
Stérilité (femme) 4,5% après 25 ans
Le Page et al Mult Scler 2011;17:867-75
Induction sécurité
CARE-MS I + CAMMS 223 :
Patients naïfs1,a
CARE-MS II : Patients en échec
de traitement de fond2
Evénements indésirables
(EIs)
IFNB-1a SC
(n=294)
Alem 12 mg
(n=483)
IFNB-1a SC
(n=202)
Alem 12 mg
(n=435)
EIs (% patients) 94,6% 96,7% 94,6% 98,4%
EIGs (% patients) 16,0% 17,1% 21,8% 19,5%
Risques identifiés
Réactions liées à la perfusion — 91,7% — 90,3%
Evénements thyroïdiens 5,4% 17,4% 5,0% 15,9%
Purpura Throbopénique
Immunologique (PTI)3,4 0 1,0% 0 0,9%
Glomérulonéphrites 0 0 0 0,2%
Infections graves 0,7% 1,9% 1,5% 3,7%
• Profil de tolérance identique chez les patients naïfs et chez les patients en échec d’un traitement de fond
• EIs dans l’étude d’extension ont été de nature et de sévérité similaires
2. Cohen JA et al. Lancet 2012;380:1819-28; 3.Coles AJ et al. Lancet 2012;380:1829-39; 4. Fox E et al. AAN 2013, S41.001.
3 levels
Escalade
Quand traiter ?
Bates et al Neurology January 4, 2011 vol. 76 no. 1 Supplement 1 S14-S25
Les patients qui voient leur charge lésionnelle augmenter rapidement durant les 5 premières années
après un SCI ont davantage de risque d’évoluer vers une forme SP
MedianT2 lesion volume (T2LV) (cm3) over time for patients groups. Bars show Inter-quartile range; Numbers of patients with clinically
isolated syndrome shown by open triangles, with relapsing remitting MS shown by open diamond and secondary
progressive MS by filled diamond.
Fisniku et al., 2008
Quand traiter ?
Quand traiter ?
Rappel des Indications
SCI Forme
Aggressive
Critères
Poussées
Classe ATC Prix/an
Avonex Oui >2/3ans L03AB07 >10000
Aubagio ** L04AA31 >10000
Betaferon Oui 2/2ans L03AB08 >10000
Copaxone Oui 2/2ans L03AX13 >10000
Elsep Oui(1) Cf (1) L01DB07 ?
Gilenya Oui(1) Cf (1) L04AA27 >23000
Lemtrada Oui(1) Cf (1) L04AA34 ?
Rebif Oui 2/2ans L03AB07 >10000
Tecfidera ** ? N07XX09 ?
Tysabri Oui(1) Cf (1) L04AA23 >25000
SCI: médicament est indiqué chez les patients ayant présenté un seul événement démyélinisant et qui sont considérés à haut risque de développer une
sclérose en plaques cliniquement définie = Critères anciens !!!
(1): 1 poussée +/- critères IRM sous traitement/an, 2 poussées/an sans traitement (Elsep: 2 poussées + Gd)
**: critères 2010, donc certains sont SCI...
Principales Surveillances
IFN AG DMF Teriflunomide
NFS 3 à 6 mois -
6 mois
(lymphocytes)
ALD
Bilan
hépatique
3 à 6 mois -
3 mois
Puis 6 mois
15j x 6mois
Puis 8
semaines
Proteinurie - - 1 an -
Beta HCG - - - Avant
Neuropathies - - - 2,2%
PA - - - +
Vaccins - - ? Vivants
Fingolimod Natalizumab Alemtuzumab Mitoxantrone
NFS 3 à 6 mois Régulier 1mois/48 mois Perf/3mois/5ans
Bilan
hépatique
3 à 6 mois Régulier ?
15j x 6mois
Puis 8 semaines
Spécifique FO 4 mois/PA -
Creat mensuelle
Proteinurie
TSH / 3 mois
FeVG 5 ans
Beta HCG Avant Avant Avant Avant/Après
Instauration HDJ (cœur) HDJ Hospitalisation HDJ
Vaccins/Sérol VZV/Vivants Virus JC
VZV avant/
Vivants
Vivants
Principales Surveillances
Dans quel ordre traiter ?
• Il n’y a bien sûr pas de réponse
• Le patient est l’élément central de la décision
• Il faudra s’habituer au terme immunosuppresseur
• Il faudra s’habituer à l’absence prouvée de
supériorité
• Halte aux analyses de sous groupe
Un peu de statistiques
• Risque Relatif (RR)=
𝑅𝑖𝑠𝑞𝑢𝑒 𝐺𝑟𝑜𝑢𝑝𝑒 𝐸𝑥𝑝𝑜𝑠é
𝑅𝑖𝑠𝑞𝑢𝑒 𝐺𝑟𝑜𝑢𝑝𝑒 𝐶𝑜𝑛𝑡𝑟ô𝑙𝑒
• Réduction Risque Relatif (RRR): 1-RR
• Risque Absolu: Incidence dans le groupe
• Réduction de Risque Absolu(RRA): RA1-RA0
• Variation relative du Risque: 𝑅𝑅 − 1 𝑥100
• NST=
1
𝑅𝑅𝐴
RRR / RRA
RRR % TAP Placebo RRA NST
IFN-β1b Pivot 34 1,27 0,43 2,3
GA Pivot 29 0,84 0,24 4,1
IFN-β1a IM 32 0,82 0,29 3,4
IFN-β1a SC 32 1,28 0,42 2,4
Natalizumab 68 0,78 0,50 2
Fingolimod 54 0,40 0,22 4
Teriflunomide 32 0,54 0,17 5,9
DMF 47 0,36 0,19 5,3
Klawiter et al, Neurology 2009;73:984–990: The present efficacy of multiple sclerosis therapeutics
Freedman et al, PND10, 17th Annual European Congress of the ISPOR, 2014
Petit cours de classification ATC
SCI Forme
Aggressive
Critères
Poussées
Classe ATC Prix/an
Avonex Oui >2/3ans L03AB07 >10000
Aubagio ** L04AA31 >10000
Betaferon Oui 2/2ans L03AB08 >10000
Copaxone Oui 2/2ans L03AX13 >10000
Elsep Oui(1) Cf (1) L01DB07 ?
Gilenya Oui(1) Cf (1) L04AA27 >23000
Lemtrada Oui(1) Cf (1) L04AA34 ?
Rebif Oui 2/2ans L03AB07 >10000
Tecfidera ** ? N07XX09 ?
Tysabri Oui(1) Cf (1) L04AA23 >25000
4 Traitements en L03
4 Traitements en L04
1 traitement en L01
1 traitement en N07
Classification ATC
Les substances actives sont divisées en différents
groupes selon l'organe ou le système sur lequel ils
agissent et leurs propriétés thérapeutiques,
pharmacologiques et chimiques.
Exemple de la metformine:
Classification ATC (2)
La classe L:
L01: anticancéreux, cytotoxiques
L02: hormones à visée anticancéreuse
L03: La terminologie n’est donc pas immunomodulateur
L04: Agent qui supprime partiellement ou complètement un
facteur du système immunitaire
Classification ATC (3)
La catégorie L03:
On y retrouve donc les IFN en L03AB, le glatiramer en L03AX
(mode d’action inclassable précisément).
Classification ATC (4)
La catégorie L04:
L04AA: teriflunomide, leflunomide, fingolimod, alemtuzumab,
natalizumab, mycophenolate mofetil
L04AX: azathioprine, methotrexate
L01DB07: mitoxantrone, anticancéreux, anthracyclines et
apparentés
Les inclassables: N07
Classification ATC (5)
N07XX: riluzole, fampridine, tetrabenazine, laquinimod, DMF…
Catégorie des traitements totalement inclassables?
Est-ce que mon traitement marche ?
Le Calme annonciateur…
215 patients sur une cohorte de 2200 (Comprehensive Longitudinal Investigation of
Multiple Sclerosis at Brigham and Women's Hospital (CLIMB)) ayant un suivi d’au
moins 7ans.
Evaluation sans traitement.
● 46 % NEDA + à 1 an
● 7.9% NEDA + à 7 ans
NEDA à 2 ans prédictif à 78,3% d’une progression EDSS ≤0.5 à 7 ans
Chaque année 30.6 à 42.9% de la cohorte avait soit une activité clinique soit une
activité IRM
Définition NEDA :
- Pas de nouvelle T2 ou de lésion
active
- Pas de poussée
- Pas de progression du handicap
L’IRM compte !
L’IRM compte !
Les principaux facteurs prédictifs de changements
cognitifs sur 7 ans sont les atteintes diffuses
cérébrales au début du suivi et la progression de
l’atrophie cérébrale dans les 2 ans suivant le
diagnostic
MRI predictors of cognitive outcome in
early multiple sclerosis
Neurology 2011;1161-67
L’IRM compte !
Méta analyse sur treize essais (>13,500 RRMS patients). Les effets des traitements sur la
progression du handicap étaient corrélés avec les effets sur l’atrophie (R(2)  = 0.48, p = 0.001)
et les lésions actives (R(2)  = 0.61, p < 0.001). La correlation était meilleure si les deux effets
IRM étaient atteints (R(2)  = 0.75, p < 0.001).
L’IRM compte !
La première année compte !
La première année compte !
Et le Cognitif et l’Atrophie?
Troubles cognitifs précoces prédictifs de progression
du handicap à long terme
Deloire M, et al. Mult Scler 2010.
n = 46 patients atteints de SEP-RR diagnostiquée au cours des 6 mois précédents ; Âge moyen = 38, 6 ans (DS : 8,7) ; Femmes 78,2 % ;
EDSS moyen à l’inclusion = 2.0 (0.0 à 5.5 )
Variable dépendante Variable indépendante p Modèle R2
Progression de l’EDSS > 5 ans Score SDMT à l’inclusion 0,0283 0,187
EDSS à l’inclusion 0,014
Âge lors du diagnostic 0,8367
Progression de l’EDSS > 7 ans Score SRT CLTR à l’inclusion 0,0494 0,165
EDSS à l’inclusion 0,0637
Âge lors du diagnostic 0,5151
Figure 12. Modèle de régression linéaire : les scores cognitifs à l’inclusion prédictifs de la progression
de l’EDSS après 5 ans et 7 ans de suivi
Au début de la maladie, les déficits de la mémoire verbale (évaluée
par le score CLTR) et de la vitesse de traitement de l’information
(évaluée par le score SDMT) sont prédictifs de la progression de
l’EDSS après 5 ans et 7 ans d’évolution
Les lésions de la substance grise corrélées à la progression
du handicap à long terme
Filippi M, et al. Neurology 2013.
n = 73 patients atteints de SEP (20 SCI, 34 SEP-RR, 19 SEP-SP) suivis pendant 13 ans (38)
MTR : Rapport de transfert d’aimantation ; FSG : Fraction de la substance grise.
Figure 18. Résultats de l’analyse par forêt aléatoire
Après 13 ans de suivi, les lésions de la substance grise (évaluées par
l’IRM de transfert d’aimantation et une mesure de l’atrophie) étaient le
seul facteur prédictif du handicap (p < 0,01 ; C-index = 0,69)
Et le Cognitif et l’Atrophie?
Test de dépistage rapide
SDMT
Fait partie de la Batterie BICAMS ( Langdon
et al Mult Scler 2012 Jun;18(6):891-8 )
avec la California Verbal Learning test V2 et le
Brief Visuospatial Memory Test – Revised
Test de 90 sec: principalement vitesse de
traitement de l’information
Test de dépistage rapide
CSCT: version informatisée du SDMT sans effet retest
Quand envisager un changement ?
Critères de Rio (modifiés)
Sormani, M. P. & De Stefano, N. (2013) Defining and scoring response to IFN-β in multiple sclerosis
Nat. Rev. Neurol. doi:10.1038/nrneurol.2013.146
Score modifié ≥ 2: 65% de risque de progression du handicap
Sormani et al Mult Scler 2013 Apr;19(5):605-12
La peur de la non compliance
• Paradoxalement l’arrivée des comprimés a fait
craindre une baisse de la compliance.
• Peur du non contrôle?
Compliance aux injectables
Remington et al, Int J MS Care 2013;15;36-45
Agashivala et al BMC Neurology 2013,13:138
Bergvall et al J Med Econ. 2014 Oct;17(10):696-707
• 80% des jours bien pris pour fingolimod
• 60 à 70% pour les injectables
(1900 patients rétrospectifs)
Bergvall données comparables
(3750 patients rétrospectifs)
Taux de discontinuation de 28%
fingolimod contre 40% environ
injectables
Compliance: les per os font bien aussi
Les Messages
• Escalade pour la majorité
• Pas d’organigramme décisionnel possible
• L’IRM se surveille ++ annuellement
• Penser au cognitif comme indice
supplémentaire
• Une minorité est redevable d’une induction
(RCP)
Pour avoir ce diaporama
http://goo.gl/ObSNFD

Contenu connexe

Tendances

Traumatismes du coude
Traumatismes du coudeTraumatismes du coude
Traumatismes du coude
imma-dr
 
SMA
SMA SMA
Coude fractures
Coude fracturesCoude fractures
Coude fractures
medo parta
 
Arthrite septique de lenfant
Arthrite septique de lenfantArthrite septique de lenfant
Arthrite septique de lenfant
emnahammami
 
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrusFractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Hamlaoui Saddek
 
Troubles de la statique rachidienne dans le plan sagittal ch
Troubles de la statique rachidienne dans le plan sagittal chTroubles de la statique rachidienne dans le plan sagittal ch
Troubles de la statique rachidienne dans le plan sagittal ch
imma-dr
 
Msup fractures
Msup fracturesMsup fractures
Msup fractures
medo parta
 
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Nouhoum L Traore
 
Paralysie des muscles intrinseques
Paralysie des muscles intrinsequesParalysie des muscles intrinseques
Paralysie des muscles intrinseques
Smail Rezzik
 
Fractures generalites
 Fractures generalites Fractures generalites
Fractures generalites
Eugène NJEBARIKANUYE
 
Traumatologie, Membre supérieur
Traumatologie, Membre supérieurTraumatologie, Membre supérieur
Traumatologie, Membre supérieur
massyle
 
Imagerie de la gonarthrose
Imagerie de la gonarthroseImagerie de la gonarthrose
Imagerie de la gonarthrose
danielle colin
 
Articulation du genou
Articulation du genouArticulation du genou
Articulation du genou
mesomenia Adr
 
Fracture de l'extrémité supérieur du femur
Fracture de l'extrémité supérieur du femurFracture de l'extrémité supérieur du femur
Fracture de l'extrémité supérieur du femur
Hamlaoui Saddek
 
Luxation traumatique de la hanche
Luxation traumatique de la hancheLuxation traumatique de la hanche
Luxation traumatique de la hanche
Ben Mekki
 
Fraturas do punho
Fraturas do punhoFraturas do punho
Fraturas do punho
saulo vinicius
 
Ostéotomie correctrice pour cubitus varus
Ostéotomie correctrice pour cubitus varusOstéotomie correctrice pour cubitus varus
Ostéotomie correctrice pour cubitus varus
ROBERT ELBAUM
 
La maladie de legg calve perthes
La maladie de legg calve perthesLa maladie de legg calve perthes
La maladie de legg calve perthes
ROBERT ELBAUM
 

Tendances (20)

Traumatismes du coude
Traumatismes du coudeTraumatismes du coude
Traumatismes du coude
 
SMA
SMA SMA
SMA
 
Coude fractures
Coude fracturesCoude fractures
Coude fractures
 
Arthrite septique de lenfant
Arthrite septique de lenfantArthrite septique de lenfant
Arthrite septique de lenfant
 
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrusFractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
 
Troubles de la statique rachidienne dans le plan sagittal ch
Troubles de la statique rachidienne dans le plan sagittal chTroubles de la statique rachidienne dans le plan sagittal ch
Troubles de la statique rachidienne dans le plan sagittal ch
 
Msup fractures
Msup fracturesMsup fractures
Msup fractures
 
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
 
Paralysie des muscles intrinseques
Paralysie des muscles intrinsequesParalysie des muscles intrinseques
Paralysie des muscles intrinseques
 
Fractures generalites
 Fractures generalites Fractures generalites
Fractures generalites
 
Traumatologie, Membre supérieur
Traumatologie, Membre supérieurTraumatologie, Membre supérieur
Traumatologie, Membre supérieur
 
Imagerie de la gonarthrose
Imagerie de la gonarthroseImagerie de la gonarthrose
Imagerie de la gonarthrose
 
Articulation du genou
Articulation du genouArticulation du genou
Articulation du genou
 
Fracture de l'extrémité supérieur du femur
Fracture de l'extrémité supérieur du femurFracture de l'extrémité supérieur du femur
Fracture de l'extrémité supérieur du femur
 
Luxation traumatique de la hanche
Luxation traumatique de la hancheLuxation traumatique de la hanche
Luxation traumatique de la hanche
 
Traumato hanche
 Traumato hanche Traumato hanche
Traumato hanche
 
Fraturas do punho
Fraturas do punhoFraturas do punho
Fraturas do punho
 
Ostéotomie correctrice pour cubitus varus
Ostéotomie correctrice pour cubitus varusOstéotomie correctrice pour cubitus varus
Ostéotomie correctrice pour cubitus varus
 
La maladie de legg calve perthes
La maladie de legg calve perthesLa maladie de legg calve perthes
La maladie de legg calve perthes
 
Fractures 20palette
Fractures 20paletteFractures 20palette
Fractures 20palette
 

En vedette

Corrélations et intérêts respectifs du suivi de l'atrophie et troubles cognitifs
Corrélations et intérêts respectifs du suivi de l'atrophie et troubles cognitifsCorrélations et intérêts respectifs du suivi de l'atrophie et troubles cognitifs
Corrélations et intérêts respectifs du suivi de l'atrophie et troubles cognitifs
Laurent Suchet
 
Surveillance de la sep en 2015
Surveillance de la sep en 2015Surveillance de la sep en 2015
Surveillance de la sep en 2015
Laurent Suchet
 
Cognition and MS
Cognition and MSCognition and MS
Cognition and MS
MS Trust
 
Clinically Isolated Syndrome & Clinically Definite Multiple Sclerosis
Clinically Isolated Syndrome & Clinically Definite Multiple SclerosisClinically Isolated Syndrome & Clinically Definite Multiple Sclerosis
Clinically Isolated Syndrome & Clinically Definite Multiple Sclerosis
Rahmi Ulfah
 
clinically isolated syndromes
clinically isolated syndromesclinically isolated syndromes
clinically isolated syndromes
Amr Hassan
 
MS diagnostic criteria
MS diagnostic criteriaMS diagnostic criteria
MS diagnostic criteria
Neurology resident slides
 
Multiple sclerosis
Multiple sclerosisMultiple sclerosis
Multiple sclerosis
Irfan Ziad
 
Prise en charge de l'AVC à la phase aigue, rôle du service d'ambulance privé ...
Prise en charge de l'AVC à la phase aigue, rôle du service d'ambulance privé ...Prise en charge de l'AVC à la phase aigue, rôle du service d'ambulance privé ...
Prise en charge de l'AVC à la phase aigue, rôle du service d'ambulance privé ...
Vandamme Xavier
 
Dominique Baudoux - Les huiles essentielles Chémotypées
Dominique Baudoux - Les huiles essentielles ChémotypéesDominique Baudoux - Les huiles essentielles Chémotypées
Dominique Baudoux - Les huiles essentielles Chémotypées
Académies de Naturopathie
 

En vedette (9)

Corrélations et intérêts respectifs du suivi de l'atrophie et troubles cognitifs
Corrélations et intérêts respectifs du suivi de l'atrophie et troubles cognitifsCorrélations et intérêts respectifs du suivi de l'atrophie et troubles cognitifs
Corrélations et intérêts respectifs du suivi de l'atrophie et troubles cognitifs
 
Surveillance de la sep en 2015
Surveillance de la sep en 2015Surveillance de la sep en 2015
Surveillance de la sep en 2015
 
Cognition and MS
Cognition and MSCognition and MS
Cognition and MS
 
Clinically Isolated Syndrome & Clinically Definite Multiple Sclerosis
Clinically Isolated Syndrome & Clinically Definite Multiple SclerosisClinically Isolated Syndrome & Clinically Definite Multiple Sclerosis
Clinically Isolated Syndrome & Clinically Definite Multiple Sclerosis
 
clinically isolated syndromes
clinically isolated syndromesclinically isolated syndromes
clinically isolated syndromes
 
MS diagnostic criteria
MS diagnostic criteriaMS diagnostic criteria
MS diagnostic criteria
 
Multiple sclerosis
Multiple sclerosisMultiple sclerosis
Multiple sclerosis
 
Prise en charge de l'AVC à la phase aigue, rôle du service d'ambulance privé ...
Prise en charge de l'AVC à la phase aigue, rôle du service d'ambulance privé ...Prise en charge de l'AVC à la phase aigue, rôle du service d'ambulance privé ...
Prise en charge de l'AVC à la phase aigue, rôle du service d'ambulance privé ...
 
Dominique Baudoux - Les huiles essentielles Chémotypées
Dominique Baudoux - Les huiles essentielles ChémotypéesDominique Baudoux - Les huiles essentielles Chémotypées
Dominique Baudoux - Les huiles essentielles Chémotypées
 

Similaire à Escalade ou induction dans la SEP

Jnlf 2015 atelier cas cliniques sur la prise en charge thérapeutique de la SEP
Jnlf 2015 atelier cas cliniques sur la prise en charge thérapeutique de la SEPJnlf 2015 atelier cas cliniques sur la prise en charge thérapeutique de la SEP
Jnlf 2015 atelier cas cliniques sur la prise en charge thérapeutique de la SEP
Laurent Suchet
 
Compte rendu partial et partiel de l'AAN 2016
Compte rendu  partial et partiel de l'AAN 2016Compte rendu  partial et partiel de l'AAN 2016
Compte rendu partial et partiel de l'AAN 2016
Laurent Suchet
 
Radiothérapie Amiens VADS Sujets Agés
Radiothérapie Amiens VADS Sujets AgésRadiothérapie Amiens VADS Sujets Agés
Radiothérapie Amiens VADS Sujets Agés
coutte
 
Iatrogenie pmr 11 05 10
Iatrogenie pmr 11 05 10Iatrogenie pmr 11 05 10
Iatrogenie pmr 11 05 10
raymondteyrouz
 
Iatrogenie pmr 11 05 10
Iatrogenie pmr 11 05 10Iatrogenie pmr 11 05 10
Iatrogenie pmr 11 05 10
guestff4cbd
 
Réirradiation des cancers des VADS
Réirradiation des cancers des VADSRéirradiation des cancers des VADS
Réirradiation des cancers des VADS
coutte
 
78517_633524719761562500
78517_63352471976156250078517_633524719761562500
78517_633524719761562500
Jerry Ch
 
Casablanca 2010 - VIH: Nouvelles stratégies thérapeutiques - Christine Katlama
Casablanca 2010 - VIH: Nouvelles stratégies thérapeutiques - Christine KatlamaCasablanca 2010 - VIH: Nouvelles stratégies thérapeutiques - Christine Katlama
Casablanca 2010 - VIH: Nouvelles stratégies thérapeutiques - Christine Katlama
Vih.org
 
2013session5 2
2013session5 22013session5 2
2013session5 2
acvq
 
Cancer Prostatique ChimiothéRapie Rd 09 09 08
Cancer Prostatique ChimiothéRapie Rd 09 09 08Cancer Prostatique ChimiothéRapie Rd 09 09 08
Cancer Prostatique ChimiothéRapie Rd 09 09 08
raymondteyrouz
 
Gestion des anticoagulants oraux chez le sujet âgé smmi kech2018
Gestion des anticoagulants oraux chez le sujet âgé smmi kech2018Gestion des anticoagulants oraux chez le sujet âgé smmi kech2018
Gestion des anticoagulants oraux chez le sujet âgé smmi kech2018
SMMI2015
 
melanome
melanomemelanome
melanome
Patou Conrath
 
Perspectives thérapeutiques de l'interleukine 2 m.rosenzwajg et a.hartemann
Perspectives thérapeutiques de l'interleukine 2 m.rosenzwajg et a.hartemannPerspectives thérapeutiques de l'interleukine 2 m.rosenzwajg et a.hartemann
Perspectives thérapeutiques de l'interleukine 2 m.rosenzwajg et a.hartemann
all-in-web
 
Ondes de choc radiales et focales mécanismes, indications, facteurs pronosti...
Ondes de choc radiales et focales  mécanismes, indications, facteurs pronosti...Ondes de choc radiales et focales  mécanismes, indications, facteurs pronosti...
Ondes de choc radiales et focales mécanismes, indications, facteurs pronosti...
IRMSHN276
 
Spasticite actualisé 110505 avec programmation50
Spasticite actualisé 110505 avec programmation50Spasticite actualisé 110505 avec programmation50
Spasticite actualisé 110505 avec programmation50
Norbert Manzo
 
Anti thrombotiques-samama
Anti thrombotiques-samamaAnti thrombotiques-samama
Anti thrombotiques-samama
sfa_angeiologie
 

Similaire à Escalade ou induction dans la SEP (20)

Jnlf 2015 atelier cas cliniques sur la prise en charge thérapeutique de la SEP
Jnlf 2015 atelier cas cliniques sur la prise en charge thérapeutique de la SEPJnlf 2015 atelier cas cliniques sur la prise en charge thérapeutique de la SEP
Jnlf 2015 atelier cas cliniques sur la prise en charge thérapeutique de la SEP
 
Compte rendu partial et partiel de l'AAN 2016
Compte rendu  partial et partiel de l'AAN 2016Compte rendu  partial et partiel de l'AAN 2016
Compte rendu partial et partiel de l'AAN 2016
 
Radiothérapie Amiens VADS Sujets Agés
Radiothérapie Amiens VADS Sujets AgésRadiothérapie Amiens VADS Sujets Agés
Radiothérapie Amiens VADS Sujets Agés
 
Vidal 2012 sep
Vidal 2012 sepVidal 2012 sep
Vidal 2012 sep
 
Iatrogenie pmr 11 05 10
Iatrogenie pmr 11 05 10Iatrogenie pmr 11 05 10
Iatrogenie pmr 11 05 10
 
Iatrogenie pmr 11 05 10
Iatrogenie pmr 11 05 10Iatrogenie pmr 11 05 10
Iatrogenie pmr 11 05 10
 
Réirradiation des cancers des VADS
Réirradiation des cancers des VADSRéirradiation des cancers des VADS
Réirradiation des cancers des VADS
 
Humira
HumiraHumira
Humira
 
78517_633524719761562500
78517_63352471976156250078517_633524719761562500
78517_633524719761562500
 
Casablanca 2010 - VIH: Nouvelles stratégies thérapeutiques - Christine Katlama
Casablanca 2010 - VIH: Nouvelles stratégies thérapeutiques - Christine KatlamaCasablanca 2010 - VIH: Nouvelles stratégies thérapeutiques - Christine Katlama
Casablanca 2010 - VIH: Nouvelles stratégies thérapeutiques - Christine Katlama
 
2013session5 2
2013session5 22013session5 2
2013session5 2
 
Cancer Prostatique ChimiothéRapie Rd 09 09 08
Cancer Prostatique ChimiothéRapie Rd 09 09 08Cancer Prostatique ChimiothéRapie Rd 09 09 08
Cancer Prostatique ChimiothéRapie Rd 09 09 08
 
Zabsonre Jifa Sm Vih
Zabsonre Jifa Sm VihZabsonre Jifa Sm Vih
Zabsonre Jifa Sm Vih
 
Gestion des anticoagulants oraux chez le sujet âgé smmi kech2018
Gestion des anticoagulants oraux chez le sujet âgé smmi kech2018Gestion des anticoagulants oraux chez le sujet âgé smmi kech2018
Gestion des anticoagulants oraux chez le sujet âgé smmi kech2018
 
melanome
melanomemelanome
melanome
 
Perspectives thérapeutiques de l'interleukine 2 m.rosenzwajg et a.hartemann
Perspectives thérapeutiques de l'interleukine 2 m.rosenzwajg et a.hartemannPerspectives thérapeutiques de l'interleukine 2 m.rosenzwajg et a.hartemann
Perspectives thérapeutiques de l'interleukine 2 m.rosenzwajg et a.hartemann
 
Ondes de choc radiales et focales mécanismes, indications, facteurs pronosti...
Ondes de choc radiales et focales  mécanismes, indications, facteurs pronosti...Ondes de choc radiales et focales  mécanismes, indications, facteurs pronosti...
Ondes de choc radiales et focales mécanismes, indications, facteurs pronosti...
 
Spasticite actualisé 110505 avec programmation50
Spasticite actualisé 110505 avec programmation50Spasticite actualisé 110505 avec programmation50
Spasticite actualisé 110505 avec programmation50
 
Anti thrombotiques-samama
Anti thrombotiques-samamaAnti thrombotiques-samama
Anti thrombotiques-samama
 
Iatrogènie avk
Iatrogènie avkIatrogènie avk
Iatrogènie avk
 

Escalade ou induction dans la SEP

  • 1. Escalade ou Induction L. Suchet Cala Rossa 12 Avril 2015
  • 2. Définitions • Induction: Traitement puissant, d’une durée limitée dans le temps, suivi d’un traitement d’entretien (oncologie) (step down therapy) • Escalade: débuter par des traitements moins actifs (plus sûrs?) et changer en cas de réponse suboptimale (vers des traitements plus difficiles, plus actifs ?) (step up therapy) Edan, Le Page, CNS Drugs (2013) 27:403–409
  • 3. Induction • Seuls deux produits relèvent de l’induction: Mitoxantrone et Alemtuzumab • Critères: modifier profondément l’immunité (‘reset immunologique’) et action rémanente • Problème de l’alemtuzumab: pas de fin actuellement bien définie du traitement, donc quid de l’induction ?
  • 4. Evolution long terme induction Mitoxantrone1 Alemtuzumab2 Nb de patients 100 87 Age à M0 32,5 33 EDSS à M0 4,1 3,6 TAP initial 3,3 1,78 1: Le Page et al; JNNP 2007;62:112-118 2: Tuohy et al; JNNP online 21 mai 2014
  • 5. Evolution long terme induction Mitoxantrone1 Alemtuzumab2 Nb de patients 100 87 Durée du suivi 5 ans 6 ans EDSS à M0 4,1 3,6 EDSS final 3,8 3,6 % patients EDSS ≤ initial 60 67,8 Réduction TAP -88% -90% 1: Le Page et al; JNNP 2007;62:112-118 2: Tuohy et al; JNNP online 21 mai 2014
  • 6. Critères d’induction première • Forme rémittente pure • Age inférieur à 40 ans • Maladie hautement active, ≥ 2 poussées/1 an • Poussée sévère entraînant un EDSS ≥ 4 • Aggravation de l’EDSS due aux poussées (augmentation de 2 ou plus points dernière année) • Deux ou plus lésions Gd+ sur IRM récente
  • 7. Quel traitement d’entretien ? • Mitoxantrone / IFN β : essai randomisé, 6 mois d’induction; supériorité induction Mitoxantrone Vs SMD. Effet supérieur si EDSS < 4. (Edan et al JNNP 2011;82:1344-50) • Mitoxantrone / GA: 3 mois d’induction. (Vollmer et al Mult Scer 2008;14(5):663-70) • Pas de donnée pour Alemtuzumab • Pas de donnée pour entretient par per os
  • 8. Induction sécurité Mitoxantrone Nombre patients français 802 Dose cumulative moyenne 72g/m2 Suivi de la cohorte 5354 patients-années Insuffisance cardiaque aigue 0,1 % Leucémie 0,25% Aménorrhée (âge dépendant) 17,3% Stérilité (femme) 4,5% après 25 ans Le Page et al Mult Scler 2011;17:867-75
  • 9. Induction sécurité CARE-MS I + CAMMS 223 : Patients naïfs1,a CARE-MS II : Patients en échec de traitement de fond2 Evénements indésirables (EIs) IFNB-1a SC (n=294) Alem 12 mg (n=483) IFNB-1a SC (n=202) Alem 12 mg (n=435) EIs (% patients) 94,6% 96,7% 94,6% 98,4% EIGs (% patients) 16,0% 17,1% 21,8% 19,5% Risques identifiés Réactions liées à la perfusion — 91,7% — 90,3% Evénements thyroïdiens 5,4% 17,4% 5,0% 15,9% Purpura Throbopénique Immunologique (PTI)3,4 0 1,0% 0 0,9% Glomérulonéphrites 0 0 0 0,2% Infections graves 0,7% 1,9% 1,5% 3,7% • Profil de tolérance identique chez les patients naïfs et chez les patients en échec d’un traitement de fond • EIs dans l’étude d’extension ont été de nature et de sévérité similaires 2. Cohen JA et al. Lancet 2012;380:1819-28; 3.Coles AJ et al. Lancet 2012;380:1829-39; 4. Fox E et al. AAN 2013, S41.001.
  • 11. Quand traiter ? Bates et al Neurology January 4, 2011 vol. 76 no. 1 Supplement 1 S14-S25
  • 12. Les patients qui voient leur charge lésionnelle augmenter rapidement durant les 5 premières années après un SCI ont davantage de risque d’évoluer vers une forme SP MedianT2 lesion volume (T2LV) (cm3) over time for patients groups. Bars show Inter-quartile range; Numbers of patients with clinically isolated syndrome shown by open triangles, with relapsing remitting MS shown by open diamond and secondary progressive MS by filled diamond. Fisniku et al., 2008 Quand traiter ?
  • 14. Rappel des Indications SCI Forme Aggressive Critères Poussées Classe ATC Prix/an Avonex Oui >2/3ans L03AB07 >10000 Aubagio ** L04AA31 >10000 Betaferon Oui 2/2ans L03AB08 >10000 Copaxone Oui 2/2ans L03AX13 >10000 Elsep Oui(1) Cf (1) L01DB07 ? Gilenya Oui(1) Cf (1) L04AA27 >23000 Lemtrada Oui(1) Cf (1) L04AA34 ? Rebif Oui 2/2ans L03AB07 >10000 Tecfidera ** ? N07XX09 ? Tysabri Oui(1) Cf (1) L04AA23 >25000 SCI: médicament est indiqué chez les patients ayant présenté un seul événement démyélinisant et qui sont considérés à haut risque de développer une sclérose en plaques cliniquement définie = Critères anciens !!! (1): 1 poussée +/- critères IRM sous traitement/an, 2 poussées/an sans traitement (Elsep: 2 poussées + Gd) **: critères 2010, donc certains sont SCI...
  • 15. Principales Surveillances IFN AG DMF Teriflunomide NFS 3 à 6 mois - 6 mois (lymphocytes) ALD Bilan hépatique 3 à 6 mois - 3 mois Puis 6 mois 15j x 6mois Puis 8 semaines Proteinurie - - 1 an - Beta HCG - - - Avant Neuropathies - - - 2,2% PA - - - + Vaccins - - ? Vivants
  • 16. Fingolimod Natalizumab Alemtuzumab Mitoxantrone NFS 3 à 6 mois Régulier 1mois/48 mois Perf/3mois/5ans Bilan hépatique 3 à 6 mois Régulier ? 15j x 6mois Puis 8 semaines Spécifique FO 4 mois/PA - Creat mensuelle Proteinurie TSH / 3 mois FeVG 5 ans Beta HCG Avant Avant Avant Avant/Après Instauration HDJ (cœur) HDJ Hospitalisation HDJ Vaccins/Sérol VZV/Vivants Virus JC VZV avant/ Vivants Vivants Principales Surveillances
  • 17. Dans quel ordre traiter ? • Il n’y a bien sûr pas de réponse • Le patient est l’élément central de la décision • Il faudra s’habituer au terme immunosuppresseur • Il faudra s’habituer à l’absence prouvée de supériorité • Halte aux analyses de sous groupe
  • 18. Un peu de statistiques • Risque Relatif (RR)= 𝑅𝑖𝑠𝑞𝑢𝑒 𝐺𝑟𝑜𝑢𝑝𝑒 𝐸𝑥𝑝𝑜𝑠é 𝑅𝑖𝑠𝑞𝑢𝑒 𝐺𝑟𝑜𝑢𝑝𝑒 𝐶𝑜𝑛𝑡𝑟ô𝑙𝑒 • Réduction Risque Relatif (RRR): 1-RR • Risque Absolu: Incidence dans le groupe • Réduction de Risque Absolu(RRA): RA1-RA0 • Variation relative du Risque: 𝑅𝑅 − 1 𝑥100 • NST= 1 𝑅𝑅𝐴
  • 19. RRR / RRA RRR % TAP Placebo RRA NST IFN-β1b Pivot 34 1,27 0,43 2,3 GA Pivot 29 0,84 0,24 4,1 IFN-β1a IM 32 0,82 0,29 3,4 IFN-β1a SC 32 1,28 0,42 2,4 Natalizumab 68 0,78 0,50 2 Fingolimod 54 0,40 0,22 4 Teriflunomide 32 0,54 0,17 5,9 DMF 47 0,36 0,19 5,3 Klawiter et al, Neurology 2009;73:984–990: The present efficacy of multiple sclerosis therapeutics Freedman et al, PND10, 17th Annual European Congress of the ISPOR, 2014
  • 20. Petit cours de classification ATC SCI Forme Aggressive Critères Poussées Classe ATC Prix/an Avonex Oui >2/3ans L03AB07 >10000 Aubagio ** L04AA31 >10000 Betaferon Oui 2/2ans L03AB08 >10000 Copaxone Oui 2/2ans L03AX13 >10000 Elsep Oui(1) Cf (1) L01DB07 ? Gilenya Oui(1) Cf (1) L04AA27 >23000 Lemtrada Oui(1) Cf (1) L04AA34 ? Rebif Oui 2/2ans L03AB07 >10000 Tecfidera ** ? N07XX09 ? Tysabri Oui(1) Cf (1) L04AA23 >25000 4 Traitements en L03 4 Traitements en L04 1 traitement en L01 1 traitement en N07
  • 21. Classification ATC Les substances actives sont divisées en différents groupes selon l'organe ou le système sur lequel ils agissent et leurs propriétés thérapeutiques, pharmacologiques et chimiques. Exemple de la metformine:
  • 22. Classification ATC (2) La classe L: L01: anticancéreux, cytotoxiques L02: hormones à visée anticancéreuse L03: La terminologie n’est donc pas immunomodulateur L04: Agent qui supprime partiellement ou complètement un facteur du système immunitaire
  • 23. Classification ATC (3) La catégorie L03: On y retrouve donc les IFN en L03AB, le glatiramer en L03AX (mode d’action inclassable précisément).
  • 24. Classification ATC (4) La catégorie L04: L04AA: teriflunomide, leflunomide, fingolimod, alemtuzumab, natalizumab, mycophenolate mofetil L04AX: azathioprine, methotrexate L01DB07: mitoxantrone, anticancéreux, anthracyclines et apparentés
  • 25. Les inclassables: N07 Classification ATC (5) N07XX: riluzole, fampridine, tetrabenazine, laquinimod, DMF… Catégorie des traitements totalement inclassables?
  • 26. Est-ce que mon traitement marche ?
  • 27. Le Calme annonciateur… 215 patients sur une cohorte de 2200 (Comprehensive Longitudinal Investigation of Multiple Sclerosis at Brigham and Women's Hospital (CLIMB)) ayant un suivi d’au moins 7ans. Evaluation sans traitement. ● 46 % NEDA + à 1 an ● 7.9% NEDA + à 7 ans NEDA à 2 ans prédictif à 78,3% d’une progression EDSS ≤0.5 à 7 ans Chaque année 30.6 à 42.9% de la cohorte avait soit une activité clinique soit une activité IRM Définition NEDA : - Pas de nouvelle T2 ou de lésion active - Pas de poussée - Pas de progression du handicap
  • 30. Les principaux facteurs prédictifs de changements cognitifs sur 7 ans sont les atteintes diffuses cérébrales au début du suivi et la progression de l’atrophie cérébrale dans les 2 ans suivant le diagnostic MRI predictors of cognitive outcome in early multiple sclerosis Neurology 2011;1161-67 L’IRM compte !
  • 31. Méta analyse sur treize essais (>13,500 RRMS patients). Les effets des traitements sur la progression du handicap étaient corrélés avec les effets sur l’atrophie (R(2)  = 0.48, p = 0.001) et les lésions actives (R(2)  = 0.61, p < 0.001). La correlation était meilleure si les deux effets IRM étaient atteints (R(2)  = 0.75, p < 0.001). L’IRM compte !
  • 34. Et le Cognitif et l’Atrophie? Troubles cognitifs précoces prédictifs de progression du handicap à long terme Deloire M, et al. Mult Scler 2010. n = 46 patients atteints de SEP-RR diagnostiquée au cours des 6 mois précédents ; Âge moyen = 38, 6 ans (DS : 8,7) ; Femmes 78,2 % ; EDSS moyen à l’inclusion = 2.0 (0.0 à 5.5 ) Variable dépendante Variable indépendante p Modèle R2 Progression de l’EDSS > 5 ans Score SDMT à l’inclusion 0,0283 0,187 EDSS à l’inclusion 0,014 Âge lors du diagnostic 0,8367 Progression de l’EDSS > 7 ans Score SRT CLTR à l’inclusion 0,0494 0,165 EDSS à l’inclusion 0,0637 Âge lors du diagnostic 0,5151 Figure 12. Modèle de régression linéaire : les scores cognitifs à l’inclusion prédictifs de la progression de l’EDSS après 5 ans et 7 ans de suivi Au début de la maladie, les déficits de la mémoire verbale (évaluée par le score CLTR) et de la vitesse de traitement de l’information (évaluée par le score SDMT) sont prédictifs de la progression de l’EDSS après 5 ans et 7 ans d’évolution
  • 35. Les lésions de la substance grise corrélées à la progression du handicap à long terme Filippi M, et al. Neurology 2013. n = 73 patients atteints de SEP (20 SCI, 34 SEP-RR, 19 SEP-SP) suivis pendant 13 ans (38) MTR : Rapport de transfert d’aimantation ; FSG : Fraction de la substance grise. Figure 18. Résultats de l’analyse par forêt aléatoire Après 13 ans de suivi, les lésions de la substance grise (évaluées par l’IRM de transfert d’aimantation et une mesure de l’atrophie) étaient le seul facteur prédictif du handicap (p < 0,01 ; C-index = 0,69) Et le Cognitif et l’Atrophie?
  • 36. Test de dépistage rapide SDMT Fait partie de la Batterie BICAMS ( Langdon et al Mult Scler 2012 Jun;18(6):891-8 ) avec la California Verbal Learning test V2 et le Brief Visuospatial Memory Test – Revised Test de 90 sec: principalement vitesse de traitement de l’information
  • 37. Test de dépistage rapide CSCT: version informatisée du SDMT sans effet retest
  • 38. Quand envisager un changement ?
  • 39. Critères de Rio (modifiés) Sormani, M. P. & De Stefano, N. (2013) Defining and scoring response to IFN-β in multiple sclerosis Nat. Rev. Neurol. doi:10.1038/nrneurol.2013.146 Score modifié ≥ 2: 65% de risque de progression du handicap Sormani et al Mult Scler 2013 Apr;19(5):605-12
  • 40. La peur de la non compliance • Paradoxalement l’arrivée des comprimés a fait craindre une baisse de la compliance. • Peur du non contrôle?
  • 41. Compliance aux injectables Remington et al, Int J MS Care 2013;15;36-45
  • 42. Agashivala et al BMC Neurology 2013,13:138 Bergvall et al J Med Econ. 2014 Oct;17(10):696-707 • 80% des jours bien pris pour fingolimod • 60 à 70% pour les injectables (1900 patients rétrospectifs) Bergvall données comparables (3750 patients rétrospectifs) Taux de discontinuation de 28% fingolimod contre 40% environ injectables Compliance: les per os font bien aussi
  • 43. Les Messages • Escalade pour la majorité • Pas d’organigramme décisionnel possible • L’IRM se surveille ++ annuellement • Penser au cognitif comme indice supplémentaire • Une minorité est redevable d’une induction (RCP)
  • 44. Pour avoir ce diaporama http://goo.gl/ObSNFD