SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  81
Télécharger pour lire hors ligne
MÉMOIRE DE 4EME ANNÉE
LA COMMUNICATION DIGITALE DANS L’INDUSTRIE
MUSICALE
« Comment gérer au mieux la communication d’un groupe
émergent sur les réseaux sociaux et internet en prenant
en compte la saturation de l’information sur ces
derniers ? »
Directeur de Mémoire: Roger Vicot
Parrain: Francis Zegut
Claire Conrardy
« Sans musique, la vie serait une erreur. »
Nietzche
2	
Sommaire	
	
Remerciements	 p.4	
Introduction	 p.5	
	 	
Partie	1.	Industrie	et	promotion	dans	le	milieu	musical:	explications	 p.8	
1.	L’industrie	musicale	et	son	évolution	 p.8	
1.1.	Histoire	de	l’industrie	musicale	 p.8	
1.2.	La	crise	des	années	2000,	certainement	la	plus	grosse	crise	de	l’industrie	
musicale	
p.10	
1.2.1.	Les	causes	de	cette	crise	 p.10	
1.2.2.	Les	conséquences	 p.13	
1.2.3.	Le	streaming,	en	passe	de	devenir	la	solution	 p.15	
2.	La	promotion	musicale:	du	traditionnel	au	numérique	 p.17	
2.1.	La	structure	traditionnelle	de	la	production	et	de	la	promotion	musicale	 p.18	
2.2.	L’apparition	d’internet	et	des	réseaux	sociaux	:	un	nouveau	moyen	de	
communication	
p.19	
2.3.	Les	artistes	s’occupent	eux-mêmes	de	leur	promotion	 p.19	
2.3.1.	Le	Do-it-Yourself	 p.19	
2.3.2.	Le	crowdfunding	 p.22	
	 	
Partie	2.	Une	stratégie	de	communication	?	Oui,	mais	sur	le	web	!	 p.24	
1.	Mise	en	place	d’une	stratégie	de	communication	sur	le	web	 p.24	
1.1.	La	nécessité	d’être	présent	sur	internet	 p.24	
1.2.	Définir	sa	stratégie	2.0	 p.28	
1.2.1.	Explorer	et	comprendre	le	monde	digital	qui	nous	entoure	 p.28	
1.2.2.	Construire	et	développer	sa	présence	en	ligne	 p.29	
1.2.3.	Créer	des	contenus	en	adéquation	avec	son	public	 p.30	
1.2.4.	Animer	et	engager	son	audience	 p.31	
1.2.5.	Analyser	les	retombées	 p.33	
1.3.	Les	différents	outils	mis	à	disposition	des	artistes	 p.35	
1.3.1.		Le	site	internet	 p.35	
1.3.2.	Les	réseaux	sociaux	 p.35	
1.3.3.	Les	sites	spécialisés	dans	la	musique	 p.44
3	
1.3.4.	La	mailing	list	et	la	newsletter	 p.47	
2.	La	saturation	de	l’information	 p.48	
2.1.	La	saturation	de	l’information	:	explications	 p.48	
2.2.	Les	solutions	envisageables	 p.49	
2.3.	Exemples	de	solutions	trouvées	par	les	artistes	 p.52	
	 	
Partie	3.	Domino	and	the	Ghosts:	les	propositions	applicables	 p.55	
1.	Présentation	du	groupe	Domino	and	the	Ghosts	 p.55	
2.	La	stratégie	de	communication	digitale	 p.56	
2.1.	Mise	en	place	de	la	stratégie	 p.56	
2.1.1.	Première	rencontre	avec	le	groupe	 p.56	
2.1.2.	Analyse	du	contexte	 p.56	
2.1.3.	Deuxième	rencontre	avec	le	groupe:	les	propositions	 p.58	
2.2.	Cette	stratégie	là	et	pas	une	autre	:	les	raisons	 p.58	
2.3.	Le	déroulement	 p.59	
3.	Résultats	obtenus	après	six	mois	de	pratique	 p.64	
4.	Et	après…	 p.65	
	 	
Conclusion	 p.66	
Bibliographie	 p.67	
Annexes	 p.70	
Interview	de	Francis	Zegut	 p.70	
Interview	de	Laurie	Cotteaux	 p.73	
Interview	du	groupe	Last	Train	 p.78	
Interview	du	groupe	Malemort	 p.79	
Interview	du	groupe	Coldstone	 p.80
4	
Remerciements	
	
	
	 	
	
	
	
	
	
Je	souhaiterais	dans	un	premier	temps	remercier	Monsieur	Roger	Vicot,	mon	directeur	
de	mémoire,	qui	m’a	aidée	en	me	donnant	quelques	conseils.	
	
	 Dans	un	second	temps,	je	suis	reconnaissante	à	Monsieur	Francis	Zegut,	animateur	
radio	sur	RTL2	et	parrain	de	ce	mémoire,	de	m’avoir	accordé	du	temps	tout	au	long	de	cette	
année.	Merci	pour	ce	précieux	soutien.		
	
	 Mes	remerciements	vont	également	à	Monsieur	Philippe	Clauw,	qui	a	toujours	été	
présent	pour	moi	lorsque	je	rencontrais	des	difficultés.	
	
	 Il	me	faut	aussi	remercier	Mademoiselle	Laurie	Cotteaux,	Digital	Marketing	Manager	
chez	[PIAS],	pour	m’avoir	donné	tous	ces	conseils	en	matière	de	communication	digitale	pour	
un	groupe	de	musique.	Merci	de	m’avoir	fait	découvrir	ce	monde	qui	me	plait	tant.	
	
Enfin	j’aimerais	remercier	Domino	and	the	Ghosts	pour	m’avoir	fait	confiance	et	Last	
Train,	 Coldstone,	 Malemort	 et	 Marko	 Balland	 pour	 leurs	 réponses	 malgré	 leur	 emploi	 du	
temps	chargé.	
	
Un	grand	merci	à	ma	famille,	en	particulier	mes	parents	et	ma	tante,	pour	m’avoir	
encouragée	et	aidée	dans	ce	dur	travail	d’écriture.	Merci	pour	vos	si	précieux	conseils	et	votre	
soutien.
5	
Introduction	
	
	
La	filière	musicale	est	aujourd’hui	secouée	par	les	habitudes	d’écoute	de	la	musique	offertes	
par	 le	 numérique.	 L’émergence	 d’internet,	 du	 peer-to-peer	 et	 de	 toutes	 les	 autres	
innovations,	qui	rendent	la	musique	plus	accessible,	ont	fait	paniquer	les	acteurs	de	l’industrie	
musicale.	A	chaque	nouveau	support	musical	apparu	(le	vinyle,	le	CD,	et	maintenant	le	fichier	
mp3),	une	crise	a	suivi,	avec	une	baisse	des	ventes	du	support	précédent.	Mais	pour	autant,	
une	crise	ne	fait	pas	forcément	disparaître	un	support.	Cette	dématérialisation	de	la	musique,	
résultat	du	développement	des	nouvelles	technologies,	a	tout	simplement	changé	la	manière	
de	 consommer	 la	 musique	 :	 dans	 un	 premier	 temps,	 on	 la	 télécharge	 gratuitement	 et	
illégalement.	Le	piratage	des	œuvres	musicales	devient	un	véritable	fléau	pour	l’industrie.	
C’est	ainsi	que	des	lois,	comme	la	loi	Hadopi,	ont	vite	fait	leur	apparition	pour	tenter	de	le	
contrer.	 Maintenant,	 on	 l’écoute	 en	 ligne,	 sur	 des	 sites	 comme	 YouTube	 ou	 sur	 des	
plateformes	de	streaming	comme	Spotify	ou	Deezer.	Tout	est	alors	remis	en	cause	et	les	rôles	
sont	 donc	 redistribués	 :	 les	 entités	 physiques	 (disquaires,	 grandes	 surfaces)	 se	 voient	
remplacées	par	des	magasins	en	ligne	(iTunes	Store	par	exemple).	Le	CD	se	vend	beaucoup	
moins	bien,	mais	les	plateformes	de	streaming	se	développent	et	prennent	le	relais.	Leur	
nombre	d’utilisateurs	augmente	chaque	jour	un	peu	plus	(on	compte	60	millions	d’utilisateurs	
pour	Spotify	début	2015,	contre	40	millions	un	an	plus	tôt1
).	Cette	nouvelle	manière	d’écouter	
de	la	musique	semble	être	la	solution	à	la	crise	que	traverse,	depuis	une	dizaine	d’années	
maintenant,	l’industrie	musicale.	Cependant,	est-ce	un	bon	point	pour	les	artistes	de	proposer	
leurs	œuvres	sur	ces	plateformes	?	
	
Quoiqu’il	en	soit,	on	parle	beaucoup	des	réseaux	sociaux	depuis	quelques	temps.	L’utilisation	
des	nouvelles	technologies,	la	croissance	du	nombre	d’internautes	(3,2	milliards	en	septembre	
20152
),	 le	 web	 marketing,	 nous	 démontrent	 que	 les	 réseaux	 sociaux	 sont	 nécessaires	
aujourd’hui.	 En	 seulement	 quelques	 années,	 internet,	 qui	 a	 pour	 vocation	 d’instaurer	 un	
dialogue	 entre	 différentes	 personnes,	 est	 devenu	 un	 espace	 social	 et	 communautaire.	
Maintenant,	 il	 ne	 concerne	 plus	 uniquement	 la	 sphère	 privée.	 Et	 les	 usages,	 dits	
«	professionnels	»,	se	sont	de	plus	en	plus	développés.	Les	réseaux	sociaux	sont	apparus	et	
sont	devenus	des	lieux	d’écoute	et	de	diffusion.	Dans	ce	contexte,	les	artistes	et	groupes	de	
musique	sont	en	mesure	de	travailler	leur	présence	numérique.	Mais	pourquoi	être	présent	
sur	les	réseaux	sociaux	?	Tout	simplement	parce	que	de	nos	jours,	ils	sont	un	bon	outil	pour	
diffuser	sa	musique	et	le	meilleur	moyen	pour	se	faire	connaître.	En	effet,	une	présence	bien	
gérée	sur	les	réseaux	sociaux	peut	promouvoir	le	groupe	plus	efficacement	que	la	publicité	
traditionnelle.	 	 Ils	 permettent	 notamment	 de	 se	 montrer	 sous	 un	 nouveau	 jour	 :	 l’artiste	
																																																								
1
	Source	nextinpact.com	
2
	Source	archimag.com
6	
devient	alors	plus	accessible,	plus	humain.	Et	c’est	grâce	à	cela	qu’il	est	possible	de	créer	une	
relation	de	confiance	et	de	proximité	avec	les	gens	qui	le	soutiennent	et	le	suivent.	Tout	a	
commencé	avec	le	site	MySpace,	fondé	en	2003,	qui	est	vite	devenu	indispensable	pour	tous	
ces	 groupes	 et	 artistes	 émergents.	 	 Il	 remplace	 alors	 pour	 la	 première	 fois	 un	 moyen	 de	
diffuser	sa	musique	sans	pour	autant	passer	par	des	professionnels.	Et	par	la	suite,	ce	sont	les	
réseaux	sociaux	tels	que	Facebook	et	Twitter	qui	font	leur	entrée	petit	à	petit	dans	le	monde	
d’internet,	avec	pour	vocation,	au	départ,	de	ne	servir	que	de	lieu	de	discussion	et	d’échange.	
Au	fur	et	à	mesure	que	les	années	passent,	ils	se	transforment	progressivement	en	véritables	
outils	 de	 communication,	 offrant	 ainsi	 aux	 artistes	 des	 applications	 très	 intéressantes	 et	
surtout	des	statistiques	leur	permettant	de	se	situer	un	peu	plus.	L’apparition	des	plateformes	
de	crowdfunding	a	également	joué	un	rôle	important	dans	toute	cette	désintermédiation.	Les	
artistes	peuvent	désormais	enregistrer	et	produire	leur	album	sans	l’aide	des	majors,	mais	
avec	celle	du	public.		
	
Internet	 et	 les	 réseaux	 sociaux	 étant	 gratuits,	 tout	 un	 chacun	 peut	 s’y	 connecter.	 Il	 est	
également	très	facile	pour	n’importe	qui,	d’écrire	quelque	chose	et	de	le	poster	sur	n’importe	
quel	 site,	 à	 n’importe	 quel	 moment.	 C’est	 d’ailleurs	 cette	 facilité	 de	 publication	 et	 cette	
instantanéité	qui	vont	entraîner,	ce	qu’on	appelle	maintenant,	la	saturation	de	l’information.	
Beaucoup	trop	de	messages	sont	publiés	au	même	moment,	de	la	même	façon.	Il	est	alors	
très	difficile,	pour	l’internaute,	de	s’y	retrouver	parmi	cette	masse	d’informations.		«	Ce	que	
l'information	consomme	est	assez	évident,	cela	consomme	l'attention	du	destinataire.	Ainsi,	
une	 richesse	 d'informations	 crée	 une	 pauvreté	 d'attention	 »3
.	 D’autant	 plus	 que	 celles-ci	
peuvent	 très	 bien	 être	 de	 mauvaise	 qualité.	 	 Comme	 le	 dit	 si	 bien	 Michael	 Kinsley4
,	 «	 la	
possibilité	qui	nous	est	offerte	à	tous	d'exprimer	nos	opinions	est	magnifique,	mais	pas	la	
perspective	de	les	lire	».	Personne	ne	peut	tout	vérifier	et	les	artistes	doivent	faire	attention	
à	ce	que	certains	mots	ne	leur	portent	pas	préjudice.		
	
Mais	alors	comment	gérer	aux	mieux	la	communication	de	groupes	émergents	sur	les	réseaux	
sociaux	et	internet,	en	prenant	en	compte	la	saturation	de	l’information	?	Ce	mémoire	va	
aborder	 différents	 points	 qui	 vont	 nous	 aider	 à	 répondre	 à	 cette	 question	 de	 manière	
objective.	Dans	un	premier	temps,	nous	allons	expliquer	l’industrie	et	la	promotion	musicale	:	
quelle	est	leur	évolution	et	comment	ont-elles	appréhendé	l’arrivée	d’internet	?	La	deuxième	
partie	 va	 nous	 permettre	 d’entrer	 plus	 en	 profondeur	 dans	 l’apprentissage	 des	 réseaux	
sociaux,	de	les	expliquer,	d’apprendre	comment	les	utiliser	à	bon	escient	lorsque	l’on	est	un	
jeune	 groupe…et	 le	 plus	 important,	 pourquoi,	 aujourd’hui,	 il	 faut	 absolument	 avoir	 une	
présence	digitale.	La	troisième	et	dernière	partie,	quant	à	elle,	peut	être	considérée	comme	
																																																								
3
	Herbert	Simon,	théoricien	de	l’économie	de	l’attention	
4
	Journaliste	au	Time	Magazine
7	
une	étude	de	cas.	Les	conseils	vus	précédemment	ont	été	mis	en	pratique,	avec	l’aide	du	
groupe	Domino	and	the	Ghosts,	originaire	de	Metz	(Moselle).		
	
Si	j’ai	choisi	de	traiter	ce	sujet,	c’est	pour	quelques	raisons	très	simples.	La	citation	que	l’on	
retrouve	au	début	de	ce	mémoire	correspond	très	bien	à	mon	état	d’esprit	vis	à	vis	de	la	
musique.	Je	suis	passionnée	depuis	très	longtemps,	et	plus	particulièrement	de	musique	rock.	
C’est	grâce	à	mes	parents	que	j’ai	découvert	des	groupes	tels	que	les	Beatles,	les	Rolling	
Stones,	Pink	Floyd,	et	bien	d’autres.	La	passion	est	arrivée	ensuite,	lorsque	je	suis	arrivée	au	
lycée.	Depuis	presque	dix	ans	maintenant,	je	passe	le	plus	clair	de	mon	temps	à	écouter	de	la	
musique,	à	en	acheter,	à	chercher	des	informations	sur	mes	artistes	favoris	(que	ce	soit	sur	
internet,	dans	des	autobiographies	ou	biographies,	à	la	télé,	etc.),	à	en	chercher	de	nouveaux,	
à	aller	à	des	concerts…	Autant	dire	que	je	ne	vis	que	pour	ça.	Il	ne	se	passe	pas	une	seule	
journée	 pendant	 laquelle	 je	 ne	 pense	 pas	 à	 la	 musique.	 Ça	 fait	 partie	 intégrante	 de	 ma	
personnalité	et	je	ne	peux	vraiment	plus	m’en	passer.	De	ce	fait,	mon	but	ultime	est,	après	
mes	études,	de	travailler	dans	ce	milieu	qui	me	plait	et	m’attire	plus	que	tout.	Ce	mémoire	est	
donc	une	bonne	façon	pour	moi	d’en	apprendre	beaucoup	plus	sur	l’industrie	musicale,	son	
état	actuel,	et	de	voir	comment	les	choses	peuvent	évoluer.		
De	plus,	je	fais	partie	de	la	génération	Y,	génération	qui	a	grandi	en	même	temps	qu’a	évolué	
le	 web.	 Nous	 sommes	 nés	 avec	 certaines	 facilités	 quant	 à	 l’utilisation	 d’internet	 et	 des	
nouvelles	technologies.	Leur	fonctionnement	paraît	évident	pour	une	utilisation	personnelle.	
Quand	 il	 s’agit	 de	 s’en	 servir	 professionnellement,	 c’est	 un	 autre	 problème.	 Et	 puis	
aujourd’hui,	alors	que	tout	passe	par	le	digital,	il	est	impensable,	pour	qui	que	ce	soit,	de	ne	
pas	être	sur	le	web.	Il	est	devenu	indispensable	et	sert	pour	tout,	y	compris	et	même	surtout,	
pour	la	communication.		En	effet,	la	communication	digitale	est	aujourd’hui	le	seul	marché	de	
la	communication	qui	progresse,	avec	une	augmentation	annuelle	constante	d’environ	5%5
.	
C’est	pourquoi	Il	me	paraissait	donc	évident	d’allier	ces	deux	aspects	dans	mon	sujet.	
	
	 	
																																																								
5
	Source	indicta.com
8	
Partie	1	–	Industrie	et	promotion	dans	le	milieu	musical	:	explications	
	
1. L’industrie	musicale	et	son	évolution	
	
«	 L'industrie	 musicale	 (appelée	 également	 industrie	 du	 disque	 ou	 encore	 industrie	
phonographique)	désigne	les	activités	qui	contribuent	à	l'offre	de	produits	musicaux	obtenus	
par	un	processus	industriel	de	reproduction	(en	général,	le	disque).	Le	terme	fait	référence	
plus	explicitement	à	la	filière	de	l'édition	phonographique	;	en	réalité,	il	faudrait	parler	d’«	
industries	musicales	»	au	pluriel,	regroupant	ainsi	toutes	les	activités	de	reproduction	de	la	
musique,	 par	 le	 processus	 industriel	 (produit	 physique)	 ou	 par	 le	 numérique	 (produit	
dématérialisé).	De	ce	fait,	on	y	englobe	généralement	l'édition	musicale	et	même	la	facture	
instrumentale	(voire	aujourd'hui	les	logiciels	de	composition	et	de	musique	de	synthèse)	».6
	
	
La	 filière	 industrielle	 du	 disque	 peut	 être	 définie	 en	 quatre	 grandes	 étapes7
	 :	 la	 création	
artistique,	l’industrialisation	(la	transformation	d’une	œuvre	en	un	produit	reproductible),	la	
promotion,	et	la	commercialisation.	D’après	Nicolas	Curien	et	François	Moreau,	la	création	
artistique	 répond	 à	 deux	 objectifs	 distincts	 :	 trouver	 un	 auteur	 et/ou	 compositeur,	 puis	
administrer	l’exploitation	de	l’œuvre	en	trouvant	un	interprète	et	une	maison	de	disque.	La	
deuxième	étape	correspond	à	la	production.	Il	va	s’agir	ici	de	produire	et	financer	l’intégralité	
de	l’enregistrement	ainsi	que	de	reproduire	l’œuvre	sur	un	support	matériel.		
	
L’industrie	du	disque	s’organise	dans	les	années	1920,	sous	l’égide	de	multinationales	comme	
Columbia,	Pathé,	Gramophone	ou	encore	Edison.	Depuis,	il	y	a	eu	beaucoup	de	fusions	et	de	
rachats.	Aujourd’hui,	le	secteur	est	divisé	entre	les	grosses	maisons	de	disques	(qui	détiennent	
environ	70%	des	parts	de	marché)	comme	Universal	Music	Group,	Sony	Music	Entertainment	
et	Warner	Music	Group,	et	les	labels	indépendants	tels	que	[PIAS]	ou	encore	Naïve.		
	
1.1. Histoire	de	l’industrie	musicale	
En	1877,	Thomas	Edison	invente	le	phonographe,	qui	permet	pour	la	toute	première	fois	de	
reproduire	 la	 voix	 sur	 un	 support	 (un	 cylindre)	 enregistré.	 Mais	 on	 peut	 dire	 que	 tout	
commence,	en	1887,	lorsque	l’ingénieur	allemand	Emile	Berliner	invente	le	gramophone	et	le	
disque.	En	effet,	pour	gagner	de	la	place,	le	support	d’enregistrement	n’est	plus	sous	forme	
de	cylindre,	mais	de	galette	de	zinc	(90	et	100	tours/minute)	qui	prendra	par	la	suite,	le	nom	
de	 disque	 de	 par	 sa	 forme.	 De	 plus,	 son	 invention	 permet	 de	 séparer	 distinctement	
l’enregistrement	et	le	processus	de	reproduction.	Elle	offre	alors	un	très	gros	avantage	:	le	
coût	de	reproduction	qui	baisse	fortement.	Le	gramophone	est	officiellement	lancé	dans	le	
																																																								
6
	Définition	Wikipédia.		
7
	L’industrie	du	disque	par	Nicolas	Curien	et	François	Moreau
9	
commerce	 en	 1896	 et	 rencontre	 rapidement	 un	 franc	 succès.	 L’histoire	 de	 la	 musique	
enregistrée	débute	alors	en	se	mêlant	à	l’aventure	industrielle	occidentale.		
Bien	que	l’industrie	musicale	se	soit	fortement	développée	jusqu’en	1920,	l’offre	de	musique	
enregistrée	 est	 très	 faible.	 Les	 quelques	 entreprises	 spécialisées	 dans	 l’enregistrement	
proposent	 un	 catalogue	 limité	 :	 ne	 sont	 proposés	 que	 des	 titres	 populaires,	 repris	 par	
différents	artistes.	De	ce	fait,	le	niveau	des	ventes	est	bas.	Alors	la	radio	fait	son	apparition	
aux	Etats-Unis.	Les	familles	américaines	s’équipent	très	rapidement	en	récepteur	radio	qui	
concurrence	 alors	 les	 ventes	 de	 gramophone	 et	 entraine	 la	 première	 crise	 de	 l’industrie	
musicale.	 Selon	 Garofalo	 (1999)	 –	 From	 Music	 Publishing	 to	 MP3,	 le	 chiffre	 d’affaires	 du	
secteur	 passe	 de	 106	 millions	 de	 dollars	 en	 1921	 à	 seulement	 6	 millions	 en	 1933.	 Les	
compagnies	n’arrivent	pas	à	faire	face	à	la	concurrence	de	la	radio	qui	apparaît,	aux	yeux	des	
artistes	et	des	maisons	de	disque,	comme	un	remplaçant	du	disque.	C’est	pourquoi	elle	prend	
des	parts	de	marché	à	l’industrie	musicale,	mais	personne	n’envisage	alors	de	s’associer	aux	
radios.	C’est	bien	plus	tard	que	des	alliances	finiront	par	se	former	entre	la	production	de	
disque	et	la	diffusion	radio.	Cette	dernière	deviendra	alors	un	outil	puissant	de	promotion	
musicale.	 Dans	 les	 années	 1930,	 on	 commence	 donc	 à	 se	 servir	 de	 la	 radio	 pour	 faire	
augmenter	les	ventes	de	disque.
	
	
En	 1948,	 deux	 autres	 changements	 majeurs	 font	 leur	 entrée	 dans	 l’histoire	 de	 l’industrie	
musicale.	C’est	en	effet	l’année	de	lancement	des	disques	33	et	45	tours	(plus	connus	sous	le	
nom	de	vinyle)	par	la	société	Columbia	(alors	devenue	CBS).	Ces	nouveaux	formats	deviennent	
vite	la	référence.	En	Europe,	c’est	EMI	que	se	convertit	en	premier,	en	1952.	Au	départ,	le	33	
tours	est	créé	pour	le	répertoire	classique	et	permet	d’enregistrer	la	taille	d’un	album	complet,
10	
alors	que	le	45	tours	est	créé	pour	le	répertoire	de	musiques	populaires,	avec	seulement	deux,	
voire	trois	titres.	Cette	période	d’après-guerre	marque	aussi	la	montée	du	rock’n’roll.	Ces	deux	
bouleversements	 déclenchent	 une	 forte	 croissance	 des	 ventes	 et	 une	 modification	
structurelle	de	l’industrie	du	disque.	Elle	devient	la	période	des	labels	indépendants.		
	
Dans	les	années	1970,	le	manque	de	nouveautés	et	la	saturation	du	vinyle	entraînent	une	
nouvelle	chute	des	ventes.	Mais	une	nouvelle	innovation	va	changer	la	donne	:	la	cassette	
audio.	Elle	permet	l’écoute	mobile	de	la	musique	et	la	copie	privée.	Grâce	à	ça,	les	ventes	
redécollent.	 On	 passe	 alors	 de	 4,75	 milliards	 de	 dollars	 de	 chiffre	 d’affaires	 mondial	 à	 7	
milliards,	entre	1973	et	19788
.	
	
En	1982,	on	découvre	un	nouveau	support	musical,	le	Compact	Disc	(CD).	Le	CD	a	l’avantage	
de	pouvoir	contenir	plus	de	morceaux	que	le	vinyle.	Il	va	donc	le	remplacer	petit	à	petit.	La	
création	du	walkman	(lecteur	CD	portatif)	favorise	également	l’augmentation	des	ventes.	
Le	 dernier	 changement	 majeur	 dans	 l’histoire	 de	 l’industrie	 phonographique	 est	 l’arrivée	
d’internet	et	du	format	mp3	entre	les	années	1990	et	2000.	Ce	changement	de	format,	que	
l’on	appelle	format	numérique,	est	une	avancée	technologique	de	taille.		En	effet,	elle	permet	
de	télécharger	la	musique	gratuitement,	et	de	ce	fait,	illégalement,	sans	avoir	à	bouger	de	
chez	soi.	Mais	le	problème,	c’est	que	les	artistes	ne	sont	pas	rémunérés	pour	les	fichiers	qui	
sont	échangés	entre	les	internautes,	puisqu’on	ne	passe	plus	par	des	intermédiaires	légaux.	
Cela	fait	considérablement	chuter	la	vente	des	CDs.	
	
1.2. La	 crise	 des	 années	 2000,	 certainement	 la	 plus	 grosse	 crise	 de	 l’industrie	
musicale	
	
Aucun	domaine	n’a	été	épargné	avec	le	développement	d’internet	et	surtout	pas	l’industrie	
musicale.	Comme	on	a	pu	le	voir	précédemment,	depuis	sa	création,	l’industrie	de	la	musique	
enregistrée	a	connu	pas	mal	de	crises.	Elles	sont	toutes	principalement	dues	à	des	innovations	
techniques	et	technologiques.	Mais	la	plus	importante	est	celle	survenue	dans	les	années	
2000,	 et	 qui	 d’ailleurs,	 est	 toujours	 d’actualité.	 Elle	 touche	 à	 la	 fois	 le	 support,	 avec	 la	
dématérialisation	de	la	musique,	et	la	promotion,	avec	l’apparition	de	nouveaux	outils.		
	
1.2.1. Les	causes	de	cette	crise	
	
On	sait	que	chaque	nouvelle	innovation	technique	et/ou	technologique	a	engendré	une	crise,	
le	temps	que	l’industrie	s’adapte.		Mais	les	causes	de	la	plus	grosse	crise	qu’ait	jamais	connu	
l’industrie	musicale	peuvent	être	multiples.		
	
																																																								
8
	Chiffres	Fédération	Internationale	de	l’Industrie	Phonographie	-	IFPI
11	
C’est	lors	de	l’arrivée	d’internet	à	grande	échelle	dans	les	années	1990	que	s’est	posé	un	
problème	:	le	téléchargement	de	la	musique	numérique.	En	effet,	en	1999,	avec	la	plateforme	
Napster	qui	permet	de	télécharger,	nait	le	peer-to-peer9
.	Elle	connaît	un	franc	succès	dès	le	
départ,	avec	des	millions	d’utilisateurs	dans	le	monde.	D’autres	plateformes	telles	que	KaaZaa,	
eMule	ou	encore	Limewire	vont	elles	aussi,	faire	leur	apparition.	C’est	à	partir	de	ce	moment-
là	que	les	ventes	de	CDs	seront	en	baisse.	On	va	alors	accuser	ce	«	piratage	»	de	la	musique,	
puisqu’elle	 est	 téléchargée	 gratuitement	 et	 illégalement,	 d’être	 responsable	 de	 cela.	 Les	
industriels	de	la	musique	enregistrée	vont	mettre	très	longtemps	à	réagir,	avant	d’installer	
des	offres	légales	de	téléchargement.	La	première	chose	qu’ils	ont	faite	a	été	d’essayer	de	
faire	condamner	ces	logiciels	de	peer-to-peer	:	tentatives	qui	aboutiront	au	fur	et	à	mesure	
que	les	années	passent.		
	
Le	gouvernement	français	a	lui	aussi	tenté	de	limiter,	voire	éradiquer,	le	téléchargement	illégal	
en	votant,	en	2009,	la	loi	création	et	internet	(également	appelée	loi	Hadopi).	Cette	dernière	
a	créé	la	Haute	autorité	pour	la	diffusion	des	œuvres	et	la	protection	des	droits	sur	internet	
(Hadopi),	qui	est	un	organisme	indépendant	français	de	régulation.	Elle	a	été	complétée,	la	
même	année,	par	la	loi	Hadopi	2.	Les	deux	lois	sont	codifiées	dans	le	code	de	la	propriété	
intellectuelle,	qui	définit	donc	les	missions	de	l’autorité.	L’Hadopi	en	a	trois	:	
- Promouvoir	le	développement	de	l’offre	légale10
	et	observer	l’utilisation	licite	et	illicite	
des	œuvres	sur	internet	;	
- Protéger	les	œuvres	à	l’égard	des	atteintes	aux	droits	qui	leur	sont	attachés	dans	le	
cadre	de	la	réponse	(ou	riposte)	graduée	(procédure	qui	vise	dans	un	premier	temps	à	
avertir	l’internaute	par	e-mail	puis	dans	un	second	temps	par	courrier	recommandé,	
pour	 le	 prévenir	 qu’il	 risque	 une	 sanction	 après	 avoir	 téléchargé	 illégalement	 des	
œuvres)	;	
- Réguler	l’usage	des	mesures	techniques	de	protection.	
	
L’image	ci-dessous	décrit	très	bien	les	différentes	étapes	du	fonctionnement	de	l’Hadopi.	Et	
on	se	rend	vite	compte	de	la	lenteur	d’exécution	de	la	sanction.	L’amende	maximale	encourue	
par	un	particulier	est	de	1	500	euros,	ce	qui	n’est	pas	forcément	dissuasif	pour	les	personnes	
qui	téléchargent	beaucoup.	
	
																																																								
9
	Littéralement	«	pair	à	pair	».	Technologie	qui	permet	l’échange	direct	de	données	entre	ordinateurs	
reliés	à	internet,	sans	passer	par	un	serveur	central	-	Larousse	
10
	http://offrelegale.fr
12	
	
En	mars	2016,	on	constate	que	plus	de	7	millions	d’avertissements	(premières	et	deuxièmes	
recommandations)	 ont	 été	 envoyés	 depuis	 sa	 création.	 Cependant,	 «	 seulement	 »	 872	
dossiers	 ont	 été	 transmis,	 en	 tout	 et	 pour	 tout,	 au	 parquet	 (dont	 85	 pour	 mars	 2016)11
.	
L’Hadopi	ne	communique	aucuns	chiffres	quant	aux	condamnations	prononcées.	Il	est	donc	
difficile	de	dire	si	elle	a	rempli	sa	fonction	ou	non.		
Mais	de	toute	façon,	tout	risque	de	changer.	En	effet,	le	29	avril	2016,	les	députés	français	ont	
voté	en	faveur	de	la	suppression	de	l’Hadopi,	qui	devrait	prendre	effet	le	4	février	2022.	Et	
c’est	certainement	un	mal	pour	un	bien,	quand	on	sait	que	l’Etat	aura	versé	au	total	plus	de	
100	millions	d’euros	à	l’Hadopi	pour	la	faire	fonctionner.	
	
Dans	tous	les	cas,	il	ne	faut	pas	oublier	qu’il	y	a	du	bon	et	du	mauvais	avec	le	téléchargement.	
C’est	positif	lorsque	les	internautes	l’utilisent	pour	se	faire	une	idée	d’une	œuvre.	Ils	sont	alors	
plus	susceptibles	de	l’acheter	si	cela	correspond	à	leurs	goûts	musicaux.	C’est	ce	que	l’on	
appelle	 l’effet	 sampling.	 Par	 contre,	 ce	 que	 l’on	 retient	 le	 plus,	 c’est	 l’effet	 négatif	 :	 les	
internautes	téléchargent,	mais	n’achètent	pas	par	la	suite.	C’est	l’effet	de	substitution.	Ce	
dernier	est	plus	présent	chez	les	jeunes,	alors	que	l’effet	sampling	l’est	plus	chez	les	personnes	
plus	âgées12
.		Ce	peer-to-peer	joue	un	rôle	certain	dans	la	crise	du	disque,	mais	il	n’est	pas	la	
seule	et	unique	cause.		
																																																								
11
	Source	http://nextimpact.com	
12
	Eric	Boorstin	–	Music	Sales	in	the	Age	of	File	Sharing
13	
Effectivement,	dans	les	années	2010,	le	manque	de	réactivité	de	la	part	des	acteurs	principaux	
de	l’industrie	de	la	musique	n’a	pas	arrangé	les	choses.	Et	les	solutions	qu’ils	ont	finalement	
mises	en	place	ne	répondaient	pas	aux	besoin	du	marché	du	moment.	En	effet,	leurs	offres	
légales	d’achat	de	la	musique	sur	internet	proposaient	et	proposent	toujours	des	prix	élevés,	
dans	l’espoir,	de	réaliser	de	très	grosses	marges.	Le	prix	de	base	fixé	par	iTunes	est	de	0,99€	
par	titre,	et	peut	aller	jusqu'à	1,29€	en	fonction	de	sa	popularité	ou	de	sa	nouveauté.	Prenons	
l’exemple	de	l’album	Let	it	Bleed	des	Rolling	Stones.	Il	comprend	neuf	titres	qui	sont	vendus,	
sur	l’iTunes	Store,	1,29€	l’unité.	L’album,	quant	à	lui,	est	au	prix	de	11,99€	(au	28	février	2016).	
On	se	rend	vite	compte	que	l’offre	légale	de	musique	dématérialisée	n’est	donc	pas	forcément	
beaucoup	plus	attractive	que	le	CD	en	lui-même,	pour	les	consommateurs.		
	
L’arrivée	en	force	de	nouveaux	médias	et	moyens	de	communication	peut	également	être	une	
des	causes	de	cette	crise.	En	effet,	aujourd’hui,	les	gens	ne	sont	plus	dans	la	demande	car	les	
artistes	 leur	 offrent	 toujours	 quelque	 chose	 (des	 photos,	 une	 vidéo,	 etc.)	 via	 les	 réseaux	
sociaux	ou	même	des	applications	mobiles.		
	
1.2.2. Les	conséquences	
	
Comme	on	ne	cesse	de	le	répéter,	la	première	conséquence	de	cette	crise	est	la	baisse	des	
ventes	physiques	de	musique	enregistrée.	Il	a	donc	fallu	inventer	un	nouveau	système	pour	
tenter	de	contrer	cette	crise.	Le	téléchargement	légal	ou	le	streaming,	qui	s’imposent	de	nos	
jours	comme	la	nouvelle	manière	de	consommer	la	musique,	ont	alors	fait	leur	apparition	et	
ont	remplacé	petit	à	petit	les	méthodes	de	vente	dires	«	traditionnelles	»	(grandes	surfaces,	
disquaires,	etc.).
14	
En	France	(figure	ci-dessus)	:	
- On	constate	une	chute	du	marché	global	de	5,3%.	Les	ventes	de	musique	enregistrée	
atteignent	les	458,6	millions	d’euros,	ce	qui	équivaut	à	une	baisse	de	7%	par	rapport	à	
2013	;	
- Le	marché	physique	de	la	musique	enregistrée	a	chuté	de	11,5%,	dont	-12%	pour	les	
albums.	
Ces	 chiffres	 ne	 sont	 pas	 vraiment	 une	 surprise.	 On	 sait	 que	 depuis	 quinze	 ans	 Internet	 a	
redessiné	la	façon	de	consommer	et	d’écouter	la	musique.	En	effet,	depuis	2002,	le	marché	
de	la	musique	a	perdu	près	de	65%	de	sa	valeur,	passant	ainsi	de	1,3	milliard	d’euros	à	570	
millions	d’euros,	dont	un	quart	depuis	2008.		
Dans	le	monde	:	
- On	remarque	une	stabilité	entre	le	marché	digital,	qui	représente	6,85	milliards	de	
dollars,	et	le	marché	physique,	qui	atteint	les	6,81	milliards	de	dollars	;	
- Le	chiffre	d’affaire	de	la	musique	enregistrée	(physique	+	digitale)	baisse	de	1,2%,	
contre	-5,3%	en	2013.	On	constate	donc	que	la	baisse	est	moins	importante	;	
- Les	ventes	digitales	dans	le	monde	ont	augmenté	de	6,9%	(figure	ci-dessous)	;	
- Les	revenus	mondiaux	du	streaming	ont	augmenté	de	39%.	
	
	
	
Le	téléchargement	légal	(achat	de	titres	sur	iTunes	par	exemple)	a	quant	à	lui	baissé	de	14%	
entre	2013	et	2014.	La	musique	en	format	mp3	n’est	donc	visiblement	plus	l’avenir	de	la	
musique.	Il	est	remplacé	petit	à	petit	par	le	streaming.	En	effet,	en	France,	le	nombre	de	titres	
écoutés	est	passé,	en	un	an,	de	8,6	à	12	milliards13
.	
																																																								
13
	Tous	les	chiffres	de	le	partie	1.2.2.	sont	issus	du	site	snepmusique.com
15	
1.2.3. Le	streaming	en	passe	de	devenir	la	solution	
	
Lorsque	 l’on	 parle	 de	 streaming	 musical,	 deux	 sites	 reviennent	 :	 le	 suédois	 Spotify,	 et	 le	
français	Deezer.		Tous	deux	créés	au	milieu	des	années	2000,	le	secteur	se	développe	de	plus	
en	 plus	 (naissance	 d’Apple	 Music14
	 en	 2015	 par	 exemple	 pour	 concurrencer	 les	 deux	
premiers).	Mais	est-ce	que	ce	système	légal	d’écoute	de	la	musique	sur	internet	est	finalement	
la	solution	pour	contrer	cette	profonde	crise	de	l’industrie	?	
	
Les	 plateformes	 de	 streaming	 sont	 gratuites,	 et	 financées	 par	 des	 publicités.	 Depuis	 la	
dématérialisation	de	la	musique,	les	gens	ont	perdu	l’habitude	de	payer	pour	l’obtenir.	Un	
abonnement	de	10	euros	par	mois	permet	alors	de	retirer	ces	pubs,	et	de	pouvoir	écouter	sa	
musique	partout	(ordinateur,	tablette,	smartphone),	quand	bon	nous	semble,	même	sans	
connexion	internet.	On	consomme	alors	la	musique	à	volonté.	Avec	le	streaming,	on	n’est	plus	
propriétaire	des	morceaux,	mais	locataire.	
	
Même	 si	 le	 vinyle	 a	 fait	 son	 grand	 retour	 ces	 dernières	 années,	 il	 ne	 pourra	 plus	 jamais	
remplacer	les	fichiers	mp3	ou	le	streaming.	Mais	selon	Nicolas	Poço15
	et	David	Godevais16
,	
«	les	deux	pratiques	sont	complémentaires	».	Beaucoup	de	personnes	écoutent	leur	musique	
en	ligne,	mais	elles	continuent	d’acheter	le	support	physique.	Le	rapport	à	l’objet	est	toujours	
présent	chez	certains.		
	
«	 1000	 streams17
	 génèrent	 aujourd’hui	 pour	 l’artiste	 le	 même	 revenu	 que	 la	 vente	 d’un	
album	»18
.	Si	l’on	se	fie	à	cette	affirmation,	on	peut	dire	que	le	streaming	est	une	bonne	chose	
pour	les	artistes.	Quand	on	sait	qu’aujourd’hui,	les	consommateurs	de	musique	écoutent	plus	
volontiers	le	même	titre	plusieurs	fois	qu’un	album	complet,	il	est	intéressant	de	considérer	
le	 streaming	 comme	 une	 bonne	 alternative	 à	 la	 vente	 de	 musique	 physique.	 De	 plus,	 la	
consommation	de	streaming	est	de	plus	en	plus	importante.	Les	revenus	du	streaming	dans	
le	monde	ont	augmenté	de	39%	en	2014.		
	
En	France,	comme	l’indique	le	graphique	ci-dessous,	on	peut	remarquer	que	les	courbes	du	
téléchargement	et	du	streaming	ont	fini	par	s’inverser.	En	effet,	les	revenus	du	streaming	ont	
augmenté	de	34%,	atteignant	les	72,6	millions	d’euros	(on	parle	de	78,5	millions	d’euros	en	
2015)	alors	que	ceux	du	téléchargement	ont	baissé	de	14%	pour	un	chiffre	de	53,8	millions	
d’euros19
,	et	ce	pour	la	première	fois.		Mais	les	ventes	physiques	représentent	toujours	58%	
																																																								
14
	A	atteint	les	13	millions	d’inscrits	en	avril	2016	–	source	siecledigital.fr	
15
	Disquaire	à	Paris	
16
	Directeur	du	Club	Action	des	Labels	Indépendants	Français	
17
	Un	stream	correspond	à	l’écoute	d’un	titre	
18
	Pascal	Nègre,	ex-PDG	de	Universal	France	
19
	Chiffres	SNEP
16	
des	revenus	de	l’industrie	musicale	en	2015.	Néanmoins,	le	streaming	connaît	la	plus	forte	
progression,	puisqu’il	devient	la	deuxième	source	de	revenus	dans	le	secteur,	avec	25%	de	son	
chiffre	d’affaires.	En	2010,	il	ne	représentait	que	4%20
.	
	
	
	
	
Au	24	mars	2016,	le	streaming	représente	dorénavant	le	premier	générateur	de	revenus	de	
l’industrie	 musicale	 aux	 Etats-Unis.	 Selon	 la	 RIAA21
	 (Recording	 Industry	 Association	 of	
America),	il	totalise	34,3%	(7%	en	2010	et	27%	en	2014)	des	revenus.	Le	téléchargement	en	
ligne,	lui,	représente	34%,	et	les	ventes	physiques	chutent	à	28,8%.	Les	chiffres	sont	proches,	
mais	 on	 constate	 que	 le	 streaming	 est	 tout	 de	 même	 en	 première	 position.	 La	 raison	
principale	?	Le	nombre	d’abonnements	payants	a	augmenté	de	52,3%	en	2015,	par	rapport	à	
l’année	précédente.	De	plus,	Apple	Music	vient	de	lancer,	en	mai	2016,	un	abonnement	à	tarif	
spécial.	 Les	 étudiants	 des	 Etats-Unis,	 d’Australie,	 de	 Nouvelle-Zélande,	 du	 Royaume-Uni,	
d’Irlande,	d’Allemagne	ou	du	Danemark	peuvent	bénéficier	d’un	tarif	réduit	s’ils	souhaitent	
s’abonner	au	service	de	streaming.	Ainsi,	à	la	place	des	habituels	9,99€	par	mois,	ils	pourront	
payer	50%	moins	cher,	à	savoir	4,99€.	D’autres	pays,	dont	la	France,	devraient	suivre	très	
prochainement.	Apple	Music	est	le	premier	service	de	streaming	à	proposer	des	tarifs	réduits,	
et	ce,	certainement	dans	le	but	d’obtenir	de	nouveaux	utilisateurs,	et	d’inciter	les	jeunes	à	
«	streamer	»	leur	musique	plutôt	qu’à	la	télécharger.	Ne	reste	plus	qu’à	voir	les	résultats	
obtenus	 sur	 les	 prochains	 mois.	 Il	 est	 très	 probable	 que	 les	 leaders	 Deezer	 et	 Spotify	 se	
mettent	à	proposer	également	des	offres	similaires	pour	concurrencer.	
	
																																																								
20
	www.lemonde.fr	
21
	www.riaa.com
17	
On	pourrait	donc	en	conclure	qu’effectivement	le	streaming	peut	être	une	solution.	
	
Cependant,	on	se	doit	de	nuancer	ces	propos.	En	effet,	beaucoup	d’artistes	refusent	de	rendre	
disponible	 leur	 catalogue	 musical,	 ou	 une	 partie,	 sur	 les	 plateformes	 de	 streaming.	 Mais	
qu’est-ce	qui	les	rend	si	frileux	face	à	cette	idée	?	Beaucoup	trouvent	qu’ils	ne	gagnent	pas	
assez	de	revenus	avec	le	streaming.	On	constate	en	effet	qu’un	artiste	gagne	seulement	100€	
lorsqu’il	 est	 écouté	 250	 000	 fois	 en	 streaming	 payant,	 et	 1	 million	 de	 fois	 en	 streaming	
gratuit22
	 !	 Ce	 qui	 équivaut	 à	 0,0001	
euros	par	titre	et	par	artiste23
.	On	est	
finalement	 loin	 de	 l’image	 positive	
qu’essaie	de	véhiculer	l’ancien	patron	
de	 Universal	 France.	 C’est	 pourquoi	
certains	 artistes	 comme	 Taylor	 Swift,	
ne	 souhaitent	 pas	 que	 l’on	 puisse	
écouter	 leur	 musique	 gratuitement.	
D’autres	 encore,	 comme	 Neil	 Young,	
évoquent	une	mauvaise	qualité	de	son.	
Du	côté	français,	on	va	retrouver	Jean-
Jacques	 Goldman	 et	 Francis	 Cabrel	
pour	les	plus	réticents.	Ce	dernier	n’est	
pas	 intéressé	 par	 ce	 nouveau	 modèle	
de	 diffusion.	 Il	 «	 considère	 que	 [ses]	
chansons	[lui]	appartiennent	et	qu’[il]	
peut	 les	 mettre	 sur	 le	 support	 qu’[il]	
choisit	».	
	
De	plus,	les	plateformes	de	streaming	ne	sont	pas	encore	rentables.	Deezer	ne	l’est	pas	du	
tout,	et	Spotify	a	93	millions	d’euros	de	pertes,	et	ce	malgré	un	chiffre	d’affaires	en	hausse	de	
74%.	 Cela	 s’explique	 par	 des	 coûts	 d’acquisition	 des	 droits	 très	 élevés	 (environ	 70%	 des	
revenus	générés	par	Spotify	par	exemple).	
	
	
2. La	promotion	musicale	:	du	traditionnel	au	numérique	
	
Au	départ,	lorsqu’un	individu	se	consacre	à	la	musique,	c’est	souvent	par	passion.	Au	fur	et	à	
mesure	qu’il	écrit	et	travaille	ses	propres	compositions,	il	est	alors	tenté	d’intégrer	l’industrie	
musicale.	
																																																								
22
	adami.fr	
23
	Calcul	avec	la	règle	de	trois	:	(100*1)/1	000	000	=	0,0001
18	
2.1. La	structure	traditionnelle	de	la	production	et	promotion	musicale	
	
L’artiste	doit	principalement	démarcher	des	maisons	de	disque	dans	l’espoir	d’être	repéré,	de	
signer	un	contrat	et	de	sortir	un	album.		Avant	de	partir	pour	cette	phase,	longue	et	laborieuse,	
il	doit	tout	de	même	enregistrer	une	maquette	aboutie	(au	départ	sous	forme	de	CD)	qu’il	
pourra	leur	présenter.	Les	maisons	de	disques	sont	des	sociétés	éditrices	de	musique.	Les	
principales,	telles	qu’Universal	Music	ou	Sony,	sont	également	appelées	des	majors.	Elles	
reçoivent	 énormément	 de	 maquettes,	 et	 n’ont	 malheureusement	 pas	 la	 possibilité	 de	
produire	tous	les	artistes.	La	plupart	du	temps,	des	années	de	travail	sont	nécessaires	pour	
enfin	réussir	à	les	attirer	et	les	séduire.	Lorsque	l’artiste	y	est	enfin	arrivé,	l’industrie	de	la	
musique	et	son	monde	professionnel	s’ouvrent	à	lui.		Bien	que	les	majors	apportent	un	soutien	
financier	 et	 sont	 très	 efficaces	 au	 niveau	 de	 la	 promotion	 et	 de	 la	 distribution,	 il	 n’est	
cependant	pas	garanti	d’avoir	une	carrière	longue	et	tranquille.	
	
Les	 grandes	 maisons	 de	 disques	 détiennent	 chacune	 des	 labels24
,	 divisés	 en	 trois	 entités	
distinctes	(production,	marketing	et	promotion).	Dès	le	départ,	les	majors	se	soucient	très	peu	
de	signer	des	groupes	et	des	artistes	indépendants	(que	l’on	peut	qualifier	d’«	alternatifs	»).	
En	effet,	leurs	projets	artistiques	sont	bien	souvent	à	l’opposé	du	succès	commercial,	et	ça	ne	
leur	plait	pas.	De	ce	fait,	elles	ont	complétement	laissé	la	découverte	de	nouveaux	artistes	aux	
labels	 indépendants.	 Un	 label	 indépendant	 est	 une	 «	 structure	 de	 production	 de	 disques	
indépendante	des	grosses	compagnies,	majors,	de	l’industrie	du	disque	»25
.	Les	années	1950	
définissent	alors	les	rôles	entre	les	majors	et	les	indépendants	:	les	premiers	sont	vus	comme	
des	promoteurs,	tandis	que	les	seconds	sont	des	découvreurs	de	nouveaux	talents	musicaux.	
Ces	derniers	entrent	alors	dans	un	mouvement	de	résistance	et	d’opposition	face	aux	grosses	
maisons	de	disque.	Depuis,	ils	n’ont	cessé	de	se	développer,	soutenant	chaque	jour	un	peu	
plus	de	nouveaux	styles	musicaux.	
	
Aujourd’hui,	il	ne	reste	que	trois	majors	:	Universal	Music	Group,	Sony	Music	Entertainment	
et	Warner	Music	Group.	A	eux	trois,	ils	détiennent	environ	70%	du	marché	mondial	de	la	
musique	enregistrée26
.	Cependant,	l’arrivée	de	la	musique	sous	forme	de	fichier	numérique	
permet	 à	 tout	 un	 chacun	 de	 s’autoproduire,	 sans	 pour	 autant	 passer	 par	 les	 maisons	 de	
disque.	D’ailleurs,	«	dans	les	années	70,	il	y	avait	500	enregistrements	par	an,	aujourd'hui,	
c'est	50	000.	Les	artistes	ont	de	plus	en	plus	de	solutions	pour	diffuser	leurs	œuvres,	comme	
YouTube	ou	Facebook	»27
.		
	
																																																								
24
	Société	qui	édite	des	disques	
25
	Définition	Larousse	
26
	André	Nicolas,	http://rmd.cite-musique.fr/observatoire/document/MME_S12011.pdf	
27
	Stephan	Bourdoiseau,	directeur	général	Wagram	Music
19	
2.2. L’apparition	 d’internet	 et	 des	 réseaux	 sociaux	 :	 un	 nouveau	 moyen	 de	
communication	
	
Internet,	 tel	 qu’on	 le	 connaît	 aujourd’hui,	 est	 apparu	 dans	 les	 années	 1990.	 Son	 nombre	
d’utilisateur	a	augmenté	de	façon	exponentielle	au	fur	et	à	mesure.		
C’est	principalement	avec	l’apparition	de	MySpace	que	tout	a	commencé.	Fondé	en	2003,	
MySpace	est	connu	pour	héberger	beaucoup	de	pages	de	groupes	de	musique	et	artistes	qui	
y	présentent	leurs	compositions	musicales.	En	octobre	2005,	MySpace	est	le	quatrième	site	
web	le	plus	consulté	au	monde,	devant	Facebook.	Mais	voilà,	les	réseaux	sociaux	ont	une	
durée	de	vie	limitée,	et	MySpace	est	vite	arrivé	à	son	terme,	se	faisant	allégrement	dépassé	
par	son	concurrent,	Facebook.		
L’arrivée	des	réseaux	sociaux	ou	des	plateformes	de	streaming	a	démultiplié	les	échanges.	Les	
artistes	sont	maintenant	aptes	à	communiquer	plus	facilement	et	au	plus	grand	nombre	sur	
leurs	projets.	Internet	offre	aux	artistes	un	nouveau	terrain	de	jeu.	Ils	se	sont	emparés	du	
numérique	et	s’en	servent	de	plus	en	plus	professionnellement,	pour	informer	leur	public	sur	
tout	ce	qui	les	concerne.	
	
	
	
	
	
L’image	ci-dessus	nous	montre	le	nombre	d’utilisateurs,	en	France,	sur	les	réseaux	sociaux	
principaux.	On	se	rend	bien	compte	qu’ils	sont	fortement	utilisés,	avec	une	large	avance	de	
Facebook	et	YouTube.	
	
2.3. Les	artistes	s’occupent	eux-mêmes	de	leur	promotion	
	
2.3.1. Le	Do-It-Yourself	
	
Il	y	a	encore	une	dizaine	d’années	en	arrière,	pour	qu’un	artiste	ait	une	chance	de	voir	sa	
musique	 commercialisée,	 il	 devait	 démarcher	 lui-même	 les	 maisons	 de	 disque	 et	 se	 faire
20	
produire	par	un	label.	Autant	dire	qu’il	était	vraiment	difficile	pour	un	tout	jeune	artiste	de	se	
faire	signer.	
Mais	de	nos	jours,	la	tendance	est	à	la	désintermédiation.	Comme	on	peut	le	remarquer,	en	
effet,	depuis	maintenant	plusieurs	années,	les	artistes,	et	plus	particulièrement	les	musiciens,	
s’occupent	eux-mêmes	de	leur	promotion	et	ne	passent	plus	obligatoirement	par	l’aide	de	
professionnels.	Dorénavant,	ils	veulent	être	au	plus	près	de	leurs	fans	et	ne	souhaitent	plus	
passer	par	des	milliers	d’intermédiaires	différents,	qui	ne	leur	sont	pas	toujours	bénéfiques.
Virginie	Berger28
	utilise	alors	le	terme	d’artistes	Do-It-Yourself	(«	Fais-le	par	toi-même	»).	
Certains	choisissent	le	DIY	pour	montrer	leur	autonomie	vis	à	vis	des	maisons	de	disque	et	de	
l’industrie	du	disque	en	général.	C’est	l’évolution	d’internet	qui	a	contribué	au	développement	
de	ce	mouvement,	avec	l’arrivée	des	sites	web	comme	MySpace.			
Prenons	l’exemple	du	groupe	de	rock	Last	Train.	Fondé	en	2005,	il	a	sorti	son	premier	EP	en	
juillet	2014.	Il	a	tout	assuré	lui-même,	en	passant	par	la	production,	la	promotion	ou	encore	
la	réalisation	des	clips	vidéos.	Lorsqu’ils	ont	commencé	à	vouloir	faire	des	concerts,	personne	
ne	les	a	aidés.	Ils	ont	donc	décidé	de	créer	leur	propre	label	:	Cold	Fame	Record.	Il	se	sont	alors	
lancé	dans	des	activités	différentes,	sans	savoir	à	l’époque	qu’elles	correspondaient	à	des	
métiers	spécifiques.	Aujourd’hui,	leur	label	est	divisé	en	deux	sections	:	la	partie	production,	
gérée	 par	 Julien	 (le	 guitariste)	 et	 la	 partie	 booking,	 gérée	 par	 Jean-Noël	 (le	 chanteur).	 La	
première	s’occupe	de	financer	les	enregistrements	du	groupe,	de	trouver	des	subventions,	et	
gère	 aussi	 tous	 les	
visuels.	 La	 seconde,	
quant	à	elle,	s’occupe	de	
la	promotion	et	de	faire	
tourner	 le	 groupe.	 Ça	
leur	 a	 pris	 pas	 mal	 de	
temps,	mais	les	résultats	
sont	là.	Leur	nombre	de	
fans	 augmente	 de	 jour	
en	 jour,	 ils	 font	 de	
grosses	 tournées	
françaises…	 Tout	 leur	
réussi.	 Avec	 le	 temps	
passé	sur	les	routes	de	France,	les	quatre	jeunes	rockeurs	(ils	n’ont	que	vingt	ans)	ont	appris	
à	déléguer	le	travail.	Ils	ont	maintenant	deux	personnes	qui	travaillent	tous	les	jours	dans	les	
bureaux	du	label	à	Lyon,	et	ont	beaucoup	de	partenaires	dans	d’autres	villes	du	pays.	En	tout	
cas,	selon	eux,	si	cela	fonctionne,	c’est	grâce	aux	concerts.	Plus	ils	en	font,	plus	ils	gagnent	
																																																								
28
	Virginie	Berger	est	la	fondatrice	de	l’agence	en	stratégie	et	business	développement,	Don’t	Believe	the	
Hype.
21	
d’expérience…et	 de	 fans.	 Ceci	 étant	 dit,	 il	 faut	 ajouter	 que	 leur	 présence	 sur	 les	 réseaux	
sociaux	 est	 plutôt	 bonne.	 Début	 mars	 2016,	 ils	 ont	 dépassé	 la	 barre	 des	 10	 000	 fans	 sur	
Facebook.	Ils	sont	également	présents	sur	Twitter	et	Instagram.	Les	trois	comptes	sont	liés.	
Les	 informations	 sont	 donc	 quasiment	 les	 mêmes	 partout,	 mais	 ça	 marche.	 Ils	 postent	
principalement	leurs	actualités,	les	dates	de	concerts,	et	surtout,	ils	postent	beaucoup	de	
photos	qui	montrent	leurs	instants	de	vie	(on	les	voit	par	exemple	sur	le	bord	de	la	route,	
lorsque	 leur	 camionnette	 les	 a	 lâchés	 alors	 qu’ils	 se	 rendaient	 à	 un	 de	 leur	 concert).	 Ils	
prennent	également	le	temps	de	répondre	aux	messages	privés	que	les	fans	leur	envoient,	et	
n’hésitent	pas	à	«	liker	»	les	commentaires	de	chacun.	Les	fans	ne	peuvent	que	se	sentir	
proches	du	groupe,	et	c’est	la	meilleure	chose	qui	soit.		
	
Nous	pouvons	également	prendre	l’exemple	du	rappeur	français	Youssoupha.	Il	a	sorti	son	
premier	album	avec	une	maison	de	disque	au	pire	moment	possible,	en	plein	effondrement	
des	ventes	de	CDs.	Ses	deux	premiers	albums	ne	se	sont	pas	bien	vendus	et	plus	aucune	
maison	de	disque	n’a	voulu	de	lui.	Il	a	alors	décidé	de	devenir	entrepreneur	et	de	créer	la	
sienne.	Selon	lui,	les	artistes	doivent	se	remettre	en	question	s’ils	souhaitent	vivre	de	leur	
musique.	Depuis	qu’il	est	à	son	compte,	il	vend	environ	cinq	fois	plus	d’albums.		
	
Face	à	la	crise	du	disque,	les	artistes	eux-mêmes	se	sont	emparés	d’internet	afin	d’en	tirer	le	
meilleur	profit.	Ils	peuvent	plus	facilement	diffuser	et	promouvoir	leur	musique	et	peuvent	
atteindre	un	plus	large	public,	et	en	quelques	sortes	économiser	de	l'argent	car	ils	n'ont	pas	
besoin	 de	 passer	 par	 des	 structures	 pour	 cela.	 Actuellement,	 les	 artistes	 ont	 développé	
différentes	manières	d’utiliser	Internet.	
	
Certains	parviennent	à	se	faire	connaitre	en	créant	un	buzz,	comme	Kamini	en	2006.	Son	clip	
Marly-Gomont,	qui	se	moque	de	la	vie	à	la	campagne	a	eu	un	franc	succès	sur	YouTube.	Grâce	
à	ça,	il	s’est	fait	repérer	et	a	pu	sortir	deux	albums.	
D’autres	encore	permettent	aux	internautes	de	télécharger	gratuitement	leur	musique	sur	
leur	site.		Cela	peut	être	un	bon	moyen	pour	eux	d’attirer	les	gens	vers	leurs	concerts	et	de	
vendre	des	produits	dérivés.		
	
Youssoupha,	dont	on	a	parlé	précédemment,	a	eu	la	bonne	idée	de	développer	sa	propre	
application	mobile.	Ses	fans	peuvent	y	retrouver	ses	derniers	titres,	échanger	entre	eux,	et	
même	 l’utiliser	 pendant	 les	 concerts	 de	 l’artiste.	 Il	 y	 propose	 souvent	 des	 concours,	 qui	
peuvent	permettre	aux	fans	de	le	rencontrer.		
Les	artistes,	en	plus	de	s’occuper	eux-mêmes	de	leur	promotion,	tentent	également	de	gérer	
sans	aucune	aide,	le	financement	de	leur	album.	Pour	cela,	plusieurs	sites	ont	vu	le	jour	avec	
un	nouveau	moyen	de	récolter	de	l’argent	en	ligne	:	le	crowdfunding.
22	
2.3.2. Le	crowdfunding	
	
Le	crowdfunding,	ou	financement	participatif,	est	le	terme	désignant	une	collecte	de	dons	
faite	auprès	d’une	multitude	de	personnes	dans	le	but	de	financer	un	projet.	Il	peut	s’agir	de	
dons	avec	ou	sans	contrepartie.	On	retrouve	deux	types	de	personnes	dans	ces	campagnes	de	
financement	:	le	porteur	de	projet	et	l’épargnant.	Le	premier	crée	une	campagne	pour	éviter	
de	faire	un	crédit	bancaire	alors	qu’il	n’a	pas	les	fonds	nécessaires	pour	démarrer	son	projet.	
Le	 second	 investit	 de	 l’argent	 dans	 un	 projet	 qui	 lui	 tient	 à	 cœur	 (qu’il	 l’ait	 découvert	
récemment	 ou	 non).	 Les	 deux	 se	 rencontrent	 sur	 un	 site	 internet	 dédié.	 Chaque	 porteur	
présente	son	projet,	et	l’épargnant	choisi	celui	qu’il	souhaite	financer,	à	hauteur	de	ce	qu’il	
souhaite	investir.		
	
Ces	 derniers	 temps,	 beaucoup	 de	 jeunes	 artistes	 passent	 par	 ce	 système	 pour	 tenter	 de	
financer	la	création	de	leur	album.	Parmi	les	artistes	français	ayant	choisi	ce	système,	on	
retrouve	par	exemple	Grégoire.	En	décembre	2007,	il	s’inscrit	sur	le	site	de	crowdfunding	My	
Major	Company29
.	Deux	mois	plus	tard,	il	a	réussi	à	récolter	les	70	000	euros	dont	il	avait	
besoin	pour	financer	la	production	de	son	premier	album.	Il	est	arrivé	exactement	la	même	
chose	à	la	chanteuse	Joyce	Jonathan.		
En	France,	il	existe	plusieurs	sites	de	financement	participatif	:	Kiss	Kiss	Bank	Bank,	Akamusic,	
ou	encore	Ulule.	Chaque	site	prend	une	commission	sur	le	montant	des	sommes	récoltées,	
pouvant	aller	de	5	à	12%.	Il	faut	savoir	qu’en	2014,	en	France,	152	millions	d’euros	ont	été	
collectés	via	le	crowdfunding,	tous	types	de	plateformes	confondus.	C’est	deux	fois	plus	qu’en	
2013	!	La	même	année,	les	projets	musicaux	ont	représenté	3,9	millions	d’euros	sur	Ulule,	et	
4,8	millions	sur	Kiss	Kiss	Bank	Bank30
.	
	
Mais	attention,	même	si	internet	peut	permettre	de	percer	dans	le	milieu	musical,	il	n’offre	
pas	forcément	de	garantie	en	termes	de	revenus.	
	
Pour	réussir	sa	campagne	de	crowdfunding,	il	faut	être	conscient	que	cela	suppose	beaucoup	
d’efforts	et	de	travail.	
Après	avoir	construit	une	communauté	autour	de	son	projet,	il	est	très	important	de	bien	
choisir	sa	plateforme	de	crowdfunding.	En	effet	celles-ci	ne	proposent	pas	toutes	les	mêmes	
services	:	le	niveau	de	communication	n’est	pas	forcément	identique,	la	gestion	de	fin	de	
projet	non	plus	(chez	certaines,	par	exemple,	si	la	somme	n’est	pas	récoltée,	l’opération	est	
annulée	sans	frais,	ce	qui	n’est	pas	négligeable).	De	plus,	elle	doit	être	bien	connue	du	grand	
public	parce	que	les	donateurs	doivent	pouvoir	se	connecter	sans	but	précis	au	départ	et	se	
sentir	en	confiance	s’ils	décident	de	participer	à	un	projet.	
																																																								
29
	A	arrêté	ses	activités	de	financement	participatif	en	mars	2016	
30
	Source	https://muzrsleblog.com/
23	
Son	objectif	doit	être	réaliste	si	on	veut	pouvoir	l’atteindre.	En	établissant	un	budget	et	en	
analysant,	 par	 la	 suite,	 le	 nombre	 de	 soutiens	 que	 l’on	 pense	 pouvoir	 obtenir,	 on	 peut	 y	
parvenir.	A	savoir	que	l’on	peut	ne	financer	qu’une	partie	du	projet	et	qu’il	vaut	mieux	lancer	
une	petite	campagne	et	en	dépasser	l’objectif,	que	l’inverse.	
Les	plateformes	vérifiant	la	qualité	du	projet,	il	va	sans	dire	qu’il	doit	être	présenté	de	la	façon	
la	plus	précise	et	la	plus	parfaite	possible.	Pour	cela	rien	de	tel	que	de	répondre	aux	questions	
quoi,	qui,	ou,	quand,	comment,	pourquoi.	Ces	questions	répondent	à	la	règle	des	6W31
,	que	
l’on	retrouve	en	journalisme.	Elles	aident,	dans	cet	ordre	précis,	à	écrire	sur	un	sujet	et	à	
développer.	Comme	il	ne	faut	pas	oublier	qu’il	faut	donner	envie	aux	gens	de	faire	un	don,	on	
peut	 éventuellement	 ajouter	 des	 photos.	 Il	 ne	 faut	 pas,	 non	 plus,	 hésiter	 à	 proposer	 des	
contreparties	 intéressantes	 pour	 l’épargnant.	 Elles	 peuvent	 l’inciter	 à	 faire	 un	 don	 plus	
important	que	ce	qu’il	avait	prévu.	Cela	peut	être	un	exemplaire	d’un	EP	dédicacé,	une	photo	
dédicacée,	un	tee-shirt	à	l’effigie	du	groupe	ou	de	l’artiste,	etc.	
Pour	réussir	le	lancement	de	son	projet,	il	faut	communiquer	intelligemment	sur	les	réseaux	
sociaux	 et	 le	 suivre.	 Il	 faut	 choisir	 le	 moment	 le	 plus	 propice	 pour	 mettre	 en	 route	 sa	
campagne.	L’horaire	de	diffusion	est	primordial	et	la	communication	doit	être	massive	et	
percutante	:	mots-clés,	phrases	d’accroche,	images,	etc.	Le	but	est	évidemment	de	dépasser	
la	communauté	construite	en	amont	et	de	lui	montrer	que	le	projet	est	important.	Il	faut,	bien	
entendu,	 éviter	 toute	 communication	 négative,	 au	 risque	 de	 décourager	 les	 futurs	
épargnants.		
	
Gérer	 la	 fin	 de	 campagne	 est	 tout	 aussi	 important	 que	 le	 lancement.	 Pour	 atteindre	 son	
objectif	de	campagne,	si	celui-ci	ne	l’est	pas,	il	faut	relancer	massivement	et	mettre	la	main	à	
la	poche	si	nécessaire,	pour	éviter	de	perdre	tous	les	dons	reçus.	Par	contre	si	on	a	réussi,	on	
se	doit,	bien	entendu,	de	remercier	vivement	les	contributeurs	et	de	les	tenir	informés	de	
l’avancée	‘’physique’	du	projet	sans	oublier	d’envoyer	les	contreparties.	
	
	
Comme	 on	 a	 pu	 le	 constater,	 l’industrie	 de	 la	 musique	 s’est	 redessinée	 au	 fil	 des	 ans,	
changeant	à	chaque	apparition	d’un	nouveau	format	musical.	Mais	c’est	l’arrivée	d’internet	
qui	a	chamboulé	le	plus	ce	monde,	créant	une	crise	sans	précédent.	Cela	dit,	les	artistes	ont	
su	mettre	à	profit	ce	nouveau	moyen	de	communication,	s’en	servant	alors	pour	promouvoir	
leurs	 œuvres	 auprès	 d’un	 nouveau	 public.	 Dans	 la	 partie	 suivante,	 nous	 allons	 voir	 en	
profondeur	pourquoi	il	est	intéressant	d’être	présent	sur	le	web,	quels	sont	les	outils	les	plus	
utiles	pour	les	musiciens,	et	pourquoi	ils	le	sont.	
	 	
																																																								
31
	What,	who,	where,	when,	how,	why
24	
Partie	2	–	Une	stratégie	de	communication	?	Oui,	mais	sur	le	web	!	
	
1. Mise	en	place	d’une	stratégie	de	communication	sur	le	web	
	
1.1. La	nécessité	d’être	présent	sur	internet	
	
Précédemment,	nous	avons	vu	qu’internet,	technologie	qui	offre	aux	artistes	une	égalité	des	
chances,	a	changé	le	mode	de	diffusion	et	de	promotion	de	la	musique.	Les	artistes,	ainsi	que	
tous	les	acteurs	de	l’industrie	musicale,	doivent	donc	s’adapter	à	ces	changements.	
	
Le	 graphique	 ci-dessous	 démontre	 que	 ce	 n’est	 plus	 la	 radio,	 moyen	 traditionnel	 de	
découverte	et	de	diffusion	de	la	musique,	qui	est	en	tête,	mais	internet	qui	l’a	allégrement	
dépassé	 en	 2015.	 C’est	 probablement	 le	 phénomène	 de	 sérendipité32
	 qui	 a	 aidé	 ce	
changement.	En	effet,	aujourd’hui,	il	nous	suffit	de	cliquer	sur	un	premier	lien	pour	nous	
retrouver	 quelques	 heures	 plus	 tard	 en	 train	 d’écouter	 quelque	 chose	 de	 complètement	
différent.	Il	faut	également	se	rappeler	qu’il	n’existe	plus	d’émissions	de	radio	qui	permettent	
réellement,	aux	tout	jeunes	groupes,	d’être	découverts	par	le	public.	Et	c’est	là	que	les	réseaux	
sociaux	font	leur	apparition	et	deviennent	un	véritable	atout	pour	eux.	
	
	
Internet	bat	la	radio	pour	la	découverte	musicale
33
	
																																																								
32
	Découvrir	de	nouvelles	choses	par	hasard	pendant	d’autres	recherches.	
33
	Source	:	Edison	Research
25	
Les	réseaux	sociaux	et	internet	en	général	permettent	tout	d’abord	de	se	créer	un	public.	En	
effet	 les	 artistes	 prennent	 de	 plus	 en	 plus	 conscience	 de	 ce	 qui	 est	 aujourd’hui	 le	 plus	
important	:	les	fans.	Ils	sont	vraiment	un	atout	essentiel.	Et	quel	meilleur	endroit	qu’internet	
et	les	réseaux	sociaux	pour	les	retrouver	?	En	effet,	le	numérique	permet	un	élargissement	du	
public.	En	2015,	les	réseaux	sociaux,	devenus	incontournables,	ont	dépassé	la	barre	des	deux	
milliards	 d’utilisateurs	 actifs	 dans	 le	 monde.	 Tous	 ces	 utilisateurs	 doivent	 être	 considérés	
comme	des	fans	potentiels.	Être	présent	sur	internet	et,	plus	particulièrement,	sur	les	réseaux	
sociaux,	est	vraiment	devenu	stratégique.	Mais	pourquoi	?		
	
Une	présence	web	offre	des	avantages.	Pour	commencer,	il	ne	faut	pas	oublier	que	les	réseaux	
sociaux	sont	absolument	partout.	On	y	est	connecté	24	heures	sur	24	et	7	jours	sur	7,	et	ce	
d’autant	plus	depuis	l’arrivée	des	smartphones,	premier	moyen	de	communication,	et	des	
tablettes.	Ils	offrent	une	vitrine	virtuelle	du	travail	du	groupe.		De	ce	fait,	ils	peuvent	être	utiles	
pour	créer	du	trafic	sur	son	site	internet	(si	l’on	s’y	prend	bien,	et	quel	que	soit	le	réseau,	il	y	
a	possibilité	de	laisser	un	lien	qui	renvoie	à	son	site).	Ensuite,	ils	offrent	un	très	bon	moyen	de	
développer	une	relation	de	proximité	avec	ses	fans	:	on	instaure	une	certaine	relation	de	
confiance	puisqu’on	se	montre	plus	humains	avec	eux.	La	distance	entre	eux	et	l’artiste	est	
alors	réduite.	Ou	semble	l’être.	Car	en	effet,	tous	les	comptes	Facebook,	Twitter,	ou	autres,	
ne	 sont	 pas	 forcément	 tenus	 par	 les	 groupes	 eux-mêmes.	 Les	 groupes	 et	 artistes	 qui	
s’occupent	 eux-mêmes	 de	 gérer	 leurs	 réseaux	 sociaux,	 sans	 même	 passer	 par	 l’aide	 d’un	
community	manager34
,	sont	surtout	ceux	qui	sont	le	moins	connus..	On	peut	de	nouveau	
prendre	l’exemple	de	Last	Train,	qui	gère	toutes	ses	pages	sans	avoir	de	professionnel	à	ses	
côtés.	Il	existe	cependant	des	artistes	plus	connus	qui	préfèrent	gérer	ça	eux	même.	On	peut	
citer	Louis	Bertignac,	ex-guitariste	du	groupe	de	rock	Téléphone.	Bien	qu’il	soit	célèbre	en	
France	et	compte	plus	de	350	000	fans	sur	sa	page	Facebook,	il	prend	un	malin	plaisir	à	
s’occuper	de	sa	page	tout	seul.	Et	pour	cela,	il	passe	énormément	de	temps	sur	son	compte.		
	
Mais	 bien	 évidemment,	 certains	 délèguent	 le	 travail	 à	 des	 professionnels	 de	 la	
communication,	et	dans	ce	cas,	les	comptes	ne	sont	pas	gérés	de	la	même	façon.	Il	y	a	moins	
de	réponses	aux	commentaires,	aux	messages	privés,	les	posts	sont	moins	personnels,	etc.	Ce	
qui	 ne	 dérange	 pas	 les	 fans	 pour	 autant.	 Si	 on	 prend	 l’exemple	 de	 la	 page	 fan	 de	 Noel	
Gallagher,	ex-membre	du	groupe	anglais	Oasis,	on	se	rend	compte,	sans	aucun	doute	possible,	
qu’elle	est	tenue	par	des	community	managers,	et	non	par	l’artiste	lui-même.	Souvent	même,	
lorsqu’il	se	produit	en	France,	c’est	son	label,	[PIAS]	en	l’occurrence,	qui	prend	la	main	sur	la	
page.	Il	poste	alors	en	français	dans	le	but	de	toucher	toute	cette	communauté.	Mais	c’est	
beaucoup	plus	impersonnel	que	si	c’était	Noel	Gallagher,	lui-même	qui	le	faisait.	Il	y	a	une	
nette	différence	avec	une	page	écrite	par	un	artiste,	comme	on	peut	le	voir	avec	l’exemple	ci-
																																																								
34
	Métier	qui	consiste	à	animer	une	communauté	sur	un	réseau	social
26	
dessous	:	pour	Noel	Gallagher,	c’est	écrit	de	façon	plus	«	littéraire	»,	pour	Louis	Bertignac,	
c’est	plus	«	familier	».	
	
	
	
	
	
Publication	expliquant	les	raisons	de	l’annulation	d’un	concert	de	Noel	Gallagher,	avec	proposition	de	remboursement	des	
tickets	
	
Il	est	presque	devenu	incontournable	de	placer	la	relation	artiste/fan	au	centre	de	sa	stratégie.	
L’artiste	 peut	 donc,	 s’il	 le	 souhaite,	 partir	 sur	 une	 stratégie	 dite	 de	 «	 direct-to-fan	 »,	 qui	
consiste	à	échanger	avec	ses	fans,	en	les	impliquant	en	permanence.	Le	but	de	cette	stratégie	
est	de	faire	grandir	sa	fanbase	en	allant	chercher	les	fans	et	en	les	fidélisant.	Rien	ne	sert	de	
vouloir	gagner	de	l’argent	sans	ça.	Pour	développer	cette	stratégie,	on	peut	utiliser	internet	
et	les	réseaux	sociaux.	Et	l’avantage,	c’est	qu’il	est	ainsi	possible	de	récupérer	des	données	
concernant	son	public.	Il	devient	alors	plus	facile	de	s’adresser	à	lui.	Elle	permet	donc	à	l’artiste	
de	partager	sa	musique	et	ainsi	de	lui	donner	le	plus	de	visibilité	possible.
27	
En	ce	qui	concerne	les	fans,	selon	Virginie	Berger35
,	il	en	existe	trois	types	différents,	que	l’on	
se	doit	de	bien	distinguer	les	uns	des	autres.	Premièrement,	on	retrouve	le	fan	passif	(casual	
fan),	qui	connaît	l’artiste	ou	le	groupe	de	musique,	et	a	déjà	entendu	ses	morceaux,	sans	pour	
autant	faire	de	démarche	pour	en	connaître	plus	sur	lui.	Il	est	plutôt	du	genre	à	écouter	un	
titre	à	la	radio	sans	savoir	qui	l’interprète.	Il	est	aussi	celui	qui	va	pirater	le	plus	la	musique.	Ce	
qui	l’intéresse,	c’est	la	gratuité,	et	non	pas	la	qualité.	Mais	attention,	s’il	apprécie	ce	qu’il	
écoute,	il	est	susceptible	de	devenir	ce	qu’on	appelle	un	fan	engagé	(regular	fan).		
C’est	la	catégorie	de	fans	la	plus	représentée.	Il	s’agit	ici	d’une	personne	qui	a	déjà	acheté	la	
musique	de	l’artiste,	des	billets	de	concerts,	voire	même	des	produits	dérivés.	Il	aime	l’artiste	
et	est	très	enclin	à	le	suivre	sur	les	réseaux	sociaux.	On	peut	même	le	considérer	comme	un	
influenceur	:	son	avis	est	très	souvent	pris	en	compte	et	peut	influencer	sur	la	visibilité	de	
l’artiste,	ou	même	influencer	un	acte	d’achat.	
Enfin,	il	y	a	le	superfan	(true	fan),	qui	est	le	plus	dévoué,	le	plus	passionné.	Il	ne	souhaite	
qu’une	chose	:	faire	savoir	à	l’artiste	qu’il	existe.	Et	pour	cela,	il	ne	va	pas	hésiter	un	seul	instant	
à	dépenser	de	l’argent	en	musique,	en	concerts	et	en	produits	dérivés.	Il	cherche	tout	le	temps	
à	être	en	contact	avec	son	idole.	Il	est	encore	plus	influent	que	le	fan	engagé,	ce	qui	n’est	pas	
rien	 pour	 l’artiste.	 Les	 superfans	 ne	 sont	 pas	 forcément	 nombreux,	 mais	 ils	 sont	 les	 plus	
importants.	Il	faut	vraiment	en	prendre	soin	:	on	n’hésite	pas	à	les	remercier,	à	les	mettre	en	
avant,	à	créer	une	vraie	relation	personnalisée	avec	eux.		
Facebook,	Twitter,	et	maintenant	Instagram,	sont	les	principaux	outils	utilisés	par	l’artiste	
pour	rester	en	contact	avec	ses	fans.	Nous	les	verrons	un	peu	plus	en	détails	par	la	suite.	
	
Internet	est	donc	de	nos	jours	un	bon	tremplin	pour	se	faire	connaître	lorsque	l’on	est	un	
jeune	artiste.	Les	réseaux	sociaux	sont	un	très	bon	moyen	pour	développer	une	communauté	
et	promouvoir	sa	musique.	Comme	on	a	pu	le	voir,	il	existe	certains	fans	qui	peuvent	être	très	
influents	 sur	 le	 web,	 ce	 qui	 peut	 être	 très	 positif	 pour	 l’artiste,	 ou	 au	 contraire,	 négatif.	
Certains	sites	web	ou	fanpages	Facebook	sont	tenus	exclusivement	par	des	fans.	Et	parfois,	ils	
sont	mieux	documentés	que	les	journaux.	Le	blog	Daft	Punk-DaftWorld36
,	qui	se	décrit	lui-
même	comme	étant	le	blog	du	plus	grand	fan	officiel	de	Daft	Punk,	est	un	bon	exemple.	Toutes	
les	dernières	infos,	vidéos,	etc.	sont	disponibles	sur	le	site,	tenu	à	jour.		
	
Cependant,	il	est	possible	que	des	fans	nuisent	malencontreusement	aux	artistes	qui,	de	ce	
fait,	se	désinscrivent	eux-mêmes.	On	peut	prendre	l’exemple	de	Michel	Polnareff.	Il	était	très	
actif	sur	les	réseaux	sociaux,	en	particulier	Facebook	et	Twitter.	Il	y	échangeait	régulièrement	
avec	ses	fans.	Mais	le	13	janvier	2016,	il	ferme	ses	deux	comptes.	La	raison	est	simple.	Les	pro	
et	anti-Polnareff	ont	très	fortement	débattu	sur	la	qualité	du	premier	extrait	de	son	nouvel	
album,	et	sur	le	retard	de	ce	dernier,	allant	même	jusqu'à	insulter	l’artiste.	
																																																								
35
	Musique	et	stratégies	numériques	–	Editions	Irma.		
36
	www.daftworld.over-blog.com
28	
1.2. Définir	sa	stratégie	2.0	
	
Une	stratégie,	qui	normalement	se	définit	sur	le	long	terme,	est	«	l’art	de	coordonner	ses	
actions	dans	le	but	d’atteindre	ses	objectifs	».	Cependant,	internet	et	les	réseaux	sociaux	
s’inscrivent	dans	l’instantané.	Il	nous	faut	tout,	tout	de	suite.	Et	lorsque	c’est	passé,	il	est	trop	
tard.	De	ce	fait,	lorsque	l’on	souhaite	développer	une	stratégie	2.0,	on	se	projette	sur	six	mois,	
ou	un	an	au	maximum.	Dans	tous	les	cas,	il	n’est	évidemment	pas	recommandé	de	se	lancer	
dans	une	stratégie	de	communication	à	l’aveuglette.	Cela	doit	être	le	résultat	d’une	réflexion.	
Une	stratégie	musicale	implique	la	mise	en	place	d’un	plan	marketing	consacré	au	groupe	et	
à	sa	musique,	dans	le	monde	numérique.	Le	marketing	est	là	pour	faire	connaître,	exister	et	
diffuser	sa	musique.		
	
1.2.1. Explorer	et	comprendre	le	monde	digital	qui	nous	entoure	
	
On	peut	commencer	par	faire	de	la	veille,	afin	de	mieux	appréhender	internet	et	les	réseaux	
sociaux	 s’ils	 ne	 nous	 sont	 pas	 vraiment	 familiers.	 S’ils	 le	 sont,	 rien	 ne	 nous	 empêche	 de	
regarder	comment	s’organisent	les	autres	groupes	sur	tel	ou	tel	site.	On	pourra	alors	s’inspirer	
et	essayer,	par	la	suite,	de	proposer	quelque	chose	d’original.	Etudier	cette	«	concurrence	»,	
c’est	 aussi	 un	 bon	 moyen	 de	 rester	 au	 courant	 des	 dernières	 tendances,	 et	 ainsi	 d’être	
toujours	à	jour.		
	
Il	existe	aussi		tout	un	tas	de	blogs	ou	webzines37
		dédiés	à	la	musique.	Certains	sont	plutôt	
généralistes,	d’autres	sont	spécialisés	dans	un	style	musical	particulier.	On	peut	par	exemple	
retrouver	des	blogs	tels	que	:	ByZegut,	Tsugi,	Actuamusic,	Rapghetto,	IndieMusic,	Sound	of	
Britain…	 	 Ces	 sites	 internet,	 tenus	 uniquement	 par	 des	 passionnés	 (amateurs	 ou	 pros),	
peuvent	se	révéler	très	influents	et	font	alors	office	de	relais.	C’est	un	très	gros	avantage	pour	
les	artistes.	La	plupart	du	temps,	ces	blogueurs	s’intéressent	beaucoup	aux	nouveaux	artistes	
qui	tentent	d’émerger.	Il	est	alors	possible	de	se	faire	connaître	par	ce	biais.		
Prenons	 l’exemple	 du	 site/blog	 IndieMusic.fr.	 Entre	 les	 chroniques	 d’album,	 les	 	 «	 live	
report38
	 »	 et	 les	 interviews,	 on	 retrouve	 une	 partie	 entièrement	 dédiée	 aux	 découvertes	
musicales.	 Il	 n’hésite	 pas	 à	 parler	 de	 groupes	 comme	 Last	 Train,	 qui	 commence	 très	
sérieusement	 à	 être	 connu	 en	 France,	 ou	 encore	 Da	 Sweep,	 323	 fans	 au	 compteur	 sur	
Facebook.	Ce	blog	leur	donne	un	petit	coup	de	pouce,	et	il	en	est	de	même	pour	beaucoup	
d’autres.		
																																																								
37
	Sites	web	sur	lequel	un	internaute	tient	une	chronique	personnelle	ou	consacrée	à	un	sujet	particulier	-	
Larousse	
38
	Papier	journalistique	qui	décrit	un	concert
29	
Continuons	avec	le	blog	de	Francis	Zegut39
,	animateur	radio	chez	RTL2.	Il	est	très	très	suivi	par	
les	fans	de	musique	rock	et	métal.	Et	pour	cause,	depuis	mai	2010,	date	à	laquelle	il	a	ajouté	
un	outil	analytique	(son	blog	a	été	créé	en	2006),	20	millions	de	pages	ont	été	vues.	Pour	lui,	
le	digital	est	vraiment	important.	Son	blog	lui	permet	de	communiquer	de	façon	très	rapide.	
Comme	il	le	dit	lui-même,	«	(on)	écrit,	(on)	envoie,	et	c’est	publié	dans	la	seconde.	A	la	radio,	
il	faut	attendre	le	soir	que	l’émission	soit	diffusée40
	».	Il	est	inscrit	à	de	très	nombreuses	
newsletters,	ce	qui	fait	qu’il	reçoit	énormément	d’informations	musicales	chaque	jour.	Il	fait	
également	beaucoup	de	recherches	par	lui-même	(sur	des	sites	tels	que	Rolling	Stone,	NME	
ou	Q	Magazine41
),	pour	être	au	courant	de	tout	ce	qui	se	passe	dans	le	monde	de	la	musique	
en	ce	moment.	Il	est	tellement	reconnu	dans	le	métier,	que	les	gens	lui	envoient	des	e-mails	
pour	lui	dire	d’écouter	tel	ou	tel	groupe.	Il	se	sert	aussi	beaucoup	de	Facebook	et	Soundcloud	
pour	écouter	de	nouveaux	artistes.42
	Si	on	a	la	chance	d’être	découvert	par	lui	c’est	gagné	
pour	le	groupe	ou	l’artiste.	Ça	a	d’ailleurs	été	le	cas	avec…	Last	Train.	C’est	grâce	à	lui	que	le	
groupe	a	réellement	commencé	à	se	faire	connaître.	Et	s’ils	ont	été	découverts	par	Zegut,	c’est	
grâce	à	leur	présence	sur	les	réseaux	sociaux	et	leurs	concerts.	
	
Mais	comprendre	le	monde	digital	qui	nous	entoure,	c’est	aussi	savoir	à	quelle	heures	les	gens	
sont	le	plus	connectés,	et	sur	quel	support.	Selon	le	ministère	de	la	Culture43
,	le	matin,	on	a	
plus	de	chance	d’être	lu	dans	les	transports,	et	donc	sur	smartphone.	Dans	la	journée,	comme	
les	gens	sont	au	bureau,	ils	se	connectent	grâce	à	leur	ordinateur.	Quant	au	soir,	il	y	a	plus	de	
chance	d’être	lu	sur	tablette,	quand	les	personnes	sont	au	repos.	Ces	trois	différents	supports	
supposent	différents	types	de	publications.	En	effet,	elles	peuvent	être	plus	ou	moins	lisibles	
en	fonction	de	la	taille	de	l’écran	par	exemple.	Pour	les	smartphones,	on	va	privilégier	les	
courtes	informations,	avec	une	image	ou	deux.	Pour	les	ordinateurs,	on	peut	se	permettre	de	
publier	des	albums	photos	ou	des	liens	internet.	Enfin,	pour	les	tablettes,	il	est	possible	de	
poster	des	vidéos,	des	longs	articles,	etc.	C’est	également	en	fonction	de	ces	choix	que	l’on	va	
décider	sur	quel	réseau	social	on	va	publier.		
	
1.2.2. Construire	et	développer	sa	présence	en	ligne	
	
Tout	d’abord,	il	faut	définir	son	ou	ses	objectifs,	et	être	capable	de	les	expliquer.	Il	va	être	
difficile	de	les	expliquer	à	un	manager,	un	tourneur,	un	journaliste	si	on	n’est	pas	capable	de	
se	les	expliquer	soi-même.	Le	groupe	doit	se	demander	pourquoi	il	a	besoin	d’investir	les	
réseaux	 sociaux	 et	 si	 c’est	 bien	 nécessaire.	 L’objectif	 peut	 être	 de	 se	 faire	 connaître,	 de	
																																																								
39
	www.byzegut.fr	
40
	Il	anime	l’émission	Pop	Rock	Station	du	lundi	au	jeudi	de	22h	à	minuit.	
41
	www.rollingstone.com	;	www.nme.com	;	www.qthemusic.com	
42
	Voir	interview	en	annexe	
43
	Guide	des	Réseaux	Sociaux
30	
recruter	des	fans,	d’échanger	de	façon	privilégiée	avec	eux,	de	faire	des	tournées…	Il	faut	donc	
réfléchir	à	ce	que	l’on	veut	faire	et	comment.	Il	faut	aussi	revoir	ses	objectifs	assez	souvent	en	
fonction	de	sa	propre	évolution.	Il	ne	faut	pas	oublier	que	le	marketing	musical	est	centré	sur	
la	relation	entre	l’artiste	et	le	fan.		
	
On	 continue	 en	 définissant	 sa	 cible.	 C’est	 une	 partie	 essentielle	 de	 l’élaboration	 de	 sa	
stratégie.	Bien	identifier	sa	cible	permet	de	ne	s’adresser	qu’aux	personnes	potentiellement	
intéressées	par	sa	musique.		On	peut	la	définir	grâce	à	différents	critères	:	âge,	sexe,	lieu	
d’habitation,	profession,	etc.		
	
Ensuite,	il	est	important	de	trouver	les	influenceurs	de	sa	cible.	Il	peut	s’agir	de	blogueurs,	
comme	on	l’a	vu	précédemment,	de	professionnels	de	la	musique,	ou	autres.	Il	est	nécessaire	
de	faire	de	la	veille	pour	trouver	les	bonnes	personnes.	A	partir	de	là,	on	va	pourvoir	créer	sa	
base	fan,	c’est-à-dire	qu’il	va	falloir	acquérir	de	nouveaux	fans.	
	
Puis	il	faut	choisir	les	réseaux	sociaux	sur	lesquels	on	va	être	présent,	et	déployer	son	action.	
C’est	grâce	aux	étapes	précédentes	que	l’on	va	pouvoir	se	décider.	Par	exemple,	sa	cible	peut	
aider	à	choisir	sur	quel	réseau	social	le	groupe	va	développer	sa	présence.	Il	faut	essayer	au	
mieux	d’être	là	où	elle	est	le	plus.	Mais	il	faut	tout	de	même	faire	attention.	Le	but	n’est	pas	
d’être	partout	et	n’importe	comment.	Il	vaut	mieux	être	sur	peu	de	réseaux	sociaux	à	la	fois	
mais	bien	gérer	leur	utilisation,	que	l’inverse.		
	
1.2.3. Créer	des	contenus	en	adéquation	avec	son	public	
	
Il	 est	 difficile	 de	 faire	 de	 l’auto-promotion	 sans	 ennuyer	 ses	 fans.	 Il	 est	 vital	 de	 créer	 du	
contenu	 qui	 les	 intéresse	 (ce	 que	 l’on	 appelle	 le	 Connect	 With	 Fans)	 et	 d’organiser	 des	
opérations.	La	meilleure	chose	à	faire	est	de	respecter	un	équilibre	en	terme	de	publications.	
Le	rapport	le	plus	conseillé	est	le	70/20/10	:	70%	des	publications	doivent	être	en	rapport	avec	
l’histoire	 du	 groupe	 et	 sa	 personnalité.	 Il	 s’agit	 alors	 de	 construire	 son	 identité.	 Les	 fans	
doivent	pouvoir	sentir	qui	est	la	personne	derrière	chaque	artiste.	Il	faut	réussir	à	montrer	qui	
on	est	vraiment.	Pour	cela,	il	suffit,	par	exemple,	de	poster	des	photos	du	groupe	pendant	les	
répétitions,	de	remercier	les	fans	qui	soutiennent	le	groupe,	de	montrer	des	instants	de	vie,	
etc.	 En	 résumé,	 il	 faut	 rendre	 le	 groupe	 accessible	 aux	 yeux	 des	 fans.	 20%	 doivent	
correspondre	à	des	partages	d’autres	artistes,	mais	il	faut	faire	très	attention	à	garder	un	
contenu	pertinent.	Il	ne	faut	pas	en	faire	trop	et	ne	partager	que	des	groupes	avec	qui	on	a	
une	actualité	commune,	comme	par	exemple,	un	concert.		Il	sera	alors	facile	de	profiter	de	
leur	audience.	Enfin,	les	10%	restant	doivent	être	des	posts	d’auto-promotion.		
	
Mais	comment	écrire	sur	les	réseaux	sociaux	?	Il	faut	savoir	qu’on	lit	25%	moins	vite	sur	écran	
que	sur	support	papier,	et	que	seulement	16%	des	lecteurs	lisent	complètement	les	contenus
31	
proposés44
.	 C’est	 pourquoi	 il	 est	 très	 important	 d’utiliser	 des	 mots-clés	 qui	 vont	 attirer	
l’attention	 des	 lecteurs.	 Il	 faut	 également	 privilégier	 les	 phrases	 brèves,	 en	 se	 rappelant	
qu’une	phrase	correspond	à	une	idée.			
	
1.2.4. Animer	et	engager45
	son	audience	
	
Il	faut	établir	un	planning	des	interventions.	Elles	doivent	se	faire	de	façon	régulière	et	surtout	
à	 une	 fréquence	 suffisamment	 élevée	 pour	 que	 la	 cible	 reste	 intéressée.	 A	 l’intérieur	 du	
groupe,	ou	à	l’extérieur	si	un	community	manager	est	choisi,	les	rôles	doivent	être	clairement	
répartis	en	ce	qui	concerne	l’animation	de	chaque	réseau	social.	Qui	va	s’occuper	de	quoi	?	
	
	
	
Après	avoir	obtenus	des	fans,	le	but	est	bien	entendu	de	les	fidéliser	et	de	les	rendre	les	plus	
actifs	 possible.	 Ça	 doit	 être	 donnant-donnant.	 Il	 faut	 comprendre	 par-là	 que	 les	 fans	
s’engageront	si	l’artiste	s’engage	avec	eux.	Quand	on	le	peut,	il	ne	faut	pas	hésiter	à	leur	
répondre	quand	ceux-ci	lui	envoient	un	message	privé,	ou	qu’ils	laissent	un	commentaire.	Il	
n’est	bien	évidemment	pas	facile	de	répondre	à	tout	le	monde	lorsque	l’on	reçoit	des	dizaines,	
																																																								
44
	Chiffres	Ministère	de	la	Culture	
45
	On	dit	d’un	fan	qu’il	est	engagé	lorsqu’il	aime,	commente	ou	partage	le	contenu	que	l’on	propose.
32	
voire	des	centaines	de	messages.	Louis	Bertignac	sait	trouver	les	bons	mots	pour	ses	fans	dans	
des	 moments	 pareils.	 En	 général,	 il	 poste	 lui-même	 un	 petit	 message	 sur	 son	 mur,	 en	
s’excusant	de	ne	pouvoir	répondre	à	tout	le	monde,	tout	en	promettant	de	lire	absolument	
tous	les	mails.	Un	petit	mot,	un	remerciement	leur	fera	plaisir	et	les	aidera	à	se	fidéliser.	
L’artiste	peut	également	offrir	de	petites	attentions	à	ses	fans,	leur	donner	l’impression	d’être	
privilégiés.	Cela	peut	aller	d’informations	exclusives	aux	cadeaux.	Mais	un	nombre	de	fans	
trop	important	limite	très	vite	les	interactions	que	l’artiste	peut	avoir	avec	eux.		
	
Pour	engager	les	fans,	il	faut	savoir	quel	type	de	publication	fonctionne	le	mieux.	Il	s’agit	
principalement	des	photos,	des	questions	et	des	posts	courts.		
Les	photos	ont	un	taux	d’interaction	supérieur	de	39%	par	rapport	aux	posts	moyens.	Les	
questions,	elles,	ont	100%	plus	d’interaction	quand	elles	sont	posées	à	la	fin	du	post.	Les	posts	
de	 moins	 de	 80	 caractères,	 quant	 à	 eux,	 ont	 un	 taux	 d’interaction	 supérieur	 de	 23%	 par	
rapport	aux	autres	posts46
.		
	
Il	faut	avoir	une	communication	interactive	qui	permet	d’échanger	avec	ses	fans.	En	effet,	
c’est	une	partie	très	importante	dans	sa	stratégie	digitale.	Pour	cela	on	peut	choisir	entre	du	
contenu	à	valeur	ajoutée	(articles,	dossiers…),	du	contenu	visant	à	distraire	(jeux,	concours,	
vidéos	 humoristiques…),	 du	 contenu	 promotionnel	 (bons	 de	 réduction	 pour	 le	
merchandising…).	Il	devient	alors	important	de	préparer	des	opérations	qui	vont	inciter	la	cible	
à	s’engager.	Pour	cela,	il	faut	bien	gérer	son	temps.	Il	ne	faut	pas	oublier	également	d’être	soi-
même,	de	rendre	les	choses	personnelles,	d’informer,	d’avoir	sa	propre	opinion,	de	poser	des	
questions,	 de	 poster	 régulièrement.	 Par	 contre,	 plusieurs	 choses	 sont	 à	 bannir	 de	 son	
comportement	sur	le	web	:	il	ne	faut	pas	envoyer	du	contenu	tout	le	temps,	il	ne	faut	pas	
annoncer	 des	 choses	 qui	 ne	 se	 feront	 jamais,	 ne	 pas	 être	 trop	 prévisible,	 ne	 pas	 insulter	
d’autres	 artistes,	 etc.	 Il	 faut	 se	 rappeler	 que	 plus	 l’engagement	 est	 important,	 plus	 il	 est	
probable	d’augmenter	sa	base	fan.	Les	réseaux	sociaux	et	internet	sont	tout	un	art.	Il	faut	
vraiment	faire	attention	à	ce	que	l’on	poste,	sous	risque	de	perdre	et	en	crédibilité,	et	en	
nombre	de	fans.	L’exemple	le	plus	récent	est	sans	aucun	doute	ce	qui	s’est	passé	avec	Jesse	
Hughes,	affirmant	lors	d’une	interview	télévisée	que	les	vigiles	du	Bataclan	étaient	complices	
des	terroristes47
.	Ces	accusations,	que	l’on	retrouve	en	vidéo	un	peu	partout,	ont	fait	le	tour	
de	la	planète	en	seulement	quelques	heures	et	n’ont	été	appréciées	ni	par	ses	fans,	ni	par	la	
communauté	 musicienne.	 Il	 a	 tout	 de	 même	 tenté	 de	 rattraper	 le	 coup	 en	 s’excusant	
publiquement	à	l’aide	d’un	communiqué	publié	sur	Facebook	et	Twitter.	
Les	concours	sont	un	très	bon	moyen	d’augmenter	l’engagement	des	fans.	Mais	avant	de	se	
lancer	dans	l’organisation	d’un	concours,	encore	faut-il	être	sûr	d’en	avoir	réellement	besoin.	
																																																								
46
	Source	Les	Fiches	outils	des	réseaux	sociaux,	éditions	Eyrolles,	357p	
47
	Attentats	du	13	novembre	2015,	tuant	130	personnes,	dont	90	au	Bataclan,	salle	de	concert	parisienne	
où	les	Eagles	of	Death	Metal,	groupe	de	Jesse	Hughes,	donnaient	un	concert.
33	
En	effet,	si	un	groupe	souhaite	en	proposer	un	sur	une	de	ses	pages,	il	y	a	plusieurs	choses	
importantes	qu’il	doit	savoir.	Tout	D’abord,	il	a	l’obligation	légale	de	déposer	un	règlement	
chez	un	huissier	de	justice.	Cela	coûte	entre	50	et	200€,	et	il	doit	être	facilement	accessible	en	
ligne.		Mais	surtout,	Facebook	impose	certaines	règles	à	respecter	impérativement	sous	peine	
de	fermeture	de	la	page.	Premièrement,	il	faut	indiquer	précisément	que	le	réseau	social	n’est	
en	rien	lié	au	concours.	On	le	décharge	donc	de	toutes	responsabilités.	Deuxièmement,	aucun	
concours	ne	peut	se	dérouler	sur	le	journal	d’une	personne.	Cela	ne	peut	se	faire	que	sur	le	
journal	 de	 la	 fanpage	 du	 groupe	 qui	 organise.	 Troisièmement,	 les	 pages	 n’ont	 ni	 le	 droit	
d’identifier,	ni	le	droit	d’inciter	les	fans	à	s’identifier	sur	du	contenu	s’ils	ne	sont	pas	réellement	
présents	dessus.	Malgré	tout	cela,	le	concours	peut	être	utile	pour	un	groupe	qui	souhaite	
accroître	sa	notoriété,	ou	encore	augmenter	le	nombre	de	ses	fans.		
	
1.2.5. Analyser	les	retombées	
	
Une	fois	que	les	actions	de	communication	ont	été	menées,	il	faut	absolument	en	analyser	les	
retombées.	L’évaluation	de	sa	stratégie	permet	d’avoir	une	idée	précise	de	la	façon	dont	elle	
progresse.	Le	web	change	très	vite,	il	faut	donc	être	prêt	à	modifier	certaines	choses	si	besoin,	
et	ce,	le	plus	rapidement	possible.	
	
N’oublions	pas	qu’internet	offre	des	outils	de	mesures	puissants,	comme	on	a	pu	le	voir	avec	
Facebook,	par	exemple.	Ainsi,	il	est	facile	et	intéressant	pour	l’administrateur	d’un	compte	de	
savoir	 le	 nombre	 de	 fois	 qu’un	 post	 a	 été	 vu,	 le	 nombre	 de	 clics	 obtenus,	 le	 nombre	 de	
commentaires,	d’inscriptions	et	de	désinscription,	etc.	Par	exemple,	on	peut	voir	sur	le	schéma	
ci-dessous	les	courbes	correspondant	aux	réactions,	commentaires	et	partages	sur	la	page	
Facebook	du	groupe	Domino	and	the	Ghosts	sur	la	période	choisie	(décembre	2015	à	mars	
2016).	On	constate	une	montée	d’activité	à	partir	de	fin	février,	et	un	pic	mi-mars.	Il	s’agit	de	
la	période	où	le	groupe	a	commencé	à	faire	quelques	concerts	en	Lorraine	et	à	poster	des	
événements	et	des	photos	sur	sa	page.	L’interaction	a	donc	bien	lieu	avec	ce	type	de	contenu.	
C’est	là	que	les	statistiques	sont	importantes	puisqu’elles	permettent	de	se	rendre	compte	de	
ce	qui	va	ou	ne	va	pas	sur	sa	page.
34	
	
	
Pour	toutes	les	statistiques	en	rapport	avec	le	site	internet,	il	est	préférable	d’utiliser	Google	
Analytics,	qui	est	bien	plus	complet	que	ce	que	peut	proposer	l’hébergeur	de	son	site.	Grâce	
à	cet	outil	intégré	à	Google,	l’artiste	peut	savoir	d’où	viennent	les	visiteurs,	quels	mots	clés	ils	
ont	tapés	pour	arriver	sur	le	site,	le	temps	pendant	lequel	ils	sont	restés	dessus,	etc.	Avec	
autant	d’informations,	il	est	possible	de	mieux	connaître	ses	fans	et	d’adapter	son	offre	en	
fonction.	
	
Un	autre	outil	permet	de	mesurer	sa	visibilité	:	le	référencement48
.	Si	l’on	veut	apparaître	sur	
les	moteurs	de	recherche	tels	que	Google,	il	est	important	d’optimiser	le	référencement	de	
son	site	web	afin	qu’il	apparaisse	naturellement	dans	les	premiers	résultats.		
	
En	plus	du	référencement	dit	«	naturel	»,	il	peut	être	intéressant	d’acheter	des	mots	clés	avec	
l’outil	AdWords49
.	Plus	ils	seront	pertinents,	plus	ils	feront	ressortir	l’artiste	en	première	page	
s’ils	sont	recherchés	par	les	internautes.		
	
Il	faut	ensuite	vérifier	que	les	résultats	qui	apparaissent	sur	les	moteurs	de	recherche	lorsque	
l’on	tape	le	nom	de	son	groupe,	correspondent	bien	à	ses	espaces	de	communication,	et	non	
pas,	par	exemple,	à	des	articles	négatifs.	
	
	
																																																								
48
	Fait	d’apparaître	dans	les	meilleurs	résultats	sur	un	moteur	de	recherche	
49
	Outil	proposé	par	Google	pour	acheter	des	mots	clés	et	augmenter	son	référencement
35	
1.3. Les	différents	outils	mis	à	disposition	des	artistes	
	
L’avantage	d’internet,	c’est	qu’il	existe	maintenant	une	multitude	d’outils	de	communication,	
mis	 à	 la	 disposition	 de	 tous	 et	 qui,	 pour	 la	 plupart,	 sont	 gratuits.	 N’importe	 qui	 peut	
maintenant	faire	sa	propre	communication,	sans	pour	autant	être	un	expert	en	la	matière.	
Mais	quels	sont	les	outils	les	plus	intéressants	qu’un	artiste	peut	utiliser,	comment	s’en	servir,	
et	surtout	pourquoi	?	
	
1.3.1. Le	site	internet	
	
Bien	évidemment,	c’est	l’outil	indispensable,	aujourd’hui,	puisque	tout	le	monde	en	parle.	Dès	
que	 l’on	 veut	 savoir	 quelque	 chose	 sur	 un	 groupe	 ou	 un	 artiste,	 connu	 ou	 fraichement	
découvert,	c’est	automatique	:	on	va	sur	internet	!	Il	est	véritablement	considéré	comme	une	
«	vitrine	virtuelle	»	dont	on	ne	peut	se	passer.		
	
Contrairement	aux	réseaux	sociaux	qui	ont	une	durée	de	vie	limitée,	un	site	web	sera	toujours	
présent.	Cela	fait	de	lui	une	base	de	développement	pour	l’artiste	qui	l’utilise,	et	ce,	d’autant	
plus	 qu’il	 peut	 lui	 permettre	 de	 s’adresser	 non	 seulement	 aux	 fans	 mais	 aussi	 aux	
professionnels,	en	mettant	en	avant,	ses	contacts,	sa	musique,	etc.	Il	faut	penser	également	
que	l’on	contrôle	totalement	son	site	:	on	peut	donc	le	créer,	comme	bon	nous	semble,	sans	
avoir	à	craindre	une	éventuelle	censure	ou	suppression	de	sa	page.	Grace	à	ce	site,	le	public	
pourra	toujours	retrouver	celui	qu’il	cherche.	Il	est	donc	très	important.	
	
Avoir	un	site	internet	a	aussi	d’autres	avantages.	Parmi	ceux-ci,	et	cela	peut	sembler	anodin,	
on	peut	le	personnaliser	:	il	offre	donc	la	possibilité	de	se	différencier	des	autres	en	créant	
une	sorte	de	carte	de	visite	telle	qu’on	la	souhaite.	On	peut	y	retrouver	tout	ce	qui	peut	être	
essentiel	pour	se	«	vendre	»	:	biographie,	discographie,	contacts,	liens,	agenda,	blog,	etc.	
Lorsque	l’on	souhaite	développer	et	diffuser	sa	propre	image,	c’est	un	véritable	atout.	Et	
surtout,	et	c’est	le	plus	important	et	le	plus	appréciable,	il	nous	permet	de	vendre	sa	musique	
et	dérivés	alors	que	ce	n’est	pas	toujours	possible	sur	tous	les	réseaux	sociaux	actuels.	
	
Il	ne	faut	pas,	non	plus,	oublier	l’intérêt	des	adresses	e-mails	que	le	site	permet	de	recueillir	
pour	encourager	la	communication	directe	avec	son	public.	Capter	des	fans	est	peut-être,	en	
effet,	le	but	premier.	
	
1.3.2. Les	réseaux	sociaux	
	
Les	réseaux	sociaux	sont	des	outils	qui	vont	permettre	aux	artistes	de	faire	connaître	leur	
musique.	Il	faut	continuellement	être	à	la	recherche	d’un	équilibre	entre	l’artiste	et	le	fan,	
tout	en	utilisant	des	stratégies	adaptées.	Comme	on	a	pu	le	voir,	l’artiste	doit	se	focaliser	sur
36	
le	fan,	qui	est	devenu,	avec	internet	et	ces	réseaux,	un	véritable	prescripteur.	En	un	seul	clic,	
il	peut	être	au	courant	des	moindres	faits	et	gestes	de	son	artiste	préféré.	Et	par	le	même	
geste,	 il	 peut	 également	 interrompre	 cette	 relation.	 C’est	 pourquoi	 il	 est	 primordial	 de	
construire	et	de	faire	perdurer	une	relation	de	confiance	et	d’échange	avec	lui.	Il	faut	se	rendre	
compte	que	plus	le	fan	se	sentira	proche	de	l’artiste,	plus	il	sera	enclin	à	créer	du	contenu.	
Ainsi,	l’artiste	ou	le	groupe	de	musique	pourra	plus	facilement	augmenter	sa	visibilité.	Mais	
pour	cela,	il	faut	aussi	choisir	sur	quel	réseau	social	on	va	être	présent.	Quels	sont-ils	?	Quelles	
sont	leurs	spécificités	à	chacun	?	Quelles	sont	leurs	forces	et	leurs	faiblesses	?	Il	en	existe	un	
nombre	incalculable,	mais	certains,	et	ce	sont	les	plus	connus,	sont	quasiment	inévitables	pour	
un	artiste	émergent.	
	
Facebook	
	
C’est	inévitablement	le	réseau	où	il	faut	être	puisque	c’est	probablement	le	plus	puissant,	si	
l’on	 considère	 le	 nombre	 de	 connections	 par	 jour.	 	 Il	 faut	 créer	 sa	 fanpage	 pour	 pouvoir	
obtenir	de	nouveaux	fans	qui	devront	être	le	plus	actifs	possible.	En	effet,	on	considère	qu’une	
communauté	 de	 fans	 sera	 essentielle	 pour	 relayer	 une	 production	 musicale	 et	 une	
communication.	Ce	réseau	qui	permet	d’informer	son	public	en	publiant	du	contenu	tel	que	
les	futures	dates	de	concerts,	les	nouveaux	projets,	les	actualités	générales	de	l’artiste	ou	du	
groupe,	etc.,	est	donc	l’outil	le	plus	utile	pour	un	groupe	émergent.	Il	ne	faut	pas	oublier	que	
le	public	aime	se	sentir	concerné	et	que	s’il	se	sent	proche,	il	partagera	en	diffusant,	à	son	
tour,	le	contenu	de	l’artiste.	Et	là,	il	n’y	a	pas	de	meilleur	moyen	pour	être	visible.	On	peut	
également	partager	du	contenu	d’autres	artistes,	sur	ses	pages,	pour	qu’ils	puissent	à	leur	
tour	en	faire	de	même.	
	
Le	choix	de	Facebook	est	d’autant	plus	judicieux,	qu’il	fournit	des	données	intéressantes	sur	
sa	page.	On	peut	y	retrouver,	en	détail,	le	nombre	de	fans	sur	une	période	donnée	(il	est	
surtout	 intéressant	 de	 regarder	 les	 dates	 de	 mouvement	 des	 fans)	 et	 la	 composition	
démographique	de	son	audience	(âge,	sexe,	pays,	ville	de	résidence,	langue	parlée).	Cette	
analyse	permet	de	savoir	où	on	en	est,	et	comment	communiquer	avec	ses	fans	pour	les	
engager	et	les	fidéliser	au	mieux,	afin	d’avoir	la	meilleure	présence	possible.	
	
Facebook	est	important	aussi,	parce	qu’il	propose	tout	un	tas	d’applications	différentes,	que	
l’on	peut	ajouter	à	sa	fanpage,	et	qui	offrent	un	potentiel	de	développement	considérable.	
Certaines	d’entre	elles,	comme	ReverbNation	ou	Bandpage	sont	utiles	pour	la	diffusion	et	la	
distribution	de	la	musique	;	d’autres,	comme	YouTube,	Vod50
	ou	ZuPort51
,	sont	utiles	pour	la	
diffusion	 de	 vidéos	 ou	 de	 photos.	 Par	 contre,	 l’artiste	 doit	 savoir	 que	 seulement	 quatre	
																																																								
50
	Pour	diffuser	ses	vidéos	
51
	Pour	diffuser	ses	photos	Flickr
37	
applications	 (en	 plus	 des	 photos)	 sont	 visibles	 directement	 sur	 la	 partie	 supérieure	 de	 la	
fanpage.	Cet	endroit	regroupe	le	contenu	le	plus	important,	il	faut	donc	bien	choisir	quelles	
applications	vont	être	mises	en	valeur	ou	non.		
	
Matrice	SWOT	de	Facebook	:	
Forces	
- Réseau	 où	 il	 y	 a	 le	 plus	 d’utilisateurs	
actifs	
- Bonne	 présence	 sur	 les	 terminaux	
mobiles	
- Gratuit	
- Facile	d’utilisation	
	
Faiblesses	
- Ça	prend	du	temps	de	s’occuper	de	sa	
page,	on	doit	poster	très	régulièrement	
- Trop	de	publications,	peut	être	difficile	
d’être	visible	
	
Opportunités	
- De	 nouveaux	 outils	 sont	 proposés	
(vidéos	live	par	exemple)	
Menaces	
- Forte	 concurrence,	 il	 y	 a	 beaucoup	
d’autres	réseaux	à	côté	
- Concurrence	 de	 Twitter	 et	 YouTube	
avec	la	vidéo	live	
	
	
	
Malgré	les	avantages	qu’offre	Facebook,	le	réseau	social	a	ses	limites.	Et	celles-ci	peuvent	se	
révéler	négatives	pour	l’artiste.	
		
On	peut	en	effet,	prendre	l’exemple	du	groupe	de	métal	français	Sidilarsen.	Il	a	sorti	son	
nouvel	album,	Dancefloor	Bastards,	le	29	
avril	 2016.	 Tant	 qu’il	 ne	 voulait	 pas	
sponsoriser	 les	 publications	 contenant	 le	
titre	de	l’album,	Facebook	l’a	laissé	poster	
normalement.	 	 Cependant,	 il	 a	 tout	 de	
même	 constaté	 que	 l’impact	 était	
bizarrement	 très	 faible	 par	 rapport	 à	
d’habitude,	 sans	 savoir	 pourquoi.	 Le	 jour	
où	 le	 groupe	 a	 voulu	 diffuser	 le	 premier	
titre	de	l’album,	il	a	souhaité	sponsoriser	le	
post	 et	 c’est	 là	 qu’il	 y	 a	 eu	 problème.	
Facebook,	interdisant	toute	injure	et	tout	
propos	violent,	est	intervenu	pour	refuser	
la	sponsorisation.	Le	groupe	a	alors	fait	une
38	
réclamation	auprès	de	Facebook,	en	expliquant	que	Sidilarsen	avait	toujours	prôné	le	respect	
et	qu’il	s’agissait	uniquement	d’un	titre	d’album	avec	peut-être	un	peu	de	provocation,	mais	
surtout	 avec	 beaucoup	 d’humour.	 Finalement,	 la	 sponsorisation	 a	 été	 accordée,	 mais	 le	
groupe	a	tout	de	même	constaté	que	l’impact	des	posts	était	ultra	bridé.	Comme	il	connaît	
parfaitement	 son	 taux	 d’engagement,	 il	 a	 très	 clairement	 vu	 que	 ça	 ne	 fonctionnait	 pas	
normalement.	Avec	le	temps	et	à	force	d’expérimenter	des	publications,	il	a	pu	déterminer	
que	lorsqu’il	écrit	«	Dancefloor	Bastards	»,	dans	son	post	ou	dans	le	texte	du	lien	(par	exemple	
dans	la	description	de	la	vidéo	YouTube),	il	est	très	très	ralenti	au	niveau	du	rayonnement,	et	
les	statistiques	le	confirment.	La	seule	chose	qui	passe	correctement,	c’est	le	«	Dancefloor	
Bastards	»	écrit	sur	la	pochette	de	l’album,	car	il	est	écrit	à	la	main	et	qu’un	des	«	A	»	est	à	
l’envers.	Les	robots	ne	détectent	donc	pas	la	pseudo	«	injure	».		
	
Twitter	
	
Même	si	Twitter	est	plus	petit	que	Facebook,	c’est	le	réseau	préféré	et	indispensable	des	
artistes	 et	 des	 professionnels	 des	 médias,	 parce	 que	 c’est	 le	 réseau	 par	 excellence	 pour	
communiquer	 autour	 d’un	 événement,	 au	 moment	 où	 il	 se	 déroule,	 et	 relayer	 des	
informations	pertinentes	en	quasi	temps	réel.	Et	c’est	la	viralité	de	l’information	qui	en	fait	sa	
force.	Comme	les	internautes	parlent	beaucoup	sur	ce	site,	c’est	donc	un	bon	moyen	pour	un	
groupe	ou	un	artiste	de	savoir	ce	qui	se	dit	sur	lui	et	de	mesurer	l’audience.	Il	est	ainsi	plus	
facile	de	s’adapter	à	ses	fans	et	de	modifier	certaines	choses	si	besoin.	Twitter	permet	aussi	
de	 leur	 répondre	 facilement	 et	 rapidement	 :	 cela	 permet	 donc	 de	 créer	 une	 relation	 de	
proximité	avec	eux.	
	
On	peut	prendre	l’exemple	de	Katy	Perry,	qui	est	aujourd’hui	la	personne	la	plus	suivie	sur	
Twitter,	avec	plus	de	84	millions	d’abonnés.	Son	compte	Twitter	lui	permet	de	communiquer	
sans	cesse	avec	ses	fans.	Elle	partage	avec	eux	des	moments	de	sa	vie	quotidienne,	tout	en	
leur	annonçant	ses	actualités	musicales.		
	
Mais	même	si	c’est	un	puissant	et	innovant	outil	d’information,	il	est	dans	une	mauvaise	passe	
financière	parce	qu’il	peine	à	générer	des	profits.	De	même,	son	poids	en	termes	d’utilisateurs	
est	 à	 nuancer	 car	 il	 fait	 moins	 bien	 que	 ses	 concurrents.	 Est-il	 envisageable	 de	 le	 voir	
disparaitre	 ?	 Malgré	 une	 équipe	 dirigeante	 fragilisée	 par	 le	 départ	 de	 cinq	 personnes	 de	
l’exécutif,	 Twitter	 a	 entrepris	 des	 changements	 pour	 être	 mieux	 positionné	 face	 à	 ses	
concurrents.	Depuis	janvier	dernier,	Twitter	a	débuté	l’intégration	de	l’application	Periscope	
(diffusion	d’une	vidéo	en	direct).	D’après	Kayvon	Beykpour52
,	«	la	France	est	un	des	pays	au	
monde	où	on	utilise	le	plus	Periscope,	et	ce	n’était	pas	le	cas	il	y	a	quatre	semaines	»53
.		
																																																								
52
	Co-fondateur	de	Periscope	(avec	Joe	Bernstein,	Aaron	Wasserman	et	Tyler	Hansen)	
53
	Source	Les	Inrocks	–	18	mars	2016
39	
L’application,	créée	en	2015,	a	commencé	à	connaître	le	succès	lorsqu’elle	a	été	intégrée	à	
Twitter	(qui	l’a	d’ailleurs	rachetée)	en	janvier	2016.	Pour	les	artistes,	c’est	un	nouvel	atout,	
puisqu’il	offre	un	sentiment	de	proximité	pour	le	fan.	En	effet,	cela	lui	permet	de	vivre	la	même	
chose,	en	même	temps.		
	
Matrice	SWOT	de	Twitter	:	
Forces	
- C’est	une	source	de	trafic	importante	
- Viralité	de	l’information	très	facile	
- Permet	de	communiquer	en	temps	réel	
- Gratuit	
- Utile	pour	entretenir	son	réseau	
- Permet	de	suivre	facilement	l’actualité	
de	quelqu’un	
	
Faiblesses	
- Si	le	tweet	n’est	pas	vu	dans	les	heures	
qui	suivent	sa	publication,	il	va	être	très	
difficile	 de	 le	 voir.	 On	 peut	 alors	 se	
retrouver	 avec	 une	 répétition	 des	
tweets	
- Si	 on	 suit	 beaucoup	 de	 monde,	 on	 se	
retrouve	avec	beaucoup	d’informations	
en	même	temps		
- Il	est	un	peu	difficile	d’utiliser	Twitter	au	
départ,	ce	qui	en	effraie	plus	d’un	
	
Opportunités	
- Le	rachat	de	Periscope,	qui	permet	un	
partage	de	vidéos	live	
- Les	 hashtags54
,	 qui	 permettent	 d’être	
retrouvé,	de	retrouver	ses	fans	sur	un	fil	
de	conversation	
Menaces	
- Le	possible	passage	de	140	caractères	à	
10	000.	On	risque	de	perdre	l’essence	
même	 de	 Twitter.	 Comment	 les	 gens	
vont-ils	réagir	?	
- Concurrence	 de	 Facebook	 et	 YouTube	
avec	la	vidéo	live	
	
	
	
YouTube		
	
Avec	plus	d’un	milliard	d’utilisateurs	dans	le	monde	(source	YouTube	statistiques),	soit	près	
d’un	tiers	des	internautes,	YouTube	est	une	des	plus	grosses	sources	de	consommation	de	
musique	sur	internet.	
	
																																																								
54
	Mots	clés	que	l’on	reconnaît	grâce	au	#	qui	les	précèdent
40	
	
	
	
On	se	rend	compte	que	depuis	2007,	les	heures	de	vidéos	importées	n’ont	cessé	d’augmenter,	
avec	la	plus	grosse	progression	depuis	le	milieu	de	l’année	2013.	En	effet,	en	à	peine	trois	ans,	
elles	 ont	 été	 multipliées	 par	 quatre,	 et	 sont	 passées	 à	 plus	 de	 400	 heures	 de	 vidéos	
téléchargées	sur	le	site	par	minute55
.	
	
On	a	vite	compris	le	potentiel	que	représente	ce	réseau	et	il	est	donc	impensable	de	ne	pas	y	
être	présent.	C’est,	en	effet,	l’endroit	idéal	pour	faire	d’innombrables	vues	sans	pour	autant	
avoir	besoin	de	gros	moyens	de	production.	Prenons	l’exemple	du	jeune	guitariste	français	
MattRach.	Il	s’est	fait	connaître	grâce	à	ses	vidéos	de	reprises	qu’il	a	lui-même	postées	sur	
YouTube.	Elles	sont	très	basiques,	certainement	filmées	avec	un	simple	appareil	photo,	le	
montrant	en	train	de	jouer	de	la	guitare	debout	dans	sa	chambre.	On	est	loin	des	clips	vidéos	
des	grands	artistes.	Et	pourtant,	les	vues	se	sont	très	vites	accumulées.	Au	23	mars	2016,	sa	
vidéo	la	plus	regardée56
	comptabilise	plus	de	20	millions	de	vues.	
	
Cependant,	il	faut	bien	faire	attention	à	créer	des	vidéos	dans	un	but	précis,	qui	s’inscrivent	
dans	une	stratégie	globale.	
	
YouTube	est	important	aussi	parce	que	la	vidéo	est	une	façon	plus	attractive	de	promouvoir	
sa	musique.	A	savoir	que	la	vidéo	est	un	outil	de	communication	puissant,	qui	permet	de	
délivrer	rapidement	un	message	à	ses	fans	et	qui	est	très	partagé	sur	les	réseaux	sociaux	et	
internet	en	général.	De	plus,	toutes	ses	fonctionnalités	sont	gratuites.	N’importe	qui	peut	
donc	se	lancer	sur	ce	réseau.	La	création,	début	2013,	de	YouTube	One	Channel,	qui	permet	
																																																								
55
	Source	webrankinfo.com	
56
	MattRach	–	The	New	Canon	Rock	https://www.youtube.com/watch?v=owAj5LiXG5w
41	
d’adapter	 sa	 présentation	 au	 bon	 support	 (tablette,	 smartphone,	 etc.)	 est	 un	 avantage	
supplémentaire	pour	se	décider	pour	YouTube.	
	
De	même,	le	site,	qui	favorise	de	plus	en	plus	l’interaction	sociale	entre	les	membres	en	
permettant	de	commenter,	d’aimer,	ou	encore	de	partager	la	vidéo	vers	d’autre	réseaux	tels	
que	Facebook	ou	Twitter,	peut	être	un	bon	moyen	de	développer	sa	viralité	sur	internet.	
	
Il	 est	 vrai	 qu’il	 existe	 également	 un	 deuxième	 site	 de	 streaming	 vidéo,	 Dailymotion.	
Cependant,	celui-ci	est	beaucoup	moins	utilisé	que	YouTube	et	n’est,	de	ce	fait,	pas	forcément	
utile	pour	développer	sa	visibilité	sur	internet.	
	
Matrice	SWOT	de	YouTube	:	
Forces	
- Les	vidéos	sont	très	partagées	
- Facile	d’utilisation	et	gratuit	
- Offre	un	bon	référencement	sur	Google	
	
Faiblesses	
- On	 peut	 télécharger	 (illégalement)	 les	
vidéos	et	leur	contenu	
Opportunités	
- Développement	de	la	vidéo	live	
- Plus	 célèbre	 que	 son	 concurrent	
français	Dailymotion	
	
Menaces	
- Concurrence	de	Facebook	et	Twitter	
avec	la	vidéo	live	
	
	
Instagram	
	
Il	a	largement	dépassé	Twitter	car	l’image	efface	la	barrière	de	la	langue	:	Il	peut	donc	être	
intéressant	pour	un	groupe	ou	un	artiste	d’y	être	présent.	Ce	partage	d’images	permet	aux	
fans	d’être	immergés	dans	le	quotidien	du	groupe,	et	donc	par	la	même	occasion	de	se	sentir	
proche	de	lui.	Il	permet	également	d’avoir	une	présence	sur	ce	réseau	pour	augmenter	le	trafic	
et	la	visibilité	du	groupe	(avec	2	millions	d’utilisateurs	actifs	en	France,	si	on	s’y	prend	bien,	
c’est	facile).	De	plus,	on	peut,	si	besoin,	publier	ses	photos	sur	Facebook	et	Twitter	:	on	pourra	
ainsi	toucher	encore	un	plus	grand	nombre	de	personnes.	
	
Aujourd’hui,	on	peut	parler	de	marketing	par	l’image.	Mais	qu’est-ce	que	c’est	exactement	?	
C’est	tout	simplement	un	terme	général	que	l’on	utilise	pour	désigner	les	réseaux	sociaux	
spécialisés	 dans	 le	 partage	 d’images.	 Ils	 sont	 devenus,	 en	 l’espace	 de	 quelques	 années,	
indispensables	si	l’on	souhaite	mener	à	bien	une	stratégie	de	communication	complète	sur	les	
réseaux	sociaux.	Le	petit	moins	:	ils	nécessitent	beaucoup	de	temps.
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale
La Communication digitale dans l'industrie musicale

Contenu connexe

Tendances

Thèse " Comment le streaming a-t-il impacté l'industrie musicale ? " - Emilie...
Thèse " Comment le streaming a-t-il impacté l'industrie musicale ? " - Emilie...Thèse " Comment le streaming a-t-il impacté l'industrie musicale ? " - Emilie...
Thèse " Comment le streaming a-t-il impacté l'industrie musicale ? " - Emilie...Emilie AMSELLEM
 
Mémoire communication digitale (extrait)
Mémoire communication digitale (extrait)Mémoire communication digitale (extrait)
Mémoire communication digitale (extrait)Adrien Tilhet-Prat
 
Mémoire sur la publicité et les médias sociaux Lisa HOCH
Mémoire sur la publicité et les médias sociaux  Lisa HOCHMémoire sur la publicité et les médias sociaux  Lisa HOCH
Mémoire sur la publicité et les médias sociaux Lisa HOCHLisa Hoch
 
Les media sociaux, la marque et le consommateur
Les media sociaux, la marque et le consommateurLes media sociaux, la marque et le consommateur
Les media sociaux, la marque et le consommateurPascal Ollivier
 
Mémoire de fin d'étude - ISCOM
Mémoire de fin d'étude - ISCOM Mémoire de fin d'étude - ISCOM
Mémoire de fin d'étude - ISCOM Manon Peytavin
 
Le marketing et la musique
Le marketing et la musiqueLe marketing et la musique
Le marketing et la musiqueabdelaali84
 
Mémoire Master Communication Chloé Lecourt - PPA 2014
Mémoire Master Communication Chloé Lecourt - PPA 2014Mémoire Master Communication Chloé Lecourt - PPA 2014
Mémoire Master Communication Chloé Lecourt - PPA 2014Chloé Lecourt
 
Mémoire Professionnel - En quoi l’utilisation du marketing digital peut perm...
Mémoire Professionnel  - En quoi l’utilisation du marketing digital peut perm...Mémoire Professionnel  - En quoi l’utilisation du marketing digital peut perm...
Mémoire Professionnel - En quoi l’utilisation du marketing digital peut perm...Thibault PAILLIER
 
Mémoire Image de marque et réseaux sociaux
Mémoire Image de marque et réseaux sociauxMémoire Image de marque et réseaux sociaux
Mémoire Image de marque et réseaux sociauxEstelle Linossier
 
Analyse stratégique du secteur des SmartWorkCenter : le cas Euptouyou
Analyse stratégique du secteur des  SmartWorkCenter : le cas EuptouyouAnalyse stratégique du secteur des  SmartWorkCenter : le cas Euptouyou
Analyse stratégique du secteur des SmartWorkCenter : le cas Euptouyoushapers.xyz
 
Enjeux de la communication événementielle pour le positionnement d’un produit...
Enjeux de la communication événementielle pour le positionnement d’un produit...Enjeux de la communication événementielle pour le positionnement d’un produit...
Enjeux de la communication événementielle pour le positionnement d’un produit...Michel GOUGOU
 
La communication digitale et l’événementiel [Mémoire de fin d'étude - Master 2]
La communication digitale et l’événementiel [Mémoire de fin d'étude - Master 2]La communication digitale et l’événementiel [Mémoire de fin d'étude - Master 2]
La communication digitale et l’événementiel [Mémoire de fin d'étude - Master 2]Maxime Orven
 
Mémoire Master II - Associations et médias sociaux : Relation de complémentar...
Mémoire Master II - Associations et médias sociaux : Relation de complémentar...Mémoire Master II - Associations et médias sociaux : Relation de complémentar...
Mémoire Master II - Associations et médias sociaux : Relation de complémentar...GADIOUX Jean-Luc
 
LE MARKETING DES RESEAUX SOCIAUX
LE MARKETING DES RESEAUX SOCIAUX LE MARKETING DES RESEAUX SOCIAUX
LE MARKETING DES RESEAUX SOCIAUX Oussama Belakhdar
 
Mémoire Marketing Digital - E-Commerce et Personnalisation
Mémoire Marketing Digital - E-Commerce et PersonnalisationMémoire Marketing Digital - E-Commerce et Personnalisation
Mémoire Marketing Digital - E-Commerce et PersonnalisationPamela Desvignes
 
Mémoire de fin d'études : Créer de l'engagement sur les réseaux sociaux
Mémoire de fin d'études : Créer de l'engagement sur les réseaux sociauxMémoire de fin d'études : Créer de l'engagement sur les réseaux sociaux
Mémoire de fin d'études : Créer de l'engagement sur les réseaux sociauxNina Mangeot
 
L’influence des internautes sur les marques à travers les médias sociaux 2009
L’influence des internautes sur les marques à travers les médias sociaux 2009L’influence des internautes sur les marques à travers les médias sociaux 2009
L’influence des internautes sur les marques à travers les médias sociaux 2009Sarah Connor
 
Mémoire de fin d'études : en quoi les médias sociaux bouleversent-ils la com...
Mémoire de fin d'études : en quoi les médias sociaux bouleversent-ils la com...Mémoire de fin d'études : en quoi les médias sociaux bouleversent-ils la com...
Mémoire de fin d'études : en quoi les médias sociaux bouleversent-ils la com...AliceGasnier
 
L'impact du digital sur la communication extérieure
L'impact du digital sur la communication extérieureL'impact du digital sur la communication extérieure
L'impact du digital sur la communication extérieureArnaud Parise
 
Les réseaux sociaux et les relations presse ...
Les réseaux sociaux et les relations presse ...Les réseaux sociaux et les relations presse ...
Les réseaux sociaux et les relations presse ...benfox
 

Tendances (20)

Thèse " Comment le streaming a-t-il impacté l'industrie musicale ? " - Emilie...
Thèse " Comment le streaming a-t-il impacté l'industrie musicale ? " - Emilie...Thèse " Comment le streaming a-t-il impacté l'industrie musicale ? " - Emilie...
Thèse " Comment le streaming a-t-il impacté l'industrie musicale ? " - Emilie...
 
Mémoire communication digitale (extrait)
Mémoire communication digitale (extrait)Mémoire communication digitale (extrait)
Mémoire communication digitale (extrait)
 
Mémoire sur la publicité et les médias sociaux Lisa HOCH
Mémoire sur la publicité et les médias sociaux  Lisa HOCHMémoire sur la publicité et les médias sociaux  Lisa HOCH
Mémoire sur la publicité et les médias sociaux Lisa HOCH
 
Les media sociaux, la marque et le consommateur
Les media sociaux, la marque et le consommateurLes media sociaux, la marque et le consommateur
Les media sociaux, la marque et le consommateur
 
Mémoire de fin d'étude - ISCOM
Mémoire de fin d'étude - ISCOM Mémoire de fin d'étude - ISCOM
Mémoire de fin d'étude - ISCOM
 
Le marketing et la musique
Le marketing et la musiqueLe marketing et la musique
Le marketing et la musique
 
Mémoire Master Communication Chloé Lecourt - PPA 2014
Mémoire Master Communication Chloé Lecourt - PPA 2014Mémoire Master Communication Chloé Lecourt - PPA 2014
Mémoire Master Communication Chloé Lecourt - PPA 2014
 
Mémoire Professionnel - En quoi l’utilisation du marketing digital peut perm...
Mémoire Professionnel  - En quoi l’utilisation du marketing digital peut perm...Mémoire Professionnel  - En quoi l’utilisation du marketing digital peut perm...
Mémoire Professionnel - En quoi l’utilisation du marketing digital peut perm...
 
Mémoire Image de marque et réseaux sociaux
Mémoire Image de marque et réseaux sociauxMémoire Image de marque et réseaux sociaux
Mémoire Image de marque et réseaux sociaux
 
Analyse stratégique du secteur des SmartWorkCenter : le cas Euptouyou
Analyse stratégique du secteur des  SmartWorkCenter : le cas EuptouyouAnalyse stratégique du secteur des  SmartWorkCenter : le cas Euptouyou
Analyse stratégique du secteur des SmartWorkCenter : le cas Euptouyou
 
Enjeux de la communication événementielle pour le positionnement d’un produit...
Enjeux de la communication événementielle pour le positionnement d’un produit...Enjeux de la communication événementielle pour le positionnement d’un produit...
Enjeux de la communication événementielle pour le positionnement d’un produit...
 
La communication digitale et l’événementiel [Mémoire de fin d'étude - Master 2]
La communication digitale et l’événementiel [Mémoire de fin d'étude - Master 2]La communication digitale et l’événementiel [Mémoire de fin d'étude - Master 2]
La communication digitale et l’événementiel [Mémoire de fin d'étude - Master 2]
 
Mémoire Master II - Associations et médias sociaux : Relation de complémentar...
Mémoire Master II - Associations et médias sociaux : Relation de complémentar...Mémoire Master II - Associations et médias sociaux : Relation de complémentar...
Mémoire Master II - Associations et médias sociaux : Relation de complémentar...
 
LE MARKETING DES RESEAUX SOCIAUX
LE MARKETING DES RESEAUX SOCIAUX LE MARKETING DES RESEAUX SOCIAUX
LE MARKETING DES RESEAUX SOCIAUX
 
Mémoire Marketing Digital - E-Commerce et Personnalisation
Mémoire Marketing Digital - E-Commerce et PersonnalisationMémoire Marketing Digital - E-Commerce et Personnalisation
Mémoire Marketing Digital - E-Commerce et Personnalisation
 
Mémoire de fin d'études : Créer de l'engagement sur les réseaux sociaux
Mémoire de fin d'études : Créer de l'engagement sur les réseaux sociauxMémoire de fin d'études : Créer de l'engagement sur les réseaux sociaux
Mémoire de fin d'études : Créer de l'engagement sur les réseaux sociaux
 
L’influence des internautes sur les marques à travers les médias sociaux 2009
L’influence des internautes sur les marques à travers les médias sociaux 2009L’influence des internautes sur les marques à travers les médias sociaux 2009
L’influence des internautes sur les marques à travers les médias sociaux 2009
 
Mémoire de fin d'études : en quoi les médias sociaux bouleversent-ils la com...
Mémoire de fin d'études : en quoi les médias sociaux bouleversent-ils la com...Mémoire de fin d'études : en quoi les médias sociaux bouleversent-ils la com...
Mémoire de fin d'études : en quoi les médias sociaux bouleversent-ils la com...
 
L'impact du digital sur la communication extérieure
L'impact du digital sur la communication extérieureL'impact du digital sur la communication extérieure
L'impact du digital sur la communication extérieure
 
Les réseaux sociaux et les relations presse ...
Les réseaux sociaux et les relations presse ...Les réseaux sociaux et les relations presse ...
Les réseaux sociaux et les relations presse ...
 

Similaire à La Communication digitale dans l'industrie musicale

Sortir de l'anonymat : une utopie pour le musicien indépendant à l'ère du num...
Sortir de l'anonymat : une utopie pour le musicien indépendant à l'ère du num...Sortir de l'anonymat : une utopie pour le musicien indépendant à l'ère du num...
Sortir de l'anonymat : une utopie pour le musicien indépendant à l'ère du num...Laurent Ledoux
 
PO-ST : la diffusion de la musique à l'heure du web 2.0
PO-ST : la diffusion de la musique à l'heure du web 2.0PO-ST : la diffusion de la musique à l'heure du web 2.0
PO-ST : la diffusion de la musique à l'heure du web 2.0St John's
 
These Professionnelle MBA MCI - Musique & Digital
These Professionnelle MBA MCI - Musique & DigitalThese Professionnelle MBA MCI - Musique & Digital
These Professionnelle MBA MCI - Musique & DigitalSylvainJupinet
 
Le futur numérique des industries culturelles en France - Etude de Booz&co - ...
Le futur numérique des industries culturelles en France - Etude de Booz&co - ...Le futur numérique des industries culturelles en France - Etude de Booz&co - ...
Le futur numérique des industries culturelles en France - Etude de Booz&co - ...Mediamaispasque
 
Gestion d’une page de fans dans l’industrie du
Gestion d’une page de fans dans l’industrie duGestion d’une page de fans dans l’industrie du
Gestion d’une page de fans dans l’industrie duEvelyne Boudreau
 
Culture Acte 2 - rapport Lescure
Culture Acte 2 - rapport LescureCulture Acte 2 - rapport Lescure
Culture Acte 2 - rapport LescureREITER LEGAL
 
Cours Celsa Master 1 CMM 2008 2009 sur la musique en ligne
Cours Celsa Master 1 CMM 2008 2009 sur la musique en ligneCours Celsa Master 1 CMM 2008 2009 sur la musique en ligne
Cours Celsa Master 1 CMM 2008 2009 sur la musique en ligneAlban Martin
 
Premier_cours_CELSA_AMARTIN
Premier_cours_CELSA_AMARTINPremier_cours_CELSA_AMARTIN
Premier_cours_CELSA_AMARTINAurélien Fache
 
Veille Né Kid 18.12.2008 : où sont les fans?
Veille Né Kid 18.12.2008 : où sont les fans?Veille Né Kid 18.12.2008 : où sont les fans?
Veille Né Kid 18.12.2008 : où sont les fans?Né Kid
 
Newsletter Impact n°5
Newsletter Impact n°5Newsletter Impact n°5
Newsletter Impact n°5366
 
L'industrie de la musique en ligne
L'industrie de la musique en ligneL'industrie de la musique en ligne
L'industrie de la musique en ligneJulien Crab
 
La culture Numérique et les outils du web 2.0
La culture Numérique et les outils du web 2.0La culture Numérique et les outils du web 2.0
La culture Numérique et les outils du web 2.0UNITEC
 
Synthése: L'impact du web 2.0 sur la promotion du rap
Synthése: L'impact du web 2.0 sur la promotion du rapSynthése: L'impact du web 2.0 sur la promotion du rap
Synthése: L'impact du web 2.0 sur la promotion du rapJeanne Le garrec
 
Les natifs du numérique et la musique : La bibliothèque, un média social ?
Les natifs du numérique et la musique : La bibliothèque, un média social ?Les natifs du numérique et la musique : La bibliothèque, un média social ?
Les natifs du numérique et la musique : La bibliothèque, un média social ?Nicolas Blondeau
 
Tables rondes 5 mai 2010
Tables rondes 5 mai 2010Tables rondes 5 mai 2010
Tables rondes 5 mai 2010Pierre Alain D
 
Thèse professionnelle : Les théâtres et Internet
Thèse professionnelle : Les théâtres et InternetThèse professionnelle : Les théâtres et Internet
Thèse professionnelle : Les théâtres et InternetValérie Benmeziane
 
Assises Internationales du Journalisme et de l'Information
Assises Internationales du Journalisme et de l'InformationAssises Internationales du Journalisme et de l'Information
Assises Internationales du Journalisme et de l'InformationMarc Mentré
 
Conference Esc Pau Alban Martin Cocreation Et Economie Du Gratuit Octobre 2009
Conference Esc Pau Alban Martin Cocreation Et Economie Du Gratuit Octobre 2009Conference Esc Pau Alban Martin Cocreation Et Economie Du Gratuit Octobre 2009
Conference Esc Pau Alban Martin Cocreation Et Economie Du Gratuit Octobre 2009Alban Martin
 

Similaire à La Communication digitale dans l'industrie musicale (20)

Sortir de l'anonymat : une utopie pour le musicien indépendant à l'ère du num...
Sortir de l'anonymat : une utopie pour le musicien indépendant à l'ère du num...Sortir de l'anonymat : une utopie pour le musicien indépendant à l'ère du num...
Sortir de l'anonymat : une utopie pour le musicien indépendant à l'ère du num...
 
PO-ST : la diffusion de la musique à l'heure du web 2.0
PO-ST : la diffusion de la musique à l'heure du web 2.0PO-ST : la diffusion de la musique à l'heure du web 2.0
PO-ST : la diffusion de la musique à l'heure du web 2.0
 
These Professionnelle MBA MCI - Musique & Digital
These Professionnelle MBA MCI - Musique & DigitalThese Professionnelle MBA MCI - Musique & Digital
These Professionnelle MBA MCI - Musique & Digital
 
Le futur numérique des industries culturelles en France - Etude de Booz&co - ...
Le futur numérique des industries culturelles en France - Etude de Booz&co - ...Le futur numérique des industries culturelles en France - Etude de Booz&co - ...
Le futur numérique des industries culturelles en France - Etude de Booz&co - ...
 
Gestion d’une page de fans dans l’industrie du
Gestion d’une page de fans dans l’industrie duGestion d’une page de fans dans l’industrie du
Gestion d’une page de fans dans l’industrie du
 
Culture et Numérique
Culture et NumériqueCulture et Numérique
Culture et Numérique
 
Culture Acte 2 - rapport Lescure
Culture Acte 2 - rapport LescureCulture Acte 2 - rapport Lescure
Culture Acte 2 - rapport Lescure
 
Cours Celsa Master 1 CMM 2008 2009 sur la musique en ligne
Cours Celsa Master 1 CMM 2008 2009 sur la musique en ligneCours Celsa Master 1 CMM 2008 2009 sur la musique en ligne
Cours Celsa Master 1 CMM 2008 2009 sur la musique en ligne
 
Premier_cours_CELSA_AMARTIN
Premier_cours_CELSA_AMARTINPremier_cours_CELSA_AMARTIN
Premier_cours_CELSA_AMARTIN
 
Veille Né Kid 18.12.2008 : où sont les fans?
Veille Né Kid 18.12.2008 : où sont les fans?Veille Né Kid 18.12.2008 : où sont les fans?
Veille Né Kid 18.12.2008 : où sont les fans?
 
Newsletter Impact n°5
Newsletter Impact n°5Newsletter Impact n°5
Newsletter Impact n°5
 
L'industrie de la musique en ligne
L'industrie de la musique en ligneL'industrie de la musique en ligne
L'industrie de la musique en ligne
 
La culture Numérique et les outils du web 2.0
La culture Numérique et les outils du web 2.0La culture Numérique et les outils du web 2.0
La culture Numérique et les outils du web 2.0
 
Synthése: L'impact du web 2.0 sur la promotion du rap
Synthése: L'impact du web 2.0 sur la promotion du rapSynthése: L'impact du web 2.0 sur la promotion du rap
Synthése: L'impact du web 2.0 sur la promotion du rap
 
Les natifs du numérique et la musique : La bibliothèque, un média social ?
Les natifs du numérique et la musique : La bibliothèque, un média social ?Les natifs du numérique et la musique : La bibliothèque, un média social ?
Les natifs du numérique et la musique : La bibliothèque, un média social ?
 
Tables rondes 5 mai 2010
Tables rondes 5 mai 2010Tables rondes 5 mai 2010
Tables rondes 5 mai 2010
 
la-crise
la-crisela-crise
la-crise
 
Thèse professionnelle : Les théâtres et Internet
Thèse professionnelle : Les théâtres et InternetThèse professionnelle : Les théâtres et Internet
Thèse professionnelle : Les théâtres et Internet
 
Assises Internationales du Journalisme et de l'Information
Assises Internationales du Journalisme et de l'InformationAssises Internationales du Journalisme et de l'Information
Assises Internationales du Journalisme et de l'Information
 
Conference Esc Pau Alban Martin Cocreation Et Economie Du Gratuit Octobre 2009
Conference Esc Pau Alban Martin Cocreation Et Economie Du Gratuit Octobre 2009Conference Esc Pau Alban Martin Cocreation Et Economie Du Gratuit Octobre 2009
Conference Esc Pau Alban Martin Cocreation Et Economie Du Gratuit Octobre 2009
 

La Communication digitale dans l'industrie musicale