SlideShare une entreprise Scribd logo
“LES	
  MODES	
  DE	
  
FINANCEMENT“	
  
	
  
CAS	
  DE	
  LA	
  SOCIÉTÉ	
  SOTHEMA	
  
2018	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
SOUS	
  LA	
  DIRECTION	
  DE	
  :	
  
MR	
  FAHMI	
  
PRÉSENTÉ	
  PAR	
  :	
  
BEL	
  MRHAR	
  MOHAMED	
  AMINE	
  
BOUBEKRAOUI	
  MOHCINE	
  
MENTAG	
  YASSINE	
  
MERROUN	
  OUAHHABI	
  SOUFIANE	
  
SENNI	
  MOHAMMED	
  
ENCG	
  DE	
  FES	
  
MASTER	
  SPÉCIALISÉ	
  MCF	
  –	
  S8	
  
MODULE	
  :	
  GESTION	
  FINANCIÈRE	
  
MATIÈRE	
  :	
  CHOIX	
  DE	
  FINANCEMENT	
  
ANNÉE	
  UNIVERSITAIRE	
  :	
  2017/2018	
  
  2	
  
SOMMAIRE	
  
REMERCIEMENT -------------------------------------------------------------- 3
PARTIE THÉORIQUE --------------------------------------------------------- 4
INTRODUCTION --------------------------------------------------------------- 5
SECTION 1 : LES MODALITÉS DE FINANCEMENT------------ 6
SECTION 2 : LE COÛT DE FINANCEMENT---------------------- 13
SECTION 3 : STRUCTURE FINANCIÈRE ET VALEUR DE
L’ENTREPRISE ---------------------------------------------------------- 15
PARTIE PRATIQUE ----------------------------------------------------------- 18
SECTION 1 : PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE SOTHEMA--- 19
SECTION 2 : ANALYSE ET MODES DE FINANCEMENT----- 28
CONCLUSION : ------------------------------------------------------------------- 34
BIBLIO /WEBLIOGRAPHIE--------------------------------------------------- 35
  3	
  
Remerciement
Ce travail n’aurait pas été possible sans l’intervention,
consciente, d’un grand nombre de personnes.
Nous souhaitons ici les en remercier.
Nous tenons d’abord à remercier très chaleureusement notre
professeur MR FAHMI, qui nous a donner l’opportunités de
faire ce travail, Les conseils qu’il nous a prodigué, la patience,
la confiance qu’il nous a témoignés ont été déterminants dans
la réalisation de notre travail de recherche.
Enfin, nous tenons à remercier tous ceux qui, de près ou de
loin, ont contribués à la réalisation de ce travail.
	
  
	
   	
  
  4	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
Partie	
  Theorique	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
  5	
  
INTRODUCTION	
  
	
  
Au	
  fur	
  et	
  à	
  mesure	
  de	
  sa	
  vie	
  et	
  de	
  son	
  développement,	
  l’entreprise	
  doit	
  faire	
  des	
  
choix	
  en	
  matière	
  de	
  financement	
  durable	
  (financement	
  à	
  moyen	
  et	
  long	
  terme).	
  
Ces	
  choix	
  vont	
  avoir	
  des	
  conséquences	
  :	
  	
  
-­‐ Sur	
   la	
   structure	
   financière	
  :	
   elle	
   détermine	
   le	
   degré	
   d’Independence	
  
financière	
   et	
   peut	
   avoir	
   un	
   impact	
   sur	
   la	
   rentabilité	
   des	
   capitaux	
   propres	
  
(effet	
  de	
  levier).	
  
-­‐ Sur	
   le	
   niveau	
   du	
   risque	
   financier	
   qui	
   conditionne	
   la	
   solvabilité	
   de	
  
l’entreprise.	
  
Il	
   existe	
   de	
   nombreuses	
   formes	
   de	
   financement	
   durables	
   à	
   la	
   disposition	
   des	
  
entreprises	
   pouvant	
   être	
   regroupés	
   en	
   deux	
   catégories	
  :	
   les	
   fonds	
   propres	
   et	
  
l’endettement	
  à	
  moyen	
  et	
  long	
  terme.	
  
Les	
  grosses	
  sociétés,	
  notamment	
  si	
  elles	
  ont	
  accès	
  à	
  l’épargne	
  publique,	
  disposent	
  
d’une	
  palette	
  de	
  financements	
  beaucoup	
  plus	
  large	
  que	
  les	
  PME	
  et	
  de	
  conditions	
  
financières	
  plus	
  favorables.	
  
Les	
   critères	
   de	
   choix	
   entre	
   plusieurs	
   financements	
   possibles	
   sont	
   multiples.	
   Le	
  
choix	
   final	
   dépendra	
   entre	
   autres	
   de	
   la	
   situation	
   de	
   départ	
   et	
   du	
   coût	
   des	
  
différents	
  financements	
  possibles.	
  
Enfin,	
   l’entreprise	
   doit	
   vérifier	
   la	
   cohérence	
   de	
   l’entreprise	
   de	
   ses	
   décisions	
   en	
  
analysant	
  leurs	
  conséquences	
  financières	
  sur	
  les	
  exercices	
  futurs	
  en	
  élaborant	
  un	
  
plan	
  de	
  financement	
  pluriannuel.	
  	
  
	
  
	
  
	
   	
  
  6	
  
Section	
  I	
  /	
  Les	
  modalités	
  de	
  financement	
  
	
  Les	
  modalités	
  de	
  financement	
  	
  
Fonds	
  propres	
   Autofinancement	
  
Endegement	
  	
  
Emprunt	
  Indivis	
  
Emprunt	
  Syndiqué	
  
Emprunt	
  
Obligataire	
  
Achons	
  
Augmentahon	
  du	
  
capital	
  
Cession	
  
Cession	
  
d’immobilisahon	
  	
  
Cession	
  Bail	
  
Leasing	
  	
  
Bail	
  mobilier	
  
Bail	
  immobilier	
  
  7	
  
	
  
1-­‐	
  Autofinancement	
  
Définition	
  :	
   l’entreprise	
   ne	
   conserve	
   pas	
   pour	
   elle	
   la	
   totalité	
   des	
   liquidités	
  
générées	
   par	
   son	
   activité.	
  	
  
Elle	
  en	
  reverse	
  une	
  partie	
  à	
  ses	
  actionnaires	
  sous	
  forme	
  de	
  dividendes.la	
  partie	
  de	
  
la	
  capacité	
  d’autofinancement	
  CAF	
  non	
  distribuée	
  et	
  restant	
  à	
  la	
  disposition	
  de	
  
l’entreprise	
   est	
   qualifiée	
  
D’autofinancement.	
  	
  
	
  
	
  	
  	
  	
   	
  
L’entreprise	
   doit	
   définir	
   une	
   politique	
   de	
   distribution	
   suffisamment	
   généreuse	
  
pour	
   satisfaire	
   ses	
   actionnaires,	
   mais	
   lui	
   permettant	
   de	
   disposer	
   de	
   fonds	
  
nécessaires	
  à	
  son	
  développement.	
  	
  
Les	
  conséquences	
  de	
  l’autofinancement	
  :	
  
• Il	
  conforte	
  l’indépendance	
  financière	
  de	
  l’entreprise.	
  
• Il	
  augmente	
  la	
  capacité	
  d’endettement	
  de	
  l’entreprise.	
  
En	
  effet.l’autofinancement	
  se	
  traduit	
  par	
  l’augmentation	
  des	
  capitaux	
  propres	
  et	
  
on	
   sait	
   que	
  la	
   capacité	
   d’endettement	
   =	
   capitaux	
   propres	
   –	
   dettes	
   financieres	
  	
  
donc	
   ,	
   plus	
   la	
   valeur	
   des	
   capitaux	
   de	
   l’entreprise	
   est	
   elevées	
   plus	
   sa	
   capacité	
  
d’endettement	
  devient	
  importante	
  .Il	
  constitue	
  une	
  ressource	
  disponible	
  .	
  
La	
  rentabilisation	
  de	
  l'autofinancement	
  
L’entreprise	
  doit	
  utiliser	
  ses	
  propres	
  fonds	
  pour	
  financer	
  des	
  investissements	
  dont	
  
la	
  rentabilité	
  est	
  supérieure	
  au	
  taux	
  requis	
  compte	
  tenu	
  du	
  risque	
  supporté.	
  
L’autofonancement	
  n’a	
  pas	
  de	
  cout	
  	
  direct,	
  mais	
  un	
  cout	
  implicite	
  qui	
  est	
  le	
  cout	
  
éxigé	
   par	
   les	
   actionnaire,.	
   En	
   effet,	
   si	
   des	
   projets	
   peu	
   retables	
   sont	
   réalisés,	
   la	
  
rentabilité	
  de	
  l’entreprise	
  va	
  diminuer.	
  Pour	
  une	
  société	
  cotée,	
  cette	
  baisse	
  sera	
  
tôt	
  ou	
  tard	
  sanctionnée	
  par	
  le	
  marché	
  par	
  une	
  baisse	
  du	
  cours	
  de	
  l’action.	
  
	
  
Autofinancement	
  de	
  l’année	
  N	
  =	
  CAF	
  de	
  l’année	
  N	
  -­‐Dividendes	
  distribués	
  en	
  N	
  
  8	
  
	
  
2-­‐	
  Endettement	
  
à	
  Les	
  différents	
  types	
  d’emprunts.	
  
	
  
Financement	
  par	
  emprunt	
  indivis	
  
	
  
Définition	
  	
  
Un	
  emprunt	
  indivis	
  est	
  un	
  emprunt	
  non	
  fractionnable	
  pouvant	
  être	
  obtenu	
  
auprès	
  d’une	
  banque,	
  auprès	
  d’une	
  autre	
  société	
  ou	
  auprès	
  de	
  personnes	
  
physiques	
   (	
   associés,famille,amis…).	
   Il	
   existe	
   plusieurs	
   types	
   de	
   prets	
  
bancaires	
   ,	
   au-­‐delà	
   des	
   prêts	
   bancaires	
   classiques	
   obtenus	
   aupres	
   des	
  
grandes	
   banques	
   ou	
   aupres	
   d’organisation	
   spécialisés,	
   les	
   grandes	
  
entreprises	
   peuvent	
   négocier	
   une	
   ligne	
   de	
   crédit	
   (	
   ou	
   credit	
   syndiqué)	
   .	
  
	
  
Financement	
  par	
  emprunt	
  syndiqué	
  :	
  	
  
	
  
Définition	
  
Droit	
  de	
  tirage	
  de	
  crédit	
  obtenu	
  auprès	
  d’un	
  syndicat	
  de	
  banques	
  (auprés	
  
d’un	
  regroupement	
  bancaire	
  ‘’	
  pool	
  bancaire	
  ‘’),	
  il	
  peut	
  être	
  mobilisé	
  à	
  tout	
  
moment	
   pendant	
   une	
   durée	
   fixée	
   à	
   l’avance,	
   il	
   est	
   généralement	
   multi-­‐
devises	
  et	
  assorti	
  d’un	
  plafond	
  .	
  
	
  
Financement	
  par	
  emprunt	
  obligataire	
  :	
  
	
  
Définition	
  et	
  vocabulaire	
  :	
  
Un	
  emprunt	
  obligataire	
  est	
  un	
  emprunt	
  divisé	
  en	
  fractions	
  égales	
  appelées	
  
obligations	
   souscrites	
   par	
   un	
   grand	
   nombre	
   de	
   préteurs	
   appelés	
  
obligataires.	
  
Les	
   obligations	
   sont	
   des	
   titres	
   négociables,	
   	
   cotés	
   ou	
   non	
   et	
   conférent	
   a	
  
leurs	
   propriétaires	
   un	
   simple	
   droit	
   de	
   créance,	
   sans	
   participation	
   aux	
  
résultats	
  de	
  l’explooitation	
  et	
  sans	
  immixation	
  dans	
  l’administration	
  de	
  la	
  
société.	
  Les	
  sociétés	
  de	
  capitaux	
  et	
  les	
  SARL(	
  depuis	
  2004)	
  peuvent	
  emettre	
  
des	
  obligations.	
  Pour	
  les	
  sociétés	
  faisant	
  appel	
  public	
  a	
  l’apargne,	
  ce	
  type	
  
d’emprunt	
   permet	
   de	
   reunir	
   	
   des	
   sommes	
   d’un	
   montant	
   très	
   elevé	
  
  9	
  
dépassant	
  parfois	
  10	
  milliard	
  de	
  Dirham.	
  La	
  durée	
  d’un	
  emprunt	
  obligataire	
  
est	
  comprise	
  le	
  plus	
  souvent	
  entre	
  5	
  et	
  15	
  ans.	
  
Les	
   obligations	
   peuvent	
   etre	
   ordinaires,	
   remboursable	
   en	
   action	
   ORA,	
  
convertibles	
   en	
   action	
   OCA,	
   assorties	
   d’un	
   bon	
   de	
   souscription	
   d’action	
  
OBSA,	
  assorties	
  d’un	
  bon	
  de	
  souscription	
  d’obligation	
  OBSO…	
  
Pour	
   abrder	
   les	
   emprunts	
   obligaiares,	
   il	
   est	
   nécéssaire	
   de	
   bien	
   connaître	
  
quelques	
  termes	
  couramment	
  utilisés	
  :	
  	
  
	
  
Termes	
   Définitions	
  
Nombre	
  d’obligations	
  (N)	
   Nombre	
  total	
  d’obligations	
  émises	
  et	
  a	
  
rembrourser.	
  
Valeur	
  nominale	
  (V)	
   Valeur	
  attribuer	
  à	
  une	
  obligation	
  afin	
  de	
  calculer	
  les	
  
interets	
  	
  
Prix	
  d’émission	
  (E)	
   Montant	
  versé	
  par	
  l’obligataire	
  pour	
  obtenir	
  une	
  
obligation	
  :	
  
Si	
  E<V,	
  l’émission	
  est	
  dessous	
  pair	
  
Si	
  E=	
  V,	
  l’émission	
  est	
  au	
  pair	
  
Prime	
  d’émission	
   Difference	
  entre	
  la	
  valeur	
  nominale	
  et	
  le	
  prix	
  
d	
  ‘émission	
  (V-­‐E)	
  
Prix	
  de	
  remboursement	
  
(R)	
  
Montant	
  versé	
  lors	
  du	
  remboursement	
  de	
  
l’obligation	
  :	
  
Si	
  R=V,	
  	
  le	
  remboursement	
  est	
  au	
  pair.	
  
Si	
  R>V,	
  le	
  remboursement	
  est	
  au-­‐dessus	
  du	
  pair.	
  
Prime	
  de	
  remboursement	
   Difference	
  entre	
  le	
  prix	
  de	
  remboursement	
  et	
  la	
  
valeur	
  nominale	
  (R-­‐V)	
  
Date	
  de	
  jouissance	
   Date	
  à	
  partir	
  de	
  laquelle	
  les	
  interets	
  commencant	
  a	
  
courir	
  (	
  souvent	
  2	
  ou	
  3	
  semaines	
  après	
  la	
  date	
  
d’émission	
  des	
  obligations)	
  
Taux	
  d’interet	
  normal	
  ou	
  
facial	
  
Taux	
  servant	
  de	
  reference	
  pour	
  le	
  calcul	
  des	
  
interets	
  (	
  taux	
  fixe	
  ou	
  variable)	
  
Coupon	
  d’interet	
  (C)	
   Il	
  s’agit	
  du	
  montant	
  annuel	
  des	
  interets	
  versé	
  pour	
  
une	
  obligation	
  :	
  
C=	
  V	
  x	
  t	
  
Le	
  coupn	
  est	
  versé	
  une	
  fois	
  par	
  an.	
  
	
  
  10	
  
	
  
	
  
En	
   général,un	
   emprunt	
   obligataire	
   donnera	
   lieux	
   à	
   deux	
   montants	
   différents	
  :	
  
*	
   le	
   Montant	
   versé	
  par	
   les	
   obligataires	
   (	
   nombre	
   d’obligations	
   émises	
   *	
   prix	
  
d’émission	
   =	
   NE)	
  
*	
  Le	
  Montant	
  à	
  remboursé	
  aux	
  obligataires	
  et	
  figurant	
  au	
  passif	
  du	
  bilan	
  (	
  nombre	
  
d’obligation	
  emise	
  *prix	
  de	
  remboursement	
  =	
  NR).	
  
LE	
  FINANCEMENT	
  PAR	
  EMPRUNT	
  OBLIGATAIRE	
  OU	
  EMPRUNT	
  BANCAIRE	
  ?	
  
	
  
Les	
   emprunts	
   obligataires	
   semblent	
   plus	
   adaptés	
   lorsque	
   le	
   besoin	
   en	
  
financement	
   est	
   très	
   important	
  :	
  
-­‐	
   les	
   frais	
   d’emission	
   d’un	
   emprunt	
   obligataire	
   sont	
   eleves	
   mais	
   en	
  
contrepartie	
   ,	
   les	
   taux	
   obtenus	
   sont	
   plus	
   faibles	
   que	
   dans	
   le	
   cadre	
   d’un	
  
emprunt	
  bancaire.de	
  ce	
  fait	
  ,	
  les	
  emprunts	
  obligataires	
  de	
  faible	
  montant	
  
sont	
  peu	
  compétitifs	
  .	
  
-­‐du	
   fait	
   du	
   nombre	
   important	
   d’investisseurs,les	
   emprunts	
   obligataires	
  
permettent	
   d’emprunte	
   des	
   sommes	
   plus	
   importantes	
   que	
   les	
   emprunts	
  
bancaires	
  ;	
  	
  
Cependant	
  d’autres	
  paramétres	
  doivent	
  egalement	
  etre	
  prise	
  en	
  compte	
  :	
  
En	
   cas	
   de	
   difficultés,	
   la	
   renégociation	
   des	
   conditions	
   de	
   la	
   dette	
   est	
   plys	
  
aisée	
  dans	
  le	
  cas	
  d’un	
  emprunt	
  bancaire	
  ;	
  
La	
  diversité	
  des	
  titres	
  obligatires	
  offre	
  aux	
  émetteurs	
  une	
  grande	
  variété	
  de	
  
possibilités.	
  
3-­‐	
  Les	
  actions	
  	
  
	
  
L’augmentation	
  du	
  capital	
  :	
  	
  
Il	
   existe	
   plusieurs	
   modalités	
   d’augmentation	
   du	
   capital	
  :	
  
	
  à	
   par	
   apports	
   en	
   numéraire	
  :	
  	
  
les	
  titres	
  émis	
  sont	
  libérés	
  en	
  monnaie.Cette	
  opération	
  est	
  assimilée	
  à	
  une	
  
restructuration	
  des	
  capitaux	
  propres	
  de	
  l’entreprise.	
  Il	
  ne	
  s’agit	
  pas	
  dans	
  ce	
  
cas	
   d’effectuer	
   de	
   nouveaux	
   apports	
   mais	
   plutôt	
   :	
  	
  
d’augmenter	
   la	
   valeur	
   nominale	
   des	
   anciennes	
   actions	
   de	
   l’entreprise.	
  	
  
  11	
  
d’émettre	
   de	
   nouvelles	
   actions	
   gratuites	
   en	
   maintenant	
   inchangées	
   la	
  
valeur	
  nominale	
  des	
  anciennes	
  actions	
  
	
  
àpar	
   apport	
   en	
   nature	
  :	
  	
  
se	
   traduit	
   de	
   facon	
   concomitante	
   par	
   un	
   accroissement	
   de	
   l’actif	
   et	
   du	
  
capital	
   mais	
   n’a	
   pas	
   d’incidence	
   sur	
   le	
   fonds	
   de	
   roulement	
   .	
  
	
  à	
   par	
   incorporation	
   des	
   réserves	
  :consiste	
   à	
   intégrer	
   certains	
   éléments	
  	
  
des	
  capitaux	
  propres	
  (reserves	
  )	
  dans	
  le	
  capital	
  social	
  .elle	
  ne	
  modifie	
  ni	
  les	
  
capitaux	
  propres	
  ni	
  le	
  fonds	
  de	
  roulement	
  .elle	
  a	
  pour	
  objectif	
  d’améliorer	
  
l’image	
  de	
  la	
  société	
  auprès	
  de	
  ses	
  actionnaires	
  ou	
  de	
  renforcer	
  le	
  capital	
  
sans	
   entrainer	
   aucun	
   apport	
   de	
   ressources	
   financiere	
   nouvelle	
   .	
  
à	
  par	
  conversion	
  des	
  dettes	
  :consiste	
  à	
  transformer	
  des	
  dettes	
  en	
  capitaux	
  
propres	
   .lorsque	
   l’entreprise	
   connait	
   des	
   difficultés	
   financières,	
   les	
  	
  	
  
créanciers	
  acceptent	
  de	
  transformer	
  une	
  partie	
  ou	
  la	
  totalités	
  de	
  leur	
  dettes	
  
en	
   actions	
   et	
   deviennent	
   alors	
   des	
   actionnaires	
   .	
  
àpar	
  conversion	
  d’obligations	
  en	
  actions	
  .	
  
	
  
	
  	
  	
  	
  Mais	
  seulement	
  l’augmentation	
  du	
  capital	
  par	
  apport	
  en	
  numéraire	
  qui	
  
peut	
  générer	
  de	
  nouvelle	
  ressource	
  financière	
  pour	
  l’entreprise.	
  
Pour	
  éviter	
  une	
  dilution	
  de	
  pouvoir	
  la	
  distribution	
  des	
  nouvelles	
  actions	
  aux	
  
actionnaires	
  se	
  fait	
  en	
  proportion	
  du	
  nombre	
  des	
  anciennes	
  actions	
  qu’ils	
  
détiennent.	
   Des	
   droits	
   d’attributions	
   sont	
   alors	
   accordés	
   pour	
   permettre	
  
aux	
  actionnaires	
  de	
  maintenir	
  leur	
  part	
  dans	
  le	
  capital	
  social.	
  
	
  
	
  La	
  valeur	
  de	
  l’action	
  	
  
Au	
  moment	
  de	
  l’augmentation	
  de	
  capital	
  ,	
  la	
  valeur	
  de	
  l’action	
  n’est	
  plus	
  
égale	
  à	
  sa	
  valeur	
  nominale.	
  En	
  effet,	
  les	
  capitaux	
  propres	
  ne	
  se	
  limitent	
  plus	
  
au	
  seul	
  capital	
  social	
  du	
  fait	
  des	
  réserves	
  accumulées	
  au	
  fil	
  des	
  exercices	
  
.par	
   ailleurs	
   ,	
   il	
   peut	
   exister	
   des	
   plus-­‐values	
   latentes	
   relatives	
   à	
   certains	
  
actifs	
   (	
   valorisation	
   d’immeubles	
   ,	
   création	
   ou	
   développement	
   d’une	
  
marque	
  ou	
  d’une	
  clientèle	
  ..)l’écart	
  entre	
  ces	
  deux	
  valeurs	
  (valeur	
  effective	
  
et	
   valeur	
   nominale	
   )augmente	
   au	
   fur	
   et	
   à	
   mesure	
   du	
   développement	
   de	
  
l’entreprise	
   .il	
   est	
   particulièrement	
   important	
   pour	
   les	
   sociétés	
   cotées	
   en	
  
bourse	
  .	
  
  12	
  
4-­‐	
  Cession	
  
Les	
   cessions	
   d’éléments	
   de	
   l’actif	
   immobilisé	
   peuvent	
   résulter	
  :	
  	
  
-­‐-­‐	
  du	
  renouvellement	
  normal	
  des	
  immobilisations	
  qui	
  s’accompagne	
  chaque	
  
fois	
   que	
   cela	
   est	
   possible,	
   de	
   la	
   vente	
   des	
   biens	
   renouvelé	
  ;	
  
-­‐-­‐de	
   la	
   nécessité	
   d’utiliser	
   ce	
   procédé	
   pour	
   obtenir	
   des	
   capitaux.	
  
L’entreprise	
   est	
   alors	
   amenée	
   à	
   céder,	
   sous	
   la	
   contrainte,	
   certaines	
  
immobilisations	
  (terrains,	
  immeubles…)	
  qui	
  ne	
  sont	
  pas	
  nécessaires	
  a	
  son	
  
activité	
   .	
  
il	
   existe	
   autre	
   type	
   de	
   cession	
   ce	
   qu’on	
   appelle	
   cession	
   Bail	
  :	
   l’entreprise	
  
cède	
  leur	
  immobilisations	
  d’exploitation	
  et	
  elle	
  devient	
  locataire	
  des	
  biens	
  
cédés	
  .	
  
5-­‐	
  Crédit	
  bail	
  (LEASING)	
  
Définition	
  :	
  
Le	
   contrat	
   de	
   crédit-­‐bail	
   est	
   un	
   contrat	
   de	
   location	
   portant	
   sur	
   un	
   bien	
  
meuble	
  ou	
  immeuble	
  a	
  usage	
  professionnel,	
  assorti	
  d’une	
  option	
  d’achat	
  a	
  
un	
  prix	
  fixé	
  d’avance.	
  
	
  
1.	
  Le	
  crédit-­‐bail	
  mobilier	
  
Il	
  porte	
  sur	
  un	
  matériel	
  devant	
  présenter	
  les	
  caractéristiques	
  suivantes	
  :	
  
–	
  être	
  identifiable	
  ;	
  
–	
  correspondre	
  à	
  un	
  usage	
  durable	
  ;	
  
–	
  être	
  amortissable.	
  
	
  
2.Le	
  crédit-­‐bail	
  immobilier	
  :	
  
est	
  une	
  opération	
  par	
  laquelle	
  une	
  société	
  de	
  crédit-­‐bail	
  donne	
  en	
  location	
  
d’un	
   bien	
   immobilier	
   à	
   usage	
   professionnel	
   à	
   une	
   entreprise	
   qui	
   peut	
  
devenir	
   propriétaire,	
   si	
   elle	
   le	
   souhaite,	
   à	
   l’expiration	
   du	
   bail	
   (ou	
   avant	
  
éventuellement).	
  
Il	
  porte	
  sur	
  des	
  locaux	
  à	
  usage	
  industriel,	
  commercial	
  ou	
  professionnel.	
  
Il	
   peut	
   s’agir	
   d’immeubles	
   neufs	
   ou	
   anciens.	
   En	
   cas	
   de	
   construction,	
   les	
  
intervenants	
  sont	
  choisis	
  par	
  l’entreprise	
  locataire.	
  
	
  
	
  
  13	
  
Conclusion	
  
	
  	
  	
  	
  Les	
  entreprises	
  peuvent	
  avoir	
  recours	
  à	
  différents	
  modes	
  de	
  financement	
  
à	
   moyen	
   et	
   long	
   terme.	
   ces	
   ressources	
   peuvent	
   être	
   d’origine	
   interne	
   (le	
  
financement	
  interne	
  )	
  ou	
  d’origine	
  externe	
  du	
  financement	
  par	
  dette	
  ou	
  par	
  
augmentation	
  du	
  capital	
  .	
  
	
  	
  	
  Ces	
   ressources	
   ont	
   un	
   cout	
   qui	
   dépend	
   de	
   leur	
   origine	
   et	
   du	
   risque	
  
encouru	
  par	
  les	
  apporteurs	
  de	
  fonds	
  	
  
	
  Le	
  financement	
  interne	
  :	
  est	
  une	
  source	
  de	
  financement	
  privilégiés	
  par	
  les	
  
entreprises,	
   en	
   effet	
   elles	
   évitent	
   de	
   recourir	
  :	
  
	
  à	
  l’endettement	
  (mode	
  de	
  financement	
  qui	
  accroit	
  le	
  risque	
  du	
  faillait	
   et	
  
réduit	
   l’indépendances	
   financière	
   de	
   l’entreprise.	
  
à	
  l’augmentation	
  du	
  capital	
  :	
  mode	
  de	
  financement	
  couteux	
  auquel	
  toutes	
  
les	
  entreprises	
  ne	
  peuvent	
  avoir	
  accès	
  et	
  qui	
  peut	
  modifier	
  la	
  structure	
  de	
  
contrôle	
  de	
  l’entreprise.	
  
	
  	
  	
  
Section	
  II	
  /	
  Le	
  coût	
  de	
  revient	
  de	
  financement	
  
	
  
1	
  –	
  Le	
  coût	
  de	
  revient	
  (ou	
  Taux	
  de	
  revient).	
  
Le	
   coût	
   d’un	
   financement	
   est	
   le	
   taux	
   t	
   pour	
   lequel	
   il	
   y	
   a	
   équivalence	
   entre	
   les	
  
fonds	
  reçus	
  et	
  l’ensemble	
  des	
  sommes	
  réellement	
  décaissées	
  en	
  contrepartie.	
  
Pour	
  calculer	
  le	
  taux	
  de	
  revient	
  d’un	
  financement	
  .il	
  faut	
  se	
  placer	
  du	
  point	
  de	
  vue	
  
de	
   l’emprunteur	
   (c’est-­‐à-­‐dire	
   de	
   l’entreprise)	
  ;on	
   établit	
   une	
   relation	
   entre	
   les	
  
sommes	
  reçues	
  et	
  les	
  sommes	
  décaissées	
  pendant	
  la	
  durée	
  de	
  l’emprunt.	
  
2.	
  Coût	
  de	
  revient	
  d’un	
  emprunt	
  indivis	
  :	
  
Dans	
   le	
   cas	
   d’un	
   emprunt	
   indivis	
   (emprunt	
   bancaire	
   le	
   plus	
   souvent),	
   les	
  
intérêts	
  constituent	
  une	
  charge	
  déductible.	
  Le	
  cout	
  de	
  revient	
  d’un	
  emprunt	
  
indivis	
  doit	
  donc	
  tenir	
  de	
  l’économie	
  de	
  l’IS	
  réalisée.	
  
• Cas	
  simple	
  :	
  
En	
  cas	
  d’absence	
  de	
  frais	
  forfaitaires,	
  le	
  cout	
  de	
  revient	
  de	
  l’emprunt	
  est	
  
égal	
  au	
  taux	
  d’emprunt	
  après	
  IS	
  :	
  
Taux	
  après	
  IS	
  =	
  Taux	
  normal	
  x	
  (1-­‐Taux	
  d’IS)	
  
  14	
  
• Cas	
  plus	
  complexe	
  :	
  
En	
  présence	
  de	
  frais	
  forfaitaires,	
  le	
  calcul	
  du	
  cout	
  de	
  revient	
  de	
  l’emprunt	
  
est	
  plus	
  complexe.	
  Il	
  faut	
  alors	
  tenir	
  compte	
  des	
  frais	
  de	
  dossier	
  et	
  des	
  frais	
  
d’assurance,	
   qui	
   constituent	
   des	
   charges	
   déductibles	
   et	
   qui	
   viennent	
  
d’augmenter	
  le	
  cout	
  de	
  revient	
  de	
  l’emprunt.	
  
3.	
  Coût	
  de	
  revient	
  d’un	
  emprunt	
  obligataire	
  :	
  
Dans	
   le	
   cas	
   d’un	
   emprunt	
   obligataire,	
   les	
   intérêts	
   constituent	
   une	
   charge	
  
déductible.	
  Les	
  primes	
  d’émission	
  et	
  de	
  remboursement	
  sont	
  amorties	
  sur	
  
la	
  durée	
  de	
  l’emprunt	
  obligataire.	
  Il	
  faut	
  donc	
  tenir	
  compte	
  des	
  économies	
  
d’impôt	
  sur	
  l’amortissement	
  de	
  ces	
  primes.	
  
4-­‐	
  coût	
  de	
  revient	
  du	
  crédit-­‐bail	
  
Les	
  redevances	
  versées	
  constituent	
  des	
  charges	
  déductibles.	
  
Le	
  financement	
  par	
  crédit-­‐bail	
  est	
  le	
  plus	
  souvent	
  une	
  alternative	
  au	
  financement	
  
par	
  emprunt	
  bancaire.	
  Dans	
  le	
  premier	
  cas,	
  le	
  bien	
  n’apparait	
  pas	
  au	
  bilan	
  (sauf	
  
dans	
   les	
   normes	
   IFRS)	
   alors	
   que	
   dans	
   le	
   deuxième	
   cas,	
   le	
   bien	
   est	
   amorti.	
   Le	
  
financement	
   par	
   crédit-­‐bail	
   induit	
   donc	
   la	
   perte	
   des	
   économies	
   d’IS	
   liées	
   à	
  
l’amortissement	
  du	
  bien.	
  
En	
  cas	
  d’exercice	
  de	
  l’option	
  d’achat,	
  le	
  bien	
  doit	
  être	
  amorti,	
  ce	
  qui	
  génère	
  une	
  
économie	
  d’IS	
  
5-­‐	
  coût	
  de	
  revient	
  du	
  financement	
  et	
  taux	
  de	
  rentabilité	
  interne	
  (TIR)	
  
Lorsque	
   l’entreprise	
   a	
   le	
   choix	
   entre	
   plusieurs	
   moyens	
   de	
   financement,	
   elle	
  
sélectionne	
  généralement	
  le	
  moyen	
  de	
  financement	
  dont	
  le	
  coût	
  de	
  revient	
  est	
  le	
  
plus	
  faible	
  .	
  
Par	
  ailleurs,	
  on	
  sait	
  qu’un	
  projet	
  d’investissement	
  est	
  rentable	
  à	
  condition	
  que	
  le	
  
coût	
   moyen	
   pondéré	
   du	
   capital	
   soit	
   inférieur	
   au	
   TIR	
   du	
   projet	
   d’investissement	
  
.lorsque	
   le	
   financement	
   est	
   mixte	
   (dette	
   et	
   capitaux	
   propres),la	
   rentabilité	
   des	
  
fonds	
  propres	
  (ou	
  rentabilité	
  financière)augmente	
  si	
  le	
  coût	
  de	
  revient	
  de	
  la	
  dette	
  
est	
  inférieur	
  au	
  TIR	
  du	
  projet	
  d’investissement	
  .on	
  parle	
  de	
  l’effet	
  de	
  levier	
  positif	
  .	
  
  15	
  
	
  
Section	
  III	
  /	
  Structure	
  financière	
  et	
  valeur	
  de	
  l’entreprise	
  
1-­‐	
  Existe-­‐t-­‐il	
  une	
  structure	
  financière	
  optimale	
  ?	
  
1.1	
  L’approche	
  traditionnelle	
  
	
  
Il	
   existe	
   une	
   structure	
   financière	
   optimale	
   qui	
   minimise	
   le	
   coût	
   du	
   capital	
   et	
  
maximise	
  la	
  valeur	
  de	
  l’entreprise.	
  
Le	
  raisonnement	
  est	
  le	
  suivant	
  :	
  le	
  coût	
  des	
  capitaux	
  propre	
  est	
  supérieur	
  au	
  coût	
  
des	
  dettes	
  
(1),	
  donc	
  le	
  recours	
  à	
  la	
  dette	
  va	
  faire	
  baisser	
  le	
  coût	
  du	
  capital.	
  Mais,	
  si	
  ce	
  recours	
  
devient	
  trop	
  important,	
  le	
  risque	
  encouru	
  par	
  les	
  actionnaires	
  va	
  croître	
  et	
  ceux-­‐ci	
  
vont	
  alors	
  exiger	
  un	
  taux	
  plus	
  élevé.	
  Simultanément,	
  d’ailleurs,	
  les	
  créanciers	
  eux-­‐
mêmes	
  relèveront	
  leur	
  exigence.	
  	
  
Ainsi,	
  le	
  recours	
  progressif	
  à	
  la	
  dette	
  va	
  d’abord	
  faire	
  baisser	
  le	
  coût	
  du	
  capital	
  puis	
  
le	
   faire	
   remonter.	
   Il	
   existe	
   donc	
   un	
   minimum	
   caractéristique	
   de	
   la	
   structure	
  
financière	
  optimale.	
  
Schématiquement,	
  on	
  a	
  :	
  
	
  
Coût	
  de	
  
revient	
  de	
  la	
  
dege	
  <	
  TIR	
  	
  
augmentahon	
  
de	
  la	
  rentabilité	
  
des	
  capitaux	
  
propres	
  	
  
effet	
  de	
  levier	
  
posihf	
  	
  
Coût	
  de	
  
revient	
  de	
  la	
  
dege	
  >	
  TIR	
  
diminuhon	
  de	
  la	
  
rentabilité	
  des	
  
capitaux	
  
propres	
  	
  
effet	
  de	
  levier	
  
negahf	
  
  16	
  
	
  
1.2	
  L’approche	
  de	
  Modigliani	
  et	
  Miller	
  
Leur	
  démarche	
  s’est	
  développée	
  en	
  deux	
  temps	
  :	
  
a)	
  Cas	
  où	
  il	
  n’existe	
  pas	
  d’imposition	
  (tous	
  les	
  taux	
  sont	
  avant	
  impôt)	
  
Dans	
  le	
  cas	
  où	
  il	
  n’existe	
  pas	
  d’imposition,	
  Modigliani	
  et	
  Miller	
  ont	
  démontré	
  que	
  :	
  
	
  -­‐Il	
  n’existe	
  pas	
  de	
  structure	
  financière	
  optimale	
  :	
  le	
  coût	
  du	
  capital	
  et	
  la	
  valeur	
  de	
  
l’entreprise	
  sont	
  indépendants	
  de	
  la	
  structure	
  financière.	
  
-­‐	
   Le	
   coût	
   du	
   capital	
   est	
   donc	
   égal	
   au	
   taux	
   de	
   rentabilité	
   économique	
   ;	
   il	
   est	
  
indépendant	
  de	
  la	
  structure	
  financière.	
  
	
  
D’où	
   la	
   conclusion	
   :	
   La	
   structure	
   financière	
   n’influence	
   pas	
   la	
   valeur	
   de	
  
l’entreprise.	
  
En	
   l’absence	
   d’imposition,	
   le	
   coût	
   du	
   capital	
   est	
   égal	
   au	
   taux	
   de	
   rentabilité	
  
économique	
   ;	
   il	
   est	
   indépendant	
   de	
   la	
   structure	
   financière.	
   La	
   valeur	
   de	
  
l’entreprise	
  dépend	
  uniquement	
  de	
  sa	
  rentabilité	
  économique.	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
  17	
  
b)	
  Cas	
  où	
  il	
  existe	
  une	
  imposition	
  
La	
  charge	
  financière	
  supportée	
  du	
  fait	
  de	
  l’endettement	
  n’est	
  pas	
  la	
  même	
  quand	
  
il	
   y	
   a	
   imposition	
   qu’en	
   l’absence	
   d’imposition.	
   Les	
   intérêts	
   étant	
   fiscalement	
  
déductibles,	
  on	
  sait	
  que	
  cela	
  entraîne	
  une	
  économie	
  d’impôt	
  qui	
  diminue	
  d’autant	
  
la	
  charge.	
  
Valeur	
  de	
  l’entreprise	
  :	
  La	
  valeur	
  d’une	
  entreprise	
  est	
  égale	
  à	
  la	
  valeur	
  actualisée	
  
des	
   revenus	
   distribués.	
   Le	
   taux	
   d’actualisation	
   est	
   le	
   taux	
   exigé	
   par	
   les	
  
pourvoyeurs	
  de	
  fonds	
  (t)	
  et	
  le	
  calcul	
  est	
  effectué	
  sur	
  un	
  nombre	
  infini	
  d’années.	
  
Coût	
   du	
   capital	
  :	
   Dans	
   le	
   cadre	
   d’une	
   imposition,	
   l’entreprise	
   endettée	
   a	
   une	
  
valeur	
   majorée	
   de	
   l’économie	
   d’impôt	
   par	
   rapport	
   à	
   l’entreprise	
   non	
   endettée.	
  
Cette	
  majoration	
  vient	
  accroître	
  la	
  valeur	
  de	
  marché	
  des	
  capitaux	
  propres,	
  modifie	
  
le	
  taux	
  de	
  rentabilité	
  financière	
  (c’est-­‐à-­‐dire	
  le	
  coût	
  des	
  capitaux	
  propres)	
  et,	
  par	
  
voie	
  de	
  conséquence,	
  le	
  coût	
  du	
  capital.	
  
	
  
Cependant,	
   il	
   n’existe	
   pas	
   de	
   minimum	
   pour	
   le	
   coût	
   du	
   capital.	
   En	
   effet,	
   on	
  
démontre	
  que	
  la	
  courbe	
  des	
  variations	
  de	
  celui-­‐ci	
  en	
  fonction	
  de	
  la	
  dette	
  :	
  
	
  	
  	
  
	
  
Approches	
   Conclusions	
  
Traditionnelle	
  	
   	
  
	
  
Il	
  existe	
  une	
  structure	
  financière	
  optimale	
  qui	
  
minimise	
  le	
  coût	
  du	
  capital	
  et	
  maximise	
  la	
  
valeur	
  de	
  l’entreprise	
  	
  
Modigliani	
  &	
  
Miller	
  
Pas	
  d’impôt	
  	
   Il	
  n’existe	
  pas	
  de	
  structure	
  optimale	
  
Impôt	
  	
   •Valeur	
  de	
  l’entreprise	
  endettée	
  >	
  Valeur	
  de	
  
l’entreprise	
  non	
  endettée.	
  
•Pas	
  de	
  minimum	
  pour	
  le	
  coût	
  du	
  capital	
  
,mais	
  possibilité	
  de	
  fixer	
  une	
  limite	
  à	
  
l’endettement	
  .	
  
	
  
  18	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
PARTIE	
  PRATIQUE	
  
	
   	
  
  19	
  
Section	
  I	
  /	
  Présentation	
  générale	
  de	
  la	
  société	
  SOTHEMA	
  
I. Renseignements à caractère général :
	
   	
  
RAISON	
  SOCIALE	
  
Capital	
  Social	
  
La	
  Durée	
  de	
  vie	
  
SOCIETE	
  DE	
  THERAPEUTIQUE	
  MAROCAINE	
  
180	
  000	
  000	
  
99	
  
ISIN	
   MA0000011645	
  
Ticker	
   SOT	
  
Siège	
  social	
   Centre	
  de	
  Bouskoura.BP	
  N°1-­‐Casablance	
  
Secteur	
  d’activité	
   Industrie	
  Pharmaceutique	
  
Commissaire	
  aux	
  comptes	
   PWC	
  Maroc-­‐SARL	
  /	
  Fiduciaire	
  de	
  France	
  et	
  du	
  Maroc	
  
Date	
  de	
  constitution	
   26/01/1976	
  
Date	
  d’introduction	
  
Durée	
  de	
  l’exercice	
  Social	
  
Devise	
  de	
  cotation	
  
21/02/2005	
  
12	
  
MAD	
  
  20	
  
	
   	
  
Président	
  Directeur	
  Général	
   Omar	
  TAZI	
  
Directeur	
  Général	
  Délégué	
   Lamia	
  TAZI	
  
Directeur	
  Financier	
  
	
  
Abdelillah	
  ZARII	
  
	
   	
  
Principaux	
  Actionnaire	
  	
   Au	
  23/05/2017	
  
	
   	
  
TAZI	
  Omar	
   31,9972	
  
TAZI	
  Najia	
   9,8137	
  
Divers	
  Actionnaires	
   7.9308	
  
BERRADA	
  Mohammed	
  Karim	
   6,7124	
  
BERRADA	
  Mohammed	
  Amine	
   6,6567	
  
TAZI	
  Badia	
   6,1750	
  
TAHIRI	
  Abdelhaq	
  &	
  consort	
   5,7821	
  
RMA	
  WATANYA	
  
TAZI	
  Mohammed	
  
BERRADA	
  Halima	
  
BERRADA	
  Lina	
  
BERRADA	
  Bahia	
  
TAZI	
  Lamiae	
  
SEFROIOUI	
  Mohammed	
  
DIOURI	
  Amal	
  
TAZI	
  Selma	
  
DIOURI	
  Mohammed	
  
5,3513	
  
5,1989	
  
4,0000	
  
3.6687	
  
2,7104	
  
1,3979	
  
1,1623	
  
1,0000	
  
0,4238	
  
0.0188	
  
	
   	
   	
  
  21	
  
II. ACTIVITE ET ORGANISATION
1. Historique	
  et	
  Activités	
  
SOTHEMA	
  est	
  une	
  société	
  marocaine	
  spécialisée	
  dans	
  la	
  fabrication	
  et	
  la	
  commercialisation	
  
de	
   médicaments.	
   Créée	
   en	
   1976	
   sous	
   la	
   dénomination	
   de	
   Société	
   de	
   Thérapeutique	
  
Marocaine,	
   la	
   société	
   a	
   développé	
   ses	
   activités	
   en	
   collaboration	
   avec	
   le	
   laboratoire	
  
américain	
  Eli	
  Lilly	
  et	
  le	
  laboratoire	
  français	
  Laphal.	
  Au	
  départ,	
  SOTHEMA	
  était	
  exclusivement	
  
orientée	
  vers	
  l’importation	
  et	
  la	
  fabrication	
  de	
  bains	
  de	
  bouche	
  et	
  de	
  dentifrices.	
  Depuis	
  
1979,	
  la	
  société	
  s’est	
  engagée	
  dans	
  la	
  fabrication	
  de	
  médicaments	
  au	
  sein	
  de	
  ses	
  propres	
  
unités	
  de	
  production.	
  La	
  première	
  unité	
  de	
  production	
  de	
  SOTHEMA	
  démarre	
  en	
  1981	
  avec	
  
la	
  fabrication	
  d’unités	
  injectables	
  et	
  de	
  Céphalosporines9	
  sous	
  licence	
  des	
  laboratoires	
  Lilly,	
  
avant	
  de	
  se	
  lancer	
  dans	
  la	
  fabrication	
  d’insuline	
  sous	
  licence.	
  En	
  1997,	
  dans	
  le	
  souci	
  de	
  se	
  
mettre	
  en	
  conformité	
  avec	
  les	
  Bonnes	
  Pratiques	
  de	
  Fabrication	
  -­‐BPF10	
  -­‐,	
  SOTHEMA	
  entame	
  
la	
   construction	
   d’une	
   unité	
   de	
   pénicilline	
   séparée	
   des	
   autres	
   unités	
   de	
   production.	
   C’est	
  
également	
  à	
  partir	
  de	
  cette	
  date	
  que	
  la	
  société	
  se	
  lance	
  dans	
  des	
  activités	
  de	
  façonnage	
  
pour	
  le	
  compte	
  de	
  laboratoires	
  nationaux.	
  En	
  2000,	
  les	
  laboratoires	
  SOTHEMA	
  démarrent	
  la	
  
production	
  de	
  Céphalosporines	
  à	
  travers	
  une	
  unité	
  dédiée,	
  en	
  conformité	
  avec	
  les	
  BPF.	
  	
  
Une	
   quatrième	
   unité	
   spécialisée	
   dans	
   la	
   production	
   de	
   sérum	
   en	
   poches	
   souples	
   est	
  
inaugurée	
  en	
  2003,	
  en	
  collaboration	
  avec	
  les	
  laboratoires	
  AGUETTANT.	
  A	
  ce	
  jour,	
  les	
  quatre	
  
unités	
  de	
  production	
  des	
  laboratoires	
  SOTHEMA	
  s’étendent	
  sur	
  47	
  000	
  m²	
  couverts	
  pour	
  un	
  
terrain	
  de	
  40	
  000	
  m².	
  D’autre	
  part,	
  la	
  société	
  dispose	
  d’une	
  gamme	
  de	
  250	
  références	
  de	
  
produits,	
  est	
  en	
  partenariat	
  avec	
  32	
  commettants	
  internationaux	
  et	
  compte	
  560	
  salariés.	
  La	
  
cinquième	
   unité	
   de	
   production	
   spécialisée	
   dans	
   les	
   produits	
   stériles	
   et	
   notamment	
   les	
  
seringues	
  pré	
  remplies	
  destinées	
  à	
  l’exportation	
  devrait	
  démarrer	
  son	
  activité	
  avant	
  la	
  fin	
  de	
  
l’année	
  2008.	
  Enfin,	
  la	
  stratégie	
  d’expansion	
  de	
  la	
  société	
  en	
  Afrique	
  sub-­‐saharienne	
  s’est	
  
concrétisée	
  par	
  la	
  création	
  d’une	
  filiale	
  au	
  Sénégal	
  courant	
  2004,	
  WEST	
  AFRIC	
  PHARMA.	
  
2. 	
  Missions	
  
	
  Depuis	
  sa	
  création	
  en	
  1976,	
  SOTHEMA	
  s’est	
  assignée	
  une	
  mission	
  bien	
  claire	
  à	
  savoir	
  de	
  rendre	
  le	
  
Maroc	
   et	
   les	
   pays	
   de	
   l’Afrique	
   subsaharienne	
   autonomes	
   en	
   matières	
   de	
   fabrication	
   des	
  
médicaments.	
  Son	
  engagement	
  citoyen	
  consiste	
  à	
  accompagner	
  le	
  développement	
  durable	
  du	
  Maroc	
  
et	
  de	
  l’Afrique	
  en	
  permettant	
  aux	
  malades	
  d’accéder	
  plus	
  facilement	
  aux	
  soins	
  nécessaires.	
  Parce	
  
qu’il	
  ne	
  pourra	
  pas	
  y	
  avoir	
  de	
  développement	
  durable	
  que	
  si	
  les	
  populations	
  soient	
  prémunies	
  contre	
  
les	
  malades,	
  SOTHEMA	
  s’engage	
  à	
  apporter	
  à	
  la	
  médecine	
  les	
  produits	
  pharmaceutiques	
  qui	
  lui	
  sont	
  
nécessaires	
  pour	
  combattre	
  ces	
  maladies	
  là	
  où	
  elles	
  peuvent	
  apparaître…	
  
3. Filiales	
  
Les	
  laboratoires	
  SOTHEMA	
  comptent	
  trois	
  filiales	
  :	
  WEST	
  AFRIC	
  PHARMA,	
  TABID	
  et	
  PRIBIL	
  HOLDING.	
  
Les	
  principales	
  caractéristiques	
  de	
  ces	
  entités	
  sont	
  exposées	
  ci-­‐dessous	
  :	
  
  22	
  
4.Les	
  Investissements	
  
Pour	
  assurer	
  une	
  croissance	
  soutenue	
  et	
  durable,	
  l’investissement	
  est	
  un	
  passage	
  
obligé.	
  Il	
  n’est	
  pas	
  d’entreprise	
  qui	
  enregistre	
  une	
  quelconque	
  performance	
  sans	
  
intégrer	
   les	
   investissements	
   dans	
   son	
   processus	
   d’évolution	
   à	
   long	
   terme.	
  
L’industrie	
   pharmaceutique	
   marocaine	
   a	
   fait	
   sienne	
   ce	
   principe	
   de	
   croissance.	
  
Certes	
  pour	
  renforcer	
  son	
  rôle	
  et	
  mieux	
  répondre	
  aux	
  besoins	
  des	
  marchés,	
  mais	
  
aussi	
  pour	
  préserver	
  l’indispensable	
  qualité	
  qui	
  doit	
  accompagner	
  la	
  production	
  
du	
  médicament.	
  Ainsi	
  les	
  programmes	
  d’investissements	
  n’ont	
  jamais	
  manqué	
  à	
  
une	
   industrie	
   qui	
   appartient	
   au	
   cercle	
   des	
   pays	
   dont	
   l’OMS	
   reconnaît	
   la	
  
conformité	
   aux	
   standards	
   internationaux.	
   Depuis	
   la	
   fin	
   des	
   années	
   90,	
   ces	
  
programmes	
  d’investissements	
  se	
  sont	
  accélérés	
  afin	
  de	
  mieux	
  insérer	
  le	
  secteur	
  
dans	
   la	
   performance.	
   Ils	
   gravitent	
   en	
   moyenne	
   chaque	
   année	
   autour	
   de	
   300	
  
millions	
  dh	
  et	
  sont	
  affectés	
  autant	
  à	
  la	
  modernisation	
  de	
  l’outil	
  de	
  production	
  qu’à	
  
la	
   formation	
   des	
   personnels.	
   Parce	
   qu’elle	
   s’inscrit	
   dans	
   la	
   durée,	
   l’industrie	
  
pharmaceutique	
   marocaine	
   reste	
   fermement	
   engagée	
   dans	
   ses	
   programmes	
  
d’investissement	
   lesquels,	
   ne	
   manqueront	
   pas	
   de	
   s’amplifier	
   dans	
   les	
   années	
   à	
  
venir	
   pour	
   répondre	
   aux	
   exigences	
   toujours	
   croissantes	
   des	
   marchés.	
   Pour	
  
s’engager	
  dans	
  ce	
  nouvel	
  avenir,	
  l’industrie	
  pharmaceutique	
  exige	
  de	
  notre	
  part	
  le	
  
déploiement	
   de	
   mesures	
   inédites	
   afin	
   de	
   lui	
   permettre	
   de	
   survivre	
   dans	
   un	
  
environnement	
   concurrentiel	
   résolument	
   hostile	
   caractérisé	
   par	
   des	
  
restructurations,	
  des	
  fusions…,	
  autant	
  de	
  mouvements	
  qui	
  imposent	
  des	
  refontes	
  
de	
  stratégies	
  allant	
  du	
  renforcement	
  de	
  l’action	
  commerciale	
  au	
  développement	
  
  23	
  
des	
  programmes	
  d’investissement.	
  Il	
  ne	
  fait	
  aucun	
  doute	
  que	
  la	
  clé	
  du	
  succès	
  futur	
  
réside	
  dans	
  la	
  modernisation	
  de	
  l’outil	
  de	
  production	
  afin	
  de	
  réussir	
  une	
  qualité	
  
toujours	
  meilleure	
  à	
  des	
  coûts	
  toujours	
  plus	
  compétitifs.	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
   	
  
	
  
40
ANS D’EXPERIENCE
ANS D’EXPERIENCE
ANS D’EXPÉRIENCE
	
  
300	
  
Produit	
  commercialisés	
  
ANS D’EXPERIENCE
ANS D’EXPÉRIENCE
	
  
35 LABORATOIRES
COMMETTANTS
INTERNATIONAUX
300
ANS D’EXPERIENCE
ANS D’EXPÉRIENCE
	
  
6 UNITÉS DE PRODUCTION
SPÉCIALISÉES
ANS D’EXPERIENCE
ANS D’EXPÉRIENCE
	
  
100 MILLIONS € DE
CHIFFRE D’AFFAIRES
ANS D’EXPERIENCE
ANS D’EXPÉRIENCE
	
  
1000
COLLABORATEURS DONT 100
CADRES
ANS D’EXPERIENCE
ANS D’EXPÉRIENCE
	
  
9
% DE PARTS DE MARCHE
	
  
  24	
  
	
  
	
   	
  
  25	
  
5.	
  Les	
  operations	
  de	
  SOTHEMA	
  en	
  bourse	
  :	
  
2005	
  :	
  introduction	
  en	
  bourse	
  par	
  cession	
  d’une	
  partie	
  du	
  capital	
  de	
  SOTHEMA	
  
L’Assemblée	
  Générale	
  Mixte	
  tenue	
  en	
  date	
  du	
  14	
  juillet	
  2004	
  a	
  ratifié	
  purement	
  et	
  
simplement	
  la	
  décision	
  de	
  la	
  demande	
  d’inscription	
  de	
  la	
  société	
  à	
  la	
  cote	
  de	
  la	
  
Bourse	
  des	
  valeurs	
  décidée	
  par	
  le	
  conseil	
  d’administration	
  dans	
  sa	
  délibération	
  en	
  
date	
  du	
  28	
  juin	
  2004.	
  
SOTHEMA	
   prévoit	
   d’assurer	
   le	
   financement	
   du	
   présent	
   programme	
   de	
   rachat	
  
d’actions	
  (à	
  un	
  montant	
  maximum	
  de	
  M	
  MAD	
  48,6)	
  par	
  le	
  recours	
  aux	
  concours	
  
bancaires,	
   aux	
   conditions	
   normales	
   du	
   marché,	
   et	
   éventuellement	
   par	
   la	
  
mobilisation	
  de	
  la	
  trésorerie	
  disponible1	
  qui	
  se	
  monte	
  à	
  près	
  de	
  M	
  MAD	
  -­‐115,9	
  à	
  
fin	
  juin	
  2010.	
  
A	
  la	
  connaissance	
  de	
  la	
  société,	
  les	
  actionnaires	
  non-­‐salariés	
  détenant	
  5%	
  ou	
  plus	
  
du	
   capital	
   de	
   la	
   société	
   n’envisagent	
   pas	
   de	
   participer	
   à	
   cette	
   Introduction	
   en	
  
Bourse	
   en	
   tant	
   qu’acquéreur.	
   Certains	
   actionnaires	
   salariés	
   envisagent	
   de	
  
participer	
  à	
  cette	
  opération.	
  
Sothema	
  vise,	
  à	
  travers	
  son	
  introduction	
  en	
  bourse,	
  les	
  objectifs	
  suivants	
  :	
  	
  
• Institutionnaliser	
  l’entreprise	
  et	
  son	
  capital	
  en	
  ouvrant	
  l’actionnariat	
  de	
  la	
  
société	
   au	
   grand	
   public	
   et	
   aux	
   investisseurs	
   institutionnels.	
   En	
   effet,	
  
l’ouverture	
   du	
   capital	
   permettra	
   de	
   sortir	
   de	
   l’image	
   de	
   la	
   PME	
  
traditionnelle,	
  refermée	
  sur	
  elle-­‐même,	
  en	
  faisant	
  participer	
  un	
  plus	
  grand	
  
nombre	
  d’actionnaires	
  à	
  la	
  rentabilité	
  de	
  la	
  société	
  ;	
  	
  
• Accroître	
  la	
  notoriété	
  de	
  l’entreprise	
  auprès	
  de	
  la	
  communauté	
  financière	
  
et	
  du	
  grand	
  public;	
  
• Renforcer	
   la	
   logique	
   de	
   performance	
   et	
   de	
   transparence	
   dans	
   laquelle	
  
s’inscrit	
  l’entreprise	
  en	
  se	
  soumettant	
  au	
  jugement	
  du	
  marché	
  ;	
  	
  
• Permettre	
  une	
  liquidité	
  des	
  titres	
  de	
  capital	
  de	
  la	
  société	
  et	
  par	
  là	
  même	
  
pérenniser	
  la	
  société	
  ;	
  	
  
• Faciliter	
  le	
  recours	
  à	
  des	
  financements	
  externes	
  grâce	
  à	
  un	
  accès	
  direct	
  aux	
  
marchés	
  financier.	
  
31/01/2005	
  introduction	
  en	
  bourse	
  par	
  cession	
  d’un	
  maximum	
  de	
  15%	
  du	
  capital	
  de	
  SOTHEMA	
  
  26	
  
Le	
   montant	
   global	
   de	
   l'opération	
   sera	
   compris	
   entre	
   94.500.000	
   Dh	
   et	
  
108.000.000	
  DHS.	
  (sur	
  la	
  base	
  de	
  la	
  fourchette	
  de	
  prix	
  et	
  du	
  nombre	
  d'action	
  égal	
  
à	
  150.000)	
  
La	
   totalité	
   des	
   actions	
   offertes	
   dans	
   le	
   cadre	
   de	
   l'Offre	
   seront	
   cédées	
   par	
   les	
  
actionnaires	
  actuels	
  de	
  SOTHEMA	
  conformément	
  au	
  tableau	
  ci-­‐dessous.	
  150	
  000	
  
actions,	
  représentant	
  15%	
  du	
  nombre	
  total	
  d’actions	
  et	
  de	
  droits	
  de	
  vote	
  de	
  la	
  
Société	
  seront	
  initialement	
  mises	
  sur	
  le	
  marché.	
  
-­‐ Nature	
  des	
  titres	
  
	
  Actions	
  SOTHEMA	
  sous	
  deux	
  catégories	
  :	
  „	
  
	
  Actions	
  de	
  catégorie	
  A,	
  actions	
  pharmaceutiques	
  „	
  	
  
Actions	
  de	
  catégorie	
  B,	
  actions	
  non	
  pharmaceutiques	
  
-­‐ Nombre	
  d’actions	
  offertes	
  
Le	
   nombre	
   d’actions	
   offertes	
   dans	
   le	
   cadre	
   de	
   cette	
   opération	
   est	
   de	
   150	
   000	
  
actions.	
  „	
  
	
  Actions	
  de	
  catégorie	
  A	
  :	
  10	
  200	
  actions	
  (7%	
  du	
  nombre	
  total	
  d’actions	
  offertes)	
  „	
  	
  
Actions	
  de	
  catégorie	
  B	
  :	
  139	
  800	
  actions	
  (93%	
  du	
  nombre	
  total	
  d’actions	
  offertes)	
  
-­‐ Prix	
  de	
  cession	
  
Le	
  prix	
  sera	
  déterminé	
  à	
  l’issue	
  de	
  la	
  centralisation	
  des	
  ordres	
  de	
  type	
  III	
  dans	
  le	
  
cadre	
  de	
  l’Offre	
  à	
  Prix	
  Ouvert	
  (OPO).	
  
-­‐ Valeur	
  nominale	
  :	
  100	
  dirhams	
  
-­‐ Libération	
  des	
  titres	
  :	
  Les	
  actions	
  cédées	
  sont	
  entièrement	
  libérées	
  et	
  libres	
  
de	
  tout	
  engagement	
  
2006	
  :	
  programme	
  de	
  rachat	
  d’action	
  en	
  vue	
  de	
  régulariser	
  le	
  marché	
  
	
  Le	
  Conseil	
  d'Administration	
  souhaite	
  mettre	
  en	
  œuvre	
  un	
  programme	
  de	
  rachat	
  
par	
   SOTHEMA	
   de	
   ses	
   propres	
   actions,	
   afin	
   de	
   régulariser	
   le	
   cours	
   de	
   l'action	
  
SOTHEMA	
   sur	
   le	
   marché	
   boursier.	
   Cet	
   objectif	
   sera	
   réalisé	
   sans	
   pour	
   autant	
  
fausser	
  le	
  bon	
  fonctionnement	
  de	
  ce	
  dernier	
  
  27	
  
SOTHEMA	
   prévoit	
   d'assurer	
   le	
   financement	
   du	
   présent	
   programme	
   de	
   rachats	
  
d'actions	
   (à	
   un	
   montant	
   maximum	
   de	
   MAD	
   23,64	
   millions)	
   par	
   ses	
   ressources	
  
propres,	
  et	
  plus	
  précisément	
  par	
  la	
  mobilisation	
  de	
  la	
  trésorerie	
  disponible.	
  A	
  ce	
  
titre,	
  il	
  est	
  à	
  signaler	
  que	
  la	
  trésorerie	
  nette	
  de	
  la	
  société	
  s’élève	
  à	
  fin	
  décembre	
  
2005	
  à	
  MAD	
  –140	
  millions.	
  Les	
  recettes	
  d’exploitation	
  prévisionnelles	
  à	
  percevoir,	
  
estimées	
  en	
  moyenne	
  à	
  MAD	
  50	
  millions	
  par	
  mois	
  en	
  2006,	
  devrait	
  permettre	
  de	
  
subvenir	
  aux	
  besoins	
  de	
  financement	
  dudit	
  programme	
  de	
  rachat	
  d’actions.	
  
2007	
  :	
  programme	
  de	
  rachat	
  d’action	
  en	
  vue	
  de	
  régulariser	
  le	
  marché	
  
SOTHEMA	
   prévoit	
   d'assurer	
   le	
   financement	
   du	
   présent	
   programme	
   de	
   rachat	
  
d'actions	
   (à	
   un	
   montant	
   maximum	
   de	
   MAD	
   23,64	
   millions)	
   par	
   ses	
   ressources	
  
propres,	
  et	
  plus	
  précisément	
  par	
  la	
  mobilisation	
  de	
  la	
  trésorerie	
  disponible.	
  A	
  ce	
  
titre,	
  il	
  est	
  à	
  signaler	
  que	
  la	
  trésorerie	
  nette	
  de	
  la	
  société	
  s’élève	
  à	
  fin	
  décembre	
  
2006	
  à	
  MAD	
  –60	
  millions.	
  L’autofinancement	
  prévisionnel	
  2007	
  de	
  SOTHEMA	
  de	
  
M	
  MAD	
  90,5	
  (contre	
  M	
  MAD	
  32,1	
  au	
  30	
  juin	
  2006)	
  devrait	
  permettre	
  de	
  subvenir	
  
aux	
  besoins	
  de	
  financement	
  dudit	
  programme	
  de	
  rachat	
  d’actions.	
  
2008	
  :	
  programme	
  de	
  rachat	
  d’action	
  en	
  vue	
  de	
  régulariser	
  le	
  marché	
  
SOTHEMA	
   prévoit	
   d’assurer	
   le	
   financement	
   du	
   présent	
   programme	
   de	
   rachat	
  
d’actions	
   (à	
   un	
   montant	
   maximum	
   de	
   M	
   MAD	
   32,4)	
   par	
   la	
   mobilisation	
   de	
   sa	
  
trésorerie	
  disponible5	
  qui	
  se	
  monte	
  à	
  près	
  de	
  M	
  MAD	
  3	
  à	
  fin	
  juin	
  2008	
  ainsi	
  que	
  
par	
  concours	
  bancaires,	
  éventuellement	
  et	
  ce,	
  aux	
  conditions	
  actuelles	
  du	
  marché.	
  
2011	
  :	
  programme	
  de	
  rachat	
  d’action	
  en	
  vue	
  de	
  régulariser	
  le	
  marché	
  
SOTHEMA	
   prévoit	
   d’assurer	
   le	
   financement	
   du	
   présent	
   programme	
   de	
   rachat	
  
d’actions	
  (à	
  un	
  montant	
  maximum	
  de	
  M	
  MAD	
  48,6)	
  par	
  le	
  recours	
  aux	
  concours	
  
bancaires,	
   aux	
   conditions	
   normales	
   du	
   marché,	
   et	
   éventuellement	
   par	
   la	
  
mobilisation	
  de	
  la	
  trésorerie	
  disponible	
  qui	
  se	
  monte	
  à	
  près	
  de	
  M	
  MAD	
  -­‐115,9	
  à	
  fin	
  
juin	
  2010.	
  
	
  
	
   	
  
  28	
  
Section	
  II	
  /	
  Analyse	
  et	
  modes	
  de	
  financement	
  de	
  SOTHEMA	
  
I-­‐	
  Modes	
  de	
  financement	
  :	
  
1. Les	
  augmentations	
  du	
  capital:	
  
• 1ere	
  augmentation:	
  
Le	
   Conseil	
   d'Administration	
   a	
   offert	
   à	
   l'Assemblée	
   Générale	
   Ordinaire	
   qui	
  
sera	
   appelée	
   à	
   statuer	
   sur	
   les	
   comptes	
   de	
   l'exercice	
   clos	
   le	
   31	
   décembre	
  
2006	
  l'option	
  pour	
  la	
  distribution	
  des	
  dividendes	
  de	
  31	
  dhs	
  par	
  action	
  ou	
  
l'augmentation	
  du	
  capital	
  par	
  incorporation	
  de	
  réserves	
  de	
  40.000.000	
  dhs	
  
par	
  attribution	
  gratuitement	
  aux	
  actionnaires	
  de	
  400.000	
  actions	
  nouvelles	
  
dans	
   la	
   proportion	
   d'une	
   action	
   nouvelle	
   pour	
   3	
   actions	
   anciennes,	
   et	
   ce	
  
sous	
   réserve	
   d'annulation	
   de	
   l'augmentation	
   de	
   capital	
   par	
   apport	
   en	
  
numéraire	
   de	
   11.000.000	
   dhs	
   décidée	
   par	
   l'Assemblée	
   Générale	
  
Extraordinaire	
  du	
  27	
  Mars	
  2006.	
  	
  
• 2eme	
  augmentation	
  :	
  
L'Assemblée	
  Générale,	
  après	
  avoir	
  entendu	
  la	
  lecture	
  du	
  rapport	
  du	
  conseil	
  
d'administration	
  et	
  après	
  en	
  avoir	
  délibéré,	
  décide,	
  à	
  compter	
  de	
  ce	
  jour,	
  
d'augmenter	
   le	
   capital	
   social	
   s'élevant	
   actuellement	
   à	
   120.000.000,00	
   de	
  
dirhams	
  divisé	
  en	
  1.200.000	
  actions	
  de	
  100,00	
  Dirhams	
  chacune	
  de	
  valeur	
  
nominale,	
  entièrement	
  libérées,	
  d'une	
  somme	
  de	
  60.000.000,00	
  de	
  dirhams	
  
pour	
   le	
   porter	
   ainsi	
   à	
   180.000.000,00	
   de	
   dirhams.	
   Cette	
   somme	
   de	
  
60.000.000,	
  00	
  de	
  dirhams	
  sera	
  prélevée	
  sur	
  :	
  	
  
-­‐ La	
  totalité	
  du	
  compte	
  "Autres	
  Réserves",	
  dont	
  le	
  montant	
  s'élève	
  à	
  
ce	
  jour	
  à	
  la	
  somme	
  de	
  54.040.000,00	
  dirhams.	
  
-­‐ Le	
  compte	
  "	
  Report	
  à	
  nouveau	
  "	
  à	
  concurrence	
  de	
  5.960.000,00	
  
dirhams.	
  
Cette	
   augmentation	
   de	
   capital	
   sera	
   réalisée	
   au	
   moyen	
   de	
   l'émission	
   de	
  
600.000	
  actions	
  nouvelles	
  de	
  100,00	
  dirhams	
  chacune	
  de	
  valeur	
  nominale	
  
qui	
   seront	
   attribuées	
   gratuitement	
   aux	
   actionnaires	
   actuels	
   à	
   raison	
   de	
   1	
  
action	
   nouvelle	
   pour	
   2	
   actions	
   anciennes.	
   Le	
   conseil	
   d'administration	
   est	
  
spécialement	
  mandaté	
  pour	
  prendre	
  toutes	
  mesures	
  qu'il	
  jugera	
  utiles	
  pour	
  
  29	
  
assurer	
   l'exécution,	
   dans	
   les	
   conditions	
   ci-­‐dessus	
   indiquées,	
   de	
  
l'augmentation	
  de	
  capital	
  qui	
  vient	
  d'être	
  réalisée.	
  	
  
Le	
   tableau	
   suivant	
   récapitule	
   les	
   deux	
   occasions	
   qui	
   marquent	
   cette	
  
opération	
  d’augmentation	
  de	
  capitale	
  menée	
  par	
  la	
  société	
  :	
  
	
  
L’augmentation	
  du	
  capital	
  peut	
  se	
  faire	
  soit	
  par	
  une	
  augmentation	
  de	
  la	
  valeur	
  
nominale	
  des	
  actions	
  existantes,	
  soit	
  par	
  l’augmentation	
  du	
  nombre	
  des	
  actions	
  
(émission	
   des	
   nouvelles	
   actions	
   dont	
   la	
   valeur	
   nominale	
   est	
   égale	
   à	
   celle	
   des	
  
actions	
  existantes	
  ou	
  anciennes).	
  
Le	
  droit	
  de	
  souscription:	
  
Comme	
   il	
   est	
   montré	
   dans	
   le	
   rapport	
   de	
   l’assemblée	
   générale	
   ordinaire,	
  
dans	
   le	
   cas	
   de	
   la	
   première	
   augmentation,	
   pour	
   souscrire	
   à	
   une	
   action	
  
nouvelle,	
   il	
   faut	
   disposer	
   de	
   3	
   actions	
   anciennes.	
   Dans	
   la	
   deuxième	
  
opération,	
   le	
   droit	
   de	
   souscription	
   à	
   une	
   action	
   nouvelle	
   nécessite	
   la	
  
disposition	
  de	
  deux	
  actions	
  anciennes.	
  	
  
Situation	
  de	
  l’autonomie	
  financière	
  relative	
  à	
  l’augmentation	
  de	
  2010	
  :	
  	
  
• L’objectif	
  derrière	
  le	
  recours	
  à	
  ce	
  mode	
  de	
  financement	
  est	
  de	
  renforcer	
  
l’indépendance	
   financière	
   (Fonds	
   propres)	
   de	
   l’entreprise	
  (Ratio	
  
d’autonomie	
  financière	
  avant	
  l’augmentation	
  de	
  capital	
  était	
  de	
  55,8%,	
  
contre	
  71,03%	
  après	
  l’augmentation,	
  soit	
  une	
  variation	
  de	
  15,24%)	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
  30	
  
2. Subventions	
  d’investissement	
  :	
  	
  
«	
  Partenariat	
  entre	
  une	
  société	
  russe	
  et	
  SOTHEMA»	
  
La	
  convention	
  entre	
  SOTHEMA	
  et	
  BIOCAD	
  a	
  été	
  signée	
  lors	
  de	
  la	
  visite	
  royale	
  en	
  
Russie	
  en	
  mars	
  2016	
  et	
  porte	
  sur	
  la	
  fabrication	
  et	
  la	
  mise	
  sur	
  le	
  marché	
  marocain	
  
de	
   bio-­‐similaires	
   anticancéreux.	
   Un	
   accord	
   dans	
   le	
   cadre	
   duquel	
   SOTHEMA	
   a	
  
engagé	
  un	
  processus	
  de	
  recrutement	
  et	
  auquel	
  il	
  a	
  contribué	
  à	
  hauteur	
  de	
  250	
  
MDH.	
  Toujours	
  du	
  côté	
  financement,	
  notons	
  que	
  SOTHEMA	
  a	
  obtenu	
  une	
  aide	
  à	
  
l'investissement	
   s’élevant	
   à	
   30%	
   de	
   l'investissement	
   total	
   par	
   le	
   ministère	
   de	
  
l’Industrie	
  dans	
  le	
  cadre	
  du	
  déploiement	
  des	
  écosystèmes	
  pharmaceutiques.	
  	
  	
  
3. Concours	
  bancaires	
  :	
  
L’opération	
  de	
  régularisation	
  du	
  cours	
  des	
  actions	
  de	
  SOTHEMA	
  (exemple	
  :	
  
2010)	
   dont	
   le	
   montant	
   s’élèvent	
   à	
   48,6	
   M	
   MAD,	
   à	
   été	
   financée	
   par	
   le	
  
recours	
   aux	
   concours	
   bancaires	
   et	
   par	
   les	
   disponibilités	
   de	
   l’entreprise,	
  
cette	
   opération	
   va	
   dégager	
   un	
   déficit	
   de	
   trésorerie	
   de	
   -­‐115,9M	
   MAD	
   en	
  
31/12/2010.	
  
II-­‐	
  Analyse	
  du	
  bilan	
  et	
  CAF:	
  
D’après	
   une	
   première	
   du	
   bilan	
   comptable	
   de	
   l’entreprise	
   SOTHEMA,	
   relatif	
   à	
  
l’exercice	
  2017,	
  nous	
  remarquons	
  que	
  les	
  immobilisations	
  sont	
  d’un	
  montant	
  	
  net	
  
de	
  429	
  483	
  250,13	
  DHS	
  ils	
  représentent	
  33,14%	
  du	
  total	
  de	
  l’actif,	
  on	
  rajoute	
  à	
  ce	
  
montant	
   celui	
   relatif	
   aux	
   stocks	
   et	
   créances	
   qui	
   pèsent	
   66,38%	
   de	
   l’actif,	
   sans	
  
oublier	
  le	
  montant	
  des	
  amortissement	
  qui	
  s’élèvent	
  à	
  543	
  905	
  751,	
  73	
  DHS.	
  
SOTHEMA	
   finance	
   ses	
   investissements	
   par	
   l’amortissement	
   de	
   ses	
  
immobilisations,	
  	
  on	
  retient	
  du	
  passif	
  que	
  les	
  capitaux	
  permanents	
  représentent	
  
un	
  moyen	
  de	
  financement	
  des	
  investissements	
  de	
  l’entreprise,	
  le	
  différentiel	
  des	
  
capitaux	
  permanents	
  et	
  l’actif	
  immobilisé	
  dégage	
  :	
  
• Fond	
  de	
  roulement	
  positif	
  	
  de	
  327	
  275	
  884,5	
  DHS.	
  
• Besoin	
  en	
  Fond	
  de	
  roulement	
  positif	
  de	
  502	
  457	
  263,09	
  DHS	
  
• Trésorerie	
  net	
  égale	
  à	
  (-­‐175	
  181	
  378,56)	
  DHS	
  	
  
L’entreprise	
   se	
   trouve	
   dans	
   une	
   bonne	
   situation,	
   les	
   ressources	
   stables	
   sont	
  
suffisantes	
   pour	
   le	
   financement	
   de	
   l’actif	
   stable,	
   	
   avec	
   une	
   besoin	
   en	
   fond	
   de	
  
roulement	
  positif	
  qui	
  représente	
  la	
  différence	
  entre	
  les	
  besoins	
  d’exploitation	
  et	
  
  31	
  
les	
  ressources	
  liées	
  à	
  l’exploitation,	
  	
  alors	
  que	
  l’excèdent	
  dégagé	
  par	
  les	
  ressources	
  
stables	
  n’est	
  pas	
  suffisant	
  pour	
  couvrir	
  le	
  BFR,	
  et	
  dégage	
  par	
  la	
  suite	
  une	
  trésorerie	
  
nette	
  négative.	
  (Voir	
  annexe	
  1)	
  
Généralement	
   l’entreprise	
   doit	
   avoir	
   une	
   trésorerie	
   positive	
   avec	
   une	
   faible	
  
valeur,	
  pour	
  pouvoir	
  faire	
  face	
  aux	
  situations	
  imprévue	
  et	
  pour	
  régler	
  les	
  agios	
  de	
  
l’entreprise	
  avec	
  les	
  banques.	
  	
  Dans	
  le	
  cas	
  de	
  SOTHEMA,	
  l’entreprise	
  dégage	
  une	
  
trésorerie	
  nette	
  négative	
  s’élève	
  à	
  (-­‐175	
  181	
  378,56)	
  à	
  cause	
  d’une	
  augmentation	
  
de	
  l’endettement	
  à	
  courte	
  terme	
  (Voir	
  annexe	
  2),	
  tel	
  que	
  les	
  concours	
  bancaires,	
  
crédits	
   de	
   trésorerie,	
   et	
   crédits	
   d’escompte.	
   De	
   ce	
   fait	
   l’entreprise	
   ne	
   gère	
   pas	
  
efficacement	
   ses	
   créances	
   avec	
   les	
   clients	
   ainsi	
   que	
   ses	
   dettes	
   envers	
   les	
  
fournisseurs.	
  	
  
Donc,	
   il	
   faut	
   mieux	
   aligner	
   les	
   paiements	
   des	
   dettes	
   de	
   fournisseurs	
   avec	
  
l’encaissement	
  des	
  créances	
  clients,	
  	
  et	
  puisque	
  les	
  capitaux	
  propres	
  représentent	
  
une	
   partie	
   importante	
   par	
   rapport	
   aux	
   dettes	
   de	
   financement	
   (	
   K°=	
   90%	
   de	
  
l’ensemble	
   des	
   ressources	
   stables)	
   dans	
   ce	
   cas	
   elle	
   préfère	
   compter	
   sur	
   ces	
  
moyens	
   propres	
   ou	
   de	
   recourir	
   vers	
   les	
   dettes	
   à	
   long	
   terme	
   (Dettes	
   de	
  
financement	
  =	
  10%	
  du	
  financements	
  permanents).	
  
Annexe	
  1	
  :	
  
Calcul	
  de	
  l’équilibre	
  financier	
  :	
  
• FR=Financements	
  Permanents	
  -­‐	
  Actifs	
  Immobilisés	
  
FR=	
  756	
  759	
  134,66	
  -­‐	
  429	
  483	
  124,13=327	
  275	
  884,5	
  DHS	
  
• BFR=Actif	
  Circulant	
  -­‐	
  Passif	
  circulant	
  
BFR=860	
  127	
  751,73	
  -­‐	
  357	
  670	
  488,64	
  =	
  502	
  457	
  263,09	
  	
  
• TN=Trésorerie	
  actif	
  -­‐	
  Trésorerie	
  Passif	
  (FR-­‐BFR)	
  
TN=6	
  154	
  533,30	
  -­‐	
  181	
  335	
  911,86	
  =	
  -­‐175	
  181	
  378,56	
  	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
  32	
  
	
  
	
  
Annexe	
  2	
  :	
  	
  
	
  
CAF	
  de	
  SOTHEMA	
  
La	
   Capacité	
   d’Autofinancement	
   de	
   l’entreprise	
   en	
   2017	
   est	
   d’un	
   montant	
   de	
  
193163816.37	
  DH	
  	
  	
  se	
  qui	
  nous	
  permet	
  de	
  dire	
  que	
  SOTHEMA	
  a	
  un	
  flux	
  potentiel	
  
important	
   de	
   trésorerie	
   dégagé	
   par	
   l’ensemble	
   de	
   ses	
   activités	
   normales,	
   sans	
  
tenir	
  compte	
  ses	
  encaissements	
  et	
  décaissements	
  effectivement	
  réalisés.	
  	
  
  33	
  
Cette	
   capacité	
   donne	
   en	
   quelque	
   sorte	
   à	
   l'entreprise	
   une	
   marge	
   de	
   manœuvre	
  
financière	
  lui	
  permettant	
  de	
  faire	
  face	
  à	
  ses	
  besoins	
  de	
  financement.	
  
Pour	
  mieux	
  analyser	
  la	
  capacité	
  d’autofinancement	
  on	
  va	
  utiliser	
  quelques	
  ratios	
  :	
  
•	
  Part	
  de	
  la	
  valeur	
  ajoutée	
  consacrée	
  à	
  l'autofinancement	
  :	
  
!"#$%&'!()*)'#
!"#$%&  !"#$%é!
      =        
!"#$#%&$.!"
!"#$""%%".!"
= 19.25%
•	
  Capacité	
  de	
  remboursement	
  :	
  
!"##"  !"  !"#$#%&'&#(
!"#
          =      
!!"#$%"%.!"
!"#!$#%!$.!"
= 0.11  
Le	
  premier	
  Ratio	
  nous	
  permet	
  de	
  constater	
  que	
  l’entreprise	
  a	
  consacré	
  plus	
  de	
  
19%	
  de	
  sa	
  valeur	
  ajoutée	
  pour	
  son	
  autofinancement.	
  
Le	
   deuxième	
   fournit	
   le	
   nombre	
   d'années	
   de	
   CAF	
   nécessaires	
   pour	
   rembourser	
  
tous	
  les	
  emprunts	
  si	
  la	
  CAF	
  était	
  entièrement	
  consacrée	
  à	
  cet	
  objectif,	
  dans	
  notre	
  
cas	
  ce	
  Ratio	
  est	
  égal	
  a	
  0.11	
  c’est-­‐à-­‐dire	
  que	
  SOTHEMA	
  a	
  besoin	
  de	
  moins	
  d’une	
  
année	
  pour	
  rembourser	
  tous	
  ses	
  dettes.	
  
On	
  peut	
  aussi	
  ajouter	
  un	
  autre	
  indice,	
  qui	
  se	
  calcul	
  comme	
  suit	
  	
  
  
!"#
!"
    =    
!"#!$#%!$.!"  
!"!#$"%&"&.!
  =  13.5%  
Se	
   qui	
   nous	
   permet	
   de	
   dire	
   que	
   pour	
   chaque	
   100	
   DH	
   de	
   chiffre	
   d’affaire	
  
l’entreprise	
  génère	
  13.5	
  DH	
  de	
  ressources	
  internes.	
  
Depuis	
   le	
   tableau	
   de	
   la	
   CAF	
   de	
   SOTHEMA	
   nous	
   pouvons	
   aussi	
   conclure	
   que	
  
l’entreprise	
  consacre	
  plus	
  de	
  47%	
  de	
  sa	
  CAF	
  pour	
  l’autofinancement	
  et	
  le	
  reste	
  
pour	
  les	
  dividendes.	
  	
  
	
  
	
   	
  
  34	
  
	
  
Conclusion	
  
Après	
  avoir	
  étudié	
  la	
  situation	
  financiere	
  de	
  SOTHEMA	
  et	
  ses	
  differents	
  modes	
  de	
  
financement,	
   nous	
   avons	
   constaté	
   que	
   le	
   fait	
   de	
   disposer	
   d’une	
   performance	
  
financiere	
  ne	
  garantie	
  pas	
  une	
  bonne	
  gestion	
  de	
  la	
  trésorerie,	
  ce	
  qui	
  peut	
  entainer	
  
des	
  problemes	
  pour	
  l’entreprise	
  a	
  long	
  terme.	
  Alors	
  il	
  faut	
  bien	
  choisir	
  les	
  modes	
  
de	
  financment	
  les	
  plus	
  efficaces	
  et	
  les	
  plus	
  rentables	
  en	
  basant	
  premierement	
  sur	
  
la	
  VAN	
  du	
  projet,	
  les	
  coûts	
  des	
  financements	
  adoptés	
  pour	
  assurer	
  un	
  équilibre	
  
financier	
   d’une	
   part,	
   et	
   d’autre	
   part	
   pour	
   assurer	
   la	
   perenité	
   de	
   l’activité	
   de	
  
l’entreprise	
  dans	
  le	
  long	
  terme.	
  	
  
	
   	
  
  35	
  
	
  
	
  
BIBLIO/WEBLIOGRAPHIE	
  
	
  
• DCG6	
  FINANCE	
  D’ENTREPRISE,	
  2016	
  
• COURS,	
  MODES	
  DE	
  FINANCEMENT,	
  MASTER	
  
SPÉCIALISÉ,	
  MCF,	
  ENCG(Prof.	
  FAHMI),	
  2018	
  
• HTTP://www.ammc.ma/fr/espace-­‐
emetteurs/operations-­‐financieres/sothema	
  
• HTTP://www.casablanca-­‐bourse.com/	
  
• HTTP://www.scholarvox.com/	
  
• HTTP://sothema.com/web/	
  
• HTTPS://lnt.ma/sothema-­‐lance-­‐premiers-­‐
medicaments-­‐biosimilaires-­‐anticancereux-­‐maroc/	
  
• WWW.digischool.com	
  
	
  
	
  
	
  
	
  

Contenu connexe

Tendances

Financement des pme au Maroc-Etude sur 20 PME
Financement des pme au Maroc-Etude sur 20 PMEFinancement des pme au Maroc-Etude sur 20 PME
Financement des pme au Maroc-Etude sur 20 PME
Yassine BAKMOU
 
exercices corrigés état de flux de trésorerie.pdf
exercices corrigés état de flux de trésorerie.pdfexercices corrigés état de flux de trésorerie.pdf
exercices corrigés état de flux de trésorerie.pdf
MLAYAHNoura
 
PFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE III
PFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE IIIPFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE III
PFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE III
Añas El'Mezabi
 
Audit opérationnel - Évaluation des procédures du cycle achats/fournisseurs a...
Audit opérationnel - Évaluation des procédures du cycle achats/fournisseurs a...Audit opérationnel - Évaluation des procédures du cycle achats/fournisseurs a...
Audit opérationnel - Évaluation des procédures du cycle achats/fournisseurs a...
Miriam drissi kaitouni
 
Le secteur bancaire au maroc
Le secteur bancaire au marocLe secteur bancaire au maroc
Le secteur bancaire au marocCherradi -
 
Gestion de portefeuille d'action
Gestion de portefeuille d'actionGestion de portefeuille d'action
Gestion de portefeuille d'action
Hicham Talbi
 
Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...
Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...
Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...
YanisAHMEDALI
 
Rapport de stage à la Banque Marocaine pour le Commerce et l'Industrie (BMCI)
Rapport de stage à la Banque Marocaine pour le Commerce et l'Industrie (BMCI)Rapport de stage à la Banque Marocaine pour le Commerce et l'Industrie (BMCI)
Rapport de stage à la Banque Marocaine pour le Commerce et l'Industrie (BMCI)
Sabrine Aghbal
 
Chapitre 3: Analyse de l'équilibre financier
Chapitre 3: Analyse de l'équilibre financierChapitre 3: Analyse de l'équilibre financier
Chapitre 3: Analyse de l'équilibre financier
Lotfi TALEB, ESSECT
 
Pfe les banque participative au Maroc
Pfe les banque participative au Maroc Pfe les banque participative au Maroc
Pfe les banque participative au Maroc
Amine Kadaoui
 
Cours analyse-financiere s4
Cours analyse-financiere s4Cours analyse-financiere s4
Cours analyse-financiere s4
Fatima EzzahRa
 
Mémoire de Fin d'études - Réglementation prudentielle - Partie théorique - Yo...
Mémoire de Fin d'études - Réglementation prudentielle - Partie théorique - Yo...Mémoire de Fin d'études - Réglementation prudentielle - Partie théorique - Yo...
Mémoire de Fin d'études - Réglementation prudentielle - Partie théorique - Yo...
Youcef Benchicou
 
Gestion de tresorerie_m.naciri_mfi17+m2_daf
Gestion de tresorerie_m.naciri_mfi17+m2_dafGestion de tresorerie_m.naciri_mfi17+m2_daf
Gestion de tresorerie_m.naciri_mfi17+m2_dafezanjean
 
pfe les déCISION DE FINANCEMENT ACOURT TERME.pdf
pfe les déCISION DE FINANCEMENT ACOURT TERME.pdfpfe les déCISION DE FINANCEMENT ACOURT TERME.pdf
pfe les déCISION DE FINANCEMENT ACOURT TERME.pdf
yassinmadraste
 
Gestion de portefeuille
Gestion de portefeuilleGestion de portefeuille
Gestion de portefeuille
Dalal Alami
 
Chapitre i : cours Ingénierie Financière
Chapitre i : cours Ingénierie FinancièreChapitre i : cours Ingénierie Financière
Chapitre i : cours Ingénierie Financière
Lotfi TALEB, ESSECT
 
L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...
L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...
L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...
OmarMOUMINI
 
le contrôle de gestion pour le pilotage de la performance financière et écono...
le contrôle de gestion pour le pilotage de la performance financière et écono...le contrôle de gestion pour le pilotage de la performance financière et écono...
le contrôle de gestion pour le pilotage de la performance financière et écono...
sara h
 
Rapport de stage controle de gestion
Rapport de stage controle de gestionRapport de stage controle de gestion
Rapport de stage controle de gestion
abdeloahed hamdi
 
Marché monetaire marocain et possiblités de financement à CT
Marché monetaire marocain et possiblités de financement à CTMarché monetaire marocain et possiblités de financement à CT
Marché monetaire marocain et possiblités de financement à CTMaha Amer
 

Tendances (20)

Financement des pme au Maroc-Etude sur 20 PME
Financement des pme au Maroc-Etude sur 20 PMEFinancement des pme au Maroc-Etude sur 20 PME
Financement des pme au Maroc-Etude sur 20 PME
 
exercices corrigés état de flux de trésorerie.pdf
exercices corrigés état de flux de trésorerie.pdfexercices corrigés état de flux de trésorerie.pdf
exercices corrigés état de flux de trésorerie.pdf
 
PFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE III
PFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE IIIPFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE III
PFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE III
 
Audit opérationnel - Évaluation des procédures du cycle achats/fournisseurs a...
Audit opérationnel - Évaluation des procédures du cycle achats/fournisseurs a...Audit opérationnel - Évaluation des procédures du cycle achats/fournisseurs a...
Audit opérationnel - Évaluation des procédures du cycle achats/fournisseurs a...
 
Le secteur bancaire au maroc
Le secteur bancaire au marocLe secteur bancaire au maroc
Le secteur bancaire au maroc
 
Gestion de portefeuille d'action
Gestion de portefeuille d'actionGestion de portefeuille d'action
Gestion de portefeuille d'action
 
Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...
Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...
Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...
 
Rapport de stage à la Banque Marocaine pour le Commerce et l'Industrie (BMCI)
Rapport de stage à la Banque Marocaine pour le Commerce et l'Industrie (BMCI)Rapport de stage à la Banque Marocaine pour le Commerce et l'Industrie (BMCI)
Rapport de stage à la Banque Marocaine pour le Commerce et l'Industrie (BMCI)
 
Chapitre 3: Analyse de l'équilibre financier
Chapitre 3: Analyse de l'équilibre financierChapitre 3: Analyse de l'équilibre financier
Chapitre 3: Analyse de l'équilibre financier
 
Pfe les banque participative au Maroc
Pfe les banque participative au Maroc Pfe les banque participative au Maroc
Pfe les banque participative au Maroc
 
Cours analyse-financiere s4
Cours analyse-financiere s4Cours analyse-financiere s4
Cours analyse-financiere s4
 
Mémoire de Fin d'études - Réglementation prudentielle - Partie théorique - Yo...
Mémoire de Fin d'études - Réglementation prudentielle - Partie théorique - Yo...Mémoire de Fin d'études - Réglementation prudentielle - Partie théorique - Yo...
Mémoire de Fin d'études - Réglementation prudentielle - Partie théorique - Yo...
 
Gestion de tresorerie_m.naciri_mfi17+m2_daf
Gestion de tresorerie_m.naciri_mfi17+m2_dafGestion de tresorerie_m.naciri_mfi17+m2_daf
Gestion de tresorerie_m.naciri_mfi17+m2_daf
 
pfe les déCISION DE FINANCEMENT ACOURT TERME.pdf
pfe les déCISION DE FINANCEMENT ACOURT TERME.pdfpfe les déCISION DE FINANCEMENT ACOURT TERME.pdf
pfe les déCISION DE FINANCEMENT ACOURT TERME.pdf
 
Gestion de portefeuille
Gestion de portefeuilleGestion de portefeuille
Gestion de portefeuille
 
Chapitre i : cours Ingénierie Financière
Chapitre i : cours Ingénierie FinancièreChapitre i : cours Ingénierie Financière
Chapitre i : cours Ingénierie Financière
 
L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...
L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...
L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...
 
le contrôle de gestion pour le pilotage de la performance financière et écono...
le contrôle de gestion pour le pilotage de la performance financière et écono...le contrôle de gestion pour le pilotage de la performance financière et écono...
le contrôle de gestion pour le pilotage de la performance financière et écono...
 
Rapport de stage controle de gestion
Rapport de stage controle de gestionRapport de stage controle de gestion
Rapport de stage controle de gestion
 
Marché monetaire marocain et possiblités de financement à CT
Marché monetaire marocain et possiblités de financement à CTMarché monetaire marocain et possiblités de financement à CT
Marché monetaire marocain et possiblités de financement à CT
 

Similaire à Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMA

Financements et crédits cours 1
Financements et crédits   cours 1Financements et crédits   cours 1
Financements et crédits cours 1justine04000
 
choix du financement.pdf
choix du financement.pdfchoix du financement.pdf
choix du financement.pdf
NinaNano9
 
Les sources de financement internes.docx
Les sources de financement internes.docxLes sources de financement internes.docx
Les sources de financement internes.docx
Chocho95
 
les_principaux_types_de_financement_VF.pdf
les_principaux_types_de_financement_VF.pdfles_principaux_types_de_financement_VF.pdf
les_principaux_types_de_financement_VF.pdf
Monia18
 
Séance 2.4 Business Finance
Séance 2.4 Business FinanceSéance 2.4 Business Finance
Séance 2.4 Business Finance
sciafrique
 
Le financement de la reprise
Le financement de la repriseLe financement de la reprise
Le financement de la repriseFannyJack
 
2 dif
2 dif2 dif
2.2 moyens de_financement
2.2 moyens de_financement2.2 moyens de_financement
2.2 moyens de_financement
Mohammed Ayedi
 
OPTIMISATION DU CHOIX DE PLACEMENTS ET D'INVESTISSEMENT (1).pptx
OPTIMISATION DU CHOIX DE PLACEMENTS ET D'INVESTISSEMENT (1).pptxOPTIMISATION DU CHOIX DE PLACEMENTS ET D'INVESTISSEMENT (1).pptx
OPTIMISATION DU CHOIX DE PLACEMENTS ET D'INVESTISSEMENT (1).pptx
NinaNano9
 
OPTIMISATION DU CHOIX DE PLACEMENTS ET D'INVESTISSEMENT.pptx
OPTIMISATION DU CHOIX DE PLACEMENTS ET D'INVESTISSEMENT.pptxOPTIMISATION DU CHOIX DE PLACEMENTS ET D'INVESTISSEMENT.pptx
OPTIMISATION DU CHOIX DE PLACEMENTS ET D'INVESTISSEMENT.pptx
NinaNano9
 
Mini-guide-Financement-court-terme-TPE.pdf
Mini-guide-Financement-court-terme-TPE.pdfMini-guide-Financement-court-terme-TPE.pdf
Mini-guide-Financement-court-terme-TPE.pdf
cyrilmarsaud2
 
La dette mezzanine
La dette mezzanineLa dette mezzanine
La dette mezzanine
VTM Conseil
 
[ExpertsPME] Financement de l’exploitation : ce que les banques proposent aux...
[ExpertsPME] Financement de l’exploitation : ce que les banques proposent aux...[ExpertsPME] Financement de l’exploitation : ce que les banques proposent aux...
[ExpertsPME] Financement de l’exploitation : ce que les banques proposent aux...
Société Générale Maroc
 
Le financement court terme des TPE
Le financement court terme des TPELe financement court terme des TPE
Le financement court terme des TPE
La French Team
 
Mini guide-pro-16
Mini guide-pro-16Mini guide-pro-16
Mini guide-pro-16
NetPME
 
Rapport financement transmission tpe pme
Rapport financement transmission tpe pmeRapport financement transmission tpe pme
Rapport financement transmission tpe pme
Gaudefroy Ariane
 
Présentation séance du 17 février 2015
Présentation séance du 17 février 2015Présentation séance du 17 février 2015
Présentation séance du 17 février 2015Edouard Boccoz
 
Le financement de son projet - Créer sa Boîte en Alsace (Strasbourg 2013)
Le financement de son projet - Créer sa Boîte en Alsace (Strasbourg 2013)Le financement de son projet - Créer sa Boîte en Alsace (Strasbourg 2013)
Le financement de son projet - Créer sa Boîte en Alsace (Strasbourg 2013)
CCI Alsace Eurométropole
 

Similaire à Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMA (20)

Financements et crédits cours 1
Financements et crédits   cours 1Financements et crédits   cours 1
Financements et crédits cours 1
 
choix du financement.pdf
choix du financement.pdfchoix du financement.pdf
choix du financement.pdf
 
Les sources de financement internes.docx
Les sources de financement internes.docxLes sources de financement internes.docx
Les sources de financement internes.docx
 
les_principaux_types_de_financement_VF.pdf
les_principaux_types_de_financement_VF.pdfles_principaux_types_de_financement_VF.pdf
les_principaux_types_de_financement_VF.pdf
 
Séance 2.4 Business Finance
Séance 2.4 Business FinanceSéance 2.4 Business Finance
Séance 2.4 Business Finance
 
Le financement de la reprise
Le financement de la repriseLe financement de la reprise
Le financement de la reprise
 
2 dif
2 dif2 dif
2 dif
 
2.2 moyens de_financement
2.2 moyens de_financement2.2 moyens de_financement
2.2 moyens de_financement
 
OPTIMISATION DU CHOIX DE PLACEMENTS ET D'INVESTISSEMENT (1).pptx
OPTIMISATION DU CHOIX DE PLACEMENTS ET D'INVESTISSEMENT (1).pptxOPTIMISATION DU CHOIX DE PLACEMENTS ET D'INVESTISSEMENT (1).pptx
OPTIMISATION DU CHOIX DE PLACEMENTS ET D'INVESTISSEMENT (1).pptx
 
OPTIMISATION DU CHOIX DE PLACEMENTS ET D'INVESTISSEMENT.pptx
OPTIMISATION DU CHOIX DE PLACEMENTS ET D'INVESTISSEMENT.pptxOPTIMISATION DU CHOIX DE PLACEMENTS ET D'INVESTISSEMENT.pptx
OPTIMISATION DU CHOIX DE PLACEMENTS ET D'INVESTISSEMENT.pptx
 
Financement &credit
Financement &creditFinancement &credit
Financement &credit
 
Credit managemnt
Credit managemntCredit managemnt
Credit managemnt
 
Mini-guide-Financement-court-terme-TPE.pdf
Mini-guide-Financement-court-terme-TPE.pdfMini-guide-Financement-court-terme-TPE.pdf
Mini-guide-Financement-court-terme-TPE.pdf
 
La dette mezzanine
La dette mezzanineLa dette mezzanine
La dette mezzanine
 
[ExpertsPME] Financement de l’exploitation : ce que les banques proposent aux...
[ExpertsPME] Financement de l’exploitation : ce que les banques proposent aux...[ExpertsPME] Financement de l’exploitation : ce que les banques proposent aux...
[ExpertsPME] Financement de l’exploitation : ce que les banques proposent aux...
 
Le financement court terme des TPE
Le financement court terme des TPELe financement court terme des TPE
Le financement court terme des TPE
 
Mini guide-pro-16
Mini guide-pro-16Mini guide-pro-16
Mini guide-pro-16
 
Rapport financement transmission tpe pme
Rapport financement transmission tpe pmeRapport financement transmission tpe pme
Rapport financement transmission tpe pme
 
Présentation séance du 17 février 2015
Présentation séance du 17 février 2015Présentation séance du 17 février 2015
Présentation séance du 17 février 2015
 
Le financement de son projet - Créer sa Boîte en Alsace (Strasbourg 2013)
Le financement de son projet - Créer sa Boîte en Alsace (Strasbourg 2013)Le financement de son projet - Créer sa Boîte en Alsace (Strasbourg 2013)
Le financement de son projet - Créer sa Boîte en Alsace (Strasbourg 2013)
 

Plus de BEL MRHAR Mohamed Amine

Outils décisionnels : Data-Mining and Data-warehouse
Outils décisionnels : Data-Mining and Data-warehouseOutils décisionnels : Data-Mining and Data-warehouse
Outils décisionnels : Data-Mining and Data-warehouse
BEL MRHAR Mohamed Amine
 
Projet en matière de droit portant sur le contrat de transfer de savoir-faire...
Projet en matière de droit portant sur le contrat de transfer de savoir-faire...Projet en matière de droit portant sur le contrat de transfer de savoir-faire...
Projet en matière de droit portant sur le contrat de transfer de savoir-faire...
BEL MRHAR Mohamed Amine
 
Projet en matière de droit: Protection consommateur contre les clauses abusives
Projet en matière de droit: Protection consommateur contre les clauses abusivesProjet en matière de droit: Protection consommateur contre les clauses abusives
Projet en matière de droit: Protection consommateur contre les clauses abusives
BEL MRHAR Mohamed Amine
 
La politique de dividende
La politique de dividende La politique de dividende
La politique de dividende
BEL MRHAR Mohamed Amine
 
Etude sur la satisfaction client dans le marketing des services - cas de l'ONCF
Etude sur la satisfaction client dans le marketing des services - cas de l'ONCFEtude sur la satisfaction client dans le marketing des services - cas de l'ONCF
Etude sur la satisfaction client dans le marketing des services - cas de l'ONCF
BEL MRHAR Mohamed Amine
 
Exemple Blueprint
Exemple Blueprint Exemple Blueprint
Exemple Blueprint
BEL MRHAR Mohamed Amine
 
PFE L’ENTREPRENEURIAT ET LES JEUNES AU MAROC
PFE L’ENTREPRENEURIAT ET LES JEUNES AU MAROCPFE L’ENTREPRENEURIAT ET LES JEUNES AU MAROC
PFE L’ENTREPRENEURIAT ET LES JEUNES AU MAROC
BEL MRHAR Mohamed Amine
 
Stratégie et changement stratégique et organisationnel
Stratégie et changement stratégique et organisationnelStratégie et changement stratégique et organisationnel
Stratégie et changement stratégique et organisationnel
BEL MRHAR Mohamed Amine
 
PFE L'entrepreneuriat social
PFE L'entrepreneuriat socialPFE L'entrepreneuriat social
PFE L'entrepreneuriat social
BEL MRHAR Mohamed Amine
 

Plus de BEL MRHAR Mohamed Amine (9)

Outils décisionnels : Data-Mining and Data-warehouse
Outils décisionnels : Data-Mining and Data-warehouseOutils décisionnels : Data-Mining and Data-warehouse
Outils décisionnels : Data-Mining and Data-warehouse
 
Projet en matière de droit portant sur le contrat de transfer de savoir-faire...
Projet en matière de droit portant sur le contrat de transfer de savoir-faire...Projet en matière de droit portant sur le contrat de transfer de savoir-faire...
Projet en matière de droit portant sur le contrat de transfer de savoir-faire...
 
Projet en matière de droit: Protection consommateur contre les clauses abusives
Projet en matière de droit: Protection consommateur contre les clauses abusivesProjet en matière de droit: Protection consommateur contre les clauses abusives
Projet en matière de droit: Protection consommateur contre les clauses abusives
 
La politique de dividende
La politique de dividende La politique de dividende
La politique de dividende
 
Etude sur la satisfaction client dans le marketing des services - cas de l'ONCF
Etude sur la satisfaction client dans le marketing des services - cas de l'ONCFEtude sur la satisfaction client dans le marketing des services - cas de l'ONCF
Etude sur la satisfaction client dans le marketing des services - cas de l'ONCF
 
Exemple Blueprint
Exemple Blueprint Exemple Blueprint
Exemple Blueprint
 
PFE L’ENTREPRENEURIAT ET LES JEUNES AU MAROC
PFE L’ENTREPRENEURIAT ET LES JEUNES AU MAROCPFE L’ENTREPRENEURIAT ET LES JEUNES AU MAROC
PFE L’ENTREPRENEURIAT ET LES JEUNES AU MAROC
 
Stratégie et changement stratégique et organisationnel
Stratégie et changement stratégique et organisationnelStratégie et changement stratégique et organisationnel
Stratégie et changement stratégique et organisationnel
 
PFE L'entrepreneuriat social
PFE L'entrepreneuriat socialPFE L'entrepreneuriat social
PFE L'entrepreneuriat social
 

Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMA

  • 1. “LES  MODES  DE   FINANCEMENT“     CAS  DE  LA  SOCIÉTÉ  SOTHEMA   2018               SOUS  LA  DIRECTION  DE  :   MR  FAHMI   PRÉSENTÉ  PAR  :   BEL  MRHAR  MOHAMED  AMINE   BOUBEKRAOUI  MOHCINE   MENTAG  YASSINE   MERROUN  OUAHHABI  SOUFIANE   SENNI  MOHAMMED   ENCG  DE  FES   MASTER  SPÉCIALISÉ  MCF  –  S8   MODULE  :  GESTION  FINANCIÈRE   MATIÈRE  :  CHOIX  DE  FINANCEMENT   ANNÉE  UNIVERSITAIRE  :  2017/2018  
  • 2.   2   SOMMAIRE   REMERCIEMENT -------------------------------------------------------------- 3 PARTIE THÉORIQUE --------------------------------------------------------- 4 INTRODUCTION --------------------------------------------------------------- 5 SECTION 1 : LES MODALITÉS DE FINANCEMENT------------ 6 SECTION 2 : LE COÛT DE FINANCEMENT---------------------- 13 SECTION 3 : STRUCTURE FINANCIÈRE ET VALEUR DE L’ENTREPRISE ---------------------------------------------------------- 15 PARTIE PRATIQUE ----------------------------------------------------------- 18 SECTION 1 : PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE SOTHEMA--- 19 SECTION 2 : ANALYSE ET MODES DE FINANCEMENT----- 28 CONCLUSION : ------------------------------------------------------------------- 34 BIBLIO /WEBLIOGRAPHIE--------------------------------------------------- 35
  • 3.   3   Remerciement Ce travail n’aurait pas été possible sans l’intervention, consciente, d’un grand nombre de personnes. Nous souhaitons ici les en remercier. Nous tenons d’abord à remercier très chaleureusement notre professeur MR FAHMI, qui nous a donner l’opportunités de faire ce travail, Les conseils qu’il nous a prodigué, la patience, la confiance qu’il nous a témoignés ont été déterminants dans la réalisation de notre travail de recherche. Enfin, nous tenons à remercier tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribués à la réalisation de ce travail.      
  • 4.   4             Partie  Theorique            
  • 5.   5   INTRODUCTION     Au  fur  et  à  mesure  de  sa  vie  et  de  son  développement,  l’entreprise  doit  faire  des   choix  en  matière  de  financement  durable  (financement  à  moyen  et  long  terme).   Ces  choix  vont  avoir  des  conséquences  :     -­‐ Sur   la   structure   financière  :   elle   détermine   le   degré   d’Independence   financière   et   peut   avoir   un   impact   sur   la   rentabilité   des   capitaux   propres   (effet  de  levier).   -­‐ Sur   le   niveau   du   risque   financier   qui   conditionne   la   solvabilité   de   l’entreprise.   Il   existe   de   nombreuses   formes   de   financement   durables   à   la   disposition   des   entreprises   pouvant   être   regroupés   en   deux   catégories  :   les   fonds   propres   et   l’endettement  à  moyen  et  long  terme.   Les  grosses  sociétés,  notamment  si  elles  ont  accès  à  l’épargne  publique,  disposent   d’une  palette  de  financements  beaucoup  plus  large  que  les  PME  et  de  conditions   financières  plus  favorables.   Les   critères   de   choix   entre   plusieurs   financements   possibles   sont   multiples.   Le   choix   final   dépendra   entre   autres   de   la   situation   de   départ   et   du   coût   des   différents  financements  possibles.   Enfin,   l’entreprise   doit   vérifier   la   cohérence   de   l’entreprise   de   ses   décisions   en   analysant  leurs  conséquences  financières  sur  les  exercices  futurs  en  élaborant  un   plan  de  financement  pluriannuel.            
  • 6.   6   Section  I  /  Les  modalités  de  financement    Les  modalités  de  financement     Fonds  propres   Autofinancement   Endegement     Emprunt  Indivis   Emprunt  Syndiqué   Emprunt   Obligataire   Achons   Augmentahon  du   capital   Cession   Cession   d’immobilisahon     Cession  Bail   Leasing     Bail  mobilier   Bail  immobilier  
  • 7.   7     1-­‐  Autofinancement   Définition  :   l’entreprise   ne   conserve   pas   pour   elle   la   totalité   des   liquidités   générées   par   son   activité.     Elle  en  reverse  une  partie  à  ses  actionnaires  sous  forme  de  dividendes.la  partie  de   la  capacité  d’autofinancement  CAF  non  distribuée  et  restant  à  la  disposition  de   l’entreprise   est   qualifiée   D’autofinancement.                 L’entreprise   doit   définir   une   politique   de   distribution   suffisamment   généreuse   pour   satisfaire   ses   actionnaires,   mais   lui   permettant   de   disposer   de   fonds   nécessaires  à  son  développement.     Les  conséquences  de  l’autofinancement  :   • Il  conforte  l’indépendance  financière  de  l’entreprise.   • Il  augmente  la  capacité  d’endettement  de  l’entreprise.   En  effet.l’autofinancement  se  traduit  par  l’augmentation  des  capitaux  propres  et   on   sait   que  la   capacité   d’endettement   =   capitaux   propres   –   dettes   financieres     donc   ,   plus   la   valeur   des   capitaux   de   l’entreprise   est   elevées   plus   sa   capacité   d’endettement  devient  importante  .Il  constitue  une  ressource  disponible  .   La  rentabilisation  de  l'autofinancement   L’entreprise  doit  utiliser  ses  propres  fonds  pour  financer  des  investissements  dont   la  rentabilité  est  supérieure  au  taux  requis  compte  tenu  du  risque  supporté.   L’autofonancement  n’a  pas  de  cout    direct,  mais  un  cout  implicite  qui  est  le  cout   éxigé   par   les   actionnaire,.   En   effet,   si   des   projets   peu   retables   sont   réalisés,   la   rentabilité  de  l’entreprise  va  diminuer.  Pour  une  société  cotée,  cette  baisse  sera   tôt  ou  tard  sanctionnée  par  le  marché  par  une  baisse  du  cours  de  l’action.     Autofinancement  de  l’année  N  =  CAF  de  l’année  N  -­‐Dividendes  distribués  en  N  
  • 8.   8     2-­‐  Endettement   à  Les  différents  types  d’emprunts.     Financement  par  emprunt  indivis     Définition     Un  emprunt  indivis  est  un  emprunt  non  fractionnable  pouvant  être  obtenu   auprès  d’une  banque,  auprès  d’une  autre  société  ou  auprès  de  personnes   physiques   (   associés,famille,amis…).   Il   existe   plusieurs   types   de   prets   bancaires   ,   au-­‐delà   des   prêts   bancaires   classiques   obtenus   aupres   des   grandes   banques   ou   aupres   d’organisation   spécialisés,   les   grandes   entreprises   peuvent   négocier   une   ligne   de   crédit   (   ou   credit   syndiqué)   .     Financement  par  emprunt  syndiqué  :       Définition   Droit  de  tirage  de  crédit  obtenu  auprès  d’un  syndicat  de  banques  (auprés   d’un  regroupement  bancaire  ‘’  pool  bancaire  ‘’),  il  peut  être  mobilisé  à  tout   moment   pendant   une   durée   fixée   à   l’avance,   il   est   généralement   multi-­‐ devises  et  assorti  d’un  plafond  .     Financement  par  emprunt  obligataire  :     Définition  et  vocabulaire  :   Un  emprunt  obligataire  est  un  emprunt  divisé  en  fractions  égales  appelées   obligations   souscrites   par   un   grand   nombre   de   préteurs   appelés   obligataires.   Les   obligations   sont   des   titres   négociables,     cotés   ou   non   et   conférent   a   leurs   propriétaires   un   simple   droit   de   créance,   sans   participation   aux   résultats  de  l’explooitation  et  sans  immixation  dans  l’administration  de  la   société.  Les  sociétés  de  capitaux  et  les  SARL(  depuis  2004)  peuvent  emettre   des  obligations.  Pour  les  sociétés  faisant  appel  public  a  l’apargne,  ce  type   d’emprunt   permet   de   reunir     des   sommes   d’un   montant   très   elevé  
  • 9.   9   dépassant  parfois  10  milliard  de  Dirham.  La  durée  d’un  emprunt  obligataire   est  comprise  le  plus  souvent  entre  5  et  15  ans.   Les   obligations   peuvent   etre   ordinaires,   remboursable   en   action   ORA,   convertibles   en   action   OCA,   assorties   d’un   bon   de   souscription   d’action   OBSA,  assorties  d’un  bon  de  souscription  d’obligation  OBSO…   Pour   abrder   les   emprunts   obligaiares,   il   est   nécéssaire   de   bien   connaître   quelques  termes  couramment  utilisés  :       Termes   Définitions   Nombre  d’obligations  (N)   Nombre  total  d’obligations  émises  et  a   rembrourser.   Valeur  nominale  (V)   Valeur  attribuer  à  une  obligation  afin  de  calculer  les   interets     Prix  d’émission  (E)   Montant  versé  par  l’obligataire  pour  obtenir  une   obligation  :   Si  E<V,  l’émission  est  dessous  pair   Si  E=  V,  l’émission  est  au  pair   Prime  d’émission   Difference  entre  la  valeur  nominale  et  le  prix   d  ‘émission  (V-­‐E)   Prix  de  remboursement   (R)   Montant  versé  lors  du  remboursement  de   l’obligation  :   Si  R=V,    le  remboursement  est  au  pair.   Si  R>V,  le  remboursement  est  au-­‐dessus  du  pair.   Prime  de  remboursement   Difference  entre  le  prix  de  remboursement  et  la   valeur  nominale  (R-­‐V)   Date  de  jouissance   Date  à  partir  de  laquelle  les  interets  commencant  a   courir  (  souvent  2  ou  3  semaines  après  la  date   d’émission  des  obligations)   Taux  d’interet  normal  ou   facial   Taux  servant  de  reference  pour  le  calcul  des   interets  (  taux  fixe  ou  variable)   Coupon  d’interet  (C)   Il  s’agit  du  montant  annuel  des  interets  versé  pour   une  obligation  :   C=  V  x  t   Le  coupn  est  versé  une  fois  par  an.    
  • 10.   10       En   général,un   emprunt   obligataire   donnera   lieux   à   deux   montants   différents  :   *   le   Montant   versé  par   les   obligataires   (   nombre   d’obligations   émises   *   prix   d’émission   =   NE)   *  Le  Montant  à  remboursé  aux  obligataires  et  figurant  au  passif  du  bilan  (  nombre   d’obligation  emise  *prix  de  remboursement  =  NR).   LE  FINANCEMENT  PAR  EMPRUNT  OBLIGATAIRE  OU  EMPRUNT  BANCAIRE  ?     Les   emprunts   obligataires   semblent   plus   adaptés   lorsque   le   besoin   en   financement   est   très   important  :   -­‐   les   frais   d’emission   d’un   emprunt   obligataire   sont   eleves   mais   en   contrepartie   ,   les   taux   obtenus   sont   plus   faibles   que   dans   le   cadre   d’un   emprunt  bancaire.de  ce  fait  ,  les  emprunts  obligataires  de  faible  montant   sont  peu  compétitifs  .   -­‐du   fait   du   nombre   important   d’investisseurs,les   emprunts   obligataires   permettent   d’emprunte   des   sommes   plus   importantes   que   les   emprunts   bancaires  ;     Cependant  d’autres  paramétres  doivent  egalement  etre  prise  en  compte  :   En   cas   de   difficultés,   la   renégociation   des   conditions   de   la   dette   est   plys   aisée  dans  le  cas  d’un  emprunt  bancaire  ;   La  diversité  des  titres  obligatires  offre  aux  émetteurs  une  grande  variété  de   possibilités.   3-­‐  Les  actions       L’augmentation  du  capital  :     Il   existe   plusieurs   modalités   d’augmentation   du   capital  :    à   par   apports   en   numéraire  :     les  titres  émis  sont  libérés  en  monnaie.Cette  opération  est  assimilée  à  une   restructuration  des  capitaux  propres  de  l’entreprise.  Il  ne  s’agit  pas  dans  ce   cas   d’effectuer   de   nouveaux   apports   mais   plutôt   :     d’augmenter   la   valeur   nominale   des   anciennes   actions   de   l’entreprise.    
  • 11.   11   d’émettre   de   nouvelles   actions   gratuites   en   maintenant   inchangées   la   valeur  nominale  des  anciennes  actions     àpar   apport   en   nature  :     se   traduit   de   facon   concomitante   par   un   accroissement   de   l’actif   et   du   capital   mais   n’a   pas   d’incidence   sur   le   fonds   de   roulement   .    à   par   incorporation   des   réserves  :consiste   à   intégrer   certains   éléments     des  capitaux  propres  (reserves  )  dans  le  capital  social  .elle  ne  modifie  ni  les   capitaux  propres  ni  le  fonds  de  roulement  .elle  a  pour  objectif  d’améliorer   l’image  de  la  société  auprès  de  ses  actionnaires  ou  de  renforcer  le  capital   sans   entrainer   aucun   apport   de   ressources   financiere   nouvelle   .   à  par  conversion  des  dettes  :consiste  à  transformer  des  dettes  en  capitaux   propres   .lorsque   l’entreprise   connait   des   difficultés   financières,   les       créanciers  acceptent  de  transformer  une  partie  ou  la  totalités  de  leur  dettes   en   actions   et   deviennent   alors   des   actionnaires   .   àpar  conversion  d’obligations  en  actions  .            Mais  seulement  l’augmentation  du  capital  par  apport  en  numéraire  qui   peut  générer  de  nouvelle  ressource  financière  pour  l’entreprise.   Pour  éviter  une  dilution  de  pouvoir  la  distribution  des  nouvelles  actions  aux   actionnaires  se  fait  en  proportion  du  nombre  des  anciennes  actions  qu’ils   détiennent.   Des   droits   d’attributions   sont   alors   accordés   pour   permettre   aux  actionnaires  de  maintenir  leur  part  dans  le  capital  social.      La  valeur  de  l’action     Au  moment  de  l’augmentation  de  capital  ,  la  valeur  de  l’action  n’est  plus   égale  à  sa  valeur  nominale.  En  effet,  les  capitaux  propres  ne  se  limitent  plus   au  seul  capital  social  du  fait  des  réserves  accumulées  au  fil  des  exercices   .par   ailleurs   ,   il   peut   exister   des   plus-­‐values   latentes   relatives   à   certains   actifs   (   valorisation   d’immeubles   ,   création   ou   développement   d’une   marque  ou  d’une  clientèle  ..)l’écart  entre  ces  deux  valeurs  (valeur  effective   et   valeur   nominale   )augmente   au   fur   et   à   mesure   du   développement   de   l’entreprise   .il   est   particulièrement   important   pour   les   sociétés   cotées   en   bourse  .  
  • 12.   12   4-­‐  Cession   Les   cessions   d’éléments   de   l’actif   immobilisé   peuvent   résulter  :     -­‐-­‐  du  renouvellement  normal  des  immobilisations  qui  s’accompagne  chaque   fois   que   cela   est   possible,   de   la   vente   des   biens   renouvelé  ;   -­‐-­‐de   la   nécessité   d’utiliser   ce   procédé   pour   obtenir   des   capitaux.   L’entreprise   est   alors   amenée   à   céder,   sous   la   contrainte,   certaines   immobilisations  (terrains,  immeubles…)  qui  ne  sont  pas  nécessaires  a  son   activité   .   il   existe   autre   type   de   cession   ce   qu’on   appelle   cession   Bail  :   l’entreprise   cède  leur  immobilisations  d’exploitation  et  elle  devient  locataire  des  biens   cédés  .   5-­‐  Crédit  bail  (LEASING)   Définition  :   Le   contrat   de   crédit-­‐bail   est   un   contrat   de   location   portant   sur   un   bien   meuble  ou  immeuble  a  usage  professionnel,  assorti  d’une  option  d’achat  a   un  prix  fixé  d’avance.     1.  Le  crédit-­‐bail  mobilier   Il  porte  sur  un  matériel  devant  présenter  les  caractéristiques  suivantes  :   –  être  identifiable  ;   –  correspondre  à  un  usage  durable  ;   –  être  amortissable.     2.Le  crédit-­‐bail  immobilier  :   est  une  opération  par  laquelle  une  société  de  crédit-­‐bail  donne  en  location   d’un   bien   immobilier   à   usage   professionnel   à   une   entreprise   qui   peut   devenir   propriétaire,   si   elle   le   souhaite,   à   l’expiration   du   bail   (ou   avant   éventuellement).   Il  porte  sur  des  locaux  à  usage  industriel,  commercial  ou  professionnel.   Il   peut   s’agir   d’immeubles   neufs   ou   anciens.   En   cas   de   construction,   les   intervenants  sont  choisis  par  l’entreprise  locataire.      
  • 13.   13   Conclusion          Les  entreprises  peuvent  avoir  recours  à  différents  modes  de  financement   à   moyen   et   long   terme.   ces   ressources   peuvent   être   d’origine   interne   (le   financement  interne  )  ou  d’origine  externe  du  financement  par  dette  ou  par   augmentation  du  capital  .        Ces   ressources   ont   un   cout   qui   dépend   de   leur   origine   et   du   risque   encouru  par  les  apporteurs  de  fonds      Le  financement  interne  :  est  une  source  de  financement  privilégiés  par  les   entreprises,   en   effet   elles   évitent   de   recourir  :    à  l’endettement  (mode  de  financement  qui  accroit  le  risque  du  faillait   et   réduit   l’indépendances   financière   de   l’entreprise.   à  l’augmentation  du  capital  :  mode  de  financement  couteux  auquel  toutes   les  entreprises  ne  peuvent  avoir  accès  et  qui  peut  modifier  la  structure  de   contrôle  de  l’entreprise.         Section  II  /  Le  coût  de  revient  de  financement     1  –  Le  coût  de  revient  (ou  Taux  de  revient).   Le   coût   d’un   financement   est   le   taux   t   pour   lequel   il   y   a   équivalence   entre   les   fonds  reçus  et  l’ensemble  des  sommes  réellement  décaissées  en  contrepartie.   Pour  calculer  le  taux  de  revient  d’un  financement  .il  faut  se  placer  du  point  de  vue   de   l’emprunteur   (c’est-­‐à-­‐dire   de   l’entreprise)  ;on   établit   une   relation   entre   les   sommes  reçues  et  les  sommes  décaissées  pendant  la  durée  de  l’emprunt.   2.  Coût  de  revient  d’un  emprunt  indivis  :   Dans   le   cas   d’un   emprunt   indivis   (emprunt   bancaire   le   plus   souvent),   les   intérêts  constituent  une  charge  déductible.  Le  cout  de  revient  d’un  emprunt   indivis  doit  donc  tenir  de  l’économie  de  l’IS  réalisée.   • Cas  simple  :   En  cas  d’absence  de  frais  forfaitaires,  le  cout  de  revient  de  l’emprunt  est   égal  au  taux  d’emprunt  après  IS  :   Taux  après  IS  =  Taux  normal  x  (1-­‐Taux  d’IS)  
  • 14.   14   • Cas  plus  complexe  :   En  présence  de  frais  forfaitaires,  le  calcul  du  cout  de  revient  de  l’emprunt   est  plus  complexe.  Il  faut  alors  tenir  compte  des  frais  de  dossier  et  des  frais   d’assurance,   qui   constituent   des   charges   déductibles   et   qui   viennent   d’augmenter  le  cout  de  revient  de  l’emprunt.   3.  Coût  de  revient  d’un  emprunt  obligataire  :   Dans   le   cas   d’un   emprunt   obligataire,   les   intérêts   constituent   une   charge   déductible.  Les  primes  d’émission  et  de  remboursement  sont  amorties  sur   la  durée  de  l’emprunt  obligataire.  Il  faut  donc  tenir  compte  des  économies   d’impôt  sur  l’amortissement  de  ces  primes.   4-­‐  coût  de  revient  du  crédit-­‐bail   Les  redevances  versées  constituent  des  charges  déductibles.   Le  financement  par  crédit-­‐bail  est  le  plus  souvent  une  alternative  au  financement   par  emprunt  bancaire.  Dans  le  premier  cas,  le  bien  n’apparait  pas  au  bilan  (sauf   dans   les   normes   IFRS)   alors   que   dans   le   deuxième   cas,   le   bien   est   amorti.   Le   financement   par   crédit-­‐bail   induit   donc   la   perte   des   économies   d’IS   liées   à   l’amortissement  du  bien.   En  cas  d’exercice  de  l’option  d’achat,  le  bien  doit  être  amorti,  ce  qui  génère  une   économie  d’IS   5-­‐  coût  de  revient  du  financement  et  taux  de  rentabilité  interne  (TIR)   Lorsque   l’entreprise   a   le   choix   entre   plusieurs   moyens   de   financement,   elle   sélectionne  généralement  le  moyen  de  financement  dont  le  coût  de  revient  est  le   plus  faible  .   Par  ailleurs,  on  sait  qu’un  projet  d’investissement  est  rentable  à  condition  que  le   coût   moyen   pondéré   du   capital   soit   inférieur   au   TIR   du   projet   d’investissement   .lorsque   le   financement   est   mixte   (dette   et   capitaux   propres),la   rentabilité   des   fonds  propres  (ou  rentabilité  financière)augmente  si  le  coût  de  revient  de  la  dette   est  inférieur  au  TIR  du  projet  d’investissement  .on  parle  de  l’effet  de  levier  positif  .  
  • 15.   15     Section  III  /  Structure  financière  et  valeur  de  l’entreprise   1-­‐  Existe-­‐t-­‐il  une  structure  financière  optimale  ?   1.1  L’approche  traditionnelle     Il   existe   une   structure   financière   optimale   qui   minimise   le   coût   du   capital   et   maximise  la  valeur  de  l’entreprise.   Le  raisonnement  est  le  suivant  :  le  coût  des  capitaux  propre  est  supérieur  au  coût   des  dettes   (1),  donc  le  recours  à  la  dette  va  faire  baisser  le  coût  du  capital.  Mais,  si  ce  recours   devient  trop  important,  le  risque  encouru  par  les  actionnaires  va  croître  et  ceux-­‐ci   vont  alors  exiger  un  taux  plus  élevé.  Simultanément,  d’ailleurs,  les  créanciers  eux-­‐ mêmes  relèveront  leur  exigence.     Ainsi,  le  recours  progressif  à  la  dette  va  d’abord  faire  baisser  le  coût  du  capital  puis   le   faire   remonter.   Il   existe   donc   un   minimum   caractéristique   de   la   structure   financière  optimale.   Schématiquement,  on  a  :     Coût  de   revient  de  la   dege  <  TIR     augmentahon   de  la  rentabilité   des  capitaux   propres     effet  de  levier   posihf     Coût  de   revient  de  la   dege  >  TIR   diminuhon  de  la   rentabilité  des   capitaux   propres     effet  de  levier   negahf  
  • 16.   16     1.2  L’approche  de  Modigliani  et  Miller   Leur  démarche  s’est  développée  en  deux  temps  :   a)  Cas  où  il  n’existe  pas  d’imposition  (tous  les  taux  sont  avant  impôt)   Dans  le  cas  où  il  n’existe  pas  d’imposition,  Modigliani  et  Miller  ont  démontré  que  :    -­‐Il  n’existe  pas  de  structure  financière  optimale  :  le  coût  du  capital  et  la  valeur  de   l’entreprise  sont  indépendants  de  la  structure  financière.   -­‐   Le   coût   du   capital   est   donc   égal   au   taux   de   rentabilité   économique   ;   il   est   indépendant  de  la  structure  financière.     D’où   la   conclusion   :   La   structure   financière   n’influence   pas   la   valeur   de   l’entreprise.   En   l’absence   d’imposition,   le   coût   du   capital   est   égal   au   taux   de   rentabilité   économique   ;   il   est   indépendant   de   la   structure   financière.   La   valeur   de   l’entreprise  dépend  uniquement  de  sa  rentabilité  économique.          
  • 17.   17   b)  Cas  où  il  existe  une  imposition   La  charge  financière  supportée  du  fait  de  l’endettement  n’est  pas  la  même  quand   il   y   a   imposition   qu’en   l’absence   d’imposition.   Les   intérêts   étant   fiscalement   déductibles,  on  sait  que  cela  entraîne  une  économie  d’impôt  qui  diminue  d’autant   la  charge.   Valeur  de  l’entreprise  :  La  valeur  d’une  entreprise  est  égale  à  la  valeur  actualisée   des   revenus   distribués.   Le   taux   d’actualisation   est   le   taux   exigé   par   les   pourvoyeurs  de  fonds  (t)  et  le  calcul  est  effectué  sur  un  nombre  infini  d’années.   Coût   du   capital  :   Dans   le   cadre   d’une   imposition,   l’entreprise   endettée   a   une   valeur   majorée   de   l’économie   d’impôt   par   rapport   à   l’entreprise   non   endettée.   Cette  majoration  vient  accroître  la  valeur  de  marché  des  capitaux  propres,  modifie   le  taux  de  rentabilité  financière  (c’est-­‐à-­‐dire  le  coût  des  capitaux  propres)  et,  par   voie  de  conséquence,  le  coût  du  capital.     Cependant,   il   n’existe   pas   de   minimum   pour   le   coût   du   capital.   En   effet,   on   démontre  que  la  courbe  des  variations  de  celui-­‐ci  en  fonction  de  la  dette  :           Approches   Conclusions   Traditionnelle         Il  existe  une  structure  financière  optimale  qui   minimise  le  coût  du  capital  et  maximise  la   valeur  de  l’entreprise     Modigliani  &   Miller   Pas  d’impôt     Il  n’existe  pas  de  structure  optimale   Impôt     •Valeur  de  l’entreprise  endettée  >  Valeur  de   l’entreprise  non  endettée.   •Pas  de  minimum  pour  le  coût  du  capital   ,mais  possibilité  de  fixer  une  limite  à   l’endettement  .    
  • 18.   18                     PARTIE  PRATIQUE      
  • 19.   19   Section  I  /  Présentation  générale  de  la  société  SOTHEMA   I. Renseignements à caractère général :     RAISON  SOCIALE   Capital  Social   La  Durée  de  vie   SOCIETE  DE  THERAPEUTIQUE  MAROCAINE   180  000  000   99   ISIN   MA0000011645   Ticker   SOT   Siège  social   Centre  de  Bouskoura.BP  N°1-­‐Casablance   Secteur  d’activité   Industrie  Pharmaceutique   Commissaire  aux  comptes   PWC  Maroc-­‐SARL  /  Fiduciaire  de  France  et  du  Maroc   Date  de  constitution   26/01/1976   Date  d’introduction   Durée  de  l’exercice  Social   Devise  de  cotation   21/02/2005   12   MAD  
  • 20.   20       Président  Directeur  Général   Omar  TAZI   Directeur  Général  Délégué   Lamia  TAZI   Directeur  Financier     Abdelillah  ZARII       Principaux  Actionnaire     Au  23/05/2017       TAZI  Omar   31,9972   TAZI  Najia   9,8137   Divers  Actionnaires   7.9308   BERRADA  Mohammed  Karim   6,7124   BERRADA  Mohammed  Amine   6,6567   TAZI  Badia   6,1750   TAHIRI  Abdelhaq  &  consort   5,7821   RMA  WATANYA   TAZI  Mohammed   BERRADA  Halima   BERRADA  Lina   BERRADA  Bahia   TAZI  Lamiae   SEFROIOUI  Mohammed   DIOURI  Amal   TAZI  Selma   DIOURI  Mohammed   5,3513   5,1989   4,0000   3.6687   2,7104   1,3979   1,1623   1,0000   0,4238   0.0188        
  • 21.   21   II. ACTIVITE ET ORGANISATION 1. Historique  et  Activités   SOTHEMA  est  une  société  marocaine  spécialisée  dans  la  fabrication  et  la  commercialisation   de   médicaments.   Créée   en   1976   sous   la   dénomination   de   Société   de   Thérapeutique   Marocaine,   la   société   a   développé   ses   activités   en   collaboration   avec   le   laboratoire   américain  Eli  Lilly  et  le  laboratoire  français  Laphal.  Au  départ,  SOTHEMA  était  exclusivement   orientée  vers  l’importation  et  la  fabrication  de  bains  de  bouche  et  de  dentifrices.  Depuis   1979,  la  société  s’est  engagée  dans  la  fabrication  de  médicaments  au  sein  de  ses  propres   unités  de  production.  La  première  unité  de  production  de  SOTHEMA  démarre  en  1981  avec   la  fabrication  d’unités  injectables  et  de  Céphalosporines9  sous  licence  des  laboratoires  Lilly,   avant  de  se  lancer  dans  la  fabrication  d’insuline  sous  licence.  En  1997,  dans  le  souci  de  se   mettre  en  conformité  avec  les  Bonnes  Pratiques  de  Fabrication  -­‐BPF10  -­‐,  SOTHEMA  entame   la   construction   d’une   unité   de   pénicilline   séparée   des   autres   unités   de   production.   C’est   également  à  partir  de  cette  date  que  la  société  se  lance  dans  des  activités  de  façonnage   pour  le  compte  de  laboratoires  nationaux.  En  2000,  les  laboratoires  SOTHEMA  démarrent  la   production  de  Céphalosporines  à  travers  une  unité  dédiée,  en  conformité  avec  les  BPF.     Une   quatrième   unité   spécialisée   dans   la   production   de   sérum   en   poches   souples   est   inaugurée  en  2003,  en  collaboration  avec  les  laboratoires  AGUETTANT.  A  ce  jour,  les  quatre   unités  de  production  des  laboratoires  SOTHEMA  s’étendent  sur  47  000  m²  couverts  pour  un   terrain  de  40  000  m².  D’autre  part,  la  société  dispose  d’une  gamme  de  250  références  de   produits,  est  en  partenariat  avec  32  commettants  internationaux  et  compte  560  salariés.  La   cinquième   unité   de   production   spécialisée   dans   les   produits   stériles   et   notamment   les   seringues  pré  remplies  destinées  à  l’exportation  devrait  démarrer  son  activité  avant  la  fin  de   l’année  2008.  Enfin,  la  stratégie  d’expansion  de  la  société  en  Afrique  sub-­‐saharienne  s’est   concrétisée  par  la  création  d’une  filiale  au  Sénégal  courant  2004,  WEST  AFRIC  PHARMA.   2.  Missions    Depuis  sa  création  en  1976,  SOTHEMA  s’est  assignée  une  mission  bien  claire  à  savoir  de  rendre  le   Maroc   et   les   pays   de   l’Afrique   subsaharienne   autonomes   en   matières   de   fabrication   des   médicaments.  Son  engagement  citoyen  consiste  à  accompagner  le  développement  durable  du  Maroc   et  de  l’Afrique  en  permettant  aux  malades  d’accéder  plus  facilement  aux  soins  nécessaires.  Parce   qu’il  ne  pourra  pas  y  avoir  de  développement  durable  que  si  les  populations  soient  prémunies  contre   les  malades,  SOTHEMA  s’engage  à  apporter  à  la  médecine  les  produits  pharmaceutiques  qui  lui  sont   nécessaires  pour  combattre  ces  maladies  là  où  elles  peuvent  apparaître…   3. Filiales   Les  laboratoires  SOTHEMA  comptent  trois  filiales  :  WEST  AFRIC  PHARMA,  TABID  et  PRIBIL  HOLDING.   Les  principales  caractéristiques  de  ces  entités  sont  exposées  ci-­‐dessous  :  
  • 22.   22   4.Les  Investissements   Pour  assurer  une  croissance  soutenue  et  durable,  l’investissement  est  un  passage   obligé.  Il  n’est  pas  d’entreprise  qui  enregistre  une  quelconque  performance  sans   intégrer   les   investissements   dans   son   processus   d’évolution   à   long   terme.   L’industrie   pharmaceutique   marocaine   a   fait   sienne   ce   principe   de   croissance.   Certes  pour  renforcer  son  rôle  et  mieux  répondre  aux  besoins  des  marchés,  mais   aussi  pour  préserver  l’indispensable  qualité  qui  doit  accompagner  la  production   du  médicament.  Ainsi  les  programmes  d’investissements  n’ont  jamais  manqué  à   une   industrie   qui   appartient   au   cercle   des   pays   dont   l’OMS   reconnaît   la   conformité   aux   standards   internationaux.   Depuis   la   fin   des   années   90,   ces   programmes  d’investissements  se  sont  accélérés  afin  de  mieux  insérer  le  secteur   dans   la   performance.   Ils   gravitent   en   moyenne   chaque   année   autour   de   300   millions  dh  et  sont  affectés  autant  à  la  modernisation  de  l’outil  de  production  qu’à   la   formation   des   personnels.   Parce   qu’elle   s’inscrit   dans   la   durée,   l’industrie   pharmaceutique   marocaine   reste   fermement   engagée   dans   ses   programmes   d’investissement   lesquels,   ne   manqueront   pas   de   s’amplifier   dans   les   années   à   venir   pour   répondre   aux   exigences   toujours   croissantes   des   marchés.   Pour   s’engager  dans  ce  nouvel  avenir,  l’industrie  pharmaceutique  exige  de  notre  part  le   déploiement   de   mesures   inédites   afin   de   lui   permettre   de   survivre   dans   un   environnement   concurrentiel   résolument   hostile   caractérisé   par   des   restructurations,  des  fusions…,  autant  de  mouvements  qui  imposent  des  refontes   de  stratégies  allant  du  renforcement  de  l’action  commerciale  au  développement  
  • 23.   23   des  programmes  d’investissement.  Il  ne  fait  aucun  doute  que  la  clé  du  succès  futur   réside  dans  la  modernisation  de  l’outil  de  production  afin  de  réussir  une  qualité   toujours  meilleure  à  des  coûts  toujours  plus  compétitifs.                                         40 ANS D’EXPERIENCE ANS D’EXPERIENCE ANS D’EXPÉRIENCE   300   Produit  commercialisés   ANS D’EXPERIENCE ANS D’EXPÉRIENCE   35 LABORATOIRES COMMETTANTS INTERNATIONAUX 300 ANS D’EXPERIENCE ANS D’EXPÉRIENCE   6 UNITÉS DE PRODUCTION SPÉCIALISÉES ANS D’EXPERIENCE ANS D’EXPÉRIENCE   100 MILLIONS € DE CHIFFRE D’AFFAIRES ANS D’EXPERIENCE ANS D’EXPÉRIENCE   1000 COLLABORATEURS DONT 100 CADRES ANS D’EXPERIENCE ANS D’EXPÉRIENCE   9 % DE PARTS DE MARCHE  
  • 24.   24        
  • 25.   25   5.  Les  operations  de  SOTHEMA  en  bourse  :   2005  :  introduction  en  bourse  par  cession  d’une  partie  du  capital  de  SOTHEMA   L’Assemblée  Générale  Mixte  tenue  en  date  du  14  juillet  2004  a  ratifié  purement  et   simplement  la  décision  de  la  demande  d’inscription  de  la  société  à  la  cote  de  la   Bourse  des  valeurs  décidée  par  le  conseil  d’administration  dans  sa  délibération  en   date  du  28  juin  2004.   SOTHEMA   prévoit   d’assurer   le   financement   du   présent   programme   de   rachat   d’actions  (à  un  montant  maximum  de  M  MAD  48,6)  par  le  recours  aux  concours   bancaires,   aux   conditions   normales   du   marché,   et   éventuellement   par   la   mobilisation  de  la  trésorerie  disponible1  qui  se  monte  à  près  de  M  MAD  -­‐115,9  à   fin  juin  2010.   A  la  connaissance  de  la  société,  les  actionnaires  non-­‐salariés  détenant  5%  ou  plus   du   capital   de   la   société   n’envisagent   pas   de   participer   à   cette   Introduction   en   Bourse   en   tant   qu’acquéreur.   Certains   actionnaires   salariés   envisagent   de   participer  à  cette  opération.   Sothema  vise,  à  travers  son  introduction  en  bourse,  les  objectifs  suivants  :     • Institutionnaliser  l’entreprise  et  son  capital  en  ouvrant  l’actionnariat  de  la   société   au   grand   public   et   aux   investisseurs   institutionnels.   En   effet,   l’ouverture   du   capital   permettra   de   sortir   de   l’image   de   la   PME   traditionnelle,  refermée  sur  elle-­‐même,  en  faisant  participer  un  plus  grand   nombre  d’actionnaires  à  la  rentabilité  de  la  société  ;     • Accroître  la  notoriété  de  l’entreprise  auprès  de  la  communauté  financière   et  du  grand  public;   • Renforcer   la   logique   de   performance   et   de   transparence   dans   laquelle   s’inscrit  l’entreprise  en  se  soumettant  au  jugement  du  marché  ;     • Permettre  une  liquidité  des  titres  de  capital  de  la  société  et  par  là  même   pérenniser  la  société  ;     • Faciliter  le  recours  à  des  financements  externes  grâce  à  un  accès  direct  aux   marchés  financier.   31/01/2005  introduction  en  bourse  par  cession  d’un  maximum  de  15%  du  capital  de  SOTHEMA  
  • 26.   26   Le   montant   global   de   l'opération   sera   compris   entre   94.500.000   Dh   et   108.000.000  DHS.  (sur  la  base  de  la  fourchette  de  prix  et  du  nombre  d'action  égal   à  150.000)   La   totalité   des   actions   offertes   dans   le   cadre   de   l'Offre   seront   cédées   par   les   actionnaires  actuels  de  SOTHEMA  conformément  au  tableau  ci-­‐dessous.  150  000   actions,  représentant  15%  du  nombre  total  d’actions  et  de  droits  de  vote  de  la   Société  seront  initialement  mises  sur  le  marché.   -­‐ Nature  des  titres    Actions  SOTHEMA  sous  deux  catégories  :  „    Actions  de  catégorie  A,  actions  pharmaceutiques  „     Actions  de  catégorie  B,  actions  non  pharmaceutiques   -­‐ Nombre  d’actions  offertes   Le   nombre   d’actions   offertes   dans   le   cadre   de   cette   opération   est   de   150   000   actions.  „    Actions  de  catégorie  A  :  10  200  actions  (7%  du  nombre  total  d’actions  offertes)  „     Actions  de  catégorie  B  :  139  800  actions  (93%  du  nombre  total  d’actions  offertes)   -­‐ Prix  de  cession   Le  prix  sera  déterminé  à  l’issue  de  la  centralisation  des  ordres  de  type  III  dans  le   cadre  de  l’Offre  à  Prix  Ouvert  (OPO).   -­‐ Valeur  nominale  :  100  dirhams   -­‐ Libération  des  titres  :  Les  actions  cédées  sont  entièrement  libérées  et  libres   de  tout  engagement   2006  :  programme  de  rachat  d’action  en  vue  de  régulariser  le  marché    Le  Conseil  d'Administration  souhaite  mettre  en  œuvre  un  programme  de  rachat   par   SOTHEMA   de   ses   propres   actions,   afin   de   régulariser   le   cours   de   l'action   SOTHEMA   sur   le   marché   boursier.   Cet   objectif   sera   réalisé   sans   pour   autant   fausser  le  bon  fonctionnement  de  ce  dernier  
  • 27.   27   SOTHEMA   prévoit   d'assurer   le   financement   du   présent   programme   de   rachats   d'actions   (à   un   montant   maximum   de   MAD   23,64   millions)   par   ses   ressources   propres,  et  plus  précisément  par  la  mobilisation  de  la  trésorerie  disponible.  A  ce   titre,  il  est  à  signaler  que  la  trésorerie  nette  de  la  société  s’élève  à  fin  décembre   2005  à  MAD  –140  millions.  Les  recettes  d’exploitation  prévisionnelles  à  percevoir,   estimées  en  moyenne  à  MAD  50  millions  par  mois  en  2006,  devrait  permettre  de   subvenir  aux  besoins  de  financement  dudit  programme  de  rachat  d’actions.   2007  :  programme  de  rachat  d’action  en  vue  de  régulariser  le  marché   SOTHEMA   prévoit   d'assurer   le   financement   du   présent   programme   de   rachat   d'actions   (à   un   montant   maximum   de   MAD   23,64   millions)   par   ses   ressources   propres,  et  plus  précisément  par  la  mobilisation  de  la  trésorerie  disponible.  A  ce   titre,  il  est  à  signaler  que  la  trésorerie  nette  de  la  société  s’élève  à  fin  décembre   2006  à  MAD  –60  millions.  L’autofinancement  prévisionnel  2007  de  SOTHEMA  de   M  MAD  90,5  (contre  M  MAD  32,1  au  30  juin  2006)  devrait  permettre  de  subvenir   aux  besoins  de  financement  dudit  programme  de  rachat  d’actions.   2008  :  programme  de  rachat  d’action  en  vue  de  régulariser  le  marché   SOTHEMA   prévoit   d’assurer   le   financement   du   présent   programme   de   rachat   d’actions   (à   un   montant   maximum   de   M   MAD   32,4)   par   la   mobilisation   de   sa   trésorerie  disponible5  qui  se  monte  à  près  de  M  MAD  3  à  fin  juin  2008  ainsi  que   par  concours  bancaires,  éventuellement  et  ce,  aux  conditions  actuelles  du  marché.   2011  :  programme  de  rachat  d’action  en  vue  de  régulariser  le  marché   SOTHEMA   prévoit   d’assurer   le   financement   du   présent   programme   de   rachat   d’actions  (à  un  montant  maximum  de  M  MAD  48,6)  par  le  recours  aux  concours   bancaires,   aux   conditions   normales   du   marché,   et   éventuellement   par   la   mobilisation  de  la  trésorerie  disponible  qui  se  monte  à  près  de  M  MAD  -­‐115,9  à  fin   juin  2010.        
  • 28.   28   Section  II  /  Analyse  et  modes  de  financement  de  SOTHEMA   I-­‐  Modes  de  financement  :   1. Les  augmentations  du  capital:   • 1ere  augmentation:   Le   Conseil   d'Administration   a   offert   à   l'Assemblée   Générale   Ordinaire   qui   sera   appelée   à   statuer   sur   les   comptes   de   l'exercice   clos   le   31   décembre   2006  l'option  pour  la  distribution  des  dividendes  de  31  dhs  par  action  ou   l'augmentation  du  capital  par  incorporation  de  réserves  de  40.000.000  dhs   par  attribution  gratuitement  aux  actionnaires  de  400.000  actions  nouvelles   dans   la   proportion   d'une   action   nouvelle   pour   3   actions   anciennes,   et   ce   sous   réserve   d'annulation   de   l'augmentation   de   capital   par   apport   en   numéraire   de   11.000.000   dhs   décidée   par   l'Assemblée   Générale   Extraordinaire  du  27  Mars  2006.     • 2eme  augmentation  :   L'Assemblée  Générale,  après  avoir  entendu  la  lecture  du  rapport  du  conseil   d'administration  et  après  en  avoir  délibéré,  décide,  à  compter  de  ce  jour,   d'augmenter   le   capital   social   s'élevant   actuellement   à   120.000.000,00   de   dirhams  divisé  en  1.200.000  actions  de  100,00  Dirhams  chacune  de  valeur   nominale,  entièrement  libérées,  d'une  somme  de  60.000.000,00  de  dirhams   pour   le   porter   ainsi   à   180.000.000,00   de   dirhams.   Cette   somme   de   60.000.000,  00  de  dirhams  sera  prélevée  sur  :     -­‐ La  totalité  du  compte  "Autres  Réserves",  dont  le  montant  s'élève  à   ce  jour  à  la  somme  de  54.040.000,00  dirhams.   -­‐ Le  compte  "  Report  à  nouveau  "  à  concurrence  de  5.960.000,00   dirhams.   Cette   augmentation   de   capital   sera   réalisée   au   moyen   de   l'émission   de   600.000  actions  nouvelles  de  100,00  dirhams  chacune  de  valeur  nominale   qui   seront   attribuées   gratuitement   aux   actionnaires   actuels   à   raison   de   1   action   nouvelle   pour   2   actions   anciennes.   Le   conseil   d'administration   est   spécialement  mandaté  pour  prendre  toutes  mesures  qu'il  jugera  utiles  pour  
  • 29.   29   assurer   l'exécution,   dans   les   conditions   ci-­‐dessus   indiquées,   de   l'augmentation  de  capital  qui  vient  d'être  réalisée.     Le   tableau   suivant   récapitule   les   deux   occasions   qui   marquent   cette   opération  d’augmentation  de  capitale  menée  par  la  société  :     L’augmentation  du  capital  peut  se  faire  soit  par  une  augmentation  de  la  valeur   nominale  des  actions  existantes,  soit  par  l’augmentation  du  nombre  des  actions   (émission   des   nouvelles   actions   dont   la   valeur   nominale   est   égale   à   celle   des   actions  existantes  ou  anciennes).   Le  droit  de  souscription:   Comme   il   est   montré   dans   le   rapport   de   l’assemblée   générale   ordinaire,   dans   le   cas   de   la   première   augmentation,   pour   souscrire   à   une   action   nouvelle,   il   faut   disposer   de   3   actions   anciennes.   Dans   la   deuxième   opération,   le   droit   de   souscription   à   une   action   nouvelle   nécessite   la   disposition  de  deux  actions  anciennes.     Situation  de  l’autonomie  financière  relative  à  l’augmentation  de  2010  :     • L’objectif  derrière  le  recours  à  ce  mode  de  financement  est  de  renforcer   l’indépendance   financière   (Fonds   propres)   de   l’entreprise  (Ratio   d’autonomie  financière  avant  l’augmentation  de  capital  était  de  55,8%,   contre  71,03%  après  l’augmentation,  soit  une  variation  de  15,24%)          
  • 30.   30   2. Subventions  d’investissement  :     «  Partenariat  entre  une  société  russe  et  SOTHEMA»   La  convention  entre  SOTHEMA  et  BIOCAD  a  été  signée  lors  de  la  visite  royale  en   Russie  en  mars  2016  et  porte  sur  la  fabrication  et  la  mise  sur  le  marché  marocain   de   bio-­‐similaires   anticancéreux.   Un   accord   dans   le   cadre   duquel   SOTHEMA   a   engagé  un  processus  de  recrutement  et  auquel  il  a  contribué  à  hauteur  de  250   MDH.  Toujours  du  côté  financement,  notons  que  SOTHEMA  a  obtenu  une  aide  à   l'investissement   s’élevant   à   30%   de   l'investissement   total   par   le   ministère   de   l’Industrie  dans  le  cadre  du  déploiement  des  écosystèmes  pharmaceutiques.       3. Concours  bancaires  :   L’opération  de  régularisation  du  cours  des  actions  de  SOTHEMA  (exemple  :   2010)   dont   le   montant   s’élèvent   à   48,6   M   MAD,   à   été   financée   par   le   recours   aux   concours   bancaires   et   par   les   disponibilités   de   l’entreprise,   cette   opération   va   dégager   un   déficit   de   trésorerie   de   -­‐115,9M   MAD   en   31/12/2010.   II-­‐  Analyse  du  bilan  et  CAF:   D’après   une   première   du   bilan   comptable   de   l’entreprise   SOTHEMA,   relatif   à   l’exercice  2017,  nous  remarquons  que  les  immobilisations  sont  d’un  montant    net   de  429  483  250,13  DHS  ils  représentent  33,14%  du  total  de  l’actif,  on  rajoute  à  ce   montant   celui   relatif   aux   stocks   et   créances   qui   pèsent   66,38%   de   l’actif,   sans   oublier  le  montant  des  amortissement  qui  s’élèvent  à  543  905  751,  73  DHS.   SOTHEMA   finance   ses   investissements   par   l’amortissement   de   ses   immobilisations,    on  retient  du  passif  que  les  capitaux  permanents  représentent   un  moyen  de  financement  des  investissements  de  l’entreprise,  le  différentiel  des   capitaux  permanents  et  l’actif  immobilisé  dégage  :   • Fond  de  roulement  positif    de  327  275  884,5  DHS.   • Besoin  en  Fond  de  roulement  positif  de  502  457  263,09  DHS   • Trésorerie  net  égale  à  (-­‐175  181  378,56)  DHS     L’entreprise   se   trouve   dans   une   bonne   situation,   les   ressources   stables   sont   suffisantes   pour   le   financement   de   l’actif   stable,     avec   une   besoin   en   fond   de   roulement  positif  qui  représente  la  différence  entre  les  besoins  d’exploitation  et  
  • 31.   31   les  ressources  liées  à  l’exploitation,    alors  que  l’excèdent  dégagé  par  les  ressources   stables  n’est  pas  suffisant  pour  couvrir  le  BFR,  et  dégage  par  la  suite  une  trésorerie   nette  négative.  (Voir  annexe  1)   Généralement   l’entreprise   doit   avoir   une   trésorerie   positive   avec   une   faible   valeur,  pour  pouvoir  faire  face  aux  situations  imprévue  et  pour  régler  les  agios  de   l’entreprise  avec  les  banques.    Dans  le  cas  de  SOTHEMA,  l’entreprise  dégage  une   trésorerie  nette  négative  s’élève  à  (-­‐175  181  378,56)  à  cause  d’une  augmentation   de  l’endettement  à  courte  terme  (Voir  annexe  2),  tel  que  les  concours  bancaires,   crédits   de   trésorerie,   et   crédits   d’escompte.   De   ce   fait   l’entreprise   ne   gère   pas   efficacement   ses   créances   avec   les   clients   ainsi   que   ses   dettes   envers   les   fournisseurs.     Donc,   il   faut   mieux   aligner   les   paiements   des   dettes   de   fournisseurs   avec   l’encaissement  des  créances  clients,    et  puisque  les  capitaux  propres  représentent   une   partie   importante   par   rapport   aux   dettes   de   financement   (   K°=   90%   de   l’ensemble   des   ressources   stables)   dans   ce   cas   elle   préfère   compter   sur   ces   moyens   propres   ou   de   recourir   vers   les   dettes   à   long   terme   (Dettes   de   financement  =  10%  du  financements  permanents).   Annexe  1  :   Calcul  de  l’équilibre  financier  :   • FR=Financements  Permanents  -­‐  Actifs  Immobilisés   FR=  756  759  134,66  -­‐  429  483  124,13=327  275  884,5  DHS   • BFR=Actif  Circulant  -­‐  Passif  circulant   BFR=860  127  751,73  -­‐  357  670  488,64  =  502  457  263,09     • TN=Trésorerie  actif  -­‐  Trésorerie  Passif  (FR-­‐BFR)   TN=6  154  533,30  -­‐  181  335  911,86  =  -­‐175  181  378,56              
  • 32.   32       Annexe  2  :       CAF  de  SOTHEMA   La   Capacité   d’Autofinancement   de   l’entreprise   en   2017   est   d’un   montant   de   193163816.37  DH      se  qui  nous  permet  de  dire  que  SOTHEMA  a  un  flux  potentiel   important   de   trésorerie   dégagé   par   l’ensemble   de   ses   activités   normales,   sans   tenir  compte  ses  encaissements  et  décaissements  effectivement  réalisés.    
  • 33.   33   Cette   capacité   donne   en   quelque   sorte   à   l'entreprise   une   marge   de   manœuvre   financière  lui  permettant  de  faire  face  à  ses  besoins  de  financement.   Pour  mieux  analyser  la  capacité  d’autofinancement  on  va  utiliser  quelques  ratios  :   •  Part  de  la  valeur  ajoutée  consacrée  à  l'autofinancement  :   !"#$%&'!()*)'# !"#$%&  !"#$%é!      =         !"#$#%&$.!" !"#$""%%".!" = 19.25% •  Capacité  de  remboursement  :   !"##"  !"  !"#$#%&'&#( !"#          =       !!"#$%"%.!" !"#!$#%!$.!" = 0.11   Le  premier  Ratio  nous  permet  de  constater  que  l’entreprise  a  consacré  plus  de   19%  de  sa  valeur  ajoutée  pour  son  autofinancement.   Le   deuxième   fournit   le   nombre   d'années   de   CAF   nécessaires   pour   rembourser   tous  les  emprunts  si  la  CAF  était  entièrement  consacrée  à  cet  objectif,  dans  notre   cas  ce  Ratio  est  égal  a  0.11  c’est-­‐à-­‐dire  que  SOTHEMA  a  besoin  de  moins  d’une   année  pour  rembourser  tous  ses  dettes.   On  peut  aussi  ajouter  un  autre  indice,  qui  se  calcul  comme  suit       !"# !"    =     !"#!$#%!$.!"   !"!#$"%&"&.!  =  13.5%   Se   qui   nous   permet   de   dire   que   pour   chaque   100   DH   de   chiffre   d’affaire   l’entreprise  génère  13.5  DH  de  ressources  internes.   Depuis   le   tableau   de   la   CAF   de   SOTHEMA   nous   pouvons   aussi   conclure   que   l’entreprise  consacre  plus  de  47%  de  sa  CAF  pour  l’autofinancement  et  le  reste   pour  les  dividendes.          
  • 34.   34     Conclusion   Après  avoir  étudié  la  situation  financiere  de  SOTHEMA  et  ses  differents  modes  de   financement,   nous   avons   constaté   que   le   fait   de   disposer   d’une   performance   financiere  ne  garantie  pas  une  bonne  gestion  de  la  trésorerie,  ce  qui  peut  entainer   des  problemes  pour  l’entreprise  a  long  terme.  Alors  il  faut  bien  choisir  les  modes   de  financment  les  plus  efficaces  et  les  plus  rentables  en  basant  premierement  sur   la  VAN  du  projet,  les  coûts  des  financements  adoptés  pour  assurer  un  équilibre   financier   d’une   part,   et   d’autre   part   pour   assurer   la   perenité   de   l’activité   de   l’entreprise  dans  le  long  terme.        
  • 35.   35       BIBLIO/WEBLIOGRAPHIE     • DCG6  FINANCE  D’ENTREPRISE,  2016   • COURS,  MODES  DE  FINANCEMENT,  MASTER   SPÉCIALISÉ,  MCF,  ENCG(Prof.  FAHMI),  2018   • HTTP://www.ammc.ma/fr/espace-­‐ emetteurs/operations-­‐financieres/sothema   • HTTP://www.casablanca-­‐bourse.com/   • HTTP://www.scholarvox.com/   • HTTP://sothema.com/web/   • HTTPS://lnt.ma/sothema-­‐lance-­‐premiers-­‐ medicaments-­‐biosimilaires-­‐anticancereux-­‐maroc/   • WWW.digischool.com