SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  53
Télécharger pour lire hors ligne
Modu 2.0
Stratégie pour une mobilité durable
Mobilitéit
zesummen erreechen
Stratégie Modu 2.0 élaborée par :
Département des Transports, Direction de la Planification de la Mobilité
Sur base d’informations fournies par :
37 500 résidents et frontaliers qui ont participé à l’enquête Luxmobil en 2017
Département de l’Aménagement du Territoire
Département des Travaux Publics
Département de l’Environnement
Département des Transports
Ministère de l’Economie, Direction générale Énergie
Administration des Ponts et Chaussées
Société Nationale des Chemins de Fer Luxembourgeois
Verkéiersverbond
Luxtram S.A.
Statec
Préface 	  6
Chapitre 1 : La mobilité en chiffres 	  10
Chapitre 2 : Les objectifs pour 2025 	  14
Chapitre 3 : La boîte à outils de la mobilité 	  19
Les 4 acteurs de la mobilité 	  20
Aménagement du territoire 	  22
Urbanisme et circulation 	  24
Rendre la ville aux piétons 	  26
Donner leur place aux cyclistes 	  28
Gérer l’heure de pointe 	  30
La voiture comme moyen de transport 	  32
Gérer le stationnement 	  36
La multimodalité agréable 	  41
« Mobility-as-a-Service » 	  42
Les transports en commun 	  44
Incitations financières 	  50
Un transport routier plus propre 	 	 51
Chapitre 4 : Les projets en cours 	  57
L’aménagement du territoire 	  58
Les déplacements à la carte 	  60
Les carburants alternatifs 	  62
Les mobilités actives 	  64
La réorganisation du réseau RGTR 	  68
Le tram et les pôles d’échange 	  70
Les park and ride (PR) 	  72
Les projets ferroviaires 	  74
Le covoiturage et l´autopartage 	  80
Les projets routiers 	  82
Les nouvelles technologies 	  90
Chapitre 5 : L’horizon 2035 	  95
L’approche 	  96
Les outils de la planification stratégique de la mobilité 	  97
Exemple: le corridor entre Esch-sur-Alzette et Luxembourg-Ville 	  98
Le réseau de tramway 	  102
6 7
PREFACE
Le chapitre 3 illustre la « boîte à outils » de la mobilité,
c’est-à-dire une cinquantaine de mesures concrètes
que les quatre acteurs de la mobilité – l’Etat, les
communes, les employeurs et les citoyens – peuvent
mettre en œuvre pour améliorer la mobilité.
Le quatrième chapitre dresse un état d’avancement
des principaux projets en cours dans le domaine des
transports terrestres.
Le chapitre 5 revient sur la méthode et les outils
dont le Ministère du Développement durable et des
Infrastructures s’est doté pour élaborer, dans les
années à venir, une vision cohérente pour la mobilité
multimodale à l’horizon 2035.
La saturation des réseaux aux heures de pointe n’est
pas le seul défi auquel le secteur des transports est
confronté. Près de deux tiers des émissions de CO2
au Grand-Duché proviennent des véhicules à moteur
diesel ou à essence. L’accélérateur de ces véhicules
est donc la pédale par laquelle nous accélérons
le changement climatique. Il appartient à chacun
d’entre nous de décider pendant combien d’heures
et de minutes par jour il entend y poser le pied.
Les alternatives existent : le recours aux mobilités
actives pour les distances courtes, un usage collectif
des voitures ou des transports en commun pour les
distances moyennes et enfin l’offre toujours grandissante
de voitures à zéro ou à faibles émissions. Engager
cette transition est la meilleure façon d’éviter au
Grand-Duché des interdictions de circulation pour
certains types de véhicules telles qu’elles se multiplient
dans les pays voisins en raison du dépassement des
seuils européens en matière de qualité de l’air.
Plusieurs douzaines de familles entament l’année sans
se douter que l’un des leurs les quittera, victime d’un
accident de la route. Des milliers de familles encadrent
un blessé grave, pendant quelques semaines ou pour
le reste de sa vie. N’acceptons jamais cette souffrance.
En dehors des courses règlementées, la route n’est
ni une infrastructure sportive ni un passe-droit pour
le moindre rapport de force. C’est un espace public.
Pensons-y lorsque nous l’aménageons et lorsque
nous l’utilisons. Chacun doit y trouver sa place et s’y
sentir en sécurité et à l’aise. Car se déplacer n’est pas
seulement un besoin individuel, c’est aussi l’occasion
de rencontrer des gens - donc un acte public. Les
déplacements tunnel entre un garage privé et un
parking au sous-sol ne contribuent pas à renforcer
notre société.
N’hésitons pas à remettre en cause nos habitudes,
ne serait-ce que de temps en temps, que nous
soyons citoyens, employeurs, ou acteurs politiques
ou techniques auprès d’une commune ou de l’Etat.
Empruntons la voie des alternatives énoncées dans
la présente stratégie et atteignons les objectifs de
la mobilité ensemble.
La mobilité est un besoin humain fondamental
et constitue une condition préalable pour le
fonctionnement d’une économie. Peu de sujets sont
aussi intimement liés au quotidien de la quasi-totalité
des personnes. Les problèmes de mobilité que
connaissent notre pays et ses régions limitrophes à
certaines heures de la journée ont plusieurs causes :
la croissance économique, un développement du
territoire non pas planifié, mais régi par la disponibilité
foncière, un incontestable retard dans la mise en
place d’infrastructures de transport, une planification
guidée par les infrastructures plutôt que par les
besoins en mobilité, des investissements favorisant
le transport d’un maximum de véhicules plutôt que
d’un maximum de personnes et enfin une utilisation
inégale dans le courant de la journée de l’espace
routier et des transports en commun.
Nous devons nous attaquer à toutes ces causes. L’un
des principaux messages de la présente mise à jour
de la stratégie pour une mobilité durable est que des
améliorations substantielles sont possibles à court et
à moyen terme. Pendant que l’Etat rattrape le retard
pris en matière d’infrastructures, améliore la qualité
de l’offre des transports en commun et élabore
un concept multimodal cohérent pour la mobilité à
l’horizon 2035, les communes, les employeurs et les
citoyens peuvent mettre en œuvre une multitude de
mesures qui sont détaillées dans le présent document.
Les deux premiers chapitres présentent les chiffres
de la mobilité tels qu’ils sont ressortis de l’enquête
ménages Luxmobil de 2017 et définissent les objectifs
qui en découlent à l’horizon 2025.
François Bausch
Ministre du Développement durable
et des Infrastructures
8
Lors du débat de consultation du 19 avril 2018, les
députés se sont exprimés sur le sujet de la mobilité,
et en particulier sur dix questions qui leur avaient
été posées sur la base des chiffres figurant dans le
premier chapitre du présent document.
Les partis politiques ont unanimement estimé que
l’amélioration de la mobilité ne pouvait passer que
par la mise en œuvre d’une multitude de mesures et
que des efforts supplémentaires étaient nécessaires
pour tous les modes de transport.
Concernant la gestion des pics horaires de la demande
de déplacements, l’idée d’un décalage du début
des cours de certains lycées serait à creuser et une
flexibilisation des heures de travail des salariés devrait
être encouragée pour autant que cela se fasse avec leur
plein accord et non pas au détriment d’acquis sociaux.
Au vu des 250 000 sièges automobiles libres qui entrent
chaque jour dans l’agglomération de la capitale, le
covoiturage a été largement reconnu comme un outil
économe et nécessaire à une utilisation plus efficiente
des infrastructures routières existantes. L’application
de covoiturage « CoPilote » est attendue avec
impatience. L’autopartage, quant à lui, a été cité comme
une nouvelle option que près d’un quart des personnes
interrogées seraient disposées à essayer d’après un
récent sondage.
Des objectifs chiffrés pour les parts modales des
déplacements domicile-travail et domicile-école
à l’horizon 2025 ne doivent pas être fixés de façon
arbitraire, mais résulter de projections réalistes
basées sur des données objectives. Quels que soient
ces objectifs, l’offre et la qualité de service des
transports en commun doivent être améliorées de
façon significative. Des efforts sont à entreprendre
pour réduire la part modale de la voiture pour les
trajets domicile-école, non seulement dans l’intérêt
de la fluidité du trafic, mais surtout dans celui des
enfants et des jeunes eux-mêmes. En général, des
alternatives à la voiture particulière sont à promouvoir
pour les déplacements très courts, en deçà d’un,
voire de cinq kilomètres.
L’augmentation de la part modale du vélo pour les
déplacements au quotidien ne passera que par la mise
en place d’infrastructures cyclables sécurisées et
directes. Des pistes cyclables en site propre devraient
désormais être intégrées, dans la mesure du possible,
dans tout nouveau projet routier.
Dans le même esprit, des mesures en faveur du bus,
que ce soient des couloirs pour bus ou une priorisation
par les feux de circulation, sont nécessaires pour
rendre les transports en commun attractifs par rapport
au trafic motorisé individuel.
Pour ce qui est des transports en commun ferroviaires,
les nombreux projets infrastructurels ont vocation à
améliorer l’offre à moyen terme. L’information lacunaire
au client en cas de retards ou de suppressions de
trains a cependant été épinglée comme un problème
exaspérant auquel il convient de remédier dans les
meilleurs délais.
L’aménagement du territoire, la gestion du
stationnement, la mise en place de Park and Ride
supplémentaires en amont de trajets quotidiens,
la digitalisation, la gratuité des transports en commun
et la promesse de la conduite autonome ont été
cités comme des outils, essentiels pour les uns,
souhaitables pour les autres, permettant d’améliorer
la mobilité.
L’idée d’un tram rapide reliant les deux principales
agglomérations du pays à l’horizon 2035 a été
accueillie, selon les partis politiques, avec intérêt
ou enthousiasme. Les députés attendent que la
présentation de l’étude finale en juin 2018 fournisse
plus de détails, notamment quant aux autres modes
de transport qui ont été analysés pour ce corridor.
Enfin, un grand nombre de projets infrastructurels,
tant routiers que ferroviaires, ont été proposés.
Etant donné que leur énumération relève davantage
du Plan Sectoriel Transports que de la présente
stratégie, ils ne sont pas repris ici.
(Vidéo et compte rendu sur www.chd.lu)
DÉBAT DE CONSULTATION SUR LA MOBILITÉ
À LA CHAMBRE DES DÉPUTÉS
11
LA MOBILITÉ
EN CHIFFRES
Il est utile d’alimenter la discussion sur
la mobilité, que chacun vit de manière subjective,
de données objectives.
Modal split 2017
Le cumul de tous les trajets montre trois
pointes journalières :
–	 La pointe matinale est exacerbée par la coïncidence
des flux « domicile-travail » et « éducation ».
–	 Les pointes de l’heure de midi et du soir, moins
accentuées, se composent pour moitié des
retours du travail ou de l’école et pour moitié
de trajets privés.
Utilisation des modes de transport pour la totalité des
trajets. La marche à pied est seulement comptabilisée
si le déplacement entier a été fait à pied.
200 000
150 000
100 000
50 000
0
3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24
	Loisirs
	Déplacements
	 privés hors loisirs
	Education
	Déplacements
	professionnels
	Travail
69 % 17 %
2 %
12 %
Le taux d’occupation des voitures qui entrent dans
l’agglomération de la capitale pour le trajet domicile –
travail entre 6h00 et 10h00 heures est de 1,16 personne
par voiture pour les résidents et de 1,22 personne par
voiture pour les travailleurs frontaliers.
« 250 000 SIÈGES
AUTOMOBILES LIBRES
ENTRENT CHAQUE MATIN
DANS L’AGGLOMÉRATION
DE LA VILLE
DE LUXEMBOURG »
Trajets en semaine par heure d’arrivée
(Luxmobil, 2017)
Résidents
–	 Chaque résident se déplace en moyenne
pendant 1 h 27 heures par jour. (Statec, 2016)
–	 La mobilité constitue en moyenne 16 % des
dépenses annuelles d’un ménage, dont 15 %
pour les véhicules privés. (Statec, 2015)
–	 86 % de la population sont mobiles en semaine.
(Luxmobil, 2017)
–	 En moyenne, la distance parcourue par jour
est de 39 km. (Luxmobil, 2017)
–	 6,5 % des adultes n’ont jamais de voiture
à leur disposition. 78,5 % ont toujours accès
à leur voiture personnelle. (Luxmobil, 2017)
6:00
7:00
8:00
9:00
0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 %
	 Places occupées
	 Places libres
Ligne CFL 90 entre la
France et le Luxembourg
taux de remplissage
entre 6 h 00 et 10 h 00.
Taux d’occupation
CHAPITRE 1
12 13
–	 Moyennes des trajets entre le domicile et le lieu de
travail pour la population ayant entre 18 et 65 ans,
tous modes de transport confondus.
–	 33 % des trajets domicile-travail des résidents sont
inférieurs à 5 km. La moitié de ces trajets courts
sont effectués en voiture.
–	 Moyennes des trajets entre le domicile et le lieu
d’éducation, tous modes de transports confondus.
–	 Dans l’enseignement secondaire, 37 % des trajets
sont inférieurs à 5 km.
–	 Dans l’enseignement fondamental, 78 % des trajets
sont inférieurs à 5 km, 38 % sont inférieurs à 1 km.
Distance moyenne
Temps de parcours moyen
Vitesse moyenne
Distance moyenne
Temps de parcours moyen
Vitesse moyenne
LU
13 km
34 min
22 km/h
Enseignement
fondamental
3,5 km
19 min
11 km/h
FR
34 km
54 min
38 km/h
BE
42 km
51 min
49 km/h
Enseignement
secondaire
11 km
37 min
18 km/h
DE
40 km
49 min
49 km/h
Trajets domicile-travail
Trajets domicile-école
Flotte de véhicules
285 000
250 000
150 000
1  100
1  000
2 000
82
9
Vélos utilisés (MDDI, TNS Ilres 2017)
Voitures diesel (SNCA, 2017)
Voitures à essence (SNCA, 2017)
Voitures plug-in hybrides (SNCA, 2017)
Voitures électriques (SNCA, 2017)
Autobus (SNCA, 2017)
Trains voyageurs (CFL, 2017)
Trams (Luxtram, 2017)
Infrastructures
Autoroutes
Routes nationales
Chemins repris
Autres routes
Voies ferrées principales
Réseau cyclable national
Réseau tram en service
165 km
837 km
1 891 km
5 900 km
451 km
611 km
3,6 km
Combien coûte la mobilité par an ?
Compte des Transports 2016 en millions d’euros (MDDI, 2018)
	Usagers
	Etat
	Collectivité
Transport de personnes
Transport de marchandises
927 3772 921
44
3,14
3,12
5,20 12,11
3,44
178
2 140
Ceci veut dire que la personne qui se déplace paie
69 % du coût de son déplacement. Les 31 % restants
sont un subside de la société (Etat et collectivité).
–	 Pour le transport terrestre de marchandises, le
coût total de 2,36 milliards d’euros est pris en
charge pour 91 % par les transporteurs et pour
9 % par la société.
Le “Compte des Transports” que le MDDI est en train
de finaliser pour l’année de référence 2016 répond
aux questions de savoir combien la mobilité terrestre
au Grand-Duché coûte en une année et qui en paie
quelle part.
–	 Le transport de personnes coûte environ
4,2 milliards d’euros. 2,9 milliards d’euros sont
payés par les personnes qui se déplacent (le
coût dominant étant celui des véhicules privés),
0,9 milliards d’euros sont pris en charge par
l’Etat (en plus des impôts et des recettes liés aux
transports) et 377 millions d’euros incombent à
des tiers (p. ex. les frais de santé d’une personne
souffrant des nuisances sonores dues au trafic).
« POUR CHAQUE
KILOMÈTRE QU’UNE
PERSONNE PARCOURT
À PIED OU À VÉLO,
ELLE ÉVITE 6,9 CENTS
DE DÉPENSES
À LA SOCIÉTÉ. »
Coûts externes (cents par personne par km) : coûts qui
n’incombent pas à la personne qui se déplace, mais à l’Etat et à
la collectivité (coûts environnementaux et accidents).
Bénéfices externes (cents par personne par km) : réduction
des dépenses de santé, non pas pour la personne qui se
déplace, mais pour tous ceux qui financent le système de santé.
15
LES OBJECTIFS
POUR 2025
L’objectif stratégique pour 2025 est de réduire la congestion
aux heures de pointe, tout en transportant 20 % de personnes
de plus qu’en 2017. L’enquête ménages Luxmobil permet
d’identifier les actions nécessaires pour atteindre cet objectif
et de les regrouper en quatre objectifs spécifiques.
Action :
–	 Augmenter le taux d’occupation moyen pour les
déplacements domicile-travail à 1,5 personne par
voiture (1,2 en 2017). Cela correspond à « deux
personnes dans chaque deuxième voiture ».
Objectif 1
Parts modales des déplacements domicile-travail
Objectif 2
Taux d’occupation des voitures
Objectif 3
Parts modales des déplacements domicile-école
Actions :
–	 Augmenter de 50 % le nombre de passagers des
transports en commun grâce à la mise en service
des nouvelles infrastructures des CFL et de la
réorganisation du réseau RGTR.
–	 Effectuer à pied 95 % des trajets domicile-travail
inférieurs à 1 km (56 % en 2017).
Actions :
Si l’objectif à long terme doit être que - à l’exception
des 5 % de jeunes à mobilité réduite ou dont l’école
n’est accessible qu’en voiture - tous les écoliers et
lycéens se rendent à l’école à pied, à vélo ou en
transports en commun, les actions suivantes peuvent
être mises en œuvre jusqu’en 2025 :
–	 Effectuer à vélo 10 % des trajets domicile-travail
inférieurs à 5 km (5 % en 2017).
–	 Les 65 % restants des déplacements domicile-
travail, effectués en voiture, profiteront de routes
moins congestionnées dès lors que le taux
d’occupation moyen de ces voitures dépassera 1,4.
–	 Effectuer à pied 75 % des trajets domicile-école
inférieurs à 1 km (58 % en 2017).
–	 Effectuer à vélo 15 % des trajets domicile-école
inférieurs à 5 km (3 % en 2017).
–	 Effectuer en bus 50 % des trajets domicile-école
fondamentale (29 % en 2017) et en bus ou en train
77 % des trajets domicile-école secondaire
(70 % en 2017).
2025
2025
Pour comparaison : Sans croissance, les actions susmentionnées mèneraient à des parts modales en
2025 de 26 % pour les transports en commun, de 42 % pour les conducteurs de voiture, de 17 % pour
les passagers de voiture, de 5 % pour le vélo et de 10 % pour la marche à pied.
Pour comparaison : En Suisse, ces parts modales sont de 55 % pour la marche à pied, de 24 % pour
les transports en commun, de 10 % pour la voiture ou la motocyclette, de 8 % pour le vélo et de 3 %
pour les autres moyens de déplacement. (BFS, 2017)
46 %
+ 20 %
+ 18 %
19 %Conducteur
2017
2017
61 %
19 %
12 %Conducteur
6 % 2 %
Passager
Passager
22 % 38 % 45 %9 % 4 %
39 %
20 %
21 %
25 %
2 % 10 %
CHAPITRE 2
16
En 2012, la stratégie globale pour une mobilité
durable MoDu fixait pour l’année 2020 un double
objectif : 25 % de déplacements non motorisés
(marche à pied ou vélo), et un quart des 75 % de
déplacements motorisés effectués par les
transports en commun, ce qui correspond à 19 %
de tous les trajets. Cependant, les chiffres de 2012
se basaient non pas sur une enquête ménages
récente, mais sur des extrapolations calibrées
de données recueillies en 1995 (résidents) et en
1997 (frontaliers). La methode de calcul des parts
modales n’était pas precisée, notamment pour
ce qui était des trajets piétons. Les objectifs ne
visaient pas spécifiquement les heures de pointe,
mais la totalité des déplacements.
L’enquête sur la mobilité des résidents et des
frontaliers Luxmobil a montré qu’en 2017, 20 %
des déplacements motorisés étaient effectués par
les transports en commun. Quant aux mobilités
actives, leur part était de 24 %, si l’on comptabilise
les déplacements à pied à destination et à partir
d’un véhicule et de 12 %, si l’on tient uniquement
compte des déplacements effectués exclusivement à
pied. Modu 2.0 retient cette deuxième approche
pour le calcul des parts modales. Au vu de la
congestion du trafic routier et ferroviaire aux
heures de pointe en 2018, force est de constater
la pertinence pour Modu 2.0 de fixer des objectifs
spécifiques aux heures de pointe et d’assortir ces
objectifs d’actions spécifiques.
Objectif 4
Attractivité des transports en commun
Autres objectifs
En relation avec la mobilité
Les objectifs de parts modales
du MoDu de 2012 ont-ils été atteints ?
Actions :
-	 Supprimer moins de 1 train sur 100.
(1 train sur 40 fut supprimé en 2017).
–	 Réduire de 25 % la part des trains accusant un
retard de six minutes ou plus (par rapport à 2017).
–	 Atteindre des temps de trajet inférieurs à ceux de
la voiture pour les lignes de bus express aux heures
de pointe entre le premier arrêt et le terminus.
Sécurité routière :
Vision zéro : 0 mort, 0 blessé grave.
Plan d’action Sécurité Routière
Transport pour tous :
Inclusion : infrastructures et véhicules de transport
accessibles aux personnes à mobilité réduite.
Convention relative aux droits des personnes handicapées, ONU
Qualité de l’air :
2005 - 2030 : réduction de 83 % de NOX
 ; réduction
de 42 % de composés organiques volatils non
méthaniques (COVNM) ; réduction de 40 % des
particules fines PM2,5.
Directive Commission européenne
Décarbonisation des transports :
2005 - 2030 : réduction de 40 % des émissions de gaz
à effet de serre (GES). Au Grand-Duché, 64 % des
émissions de CO₂, principal GES produit par l’activité
humaine, proviennent du secteur des transports.
Accord de Paris sur le climat
Aménagement du territoire :
Développement organisé et harmonieux du territoire.
Programme Directeur d’Aménagement du Territoire
Troisième Révolution Industrielle :
Pilier « mobilité » de l’étude stratégique « Rifkin ».
www.troisiemerevolutionindustrielle.lu
Chapitre 3
La boîte à outils
de la mobilité
La mobilité relève autant de choix personnels que de
décisions collectives. Il serait illusoire de croire qu’un seul
outil tel que les infrastructures ou un seul acteur tel que
l’Etat serait à même de l’améliorer de façon satisfaisante.
Une mobilité durable pour la société et agréable pour
le citoyen ne peut être atteinte que si chacun des acteurs
de la mobilité prend ses responsabilités.
20
Les 4 acteurs
de la mobilité
Le message – clé de la présente mise à jour de la stratégie
nationale Modu 2.0 est que la mobilité au Grand-Duché
ne pourra être améliorée durablement et dans des délais
raisonnables que si tous les acteurs publics et privés mettent
en œuvre une multitude d’actions concrètes. Dans la suite
de ce chapitre, de telles actions sont proposées et attribuées
aux quatre acteurs de la mobilité selon le schéma de
couleurs que voici :
Les employeurs et les établissements
d’éducation sont les destinations à l’heure
de pointe matinale et les origines des
déplacements lors de la période de pointe
du soir.
Le citoyen est libre d’un certain nombre
de choix et peut périodiquement remettre
en question ses habitudes.
Les communes déterminent l’espace
public dans lequel leurs résidents se sentent
invités à choisir un moyen de transport plutôt
qu’un autre.
L’Etat fixe le cadre légal. Il oriente l’évolution
de la mobilité par l’aménagement du territoire,
par le choix des investissements dans les
infrastructures de transport et par l’offre des
transports en commun.
2322
Aménagement
du territoire
Tant au niveau national qu’au niveau
communal, le trafic est la conséquence
logique de l’éparpillement des
fonctions « logement », « travail »,
« école », « loisirs » et « commerce ».
Le regroupement de ces fonctions
est la façon la plus économe de créer
de la mobilité.
« Seule une approche concertée
entre l’Etat et les communes
permet de concilier croissance
économique et mobilité. »
	 A l’échelle de la commune et, par cumul, à
l’échelle nationale, le plan d’aménagement
général est l’instrument par lequel la
commune crée soit du trafic, soit de la
mobilité. Implanter une école ou un
supermarché en bordure de localité crée
du trafic, alors qu’un regroupement des
fonctions et une densification des quartiers
autour des principaux arrêts des transports
en commun génèrent de la mobilité.
Le saviez-vous ?
En Suisse, l’autorisation d’un projet industriel
ou résidentiel d’envergure requiert un concept
de mobilité qui démontre la compatibilité avec
l’existant. Un accès au réseau routier ne constitue
pas en soi un concept de mobilité.
	 L’Etat fixe le cadre constitutionnel et
législatif de l’aménagement du territoire.
Il peut contribuer à la cohérence entre les
planifications territoriales des communes et
les stratégies de développement nationales.
	 Par une implantation systématique
des institutions particulièrement
génératrices de déplacements (zones
d’activités et lycées, pôles culturels,
sportifs ou universitaires, hôpitaux, etc.)
au plus près des arrêts des transports
en commun les plus performants, l’Etat
peut découpler la croissance économique
de la congestion routière.
	 Dans la même logique, un engagement à
long terme de l’Etat à développer certains
axes forts des transports en commun peut
orienter les choix du secteur privé pour
l’implantation d’entreprises et la construction
de logements.
Dans la logique actuelle du développement diffus
et désordonné du territoire, où la disponibilité
foncière dicte l’implantation des différentes fonctions,
le trafic est le trait d’union entre des villages qui sont
vides le jour et des centres-villes qui sont vides la
nuit. L’embouteillage est devenu le principal lieu de
rassemblement dans l’espace public.
Le regroupement, dans trois agglomérations (Agglo
NORD, Agglo LUX et Agglo SUD), des institutions les
plus génératrices de déplacements et la mise en
place d’axes de transports en commun très attractifs
vers et entre ces agglomérations et vers les principaux
pôles de résidence des travailleurs frontaliers permet
de mettre les fruits de la croissance économique au
profit de la qualité de vie des citoyens, tant en milieu
rural qu’en milieu urbain.
Trafic et mobilité
Par trafic, on entend le mouvement de véhicules. La mobilité désigne la possibilité et la capacité d’atteindre
des destinations. La mobilité constitue ainsi un aspect de la qualité de vie. Le trafic ne représente que la partie
(en général motorisée) de la mobilité qui a effectivement lieu. Davantage de mobilité ne signifie donc pas
forcément plus de trafic. Par exemple, l’implantation d’une épicerie de village augmente la mobilité des résidents
qui ne disposent pas de voiture, sans pour autant augmenter le trafic (voire en réduisant le trafic puisque des
trajets motorisés vers des commerces plus lointains peuvent être évités).
A l’inverse, un excès de trafic motorisé peut réduire la mobilité, tant des occupants des véhicules eux-mêmes
(embouteillage) que des acteurs dits vulnérables, à savoir les piétons et les cyclistes, et en particulier les enfants.
A titre de réflexion : quiconque choisit une destination de vacances se renseigne généralement sur l’offre de
mobilité au lieu de villégiature, tout en cherchant à éviter le trafic en s’y rendant.
Scénario diffus et désordonné
(MDDI, 2018)
Scénario organisé et harmonieux
(MDDI, 2018)
2524
École
Urbanisme
et circulation
L’urbanisme, l’aménagement de l’espace
public et les règlements de circulation
orientent le choix du mode de transport.
Pour promouvoir le trafic automobile,
il convient d’offrir du stationnement au
plus près des destinations et de prioriser
la fluidité du trafic automobile aux
carrefours. Les transports en commun
routiers sont d’autant plus utilisés qu’aux
heures de pointe, un passage préférentiel
leur est réservé et que l’accès aux arrêts
est agréable. La circulation cycliste se
développe dans un contexte d’itinéraires
sécurisés, directs, ininterrompus,
confortables et lisibles au sol. Enfin, le
trafic piéton, et donc la vie dans l’espace
public, prend son essor dans des espaces
à échelle humaine qui sont longés de
rez-de-chaussée intéressants et reliés
entre eux par des cheminements courts,
libres d’obstacles et protégés du trafic
motorisé. L’espace public étant limité, il
convient de combiner des mesures en
faveur du mode souhaité avec des mesures
à l’encontre du mode à défavoriser.
(MDDI)
« 56 % des résidents ne
connaissent pas d’espace public
fréquenté régulièrement par
les adultes de leur localité. »
(MDDI, TNS Ilres, 2017)
	 La commune peut élaborer, avec la
participation des citoyens, un plan de
mobilité multimodal assorti d’un plan
d’action. La Direction de la Planification
de la Mobilité du MDDI peut la conseiller
en la matière.
	 Les mesures communales en faveur
d’une mobilité durable sont récompensées
par le Pacte Climat.
	 www.pacteclimat.lu
	 La réfection de voiries existantes et la
planification de quartiers nouveaux sont
des occasions idéales pour repenser
la mobilité.
B
U
S
B
U
S
École
Promouvoir le trafic automobile en localité :
Promouvoir la marche à pied et le vélo en localité :
	 Stationnement dans l’espace public
	 au plus près des destinations privées
	 Trottoirs élargis et voies cyclables
	 le long des routes principales
	 Trottoir continu
	 pouvant être franchi
	 par les voitures
	 Débouché d’une route secondaire :
	 priorité au trafic motorisé, détour
	 et dénivelé pour les piétons
	 Parking regroupé pour
	 commerces locaux
	 Quartier nouveau : accessibilités piétonne et
	 motorisée identiques, stationnement en bande
	 Quartier nouveau avec parking
	 visiteurs regroupé et raccourci pour piétons
	 Ecole : dépose-minute au plus
	 près de l’entrée
	 Trottoirs larges et sécurisés
	 à l’approche de l’école
	 Quartier résidentiel :
	 raccourci pour le trafic motorisé
	 Cul-de-sac pour le trafic motorisé,
	 perméable pour les piétons et les cyclistes
(MDDI)
26 27
Rendre la ville
aux piétons
L’espace public ne vit que par les piétons. Les villes
et les villages qui priorisent les piétons par rapport
au trafic motorisé offrent à leurs habitants une
qualité de vie élevée, profitent d’un air plus propre
et soutiennent le commerce local.
La présence d’enfants
est le véritable
indicateur de qualité
de l’espace public.
Les enfants préfèrent se rendre à l’école fondamentale
à pied ou à vélo, plutôt que d’y être conduits. Ils arrivent
alors réveillés et apaisés.
La marche à pied est le mode de déplacement
le plus économe d’espace et le plus rapide sur des
distances allant jusqu’à 1 km, selon la disponibilité
du stationnement pour les autres modes.
En charge de l’aménagement des trottoirs,
même le long des routes étatiques, les
communes déterminent l’attractivité de
la marche à pied. Elles peuvent  :
	 Mettre en place des cheminements directs,
sécurisés avec un gabarit libre permettant
au moins le croisement de deux poussettes,
fauteuils roulants, déambulateurs ou
trottinettes pour enfants.
	Eclairer les passages piétons et réduire
au minimum le temps d’attente aux
feux piétons.
	 Concevoir tous les cheminements
piétons de façon à ce qu’ils permettent
aux écoliers de se rendre seuls à
l’école fondamentale ou aux arrêts
des bus scolaires.
	 Les communes et l’Etat peuvent aménager
l’espace public de façon à favoriser des
déplacements piétonniers dans un
contexte agréable, par exemple en écartant
le stationnement (sauf pour personnes à
mobilité réduite) de 100 à 300 mètres
des points d’attraction et en y apaisant le
trafic motorisé.
	 Les riverains peuvent veiller à ce que
les trottoirs soient dégagés d’obstacles
tels que des voitures garées, des haies
non taillées ou des poubelles.
Sous quelles conditions vous déplaceriez-vous davantage
à pied au quotidien ? (top 4) (MDDI, TNS Ilres, 2017)
Carrefours mieux adaptés
aux piétons
Trottoirs mieux éclairés
Trottoirs plus larges
Trottoirs sans cyclistes
78 %
75 %
61 %
58 %
« Vingt minutes de mobilité
active par jour, c’est-à-dire deux
allers-retours piétons de
300 mètres, réduisent de façon
significative le risque de diabète de
type 2, de maladies
cardiovasculaires, de cancer du sein
et du côlon, de dépression et de
démence. Au Grand-Duché, 30 %
des déplacements inférieurs à 1 km
sont effectués en voiture. »
(OMS, MDDI)
(MDDI)
(MDDI)
2928
	 L’Etat peut intégrer le vélo comme mode de
déplacement dans toutes les infrastructures
et offres de transport, mettre en place un
réseau cyclable national attractif tant pour
les déplacements quotidiens que pour le
cyclotourisme en milieu rural, veiller à un
maillage cohérent entre ce réseau et les
réseaux internationaux et communaux
et adopter une règlementation favorable
à la pratique du vélo.
	 Les communes peuvent collaborer entre
elles et avec la Cellule Mobilité Douce du
MDDI pour mettre en place un réseau
cyclable communal :
1.	 Analyse de la « cyclabilité » de l’ensemble
des voies publiques.
2.	 Définition d’un réseau cyclable communal
sûr et continu permettant aux cyclistes de
se rendre partout au quotidien.
3.	 Identification des sections dangereuses
ou manquantes du réseau projeté.
4.	 Planification et mise en œuvre des
chaînons manquants au fil des chantiers
sur les tronçons concernés.
5.	 Signalisation et promotion.
Donner leur place
aux cyclistes
55 % des résidents font du vélo et n’attendent que des
infrastructures cyclables de qualité pour contribuer
à réduire la part modale de la voiture, notamment sur
les nombreux trajets courts. (MDDI, TNS Ilres, 2017)
« 51 % de l’ensemble des
déplacements des résidents
sont inférieurs à 5km. Un tiers
des trajets inférieurs à 1 km
et les deux tiers des trajets
entre 2 et 5 km sont effectués
en voiture par les résidents. »
Les employeurs peuvent encourager la
pratique du vélo pour les déplacements
au quotidien en :
	 offrant du stationnement sécurisé pour
vélos, 	des vestiaires avec douches et
des vélos de service ;
	 proposant aux employés de profiter des
avantages fiscaux liés aux vélos de leasing.
	 www.clever-fueren.lu
	 Que leur propre déplacement se fasse à
pied, à vélo, à moto ou en voiture, les
citoyens peuvent contribuer à l’essor du
mode de transport bénéfique pour la
société qu’est le vélo en respectant tous
les usagers de la route.
	 Un premier défi consiste à ne plus recourir
à la voiture privée pour les déplacements
à l’intérieur de la localité ou du quartier
de résidence.
Les résidents qui ont fait du vélo au cours des
12 mois passés seraient disposés à se déplacer
régulièrement à vélo plutôt qu’en voiture :
-	 S’il y avait davantage d’infrastructures cyclables
séparées du trafic motorisé (90 %).
-	 S’il y avait moins de segments dangereux ou
manquants dans les itinéraires cyclables (90 %).
-	 S’il y avait plus de respect entre les cyclistes
et les autres usagers de la route (87 %).
-	 Si les carrefours étaient mieux adaptés
à la circulation à vélo (85 %).
(MDDI, TNS Ilres, 2017)
« Avec l’essor du vélo en
général et la popularité des
vélos électriques en particulier,
c’est une question de sécurité et
de confort de séparer les
cyclistes des piétons, surtout
en milieu urbain. »
Potentiel du vélo en fonction de la qualité
des infrastructures
Disposition des personnes ayant roulé à vélo au cours
de l’année écoulée à passer à un usage quotidien du
vélo en fonction du type d’infrastructure en place.
(MDDI, TNS Ilres, 2017)
80 %
54 %
34 %
18 %
Vélo sur une piste cyclable
à l’écart du trafic motorisé
Vélo sur une voie cyclable
indiquée uniquement
par un marquage ou vélo
dans une zone à 30 ou à
20 km/h
Vélo dans trafic fort,
sans espace réservé
Vélo sur voie de bus, sur
une voie suggestive ou
dans un trafic modéré
limité à 50 km/h
30 31
Gérer l’heure
de pointe
La plupart des problèmes de trafic ne concernent
que les périodes de pointe du matin et du soir. Il est
plus économe d’étirer et d’aplatir ces pointes que
d’adapter les infrastructures.
200 000
150 000
100 000
50 000
0
3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24
	Loisirs
	Déplacement
	 privés hors loisirs
	Educaion
	Déplacements
	professionnels
	Travail
	 Horaire mobile et télétravail.
En organisant les changements d’équipe en
dehors des périodes de pointe, en offrant
aux employés dont la tâche le permet des
horaires mobiles, des comptes épargne-
temps et la possibilité de faire du télétravail
(à partir du domicile, de bureaux
satellites ou d’espaces de co-travail) et en
promouvant le covoiturage, les employeurs
peuvent contribuer considérablement à la
fluidification du trafic aux heures de pointe.
	 Horaires des lycées. Le décalage du début
des cours de certains lycées délesterait le
trafic aux heures de pointe et améliorerait
la ponctualité du transport scolaire.
L’impact potentiel sur le trafic s’observe
pendant les vacances scolaires.
	 Horaires des livraisons et logistique
urbaine. Assurer les livraisons en dehors
des heures de pointe et effectuer la
distribution finale par des camions à petite
capacité, voire des vélos-cargos permet
de fluidifier le trafic et de désengorger les
centres-villes.
Trajets en semaine par heure d’arrivée
(MDDI, 2017)
	 Seuls, en tant que cluster
ou en collaboration avec
le Verkéiersverbond, les
employeurs peuvent établir
un plan de mobilité
entreprise avec des
mesures concrètes pour
améliorer la mobilité de
leurs employés.
	 www.mobiliteit.lu
Services à la personne
et organisation interne
de l’entreprise  :
téléconférences ; télétravail
Covoiturage :
réduire les transports
individuels motorisés
Transports en commun :
promotion de l’offre (train,
bus), p. ex. mPass
Aménagements :
garantir la qualité des aménagements
urbains (pistes cyclables et piétonnes
sécurisées)
Modes doux/actifs :
Infrastructures, action
« Mam Vëlo op d’Schaff »
Communication
et information  :
conseil en mobilité
Optimisation du parc de véhicules :
p. ex. intégration du autopartage,
gestion de stationnement automobile
« Décaler les horaires,
transporter moins de sièges vides,
favoriser les modes économes
d’espace routier. »
Le saviez-vous ?
Le programme Beter Benutten (« mieux utiliser »
les véhicules et les infrastructures), une collaboration
entre les secteurs public et privé aux Pays-Bas, a
permis, en trois ans, de réduire de 19 % la congestion
sur les points noirs du réseau routier.
www.beterbenutten.nl/en
Beter Benutten (Ministerie
van Infrastructuur en Milieu)
Plan de mobilité « mConcept », Verkéiersverbond
Optimising Use
Fast and easy
from door to door
32 33
	 Aux endroits où une telle demande
se manifestera, les communes
pourront prévoir des emplacements
de stationnement pour la montée
et la descente des covoitureurs.
	 Les particuliers peuvent profiter des
économies et d’éventuelles incitations
liées au covoiturage (telles que le parking
préférentiel sur le lieu de travail) en
communiquant leurs déplacements en
tant que conducteur ou passager à un
portail de covoiturage. 2
	 En plus de proposer le portail de
covoiturage CoPilote pour le Luxembourg
et sa région limitrophe, l’Etat peut
dédier, sur les tronçons d’autoroute qui
le permettent, une voie « 3+ » aux
covoitureurs et aux bus. 3
	 En incitant les employés à créer une
communauté sur un portail de
covoiturage tel que CoPilote et en offrant
du stationnement préférentiel aux
covoitureurs, les employeurs peuvent
économiser des places de stationnement
sur leur site et contribuer à réduire le
trafic environnant aux heures de pointe. 1
La voiture comme
moyen de transport
Pour être le mode de transport le plus cher, le plus
consommateur d’espace et le plus émetteur de
pollution atmosphérique par personne transportée,
la voiture individuelle pourrait être utilisée de façon
plus efficace. Le covoiturage et l’autopartage,
tout en étant économiquement avantageux pour
les ménages, peuvent réduire sensiblement les
embouteillages aux heures de pointe et libérer des
places de stationnement en milieu urbain.
« Chaque matin, 250 000 sièges
automobiles vides
entrent dans l’agglomération
de Luxembourg-Ville. »
déplacement ensemble, soit des inconnus sont mis
en relation par un portail de covoiturage (application
smartphone ou site Internet) auquel chacun a
préalablement communiqué ses déplacements.
Combien est-ce que cela coûte ?
Le conducteur et le passager conviennent d’un prix.
Celui-ci peut être nul ou de l’ordre de quelques euros
tel que proposé par l’application de covoiturage.
Le covoiturage (« car pooling »)
Qu’est-ce que c’est ?
C’est le fait de partager une voiture privée pour
effectuer un trajet commun.
Quel est l’avantage ?
Chaque conducteur qui se fait passager économise
de l’argent et contribue à réduire les embouteillages.
Comment cela fonctionne-t-il ?
Soit le conducteur et le passager se connaissent
déjà (famille, travail) et conviennent d’effectuer le
1 Emplacement réservé au covoiturage
3 Voie de covoiturage en Amérique du Nord
2 Covoitureurs
3534
Système d’autopartage « en boucle »
ou en « free float » ?
Dans un système en boucle, la voiture doit être
restituée à l’endroit où elle a été empruntée. Cela
correspond à l’usage occasionnel d’une voiture
privée et permet une grande prévisibilité pour le
client suivant. 2
Un système « free float », dans lequel la voiture
peut être déposée n’importe où dans un périmètre
prédéfini, semble offrir davantage de flexibilité. En
réalité, plus ce périmètre est grand, moins ce système
est attractif pour le client suivant, qui ignore jusqu’au
dernier moment où il devra récupérer la voiture.
En dehors de centres-villes comptant au moins un
million d’habitants (Berlin, Munich, etc.), ce système
n’est pas économique, puisque le coût du ramassage
des voitures éparpillées équivaut au coût d’un service
de taxi.
Autopartage avec moteurs électriques
ou thermiques ?
Les voitures électriques se prêtent parfaitement
pour les systèmes d’autopartage « en boucle »,
puisqu’elles se rechargent entre les locations,
alors qu’avec les voitures à essence ou à diesel,
les conducteurs doivent faire le plein pendant
les locations.
L’autopartage (« car sharing »)
Qu’est-ce que c’est ?
Ce sont des voitures stationnées à des endroits fixes
disponibles à la location pour des déplacements
courts (quelques heures).
Quel est l’avantage ?
Le ménage peut faire des économies en remplaçant
sa voiture la moins utilisée par de l’autopartage.
Comment cela fonctionne-t-il ?
Une fois devenu client d’une société d’autopartage,
l’utilisateur réserve un véhicule par smartphone,
ouvre le véhicule en y apposant sa carte de membre
et verrouille le véhicule de la même façon après avoir
effectué le trajet désiré. La clé de contact et une
carte pour faire le plein se trouvent dans le véhicule. 1
Combien est-ce que cela coûte ?
En plus de la cotisation mensuelle (entre 0 et 30 €),
la location est facturée uniquement en fonction de
la distance parcourue et du temps de déplacement.
Le carburant, les assurances, l’entretien et la
dépréciation sont inclus dans ce prix. Le stationnement
au lieu de départ est gratuit et garanti. Selon la formule
choisie, l’autopartage reste avantageux lorsque l’on
réalise jusqu’à cinq déplacements par semaine, d’une
durée de une à deux heures chacun. L’autopartage
ne se prête donc pas aux déplacements quotidiens
domicile-travail.
	 Les communes peuvent s’associer à une
société d’autopartage et mettre en place
des stations de deux ou plusieurs voitures
dans les quartiers à forte densité
d’habitation. D’expérience, une voiture
d’autopartage installée au bon endroit y
libère des places de stationnement,
puisqu’elle remplace jusqu’à dix voitures
privées, notamment les véhicules
secondaires qui sont souvent garés dans
l’espace public.
	 Les employeurs peuvent mettre à la
disposition de leurs employés des
voitures d’autopartage pour les
déplacements professionnels, voire pour
les déplacements privés en dehors des
heures de travail. Cette alternative aux
voitures de leasing incitera davantage
d’employés à recourir aux transports en
commun pour leurs déplacements
domicile-travail.
	 Avant l’achat d’une voiture privée, les
résidents d’une localité dans laquelle des
voitures d’autopartage sont installées
peuvent évaluer si ce service permet
de répondre à leurs besoins et comparer
les dépenses associées aux deux options
(dépenses mensuelles moyennes pour une
voiture privée : environ 500 €).
« Les véhicules privés, qui sont
à l’arrêt pendant 22 heures
par jour en moyenne, comptent pour
plus d’un septième des dépenses
des ménages. »
2 CFL Flex (CFL)
1 La voiture se déverrouille à l’aide de la carte de membre (MDDI)
3736
Une stratégie cohérente pour le stationnement est
l’un des outils-clés des communes en matière de
mobilité. Outre la disposition préférentielle de
places pour les personnes à mobilité réduite (PMR)
et pour les vélos, voici quelques mesures efficaces :
	 Remplacer le stationnement en bande par des
parkings groupés écarte les manœuvres de
stationnement du trafic et permet d’aménager
des couloirs pour bus, des trottoirs plus larges
et des voies cyclables. Une telle démarche
contribue à sécuriser et rendre plus attractifs
la marche à pied et les déplacements à vélo.
	 Si les arrêts de bus, les stations d’autopartage
et le stationnement pour vélos sont disposés
plus près des destinations que les entrées
de parking, alors les modes alternatifs
deviennent plus compétitifs par rapport
à la voiture particulière.
	 Introduire le parking résidentiel en accordant
un nombre minimal de vignettes en fonction
de la disponibilité du stationnement sur les
terrains privés permet de réserver les places
disponibles dans l’espace public aux riverains
qui en ont besoin.
	Le parking payant dans les zones commerciales
favorise la rotation des visiteurs et donc le
commerce local. Selon le type de parcmètre,
il est possible d’accorder la gratuité du
stationnement aux clients des commerces.
	 Dans une commune où les places de parking
dans l’espace public sont règlementées, il est
possible de créer, pour les habitants qui
souhaitent vivre avec moins de voitures privées,
des quartiers bénéficiant d’une dérogation au
nombre minimal de places de stationnement
par habitation. Ces habitations sont moins
chères à la construction.
	 Une politique restrictive en matière de places
de stationnement accordées pour les
bâtiments administratifs (p. ex. un emplacement
pour 175 m2
de surface construite brute en
milieu urbain) incite les employeurs à mettre en
place des plans de mobilité entreprise et réduit
le trafic aux heures de pointe.
Gérer le
stationnement
La gestion du stationnement permet
d’influencer les parts modales et le taux
d’occupation des véhicules aux heures
de pointe, de réduire le stationnement
non souhaité, d’affecter des terrains
publics et privés à des usages plus utiles,
de baisser le coût des constructions et
de réduire la production de déchets
inertes due aux parkings souterrains.
« La probabilité de trouver
une place de stationnement
sur le lieu d’arrivée influe
fortement sur le choix
du mode de transport sur
le lieu de départ. Au
Grand-Duché, 60 % des
employés disposent d’une
place de parking à leur lieu
de travail. »
La proposition de gauche est majoritaire parmi
toutes les tranches d’âge, les deux sexes, tous les
niveaux socio-économiques, les Luxembourgeois
et les non-Luxembourgeois et dans toutes les
régions du Grand-Duché.
« La prépondérance de la voiture privée
s’explique par le simple fait
qu’au cours des soixante dernières
années, tout a été fait pour que la
voiture devienne le mode de transport
le plus attractif pour relier tout
bâtiment à tout autre bâtiment.
Eloigner, de 100m à 300m, les places
de stationnement non PMR des
destinations contribuera à rééquilibrer
les parts modales. »
	 L’Etat peut concevoir et agencer les
bâtiments publics de façon à ce qu’il
devienne plus attractif de s’y rendre
en bus, à vélo ou à pied qu’en voiture
privée, même pour les employés.
	
	 Dans les parkings situés près des gares et
de certains pôles d’échange, l’Etat peut
offrir des tarifs préférentiels aux usagers
des transports en commun.
Au vu des prix du foncier, les entreprises
peuvent gérer plus économiquement les
surfaces de parking :
	en attribuant les places aux covoitureurs,
aux vélos et aux véhicules de société
réservés à l’autopartage ;
	en mutualisant le parking avec des
acteurs voisins qui en ont besoin à
d’autres heures de la journée ou
de la semaine (supermarchés, cinémas,
centres sportifs, etc.).
Celui qui a devant la porte d’entrée un espace-rue
permettant aux enfants de jouer, le parking public
se trouvant à 100 mètres.
Celui qui a devant la porte d’entrée une bande de
stationnement, un espace public permettant aux
enfants de jouer se trouvant à 100 mètres.
62 % 38 %
Parmi les deux propositions suivantes de logements identiques disposant
chacun d’emplacements de stationnement privé à l’intérieur du bâtiment,
lequel choisiriez-vous ? (MDDI, TNS Ilres, 2017)
38 39
Zone mixte
Parking propre à chaque institution :
–	 Surcapacités, surtout la nuit, le weekend, etc.
Entreprise
Stationnement attribué à des personnes :
–	 Besoin d’un maximum de surface.
–	 Encourage l’usage de la voiture individuelle.
–	 Contribue ainsi à la congestion des routes
aux heures de pointe.
Rue principale
Stationnement en bande :
–	 Stationnement public omniprésent qui se prête
à des usages parasitaires tels que le stationnement
à long terme, le Park and Ride, le stationnement
de voitures d’entreprise, la vente de voitures
d’occasion, etc.
Quartier résidentiel
Stationnement en bande :
–	 Stationnement public au plus près des habitations.
La voiture domine même les rues à trafic apaisé.
Parking de quartier :
–	 Espace convivial permettant aux enfants de jouer.
–	 Favorise la marche à pied et le vélo.
Parking mutualisé :
–	 Gestion économiquement efficace
des surfaces de stationnement.
Stationnement attribué à un usage précis
(tel que le covoiturage ou l’autopartage
de voitures de société) :
–	 Réduit considérablement le besoin en surface.
–	 Contribue à la fluidité du trafic aux heures
	 de pointe.
–	 Est plus économique tant pour l’employeur
que pour les employés.
Parking regroupé :
–	 Mise à disposition de stationnement public
pour un usage précis, p. ex. parking courte
durée pour commerces locaux.
–	 Meilleure qualité urbaine. Libération d’espace
pour des voies cyclables et des trottoirs plus
confortables.
La part des voitures garées régulièrement dans l’espace public alors qu’elles disposent d’un emplacement
privé, est d’environ 33 % dans les communes rurales, d’environ 40 % à Luxembourg-Ville et dans la région
Sud et de 48 % dans les communes périurbaines. D’après les propriétaires, l’emplacement privé est soit
occupé par autre chose qu’une voiture, soit moins facilement accessible. (MDDI, TNS Ilres, 2017)
B
U
S
B
U
S
ÉcoleÉcole
B
U
S
B
U
S
École
B
U
S
B
U
S
B
U
S
B
U
S
P+3
Covoiturage
41
La multimodalité
agréable
Si le temps passé aux arrêts, aux gares et aux
pôles d’échange n’est pas seulement agréable,
mais utile pour le voyageur, le maillon faible
de la multimodalité en devient un atout.
Pôle d’échange Howald (MDDI, 2016)
	 Selon leurs compétences, les communes
et l’Etat peuvent aménager les pôles
d’échange de façon à ce que le voyageur
soit pour le moins à l’abri des intempéries
et bien informé (Verkéiersverbond).
	 Au mieux, ils y permettront l’installation
de services qui profiteront aux navetteurs
et aux résidents du quartier.
	Les logements et les emplois qui génèrent
le moins de trafic motorisé se trouvent sur
un pôle d’échange, voire à moins de 300 m
de celui-ci.
Y avez-vous pensé ?
Le transbordement n’est pas un inconfort propre
aux transports en commun. Descendre d’un bus
pour accéder à un quai de train n’est pas
forcément plus inconfortable que de garer sa
voiture, d’en sortir pour une escale quotidienne,
puis d’y retourner après avoir effectué des
achats, s’être restauré, avoir déposé un enfant à la
crèche ou avoir visité un club de fitness. Si de tels
services sont offerts aux pôles d’échange, le
transbordement n’est pas vécu comme une perte,
mais comme un gain de temps.
« Aux Pays-Bas, 82 % des
clients des chemins
de fer font quotidiennement
des achats aux gares. »
(Nationale Spoorwegen, 2014)
42 43
« Mobility-as-a-Service »
En renseignant l’utilisateur sur divers critères tels que le temps
de parcours, le coût, la distance et l’impact environnemental,
la mobilité en tant que service permet à l’utilisateur de choisir
parmi plusieurs options pour le déplacement souhaité.
	Pour informer en temps réel les clients
et les employés des départs des transports
publics à proximité de leur site, les
employeurs ou les gestionnaires d’un
bâtiment public peuvent installer un
afficheur dans l’entrée de leur bâtiment.
Une fois l’écran avec connexion Internet
monté aux frais du propriétaire, le
Verkéiersverbond se charge gratuitement
de l’affichage des données pertinentes. 1
	 www.mobiliteit.lu
	 Avant d’effectuer un déplacement,
l’utilisateur peut consulter une application
de mobilité en tant que service. Grâce
à son calculateur d’itinéraires multimodaux
en temps réel (illustration ci-après), cette
application lui montre toutes les façons
disponibles d’effectuer son déplacement,
y compris des combinaisons de différents
modes de transport tels que la marche,
le vélo privé ou en libre-service, la voiture
privée, le covoiturage, l’autopartage, le taxi,
les bus, les trains ou le tram. L’utilisateur
peut alors choisir une option en fonction
de ses priorités, que ce soit la rapidité, le
confort, le coût ou un autre critère.
	 www.mobiliteit.lu
Planificateur d’itinéraires multimodaux :
Quelles sont mes options pour me rendre de l’endroit à l’endroit  ?
1 Afficheur dynamique des départs du transport public (MDDI)
19 min
21 min
28 min
28 min
1 h 10
4,9 km
5,2 km
5,5 km
5,5 km
4,9 km
1 g
612 g
250 g
397 g
0 g
0,00
4,60
2,00
4,00
0,00
La mobilité d’une main
avec le smartphone et la mKaart :
Information en temps réel :
–	 Envoi automatique de notifications en
cas de retards, de chantiers ou d’autres
perturbations en cours de route.
–	 Situation en temps réel du trafic routier et
des départs des transports en commun.
–	 Taux d’occupation des parkings relais.
–	 Disponibilité de points de charge ou de
vélos en libre-service.
Accès à d’autres services de mobilité :
–	 Accés P+R, autopartage, vélos
en libre-service, mBox, Chargy, etc.
Achat et gestion de billets :
4544
Les transports
en commun
Les transports en commun constituent la manière
la plus efficace de transporter un grand nombre de
personnes sur un même axe. Il existe pour cela une
large palette d’options. Le mode de transport le plus
approprié dans une situation peut être parfaitement
inadapté dans une autre situation.
	 La commune peut améliorer l’accessibilité
aux transports en commun en aménageant
des cheminements piétons et cyclables
directs vers les arrêts et en veillant à ce que
les zones d’attente soient fonctionnelles
et agréables.
	 La commune peut informer les citoyens
sur l’offre des transports en commun. En
plus des horaires et des tarifs, elle peut
inclure dans ses publications des photos des
arrêts dans la commune et de destinations
joignables à partir de ces arrêts.
	 Si la demande en justifie les coûts
d’exploitation, la commune peut affiner
le réseau RGTR sur son territoire par
des lignes de bus communales. Pour
une demande ponctuelle, un service de
taxi peut s’avérer plus économique.
	 L’Etat finance un réseau de transports en
commun multimodal sur le territoire du
Grand-Duché. Dans des cas spécifiques, il
participe aux frais d’exploitation de services
de transports en commun destinés aux
navetteurs transfrontaliers.
	 L’Etat planifie à court, moyen et long
terme une offre cohérente des transports
en commun en fonction de la demande telle
qu’elle est exprimée par les ménages et
projetée par l’Aménagement du territoire.
	 Tout en étant à l’écoute des communes,
l’Etat veille à l’attractivité globale de
l’offre. Ainsi, plus une ligne express a
d’arrêts, moins elle est efficace pour les
trajets longs.
« Parmi les réseaux de transports
en commun de taille comparable,
le Luxembourg offre les tarifs
les moins chers d’Europe de l’Ouest. »
Tarifs des transports en commun pour un trajet
simple de 30 km et une carte réseau journalière :
(MDDI, 2018)
0 € 5 € 10 € 15 € 20 € 25 € 30 €
Luxembourg
Berlin
Barcelone
Amsterdam
Paris
Vienne
London
Zurich
Copenhague
Cologne
	 Prix ticket simple/
	 distance 30 km
	 Prix tarif journalier
	 L’utilisation des transports en commun,
comme celle de tout mode de transport,
s’apprend avec une certaine persévérance.
Une personne intéressée peut :
–	 télécharger gratuitement l’application
mobile « mobiliteit.lu » du
Verkéiersverbond ;
–	 planifier et effectuer un premier trajet
sans contraintes particulières (p. ex.
le weekend) en utilisant cette application
pour consulter l’horaire et acheter le titre
de transport ;
–	 essayer différents horaires et différentes
combinaisons jusqu’à trouver la meilleure
offre pour ses déplacements quotidiens.
	 L’employeur peut encourager l’utilisation
des transports en commun en participant
au financement d’un abonnement
annuel mPass du Verkéiersverbond pour
ses employés.
	 www.mobiliteit.lu
	 Par la mise à disposition, sur le lieu de
travail, de véhicules de société pour
d’éventuels déplacements professionnels
pendant les heures de travail, l’employeur
permet aux employés de recourir
aux transports en commun pour leurs
déplacements domicile-travail.
2 €
4 €
46 47
« Même avec un taux de
remplissage de 50 %, les transports
en commun occupent entre 20 et
30 fois moins d’espace public
par personne transportée qu’un
conducteur de voiture seul. »
Place consommée par personne transportée et par mode de transport
à la vitesse usuelle et à 20 km/h en milieu urbain :
(MDDI, 2018)
Six questions pour
trouver le moyen de
transport en
commun le mieux
adapté à une
situation spécifique
4.	Est-ce que le mode de transport est capable
de s’intégrer dans le contexte urbain de façon
à être facilement accessible et donc attractif
pour le plus grand nombre de passagers ?
	 Un mode de transport qui est très rapide entre les
agglomérations, mais qui doit ramasser et déposer
ses passagers au bord de ces agglomérations,
faute de pouvoir s’y insérer urbanistiquement
(systèmes sur pilotis ou nécessitant des couloirs
très larges), peut être moins attractif qu’un mode
de transport un peu plus lent qui ramasse et
dépose ses passagers dans les centres urbains et
évite ainsi aux flux les plus importants l’inconfort
de devoir changer de moyen de transport en
cours de route.
5.	Est-ce que les contraintes d’exploitation et,
en particulier, la place occupée par les véhicules
avant et après leur service aux terminus,
peuvent être maîtrisées ?
	 En principe, il est aisé, surtout pour les transports
routiers, d’accroître la capacité de transport
en augmentant le nombre de courses. Toutefois,
cela pose souvent des problèmes de stockage
d’un grand nombre de véhicules aux terminus
et conduit à une forte augmentation des coûts
d’exploitation. Ainsi, le choix du mode de transport
le plus approprié doit également tenir compte
du bon équilibre entre fréquence attractive, place
disponible au terminus et coûts d’investissement
et d’exploitation.
6.	Est-ce que le mode de transport est adapté au
type de flux qu’il doit transporter et au contexte
dans lequel il doit s’intégrer ?
	 Un transport par télécabine peut par exemple être
une solution efficace pour aider un flux continu
de personnes à franchir un obstacle topographique.
Par contre, une télécabine n’est pas adaptée pour
transporter un flux discontinu important tel que
celui généré par l’arrivée d’un train.
1.	Est-ce que la capacité horaire de transport
est adaptée à la demande projetée ?
	 Pour un même moyen de transport, la capacité
horaire de transport est d’autant plus élevée que
les véhicules sont grands, que l’intervalle de temps
entre deux véhicules successifs est bref et que
leur vitesse est élevée. Des capacités typiques
pour les différents moyens de transports sont
données dans le tableau ci-dessous.
2.	Est-ce que la vitesse commerciale est aussi
élevée que possible ?
	 Pour un même moyen de transport, la vitesse
commerciale est d’autant plus élevée que les
véhicules sont priorisés par rapport au reste du
trafic, que la distance entre les arrêts est grande
et que le temps d’arrêt est bref. Le tableau
ci-dessous donne une indication des vitesses
commerciales pouvant être attendues pour
différents modes de transports.
3.	Est-ce que le ratio coût/utilité à long terme
est acceptable ?
	 Plus le moyen de transport est structurant pour le
territoire et plus les capacités de transport sont
conséquentes, plus il importe que l’analyse des
coûts et des bénéfices du projet porte sur la durée
de vie en incluant les coûts tant opérationnels
qu’infrastructurels et les coûts et bénéfices tant
financiers qu’environnementaux.
Motocycliste
32 m2
à 35 km/h
(20 m2
à 20 km/h)
Passager bus (12 m, 90 passagers)
1,5 m2
à 20 km/h, remplissage 75 %
2 m2
à 20 km/h, remplissage 50 %
Cycliste
8 m2
à 15 km/h
(10 m2
à 20 km/h)
Passager tram (350 passagers)
1 m2
à 20 km/h, remplissage 75 %
1,5 m2
à 20 km/h, remplissage 50 %
Piéton
1,5 m2
à 4 km/h
Conducteur seul
71 m2
à 35 km/h
(36 m2
à 20 km/h)
48 49
MODE
Marche à pied
Vélo
Vélo à assistance
électrique
Voiture
Transport à
la demande
Car
Bus standard
Bus articulé
Tram
Tram ”rapide”/
interurbain
Métro/monorail
Train
Transport par câble
CAPACITÉ HORAIRE
(PERSONNES PAR HEURE PAR SENS)
15 000 (espace de 3m)
9 500 (espace de 3m)
6 000 (espace de 3m)
1 000 - 1 200
(1,2 personnes par voiture, route urbaine principale)
15-25
(par Minibus, cadence horaire)
200-300
(uniquement places assises – cadence 15’)
900-1 000 (cadence 5’)
jusqu’à 2 500 (cadence 5’)
jusqu’à 7 000 (cadence 3’)
2 000 - 3 000 (cadence 6’)
10 000
selon la cadence et le type de véhicule
jusqu’à ~18 000
selon la longueur du train et la fréquence
jusqu’à 2 500 (10 à 25/cabine)
DISTANCE D’UTILISATION
OPTIMALE (KM)
2 km
1 - 6/7 km
2 - 15 km
5 - 100 km
(et au-delà)
10-20 km
15 - 50 km
2 - 15 km
2 - 15 km
2-15 km
10-25 km
3 - 20 km
(plus dans les grandes métropoles)
10 km
2 - 5 km
VITESSE MOYENNE
OU COMMERCIALE (KM/H)
4 - 5 km/h
10 - 20 km/h
~ 20 km/h
15 - 35 km/h
(milieu urbain)
20 - 25 km/h
40 - 50 km/h
16 - 20 km/h
(avec sites propres)
16 - 20 km/h
(avec sites propres)
18 - 22 km/h
(site propre)
30 - 45 km/h
35 - 45 km/h
40 - 100 km/h
(selon la distance et la politique d’arrêt)
15 - 18 km/h
AUTRES CARACTÉRISTIQUES
DÉTERMINANTES
La distance d’utilisation et la vitesse moyenne
dépendent fortement des infrastructures à disposition
La distance d’utilisation et la vitesse moyenne
dépendent fortement des infrastructures à disposition
En milieu urbain, la capacité dépend notamment des
carrefours
Pour zones à demande faible et diffuse
Zone rurale, lignes empruntant l’autoroute,
régions sans voie ferrée
Distances supérieures possibles en milieu périurbain/
rural, en l’absence de services ferroviaires
Vitesse maximale ~ 100 km/h.
Connexion directe de centres urbains
En général, grande interstation (1 km).
Insertion urbaine compliquée
La capacité et la vitesse dépendent
fortement de l’infrastructure à disposition
Efficace pour du point à point avec un flux de demande
continu et pour le franchissement d’obstacles
Le modes de transport en commun
et leurs caractéristiques (MDDI, 2018)
50 51
	 Les citoyens soucieux du changement
climatique peuvent décider d’effectuer
certains de leurs déplacements
quotidiens à pied, à vélo ou en transports
en commun.
	 Que ce soit en tant que conducteur ou
en tant que passager, covoiturer sur des
chemins récurrents tel que le trajet
domicile-travail divise par deux l’empreinte
carbone par personne.
	 Lors de l’achat d’une nouvelle voiture,
opter pour un véhicule à zéro ou à faibles
émissions de roulement permet de profiter
d’avantages fiscaux.
	 www.clever-fueren.lu
	 Les communes et les employeurs peuvent
réduire leur empreinte environnementale
en acquérant des véhicules à zéro ou à
faibles émissions de roulement pour leur
propre flotte de véhicules (voitures ou
camionnettes de service, autobus, camions-
poubelles, etc.) tout en profitant, le cas
échéant, d’avantages fiscaux.
	 www.clever-fueren.lu
	 En supplément des 1 600 points de charge
« Chargy » installés pour l’Etat par les
gestionnaires de réseau, les communes
	 et les entreprises peuvent mettre
en place des bornes supplémentaires
« Chargy OK ».
	 www.chargy.lu
Un transport
routier plus propre
Les véhicules à carburants alternatifs
ne modifient pas la mobilité proprement
dite, mais réduisent les quantités de
gaz à effet de serre et de polluants nocifs
émis par le trafic motorisé routier.
	 La commune peut récompenser, lors de
l’allocation de subsides, les associations
locales qui ont entrepris, pour ce qui est
des déplacements qu’elles engendrent, des
actions concrètes en faveur d’une mobilité
durable. En effet, les associations locales
jouent un rôle-clé dans la transmission de
comportements sociaux.
	 La mobilité étant, après le logement, leur
deuxième dépense la plus importante,
de nombreux ménages peuvent améliorer
leur situation financière en recourant à
des modes de transport plus durables
tout en mettant en cause leur dépendance
peut-être exagérée de leurs voitures
particulières.
	 L’employeur peut encourager l’usage des
transports en commun en contribuant
aux frais des abonnements « mPass » pour
les employés.
	 L’employeur peut inclure dans des
packages de rémunération des avantages
« mobilité » autres que la voiture
de service  : autopartage, « mPass »,
stationnement gratuit pour covoiturage,
vélo de leasing, etc.
	 L’Etat peut vérifier si les avantages fiscaux,
les taxes et les subsides en relation avec
la mobilité soutiennent les objectifs de la
présente stratégie ou les problèmes qu’elle
vise à résoudre.
Incitations
financières
Les mesures financières peuvent
prendre la forme d’incitations
nouvelles en faveur d’une mobilité
durable ou consister à remettre en
cause des incitations financières
existantes qui iraient à l’encontre
d’une mobilité durable.
« Si le ménage moyen effectuait
ses différents types de dépenses
annuelles les unes à la suite
des autres, l’ensemble des dépenses du
ménage réalisées entre le 3 novembre
et le 27 décembre seraient liées
aux véhicules privés et seules les
dépenses engagées entre le 28 et
le 31 décembre seraient liées
à d’autres services de transports. »
(Calcul MDDI basé sur des données du Statec, 2017)
Borne «Chargy»
52 53
« Well-to-Tank »
Il s’agit des émissions occasionnées avant même
le déplacement du véhicule pour produire (« well »)
et acheminer le carburant jusque dans le réservoir
(« tank »). Toute production de carburant, même
celle d’électricité à partir d’énergies renouvelables,
donne lieu à des émissions « well-to-tank ».
Pour comparer les émissions de CO₂ pour un cycle
de vie complet de deux véhicules différents, il faut
également prendre en compte les émissions dues à
la production de la voiture elle-même et, dans le cas
des voitures électriques, celles dues à la production
de la batterie, voire des batteries de remplacement.
Emissions de CO₂ pour un cycle de
vie complet du véhicule de 200 000 km
(Transport  Environment, 2017)
* 203 g CO₂ / kWh pour l’électricité consommée au Luxembourg
(ILR, 2016). Les émissions de CO₂ « well-to-tank » pour une voiture
électrique avec une consommation de 20 kWh /100 km s’élèvent
alors à 40,6 g/km.
Voiture diesel
Voiture électrique
163 g CO₂ /km
70 g CO₂ /km
12027
41*
16
16 13
	 Production de la voiture
	 et du moteur
	« Well-to-Tank »
	« Tank-to-Wheel »
	 Production batterie
	 et 1,5 remplacement
« Sur un cycle de vie complet de
200 000 km, une voiture électrique
(remplacement des batteries inclus)
produit moins de la moitié du
CO₂ émis par une voiture diesel.
Cet écart s’accentuera avec l’essor
des énergies renouvelables. »
Une politique
technologiquement neutre
Le gouvernement ne favorise pas un seul carburant
alternatif, en l’occurrence l’électromobilité. Dès lors,
d’autres carburants alternatifs pourront aussi
contribuer à rendre le transport routier plus propre.
Par exemple, si la production d’hydrogène par
électrolyse avec de l’électricité générée exclusivement
à partir d’énergies renouvelables devenait compétitive,
des véhicules avec pile à combustible à hydrogène
pourraient jouer un rôle important.
Emissions de CO₂ par personne transportée pour un cycle
de vie complet de 200 000 km par véhicule motorisé
(Mobitool.ch et Transport  Environment, 2017)
Voiture diesel
Voiture électrique
1,2 PERSONNE
PAR VOITURE
TAUX
D’OCCUPATION
BUS OU TRAIN
DE 50 %
Bus diesel
Bus électrique
Train
Vélo
136 g
58 g
50 g
17 g
4 g
1 g
CO₂ 
/km/personne
Pas de pot d’échappement (MDDI)
« Tank-to-Wheel »
Il s’agit des émissions produites localement par le
moteur du véhicule pour transférer une partie de
l’énergie contenue dans la batterie ou le réservoir
(« tank ») aux roues (« wheel »). Les voitures
électriques et celles à pile à combustible à hydrogène,
caractérisées par l’absence de pot d’échappement,
ont l’avantage de ne pas produire d’émissions locales
« tank-to-wheel » de polluants atmosphériques liées
à la combustion (CO₂, NOX
, SOX
, particules fines, etc.).
Elles émettent uniquement le tiers des particules
fines qui est dû à l’abrasion des freins et des pneus.
Chapitre 4
LES PROJETS
EN COURS
S’il est essentiel de disposer d’une stratégie cohérente
pour une mobilité durable, ce n’est que la mise
en œuvre qui permet d’atteindre progressivement
les objectifs fixés. Ce chapitre dresse
un état des lieux des principaux projets en cours.
58 59
L’AMÉNAGEMENT
DU TERRITOIRE
La loi sur l’aménagement du territoire du 22 mars 2018,
les plans directeurs sectoriels, les plans d’occupation
du sol et le programme directeur de l’aménagement du
territoire visent à encadrer une utilisation
plus rationnelle des 2 586 km2
du Grand-Duché.
Loi du 22 mars 2018
La nouvelle loi sur l’aménagement du territoire ouvre
la voie vers une mise en œuvre des plans directeurs
sectoriels (PDS) et rend plus flexible l’instrument du
plan d’occupation du sol (POS).
Plans directeurs sectoriels
La loi du 22 mars 2018 permet de relancer, en tenant
compte des avis formulés par les communes, le
Conseil Supérieur de l’Aménagement du Territoire,
les chambres consultatives et le grand public, la
procédure des quatre plans directeurs sectoriels  :
logement, transport, paysages et zones d’activités
économiques. Les plans directeurs permettent de
réserver des terrains pour une utilisation spécifique
du sol, par exemple des projets d’infrastructures
de transport.
Programme directeur de l’aménagement
du territoire (PDAT)
Le PDAT est un document qui oriente les actions de
l’Etat et des communes pour développer le territoire
national. Par une délégation partielle du pouvoir
de décision du ministère ayant l’aménagement du
territoire dans ses attributions, la refonte du PDAT en
2019 tiendra compte du Cahier de recommandations
citoyennes. Ce cahier est élaboré en 2018 par plus
de 300 citoyens, travailleurs frontaliers, représentants
ministériels et municipaux et experts thématiques
dans le cadre de « laboratoires régionaux » structurés
par thèmes (fonctions élémentaires, qualité de vie,
résilience, ressources, cohésion sociale et territoriale),
suivis d’un « marathon national », qui structure les
contributions régionales sous une approche nationale.
« SEUL UN RAPPROCHEMENT
GÉOGRAPHIQUE DES
FONCTIONS LOGEMENT,
TRAVAIL, ÉCOLE, LOISIRS ET
COMMERCE PERMETTRA DE
DÉCOUPLER LA CROISSANCE
ÉCONOMIQUE DE LA
CROISSANCE DU TRAFIC. »
Typologie des communes selon le
scénario 3 d’un développement
territorial organisé et harmonieux
(MDDI, 2018)
Scénario « organisé et harmonieux »
Contrairement à des scénarios d’un développement
soit diffus et désordonné, soit dirigé et théorique,
le scénario d’un aménagement du territoire organisé
et harmonieux ouvre des perspectives de croissance
durable au Grand-Duché en tant que moteur
économique de la Grande Région dans le contexte
de la Troisième Révolution Industrielle. Ce scénario
prévoit la répartition de la croissance de l’emploi
sur la base de la typologie des communes avec un
renforcement, par une approche intercommunale,
de trois agglomérations majeures. La croissance
de la population est répartie en fonction du type de
commune. Un recouvrement uniforme du territoire
par des logements et des emplois engendrerait
inévitablement des demandes en mobilité très chères
à satisfaire, voire ingérables.
Junglinster
Clervaux
Wiltz
Vianden
Echternach
Grevenmacher
Mertert
Remich
Rédange
Mersch
Mondorf-les-Bains
Steinfort
Mamer
AGGLONORD
AGGLOLUX
AGGLOSUD
Differdange
Dudelange
CDA supérieur
CDA moyen
CDA régional
Periurbaine 1
Periurbaine 2
Endogène plus
Endogène
60 61
LES DÉPLACEMENTS
À LA CARTE
Grâce au projet de télématique « mLive » du Verkéiersverbond,
la « mKaart » et le smartphone deviennent
les éléments centraux de la multimodalité au Luxembourg.
Ticketing et tarifs
Grâce au projet « mLive », les billets et les
abonnements pour les transports en commun
ne s’achètent plus seulement aux guichets
et dans les bus, mais aussi dans l’application
« mTicket », sur www.mshop.lu ou auprès
de 15 distributeurs automatiques. 1
Informations en temps réel
Depuis mars 2018, les heures de départ en temps
réel de l’ensemble des trajets desservis par les
transports en commun sont disponibles entre autres
sur mobiliteit.lu (site web et application) et sur les
afficheurs dynamiques dans les bus. Ces informations
sont aussi partagées avec les canaux d’information
des CFL, du TICE, de l’AVL, de Google Maps, de
Moovit, etc. et mises à disposition en open data.
www.mobiliteit.lu
mKaart
La carte multifonctionnelle « mKaart » rassemble
de nombreux produits tels que les titres de transport
et l’accès aux parcs à vélos « mBox » ou aux bornes
« Chargy ». L’accès à d’autres services de mobilité
(Park and Ride, autopartage, vélo en libre-service,
etc.) est prévu, de sorte que la « mKaart » deviendra
le passe-partout pour les services liés à la mobilité. 2
Planificateur d’itinéraires multimodaux
Le nouveau planificateur multimodal (lancement en
juin 2018) renseigne l’utilisateur sur toutes les façons
de se déplacer de son point de départ à sa destination.
A partir d’informations disponibles en temps réel, il
compose les options les plus attractives en combinant
transports en commun, voiture privée, covoiturage,
autopartage, vélo privé ou en libre-service, Park and
Ride, Bike and Ride, etc.
Postes de commande
En cas de perturbations du réseau ou d’autres
évènements, les postes de commande interviennent
pour optimiser l’information aux voyageurs et essayer
de maintenir les correspondances. 3
Départ selon l’horaire et
retard anticipé en minutes.
Chantiers ou
autres perturbations
sur cette ligne.
L’utilisateur peut recevoir des
notifications en cas de retards
sur son trajet.
3 Poste de commande (Verkéiersverbond)
2 mKaart
1 Application mTicket (Verkéiersverbond)
Application mobiliteit.lu
62 63
LES CARBURANTS
ALTERNATIFS
Le Grand-Duché entame sa transition vers un parc
automobile à zéro ou à faibles émissions de roulement.
Emplacements de stationnement avec borne « Chargy » (MDDI)
Infrastructure publique à recharge électrique
Jusqu’en 2020, un réseau national de 1 600 points de
charge « Chargy » pour les voitures électriques et
plug-in hybrides sera mis en place par les gestionnaires
de réseaux de distribution. Les points de charge sont
uniquement alimentés par de l’électricité générée
exclusivement à partir d’énergies renouvelables. Ils
sont équipés de prises Type 2 et ont une puissance
de charge pouvant atteindre 22 kW.
www.chargy.lu
Véhicules privés, de leasing et d’entreprise
Pour les particuliers, le gouvernement a mis en place
un abattement fiscal de 5 000 € pour véhicules à zéro
émissions de roulement (voiture électrique et voiture
à pile à combustible à hydrogène), de 2 500 € pour les
voitures plug-in hybrides à moins de 50 g de CO2
/km
et de 300 € pour les vélos et pedelecs25. L’imposition
des véhicules de leasing et des voitures d’entreprise
privilégie également les carburants alternatifs.
www.clever-fueren.lu
Voitures de l’Etat
Une flotte d’environ 2 000 véhicules est opérée
directement par les ministères et les administrations.
En 2017, un projet-pilote a été initié pour recourir
davantage à des voitures électriques. A partir
de 2018, toutes les nouvelles voitures de l’Etat
doivent être électriques ou plug-in hybrides, sauf
dérogation justifiée.
Taxis et bus
A la suite de la réforme sur le marché des taxis en 2016,
seuls les véhicules à zéro émission de roulement sont
éligibles pour obtenir des licences supplémentaires.
Fin 2017, 38 taxis électriques étaient immatriculés
(7,4 % de la flotte). Cette mesure contribue à atteindre
les objectifs en matière d’émissions de NOX
en milieu
urbain imposés par l’Union européenne. Il en est de
même pour les projets pilotes avec des bus plug-in
hybrides et électriques qui ont été initiés en 2017 par
le RGTR et les Villes de Luxembourg, de Differdange
et d’Echternach.
« AVEC AU MOINS DEUX
POINTS DE CHARGE
PAR COMMUNE ET PLUS
DE 800 POINTS DE CHARGE
AUX PARK AND RIDE,
LE LUXEMBOURG
POSSÉDERA EN 2020
LE RÉSEAU DE POINTS
DE CHARGE ACCESSIBLES
AU PUBLIC
LE PLUS DENSE DE
L’UNION EUROPÉENNE. »
Bus électrique de la Ville de Luxembourg (MDDI)
6564
LES MOBILITÉS
ACTIVES
Depuis la création de la Cellule Mobilité Douce au MDDI en 2014 et
de la Division de la Mobilité Durable au sein de l’Administration des Ponts
et Chaussées en 2015, le MDDI poursuit une approche qui consiste
à considérer les besoins des piétons et des cyclistes dans tous les projets.
Législation et règlementation
—	 Loi relative au réseau cyclable national avec l’ajout
d’axes cyclables traversant les agglomérations
(2015). Projet de loi pour sécuriser davantage
le réseau et pour introduire la notion de « piste
cyclable express » (2018).
—	 Modifications du Code de la route : signalisation
directionnelle pour itinéraires cyclables (2016),
trottoirs traversants, pistes cyclables non
obligatoires, distance latérale de 1,5 m lors du
dépassement, rue cyclable, enfants à vélo sur
les trottoirs, etc. (2018).
—	 Avantages fiscaux pour le vélo privé et de leasing
dans la réforme fiscale (2016).
	 www.clever-fueren.lu
—	 Déclaration de Luxembourg sur le vélo comme
mode de transport respectueux du climat
(Présidence luxembourgeoise de l’Union
européenne en 2015).
« 24 KM DE PISTES CYCLABLES
DU RÉSEAU NATIONAL
SONT EN CONSTRUCTION
ET 294 KM SONT EN COURS
DE PLANIFICATION.
PRÈS DE 1 000 PANNEAUX
DIRECTIONNELS POUR
LES CYCLISTES
SONT INSTALLÉS PAR AN. »
Piste cyclable sur l’Avenue John F. Kennedy (MDDI)
Infrastructures (exemples)
—	 Pistes cyclables du réseau national
(voir carte ci-contre).
—	 Parcs à vélos sécurisés mBox (CFL).
—	 Piste cyclable le long du tram au Kirchberg
(FUAK, 2017).
—	 Réseau cyclable intercommunal de 175 km
(19 communes Leader Lëtzebuerg West
et Leader Atert-Wark).
—	 Ascenseur panoramique Pfaffenthal
(Ville de Luxembourg, 2016).
Troisvierges
Noerdange
Ettelbruck
Echternach
Junglinster
Remich
Esch-sur-Alzette
Etat d’avancement de la planification
du réseau cyclable national (MDDI, 2018)
Point d’intérêt majeur à desservir
Pistes cyclables existantes
Pistes cyclables construites
depuis 2012 (20 km)
En cours de construction (24 km)
En cours de planifcation
detaillée (67 km)
Etudes de faisabilité (227 km)
Pistes cyclables prévues
Wiltz
Vianden
Reisdorf
Wasserbillig
Steinfort
Mersch
Kautenbach
Bettembourg
6766
Apaisement du trafic
La modération et l’apaisement du trafic sont deux
mesures-clés pour améliorer la sécurité et le confort
des piétons et des cyclistes. Depuis 2014, cette
possibilité est donnée également sur des tronçons
de routes étatiques dans les centres des localités et
devant les écoles, sous condition que la commune
réaménage à ses frais l’espace-rue selon les critères
définis par l’Etat.
Trottoir traversant
Cette mesure, en place dans la plupart des pays
d’Europe et entérinée depuis 2018 dans le Code de
la route, permet de créer un cheminement piéton
et cycliste attractif le long d’une route principale.
A l’entrée de certaines zones 30 ou zones de
rencontre, l’automobiliste passe par le trottoir
surélevé, alors que dans l’aménagement classique,
le piéton doit accéder par un détour à un passage
piéton abaissé.
Trottoir traversant (MDDI)
Meilleures pratiques
La Cellule Mobilité Douce analyse les meilleures
pratiques internationales, les adapte au contexte
du Grand-Duché et assiste les parties concernées
dans la mise en œuvre :
—	 Revêtement de pistes cyclables (2014).
—	 Stationnement pour vélos et systèmes
de location de vélos (2015).
—	 Bâtiments publics attractifs pour cyclistes
et piétons (2016).
—	 Infrastructures cyclables adaptées aux espaces-
rues typiques du Grand-Duché (2018).
—	 Prise en considération des effets bénéfiques
des mobilités actives dans l’évaluation des coûts
et des bénéfices à long terme de projets dans
le domaine des transports (2018).
Depuis 2016, la « cyclabilité » de près de
4 000 km de voies publiques dans les trois
principales agglomérations du pays est en
cours d’analyse. Il en résulte une cartographie
analogue à celles des pistes de ski alpin.
Ces cartes montrent aux communes et aux
Ponts et Chaussées quels « points noirs »
mériteraient d’être traités pour permettre la
mise en place, au fil des chantiers routiers,
d’un réseau cyclable ininterrompu et sécurisé.
Déploiement d’un réseau de mBox
Le réseau des abris vélos sécurisés accessibles
gratuitement avec une mKaart est continuellement
étoffé, avec 21 mBox pour 660 places en service
en 2018 et 12 mBox supplémentaires en cours
de planification.
www.m-box.lu
mBox à la gare centrale (CFL)
Contrôle de qualité et conseil
—	 Depuis 2014, la Cellule Mobilité Douce a avisé plus
de 300 projets des Ponts et Chaussées (PCh) et
de l’Administration des Bâtiments publics en vue
de les optimiser pour les piétons et les cyclistes.
Elle accompagne également les projets d’autres
acteurs tels que les CFL, Luxtram, le Fonds
d’Urbanisation et d’Aménagement du Kirchberg
(FUAK) et le Fonds Belval. L’une des principales
missions de la Cellule Mobilité Douce est de
conseiller les communes qui le souhaitent.
—	 La Division de la Mobilité Durable avise en interne
les projets des Ponts et Chaussées et traite les
demandes de permission de voirie en accordant
une attention particulière aux besoins des
personnes à mobilité réduite, des piétons, des
cyclistes et des transports en commun routiers.
—	 L’adresse pistescyclables@pch.etat.lu permet aux
usagers d’avertir les PCh de problèmes sur les
pistes cyclables nationales (moyennant l’envoi
d’une photo avec une description du lieu et de
la situation).
	 Sans trafic motorisé
	 (cyclistes inexpérimentés).
	 Trafic motorisé faible, p. ex. zone 30
	 (cyclistes débutants).
	 Bonnes conditions sur une route
	 principale (cyclistes expérimentés).
	 Mauvaises conditions sur une route
	 principale (« points noirs » du réseau).
Carte de cyclabilité (extrait, MDDI)
Cyclabilité des voies publiques
Projet du MDDI en collaboration avec les communes
membres des conventions Nordstad, DICI et
Uelzechtdall, du Syndicat Pro-Sud et du GECT
Alzette-Belval, encadré par des consultants
néerlandais et la Lëtzebuerger Vëlos-Initiativ.
6968
LA RÉORGANISATION
DU RÉSEAU RGTR
Pour atteindre les objectifs de part modale des transports
en commun, il est indispensable d’améliorer et de restructurer l’offre
du réseau de bus RGTR (Régime général des transports routiers).
Le réseau en 2018
—	 Le réseau RGTR actuel est composé de 342 lignes,
dont 139 lignes scolaires et 39 lignes à destination
de certaines zones d’activités. Par comparaison,
le réseau de bus de Berlin dessert une population
quatre fois plus grande avec deux fois moins de
lignes (154 lignes BVG).
—	 Avec quelque 125 000 personnes transportées par
jour ouvrable (sans compter les réseaux TICE, AVL
ou d’autres communes), le RGTR est le plus
grand fournisseur de transports en commun au
Grand-Duché en nombre de passagers.
Le réseau mis en oeuvre à partir de 2019
—	 Le nouveau réseau aura une hiérarchisation
facilement reconnaissable, notamment par
le numéro de la ligne. Ainsi, les lignes seront
numérotées selon une logique régionale et
en fonction du type de ligne (express, régulière,
de rabattement).
—	 Sur les axes principaux reliant les centres régionaux
à la Ville de Luxembourg, un fonctionnement
analogue à celui du train sera instauré. Des lignes
desservant chaque arrêt alterneront avec
des lignes express qui ne s’arrêteront qu’aux
arrêts principaux.
—	 Pour assurer la couverture des régions rurales,
ce réseau structurant sera complété par des
lignes secondaires, voire des services de transport
sur demande.
—	 Les échanges entre les bus, les trains et le tram
seront optimisés.
La priorisation par les feux de signalisation
et par des voies de bus
—	 Depuis 2017, un outil informatique du MDDI permet
d’identifier les sections sur lesquelles des mesures
de priorisation apporteront les plus grands gains
pour les clients du RGTR. Afin de s’adapter au
mieux aux contraintes d’espace, certains projets,
comme la N11 entre Gonderange et l’échangeur
Waldhaff, envisagent le recours à des voies de bus
dynamiques bidirectionnelles permettant de
prioriser le bus dans le sens le plus congestionné.
—	 Les priorisations sont d’autant plus importantes
que le succès du nouveau réseau, et en particulier
des lignes express, dépendra de la capacité à
offrir aux heures de pointe des temps de parcours
inférieurs à ceux de la voiture individuelle.
« EN RAISON DU CUMUL
DE 342 LIGNES AJOUTÉES
« À LA DEMANDE »
AU FIL DES DÉCENNIES,
LE RÉSEAU RGTR ACTUEL
EST DEVENU ILLISIBLE
POUR LE CLIENT.
60 % DES PASSAGERS
SONT TRANSPORTÉS
SUR 27 LIGNES. »
Principe d’organisation
du futur réseau RGTR (MDDI, 2018)
Lignes express
Lignes fortes régulières
(transversales)
Réseau de train
LUX
Troisvierges
Echternach
Ettelbruck
Rédange
Remich
Esch-sur-Alzette
70 71
LE TRAM ET LES PÔLES
D’ÉCHANGE
Au fur et à mesure que le chantier de la ligne 1 progressera,
de nouveaux pôles d’échange deviendront opérationnels,
ce qui entraînera chaque fois une adaptation du réseau bus.
Pôle d’échange Cloche d’Or (PCh)
MISE EN SERVICE PRÉVUE
DES DIFFÉRENTS TRONÇONS DE
LA LIGNE 1 DU TRAM :
Avenue de la Liberté (Luxtram)
Pôle d’échange Héienhaff (PCh)
Findel
Héienhaff
Luxexpo
Rout Bréck - Pafendall
Stäreplaz /
Etoile
Hamilius
Gare Centrale
Lycée Bonnevoie
Cloche d’Or
Howald
Pôle d’échange multimodal
Station
Achèvement :
12/2017
2018
2020
2022
Autobus
Train
Aéroport
Park  Ride
Points de charge électriques
Autopartage
Vélopartage
Emplacements vélos sécurisés
Emplacements vélos
7372
LES PARK AND
RIDE (PR)
Les PR combinent l’avantage de la voiture, qui réside dans
sa disponibilité en milieu rural, avec le point fort des transports
en commun, à savoir leur économie d’espace en milieu urbain.
PR Rodange, 1 600 places
« L’OFFRE EN PR SERA
DOUBLÉE D’ICI 2025. »
2018
2025
	National
	Transfrontalier
Offre PR
4 10013 000
26 600 8 300
Réserver les PR pour les navetteurs
Les PR près des frontières et au niveau de la
ceinture citadine de la Ville de Luxembourg
sont les plus sollicités. Toutefois, certains PR
sont aujourd’hui détournés de leur vocation
première et utilisés comme parking d’une zone
d’activité avoisinante. Un modèle de tarification
contribuera à l’avenir à privilégier l’utilisation
conforme des PR.
Les PR transfrontaliers
Des concertations bilatérales avec les autorités
des pays voisins ont abouti à des capacités
supplémentaires en places de PR dans les
régions transfrontalières. Des projets tels que
le nouveau PR de Stockem, le nouveau PR
à Roussy-le-Village et l’extension à Longwy
agrandiront l’offre en Belgique et en France. Du
côté allemand, la mise en service de la nouvelle
liaison ferroviaire « Weststrecke Trier » ira de
pair avec la mise à disposition d’emplacements
PR supplémentaires à Ehrang, à Trier-West
et à Euren.
Les lignes de bus transfrontalières qui
desservent les PR dans les régions limitrophes
au Grand-Duché sont subsidiées par l’Etat
luxembourgeois. A la suite d’un accord trouvé
en 2017 avec l’Etat belge, en contrepartie
de la gratuité des PR près des gares d’Arlon,
d’Aubange, de Gouvy, de Habay, de Halanzy,
de Libramont, de Marbehan, de Neufchâteau,
de Stockem, de Trois-Ponts, de Vielsalm
et de Virton, l’Etat luxembourgeois finance
une réduction substantielle du prix des
abonnements de train pour les navetteurs.
Du côté français, le gouvernement luxembourgeois
est disposé à co-financer certains PR en Lorraine
le long de l’autoroute et les extensions des PR près
des gares de Thionville et de Longwy.
Supérieur à 1000
Entre 1000 et 300
Moins de 300
Existant
Projet
PR existants et projetés
(MDDI, 2018)
Stockem (B)
Arlon Gare (B)
Rodange
Belval Université
Bettembourg
Echternach
Aéroport
Findel
Bouillon
(Hollerich)
Mesenich
Frontière
Trier
Messeplatz (D)
Trier West
Ehrang
Euren
Saarburg
Sirzenich
Howald
Kockelscheuer
Cloche d’Or
Hettange Grande (F)
Thionville Gare (F)
Elange / Kinepolis
/ Metzange (F)
Troisvierges
Wiltz
Ettelbrück
Mersch
Rédange
Wasserbillig
Longwy
Perl
Roussy-le-village
7574
Une croissance spectaculaire
Suite à une augmentation de 60 % du nombre de voyageurs entre 2005
et 2015 (un taux de croissance sans pareil en Europe), le réseau ferré est
arrivé aux limites de sa capacité, avec comme conséquence une
dégradation de la ponctualité. Une information encore lacunaire exacerbe
la situation des voyageurs qui se voient trop souvent confrontés à des
retards, voire des suppressions de trains. Pour la période de 2013 à 2025,
un programme d’investissement de 4 milliards d’euros a été engagé pour
faire face à la croissance de la demande, au manque de capacité, aux
attentes des voyageurs et à la transformation digitale.
Sécurité
Le Luxembourg est le premier pays à mettre en
œuvre le système ETCS (European Train Control
System). Ce système a vocation à automatiser et
à harmoniser la signalisation ferroviaire en Europe.
Le réseau en est équipé depuis 2014 et le matériel
roulant des CFL destiné au trafic voyageurs depuis
2017. Les trains de fret intègreront ce système en
2019. A partir du 1er
janvier 2020, les trains non
équipés du système ECTS ne seront plus autorisés
sur le réseau luxembourgeois.
Fiabilité
Si en 2017, quelque 18 % des retards de trains étaient
liés au matériel et à l’infrastructure ferroviaire et 14 %
des retards étaient importés des réseaux voisins, les
effets « dominos » (40 %) étaient la première cause
des retards. Ceci s’explique principalement par le fait
qu’à l’approche de la gare centrale de Luxembourg,
les différentes lignes se croisent, voire se superposent.
Ainsi, le retard d’un train entraîne le retard d’un train
d’une autre ligne, qui devra attendre que le premier
libère la voie pour entrer en gare à son tour. Une fois
que les retards accumulés deviennent trop importants,
l’exploitation ne peut plus être stabilisée sans recourir
à des suppressions de trains.
Avec la mise en service du deuxième viaduc de
Pulvermühle (2019), des 5e
et 6e
quais à la gare centrale
(2019-2022) et de la deuxième ligne entre Bettembourg
et Luxembourg (2024), le faisceau de voies sera
progressivement dénoué et étoffé. Chaque ligne
disposera alors de voies indépendantes et de quais
dédiés. Le risque de retards en cascade s’en trouvera
considérablement réduit.
Dénouement de toutes les lignes en gare centrale. Situation en 2018
à gauche, situation en 2024 à droite. La ligne 10 (Troisvierges) sera
connectée à la ligne 60 (Esch-sur-Alzette). (MDDI, 2018)
ETCS (CFL)
LES PROJETS
FERROVIAIRES
Transportant quelque 90 000 voyageurs par jour ouvrable,
les Chemins de Fer Luxembourgeois (CFL) sont un acteur
indispensable de l’économie du Grand-Duché et de la
Grande Région. Le site multimodal de Bettembourg constitue
un atout stratégique pour le secteur logistique.
Le saviez-vous ?
Depuis 2005, tous les trains
voyageurs des CFL sont à traction
électrique. Depuis 2009,
les CFL achètent exclusivement
de l’électricité issue
de sources renouvelables.
Le contrat de service public
(2010-2024) entre l’Etat et les CFL
définit aussi bien des objectifs
de ponctualité (pourcentage des
trains accusant un retard inférieur
à six minutes) que de continuité
de service (pourcentage de trains
non supprimés).
Evolution du nombre de passagers entre 1960
et 2017 (millions par an)
1960 1970 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010 2015 2017
10,6
12,7 13,0
11,2
12,5
13,6
14,1
18,0
22,5
22,9
14,0
7776
Information aux voyageurs
Que ce soit en situation normale ou en situation
dégradée (chantiers, retards, etc.), le voyageur a
besoin d’une information complète tant lors de la
planification de son déplacement que pendant le
trajet. En renfort du site Internet et de l’application
des CFL, le système d’information visuelle et
acoustique AURIS sera progressivement déployé dans
les gares, à commencer par celles de Pétange, de
Luxembourg et de Bettembourg. Grâce au système
RAILTAB, le personnel à bord des trains disposera à
partir de 2018 des données nécessaires pour pouvoir
informer les voyageurs en temps réel. En cas de
perturbation, la nouvelle « Betriebsleitzentrale » se
chargera de mettre au point des solutions rapides et
de les communiquer au personnel et aux voyageurs.
Saut-de-mouton au nord de Bettembourg pour la nouvelle ligne vers
Luxembourg (CFL)
Pôle d’échange Ettelbruck (CFL)
Ecran AURIS (CFL)
Capacité
La clé de voûte de l’augmentation de la capacité du
réseau est l’extension de la gare centrale, qui passera
de neuf à treize voies à quai. Trois autres grands projets
en cours visant à augmenter l’offre sont :
–	 La construction de deux nouvelles voies réservées
à la ligne Thionville-Luxembourg sur la section la
plus chargée du réseau, à savoir les sept kilomètres
entre Bettembourg et Luxembourg. Les deux
voies existantes serviront alors exclusivement aux
lignes reliant Esch-sur-Alzette, voire Dudelange
(ou Volmerange-les-mines) à la gare centrale.
–	 La mise à double voie de la ligne Wasserbillig-
Luxembourg entre Sandweiler-Contern et la
gare centrale.
–	 La commande de 36 rames supplémentaires qui
feront passer le nombre total de places assises
dans les trains CFL de 26 500 à 38 000 entre 2019
et 2024 (+43 %). Ces rames seront adaptées aux
personnes à mobilité réduite, dotées d’un système
d’information voyageurs, d’un Wi-Fi, de prises USB
et électriques, de répétiteurs du signal GSM, d’un
système de vidéosurveillance, d’un comptage
automatique des voyageurs et d’un espace pour
vélos avec possibilité de chargement pour les
vélos à assistance électrique.
Extension de la gare centrale (CFL)
Suppression de passages à niveau
Les franchissements de barrières aux passages
à niveau (PN) constituent un risque récurrent.
Depuis les années 1970, le nombre de PN a été
réduit de 252 à 122. Entre 2018 et 2024, quatorze
PN supplémentaires seront supprimés :
Schifflange (3), Cents, Merkholtz, Walferdange,
Lorentzweiler, Dommeldange, Rodange, Capellen,
Dippange-Reckange, Pettingen (2) et Heisdorf.
Modernisation des gares
2017
2018
2019
2020
2022
2023
2024
2025
Pfaffenthal-Kirchberg et Howald
Lorentzweiler et Kleinbettingen
Cents-Hamm, Sandweiler-Contern
et Schifflange
Bettembourg
Luxembourg, Ettelbruck,
Differdange et Walferdange
Mersch, Rodange et Capellen
Wasserbillig
Wiltz
Modu2
Modu2
Modu2
Modu2
Modu2
Modu2
Modu2
Modu2
Modu2
Modu2
Modu2
Modu2
Modu2
Modu2

Contenu connexe

Tendances

Vers une mobilité sobre en c02 une opportunité pour mieux vivre ?
Vers une mobilité sobre en c02   une opportunité pour mieux vivre ?Vers une mobilité sobre en c02   une opportunité pour mieux vivre ?
Vers une mobilité sobre en c02 une opportunité pour mieux vivre ?
Ghislain Delabie
 
Fontanil dossier cable
Fontanil dossier cableFontanil dossier cable
Fontanil dossier cable
Entre Nous
 
Dp investir pour_la_france
Dp investir pour_la_franceDp investir pour_la_france
Dp investir pour_la_france
Xavier Biseul
 

Tendances (18)

Enquête Logistique Urbaine Supply Chain Magazine #107
Enquête Logistique Urbaine Supply Chain Magazine #107Enquête Logistique Urbaine Supply Chain Magazine #107
Enquête Logistique Urbaine Supply Chain Magazine #107
 
Hackathon cd 91
Hackathon cd 91Hackathon cd 91
Hackathon cd 91
 
Etude IFOP "Mobilités des français : pratiques et prespectives"
Etude IFOP "Mobilités des français : pratiques et prespectives"Etude IFOP "Mobilités des français : pratiques et prespectives"
Etude IFOP "Mobilités des français : pratiques et prespectives"
 
Groupe Keolis L'Essentiel 2014/2015
Groupe Keolis L'Essentiel 2014/2015Groupe Keolis L'Essentiel 2014/2015
Groupe Keolis L'Essentiel 2014/2015
 
Financement des infrastructures routières
Financement des infrastructures routières Financement des infrastructures routières
Financement des infrastructures routières
 
Keo (octobre 2013)
Keo (octobre 2013)Keo (octobre 2013)
Keo (octobre 2013)
 
Vers une mobilité sobre en c02 une opportunité pour mieux vivre ?
Vers une mobilité sobre en c02   une opportunité pour mieux vivre ?Vers une mobilité sobre en c02   une opportunité pour mieux vivre ?
Vers une mobilité sobre en c02 une opportunité pour mieux vivre ?
 
Lutte contre la fraude : Keolis s'engage !
Lutte contre la fraude : Keolis s'engage !Lutte contre la fraude : Keolis s'engage !
Lutte contre la fraude : Keolis s'engage !
 
Fontanil dossier cable
Fontanil dossier cableFontanil dossier cable
Fontanil dossier cable
 
2021.06.24 ecov kisio meetup_partage
2021.06.24 ecov kisio meetup_partage2021.06.24 ecov kisio meetup_partage
2021.06.24 ecov kisio meetup_partage
 
Keolis : construire l'accessibilité universelle
Keolis : construire l'accessibilité universelleKeolis : construire l'accessibilité universelle
Keolis : construire l'accessibilité universelle
 
Keo (octobre 2014)
Keo (octobre 2014)Keo (octobre 2014)
Keo (octobre 2014)
 
Prez tellae meetup_open_transport_27.05.2021
Prez tellae meetup_open_transport_27.05.2021Prez tellae meetup_open_transport_27.05.2021
Prez tellae meetup_open_transport_27.05.2021
 
Trajectoire le magazine n°14 - décembre 2017
Trajectoire le magazine n°14 - décembre 2017Trajectoire le magazine n°14 - décembre 2017
Trajectoire le magazine n°14 - décembre 2017
 
LES MOBILITÉS PARTAGÉES : Quelles sont les stratégies d’adaptation des villes...
LES MOBILITÉS PARTAGÉES : Quelles sont les stratégies d’adaptation des villes...LES MOBILITÉS PARTAGÉES : Quelles sont les stratégies d’adaptation des villes...
LES MOBILITÉS PARTAGÉES : Quelles sont les stratégies d’adaptation des villes...
 
Keolis l'Essentiel 2015-2016
Keolis l'Essentiel 2015-2016Keolis l'Essentiel 2015-2016
Keolis l'Essentiel 2015-2016
 
Dp investir pour_la_france
Dp investir pour_la_franceDp investir pour_la_france
Dp investir pour_la_france
 
Keo (janvier 2015)
Keo (janvier 2015)Keo (janvier 2015)
Keo (janvier 2015)
 

Similaire à Modu2

Fing Villes20 St Lo 2
Fing Villes20 St Lo 2Fing Villes20 St Lo 2
Fing Villes20 St Lo 2
pacalabs
 
Rapport d-activite-2017-du-departement-des-transports
Rapport d-activite-2017-du-departement-des-transportsRapport d-activite-2017-du-departement-des-transports
Rapport d-activite-2017-du-departement-des-transports
Paperjam_redaction
 
Report modal et équilibre économique : deux enjeux pour l’avenir du transpor...
Report modal et équilibre économique : deux enjeux pour  l’avenir du transpor...Report modal et équilibre économique : deux enjeux pour  l’avenir du transpor...
Report modal et équilibre économique : deux enjeux pour l’avenir du transpor...
Union des Transports Publics et ferroviaires
 
Véhicule autonome, pour une France dans la course
Véhicule autonome, pour une France dans la courseVéhicule autonome, pour une France dans la course
Véhicule autonome, pour une France dans la course
FabMob
 

Similaire à Modu2 (20)

Keo (février 2014)
Keo (février 2014)Keo (février 2014)
Keo (février 2014)
 
SNCF Ecomobilité
SNCF EcomobilitéSNCF Ecomobilité
SNCF Ecomobilité
 
Keo (mai 2014)
Keo (mai 2014)Keo (mai 2014)
Keo (mai 2014)
 
Rapport de l'étude Villes Françaises & Mobilité
Rapport de l'étude Villes Françaises & MobilitéRapport de l'étude Villes Françaises & Mobilité
Rapport de l'étude Villes Françaises & Mobilité
 
GT covoiturage ASSISES MOBILITE
GT covoiturage ASSISES MOBILITEGT covoiturage ASSISES MOBILITE
GT covoiturage ASSISES MOBILITE
 
New Deal - Texte intégral - Le futur des routes du Grand Paris
New Deal - Texte intégral - Le futur des routes du Grand Paris New Deal - Texte intégral - Le futur des routes du Grand Paris
New Deal - Texte intégral - Le futur des routes du Grand Paris
 
Un oeil sur la Loi d'orientation des mobilités (LOM)
Un oeil sur la Loi d'orientation des mobilités (LOM)Un oeil sur la Loi d'orientation des mobilités (LOM)
Un oeil sur la Loi d'orientation des mobilités (LOM)
 
Les enjeux de la Smart Mobility
Les enjeux de la Smart MobilityLes enjeux de la Smart Mobility
Les enjeux de la Smart Mobility
 
Fing Villes20 St Lo 2
Fing Villes20 St Lo 2Fing Villes20 St Lo 2
Fing Villes20 St Lo 2
 
CESE - note de synthèse - révolution numérique et évolutions des mobilités in...
CESE - note de synthèse - révolution numérique et évolutions des mobilités in...CESE - note de synthèse - révolution numérique et évolutions des mobilités in...
CESE - note de synthèse - révolution numérique et évolutions des mobilités in...
 
Véhicules électriques en 2014 : rêve ou réalité ?
Véhicules électriques en 2014 : rêve ou réalité ?Véhicules électriques en 2014 : rêve ou réalité ?
Véhicules électriques en 2014 : rêve ou réalité ?
 
TEC SCOOP
TEC SCOOPTEC SCOOP
TEC SCOOP
 
Communiqué de presse lancement
Communiqué de presse lancementCommuniqué de presse lancement
Communiqué de presse lancement
 
Rapport d-activite-2017-du-departement-des-transports
Rapport d-activite-2017-du-departement-des-transportsRapport d-activite-2017-du-departement-des-transports
Rapport d-activite-2017-du-departement-des-transports
 
Report modal et équilibre économique : deux enjeux pour l’avenir du transpor...
Report modal et équilibre économique : deux enjeux pour  l’avenir du transpor...Report modal et équilibre économique : deux enjeux pour  l’avenir du transpor...
Report modal et équilibre économique : deux enjeux pour l’avenir du transpor...
 
Véhicule autonome, pour une France dans la course
Véhicule autonome, pour une France dans la courseVéhicule autonome, pour une France dans la course
Véhicule autonome, pour une France dans la course
 
Exploration Mobility as Networks - Le Lab OuiShare x Chronos
Exploration Mobility as Networks - Le Lab OuiShare x ChronosExploration Mobility as Networks - Le Lab OuiShare x Chronos
Exploration Mobility as Networks - Le Lab OuiShare x Chronos
 
Sds cours mobilite qcm(1)
Sds cours mobilite qcm(1)Sds cours mobilite qcm(1)
Sds cours mobilite qcm(1)
 
Fiche présentation SYSMO2015 - Investissements d'Avenir
Fiche présentation SYSMO2015 - Investissements d'AvenirFiche présentation SYSMO2015 - Investissements d'Avenir
Fiche présentation SYSMO2015 - Investissements d'Avenir
 
Gart etude pratiques intermodalité velo tc-août 2015
Gart etude pratiques intermodalité velo tc-août 2015Gart etude pratiques intermodalité velo tc-août 2015
Gart etude pratiques intermodalité velo tc-août 2015
 

Plus de Paperjam_redaction

Rapport annuel de Encevo Group pour l'année 2023
Rapport annuel de Encevo Group pour l'année 2023Rapport annuel de Encevo Group pour l'année 2023
Rapport annuel de Encevo Group pour l'année 2023
Paperjam_redaction
 
Lere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdf
Lere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdfLere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdf
Lere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdf
Paperjam_redaction
 
Bank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdfBank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdf
Paperjam_redaction
 
Bank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdfBank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdf
Paperjam_redaction
 
Rapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdf
Rapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdfRapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdf
Rapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdf
Paperjam_redaction
 
Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...
Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...
Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...
Paperjam_redaction
 
Conférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdf
Conférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdfConférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdf
Conférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdf
Paperjam_redaction
 

Plus de Paperjam_redaction (20)

Rapport annuel de Encevo Group pour l'année 2023
Rapport annuel de Encevo Group pour l'année 2023Rapport annuel de Encevo Group pour l'année 2023
Rapport annuel de Encevo Group pour l'année 2023
 
Limites de revenus aides individuelles logement.pdf
Limites de revenus aides individuelles logement.pdfLimites de revenus aides individuelles logement.pdf
Limites de revenus aides individuelles logement.pdf
 
rapport-compte-gnral-2022-vf.pdf
rapport-compte-gnral-2022-vf.pdfrapport-compte-gnral-2022-vf.pdf
rapport-compte-gnral-2022-vf.pdf
 
ADC2023.pdf
ADC2023.pdfADC2023.pdf
ADC2023.pdf
 
Lere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdf
Lere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdfLere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdf
Lere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdf
 
Bank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdfBank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdf
 
Bank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdfBank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdf
 
Patents-trade-marks-and-startup-finance-study.pdf
Patents-trade-marks-and-startup-finance-study.pdfPatents-trade-marks-and-startup-finance-study.pdf
Patents-trade-marks-and-startup-finance-study.pdf
 
Bulletin du Statec
Bulletin du StatecBulletin du Statec
Bulletin du Statec
 
Rapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdf
Rapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdfRapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdf
Rapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdf
 
Note 34.pdf
Note 34.pdfNote 34.pdf
Note 34.pdf
 
Note 35.pdf
Note 35.pdfNote 35.pdf
Note 35.pdf
 
European innovation scoreboard 2022-KI0922386ENN (1).pdf
European innovation scoreboard 2022-KI0922386ENN (1).pdfEuropean innovation scoreboard 2022-KI0922386ENN (1).pdf
European innovation scoreboard 2022-KI0922386ENN (1).pdf
 
Lettre d'intention LU-BE.pdf
Lettre d'intention LU-BE.pdfLettre d'intention LU-BE.pdf
Lettre d'intention LU-BE.pdf
 
Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...
Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...
Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...
 
IMD World Talent Report 2023.pdf
IMD World Talent Report 2023.pdfIMD World Talent Report 2023.pdf
IMD World Talent Report 2023.pdf
 
Conférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdf
Conférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdfConférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdf
Conférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdf
 
RÈGLEMENT (UE) 2023/1115 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 31 mai 2023
RÈGLEMENT (UE) 2023/1115 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 31 mai 2023RÈGLEMENT (UE) 2023/1115 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 31 mai 2023
RÈGLEMENT (UE) 2023/1115 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 31 mai 2023
 
Asti.pdf
Asti.pdfAsti.pdf
Asti.pdf
 
2023-26-inf-fr.docx.pdf
2023-26-inf-fr.docx.pdf2023-26-inf-fr.docx.pdf
2023-26-inf-fr.docx.pdf
 

Modu2

  • 1. Modu 2.0 Stratégie pour une mobilité durable Mobilitéit zesummen erreechen
  • 2.
  • 3. Stratégie Modu 2.0 élaborée par : Département des Transports, Direction de la Planification de la Mobilité Sur base d’informations fournies par : 37 500 résidents et frontaliers qui ont participé à l’enquête Luxmobil en 2017 Département de l’Aménagement du Territoire Département des Travaux Publics Département de l’Environnement Département des Transports Ministère de l’Economie, Direction générale Énergie Administration des Ponts et Chaussées Société Nationale des Chemins de Fer Luxembourgeois Verkéiersverbond Luxtram S.A. Statec Préface 6 Chapitre 1 : La mobilité en chiffres 10 Chapitre 2 : Les objectifs pour 2025 14 Chapitre 3 : La boîte à outils de la mobilité 19 Les 4 acteurs de la mobilité 20 Aménagement du territoire 22 Urbanisme et circulation 24 Rendre la ville aux piétons 26 Donner leur place aux cyclistes 28 Gérer l’heure de pointe 30 La voiture comme moyen de transport 32 Gérer le stationnement 36 La multimodalité agréable 41 « Mobility-as-a-Service » 42 Les transports en commun 44 Incitations financières 50 Un transport routier plus propre 51 Chapitre 4 : Les projets en cours 57 L’aménagement du territoire 58 Les déplacements à la carte 60 Les carburants alternatifs 62 Les mobilités actives 64 La réorganisation du réseau RGTR 68 Le tram et les pôles d’échange 70 Les park and ride (PR) 72 Les projets ferroviaires 74 Le covoiturage et l´autopartage 80 Les projets routiers 82 Les nouvelles technologies 90 Chapitre 5 : L’horizon 2035 95 L’approche 96 Les outils de la planification stratégique de la mobilité 97 Exemple: le corridor entre Esch-sur-Alzette et Luxembourg-Ville 98 Le réseau de tramway 102
  • 4. 6 7 PREFACE Le chapitre 3 illustre la « boîte à outils » de la mobilité, c’est-à-dire une cinquantaine de mesures concrètes que les quatre acteurs de la mobilité – l’Etat, les communes, les employeurs et les citoyens – peuvent mettre en œuvre pour améliorer la mobilité. Le quatrième chapitre dresse un état d’avancement des principaux projets en cours dans le domaine des transports terrestres. Le chapitre 5 revient sur la méthode et les outils dont le Ministère du Développement durable et des Infrastructures s’est doté pour élaborer, dans les années à venir, une vision cohérente pour la mobilité multimodale à l’horizon 2035. La saturation des réseaux aux heures de pointe n’est pas le seul défi auquel le secteur des transports est confronté. Près de deux tiers des émissions de CO2 au Grand-Duché proviennent des véhicules à moteur diesel ou à essence. L’accélérateur de ces véhicules est donc la pédale par laquelle nous accélérons le changement climatique. Il appartient à chacun d’entre nous de décider pendant combien d’heures et de minutes par jour il entend y poser le pied. Les alternatives existent : le recours aux mobilités actives pour les distances courtes, un usage collectif des voitures ou des transports en commun pour les distances moyennes et enfin l’offre toujours grandissante de voitures à zéro ou à faibles émissions. Engager cette transition est la meilleure façon d’éviter au Grand-Duché des interdictions de circulation pour certains types de véhicules telles qu’elles se multiplient dans les pays voisins en raison du dépassement des seuils européens en matière de qualité de l’air. Plusieurs douzaines de familles entament l’année sans se douter que l’un des leurs les quittera, victime d’un accident de la route. Des milliers de familles encadrent un blessé grave, pendant quelques semaines ou pour le reste de sa vie. N’acceptons jamais cette souffrance. En dehors des courses règlementées, la route n’est ni une infrastructure sportive ni un passe-droit pour le moindre rapport de force. C’est un espace public. Pensons-y lorsque nous l’aménageons et lorsque nous l’utilisons. Chacun doit y trouver sa place et s’y sentir en sécurité et à l’aise. Car se déplacer n’est pas seulement un besoin individuel, c’est aussi l’occasion de rencontrer des gens - donc un acte public. Les déplacements tunnel entre un garage privé et un parking au sous-sol ne contribuent pas à renforcer notre société. N’hésitons pas à remettre en cause nos habitudes, ne serait-ce que de temps en temps, que nous soyons citoyens, employeurs, ou acteurs politiques ou techniques auprès d’une commune ou de l’Etat. Empruntons la voie des alternatives énoncées dans la présente stratégie et atteignons les objectifs de la mobilité ensemble. La mobilité est un besoin humain fondamental et constitue une condition préalable pour le fonctionnement d’une économie. Peu de sujets sont aussi intimement liés au quotidien de la quasi-totalité des personnes. Les problèmes de mobilité que connaissent notre pays et ses régions limitrophes à certaines heures de la journée ont plusieurs causes : la croissance économique, un développement du territoire non pas planifié, mais régi par la disponibilité foncière, un incontestable retard dans la mise en place d’infrastructures de transport, une planification guidée par les infrastructures plutôt que par les besoins en mobilité, des investissements favorisant le transport d’un maximum de véhicules plutôt que d’un maximum de personnes et enfin une utilisation inégale dans le courant de la journée de l’espace routier et des transports en commun. Nous devons nous attaquer à toutes ces causes. L’un des principaux messages de la présente mise à jour de la stratégie pour une mobilité durable est que des améliorations substantielles sont possibles à court et à moyen terme. Pendant que l’Etat rattrape le retard pris en matière d’infrastructures, améliore la qualité de l’offre des transports en commun et élabore un concept multimodal cohérent pour la mobilité à l’horizon 2035, les communes, les employeurs et les citoyens peuvent mettre en œuvre une multitude de mesures qui sont détaillées dans le présent document. Les deux premiers chapitres présentent les chiffres de la mobilité tels qu’ils sont ressortis de l’enquête ménages Luxmobil de 2017 et définissent les objectifs qui en découlent à l’horizon 2025. François Bausch Ministre du Développement durable et des Infrastructures
  • 5. 8 Lors du débat de consultation du 19 avril 2018, les députés se sont exprimés sur le sujet de la mobilité, et en particulier sur dix questions qui leur avaient été posées sur la base des chiffres figurant dans le premier chapitre du présent document. Les partis politiques ont unanimement estimé que l’amélioration de la mobilité ne pouvait passer que par la mise en œuvre d’une multitude de mesures et que des efforts supplémentaires étaient nécessaires pour tous les modes de transport. Concernant la gestion des pics horaires de la demande de déplacements, l’idée d’un décalage du début des cours de certains lycées serait à creuser et une flexibilisation des heures de travail des salariés devrait être encouragée pour autant que cela se fasse avec leur plein accord et non pas au détriment d’acquis sociaux. Au vu des 250 000 sièges automobiles libres qui entrent chaque jour dans l’agglomération de la capitale, le covoiturage a été largement reconnu comme un outil économe et nécessaire à une utilisation plus efficiente des infrastructures routières existantes. L’application de covoiturage « CoPilote » est attendue avec impatience. L’autopartage, quant à lui, a été cité comme une nouvelle option que près d’un quart des personnes interrogées seraient disposées à essayer d’après un récent sondage. Des objectifs chiffrés pour les parts modales des déplacements domicile-travail et domicile-école à l’horizon 2025 ne doivent pas être fixés de façon arbitraire, mais résulter de projections réalistes basées sur des données objectives. Quels que soient ces objectifs, l’offre et la qualité de service des transports en commun doivent être améliorées de façon significative. Des efforts sont à entreprendre pour réduire la part modale de la voiture pour les trajets domicile-école, non seulement dans l’intérêt de la fluidité du trafic, mais surtout dans celui des enfants et des jeunes eux-mêmes. En général, des alternatives à la voiture particulière sont à promouvoir pour les déplacements très courts, en deçà d’un, voire de cinq kilomètres. L’augmentation de la part modale du vélo pour les déplacements au quotidien ne passera que par la mise en place d’infrastructures cyclables sécurisées et directes. Des pistes cyclables en site propre devraient désormais être intégrées, dans la mesure du possible, dans tout nouveau projet routier. Dans le même esprit, des mesures en faveur du bus, que ce soient des couloirs pour bus ou une priorisation par les feux de circulation, sont nécessaires pour rendre les transports en commun attractifs par rapport au trafic motorisé individuel. Pour ce qui est des transports en commun ferroviaires, les nombreux projets infrastructurels ont vocation à améliorer l’offre à moyen terme. L’information lacunaire au client en cas de retards ou de suppressions de trains a cependant été épinglée comme un problème exaspérant auquel il convient de remédier dans les meilleurs délais. L’aménagement du territoire, la gestion du stationnement, la mise en place de Park and Ride supplémentaires en amont de trajets quotidiens, la digitalisation, la gratuité des transports en commun et la promesse de la conduite autonome ont été cités comme des outils, essentiels pour les uns, souhaitables pour les autres, permettant d’améliorer la mobilité. L’idée d’un tram rapide reliant les deux principales agglomérations du pays à l’horizon 2035 a été accueillie, selon les partis politiques, avec intérêt ou enthousiasme. Les députés attendent que la présentation de l’étude finale en juin 2018 fournisse plus de détails, notamment quant aux autres modes de transport qui ont été analysés pour ce corridor. Enfin, un grand nombre de projets infrastructurels, tant routiers que ferroviaires, ont été proposés. Etant donné que leur énumération relève davantage du Plan Sectoriel Transports que de la présente stratégie, ils ne sont pas repris ici. (Vidéo et compte rendu sur www.chd.lu) DÉBAT DE CONSULTATION SUR LA MOBILITÉ À LA CHAMBRE DES DÉPUTÉS
  • 6. 11 LA MOBILITÉ EN CHIFFRES Il est utile d’alimenter la discussion sur la mobilité, que chacun vit de manière subjective, de données objectives. Modal split 2017 Le cumul de tous les trajets montre trois pointes journalières : – La pointe matinale est exacerbée par la coïncidence des flux « domicile-travail » et « éducation ». – Les pointes de l’heure de midi et du soir, moins accentuées, se composent pour moitié des retours du travail ou de l’école et pour moitié de trajets privés. Utilisation des modes de transport pour la totalité des trajets. La marche à pied est seulement comptabilisée si le déplacement entier a été fait à pied. 200 000 150 000 100 000 50 000 0 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Loisirs Déplacements privés hors loisirs Education Déplacements professionnels Travail 69 % 17 % 2 % 12 % Le taux d’occupation des voitures qui entrent dans l’agglomération de la capitale pour le trajet domicile – travail entre 6h00 et 10h00 heures est de 1,16 personne par voiture pour les résidents et de 1,22 personne par voiture pour les travailleurs frontaliers. « 250 000 SIÈGES AUTOMOBILES LIBRES ENTRENT CHAQUE MATIN DANS L’AGGLOMÉRATION DE LA VILLE DE LUXEMBOURG » Trajets en semaine par heure d’arrivée (Luxmobil, 2017) Résidents – Chaque résident se déplace en moyenne pendant 1 h 27 heures par jour. (Statec, 2016) – La mobilité constitue en moyenne 16 % des dépenses annuelles d’un ménage, dont 15 % pour les véhicules privés. (Statec, 2015) – 86 % de la population sont mobiles en semaine. (Luxmobil, 2017) – En moyenne, la distance parcourue par jour est de 39 km. (Luxmobil, 2017) – 6,5 % des adultes n’ont jamais de voiture à leur disposition. 78,5 % ont toujours accès à leur voiture personnelle. (Luxmobil, 2017) 6:00 7:00 8:00 9:00 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % Places occupées Places libres Ligne CFL 90 entre la France et le Luxembourg taux de remplissage entre 6 h 00 et 10 h 00. Taux d’occupation CHAPITRE 1
  • 7. 12 13 – Moyennes des trajets entre le domicile et le lieu de travail pour la population ayant entre 18 et 65 ans, tous modes de transport confondus. – 33 % des trajets domicile-travail des résidents sont inférieurs à 5 km. La moitié de ces trajets courts sont effectués en voiture. – Moyennes des trajets entre le domicile et le lieu d’éducation, tous modes de transports confondus. – Dans l’enseignement secondaire, 37 % des trajets sont inférieurs à 5 km. – Dans l’enseignement fondamental, 78 % des trajets sont inférieurs à 5 km, 38 % sont inférieurs à 1 km. Distance moyenne Temps de parcours moyen Vitesse moyenne Distance moyenne Temps de parcours moyen Vitesse moyenne LU 13 km 34 min 22 km/h Enseignement fondamental 3,5 km 19 min 11 km/h FR 34 km 54 min 38 km/h BE 42 km 51 min 49 km/h Enseignement secondaire 11 km 37 min 18 km/h DE 40 km 49 min 49 km/h Trajets domicile-travail Trajets domicile-école Flotte de véhicules 285 000 250 000 150 000 1  100 1  000 2 000 82 9 Vélos utilisés (MDDI, TNS Ilres 2017) Voitures diesel (SNCA, 2017) Voitures à essence (SNCA, 2017) Voitures plug-in hybrides (SNCA, 2017) Voitures électriques (SNCA, 2017) Autobus (SNCA, 2017) Trains voyageurs (CFL, 2017) Trams (Luxtram, 2017) Infrastructures Autoroutes Routes nationales Chemins repris Autres routes Voies ferrées principales Réseau cyclable national Réseau tram en service 165 km 837 km 1 891 km 5 900 km 451 km 611 km 3,6 km Combien coûte la mobilité par an ? Compte des Transports 2016 en millions d’euros (MDDI, 2018) Usagers Etat Collectivité Transport de personnes Transport de marchandises 927 3772 921 44 3,14 3,12 5,20 12,11 3,44 178 2 140 Ceci veut dire que la personne qui se déplace paie 69 % du coût de son déplacement. Les 31 % restants sont un subside de la société (Etat et collectivité). – Pour le transport terrestre de marchandises, le coût total de 2,36 milliards d’euros est pris en charge pour 91 % par les transporteurs et pour 9 % par la société. Le “Compte des Transports” que le MDDI est en train de finaliser pour l’année de référence 2016 répond aux questions de savoir combien la mobilité terrestre au Grand-Duché coûte en une année et qui en paie quelle part. – Le transport de personnes coûte environ 4,2 milliards d’euros. 2,9 milliards d’euros sont payés par les personnes qui se déplacent (le coût dominant étant celui des véhicules privés), 0,9 milliards d’euros sont pris en charge par l’Etat (en plus des impôts et des recettes liés aux transports) et 377 millions d’euros incombent à des tiers (p. ex. les frais de santé d’une personne souffrant des nuisances sonores dues au trafic). « POUR CHAQUE KILOMÈTRE QU’UNE PERSONNE PARCOURT À PIED OU À VÉLO, ELLE ÉVITE 6,9 CENTS DE DÉPENSES À LA SOCIÉTÉ. » Coûts externes (cents par personne par km) : coûts qui n’incombent pas à la personne qui se déplace, mais à l’Etat et à la collectivité (coûts environnementaux et accidents). Bénéfices externes (cents par personne par km) : réduction des dépenses de santé, non pas pour la personne qui se déplace, mais pour tous ceux qui financent le système de santé.
  • 8. 15 LES OBJECTIFS POUR 2025 L’objectif stratégique pour 2025 est de réduire la congestion aux heures de pointe, tout en transportant 20 % de personnes de plus qu’en 2017. L’enquête ménages Luxmobil permet d’identifier les actions nécessaires pour atteindre cet objectif et de les regrouper en quatre objectifs spécifiques. Action : – Augmenter le taux d’occupation moyen pour les déplacements domicile-travail à 1,5 personne par voiture (1,2 en 2017). Cela correspond à « deux personnes dans chaque deuxième voiture ». Objectif 1 Parts modales des déplacements domicile-travail Objectif 2 Taux d’occupation des voitures Objectif 3 Parts modales des déplacements domicile-école Actions : – Augmenter de 50 % le nombre de passagers des transports en commun grâce à la mise en service des nouvelles infrastructures des CFL et de la réorganisation du réseau RGTR. – Effectuer à pied 95 % des trajets domicile-travail inférieurs à 1 km (56 % en 2017). Actions : Si l’objectif à long terme doit être que - à l’exception des 5 % de jeunes à mobilité réduite ou dont l’école n’est accessible qu’en voiture - tous les écoliers et lycéens se rendent à l’école à pied, à vélo ou en transports en commun, les actions suivantes peuvent être mises en œuvre jusqu’en 2025 : – Effectuer à vélo 10 % des trajets domicile-travail inférieurs à 5 km (5 % en 2017). – Les 65 % restants des déplacements domicile- travail, effectués en voiture, profiteront de routes moins congestionnées dès lors que le taux d’occupation moyen de ces voitures dépassera 1,4. – Effectuer à pied 75 % des trajets domicile-école inférieurs à 1 km (58 % en 2017). – Effectuer à vélo 15 % des trajets domicile-école inférieurs à 5 km (3 % en 2017). – Effectuer en bus 50 % des trajets domicile-école fondamentale (29 % en 2017) et en bus ou en train 77 % des trajets domicile-école secondaire (70 % en 2017). 2025 2025 Pour comparaison : Sans croissance, les actions susmentionnées mèneraient à des parts modales en 2025 de 26 % pour les transports en commun, de 42 % pour les conducteurs de voiture, de 17 % pour les passagers de voiture, de 5 % pour le vélo et de 10 % pour la marche à pied. Pour comparaison : En Suisse, ces parts modales sont de 55 % pour la marche à pied, de 24 % pour les transports en commun, de 10 % pour la voiture ou la motocyclette, de 8 % pour le vélo et de 3 % pour les autres moyens de déplacement. (BFS, 2017) 46 % + 20 % + 18 % 19 %Conducteur 2017 2017 61 % 19 % 12 %Conducteur 6 % 2 % Passager Passager 22 % 38 % 45 %9 % 4 % 39 % 20 % 21 % 25 % 2 % 10 % CHAPITRE 2
  • 9. 16 En 2012, la stratégie globale pour une mobilité durable MoDu fixait pour l’année 2020 un double objectif : 25 % de déplacements non motorisés (marche à pied ou vélo), et un quart des 75 % de déplacements motorisés effectués par les transports en commun, ce qui correspond à 19 % de tous les trajets. Cependant, les chiffres de 2012 se basaient non pas sur une enquête ménages récente, mais sur des extrapolations calibrées de données recueillies en 1995 (résidents) et en 1997 (frontaliers). La methode de calcul des parts modales n’était pas precisée, notamment pour ce qui était des trajets piétons. Les objectifs ne visaient pas spécifiquement les heures de pointe, mais la totalité des déplacements. L’enquête sur la mobilité des résidents et des frontaliers Luxmobil a montré qu’en 2017, 20 % des déplacements motorisés étaient effectués par les transports en commun. Quant aux mobilités actives, leur part était de 24 %, si l’on comptabilise les déplacements à pied à destination et à partir d’un véhicule et de 12 %, si l’on tient uniquement compte des déplacements effectués exclusivement à pied. Modu 2.0 retient cette deuxième approche pour le calcul des parts modales. Au vu de la congestion du trafic routier et ferroviaire aux heures de pointe en 2018, force est de constater la pertinence pour Modu 2.0 de fixer des objectifs spécifiques aux heures de pointe et d’assortir ces objectifs d’actions spécifiques. Objectif 4 Attractivité des transports en commun Autres objectifs En relation avec la mobilité Les objectifs de parts modales du MoDu de 2012 ont-ils été atteints ? Actions : - Supprimer moins de 1 train sur 100. (1 train sur 40 fut supprimé en 2017). – Réduire de 25 % la part des trains accusant un retard de six minutes ou plus (par rapport à 2017). – Atteindre des temps de trajet inférieurs à ceux de la voiture pour les lignes de bus express aux heures de pointe entre le premier arrêt et le terminus. Sécurité routière : Vision zéro : 0 mort, 0 blessé grave. Plan d’action Sécurité Routière Transport pour tous : Inclusion : infrastructures et véhicules de transport accessibles aux personnes à mobilité réduite. Convention relative aux droits des personnes handicapées, ONU Qualité de l’air : 2005 - 2030 : réduction de 83 % de NOX  ; réduction de 42 % de composés organiques volatils non méthaniques (COVNM) ; réduction de 40 % des particules fines PM2,5. Directive Commission européenne Décarbonisation des transports : 2005 - 2030 : réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre (GES). Au Grand-Duché, 64 % des émissions de CO₂, principal GES produit par l’activité humaine, proviennent du secteur des transports. Accord de Paris sur le climat Aménagement du territoire : Développement organisé et harmonieux du territoire. Programme Directeur d’Aménagement du Territoire Troisième Révolution Industrielle : Pilier « mobilité » de l’étude stratégique « Rifkin ». www.troisiemerevolutionindustrielle.lu
  • 10. Chapitre 3 La boîte à outils de la mobilité La mobilité relève autant de choix personnels que de décisions collectives. Il serait illusoire de croire qu’un seul outil tel que les infrastructures ou un seul acteur tel que l’Etat serait à même de l’améliorer de façon satisfaisante. Une mobilité durable pour la société et agréable pour le citoyen ne peut être atteinte que si chacun des acteurs de la mobilité prend ses responsabilités.
  • 11. 20 Les 4 acteurs de la mobilité Le message – clé de la présente mise à jour de la stratégie nationale Modu 2.0 est que la mobilité au Grand-Duché ne pourra être améliorée durablement et dans des délais raisonnables que si tous les acteurs publics et privés mettent en œuvre une multitude d’actions concrètes. Dans la suite de ce chapitre, de telles actions sont proposées et attribuées aux quatre acteurs de la mobilité selon le schéma de couleurs que voici : Les employeurs et les établissements d’éducation sont les destinations à l’heure de pointe matinale et les origines des déplacements lors de la période de pointe du soir. Le citoyen est libre d’un certain nombre de choix et peut périodiquement remettre en question ses habitudes. Les communes déterminent l’espace public dans lequel leurs résidents se sentent invités à choisir un moyen de transport plutôt qu’un autre. L’Etat fixe le cadre légal. Il oriente l’évolution de la mobilité par l’aménagement du territoire, par le choix des investissements dans les infrastructures de transport et par l’offre des transports en commun.
  • 12. 2322 Aménagement du territoire Tant au niveau national qu’au niveau communal, le trafic est la conséquence logique de l’éparpillement des fonctions « logement », « travail », « école », « loisirs » et « commerce ». Le regroupement de ces fonctions est la façon la plus économe de créer de la mobilité. « Seule une approche concertée entre l’Etat et les communes permet de concilier croissance économique et mobilité. » A l’échelle de la commune et, par cumul, à l’échelle nationale, le plan d’aménagement général est l’instrument par lequel la commune crée soit du trafic, soit de la mobilité. Implanter une école ou un supermarché en bordure de localité crée du trafic, alors qu’un regroupement des fonctions et une densification des quartiers autour des principaux arrêts des transports en commun génèrent de la mobilité. Le saviez-vous ? En Suisse, l’autorisation d’un projet industriel ou résidentiel d’envergure requiert un concept de mobilité qui démontre la compatibilité avec l’existant. Un accès au réseau routier ne constitue pas en soi un concept de mobilité. L’Etat fixe le cadre constitutionnel et législatif de l’aménagement du territoire. Il peut contribuer à la cohérence entre les planifications territoriales des communes et les stratégies de développement nationales. Par une implantation systématique des institutions particulièrement génératrices de déplacements (zones d’activités et lycées, pôles culturels, sportifs ou universitaires, hôpitaux, etc.) au plus près des arrêts des transports en commun les plus performants, l’Etat peut découpler la croissance économique de la congestion routière. Dans la même logique, un engagement à long terme de l’Etat à développer certains axes forts des transports en commun peut orienter les choix du secteur privé pour l’implantation d’entreprises et la construction de logements. Dans la logique actuelle du développement diffus et désordonné du territoire, où la disponibilité foncière dicte l’implantation des différentes fonctions, le trafic est le trait d’union entre des villages qui sont vides le jour et des centres-villes qui sont vides la nuit. L’embouteillage est devenu le principal lieu de rassemblement dans l’espace public. Le regroupement, dans trois agglomérations (Agglo NORD, Agglo LUX et Agglo SUD), des institutions les plus génératrices de déplacements et la mise en place d’axes de transports en commun très attractifs vers et entre ces agglomérations et vers les principaux pôles de résidence des travailleurs frontaliers permet de mettre les fruits de la croissance économique au profit de la qualité de vie des citoyens, tant en milieu rural qu’en milieu urbain. Trafic et mobilité Par trafic, on entend le mouvement de véhicules. La mobilité désigne la possibilité et la capacité d’atteindre des destinations. La mobilité constitue ainsi un aspect de la qualité de vie. Le trafic ne représente que la partie (en général motorisée) de la mobilité qui a effectivement lieu. Davantage de mobilité ne signifie donc pas forcément plus de trafic. Par exemple, l’implantation d’une épicerie de village augmente la mobilité des résidents qui ne disposent pas de voiture, sans pour autant augmenter le trafic (voire en réduisant le trafic puisque des trajets motorisés vers des commerces plus lointains peuvent être évités). A l’inverse, un excès de trafic motorisé peut réduire la mobilité, tant des occupants des véhicules eux-mêmes (embouteillage) que des acteurs dits vulnérables, à savoir les piétons et les cyclistes, et en particulier les enfants. A titre de réflexion : quiconque choisit une destination de vacances se renseigne généralement sur l’offre de mobilité au lieu de villégiature, tout en cherchant à éviter le trafic en s’y rendant. Scénario diffus et désordonné (MDDI, 2018) Scénario organisé et harmonieux (MDDI, 2018)
  • 13. 2524 École Urbanisme et circulation L’urbanisme, l’aménagement de l’espace public et les règlements de circulation orientent le choix du mode de transport. Pour promouvoir le trafic automobile, il convient d’offrir du stationnement au plus près des destinations et de prioriser la fluidité du trafic automobile aux carrefours. Les transports en commun routiers sont d’autant plus utilisés qu’aux heures de pointe, un passage préférentiel leur est réservé et que l’accès aux arrêts est agréable. La circulation cycliste se développe dans un contexte d’itinéraires sécurisés, directs, ininterrompus, confortables et lisibles au sol. Enfin, le trafic piéton, et donc la vie dans l’espace public, prend son essor dans des espaces à échelle humaine qui sont longés de rez-de-chaussée intéressants et reliés entre eux par des cheminements courts, libres d’obstacles et protégés du trafic motorisé. L’espace public étant limité, il convient de combiner des mesures en faveur du mode souhaité avec des mesures à l’encontre du mode à défavoriser. (MDDI) « 56 % des résidents ne connaissent pas d’espace public fréquenté régulièrement par les adultes de leur localité. » (MDDI, TNS Ilres, 2017) La commune peut élaborer, avec la participation des citoyens, un plan de mobilité multimodal assorti d’un plan d’action. La Direction de la Planification de la Mobilité du MDDI peut la conseiller en la matière. Les mesures communales en faveur d’une mobilité durable sont récompensées par le Pacte Climat. www.pacteclimat.lu La réfection de voiries existantes et la planification de quartiers nouveaux sont des occasions idéales pour repenser la mobilité. B U S B U S École Promouvoir le trafic automobile en localité : Promouvoir la marche à pied et le vélo en localité : Stationnement dans l’espace public au plus près des destinations privées Trottoirs élargis et voies cyclables le long des routes principales Trottoir continu pouvant être franchi par les voitures Débouché d’une route secondaire : priorité au trafic motorisé, détour et dénivelé pour les piétons Parking regroupé pour commerces locaux Quartier nouveau : accessibilités piétonne et motorisée identiques, stationnement en bande Quartier nouveau avec parking visiteurs regroupé et raccourci pour piétons Ecole : dépose-minute au plus près de l’entrée Trottoirs larges et sécurisés à l’approche de l’école Quartier résidentiel : raccourci pour le trafic motorisé Cul-de-sac pour le trafic motorisé, perméable pour les piétons et les cyclistes (MDDI)
  • 14. 26 27 Rendre la ville aux piétons L’espace public ne vit que par les piétons. Les villes et les villages qui priorisent les piétons par rapport au trafic motorisé offrent à leurs habitants une qualité de vie élevée, profitent d’un air plus propre et soutiennent le commerce local. La présence d’enfants est le véritable indicateur de qualité de l’espace public. Les enfants préfèrent se rendre à l’école fondamentale à pied ou à vélo, plutôt que d’y être conduits. Ils arrivent alors réveillés et apaisés. La marche à pied est le mode de déplacement le plus économe d’espace et le plus rapide sur des distances allant jusqu’à 1 km, selon la disponibilité du stationnement pour les autres modes. En charge de l’aménagement des trottoirs, même le long des routes étatiques, les communes déterminent l’attractivité de la marche à pied. Elles peuvent  : Mettre en place des cheminements directs, sécurisés avec un gabarit libre permettant au moins le croisement de deux poussettes, fauteuils roulants, déambulateurs ou trottinettes pour enfants. Eclairer les passages piétons et réduire au minimum le temps d’attente aux feux piétons. Concevoir tous les cheminements piétons de façon à ce qu’ils permettent aux écoliers de se rendre seuls à l’école fondamentale ou aux arrêts des bus scolaires. Les communes et l’Etat peuvent aménager l’espace public de façon à favoriser des déplacements piétonniers dans un contexte agréable, par exemple en écartant le stationnement (sauf pour personnes à mobilité réduite) de 100 à 300 mètres des points d’attraction et en y apaisant le trafic motorisé. Les riverains peuvent veiller à ce que les trottoirs soient dégagés d’obstacles tels que des voitures garées, des haies non taillées ou des poubelles. Sous quelles conditions vous déplaceriez-vous davantage à pied au quotidien ? (top 4) (MDDI, TNS Ilres, 2017) Carrefours mieux adaptés aux piétons Trottoirs mieux éclairés Trottoirs plus larges Trottoirs sans cyclistes 78 % 75 % 61 % 58 % « Vingt minutes de mobilité active par jour, c’est-à-dire deux allers-retours piétons de 300 mètres, réduisent de façon significative le risque de diabète de type 2, de maladies cardiovasculaires, de cancer du sein et du côlon, de dépression et de démence. Au Grand-Duché, 30 % des déplacements inférieurs à 1 km sont effectués en voiture. » (OMS, MDDI) (MDDI) (MDDI)
  • 15. 2928 L’Etat peut intégrer le vélo comme mode de déplacement dans toutes les infrastructures et offres de transport, mettre en place un réseau cyclable national attractif tant pour les déplacements quotidiens que pour le cyclotourisme en milieu rural, veiller à un maillage cohérent entre ce réseau et les réseaux internationaux et communaux et adopter une règlementation favorable à la pratique du vélo. Les communes peuvent collaborer entre elles et avec la Cellule Mobilité Douce du MDDI pour mettre en place un réseau cyclable communal : 1. Analyse de la « cyclabilité » de l’ensemble des voies publiques. 2. Définition d’un réseau cyclable communal sûr et continu permettant aux cyclistes de se rendre partout au quotidien. 3. Identification des sections dangereuses ou manquantes du réseau projeté. 4. Planification et mise en œuvre des chaînons manquants au fil des chantiers sur les tronçons concernés. 5. Signalisation et promotion. Donner leur place aux cyclistes 55 % des résidents font du vélo et n’attendent que des infrastructures cyclables de qualité pour contribuer à réduire la part modale de la voiture, notamment sur les nombreux trajets courts. (MDDI, TNS Ilres, 2017) « 51 % de l’ensemble des déplacements des résidents sont inférieurs à 5km. Un tiers des trajets inférieurs à 1 km et les deux tiers des trajets entre 2 et 5 km sont effectués en voiture par les résidents. » Les employeurs peuvent encourager la pratique du vélo pour les déplacements au quotidien en : offrant du stationnement sécurisé pour vélos, des vestiaires avec douches et des vélos de service ; proposant aux employés de profiter des avantages fiscaux liés aux vélos de leasing. www.clever-fueren.lu Que leur propre déplacement se fasse à pied, à vélo, à moto ou en voiture, les citoyens peuvent contribuer à l’essor du mode de transport bénéfique pour la société qu’est le vélo en respectant tous les usagers de la route. Un premier défi consiste à ne plus recourir à la voiture privée pour les déplacements à l’intérieur de la localité ou du quartier de résidence. Les résidents qui ont fait du vélo au cours des 12 mois passés seraient disposés à se déplacer régulièrement à vélo plutôt qu’en voiture : - S’il y avait davantage d’infrastructures cyclables séparées du trafic motorisé (90 %). - S’il y avait moins de segments dangereux ou manquants dans les itinéraires cyclables (90 %). - S’il y avait plus de respect entre les cyclistes et les autres usagers de la route (87 %). - Si les carrefours étaient mieux adaptés à la circulation à vélo (85 %). (MDDI, TNS Ilres, 2017) « Avec l’essor du vélo en général et la popularité des vélos électriques en particulier, c’est une question de sécurité et de confort de séparer les cyclistes des piétons, surtout en milieu urbain. » Potentiel du vélo en fonction de la qualité des infrastructures Disposition des personnes ayant roulé à vélo au cours de l’année écoulée à passer à un usage quotidien du vélo en fonction du type d’infrastructure en place. (MDDI, TNS Ilres, 2017) 80 % 54 % 34 % 18 % Vélo sur une piste cyclable à l’écart du trafic motorisé Vélo sur une voie cyclable indiquée uniquement par un marquage ou vélo dans une zone à 30 ou à 20 km/h Vélo dans trafic fort, sans espace réservé Vélo sur voie de bus, sur une voie suggestive ou dans un trafic modéré limité à 50 km/h
  • 16. 30 31 Gérer l’heure de pointe La plupart des problèmes de trafic ne concernent que les périodes de pointe du matin et du soir. Il est plus économe d’étirer et d’aplatir ces pointes que d’adapter les infrastructures. 200 000 150 000 100 000 50 000 0 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Loisirs Déplacement privés hors loisirs Educaion Déplacements professionnels Travail Horaire mobile et télétravail. En organisant les changements d’équipe en dehors des périodes de pointe, en offrant aux employés dont la tâche le permet des horaires mobiles, des comptes épargne- temps et la possibilité de faire du télétravail (à partir du domicile, de bureaux satellites ou d’espaces de co-travail) et en promouvant le covoiturage, les employeurs peuvent contribuer considérablement à la fluidification du trafic aux heures de pointe. Horaires des lycées. Le décalage du début des cours de certains lycées délesterait le trafic aux heures de pointe et améliorerait la ponctualité du transport scolaire. L’impact potentiel sur le trafic s’observe pendant les vacances scolaires. Horaires des livraisons et logistique urbaine. Assurer les livraisons en dehors des heures de pointe et effectuer la distribution finale par des camions à petite capacité, voire des vélos-cargos permet de fluidifier le trafic et de désengorger les centres-villes. Trajets en semaine par heure d’arrivée (MDDI, 2017) Seuls, en tant que cluster ou en collaboration avec le Verkéiersverbond, les employeurs peuvent établir un plan de mobilité entreprise avec des mesures concrètes pour améliorer la mobilité de leurs employés. www.mobiliteit.lu Services à la personne et organisation interne de l’entreprise  : téléconférences ; télétravail Covoiturage : réduire les transports individuels motorisés Transports en commun : promotion de l’offre (train, bus), p. ex. mPass Aménagements : garantir la qualité des aménagements urbains (pistes cyclables et piétonnes sécurisées) Modes doux/actifs : Infrastructures, action « Mam Vëlo op d’Schaff » Communication et information  : conseil en mobilité Optimisation du parc de véhicules : p. ex. intégration du autopartage, gestion de stationnement automobile « Décaler les horaires, transporter moins de sièges vides, favoriser les modes économes d’espace routier. » Le saviez-vous ? Le programme Beter Benutten (« mieux utiliser » les véhicules et les infrastructures), une collaboration entre les secteurs public et privé aux Pays-Bas, a permis, en trois ans, de réduire de 19 % la congestion sur les points noirs du réseau routier. www.beterbenutten.nl/en Beter Benutten (Ministerie van Infrastructuur en Milieu) Plan de mobilité « mConcept », Verkéiersverbond Optimising Use Fast and easy from door to door
  • 17. 32 33 Aux endroits où une telle demande se manifestera, les communes pourront prévoir des emplacements de stationnement pour la montée et la descente des covoitureurs. Les particuliers peuvent profiter des économies et d’éventuelles incitations liées au covoiturage (telles que le parking préférentiel sur le lieu de travail) en communiquant leurs déplacements en tant que conducteur ou passager à un portail de covoiturage. 2 En plus de proposer le portail de covoiturage CoPilote pour le Luxembourg et sa région limitrophe, l’Etat peut dédier, sur les tronçons d’autoroute qui le permettent, une voie « 3+ » aux covoitureurs et aux bus. 3 En incitant les employés à créer une communauté sur un portail de covoiturage tel que CoPilote et en offrant du stationnement préférentiel aux covoitureurs, les employeurs peuvent économiser des places de stationnement sur leur site et contribuer à réduire le trafic environnant aux heures de pointe. 1 La voiture comme moyen de transport Pour être le mode de transport le plus cher, le plus consommateur d’espace et le plus émetteur de pollution atmosphérique par personne transportée, la voiture individuelle pourrait être utilisée de façon plus efficace. Le covoiturage et l’autopartage, tout en étant économiquement avantageux pour les ménages, peuvent réduire sensiblement les embouteillages aux heures de pointe et libérer des places de stationnement en milieu urbain. « Chaque matin, 250 000 sièges automobiles vides entrent dans l’agglomération de Luxembourg-Ville. » déplacement ensemble, soit des inconnus sont mis en relation par un portail de covoiturage (application smartphone ou site Internet) auquel chacun a préalablement communiqué ses déplacements. Combien est-ce que cela coûte ? Le conducteur et le passager conviennent d’un prix. Celui-ci peut être nul ou de l’ordre de quelques euros tel que proposé par l’application de covoiturage. Le covoiturage (« car pooling ») Qu’est-ce que c’est ? C’est le fait de partager une voiture privée pour effectuer un trajet commun. Quel est l’avantage ? Chaque conducteur qui se fait passager économise de l’argent et contribue à réduire les embouteillages. Comment cela fonctionne-t-il ? Soit le conducteur et le passager se connaissent déjà (famille, travail) et conviennent d’effectuer le 1 Emplacement réservé au covoiturage 3 Voie de covoiturage en Amérique du Nord 2 Covoitureurs
  • 18. 3534 Système d’autopartage « en boucle » ou en « free float » ? Dans un système en boucle, la voiture doit être restituée à l’endroit où elle a été empruntée. Cela correspond à l’usage occasionnel d’une voiture privée et permet une grande prévisibilité pour le client suivant. 2 Un système « free float », dans lequel la voiture peut être déposée n’importe où dans un périmètre prédéfini, semble offrir davantage de flexibilité. En réalité, plus ce périmètre est grand, moins ce système est attractif pour le client suivant, qui ignore jusqu’au dernier moment où il devra récupérer la voiture. En dehors de centres-villes comptant au moins un million d’habitants (Berlin, Munich, etc.), ce système n’est pas économique, puisque le coût du ramassage des voitures éparpillées équivaut au coût d’un service de taxi. Autopartage avec moteurs électriques ou thermiques ? Les voitures électriques se prêtent parfaitement pour les systèmes d’autopartage « en boucle », puisqu’elles se rechargent entre les locations, alors qu’avec les voitures à essence ou à diesel, les conducteurs doivent faire le plein pendant les locations. L’autopartage (« car sharing ») Qu’est-ce que c’est ? Ce sont des voitures stationnées à des endroits fixes disponibles à la location pour des déplacements courts (quelques heures). Quel est l’avantage ? Le ménage peut faire des économies en remplaçant sa voiture la moins utilisée par de l’autopartage. Comment cela fonctionne-t-il ? Une fois devenu client d’une société d’autopartage, l’utilisateur réserve un véhicule par smartphone, ouvre le véhicule en y apposant sa carte de membre et verrouille le véhicule de la même façon après avoir effectué le trajet désiré. La clé de contact et une carte pour faire le plein se trouvent dans le véhicule. 1 Combien est-ce que cela coûte ? En plus de la cotisation mensuelle (entre 0 et 30 €), la location est facturée uniquement en fonction de la distance parcourue et du temps de déplacement. Le carburant, les assurances, l’entretien et la dépréciation sont inclus dans ce prix. Le stationnement au lieu de départ est gratuit et garanti. Selon la formule choisie, l’autopartage reste avantageux lorsque l’on réalise jusqu’à cinq déplacements par semaine, d’une durée de une à deux heures chacun. L’autopartage ne se prête donc pas aux déplacements quotidiens domicile-travail. Les communes peuvent s’associer à une société d’autopartage et mettre en place des stations de deux ou plusieurs voitures dans les quartiers à forte densité d’habitation. D’expérience, une voiture d’autopartage installée au bon endroit y libère des places de stationnement, puisqu’elle remplace jusqu’à dix voitures privées, notamment les véhicules secondaires qui sont souvent garés dans l’espace public. Les employeurs peuvent mettre à la disposition de leurs employés des voitures d’autopartage pour les déplacements professionnels, voire pour les déplacements privés en dehors des heures de travail. Cette alternative aux voitures de leasing incitera davantage d’employés à recourir aux transports en commun pour leurs déplacements domicile-travail. Avant l’achat d’une voiture privée, les résidents d’une localité dans laquelle des voitures d’autopartage sont installées peuvent évaluer si ce service permet de répondre à leurs besoins et comparer les dépenses associées aux deux options (dépenses mensuelles moyennes pour une voiture privée : environ 500 €). « Les véhicules privés, qui sont à l’arrêt pendant 22 heures par jour en moyenne, comptent pour plus d’un septième des dépenses des ménages. » 2 CFL Flex (CFL) 1 La voiture se déverrouille à l’aide de la carte de membre (MDDI)
  • 19. 3736 Une stratégie cohérente pour le stationnement est l’un des outils-clés des communes en matière de mobilité. Outre la disposition préférentielle de places pour les personnes à mobilité réduite (PMR) et pour les vélos, voici quelques mesures efficaces : Remplacer le stationnement en bande par des parkings groupés écarte les manœuvres de stationnement du trafic et permet d’aménager des couloirs pour bus, des trottoirs plus larges et des voies cyclables. Une telle démarche contribue à sécuriser et rendre plus attractifs la marche à pied et les déplacements à vélo. Si les arrêts de bus, les stations d’autopartage et le stationnement pour vélos sont disposés plus près des destinations que les entrées de parking, alors les modes alternatifs deviennent plus compétitifs par rapport à la voiture particulière. Introduire le parking résidentiel en accordant un nombre minimal de vignettes en fonction de la disponibilité du stationnement sur les terrains privés permet de réserver les places disponibles dans l’espace public aux riverains qui en ont besoin. Le parking payant dans les zones commerciales favorise la rotation des visiteurs et donc le commerce local. Selon le type de parcmètre, il est possible d’accorder la gratuité du stationnement aux clients des commerces. Dans une commune où les places de parking dans l’espace public sont règlementées, il est possible de créer, pour les habitants qui souhaitent vivre avec moins de voitures privées, des quartiers bénéficiant d’une dérogation au nombre minimal de places de stationnement par habitation. Ces habitations sont moins chères à la construction. Une politique restrictive en matière de places de stationnement accordées pour les bâtiments administratifs (p. ex. un emplacement pour 175 m2 de surface construite brute en milieu urbain) incite les employeurs à mettre en place des plans de mobilité entreprise et réduit le trafic aux heures de pointe. Gérer le stationnement La gestion du stationnement permet d’influencer les parts modales et le taux d’occupation des véhicules aux heures de pointe, de réduire le stationnement non souhaité, d’affecter des terrains publics et privés à des usages plus utiles, de baisser le coût des constructions et de réduire la production de déchets inertes due aux parkings souterrains. « La probabilité de trouver une place de stationnement sur le lieu d’arrivée influe fortement sur le choix du mode de transport sur le lieu de départ. Au Grand-Duché, 60 % des employés disposent d’une place de parking à leur lieu de travail. » La proposition de gauche est majoritaire parmi toutes les tranches d’âge, les deux sexes, tous les niveaux socio-économiques, les Luxembourgeois et les non-Luxembourgeois et dans toutes les régions du Grand-Duché. « La prépondérance de la voiture privée s’explique par le simple fait qu’au cours des soixante dernières années, tout a été fait pour que la voiture devienne le mode de transport le plus attractif pour relier tout bâtiment à tout autre bâtiment. Eloigner, de 100m à 300m, les places de stationnement non PMR des destinations contribuera à rééquilibrer les parts modales. » L’Etat peut concevoir et agencer les bâtiments publics de façon à ce qu’il devienne plus attractif de s’y rendre en bus, à vélo ou à pied qu’en voiture privée, même pour les employés. Dans les parkings situés près des gares et de certains pôles d’échange, l’Etat peut offrir des tarifs préférentiels aux usagers des transports en commun. Au vu des prix du foncier, les entreprises peuvent gérer plus économiquement les surfaces de parking : en attribuant les places aux covoitureurs, aux vélos et aux véhicules de société réservés à l’autopartage ; en mutualisant le parking avec des acteurs voisins qui en ont besoin à d’autres heures de la journée ou de la semaine (supermarchés, cinémas, centres sportifs, etc.). Celui qui a devant la porte d’entrée un espace-rue permettant aux enfants de jouer, le parking public se trouvant à 100 mètres. Celui qui a devant la porte d’entrée une bande de stationnement, un espace public permettant aux enfants de jouer se trouvant à 100 mètres. 62 % 38 % Parmi les deux propositions suivantes de logements identiques disposant chacun d’emplacements de stationnement privé à l’intérieur du bâtiment, lequel choisiriez-vous ? (MDDI, TNS Ilres, 2017)
  • 20. 38 39 Zone mixte Parking propre à chaque institution : – Surcapacités, surtout la nuit, le weekend, etc. Entreprise Stationnement attribué à des personnes : – Besoin d’un maximum de surface. – Encourage l’usage de la voiture individuelle. – Contribue ainsi à la congestion des routes aux heures de pointe. Rue principale Stationnement en bande : – Stationnement public omniprésent qui se prête à des usages parasitaires tels que le stationnement à long terme, le Park and Ride, le stationnement de voitures d’entreprise, la vente de voitures d’occasion, etc. Quartier résidentiel Stationnement en bande : – Stationnement public au plus près des habitations. La voiture domine même les rues à trafic apaisé. Parking de quartier : – Espace convivial permettant aux enfants de jouer. – Favorise la marche à pied et le vélo. Parking mutualisé : – Gestion économiquement efficace des surfaces de stationnement. Stationnement attribué à un usage précis (tel que le covoiturage ou l’autopartage de voitures de société) : – Réduit considérablement le besoin en surface. – Contribue à la fluidité du trafic aux heures de pointe. – Est plus économique tant pour l’employeur que pour les employés. Parking regroupé : – Mise à disposition de stationnement public pour un usage précis, p. ex. parking courte durée pour commerces locaux. – Meilleure qualité urbaine. Libération d’espace pour des voies cyclables et des trottoirs plus confortables. La part des voitures garées régulièrement dans l’espace public alors qu’elles disposent d’un emplacement privé, est d’environ 33 % dans les communes rurales, d’environ 40 % à Luxembourg-Ville et dans la région Sud et de 48 % dans les communes périurbaines. D’après les propriétaires, l’emplacement privé est soit occupé par autre chose qu’une voiture, soit moins facilement accessible. (MDDI, TNS Ilres, 2017) B U S B U S ÉcoleÉcole B U S B U S École B U S B U S B U S B U S P+3 Covoiturage
  • 21. 41 La multimodalité agréable Si le temps passé aux arrêts, aux gares et aux pôles d’échange n’est pas seulement agréable, mais utile pour le voyageur, le maillon faible de la multimodalité en devient un atout. Pôle d’échange Howald (MDDI, 2016) Selon leurs compétences, les communes et l’Etat peuvent aménager les pôles d’échange de façon à ce que le voyageur soit pour le moins à l’abri des intempéries et bien informé (Verkéiersverbond). Au mieux, ils y permettront l’installation de services qui profiteront aux navetteurs et aux résidents du quartier. Les logements et les emplois qui génèrent le moins de trafic motorisé se trouvent sur un pôle d’échange, voire à moins de 300 m de celui-ci. Y avez-vous pensé ? Le transbordement n’est pas un inconfort propre aux transports en commun. Descendre d’un bus pour accéder à un quai de train n’est pas forcément plus inconfortable que de garer sa voiture, d’en sortir pour une escale quotidienne, puis d’y retourner après avoir effectué des achats, s’être restauré, avoir déposé un enfant à la crèche ou avoir visité un club de fitness. Si de tels services sont offerts aux pôles d’échange, le transbordement n’est pas vécu comme une perte, mais comme un gain de temps. « Aux Pays-Bas, 82 % des clients des chemins de fer font quotidiennement des achats aux gares. » (Nationale Spoorwegen, 2014)
  • 22. 42 43 « Mobility-as-a-Service » En renseignant l’utilisateur sur divers critères tels que le temps de parcours, le coût, la distance et l’impact environnemental, la mobilité en tant que service permet à l’utilisateur de choisir parmi plusieurs options pour le déplacement souhaité. Pour informer en temps réel les clients et les employés des départs des transports publics à proximité de leur site, les employeurs ou les gestionnaires d’un bâtiment public peuvent installer un afficheur dans l’entrée de leur bâtiment. Une fois l’écran avec connexion Internet monté aux frais du propriétaire, le Verkéiersverbond se charge gratuitement de l’affichage des données pertinentes. 1 www.mobiliteit.lu Avant d’effectuer un déplacement, l’utilisateur peut consulter une application de mobilité en tant que service. Grâce à son calculateur d’itinéraires multimodaux en temps réel (illustration ci-après), cette application lui montre toutes les façons disponibles d’effectuer son déplacement, y compris des combinaisons de différents modes de transport tels que la marche, le vélo privé ou en libre-service, la voiture privée, le covoiturage, l’autopartage, le taxi, les bus, les trains ou le tram. L’utilisateur peut alors choisir une option en fonction de ses priorités, que ce soit la rapidité, le confort, le coût ou un autre critère. www.mobiliteit.lu Planificateur d’itinéraires multimodaux : Quelles sont mes options pour me rendre de l’endroit à l’endroit  ? 1 Afficheur dynamique des départs du transport public (MDDI) 19 min 21 min 28 min 28 min 1 h 10 4,9 km 5,2 km 5,5 km 5,5 km 4,9 km 1 g 612 g 250 g 397 g 0 g 0,00 4,60 2,00 4,00 0,00 La mobilité d’une main avec le smartphone et la mKaart : Information en temps réel : – Envoi automatique de notifications en cas de retards, de chantiers ou d’autres perturbations en cours de route. – Situation en temps réel du trafic routier et des départs des transports en commun. – Taux d’occupation des parkings relais. – Disponibilité de points de charge ou de vélos en libre-service. Accès à d’autres services de mobilité : – Accés P+R, autopartage, vélos en libre-service, mBox, Chargy, etc. Achat et gestion de billets :
  • 23. 4544 Les transports en commun Les transports en commun constituent la manière la plus efficace de transporter un grand nombre de personnes sur un même axe. Il existe pour cela une large palette d’options. Le mode de transport le plus approprié dans une situation peut être parfaitement inadapté dans une autre situation. La commune peut améliorer l’accessibilité aux transports en commun en aménageant des cheminements piétons et cyclables directs vers les arrêts et en veillant à ce que les zones d’attente soient fonctionnelles et agréables. La commune peut informer les citoyens sur l’offre des transports en commun. En plus des horaires et des tarifs, elle peut inclure dans ses publications des photos des arrêts dans la commune et de destinations joignables à partir de ces arrêts. Si la demande en justifie les coûts d’exploitation, la commune peut affiner le réseau RGTR sur son territoire par des lignes de bus communales. Pour une demande ponctuelle, un service de taxi peut s’avérer plus économique. L’Etat finance un réseau de transports en commun multimodal sur le territoire du Grand-Duché. Dans des cas spécifiques, il participe aux frais d’exploitation de services de transports en commun destinés aux navetteurs transfrontaliers. L’Etat planifie à court, moyen et long terme une offre cohérente des transports en commun en fonction de la demande telle qu’elle est exprimée par les ménages et projetée par l’Aménagement du territoire. Tout en étant à l’écoute des communes, l’Etat veille à l’attractivité globale de l’offre. Ainsi, plus une ligne express a d’arrêts, moins elle est efficace pour les trajets longs. « Parmi les réseaux de transports en commun de taille comparable, le Luxembourg offre les tarifs les moins chers d’Europe de l’Ouest. » Tarifs des transports en commun pour un trajet simple de 30 km et une carte réseau journalière : (MDDI, 2018) 0 € 5 € 10 € 15 € 20 € 25 € 30 € Luxembourg Berlin Barcelone Amsterdam Paris Vienne London Zurich Copenhague Cologne Prix ticket simple/ distance 30 km Prix tarif journalier L’utilisation des transports en commun, comme celle de tout mode de transport, s’apprend avec une certaine persévérance. Une personne intéressée peut : – télécharger gratuitement l’application mobile « mobiliteit.lu » du Verkéiersverbond ; – planifier et effectuer un premier trajet sans contraintes particulières (p. ex. le weekend) en utilisant cette application pour consulter l’horaire et acheter le titre de transport ; – essayer différents horaires et différentes combinaisons jusqu’à trouver la meilleure offre pour ses déplacements quotidiens. L’employeur peut encourager l’utilisation des transports en commun en participant au financement d’un abonnement annuel mPass du Verkéiersverbond pour ses employés. www.mobiliteit.lu Par la mise à disposition, sur le lieu de travail, de véhicules de société pour d’éventuels déplacements professionnels pendant les heures de travail, l’employeur permet aux employés de recourir aux transports en commun pour leurs déplacements domicile-travail. 2 € 4 €
  • 24. 46 47 « Même avec un taux de remplissage de 50 %, les transports en commun occupent entre 20 et 30 fois moins d’espace public par personne transportée qu’un conducteur de voiture seul. » Place consommée par personne transportée et par mode de transport à la vitesse usuelle et à 20 km/h en milieu urbain : (MDDI, 2018) Six questions pour trouver le moyen de transport en commun le mieux adapté à une situation spécifique 4. Est-ce que le mode de transport est capable de s’intégrer dans le contexte urbain de façon à être facilement accessible et donc attractif pour le plus grand nombre de passagers ? Un mode de transport qui est très rapide entre les agglomérations, mais qui doit ramasser et déposer ses passagers au bord de ces agglomérations, faute de pouvoir s’y insérer urbanistiquement (systèmes sur pilotis ou nécessitant des couloirs très larges), peut être moins attractif qu’un mode de transport un peu plus lent qui ramasse et dépose ses passagers dans les centres urbains et évite ainsi aux flux les plus importants l’inconfort de devoir changer de moyen de transport en cours de route. 5. Est-ce que les contraintes d’exploitation et, en particulier, la place occupée par les véhicules avant et après leur service aux terminus, peuvent être maîtrisées ? En principe, il est aisé, surtout pour les transports routiers, d’accroître la capacité de transport en augmentant le nombre de courses. Toutefois, cela pose souvent des problèmes de stockage d’un grand nombre de véhicules aux terminus et conduit à une forte augmentation des coûts d’exploitation. Ainsi, le choix du mode de transport le plus approprié doit également tenir compte du bon équilibre entre fréquence attractive, place disponible au terminus et coûts d’investissement et d’exploitation. 6. Est-ce que le mode de transport est adapté au type de flux qu’il doit transporter et au contexte dans lequel il doit s’intégrer ? Un transport par télécabine peut par exemple être une solution efficace pour aider un flux continu de personnes à franchir un obstacle topographique. Par contre, une télécabine n’est pas adaptée pour transporter un flux discontinu important tel que celui généré par l’arrivée d’un train. 1. Est-ce que la capacité horaire de transport est adaptée à la demande projetée ? Pour un même moyen de transport, la capacité horaire de transport est d’autant plus élevée que les véhicules sont grands, que l’intervalle de temps entre deux véhicules successifs est bref et que leur vitesse est élevée. Des capacités typiques pour les différents moyens de transports sont données dans le tableau ci-dessous. 2. Est-ce que la vitesse commerciale est aussi élevée que possible ? Pour un même moyen de transport, la vitesse commerciale est d’autant plus élevée que les véhicules sont priorisés par rapport au reste du trafic, que la distance entre les arrêts est grande et que le temps d’arrêt est bref. Le tableau ci-dessous donne une indication des vitesses commerciales pouvant être attendues pour différents modes de transports. 3. Est-ce que le ratio coût/utilité à long terme est acceptable ? Plus le moyen de transport est structurant pour le territoire et plus les capacités de transport sont conséquentes, plus il importe que l’analyse des coûts et des bénéfices du projet porte sur la durée de vie en incluant les coûts tant opérationnels qu’infrastructurels et les coûts et bénéfices tant financiers qu’environnementaux. Motocycliste 32 m2 à 35 km/h (20 m2 à 20 km/h) Passager bus (12 m, 90 passagers) 1,5 m2 à 20 km/h, remplissage 75 % 2 m2 à 20 km/h, remplissage 50 % Cycliste 8 m2 à 15 km/h (10 m2 à 20 km/h) Passager tram (350 passagers) 1 m2 à 20 km/h, remplissage 75 % 1,5 m2 à 20 km/h, remplissage 50 % Piéton 1,5 m2 à 4 km/h Conducteur seul 71 m2 à 35 km/h (36 m2 à 20 km/h)
  • 25. 48 49 MODE Marche à pied Vélo Vélo à assistance électrique Voiture Transport à la demande Car Bus standard Bus articulé Tram Tram ”rapide”/ interurbain Métro/monorail Train Transport par câble CAPACITÉ HORAIRE (PERSONNES PAR HEURE PAR SENS) 15 000 (espace de 3m) 9 500 (espace de 3m) 6 000 (espace de 3m) 1 000 - 1 200 (1,2 personnes par voiture, route urbaine principale) 15-25 (par Minibus, cadence horaire) 200-300 (uniquement places assises – cadence 15’) 900-1 000 (cadence 5’) jusqu’à 2 500 (cadence 5’) jusqu’à 7 000 (cadence 3’) 2 000 - 3 000 (cadence 6’) 10 000 selon la cadence et le type de véhicule jusqu’à ~18 000 selon la longueur du train et la fréquence jusqu’à 2 500 (10 à 25/cabine) DISTANCE D’UTILISATION OPTIMALE (KM) 2 km 1 - 6/7 km 2 - 15 km 5 - 100 km (et au-delà) 10-20 km 15 - 50 km 2 - 15 km 2 - 15 km 2-15 km 10-25 km 3 - 20 km (plus dans les grandes métropoles) 10 km 2 - 5 km VITESSE MOYENNE OU COMMERCIALE (KM/H) 4 - 5 km/h 10 - 20 km/h ~ 20 km/h 15 - 35 km/h (milieu urbain) 20 - 25 km/h 40 - 50 km/h 16 - 20 km/h (avec sites propres) 16 - 20 km/h (avec sites propres) 18 - 22 km/h (site propre) 30 - 45 km/h 35 - 45 km/h 40 - 100 km/h (selon la distance et la politique d’arrêt) 15 - 18 km/h AUTRES CARACTÉRISTIQUES DÉTERMINANTES La distance d’utilisation et la vitesse moyenne dépendent fortement des infrastructures à disposition La distance d’utilisation et la vitesse moyenne dépendent fortement des infrastructures à disposition En milieu urbain, la capacité dépend notamment des carrefours Pour zones à demande faible et diffuse Zone rurale, lignes empruntant l’autoroute, régions sans voie ferrée Distances supérieures possibles en milieu périurbain/ rural, en l’absence de services ferroviaires Vitesse maximale ~ 100 km/h. Connexion directe de centres urbains En général, grande interstation (1 km). Insertion urbaine compliquée La capacité et la vitesse dépendent fortement de l’infrastructure à disposition Efficace pour du point à point avec un flux de demande continu et pour le franchissement d’obstacles Le modes de transport en commun et leurs caractéristiques (MDDI, 2018)
  • 26. 50 51 Les citoyens soucieux du changement climatique peuvent décider d’effectuer certains de leurs déplacements quotidiens à pied, à vélo ou en transports en commun. Que ce soit en tant que conducteur ou en tant que passager, covoiturer sur des chemins récurrents tel que le trajet domicile-travail divise par deux l’empreinte carbone par personne. Lors de l’achat d’une nouvelle voiture, opter pour un véhicule à zéro ou à faibles émissions de roulement permet de profiter d’avantages fiscaux. www.clever-fueren.lu Les communes et les employeurs peuvent réduire leur empreinte environnementale en acquérant des véhicules à zéro ou à faibles émissions de roulement pour leur propre flotte de véhicules (voitures ou camionnettes de service, autobus, camions- poubelles, etc.) tout en profitant, le cas échéant, d’avantages fiscaux. www.clever-fueren.lu En supplément des 1 600 points de charge « Chargy » installés pour l’Etat par les gestionnaires de réseau, les communes et les entreprises peuvent mettre en place des bornes supplémentaires « Chargy OK ». www.chargy.lu Un transport routier plus propre Les véhicules à carburants alternatifs ne modifient pas la mobilité proprement dite, mais réduisent les quantités de gaz à effet de serre et de polluants nocifs émis par le trafic motorisé routier. La commune peut récompenser, lors de l’allocation de subsides, les associations locales qui ont entrepris, pour ce qui est des déplacements qu’elles engendrent, des actions concrètes en faveur d’une mobilité durable. En effet, les associations locales jouent un rôle-clé dans la transmission de comportements sociaux. La mobilité étant, après le logement, leur deuxième dépense la plus importante, de nombreux ménages peuvent améliorer leur situation financière en recourant à des modes de transport plus durables tout en mettant en cause leur dépendance peut-être exagérée de leurs voitures particulières. L’employeur peut encourager l’usage des transports en commun en contribuant aux frais des abonnements « mPass » pour les employés. L’employeur peut inclure dans des packages de rémunération des avantages « mobilité » autres que la voiture de service  : autopartage, « mPass », stationnement gratuit pour covoiturage, vélo de leasing, etc. L’Etat peut vérifier si les avantages fiscaux, les taxes et les subsides en relation avec la mobilité soutiennent les objectifs de la présente stratégie ou les problèmes qu’elle vise à résoudre. Incitations financières Les mesures financières peuvent prendre la forme d’incitations nouvelles en faveur d’une mobilité durable ou consister à remettre en cause des incitations financières existantes qui iraient à l’encontre d’une mobilité durable. « Si le ménage moyen effectuait ses différents types de dépenses annuelles les unes à la suite des autres, l’ensemble des dépenses du ménage réalisées entre le 3 novembre et le 27 décembre seraient liées aux véhicules privés et seules les dépenses engagées entre le 28 et le 31 décembre seraient liées à d’autres services de transports. » (Calcul MDDI basé sur des données du Statec, 2017) Borne «Chargy»
  • 27. 52 53 « Well-to-Tank » Il s’agit des émissions occasionnées avant même le déplacement du véhicule pour produire (« well ») et acheminer le carburant jusque dans le réservoir (« tank »). Toute production de carburant, même celle d’électricité à partir d’énergies renouvelables, donne lieu à des émissions « well-to-tank ». Pour comparer les émissions de CO₂ pour un cycle de vie complet de deux véhicules différents, il faut également prendre en compte les émissions dues à la production de la voiture elle-même et, dans le cas des voitures électriques, celles dues à la production de la batterie, voire des batteries de remplacement. Emissions de CO₂ pour un cycle de vie complet du véhicule de 200 000 km (Transport Environment, 2017) * 203 g CO₂ / kWh pour l’électricité consommée au Luxembourg (ILR, 2016). Les émissions de CO₂ « well-to-tank » pour une voiture électrique avec une consommation de 20 kWh /100 km s’élèvent alors à 40,6 g/km. Voiture diesel Voiture électrique 163 g CO₂ /km 70 g CO₂ /km 12027 41* 16 16 13 Production de la voiture et du moteur « Well-to-Tank » « Tank-to-Wheel » Production batterie et 1,5 remplacement « Sur un cycle de vie complet de 200 000 km, une voiture électrique (remplacement des batteries inclus) produit moins de la moitié du CO₂ émis par une voiture diesel. Cet écart s’accentuera avec l’essor des énergies renouvelables. » Une politique technologiquement neutre Le gouvernement ne favorise pas un seul carburant alternatif, en l’occurrence l’électromobilité. Dès lors, d’autres carburants alternatifs pourront aussi contribuer à rendre le transport routier plus propre. Par exemple, si la production d’hydrogène par électrolyse avec de l’électricité générée exclusivement à partir d’énergies renouvelables devenait compétitive, des véhicules avec pile à combustible à hydrogène pourraient jouer un rôle important. Emissions de CO₂ par personne transportée pour un cycle de vie complet de 200 000 km par véhicule motorisé (Mobitool.ch et Transport Environment, 2017) Voiture diesel Voiture électrique 1,2 PERSONNE PAR VOITURE TAUX D’OCCUPATION BUS OU TRAIN DE 50 % Bus diesel Bus électrique Train Vélo 136 g 58 g 50 g 17 g 4 g 1 g CO₂  /km/personne Pas de pot d’échappement (MDDI) « Tank-to-Wheel » Il s’agit des émissions produites localement par le moteur du véhicule pour transférer une partie de l’énergie contenue dans la batterie ou le réservoir (« tank ») aux roues (« wheel »). Les voitures électriques et celles à pile à combustible à hydrogène, caractérisées par l’absence de pot d’échappement, ont l’avantage de ne pas produire d’émissions locales « tank-to-wheel » de polluants atmosphériques liées à la combustion (CO₂, NOX , SOX , particules fines, etc.). Elles émettent uniquement le tiers des particules fines qui est dû à l’abrasion des freins et des pneus.
  • 28.
  • 29. Chapitre 4 LES PROJETS EN COURS S’il est essentiel de disposer d’une stratégie cohérente pour une mobilité durable, ce n’est que la mise en œuvre qui permet d’atteindre progressivement les objectifs fixés. Ce chapitre dresse un état des lieux des principaux projets en cours.
  • 30. 58 59 L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE La loi sur l’aménagement du territoire du 22 mars 2018, les plans directeurs sectoriels, les plans d’occupation du sol et le programme directeur de l’aménagement du territoire visent à encadrer une utilisation plus rationnelle des 2 586 km2 du Grand-Duché. Loi du 22 mars 2018 La nouvelle loi sur l’aménagement du territoire ouvre la voie vers une mise en œuvre des plans directeurs sectoriels (PDS) et rend plus flexible l’instrument du plan d’occupation du sol (POS). Plans directeurs sectoriels La loi du 22 mars 2018 permet de relancer, en tenant compte des avis formulés par les communes, le Conseil Supérieur de l’Aménagement du Territoire, les chambres consultatives et le grand public, la procédure des quatre plans directeurs sectoriels  : logement, transport, paysages et zones d’activités économiques. Les plans directeurs permettent de réserver des terrains pour une utilisation spécifique du sol, par exemple des projets d’infrastructures de transport. Programme directeur de l’aménagement du territoire (PDAT) Le PDAT est un document qui oriente les actions de l’Etat et des communes pour développer le territoire national. Par une délégation partielle du pouvoir de décision du ministère ayant l’aménagement du territoire dans ses attributions, la refonte du PDAT en 2019 tiendra compte du Cahier de recommandations citoyennes. Ce cahier est élaboré en 2018 par plus de 300 citoyens, travailleurs frontaliers, représentants ministériels et municipaux et experts thématiques dans le cadre de « laboratoires régionaux » structurés par thèmes (fonctions élémentaires, qualité de vie, résilience, ressources, cohésion sociale et territoriale), suivis d’un « marathon national », qui structure les contributions régionales sous une approche nationale. « SEUL UN RAPPROCHEMENT GÉOGRAPHIQUE DES FONCTIONS LOGEMENT, TRAVAIL, ÉCOLE, LOISIRS ET COMMERCE PERMETTRA DE DÉCOUPLER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE DE LA CROISSANCE DU TRAFIC. » Typologie des communes selon le scénario 3 d’un développement territorial organisé et harmonieux (MDDI, 2018) Scénario « organisé et harmonieux » Contrairement à des scénarios d’un développement soit diffus et désordonné, soit dirigé et théorique, le scénario d’un aménagement du territoire organisé et harmonieux ouvre des perspectives de croissance durable au Grand-Duché en tant que moteur économique de la Grande Région dans le contexte de la Troisième Révolution Industrielle. Ce scénario prévoit la répartition de la croissance de l’emploi sur la base de la typologie des communes avec un renforcement, par une approche intercommunale, de trois agglomérations majeures. La croissance de la population est répartie en fonction du type de commune. Un recouvrement uniforme du territoire par des logements et des emplois engendrerait inévitablement des demandes en mobilité très chères à satisfaire, voire ingérables. Junglinster Clervaux Wiltz Vianden Echternach Grevenmacher Mertert Remich Rédange Mersch Mondorf-les-Bains Steinfort Mamer AGGLONORD AGGLOLUX AGGLOSUD Differdange Dudelange CDA supérieur CDA moyen CDA régional Periurbaine 1 Periurbaine 2 Endogène plus Endogène
  • 31. 60 61 LES DÉPLACEMENTS À LA CARTE Grâce au projet de télématique « mLive » du Verkéiersverbond, la « mKaart » et le smartphone deviennent les éléments centraux de la multimodalité au Luxembourg. Ticketing et tarifs Grâce au projet « mLive », les billets et les abonnements pour les transports en commun ne s’achètent plus seulement aux guichets et dans les bus, mais aussi dans l’application « mTicket », sur www.mshop.lu ou auprès de 15 distributeurs automatiques. 1 Informations en temps réel Depuis mars 2018, les heures de départ en temps réel de l’ensemble des trajets desservis par les transports en commun sont disponibles entre autres sur mobiliteit.lu (site web et application) et sur les afficheurs dynamiques dans les bus. Ces informations sont aussi partagées avec les canaux d’information des CFL, du TICE, de l’AVL, de Google Maps, de Moovit, etc. et mises à disposition en open data. www.mobiliteit.lu mKaart La carte multifonctionnelle « mKaart » rassemble de nombreux produits tels que les titres de transport et l’accès aux parcs à vélos « mBox » ou aux bornes « Chargy ». L’accès à d’autres services de mobilité (Park and Ride, autopartage, vélo en libre-service, etc.) est prévu, de sorte que la « mKaart » deviendra le passe-partout pour les services liés à la mobilité. 2 Planificateur d’itinéraires multimodaux Le nouveau planificateur multimodal (lancement en juin 2018) renseigne l’utilisateur sur toutes les façons de se déplacer de son point de départ à sa destination. A partir d’informations disponibles en temps réel, il compose les options les plus attractives en combinant transports en commun, voiture privée, covoiturage, autopartage, vélo privé ou en libre-service, Park and Ride, Bike and Ride, etc. Postes de commande En cas de perturbations du réseau ou d’autres évènements, les postes de commande interviennent pour optimiser l’information aux voyageurs et essayer de maintenir les correspondances. 3 Départ selon l’horaire et retard anticipé en minutes. Chantiers ou autres perturbations sur cette ligne. L’utilisateur peut recevoir des notifications en cas de retards sur son trajet. 3 Poste de commande (Verkéiersverbond) 2 mKaart 1 Application mTicket (Verkéiersverbond) Application mobiliteit.lu
  • 32. 62 63 LES CARBURANTS ALTERNATIFS Le Grand-Duché entame sa transition vers un parc automobile à zéro ou à faibles émissions de roulement. Emplacements de stationnement avec borne « Chargy » (MDDI) Infrastructure publique à recharge électrique Jusqu’en 2020, un réseau national de 1 600 points de charge « Chargy » pour les voitures électriques et plug-in hybrides sera mis en place par les gestionnaires de réseaux de distribution. Les points de charge sont uniquement alimentés par de l’électricité générée exclusivement à partir d’énergies renouvelables. Ils sont équipés de prises Type 2 et ont une puissance de charge pouvant atteindre 22 kW. www.chargy.lu Véhicules privés, de leasing et d’entreprise Pour les particuliers, le gouvernement a mis en place un abattement fiscal de 5 000 € pour véhicules à zéro émissions de roulement (voiture électrique et voiture à pile à combustible à hydrogène), de 2 500 € pour les voitures plug-in hybrides à moins de 50 g de CO2 /km et de 300 € pour les vélos et pedelecs25. L’imposition des véhicules de leasing et des voitures d’entreprise privilégie également les carburants alternatifs. www.clever-fueren.lu Voitures de l’Etat Une flotte d’environ 2 000 véhicules est opérée directement par les ministères et les administrations. En 2017, un projet-pilote a été initié pour recourir davantage à des voitures électriques. A partir de 2018, toutes les nouvelles voitures de l’Etat doivent être électriques ou plug-in hybrides, sauf dérogation justifiée. Taxis et bus A la suite de la réforme sur le marché des taxis en 2016, seuls les véhicules à zéro émission de roulement sont éligibles pour obtenir des licences supplémentaires. Fin 2017, 38 taxis électriques étaient immatriculés (7,4 % de la flotte). Cette mesure contribue à atteindre les objectifs en matière d’émissions de NOX en milieu urbain imposés par l’Union européenne. Il en est de même pour les projets pilotes avec des bus plug-in hybrides et électriques qui ont été initiés en 2017 par le RGTR et les Villes de Luxembourg, de Differdange et d’Echternach. « AVEC AU MOINS DEUX POINTS DE CHARGE PAR COMMUNE ET PLUS DE 800 POINTS DE CHARGE AUX PARK AND RIDE, LE LUXEMBOURG POSSÉDERA EN 2020 LE RÉSEAU DE POINTS DE CHARGE ACCESSIBLES AU PUBLIC LE PLUS DENSE DE L’UNION EUROPÉENNE. » Bus électrique de la Ville de Luxembourg (MDDI)
  • 33. 6564 LES MOBILITÉS ACTIVES Depuis la création de la Cellule Mobilité Douce au MDDI en 2014 et de la Division de la Mobilité Durable au sein de l’Administration des Ponts et Chaussées en 2015, le MDDI poursuit une approche qui consiste à considérer les besoins des piétons et des cyclistes dans tous les projets. Législation et règlementation — Loi relative au réseau cyclable national avec l’ajout d’axes cyclables traversant les agglomérations (2015). Projet de loi pour sécuriser davantage le réseau et pour introduire la notion de « piste cyclable express » (2018). — Modifications du Code de la route : signalisation directionnelle pour itinéraires cyclables (2016), trottoirs traversants, pistes cyclables non obligatoires, distance latérale de 1,5 m lors du dépassement, rue cyclable, enfants à vélo sur les trottoirs, etc. (2018). — Avantages fiscaux pour le vélo privé et de leasing dans la réforme fiscale (2016). www.clever-fueren.lu — Déclaration de Luxembourg sur le vélo comme mode de transport respectueux du climat (Présidence luxembourgeoise de l’Union européenne en 2015). « 24 KM DE PISTES CYCLABLES DU RÉSEAU NATIONAL SONT EN CONSTRUCTION ET 294 KM SONT EN COURS DE PLANIFICATION. PRÈS DE 1 000 PANNEAUX DIRECTIONNELS POUR LES CYCLISTES SONT INSTALLÉS PAR AN. » Piste cyclable sur l’Avenue John F. Kennedy (MDDI) Infrastructures (exemples) — Pistes cyclables du réseau national (voir carte ci-contre). — Parcs à vélos sécurisés mBox (CFL). — Piste cyclable le long du tram au Kirchberg (FUAK, 2017). — Réseau cyclable intercommunal de 175 km (19 communes Leader Lëtzebuerg West et Leader Atert-Wark). — Ascenseur panoramique Pfaffenthal (Ville de Luxembourg, 2016). Troisvierges Noerdange Ettelbruck Echternach Junglinster Remich Esch-sur-Alzette Etat d’avancement de la planification du réseau cyclable national (MDDI, 2018) Point d’intérêt majeur à desservir Pistes cyclables existantes Pistes cyclables construites depuis 2012 (20 km) En cours de construction (24 km) En cours de planifcation detaillée (67 km) Etudes de faisabilité (227 km) Pistes cyclables prévues Wiltz Vianden Reisdorf Wasserbillig Steinfort Mersch Kautenbach Bettembourg
  • 34. 6766 Apaisement du trafic La modération et l’apaisement du trafic sont deux mesures-clés pour améliorer la sécurité et le confort des piétons et des cyclistes. Depuis 2014, cette possibilité est donnée également sur des tronçons de routes étatiques dans les centres des localités et devant les écoles, sous condition que la commune réaménage à ses frais l’espace-rue selon les critères définis par l’Etat. Trottoir traversant Cette mesure, en place dans la plupart des pays d’Europe et entérinée depuis 2018 dans le Code de la route, permet de créer un cheminement piéton et cycliste attractif le long d’une route principale. A l’entrée de certaines zones 30 ou zones de rencontre, l’automobiliste passe par le trottoir surélevé, alors que dans l’aménagement classique, le piéton doit accéder par un détour à un passage piéton abaissé. Trottoir traversant (MDDI) Meilleures pratiques La Cellule Mobilité Douce analyse les meilleures pratiques internationales, les adapte au contexte du Grand-Duché et assiste les parties concernées dans la mise en œuvre : — Revêtement de pistes cyclables (2014). — Stationnement pour vélos et systèmes de location de vélos (2015). — Bâtiments publics attractifs pour cyclistes et piétons (2016). — Infrastructures cyclables adaptées aux espaces- rues typiques du Grand-Duché (2018). — Prise en considération des effets bénéfiques des mobilités actives dans l’évaluation des coûts et des bénéfices à long terme de projets dans le domaine des transports (2018). Depuis 2016, la « cyclabilité » de près de 4 000 km de voies publiques dans les trois principales agglomérations du pays est en cours d’analyse. Il en résulte une cartographie analogue à celles des pistes de ski alpin. Ces cartes montrent aux communes et aux Ponts et Chaussées quels « points noirs » mériteraient d’être traités pour permettre la mise en place, au fil des chantiers routiers, d’un réseau cyclable ininterrompu et sécurisé. Déploiement d’un réseau de mBox Le réseau des abris vélos sécurisés accessibles gratuitement avec une mKaart est continuellement étoffé, avec 21 mBox pour 660 places en service en 2018 et 12 mBox supplémentaires en cours de planification. www.m-box.lu mBox à la gare centrale (CFL) Contrôle de qualité et conseil — Depuis 2014, la Cellule Mobilité Douce a avisé plus de 300 projets des Ponts et Chaussées (PCh) et de l’Administration des Bâtiments publics en vue de les optimiser pour les piétons et les cyclistes. Elle accompagne également les projets d’autres acteurs tels que les CFL, Luxtram, le Fonds d’Urbanisation et d’Aménagement du Kirchberg (FUAK) et le Fonds Belval. L’une des principales missions de la Cellule Mobilité Douce est de conseiller les communes qui le souhaitent. — La Division de la Mobilité Durable avise en interne les projets des Ponts et Chaussées et traite les demandes de permission de voirie en accordant une attention particulière aux besoins des personnes à mobilité réduite, des piétons, des cyclistes et des transports en commun routiers. — L’adresse pistescyclables@pch.etat.lu permet aux usagers d’avertir les PCh de problèmes sur les pistes cyclables nationales (moyennant l’envoi d’une photo avec une description du lieu et de la situation). Sans trafic motorisé (cyclistes inexpérimentés). Trafic motorisé faible, p. ex. zone 30 (cyclistes débutants). Bonnes conditions sur une route principale (cyclistes expérimentés). Mauvaises conditions sur une route principale (« points noirs » du réseau). Carte de cyclabilité (extrait, MDDI) Cyclabilité des voies publiques Projet du MDDI en collaboration avec les communes membres des conventions Nordstad, DICI et Uelzechtdall, du Syndicat Pro-Sud et du GECT Alzette-Belval, encadré par des consultants néerlandais et la Lëtzebuerger Vëlos-Initiativ.
  • 35. 6968 LA RÉORGANISATION DU RÉSEAU RGTR Pour atteindre les objectifs de part modale des transports en commun, il est indispensable d’améliorer et de restructurer l’offre du réseau de bus RGTR (Régime général des transports routiers). Le réseau en 2018 — Le réseau RGTR actuel est composé de 342 lignes, dont 139 lignes scolaires et 39 lignes à destination de certaines zones d’activités. Par comparaison, le réseau de bus de Berlin dessert une population quatre fois plus grande avec deux fois moins de lignes (154 lignes BVG). — Avec quelque 125 000 personnes transportées par jour ouvrable (sans compter les réseaux TICE, AVL ou d’autres communes), le RGTR est le plus grand fournisseur de transports en commun au Grand-Duché en nombre de passagers. Le réseau mis en oeuvre à partir de 2019 — Le nouveau réseau aura une hiérarchisation facilement reconnaissable, notamment par le numéro de la ligne. Ainsi, les lignes seront numérotées selon une logique régionale et en fonction du type de ligne (express, régulière, de rabattement). — Sur les axes principaux reliant les centres régionaux à la Ville de Luxembourg, un fonctionnement analogue à celui du train sera instauré. Des lignes desservant chaque arrêt alterneront avec des lignes express qui ne s’arrêteront qu’aux arrêts principaux. — Pour assurer la couverture des régions rurales, ce réseau structurant sera complété par des lignes secondaires, voire des services de transport sur demande. — Les échanges entre les bus, les trains et le tram seront optimisés. La priorisation par les feux de signalisation et par des voies de bus — Depuis 2017, un outil informatique du MDDI permet d’identifier les sections sur lesquelles des mesures de priorisation apporteront les plus grands gains pour les clients du RGTR. Afin de s’adapter au mieux aux contraintes d’espace, certains projets, comme la N11 entre Gonderange et l’échangeur Waldhaff, envisagent le recours à des voies de bus dynamiques bidirectionnelles permettant de prioriser le bus dans le sens le plus congestionné. — Les priorisations sont d’autant plus importantes que le succès du nouveau réseau, et en particulier des lignes express, dépendra de la capacité à offrir aux heures de pointe des temps de parcours inférieurs à ceux de la voiture individuelle. « EN RAISON DU CUMUL DE 342 LIGNES AJOUTÉES « À LA DEMANDE » AU FIL DES DÉCENNIES, LE RÉSEAU RGTR ACTUEL EST DEVENU ILLISIBLE POUR LE CLIENT. 60 % DES PASSAGERS SONT TRANSPORTÉS SUR 27 LIGNES. » Principe d’organisation du futur réseau RGTR (MDDI, 2018) Lignes express Lignes fortes régulières (transversales) Réseau de train LUX Troisvierges Echternach Ettelbruck Rédange Remich Esch-sur-Alzette
  • 36. 70 71 LE TRAM ET LES PÔLES D’ÉCHANGE Au fur et à mesure que le chantier de la ligne 1 progressera, de nouveaux pôles d’échange deviendront opérationnels, ce qui entraînera chaque fois une adaptation du réseau bus. Pôle d’échange Cloche d’Or (PCh) MISE EN SERVICE PRÉVUE DES DIFFÉRENTS TRONÇONS DE LA LIGNE 1 DU TRAM : Avenue de la Liberté (Luxtram) Pôle d’échange Héienhaff (PCh) Findel Héienhaff Luxexpo Rout Bréck - Pafendall Stäreplaz / Etoile Hamilius Gare Centrale Lycée Bonnevoie Cloche d’Or Howald Pôle d’échange multimodal Station Achèvement : 12/2017 2018 2020 2022 Autobus Train Aéroport Park Ride Points de charge électriques Autopartage Vélopartage Emplacements vélos sécurisés Emplacements vélos
  • 37. 7372 LES PARK AND RIDE (PR) Les PR combinent l’avantage de la voiture, qui réside dans sa disponibilité en milieu rural, avec le point fort des transports en commun, à savoir leur économie d’espace en milieu urbain. PR Rodange, 1 600 places « L’OFFRE EN PR SERA DOUBLÉE D’ICI 2025. » 2018 2025 National Transfrontalier Offre PR 4 10013 000 26 600 8 300 Réserver les PR pour les navetteurs Les PR près des frontières et au niveau de la ceinture citadine de la Ville de Luxembourg sont les plus sollicités. Toutefois, certains PR sont aujourd’hui détournés de leur vocation première et utilisés comme parking d’une zone d’activité avoisinante. Un modèle de tarification contribuera à l’avenir à privilégier l’utilisation conforme des PR. Les PR transfrontaliers Des concertations bilatérales avec les autorités des pays voisins ont abouti à des capacités supplémentaires en places de PR dans les régions transfrontalières. Des projets tels que le nouveau PR de Stockem, le nouveau PR à Roussy-le-Village et l’extension à Longwy agrandiront l’offre en Belgique et en France. Du côté allemand, la mise en service de la nouvelle liaison ferroviaire « Weststrecke Trier » ira de pair avec la mise à disposition d’emplacements PR supplémentaires à Ehrang, à Trier-West et à Euren. Les lignes de bus transfrontalières qui desservent les PR dans les régions limitrophes au Grand-Duché sont subsidiées par l’Etat luxembourgeois. A la suite d’un accord trouvé en 2017 avec l’Etat belge, en contrepartie de la gratuité des PR près des gares d’Arlon, d’Aubange, de Gouvy, de Habay, de Halanzy, de Libramont, de Marbehan, de Neufchâteau, de Stockem, de Trois-Ponts, de Vielsalm et de Virton, l’Etat luxembourgeois finance une réduction substantielle du prix des abonnements de train pour les navetteurs. Du côté français, le gouvernement luxembourgeois est disposé à co-financer certains PR en Lorraine le long de l’autoroute et les extensions des PR près des gares de Thionville et de Longwy. Supérieur à 1000 Entre 1000 et 300 Moins de 300 Existant Projet PR existants et projetés (MDDI, 2018) Stockem (B) Arlon Gare (B) Rodange Belval Université Bettembourg Echternach Aéroport Findel Bouillon (Hollerich) Mesenich Frontière Trier Messeplatz (D) Trier West Ehrang Euren Saarburg Sirzenich Howald Kockelscheuer Cloche d’Or Hettange Grande (F) Thionville Gare (F) Elange / Kinepolis / Metzange (F) Troisvierges Wiltz Ettelbrück Mersch Rédange Wasserbillig Longwy Perl Roussy-le-village
  • 38. 7574 Une croissance spectaculaire Suite à une augmentation de 60 % du nombre de voyageurs entre 2005 et 2015 (un taux de croissance sans pareil en Europe), le réseau ferré est arrivé aux limites de sa capacité, avec comme conséquence une dégradation de la ponctualité. Une information encore lacunaire exacerbe la situation des voyageurs qui se voient trop souvent confrontés à des retards, voire des suppressions de trains. Pour la période de 2013 à 2025, un programme d’investissement de 4 milliards d’euros a été engagé pour faire face à la croissance de la demande, au manque de capacité, aux attentes des voyageurs et à la transformation digitale. Sécurité Le Luxembourg est le premier pays à mettre en œuvre le système ETCS (European Train Control System). Ce système a vocation à automatiser et à harmoniser la signalisation ferroviaire en Europe. Le réseau en est équipé depuis 2014 et le matériel roulant des CFL destiné au trafic voyageurs depuis 2017. Les trains de fret intègreront ce système en 2019. A partir du 1er janvier 2020, les trains non équipés du système ECTS ne seront plus autorisés sur le réseau luxembourgeois. Fiabilité Si en 2017, quelque 18 % des retards de trains étaient liés au matériel et à l’infrastructure ferroviaire et 14 % des retards étaient importés des réseaux voisins, les effets « dominos » (40 %) étaient la première cause des retards. Ceci s’explique principalement par le fait qu’à l’approche de la gare centrale de Luxembourg, les différentes lignes se croisent, voire se superposent. Ainsi, le retard d’un train entraîne le retard d’un train d’une autre ligne, qui devra attendre que le premier libère la voie pour entrer en gare à son tour. Une fois que les retards accumulés deviennent trop importants, l’exploitation ne peut plus être stabilisée sans recourir à des suppressions de trains. Avec la mise en service du deuxième viaduc de Pulvermühle (2019), des 5e et 6e quais à la gare centrale (2019-2022) et de la deuxième ligne entre Bettembourg et Luxembourg (2024), le faisceau de voies sera progressivement dénoué et étoffé. Chaque ligne disposera alors de voies indépendantes et de quais dédiés. Le risque de retards en cascade s’en trouvera considérablement réduit. Dénouement de toutes les lignes en gare centrale. Situation en 2018 à gauche, situation en 2024 à droite. La ligne 10 (Troisvierges) sera connectée à la ligne 60 (Esch-sur-Alzette). (MDDI, 2018) ETCS (CFL) LES PROJETS FERROVIAIRES Transportant quelque 90 000 voyageurs par jour ouvrable, les Chemins de Fer Luxembourgeois (CFL) sont un acteur indispensable de l’économie du Grand-Duché et de la Grande Région. Le site multimodal de Bettembourg constitue un atout stratégique pour le secteur logistique. Le saviez-vous ? Depuis 2005, tous les trains voyageurs des CFL sont à traction électrique. Depuis 2009, les CFL achètent exclusivement de l’électricité issue de sources renouvelables. Le contrat de service public (2010-2024) entre l’Etat et les CFL définit aussi bien des objectifs de ponctualité (pourcentage des trains accusant un retard inférieur à six minutes) que de continuité de service (pourcentage de trains non supprimés). Evolution du nombre de passagers entre 1960 et 2017 (millions par an) 1960 1970 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010 2015 2017 10,6 12,7 13,0 11,2 12,5 13,6 14,1 18,0 22,5 22,9 14,0
  • 39. 7776 Information aux voyageurs Que ce soit en situation normale ou en situation dégradée (chantiers, retards, etc.), le voyageur a besoin d’une information complète tant lors de la planification de son déplacement que pendant le trajet. En renfort du site Internet et de l’application des CFL, le système d’information visuelle et acoustique AURIS sera progressivement déployé dans les gares, à commencer par celles de Pétange, de Luxembourg et de Bettembourg. Grâce au système RAILTAB, le personnel à bord des trains disposera à partir de 2018 des données nécessaires pour pouvoir informer les voyageurs en temps réel. En cas de perturbation, la nouvelle « Betriebsleitzentrale » se chargera de mettre au point des solutions rapides et de les communiquer au personnel et aux voyageurs. Saut-de-mouton au nord de Bettembourg pour la nouvelle ligne vers Luxembourg (CFL) Pôle d’échange Ettelbruck (CFL) Ecran AURIS (CFL) Capacité La clé de voûte de l’augmentation de la capacité du réseau est l’extension de la gare centrale, qui passera de neuf à treize voies à quai. Trois autres grands projets en cours visant à augmenter l’offre sont : – La construction de deux nouvelles voies réservées à la ligne Thionville-Luxembourg sur la section la plus chargée du réseau, à savoir les sept kilomètres entre Bettembourg et Luxembourg. Les deux voies existantes serviront alors exclusivement aux lignes reliant Esch-sur-Alzette, voire Dudelange (ou Volmerange-les-mines) à la gare centrale. – La mise à double voie de la ligne Wasserbillig- Luxembourg entre Sandweiler-Contern et la gare centrale. – La commande de 36 rames supplémentaires qui feront passer le nombre total de places assises dans les trains CFL de 26 500 à 38 000 entre 2019 et 2024 (+43 %). Ces rames seront adaptées aux personnes à mobilité réduite, dotées d’un système d’information voyageurs, d’un Wi-Fi, de prises USB et électriques, de répétiteurs du signal GSM, d’un système de vidéosurveillance, d’un comptage automatique des voyageurs et d’un espace pour vélos avec possibilité de chargement pour les vélos à assistance électrique. Extension de la gare centrale (CFL) Suppression de passages à niveau Les franchissements de barrières aux passages à niveau (PN) constituent un risque récurrent. Depuis les années 1970, le nombre de PN a été réduit de 252 à 122. Entre 2018 et 2024, quatorze PN supplémentaires seront supprimés : Schifflange (3), Cents, Merkholtz, Walferdange, Lorentzweiler, Dommeldange, Rodange, Capellen, Dippange-Reckange, Pettingen (2) et Heisdorf. Modernisation des gares 2017 2018 2019 2020 2022 2023 2024 2025 Pfaffenthal-Kirchberg et Howald Lorentzweiler et Kleinbettingen Cents-Hamm, Sandweiler-Contern et Schifflange Bettembourg Luxembourg, Ettelbruck, Differdange et Walferdange Mersch, Rodange et Capellen Wasserbillig Wiltz