SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  16
Télécharger pour lire hors ligne
Faculté de Technologie
Département des Mines et Géologie
Exposé
Présenté par :
Adel FILALI
Thème :
Monitoring
Liste des Figures I
Liste des Tableaux I
Introduction II
CHAPITRE I : Généralités sur le DMA 1
I.1. Définitions 1
I.2. Sources du phénomène 1
I.3. Effluents de l'industrie minière et le DMA 1
I.4. Conséquences du DMA sur l'environnement 4
Chapitre II : Surveillance du DMA 5
II.1. Coûts reliés au DMA 5
II.2. Méthodes les plus courantes du traitement du DMA 5
II.2.1. Barrière perméable réactive (BPR) 6
II.2.2. BPR à base de boues rouges 10
Conclusion III
Références bibliographiques IV
I
Liste des Figures
Figure 1 : Barrière perméable réactive.
Figure 2 : BPR en mur continu.
Figure 3 : BPR «Funnel and Gate».
Liste des Tableaux
Tableau 1 : Type de drainage minier.
Tableau 2 : Principaux sulfures métalliques.
Tableau 3 : Quelques réactions d'oxydation de sulfures.
Tableau 4 : Comparaison entre l'eau de DMA et l'eau potable.
Tableau 5 : Mesures de contrôle de production du DMA.
Tableau 6 : Conditions d'utilisation d'une BPR.
Tableau 7 : Coûts typiques pour une BPR.
II
Introduction
Les exploitations minières et leurs usines de traitement produisent des déchets nocifs
pour l'environnement tant au niveau de l'air, du sol que de l'eau. Ces contaminants proviennent
de plusieurs sources et sont dommageables à plusieurs niveaux, dont la production d'eau rendue
acide par l'oxydation des minéraux sulfureux. Cette eau acide est reconnue comme étant un des
problèmes environnementaux majeurs de l'industrie minière.
Dans l’intégralité de ce travail, nous allons découvrir de quoi un drainage minier acide
s’agit-il, et comment le surveiller.
1
Chapitre I : Généralités sur le DMA
I.1. Définition
Un drainage minier acide (DMA) ou encore " drainage rocheux acide " (DRA) est une
solution minérale acide qui s'écoule régulièrement en conséquence d'une mine.
I.2. Sources du phénomène
Le drainage minier acide (DMA) ainsi que le drainage rocheux acide (DRA) peuvent
provenir de diverses sources d'exploitation telles que les exploitations d'or, d'argent, de cuivre,
de nickel, de zinc, de plomb, de charbon et même de gisements d'uranium.
Ces minéraux sont la plupart du temps présents sous forme de sulfures comme par
exemple la chalcopyrite (CuFeSz) pour le cuivre, la sphalerite pour le zinc (ZnS) et la galène
pour le plomb (PbS). De plus, ces gisements sont souvent associés à des minéraux sulfureux
réactifs tels que la pyrite (FeSs) et/ou la pyrrhotite (FenSn). Lorsque ces derniers sont mis en
contact avec l'eau et l'air, ils forment des ions qui acidifient l'eau au point de la rendre nocive
pour l'environnement récepteur.
De plus, la baisse de pH occasionnée par cette production d'acidité favorise la
dissolution de métaux lourds comme le fer (Fe), le plomb (Pb), le mercure (Hg), le cadmium
(Cd) et l'arsenic (As).
I.3. Effluents de l'industrie minière et le DMA
On peut classifier les effluents de l'industrie minérale en quatre catégories : le drainage minier
acide, le drainage minier alcalin, le drainage minier neutre et le drainage minier peu
problématique. Le tableau 1 résume ces catégories.
Tableau 1 : Type de drainage minier.
2
Le drainage minier qui nous intéresse dans le cadre de ce travail est le drainage minier
acide. Les autres types des effluents ne seront pas abordés.
Le DMA résulte de l'oxydation au contact avec l'eau et l'air des minéraux sulfureux que
l'on retrouve associés au minerai de valeur. Le DMA se produit au cours de l'exploitation mais
surtout après lorsque l'on dispose le stérile minier et les résidus dans des parcs exposés à l'air
libre et aux précipitations. Les eaux de drainage ont pour caractéristiques un faible pH, des
concentrations élevées en métaux lourds et en sulfates solubles, une grande concentration en
solides dissous et l'absence relative de matière organique. Les eaux acides, si elles ne sont pas
traitées, peuvent contaminer les eaux de surface, les écoulements souterrains et même la nappe
phréatique rendant ainsi l'eau toxique pour la flore, la faune et l'être humain.
Le tableau 2 présente les principaux sulfures métalliques exploités ainsi que leur
classement selon leur réactivité. La réactivité se définie comme étant la capacité d'un sulfure à
réagir chimiquement dans un milieu riche en oxygène. Cette capacité de réaction dépend du
mode de formation du sulfure. Ce qui explique que chaque sulfure a un degré de réactivité qui
lui ait propre. Un sulfure ayant un degré 1 de réactivité, s'oxydera plus facilement au contact de
l'air qu'un sulfure ayant un degré de réactivité de 9. Notons que la réactivité est fonction de
plusieurs critères tels que la forme cristalline des sulfures ou encore de la granulométrie. Par
exemple, une granulométrie plus fine augmentera la surface disponible pour l'oxydation du
sulfure ce qui favorisera la production de DMA.
Tableau 2 : Principaux sulfures métalliques.
De tous ces sulfures métalliques, la pyrite est celle qui est la plus abondante et celle qui
cause le plus de problèmes. Les réactions d'oxydation de la pyrite qui sont en cause sont les
suivantes :
3
Tout d'abord, il y a l'oxydation de la pyrite au contact avec l'eau et l'oxygène de l'air
FeS2 + 7/2 O2 + H2O = Fe2+
+ 2So4
2+
+ 2H+
(Equation 1)
Ensuite, l'oxydation indirecte qui met enjeu le O2 comme oxydant.
Fe2+
+ 1/4 O2 + H+
= Fe2+
+ I/2H2O (Equation 2)
Si le pH est suffisamment élevé, le fer ferrique peut précipiter sous forme d'hydroxyde.
Fe3+
+ 3H2O = Fe(oH)3 + 3H+
(Equation 3)
Mais dans le cas où le pH est très bas (< 3), il viendra oxyder le S2
à so4
2-
FeS2 + 14 Fe3+
+ 8 H2O = 15Fe2+
+ 2So4
2-
+ 16H+
(Equation 4)
L'équation globale où l'on peut observer la production d'un hydroxyde et de l'acide
sulfurique est :
FeSi + 15/4 O2 + 7/2 H2O = Fe(oH)3 + 2H2SO4 (Equation 5)
Le tableau 3 présente quelques-unes des équations d'oxydation pour trois des principaux
sulfures métalliques :
Tableau 3 : Quelques réactions d'oxydation de sulfures.
Le DMA génère donc de l'acide sulfurique (H2SO4) qui acidifie l'eau et met en solution
les métaux. 11 fonctionne donc comme une boucle sans fin à moins de lui enlever un de ses
réactifs soit l'oxygène, l'eau ou le sulfure lui-même. Dans le processus de production de DMA,
certains types de bactéries acidophiles comme la thiobacillus-ferrooxidans et la thiobacillus-
thiooxidans jouent un rôle primordial.
4
I.4. Conséquences du DMA sur l'environnement
Comme mentionné plus tôt, le DMA a pour principales conséquences de diminuer le
pH de l'eau, favoriser l'augmentation de la concentration en métaux lourds et en sulfates
solubles, favoriser la dissolution des solides et de rendre inexistante la présence de matières
organiques.
Le tableau 4 établit la différence entre des eaux de drainage minier acides analysées
dans le cadre de cette maîtrise et un cours d'eau propre à la consommation humaine.
Tableau 4 : Comparaison entre l'eau de DMA et l'eau potable.
Les métaux lourds du tableau 4, lorsqu'ils sont dissous, se retrouvent dans les eaux de
surface, les eaux souterraines et même dans la nappe phréatique, les contaminants et les rendant
dangereuses pour l'environnement. Les métaux ainsi solubilisés peuvent être traînés sur de
grandes distances. Même si parfois les eaux acides peuvent être neutralisées dans des milieux
alcalins, elles peuvent reprendre leurs propriétés aussitôt que les caractéristiques du sol
changent.
Les plantes qui se nourrissent de l'eau et des nutriments du sol deviennent saturées en
métaux lourds. Avec le temps, le sol devient infertile et les plantes ont de plus en plus de
difficulté à croître et elles peuvent contaminer les organismes qui s'en nourrissent. De plus, les
métaux lourds dégradent la flore aquatique et par le fait même la vie aquatique.
Pour ce qui est des animaux et des hommes, leur santé peut être atteinte par le DMA.
En effet, les eaux de drainage sont riches en métaux lourds. Les hommes et les animaux qui en
boivent peuvent en être contaminés. On parle de bioaccumulation dans l'organisme de plusieurs
espèces. Un autre effet du DMA est la dégradation esthétique d'un cours d'eau ou d'un territoire.
Dans un tel cas, il est impossible à l'être humain d'exploiter ce territoire contaminé sans risque
pour sa santé.
5
Chapitre II : Surveillance du DMA
II.1. Coûts reliés au DMA
On rapporte dans la littérature qu'en 1990, on répertoriait au Canada 1,9 milliards de
tonnes de rejets potentiellement producteurs d'acide provenant des usines de traitement et 740
millions de tonnes de roches stériles ayant un potentiel générateur d'acide. Pour sécuriser tous
ces sites, il en coûterait de 3 à 5 milliards de dollars ($CAN) pour le Canada et plus de 100
milliards de dollars ($US) à l'échelle mondiale ce qui représente des coûts très élevés que les
gouvernements et les exploitants devraient débourser.
II.2. Méthodes les plus courantes du traitement du DMA
Etant donné l'importance des coûts engendrés par le DMA, il est plus avantageux pour
les compagnies aux prises avec ce problème, de le traiter au fur et à mesure plutôt qu'à la fin de
l'exploitation car à cette étape, les dommages à l'environnement sont souvent très avancés et
difficiles à contrer. Certaines compagnies ont même opté pour un contrôle préventif du DMA
ce qui permet encore une fois de réduire les coûts.
Le but des méthodes utilisées dans l'industrie pour contrer ce problème est de réduire la
disponibilité d'un ou de plusieurs des trois éléments suivants : l'oxygène, l'eau ou les sulfures.
Une fois que l'on a isolé un ou des éléments, le DMA est ralenti de façon considérable et même
parfois complètement arrêté. Le tableau 5 présente les différentes mesures de contrôle de
production du DMA.
Tableau 5 : Mesures de contrôle de production du DMA.
6
Une fois que l'on a déterminé l'élément à isoler, il ne reste plus qu'à choisir la méthode
la plus efficace et souvent la moins dispendieuse pour traiter le DMA. Le choix d'une méthode
ou d'une combinaison de méthodes dépend des facteurs suivant :
- Le potentiel de génération acide et le potentiel de neutralisation acide des résidus
miniers ;
- La nature et les caractéristiques physiques des résidus ;
- Les conditions du terrain, le climat, la topographie ainsi que l'hydrologie des eaux de
surface et souterraines ;
- La durée d'efficacité requise de la mesure de contrôle ;
- La sensibilité du milieu récepteur face au DMA.
II.2.1. Barrière perméable réactive (BPR)
L'élaboration d'une barrière perméable réactive (BPR) est une méthode passive de
traitement du DMA passive. Les systèmes de traitement passifs font intervenir des processus
d'élimination chimique, biologique et physique qui existent à l'état naturel dans
l'environnement. Ils sont reconnus pour être des systèmes à faible coût de construction,
d'exploitation et d'entretien. De plus, on peut utiliser les traitements passifs dans des endroits
éloignés avec des besoins opérationnels restreints.
Une BPR n'est pas une méthode préventive puisqu'elle est utilisée seulement lorsque les
effluents sont contaminés par le DMA.
Le principal intérêt d'une BPR est qu'elle permet de réduire ou même d'éliminer en partie
les coûts de traitement en cours puisqu'elle utilise l'écoulement naturel de l'effluent contaminé
sans aucune source externe d'énergie. De plus, elle agit comme barrière pour les écoulements
souterrains contaminés. Tout comme les méthodes passives, une BPR permet d'immobiliser, de
contenir et de transformer sous des formes non toxiques les contaminants contenus dans les
eaux de DMA.
Les phénomènes en cause peuvent être un ou une combinaison de ces éléments :
adsorption, absorption, précipitation, réduction ou d'origine biologique.
En général, le traitement du DMA par BPR est relié à une augmentation du pH et/ou à
un processus chimique ou biologique induit par la précipitation des sulfures.
Le tableau 6 présente les cas où il est intéressant d'utiliser une BPR et ceux où il peut y
avoir des difficultés majeures à l'application de cette méthode de traitement.
7
Tableau 6 : Conditions d'utilisation d'une BPR.
Figure 1 : Barrière perméable réactive.
Une BPR est construite en aval dans la direction du gradient hydraulique. On enlève
une partie du terrain que l'on remplace par du matériel réactif. La BPR forme ainsi un mur. Une
fois en place, le panache ou l'eau souterraine contaminée peut s'écouler à travers le mur et être
débarrassée de ses contaminants. La figure 1 montre une BPR et son fonctionnement.
8
Les deux configurations de BPR les plus communes sont les BPR sous forme de mur
continu (continuous wall) et la BPR sous forme d'entonnoir et barrière (funnel and gate). Le
terme F&G sera utilisé ici pour la seconde configuration. La première configuration est
généralement la plus facile à installer et couvre entièrement le panache a traité. De plus, c'est
cette configuration qui a le moins d'impact sur l'écoulement naturel souterrain existant, Le mur
est réactif sur toute sa longueur. Cette approche est la plus sécuritaire et la moins sensible aux
défauts de caractérisation du site. Par contre, elle n'offre pas une garantie en terme de suivi de
performance et de maintenance du média réactif. La figure 2 représente une BPR en mur
continu.
Figure 2 : BPR en mur continu.
La seconde configuration soit la BPR F&G permet de retenir le panache contaminé à
l'intérieur de murs étanches et de le diriger vers une barrière qui contient le matériel réactif.
La figure 3 représente ce type de BPR. Les murs étanches qui servent à créer l'entonnoir
sont généralement constitués de résidus miniers non toxiques ou d'une membrane perméable.
Ils doivent être étanches et ne pas laisser passer le panache contaminé. La barrière est
généralement constituée d'un mélange de matériel réactif avec des matériaux disponibles sur
place tels que des résidus miniers. La longueur de ce système doit être assez importante pour
être en mesure de capter entièrement le panache contaminé.
Dans la littérature, il est mentionné que le ratio longueur de l'entonnoir/longueur de la
barrière est de six. On peut également retrouver certaines variantes à la barrière de type F«&G
comme l'ajout de drains qui permettent de collecter les écoulements contaminés qui sont plus
loin et de les rediriger vers l'entonnoir et la barrière.
On note que certaines barrières F&G possèdent un système de «cellules» contenant le
mélange de matériel réactif ce qui permet de changer le matériel devenu non réactif. Toutes les
variantes de ce type de configuration amènent des coûts supplémentaires et requièrent souvent
un système de pompage ce qui les rend moins avantageuses à utiliser.
9
Figure 3 : BPR «Funnel and Gate».
Les coûts pour la construction d'une BPR sont variables tout dépendant de la
problématique du terrain et/ou du panache contaminé à traiter. Avant de construire une telle
installation, il faut faire une étude économique pour déterminer la faisabilité de cette méthode
et les coûts qu'elle peut engendrer. Le tableau 13 donne une idée générale des coûts d'installation
qui peuvent être reliés à une BPR pour divers matériaux. Les coûts de ce tableau sont en $ US
et ne comprennent pas le matériel réactif, la mobilisation ou la préparation du site.
Tableau 7 : Coûts typiques pour une BPR.
10
II.2.2. BPR à base de boues rouges
On retrouve dans la littérature plusieurs études faites sur les BPR à base de boues rouges.
Contrairement au Bauxsol, les boues rouges sont utilisées directement sans traitement préalable.
Komnitsas et al, ont réalisé des études sur les BPR à base de boues rouges dans des colonnes
de plexiglas de 5 cm de diamètre pour 40 cm de hauteur alimentées avec des eaux contentant
de fortes quantités de métaux tel que le fer, l'aluminium, le zinc, la manganèse la cadmium, le
cuivre, le nickel et le cobalt. Il en est ressortit que les boues rouges permettent un traitement
efficace des effluents acides provenant de l'oxydation des sulfures.
On note que contrairement à la chaux, les boues rouges perdent leur pouvoir de
neutralisation de façon graduelle dans le temps et non de façon abrupte.
De plus, lorsque le pH est maintenu à des valeurs de 7 et plus, les auteurs ont noté que
les sulfates précipitent sous forme de gypse, le fer sous forme de goethite et ferrihydrite et
l'aluminium sous de boehmite et de gibbsite.
Selon les auteurs, les boues rouges présentent de meilleures capacités pour enlever les
métaux dans les eaux de DMA que la chaux mais que les deux substances permettent de façon
efficace le traitement des eaux ayant une forte teneur en métaux.
III
Conclusion
Le DMA est une source de pollution acide et métallique pour les milieux aquatiques et
les aquifères. Ils sont capables, pour les cas les plus sévères, de libérer plusieurs tonnes de
composés métalliques toxiques par jour dans le système hydrographique.
Pour cela, l’entreprise minière doit le surveiller avant qu’il ait contact avec
l’environnement.
IV
Références bibliographiques
► Aubertin M., Bussière B., Bernier L., Environnement et gestions des rejets miniers, Manuel
sur CD-ROM, Presses internationales Polytechniques, 2002.
►Munro Leon D, Clark Malcom W, McConchie D., A Bauxsol-based permeable reactive
barrier for the treatment of acid rock drainage, Mine water and the environment, 23, ppl 83-
194,2004.
►Arun R., Gavaskar, Design and construction for permeable reactive barriers, Journal of
hazardous materials, 68, 1999, pp 41-71.
►US Département of defense, Permeable reactive wall remediation of chlorinated
hydrocarbons in groundwater, July 1999, ESTCP.
►Davies-Mc Conchie F., McConchie D., Clark M., Ryffel T., Caldicott W., Pope S.,
Bauxsof^ technology provides a new approach to the treatment and management of sulphide
mine tailings, waste rock and acid mine drainage, Virotec International.

Contenu connexe

Tendances

Captage adduction et traitement des eaux potables
Captage adduction et traitement des eaux potablesCaptage adduction et traitement des eaux potables
Captage adduction et traitement des eaux potablesAbdoulaye SECK
 
Etude d impact sur l environnement
Etude d impact sur l environnementEtude d impact sur l environnement
Etude d impact sur l environnementjabbouriyassir01
 
La réutilisation des eaux usées épurées
La réutilisation des eaux usées épuréesLa réutilisation des eaux usées épurées
La réutilisation des eaux usées épuréesKawtar SALIK
 
Cours & Exercice métalogénie (Dr. sorokoby)
Cours & Exercice métalogénie (Dr. sorokoby)Cours & Exercice métalogénie (Dr. sorokoby)
Cours & Exercice métalogénie (Dr. sorokoby)LS-Elearning
 
Exploitation réseau d'assainissement
Exploitation réseau d'assainissementExploitation réseau d'assainissement
Exploitation réseau d'assainissementBENYOUCEF Slimane
 
Cours d'exploitation des mines à ciel ouvert
Cours d'exploitation des mines à ciel ouvertCours d'exploitation des mines à ciel ouvert
Cours d'exploitation des mines à ciel ouvertJeremie ilunga
 
MEMOIRE DE FIN D’ETUDE Pour L’obtention du Diplôme de Master en Géologie : Et...
MEMOIRE DE FIN D’ETUDE Pour L’obtention du Diplôme de Master en Géologie : Et...MEMOIRE DE FIN D’ETUDE Pour L’obtention du Diplôme de Master en Géologie : Et...
MEMOIRE DE FIN D’ETUDE Pour L’obtention du Diplôme de Master en Géologie : Et...Abdelkader Bafdil Archi
 
Chemins de fer chapitre 2 : géométrie de la voie
Chemins de fer chapitre 2 : géométrie de la voieChemins de fer chapitre 2 : géométrie de la voie
Chemins de fer chapitre 2 : géométrie de la voieAdel Nehaoua
 
Cours gestion de dechets aujourdhui.ppt
Cours gestion de dechets aujourdhui.pptCours gestion de dechets aujourdhui.ppt
Cours gestion de dechets aujourdhui.pptahmat5
 
Cours de télédétection entrée
Cours de télédétection entréeCours de télédétection entrée
Cours de télédétection entréeFSTT
 
Traitement de l'eau.ppt
Traitement de l'eau.pptTraitement de l'eau.ppt
Traitement de l'eau.pptamine100226
 
05_Elements_Traces_Toxiques
05_Elements_Traces_Toxiques05_Elements_Traces_Toxiques
05_Elements_Traces_ToxiquesFrançois PARANT
 
Cours hydrostatique tc3_v2008
Cours hydrostatique tc3_v2008Cours hydrostatique tc3_v2008
Cours hydrostatique tc3_v2008Dhikrane Nafaa
 
Rapport de stage final(eau)
Rapport de stage final(eau)Rapport de stage final(eau)
Rapport de stage final(eau)mejdida
 
Les méthodes de forage
Les méthodes de forageLes méthodes de forage
Les méthodes de forageLaetitia Yte
 
Utilisation d’un SIG pour l’évaluation des caractéristiques physiques du bass...
Utilisation d’un SIG pour l’évaluation des caractéristiques physiques du bass...Utilisation d’un SIG pour l’évaluation des caractéristiques physiques du bass...
Utilisation d’un SIG pour l’évaluation des caractéristiques physiques du bass...Hassan NAIT-SI
 

Tendances (20)

Captage adduction et traitement des eaux potables
Captage adduction et traitement des eaux potablesCaptage adduction et traitement des eaux potables
Captage adduction et traitement des eaux potables
 
Etude d impact sur l environnement
Etude d impact sur l environnementEtude d impact sur l environnement
Etude d impact sur l environnement
 
La réutilisation des eaux usées épurées
La réutilisation des eaux usées épuréesLa réutilisation des eaux usées épurées
La réutilisation des eaux usées épurées
 
Cours & Exercice métalogénie (Dr. sorokoby)
Cours & Exercice métalogénie (Dr. sorokoby)Cours & Exercice métalogénie (Dr. sorokoby)
Cours & Exercice métalogénie (Dr. sorokoby)
 
Traitement des eaux usées
Traitement des eaux uséesTraitement des eaux usées
Traitement des eaux usées
 
Exploitation réseau d'assainissement
Exploitation réseau d'assainissementExploitation réseau d'assainissement
Exploitation réseau d'assainissement
 
Cours d'exploitation des mines à ciel ouvert
Cours d'exploitation des mines à ciel ouvertCours d'exploitation des mines à ciel ouvert
Cours d'exploitation des mines à ciel ouvert
 
Stata pour les nuls
Stata pour les nulsStata pour les nuls
Stata pour les nuls
 
MEMOIRE DE FIN D’ETUDE Pour L’obtention du Diplôme de Master en Géologie : Et...
MEMOIRE DE FIN D’ETUDE Pour L’obtention du Diplôme de Master en Géologie : Et...MEMOIRE DE FIN D’ETUDE Pour L’obtention du Diplôme de Master en Géologie : Et...
MEMOIRE DE FIN D’ETUDE Pour L’obtention du Diplôme de Master en Géologie : Et...
 
Cours masterlyon
Cours masterlyonCours masterlyon
Cours masterlyon
 
Chemins de fer chapitre 2 : géométrie de la voie
Chemins de fer chapitre 2 : géométrie de la voieChemins de fer chapitre 2 : géométrie de la voie
Chemins de fer chapitre 2 : géométrie de la voie
 
Cours gestion de dechets aujourdhui.ppt
Cours gestion de dechets aujourdhui.pptCours gestion de dechets aujourdhui.ppt
Cours gestion de dechets aujourdhui.ppt
 
Cours de télédétection entrée
Cours de télédétection entréeCours de télédétection entrée
Cours de télédétection entrée
 
La phytoremédiation
La phytoremédiationLa phytoremédiation
La phytoremédiation
 
Traitement de l'eau.ppt
Traitement de l'eau.pptTraitement de l'eau.ppt
Traitement de l'eau.ppt
 
05_Elements_Traces_Toxiques
05_Elements_Traces_Toxiques05_Elements_Traces_Toxiques
05_Elements_Traces_Toxiques
 
Cours hydrostatique tc3_v2008
Cours hydrostatique tc3_v2008Cours hydrostatique tc3_v2008
Cours hydrostatique tc3_v2008
 
Rapport de stage final(eau)
Rapport de stage final(eau)Rapport de stage final(eau)
Rapport de stage final(eau)
 
Les méthodes de forage
Les méthodes de forageLes méthodes de forage
Les méthodes de forage
 
Utilisation d’un SIG pour l’évaluation des caractéristiques physiques du bass...
Utilisation d’un SIG pour l’évaluation des caractéristiques physiques du bass...Utilisation d’un SIG pour l’évaluation des caractéristiques physiques du bass...
Utilisation d’un SIG pour l’évaluation des caractéristiques physiques du bass...
 

Similaire à Monitoring (DMA).pdf

Fabrication industrielle de acide phosphorique
Fabrication industrielle de acide phosphoriqueFabrication industrielle de acide phosphorique
Fabrication industrielle de acide phosphoriqueHatimMerda
 
Exploitation minière
Exploitation minièreExploitation minière
Exploitation minièreBOUDIAF
 
stage du M1 LI Haixiao
stage du M1 LI Haixiaostage du M1 LI Haixiao
stage du M1 LI Haixiao海笑 李
 
stage du M1 LI Haixiao
stage du M1 LI Haixiaostage du M1 LI Haixiao
stage du M1 LI Haixiao海笑 李
 
polution : Les conséquences de l’utilisation du pétrole sur l’environnement
polution : Les conséquences de l’utilisation du pétrole sur l’environnementpolution : Les conséquences de l’utilisation du pétrole sur l’environnement
polution : Les conséquences de l’utilisation du pétrole sur l’environnementAlaa Messaoud
 
orale communication.pptx
orale communication.pptxorale communication.pptx
orale communication.pptxOtmanSarti
 
Les conséquences de l’utilisation du pétrole sur l’environnement
Les conséquences de l’utilisation du pétrole sur l’environnementLes conséquences de l’utilisation du pétrole sur l’environnement
Les conséquences de l’utilisation du pétrole sur l’environnementEmad Odel
 
Diapositives ecotoxicologie
Diapositives ecotoxicologieDiapositives ecotoxicologie
Diapositives ecotoxicologieSido Diyani
 
PréS Finale Pluies Acides
PréS   Finale Pluies AcidesPréS   Finale Pluies Acides
PréS Finale Pluies Acidesbachir
 
Minimum-vital-II-1-Les-matieres-premieres-minerales-2.pdf
Minimum-vital-II-1-Les-matieres-premieres-minerales-2.pdfMinimum-vital-II-1-Les-matieres-premieres-minerales-2.pdf
Minimum-vital-II-1-Les-matieres-premieres-minerales-2.pdfBANGUIRAA
 
JDCHE 20-21 - À la recherche des métaux critiques dans nos eaux usées
JDCHE 20-21 - À la recherche des métaux critiques dans nos eaux uséesJDCHE 20-21 - À la recherche des métaux critiques dans nos eaux usées
JDCHE 20-21 - À la recherche des métaux critiques dans nos eaux uséesSynhera
 
Carbone Air
Carbone AirCarbone Air
Carbone Airvguili
 
Soil science glossary
Soil science glossarySoil science glossary
Soil science glossaryStephane Jore
 
Gaz de schistes miracle ou mirage copie
Gaz de schistes miracle ou mirage   copieGaz de schistes miracle ou mirage   copie
Gaz de schistes miracle ou mirage copieSalim Bellazoug
 

Similaire à Monitoring (DMA).pdf (20)

Fabrication industrielle de acide phosphorique
Fabrication industrielle de acide phosphoriqueFabrication industrielle de acide phosphorique
Fabrication industrielle de acide phosphorique
 
Exploitation minière
Exploitation minièreExploitation minière
Exploitation minière
 
Le mercure
Le mercureLe mercure
Le mercure
 
stage du M1 LI Haixiao
stage du M1 LI Haixiaostage du M1 LI Haixiao
stage du M1 LI Haixiao
 
stage du M1 LI Haixiao
stage du M1 LI Haixiaostage du M1 LI Haixiao
stage du M1 LI Haixiao
 
polution : Les conséquences de l’utilisation du pétrole sur l’environnement
polution : Les conséquences de l’utilisation du pétrole sur l’environnementpolution : Les conséquences de l’utilisation du pétrole sur l’environnement
polution : Les conséquences de l’utilisation du pétrole sur l’environnement
 
Training report m_sc1
Training report m_sc1Training report m_sc1
Training report m_sc1
 
orale communication.pptx
orale communication.pptxorale communication.pptx
orale communication.pptx
 
Les conséquences de l’utilisation du pétrole sur l’environnement
Les conséquences de l’utilisation du pétrole sur l’environnementLes conséquences de l’utilisation du pétrole sur l’environnement
Les conséquences de l’utilisation du pétrole sur l’environnement
 
Ben moussa hamza
Ben moussa hamzaBen moussa hamza
Ben moussa hamza
 
Diapositives ecotoxicologie
Diapositives ecotoxicologieDiapositives ecotoxicologie
Diapositives ecotoxicologie
 
Ecotoxicologie
EcotoxicologieEcotoxicologie
Ecotoxicologie
 
Les besoins des arbres et leurs évaluation
Les besoins des arbres et leurs évaluationLes besoins des arbres et leurs évaluation
Les besoins des arbres et leurs évaluation
 
PréS Finale Pluies Acides
PréS   Finale Pluies AcidesPréS   Finale Pluies Acides
PréS Finale Pluies Acides
 
Minimum-vital-II-1-Les-matieres-premieres-minerales-2.pdf
Minimum-vital-II-1-Les-matieres-premieres-minerales-2.pdfMinimum-vital-II-1-Les-matieres-premieres-minerales-2.pdf
Minimum-vital-II-1-Les-matieres-premieres-minerales-2.pdf
 
JDCHE 20-21 - À la recherche des métaux critiques dans nos eaux usées
JDCHE 20-21 - À la recherche des métaux critiques dans nos eaux uséesJDCHE 20-21 - À la recherche des métaux critiques dans nos eaux usées
JDCHE 20-21 - À la recherche des métaux critiques dans nos eaux usées
 
Carbone Air
Carbone AirCarbone Air
Carbone Air
 
Soil science glossary
Soil science glossarySoil science glossary
Soil science glossary
 
Gaz de schistes miracle ou mirage copie
Gaz de schistes miracle ou mirage   copieGaz de schistes miracle ou mirage   copie
Gaz de schistes miracle ou mirage copie
 
Le gaz de schiste
Le gaz de schisteLe gaz de schiste
Le gaz de schiste
 

Plus de AdelFilali

Modélisation d'une cellule de flottation.pdf
Modélisation d'une cellule de flottation.pdfModélisation d'une cellule de flottation.pdf
Modélisation d'une cellule de flottation.pdfAdelFilali
 
Etude bibliographique sur les risques professionnels en milieu minier.pdf
Etude bibliographique sur les risques professionnels en milieu minier.pdfEtude bibliographique sur les risques professionnels en milieu minier.pdf
Etude bibliographique sur les risques professionnels en milieu minier.pdfAdelFilali
 
Présentation et Classifictaion des Marbres
Présentation et Classifictaion des MarbresPrésentation et Classifictaion des Marbres
Présentation et Classifictaion des MarbresAdelFilali
 
Traitement et Recyclage des Déchets
Traitement et Recyclage des DéchetsTraitement et Recyclage des Déchets
Traitement et Recyclage des DéchetsAdelFilali
 
Traitement et Recyclage des Déchets
Traitement et Recyclage des Déchets Traitement et Recyclage des Déchets
Traitement et Recyclage des Déchets AdelFilali
 

Plus de AdelFilali (6)

Modélisation d'une cellule de flottation.pdf
Modélisation d'une cellule de flottation.pdfModélisation d'une cellule de flottation.pdf
Modélisation d'une cellule de flottation.pdf
 
Etude bibliographique sur les risques professionnels en milieu minier.pdf
Etude bibliographique sur les risques professionnels en milieu minier.pdfEtude bibliographique sur les risques professionnels en milieu minier.pdf
Etude bibliographique sur les risques professionnels en milieu minier.pdf
 
Présentation et Classifictaion des Marbres
Présentation et Classifictaion des MarbresPrésentation et Classifictaion des Marbres
Présentation et Classifictaion des Marbres
 
L'irradiation
L'irradiationL'irradiation
L'irradiation
 
Traitement et Recyclage des Déchets
Traitement et Recyclage des DéchetsTraitement et Recyclage des Déchets
Traitement et Recyclage des Déchets
 
Traitement et Recyclage des Déchets
Traitement et Recyclage des Déchets Traitement et Recyclage des Déchets
Traitement et Recyclage des Déchets
 

Monitoring (DMA).pdf

  • 1. Faculté de Technologie Département des Mines et Géologie Exposé Présenté par : Adel FILALI Thème : Monitoring
  • 2. Liste des Figures I Liste des Tableaux I Introduction II CHAPITRE I : Généralités sur le DMA 1 I.1. Définitions 1 I.2. Sources du phénomène 1 I.3. Effluents de l'industrie minière et le DMA 1 I.4. Conséquences du DMA sur l'environnement 4 Chapitre II : Surveillance du DMA 5 II.1. Coûts reliés au DMA 5 II.2. Méthodes les plus courantes du traitement du DMA 5 II.2.1. Barrière perméable réactive (BPR) 6 II.2.2. BPR à base de boues rouges 10 Conclusion III Références bibliographiques IV
  • 3. I Liste des Figures Figure 1 : Barrière perméable réactive. Figure 2 : BPR en mur continu. Figure 3 : BPR «Funnel and Gate». Liste des Tableaux Tableau 1 : Type de drainage minier. Tableau 2 : Principaux sulfures métalliques. Tableau 3 : Quelques réactions d'oxydation de sulfures. Tableau 4 : Comparaison entre l'eau de DMA et l'eau potable. Tableau 5 : Mesures de contrôle de production du DMA. Tableau 6 : Conditions d'utilisation d'une BPR. Tableau 7 : Coûts typiques pour une BPR.
  • 4. II Introduction Les exploitations minières et leurs usines de traitement produisent des déchets nocifs pour l'environnement tant au niveau de l'air, du sol que de l'eau. Ces contaminants proviennent de plusieurs sources et sont dommageables à plusieurs niveaux, dont la production d'eau rendue acide par l'oxydation des minéraux sulfureux. Cette eau acide est reconnue comme étant un des problèmes environnementaux majeurs de l'industrie minière. Dans l’intégralité de ce travail, nous allons découvrir de quoi un drainage minier acide s’agit-il, et comment le surveiller.
  • 5. 1 Chapitre I : Généralités sur le DMA I.1. Définition Un drainage minier acide (DMA) ou encore " drainage rocheux acide " (DRA) est une solution minérale acide qui s'écoule régulièrement en conséquence d'une mine. I.2. Sources du phénomène Le drainage minier acide (DMA) ainsi que le drainage rocheux acide (DRA) peuvent provenir de diverses sources d'exploitation telles que les exploitations d'or, d'argent, de cuivre, de nickel, de zinc, de plomb, de charbon et même de gisements d'uranium. Ces minéraux sont la plupart du temps présents sous forme de sulfures comme par exemple la chalcopyrite (CuFeSz) pour le cuivre, la sphalerite pour le zinc (ZnS) et la galène pour le plomb (PbS). De plus, ces gisements sont souvent associés à des minéraux sulfureux réactifs tels que la pyrite (FeSs) et/ou la pyrrhotite (FenSn). Lorsque ces derniers sont mis en contact avec l'eau et l'air, ils forment des ions qui acidifient l'eau au point de la rendre nocive pour l'environnement récepteur. De plus, la baisse de pH occasionnée par cette production d'acidité favorise la dissolution de métaux lourds comme le fer (Fe), le plomb (Pb), le mercure (Hg), le cadmium (Cd) et l'arsenic (As). I.3. Effluents de l'industrie minière et le DMA On peut classifier les effluents de l'industrie minérale en quatre catégories : le drainage minier acide, le drainage minier alcalin, le drainage minier neutre et le drainage minier peu problématique. Le tableau 1 résume ces catégories. Tableau 1 : Type de drainage minier.
  • 6. 2 Le drainage minier qui nous intéresse dans le cadre de ce travail est le drainage minier acide. Les autres types des effluents ne seront pas abordés. Le DMA résulte de l'oxydation au contact avec l'eau et l'air des minéraux sulfureux que l'on retrouve associés au minerai de valeur. Le DMA se produit au cours de l'exploitation mais surtout après lorsque l'on dispose le stérile minier et les résidus dans des parcs exposés à l'air libre et aux précipitations. Les eaux de drainage ont pour caractéristiques un faible pH, des concentrations élevées en métaux lourds et en sulfates solubles, une grande concentration en solides dissous et l'absence relative de matière organique. Les eaux acides, si elles ne sont pas traitées, peuvent contaminer les eaux de surface, les écoulements souterrains et même la nappe phréatique rendant ainsi l'eau toxique pour la flore, la faune et l'être humain. Le tableau 2 présente les principaux sulfures métalliques exploités ainsi que leur classement selon leur réactivité. La réactivité se définie comme étant la capacité d'un sulfure à réagir chimiquement dans un milieu riche en oxygène. Cette capacité de réaction dépend du mode de formation du sulfure. Ce qui explique que chaque sulfure a un degré de réactivité qui lui ait propre. Un sulfure ayant un degré 1 de réactivité, s'oxydera plus facilement au contact de l'air qu'un sulfure ayant un degré de réactivité de 9. Notons que la réactivité est fonction de plusieurs critères tels que la forme cristalline des sulfures ou encore de la granulométrie. Par exemple, une granulométrie plus fine augmentera la surface disponible pour l'oxydation du sulfure ce qui favorisera la production de DMA. Tableau 2 : Principaux sulfures métalliques. De tous ces sulfures métalliques, la pyrite est celle qui est la plus abondante et celle qui cause le plus de problèmes. Les réactions d'oxydation de la pyrite qui sont en cause sont les suivantes :
  • 7. 3 Tout d'abord, il y a l'oxydation de la pyrite au contact avec l'eau et l'oxygène de l'air FeS2 + 7/2 O2 + H2O = Fe2+ + 2So4 2+ + 2H+ (Equation 1) Ensuite, l'oxydation indirecte qui met enjeu le O2 comme oxydant. Fe2+ + 1/4 O2 + H+ = Fe2+ + I/2H2O (Equation 2) Si le pH est suffisamment élevé, le fer ferrique peut précipiter sous forme d'hydroxyde. Fe3+ + 3H2O = Fe(oH)3 + 3H+ (Equation 3) Mais dans le cas où le pH est très bas (< 3), il viendra oxyder le S2 à so4 2- FeS2 + 14 Fe3+ + 8 H2O = 15Fe2+ + 2So4 2- + 16H+ (Equation 4) L'équation globale où l'on peut observer la production d'un hydroxyde et de l'acide sulfurique est : FeSi + 15/4 O2 + 7/2 H2O = Fe(oH)3 + 2H2SO4 (Equation 5) Le tableau 3 présente quelques-unes des équations d'oxydation pour trois des principaux sulfures métalliques : Tableau 3 : Quelques réactions d'oxydation de sulfures. Le DMA génère donc de l'acide sulfurique (H2SO4) qui acidifie l'eau et met en solution les métaux. 11 fonctionne donc comme une boucle sans fin à moins de lui enlever un de ses réactifs soit l'oxygène, l'eau ou le sulfure lui-même. Dans le processus de production de DMA, certains types de bactéries acidophiles comme la thiobacillus-ferrooxidans et la thiobacillus- thiooxidans jouent un rôle primordial.
  • 8. 4 I.4. Conséquences du DMA sur l'environnement Comme mentionné plus tôt, le DMA a pour principales conséquences de diminuer le pH de l'eau, favoriser l'augmentation de la concentration en métaux lourds et en sulfates solubles, favoriser la dissolution des solides et de rendre inexistante la présence de matières organiques. Le tableau 4 établit la différence entre des eaux de drainage minier acides analysées dans le cadre de cette maîtrise et un cours d'eau propre à la consommation humaine. Tableau 4 : Comparaison entre l'eau de DMA et l'eau potable. Les métaux lourds du tableau 4, lorsqu'ils sont dissous, se retrouvent dans les eaux de surface, les eaux souterraines et même dans la nappe phréatique, les contaminants et les rendant dangereuses pour l'environnement. Les métaux ainsi solubilisés peuvent être traînés sur de grandes distances. Même si parfois les eaux acides peuvent être neutralisées dans des milieux alcalins, elles peuvent reprendre leurs propriétés aussitôt que les caractéristiques du sol changent. Les plantes qui se nourrissent de l'eau et des nutriments du sol deviennent saturées en métaux lourds. Avec le temps, le sol devient infertile et les plantes ont de plus en plus de difficulté à croître et elles peuvent contaminer les organismes qui s'en nourrissent. De plus, les métaux lourds dégradent la flore aquatique et par le fait même la vie aquatique. Pour ce qui est des animaux et des hommes, leur santé peut être atteinte par le DMA. En effet, les eaux de drainage sont riches en métaux lourds. Les hommes et les animaux qui en boivent peuvent en être contaminés. On parle de bioaccumulation dans l'organisme de plusieurs espèces. Un autre effet du DMA est la dégradation esthétique d'un cours d'eau ou d'un territoire. Dans un tel cas, il est impossible à l'être humain d'exploiter ce territoire contaminé sans risque pour sa santé.
  • 9. 5 Chapitre II : Surveillance du DMA II.1. Coûts reliés au DMA On rapporte dans la littérature qu'en 1990, on répertoriait au Canada 1,9 milliards de tonnes de rejets potentiellement producteurs d'acide provenant des usines de traitement et 740 millions de tonnes de roches stériles ayant un potentiel générateur d'acide. Pour sécuriser tous ces sites, il en coûterait de 3 à 5 milliards de dollars ($CAN) pour le Canada et plus de 100 milliards de dollars ($US) à l'échelle mondiale ce qui représente des coûts très élevés que les gouvernements et les exploitants devraient débourser. II.2. Méthodes les plus courantes du traitement du DMA Etant donné l'importance des coûts engendrés par le DMA, il est plus avantageux pour les compagnies aux prises avec ce problème, de le traiter au fur et à mesure plutôt qu'à la fin de l'exploitation car à cette étape, les dommages à l'environnement sont souvent très avancés et difficiles à contrer. Certaines compagnies ont même opté pour un contrôle préventif du DMA ce qui permet encore une fois de réduire les coûts. Le but des méthodes utilisées dans l'industrie pour contrer ce problème est de réduire la disponibilité d'un ou de plusieurs des trois éléments suivants : l'oxygène, l'eau ou les sulfures. Une fois que l'on a isolé un ou des éléments, le DMA est ralenti de façon considérable et même parfois complètement arrêté. Le tableau 5 présente les différentes mesures de contrôle de production du DMA. Tableau 5 : Mesures de contrôle de production du DMA.
  • 10. 6 Une fois que l'on a déterminé l'élément à isoler, il ne reste plus qu'à choisir la méthode la plus efficace et souvent la moins dispendieuse pour traiter le DMA. Le choix d'une méthode ou d'une combinaison de méthodes dépend des facteurs suivant : - Le potentiel de génération acide et le potentiel de neutralisation acide des résidus miniers ; - La nature et les caractéristiques physiques des résidus ; - Les conditions du terrain, le climat, la topographie ainsi que l'hydrologie des eaux de surface et souterraines ; - La durée d'efficacité requise de la mesure de contrôle ; - La sensibilité du milieu récepteur face au DMA. II.2.1. Barrière perméable réactive (BPR) L'élaboration d'une barrière perméable réactive (BPR) est une méthode passive de traitement du DMA passive. Les systèmes de traitement passifs font intervenir des processus d'élimination chimique, biologique et physique qui existent à l'état naturel dans l'environnement. Ils sont reconnus pour être des systèmes à faible coût de construction, d'exploitation et d'entretien. De plus, on peut utiliser les traitements passifs dans des endroits éloignés avec des besoins opérationnels restreints. Une BPR n'est pas une méthode préventive puisqu'elle est utilisée seulement lorsque les effluents sont contaminés par le DMA. Le principal intérêt d'une BPR est qu'elle permet de réduire ou même d'éliminer en partie les coûts de traitement en cours puisqu'elle utilise l'écoulement naturel de l'effluent contaminé sans aucune source externe d'énergie. De plus, elle agit comme barrière pour les écoulements souterrains contaminés. Tout comme les méthodes passives, une BPR permet d'immobiliser, de contenir et de transformer sous des formes non toxiques les contaminants contenus dans les eaux de DMA. Les phénomènes en cause peuvent être un ou une combinaison de ces éléments : adsorption, absorption, précipitation, réduction ou d'origine biologique. En général, le traitement du DMA par BPR est relié à une augmentation du pH et/ou à un processus chimique ou biologique induit par la précipitation des sulfures. Le tableau 6 présente les cas où il est intéressant d'utiliser une BPR et ceux où il peut y avoir des difficultés majeures à l'application de cette méthode de traitement.
  • 11. 7 Tableau 6 : Conditions d'utilisation d'une BPR. Figure 1 : Barrière perméable réactive. Une BPR est construite en aval dans la direction du gradient hydraulique. On enlève une partie du terrain que l'on remplace par du matériel réactif. La BPR forme ainsi un mur. Une fois en place, le panache ou l'eau souterraine contaminée peut s'écouler à travers le mur et être débarrassée de ses contaminants. La figure 1 montre une BPR et son fonctionnement.
  • 12. 8 Les deux configurations de BPR les plus communes sont les BPR sous forme de mur continu (continuous wall) et la BPR sous forme d'entonnoir et barrière (funnel and gate). Le terme F&G sera utilisé ici pour la seconde configuration. La première configuration est généralement la plus facile à installer et couvre entièrement le panache a traité. De plus, c'est cette configuration qui a le moins d'impact sur l'écoulement naturel souterrain existant, Le mur est réactif sur toute sa longueur. Cette approche est la plus sécuritaire et la moins sensible aux défauts de caractérisation du site. Par contre, elle n'offre pas une garantie en terme de suivi de performance et de maintenance du média réactif. La figure 2 représente une BPR en mur continu. Figure 2 : BPR en mur continu. La seconde configuration soit la BPR F&G permet de retenir le panache contaminé à l'intérieur de murs étanches et de le diriger vers une barrière qui contient le matériel réactif. La figure 3 représente ce type de BPR. Les murs étanches qui servent à créer l'entonnoir sont généralement constitués de résidus miniers non toxiques ou d'une membrane perméable. Ils doivent être étanches et ne pas laisser passer le panache contaminé. La barrière est généralement constituée d'un mélange de matériel réactif avec des matériaux disponibles sur place tels que des résidus miniers. La longueur de ce système doit être assez importante pour être en mesure de capter entièrement le panache contaminé. Dans la littérature, il est mentionné que le ratio longueur de l'entonnoir/longueur de la barrière est de six. On peut également retrouver certaines variantes à la barrière de type F«&G comme l'ajout de drains qui permettent de collecter les écoulements contaminés qui sont plus loin et de les rediriger vers l'entonnoir et la barrière. On note que certaines barrières F&G possèdent un système de «cellules» contenant le mélange de matériel réactif ce qui permet de changer le matériel devenu non réactif. Toutes les variantes de ce type de configuration amènent des coûts supplémentaires et requièrent souvent un système de pompage ce qui les rend moins avantageuses à utiliser.
  • 13. 9 Figure 3 : BPR «Funnel and Gate». Les coûts pour la construction d'une BPR sont variables tout dépendant de la problématique du terrain et/ou du panache contaminé à traiter. Avant de construire une telle installation, il faut faire une étude économique pour déterminer la faisabilité de cette méthode et les coûts qu'elle peut engendrer. Le tableau 13 donne une idée générale des coûts d'installation qui peuvent être reliés à une BPR pour divers matériaux. Les coûts de ce tableau sont en $ US et ne comprennent pas le matériel réactif, la mobilisation ou la préparation du site. Tableau 7 : Coûts typiques pour une BPR.
  • 14. 10 II.2.2. BPR à base de boues rouges On retrouve dans la littérature plusieurs études faites sur les BPR à base de boues rouges. Contrairement au Bauxsol, les boues rouges sont utilisées directement sans traitement préalable. Komnitsas et al, ont réalisé des études sur les BPR à base de boues rouges dans des colonnes de plexiglas de 5 cm de diamètre pour 40 cm de hauteur alimentées avec des eaux contentant de fortes quantités de métaux tel que le fer, l'aluminium, le zinc, la manganèse la cadmium, le cuivre, le nickel et le cobalt. Il en est ressortit que les boues rouges permettent un traitement efficace des effluents acides provenant de l'oxydation des sulfures. On note que contrairement à la chaux, les boues rouges perdent leur pouvoir de neutralisation de façon graduelle dans le temps et non de façon abrupte. De plus, lorsque le pH est maintenu à des valeurs de 7 et plus, les auteurs ont noté que les sulfates précipitent sous forme de gypse, le fer sous forme de goethite et ferrihydrite et l'aluminium sous de boehmite et de gibbsite. Selon les auteurs, les boues rouges présentent de meilleures capacités pour enlever les métaux dans les eaux de DMA que la chaux mais que les deux substances permettent de façon efficace le traitement des eaux ayant une forte teneur en métaux.
  • 15. III Conclusion Le DMA est une source de pollution acide et métallique pour les milieux aquatiques et les aquifères. Ils sont capables, pour les cas les plus sévères, de libérer plusieurs tonnes de composés métalliques toxiques par jour dans le système hydrographique. Pour cela, l’entreprise minière doit le surveiller avant qu’il ait contact avec l’environnement.
  • 16. IV Références bibliographiques ► Aubertin M., Bussière B., Bernier L., Environnement et gestions des rejets miniers, Manuel sur CD-ROM, Presses internationales Polytechniques, 2002. ►Munro Leon D, Clark Malcom W, McConchie D., A Bauxsol-based permeable reactive barrier for the treatment of acid rock drainage, Mine water and the environment, 23, ppl 83- 194,2004. ►Arun R., Gavaskar, Design and construction for permeable reactive barriers, Journal of hazardous materials, 68, 1999, pp 41-71. ►US Département of defense, Permeable reactive wall remediation of chlorinated hydrocarbons in groundwater, July 1999, ESTCP. ►Davies-Mc Conchie F., McConchie D., Clark M., Ryffel T., Caldicott W., Pope S., Bauxsof^ technology provides a new approach to the treatment and management of sulphide mine tailings, waste rock and acid mine drainage, Virotec International.