SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  15
UNIVERSITE LIBRE DES PAYS DES GRANDS LACS/ULPG
Goma
FACULTE DE SANTE ET DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRES « FSDC »
B.P 368 Goma
Par : MWAMINI RUDAHARANA Esther
Promotion : G3 FSDC
Février 2017
I. Question de recherche
I.1. Question générale
Quelles sont les connaissances, attitudes et
pratiques des jeunes de l’Aire de santé CASOP
en matière de prévention des IST ?
I.2. Question spécifiques
De cette question générale, découlent des questions spécifiques :
Quel est le niveau des connaissances des jeunes de l’A.S
CASOP face à la prévention des IST ?;
Quelles sont les attitudes des jeunes de l’A.S CASOP face à la
prévention des IST ?;
Quelles sont les pratiques des jeunes de l’A.S CASOP face à la
prévention des IST ?.
II. Hypothèses de recherche
Une hypothèse est une proposition de réponse
provisoire à la question passée. Elle doit faire l’objet
d’une vérification objective au cours d’une réflexion
pour une confirmation ou une infirmation dans le
résultat de la recherche (Madeline
« GRAWITZ »Méthode des sciences sociales 2ème
édition paris 1974)
==suite==
Le niveau des connaissances des jeunes de l’A.S CASOP
face à la prévention des IST serait élevé ;
Les attitudes des jeunes de l’A.S CASOP face à la
prévention des IST seraient négatives ;
Les pratiques des jeunes de l’A.S CASOP face à la
prévention des IST seraient dangereuses.
III. Les objectifs de recherches
III.1. objectif générale
Evaluer le niveau des connaissances,
attitudes et des pratiques des jeunes de l’A. S
CASOP face a la prévention des IST
III.2. Les objectifs spécifiques
Evaluer le niveau des connaissances des jeunes de l’A.S
CASOP face à la prévention contre les IST ;
Evaluer les attitudes des jeunes de l’A.S CASOP face à la
prévention contre les IST ;
Evaluer les pratiques des jeunes de l’A.S CASOP face à la
prévention des IST
IV. Explication des variables
IV.1.Introduction
Ce chapitre comprend des informations théoriques, des
résultats des recherches antérieurs autours des travaux sur
les connaissances, attitudes et pratique face à la prévention
des IST.
Ainsi en observant l’ordre des hypothèses, ce travail présente
tout d’abord les aspects sur le niveau de connaissance,
l’attitude, la pratique et enfin le cadre de recherche du travail
IV.2. Niveau de connaissance face à la prévention des IST
IV.2.1. Connaissance des causes des IST
 A l’espace 2011-2015 la stratégie mondiale du secteur de la santé sur la
prévention du VIH et autres IST voulait améliorer l’accès universel aux
services de prévention, de diagnostic, de traitement, de soins et de soutien
aux patients (OMS., La stratégie mondiale du secteur de la santé sur le
VIH/sida 2011-2015)
 La même idéologie est poursuivie avec l’intention d’éradiquer le VIH ici 2030
et les jeunes constituent la classe la plus visée par les actions de prévention.
Il est cohérant que la connaissance des causes d’un phénomène soit
déterminante pour décider de la prévention.
 Ainsi, une étude menée sur 200 élèves de 14 à 20 ans d’un lycée
camerounais interrogés 89%, affirment pourtant avoir reçu une éducation
sexuelle, 99% ont déjà entendu parler des IST dont 91,92% des
répondants(es), connaissent la définition des IST. Malheureusement 59,5%
de répondants(es) ne savent pas réellement la véritable définition de la
sexualité. Et seulement 40% des jeunes possèdent des connaissances
précises sur le VIH et sa transmission. Les parents ont peu d'engouement
dans l'éducation sexuelle de leurs enfants (36,39) alors ceux-ci s'accrochent
aux autres sources d'éducation telles que : les enseignants, les camarades,
et les médias.
(Gervais Eleuthère NDONGO, Prevention des infections sexuellement transmissibles
en milieu scolaire : cas du lycée de Bertoua rural ( Cameroun), Ecole d'infirmiers, des
techniciens médico- sanitaires et du génie sanitaire de Yaoundé - Diplôme d'infirmier
d'état 2011)
IV.2.2. Manifestation des IST
Les scientifiques nous ont plusieurs fois
démontré qu’il n’est pas aisé d’identifier à la vue
un porteur d’une IST, seuls les professionnels
spécialisés en sont capables au moyen des
examens au laboratoire.
(Jean Paul NYONDO., cours de bio contaminent,
ULPGL/Goma, 2013-2014)
IV.2.3. Facteurs de risque aux IST
En référence à cela en 2013 l’UNICEF et l’OMS ont
estimé qu’il fallait que les jeunes contaminé depuis la
naissance et d’autres nouvelles contaminations
apprennent à vivre avec une infection chronique, révéler
leur état à leurs amis et à leur famille en vu d’éviter de
transmettre l’infection à leurs partenaires sexuels.
(OMS, UNICEF, Les services de prise en charge de
l'infection à VIH négligent les adolescents, Génève,
novembre 2013.)
IV.2.4.Conduite à tenir face aux IST
 Pour certaines IST l’objectif est d’éliminer complètement l’infection,
mais pour d’autres on réduit la virulence et on évite des suivantes
contaminations. Ainsi, Elois SILGA montre dans son étude que parmi
les malades ayant consulté un agent de santé, seulement 62,7% ont
été recommandé le traitement du partenaire sexuel par le prestataire
parmi lesquels 53,6% ont déclaré avoir porté l'information à leurs
partenaires sexuels. (Eloi SILGA, Etude des déterminants de la forte
incidence des IST dans le district sanitaire de koupéla. Ecole Nationale de
Santé Publique de Ouagadougou - Attaché de santé en
épidémiologie 2008)
IV.4. Utilisation du préservatif
 Quand le nombre de partenaires sexuels augmente chez les jeunes, le SIDA
perdure un problème majeur de santé publique en Belgique. En plus le préservatif
est le moyen de protection le plus efficace contre ces infections sexuellement
transmissibles. (http://prospective.be/IMG/pdf/DSP54-Emmilie WALEWYNS-Olivier
KLEIN. pdf, les jeunes et le preservative, us et coutumes de la negotiation)
 Son efficacité est réduite si le latex ne sépare pas entièrement les régions
infectées, d’où l’importance d’un suivi gynécologique régulier. (Rapport
épidémiologique de cas de SIDA dans la province du Nord Kivu 2006)
…FIN

Contenu connexe

Similaire à Travail Pratique MWAMINI RUDAHARANA Esther powerpoint

Analyse des determinants sociaux de la résistance au test de dépistage volont...
Analyse des determinants sociaux de la résistance au test de dépistage volont...Analyse des determinants sociaux de la résistance au test de dépistage volont...
Analyse des determinants sociaux de la résistance au test de dépistage volont...AJHSSR Journal
 
01 Interventions FondéEs Sur Les Evidences
01 Interventions FondéEs Sur Les Evidences01 Interventions FondéEs Sur Les Evidences
01 Interventions FondéEs Sur Les EvidencesAlec Pemberton
 
01 Interventions FondéEs Sur Les Evidences Louise Thomas Mapleh
01 Interventions FondéEs Sur Les Evidences Louise Thomas Mapleh01 Interventions FondéEs Sur Les Evidences Louise Thomas Mapleh
01 Interventions FondéEs Sur Les Evidences Louise Thomas MaplehAlec Pemberton
 
Présentation mémoire Divers et Coriolan 2013
Présentation mémoire Divers et Coriolan 2013Présentation mémoire Divers et Coriolan 2013
Présentation mémoire Divers et Coriolan 2013Diverscj
 
Contraception petit état des lieux.
Contraception   petit état des lieux.Contraception   petit état des lieux.
Contraception petit état des lieux.Réseau Pro Santé
 
Quelques observations sur le projet
Quelques observations sur le projetQuelques observations sur le projet
Quelques observations sur le projetAart van der heide
 
Vaccination contre les infections HPV - Couverture vaccinale en Franc, impact...
Vaccination contre les infections HPV - Couverture vaccinale en Franc, impact...Vaccination contre les infections HPV - Couverture vaccinale en Franc, impact...
Vaccination contre les infections HPV - Couverture vaccinale en Franc, impact...CripsIDF
 
Peut-on améliorer la lutte antipaludique basée sur l'utilisation des médicame...
Peut-on améliorer la lutte antipaludique basée sur l'utilisation des médicame...Peut-on améliorer la lutte antipaludique basée sur l'utilisation des médicame...
Peut-on améliorer la lutte antipaludique basée sur l'utilisation des médicame...Institut Pasteur de Madagascar
 
Guide Pratique Pour La Gestion Des Fausses Informations Sur Les Vaccins
Guide Pratique Pour La Gestion Des Fausses Informations Sur Les VaccinsGuide Pratique Pour La Gestion Des Fausses Informations Sur Les Vaccins
Guide Pratique Pour La Gestion Des Fausses Informations Sur Les VaccinsThe Public Good Projects
 
newsletter novembre 2014
newsletter novembre 2014newsletter novembre 2014
newsletter novembre 2014Caroline Assy
 
Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas…
Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas…Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas…
Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas…Réseau Pro Santé
 
Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas…
Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas… Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas…
Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas… Réseau Pro Santé
 
Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas…
Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas…Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas…
Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas…Réseau Pro Santé
 
LEAD - Education à la vie affective et sexuelle et prévention/réduction d'abu...
LEAD - Education à la vie affective et sexuelle et prévention/réduction d'abu...LEAD - Education à la vie affective et sexuelle et prévention/réduction d'abu...
LEAD - Education à la vie affective et sexuelle et prévention/réduction d'abu...Tibaz - Espace Santé Jeunes
 

Similaire à Travail Pratique MWAMINI RUDAHARANA Esther powerpoint (20)

Analyse des determinants sociaux de la résistance au test de dépistage volont...
Analyse des determinants sociaux de la résistance au test de dépistage volont...Analyse des determinants sociaux de la résistance au test de dépistage volont...
Analyse des determinants sociaux de la résistance au test de dépistage volont...
 
01 Interventions FondéEs Sur Les Evidences
01 Interventions FondéEs Sur Les Evidences01 Interventions FondéEs Sur Les Evidences
01 Interventions FondéEs Sur Les Evidences
 
01 Interventions FondéEs Sur Les Evidences Louise Thomas Mapleh
01 Interventions FondéEs Sur Les Evidences Louise Thomas Mapleh01 Interventions FondéEs Sur Les Evidences Louise Thomas Mapleh
01 Interventions FondéEs Sur Les Evidences Louise Thomas Mapleh
 
Guide pour le suivi et l'évaluation des programmes
Guide pour le suivi et l'évaluation des programmesGuide pour le suivi et l'évaluation des programmes
Guide pour le suivi et l'évaluation des programmes
 
Vie sexuelle et affective
Vie sexuelle et affectiveVie sexuelle et affective
Vie sexuelle et affective
 
Présentation mémoire Divers et Coriolan 2013
Présentation mémoire Divers et Coriolan 2013Présentation mémoire Divers et Coriolan 2013
Présentation mémoire Divers et Coriolan 2013
 
HPV Communication.pptx
HPV Communication.pptxHPV Communication.pptx
HPV Communication.pptx
 
Contribution des associations de parents
Contribution des associations de parentsContribution des associations de parents
Contribution des associations de parents
 
Contraception petit état des lieux.
Contraception   petit état des lieux.Contraception   petit état des lieux.
Contraception petit état des lieux.
 
L’anemf.
L’anemf.L’anemf.
L’anemf.
 
Quelques observations sur le projet
Quelques observations sur le projetQuelques observations sur le projet
Quelques observations sur le projet
 
Vaccination contre les infections HPV - Couverture vaccinale en Franc, impact...
Vaccination contre les infections HPV - Couverture vaccinale en Franc, impact...Vaccination contre les infections HPV - Couverture vaccinale en Franc, impact...
Vaccination contre les infections HPV - Couverture vaccinale en Franc, impact...
 
Peut-on améliorer la lutte antipaludique basée sur l'utilisation des médicame...
Peut-on améliorer la lutte antipaludique basée sur l'utilisation des médicame...Peut-on améliorer la lutte antipaludique basée sur l'utilisation des médicame...
Peut-on améliorer la lutte antipaludique basée sur l'utilisation des médicame...
 
Guide Pratique Pour La Gestion Des Fausses Informations Sur Les Vaccins
Guide Pratique Pour La Gestion Des Fausses Informations Sur Les VaccinsGuide Pratique Pour La Gestion Des Fausses Informations Sur Les Vaccins
Guide Pratique Pour La Gestion Des Fausses Informations Sur Les Vaccins
 
newsletter novembre 2014
newsletter novembre 2014newsletter novembre 2014
newsletter novembre 2014
 
Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas…
Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas…Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas…
Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas…
 
Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas…
Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas… Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas…
Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas…
 
Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas…
Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas…Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas…
Vaccins contre le papillomavirus, ce que l’on sait… ou pas…
 
LEAD - Education à la vie affective et sexuelle et prévention/réduction d'abu...
LEAD - Education à la vie affective et sexuelle et prévention/réduction d'abu...LEAD - Education à la vie affective et sexuelle et prévention/réduction d'abu...
LEAD - Education à la vie affective et sexuelle et prévention/réduction d'abu...
 
Ptme
PtmePtme
Ptme
 

Travail Pratique MWAMINI RUDAHARANA Esther powerpoint

  • 1. UNIVERSITE LIBRE DES PAYS DES GRANDS LACS/ULPG Goma FACULTE DE SANTE ET DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRES « FSDC » B.P 368 Goma Par : MWAMINI RUDAHARANA Esther Promotion : G3 FSDC Février 2017
  • 2. I. Question de recherche I.1. Question générale Quelles sont les connaissances, attitudes et pratiques des jeunes de l’Aire de santé CASOP en matière de prévention des IST ?
  • 3. I.2. Question spécifiques De cette question générale, découlent des questions spécifiques : Quel est le niveau des connaissances des jeunes de l’A.S CASOP face à la prévention des IST ?; Quelles sont les attitudes des jeunes de l’A.S CASOP face à la prévention des IST ?; Quelles sont les pratiques des jeunes de l’A.S CASOP face à la prévention des IST ?.
  • 4. II. Hypothèses de recherche Une hypothèse est une proposition de réponse provisoire à la question passée. Elle doit faire l’objet d’une vérification objective au cours d’une réflexion pour une confirmation ou une infirmation dans le résultat de la recherche (Madeline « GRAWITZ »Méthode des sciences sociales 2ème édition paris 1974)
  • 5. ==suite== Le niveau des connaissances des jeunes de l’A.S CASOP face à la prévention des IST serait élevé ; Les attitudes des jeunes de l’A.S CASOP face à la prévention des IST seraient négatives ; Les pratiques des jeunes de l’A.S CASOP face à la prévention des IST seraient dangereuses.
  • 6. III. Les objectifs de recherches III.1. objectif générale Evaluer le niveau des connaissances, attitudes et des pratiques des jeunes de l’A. S CASOP face a la prévention des IST
  • 7. III.2. Les objectifs spécifiques Evaluer le niveau des connaissances des jeunes de l’A.S CASOP face à la prévention contre les IST ; Evaluer les attitudes des jeunes de l’A.S CASOP face à la prévention contre les IST ; Evaluer les pratiques des jeunes de l’A.S CASOP face à la prévention des IST
  • 8. IV. Explication des variables IV.1.Introduction Ce chapitre comprend des informations théoriques, des résultats des recherches antérieurs autours des travaux sur les connaissances, attitudes et pratique face à la prévention des IST. Ainsi en observant l’ordre des hypothèses, ce travail présente tout d’abord les aspects sur le niveau de connaissance, l’attitude, la pratique et enfin le cadre de recherche du travail
  • 9. IV.2. Niveau de connaissance face à la prévention des IST IV.2.1. Connaissance des causes des IST  A l’espace 2011-2015 la stratégie mondiale du secteur de la santé sur la prévention du VIH et autres IST voulait améliorer l’accès universel aux services de prévention, de diagnostic, de traitement, de soins et de soutien aux patients (OMS., La stratégie mondiale du secteur de la santé sur le VIH/sida 2011-2015)  La même idéologie est poursuivie avec l’intention d’éradiquer le VIH ici 2030 et les jeunes constituent la classe la plus visée par les actions de prévention. Il est cohérant que la connaissance des causes d’un phénomène soit déterminante pour décider de la prévention.
  • 10.  Ainsi, une étude menée sur 200 élèves de 14 à 20 ans d’un lycée camerounais interrogés 89%, affirment pourtant avoir reçu une éducation sexuelle, 99% ont déjà entendu parler des IST dont 91,92% des répondants(es), connaissent la définition des IST. Malheureusement 59,5% de répondants(es) ne savent pas réellement la véritable définition de la sexualité. Et seulement 40% des jeunes possèdent des connaissances précises sur le VIH et sa transmission. Les parents ont peu d'engouement dans l'éducation sexuelle de leurs enfants (36,39) alors ceux-ci s'accrochent aux autres sources d'éducation telles que : les enseignants, les camarades, et les médias. (Gervais Eleuthère NDONGO, Prevention des infections sexuellement transmissibles en milieu scolaire : cas du lycée de Bertoua rural ( Cameroun), Ecole d'infirmiers, des techniciens médico- sanitaires et du génie sanitaire de Yaoundé - Diplôme d'infirmier d'état 2011)
  • 11. IV.2.2. Manifestation des IST Les scientifiques nous ont plusieurs fois démontré qu’il n’est pas aisé d’identifier à la vue un porteur d’une IST, seuls les professionnels spécialisés en sont capables au moyen des examens au laboratoire. (Jean Paul NYONDO., cours de bio contaminent, ULPGL/Goma, 2013-2014)
  • 12. IV.2.3. Facteurs de risque aux IST En référence à cela en 2013 l’UNICEF et l’OMS ont estimé qu’il fallait que les jeunes contaminé depuis la naissance et d’autres nouvelles contaminations apprennent à vivre avec une infection chronique, révéler leur état à leurs amis et à leur famille en vu d’éviter de transmettre l’infection à leurs partenaires sexuels. (OMS, UNICEF, Les services de prise en charge de l'infection à VIH négligent les adolescents, Génève, novembre 2013.)
  • 13. IV.2.4.Conduite à tenir face aux IST  Pour certaines IST l’objectif est d’éliminer complètement l’infection, mais pour d’autres on réduit la virulence et on évite des suivantes contaminations. Ainsi, Elois SILGA montre dans son étude que parmi les malades ayant consulté un agent de santé, seulement 62,7% ont été recommandé le traitement du partenaire sexuel par le prestataire parmi lesquels 53,6% ont déclaré avoir porté l'information à leurs partenaires sexuels. (Eloi SILGA, Etude des déterminants de la forte incidence des IST dans le district sanitaire de koupéla. Ecole Nationale de Santé Publique de Ouagadougou - Attaché de santé en épidémiologie 2008)
  • 14. IV.4. Utilisation du préservatif  Quand le nombre de partenaires sexuels augmente chez les jeunes, le SIDA perdure un problème majeur de santé publique en Belgique. En plus le préservatif est le moyen de protection le plus efficace contre ces infections sexuellement transmissibles. (http://prospective.be/IMG/pdf/DSP54-Emmilie WALEWYNS-Olivier KLEIN. pdf, les jeunes et le preservative, us et coutumes de la negotiation)  Son efficacité est réduite si le latex ne sépare pas entièrement les régions infectées, d’où l’importance d’un suivi gynécologique régulier. (Rapport épidémiologique de cas de SIDA dans la province du Nord Kivu 2006)