SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  30
Télécharger pour lire hors ligne
République algérienne démocratique et populaire
UNIVERSITE DE CONSTANTINE 03
Faculté d’architecture et d’urbanisme
Département d’architecture
Master Architecture Option: Conception Architecturale Et Environnement Urbain
Présenté par: kherouf mohammed abdelhadi
Kemiha slimane
Encadré par : Bouchmal Manel
Kersenna soumia
Année universitaire : 2017/2018
Introduction
1-Problématique
2- L’architecture vernaculaire au grand Maghreb
2-1 L’organisation de la ville maghrébine
2-2 Société : Médina et famille traditionnelle maghrébine
3- Etude de cas : l’architecture vernaculaire de Ghadamès,
Lybie
3-1 Localisation de la ville
3-2 Climatologie
3-3 Topographie
3-4 Caractéristiques de la ville
3-5 Les vieilles maisons traditionnelles de Ghadamès
3-6 Techniques et matériaux de construction
4- La ville de Djerba, Tunisie
4-1 Localisation
4-2 Climatologie
4-3 Topographie
4-4 Caractéristiques de la ville
4-5 Les vieilles maisons traditionnelles de Djerba
4-6 Techniques et matériaux de construction
Conclusion
L’architecture de terre est une des expressions les plus fortes et les plus originales de la capacité de
l’homme de façonner son environnement en valorisant au mieux les ressources locales. Elle
comprend une grande variété de créations, L’évidence de son importance à travers le monde a
conduit à sa prise en compte en tant que patrimoine commun de l’humanité qui, de fait, mérite
d’être protégé et conservé par la communauté internationale.
« L’architecture vernaculaire peut être considérée comme « le langage architectural du peuple » avec
ses « dialectes » ethniques, régionaux et locaux »,
Malheureusement, le langage architectural traditionnel dans le monde a été de plus en plus négligé
par la technologie moderne du bâtiment qui a rapidement provoqué une « perte d'identité et de
dynamisme culturel ». L'acier, le béton et le verre sont considérés comme une architecture de haute
qualité, alors que de nombreuses méthodes vernaculaires, notamment l'adobe, le roseau ou la
mousse de tourbe, sont souvent associées au sous-développement. Ironiquement, ces méthodes
locales sont beaucoup plus durables et contextuelles que la plupart des architectures
contemporaines vues aujourd'hui, malgré les discussions et les débats sur l'importance de la
durabilité. À la suite de ces tendances, une énorme quantité de connaissances architecturales et
culturelles est perdue.
Alors est-ce que l'environnement, et la société locale, aident et participent à mettre en place
une architecture vernaculaire ? Et Comment développer de cette architecture traditionnelle
une architecture vernaculaire contemporaine
On s'aperçoit dès les premiers abords que le grand
Maghreb est une région de dualités, entre le climat
méditerranéen des villes côtières et fertiles et l'aridité du
sud désertique de la région. De plus, il y a un net accord
entre la culture urbaine maghrébine et le mode de vie
rural qui c’est traduit par l’utilisation des martiaux locaux
pour Répondre aux exigences habituelle de la société
Cette société qui se diversifier grâce à la multitude des
pays qui l’englobe.
Les pays berbères du grande Maghreb offre un très bel
exemple de l’architectures de terre, faite
de Ksour (villages fortifiés) et de Kasbah (majestueuses
demeures fortifiées) qui ont trop longtemps été
délaissées et peu considérées. Depuis toujours, les
berbères (appelés tighremt en langue berbère, et qui
comptent parmi les premiers habitants du Maghreb)
pratiquent l’art de construire ces architectures de terre
rouge et ocre. Le pisé est le matériau de base de ces
villages et maisons fortifiés, qui semblent être sortis
directement de la terre.
La Kasbah est une maison forte, symbole du pouvoir
d’un homme, le caïd, ou d’une grande famille. Elle peut
accueillir jusqu’à plusieurs générations d’une même
famille, avec en plus les animaux et les récoltes.
1/ La Kasbah
Au sein des ksour, se regroupent un ensemble compact
d’habitations à étages et de greniers, dont ces ksour,
destinées aux plus riches, ainsi que d’autres demeures
rurales plus simples et sans ornements
La morphologie intérieure des ksour est très organique
et est caractérisée par une forte densité et par
l’étroitesse, la sinuosité et l’irrégularité de son réseau
de circulation, hierarchique
2/ les ksour
 Du centre jusqu'à la périphérie seront donc organisés les différents éléments de la ville
selon leur niveau de noblesse et leur valeur symbolique
 la mosquée se retrouve au centre
 les souks sont greffés directement aux parois extérieures dissimulant toutes les façades
du bâtiment
 les rues bordées d'ateliers, de boutiques et de magasins.
 Les maisons accessibles par des des impasses qui pénètrent à l'intérieur des ilots.
 Le public et le privé sont facilement identifiables
 En dehors des fortifications se trouvent les jardins la cimetière ainsi que le port
il y a une forte opposition entre le
rôle de l'homme, lié aux activités
du monde extérieur, dont l'espace
de vie est la rue, et le rôle de la
femme, confinée à l'intérieur par sa
sacralisation, dont l'espace de vie
est la maison.
La si grande distance entre
espace public et espace privé
ainsi que le nombre de seuils à
franchir avant de pénétrer au
cœur de la vie familiale
découlent directement de cette
philosophie religieuse.
le concept de famille, aussi hérité
de l'Islam, est porteur d'une
symbolique très forte et qui a
généré un mode de vie particulier.
La notion de famille était en fait à la
base très près du concept de clan,
de tribu, de lignée.
Architecture vernaculaire de Ghadamès, Lybie
Les villages agricoles des Amazighes
étaient centrés autour de sources d’eau
dans les régions désertiques, et construits
à partir de
 briques de boue
 pierre
 bois de palmier
 mortier de gypse
Bâtie dans une oasis en Libye, tout prés de la Tunisie et
l'Algérie,
Ghadamès « la perle du désert », compte parmi les plus
anciennes cités présahariennes. une des cités les plus
commerçantes de la région pour sa situation stratégique, à la
croisée des pistes entre Méditerranée et Sahara.
Les premières archives de Ghadamès datent de l’époque romaine,
lorsque le lieu était connu sous le nom de Cydamus, une ville fortifiée
datant du 1er siècle avant JC. Aujourd’hui, c’est une petite ville oasis
située à côté d’une palmeraie.
mais un style architectural intérieur remarquable distingue Ghadamès
d’autres villes et colonies dans le nord du désert de la Libye à la
Mauritanie.
Historique :
La ville de Ghadamès est une agglomération d'oasis saharienne
située en Libye près des frontières algérienne et tunisienne. La
ville est à environ 340 mètres au-dessus du niveau de la mer et
les coordonnées du site sont 30 ° 08 'de latitude Nord et 9 ° 30'
de longitude Est
Localisation :
Ghadamès située dans un climat désertique.
La température moyenne à Ghadamès est de 22.1 °C. Chaque
année, les précipitations sont en moyenne de 33 mm
Le mois le plus chaud de l'année est celui de Juillet avec une
température moyenne de 32.4 °C. Janvier est le mois le plus
froid avec une température de 10.3 °C.
Climatologie :
Comme la ville de Ghadamès est d’une nature
désertique elle développé sur un socle d’une faible
ponte presque plat avec l’existence de quelque colline
de sable
À peu près circulaire dans la forme, la
ville historique de Ghadamès comprend
un groupe de maisons. Les murs
extérieurs renforcés des maisons sur le
bord de la ville forment une enceinte
fortifiée.
Topographie
Caractéristiques de la ville
Un environnement hostile
La fournaise du désert impose la construction d'un habitat
naturellement frais et climatisé. C’est en réponse à cette triple
contrainte - thermique, agricole et défensive qu’est née une
ville très compacte et faite de hautes maisons collées les unes
aux autres.
Une ville climatisée
Sur les terrasses de la vieille ville, un badigeon uniforme de
plâtre blanc reflète les rayons du soleil afin de limiter les
surchauffes. Les maisons sont construites autour et au-dessus
d'un réseau labyrinthique d'étroites ruelles couvertes avec des
puits de lumière, qui rafraîchissent la ville. Cette ventilation
naturelle se propage depuis la rue vers l'intérieur des maisons à
travers l’utilisation des tours à vent
. L’espace de vie empiète sur les passages fermés le long des
murs du rez-de-chaussée, formant des arcades plutôt que
des réelles rues. Au niveau des terrasses, seule la partie
formée par le grenier surélevé monte au-dessus du toit,
délimité par les parois de l’enceinte basse
Les vieilles maisons traditionnelles de Ghadamès
Les maisons ont un minimum de deux étages
principaux. Le rez-de-chaussée est accessible par une
seule porte qui ouvre sur un couloir étroit menant à
une pièce de forme rectangulaire où des provisions
sont stockées.
A l’arrière il y a un escalier qui mène à un niveau supérieur
beaucoup plus spacieux. Le premier étage comprend
généralement un grenier surélevé et les chambres, et parfois
un salon. Parfois, il y a un deuxième étage avec une disposition
similaire
Les terrasses des maisons adjacentes sont reliées entre elles,
formant un paysage ouvert. La terrasse est le domaine des
femmes, et leur donne une grande liberté. Elles communiquent
entre terrasses, se font des amis avec les voisins et peuvent
même se déplacer sur le « toit » de la ville. Les arcades
couvertes au niveau du sol sont généralement réservées aux
hommes.
Techniques et matériaux de construction
La ville de Djerba, Tunisie
Localisation
Cette ile est située au sud-est de la Tunisie, une ile de la
méditerranée. C’est la plus grande ile tunisienne de
514Km² de surface et de 130Km de rivage, sa plus
grande longueur de 29.5Km. Dixième plus grande ile de
la méditerranée
Djerba est une continuité terrestre vers la
méditerranée, grâce à la chaussée romaine qui relie l’ile
au continent.
Sa forme organique qui ressemble à ‘’une molaire
géante, dont la couronne est dirigée vers le nord et
dont les racines plongent au sud dans la mer de Bou
Ghrara’’.
Climatologie
Djerba bénéficie d'un climat de steppe. A n'importe quel
période de l'année, les précipitations sont faibles à Djerba.
Aout est le mois le plus chaud de l'année. La température
moyenne est de 26.1 °C à cette période. Janvier est le mois le
plus froid de l'année. Avec une température de 11.4 °C. Une
différence de 53 mm est enregistrée entre le mois le plus sec et
le mois le plus humide.
Topographie
Une ile basse et plate, rassemble le monde marin et le monde
terrestre. Sa topographie présente une variante faible
d’altitude qui culmine à 54m à Adloune aux environs de
Guellala au sudouest pour descendre en pente douce vers le
nord-est à Robana. Une altitude moyenne de 20m.
Caractéristiques de l’ile
Le territoire de Djerba se présente sous la forme d’une étendue
de terre plate, recouverte de végétation essentiellement
constituée de palmiers et d’oliviers, et dont la densité varie
selon la nature du sol.
L’organisation socio-spatiale
Un système communautaire basé sur la structure des familles.
La famille c’est la clé de voute sociale, c’est rarement ou on
trouve un mixte de familles Djerbiennes Généralement ils sont
solidaires même aux mariages.
L’organisation architecture-urbaine
‘’Des volumes blancs éparpillés, plus au moins isolés’’ Plantés
dans un paysage rural limités par des pistes de sable qui définit
un découpage parcellaire Le tissu urbain de Djerba nous rappel
celui de la Medina,
la seule différence que le bâtis n’occupe pas la totalité du
terrain. Même le rapport plein/vide est à l’inverse! L’occupation
du territoire Djerbien par la population reflète l’interaction de
l’Homme avec son environnement
Les vieilles maisons traditionnelles de Djerba
L’habitation djerbienne se trouve au centre d’un
ensemble appelé menzel , composé de la
demeure proprement dite (houche) et d’un
verger à cultures irriguées par les eaux d’un puits.
D’allure austère, c’est une maison dont les
composantes s’organisent autour d’une cour
centrale. Les chambres d’habitation,
généralement au nombre de trois, comportent
sur un des côtés une banquette maçonnée
servant de lit. Les banquettes sont le plus souvent
couvertes par des coupoles. De l’autre côté, un
escalier mène à une chambrette haute. De
l’extérieur, les chambrettes ressemblent à des
tours d’angles et confèrent à l’habitation
djerbienne un aspect défensif. Sous la chambre
haute est aménagé un cabinet de toilette
(mosthan), qui donne à la maison djerbienne sa
spécificité
Concernant l’organisation intérieure. Les chambres sont
toutes structurées autour de la cour intérieure. La
cuisine est séparée pour des raisons de sécurité et de
santé. Dans les chambres, le lit est situé dans une
alcôve, le doukhana. Les ouvertures ont été créées
pour optimiser la température intérieur , les voûtes et
les dômes de toit gardent la fraîcheur. Les grands pots
placés sous les gargouilles reçoivent l'eau de pluie pour
un usage domestique.
La maison familiale. le cœur du Menzel Un cube évidé de son
centre.. Une cour à ciel ouvert Aucune ouverture vers
l’extérieur.. Une vie très intime
-Le ‘’Oust-elhouch’’ le patio c’est l’espace à ciel ouvert dont
s’organise une vie privée entre les sous-groupes familiaux C’est
une placette à l’échelle réduite, que l’on trouve pas à l’échelle
urbaine
‘’Doukkanas’’ des bancs, construits selon la position du soleil
- Les ‘’diar’’ les maisons familiales, de largeur 2.5m
– ‘’Squifa’’ l’espace de transition, l’entrée en chicane , l’unique
accès ou obligatoirement y’a une source d’eau potable, c’est le
rôle du ‘’Fesquia’’ et ‘’le Mejel’’ inspiré des anciennes citernes
romaines.
Techniques et matériaux de construction :
Conclusion
Es que ce type d’habitat existe encore ?
A Djerba :
Les maisons vernaculaires Djerbienne existe encore mais avec un changement de
fonction, ils sont devenus des attractions touristiques du patrimoine tunisien
préservé par le gouvernement les habitant ont quitter la plupart de ces maisons à
cause du manque des nécessité de la vie moderne
A Ghadamès :
La ville historique de Ghadamès est partiellement habitée, les habitant ont quitter
pour les mêmes raisons elle aussi est devenue une attraction touristique après les
travaux de restauration dirigé par l’Unesco, avant le déclanchement de la guerre.
Bibliographie
Sites internet
▪ http://indayear3studio-1718s1.blogspot.com/2017/09/natchas-vernacular-architecture-study_7.html
▪ http://www.matunisie.com/actu/forum-tunisie/architecture-vernaculaire-de-djerba-14169.html
▪ http://architecture.galerie-creation.com/l-architecture-vernaculaire-de-djerba-ali-djerbi-r-1029370.htm
▪ https://www.gettyimages.com/detail/photo/an-aerial-view-of-the-old-ghadames-royalty-free-
image/618494616
▪ https://maison-monde.com/maisons-troglodytes-gharyan-libye/
▪ https :// www.slideshare.com
▪ https :// www.journalspecial edition.org
▪ https :// www.amazonnwes.com
▪ https :// www.acadimia.edu
▪ https :// www.unisco.com
▪ http://archiveouvert.com
▪ http://researchgate.net
▪ http//prizi.com
Articles
Travaux de M. Maher Younes ( rapport de stage)
▪ Architecture berbère …L.Golvin p865-877
▪ Abdelkafi Jellal, 1989, La médina de Tunis. Espace historique, Presses du CNRS, Paris
▪ Akrout-Yaïche Sémia, Mouhli Zoubeïr, Mac Guinness Justin, 2004, Tunis 1800- 1950. Portrait architectural et urbain, Association de
Sauvegarde de la Médina, Tunis.
Thèses
▪ Urban planning and architecture of the historic city of Ghadames, Libya: lessons of the past for cities of the
future, A. Abufayad , A.Rghei
▪ Interpretation of sustainable desert architecture in Ghadames city, Libya, Hasim Altan
Merci pour votre
attention ☺

Contenu connexe

Tendances

L'architecture vernaculaire de oued souf
L'architecture vernaculaire de oued soufL'architecture vernaculaire de oued souf
L'architecture vernaculaire de oued soufMeriem Osmane
 
L’architecture mozabites
L’architecture mozabitesL’architecture mozabites
L’architecture mozabiteshafouu
 
Analyse d habitats semi collectif
Analyse d habitats semi collectifAnalyse d habitats semi collectif
Analyse d habitats semi collectifArchi UHBBC
 
L’habitat intermédiaire
L’habitat intermédiaire L’habitat intermédiaire
L’habitat intermédiaire Sami Sahli
 
Architecture kabyle (1)
Architecture kabyle (1)Architecture kabyle (1)
Architecture kabyle (1)felfoula Rossa
 
L'analyse de l'habitat chaoui
L'analyse de l'habitat chaouiL'analyse de l'habitat chaoui
L'analyse de l'habitat chaouiToubaBenterki
 
63 logement h&e a paris
63 logement h&e  a paris63 logement h&e  a paris
63 logement h&e a parisMohamed Ziane
 
habitat collectif et intermédiaire(historique et analyse d'exemples)
habitat collectif et intermédiaire(historique et analyse d'exemples)habitat collectif et intermédiaire(historique et analyse d'exemples)
habitat collectif et intermédiaire(historique et analyse d'exemples)sara ould ali
 
Habitat traditionnel chaoui
Habitat traditionnel chaouiHabitat traditionnel chaoui
Habitat traditionnel chaouiHiba Architecte
 
analyse maison individuelle
 analyse maison individuelle analyse maison individuelle
analyse maison individuelleNesrineBentarzi
 
Confort en architecture
Confort en architectureConfort en architecture
Confort en architectureSami Sahli
 
Habitat individuel à jijel
Habitat individuel à jijelHabitat individuel à jijel
Habitat individuel à jijelBOUZIDA Djihene
 
Maison traditionelle à mzab 3
Maison traditionelle à mzab 3Maison traditionelle à mzab 3
Maison traditionelle à mzab 3hafouu
 
Végétation & confort
Végétation & confortVégétation & confort
Végétation & confortSami Sahli
 
Analyse typologique de l habitat du m zab
Analyse typologique de l habitat du m zabAnalyse typologique de l habitat du m zab
Analyse typologique de l habitat du m zabhafouu
 
étude microgenèse de la ville de GHARDAIA
étude microgenèse de la ville de GHARDAIAétude microgenèse de la ville de GHARDAIA
étude microgenèse de la ville de GHARDAIARoufaida Hechim
 

Tendances (20)

L'architecture vernaculaire de oued souf
L'architecture vernaculaire de oued soufL'architecture vernaculaire de oued souf
L'architecture vernaculaire de oued souf
 
L’architecture mozabites
L’architecture mozabitesL’architecture mozabites
L’architecture mozabites
 
Analyse d habitats semi collectif
Analyse d habitats semi collectifAnalyse d habitats semi collectif
Analyse d habitats semi collectif
 
L’habitat intermédiaire
L’habitat intermédiaire L’habitat intermédiaire
L’habitat intermédiaire
 
Architecture kabyle (1)
Architecture kabyle (1)Architecture kabyle (1)
Architecture kabyle (1)
 
L'analyse de l'habitat chaoui
L'analyse de l'habitat chaouiL'analyse de l'habitat chaoui
L'analyse de l'habitat chaoui
 
Le mzab 2007 (exposé)
Le mzab 2007 (exposé)Le mzab 2007 (exposé)
Le mzab 2007 (exposé)
 
63 logement h&e a paris
63 logement h&e  a paris63 logement h&e  a paris
63 logement h&e a paris
 
habitat collectif et intermédiaire(historique et analyse d'exemples)
habitat collectif et intermédiaire(historique et analyse d'exemples)habitat collectif et intermédiaire(historique et analyse d'exemples)
habitat collectif et intermédiaire(historique et analyse d'exemples)
 
Habitat traditionnel chaoui
Habitat traditionnel chaouiHabitat traditionnel chaoui
Habitat traditionnel chaoui
 
analyse maison individuelle
 analyse maison individuelle analyse maison individuelle
analyse maison individuelle
 
Confort en architecture
Confort en architectureConfort en architecture
Confort en architecture
 
Mzab
MzabMzab
Mzab
 
Habitat individuel à jijel
Habitat individuel à jijelHabitat individuel à jijel
Habitat individuel à jijel
 
Maison traditionelle à mzab 3
Maison traditionelle à mzab 3Maison traditionelle à mzab 3
Maison traditionelle à mzab 3
 
Végétation & confort
Végétation & confortVégétation & confort
Végétation & confort
 
Analyse typologique de l habitat du m zab
Analyse typologique de l habitat du m zabAnalyse typologique de l habitat du m zab
Analyse typologique de l habitat du m zab
 
étude microgenèse de la ville de GHARDAIA
étude microgenèse de la ville de GHARDAIAétude microgenèse de la ville de GHARDAIA
étude microgenèse de la ville de GHARDAIA
 
Oued souf 01
Oued souf 01Oued souf 01
Oued souf 01
 
Confort 01
Confort 01Confort 01
Confort 01
 

Plus de Slimane Kemiha

Métabolisme en architecture
Métabolisme en architectureMétabolisme en architecture
Métabolisme en architectureSlimane Kemiha
 
villa tugendhat mais van der rohe
villa tugendhat mais van der rohevilla tugendhat mais van der rohe
villa tugendhat mais van der roheSlimane Kemiha
 
la mosquée omeyade a damas جامع بني أمية دمشق
la mosquée omeyade a damas جامع بني أمية دمشق la mosquée omeyade a damas جامع بني أمية دمشق
la mosquée omeyade a damas جامع بني أمية دمشق Slimane Kemiha
 
architecture d'alvar alto
architecture d'alvar altoarchitecture d'alvar alto
architecture d'alvar altoSlimane Kemiha
 
histoire de l'evolution urbaine de Canberra , Australie
histoire de l'evolution urbaine de Canberra , Australiehistoire de l'evolution urbaine de Canberra , Australie
histoire de l'evolution urbaine de Canberra , AustralieSlimane Kemiha
 
Regeneration urbaine tunis et madrid
Regeneration urbaine tunis et madridRegeneration urbaine tunis et madrid
Regeneration urbaine tunis et madridSlimane Kemiha
 
structure spatiale tridimensionnelle
structure spatiale tridimensionnellestructure spatiale tridimensionnelle
structure spatiale tridimensionnelleSlimane Kemiha
 

Plus de Slimane Kemiha (12)

Les planchers
Les planchersLes planchers
Les planchers
 
Métabolisme en architecture
Métabolisme en architectureMétabolisme en architecture
Métabolisme en architecture
 
villa tugendhat mais van der rohe
villa tugendhat mais van der rohevilla tugendhat mais van der rohe
villa tugendhat mais van der rohe
 
palais topkapi
palais topkapipalais topkapi
palais topkapi
 
la mosquée omeyade a damas جامع بني أمية دمشق
la mosquée omeyade a damas جامع بني أمية دمشق la mosquée omeyade a damas جامع بني أمية دمشق
la mosquée omeyade a damas جامع بني أمية دمشق
 
architecture d'alvar alto
architecture d'alvar altoarchitecture d'alvar alto
architecture d'alvar alto
 
Walter gropius
Walter gropiusWalter gropius
Walter gropius
 
fibre ciment
fibre cimentfibre ciment
fibre ciment
 
histoire de l'evolution urbaine de Canberra , Australie
histoire de l'evolution urbaine de Canberra , Australiehistoire de l'evolution urbaine de Canberra , Australie
histoire de l'evolution urbaine de Canberra , Australie
 
Regeneration urbaine tunis et madrid
Regeneration urbaine tunis et madridRegeneration urbaine tunis et madrid
Regeneration urbaine tunis et madrid
 
structure spatiale tridimensionnelle
structure spatiale tridimensionnellestructure spatiale tridimensionnelle
structure spatiale tridimensionnelle
 
Eco transport
Eco transportEco transport
Eco transport
 

architecture vernaculaire a ghadames et djerba

  • 1. République algérienne démocratique et populaire UNIVERSITE DE CONSTANTINE 03 Faculté d’architecture et d’urbanisme Département d’architecture Master Architecture Option: Conception Architecturale Et Environnement Urbain Présenté par: kherouf mohammed abdelhadi Kemiha slimane Encadré par : Bouchmal Manel Kersenna soumia Année universitaire : 2017/2018
  • 2. Introduction 1-Problématique 2- L’architecture vernaculaire au grand Maghreb 2-1 L’organisation de la ville maghrébine 2-2 Société : Médina et famille traditionnelle maghrébine 3- Etude de cas : l’architecture vernaculaire de Ghadamès, Lybie 3-1 Localisation de la ville 3-2 Climatologie 3-3 Topographie 3-4 Caractéristiques de la ville 3-5 Les vieilles maisons traditionnelles de Ghadamès 3-6 Techniques et matériaux de construction 4- La ville de Djerba, Tunisie 4-1 Localisation 4-2 Climatologie 4-3 Topographie 4-4 Caractéristiques de la ville 4-5 Les vieilles maisons traditionnelles de Djerba 4-6 Techniques et matériaux de construction Conclusion
  • 3. L’architecture de terre est une des expressions les plus fortes et les plus originales de la capacité de l’homme de façonner son environnement en valorisant au mieux les ressources locales. Elle comprend une grande variété de créations, L’évidence de son importance à travers le monde a conduit à sa prise en compte en tant que patrimoine commun de l’humanité qui, de fait, mérite d’être protégé et conservé par la communauté internationale.
  • 4. « L’architecture vernaculaire peut être considérée comme « le langage architectural du peuple » avec ses « dialectes » ethniques, régionaux et locaux », Malheureusement, le langage architectural traditionnel dans le monde a été de plus en plus négligé par la technologie moderne du bâtiment qui a rapidement provoqué une « perte d'identité et de dynamisme culturel ». L'acier, le béton et le verre sont considérés comme une architecture de haute qualité, alors que de nombreuses méthodes vernaculaires, notamment l'adobe, le roseau ou la mousse de tourbe, sont souvent associées au sous-développement. Ironiquement, ces méthodes locales sont beaucoup plus durables et contextuelles que la plupart des architectures contemporaines vues aujourd'hui, malgré les discussions et les débats sur l'importance de la durabilité. À la suite de ces tendances, une énorme quantité de connaissances architecturales et culturelles est perdue. Alors est-ce que l'environnement, et la société locale, aident et participent à mettre en place une architecture vernaculaire ? Et Comment développer de cette architecture traditionnelle une architecture vernaculaire contemporaine
  • 5. On s'aperçoit dès les premiers abords que le grand Maghreb est une région de dualités, entre le climat méditerranéen des villes côtières et fertiles et l'aridité du sud désertique de la région. De plus, il y a un net accord entre la culture urbaine maghrébine et le mode de vie rural qui c’est traduit par l’utilisation des martiaux locaux pour Répondre aux exigences habituelle de la société Cette société qui se diversifier grâce à la multitude des pays qui l’englobe. Les pays berbères du grande Maghreb offre un très bel exemple de l’architectures de terre, faite de Ksour (villages fortifiés) et de Kasbah (majestueuses demeures fortifiées) qui ont trop longtemps été délaissées et peu considérées. Depuis toujours, les berbères (appelés tighremt en langue berbère, et qui comptent parmi les premiers habitants du Maghreb) pratiquent l’art de construire ces architectures de terre rouge et ocre. Le pisé est le matériau de base de ces villages et maisons fortifiés, qui semblent être sortis directement de la terre.
  • 6. La Kasbah est une maison forte, symbole du pouvoir d’un homme, le caïd, ou d’une grande famille. Elle peut accueillir jusqu’à plusieurs générations d’une même famille, avec en plus les animaux et les récoltes. 1/ La Kasbah Au sein des ksour, se regroupent un ensemble compact d’habitations à étages et de greniers, dont ces ksour, destinées aux plus riches, ainsi que d’autres demeures rurales plus simples et sans ornements La morphologie intérieure des ksour est très organique et est caractérisée par une forte densité et par l’étroitesse, la sinuosité et l’irrégularité de son réseau de circulation, hierarchique 2/ les ksour
  • 7.  Du centre jusqu'à la périphérie seront donc organisés les différents éléments de la ville selon leur niveau de noblesse et leur valeur symbolique  la mosquée se retrouve au centre  les souks sont greffés directement aux parois extérieures dissimulant toutes les façades du bâtiment  les rues bordées d'ateliers, de boutiques et de magasins.  Les maisons accessibles par des des impasses qui pénètrent à l'intérieur des ilots.  Le public et le privé sont facilement identifiables  En dehors des fortifications se trouvent les jardins la cimetière ainsi que le port
  • 8. il y a une forte opposition entre le rôle de l'homme, lié aux activités du monde extérieur, dont l'espace de vie est la rue, et le rôle de la femme, confinée à l'intérieur par sa sacralisation, dont l'espace de vie est la maison. La si grande distance entre espace public et espace privé ainsi que le nombre de seuils à franchir avant de pénétrer au cœur de la vie familiale découlent directement de cette philosophie religieuse. le concept de famille, aussi hérité de l'Islam, est porteur d'une symbolique très forte et qui a généré un mode de vie particulier. La notion de famille était en fait à la base très près du concept de clan, de tribu, de lignée.
  • 9. Architecture vernaculaire de Ghadamès, Lybie Les villages agricoles des Amazighes étaient centrés autour de sources d’eau dans les régions désertiques, et construits à partir de  briques de boue  pierre  bois de palmier  mortier de gypse Bâtie dans une oasis en Libye, tout prés de la Tunisie et l'Algérie, Ghadamès « la perle du désert », compte parmi les plus anciennes cités présahariennes. une des cités les plus commerçantes de la région pour sa situation stratégique, à la croisée des pistes entre Méditerranée et Sahara.
  • 10. Les premières archives de Ghadamès datent de l’époque romaine, lorsque le lieu était connu sous le nom de Cydamus, une ville fortifiée datant du 1er siècle avant JC. Aujourd’hui, c’est une petite ville oasis située à côté d’une palmeraie. mais un style architectural intérieur remarquable distingue Ghadamès d’autres villes et colonies dans le nord du désert de la Libye à la Mauritanie. Historique :
  • 11. La ville de Ghadamès est une agglomération d'oasis saharienne située en Libye près des frontières algérienne et tunisienne. La ville est à environ 340 mètres au-dessus du niveau de la mer et les coordonnées du site sont 30 ° 08 'de latitude Nord et 9 ° 30' de longitude Est Localisation :
  • 12. Ghadamès située dans un climat désertique. La température moyenne à Ghadamès est de 22.1 °C. Chaque année, les précipitations sont en moyenne de 33 mm Le mois le plus chaud de l'année est celui de Juillet avec une température moyenne de 32.4 °C. Janvier est le mois le plus froid avec une température de 10.3 °C. Climatologie :
  • 13. Comme la ville de Ghadamès est d’une nature désertique elle développé sur un socle d’une faible ponte presque plat avec l’existence de quelque colline de sable À peu près circulaire dans la forme, la ville historique de Ghadamès comprend un groupe de maisons. Les murs extérieurs renforcés des maisons sur le bord de la ville forment une enceinte fortifiée. Topographie
  • 14. Caractéristiques de la ville Un environnement hostile La fournaise du désert impose la construction d'un habitat naturellement frais et climatisé. C’est en réponse à cette triple contrainte - thermique, agricole et défensive qu’est née une ville très compacte et faite de hautes maisons collées les unes aux autres. Une ville climatisée Sur les terrasses de la vieille ville, un badigeon uniforme de plâtre blanc reflète les rayons du soleil afin de limiter les surchauffes. Les maisons sont construites autour et au-dessus d'un réseau labyrinthique d'étroites ruelles couvertes avec des puits de lumière, qui rafraîchissent la ville. Cette ventilation naturelle se propage depuis la rue vers l'intérieur des maisons à travers l’utilisation des tours à vent
  • 15. . L’espace de vie empiète sur les passages fermés le long des murs du rez-de-chaussée, formant des arcades plutôt que des réelles rues. Au niveau des terrasses, seule la partie formée par le grenier surélevé monte au-dessus du toit, délimité par les parois de l’enceinte basse Les vieilles maisons traditionnelles de Ghadamès Les maisons ont un minimum de deux étages principaux. Le rez-de-chaussée est accessible par une seule porte qui ouvre sur un couloir étroit menant à une pièce de forme rectangulaire où des provisions sont stockées. A l’arrière il y a un escalier qui mène à un niveau supérieur beaucoup plus spacieux. Le premier étage comprend généralement un grenier surélevé et les chambres, et parfois un salon. Parfois, il y a un deuxième étage avec une disposition similaire
  • 16. Les terrasses des maisons adjacentes sont reliées entre elles, formant un paysage ouvert. La terrasse est le domaine des femmes, et leur donne une grande liberté. Elles communiquent entre terrasses, se font des amis avec les voisins et peuvent même se déplacer sur le « toit » de la ville. Les arcades couvertes au niveau du sol sont généralement réservées aux hommes.
  • 17. Techniques et matériaux de construction
  • 18.
  • 19. La ville de Djerba, Tunisie Localisation Cette ile est située au sud-est de la Tunisie, une ile de la méditerranée. C’est la plus grande ile tunisienne de 514Km² de surface et de 130Km de rivage, sa plus grande longueur de 29.5Km. Dixième plus grande ile de la méditerranée Djerba est une continuité terrestre vers la méditerranée, grâce à la chaussée romaine qui relie l’ile au continent. Sa forme organique qui ressemble à ‘’une molaire géante, dont la couronne est dirigée vers le nord et dont les racines plongent au sud dans la mer de Bou Ghrara’’.
  • 20. Climatologie Djerba bénéficie d'un climat de steppe. A n'importe quel période de l'année, les précipitations sont faibles à Djerba. Aout est le mois le plus chaud de l'année. La température moyenne est de 26.1 °C à cette période. Janvier est le mois le plus froid de l'année. Avec une température de 11.4 °C. Une différence de 53 mm est enregistrée entre le mois le plus sec et le mois le plus humide. Topographie Une ile basse et plate, rassemble le monde marin et le monde terrestre. Sa topographie présente une variante faible d’altitude qui culmine à 54m à Adloune aux environs de Guellala au sudouest pour descendre en pente douce vers le nord-est à Robana. Une altitude moyenne de 20m.
  • 21. Caractéristiques de l’ile Le territoire de Djerba se présente sous la forme d’une étendue de terre plate, recouverte de végétation essentiellement constituée de palmiers et d’oliviers, et dont la densité varie selon la nature du sol. L’organisation socio-spatiale Un système communautaire basé sur la structure des familles. La famille c’est la clé de voute sociale, c’est rarement ou on trouve un mixte de familles Djerbiennes Généralement ils sont solidaires même aux mariages.
  • 22. L’organisation architecture-urbaine ‘’Des volumes blancs éparpillés, plus au moins isolés’’ Plantés dans un paysage rural limités par des pistes de sable qui définit un découpage parcellaire Le tissu urbain de Djerba nous rappel celui de la Medina, la seule différence que le bâtis n’occupe pas la totalité du terrain. Même le rapport plein/vide est à l’inverse! L’occupation du territoire Djerbien par la population reflète l’interaction de l’Homme avec son environnement
  • 23. Les vieilles maisons traditionnelles de Djerba L’habitation djerbienne se trouve au centre d’un ensemble appelé menzel , composé de la demeure proprement dite (houche) et d’un verger à cultures irriguées par les eaux d’un puits. D’allure austère, c’est une maison dont les composantes s’organisent autour d’une cour centrale. Les chambres d’habitation, généralement au nombre de trois, comportent sur un des côtés une banquette maçonnée servant de lit. Les banquettes sont le plus souvent couvertes par des coupoles. De l’autre côté, un escalier mène à une chambrette haute. De l’extérieur, les chambrettes ressemblent à des tours d’angles et confèrent à l’habitation djerbienne un aspect défensif. Sous la chambre haute est aménagé un cabinet de toilette (mosthan), qui donne à la maison djerbienne sa spécificité
  • 24. Concernant l’organisation intérieure. Les chambres sont toutes structurées autour de la cour intérieure. La cuisine est séparée pour des raisons de sécurité et de santé. Dans les chambres, le lit est situé dans une alcôve, le doukhana. Les ouvertures ont été créées pour optimiser la température intérieur , les voûtes et les dômes de toit gardent la fraîcheur. Les grands pots placés sous les gargouilles reçoivent l'eau de pluie pour un usage domestique.
  • 25. La maison familiale. le cœur du Menzel Un cube évidé de son centre.. Une cour à ciel ouvert Aucune ouverture vers l’extérieur.. Une vie très intime -Le ‘’Oust-elhouch’’ le patio c’est l’espace à ciel ouvert dont s’organise une vie privée entre les sous-groupes familiaux C’est une placette à l’échelle réduite, que l’on trouve pas à l’échelle urbaine ‘’Doukkanas’’ des bancs, construits selon la position du soleil - Les ‘’diar’’ les maisons familiales, de largeur 2.5m – ‘’Squifa’’ l’espace de transition, l’entrée en chicane , l’unique accès ou obligatoirement y’a une source d’eau potable, c’est le rôle du ‘’Fesquia’’ et ‘’le Mejel’’ inspiré des anciennes citernes romaines.
  • 26. Techniques et matériaux de construction :
  • 27.
  • 28. Conclusion Es que ce type d’habitat existe encore ? A Djerba : Les maisons vernaculaires Djerbienne existe encore mais avec un changement de fonction, ils sont devenus des attractions touristiques du patrimoine tunisien préservé par le gouvernement les habitant ont quitter la plupart de ces maisons à cause du manque des nécessité de la vie moderne A Ghadamès : La ville historique de Ghadamès est partiellement habitée, les habitant ont quitter pour les mêmes raisons elle aussi est devenue une attraction touristique après les travaux de restauration dirigé par l’Unesco, avant le déclanchement de la guerre.
  • 29. Bibliographie Sites internet ▪ http://indayear3studio-1718s1.blogspot.com/2017/09/natchas-vernacular-architecture-study_7.html ▪ http://www.matunisie.com/actu/forum-tunisie/architecture-vernaculaire-de-djerba-14169.html ▪ http://architecture.galerie-creation.com/l-architecture-vernaculaire-de-djerba-ali-djerbi-r-1029370.htm ▪ https://www.gettyimages.com/detail/photo/an-aerial-view-of-the-old-ghadames-royalty-free- image/618494616 ▪ https://maison-monde.com/maisons-troglodytes-gharyan-libye/ ▪ https :// www.slideshare.com ▪ https :// www.journalspecial edition.org ▪ https :// www.amazonnwes.com ▪ https :// www.acadimia.edu ▪ https :// www.unisco.com ▪ http://archiveouvert.com ▪ http://researchgate.net ▪ http//prizi.com Articles Travaux de M. Maher Younes ( rapport de stage) ▪ Architecture berbère …L.Golvin p865-877 ▪ Abdelkafi Jellal, 1989, La médina de Tunis. Espace historique, Presses du CNRS, Paris ▪ Akrout-Yaïche Sémia, Mouhli Zoubeïr, Mac Guinness Justin, 2004, Tunis 1800- 1950. Portrait architectural et urbain, Association de Sauvegarde de la Médina, Tunis. Thèses ▪ Urban planning and architecture of the historic city of Ghadames, Libya: lessons of the past for cities of the future, A. Abufayad , A.Rghei ▪ Interpretation of sustainable desert architecture in Ghadames city, Libya, Hasim Altan