SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  56
Télécharger pour lire hors ligne
Préparé par:
AMOURI Abdelali
HAMOUDI Farouk
Melle BESKRI
École polytechnique d’architecture et d’urbanisme
Année universitaire :2006/2007
Encadré par:
Meme HADJI
Introduction.
La structure
sociale
Historique Les structures religieuse
-Les origines des kharidjites.
-Les kharidjite au nord d’Afrique.
-La fondation des villes .
-la famille.
-La fraction.
-Les coffs.
-La djemaa.
-La halgat.
- L’assemblé des timsiridins.
-Medjles saidi Saïd.
l’urbanisme Les techniques
de construction
-Les ruelle.
-La mosquée.
-Le souk.
-Cimetières.
-Les palmeraies
-Arcs
-coupoles
conclusion.
LE M’ZAB
L’analyse
des
espaces
situation
L’importance de l’habitat traditionnel est déterminée par sa
richesse historique, architecturale et sociale. En Algérie en à la
médina d’Alger (la casbah), l’habitat kabyle, Chaouia, et l’habitat
du sud; le Souf…, et le Mzab qui sera l’objet de notre étude .
La vallée du M’ZAB se située à 32.30°
de
Latitude nord et à 3.45°
De longitudes Est. La distance par la
route est sensiblement de 600 km pour
Alger,300 km pour el Goléa , 200 km
Pour Ouargla et 1200 km pour
Tamanrasset .
Cette région s’étend sur une vallée
déserte, sèche et aride.
Elle est appelée Chebka du M’ZAB,
car on aperçoit un plateau rocheux
grise et noire raviné par les oueds
« Chebka de pierre ».
(La ville de Ghardaïa)
Les habitants de la vallée, ou mozabites, sont des musulmansLes habitants de la vallée, ou mozabites, sont des musulmans
schismatique ou Kharidjites, le schisme auquel ils se rattachentschismatique ou Kharidjites, le schisme auquel ils se rattachent
date du VIIème siècle et à pour origine la succession de prophète.date du VIIème siècle et à pour origine la succession de prophète.
.Ali proclamé Khalife après les trois premières élections ,lors de cette.Ali proclamé Khalife après les trois premières élections ,lors de cette
succession . Muawiya gouverneur de Syrie prétendant au khalifatsuccession . Muawiya gouverneur de Syrie prétendant au khalifat
entra en guerre contre Ali .entra en guerre contre Ali .
Au cours de la bataille de ciffin en 657 Ali, en vue d’éviter uneAu cours de la bataille de ciffin en 657 Ali, en vue d’éviter une
effusion de sang certains partisans d’Ali refusent l’arbitrage qui laeffusion de sang certains partisans d’Ali refusent l’arbitrage qui la
proposée Muawiya c’est ce groupe qui fit scission.proposée Muawiya c’est ce groupe qui fit scission.
cinq tolba Kharidjite dontcinq tolba Kharidjite dont
Abderrahmane ibn RostoumAbderrahmane ibn Rostoum
d’origine persane portent lad’origine persane portent la
doctrine en Afrique (Tunisie) dansdoctrine en Afrique (Tunisie) dans
le djebel Neffoussa , puis aule djebel Neffoussa , puis au
Mzab .Mzab .
Abderrahmane ibn RostoumAbderrahmane ibn Rostoum
fonda la ville de Tihert en 761.fonda la ville de Tihert en 761.
Son pouvoir s’étendra dans tout leSon pouvoir s’étendra dans tout le
Mzab suivant des limitesMzab suivant des limites
imprécise. A cette époque onimprécise. A cette époque on
trouvait des Ibadites dans le montstrouvait des Ibadites dans le monts
du Mzab, et dans les Zibans.du Mzab, et dans les Zibans.
Bien avant la destruction de Sedrata en 1075 des ibâdites étaient
partis à la recherche de nouveaux sites d’implantation.
Des division intérieures et les harcèlement des nomades
environnants poussèrent certains d’entre eux à se retirer dans un
lieu plus défendable ,plus en retrait les mouvement caravanière.
Elle est très difficiles a établir car avant la fondation des cités
actuelle, d’autres ksour ferrent édifier.
pour les villes actuelles nous donnons sous toutes réservation les dates
d’implantation suivant:
-EL- ATTEUF ( le tournant) est fondée en 1011-1012 .
-MELIKA (la reine) en 1017.
-BOU-NOURA (la lumineuse) en 1046-1048.
-BÉNI YESGEN (La Ville Sainte) en 1050.
-GHARDAÏA (grotte de daïa) en 1053.
Deux autres cités, Berriane et Guerrara font partie aussi de la région,
mais qui se situent en dehors de la vallée ; la première à 45 km au nord,
la deuxième à 110 km au nord-est.
GhardaïaBOUNOURAEL ATTEUF
MELIKA
Béni IzguenGHERARABERRIANE
elle est de types patriarcal, patrilinéaire et groupes des individus liés par
dépendance économique.
La famille est monogame, car l’application stricte de coran rend la
polygame très difficile.
Le mariage l’affaires des parents des futurs conjoints l’âge légale de
mariage est fixé à 12 ans, les petites filles participes aux taches de la
maison pour se préparer à leur future rôle.les garçons vont des l’âge
scolaire à la fois à l’école laïque et à la médersa.
La fraction est l’unité administrative de base .à ce titre, elle
jouit la personnalité morale coutumière , possède des bien et joue
un rôle essentiel; elle s’occupe des veuve ;des orphelins et des
hérités.
Elle exécuté les jugement.
Dans la ville, les fractions se partagent en deux çoffs :
(le çoff chergui et le çoff Gharbi). Ils n’ont pas d’existence
institutionnelle et peuvent être comparés à des partis politique.
Elle occupes des affaires intéressent l’ensemble de la cité elle
exerçait le pouvoir temporelle et les autorités religieuse le
permettaient elle élaborait des ittifaqat.
la garant de la doctrine ibadite et de la stabilité de la communautéla garant de la doctrine ibadite et de la stabilité de la communauté
.Elle comprend douze membre sous la présidence de.Elle comprend douze membre sous la présidence de Cheikh BabaCheikh Baba..
Chacun chargé de responsabilités particulière.Chacun chargé de responsabilités particulière.
- Mouedden- Mouedden : appelle à la prière.: appelle à la prière.
-l’imaml’imam: sont chargé de l’instruction, lavage des morts, les rites de: sont chargé de l’instruction, lavage des morts, les rites de
cimetières, distribution des nourritures.cimetières, distribution des nourritures.
Le cadiLe cadi : juge a partir des lois: juge a partir des lois
coraniquescoraniques
Amin el malAmin el mal : gère les bien de la: gère les bien de la
mosquée dits bienmosquée dits bien haboushabous maismais
actuellement le pouvoir deactuellement le pouvoir de
halgat est réduit au spirituel.halgat est réduit au spirituel.
c’est un assemble religieuse des femmes qui la composent divers
offices en particulier la lavage des morts elle visitent régulièrement
les maison exerçant un contrôle draconien sur les mœurs et la
morale .
c’est une assemble de cheikhs qui se réunit à la mosquée de ammi Saïd,
elle délibère sur les points de doctrine et de jurisprudence qui intéresse la
totalité de la confédération ainsi que sur les intérêts communs a tous ,elle
élabore des ittifaqat qui ont force de lois pour l’ensemble de la
population.
les villes de la vallée bien que relevant d’une organisation similaire
ne peuvent se réduire a un modèle.
La construction des villes n’est pas le fait de hasards le groupe de
fondateur commençait a bâtir sur le sommet une mosquée qui était en
même temps un magasin, en dépôt d’armes et une forteresse puis
l’enceinte était soigneusement tracée .
Le marchée
Après
Le marchée
Les groupements
De maisons.
Mosquée principaleMosquée principale
Au début
La maison du M’ZAB est caractérisée par sa simplicité et sa
fonctionnalité.
Même la construction des maisons était soumise a deux règles:
A- urbain l’orientation et la hauteur il ne devait pas être possible
de voir chez les voisins et il n’était pas permis de lui porter l’ombre
B- religieuse rien dans l’apparence extérieur les maisons ne devait
marquer, le riche ne devait pas écrasé le pauvre.
La rue est simple lieu de passage,
il existe deux types de rues :
1-rues de commerce :sont a
proximité du souk sont interdit
au femme (la femme pour faire
leur courses demande a un enfant
de les faire).
2-rue intimes( hurm ) :sont à
coté des maisons autour de la
mosquée les étrangers de la ville
ne pénètre jamais.
A l’intérieur des villes la circulation
s’effectue par des ruelles par fois
partiellement couvert, accessibles aux
piétons et aux ânes .
Architecturalement la ruelle n’est
animée que par la forme et la couleur
des mures, les façades des maisons ont
comme seule ouverture la porte
d’entrée et éventuellement une
minuscule fenêtre au dessus de la porte
à l étage, on remarque encore les niches
destinées à accueillir les lampes à huile
qui servaient d’éclairage public avant
l’équipement en électricité. Il y a trois
types de ruelles .
1 - multifonctionnelles servent de
passage de marché et de bien de
rencontre grâce aux banquettes
maçonnées qui sont aménagées le
long des murs.
2- bi fonctionnelles servent que de
passage et d’accès aux maisons.
3- uni fonctionnelles sont des
impasses elles ne permettent que
l’accès à sa maison.
chaque ville possède une
mosquée caractérisée par son
minaret, elle n’est plus décorée
que les maisons.
Même le mihrab ne comporte
ni stucs ni moulure.
A la mosquée s’adjoignent les
lieux d’enseignement religieux
( la médersa).
le souk prend diverses formes, mais
se trouve dans la majorité des cas
délibérément rejeté à la périphérie
de la ville, ceci afin que le nomade ou
l’étranger qu’attire le commerce
n’ait pas la possibilité d’entrer dans
la ville réservée aux habitants .C’est
espace formé n’a pas seulement un
rôle économique, il est le seul vaste
bien public, il sert à régler des
différents parties et à été le théâtre
de bagarres ou de batailles qui
avaient une querelle entre coffs ou
fraction.
chaque religion, chaque groupe de population à ses cimetières
particuliers. Il faut signaler que les cimetières sont le bien d’activités
nombreuses et parfois intenses, lors des fêtes religieuses (mahadre)
et à l’occasion sacrifices ou de destruction de nourriture (marouf) .
sont situées à proximité des villes,
et munies des moyens élémentaires de
défense que constituent les tours de
contrôle qui permettent d’avertir la
ville. Toutes comportent de nombreux
ouvrages hydrauliques,
barrages, foggara, puits et seguia. Ces
oasis tendent à devenir de véritable
citées de résidence secondaire, on y
construit des maisons occupées à la
saison de cueillettes des dattes et
d’ avantage à la saison chaude.
c’est des cailloux sans taille, ni outils, ni choix. A l’origine, il
n’y avait pas d’extraction, le ramassage s’effectuait à proximité
des chantiers.
Il provient d’un gisement de gypse, abondant sur le site, il a la particularité de prendre
rapidement, manié sans outils, à mains nues.
Fait à base de Timchent
( mélange de terre et paille ), l’enduit et les revêtement sont
grossiers.
Le bois est utilisé dans la menuiserie et les nervures de palmes
sont utilisées dans plusieurs opérations tel que le coffrage et la
réalisation des fameux arcs du M’ZAB.
Il provient d’un gisement
de gypse, abondant sur le site,
il a la particularité de
prendre rapidement, manié
sans outils, à mains nues.
L’arc est l’élément
caractéristique du M’ZAB, il
est réalisé à partir de palme
calée à la maçonnerie puis
enduit.
On le retrouve surtout au
niveaux des passages et des
galeries où il donne un
mouvement irrégulier crée par
les différentes dimensions des
palmes.
Les arcs dans les mosquéesLes arcs dans la maison
Elles sont principalement utilisées dans les édifices que l’on
trouve sur les cimetières.
Deux coupoles du mosquée sidi bougdemma.
Les coupole dans les mosquée.
Il se présente comme un trou
rectangulaire de 170m de hauteur
et de110m à 120m de largeur elle
et le plus savant ouverte cette
entrée est marque par un seuil de
hauteur variable (environ 20 cm)
qui constitue la limite entre le
monde extérieur des hommes et
celui des femmes . il est utile
contre le vent de sable les
animaux nuisible et les courant
d`aire froid en hiver.
L’entrée:
est un espace ouvert qui terminée par un mur en face pour bloqué
la vue à l’intérieur de la maison.
Est une pièce rectangulaire qui sert de passage et à
l’instalation du métier à tisser.
Sa situation dans un courant d’air permit de travailler
dans la fraicheur.
Des niches sont creusées dans les mures environ 0.5 m
elles tiennent lieu de mobilier.
L’invité
la pièce la plus vaste de RDC et la plus éclaire est un espace centrela pièce la plus vaste de RDC et la plus éclaire est un espace centre
point de convergence et passage oblige il apparait comme lepoint de convergence et passage oblige il apparait comme le
rassemblement de plusieurs lieux niche ,emplacement pourrassemblement de plusieurs lieux niche ,emplacement pour un métierun métier
à tisser et petità tisser et petit cheminechemine entoures et des étagères pour la préparationentoures et des étagères pour la préparation
des repas cette pièce joue un rôle dans la distribution des autres ,c’estdes repas cette pièce joue un rôle dans la distribution des autres ,c’est
la seule partie de la maison qui reçoive une ouverture vaste surla seule partie de la maison qui reçoive une ouverture vaste sur
l’extérieure elle est appeléel’extérieure elle est appelée le chebek.le chebek.
Cette pièce est appelée (salon des femmes )Cette pièce est appelée (salon des femmes )
en fait c’est une sorte de salon familiale àen fait c’est une sorte de salon familiale à
l’écart des lieux, caractérisée par lesl’écart des lieux, caractérisée par les
activités domestique, c’est que l’ouvertureactivités domestique, c’est que l’ouverture
de tizefride tizefri sur le Amestidar se fait selon lasur le Amestidar se fait selon la
une orientation qui est toujours la mêmeune orientation qui est toujours la même
vers le sud et le soleil ,mais aussi à directionvers le sud et le soleil ,mais aussi à direction
de la Mecque .de la Mecque .
cuisine
ce sont des pièces obscure ferme ou non selon la nature de leur destination lesce sont des pièces obscure ferme ou non selon la nature de leur destination les
plus petites servent de dépôt ,les autre ,une à deux aux RDC elles sont à peineplus petites servent de dépôt ,les autre ,une à deux aux RDC elles sont à peine
plus vaste 4 à 6 m'une de ces chambre abrite sauvant une personne âgée .plus vaste 4 à 6 m'une de ces chambre abrite sauvant une personne âgée .
Le WC :Le WC :C’est une fonte dans le sol se trouve dans un recoin le plusC’est une fonte dans le sol se trouve dans un recoin le plus
éloigne possible du volume central.éloigne possible du volume central.
L’escalier il ya deux types d’escaliers l’un féminin et familialeL’escalier il ya deux types d’escaliers l’un féminin et familiale
l’autre est masculin et réserve aux hôtes.l’autre est masculin et réserve aux hôtes.
A l’étage on trouve une organisation qui a une logiqueA l’étage on trouve une organisation qui a une logique
constructive qui fait correspondre a l’ensemble des murs teconstructive qui fait correspondre a l’ensemble des murs te
poteaux d’étage.poteaux d’étage.
C’est un espace libre qui contient CHEBAQUE
CHEBAQUE : une ouverture
vaste donne sur l’extérieur. C’est
un percement au plafond qui joue
le rôle d’un élément d’éclairage et
de ventilation et d’ensoleillement. Il
peut être ouvert ou recouvert avec
une toile selon le besoin. Il à une
forme rectangulaire et il se situe
généralement au dessus de la
position centrale.
L’ikoumare ouvre largement àL’ikoumare ouvre largement à
travers deux ou trois arcs surtravers deux ou trois arcs sur
l’espace centrale ,c’est unel’espace centrale ,c’est une
circulation ouverte qui permiscirculation ouverte qui permis
d’accédé à d’autre pièces qu’ild’accédé à d’autre pièces qu’il
commandecommande Tigharghat.Tigharghat.
Cet espace se située au dessus duCet espace se située au dessus du
amesentidaramesentidar ,c’est une terrasse,c’est une terrasse
protégée par quatre mures etprotégée par quatre mures et
baignée ,c’est aussi la que trouventbaignée ,c’est aussi la que trouvent
quelque animaux domestiquequelque animaux domestique
(volailles et chèvres).(volailles et chèvres).
c’est un prolongement dans la maison de l’espace masculinc’est un prolongement dans la maison de l’espace masculin
c’est une pièce de réception pour les hôtes masculins.c’est une pièce de réception pour les hôtes masculins.
Le tissage occupe une place
particulière dans le Mzab car le
tapis est le symbole artisanal .
Les activités de sculpture , de
céramique , de bijouterie complètent
la gamme des produits artisanaux.
L’eau est une richesse dans le désert, les oasis y sont des paradis terrestre.
Barrage, puits et canalisations sont perfectionnés pour assurer le bien être.
Le barrage :
Il sert a stocker l’eau des pluies, il
est placé au sein du palmeraie et
retient l’eau de la crue du oued
assurant un meilleur stockage
puisque sous les palmiers la
température est toujours moins
élevée et les rayons du soleil
moins forts (moins d’infiltration)
alors moins d’évaporation.
Le puits:
Il est fait à forte profondeur
allant jusqu’à 100m, aucun
risque alors d’eau stagnante
donc de moustiques.
Ces puits fonctionnent par
traction animale.
Le réseau de « seguia » :
Il assure une répartition égale
entre chaque culture par des
partages précis d’eau grâce à
un réseau complexe de
distribution à partir du barrage
et des nappes phréatiques.
Le tissu urbain, et le mode de vie au M’ZAB
représentent une culture traditionnelle et donnent toute
l’importance au lieu .
B .Benyoucef le Mzab « les pratiques de l’espace » Alger 1986
Ravereau A. « Le M’Zab, une leçon d’architecture » Sindbad,
Paris 1981.
Roche M.« le Mzab , architecture Ibadite en Algérie » Paris
1973.
Donnadieu C et P « habite le désert » Maldega, Bruxelles 1977.
Sites internet :www.google.fr

Contenu connexe

Tendances

Maison traditionelle à mzab 4
Maison traditionelle à mzab 4Maison traditionelle à mzab 4
Maison traditionelle à mzab 4hafouu
 
L’architecture mozabites
L’architecture mozabitesL’architecture mozabites
L’architecture mozabiteshafouu
 
Maison traditionelle à mzab 3
Maison traditionelle à mzab 3Maison traditionelle à mzab 3
Maison traditionelle à mzab 3hafouu
 
Le m'zab (3)
Le m'zab (3)Le m'zab (3)
Le m'zab (3)hafouu
 
Maison traditionelle à mzab 6
Maison traditionelle à mzab 6Maison traditionelle à mzab 6
Maison traditionelle à mzab 6hafouu
 
étude microgenèse de la ville de GHARDAIA
étude microgenèse de la ville de GHARDAIAétude microgenèse de la ville de GHARDAIA
étude microgenèse de la ville de GHARDAIARoufaida Hechim
 
Palais d’el eubbad
Palais d’el eubbadPalais d’el eubbad
Palais d’el eubbadSami Sahli
 
L'analyse de l'habitat chaoui
L'analyse de l'habitat chaouiL'analyse de l'habitat chaoui
L'analyse de l'habitat chaouiToubaBenterki
 
Habitat traditionnel chaoui
Habitat traditionnel chaouiHabitat traditionnel chaoui
Habitat traditionnel chaouiHiba Architecte
 
1-cours 21-02-22- Maisons de la Casbah- partie II (socle PDF).pdf
1-cours 21-02-22- Maisons de la Casbah- partie II (socle PDF).pdf1-cours 21-02-22- Maisons de la Casbah- partie II (socle PDF).pdf
1-cours 21-02-22- Maisons de la Casbah- partie II (socle PDF).pdfLyndaBENAZIEZ
 
Style mauresque
Style mauresqueStyle mauresque
Style mauresqueSami Sahli
 
Analyse d habitats semi collectif
Analyse d habitats semi collectifAnalyse d habitats semi collectif
Analyse d habitats semi collectifArchi UHBBC
 
L'architecture vernaculaire de oued souf
L'architecture vernaculaire de oued soufL'architecture vernaculaire de oued souf
L'architecture vernaculaire de oued soufMeriem Osmane
 
Analyse de maisons semi collective à Djelfa
Analyse de maisons semi collective à DjelfaAnalyse de maisons semi collective à Djelfa
Analyse de maisons semi collective à Djelfacelinerabehi
 

Tendances (20)

Maison traditionelle à mzab 4
Maison traditionelle à mzab 4Maison traditionelle à mzab 4
Maison traditionelle à mzab 4
 
L’architecture mozabites
L’architecture mozabitesL’architecture mozabites
L’architecture mozabites
 
Mzab
MzabMzab
Mzab
 
Maison traditionelle à mzab 3
Maison traditionelle à mzab 3Maison traditionelle à mzab 3
Maison traditionelle à mzab 3
 
Ksar Ghardaia
Ksar GhardaiaKsar Ghardaia
Ksar Ghardaia
 
Le m'zab (3)
Le m'zab (3)Le m'zab (3)
Le m'zab (3)
 
Fiche de lecture
Fiche de lectureFiche de lecture
Fiche de lecture
 
Maison traditionelle à mzab 6
Maison traditionelle à mzab 6Maison traditionelle à mzab 6
Maison traditionelle à mzab 6
 
étude microgenèse de la ville de GHARDAIA
étude microgenèse de la ville de GHARDAIAétude microgenèse de la ville de GHARDAIA
étude microgenèse de la ville de GHARDAIA
 
Palais d’el eubbad
Palais d’el eubbadPalais d’el eubbad
Palais d’el eubbad
 
L'analyse de l'habitat chaoui
L'analyse de l'habitat chaouiL'analyse de l'habitat chaoui
L'analyse de l'habitat chaoui
 
Habitat traditionnel chaoui
Habitat traditionnel chaouiHabitat traditionnel chaoui
Habitat traditionnel chaoui
 
1-cours 21-02-22- Maisons de la Casbah- partie II (socle PDF).pdf
1-cours 21-02-22- Maisons de la Casbah- partie II (socle PDF).pdf1-cours 21-02-22- Maisons de la Casbah- partie II (socle PDF).pdf
1-cours 21-02-22- Maisons de la Casbah- partie II (socle PDF).pdf
 
La maison kabyle lounis
La maison kabyle lounisLa maison kabyle lounis
La maison kabyle lounis
 
CASBAH-alger.pptx
CASBAH-alger.pptxCASBAH-alger.pptx
CASBAH-alger.pptx
 
Style mauresque
Style mauresqueStyle mauresque
Style mauresque
 
Exposer sur la casbah
Exposer sur la casbahExposer sur la casbah
Exposer sur la casbah
 
Analyse d habitats semi collectif
Analyse d habitats semi collectifAnalyse d habitats semi collectif
Analyse d habitats semi collectif
 
L'architecture vernaculaire de oued souf
L'architecture vernaculaire de oued soufL'architecture vernaculaire de oued souf
L'architecture vernaculaire de oued souf
 
Analyse de maisons semi collective à Djelfa
Analyse de maisons semi collective à DjelfaAnalyse de maisons semi collective à Djelfa
Analyse de maisons semi collective à Djelfa
 

En vedette (20)

Analyse maison traditionnelle
Analyse maison traditionnelleAnalyse maison traditionnelle
Analyse maison traditionnelle
 
Valle De M Zab
Valle De M ZabValle De M Zab
Valle De M Zab
 
Acier infrastructure
Acier infrastructureAcier infrastructure
Acier infrastructure
 
Exposé de sociologie
Exposé de sociologieExposé de sociologie
Exposé de sociologie
 
Affichage habitat
Affichage habitatAffichage habitat
Affichage habitat
 
Architecture kabyle (1)
Architecture kabyle (1)Architecture kabyle (1)
Architecture kabyle (1)
 
Resumé de livre
Resumé de livreResumé de livre
Resumé de livre
 
Les structures spaciales.radja
Les structures spaciales.radjaLes structures spaciales.radja
Les structures spaciales.radja
 
Bibliotheque
BibliothequeBibliotheque
Bibliotheque
 
Hassan fathy
Hassan fathyHassan fathy
Hassan fathy
 
These
TheseThese
These
 
Hassan fethy houria.pptx
Hassan fethy houria.pptxHassan fethy houria.pptx
Hassan fethy houria.pptx
 
La casbah d'Alger
La casbah d'AlgerLa casbah d'Alger
La casbah d'Alger
 
architecture islamique
architecture islamiquearchitecture islamique
architecture islamique
 
Symboles de prevention
Symboles de preventionSymboles de prevention
Symboles de prevention
 
Béton a haute performance
Béton a haute performanceBéton a haute performance
Béton a haute performance
 
Synthese de l'étude Qeb (40 pages)
Synthese de l'étude Qeb (40 pages)Synthese de l'étude Qeb (40 pages)
Synthese de l'étude Qeb (40 pages)
 
Oued souf 01
Oued souf 01Oued souf 01
Oued souf 01
 
Conception bioclimatique & BIM - Outils Autodesk & ArchiWIZARD Bioclim
Conception bioclimatique & BIM - Outils Autodesk & ArchiWIZARD BioclimConception bioclimatique & BIM - Outils Autodesk & ArchiWIZARD Bioclim
Conception bioclimatique & BIM - Outils Autodesk & ArchiWIZARD Bioclim
 
Madina
Madina Madina
Madina
 

Similaire à Le mzab 2007 (exposé)

L'Attirance des coeurs
L'Attirance des coeursL'Attirance des coeurs
L'Attirance des coeursMoustapha Sy
 
Mise en valeur de la zaouia de sidi abderahmane bou kabrine d’Alger
Mise en valeur  de la zaouia de sidi abderahmane bou kabrine d’AlgerMise en valeur  de la zaouia de sidi abderahmane bou kabrine d’Alger
Mise en valeur de la zaouia de sidi abderahmane bou kabrine d’AlgerSadek KHEDDACHE
 
ksarghradaia-170508093616.pptx
ksarghradaia-170508093616.pptxksarghradaia-170508093616.pptx
ksarghradaia-170508093616.pptxAbirNour1
 
Nabil rahmouni - Agora de la Réhabilitation
Nabil rahmouni - Agora de la RéhabilitationNabil rahmouni - Agora de la Réhabilitation
Nabil rahmouni - Agora de la Réhabilitationponencias2011
 

Similaire à Le mzab 2007 (exposé) (6)

L’islam
L’islamL’islam
L’islam
 
L'Attirance des coeurs
L'Attirance des coeursL'Attirance des coeurs
L'Attirance des coeurs
 
Mise en valeur de la zaouia de sidi abderahmane bou kabrine d’Alger
Mise en valeur  de la zaouia de sidi abderahmane bou kabrine d’AlgerMise en valeur  de la zaouia de sidi abderahmane bou kabrine d’Alger
Mise en valeur de la zaouia de sidi abderahmane bou kabrine d’Alger
 
Analyse urbaine casbah
Analyse  urbaine casbahAnalyse  urbaine casbah
Analyse urbaine casbah
 
ksarghradaia-170508093616.pptx
ksarghradaia-170508093616.pptxksarghradaia-170508093616.pptx
ksarghradaia-170508093616.pptx
 
Nabil rahmouni - Agora de la Réhabilitation
Nabil rahmouni - Agora de la RéhabilitationNabil rahmouni - Agora de la Réhabilitation
Nabil rahmouni - Agora de la Réhabilitation
 

Plus de Hiba Architecte (20)

Presentation de la zhun
Presentation de la zhunPresentation de la zhun
Presentation de la zhun
 
Les zhu ns
Les zhu nsLes zhu ns
Les zhu ns
 
Lecture typo morpholo
Lecture typo morpholoLecture typo morpholo
Lecture typo morpholo
 
Analyse typ
Analyse typAnalyse typ
Analyse typ
 
2009plan de travail
2009plan de travail2009plan de travail
2009plan de travail
 
Géographie urbainea
Géographie urbaineaGéographie urbainea
Géographie urbainea
 
Exposèe
ExposèeExposèe
Exposèe
 
Approch contextuelle new
Approch contextuelle newApproch contextuelle new
Approch contextuelle new
 
Approche architecturale
Approche architecturaleApproche architecturale
Approche architecturale
 
Approche architecturale
Approche architecturaleApproche architecturale
Approche architecturale
 
Approche programatique
Approche programatiqueApproche programatique
Approche programatique
 
Approche technique fin (réparé)
Approche technique fin (réparé)Approche technique fin (réparé)
Approche technique fin (réparé)
 
Approche thématique new
Approche thématique newApproche thématique new
Approche thématique new
 
Bibliographie
BibliographieBibliographie
Bibliographie
 
Conclusion 2
Conclusion 2Conclusion 2
Conclusion 2
 
Introduction générale
Introduction généraleIntroduction générale
Introduction générale
 
Préambule 2
Préambule 2Préambule 2
Préambule 2
 
Sommaire
SommaireSommaire
Sommaire
 
Notre discour
Notre discourNotre discour
Notre discour
 
Technique
TechniqueTechnique
Technique
 

Le mzab 2007 (exposé)

  • 1. Préparé par: AMOURI Abdelali HAMOUDI Farouk Melle BESKRI École polytechnique d’architecture et d’urbanisme Année universitaire :2006/2007 Encadré par: Meme HADJI
  • 2. Introduction. La structure sociale Historique Les structures religieuse -Les origines des kharidjites. -Les kharidjite au nord d’Afrique. -La fondation des villes . -la famille. -La fraction. -Les coffs. -La djemaa. -La halgat. - L’assemblé des timsiridins. -Medjles saidi Saïd. l’urbanisme Les techniques de construction -Les ruelle. -La mosquée. -Le souk. -Cimetières. -Les palmeraies -Arcs -coupoles conclusion. LE M’ZAB L’analyse des espaces situation
  • 3. L’importance de l’habitat traditionnel est déterminée par sa richesse historique, architecturale et sociale. En Algérie en à la médina d’Alger (la casbah), l’habitat kabyle, Chaouia, et l’habitat du sud; le Souf…, et le Mzab qui sera l’objet de notre étude .
  • 4.
  • 5. La vallée du M’ZAB se située à 32.30° de Latitude nord et à 3.45° De longitudes Est. La distance par la route est sensiblement de 600 km pour Alger,300 km pour el Goléa , 200 km Pour Ouargla et 1200 km pour Tamanrasset . Cette région s’étend sur une vallée déserte, sèche et aride. Elle est appelée Chebka du M’ZAB, car on aperçoit un plateau rocheux grise et noire raviné par les oueds « Chebka de pierre ». (La ville de Ghardaïa)
  • 6. Les habitants de la vallée, ou mozabites, sont des musulmansLes habitants de la vallée, ou mozabites, sont des musulmans schismatique ou Kharidjites, le schisme auquel ils se rattachentschismatique ou Kharidjites, le schisme auquel ils se rattachent date du VIIème siècle et à pour origine la succession de prophète.date du VIIème siècle et à pour origine la succession de prophète. .Ali proclamé Khalife après les trois premières élections ,lors de cette.Ali proclamé Khalife après les trois premières élections ,lors de cette succession . Muawiya gouverneur de Syrie prétendant au khalifatsuccession . Muawiya gouverneur de Syrie prétendant au khalifat entra en guerre contre Ali .entra en guerre contre Ali . Au cours de la bataille de ciffin en 657 Ali, en vue d’éviter uneAu cours de la bataille de ciffin en 657 Ali, en vue d’éviter une effusion de sang certains partisans d’Ali refusent l’arbitrage qui laeffusion de sang certains partisans d’Ali refusent l’arbitrage qui la proposée Muawiya c’est ce groupe qui fit scission.proposée Muawiya c’est ce groupe qui fit scission.
  • 7. cinq tolba Kharidjite dontcinq tolba Kharidjite dont Abderrahmane ibn RostoumAbderrahmane ibn Rostoum d’origine persane portent lad’origine persane portent la doctrine en Afrique (Tunisie) dansdoctrine en Afrique (Tunisie) dans le djebel Neffoussa , puis aule djebel Neffoussa , puis au Mzab .Mzab . Abderrahmane ibn RostoumAbderrahmane ibn Rostoum fonda la ville de Tihert en 761.fonda la ville de Tihert en 761. Son pouvoir s’étendra dans tout leSon pouvoir s’étendra dans tout le Mzab suivant des limitesMzab suivant des limites imprécise. A cette époque onimprécise. A cette époque on trouvait des Ibadites dans le montstrouvait des Ibadites dans le monts du Mzab, et dans les Zibans.du Mzab, et dans les Zibans.
  • 8. Bien avant la destruction de Sedrata en 1075 des ibâdites étaient partis à la recherche de nouveaux sites d’implantation. Des division intérieures et les harcèlement des nomades environnants poussèrent certains d’entre eux à se retirer dans un lieu plus défendable ,plus en retrait les mouvement caravanière.
  • 9. Elle est très difficiles a établir car avant la fondation des cités actuelle, d’autres ksour ferrent édifier. pour les villes actuelles nous donnons sous toutes réservation les dates d’implantation suivant: -EL- ATTEUF ( le tournant) est fondée en 1011-1012 . -MELIKA (la reine) en 1017. -BOU-NOURA (la lumineuse) en 1046-1048. -BÉNI YESGEN (La Ville Sainte) en 1050. -GHARDAÏA (grotte de daïa) en 1053. Deux autres cités, Berriane et Guerrara font partie aussi de la région, mais qui se situent en dehors de la vallée ; la première à 45 km au nord, la deuxième à 110 km au nord-est.
  • 11. elle est de types patriarcal, patrilinéaire et groupes des individus liés par dépendance économique. La famille est monogame, car l’application stricte de coran rend la polygame très difficile. Le mariage l’affaires des parents des futurs conjoints l’âge légale de mariage est fixé à 12 ans, les petites filles participes aux taches de la maison pour se préparer à leur future rôle.les garçons vont des l’âge scolaire à la fois à l’école laïque et à la médersa.
  • 12. La fraction est l’unité administrative de base .à ce titre, elle jouit la personnalité morale coutumière , possède des bien et joue un rôle essentiel; elle s’occupe des veuve ;des orphelins et des hérités. Elle exécuté les jugement.
  • 13. Dans la ville, les fractions se partagent en deux çoffs : (le çoff chergui et le çoff Gharbi). Ils n’ont pas d’existence institutionnelle et peuvent être comparés à des partis politique.
  • 14. Elle occupes des affaires intéressent l’ensemble de la cité elle exerçait le pouvoir temporelle et les autorités religieuse le permettaient elle élaborait des ittifaqat.
  • 15. la garant de la doctrine ibadite et de la stabilité de la communautéla garant de la doctrine ibadite et de la stabilité de la communauté .Elle comprend douze membre sous la présidence de.Elle comprend douze membre sous la présidence de Cheikh BabaCheikh Baba.. Chacun chargé de responsabilités particulière.Chacun chargé de responsabilités particulière. - Mouedden- Mouedden : appelle à la prière.: appelle à la prière. -l’imaml’imam: sont chargé de l’instruction, lavage des morts, les rites de: sont chargé de l’instruction, lavage des morts, les rites de cimetières, distribution des nourritures.cimetières, distribution des nourritures.
  • 16. Le cadiLe cadi : juge a partir des lois: juge a partir des lois coraniquescoraniques Amin el malAmin el mal : gère les bien de la: gère les bien de la mosquée dits bienmosquée dits bien haboushabous maismais actuellement le pouvoir deactuellement le pouvoir de halgat est réduit au spirituel.halgat est réduit au spirituel.
  • 17. c’est un assemble religieuse des femmes qui la composent divers offices en particulier la lavage des morts elle visitent régulièrement les maison exerçant un contrôle draconien sur les mœurs et la morale .
  • 18. c’est une assemble de cheikhs qui se réunit à la mosquée de ammi Saïd, elle délibère sur les points de doctrine et de jurisprudence qui intéresse la totalité de la confédération ainsi que sur les intérêts communs a tous ,elle élabore des ittifaqat qui ont force de lois pour l’ensemble de la population.
  • 19. les villes de la vallée bien que relevant d’une organisation similaire ne peuvent se réduire a un modèle. La construction des villes n’est pas le fait de hasards le groupe de fondateur commençait a bâtir sur le sommet une mosquée qui était en même temps un magasin, en dépôt d’armes et une forteresse puis l’enceinte était soigneusement tracée .
  • 20. Le marchée Après Le marchée Les groupements De maisons. Mosquée principaleMosquée principale Au début
  • 21. La maison du M’ZAB est caractérisée par sa simplicité et sa fonctionnalité. Même la construction des maisons était soumise a deux règles: A- urbain l’orientation et la hauteur il ne devait pas être possible de voir chez les voisins et il n’était pas permis de lui porter l’ombre B- religieuse rien dans l’apparence extérieur les maisons ne devait marquer, le riche ne devait pas écrasé le pauvre.
  • 22. La rue est simple lieu de passage, il existe deux types de rues : 1-rues de commerce :sont a proximité du souk sont interdit au femme (la femme pour faire leur courses demande a un enfant de les faire). 2-rue intimes( hurm ) :sont à coté des maisons autour de la mosquée les étrangers de la ville ne pénètre jamais.
  • 23. A l’intérieur des villes la circulation s’effectue par des ruelles par fois partiellement couvert, accessibles aux piétons et aux ânes . Architecturalement la ruelle n’est animée que par la forme et la couleur des mures, les façades des maisons ont comme seule ouverture la porte d’entrée et éventuellement une minuscule fenêtre au dessus de la porte à l étage, on remarque encore les niches destinées à accueillir les lampes à huile qui servaient d’éclairage public avant l’équipement en électricité. Il y a trois types de ruelles .
  • 24. 1 - multifonctionnelles servent de passage de marché et de bien de rencontre grâce aux banquettes maçonnées qui sont aménagées le long des murs. 2- bi fonctionnelles servent que de passage et d’accès aux maisons. 3- uni fonctionnelles sont des impasses elles ne permettent que l’accès à sa maison.
  • 25. chaque ville possède une mosquée caractérisée par son minaret, elle n’est plus décorée que les maisons. Même le mihrab ne comporte ni stucs ni moulure. A la mosquée s’adjoignent les lieux d’enseignement religieux ( la médersa).
  • 26.
  • 27. le souk prend diverses formes, mais se trouve dans la majorité des cas délibérément rejeté à la périphérie de la ville, ceci afin que le nomade ou l’étranger qu’attire le commerce n’ait pas la possibilité d’entrer dans la ville réservée aux habitants .C’est espace formé n’a pas seulement un rôle économique, il est le seul vaste bien public, il sert à régler des différents parties et à été le théâtre de bagarres ou de batailles qui avaient une querelle entre coffs ou fraction.
  • 28. chaque religion, chaque groupe de population à ses cimetières particuliers. Il faut signaler que les cimetières sont le bien d’activités nombreuses et parfois intenses, lors des fêtes religieuses (mahadre) et à l’occasion sacrifices ou de destruction de nourriture (marouf) .
  • 29. sont situées à proximité des villes, et munies des moyens élémentaires de défense que constituent les tours de contrôle qui permettent d’avertir la ville. Toutes comportent de nombreux ouvrages hydrauliques, barrages, foggara, puits et seguia. Ces oasis tendent à devenir de véritable citées de résidence secondaire, on y construit des maisons occupées à la saison de cueillettes des dattes et d’ avantage à la saison chaude.
  • 30. c’est des cailloux sans taille, ni outils, ni choix. A l’origine, il n’y avait pas d’extraction, le ramassage s’effectuait à proximité des chantiers.
  • 31. Il provient d’un gisement de gypse, abondant sur le site, il a la particularité de prendre rapidement, manié sans outils, à mains nues.
  • 32. Fait à base de Timchent ( mélange de terre et paille ), l’enduit et les revêtement sont grossiers.
  • 33. Le bois est utilisé dans la menuiserie et les nervures de palmes sont utilisées dans plusieurs opérations tel que le coffrage et la réalisation des fameux arcs du M’ZAB.
  • 34. Il provient d’un gisement de gypse, abondant sur le site, il a la particularité de prendre rapidement, manié sans outils, à mains nues.
  • 35.
  • 36. L’arc est l’élément caractéristique du M’ZAB, il est réalisé à partir de palme calée à la maçonnerie puis enduit. On le retrouve surtout au niveaux des passages et des galeries où il donne un mouvement irrégulier crée par les différentes dimensions des palmes.
  • 37. Les arcs dans les mosquéesLes arcs dans la maison
  • 38. Elles sont principalement utilisées dans les édifices que l’on trouve sur les cimetières. Deux coupoles du mosquée sidi bougdemma. Les coupole dans les mosquée.
  • 39. Il se présente comme un trou rectangulaire de 170m de hauteur et de110m à 120m de largeur elle et le plus savant ouverte cette entrée est marque par un seuil de hauteur variable (environ 20 cm) qui constitue la limite entre le monde extérieur des hommes et celui des femmes . il est utile contre le vent de sable les animaux nuisible et les courant d`aire froid en hiver.
  • 40. L’entrée: est un espace ouvert qui terminée par un mur en face pour bloqué la vue à l’intérieur de la maison.
  • 41. Est une pièce rectangulaire qui sert de passage et à l’instalation du métier à tisser. Sa situation dans un courant d’air permit de travailler dans la fraicheur. Des niches sont creusées dans les mures environ 0.5 m elles tiennent lieu de mobilier. L’invité
  • 42. la pièce la plus vaste de RDC et la plus éclaire est un espace centrela pièce la plus vaste de RDC et la plus éclaire est un espace centre point de convergence et passage oblige il apparait comme lepoint de convergence et passage oblige il apparait comme le rassemblement de plusieurs lieux niche ,emplacement pourrassemblement de plusieurs lieux niche ,emplacement pour un métierun métier à tisser et petità tisser et petit cheminechemine entoures et des étagères pour la préparationentoures et des étagères pour la préparation des repas cette pièce joue un rôle dans la distribution des autres ,c’estdes repas cette pièce joue un rôle dans la distribution des autres ,c’est la seule partie de la maison qui reçoive une ouverture vaste surla seule partie de la maison qui reçoive une ouverture vaste sur l’extérieure elle est appeléel’extérieure elle est appelée le chebek.le chebek.
  • 43. Cette pièce est appelée (salon des femmes )Cette pièce est appelée (salon des femmes ) en fait c’est une sorte de salon familiale àen fait c’est une sorte de salon familiale à l’écart des lieux, caractérisée par lesl’écart des lieux, caractérisée par les activités domestique, c’est que l’ouvertureactivités domestique, c’est que l’ouverture de tizefride tizefri sur le Amestidar se fait selon lasur le Amestidar se fait selon la une orientation qui est toujours la mêmeune orientation qui est toujours la même vers le sud et le soleil ,mais aussi à directionvers le sud et le soleil ,mais aussi à direction de la Mecque .de la Mecque .
  • 45. ce sont des pièces obscure ferme ou non selon la nature de leur destination lesce sont des pièces obscure ferme ou non selon la nature de leur destination les plus petites servent de dépôt ,les autre ,une à deux aux RDC elles sont à peineplus petites servent de dépôt ,les autre ,une à deux aux RDC elles sont à peine plus vaste 4 à 6 m'une de ces chambre abrite sauvant une personne âgée .plus vaste 4 à 6 m'une de ces chambre abrite sauvant une personne âgée .
  • 46. Le WC :Le WC :C’est une fonte dans le sol se trouve dans un recoin le plusC’est une fonte dans le sol se trouve dans un recoin le plus éloigne possible du volume central.éloigne possible du volume central.
  • 47. L’escalier il ya deux types d’escaliers l’un féminin et familialeL’escalier il ya deux types d’escaliers l’un féminin et familiale l’autre est masculin et réserve aux hôtes.l’autre est masculin et réserve aux hôtes.
  • 48. A l’étage on trouve une organisation qui a une logiqueA l’étage on trouve une organisation qui a une logique constructive qui fait correspondre a l’ensemble des murs teconstructive qui fait correspondre a l’ensemble des murs te poteaux d’étage.poteaux d’étage.
  • 49. C’est un espace libre qui contient CHEBAQUE CHEBAQUE : une ouverture vaste donne sur l’extérieur. C’est un percement au plafond qui joue le rôle d’un élément d’éclairage et de ventilation et d’ensoleillement. Il peut être ouvert ou recouvert avec une toile selon le besoin. Il à une forme rectangulaire et il se situe généralement au dessus de la position centrale.
  • 50. L’ikoumare ouvre largement àL’ikoumare ouvre largement à travers deux ou trois arcs surtravers deux ou trois arcs sur l’espace centrale ,c’est unel’espace centrale ,c’est une circulation ouverte qui permiscirculation ouverte qui permis d’accédé à d’autre pièces qu’ild’accédé à d’autre pièces qu’il commandecommande Tigharghat.Tigharghat. Cet espace se située au dessus duCet espace se située au dessus du amesentidaramesentidar ,c’est une terrasse,c’est une terrasse protégée par quatre mures etprotégée par quatre mures et baignée ,c’est aussi la que trouventbaignée ,c’est aussi la que trouvent quelque animaux domestiquequelque animaux domestique (volailles et chèvres).(volailles et chèvres).
  • 51. c’est un prolongement dans la maison de l’espace masculinc’est un prolongement dans la maison de l’espace masculin c’est une pièce de réception pour les hôtes masculins.c’est une pièce de réception pour les hôtes masculins.
  • 52. Le tissage occupe une place particulière dans le Mzab car le tapis est le symbole artisanal . Les activités de sculpture , de céramique , de bijouterie complètent la gamme des produits artisanaux.
  • 53. L’eau est une richesse dans le désert, les oasis y sont des paradis terrestre. Barrage, puits et canalisations sont perfectionnés pour assurer le bien être.
  • 54. Le barrage : Il sert a stocker l’eau des pluies, il est placé au sein du palmeraie et retient l’eau de la crue du oued assurant un meilleur stockage puisque sous les palmiers la température est toujours moins élevée et les rayons du soleil moins forts (moins d’infiltration) alors moins d’évaporation.
  • 55. Le puits: Il est fait à forte profondeur allant jusqu’à 100m, aucun risque alors d’eau stagnante donc de moustiques. Ces puits fonctionnent par traction animale. Le réseau de « seguia » : Il assure une répartition égale entre chaque culture par des partages précis d’eau grâce à un réseau complexe de distribution à partir du barrage et des nappes phréatiques.
  • 56. Le tissu urbain, et le mode de vie au M’ZAB représentent une culture traditionnelle et donnent toute l’importance au lieu . B .Benyoucef le Mzab « les pratiques de l’espace » Alger 1986 Ravereau A. « Le M’Zab, une leçon d’architecture » Sindbad, Paris 1981. Roche M.« le Mzab , architecture Ibadite en Algérie » Paris 1973. Donnadieu C et P « habite le désert » Maldega, Bruxelles 1977. Sites internet :www.google.fr