Glucose

8 428 vues

Publié le

glucose

0 commentaire
5 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
8 428
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
147
Commentaires
0
J’aime
5
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Glucose

  1. 1. Hôpital Militaire d’Instruction Mohammed V.Laboratoire de Biochimie. DETERMINATION DU GLUCOSE DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES ET VARIATIONS PHYSIOPATHOLOGIQUES. Yassine Ben Lahlou Avril/2010
  2. 2. PLANIntroductionRappelsDosage du glucose dans les milieuxbiologiques Intérêt physiopathologique Etape préanalytique Techniques de dosageInterprétation des résultats Valeurs usuelles Variations biologiques Variations physiopathologiques HGPO.Conclusion
  3. 3. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. INTRODUCTION Glucide présent aussi bien dans le règne animal que végétale et qui est la principale source d’énergie de l’organisme. Transporté par le plasma dans les différents tissus de l’organisme Il est catabolisé en produisant de l’énergie ou en fournissant des substrats nécessaires à l’anabolisme des lipides (cycle de Krebs) ou des acides aminés (voie des pentoses phosphates). Le glucose est stocké principalement sous forme de glycogène qui est dégradé par les cellules en fonction de leurs besoins.
  4. 4. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats………………………………………………… PLANConclusion............................................................................................. INTRODUCTION RAPPELS STRUCTURE MÉTABOLISME APPORT SYNTHÈSE/ DÉGRADATION ELIMINATION REGULATION
  5. 5. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................structureDosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. RAPPELS A. Structure Le glucose est un aldohexose, principal représentant des oses, symbolisé par Gls. C’est un isomère d’autres sucres, en particulier le mannose ou le fructose de formule C6H12O6 Figure2: D-glucose en Figure1: D-glucose en représentation chaise projection Fischer Une molécule polaire, thermodégradable et dialysalble.
  6. 6. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................MétabolismeDosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. RAPPELS B. Métabolisme 1.Apport et absorption Le glucose joue un vrai rôle de carburant pour les cellules grâce à sa combustion Source exogène: l’alimentation est la source principale d’approvisionnement Source endogène: les différentes voies de synthèse/dégradation Il est directement assimilable par lorganisme. Galactose et fructose rejoignent le métabolisme du glucose.(les voies de synthèse et de dégradation).
  7. 7. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................MétabolismeDosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. RAPPELS B. Métabolisme 1.Synthése/Dégradation Après repas - la combustion du « carburant » passe par la glycolyse. - Les molécules de puruvate: 1. Dégradation partielle (anaérobie) 2. Réaction aboutissant à son oxydation (respiration cellulaire). Glycolyse
  8. 8. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................MétabolismeDosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. RAPPELS B. Métabolisme 38 1.Synthése/Dégradation Aprés repas -La voie métabolique qui permet dans le foie et le muscule, la synthése de glycogéne à partir du glucose. - Permet la mise en reserve du glucose . - n C6H12O6 (glucoses) → (C6H10O5)n (glycogène) + (n-1) H2O. Glycogénogenèse
  9. 9. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................MétabolismeDosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. RAPPELS B. Métabolisme 1.Synthése/Dégradation jeun - Dégradation des molécules de glycogéne en glucose. - Glucose permet de maintenir la glycémie à la valeur normale. Glycogénolyse
  10. 10. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................MétabolismeDosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. RAPPELS B. Métabolisme 1.Synthése/Dégradation Jeune prolongé - La synthèse du glucose à partir de précurseurs non-glucidiques. Cest à proprement parler linverse de la glycolyse - les sources glucose par néoglucogenèse sont principalement les acides aminés (45 %) et, à un moindre degré, le lactate (30 %) et le glycérol (25 %). - Cette opération est réalisée par le Néoglucogenèse foie. Elle permet de fournir du glucose en permanence, aux organes.
  11. 11. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................MétabolismeDosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. RAPPELS B. Métabolisme 38 1.Synthése et dégradation
  12. 12. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats………………………………………………… PLANConclusion............................................................................................. INTRODUCTION RAPPELS STRUCTURE MÉTABOLISME APPORT SYNTHÈSE/ DÉGRADATION ELIMINATION
  13. 13. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................MétabolismeDosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. RAPPELS B. Métabolisme 3.Elimination Le glucose est filtré à un taux de 100mg/min. Réabsorbé par un mécanisme de transport actif, il s’agit d’un co-transport avec les ions sodium. Quantité réabsorbée est proportionnelle à la quantité filtrée Lorsque le taux de sucre dans le sang dépasse 1,80 g/l, le sucre commence à passer dans les urines (on parle de seuil rénal du glucose).
  14. 14. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats………………………………………………… PLANConclusion............................................................................................. INTRODUCTION RAPPELS STRUCTURE MÉTABOLISME REGULATION Physico-chimique Nerveuse - La glycogénosynthèse - Sympathique - La glycogénolyse - Parasympathique - La néoglucogenèse Hormonale - Insuline. - Glucagon. - Adrénaline. - Cortisol. - Hormone de croissance.
  15. 15. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................RégulationDosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. RAPPELS C. Régulation 1. Régulation hormonale Insuline a. hormone hypoglycémiante - Seule hormone hypoglycémiante, hormone polypeptidique ; de PM=6000 composée de 2 chaînes A et B reliées par 2 ponts dissulfure ; synthétisée et sécrétée par les ilôts β de pancréas. Actions de l’insuline - Elle ↑ la pénétration intracellulaire de glucose et son utilisation par les tissus insulinosensibles (muscles et tissu adipeux) ; - Elle ↓la libération du glucose par le foie en : Inhibant la glycogénolyse et la néoglucogenèse et en stimulant la glycogenèse et la glycolyse. - Elle stimule la captation des AG par le tissu adipeux et leur conversion en TG dans le foie : lipogenèse et dimunie la lipolyse du tissu adipeux et la cétogenèse hépatique. - Elle favorise la synthèse protéique en favorisant l’entrée des AA dans la cellule hépatique et musculaire.
  16. 16. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................RégulationDosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. RAPPELS C. Régulation 1. Régulation hormonale a. hormones hyperglycémiantes Glucagon - Produite par les cellules α de Langerhans. - Hyperglycémiante par stimulation de la glycogénolyse ; néoglucogenèse hépatique et inhibition de glycogenèse.Favorise la lipolyse et la protéolyse. adrénaline - Sa sécrétion est essentiellement nerveuse (sympathique). Elle est hyperglycémiante plus par blocage d’insulino-sécrétion que par la glygénolyse qu’elle provoque. Elle stimule aussi la néoglucogenèse ; et entraîne une lipolyse majeure au niveau du tissu adipeux.
  17. 17. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................RégulationDosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. RAPPELS C. Régulation 1. Régulation hormonale a. hormones hyperglycémiantes 1. Les glucocorticoïdes : le cortisol - Au niveau du foie ; stimule la néoglucogenèse - Au niveau des tissus périphériques : ↓ la consommation du glucose et ↑ le catabolisme protidiques fournissant au foie des AA. 2- L’hormone de croissance : Stimule la néoglucogenèse et la sécrétion du glucagon et entraîne une lipolyse. 3 - Les autres hormones : Hormones thyroïdiennes : leur action hyperglycémiante est bcp + faible que celle des autres.
  18. 18. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................RégulationDosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. RAPPELS C. Régulation 2. Régulation nerveuse Rôle du sympathique: Une diminution de glucose stimule les récepteurs hormonaux et par l’intermédiaire d’un mécanisme de réflexe qui agit sur la médullosurrénale→ libération d’adrénaline qui a tendance à ↑ sécrétion de glucagon et ↓ celle d’insuline (stimulation α adrénergique). Rôle du parasympathique: Il intervient à la fois par son effet insulino-sécréteur et à moindre degré par stimulation de sécrétion de glucagon
  19. 19. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats………………………………………………… PLANConclusion............................................................................................. INTRODUCTION RAPPELS DOSAGE DU GLUCOSE DANS LES MILIEUX INTERT BIOLOGIQUES PHYSIOPHATOLOGIQUE ETAPE PREANALYTIQUE TECHNIQUES DE DOSAGE
  20. 20. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….intérêt physiopathologiqueInterprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. Dosage du glucose dans les milieux biologiques A. Intérêt physiopathologique Le glucose, c’est la principale source énergétique des cellules, catabolisé en produisant de l’énergie ou stocké sous forme de glycogène. les mécanismes de régulation sont très complexes et agissent sur le système enzymatique mis en jeu au cours du catabolisme ou de l’anabolisme du glucose et concourent au maintien de l’homéostasie glycémique. La perte de cette homéostasie se rencontre dans de nombreux contextes physiopathologiques.!!!!!!!!!!
  21. 21. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Etape préanalytiqueInterprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. Dosage du glucose dans les milieux biologiques B. Etape préanalytique 1.Dans le sang Le sujet doit être à jeun depuis au moins 8 heures et 16 heures au plus. Le glucose peut être mesuré dans le plasma, dans le sérum ou dans le sang. Les valeurs obtenues dépendent du type de prélèvement effectué : les valeurs plasmatiques sont environ 11 à 13 % plus élevées que la glycémie mesurée sur le sang dans le cas dun hématocrite normal, étant donné la différence de contenu en eau des érythrocytes et du plasma. Les échantillons provenant dun sang veineux conduisent à des résultats plus bas que ceux des prélèvements capillaires. La stabilité du glucose dans le plasma est assurée pendant 5 jours à + 4 C et 2 mois à - 20 C en labsence de toute contamination bactérienne. La glycémie, dans les situations durgence, peut être effectuée directement à partir dun échantillon prélevé au bout du doigt, du talon, ou du lobe de loreille. Dans ce cas on utilise des systèmes dédiés commercialisés (glucomètres ou lecteurs de glycémie).
  22. 22. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Etape préanalytiqueInterprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. Dosage du glucose dans les milieux biologiques B. Etape préanalytique 1.Dans le sang -La concentration de glucose diminue immédiatement après le recueil du fait de la glycolyse au niveau des érythrocytes et des leucocytes.(courbe). -Il convient déviter la glycolyse, cest-à-dire de procéder à la séparation du plasma dans la demi-heure qui suit le prélèvement ou dajouter un antiglycolytique (tube à bouchon gris) - Fluorure: Cette substance interdit la détermination sur le même tube de lurée par une technique enzymatique.
  23. 23. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Etape préanalytiqueInterprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. Dosage du glucose dans les milieux biologiques B. Etape préanalytique 2. Dans les urines Le dosage du glucose est effectué sur une miction ou sur un échantillon des urines de 24 heures. Laddition dun antiseptique dans le flacon de recueil des urines est souhaitable, étant donné la consommation possible du glucose par déventuels germes Il est possible de dépister une glycosurie par des bandelettes réactives utilisant la glucose-oxydase. Celles-ci sont sensibles à linterférence de nombreuses substances réductrices présentes dans les urines. 3. Dans LCR. Il est recommandé deffectuer le dosage dans les plus brefs délais après le prélèvement.
  24. 24. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats………………………………………………… PLANConclusion............................................................................................. INTRODUCTION RAPPELS DOSAGE DU GLUCOSE DANS LES MILIEUX INTERT BIOLOGIQUES PHYSIOPHATOLOGIQUE ETAPE PREANALYTIQUE TECHNIQUES DE DOSAGE
  25. 25. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Techniques de dosageInterprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. Dosage du glucose dans les milieux biologiques C. Techniques de dosage 1.Méthodes enzymatiques a. Méthodes utilisant le système glucose-oxydase/peroxydase Principe Glucose oxydase Beta D glucose + O2 Glucose 6 phosphate H2O2 + peroxydase H2O2 H2O2 Chromogène oxydé Chromogène réduit coloré incolore Différents modes dévaluation de cette réaction sont possibles: Mesure photométrique, Mesure ampérométrique
  26. 26. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Techniques de dosageInterprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. Dosage du glucose dans les milieux biologiques C. Techniques de dosage 1.Méthodes enzymatiques a. Méthodes utilisant le système glucose-oxydase/peroxydase Mésure photométrique - Soit par la mesure de la concentration de peroxyde dhydrogène par lintermédiaire dune réaction faisant intervenir une peroxydase et un chromogène donneur dhydrogène pour donner naissance à un composé coloré dont labsorbance est mesurée par spectrophotométrie Mesure ampérométrique - Soit par une électrode de mesure de la consommation doxygène. Les techniques mesurant la diminution de la pO2 sont peu sensibles à linfluence des substances réductrices.
  27. 27. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Techniques de dosageInterprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. Dosage du glucose dans les milieux biologiques C. Techniques de dosage 1.Méthodes enzymatiques a. Méthodes utilisant le système hexokinase +++ Principe Héxokinase Beta D glucose Glucose 6 phosphate NAD(P)+ Glucose-6-phosphate déshydrogénase (G6PDH) NAD(P)H,H+ 6 phosphogluconolactone - l’absorbance est mesurée à 340 nm. Avantages: - C’est la méthode de référence. - Les deux réactions sont spécifiques.
  28. 28. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Techniques de dosageInterprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. Dosage du glucose dans les milieux biologiques C. Techniques de dosage 1.Méthodes enzymatiques a. Méthodes à la glucose déshydrogénase Principe GDH Beta D glucose D- gluconolactone NAD(P)+ NAD(P)H,H+ Avantages: - Bonne sensibilité et spécificité. - Pas d’interférences( sauf mannose et xylose). - Rapide et automatisable. - Bonne corrélation avec la méthode de l’héxokinase
  29. 29. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Techniques de dosageInterprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. Dosage du glucose dans les milieux biologiques C. Techniques de dosage 2.Méthodes chimiques a. Méthodes par oxydoréduction Principe Consiste à oxydé le glucose par Cu2+ en milieu alcalin à chaud: Ac gluconique+ Cu+. Cu+ est réoxydé par phosphomolybdate : Bleu de molybdène (660nm). Avantages: - Ne sont plus utilisés - Non spécifiques.
  30. 30. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Techniques de dosageInterprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. Dosage du glucose dans les milieux biologiques C. Techniques de dosage 2.Méthodes chimiques a. Méthodes à la O.toluidine Principe En milieu acétique concentré, le glucose est déshydraté en 5- hydroxy-méthyl-furfural. Le produit formé se condense en présence de thiourée sur l’ortho-toluidine pour donner un produit bleu-vert (630 nm) Avantages: - Méthode simple, fiable et peu coûteuse. Inconvénients: - Peu applicable à l’automatisation (action corrosive de l’ac.acétique.) - Interférence avec la bilirubine. - O. toluidine cancérigène.
  31. 31. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Techniques de dosageInterprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. Dosage du glucose dans les milieux biologiques C. Techniques de dosage 1. Lecteurs de glycémie Ces systèmes utilisent des bandelettes réactives ou des dispositifs faisant appel à un principe électrochimique. La Fédération internationale de chimie clinique (IFCC) a recommandé que ces systèmes qui mesurent le glucose dans le sang, fournissent des résultats équivalents à ceux obtenus avec le plasma correspondant, un facteur constant de 1.11 est conseillé pour convertir la concentration de glucose dans le sang en concentration plasmatique. Ceci permet dutiliser des critères dinterprétation des résultats équivalents. Le diagnostic biologique de diabète doit être effectué avec une technique utilisant du plasma.
  32. 32. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats………………………………………………… PLANConclusion............................................................................................. INTRODUCTION RAPPELS DOSAGE DU GLUCOSE DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES VALEURS USUELLES INTERPRETATION VARIATIONS BIOLOGIQUES VARIATIONS PHYSIOPATHOLOGIQUES
  33. 33. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………valeurs usuellesConclusion............................................................................................. Interprétation des résultats A. Valeurs usuelles Prélèvement URINES: : 0 g/l. URINE LCR: Enfants et adultes : 2,2 - 5,0 mmol/l (0,4 - 0,9 g/l). LCR Quel que soit lâge et létat nutritionnel du sujet, la valeur de la glycorachie est comprise entre 60 et 70 % de la valeur de la glycémie Sang 0 0.5 1 1.5 Concentration 2 SANG :Adulte : 3,6 - 5,3 mmol/l (0,65 - 1 g/l).
  34. 34. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………variations biologiquesConclusion............................................................................................. Interprétation des résultats B. Variations biologiques Le glucose plasmatique augmente avec lâge, et la glycémie est constamment plus élevée chez les hommes que chez les femmes. La glycémie serait en relation avec la masse corporelle. Pendant la grossesse, une baisse du glucose plasmatique est observée parallèlement à laugmentation de la sécrétion dinsuline. Cette diminution peut atteindre 17 % en fin de grossesse. Lactivité physique induit une diminution de la glycémie chez lhomme sain, comme chez le diabétique.
  35. 35. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats………………………………………………… PLANConclusion............................................................................................. INTRODUCTION RAPPELS DOSAGE DU GLUCOSE DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES VALEURS USUELLES INTERPRETATION DIABETE SUCRE VARIATIONS BIOLOGIQUES DIABETE SUCRE VARIATIONS HYPERGY DIABETE CEMIE SUCRE PHYSIOPATHOLOGIQUES CHEZ L’ADULTE HYPOGYC EMIE CHEZ L’ENFANT
  36. 36. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………variations physiopathologiquesConclusion............................................................................................. Interprétation des résultats Diabète C. Variations physiopathologiques dans le sang 1. Hyperglycémies a. Diabète sucré Définition Affection chronique caractérisée par une hyperglycémie et une glycosurie [2] En 1997, la Société américaine de diabétologie (ADA) a proposé de nouveaux critères diagnostiques et un nouveau schéma de classification pour le diabète. On a laissé tomber les notions -«insulino-dépendant» - «non insulino-dépendant» -« diabète juvénile ou diabète sénile » - « La notion de diabète trophique a elle aussi été abandonnée »
  37. 37. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………variations physiopathologiquesConclusion............................................................................................. Interprétation des résultats Diabète C. Variations physiopathologiques dans le sang 1. Hyperglycémies a. Diabète sucré Critères diagnostiques: [1] Il existe en principe trois possibilités de diagnostiquer un diabète sucré. 1. Glucose plasmatique à n’importe quel moment (2 g/l) et symptômes typiques d’un diabète sucré - <1,1 g/l) pas de diabète sucré - ( 1,1 g/l et <1,26 g/l) trouble du glucose à jeun (trouble de l’homéostasie du glucose) - ›( 1,26 g/l) diabète sucré (diagnostic provisoire, à vérifier par une 2e détermination 2. Glucose plasmatique à jeun (c’est-à-dire après période de jeûne de >8 heures) (1,26 g/l) 3. Glucose plasmatique 2 heures après charge orale de glucose (75 g) ( 2 g/l)
  38. 38. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………variations physiopathologiquesConclusion............................................................................................. Interprétation des résultats Diabète C. Variations physiopathologiques dans le sang 1. Hyperglycémies a. Diabète sucré Classification du diabète sucré: [1] Classification selon l’étiologie: Diabète sucré de type 1 1. Diabète sucré de type 1 Auto-immune ou idiopathique 2. Diabète sucré de type 2 2. Résistance à l’insuline et défaut de sécrétion d’insuline 3. Types spécifiques de diabète a. Défaut génétique de la fonction des cellules β (Maturity Diabetes of the Young: MODY). b. Défaut génétique dans l’action de l’insuline…………... c. Maladies du pancréas exocrine . d. Endocrinopathies e. Induit par les médicaments. f.Infections… g. Formes rares de diabète immunogène 4. Diabète gestationnel
  39. 39. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………variations physiopathologiquesConclusion............................................................................................. Interprétation des résultats Diabète C. Variations physiopathologiques dans le sang 1. Hyperglycémies a. Diabète sucré Critères pour le dépistage du diabète : [1]  LOrganisation Mondiale de la Santé (OMS) a récemment modifié les critères de classification pour la détection des sujets diabétiques.  Lintervalle des valeurs de glycémie à jeun (plasmatiques) au-delà desquelles une prise en charge est souhaitable a été réduit :< 1,26 g/l au lieu de < 1,40 g/l
  40. 40. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………variations physiopathologiquesConclusion............................................................................................. Interprétation des résultats Diabète C. Variations physiopathologiques dans le sang 1. Hyperglycémies a. Diabète sucré :Diabète type 1 Diabète de type I (anciennement insulinodépendant), il se caractérise par un manque partiel ou total de production dinsuline par lorganisme. Diabète sucré de type 1 est dû à une atteinte de nature auto-immune des cellules β des îlots pancréatiques Découvert chez les sujets jeunes et maigres, il conduit à lacidocétose. Lorsque l’hyperglycémie est cliniquement manifeste, l’atteinte touche déjà 80% des cellules β. Pourtant, le trouble autoimmun de ces cellules débute déjà des années avant que le diabète ne soit manifeste Pour la constitution du diabète de type 1, il faut:une prédisposition immuno- génétique, un facteur déclenchant, ainsi qu’une réaction auto-immune dirigée contre les cellules β.
  41. 41. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………variations physiopathologiquesConclusion............................................................................................. Interprétation des résultats Diabète C. Variations physiopathologiques dans le sang 1. Hyperglycémies a. Diabète sucré :Diabète type 2 Diabète de type II (auparavant nommé non insulinodépendant), Le diabète sucré de type 2, dont 85 à 90% des patients diabétiques sont atteints, est une maladie hétérogène Essentiellement insulinorésistant, soit insulinopénique, soit hyperinsulinique, découvert chez les sujets plus âgés et présentant le plus souvent une surcharge pondérale. Le traitement est dans un premier temps basé sur des mesures diététiques, puis en cas déchec, sur la prise de normoglycémiants de synthèse.
  42. 42. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………variations physiopathologiquesConclusion............................................................................................. Interprétation des résultats Diabète C. Variations physiopathologiques dans le sang 1. Hyperglycémies a. Diabète sucré :Diabète gestationnel Le diabète gestationnel (DG) est un trouble de la tolérance glucidique de gravité variable, survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse, quel que soit le traitement nécessaire et quelle que soit son évolution après laccouchement. Femmes à risque: surpoids, âge >40 ans. Diagnostic important car saccompagne dune augmentation de la morbidité périnatale. Refaire les tests un à deux mois après laccouchement
  43. 43. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………variations physiopathologiquesConclusion............................................................................................. Interprétation des résultats Diabète C. Variations physiopathologiques dans le sang 1. Hyperglycémies a. Diabète sucré : Diabète spécifiques Types spécifiques de diabète a. Défaut génétique de la fonction des cellules β (Maturity Diabetes of the Young: MODY). Actuellement, cinq défauts différents sont connus dans le diabète de type MODY: b. Défaut génétique dans l’action de l’insuline. c. Maladies du pancréas exocrine . d. Endocrinopathies e. Induit par les médicaments. f.Infections… g. Formes rares de diabète immunogène (syndrome de Stiff-Man, anticorps anti-insuline-récepteurs, autres) h. Autres syndromes génétiques associés au diabète (trisomie 21, syndrome de Klinefelter, syndrome de Turner, dystrophie myotonique, autres
  44. 44. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………variations physiopathologiquesConclusion............................................................................................. Interprétation des résultats C. Variations physiopathologiques dans le sang 1. Hyperglycémies b. Le coma hyperosmolaire Le coma hyperosmolaire hyperglycémique non cétosique : il sagit dune entité clinicobiologique qui se définit par la coexistence de troubles de la vigilance de profondeur variable Signes: déshydratation massive et dune hyperglycémie considérable responsable dune hyperosmolarité, dune glycosurie importante, sans cétose notable ni acidose. La glycémie peut alors dépasser 100 mmol/l et losmolarité être supérieure à 400 mosmol/l. Ce coma peut se développer à loccasion dun diabète non insulinodépendant, de processus pathologiques sévères et également après administration de médicaments tels les diurétiques, les hydantoïnes ou plus rarement les corticoïdes.
  45. 45. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………variations physiopathologiquesConclusion............................................................................................. Interprétation des résultats C. Variations physiopathologiques dans le sang 1. Hyperglycémies c. . Autres hyperglycémies Lhyperglycémie peut être rencontrée lors - daffections pancréatiques (pancréatites aiguës ou chroniques, cancers du pancréas), ou - endocriniennes (hypercorticismes, hyperthyroïdies, hyperaldostéronisme secondaire). -Des hyperglycémies iatrogènes peuvent apparaître, entre autres, avec le glucagon, le diazoxide, les corticoïdes ou les diurétiques thiazidiques.
  46. 46. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats………………………………………………… PLANConclusion............................................................................................. INTRODUCTION RAPPELS DOSAGE DU GLUCOSE DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES VALEURS USUELLES INTERPRETATION DIABETE SUCRE VARIATIONS BIOLOGIQUES DIABETE SUCRE VARIATIONS HYPERGY DIABETE CEMIE SUCRE PHYSIOPATHOLOGIQUES CHEZ L’ADULTE HYPOGYC EMIE CHEZ L’ENFANT
  47. 47. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………variations physiopathologiquesConclusion............................................................................................. Interprétation des résultats A. Variations physiopathologiques dans le sang 2. Hypoglycémies a. Chez l’adulte L’hypoglycémie est définie par une glycémie à jeun à 0.6g/l Urgence absolue. Les principaux états dhypoglycémie chez ladulte se rencontrent : - Dans certaines intoxications : alcoolisme aigu, absorption de substances hépatotoxiques (éthylèneglycol, tétrachlorure de carbone...). - Dans linsuffisance hépatique, rénale, le choc septique - Dans le jeûne prolongé ou la malnutrition (déficit en substrat énergétique) - Lors de lutilisation de médicaments dont laction hypoglycémiante est recherchée dans un but thérapeutique (linsuline, les sulfamides hypoglycémiants), ou dautres pour lesquels lhypoglycémie constitue un effet indésirable (salicylés, quinine, maléate de perhexilline...)
  48. 48. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………variations physiopathologiquesConclusion............................................................................................. Interprétation des résultats A. Variations physiopathologiques dans le sang 2. Hypoglycémies a. Chez l’adulte - Dans certains déficits enzymatiques héréditaires, notamment au niveau de la néoglucogenèse (déficit en fructose-1,6 diphosphatase, en phosphoénolpyruvate carboxykinase, ou en glucose- 6 phosphatase...), de loxydation des acides gras (déficit en MCAD, LCHAD, VLCAD...) - Dans des dysfonctionnements hormonaux : hyperinsulinisme, ou déficit de sécrétion des hormones hyperglycémiantes (hypopituitarisme, déficit en hormone de croissance ou en glucagon, insuffisance surrénalienne) - Dans les insulinomes (rare) - Après les repas, précocement (2-3 heures) ou tardivement (3-5 heures) correspondant à une vidange trop rapide du glucose dans lintestin responsable dun hyperinsulinisme
  49. 49. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………variations physiopathologiquesConclusion............................................................................................. Interprétation des résultats A. Variations physiopathologiques dans le sang 2. Hypoglycémies a. Chez l’enfant - Les hypoglycémies de lenfant ont des étiologies propres, elles sont définies par des glycémies inférieures à 2,5 mmol/l et peuvent être observées sans ou avec cétose. Les principales causes des hypoglycémies hypocétosiques de lenfant - Hyperinsulinisme - Anomalies de la cétogenèse - Insuffisance hépatique. Les principales causes des hypoglycémies hypercétosiques de lenfant - Infections€ - Causes hormonales : déficit en cortisol par déficit en ACTH, hypopituitarisme, déficit en glucocorticoïdes, en hormone de croissance, insuffisance surrénalienne, hyperplasie congénitale des surrénales, déficit en glucagon€ Anomalies mitochondriales de la chaine respiratoire
  50. 50. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………variations physiopathologiquesConclusion............................................................................................. Interprétation des résultats D. Variations physiopathologiques dans les urines Une glycosurie est détectable en cas de dépassement du seuil de réabsorption tubulaire du glucose (TmG). Ainsi, lorsque la glycémie dépasse 10 mmol/l (soit 1,8 g/l), une glycosurie apparaît. Le TmG peut être abaissé de manière permanente (cest le cas du diabète rénal associant une glycémie normale à la présence dune glycosurie) ou de manière transitoire (dans la grossesse).
  51. 51. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………variations physiopathologiquesConclusion............................................................................................. Interprétation des résultats D. Variations physiopathologiques dans le LCR Lhyperglycorachie est pratiquement toujours le reflet dune hyperglycémie. Lhypoglycorachie est observée dans certaines méningites (bactériennes ou mycosiques), dans certaines tumeurs malignes ; elle peut être le reflet dune éventuelle hypoglycémie
  52. 52. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………variations physiopathologiquesConclusion............................................................................................. Interprétation des résultats E. Hyperglycémie provoquée par voie orale (HGPO) Permet de classer trois groupes de sujets en fonction des anomalies constatées : -Les sujets normaux ; -Les sujets diabétiques ; -Les sujets intolérants au glucose : leur état est intermédiaire, stable ou évoluant vers le diabète vrai, comportant par lui seul un risque dathérosclérose Indications : - Glycémie à jeun supérieure à la normale. - Glycémie à jeun normale, mais présence de facteurs de risque diabétique (obésité, hérédité, hyperlipidémies à triglycérides ou mixtes). -Glycémie à jeun normale, mais accompagnée dune glycosurie -Contre-indications de lHGPO Sujets de plus de 70 ans Uniquement sur la glycémie à jeun). Antécédents de gastrectomie, de vagotomie, Hyperglycémie provoquée par voie intraveineuse). [4]
  53. 53. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………variations physiopathologiquesConclusion............................................................................................. Interprétation des résultats E. Hyperglycémie provoquée par voie orale (HGPO) Déroulement de lépreuve : la charge de glucose est de 75 g chez ladulte (100 g pour la femme enceinte) et de 1,75 g/kg de poids corporel chez lenfant, administrée en moins de 5 minutes avec 250 ml deau ; la technique de dosage utilise la glucose-oxydase ; les dosages de glycémie (et éventuellement de linsuline et du C-peptide plasmatiques), dans la technique simplifiée, sont effectués avant la charge puis 2 heures après. Lextension de lépreuve à 3 et 5 heures nest plus recommandée et elle nest désormais plus pratiquée. Précautions Les patients doivent être strictement à jeun depuis 12 heures au moins et 16 heures au plus. Leur apport alimentaire et leur activité physique doivent être normaux les 3 jours qui précèdent. Labsence de maladie aiguë les 2 semaines précédentes, ainsi que larrêt depuis au moins 3 jours des médicaments qui influencent la tolérance au glucose sont exigés [4]
  54. 54. Introduction............................................................................................Rappels.................................................................................................Dosage du glucose dans les milieux biologiques……………………….Interprétation des résultats…………………………………………………Conclusion............................................................................................. Conclusion Le glucose , élément clé du maintien de l’homéostasie de l’organisme. Son dosage est une urgence biologique et technique, méthode de référence à l’Héxokinase. Le diagnostic de diabète est établi exclusivement à partir des données biologiques. La fiabilité des dosages du glucose dans les liquides biologiques repose sur le respect de rigoureuses procédures préanalytiques pour évaluer les états dhypoglycémie ou dhyperglycémie.
  55. 55. [ 1] A. Vassault, Glucose, hyperglycémie provoquée.Biologie clinique [90-10-0485].2008[2] Dictionnaire médicale Larousse.[3] G. A. Spinas, R. Lehmann, Diabète sucré:Diagnostic, classification et pathogenèse. Forum MedSuisse No 20 16 mai 2001.[4] Lehninger A.L., Nelson D.L., Cox M.M. Glycolyse etcatabolisme des hexoses. Principes de biochimie Paris:Flammarion; 1993. (p. 400-45).
  56. 56. MERCI B.Y AVRIL/2010

×