SlideShare une entreprise Scribd logo
BILIRUBINE
Soukaina EL AMRANI ZERRIFI
 La bilirubine est le produit de la dégradation de
l’hémoglobine
dans la rate. Libérée dans le plasma sous une forme
insoluble dans l’eau, elle est véhiculée vers le foie liée à
l’albumine. Dans le foie elle est conjuguée par le
glucuronate, ce qui la rend soluble puis elle est excrétée
par les voies biliaires dans l’intestin.
La bilirubine conjuguée, soluble dans l’eau et présente
dans les
voies biliaires est dite «directe»; la bilirubine non
conjuguée, libérée par la destruction des hématies et
présente dans le sang, est dite «indirecte».
Le dosage de la bilirubine totale confirme le diagnostic
d’ictère.
Celui de ses composantes en précise le mécanisme.
Bilirubine
Indications:
• Toutes les maladies hépatobiliaires (le
dosage est inclus dans le «bilan hépatique
complet»).
• Recherche d’une hémolyse devant une
anémie régénérative (avec des réticulocytes
élevés).
• Chez le nouveau-né : recherche d’un ictère
hémolytique du nouveau-né par incompatibilité
fœtomaternelle, d’une atrésie biliaire.
Prélèvement
Valeurs usuelles
• Bilirubine totale :
< 12 mg/L (20 µmol/L)
• Bilirubine indirecte (non conjuguée) :
< 10 mg/L (18 µmol/L)
• Bilirubine directe (conjuguée) :
< 2 mg/L (4 µmol/L)
Prélèvement de sang capillaire (enfant) ou veineux (adulte)
sur tube sec ou hépariné.
Éviter la stase veineuse. Rejeter les prélèvements lorsque
le garrot a été mis en place plus de 1 min.
Éviter l’exposition du prélèvement à la lumière (la bilirubine
s’oxyde à la lumière). En pédiatrie, utiliser de préférence des
flacons ambrés ou enveloppés dans du papier d’aluminium.
.Un ictère est cliniquement décelable lorsque
la bilirubine dépasse 50 µmol/L (30 mg/L).
• Certains nouveau-nés présentent un ictère
«physiologique» dû à l’immaturité hépatique.
La bilirubinémie peut atteindre 200 µmol/L
le 3e jour. L’ictère disparaît rapidement et, le
5e jour, la bilirubine est < 35 µmol.
Interprétation
Hyperbilirubinémies conjuguées
L’hyperbilirubinémie conjuguée se signale par la présence de
bilirubine dans les urines, qui sont foncées (la bilirubine
conjuguée, à la différence de la non conjuguée, est
hydrosoluble ; elle peut donc passer dans les urines). En
revanche les selles sont décolorées faute de bilirubine dans
l’intestin.
L’hyperbilirubinémie conjuguée est due à une cholestase. On
entend
par cholestase tout obstacle à l’écoulement biliaire «de
l’hépatocyte
à l’ampoule de Vater».
Une cholestase se reconnaît à l’élévation concomitante des
gamma-glutamyl transpeptidases (γGT) et de la bilirubine.
Elle peut être confirmée par le dosage de la 5’-nucléotidase.
Une cholestase peut être extrahépatique ou intrahépatique.
La
distinction est faite à l’échographie selon que les voies
biliaires sont dilatées (cholestase extrahépatique) ou non
 Hyperbilirubinémies non conjuguées
Une hyperbilirubinémie est dite non conjuguée lorsqu’elle est
constituée à 80 % ou plus de bilirubine libre (« indirecte »).
L’ictère est habituellement discret. L’excrétion biliaire intestinale
de la bilirubine est augmentée, ce qui colore les selles, qui sont
foncées.
L’hyperbilirubinémie non conjuguée est généralement due à une
hémolyse, parfois à un défaut de glucuronoconjugaison.
Déficit en glucuronoconjugaison
Un déficit en glucuronoconjugaison fréquent et tout à fait bénin
est la maladie de Gilbert (cholémie familiale). Cette affection à
transmission autosomique dominante se traduit par un ictère
familial chronique, modéré, isolé, facile à reconnaître.
La bilirubinémie (qui doit être dosée après un jeûne prolongé)
ne
dépasse pas 50 mg/L (85 mmol/L).
 Hémolyse:
En dehors de ce cas l’hyperbilirubinémie indirecte est due
à une
hémolyse (anémie hémolytique).
L’ictère hémolytique est habituellement discret. La
bilirubine
dépasse rarement 100 μmol/L. Les épreuves fonctionnelles
hépatiques sont normales. L’anémie est régénérative.
L’haptoglobine estabaissée, les lactates déshydrogénases
(LDH) augmentées.
Toutes les hémolyses augmentent la bilirubine :
• anémies hémolytiques corpusculaires (Minkowski-
Chauffard,
déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase [G6PD],
etc.);
• anémies hémolytiques toxiques, médicamenteuses,
parasitaires,
 Chez le nouveau-né atteint d’hémolyse par
incompatibilité fœto maternelle, la production
de bilirubine déborde rapidement les
possibilités d’épuration, faibles à cet âge. La
bilirubine se répand dans les tissus riches en
lipides et imprègne les noyaux gris centraux
du cerveau. Cet ictère nucléaire peut être
mortel ou laisser de graves séquelles
neurologiques.
Bilirubine
MERCI POUR VOTRE
ATTENTION

Contenu connexe

Tendances

Les examens biologiques en Hématologie
Les examens biologiques en HématologieLes examens biologiques en Hématologie
Les examens biologiques en Hématologie
Meriamme Oue
 
Dosage de l'Albuminémie
Dosage de l'AlbuminémieDosage de l'Albuminémie
Dosage de l'Albuminémie
S/Abdessemed
 
these15-18.pdf
these15-18.pdfthese15-18.pdf
these15-18.pdf
lohebih
 
Ionogramme sanguin
Ionogramme sanguinIonogramme sanguin
Ionogramme sanguin
S/Abdessemed
 
Pathologies des glandes surrenales
Pathologies des glandes surrenalesPathologies des glandes surrenales
Pathologies des glandes surrenales
Patou Conrath
 
Ionogramme plasmatique
Ionogramme plasmatiqueIonogramme plasmatique
Ionogramme plasmatique
ispits fes
 
Ictere les bons réflexes 2016
Ictere les bons réflexes 2016Ictere les bons réflexes 2016
Ictere les bons réflexes 2016
Claude EUGENE
 
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenir
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenirANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenir
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenir
Claude EUGENE
 
Généralités sur le sérodiagnostic
Généralités sur le sérodiagnosticGénéralités sur le sérodiagnostic
Généralités sur le sérodiagnostic
S/Abdessemed
 
Grossesse et diabète
Grossesse et diabèteGrossesse et diabète
Grossesse et diabète
Amine Dafaa
 
Complications aigues du diabأ¨te sucrأ©
Complications aigues du diabأ¨te sucrأ©Complications aigues du diabأ¨te sucrأ©
Complications aigues du diabأ¨te sucrأ©
killua zoldyck
 
Le bilan phosphocalcique
Le bilan phosphocalciqueLe bilan phosphocalcique
Le bilan phosphocalcique
S/Abdessemed
 
Traitement de l'acidocétose diabétique letarget modifié
Traitement    de  l'acidocétose diabétique     letarget modifiéTraitement    de  l'acidocétose diabétique     letarget modifié
Traitement de l'acidocétose diabétique letarget modifié
MALIKADOCTEUR83
 
Crp
CrpCrp
Dosage du cholestérol total
Dosage du cholestérol totalDosage du cholestérol total
Dosage du cholestérol total
S/Abdessemed
 
HEPATITE AIGUE
HEPATITE AIGUEHEPATITE AIGUE
HEPATITE AIGUE
Claude EUGENE
 
Les ictères à bilirubine libre
Les ictères à bilirubine libreLes ictères à bilirubine libre
Les ictères à bilirubine libre
killua zoldyck
 
Cirrhose 2017
Cirrhose 2017Cirrhose 2017
Cirrhose 2017
Claude EUGENE
 
Réaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiques
Réaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiquesRéaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiques
Réaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiques
Asmae LGUENSAT
 

Tendances (20)

Les examens biologiques en Hématologie
Les examens biologiques en HématologieLes examens biologiques en Hématologie
Les examens biologiques en Hématologie
 
Dosage de l'Albuminémie
Dosage de l'AlbuminémieDosage de l'Albuminémie
Dosage de l'Albuminémie
 
these15-18.pdf
these15-18.pdfthese15-18.pdf
these15-18.pdf
 
Ionogramme sanguin
Ionogramme sanguinIonogramme sanguin
Ionogramme sanguin
 
Pathologies des glandes surrenales
Pathologies des glandes surrenalesPathologies des glandes surrenales
Pathologies des glandes surrenales
 
Ionogramme plasmatique
Ionogramme plasmatiqueIonogramme plasmatique
Ionogramme plasmatique
 
Ictere les bons réflexes 2016
Ictere les bons réflexes 2016Ictere les bons réflexes 2016
Ictere les bons réflexes 2016
 
Hepatomegalies
HepatomegaliesHepatomegalies
Hepatomegalies
 
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenir
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenirANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenir
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenir
 
Généralités sur le sérodiagnostic
Généralités sur le sérodiagnosticGénéralités sur le sérodiagnostic
Généralités sur le sérodiagnostic
 
Grossesse et diabète
Grossesse et diabèteGrossesse et diabète
Grossesse et diabète
 
Complications aigues du diabأ¨te sucrأ©
Complications aigues du diabأ¨te sucrأ©Complications aigues du diabأ¨te sucrأ©
Complications aigues du diabأ¨te sucrأ©
 
Le bilan phosphocalcique
Le bilan phosphocalciqueLe bilan phosphocalcique
Le bilan phosphocalcique
 
Traitement de l'acidocétose diabétique letarget modifié
Traitement    de  l'acidocétose diabétique     letarget modifiéTraitement    de  l'acidocétose diabétique     letarget modifié
Traitement de l'acidocétose diabétique letarget modifié
 
Crp
CrpCrp
Crp
 
Dosage du cholestérol total
Dosage du cholestérol totalDosage du cholestérol total
Dosage du cholestérol total
 
HEPATITE AIGUE
HEPATITE AIGUEHEPATITE AIGUE
HEPATITE AIGUE
 
Les ictères à bilirubine libre
Les ictères à bilirubine libreLes ictères à bilirubine libre
Les ictères à bilirubine libre
 
Cirrhose 2017
Cirrhose 2017Cirrhose 2017
Cirrhose 2017
 
Réaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiques
Réaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiquesRéaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiques
Réaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiques
 

Bilirubine

  • 2.  La bilirubine est le produit de la dégradation de l’hémoglobine dans la rate. Libérée dans le plasma sous une forme insoluble dans l’eau, elle est véhiculée vers le foie liée à l’albumine. Dans le foie elle est conjuguée par le glucuronate, ce qui la rend soluble puis elle est excrétée par les voies biliaires dans l’intestin. La bilirubine conjuguée, soluble dans l’eau et présente dans les voies biliaires est dite «directe»; la bilirubine non conjuguée, libérée par la destruction des hématies et présente dans le sang, est dite «indirecte». Le dosage de la bilirubine totale confirme le diagnostic d’ictère. Celui de ses composantes en précise le mécanisme. Bilirubine
  • 3. Indications: • Toutes les maladies hépatobiliaires (le dosage est inclus dans le «bilan hépatique complet»). • Recherche d’une hémolyse devant une anémie régénérative (avec des réticulocytes élevés). • Chez le nouveau-né : recherche d’un ictère hémolytique du nouveau-né par incompatibilité fœtomaternelle, d’une atrésie biliaire.
  • 4. Prélèvement Valeurs usuelles • Bilirubine totale : < 12 mg/L (20 µmol/L) • Bilirubine indirecte (non conjuguée) : < 10 mg/L (18 µmol/L) • Bilirubine directe (conjuguée) : < 2 mg/L (4 µmol/L) Prélèvement de sang capillaire (enfant) ou veineux (adulte) sur tube sec ou hépariné. Éviter la stase veineuse. Rejeter les prélèvements lorsque le garrot a été mis en place plus de 1 min. Éviter l’exposition du prélèvement à la lumière (la bilirubine s’oxyde à la lumière). En pédiatrie, utiliser de préférence des flacons ambrés ou enveloppés dans du papier d’aluminium.
  • 5. .Un ictère est cliniquement décelable lorsque la bilirubine dépasse 50 µmol/L (30 mg/L). • Certains nouveau-nés présentent un ictère «physiologique» dû à l’immaturité hépatique. La bilirubinémie peut atteindre 200 µmol/L le 3e jour. L’ictère disparaît rapidement et, le 5e jour, la bilirubine est < 35 µmol.
  • 6. Interprétation Hyperbilirubinémies conjuguées L’hyperbilirubinémie conjuguée se signale par la présence de bilirubine dans les urines, qui sont foncées (la bilirubine conjuguée, à la différence de la non conjuguée, est hydrosoluble ; elle peut donc passer dans les urines). En revanche les selles sont décolorées faute de bilirubine dans l’intestin. L’hyperbilirubinémie conjuguée est due à une cholestase. On entend par cholestase tout obstacle à l’écoulement biliaire «de l’hépatocyte à l’ampoule de Vater». Une cholestase se reconnaît à l’élévation concomitante des gamma-glutamyl transpeptidases (γGT) et de la bilirubine. Elle peut être confirmée par le dosage de la 5’-nucléotidase. Une cholestase peut être extrahépatique ou intrahépatique. La distinction est faite à l’échographie selon que les voies biliaires sont dilatées (cholestase extrahépatique) ou non
  • 7.  Hyperbilirubinémies non conjuguées Une hyperbilirubinémie est dite non conjuguée lorsqu’elle est constituée à 80 % ou plus de bilirubine libre (« indirecte »). L’ictère est habituellement discret. L’excrétion biliaire intestinale de la bilirubine est augmentée, ce qui colore les selles, qui sont foncées. L’hyperbilirubinémie non conjuguée est généralement due à une hémolyse, parfois à un défaut de glucuronoconjugaison. Déficit en glucuronoconjugaison Un déficit en glucuronoconjugaison fréquent et tout à fait bénin est la maladie de Gilbert (cholémie familiale). Cette affection à transmission autosomique dominante se traduit par un ictère familial chronique, modéré, isolé, facile à reconnaître. La bilirubinémie (qui doit être dosée après un jeûne prolongé) ne dépasse pas 50 mg/L (85 mmol/L).
  • 8.  Hémolyse: En dehors de ce cas l’hyperbilirubinémie indirecte est due à une hémolyse (anémie hémolytique). L’ictère hémolytique est habituellement discret. La bilirubine dépasse rarement 100 μmol/L. Les épreuves fonctionnelles hépatiques sont normales. L’anémie est régénérative. L’haptoglobine estabaissée, les lactates déshydrogénases (LDH) augmentées. Toutes les hémolyses augmentent la bilirubine : • anémies hémolytiques corpusculaires (Minkowski- Chauffard, déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase [G6PD], etc.); • anémies hémolytiques toxiques, médicamenteuses, parasitaires,
  • 9.  Chez le nouveau-né atteint d’hémolyse par incompatibilité fœto maternelle, la production de bilirubine déborde rapidement les possibilités d’épuration, faibles à cet âge. La bilirubine se répand dans les tissus riches en lipides et imprègne les noyaux gris centraux du cerveau. Cet ictère nucléaire peut être mortel ou laisser de graves séquelles neurologiques.