« Un geste chrétien dans un monde qui souffre »
France
Bosnie
Maroc
RDC
Roumanie
Ukraine
Juin 2014
84
«Un geste chrétien d...
DirecteurdepublicationJean-MarcSEMOULIN
Editeur
MiseenpageJacques-OlivierNICOLAS
Impression2GImpression13ruedesFontenelles...
Assemblée générale annuelle
12 avril 2014
Paris
adrid
Berne
Rome
Vienne
Prague
Bratislava
Budapest
Kisinöv
Kiev
Varsovie
V...
RAPPORT MORAL 2013
Assemblée Générale du 12 avril 2014
Retrouvez les données détaillées sur notre site lagerbe.org, à la p...
Bilan en cours de route
ADMR
Solidarité internationale
L’ADMR permet à
chacun de voir son quotidien
facilité et pour certa...
Pour une vie meilleure
MEV
Bethel est une
association
caritative roumaine,
fondée par Cristian
et Maria Mateescu,
qui inte...
L’association
Pomirenje
“Réconciliation”
a été fondée en
2004 à Zenica .
En 2007 l’association
a été reprise par Walter
Go...
 Enfin des soins à Tshudi Loto
4 ans déjà
Paris
Madridbonne
Berne
Rome
Vienne
Prague
Bratislava
Budapest
Kisinöv
Kiev
Vars...
Le chantier insertion
Travailler la sortie “hors des murs”
Depuis 2006,
l’association La
Gerbe porte un
chantier d’inserti...
Le chantier-insertion 
Une journée de l’autre côté du mur
islava
Budapest
Kisinöv
Kiev
arsovie
Vilnius
Minsk
Riga
Moscou
v...
Le chantier-insertion 
Histoires de vie
Paris
adrid
Berne
Rome
Vienne
Prague
Bratislava
Budapest
Kisinöv
Kiev
Varsovie
Vil...
Ferme Claris et Maison d’à Côté
Gite d’accueil d’urgence  pension de famille
En plus de la
ferme Claris, gîte
d’accueil d’...
Ferme Claris et Maison d’à Côté
Gite d’accueil d’urgence  pension de famille
Adresse :
NOM : Prénom :
Code Postal : VILLE ...
Ferme Claris et Maison d’à Côté
Gite d’accueil d’urgence  pension de famille
Transmission de contacts
En nous faisant conn...
Ferme Claris et Maison d’à Côté
Gite d’accueil d’urgence  pension de famille
thérapeutique,
m ê m e s i
l a d é c i s i o ...
Le journal Espérance a 20 ans !
et maintenant vous pouvez également nous suivre sur nos blogs en vous abonnant :
http://cl...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Esperance n°84

1 172 vues

Publié le

Trimestriel de l'association humanitaire La Gerbe

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 172
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
235
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Esperance n°84

  1. 1. « Un geste chrétien dans un monde qui souffre » France Bosnie Maroc RDC Roumanie Ukraine Juin 2014 84 «Un geste chrétien dans un monde qui souffre» France Bosnie Maroc RDC Roumanie Ukraine Juin 2014 84 «Un geste chrétien dans un monde qui souffre» France Bosnie Maroc RDC Roumanie Ukraine Juin 2014 84 20ANS 20ans
  2. 2. DirecteurdepublicationJean-MarcSEMOULIN Editeur MiseenpageJacques-OlivierNICOLAS Impression2GImpression13ruedesFontenelles78920Ecquevilly SiègesocialEspaceHumanitaireet Citoyenneté-ZACdupetitParc13 ruedesFontenelles78920ECQUEVILLY- Tél 01 34755615-Fax013475 93 79-esperance@lagerbe.org Gîted’accueild’urgenceFermeClaris-30350 LEZAN-Tél/Fax04 66 92 01 08-claris@lagerbe.org Nos partenaires Rapport dʼactivité 2010 - Association chrétienne de solidarité La Gerbe www.lagerbe.or Convoi vers la Roumanie Convoi vers la Roumanie Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Convoi vers la Roumanie Equipe de La Gerbe en Ukraine La Gerbe et VOH au Salon des Solidarités Ferme Claris: Achat de la maison relais Atelier «Slam» : prévention des discriminations au Mureaux Convoi vers la Roumanie Convoi vers la Bosnie Ferme Claris: création dʼun atelier dʼécriture Visite des partenaires congolais (RDC) à Ecquevilly Buffet équitable aux assises de la coopératon Yvelinoises pour 500 personnes Equipe de La Gerbe en Roumanie Action de sensibilisation à la citoyenneté à poissy devant 270 collégiens Ferme Claris : renouvellement des agréments dʼétablissem Fête de La Ferme Claris : 60 personnes Convoi vers la Roumanie Convoi vers la Roumanie Convoi vers la Roumanie La Gerbe : 2010 en quelques dates Septembre 2011 73 Association Chrétienne de Solidarité Internationale Association loi 1901 créée en 1988 déclarée en Sous-Préfecture de Mantes la Jolie sous le n° 0781007848 n° Siret 419 824 669 000 40 APE : 9499Z - Habilitée à délivrer des reçus fiscaux et à percevoir des dons ISF. France : CCP : 46 261 09 V - LA SOURCE Suisse : en passant par la Fondation Mon Rocher Abonnementannuel :10 €/4 numéros N° ISSN : 1259-3621 - Commission Paritaire : 1008 G 78454 - Dépôt légal : à parution Journal d’information - Tirage : 3 700 exemplaires Conformément à l’article 27 de la loi du 6 janvier 1978,vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant dans nos fichiers EDITO Nous vous présentons Roxana radieuse sous son chapeau de ‘fin d’étude’. Elle vient de terminer l’école en Roumanie, et nous la félicitons ! Roxana, tu nous encourages! Parce que ta vie est une preuve (parmi beaucoup d’autres) qu’il est possible de rebondir après des événements de vie très difficiles. Pas après pas, par la persévérance de l’accueil et du soutien aimant de l’entourage au quotidien, la prise de confiance progressive: l’éveil à la vie peut avoir lieu même au travers des nombreuses cabosses. Roxana, abandonnée à sa naissance, minuscule bébé, sourde-muette, avec une malformation cardiaque. Aux yeux du monde, sa vie ne tenait qu’à un fil. Rejetée à l’orphelinat, recroquevillée sur elle-même, isolée. Puis un jour, accueillie par une famille qui a multiplié les soins quotidiens, même si l’apprivoisement mutuel était laborieux. Plus tard, Roxana fut opérée du cœur, ce qui lui sauva sa vie physique. Il y a quelques années, vous avez lu dans ce journal que, grâce à la fondation MEV, elle avait pu être opérée pour recevoir un implant auditif. Aujourd’hui, elle a terminé l’école et envisage une formation dans une école spécialisée. Un certain apaisement semble avoir été trouvé. La vie s’ouvre… Cet accompagnement au quotidien, voilà ce pour quoi tant de personnes citées dans ce numéro s’engagent, que ce soit à la Ferme Claris, à la Maison d’à Côté, chez nos partenaires à l’étranger, sur le chantier insertion à Ecquevilly, et en tant d’autres lieux. Travail de longue haleine, tissé de multiples gestes quotidiens « enrobés » de l’amour de Dieu. Travail persévérant, marqué de cicatrices, de victoires, de problèmes certainement, comme encore à VOH au Maroc, mais qui permet d’oser, de croire et d’espérer. Les mauvaises nouvelles de guerre en Ukraine nous font trembler pour les hommes et femmes de ce pays. Déjà de trop nombreuses victimes sont à déplorer. Nous avons pu garder le contact avec nos correspondants et à l’heure où nous mettons sous presse un espoir de paix se dessine. Avec un de nos collaborateurs qui en est originaire, nous restons en prière pour cette région du monde. Et pour tous ces besoins, comment prier ? Une pensionnaire de la Ferme Claris répond à une autre résidente: « tu vas dans un endroit tranquille, tu fermes la porte, et tu parles «normal» ». Cela pourrait faire partie de nos choix dans ces jours d’été qui commencent. L’équipe de rédaction France - Assemblée générale ............................................................... p 3-4 Roumanie - ADDIP - ADMR .................................................................... p 5 Roumanie - Bethel MEV ........................................................................ p 6 Bosnie - Vallée de la grâce - Ukraine ..................................................... p 7 RDC - Tshudi Loto Maroc - Ain Leuh........................................................ p 8 France - Chantier d’insertion .............................................................. p 9-11 France - Ferme Claris ...................................................................... p 12-15 France - Espérance à 20 ans ! ................................................................ p 16 S o m m a i r e La Gerbe est membre de : Nos partenaires : www.lagerbe.org www.facebook.com/esperance.lagerbe twitter.com/lagerbe 22
  3. 3. Assemblée générale annuelle 12 avril 2014 Paris adrid Berne Rome Vienne Prague Bratislava Budapest Kisinöv Kiev Varsovie Vilnius Minsk Riga Stockholm Copenhague Tallinn Moscou Berlin Sarajevo Tirana Skopje Athènes Belgrade Sofia Bucarest Ankara Nicosie Ammam Damas Beyrouth Jerusalem Le Caire Tripoli Tunis Alger Bagdad Tbilissi Erevan Bakou Zagreb Ljubljana Bruxelles Amsterdam Londres Dublin FRANCE Andorre Monaco Liechtenstein Luxembourg Slovénie Bosnie MACEDOINE ROYAUME- UNINDE ALLEMAGNE ITALIE MALTE LYBIE SUISSE AUTRICHE ROUMANIE MOLDAVIE GRECE BULGARIE UKRAINE POLOGNE PAYS-BAS DANEMARK LITUANIE LETTONIE SUEDE ESTONIE BELGIQUE HONGRIE YOUGOSLAVIE CROATIE ALBANIE SLOVAQUIE REP. TCHEQUE BIELORUSSIE TURQUIE IRAK IRAN AZERBAÏDJANGEORGIE ARMENIE JORDANIE EGYPTE CHYPRE LIBAN ISRAEL KAZAKHSTAN Russie SYRIE ARABIE SAOUDITE E ALGERIE TUNISIE Pour plus de détails, rendez-vous sur notre site lagerbe.org, à la page « rapport d’activité », où vous trouverez le bilan complet des projets de l’année 2013.France AG Chers amis membres actifs et sympathisants de l’association, La situation d’une grande partie de nos concitoyens s’est dégradée depuis un an. Nous restons convaincus que ce drame n’est pas une fatalité, même si parfois tout peut le laisser croire. Nous affirmons avec l’évangile que les personnes fragiles ou vulnérables recèlent plus d’un atout qui ne demande qu’à être ressuscité. Les associations d’action sociale sont là pour constituer, chacune à sa manière, une barrière contre les atteintes à la dignité humaine. Dans cet élan, nous avons entrepris en 2013 une action de communication commune avec 6 autres associations de la Fédération de l’Entraide Protestante (FEP) concernées par l’hébergement, le logement et l’insertion : un stand au village des solidarités lors de la manifestation « Protestants en Fête » à Paris ! Des bénéficiaires de nos établissements ont participé au projet et sont venus à Paris, entre autres une femme logée dans la pension de famille de Lézan. Elle a même voulu découvrir le culte festif au Palais Omnisports de Bercy avec un grand nombre de personnes rassemblées dans la joie et l’espérance. Elle a visité Paris. Elle est sortie de son horizon restreint. Le groupe de professionnels qui s’est constitué à cette occasion continue de se réunir sous forme d’ateliers de réflexion. Au cours de ces journées nous avons considéré comment les crises sont des occasions de renouveler, voire de refonder nos actions. Je pensais à la qu’il peut mobiliser, écouter, laisser la personne libre de ses choix, sont des valeurs importantes portées par l’association ». L’engagement suppose aussi de communiquer, de trouver des lieux d’échange et de réflexion. Je citerai à ce sujet plusieurs autres faits marquants de l’année. - D’abord au niveau du territoire, la participation à de nombreux réseaux. Le pôle gardois adhère désormais à l’Union des Lieux à Vivre, dont elle partage la charte, qui proclame que « chaque habitant de ces lieux est appelé selon ses talents à participer, à construire le bien-être collectif » et « que le contrat qui lie les associations et les habitants des lieux à vivre et les habitants entre eux, peut être qualifié de contrat de compagnonnage ou… de contrat de solidarité fraternelle dans la durée ». - A Lézan, les deux maisons se sont inscrites parmi les « Familles à énergie positive », action nationale pour diminuer sur 6 mois nos dépenses d’eau, électricité et fuel. Les résidents sont impliqués dans ce défi. - Côté Ecquevilly, l’action fut plus médiatique lorsque la responsable de l’insertion, Sylvie Cuendet, a porté le témoignage de La Gerbe lors de la visite du Président Hollande aux Mureaux. Occasiondevérifiernotrereconnaissance dans ce secteur. façon dont les obstacles rencontrés à Ecquevilly pour la mise en place de la ressourcerie ont été abordés comme une phase de transition marquée par une « attente active ». Aussi bien le conseil d’établissement que les équipes ont usé d’ingéniosité pour organiser de la façon la plus pratique ce qui pourtant n’est pas censé durer. La mobilisation d’acteurs variés et complémentaires s’est traduite par un renfort du bénévolat, en particulier sur Ecquevilly avec la structuration de l’action bénévole au sein d’un véritable pôle de l’engagement animé par Anne- Lydie Vergnon. A Lézan, Marie Kotian s’implique dans la coordination des ateliers où interviennent salariés et bénévoles, cette ouverture devant déboucher sur une demande de reconnaissance de « l’espace de vie sociale » offert à divers publics sur Lézan et ses environs. Sur nos deux pôles, les bénévoles accomplissent ainsi un geste citoyen, offrent une participation au décloisonnement de l’action associative et à la recréation du lien social. Guylaine Brunel, membre de notre conseil d’administration, m’écrivait récemment, qu’« être bénévole peut sembler déroutant pour qui s’attend à recevoir des ordres et une ligne de conduite toute tracée ; à La Gerbe, l’accent est mis au contraire sur la reconnaissance du potentiel que chacun recèle en lui : qu’est-ce que vous aimez faire, qu’auriez-vous envie de faire, sont autant de questions qui incitent au choix, à la réflexion. Faire prendre conscience à chacun des compétences Merci à la mairie d’Ecquevilly pour le prêt de la salle 3 Juin 2014 84
  4. 4. RAPPORT MORAL 2013 Assemblée Générale du 12 avril 2014 Retrouvez les données détaillées sur notre site lagerbe.org, à la page « rapport d’activité » France AG - Nos deux pôles franciliens et gardois se sont également unis à travers la création d’un comité de communication, qui a lancé les bases d’une action plus moderne avec la création de « blogs », la diffusion d’Espérance par Internet, et un projet de rénovation du site Internet, autant d’efforts qui porteront leurs fruits sans doute au cours de 2014. - Enfin mentionnons les échanges enrichissants que nous avons eus avec les responsables paroissiaux sur Lézan, au sujet des projets de La Gerbe, un résultat des liens tissés progressivement et atout pour l’avenir. L’extension de handicaps multiples dans des domaines variés (santé, travail, logement, ressources) nous confronte plus que jamais à notre capacité d’associer les personnes qui viennent vers nos établissements dans une co-construction des projets qui leur sont destinés. A nous de relever ce défi de façon collective. Nos directeurs d’établissements sauront le faire en y associant leurs équipes. Je les remercie tous pour leur ardeur et leur dévouement à ce service envers autrui, qu’ils conduiront demain comme hier comme cette « utopie réaliste » qui caractérise notre association. Un témoignage pour terminer, celui de Françoise Arsac, qui anime le groupe de paroles pour enfants à Lézan : « à leur arrivée à la Ferme Claris, la plupart choisissent pour exprimer leur émotion la figure de clown triste et malheureux, effrayé, pas content ou en colère ; au bout de quelques semaines de séjour, leur choix s’est toujours orienté vers le clown au grand sourire ! » Monsouhaitestquecebeauchangement de regard sur la vie soit communicatif. Le président, Philippe Fournier Les deux graphes concernent l’ensemble de La Gerbe (Ecquevilly, Lézan et le pôle général). Pour donner une image la plus fidèle possible, ces graphes tiennent compte des dons en nature ainsi que du bénévolat (données non recensées dans l’établissement des comptes par le cabinet comptable). La valorisation du bénévolat est calculée d’après la grille de salaire de la convention collectivedel’association.Ducôtédescharges, cela représente donc le salaire qu’il aurait fallu verser si cette activité avait été réalisée par un salarié. (Valorisation de 95 625 € pour Lézan, de 110 641 € pour Ecquevilly et 4 377 € pour le pôle général). Ce même montant apparaît ensuite dans les produits (il matérialise le fait que le bénévole a fait don à l’association du montant que représente son activité). Les dons en nature faits à l’association concernent des dons de matériel pour la solidarité internationale pour Ecquevilly et les dons de nourriture pour Lézan (banque alimentaire). La valorisation de ces produits est calculée en fonction de leur prix, en appliquant bien-sûr une décote importante lorsqu’ils ne sont pas neufs (généralement 60 à 80%). Du côté des charges, la valorisation de ces dons en nature représente le montant qu’il aurait fallu dépenser pour les acheter et du côté des produits, le montant valorisé matérialise le fait que ces choses ont été données à l’association. La ventilation des charges est faite en fonction des pôles d’activité de l’association : Général : ce pôle regroupe les activités qui concernent l’ensemble de l’association (notamment le journal Espérance) Lézan : activités du gîte d’accueil et de la pension de famille Ecquevilly : comprend la solidarité internationale et la ressourcerie (chantier d’insertion) le résultat de l’exercice 2013 est de -5 906,71 €, qui se répartissent de la façon suivante : Lézan : 15 030,5 € Ecquevilly : - 20 489,11 € pôle général : - 448,25 € Il a été voté en AG d’affecter les résultats en report à nouveau pour Lézan, Ecquevilly et le pôle général. Côté chiffres ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! 0,3 % 7 % 11 % 1 % 22 % 58 % Ecquevilly Lézan Général Valorisation Ecquevilly Valorisation Lézan Valorisation Général ! ! ! ! ! 3 % 15 % 4 % 11 % 22 % 45 % Subventions Fonds privés Ventes et prestations Autres Valorisation bénévolat Valorisation don en nature Charges : 1 441 802 € Produits : 1 435 895 € 4 Juin 2014 84
  5. 5. Bilan en cours de route ADMR Solidarité internationale L’ADMR permet à chacun de voir son quotidien facilité et pour certains, d’avoir une vie transformée au travers de don de matériel médical (fauteuils roulants, béquilles…). Mihai et Rodica Fighir, les dirigeants de l’association, eux mêmes touchés par le handicap, s’efforcent de créer des opportunités pour offrir à leurs membres une vie un peu plus colorée. La Gerbe et la Fondation «   Mission Est-Ouest   » sont à l’origine de la création de l’ADDIP en 2006, afin de proposer aux jeunes issus d’orphelinats une formation et une réintégration progressive. va Budapest Kisinöv Kiev ovie Vilnius Minsk Riga olm Helsinki Tallinn Moscou Skopje Athènes Belgrade Sofia Bucarest Ankara Nicosie Ammam Damas Beyrouth Jerusalem Le Caire Bagdad Tbilissi Erevan Bakou MACEDOINE ROUMANIE MOLDAVIE GRECE BULGARIE UKRAINE GNE LITUANIE LETTONIE FINLANDE ESTONIE GRIE UGOSLAVIE NIE VAQUIE BIELORUSSIE TURQUIE IRAK IRAN AZERBAÏDJANGEORGIE ARMENIE JORDANIE EGYPTE CHYPRE LIBAN ISRAEL KAZAKHSTAN RUSSIE Russie SYRIE ARABIE SAOUDITE Roumanie Arad Je me souviens d’une période où je réfléchissais au futur de l’ADDIP, il y a presque 7 ans. Nous en étions aux balbutiements de l’association. Et lorsqu’il vous faut définir votre vision ou votre motivation, ce sont ces questions que vous vous posez : «Si j’avais 500 000 €, qu’est-ce que je m’ efforcerais d’accomplir ? » Voici les idées que j’avais alors couchées sur le papier : - engranger le plus d’expériences possible dans un travail mené avec Bonjour chers lecteurs, Comme d’habitude, voilà quelques nouvelles brèves et des photos des dernières activités de l’association : - février : anniversaire de nos 22 ans de bénévolat à l’association créée pour les personnes atteintes de dystrophie musculaire ! les orphelins, individuellement et en groupe. - identifier leurs besoins et y répondre par des approches et des méthodes créatives. − employer et former des employés et des bénévoles afin de soutenir nos activités − étendre notre impact à plusieurs orphelinats de Brasov, et même en dehors de Brasov par un partage de notre expérience - commencer des formations au bénéfice des travailleurs sociaux ou d’équipes issues de centres de protection de l’enfance de la région, afin de partager notre expérience et nos pratiques pour démultiplier indirectement notre travail. Etdevinez !Voilàdebonnesnouvelles ! Je reçois justement aujourd’hui, vendredi 23 mai, la confirmation qu’uncentred’accueilàMedias(àdeux heures de route de Brasov) aimerait recevoir de l’aide de l’ADDIP pour améliorer sa pratique d’équipe ainsi que ses méthodes, pour accompagner - mars : assemblée générale annuelle où nous avons présenté les activités de 2013 et les projets pour 2014 - avril : des réparations au siège de l’association, afin de pouvoir commencerlecabinetSpecialCareArad (kinésithérapie et massage) auquel ont contribué financièrement nos amis de La Gerbe après la Journée Mondiale des Chevaliers qui a accepté le financement de notre projet - mai : rencontre à Arad avec Madame Katy Pleinevaux-Bagarus, représentante de la Journée Mondiale des Chevaliers, avec laquelle nous avons parlé de l’importance du cabinet pour nos membres Dieu voulant, nous allons continuer la distribution gratuite du matériel médical pour l’autonomie pour aider les gens d’Arad qui se trouvent en difficulté temporaire ou définitive à cause d’une maladie ou un accident. ses bénéficiaires vers plus d’indépendance. Nous voilà donc en chemin vers l’accomplissement des idées que nous avions à l’époque ! Notre travail avec les orphelins d’âges différents et confrontés à différentes difficultés nous a permis d’acquérir une réelle expérience. Nous avons appris énormément en nous mettant à l’écoute de ce qu’ils avaient dans le cœur et en leur donnant notre amour. Nous avons aidé plusieurs d’entre eux à devenir indépendants. Certains nous considèrent comme leurs amis ou même comme les figures parentales qu’ils n’ont pas eu la chance de connaître. Notre influence s’est étendue à de nombreux centres de protection de l’enfance de Brasov et de la région. Et tout ceci, (dois-je le préciser en bonne ou en mauvaise nouvelle ?), sans ces 500 000 €, ni les nombreux employés dont j’avais rêvé. Merci pour votre présence à nos côtés au long des années. Nous l’apprécions réellement ! L’équipe de l’ADDIP Comme projet immédiat, vu que finalement il fait beau, nous prévoyons une sortie en plein air avec les membres, puis, après notre cure annuelle, nous continuerons nos activités pour lesquelles nous aimerions avoir votre soutien dans la prière, et si c’est possible, également votre soutien financier. A très bientôt, Rodica et Mihai FIGHIR de l’ADMR- Filiala Arad, Paris MadridLisbonne Berne Rome Vienne Prague Bratislava Budapest Kisin Sarajevo Tirana Skopje Athènes Belgrade Sofia Bucarest Tripoli Tunis Alger Rabat Zagreb Ljubljana FRANCE Andorre Monaco Liechtenstein Luxembourg Slovénie Bosnie MACEDOINE ITALIE MALTE LYBIE SUISSE AUTRICHE ROUMANIE MOLDAVIE GRECE BULGARIE HONGRIE YOUGOSLAVIE CROATIE ALBANIE SLOVAQUIE REP. TCHEQUE ESPAGNE ALGERIE TUNISIE MAROC PORTUGAL ECHELLE 1 : 30 000 000 1 cm = 300 km Roumanie Brasov 5 Juin 2014 84
  6. 6. Pour une vie meilleure MEV Bethel est une association caritative roumaine, fondée par Cristian et Maria Mateescu, qui intervient localement en appui aux personnes en situation de précarité (soutien financier, médical, matériel, repas hebdomadaires, grâce aux bénéfices de deux boutiques de vente de matériel d’occasion). Bratislava Budapest Kisinöv Kiev Varsovie Vilnius Minsk Riga Moscou rajevo Tirana Skopje Athènes Belgrade Sofia Bucarest Ankara Nicosie Ammam Damas Beyrouth Jerusalem Le Caire Bagdad Tbilissi Erevan Bakou greb nie MACEDOINE ROUMANIE MOLDAVIE GRECE BULGARIE UKRAINE POLOGNE LITUANIE LETTONIE HONGRIE YOUGOSLAVIE ALBANIE SLOVAQUIE UE BIELORUSSIE TURQUIE IRAK IRAN AZERBAÏDJANGEORGIE ARMENIE JORDANIE EGYPTE CHYPRE LIBAN ISRAEL KAZAKHSTAN Russie SYRIE ARABIE SAOUDITE islava Budapest Kisinöv Kiev arsovie Vilnius Minsk Riga ckholm Helsinki Tallinn Moscou vo ana Skopje Athènes Belgrade Sofia Bucarest Ankara Nicosie Ammam Damas Beyrouth Jerusalem Le Caire Bagdad Tbilissi Erevan Bakou MACEDOINE ROUMANIE MOLDAVIE GRECE BULGARIE UKRAINE LOGNE LITUANIE LETTONIE FINLANDE ESTONIE ONGRIE YOUGOSLAVIE LBANIE LOVAQUIE BIELORUSSIE TURQUIE IRAK IRAN AZERBAÏDJANGEORGIE ARMENIE JORDANIE EGYPTE CHYPRE LIBAN ISRAEL KAZAKHSTAN RUSSIE Russie SYRIE ARABIE SAOUDITE A ce jour, la question de l’émigration et de l’intégration desRomsdemeureunsujetsensible. Au delà de la discrimination et des inégalités flagrantes, venir en aideauxfamillesdéfavoriséesexige de trouver un terreau favorable : il arrive malheureusement que des familles émigrées soient dans une démarche à court terme, voire journalière, les empêchant de construire de vrais projets d’avenir. L’aide apportée ne sert alors que de pis-aller, de soulagement ponctuel qui a du mal à prendre racine. Certaines familles au contraire ont vraiment un projet, et essayent de le mettre en route même dans le pays où elles sont nées, sans le quitter. Notre association connaît une famille de Ploiesti qui a un projet depuis quelques années. Elle avance très lentement à cause du manque d’argent. Chers amis Voilà la fin d’année scolaire : c’est l’occasion de partager notre joie de voir les enfants que nous suivons de près, avancer avec succès dans leurs études, résultat des prières et de notre soutien. Nous savons que vous êtes partie prenante de ce travail et que vous contribuez à ces succès. C’est vraiment un exploit que ces enfants réussissent à terminer leur parcours scolaire. Cela, pour diverses raisons. La barrière la plus importante restelapauvreté :cesenfantsn’ontparfois même pas de quoi manger au quotidien, alors ne parlons pas des vêtements ou S’ilyadescœursouvertspourcontribuer à ses dépenses, la famille va pouvoir avancer. Mircea, 46 ans, marié avec Nicoleta, 45 ans, travaille depuis 9 ans comme chauffeur de taxi pour une société privée. Le patron a fixé une somme d’argent que Mircea lui verse le soir et Mircea peut garder le reste (souvent rien ou très peu). Il est content d’avoir du travail, de cotiser pour sa retraite, content de pouvoir utiliser la voiture pour accompagner sa femme acheter de la marchandise (pyjamas, chaussettes, etc) chez un grossiste de Bucarest pour la revendre dans les hôpitaux de la ville. Leur fille Roxana, 25 ans, est mariée avec Petre, 27 ans, ils ont deux filles : Sara, 2 ans et Rahela, 5 ans. Toute la famille (ces 6 personnes) habite une maison d’une seule chambre et une petite pièce qui est en même temps cuisine et cabinet de toilette. Dans la seule pièce : un lit 2 places et un matelas par terre pour les jeunes parents et les fillettes. Le jeune homme travaille dans une société de construction à Bucarest et rentre le week-end. Comme depuis quelques années Mircea et Nicoleta aident leur voisine âgée, cette dame veut leur faire des documents de propriété sur le terrain et la maison (un ancien garage!) mais pour cela, ils ont besoin de 600€ pour les frais administratifs. Derrière, il y a encore du terrain pour construire une deuxième pièce : ils ont déjà commencé à rassembler des briques et divers matériel. Ils ont grand besoin d’être soutenus pour faire aboutir leur projet. Nousavonsdécidéqu’ilscommenceraient à bénéficier des repas chauds préparés par Béthel à partir de juin : avec l’argent économisé, ils achèteront du matériel de construction. Parce qu’ils n’ont pas de papier de propriété sur la « maison », ils n’ont pas de contrat pour l’électricité, mais un de leurs voisins leur a donné son accord pour utiliser sa ligne. Le fait que les voisins les aident prouve qu’ils sont sérieux et appréciés. En unissant nos forces, nous pourrons aider cette famille à vivre dans des conditions plus dignes. Maria Mateescu, Fondation Bethel Roumanie Ploiesti Roumanie Brasov du matériel scolaire nécessaire au travail en classe. Certes, l’entrée à l’école est gratuite, mais la plupart du temps, les élèves doivent quand-même acheter eux-mêmes des livres ou du matériel spécial. S’ils ne le peuvent pas, ils sont exclus. C’est souvent ce qui se produit, car les enfants pauvres sont comme «marqués au fer rouge» une fois que les autres ont vu qu’ils n’avaient pas leur matériel, et ces enfants pauvres ne veulent ensuite plus aller à l’école, car ils ne supportent plus d’être l’objet de moqueries. Il nous faut alors des trésors de persuasion et d’accompagnement pour redonner à ces enfants quelque courage et quelque confiance en soi afin qu’ils ne quittent pas définitivement l’école. Malheureusement, ils sont souvent considérés comme des étrangers et mis de côté, car les personnes qui les côtoient n’arrivent plus à reconnaître en eux leur immense valeur personnelle. Ils sont hélas jugés selon leur apparence extérieure, alors que ces enfants comme les adultes autour d’eux sont infiniment précieux. Aujourd’hui, je vous présente plusieurs d’entre eux, qui ont réussi, même au travers de leurs grandes difficultés, à terminer leur 8 années de scolarité, et qui ont maintenant de beaux projets d’avenir que nous voulons continuer à soutenir. Marta Oprita, Fondation MEV Retrouvez leurs histoires sur notre blog : http://lagerbeecquevilly.solidairesdumonde.org6 Juin 2014 84
  7. 7. L’association Pomirenje “Réconciliation” a été fondée en 2004 à Zenica . En 2007 l’association a été reprise par Walter Goncalvez pour continuer les actions qu’il menait au sein de la mission Professionals International, qui a dû fermer son bureau local de Zenica. Le poids- l o u r d vientdepartir d’Ecquevilly en cette fin mai vers la région de Vinnysta, a u c e n t r e d e l’Ukraine, et le matériel y sera distribué Inondations sans précédent Nouvel envoi de matériel pour l’Ukraine ! Kisinöv Kiev Vilnius Minsk a inki Tallinn Moscou Athènes Sofia Bucarest Ankara Tbilissi Erevan Bakou DOINE ROUMANIE MOLDAVIE E BULGARIE UKRAINE UANIE LETTONIE FINLANDE ESTONIE IE BIELORUSSIE TURQUIE IRAN AZERBAÏDJANGEORGIE ARMENIE KAZAKHSTAN RUSSIE Rome Vienne Prague Bratislava Budapest Kisinöv Kiev Varsovie Vilnius Minsk Riga Copenhague Berlin Sarajevo Tirana Skopje Athènes Belgrade Sofia Bucarest Ankara Nicosie Ammam Damas Beyrouth Jerusalem Le Caire poli Bagdad Tbilissi Erevan Bakou Zagreb Ljubljana nstein Slovénie Bosnie MACEDOINE MAGNE E MALTE LYBIE AUTRICHE ROUMANIE MOLDAVIE GRECE BULGARIE UKRAINE POLOGNE MARK LITUANIE HONGRIE YOUGOSLAVIE CROATIE ALBANIE SLOVAQUIE REP. TCHEQUE BIELORUSSIE TURQUIE IRAK IRAN AZERBAÏDJANGEORGIE ARMENIE JORDANIE EGYPTE CHYPRE LIBAN ISRAEL KAZAKHSTAN Russie SYRIE ARABIE SAOUDITE Ukraine Vinnytsia Vous le savez la Bosnie et Herzegovine, la Serbie, et une partie de la Croatie souffrent d’inondations dramatiques comme jamais auparavant. En Bosnie, plus de 500 000 personnes ont été déplacées à cause des inondations et des glissements de terrain. Des villages complets ont été détruits et des villes submergées par l’eau. C’est comme pendant la guerre en 1992, quand les gens ont dû fuir leurs maisons et les villages en tracteur, à pied, laissant derrière eux tout ce qu’ils ont bâti ou ce qu’ils avaient dans la vie. C’est difficile de s’imaginer comment ce peuple va rebâtir de nouveau alors qu’il n’avait pas encore complètement reconstruit le pays depuis la guerre. Je me sens perdu parce que les besoins sont tellement énormes qu’on ne sait pas encore quelle est la meilleure manière d’aider. Il y a beaucoup de solidarité dans la région, et les locaux donnent de la nourriture et des vêtements, aident à nettoyer et recevoir des personnes chez eux, mais ce n’est que temporaire – des milliers d’entre eux ne pourront jamais rentrer chez eux parce que leurs maisons sont détruites, ou les risques de glissements de terrains sont encore grands, en mettant des villages de montagnes entiers en danger. Ni les centres qu’on gère dans la ville, ni l’église, ni la Vallée de la Grâce n’ont été touchés. Nous louons Dieu pour sa protection. Notre maison à Kraljeva Sutjeska a subi des dégâts sévères par les inondations et je ne sais pas quoi en faire. Nous avons proposé nos services et notre connaissance de l’aide humanitaire aux autorités locales et fédérales et nous attendons leur réponse. Nous avons décidé de nous focaliser sur la reconstruction après les inondations : fournir des meubles, des appareils, de la nourriture et de l’aide pour rebâtir quelques maisons. Nous offrons encore de la nourriture et nous aidons autant à différents hôpitaux et centres d’accueil d’enfants. que possible ceux qu’on connaît et dont on sait que personne d’autre s’occupe d’eux. Aujourd’hui, le gouvernement local a arrêté de fournir de la nourriture et du pain pour la quarantaine d’enfants et jeunes qu’on nourrit chaque jour dans nos centres et à la maison de la grâce. Ils ont dit qu’il n’y avait plus assez de nourriture pour nos enfants. Cela veut dire que c’est nous qui devons pourvoir quotidiennement aux besoins des enfants et les jeunes. C’est un fardeau supplémentaire dans ce moment de tragédie. Priez pour nous, pour la sagesse pour savoir être une lumière dans cette nation en souffrance continuelle. Quelques-uns ont demandé comment aider dans cette situation spécifique. Tout don est le bienvenu. Merci de penser à nous, merci de vous être préoccupés de nos vies et de notre pays. Walter Les quelques nouvelles que nous avons du pays ne sont pas bonnes. Michaël Païta Bosnie Zenica 7 Juin 2014 84
  8. 8.  Enfin des soins à Tshudi Loto 4 ans déjà Paris Madridbonne Berne Rome Vienne Prague Bratislava Budapest Kisinöv Kiev Varsovie Vilnius Minsk Riga Stockholm Helsinki Oslo Copenhague Tallinn Moscou Berlin Sarajevo Tirana Skopje Athènes Belgrade Sofia Bucarest Ankara Nicosie Ammam Damas Beyrouth Jerusalem Le Caire Tripoli Tunis Alger Rabat Bagdad Tbilissi Erevan Bakou Zagreb Ljubljana Bruxelles Amsterdam Londres Dublin Reykjavik FRANCE Andorre Monaco Liechtenstein Luxembourg Slovénie Bosnie MACEDOINE ROYAUME- UNIIRLANDE ALLEMAGNE ITALIE MALTE LYBIE SUISSE AUTRICHE YOUGOSLAVIE MACEDOINE BOSNIE-HERZEGOVINE SLOVENIE LUXEMBOURG LIECHTENSTEIN MONACO ROUMANIE MOLDAVIE GRECE BULGARIE UKRAINE POLOGNE PAYS-BAS DANEMARK Iles Feroe (Dan.) LITUANIE LETTONIE FINLANDE SUEDE NORVEGE ISLANDE ESTONIE BELGIQUE HONGRIE YOUGOSLAVIE CROATIE ALBANIE SLOVAQUIE REP. TCHEQUE BIELORUSSIE TURQUIE IRAK IRAN AZERBAÏDJANGEORGIE ARMENIE JORDANIE EGYPTE CHYPRE LIBAN ISRAEL KAZAKHSTAN RUSSIE Russie SYRIE ARABIE SAOUDITE ESPAGNE ALGERIE TUNISIE MAROC TUGAL HELLE 1 : 30 000 000 1 cm = 300 km 2010-2011-2012-2013-2014… Francistown Maun Ngaoundere Bangassou Aozou Faya-Largeau Moundou Aswan El-Minya Aseb Asela Goba Mekele Mombasa Marzuq Sabhah Antsiranana Fianarantsoa Tolanaro Tomasina Tulear Blantyre Beira Nampula Keetmanshoop Tsumeb Bilma Medina Mecca Berbera Chisimayu Hargeysa Beaufort West De Aar East London Kimberley Oudtshoorn Pietersburg Port Elizabeth Welkom Al Fashir Atbarah Port Sudan Tanga Al Ghaydan Al Mukalla Taizz Bukavu Bumba Kalemi Kamina Kananga Kisangani Kasama Mongu Victoria Falls Luederitz Dire Dawa Al Jawf guri Chipata Livingstone Durban Umtata Likasi Lubumbashi Mbandaka Bulawayo is Bay Johannesburg Matadi Luena Malange Huambo Lubango bolowa Berberati Bossangoa Ndele til Juba Waw Gulu Eldoret Kisumu Mbeya Mwanza Tabora nda Al Manamah Bujumbura Yaounde N’Djamena Moroni Djibouti Asmara Addis Abbaba lle Nairobi Maseru Antananarivo Lilongwe Windhoek Ad Dawhah Kigali Riyadh Mogadishu Cape Town Mbabane Dar es Salaam Sanaa Kinshasa Lusaka Harare Gaborone Bangui Brazzaville Maputo Bloemfontein Pretoria Khartoum Kampala KENYA ETHIOPIE ERITREE SOUDAN EGYPTE SOMALIE NAMIBIE LIBYE TCHAD AFRIQUE DU SUD TANZANIE ANGOLA MADAGASCAR COMOROSMOZAMBIQUE BOTSWANA ZAMBIE N REPUBLIQUE CENTRE AFRICAINE OUGANDA SWAZILAND LESOTHO MALAWI BURUNDI RWANDA ROUN ZIMBABWE CONGO République démocratique du CONGO DJIBOUTI QATAR BAHRAIN U. A. E. YEMEN SAUDI ARABIA M errouge Maroc Ain Leuh Avril 2014 : Après 10 j o u r s de voyage par la route avec le véhicule tout terrain donné par La Gerbe à l’association caritative “Cœur de compassion”,Tony Elonge, notre partenaire du Kasai Oriental s’est rendu à Tshudi Loto. Il y a effectué Voilà 4 an s que l ’ é q u i p e de VOH se bat pour faire entendre sa voix et retrouver les 33 enfants accueillis depuis leur plus jeune âge dans les familles d’accueil du Village de l’Espérance. Depuis bientôt un an, la situation est stationnaire. Les expulsés sont en attente du jugement final de la Cour Suprême du Maroc, après une victoire en première instance et une défaite en appel en vue de récupérer les biens confisqués sans aucune forme de procès. Malgré un silence assourdissant de la part des autorités, nous avons été encouragés en trouvant un article de presse publié le 22 mai 2014 dans le journal marocain Tel quel, brossant un tableau tristement précis de la réalité. Quatre ans après les faits, les langues se délient et le bilan est pour le moins mitigé : depuis l’expulsion sommaire, jusqu’au plus de 300 consultations et opéré 31 personnes. Félicitations pour ce travail essentiel ! quotidien des enfants, en passant par le rayonnement que pouvait avoir le Village de l’Espérance dans la région, la population locale tire une conclusion qu’il est difficile de remettre en question : « c’était mieux avant ». Extraits de l’article : « [Les enfants] vivent dans un double déracinement. Ils ont d’abord été privés de leurs familles adoptives et ont dû quitter leur environnement pour un autre auquel ils n’arrivent pas à s’habituer (…) A l’école Atlas (…) les « orphelins du Christ » sont confrontés à un milieu très différent de celui qu’ils ont toujours connu. Fini les cours de langues, d’agriculture, de cuisine et même de base-ball. «C’est triste à dire mais ils ont découvert la violence ». Alors qu’ils ne manquaient de rien à l’époque des éducateurs étrangers, « Aujourd’hui, il leur arrive d’avoir faim. (…) Certains enfants portent des chaussures trouées d’où leurs orteils dépassent et même parfois des sandales en plastique pendant l’hiver.» Mais les enfants ne sont pas les seuls affectés par la situation. Les 22 salariés de l’orphelinat « perçoivent leur salaire tous les trois, voire quatre mois ». L’article ajoute que les anciens dirigeants de l’orphelinat n’oubliaient pas les démunis de la région. « Et sans jamais demander quoi que ce soit en contrepartie ». Face aux accusation de prosélytisme, un militant associatif local témoigne : « Après l’expulsion des étrangers, l’Etat a dépêché sur place des morchidates, comme s’il fallait reconvertir les enfants à l’Islam, mais elles ont été déçues. Ce n’était pas nécessaire puisqu’ils avaient reçu des cours d’instruction islamique. » Et le journal de conclure : « Aujourd’hui, ce sont les enfants du Village de l’Espoir qui remportent les concours de psalmodie du Coran organisés par leur école. Mais leur souhait le plus cher reste de pouvoir renouer un jour avec ceux qui les ont autrefois tant aimés. » C’est là tout l’enjeu de cette situation. Des enfants privés de leur cellule familiale. Des êtres vulnérables, orphelins pour la seconde fois. Nous continuons de demander, avec nos amis du Village de l’Espérance, qu’un accord soit trouvé entre autorités et éducateurs expulsés. Et que l’avenir des enfants, plutôt que leur passé, préside à toute prise de décision les concernant. Michaël Païta RDC Sud Kivu 8 Juin 2014 84
  9. 9. Le chantier insertion Travailler la sortie “hors des murs” Depuis 2006, l’association La Gerbe porte un chantier d’insertion permanent. Le travail réalisé par celui-ci vient soutenir les projets d’aide humanitaire, cœur historique de l’association. Le dispositif Chantier d’Insertion vise à permettre à une personne sans emploi de renouer avec le monde du travail. Un accompagnement individualisé social et professionnel est associé à la reprise d’activité. Paris adrid Berne Rome Vienne Prague Bratislava Budapest Kisinöv Kiev Varsovie Vilnius Minsk Riga Stockholm Copenhague Tallinn Moscou Berlin Sarajevo Tirana Skopje Athènes Belgrade Sofia Bucarest Ankara Nicosie Ammam Damas Beyrouth Jerusalem Le Caire Tripoli Tunis Alger Bagdad Tbilissi Erevan Bakou Zagreb Ljubljana Bruxelles Amsterdam Londres Dublin FRANCE Andorre Monaco Liechtenstein Luxembourg Slovénie Bosnie MACEDOINE ROYAUME- UNINDE ALLEMAGNE ITALIE MALTE LYBIE SUISSE AUTRICHE ROUMANIE MOLDAVIE GRECE BULGARIE UKRAINE POLOGNE PAYS-BAS DANEMARK LITUANIE LETTONIE SUEDE ESTONIE BELGIQUE HONGRIE YOUGOSLAVIE CROATIE ALBANIE SLOVAQUIE REP. TCHEQUE BIELORUSSIE TURQUIE IRAK IRAN AZERBAÏDJANGEORGIE ARMENIE JORDANIE EGYPTE CHYPRE LIBAN ISRAEL KAZAKHSTAN Russie SYRIE ARABIE SAOUDITE E ALGERIE TUNISIE Environ un quart du personnel en contrat d’insertion ici est sous le coup d’une mesure judiciaire contraignante. En effet,unchantierd’insertionest une structure d’aide au retour à l’emploi, entre autres spéci- fiquement pour ces personnes. L’accueil de ce public implique la prise en considération des contraintes mises en place par la justice. Celles-ci peuvent être très variables : des rendez-vous réguliers avec un conseiller d’insertion et de probation ou un soignant. Parfois, les allées et venues font l’objet de contrôles par le moyen d’un bracelet électronique. Enfin certains travaillent ici et dorment en prison, et doivent là aussi respecter des horaires. A la moindre incartade, l’aménagement de la peine peut être remis en question et c’est alors le retour derrière les barreaux. Ces contraintes ont deux buts : s’assurer que l’inculpé effectue jusqu’au bout la peine qui lui a été assignée, et prévenir la récidive, en mettant en place des jalons à la sortie de détention. L’objectif est alors d’éviter que la personne soit livrée à elle-même après sa remise en liberté. Force est de constater que ce n’est pas un public facile ! Les bases essentielles du comportement attendu en entreprise sont souvent ignorées : ne pasêtreenretard,justifiersesabsences, se conformer à une consigne,… ne font pas partie des habitudes. La construction des relations au sein d’une équipe risque de se faire sur le modèle de celles d’un caïd au bas des immeubles. Il faut apprendre à régler ses conflits sans passer par la menace, ni par la violence. Et puis, avoir été privé de liberté pendant plusieurs mois rend difficile l’acceptation du cadre du travail et de son cortège de contraintes. Rapidement, nous avons ressenti le besoin impérieux de développer des partenariats avec les services d’accompagnements judiciaires, car ces mesures ont un fort impact notamment sur l’absentéisme, les retards. Et puis l’enfermement entraîne des problématiques d’insertion sociale plus directement liées au fait d’avoir vécu un passage en prison. L’appui d’un réseau de professionnels nous permet d’être moins sujets à l’épuisement, de garder un regard structurant et bienveillant sur ce public et de démultiplier les ouvertures et les possibilités d’action. Nous agissons sur la mise à l’emploi, et améliorons les capacités de ces personnes à revenir sur le marché de l’emploi. Un homme récemment embauché, qui vient de passer quatre ans en prison, est assis dans un fauteuil en salle de pause. Le travail a repris mais lui reste vissé sur son siège. Je m’approche : “- Attendez-vous quelque chose ? - Non, je ne sais pas, j’ai l’impression qu’il faut que j’entende des clés tourner dans une serrure pour me lever et démarrer… un ressort est cassé. » Un autre, absent depuis plusieurs jours, est de retour sur le chantier. Je le questionne : « - Vous étiez malade ? - Non, dit-il, je suis réveillé très tôt le matin et je veux venir travailler mais c’est comme si je n’y arrivais pas. Quelque chose me retient. » Les retombées de cette remise au travail vont bien au-delà de l’emploi : Un jeune que nous avons embauché dans le cadre de la plate-forme justice, après une peine de prison de plusieurs mois, nous disait : « C’est la première fois que je tiens aussi longtemps un travail, avant je ne me levais pas le matin pour travailler. Ma mère est fière de moi et moi je suis heureux de lui faire plaisir parce qu’avant, je lui ai fait beaucoup de peine. Je gagnais de l’argent facilement et ma mère me disait qu’elle préférerait que j’en gagne moins… mais que je ne fasse pas de bêtises ! » D’autres expriment l’angoisse de retomber, la peur de retourner en prison. Parfois ce cauchemar rejoint la réalité. De vieilles affaires refont surface et renvoient la personne derrière les murs et ce, indépendamment du cheminement qu’elle a pu mettre en place entre temps. La dette contractée doit être payée. Certains ont le sentiment amer de devoir rattraper le temps perdu derrière les barreaux et mettent les bouchées doubles, se donnent beaucoup de mal pour retrouver une situation sécurisante. Mais le retour à la vie normale doit se faire progressivement et par étape, car le temps ne se rattrape pas. Sylvie Cuendet France Ecquevilly 9 Juin 2014 84
  10. 10. Le chantier-insertion  Une journée de l’autre côté du mur islava Budapest Kisinöv Kiev arsovie Vilnius Minsk Riga Moscou vo ana Skopje Athènes Belgrade Sofia Bucarest Ankara Nicosie Ammam Damas Beyrouth Jerusalem Le Caire Bagdad Tbilissi Erevan Bakou MACEDOINE ROUMANIE MOLDAVIE GRECE BULGARIE UKRAINE LOGNE LITUANIE LETTONIE ONGRIE YOUGOSLAVIE LBANIE LOVAQUIE BIELORUSSIE TURQUIE IRAK IRAN AZERBAÏDJANGEORGIE ARMENIE JORDANIE EGYPTE CHYPRE LIBAN ISRAEL KAZAKHSTAN Russie SYRIE ARABIE SAOUDITE France Ecquevilly Mardi 29 avril 2014, 7h30, début d’une journée i n h a b i t u e l l e pour moi, j’attends patiemment mon entrée en prison ! Pas de panique, je n’ai pas les menottes aux poignets, juste quelques plaquettes d’information sous le bras ! Aujourd’hui, je vais représenter le chantier d’insertion à un forum des métiers, dans l’enceinte d’une maison d’arrêt. L’objectif de l’événement : permettre aux détenus d’avoir des contacts avec des professionnels, afin de faciliter leur sortie. Des entreprises, des structures d’insertion, des centres de formation ont été conviés pour présenter des perspectives professionnelles aux détenus en sortie ou en aménagement de peine. Une première en milieu carcéral pour moi, expérience riche que je vais tenter de vous conter dans ces quelques lignes. L’histoire débute comme un départ en voyage : présentation du passeport aux autorités compétentes, dépôt des effets personnels et objets métalliques dans une barquette en plastique, interdiction des moyens de communication avec l’extérieur (ni téléphone, ni wifi), passage du portique de sécurité, remise d’un pass, appréhension du départ vers une destination inconnue, peur de la barrière de la langue, euphorie de la rencontre… Environ 1h30 plus tard, le groupe d’exposants/voyageurs a passé la sécurité et entre dans la prison. Nous traversons une allée grillagée, au milieu d’une esplanade de verdure encerclée de hauts murs, et rejoignons le bâtiment principal. Des cris et des appels proviennent du quartier voisin. Les détenus « accueillent » les visiteurs, certains espèrent voir des proches venir pour un parloir… Premier pas dans une atmosphère particulière, rythmée par le bruit des grilles qui se verrouillent et se déverrouillent, les échos dans les longs couloirs de cet établissement, les contrôles et la surveillance à chaque changement d’espace… Quelques minutes plus tard, nous arrivons enfin à destination. Dans le gymnase vide et froid, des tables sont disposées pour les exposants. Durant cette journée, le forum va accueillir environ 170 détenus pour une dizaine de stands. Les groupes et les personnes s’enchaînent : en 5h, plus de 40 personnes vont avoir un entretien éclair avec La Gerbe, un vrai « job-dating » ! Certains sortent prochainement de prison et cherchent une solution, d’autres attendent encore leur jugement et ne savent pas de quoi demain sera fait, tous viennent avec un espoir, celui qu’un nouveau départ est possible. Ce forum a aussi été pensé pour cela, pour que ces hommes voient que l’étiquette « sortants de prison » n’est pas une fatalité et que des employeurs sont prêts à leur donner leur chance. Identifiés par un numéro d’écrou déshumanisant, des hommes se présentent, motivés et remplis d’espoir, parfois dans le doute que leurs erreurs liera leur destin malgré le paiement de la dette. Exemple de cette perte de dignité, deux hommes arrivent ; je leur tends la main pour les saluer, ils s’étonnent : « vous êtes la première personne à nous serrer la main ! ! » L’espoir tient donc parfois à peu de chose : un sourire, un regard, un échange, une écoute, une main tendue, une visite en prison… 17h30 : fin du voyage, j’ai la joie de retrouver la liberté. Cette parenthèse, ouverte avec appréhension, se referme avec la conviction que la peur nous enferme et que l’espoir est notre moteur. Cette crainte de la différence peut nous priver de belles rencontres. Cet autre si différent, avec une histoire et un parcours qui lui sont propres, est aussi le même, un semblable, avec ses doutes, ses espoirs, ses fragilités, ses projets. Franchissons nos barrières, la richesse d’une rencontre en vaut le coup ! Anne-Lydie Vergnon Max et le pays en chantier Jérôme Cuendet 10 Juin 2014 84
  11. 11. Le chantier-insertion  Histoires de vie Paris adrid Berne Rome Vienne Prague Bratislava Budapest Kisinöv Kiev Varsovie Vilnius Minsk Riga Stockholm Copenhague Tallinn Moscou Berlin Sarajevo Tirana Skopje Athènes Belgrade Sofia Bucarest Ankara Nicosie Ammam Damas Beyrouth Jerusalem Le Caire Tripoli Tunis Alger Bagdad Tbilissi Erevan Bakou Zagreb Ljubljana Bruxelles Amsterdam Londres Dublin FRANCE Andorre Monaco Liechtenstein Luxembourg Slovénie Bosnie MACEDOINE ROYAUME- UNINDE ALLEMAGNE ITALIE MALTE LYBIE SUISSE AUTRICHE ROUMANIE MOLDAVIE GRECE BULGARIE UKRAINE POLOGNE PAYS-BAS DANEMARK LITUANIE LETTONIE SUEDE ESTONIE BELGIQUE HONGRIE YOUGOSLAVIE CROATIE ALBANIE SLOVAQUIE REP. TCHEQUE BIELORUSSIE TURQUIE IRAK IRAN AZERBAÏDJANGEORGIE ARMENIE JORDANIE EGYPTE CHYPRE LIBAN ISRAEL KAZAKHSTAN Russie SYRIE ARABIE SAOUDITE E ALGERIE TUNISIE Bonjour, Ce l a f a i t q u e l q u e s mois maintenant que je travaille à la Gerbe en tant que bénévole au tri de vêtements, je me retrouve avec des bénévoles, des salariés et parfois des stagiaires. Nous formons une bonne équipe dans une bonne ambiance. Je sollicite la Gerbe car Anne-Lydie m’a bien reçue ainsi que toute son équipe, ils sont très accueillants et je m’y suis vite intégrée. D’être parmi eux, ça me permet de me rendre utile, de reprendre confiance en moi et d’avancer dans mes projets à venir, c’est une bonne expérience. Sandrine Et au fait, la ressourcerie ? Vous vous êtes peut-être étonnés de ne pas voir de nouvelles de la ressourcerie dans les derniers numéros : cette fois, les travaux avancent pour de bon ! Après le cassage de l’ancienne dalle en mars, la pose de la nouvelle à grands renforts de m3 de béton mi avril, divers corps de métier sont Je m’appelle Abdirasak, je suis somalien. J’ai 39 ans, je suis marié et j’ai deux enfants de 3 et 4 ans. J’ai dû fuir mon pays à cause de la guerre, il y avait beaucoup de problèmes. Je suis arrivé seul en France en décembre 2010. J’ai vécu dans un foyer pour demandeurs d’asile, jusqu’à l’obtention de mon statut de réfugié en avril 2012. Après cette date jusqu’à fin 2012, j’ai suivi des cours de français avec le Greta. En février 2013, j’ai commencé un emploi à La Gerbe. Quand je suis arrivé, je ne parlais pas français, je n’avais pas d’expérience professionnelle. L’équipe m’a accueilli, m’a encouragé et m’a aidé dans mes démarches. J’ai passé les CACES (certificats pour conduire des engins de manutention) et je suis des cours de français à l’association. Grâce au renouvellement de mon contrat pour une année, j’ai pu négocier l’arrivée de ma famille en France. Les démarches administratives ont duré plus de 10 mois et j’ai eu la joie d’accueillir ma femme et mes filles en mars 2014. ensuite intervenus : chauffagiste, plâtrier, électricien… sans oublier les valeureux bénévoles sans qui on n’irait pas bien loin. Fin des travaux début juillet ? En tout cas, il semble probable que l’inauguration puisse être fixée à septembre ! C’était émouvant de faire connaissance avec ma 2e fille que je n’avais jamais vue (j’avais dû partir pendant la grossesse de ma femme) Aujourd’hui, mes filles sont entrées à l’école et nous sommes à la recherche d’un logement. Mon projet est de devenir agent de sécurité ou éventuellement travailler dans le domaine de la logistique. Je suis heureux à La Gerbe. J’aime beaucoup les responsables, ce sont des gens humains qui m’ont beaucoup aidé. On m’a donné ma chance. Je ne l’oublierai jamais. Pour ne pas en manquer la date : abonnez-vous sur http://lagerbeecquevilly.solidairesdumonde.org/ France Ecquevilly 11 Juin 2014 84
  12. 12. Ferme Claris et Maison d’à Côté Gite d’accueil d’urgence pension de famille En plus de la ferme Claris, gîte d’accueil d’urgence, l’association La Gerbe a ouvert à Lézan au printemps 2013 une pension de famille de dimension modeste (7 appartements), accueillant des personnes seules et une ou deux familles monoparentales. La situation en milieu rural, où l’association a tissé des liens avec de nombreux acteurs (école, municipalité, associations), et l’implication d’habitants du village, favorisent le lien social. Le lieu offre la dynamique simultanée d’un « vivre ensemble » et d’une ouverture vers l’autonomie. Il a créé 1,2 emplois et son fonctionnement implique salariés et bénévoles. Il bénéficie de l’expérience du gîte d’accueil d’urgence voisin. Paris Madrid Berne Rome Vienne Prague Bratislava Budapest Kisinöv Kiev Varsovie Vilnius Minsk Riga Stockholm Helsinki Copenhague Tallinn Moscou Berlin Sarajevo Tirana Skopje Athènes Belgrade Sofia Bucarest Ankara Nicosie Ammam Damas Beyrouth Jerusalem Le Caire Tripoli Tunis Alger Bagdad Tbilissi Erevan Bakou Zagreb Ljubljana Bruxelles Amsterdam Londres Dublin FRANCE Andorre Monaco Liechtenstein Luxembourg Slovénie Bosnie MACEDOINE ROYAUME- UNILANDE ALLEMAGNE ITALIE MALTE LYBIE SUISSE AUTRICHE ROUMANIE MOLDAVIE GRECE BULGARIE UKRAINE POLOGNE PAYS-BAS DANEMARK LITUANIE LETTONIE SUEDE ESTONIE BELGIQUE HONGRIE YOUGOSLAVIE CROATIE ALBANIE SLOVAQUIE REP. TCHEQUE BIELORUSSIE TURQUIE IRAK IRAN AZERBAÏDJANGEORGIE ARMENIE JORDANIE EGYPTE CHYPRE LIBAN ISRAEL KAZAKHSTAN Russie SYRIE ARABIE SAOUDITE GNE ALGERIE TUNISIE France Lézan Une journée formidable J’ai passé une journée très intéressante. La bibliothèque du village organise de temps en temps une soirée jeux à la Ferme Claris. Des personnes du village viennent participer avec les résidents à cette animation. Il y a des jeux pour les enfants et des jeux pour les adultes. Le jeu que je préfère est un jeu avec du bois, bon jeu et bonne idée (jeu de quilles d’extérieur). Mon fils Emmanuel est très actif aussi. Ce jour-là vers 19h nous avons mangé ensemble, le repas étant offert par les Lézannais. Nous avons pu manger dehors, à ciel ouvert, c’était magnifique. Puis nous avons continué notre jeu dans la salle d’activités avec des jeux de cartes jusqu’à minuit. Mes fils et moi avons été très heureux de cette journée. Je n’oublierai jamais ce moment où j’ai retrouvé un peu de ma jeunesse, me sentant un peu comme mes enfants. Ma journée a été ensoleillée. Seda Témoignages A un croisement de ma vie, pour une reconversion professionnelle, j’ai été accueillie pour un stage, à la Ferme Claris et la Maison d’à Côté. Humilité, dévouement, empathie, sont les mots qui me viennent pour décrire le personnel des lieux. J’ai aimé partager ce tout petit bout de chemin avec chacun des résidents. Des échanges inoubliables, des instants uniques, des regards profonds, des éclats de rire et des silences qui veulent dire beaucoup. J’ai appris énormément sur moi durant ce stage. Je le dois à toutes ces personnes croisées. Pour moi, la Ferme Claris est un lieu bienveillant, unpointd’ancragepourdespersonnes qui ont besoin d’un nouvel élan dans leur vie. Merci pour tout et, je le sais, à très bientôt. Sabrina Je me réjouis de pouvoir mettre au service de Dieu et des hommes mes mains et mon expérience du jardin. En venant habiter à 3km de Lézan je ne savais pas qu’il y avait pas loin de chez moi ce refuge pour personnes en difficulté. Le côté familial est ce qui m’attire bien sûr le plus, moi qui suis seul. Alain Conviction Le tableau des activités est accroché dans la salle à manger. Des sortes de post-it illustrés et suggestifs permettent de repérer les ateliers prévus pour chaque demi-journée de la semaine. J’arrive en fin d’après- midi et un petit garçon court vers moi : « sur le tableau c’était marqué ‘aider au jardin’ et on l’a pas fait. Il faut y aller ce soir. On verra si les fraises ont poussé ». Et c’est vrai que lui et son frère aiment beaucoup aller ramasser les fraises, et les manger bien sûr. Quelques jours plus tard, leur maman me raconte qu’un de ces soirs ils lui ont dit : « des fois on parle de l’enfer et du paradis, eh bien maintenant on a trouvé, c’est ici le paradis, alors on va pas partir de là et on mourra jamais ». Après tout, il n’y a pas que les enfants qui ressentent un changement. Sandra, une ancienne pensionnaire, explique à une amie : « Moi je suis arrivée dans un état… à la Ferme Claris ! Mais là-bas, tu as la lecture biblique, les ateliers, et ça te fait réfléchir et avancer. » Un grand peuple en marche Deux bébés sont déjà là depuis plusieurs semaines, un garçon et une fille chacun avec sa maman. L’une de ces mamans est enceinte du deuxième. Une autre jeune femme attend aussi une petite fille. Une naissance aura lieu en pleine nuit, une autre quelques semaines plus tard, précédée la veille par une prière à l’initiative de la première maman. Lorsque ce nouveau bébé arrive, sa maman s’exclamera en l’accueillant : « grâce à Dieu j’ai un si beau bébé ». Chacune de ces naissances est un émerveillement pour tous, une vie qui démarre sur terre est un moment vécu comme un miracle. Quelques jours avant la naissance une des mamans avait demandé qu’on chante un soir ce cantique : Je pars pour un très long voyage, mais je ne suis pas seul(e) en chemin ; J’avance tout plein de courage car Jésus me tient par la main C’est le voyage de la vie qui commence quand on est petit, Je pars pour un très long voyage, Jésus me tient dans sa main. 12 Juin 2014 84
  13. 13. Ferme Claris et Maison d’à Côté Gite d’accueil d’urgence pension de famille Adresse : NOM : Prénom : Code Postal : VILLE : Email ✄ Service Abonnement - esperance@lagerbe.org LA GERBE ZAC du Petit Parc - 13 rue des Fontenelles - 78920 Ecquevilly France Lézan Avec elle, nous souhaitons la bénédiction à chaque enfant qui passe ici. La Ferme Claris ressemblerait-elle à une nurserie ? Mais non, diraient les deux garçons de 5 et 7 ans, nous « on est pas des bébés ». Pour eux le séjour à la Ferme Claris est un vrai terrain d’expérimentations en tous genres : attraper le coq dans ses bras, apprendre à faire du vélo en quelques jours, s’occuper avec douceur (!) des lapins et surtout de la nouvelle portée, désherber et planter au jardin… Une dame seule bâtit petit à petit sa nouvelle route, pendant qu’à la Maison d’à Côté certains connaissent deshautsetdesbas,maisnousvoulons croire au renouveau pour chacun. Et en tout cas la solidarité n’est pas un Recevoir Espérance en version papier pour 2014 : ci-joint 10 €. SOUTENIR la publication Espérance et les abonnements gratuits : ci-joint 20 €. Recevoir Espérance en version électronique (remplir la case email) NE PLUS recevoir Espérance. SOUTENIR l’association : ci-joint un chèque à l’ordre de la Gerbe de : _________________________________ € Pour les projets à ecquevilly et international pour les projets à Lézan Abonnement 2014 10 € Votre abonnement est à jour jusqu’à la date indiquée au dessus de votre adresse sur l’enveloppe. Je désire : vain mot. Un résident de la Maison d’à Côté a dû être hospitalisé quelques jours. Deux autres locataires décident d’aller le voir grâce à leur voiture. Comme dit Marie, on passe tous de bons moments, qui ‘rattrapent’ les soupirs que l’on peut pousser parfois, les uns ou les autres. Philippe Quand le chat n’est pas là, les souris dansent Pour certaines résidentes de la Ferme Claris, l’arrivée des bénévoles le week-end est parfois synonyme de fête. Après quelques remarques polies : « Vous venez de loin ! », « C’est vous qui êtes de garde ? », l’une ou l’autre aime se soustraire à quelques règles de vie en collectivité. Bavarder tranquillement dans la cour, se balader dans le village pendant que le bénévole s’active devant les fourneaux. Après lui avoir bien sûr confié la garde de son bébé. Tester les limites, comme réclamer qu’on vous fasse une lessive supplémentaire le samedi soir. Hé, on ne sait jamais, si ça marchait ? Ce jour-là, je me demandais comment aborder la répartition des tâches ménagères. Mais le repas à peine terminé, les choses se sont bousculées. Une maman venait de recevoir un appel d’une ancienne connaissance, qui la menaçait. Un désespoir s’ensuivit, les mamans se regroupant pour réconforter la malheureuse. Pendant que j’endormais sa fillette, dans le silence et la pénombre de sa chambre, il m’a semblé qu’on s’activait à côté. A mon retour dans la pièce à vivre, oh surprise ! Tout était rangé, propre, sentant bon. Dans l’épreuve du moment, une chaîne de solidarité s’était créée, spontanément, et cela m’a fait chaud au cœur Guylaine Rencontres Deux jeunes pensionnaires qui étaient là cet automne appellent régulièrement ou passent pour donner des nouvelles de leur parcours, sur Nîmes maintenant. Economies pour l’achat d’une voiture pour l’une, qui du coup décroche un contrat de travail dans les fruits et légumes ; quant à la deuxième, après un stage d’insertion sur un poste d’entretien dans un camping, la voilà retenue pour tout l’été, sélectionnée parmi une dizaine de candidats. Bravo à 13 Juin 2014 84
  14. 14. Ferme Claris et Maison d’à Côté Gite d’accueil d’urgence pension de famille Transmission de contacts En nous faisant connaître auprès de vos amis c’est une aide importante que vous nous accordez. Vous pouvez envoyer de ma part un exemplaire découverte d’Espérance à : Adresse : NOM : Prénom : Code Postal : VILLE : Adresse : NOM : Prénom : Code Postal : VILLE : France Lézan t o u t e s l e s deux ! Une dame passe un samedi matin, avec sa fille de 17  ans : nous ne nous étions pas revus depuis plus de 10 ans quand elles étaient résidentes, suite à un moment de vie douloureux. Les souvenirs sont émouvants pour chacun, mais maintenant elles ont surmonté, la maman a repris un travail qui lui plaît beaucoup, et sa fille espère devenir éducatrice. « J’ai toujours l’évangile que vous m’aviez donné », dit cette dame. Revenir à la Ferme Claris pour un atelier, Sandra attendait ce jour avec impatience. Elle qui avait séjourné au gîte pendant une année, avait ce désir de retrouver ceux qui l’avaient aidée à prendre sa vie en main. Les surprendre, lire la joie sur leur visage, se sentir aimée, tout simplement : « Tout le monde s’est précipité sur ma fille. Et je leur ai montré aussi mon petit bébé. C’était émouvant… J’avais l’impression d’être la star de la Ferme Claris ! » L’occasion de sentir qu’on a parcouru un bout de chemin, surmonté des difficultés. Ressentir de la joie en apportant un gâteau pour le partager avec ceux dont on a reçu. Et même s’il reste encore des étapes à franchir, venir se ressourcer, ça fait du bien : « Un grand plaisir de retourner à la Ferme Claris ! » Visites découvertes L’association « Vogue La Galère » nous accueille pour une rencontre des Lieux à Vivre au mois de mai. Nous sommes 6 voyageurs de la Ferme Claris et de la Maison d’à Côté, mais nous retrouvons plus d’une trentaine de personnes qui participent à la réunion. Nous y retrouvons ce mode d’hébergement très ouvert, où responsables et accueillis partagent des temps de vie en se plaçant comme compagnons de route. Des résidents prennent la parole pour dire combien le temps est important dans un parcours de reconstruction de vie. Un dossier a été préparé pour décrire ces initiatives et sera soumis aux autorités gouvernementales, afin de faire reconnaître cette solidarité et sa spécificité. L’après-midi, une étude est présentée par une étudiante, qui démontre que l’arrêt de la consommation de « produits » peut être grandement facilité par la vie dans un groupe : si celui-ci offre un cadre relationnel clair, sécurisant et ouvert à l’extérieur, il a un effet 14 Juin 2014 84
  15. 15. Ferme Claris et Maison d’à Côté Gite d’accueil d’urgence pension de famille thérapeutique, m ê m e s i l a d é c i s i o n d’arrêter reste toujours un acte personnel. Un participant confirme par son expérience. Comme ce lieu de vie se situe à Aubagne, nous décidons de quitter pas trop tard la réunion, et filons à 16 h vers les calanques de Cassis, d’où le vent a chassé les nuages de la veille, nous offrant ainsi un paysage à couper le souffle. Tous reviennent ravis de la randonnée. En cette fin de mois, les résidents de plusieurs pensions de famille se donnent rendez-vous au Musée du Désert près d’Anduze. Occasion de découvrir l’histoire des camisards, ces militants de la liberté d’expression. Mais aussi, comme le dit D., c’est intéressant de voir la conservation du patrimoine. Peut-être que cela nous parle de nos histoires à chacun, qui parfois sont morcelées, mais que l’on peut rejoindre comme dans un puzzle. France Lézan Pour recevoir des informations sur les actions de la ferme Claris, connectez-vous : — www.lezan.lagerbe.org informations générales ; dates des prochains ateliers (dans l’onglet “Actualités”), pour les personnes proches de Lézan. — claris.solidairesdumonde.org actualités et photos (abonnez-vous à la “newsletter” du Blog) ; — www.facebook.com/Fermeclaris : nouvelles brèves. Infos Le ravalement de la façade de la Maison d’à Côté est terminé, les volets ont été repeints grâce à la mobilisation générale pour le ponçage et la peinture (Anne-Laure, Denis, Jessica, Marc 1, Marc 2, Philippe, Pierre-Jean, Sara, Senia, Timothée). Tous ont découvert la peinture à la farine, préparée par Martine dans son grand chaudron. La Gerbe a été représentée aux Journées Nationales de la Fédération de l’Entraide Protestante à Nîmes, et a contribué à l’animation d’un atelier dédié à la question « décloisonner nos actions pour favoriser l’insertion ». Nous y avons partagé notre désir de créer du lien social à travers nos actions afin d’éviter la stigmatisation des personnes qui viennent vers notre association. Un article est paru à cette occasion dans l’hebdomadaire Réforme (3 avril), qui mentionnait un de nos souhaits : transformer les contraintes en opportunités. La Ferme Claris a signé avec deux autres associations du Gard (La Clède et Les Glycines) une convention avec la préfecture, qui reconnaît leur mission spécifique dans l’accueil, l’hébergement et l’accompagnement de personnes victimes de violences conjugales. Pour vos vacances en Cévennes, pensez à l’appartement de tourisme solidaire dans la Maison d’à Côté. L’appartement permet de recevoir de 2 à 5 personnes (un couple et 2 ou 3 enfants). Renseignements 04 66 55 34 67 ou 04 66 92 01 08 pension@lagerbe.org 15 Juin 2014 84
  16. 16. Le journal Espérance a 20 ans ! et maintenant vous pouvez également nous suivre sur nos blogs en vous abonnant : http://claris.solidairesdumonde.org http://lagerbeecquevilly.solidairesdumonde. Mais également sur twitter et facebook : http://twitter.com/lagerbe http://twitter.com/ressourcerie78 https://www.facebook.com/Fermeclaris?fref=nf https://www.facebook.com/esperance.lagerbe «Un geste chrétien dans un monde qui souffre» France Bosnie Maroc RDC Roumanie Ukraine Juin 2014 84 «Un geste chrétien dans un monde qui souffre» France Bosnie Maroc RDC Roumanie Ukraine Juin 2014 84 20ANS 20ans 16 Juin 2014 84 Juin 2014 84

×