Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 1
Rapport de stage :
Société : BESIX
Stag...
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 2
Remerciements
Je tiensà remerciertout p...
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 3
Table desmatières
Remerciements ..........
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 4
1. Introduction
La seconde année de mas...
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 5
2. Présentationde la société,BESIX
2.1....
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 6
Russie d'abord, puis la Pologne, la Rép...
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 7
2013
BESIXGroup confirme sa stratégie d...
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 8
2.4. Le département « Construction dura...
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 9
3. Label « Entreprise écodynamique »
3....
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 10
- Etape 2 : Accompagnement
La société ...
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 11
Ensuite,il fautréaliserune analysedesa...
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 12
D’abord,si on arrive à diminuerlescons...
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 13
4. Analyse énergétique du bâtiment, PE...
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 14
Une analyse énergétique doit se faire ...
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 15
4.2. Préparations préliminaires
Je com...
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 16
Pour certifier le PEB, l’expert a beso...
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 17
4.3. Réalisation du PEB
Maintenantque ...
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 18
transmission thermique d’une paroi exp...
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 19
Pourl’analyse de laperformance énergét...
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 20
Eclairage :
- Installation de récupéra...
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 21
4.5. Rentabilités
J’ai effectué le cal...
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 22
D’abord, nous pouvons trouver des expe...
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 23
6. Conclusion
Lors de cette période de...
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 24
7. Table des figures
Figure 1 : Organi...
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 25
8. Bibliographie
[
1]
«Besix-Historiqu...
Quentin Taymans Mr. Bekkers
2ème
Master construction Mr. Henriet
Année 2013-2014 26
9. Annexes
Liste des annexes :
- Annex...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rapport de stage - 5MC-final

840 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
840
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
16
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rapport de stage - 5MC-final

  1. 1. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 1 Rapport de stage : Société : BESIX Stage effectué dans le département « Construction durable ».
  2. 2. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 2 Remerciements Je tiensà remerciertout particulièrementplusieurspersonnesqui de près ou de loin ont participé à la bonne réalisation de mon stage. D’abord,mesremerciementsse tournentversMadame CarolineVyncke,responsable desressources humaines, qui m’a permis de réaliser mon stage au sein de la société BESIX. Ensuite, je veux adresser un grand merci à Monsieur Geoffroy Bekkers qui m’a accueilli dans son département. Il m’a permis de me développer à différents niveaux en me responsabilisant. Il m’a laissé gérerplusieursactionsenme supervisantetenme laissantbeaucoup de liberté. Il m’a donné une réelle autonomie et je lui en suis vraiment reconnaissant. Je le remercie aussi pour les enseignements qu’il m’a transmis. Je remercie toutparticulièrementMonsieur VincentDecosterd’avoirpule suivre toutaulongde son travail dans l’élaborationde l’analyseénergétique du bâtiment et pour les nombreux conseils qu’il m’a donnés.Aussi,je lui suistrèsreconnaissantd’avoir consacré dutempsàm’expliqueren détail le raisonnement de son analyse. Enfin,je tiensàremerciermamaman qui m’a reluetcorrigé monrapport. Je lui en suis sincèrement reconnaissant.
  3. 3. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 3 Table desmatières Remerciements .............................................................................................................. 2 1. Introduction...........................................................................................................4 2. Présentation de la société, BESIX............................................................................. 5 2.1. Profil de l’entreprise........................................................................................ 5 2.2. Historique [1]..................................................................................................5 2.3. Structure du groupe [2] ................................................................................... 7 2.4. Le département« Construction durable »......................................................... 8 3. Label « Entreprise écodynamique » ........................................................................9 3.1. Généralités .....................................................................................................9 3.2. Obtention du label [3] ..................................................................................... 9 3.3. Préparation du dossier................................................................................... 10 3.4. Les démarches pour la troisième étoile ................................................. 11 4. Analyse énergétique du bâtiment, PEB .................................................................. 13 4.1. Généralités ................................................................................................... 13 4.2. Préparations préliminaires............................................................................. 15 4.3. Réalisation du PEB......................................................................................... 17 4.4. Analyse, améliorations et simulations............................................................. 19 4.5. Rentabilités................................................................................................... 21 4.6. Remarqueset commentaires ......................................................................... 21 5. Tâches ponctuelles............................................................................................... 22 6. Conclusion ........................................................................................................... 23 7. Table desfigures .................................................................................................. 24 8. Bibliographie........................................................................................................ 25 9. Annexes............................................................................................................... 26
  4. 4. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 4 1. Introduction La seconde année de master à l’ECAMs’organise autour de deux projets en collaboration avec une entreprise :réalisation d’un stage et un travail de fin d’étude. C’est dans ce cadre-là et pour effectuer ces deux projets que j’ai intégré le département « Construction durable » de la société BESIX. Le stage s’est déroulé du mardi 17 septembre au mercredi 30 octobre et exigeait une participation active à un projet et un haut degré d’autonomie. Geoffroy Bekkers, responsable du département, m’a chargé de participer au projet d’atteindre le dernier niveau du label « Entreprise écodynamique ». Le pointessentiel pouratteindre lestroisétoiles du label était de réaliser une analyse énergétique du bâtiment que BESIX occupe. J’ai donc réalisé, avec l’aide de Mr Bekkers certificateur PEB, une analyse complète dubâtiment.Notre objectif étaitde déterminer dans quelle classe énergétique il se situait. Aussi, il a fallu lister les améliorations à apporter pour passer à une classe supérieure. J’ai été trèsintéressé parlaréalisation de ce travail car j’y ai appris le fonctionnement du calcul PEB pour unbâtimenttertiaire toutenintégrantlesnotionsélémentairessur lagestion énergétique des bâtimentsqui me servirontdanslaréalisationde montravail de find’études. En effet, j’ai appris les critèresde classificationdesdifférentsmodesde construction :basse énergie, très basse énergie et passif. Aussi, j’ai pu intégrer les notions fondamentales des isolants et étanchéités, le fonctionnement des installations de chauffage et de ventilation. Ce travail m’a donc permis de rentrer progressivement dans le sujet de mon TFE. Je commencerai le rapport par une présentation assez générale de la société. Je vous exposerai ensuite son historique qui sera détaillé depuis sa création, en 1909, à nos jours. Puis, je vous présenterai succinctementl’organisationgénéraledugroupe.Enfin, j’entrerai plus en détail dans la descriptiondudépartement« Constructiondurable ».Nousverronssonorganisation, ses différents liens et ses actions au sein de la société. Ensuite,j’apporterai des explications sur le label « Entreprise écodynamique ». J’en détaillerai les principaux objectifs et la démarche à suivre pour obtenir ce label. Les actions réalisées par BESIX pour en obtenir le dernier niveau seront exposés. J’expliquerai en quoi consiste une analyse PEB d’un bâtiment. J’en exposerai les principes de fonctionnement et la logique sur laquelle elle est basée. L’analyse du bâtiment occupé par BESIX sera réalisée et des commentaires sur les résultats obtenus seront faits. Des améliorations seront proposéesetcertainessimulationspermettrontd’illustrerlarentabilitéd’éventuellesmodifications. Enfin,je détaillerai monimplication dans différentes tâches ponctuelles que j’ai dû réaliser lors de ces 6 semaines de stages. On y verra mon implication et les rôles que j’ai tenus.
  5. 5. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 5 2. Présentationde la société,BESIX 2.1. Profil de l’entreprise BESIX Group est une desplusgrandessociétésbelges de construction, active aux quatre coins de la planète. Elle a été fondée en 1909 et c’est au cours de ces dernières années qu’elle a connu une extraordinaire croissance. Elle est actuellement présente dans 17 pays et couvre 4 continents. Elle englobe une série de filiales. Cette organisationpermet à BESIX Group d’être spécialisé dans de nombreux domaines. 2.2. Historique [1] Je me suis limité à reprendre les informations données par le site internet dont vous pouvez retrouver l’adresse dans la bibliographie. « 1909 Jacques-MarieetCharlesStulemeijerrepèrent le potentiel que représentent, en Belgique, les travaux de construction deprestige.Ils fondentla Société Belge des Bétons(SBB).Ils se forgeront rapidement une réputation grâce à la reconstruction des ports et canaux en Belgique. 1922 SBB traverseles frontièresdu payset crée des filiales en France(Nord-France) eten Espagne(SICOP). 1947 SBB croit au potentiel du marché congolais. Sous le nom de Auxeltra-Béton, la société y investit en partenariat avec le groupe belge Empain. 1966 De grands projets au Moyen-Orient exigent une nouvelle organisation. Ensemble, les six entreprises qui faisaientpartiedu groupeSBB constituent Six Construct. Le succès dans cette nouvelle région est considérable. 1973 SBB devient une holding et l'actionnaire des nouvelles entreprises de construction qui portent les noms Les Entreprises SBBM et Six Construct International. La liste de références au Moyen-Orient et en Afriques'allongerapidement,pendantqued'importantstravaux d'infrastructuresonteffectuésen Belgique. 1982-1989 1982 - La Belgique se prépare au fédéralisme. SBB suit cette évolution en rachetant des entreprises dans les trois régions: Entreprises Jacques Delens à Bruxelles, Etablissements Jean Wust en Wallonie et Vanhout en Flandre. Les Entreprises SBBM et Six Construct International fusionnent pour devenir Les Entreprises SBBM & Six Construct. De nouvelles activités sont déployées au Luxembourg. 1989 - La perestroïka prend naissance. Le Groupe pénètre les marchés situés en Europe de l'Est: la
  6. 6. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 6 Russie d'abord, puis la Pologne, la République tchèque, la Bulgarie, et la Slovaquie. Un siège permanent est installé aux Pays-Bas. 1994 Les Entreprises SBBM& Six Constructs'appellentdorénavantBESIX.Alorsqueles activités au Moyen- Orient se développent, BESIX fait son entrée en Egypte et en Libye. BESIX devient également un acteur important sur le marché français. 2004 En collaboration avecOrascomConstruction Industries,treize membres de la direction de BESIX et de ses filiales réalisent un « management buy-out ». SBB devient BESIX Group, toujours solidement ancré en Belgique. 2006 Cinq entreprises rejoignent le Groupe BESIX: Van Britsom (Oostkamp), Verheye (Diksmuide), GRWestkust (Diksmuide) ( 50%), Socogetra (Awenne) et Cobelba (Naninne). 2009 Le Groupe BESIXa fêté,cette année,ses100 ansd'expérienceet d'innovation dansla construction. Un peu commeun feu d'artifice,plusieursévénementssontvenusponctuer2009. Cesévénementsse sontdéroulésen Belgique maisaussidansles Emirats. 2010 La Burj Khalifa a été inauguréele 4 janvier2010 à Dubaï.La "Burj Dubai Tower",la plushaute tour du monde, a été officiellement renommée "Burj Khalifa" en l'honneur du Président des E.A.U, Sheikh Khalifa bin Zayed al-Nahyan. Van Britsom& Verheye, intégréedansle GroupeBESIX en 2006, poursuitdésormaissesactivités sous le nomde West Construct. Débutjuillet, BESIX Group a acquisuneparticipation de 75% dansParkerbeheer.Cettesociétéest spécialisée dansla gestion de parkings. 2011 Parkeerbeheer devient BESIX Park 2012 BESIXrenforcesa présencedansplusieurspayset fait son entrée dansdenouveaux marchés:Egypte, Royaume d’Arabie Saoudite, République d’Azerbaïdjan, Royaume de Barhaïn, Australie. RSE : Le Groupe a décidé de consolider et d’encadrer ses actions en matière de responsabilité sociétale. Mi-2012, il a publié son premier rapport RSE (2010-2011) , consultable sur ce site Internet. Le Groupe BESIXa renforcésa businessunit‘Concessions&Assets’ en vue de répondre à la demande croissante de ses clients de recevoir une offre de services complète : ‘BESIX Concessions & Assets’.
  7. 7. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 7 2013 BESIXGroup confirme sa stratégie d'expansion en Australie. Après un important contrat attribué au Groupe en janvier 2012 dans les travaux marins, BESIX Group signe un accord de collaboration avec la société cotée à l’ASX*, WATPAC.» 2.3. Structure du groupe [2] Pourêtre completdanscette présentation,voici unorganigramme présentant la structure générale du groupe BESIX. Je me limiterai cependantàunbref commentaire de l’organigramme carje n’ai pas eu l’occasion de comprendre et de saisir l’ensemble de la structure du groupe. Vous observerez la présence de trois départements : Contracting, Real Estate Development et Concessions &Assets. Le tableauestégalementréparti suivantlesdifférenteszones d’activités. Les départements sont représentés par des structures différentes suivant la zone. Figure 1 : Organigramme montrant la structure de BESIX Group 1 1 Source : Voir bibliographie [2]
  8. 8. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 8 2.4. Le département « Construction durable » Durant ces 6 semainesde stage,j’ai intégré le département « Construction durable » et j’ai trouvé important de vous en expliquer le fonctionnement plus en détail pour comprendre le cadre dans lequel j’ai effectué montravail.Voyonssonorganisation,sesdifférentsliensetsonaction au seinde la société. GeoffroyBekkersacréé le départementil yaun peuplusd’unan. Selonlui,il était important que la société puisse être àjouretévoluerenfonctiondesdemandesdumarché,c’est-à-dire construire en tenant compte de l’aspect durable. En plus de sa conviction que la construction se dirige vers des systèmes où les aspects environnementaux prendront une place importante,l’ouverturede ce département permet à BESIX d’offrir des conseils et des solutions répondant aux exigences environnementales. Pour le moment, Mr Bekkers est seul dans ce département et il a de nombreuses tâches à gérer. En effet, il s’occupe d’apporter un soutien pour les différentes questions environnementales qui peuvent se poser sur chantier. Il est souvent amené à choisir entre plusieurs produits (isolants, étanchéités, revêtements de sol, …) et trouver la solution respectueuse de l’environnement. Ensuite, il est responsable de la construction d’un bâtiment passif, dans la centrale de ferraillage située à Sint-Pieters-Leeuw, qui servira de bureaux pour 7 employés et de vestiaire-réfectoire- sanitaire pour 35 ouvriers Il s’agît du premier projet directement représentatif de la construction passive au sein de BESIX. Il permet, d’une part, de se confronter aux exigences de ce mode constructif etd’autre part,sert de vitrine.Ce bâtimentmontre lavolontéde BESIXde s’engagerdans cette direction. Encore, lorsque l’occasion se présente, il oriente certains choix au niveau de la conception d’ouvrages. Il insiste sur l’importance de prendre en compte l’aspect environnemental au plus tôt dans la conception pour arriver à une solution cohérente à tous niveaux. Puis, il s’occupe de superviser la mise en place de la certification BREEAM et LEED sur certains chantiers. Ce système basé sur une liste de critères à points permet d’obtenir un certificat qui reconnait la performance environnementale d’une construction. Il supervise également mon travail de fin d’études qui s’inscrit dans une dynamique de développementdudépartement.Eneffet,je doismettreenplace un outil qui servira d’aide dans le choix desmatériaux isolants.Cetoutil devrareprendre un ensemble de critères de classification et lesprincipaux matériauxisolants. Je n’entrerai pasplusendétail sur ce sujet car il ne fait pas l’objet de ce travail. Enfin, il apporte une importance à la sensibilisation de l’ensemble de la société aux aspects environnementaux avec, entre autre, la mise en place du label « Entreprise écodynamique » et l’installation d’affiches de certification du niveau obtenu. Je vousai détaillé uninventairenon-exhaustif de l’implication du département, par l’intermédiaire de Mr Bekkers,auseinde la société.Il estévident que ce département demande à s’agrandir. Dans un premiertemps,MrBekkersaimeraittravaillerencollaborationavecdesexpertsexternes à BESIX qui apporteraientunsoutienauniveaudessuivisBREEAMde chantiers.Enfonctionde l’évolutionet de la quantité de travail, il agrandirait le département avec d’autres collaborateurs.
  9. 9. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 9 3. Label « Entreprise écodynamique » 3.1. Généralités Avantde s’intéresseràl’objectif qui m’étaitfixé,celui de réaliserl’analyse énergétique du bâtiment occupé par BESIX, essayons de définir le label et d’en comprendre l’étendu et les enjeux. Voyons aussi la démarche à suivre dans le but d’obtenir la troisième étoile du label. Cette analyse nous aidera à comprendre le cadre dans lequel s’inscrit l’étude énergétique du bâtiment à réaliser. Ce label a été créé par la régionde Bruxellescapitalepourrécompenser les sociétés qui se soucient de leur impact sur l’environnement et mettent en place une réel politique de gestion environnementale.Il estpropre àun site d’exploitationet ne s’applique pas, dans le cas de BESIX, à l’ensemble de ses filiales, ni aux chantiers. Il incite les sociétés à développer un management environnemental à long terme. En effet, les démarchesdemandées pour l’obtention de ce label sont très complètes et permettent d’aider les sociétés à appliquer et développer leur management environnemental par la mise en place d’objectifsàatteindre etlesmoyens d’y parvenir. Nous verrons par la suite la méthode appliquée. Aussi, nous remarquerons que plusieurs aspects sont abordés, dont notamment la gestion des déchets, les consommations d’énergie, la gestion des déplacements ou encore l’utilisation rationnelle de matières. De plus, le label encourage et facilite l’obtention de système de management environnemental reconnu au niveau européen tels que ISO 14001 ou EMAS. Enfin, il est aussi intéressant de remarquer que les exigences qu’impose le label peuvent dans la plupartdescas diminuerde manière trèssignificative les dépenses des sociétés. Nous observerons qu’une gestion plus intelligente des ressources (eau, mazout, électricité, ...) permet une réelle économie.Làencore,nousverronsparla suite,dansle chapitre 4, leséconomiesque nous pourrons réaliser. 3.2. Obtention du label [3] Qu’il s’agisse d’une première candidature oud’un renouvèlementdulabel, sonobtention s’effectue en suivant les démarches suivantes : - Etape 1 : Engagement de l’organisme La société doit signer une charte reprenant 27 principes d’éco-gestion. Ils sont classés suivant différentes catégories : pratiques de bonne éco-gestion, domaines environnementaux, secteur d’activité et système de gestion environnementale. Il existent des sous-classes pour la catégorie « domaines environnementaux » comme par exemple l’énergie, l’eau, les déchets, … Exemples d’engagement : - Désignerune personneayantlaresponsabilitéde mettre enœuvre lacharte etlui endonner les moyens. - Recourir, dans la mesure du possible, aux énergies renouvelables.
  10. 10. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 10 - Etape 2 : Accompagnement La société bénéficie d’un accompagnement par des experts en environnement pour l’aider dans la mise enplace d’unsystème de management environnemental. Il offre également un soutien dans l’élaboration du dossier. - Etape 3 : Elaboration du dossier La société doit compléter un dossier reprenant de nombreuses informations générales mais égalementsurle managementenvironnementaldéjàétablis. Nousverronsparlasuite le détail de ce dossier. - Etape 4 : Vérification en entreprise du dossier Desexpertsenvironnementaux vérifientle dossierrentré ense rendantsur le site pour y considérer les réalités de l’entreprise. - Etape 5 : Obtention des étoiles Un jury délibère les candidats et leur octroi un logo avec un certain nombre d’étoiles ainsi qu’une licence d’utilisation. Le label obtenu est valable pour une durée de trois ans. Il y a donc lieu de le renouveler et éventuellement de chercher à obtenir un niveau supérieur endéans cette période. Voici les logos des trois niveaux : Figure 2 : Logos des différents niveaux du label « Entreprise écodynamique »2 - Etape 6 : Vers d’autres étoiles Dans une optique d’améliorationcontinue,le labelpousse les entreprises à continuer leur effort au niveauenvironnemental enessayantd’éleverle niveaude leurlabel.Il faut alors appliquer la même démarche que celle décrite ci-dessus mais l’accent est mis sur le bilan des actions qui ont été menées et celles qui restent à réalisées. 3.3. Préparation du dossier Le dossier doit représenter fidèlement la société sous différents aspects. Tout d’abord, il est demandé de réaliser une description de la situation. Elle reprend une brève présentationdesactivités générales de l’entreprise, les activités spécifiques au site étudié et une description technique. 2 Source : Image provenant d’internet – Google image.
  11. 11. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 11 Ensuite,il fautréaliserune analysedesaspectsorganisationnels.Il fautdécrire l’organisationinterne de la société mise en place pour assurer le bon fonctionnement du système de management environnemental. On y retrouvera des informations sur la position dans l’organigramme de la personne responsable de l’environnement, la coordination de ce département avec le reste de la société, l’organisation des formations par rapport à la gestion environnementale et la communication interne. Puis, il s’agit d’effectuer une analyse environnementale. elle se fait suivant différents points. D’abord, l’aspect législatif est abordé. Une vérification est faite par exemple sur les permis d’urbanismes,lacertification deschaudières...Ensuite,il fautdéterminerlesaspectssignificatifs. Ce travail se présente sous forme de tableau qui permet de déterminer l’influence énergétique de différentescatégoriestelsque énergie,chauffage,électricité,mobilité,déchets, … et en déterminer le niveau de maitrise. Enfin, des fiches d’analyse sont réalisées. Elles comportent trois parties : actions,indicateursetpointsfaibles/pistesd’amélioration. Elles permettent d’aider la société dans son management environnemental en planifiant par ordre d’importance les tâches à effectuer. Enfin,unplan d’action est réalisé. Il est basé sur les résultats de l’analyse et plus particulièrement sur lespointsfaiblesetpistesd’améliorationsidentifiéspourchaque aspect.Il sertégalementd’aide dans la gestion de la société. 3.4. Les démarches pour la troisième étoile Un premier dossier a déjà été remis en 2012 et a permis d’obtenir les deux premières étoiles du label.Ce dossierfaisait unpremierétat des lieux des démarches mises en œuvre pour réduire leur impact environnemental. En effet, plusieurs actions à différents niveaux étaient en cours d’application où déjà planifiées. D’abord,sousl’aspecténergie (chauffage,électricité, ventilation) des consommations importantes ont été remarquées,tanten termes d’électricité que de gaz. Plusieurs audits ont alors été réalisés pour déterminerlesactionsà mener.Une actiond’incitationà la mise hors tension des PC en fin de journée a été mise sur pied. Ensuite, sous l’aspect mobilité, une analyse de la situation actuelle a été réalisée pour lister les employés avec et sans voiture. Différentes propositions ont vu le jour pour diminuer l’impact sur l’environnement à ce niveau. La première, l’acquisition de vélos électriques pour les mettre à disposition du personnel a été adoptée. BESIX s’est aussi inscrit dans le projet de co-voiturage proposé par Taxistop. Enfin, sous l’aspect déchets, plusieurs actions ont été menées : une politique de tri des déchets communiquée eninterne et le recyclage des bouchons de bouteille en plastique pour en faire des palettes, au bénéfice d’une association. Pour obtenir la troisième étoile du label « Entreprise écodynamique », il faut repartir du dossier précédentetfaire le bilandesactionsdéjà menées, en établir leur impact et déterminer les points sur lesquels il faut encore travailler. L’actionprincipale qui aété retenue est la réalisation d’une analyse énergétique du bâtiment. Elle représente l’objectif principal de mon stage et sera largement détaillée dans la suite du rapport. L’analyse permet de connaître à quel niveau énergétique se situe le bâtiment. On pourrait alors facilement en déduire les améliorations qui auraient plusieurs conséquences avantageuses.
  12. 12. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 12 D’abord,si on arrive à diminuerlesconsommationsd’énergie,nouséconomisonsde l’argentetnous préservons les ressources naturelles donc nous aurions un impact positif sur l’environnement. Ensuite, nous pourrions monter à une classe énergétique supérieure pour le bâtiment. Enfin, nous accéderions au dernier niveau du label « Entreprise écodynamique ». Les conséquences de ce travail sont donc multiples et comportent beaucoup d’avantages. Le chapitre qui suit s’intéresse plus en détail à cette analyse.
  13. 13. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 13 4. Analyse énergétique du bâtiment, PEB Dans ce chapitre, je détaillerai le travail que j’ai fourni lors de mon stage. Je montrerai mon implication dans la réalisation de l’analyse énergétique du bâtiment. J’en expliquerai les points importants. Ce chapitre me permettra de montrer que les objectifs établis au début de mon stage ont bien été atteints. 4.1. Généralités L’analyse PEB, performance énergétique d’un bâtiment, correspond à la réalisation de son bilan énergétique global. On cherche à déterminer sa consommation par mètre carré et par an. Une analyse détaillée dubâtimentesteffectuéepourdéterminersescaractéristiquesénergétiques. Elles sont ensuite encodées dans un logiciel mis à disposition par Bruxelles Environnement. Différentsaspects ysontabordés.Il faut d’abord déterminer la composition exacte de l’enveloppe extérieure. Un calcul de la surface tapis est ensuite demandé. L’utilisation de l’électricité et des systèmesd’éclairage doitaussi être détaillée.Puis,desinformations surlessystèmesde ventilation, de chauffage et de production d’eau chaude doivent y figurer. La démarche utilisée sera illustrée dans les paragraphes qui suivent. Ce travail nouspermetde déterminerl’énergie dépensée pouruncertainvolume protégé. A la suite de cette analyse,nousobtenonsune valeurqui détermine laclasse énergétique dans laquelle nous nous trouvons, voir figure ci-dessous. Elle indique le rapport entre la consommation annuelle d’énergie et la superficie du plancher chauffé du bâtiment. Pourlesbâtimentstertiaires,il existe7classes énergétiques différentes. L’échelle va de la classe A, peu énergivore à la classe G très énergivore. En voici une présentation : Figure 3 : Echelle des niveaux énergétiques pour un bâtiment tertiaire à Bruxelles3 3 Source : Voir bibliographie[5]
  14. 14. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 14 Une analyse énergétique doit se faire par un expert agréé par l’IBGE. Les règles et méthodes de calcul varientsuivantlarégion.Unexpertde Bruxellesne peut donc pas effectuer une expertise en Wallonie sans avoir suivi la formation propre à la Wallonie. Aussi, il faut savoir que les échelles énergétiques varient d’une région à l’autre et dépendent du type de bâtiment. L’échelle pour un bâtimenttertiaire seradifférenteque cellepourune maisonunifamiliale ou encore un bâtiment du secteur public. Une foisl’analyse de l’expertterminé,il transmetle dossieràl’IBGEqui le vérifie etcertifie le niveau obtenu. Actuellement, une analyse énergétique est obligatoire dans le cas de vente d’un bâtiment ou de location maisaussi pourdestravaux de rénovation demandantun permis d’urbanisme. Elle permet de comparer,du pointde vue énergétique, lesdifférentsbienssurune base de calcul commune. Les bâtimentsde classe énergétique élevée présentent une meilleure évaluation que ceux atteignant des classes médiocres. L’intérêt de BESIX pour la réalisation de cette analyse est multiple. En effet, elle permettrait d’effectuer des économies d’énergie et donc financière. Elle aiderait dans l’obtention du label « Entreprise écodynamique ». Aussi, elle permettrait d’avoir un argument de poids pour inciter le propriétaire à participer aux éventuels travaux d’amélioration. En effet, si suite à l’analyse, nous parvenionsàmettre enplace lestâchesà effectuerpour passeràune classe énergétique supérieure, nous lui offrirons la possibilité d’augmenter la valeur de son bâtiment.
  15. 15. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 15 4.2. Préparations préliminaires Je commencerai par une description de l’ensemble des démarches effectuées avant l’analyse proprement dite. En effet, j’ai eu besoin de plusieurs jours pour préparer au mieux la venue de l’expert.Il ad’abordfallurassemblerunensemblede documentstelsque cahiers des charges, plans et fichestechniquesdétaillantlaconstructionpoursimplifiersontravail. Ensuite, j’ai dû réaliser une vérification des plans d’étages. J’ai fait des recherches dans les archives et j’y ai récolté les informations nécessaires pour déterminer la composition des différentes parois. Pour les façades et la toiture, j’ai établi un système de classification des différents plans et fiches techniques qui pouvaient être utiles. Pour faciliter le travail de recherche, je leur ai attribué un numérocorrespondantàla farde danslaquelle ilsse trouvaient.J’yai aussi renseigné le paragraphe dans lequel onfaisaitréférence aux différentsproduits dans le cahier des charges. J’avais accolé un post-itavecunnumérosur lesdifférentesfardes.Onyretrouvaitégalementlessujets présents. Des post-itontaussi été placéspourindiquerprécisémentlespartiesqui pouvaientnousintéresser.Pour retrouver une information, il suffisait de suivre le système de classification et on arrivait à l’information recherchée. Vous trouverez ci-dessous la classification utilisée pour les documents relatifs aux façades. Figure 4 : Système de classification de documents – Façades4 4 Source : Illustration del’auteur
  16. 16. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 16 Pour certifier le PEB, l’expert a besoin d’une série de preuves pour, par exemple, prouver la compositiondesfaçades.Si lespreuvesne sontpasdisponibles, il introduit dans le programme des valeurspardéfaut qui seront généralement plus défavorables dans le calcul final. Voici un tableau reprenant les preuves acceptables pour les différents éléments : Figure 5 : Liste des pièces justificatives pour les éléments de l’enveloppe du bâtiment5 La seconde tâche que j’ai effectuéeavantl’arrivée de VincentDecosterétaitlavérification des plans des étages avec la réalité. Il fallait que je vérifie la position des différentes cloisons. Ces travaux préliminaires étaient très intéressants car ils m’ont permis de comprendre comment était construit le bâtiment et m’a permis d’aider Mr Decoster à établir le dossier des preuves. Souvent,il me demandait comment était construit tel ou tel parois et je parvenais à lui apporter la réponse grâce à l’outil que j’avais créé. Parfois,je manquaisd’informationetne savaitrépondre précisémentsurle mode de construction. Il était alors utile de faire une inspection visuelle. 5 Source: Voir bibliographie[5]
  17. 17. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 17 4.3. Réalisation du PEB Maintenantque lesprincipesgénéraux d’une analysePEBontété établis,voyonsquelles démarches nous avons suivies pour faire l’analyse des bâtiments occupés par BESIX au 100 avenue des Communautés à Woluwe-Saint-Lambert. J’ai accompagné Mr Decoster dans la réalisation de l’analyse énergétique. Mon rôle était de l’aider dans sa démarche. J’avaisreçulescoordonnéesdesdifférentespersonnessusceptiblesde nousaiderpourlaréalisation du travail dont celles du responsable de la maintenance des bâtiments, Patrice Gillet, qui nous a apporté une aide précieuse. Madame Motteux, m’a aidé pour obtenir des informations sur les archives. J’ai servi de relais entre les différentes personnes. Avanttout,il faut savoirque plusieursoutilssontmisàla dispositiondescertificateurspourlesaider dans laréalisationde leurtravail.Il existe d’abordundossier, Protocole de certificationde laPEBdes unités tertiaires « bureaux et services » en Région de Bruxelles-Capitale, qui rappelle les règles à appliquer pour effectuer un travail correct. Mr. Decoster y a eu recours à plusieurs reprises pour s’assurerque le choix qu’il faisaitétaitle bon.Parexemple,il nous étaitdemandé de déterminer les luminaires utilisésdansles locaux.Dessimplifications existaient lorsqu’il y avait plusieurs types en présence. A chaque fois, onprenaitle tempsde se référerau protocole. Cela m’a permis d’avoir un bon aperçu des principales règles qu’il comporte. Le secondoutil qui estmisà la dispositiondes certificateurs est un ensemble de tableaux Excel qui reprennentde façondétaillée lesinformationsnécessairespour remplirlesfeuillesde calcul du PEB. Voici un petit aperçu du recueil des données : Figure 6 : Recueil des données En plusde ces outilsde l’IBGE,Mr. Decoster en a créé un qui nousa énormémentservi dans la suite de l’établissement du PEB. Nous avons modélisé le bâtiment étage par étage avec le programme Sketch up. Les plans dont nous disposions ont servi de base pour créer le modèle. Il nous a finalementpermisde vérifier les surfaces et les volumes que nous encodions. Il nous a également aidé pour le calcul final du volume protégé. Nous avons commencé le travail par l’établissement de la structure de PEB. Il fallait déterminer le nombre de secteurs énergétiques à introduire. Un ensemble de pièces appartient à un même secteurénergétique lorsqu’il se trouve dans lamême unité tertiaire, qu’il est équipé des dispositifs de ventilation identiques, de système de chauffage et de refroidissement identiques. Nous avons déterminé deux secteurs. Le premier reprend l’ensemble des plates-formes de bureau des étages 1,2,3,4 et 5 ainsi que le rez-de-chaussée avec son hall d’entrée et le restaurant. Le second reprend uniquement le business center. Les parkings n’ont pas été pris en compte dans l’analyse. Après, nous avons déterminé la composition de l’enveloppe. Il a été important de se baser sur les informations que j’avais pu récolter pour définir les différentes façades ainsi que le toit. Nous devions connaitre le sandwichde matériaux composant ces surfaces. Des informations précises sur les matériaux et leur épaisseur était indispensable pour calculer la valeur U, coefficient de
  18. 18. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 18 transmission thermique d’une paroi exprimé en W/m².K. Il a fallu, dans certains cas, faire des vérifications visuelles pour connaître l’épaisseur exacte de l’isolant, par exemple. Une foiscesdifférentesparoisencodées, nousavons déterminé la surface tapis des bureaux. Nous l’avonscalculée, d’une part,surbase de plansdesdifférents étages et, d’autre part, par des relevés métriques.Elledevaitêtre calculéele plusprécisémentpossible carelle influence fortementle calcul final de la consommation énergétique exprimée en KWh/m²/an. Aussi,nousavonsrecueilli de nombreusesinformationssurlesdifférentslocaux occupant le volume total. Ellesontété classéessuivantleurutilisation,l’orientationdesfenêtres et la quantité de m² de fenêtre par orientation, l’éclairage et son mode de commande. La figure ci-dessus illustre bien l’ensemble des informations recueillies. Ensuite,il nousestdemandé de répondre àunensemblede questionnaires checklistenrapport avec différentsaspectsdufonctionnementdubâtiment. Nous retrouvons une liste de questions pour le chauffage, la ventilation hygiénique, l’éclairage, les unités terminales, la climatisation tout air et l’installation frigorifique de climatisation. Pour effectuer correctement ce travail, j’ai pris rendez- vousavec Mr Gilletqui nousa consacré une matinée pour répondre aux différents questionnaires. Vous trouverai un exemple de ces checklist dans l’annexe 1. Finalement,touteslesinformations récoltées sont introduites dans un fichier créé par l’IBGE où un calcul automatique esteffectué.La solution permet de déterminer la consommation d’énergie par m² et par an. Aussi, elle permet de se situer sur l’échelle énergétique. Voici un exemple. Figure 7 : Exemple de résultat de certificat PEB6 6 Source: Voir bibliographie [4]
  19. 19. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 19 Pourl’analyse de laperformance énergétiquedubâtimentoccupé parBESIX,nousavonsobtenuune valeurde consommationannuellede 190 kW/m²/an.Nousnoussituonsdoncsur l’échelon C, valeur allant de 248 à 156, de l’échelle énergétique. Vous trouverez en annexe 2 une copie du certificat obtenu. Il a été intéressantde faire une simulationsurlesaméliorations à réaliser pour déterminer la possibilité de monter à la classe énergétique B, valeur allant de 155 à 62. Le paragraphe qui suit détaille lesmodificationsqui peuventêtre envisagées ainsi que les points PEB qu’elles font gagner. 4.4. Analyse, améliorations et simulations. Nousvoici dansla partie qui représente ungrandintérêtpour BESIX. Eneffet,aprèsavoirdéterminé le niveauénergétique actuel dubâtiment,il estintéressantde savoirquelles améliorations peuvent être réalisées pour monter d’un échelon. Les améliorations proposées dans la suite de ce paragraphe seront en rapport soit avec le chauffage/ventilation, l’enveloppe ou l’éclairage. Je ne reviendrai pas sur le discours des bénéfices de cette analyse mais j’en rappellerai les principaux avantages. D’abord, si on arrive à diminuer les consommations d’énergie, nous diminuons les dépenses financières et nous préservons les ressources naturelles. Nous aurions donc un impact positif sur l’environnement. Ensuite, nous pourrions monter à une classe énergétique supérieure pour le bâtiment. Enfin, nous accéderions au dernier niveau du label « Entreprise écodynamique ». Nous avons deux sources d’amélioration différentes. La première découle de la réponse aux questionnairescheck-listqui ontdéjàété développésprécédemment.Vousretrouverez un exemple de recommandations proposées directement par le programme dans l’annexe n°3 . Voyons comment elles sont représentées. D’abord,différentesréponsessontpossiblespourlesquestions :le oui,si la qualité énergétique est jugée correcte ; le non,dansle cas contraire.Nousdevons alorsyassignerunnuméroqui représente l’importance dugaspillage énergétique :1 pour marginal, 2 pour fréquent et 3 pour généralisé. Une fois l’ensemble des questions complétées, nous obtenons une série de recommandations. A côté de chacune d’elles, nous retrouvons un indice allant de 1 à 3 pour caractériser son impact et sa rentabilité.Cesvaleurs sont théoriques et données par le programme. Une troisième valeur est aussi renseignée, l’occurrence. Elle correspond à la valeur encodée pour déterminer le gaspillage énergétique. Finalement,le programme calculelapriorité desaméliorationsenmultipliantles trois valeurs. Nous obtenons un chiffre variant de 1, tout à fait accessoire, à 27, vraiment prioritaire. Il est important d’étudier en détail les améliorations proposées. La seconde source de modification provient du remplacement dans le programme de certains paramètres par d’autres. Nous avons par exemple remplacé les tubes TL par des tubes LED. Ou encore, nous avons ajouté de l’isolant au niveau de la dalle supérieure des parkings. Nous avons systématiquement analysé l’influence de ces changements sur le résultat final. Nous avons comptabilisé les points PEB que nous gagnions. L’analyse des modifications sera détaillée suivant trois parties : l’éclairage, la ventilation/chauffage et l’enveloppe.
  20. 20. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 20 Eclairage : - Installation de récupérateur de chaleur pour le groupe de bureau : 10 points - Remplacer les tubes TL par des LED 15 watt : 17 points - Remplacer les halogènes par des LED : 20 points o Petit 50 W -> LED 6 W o Gros 35 W -> LED 11 W o Moyen 35 W –> LED 11 W - Remplacer les fluo compactes par des LED : 1 point Remarques : Certains changements ont un impact beaucoup plus important que d’autres. Ils dépendent beaucoup des quantités engagées. Certaines autres modifications ne changent pas le résultat PEB maispermettentde diminuerlaconsommationénergétique.Parexemple,l’installationde systèmes de dimming modifieraient l’intensité des tubes TL situés à proximité des fenêtres. Ventilation/chauffage : - Installation d’un ventilateur à vitesses variables dans le groupe de froid : 4 points - Mise en place de nids d’abeille : 7 points - Remplacer la chaudière atmosphérique en chaudière à condensation : 7 points o On passerait d’un rendement à 92% à un rendement à 107 % Remarques : D’autres modifications peuvent être intéressantes économiquement mais n’apportent aucun changement sur le résultat du PEB : - Recycler une partie de l’air extrait. Enveloppe : - Ajouter 5 cm d’isolant derrière les ventilo-convecteurs : 4 points - Isoler le plafond des parkings : o 2 cm de PUR -> 13 points o 13 cm de PUR -> 19 points - Ajouter de l’isolant dans la toiture : 3 points - Réaliseruntestd’étanchéité à l’air : si on obtient la valeur minimale demandée par l’IBGE, 13 points. Nous arrivons à un total de 100 points en comptabilisant l’ensemble des améliorations. Nous parvenons donc à une valeur finale pour le PEB après toutes modifications effectuées de 90 KWh/m²/an.Nousnoussituonsdoncsurl’échelonBde l’échelleénergétique.Il estévidemmentqu’il y a lieude prendre encompte l’aspectéconomiquequ’engendrentcesmodifications. Il faut vérifier que l’investissement qu’elles demandent soit rapidement rentabilisé en prenant en compte l’investissement sur son temps de retour. Cette information nous permet de définir l’ordre d’importance de certaines modifications. AvecMr Decoster,nousavonssélectionné un ensemble de modifications facilement réalisables et nousavonsévalué le niveauPEBauquel onarriverait.Noussommes égalementparvenusàatteindre le niveau B avec une valeur de 148 kWh/m²/an. Vous trouverez en annexe 4 le certificat obtenu.
  21. 21. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 21 4.5. Rentabilités J’ai effectué le calcul de rentabilité duremplacement des tubes TL utilisés dans les bureaux par des tubes LED. Je vous en exposerai le détail ci-dessous. Actuellement, l’éclairage des bureaux est réalisé avec des tubes TL de 36 watts . Au total, il y a 956 TL installés. Si nousdécidonsde lesremplacerpardestubesLED de 18W, nouspouvons réaliser une économie importante. Données : - Tubes TL : 36W - Tubes LED : 18W - Nombre : 956 - Temps estimé d’utilisation : 10 h/jour - Jours estimé de bureau : 250/an - Coût électricité (Lampiris – électricité verte) : 1 kWh = 0,06 € - Prix estimé des LED sans pose : 30 € Calculs : - Consommation actuelle = 34,4 kW * 10 h = 344,16 kWh - Consommation des LED 18W = 18 W * 956 * 10 h = 172,08 kWh - Prix total des LED = 956 * 30 = 28680 € - Gain par économie de consommation = 344,16 – 172,08 = 172,08 kWh - Gain annuel = 172,08 * 250 j * 0,06 = 2581,2 €/an - Rendement = 9 % Il faudra un peu plus de 11 ans pour rentabilisé l’investissement. Un accord peut être pris avec la société de maintenance pourremplacerprogressivement les tubes. Je n’ai donc pas pris en compte l’éventuel coût de la main d’œuvre. Il peut aussi être important d’intégrer dans la réflexion d’autres facteurs. Il faut s’assurer que les nouveaux systèmesinstallésassurentunéclairement suffisant. Aussi, la chaleur de la lumière est à analyserpourvérifierle niveaude confort.Il estalorsjudicieux de faire destests préalables. BESIX a par exemple installer des tubes TL à un endroit pour se rendre compte de la différence apportée. 4.6. Remarques et commentaires Il est important de comprendre la complexité d’un tel travail. En effet, nous avons un très grand nombre d’informationsdifférentesàgérer.Aussi,nousdevonstoujourssuivre lesrecommandations faites par l’IBGE et reprises dans le protocole. La mise en place d’outils d’aide est indispensable pour ne pas se perdre dans le raisonnement. Comme illustré précédemment, Mr. Decoster a utilisé plusieurs outils tels que ceux proposés par l’IBGE. Il s’estégalementaidé d’autresprogrammescomme Sketchuppourmodéliserle bâtiment et vérifier les volumes encodés. Aussi, il faut admettre que nous ne pouvons pas réaliser une analyse parfaitement exacte par rapport à la réalité.A plusieursendroitsdessimplifications ont été prises en compte. On s’est donc éloigné de la situation réelle. Plusieurs points de vue peuvent être développés à ce sujet.
  22. 22. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 22 D’abord, nous pouvons trouver des experts qui réalisent des audits très rapidement mais en effectuantde grossièressimplifications.Dansce cas, onse trouve engénéral avecdessolutionsbien éloignées de la réalité. Ensuite, il y a des certificateurs qui sont très pointilleux et qui n’admettent aucune simplification. Ceux-là,prennenténormémentde tempspourréaliseruncertificat.Ilsobtiennentcertainementdes solutions très proches de la réalité. Enfin, il y a les certificateurs consciencieux et qui cherchent à obtenir une solution proche de la réalité toutentenantcompte des difficultés du terrain. En effet, parfois, l’information recherchée n’estpasdisponibleoudemande untempsd’investigationtropimportant.Il estalors intéressant de prendre desvaleurs pardéfautoude faire desestimationscohérentes. Cette approche me parait la plus constructive car elle permet d’arriver à une solution réaliste dans des délais raisonnables. 5. Tâches ponctuelles Monsieur Bekkers, étant fort occupé par les différentes responsabilités qu’il assume, m’a soumis tout au long de mon stage des actions à accomplir. D’abord,j’ai été invité àparticiperàdifférentes réunions auxquelles il ne savait pas se rendre. J’ai, par exemple, suivi la réunion des représentants de la société Derbigum qui exposaient leurs principaux produits d’étanchéité. Je devais m’intéresser à leurs produits naturels en ayant un avis critiques sur les informations qu’ils nous donnaient. A la suite de la réunion, j’ai établi un rapport reprenantlesinformations que j’ai jugé importantes. Ces réunions m’ont permis de voir comment elles étaient gérées. Aussi,j’ai apporté unsoutienpourdesrecherches d’informations. A quelques reprises, Mr Bekkers m’a demandé de me renseigner sur certains types de produits. Par exemple, j’ai dû trouver un matériau naturel qui servirait de couverture pour un faux plancher. Une fois les recherches effectuées, j’ai trouvé un matériau qui correspondait aux exigences. Cesquelquestâchesm’ontintéresséetm’ontpermis de m’investir dans mon stage. Mr Bekkers m’a donné une réelle autonomie.Il m’afaitconfiance etm’adonné desresponsabilitésdans les tâches à accomplir ce qui a rendu cette expérience était très enrichissante.
  23. 23. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 23 6. Conclusion Lors de cette période de 6 semaines de stage, j’ai travaillé dans le département construction durable de chezBESIX.J’ai été supervisé toutau long de cette période par Mr Bekkers, responsable de ce département. J’ai reçu comme principal objectif de participer à la réalisation de l’analyse énergétique dubâtimentoccupé par BESIX.Ce travail s’inscrivaitdansle processusmisenplace pour obtenirle dernierniveaudulabel bruxellois « Entreprise écodynamique ». J’ai pu bénéficier d’une grande autonomie pour réaliser ce projet. Il m’a permis d’intégrer des notions sur des sujets différents. J’ai d’abord été intéressé de comprendre laconception du bâtiment. Je me suis familiarisé avec les plans de construction et les fichestechniquesdesmatériaux utilisés.J’ai apprisàentirer lesinformationsimportantes. J’ai aussi compris le fonctionnement des différents systèmes techniques tels que chaudières et HVAC. J’ai enfin intégré les notions liées à l’analyse énergétique d’un bâtiment. J’ai secondé le certificateur PEB dans toutes les tâches qu’il a réalisées. Je lui ai, par exemple, apporté de l’aide dansl’établissement de la composition de l’enveloppe externe du bâtiment. J’ai misenplace un système de classificationdesdossiersqui nousapermis de retrouver facilement les informations recherchées. J’ai aussi organisé des rencontres avec certaines personnes, comme le responsable de la maintenance, pour obtenir des informations sur la gestion du site. Une fois l’analyse terminée, nous avons recherché les modifications à apporter pour monter d’une classe énergétique. La simulation de ces améliorations a été très intéressante. J’ai eu d’autres tâches ponctuelles à réaliser. J’ai notamment représenté Mr Bekkers à différentes réunions. J’ai dû avoir un esprit critique sur les informations reçues et toujours m’intéresser aux aspects environnementaux. Je rendais systématiquement un rapport de la réunion. J’ai aussi effectué desrecherchesdocumentaires. Je devaistrouverdesmatériaux écologiques pour offrir des solutions à certain projet. Mon stage a été trèsriche tant au niveaude l’apprentissagede connaissanceque de l’acquisition de compétences.
  24. 24. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 24 7. Table des figures Figure 1 : Organigrammemontrant la structure de BESIX Group ______________________________ 7 Figure 2 : Logos desdifférents niveaux du label « Entreprise écodynamique » __________________ 10 Figure 3 : Echelle des niveaux énergétiques pour un bâtiment tertiaire à Bruxelles ______________ 13 Figure 4 : Système de classification de documents - Façades_________________________________ 15 Figure 5 : Liste des pièces justificatives pour les élémentsde l’enveloppe du bâtiment ___________ 16 Figure 6 : Recueil de données __________________________________________________________ 17 Figure 7 : Exemple de certificat PEB _____________________________________________________ 18
  25. 25. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 25 8. Bibliographie [ 1] «Besix-Historique,»[Enligne].Available: http://www.besix.com/Bedrijf/Geschiedenis.aspx.[Accès le 10 Octobre 2013]. [ 2] «Besix-Structure,» [Enligne].Available: http://www.besix.com/Bedrijf/Groepsstructuur.aspx.[Accèsle 10Octobre 2013]. [ 3] «Commentobtenirle label "Entreprise écodynamique",» Institutbruxelloisde gestion de l'environnement,[Enligne].Available:http://www.bruxellesenvironnement.be.[Accèsle Octobre 2013]. [ 4] Certienergie,«CertificationPEBàBruxelles,» [Enligne].Available: http://www.certinergie.be/fr/certificat-peb/bruxelles.[Accèsle 2Novembre 2013]. [ 5] IBGE, Protocole de certificationde laPEB desunitéstertiaires« bureaux etServices» enRégionde Bruxelles-Capitale,Bruxelles,2013.
  26. 26. Quentin Taymans Mr. Bekkers 2ème Master construction Mr. Henriet Année 2013-2014 26 9. Annexes Liste des annexes : - Annexe 1: Questionnairechecklist - Annexe 2: CertificatPEB - Annexe 3: Recommandationsduquestionnaire checklist - Annexe 4: Certificataprèsmodifications

×