RICHARD-POWER POINT

259 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
259
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • La thérapie EMDR a été créée
    à la fin des années 80
    dans la région dans la Baie de San Francisco
    par Francine Shapiro, Ph.D.,
    la fondatrice de la thérapie EMDR.
    En juillet 2002, Francine Shapiro a reçu
    le prix Sigmund Freud
    décerné conjointement par
    le Congrès Mondial de Psychothérapie
    et la ville de Vienne.
     
  • Psychanalyse : jeune enfance
    TCC : pensées automatiques, exposition
    Humaniste : auto guérison, position stratégiques basse du thérapeute
    Systémique : impact des systèmes, compréhension des dynamiques environnementales
    Thérapie brève : ici et maintenant pour la personne, court terme
    La thérapie EMDR
    est une approche de psychothérapie
    qui utilise la stimulation sensorielle
    des deux côtés du corps,
    soit par le mouvement des yeux
    soit par des stimuli auditifs ou cutanés,
    pour induire une résolution rapide
    des symptômes liés à des événements du passé.
     
     
    La thérapie EMDR a été créée
    à la fin des années 80
    dans la région dans la Baie de San Francisco
    par Francine Shapiro, Ph.D.,
    la fondatrice de la thérapie EMDR.
    En juillet 2002, Francine Shapiro a reçu
    le prix Sigmund Freud
    décerné conjointement par
    le Congrès Mondial de Psychothérapie
    et la ville de Vienne.
     
    En moins de 10 ans, elle est devenue
    un des modes de traitement psychothérapeutique
    du PTSD (ou ESPT : État de Stress Post-Traumatique)
    ayant donné lieu au plus grand nombre
    d’études cliniques.
     
    Ses initiales viennent
    de son appellation anglais :
    Eye-Movement Desensitization and Reprocessing,
    ou
    Désensibilisation et Retraitement par les
    Mouvements Oculaires,
    même si la méthode
    ne se limite désormais
    plus à l’utilisation des mouvements oculaires.
     
    Le protocole de la thérapie EMDR
    repose sur un ensemble de principes
    qui sont essentiels
    à une approche humaniste
    et intégrative de la médecine et de la santé :
    la confiance dans la capacité d’auto-guérison
    propre à chacun,
    l’importance de l’histoire personnelle,
    une approche centrée sur la personne,
    un pouvoir restauré,
    l’importance du lien corps-esprit,
    un bien-être et
    une amélioration des performances.
     
    Plusieurs études contrôlées
    ont démontré la remarquable efficacité
    de la thérapie EMDR
    pour la résolution les états
    de stress post-traumatiques, autant chez les
    victimes de traumatismes civils
    (viols, accidents, deuils)
    que chez les vétérans de la guerre du Vietnam
    ou les victimes de conflits dans les pays en voie de
    développement.
     
    De fait, à ce jour, la thérapie EMDR
    est une des méthodes de traitement
    des états de stress post-traumatiques
    (ESPT ou "PTSD") les mieux documentées
    par la littérature scientifique.
     
  • Quand des expériences
    inquiétantes
    se produisent,
    elles sont stockées
    dans le cerveau
    avec toutes les images,
    bruits,
    pensées et sentiments
    qui l’accompagnent au moment de
    l’événement.
    Quand une personne
    a été traumatisée,
    le cerveau semble
    ne pas pouvoir traiter l’expérience
    comme il devrait le faire normalement.
    Par conséquent,
    les pensées et les sentiments négatifs
    de l’événement traumatique
    sont « emprisonnés »
    dans le système nerveux.
    Puisque le cerveau ne peut pas traiter
    ces émotions, l’expérience et/ou les
    sentiments qui l’accompagnent
    sont souvent supprimés de la conscience.
     
    Cependant, la détresse continue
    de se manifester
    dans le système nerveux
    où elle cause des perturbations
    dans le fonctionnement émotif
     
    de la personne.
    La technique de thérapie EMDR 
    fait deux choses très importantes.
    D’abord, elle « débloque »
    les mémoires
    et les émotions négatives
    stockées dans le système nerveux,
    puis,
    elle aide le cerveau à re-traiter
    l’expérience
    (au sens informatique de traitement de
    l’information) pour qu’elle soit
    « digérée ».
    Le praticien travaille doucement
    avec le patient, le guidant
    progressivement pour rendre
    à nouveau visite
    à l’incident traumatique.
    Quand le souvenir est évoqué,
    les patients ou clients
    refont alors
    l’expérience des sensations
    et des émotions
    d’une nouvelle façon.
    La thérapie EMDR 
    permet d’acquérir la compréhension
    de soi
    et la perspective
    qui permettront
    au patient
    de choisir
    ses actions,
    plutôt que
    de se sentir
    impuissant
    face à leurs réactions.
     
    Ce processus peut être complexe
    s’il y a beaucoup d’expériences
    reliées aux émotions négatives.
    Les séances de thérapie EMDR 
    continuent jusqu’à
    ce que les souvenirs
    et les émotions traumatiques
    aient disparu.
  • La thérapie EMDR repose sur un constat : le simple fait de parler d'un traumatisme ne serait pas suffisant. Une personne traumatisée ne souhaiterait d'ailleurs pas évoquer le cœur de la scène traumatique dans la crainte d'être sur-traumatisée. L'EMDR créerait donc un protocole sécurisant pour accompagner la personne dans son rappel du noyau traumatique. Ce rappel ne solliciterait pas seulement le registre verbal mais tous les registres représentatifs : perceptions, cognitions, émotions, sensations corporelles.
    Selon une hypothèse, en effectuant des associations libres, dans des séquences d'attention duelle, à partir de tous ces registres du noyau traumatique, des connexions mnésiques (mémoire implicite/explicite, procédurale/déclarative) et informationnelles auraient lieu et la personne pourrait dépasser l'événement traumatique.
    Mais selon une autre hypothèse, l'association libre est insuffisante et de plus ne se manifeste pas régulièrement au cours des traitements des traumatismes psychiques par l'EMDR. Pour arriver à mettre en place des reconnexions susceptibles de modifier la nature du noyau traumatique, il serait utile d'y adjoindre une stimulation sensorielle, comme les mouvements oculaires par exemple.
    Cette méthode permettrait au souvenir traumatique d'être réinséré dans le processus de synthèse de la mémoire épisodique avec le statut de souvenir révolu.
    La croyance dans l'efficacité des mouvements oculaires ou des stimulations sensorielles bilatérales alternées repose sur un modèle neurologique où l'activation alternée des hémisphères cérébraux faciliterait un travail de reconnexion de modules de traitement de l'information (émotionnels, mnésiques, comportementaux) dissociés par le trauma. D'autres modèles sont en discussion, amenant d'autres explications possibles à l'efficacité de l'EMDR.
  • De la même façon que
    la thérapie EMDR 
    aide le cerveau
    dans son traitement naturel
    de l’information émotionnelle,
    le praticien EMDR 
    aide le patient, ou client,
    dans son processus
    de guérison en devenant
    son partenaire pour un voyage
    destiné à éliminer
    le traumatisme passé,
    bloqué dans son système nerveux.
     
    Au début d’une séance ordinaire
    de thérapie EMDR,
    le praticien aide le patient
    à repérer exactement
    le problème ou l’événement
    qui sera la cible
    du traitement.
    Pendant que les pensées
    et les sentiments
    remontent à la surface,
    le praticien et le patient, ou client,
    travaillent ensemble
    pour stimuler
    les mouvements des yeux
    ou l’autre stimulation bi-lateral (SBL)
    (ex. : les tapotements sur les genoux)
    qui accompagnent l’expérience
    brièvement rappelée.
     
    Pendant que les mouvements
    des yeux sont stimulés,
    les émotions sont libérées.
    Les séries successives
    et assez brèves
    des « SBL »’s
    (30 secondes à quelques minutes)
    continuent jusqu’à
    ce que les émotions soient neutralisées
    et que l’événement
    passé devienne associé
    par le patient, ou client,
    à des pensées
    et des sentiments positifs
    sur lui-même,
    comme « Je réalise maintenant que ce
    n’était pas ma faute ».
  • Combien de séances sont nécessaires avant de commencer la thérapie EMDR ?
    Cela dépend de la complexité
    de l’histoire du patient,
    de sa capacité à « s’auto-apaiser »
    et à utiliser
    les différentes techniques
    de contrôle de soi
    pour diminuer
    la perturbation potentielle
    qui peut survenir
    pendant le traitement.
    Le praticien doit enseigner
    au patient ces techniques
    pendant la phase de préparation.
    La durée requise
    pour cette phase
    sera différente
    pour chaque client.
    Dans la majorité des cas,
    le traitement actif
    devrait commencer
    après une à trois séances.
     
    Quelle est la durée des séances en thérapie EMDR ?
    Quelle est la durée
    des séances en thérapie EMDR ?
    En moyenne,
    la durée des séances
    varie de 60 à 120 minutes
    (90 min parait, peut-être,
    le plus souhaitable).
    Quelle est la durée du traitement et le nombre de séances ?
    La durée du traitement
    et le nombre de séances
    dépendent essentiellement
    du trouble
    ou de la pathologie
    dont souffre le patient.
    D’une manière générale,
    le praticien ne commence vraiment
    la thérapie
    qu’après quelques entretiens consacrés à :   l’évaluation clinique des troubles,
    des indications
    et contre-indications
    d’une telle thérapie.   l’anamnèse,
    c’est-à-dire
    la prise de l’histoire de vie,
    la plus complète possible.   une préparation
    du patient ou client :
    explication de la thérapie
    et mise en place
    obligatoire de quelques techniques
    de relaxation.
    Plusieurs séances de stabilisation
    sont souvent nécessaires
    dans les cas
    de traumatismes psychologiques graves
    ou complexes.
    D’une manière générale,
    et purement indicative,
    le nombre de séances
    peut varier de quelques unités
    pour les psychotraumatismes
    simples
    (ex : accident unique ou agression, à
    l’âge adulte...),
    à plusieurs dizaines
    de séances pour les expériences
    traumatiques anciennes ou répétées,
    altérant l’identité même du patient
    (ex : abus sexuels répétés dans l’enfance...)
    La fréquence des séances
    est variable :
    de une à trois séances
    par semaine,
    à une séance tous les quinze jours.
    Insistons sur le fait
    que toutes ces données
    sont purement indicatives,
    sans caractère absolu,
    liées surtout à la spécificité
    propre de chaque cas.
    C’est dire
    l’importance
    des tout premiers entretiens,
    tant sur le plan technique qu’humain,
    quand se tisse
    l’alliance thérapeutique...
    Le praticien
    pourra alors
    proposer des réponses
    bien adaptées aux inévitables
    questionnements du patient, ou client.
     
     
     
  • La thérapie EMDR se pratique en huit étapes successives :
    Diagnostic et planification : la première phase de la thérapie consiste à s'assurer que l'EMDR est un traitement adapté au patient. Un aspect de cette évaluation concerne la capacité de la personne à faire face aux souvenirs de l'événement traumatisant qui seront ravivés pendant la thérapie. Le thérapeute prépare alors avec le patient un plan de traitement.
    Préparation et relaxation : le thérapeute doit ensuite préparer son patient à l'EMDR en lui expliquant le déroulement de la thérapie. Il s'assure que le patient maîtrise quelques techniques de relaxation et est capable de contrôler les émotions succédant à une expérience désagréable.
    Évaluation : la phase suivante permet de déterminer les souvenirs qui feront l'objet du traitement. Pour chaque événement traumatisant conscient ou chaque situation anxiogène dans le présent, liée à un événement traumatisant, conscient ou non, le patient doit choisir une image qui représente l'événement ou la situation, une idée négative associée à l'événement (« cognition négative ») et une idée susceptible d'élever l'estime de soi (« cognition positive »). Le patient évalue alors la validité de l'idée positive sur une échelle numérique. Il associe également l'image anxiogène et l'idée négative et évalue l'ampleur de sa détresse sur une échelle numérique (de 0 - tout va bien à 10 - détresse intense). Cette détresse émotionnelle se traduit par un malaise physique qu'il est invité à localiser sur son corps.
    Désensibilisation : le patient continue à penser à l'image traumatisante et à l'idée négative alors que le thérapeute lui demande de suivre avec les yeux un point lumineux qu'il déplace dans l'espace. D'autres stimuli (bruits successifs à gauche et à droite, claquement des doigts, stimulation tactile, etc.) peuvent être également utilisés lors de cette phase. Le patient est encouragé à suivre les associations mentales qui se font naturellement pendant cet exercice et ce sont ces associations progressives qui sont censées être au cœur du traitement, par exemple en ramenant à la conscience des événements oubliés. Cette phase du traitement continue jusqu'à ce que le patient évalue sa détresse à 0 ou à 1 sur l'échelle introduite lors de la phase précédente.
    Ancrage : la phase suivante vise à associer l'idée positive à ce qu'il reste du souvenir de l'événement traumatisant. Quand l'évaluation de la détresse atteint 1 ou 0, le thérapeute demande au patient de penser à l'objectif fixé en début de séance. Les mouvements oculaires continuent jusqu'à ce que le patient évalue la validité de la cognition positive à 6 ou à 7 sur la première échelle utilisée durant la phase 3. Les étapes 3 à 5 recommencent à chaque séance pour une nouvelle image traumatisante.
    Bilan corporel (body-scan) : le patient garde à l'esprit l'événement traumatisant et l'idée positive à laquelle il a été associé durant la phase précédente et passe en revue systématiquement ses sensations corporelles. Le but de cette phase est de repérer des « tensions » ou des « sensations négatives » qui subsisteraient et d'aider à les dissiper toujours à l'aide de séries de mouvements oculaires.
    Conclusion : à la fin d'une séance, le thérapeute doit faire en sorte que son patient se trouve dans un état émotionnel stable, que le traitement soit terminé ou non. Il prépare également son patient à réagir correctement (relaxation, etc.), au cas où le souvenir de l'expérience traumatisante surgirait entre les séances.
    Réévaluation : au début de la séance suivante le thérapeute demande au patient de repenser au but fixé lors de la séance précédente. En fonction des réactions du patient, il évalue l'effet de la thérapie et adapte son déroulement en conséquence. Vers la fin de la thérapie, le patient est invité à tenir un journal concernant les souvenirs travaillés pendant les séances et les associations qui lui viennent à l'esprit en dehors des séances.
  • La comparaison avec l'efficacité d'autres thérapies d'orientation cognitivo-comportementale montre des effets comparables immédiatement après la période de traitement et sur le long terme (jusqu'à 15 mois de suivi).
    Dans le cadre du traitement par l’EMDR d’un traumatisme psychique simple, le taux de guérison serait de l’ordre de 80%.
    La thérapie EMDR s'est avérée efficace dans le traitement d'autres troubles psychologiques qui se sont développés dans le contexte d'événements de vie douloureux, comme le traitement des états de deuil suite à la perte d'un être cher, les troubles de la conduite avec agressivité des adolescents, ou les phobies dentaires.
    La complexité de ce type d'évaluation et différentes limites des procédures employées ne permettent cependant pas de se prononcer d'une manière absolue pour ce qui est de l'efficacité de l'EMDR ou sur la disparition complète des symptômes à long terme. Mais il semble que les résultats paraissent bons à court et moyen terme sur une échelle de « détresse subjective » liée à une image particulière (subjective unit of disturbance)
    Atouts cliniques d'EMDR en cas de traitement chronique traumatique (par rapport à d'autres approches)
    EMDR propose plusieurs avantages
    uniques lors du traitement complexe
    le SSPT.
    Patients reçoivent une quantité
    énorme de contrôle de leur
    traitement, et de l'exposition à
    craindre expériences intérieures
    (sentiments, sensations, images,
    cognitions) peut être expérimentée
    dans relativement courtes rafales
    plutôt que dans le plus soutenu ou
    manière prolongée typique de
    l'exposition le traitement.
     
    EMDR également uniquement permet
    aux personnes traumatisés les
    services pour traiter les matières, si
    nécessaire, sans compte rendu
    détaillé et parfois même, sans
    paroles, faciliter la désensibilisation et
    traitement des matériaux qui étaient
    auparavant inaccessibles,
    inaccessible, ou difficiles à transformer.
     
    EMDR peut être particulièrement utile
    pour les patients qui, malgré plusieurs
    autres traitements et peut-être même
    des améliorations sensibles de leur
    niveau global de fonctionnement,
    continuer à lutter avec un cœur sens
    de défectuosité, la honte, et la
    culpabilité, et qui restent
    profondément accablé par la douleur
    et la haine de soi.
  • Traumatismes résultant de l'expérience de la
    guerre et du traumatisme diffère en ce qui
    concerne le degré de celle généralement
    rencontrés dans le civil un traumatisme dans
    un certain nombre de façons.
     
    Il convient de noter que ces facteurs sont
    transmis en termes généraux et qu'il y a
    toujours exceptions.
     
    1. La première qualité de traumatisme de
    guerre est la durée de l'exposition.
    Temps est une variable importante en termes
    de sa contribution à l'érosion de l'individu de
    ses capacités et la modification de sa
    perception en la subissant une opération de
    combat.
    En effet, prolongée au combat peut entraîner
    une perception accrue du risque, de sorte que
    la perception elle-même, si elle est autorisée
    à transmettre à un assez grand degré, peut
    devenir un agent stressant (Noyes & Klettie, 1977).
     
    2. La seconde qualité de traumatisme de
    guerre est la probabilité de plusieurs
    traumatismes.
    Tandis qu'un survivant d'un civil traumatisme,
    Par exemple, une agression ou un accident
    d'avion, peut l'expérience un terrible
    événement, rescapés de la guerre en général
    peut avoir subi plusieurs événements
    terribles, tout ce qui peut être traumatisant
    par nappe elle-même.
     
    3. La troisième qualité de traumatisme de
    guerre est qu'elle est le fait par des hommes.
    Les survivants des catastrophes naturelles et
    des accidents traiter de terribles événements
    dont les origines sont clairement extérieure à
    l'humanité; ils sont généralement désignés
    comme des "actes de Dieu".
    Guerre (et le terrorisme) sont menées par des
    personnes et en tant que tels faire
    l'existentielle supplémentaires chargez. Dieu
    peut être remis en question pour permettre
    aux gens de commet les actes de guerre,
    mais ce sont les gens en plaçant leurs doigts
    sur les déclencheurs, faisant exploser les
    bombes, la plantation des mines terrestres, et
    les tirs d'artillerie. Le fait d'un frères
    humains" qui commet un tel acte délibéré a
    un impact supplémentaire sur un individu du
    monde vue, la compréhension des relations,
    et le sens de ce que c'est que d'être human.4.
     
    4. La quatrième qualité des traumatismes de
    la guerre est la tendance du survivant
    d'être à la fois auteur et victime. Le rôle
    de la victime de la guerre, c'est évident.
    La position de l'auteur est malheureusement
    souvent celui-là qui n'est pas bien comprise
    et souvent pas volontairement abordé par les
    thérapeutes, il est susceptible de générer un
    problème majeur avec coutertransference.
    Rescapés de la guerre peuvent être les
    auteurs de deux façons, qui peuvent être
    qualifiées de "objectif perpétration" et
    "subjective perpétration". Objectif les auteurs
    sont ceux qui ont commis des actes que par
    tout moral raisonnable échelle, et notamment
    au niveau de l'individu, sont considéré comme
    illicite.
    Ces actions, lorsqu'elles sont commises
    principalement par les personnes normales,
    sont généralement le résultat de la tension et
    de l'impact de la guerre accompagnée d'une
    ventilation en discipline militaire et de leadership.
    À un aveugle instant l'individu réagit à la
    peur, la colère, l'angoisse, de la confusion, de
    l'épuisement, et la pression des pairs,
    commune sur le champ de bataille. Les
    garanties normales a disparu - et le conjoint
    survivant est gauche avec le blâme, la
    culpabilité, et des questions sur sa propre
    crédibilité. Subjective auteurs sont ceux dont
    les actions sont dans les grandes orientations
    de la société et de la culture mais violent
    leurs propres convictions principes moraux.
    Tuer l'ennemi, par exemple, est, au niveau de
    la société, souvent élogieux. Toutefois, pour
    un individu donné, voir les restes d'un soldat
    ennemi dont la vie qu'il ou elle a juste pris
    en violation des règles en place longtemps
    avant la guerre.
     
    5. La cinquième qualité des traumatismes de
    la guerre est le contraire de la dualité du
    survivant, à la fois puissant et
    impuissant.
    À titre d'exemple, une infirmière qui sert au
    large de la côte du Vietnam sur un navire-
    hôpital avait une puissance énorme,
    littéralement, de la vie et de la mort, en tant
    qu'elle a dirigé de trier parmi les blessés. Elle
    a non seulement prendre des décisions sur la
    question de savoir qui doit obtenir le genre de
    soins médicaux et de la façon dont
    rapidement, mais elle a également effectué
    procédures médicales normalement réservés
    aux médecins.
    D'autre part, elle a estimé qu'elle ne pouvait
    pas "désactiver" la guerre - puissant sur un
    seul niveau, impuissante sur une méta
    level.
     
    6. La sixième qualité des traumatismes de la
    guerre est l'expérience des témoins ce qui
    arrive aux autres. Avec cela peut venir
    culpabilité. Quand d'autres sont blessés ou
    meurent, le survivant sera naturellement me
    demande pourquoi. Le besoin de croire en un
    " univers qui est just" peut être si grande
    que, plutôt que d'abandonner cette
    conviction, l'individu se juge lui-même
    comme ayant en quelque sorte "trahis" et ce
    qui a survécu.
     
    7. La septième qualité des traumatismes de la
    guerre est l'impact sociétal de la guerre.
    Nous savons de la réaction négative les
    anciens combattants du Vietnam a reçu, et
    même ici, au Canada, au cours de cette ère,
    un aumônier que je savais, c'était cracher sur
    tout simplement pour vêtu de son uniforme.
    Même Guerre Mondiale deux anciens
    combattants ont été rencontré désagréable
    demande à être dit "histoires d'anciens
    combattants" ou ayant leurs difficultés rejeté
    avec des commentaires comme: " Qu'avez-
    vous à critiquer? Nous avons gagné, n'est-ce pas".
    La nature de la guerre est que tous ceux qui
    vivent à travers elle, qu'il s'agisse
    directement exposée au combat ou pas, sont,
    en effet, les anciens combattants.
    Les répercussions sur les plans social et
    psychologique peut affecter les personnes de
    générations après que les armes se taisent.
  • Il y existe de nombreux facteurs
    permettant de voir si la
    thérapie EMDR peut être
    utile dans la situation particulière
    et l’histoire d’un patient ou client.
    Pendant uneconsultation initiale
    avec un praticien EMDR,
    tous ces facteurs appropriés
    devraient être évoqués de manière
    approfondie
    afin que vous décidiez ensemble
    d’utiliser ou non l’EMDR.
    En général cependant,
    vous êtes un excellent candidat
    pour la technique d’EMDR 
    si vous avez...
    des peurs fortes et inexplicables,
    subi des abus sexuels,
    été la victime ou le témoin d’un crime ou d’un grave accident,
    survécu à une catastrophe naturelle,
    vécu un événement traumatisant,
    des difficultés pour faire confiance aux autres,
    peur de rester seul(e),
    fréquemment le sentiment d’être coupable,
    des crises de colère irrationnelles,
    une mauvaise image de vous-même...
  • Questionnaire (Médecin) : basée sur l'EMDR
    Présentation au personnel médical de 41 CF Centre de services de santé - Richard D. Rapoport,
    Exercice pour penser à une situation où il y avait un certain malaise ou autres similaires sentiment au cours d'une consultation avec un patient
     
    1. Est-ce la première fois que vous vous êtes senti activé (déclenché) par ce patient?
    Oui ____ Non _____ ___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ ___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
    2. Si non, pense en arrière, il y a peut-être une autre fois lorsque vous avez été activée (déclenché) concernant cette même question avec ce ou pour tout autre patient. Lorsque ou ce qu'a-t-il été?
    Oui_____ Non _____
    __________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ ___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    3. Avez-vous activé (généré) par le même problème avec d'autres patients ?
    Oui ___ Non____ _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    4. Avez-vous jamais été  traumatisés (ou les expériences marquant, inconfortable ou embarrassant, déceptions, des regrets, deuil non résolu, honte à la réflexion souvenirs, pièce jointe les interruptions et les échecs, de la négligence ou de l'expérience d'une profonde sens d’isolement ou besoins psychologiques non satisfaits (souvent associé avec douleur et expériences affective d’envie ou du désir, etc.)?
    Oui ___ Non____ __________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
    ___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ ___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
    5. Est-ce que votre ancien traumatisme (ou d’autre expérience difficile ou marquant) être déclenchée?
    Oui ___ Non____ _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    6. Croyez-vous que vous êtes aux prises avec la fatigue de la compassion, du fait d autrui, traumatisassions secondaire ou stress post-traumatique?
    Oui ___ Non____
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    7. Décrire le problème présenté (ou présent-jour référents)
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    8. Décrire les traumatismes sont liés à la question 7
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
     
    9. Décrire ce qu'est le déclenchement vous avec ce patient aujourd'hui. Comment êtes-vous déclencher?
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
    10. Pourquoi croyez-vous que vous êtes en cours de déclenchement maintenant?
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    11. Ce qui rend ce patient exceptionnellement difficile pour vous maintenant?
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
    12. Qu'est-ce qui fait que ce client style de lutte avec leur problème que peut déclencher vous maintenant.
    (C'est que le médecin a du mal avec c'est-à-dire l extériorisation, intellectualisons, toxicomanes, etc.)
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
    Pourquoi maintenant? Veuillez décrire :
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    13. Décrire ce patient du style de présentation. Par exemple, il pourrait être se dispersent, agressif, simple, honteuse, remords, et ainsi de suite.
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
     
    14. Quels sont les éléments déclencheurs vous sur leur style de combat et leur style de présentation?
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    15. Lorsque vous pensez que le problème que vous rencontrez avec ce patient quelle image à l'esprit maintenant?
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    16. Quand vous voyez cette image dans votre esprit, ce négatif cognition obtenez-vous sur vous-même maintenant? (Commençant par "I" et formulé dans le présent de l'indicatif)
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    17. Lorsque vous liez la photo avec le négatif l'intelligence ce que sensations désagréables ne vous l'expérience maintenant? Où dans votre corps ne vous rencontrez ces sensations?
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    18. Lorsque votre image le client dans votre esprit, qui ne ce client vous rappeler?
    ___ Mère
    ___ Père
    ___Sœur ou frère (qui) _______________________
    ___une autre membre de votre famille (lequel) ______________________
    ___ enseignant
    ___ Clergé
    ___ Autre(s) (qui) ______________________
    ___ Autre (s) (qui) ______________________
    ___ Autre(s) (qui) _____________________
    ___________________________ ___________________________ ___________________________
     
    19. Ce que les vieux souvenirs émergent?
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    20. Maintenant veuillez afficher cette image de : _____________________ (l’image troublante (question 15), et ces termes négatifs (question 16): _____________________________________________________ (cognition négative).
    Maintenant remarquez les sentiments viennent jusqu'à vous et où vous vous sentez dans votre corps, et laissez votre esprit flotter à un moment plus tôt dans votre vie, ne pas rechercher de quoi que ce soit, et laissez votre esprit flottement arrière et l'expérience de la scène plus tôt que me vient à l'esprit lorsque vous avez eu des pensées de : ______________ _____________________________ (négatif l'intelligence de la question 16), sentiments de ____________________________ (répéter les émotions), et où vous vous sentez ces sensations dans votre corps?
     
    21. Ce négative cognition relative au rendez-vous avec ces vieux souvenirs? Lorsque vous associez l'image du plus inquiétant, dans la mémoire de ce négatif l'intelligence, les sentiments et les sensations se posent en vous maintenant? Où pensez-vous que ces sensations dans votre corps? Cognition négative : __________________________________________________ Image : ____________________________________________________________ sentiments : ___________________________________________________________ Sensations : _________________________________________________________ Unités Subjective de détresse (0 est pas de perturbation; 10 est la plus haute perturbation):
    0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
    (Aucune perturbation) (La plus haute perturbation)
    Emplacement (corporelle): ______________________________________________________
     
     
    22. Est-ce que votre patient avis votre déclenchée? Oui ___ Non ___
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    23. Si oui, comment?
    Ignorer _____
    Anxiété _____
    Contrariété _____
    Attaque _____
    Culpabilité
    Honte _____
    Curiosité _____
    Suspicion _____
    Autres : décrire ____________________________________________________________________
    Autres : décrire ____________________________________________________________________
    Autres : décrire ____________________________________________________________________
    Autres : décrire ____________________________________________________________________
    Autres : décrire ____________________________________________________________________
    Autres : décrire ____________________________________________________________________
    Autres : décrire ____________________________________________________________________
    Autres : décrire ____________________________________________________________________
     
    24. Qu'est-ce que votre patient ne leurs réactions à vos réactions? Pour ce faire, de reconstruire un processus qui est devenue problématique entre vous deux :
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    25. Après avoir examiné ce projet de processus comment pourriez-vous maintenant reconceptualise ce problème de traitement?
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    26. Quelle stratégie relationnelle(s) pouvez-vous élaborer dès à présent de surmonter ce problème?
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    SCRIPT PRACTICUM
    27. Quel est le référent (ou problème présenté) dans le traitement actuellement?
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    PHOTO
    28. Quelle image représente ce moment dans la salle de traitement?
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    COGNITION NEGATIVE
    29. Lorsque vous affichez ce moment, quels mots mieux avec l'image qui expriment votre croyance négative de vous-même maintenant (commençant par "I" et formulé dans le présent de l'indicatif)?
    ___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
    COGNITION POSITIVE
    30. Lorsque vous affichez la photo ou de l'incident, qu'est-ce que vous souhaiteriez de croire sur vous-même maintenant (commençant par "I" et formulé dans le présent de l'indicatif)?
    ___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
    VALIDITÉ DE COGNITION
    31. Lorsque vous pensez à l'incident (ou une image) comment faire ces mots (cognition positive, question 30): ________________________ sentez à vous maintenant sur une échelle de 1 à 7, où 1 est complètement faux et 7 se sent complètement vrai?
    1 2 3 4 5 6 7
    (Complètement faut) (Complètement vrai)
     
    LES ÉMOTIONS
    32. Lorsque vous affichez la photo (ou incident) et ces mots (l’intelligence négative, question 29): _________________________, quelles émotions vous sentez-vous maintenant ?
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    UNITÉS SUBJECTIVES DE DETRESSE
    33. Sur une échelle de 0 à 10, où 0 est pas de perturbation ou neutre et 10 est la plus haute perturbation que vous pouvez imaginer, que troublant est-ce que cela fait de vous maintenant?
    0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
    (Aucune perturbation) (La plus haute perturbation)
     
    EMPLACEMENT DE SENSATION DE CORPS
    34. Où pensez-vous qu'il (la perturbation) dans votre corps?
    ___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
    35. Maintenant porter cette image de (image troublante)_________________ et ces termes négatifs (négatif l'intelligence de la question 29): ________________________________________________________________ maintenant avis les sentiments viennent jusqu'à vous et où vous vous sentez dans votre corps, et laissez votre esprit flotter à un moment plus tôt dans votre vie, ne pas rechercher de quoi que ce soit, laissez votre esprit flottement arrière et l'expérience de la première scène qui vient à l'esprit lorsque vous avez eu des pensées de : ______________ _____________________________ (négatif l'intelligence de la question 29), sentiments de ____________________________ (répéter les émotions, question 32), et où vous vous sentez dans votre corps?
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    36. En fonction de votre expérience, comment voulez-vous maintenant reconceptualise ce problème?
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    Comment fonctionne cette réponse diffère de la question 25 ?
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    37. Quelle stratégie relationnelle pourriez-vous envisager maintenant pour aider à régler le problème?
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
    _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
     Doctor’s Self-Awareness Questionnaire: an EMDR- based protocol
    Presentation to medical personnel at 41 CF Health Services Centre – Richard D. Rapoport
    Think of a situation where there was some discomfort or other similar feeling during a consultation with a patient
     
    1. Is this the first time that you have felt activated (triggered) by this patient?
    Yes__ or No?__
    ________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    2. If no, think back, perhaps there is another time when you were activated (triggered) concerning this same issue with this or any other patient. When or what might that have been?
    Yes ___ or No ___
    ________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
    3. Do you get activated (triggered) by the same issue with other patients?
    Yes ___ No ____
    ________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    4. Have you ever been traumatized? (or remain marked or influenced by having experienced embarrassing or uncomfortable moments, disappointments, regrets, unresolved mourning, shame-provoking memories, attachment disruptions and failures, neglect or the experience of profound aloneness, or unmet psychological needs - often associated with grief and affective experiences of longing or yearning, etc.)
    Yes ___ No ___
    ________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
     
    5. Could your old trauma be triggered?
    Yes ___ No ___
    ______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    6. Do you believe that you are struggling with compassion fatigue, vicarious traumatisation, or secondary traumatic stress?
    Yes ___ No ___
    ________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    7. Describe the presenting problem (or present-day referents).
    ____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
    ________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    8. Describe what traumas are related to question 7?
    _______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    9. Describe what is triggering you with this patient now. How are you triggered?
    ________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    10. Why do you believe that you are being triggered now?
    ________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
    11. What makes this patient unusually challenging for you now?
    ________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    12. What is it about this client’s style of struggle with their problem that may trigger you now? ______________________________________ _________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ (whatever it is that the physician is having difficulty with i.e. externalizing, intellectualizing, substance abusing, etc.)
    Why now? Please describe it: ________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    13. Describe this patient’s presentation style. For instance, it could be avoidant, aggressive, straightforward, shameful, guilt ridden, and so forth.
    ________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
     
    14. What triggers you about their style of struggle and their presentation style?
    _______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
  • RICHARD-POWER POINT

    1. 1. pratiques sur lepratiques sur le Eye MovementEye Movement Desensitization andDesensitization and ReprocessingReprocessing (EMDR)(EMDR) Présentation au personnelPrésentation au personnel médical de la clinique militairemédical de la clinique militaire de Saint-Jeande Saint-Jean Par Richard Rapoport – 11Par Richard Rapoport – 11 juillet 2012juillet 2012
    2. 2. Points couvertsPoints couverts Historique, définition et concepts liésHistorique, définition et concepts liés à l’EMDRà l’EMDR Applications dans différentesApplications dans différentes problématiques et populationsproblématiques et populations Perspective médicale et sociale duPerspective médicale et sociale du traumatismetraumatisme EMDR à Sain-Jean : pour qui,EMDR à Sain-Jean : pour qui, comment et quand?comment et quand?
    3. 3. Qu’est-ce que la therapieQu’est-ce que la therapie EMDR?EMDR? - un approche de psychothérapie- un approche de psychothérapie pour induire une résolution rapidepour induire une résolution rapide des symptômes lies a desdes symptômes lies a des événements du passeévénements du passe - Historique- Historique - S’inspire de plusieurs approches /S’inspire de plusieurs approches / origines éclectiqueorigines éclectique - Études contrôlées ont démontre laÉtudes contrôlées ont démontre la remarquable efficacité pour le ESPTremarquable efficacité pour le ESPT
    4. 4. Le principe de la thérapie EMDRLe principe de la thérapie EMDR "Eye-movement Desensitization and Reprocessing : Basic principles, protocols and procedures","Eye-movement Desensitization and Reprocessing : Basic principles, protocols and procedures", publié par Guilford Press (2001). Son auteur est Francine Shapiro, Ph.D.publié par Guilford Press (2001). Son auteur est Francine Shapiro, Ph.D. - Trauma: Impact sur le système nerveuxTrauma: Impact sur le système nerveux - Objectives:Objectives: A)A)Debloque les memoires et emotins negativesDebloque les memoires et emotins negatives stockees dans la système nerveuxstockees dans la système nerveux B)B)Aide le cerveau a retraiter l’expérience (auAide le cerveau a retraiter l’expérience (au sens informatique de traitement desens informatique de traitement de l’information) pour quelle soitl’information) pour quelle soit digéréedigérée - Permet de se sentir moins impuissant- Permet de se sentir moins impuissant face a leurs réactionsface a leurs réactions
    5. 5. Considérations ConceptuelConsidérations Conceptuel (Van Etten et Taylor, 1998 ; Sack et al.,(Van Etten et Taylor, 1998 ; Sack et al., 2001 ; Maxfield et al., 20022001 ; Maxfield et al., 2002 Le simple fait de parler d’unLe simple fait de parler d’un traumatisme ne serait pas suffisanttraumatisme ne serait pas suffisant Tous les registres sont solliciterait:Tous les registres sont solliciterait: perceptions, cognitions, émotions, etperceptions, cognitions, émotions, et sensations corporellessensations corporelles • Deux hypothèses: d’attention duelleDeux hypothèses: d’attention duelle et l’adjointe d’une stimulationet l’adjointe d’une stimulation sensoriellesensorielle
    6. 6. ObjectifObjectif Atteindre les résultats les plusAtteindre les résultats les plus profondsprofonds etet effectifseffectifs possibles toutpossibles tout en gardant le patient en sécuritéen gardant le patient en sécurité Atteindre une résolution appropriéeAtteindre une résolution appropriée Induire une résolutionInduire une résolution rapiderapide desdes symptômes liés à dessymptômes liés à des événementsévénements du passédu passé
    7. 7. Comment se déroule uneComment se déroule une séance de thérapie EMDR?séance de thérapie EMDR? Repérer exactement la problème ouRepérer exactement la problème ou l’événement qui sera la cible dul’événement qui sera la cible du traitementtraitement Pendant que les pensées et les sentimentsPendant que les pensées et les sentiments remontent a la surface, la stimulationremontent a la surface, la stimulation bilatéral continuent jusqu'a ce que lesbilatéral continuent jusqu'a ce que les émotions soient neutralisées et le cibleémotions soient neutralisées et le cible devienne associe a des pensées et lesdevienne associe a des pensées et les sentiments positives sur lui (elle) - memesentiments positives sur lui (elle) - meme
    8. 8. Questions practiquesQuestions practiques Combien de séances sontCombien de séances sont nécessaires avant de commencernécessaires avant de commencer la thérapie EMDR?la thérapie EMDR? Quelle est la durée des séancesQuelle est la durée des séances en thérapie EMDR?en thérapie EMDR? Quelle est la durée du traitementQuelle est la durée du traitement et la nombre de séances?et la nombre de séances?
    9. 9. Étapes de traitementÉtapes de traitement Phase 1 : histoire du clientPhase 1 : histoire du client Phase 2 : préparationPhase 2 : préparation Phase 3 : évaluationPhase 3 : évaluation Phase 4 : désensibilisation / traitementPhase 4 : désensibilisation / traitement Phase 5 : installationPhase 5 : installation Phase 6 : scanner corporelPhase 6 : scanner corporel Phase 7 : clôturePhase 7 : clôture Phase 8 : réévaluationPhase 8 : réévaluation L’EMDR est un outil qui fait partie d’un plus grand ensemble thérapeutique
    10. 10. La comparaison avec l'efficacité d'autres thérapiesLa comparaison avec l'efficacité d'autres thérapies d'orientation cognitivo-comportementaled'orientation cognitivo-comportementale J Consult Clin Psychol. 2001 Apr;69(2):305-16.J Consult Clin Psychol. 2001 Apr;69(2):305-16. Effets comparableEffets comparable Taux de guerison: 80% approx.Taux de guerison: 80% approx. Comfort et collaborationComfort et collaboration Taut Abort plus bas (Taut Abort plus bas (Drop-Out RateDrop-Out Rate)) - Medication - SSRI’s: 36 percent- Medication - SSRI’s: 36 percent - CBT – 41 percent- CBT – 41 percent - Exposure et CBT – 21 percent- Exposure et CBT – 21 percent - EMDR – 10 percent ou moins- EMDR – 10 percent ou moins - Atouts cliniques- Atouts cliniques
    11. 11. EMDR pour quoi?EMDR pour quoi? Problématiques les plus fréquemment couvertesProblématiques les plus fréquemment couvertes (FC) :(FC) : – Douleur / douleur chroniqueDouleur / douleur chronique – Estime de soi / confiance en soiEstime de soi / confiance en soi – Augmentation du rendementAugmentation du rendement – ProcrastinationProcrastination – Problèmes conjugaux / sexuelsProblèmes conjugaux / sexuels – Abus sexuelsAbus sexuels – Épuisement au travailÉpuisement au travail – DépressionDépression – Phobies, anxiétéPhobies, anxiété – Acceptation des diagnostics ou pronostics gravesAcceptation des diagnostics ou pronostics graves – Traumatismes (60%-70%)Traumatismes (60%-70%)
    12. 12. Nature du traumatisme dans unNature du traumatisme dans un contexte militairecontexte militaire Quelle est la période d’exposition?Quelle est la période d’exposition? Possibilités de traumatismes multiplesPossibilités de traumatismes multiples Caractère social/interpersonnel VS source naturelCaractère social/interpersonnel VS source naturel Le survivant est à la fois bourreau et victimeLe survivant est à la fois bourreau et victime Paradoxe du survivant : puissant et faible à laParadoxe du survivant : puissant et faible à la foisfois Exposition à des situations qui mettent en scèneExposition à des situations qui mettent en scène les horreurs vécues par d’autres personnesles horreurs vécues par d’autres personnes (militaires et/ou civiles)(militaires et/ou civiles) Perceptions/attitudes/actions de la société civilePerceptions/attitudes/actions de la société civile et impacts (positifs/négatifs) sur leet impacts (positifs/négatifs) sur le rétablissement des militaires traumatisésrétablissement des militaires traumatisés Le trauma n’est Pas un ‘’disease’’ mais un ‘’dis-ease’’.
    13. 13. EMDR pour qui?EMDR pour qui? des peurs fortes et inexplicables,des peurs fortes et inexplicables, subi des abus sexuels,subi des abus sexuels, été la victime ou le témoin d’un crime ou d’un graveété la victime ou le témoin d’un crime ou d’un grave accident,accident, survécu à une catastrophe naturelle,survécu à une catastrophe naturelle, vécu un événement traumatisant,vécu un événement traumatisant, des difficultés pour faire confiance aux autres,des difficultés pour faire confiance aux autres, peur de rester seul(e),peur de rester seul(e), fréquemment le sentiment d’être coupable,fréquemment le sentiment d’être coupable, des crises de colère irrationnelles,des crises de colère irrationnelles, une mauvaise image de soi...une mauvaise image de soi...
    14. 14. EMDR comment?EMDR comment? Via une demande au programmeVia une demande au programme psychosocialpsychosocial – …… – …… Via une demande au programme santéVia une demande au programme santé mentalmental – …… – …… En appui à une autre démarcheEn appui à une autre démarche thérapeutiquethérapeutique – Références par les autres cliniciens en SPS/SMRéférences par les autres cliniciens en SPS/SM La décision d’un traitement EMDR se prend via orientation au dépt. SM
    15. 15. EMDR- Questionnaire: Médecin - de laEMDR- Questionnaire: Médecin - de la prise de conscience de soiprise de conscience de soi a) pour aider à élever la sensibilité eta) pour aider à élever la sensibilité et la conscience de ce que peut être lela conscience de ce que peut être le déclenchement du médecin undéclenchement du médecin un médecin-patient rencontremédecin-patient rencontre b) d'évaluer ce qui peut venir de lab) d'évaluer ce qui peut venir de la médecin et ce qui peut venir de lamédecin et ce qui peut venir de la patientpatient c) de familiariser le médecin avecc) de familiariser le médecin avec certains aspects du protocole EMDRcertains aspects du protocole EMDR

    ×