Le libre-penseur - Cyrano de Bergerac  INTRODUCTION Ce qu’on appelle la philosophie libertine n’est pas une philosophie s...
 A-t-il souffert de la syphilis ? On ne sait pas réellement. Un ami de collège qui sera son  premier biographe rapporte q...
 Un autre ouvrage inachevé de Cyrano, Le Fragment de physique, dans lequel il parle de  la matière, du mouvement, du vide...
 Le débat se tourne alors vers diverses questions philosophiques, comme par exemple le  fonctionnement des 5 sens, la mor...
CONCLUSION Penser avec autant de recul critique le monde dans lequel il vit fait de Cyrano, comme  tous les penseurs libe...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

5 un penseur libre – cyrano de bergerac - pour pdf

2 182 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 182
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
24
Actions
Partages
0
Téléchargements
14
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

5 un penseur libre – cyrano de bergerac - pour pdf

  1. 1. Le libre-penseur - Cyrano de Bergerac INTRODUCTION Ce qu’on appelle la philosophie libertine n’est pas une philosophie systématique, encore moins une doctrine construite et structurée. Les philosophes libertins ne sont pas à envisager comme des inventeurs de concepts ou de systèmes philosophiques, mais comme des penseurs donnant à l’existence et à la manière de la penser une toute nouvelle importance. Il ne faut pas confondre la pièce de théâtre d’Edmond de Rostand écrite en 1897 et Hercule Savinien Cyrano, dit Cyrano de Bergerac, écrivain et philosophe libertin du XVIIe siècle. Comme la pièce de théâtre nous le montre, il avait un gros nez, qui l’amènera d’ailleurs à se battre en duel après une moquerie, mais la comparaison s’arrête là. I.- BIOGRAPHIE DE CYRANO DE BERGERAC (1619-1655, courte vie, 36 ans) Cyrano nait à Paris en 1619, et doit son nom de Bergerac à une propriété que sa famille a acquise dans la région parisienne, et non dans la ville de Bergerac du sud-ouest de la France. Eduqué dans son enfance par un curé de campagne, puis au Quartier latin, à Paris dans un collège où la discipline y est brutale et sévère. A 19 ans il s’engage dans les cadets de Gascogne (qu’Alexandre Dumas immortalisa avec les Trois Mousquetaires). Le voici militaire, et il est blessé par balle à 20 ans et l’année suivant, un coup d’épée dans la gorge. Il abandonne la carrière des armes et retourne faire ses études au collège de Lisieux à Paris. C’est à cette période qu’il aurait rencontré Pierre Gassendi. Sa biographie comporte des zones d’ombres et des énigmes. Etait-il homosexuel ou bisexuel ? Même si certains le disent, il n’y a pas de preuves.
  2. 2.  A-t-il souffert de la syphilis ? On ne sait pas réellement. Un ami de collège qui sera son premier biographe rapporte qu’il doit faire face vers l’âge de 26 ans à une maladie secrète, mais laquelle ? On n’en saura pas plus, sinon que son état physique est délabré et il en souffre. Viennent s’ajouter des soirées au tripot, au bordel et des dépenses dues à une vie de luxe. Sa mort, en septembre 1656 (à 36 ans) est, elle aussi, un mystère : une poutre qui lui tombe sur la tête dans la rue alors qu’il traverse un chantier sur son chemin de retour vers son hôtel. Certains pensent qu’on a attenté à sa vie. Au niveau politique, Cyrano prend d’abord parti contre Mazarin (ministre-cardinal) lors de la Fronde en 1648. La Fronde : pendant 4 années, de 1648 à 1652, le pouvoir royal français est mis à mal par des révoltes successives. Issues du parlement dans un premier temps, elles se sont étendues aux princes du royaume. Né d’une politique des impôts démesurée mise en place par le ministre Mazarin, ce mouvement que l’on appelle la Fronde, a profondément marqué le jeune Louis XIV. Celui-ci, dès son accession au trône, mettra tout en œuvre pour qu’une telle crise ne se reproduise plus jamais. Puis Cyrano il devient ennemi des Frondeurs et prend la défense de Mazarin. Il se veut défenseur de l’ordre et de la paix civile à tout prix, dans la lignée de Machiavel. II.- LES PIECES DE THEATRE L’œuvre de Cyrano est diverse. Il écrit une série de lettres qui sont satiriques, d’aoutres amoureuses, d’autres encore burlesques. Cyrano écrit aussi une pièce de théâtre intitulé le Pédant joué. Cette comédie met en scène les difficiles amours de Granger (principal du collège) et de son fils Charlot, tous deux amoureux de la même personne : Genevote. Une tragédie aussi en 1653, La Mort dAgrippine, la seule tragédie que Cyrano de Bergerac ait écrite. Elle fit scandale. On peut le résumer la trame de l’histoire ainsi : Agrippine, veuve de Germanicus, lui même fils adoptif de lEmpereur Tibère, cherche à venger la mort de lhomme qu’elle a aimé. Mais au plus haut niveau de l’Empire Romain, ce n’est qu’un nid de guêpe : chacun trahissant chacun. Dans l’entourage d’Agrippine gravite bien des ambitieux, tel Séjanus, qui est le favori de l’empereur Tibère, qui est un drôle d’Epicurien qui n’aspire qu’à prendre la place de l’empereur sur le trône, avec, bien entendu la belle Agrippine à son bras. De ces intrigues et autres sordides complots, ne sortiront que sang et larmes Cette pièce met donc en scène le libertinage de pensée le plus radical, dans un monde politique machiavélique dune noirceur, dune cruauté et dune violence inouïes. Séjanus, « soldat philosophe » ouvertement athée, tient des propos imprégnés de la philosophie de Lucrèce. Le personnage fait écho à toute une littérature clandestine qui dénonçait, en ces mêmes années, linvention et lutilisation politique des religions.
  3. 3.  Un autre ouvrage inachevé de Cyrano, Le Fragment de physique, dans lequel il parle de la matière, du mouvement, du vide, de l’étendue et de la sensation. Aussi il réfléchit sur la vérité, l’hypothèse, la certitude, la connaissance et la faiblesse des raisonnements. A partir de cet ouvrage, on peut dire que la philosophie de Cyrano s’appuie sur une physique matérialiste cohérente. On trouve aussi des considérations sur l’optique, les lunettes et les verres taillés. N’oublions pas que c’est l’époque où on scrute le ciel, on y examine les astres, on y guète les comètes, on y lit leur mystère chiffré sans le souci de la théologie et des religions. N’oublions pas aussi que Descartes publie son traité de Dioptrique en 1637, et que Spinoza gagne sa vie en polissant des lentilles de verre. En physique, la dioptrique est la partie de l’optique, qui détermine les directions que prennent les rayons lumineux, après avoir subi une ou plusieurs réfractions III.- UNE PHILOSOPHIE LIBERTINE Ce qui est considéré comme son chef d’œuvre est L’Autre Monde. 1. Histoire comique des États et Empires de la Lune et la suite 2. Histoire comique des États et Empires du Soleil. Ecrite vers 1650, cette œuvre ne devait être publiée qu’après la mort de Cyrano, sans doute à cause de l’audace de pensée dont elle témoigne. Le narrateur de L’Autre Monde entreprend d’aller voir la Lune à l’aide de petites bouteilles de verre pleine de rosée attachées à sa ceinture que la chaleur du soleil fait monter. Il y parvient après un premier essai raté. Il se retrouve ainsi parmi les habitants de cet « autre monde » qui le prennent pour un animal domestique et le mettent en cage comme un singe savant. Le narrateur devient alors l’objet d’une querelle philosophique et théologique au royaume de la Lune : les « prêtres du pays » s’opposent à ce qu’un homme comme lui soit assimilé aux êtres lunaires. Le récit continue sur une longue discussion philosophique où l’on voit comment les valeurs du monde lunaire sont inversées par rapport à celle du monde terrestre. Cette inversion se situe à plusieurs niveaux, et tout d’abord, la Lune, vue de la Terre, c’est la Lune. Mais le Terre, vue de la Lune, c’est la Lune, et la Lune est donc la Terre. Avec le Soleil, c’est pareil. Inversion des valeurs, donc, jeux de perspective, transmutation des points de vue : le haut devient le bas, et vice versa. L’ici se métamorphose en ailleurs, et vice versa. Les points de repères sont troublés et effacés. Il y a alors d’autres manières d’appréhender la réalité, il y a plusieurs points de vue. Un autre exemple de ces valeurs inversées : les vieux respectent les jeunes et les vieux rendent hommage aux jeunes à tout bout de champ.
  4. 4.  Le débat se tourne alors vers diverses questions philosophiques, comme par exemple le fonctionnement des 5 sens, la mort des sages, les livres qui parlent, etc. Les thèses avancées ensuite sur la contestation de l’immortalité de l’âme ou l’existence de l’âme des animaux tendent à nier l’existence de Dieu. Le récit s’achève brutalement avec le retour du narrateur sur la Terre. Dans ce monde lunaire, les habitants ressemblent étrangement aux manières de faire des humains, et on le sait, les humains ont des idées et des pratiques qui font froid dans le dos. En effet, les habitants de la Lune, du simple fait que cet homme (le narrateur) n’a pas le même aspect physique qu’eux, ils le condamnent à mort. Et en le condamnant, ces habitants de la Lune dénient à l’autre le droit d’exister par le simple fait qu’il est né… différent. Au sujet de la 2ème partie concernant le Soleil, de retour sur terre et pour échapper à la prison où lenferment les Censeurs, un homme construit une machine et sélance jusquau Soleil. Il y découvre un espace où tout semble possible : les métamorphoses les plus incroyables, il rencontre une utopique société doiseaux, des arbres qui racontent détranges histoires érotiques. Ce récit daventures prodigieuses et bouffonnes reste un roman philosophique : il affirme la liberté de la pensée, la force du désir, et réfléchit sur les pouvoirs de limagination. On l’aura compris ce livre semble n’appartenir à aucun genre littéraire : il est à la fois un récit de voyage, une fiction d’une excursion vers un monde extraterrestre, un conte philosophique, un roman d’aventure, un récit mythologique, un texte initiatique. Concernant la différence entre l’homme et l’animal, que la philosophie et théologie marquait très fortement, l’ouvrage de Cyrano pousse à la réflexion. Comprendre l’humain à partir de l’animal oblige, au moins depuis Epicure, non pas à humaniser l’animal (le rendre plus humain) ou bien animaliser l’homme (l’homme est un animal). Comprendre l’humain à partir de l’animal oblige à nous faire prendre conscience qu’entre l’homme et l’animal, il n’existe pas une différence de nature, mais une différence de degrés. IV.- UNE PHILOSOPHIE PANTHEISTE Cyrano peut passer pour athée si on le réduit à tel ou tel propos de Séjan dans La Mort dAgrippine. Mais dans son ouvrage des Etats et Empires de la Lune et du Soleil, il déploie plutôt une philosophie panthéiste. Lorsqu’on fait coïncider le divin et la nature, on peut parler ici de panthéisme : tout-Dieu, tout est Dieu. On a vu qu’avec les stoïciens, ce grand courant philosophique qui débute au IIIe s. av. J.- C. et qui va durer plusieurs siècles sou formes d’école, Dieu, la Nature (Physis), la Raison (le Logos) sont la même chose mais diversement appréhendée. Dans la Lune ou le Soleil, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Les tourbillons et les atomes font bon ménage, les métamorphoses et la matière entretiennent un rapport intime.
  5. 5. CONCLUSION Penser avec autant de recul critique le monde dans lequel il vit fait de Cyrano, comme tous les penseurs libertins d’ailleurs, un libre penseur. Prendre du recul face à tous les dogmatismes, et surtout les dogmatismes religieux et philosophiques, telle est l’attitude du libertin. Dans la pièce d’Edmond de Rostand, Cyrano usait de son épée à merveille. On peut dire que le rationalisme des libertins peut se résumer à une subtile et efficace manière de manipuler l’épée de la pensée qui a l’art de porter les estocades à toutes les formes de dogmatisme.

×