La parole aux moustiques

1 261 vues

Publié le

La parole aux moustiques. Conférence de la 8ème édition du Cours international « Atelier Paludisme » - ELISSA Nohal

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 261
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
636
Actions
Partages
0
Téléchargements
25
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La parole aux moustiques

  1. 1. 26/04/2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 CYCLE Ponte air 1-2 joursLA PAROLE AUX MOUSTIQUES sporozoites Emergence 24-48h 48h Dr Nohal ELISSA Chef d’Unité Entomologie Médicale 8-10 jours eau 1 2 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011INDICATEURS DE TRANSMISSION INDICATEURS DE TRANSMISSION R0 = b*CV/r R0 = b*CV/r CV = m.a2pn Taux de reproduction de base = nombre de cas attendus à partir dun cas observé - logep ƒ du nombre de moustiques infectants et du nombre de sujets porteurs de gamètes m : densité anophélienne (par rapport à l’homme) a : fréquence de piqûres / nuit sur homme (rapport de l’indice d’anthropophilie et infectants dans la population humaine. de la durée du cycle gonotrophique) ma : taux d’agressivité = nombre de piqûres / homme / nuit p : longévité ou taux quotidiens de survie (taux de parturité) b : compétence vectorielle = proportion de piqûres effectivement infectantes n : durée du cycle sporogonique (fonction de la température) 1/r : nombre de jours pendant lesquels un malade est effectivement infectant p n /-logep : espérance de vie infectante moyenne des femelles (jours) CV : capacité vectorielle 3 4 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011ACTIONS DE LUTTE DISTRIBUTION DU PALUDISME ET DES ANOPHELES proportion de piqûres effectivement infectantes R0 = b*CV/r fréquence de piqûres An. labranchiae An. sacharovi An. sergenti nombre de jours pendant lesquels un malade est effectivement infectant CV = m.a2pn longévité An. farauti - logep An. albimanus An. darlingi An. pseudopunctipennis An. minimus An. dirus An. punctulatus An. funestus An. maculatus An. gambiae An. fluviatilis An. arabiensis An. stephensi An. moucheti An. culicifascies An. nili An. sundaicus An. aconitus densité anophélienne yellow, malaria vectors; green, dengue vectors; blue, Chagas reservoirs and vectors; red, leishmaniasis 5 6 reservoirs and vectors 1
  2. 2. 26/04/2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011MILIEU IDÉAL? MILIEU IDÉAL? •milieu urbain, semi-urbain, rural •nature des sols •salinité de l’eau •pente / courant •régime des pluies Composition faune •température Densité population •altitude Adaptation à •prédateurs l’environnement •végétation naturelle •travaux humains: drainage, irrigation, agriculture, aquaculture, déforestation 7 8 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011VILLES VS CAMPAGNES RIZIÈRES! en milieu urbain: •en milieu rural: en général les anophèles n’aiment pas •A gambiae, aime les eaux propres, les villes, les eaux polluées étant de pauvres en matière organiques mauvais gites larvaires; mais An •A funestus les abris végétaux et arabiensis et An stephensi sont l’ombre (espèce ombrophile) adaptés aux jardins et réservoirs d’eau •A aquasalis (Afr) & A sundaicus (Asie) urbains d’Afrique et d’Inde (Madras) les eaux côtières un peu salées •A nili (Afr) & A minimus (Asie) tolèrent des eaux courantes •A minimus et A dirus, (prédominantes en Asie) aiment les forêts et collines boisées avec ruisseaux ombragés •A kerteszia forestière stricte (Amazonie) liée aux collections d’eau des plantes épiphytes (broméliacées) 9 10 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011RIZIÈRES! ALTITUDES!zones de pullulation des anophèles et de transmission dupaludisme?En Afrique de lOuest, présence dAn. gambiae pendant la plus grande partie delannée (deux récoltes annuelles) pas d’aggravation de la maladie palustre (!) population dans situation de saturation dans la transmission usage massif des moustiquaires du à la nuisance intense population consommatrice de soinsEn zone de moyenne montagne au Burundi, région de paludisme instable intensification de la transmission et de la fréquence des accèsEn Asie du Sud-Est, présence d’anophèles non vecteurs, ou très peu efficaces cependant possibilité de bouffées épidémiques 11 12 2
  3. 3. 26/04/2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011ALTITUDES! DÉFORESTATION!Toujours considérées comme des zones où la transmission du paludisme est faible, voire inexistante, principalement à cause des températures trop bassesaugmentation du nombre des épidémies dans les zones montagneuses et dans les régions limitrophes.changements climatiques et/ou écologiques Risque d’épidémie basé sur laltitude Zones d’altitude (au-dessus de 1300 m) et adéquation climatique pour la transmission du paludisme. 13 14 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011DÉFORESTATION!Exploitation traditionnelle : une rotation des culturesune reconstitution progressive du milieu naturel,remplacé par les cultures sédentaires, du riz enparticulier, avec augmentation de la population des clairièresExploitation industrielle : activité lucrative pour faire face à la demande en bois de et la recherche des pierres précieuses, dans tous les États indochinoisEtablissements durables en forêt : occupation anarchique des sols in Mouchet et al. 2004Dégradation de la forêt : disparition totale de couverture arborée déjà réalisée de larges zones d’Asie, Amazonie etc…. RÉGIONS BIOGÉOGRAPHIQUESmilieu hautement paludogène par comparaison avec les plaines cultivéesEn Asie du Sud-est, le paludisme est concentré dans les forêts du fait de lhabitat 15 16sylvestre des vecteurs Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 ECORÉGIONS DES AMÉRIQUES Littoral Piémont SavaneRégion néarctique Hautes ValléesRégion néotropicale Forêt sempervirenteRÉGIONS AMÉRICAINES Forêt caducifoliée Forêts de plaine Forêt atlantique 17 18 Rubio-Palis et Zimmerman, 1997 3
  4. 4. 26/04/2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Ecorégions Altitude Vecteurs majeurs Côte <550 An. albimanus ANOPHELES DARLINGI An. aquasalis An. darlingi An. pseudopunctipennis Forêt de plaine 100 à 500 An. darlingi Savane 0-1 200 An. darlingi Forêt détruite An. nuneztovari Piémont 200-1 500 -Est andin An. nuneztovari An. darlingi An . pseudopunctipennis -Ouest andin An. albimanus vecteur le plus efficace avec un comportement An. pseudopunctipennis - Mexique An. albimanus anthropophile, endophage et souvent endophile Amérique centrale An. darlingi gîtes larvaires localisés dans les rivières et ruisseaux ombragés courant lent ou aux An. vestitipennis étendues deau douce (lacs) An. pseudopunctipennis larves, peu grégaires, dans des amas flottants de débris végétaux - Caraibes An. albimanus adulte capable de voler jusquà 7 km, pour trouver son hôte et effectuer son repas Hautes vallées 1 500-3 200 An. pseudopunctipennis sanguin. risque paludéen élevé le long des rivières Amérique du Nord 0-500 An. freeborni An. quadrimaculatus remarquable homogénéité génétique 19 20Rubio-Palis et Zimmerman, 1997 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 ANOPHELES ALBIMANUS inféodé aux zones basses (0-400 m daltitude) Sous région Indochinoise de IAmérique centrale, du nord-ouest de lAmérique du Sud et des Caraibes Sous région Indopakistanaise capacité de vol de 3 km Gites : étendues deau douce ou saumâtre ensoleillées, pâturages inondés, lacs, Sous région Malayo-indonésienne étangs, marais, grande variété dhabitats larvaires (ruisseaux, fossés, flaques). Les larves occupent préférentiellement les pâturages inondés avec la présence de RÉGION ORIENTALE phytoplancton Exophage zoophile 21 22 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Sous genre Anopheles Sous genre Cellia An. antropophagus *** An. aconitus *** An. barbirostris * An. annularis * An. campestris * An. balabacensis *** An. donaldi * An. culicifacies ABCDE *** An. kunmigensis ** An. dirus ABCDE*** An. letifer * An. flavirostris *** An. nimpe * An. fluviatilis STU *** An. sinensis *** An. jeyporiensis ** An. leurosphryrus A & B *** An. litoralis* An. maculatus *** An. mangyanus * An. minimus A & C *** Région Indochinoise An. nivipes ** An. philippinensis ** Région Indopakistanaise 34 espèces vectrices An. pseudowillmori ** An. pulcherrimus * Région Malayo-indonésienne An. sawadwongporni ** An. stephensi *** RÉGION ORIENTALE An. subpictus ** An. sundaicus *** An. superpictus *** *** Vecteur majeur An. tesselatus * ** Vecteur confirmé dimportance locale An. vagus * * Vecteur secondaire ou soupçonné An. varuna * An. willmori ** 23 24 4
  5. 5. 26/04/2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 ZONES ÉCOLOGIQUES DE MALAISIE… ANOPHELES STEPHENSI Vecteur majeur au Moyen Orient et Asie du Sud Même sous genre que Anopheles gambiae, Utilisé largement dans les laboratoires du Nord pour les infestations expérimentales (paludisme murin) Les gites larvaires Puits, citernes, gouttières, empreintes d’animaux, rizières, fontaines, etc… Anopheles stephensi stephensi, zones urbaines … ET DISTRIBUTION DES VECTEURS Anopheles stephensi mysorensis zones rurales zoophile, préférence aux bovins en zones rurales et humains en zones urbaines 25 26Sandersham, 1970 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Papouasie Papouasie Vanuatu Vanuatu Iles Salomon Iles Salomon Indonésie Indonésie RÉGION AUSTRALASIE RÉGION AUSTRALASIE 27 28 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 18 sp Moluques Irian Papouasie Iles Vanuatu Australie CV Jaya Nouvelle Guinée Salomon ANOPHELES FARAUTI, PUNCTULATUS & KOLIENSIS An. koliensis + + + + An. punctulatus + + + + + An. var. punctulatus + An. farauti avec remarquable plasticité écologique : eau saumâtre, jusquà 80 % d’eau de mer quen eau douce. An. farauti + + + + + + + An. farauti n°l + + + + + + + An farauti n°1 : marais côtiers saumâtres, fonds des vallées et gîtes créés par l’homme, ornières, fosses demprunt de terre, tarodières An. farauti n°2 + + - An. farauti n°3 + - An. farauti n°4 + - An. punctulatus ne tolère pas l’eau saumâtre : An. farauti n°5 + - gîtes naturels collections deau claire, ensoleillées, accumulations deaux de pluie, An. farauti n°6 + - dépressions, mares résiduelles de décrues An. farauti n°7 + - ou créés par lhomme : ornières, fosses d emprunts, défrichements de la forêt An. clowi + - An. rennelensis + - An. koliensis des collections deau temporaires à végétation abondante en bordure de jungle, An. bancrofti + + + mais jamais en sous-bois, distribution discontinue mais peut être, localement, très abondant. An. annulipes + + + - An. barbumbrosus + + - An. subpictus + + ? An. katwari + - 29 30 5
  6. 6. 26/04/2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 ANOPHELES FARAUTI, PUNCTULATUS & KOLIENSIS Dans les vallées basses An. farauti toujours dominant mais An. punctulatus fréquent aux bas des pentes. Dans les hautes vallées An. farauti occupe le fond et An. punctulatus le bas des pentes Dans montagnes An. farauti gîtes permanents au fonds des vallées An. punctulatus collections deau semi-permanentes limite altitudinale des vecteurs varie de 1 300 à 1 800 m selon Iexposition, le relief et les activités humaines. Aux îles Salomon An. farauti vecteur sur les côtes An. punctulatus avec peu de An. koliensis, transmet à Iintérieur des îles AFRIQUE Au Vanuatu An. farauti n°7 dans régions basses et diminue selon l’altitude ne dépasse pas les 600 m 31 32 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 FACIÈS ÉPIDÉMIOLOGIQUES  Faciès Primaires  Paludisme stable  Faciès équatorial = forêt et savanes post forestières  Faciès tropical= savanes humides  Paludisme Intermédiaire  Faciès sahélien= savanes sèhes et steppes  Paludisme instable  Faciès Désertique  Faciès Austral = plateaux sud Afrique VÉGÉTATION EN AFRIQUE  Faciès Montagnard > 1000-1500m Typologie du paludisme (Mouchet et al., 1993) 33 34Mouchet et al 1993 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 FACIÈS ÉPIDÉMIOLOGIQUES FACIÈS ÉPIDÉMIOLOGIQUES  Faciès Primaires  Faciès secondaires Faciès tropical  Paludisme stable Transmission saisonière longue  Facteurs naturels Faciès des HTC  Faciès équatorial = forêt et savanes post Transmission épidémique  Reliefs, fleuves, lagunes, sols etc forestières  Faciès tropical= savanes humides  Faciès anthropiques  Déforestation, désertification  Paludisme Intermédiaire Faciès équatorial  Barrages, irrigations, forages, citernes  Faciès sahélien= savanes sèhes et steppes Transmission forte et pérenne  Urbanisation  Paludisme instable  Facteurs Événementiels  Faciès Désertique  guerre, déplacements de populations,  Faciès Austral = plateaux sud Afrique climats, Nino  Faciès Montagnard > 1000-1500m  Lutte Faciès semi aride  Développement transports Transmision épisodique courte Typologie du paludisme (Mouchet et al., 1993) Typologie du paludisme (Mouchet et al., 1993) 35 36 6
  7. 7. 26/04/2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011Espèce (14) CV Répartition ANOPHELES GAMBIAE (COMPLEXE)An. gambiae +++ Toute la région sauf la Corne de lAfriqueAn. arabiensis ++/+ Toute la région - Rare ou absent en forêtAn. melas ++ Côte occidentaleAn. merus + Côte orientale funestusAn. funestus +++ Toute la région complexe de 7 espèces morphologiquement prochesAn. nili +++ Au sud du 12e parallèle mais génétiquement différenciéesAn. moucheti +++ Bloc forestier centrafricain nili gîte espèce CV répartitionAn. mascarensis ++ Endémique localisé à Madasgascar, ComoresAn. paludis ++ Vecteurs seulement en Afrique Centrale Eau douce gambiae ss +++ sauf la corne d’afriqueAn. pharoensis + Afrique de IOuest et de lEst arabiensis ++ rare en forêtAn. culicifascies + Côte dErvthrée moucheti quadriannulatus (A & B)An. brunnipes ± Kinshasa bwambaeAn. hargreavesi ± Ghana Eau saumâtre melas ++ côte occidentaleAn. dthali ± Côte du Soudan merus + côte orientale mascarensis 37 38 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011ANOPHELES GAMBIAE (COMPLEXE) ANOPHELES GAMBIAE (COMPLEXE) cinq formes chromosomiques Forêt , Bamako , Savane, Mopti, Bissau (Coluzzi et al 1995) Forme Mopti adaptées aux zones inondables et rizières Afrique de l’Ouest  faible endémicité palustre (Niger) Forme Forêt dans régions forestières d’Afrique Centrale et Occidentale, dominant dans savanes Abondante autour de villages et routes ensoleillées humides Afrique de l’Ouest Collections d’eau temporaire, de petites tailles, peu profondes et ensoleillées sans végétation deux formes moléculaires Empreintes de pas & sabots, roues, fossés ou petites mares, trous d’emprunt de S & M (Della Torre et al 2001, Gentile et al 2001) terre, marécages rizières flaques résiduelles, fonction pluviométrie Femelles anthropophiles et endophages. Zoophiles avec la présence d’animaux Au Mali, la forme Mopti a un profil M et les formes Savanes et Endophilie marquée Forêt ont un profil S Taux de survie >80% Au Sud Cameroun, la forme Forêt a les forme S et M Dispersion faible de 2 km 39 40 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011 Atelier Paludisme 2011 ELISSA mars 2011ANOPHELES ARABIENSIS RÉPARTITION D’AN. GAMBIAE Distribution de chaque espèce fonction du bioclimat et altitude Humide Subhumide Sec Subaride gambiae +++ ++ ++ + arabiensis + +++ ++ ++En sympatrie avec An. gambiae merus - - + ++Préfère des habitats plus arides que ceux de gambiaeAbondant autour de villages et routes ensoleilléesCollection d’eau temporaire, de petites tailles, peu profondes et ensoleillés sans végétation Sympatrie dans la majorité des sites pour deuxEmpreintes de pas, sabots roues, fossés ou petites mares, trous d’emprunt de terre, marécages espèces et seulement deux villages pour les troisrizières flaques résiduelles espècesFemelles anthropophiles et moins endophages…. Zoophiles avec la présence d’animauxEndophilie marquéeDispersion faible de 2 km Léong Pock Tsy JM, et al 1983 Malaria Journal 41 42 7

×