Les associationsmédicamenteuses        RANAIVO Louise Henriette  Atelier Paludisme 2003 – 09 mai 2003
Qu’est ce qu’on entend par les      associations médicamenteuses ?Utilisation simultanément de deux ou plusieursmédicament...
Pourquoi changer de traitement                       ? (1)Emergence de résistanceQuand faut-il modifier le traitement ?  (...
Pourquoi changer de traitement ? (2)                                               Traitement de 1ère ligne – janv2003OMS ...
Comment choisir ?Efficacité et innocuité de nouveaux protocoles proposésAdhérence potentielle au traitement liée à sa faci...
Exemples d’association de médicaments (1)   Médicaments utilisés dans le passé et le présent     Chloroquine + Sulfadoxine...
Exemples d’association de médicaments (2) Autres types d’associations ne répondant pas à la définition OMS      Chloroquin...
Conclusion (1)Pas d’échec thérapeutique: Mayotte - 2002 (Coartem®)Associations en vue avec de nouvelles molécules enphase ...
Conclusion (2)Très chers mais prix abordables si demande augmente:dans les 5 pays d’Afrique de l’Est, 19.1 millions dollar...
RéférencesWHO. The use of antimalarial drugs. Report of a WHO Informal Consultation.WHO/CDS/RBM/2001.33, pp 141. Nov 2001....
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les associations médicamenteuses

270 vues

Publié le

Les associations médicamenteuses - Présentation de la 1ère édition du Cours international « Atelier Paludisme » - RANAIVO Louise Henriette, Chef Section Laboratoire, Min. Santé MADAGASCAR.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
270
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les associations médicamenteuses

  1. 1. Les associationsmédicamenteuses RANAIVO Louise Henriette Atelier Paludisme 2003 – 09 mai 2003
  2. 2. Qu’est ce qu’on entend par les associations médicamenteuses ?Utilisation simultanément de deux ou plusieursmédicaments schizontocides avec des mécanismesd’action différents (WHO/CDS/RBM/2001.33)Présentation: combinés séparés
  3. 3. Pourquoi changer de traitement ? (1)Emergence de résistanceQuand faut-il modifier le traitement ? (WHO/CDS/RBM/2001.33) Taux d’échec du traitement: 5% : période de grâce 6 - 15% : période d’avertissement 16 - 24% : mesure de changement de protocoles et actions concrètes engagées ≥ 25% : changement à prévoir à court terme
  4. 4. Pourquoi changer de traitement ? (2) Traitement de 1ère ligne – janv2003OMS invite les pays à adopter unnouveau type d’associations demédicaments (communiqué de presse OMS/31)Buts:- Exploiter le potentiel synergique de 2 ouplusieurs médicaments, ACT ACT- Améliorer l’efficacité et protéger chaque Non ACT SPmédicament contre le développement de CQla résistance, Not malaria endemic- Raccourcir la durée de traitement. Source : RBM data (AFRICA MALARIA REPORT 2003)
  5. 5. Comment choisir ?Efficacité et innocuité de nouveaux protocoles proposésAdhérence potentielle au traitement liée à sa facilitéd’utilisation, son acceptabilitéRépercussions financières du changement de protocolesur le système de santé, coût direct et coût indirect
  6. 6. Exemples d’association de médicaments (1) Médicaments utilisés dans le passé et le présent Chloroquine + Sulfadoxine/pyriméthamine Artésunate + Chloroquine (Burkina Fasso et Côte d’Ivoire) Artésunate + Amodiaquine (Gabon, Kenya et Sénégal) (Adjuik M et al)
  7. 7. Exemples d’association de médicaments (2) Autres types d’associations ne répondant pas à la définition OMS Chloroquine + antihistaminiques - augmentation de sensibilité CQ (BIAM) Quinine + Antibiotiques (cyclines) - Thaïland et Brésil Antipaludiques + adjuvants - traitement du paludisme sévère
  8. 8. Conclusion (1)Pas d’échec thérapeutique: Mayotte - 2002 (Coartem®)Associations en vue avec de nouvelles molécules enphase de développementStratégie au long cours: surveillance continue de lachimiosensiblité - lutte anti-vectoriellePoursuite de recherches opérationnelles (médicaments)
  9. 9. Conclusion (2)Très chers mais prix abordables si demande augmente:dans les 5 pays d’Afrique de l’Est, 19.1 millions dollarsUS vs 6.3 millions dollars US en 2004Engagement actif des gouvernementsPrise de décision à des fins de santé publique
  10. 10. RéférencesWHO. The use of antimalarial drugs. Report of a WHO Informal Consultation.WHO/CDS/RBM/2001.33, pp 141. Nov 2001.Schwobel B et al. Therapeutic efficacy of chloroquine plus sulphadoxine/pyrimethamine compared with monotherapy with either chloroquine orsulphadoxine/pyrimethamine in uncomplicated Plasmodium falciparum malariain Laos.Trop Med Int Health 2003; 8 :19-24Sowunmi A et al. Enhanced efficacy of chloroquine-chlorpheniraminecombination in acute uncomplicated falciparum malaria in children. Trans RSoc Trop Med Hyg 1997,91: 63-7Dorsey G et al. Sulfadoxine/pyrimethamine alone or with amodiaquine orartesunate for treatment of uncomplicated malaria: a longitudinal randomisedtrial. Lancet 2002; 360: 2031-8Adjuik M et al. Amodiaquine-artesunate versus amodiaquine for uncomplicatedPlasmodium falciparum malaria in African children: a randomised, multicentretrial. Lancet 2002, 359: 1365-72Zoguéreh D et al. Les médicaments antipaludiques et leurs modes demploi enmilieu africain. Cahiers Santé 2000; 10; 425-33

×