Stuctures autoportantes expose amar

1 783 vues

Publié le

0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 783
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
56
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Stuctures autoportantes expose amar

  1. 1. STRUCTURES AUTOPORTANTES
  2. 2. • DEFINITION :Ensemble de pièces formant larmature (duneconstruction, dune carrosserie ou dun fuselage)dont la stabilité n’est pas due à un support,mais à laseule forme.
  3. 3. QUELQUES EXEMPLES• L’architecte Santiago Calatrava se distingue à Ténérife, sur un siteexposé au bord de la mer. Cet ouvrage, qui servira de salle de concert,est un exemple illustrant les possibilités quasi-illimitées de laconstruction en béton.La technique de coffrage appliquée à l’ouvrage posait un problème horsnorme que nos ingénieurs PERI ont su résoudre avec succès d’unemanière rationnelle et fiable.
  4. 4. • Mise en place du coffrage intérieur VARIO GT 24 pourles voiles incurvés et inclinés. Un ancrage des étais dansla dalle intermédiaire a assuré l’étaiement destiné à lareprise des forces horizontales élevées s’exerçant.
  5. 5. • Coupe coffrage grimpant pour les sections de voiles incurvées etinclinées à 55º, avec VARIO GT 24 sur consoles grimpantesrespectivement ancrées dans la phase de bétonnage précédente
  6. 6. • L’échafaudage modulaire PERI UP Rosett a servi d’étaiementpour la réalisation de la toiture en aile. La fixation a été effectuéesur la coque de la « noix » – trame de base carrée de 1,50 x 1,50m. Des vérins de pied ont assuré l’adaptation verticale deslongueurs de montants aux divers niveaux de la surface d’appui.
  7. 7. • Dans trois circuits hydrauliques fonctionnantindépendamment l’un de l’autre sont commandéstous les mouvements intervenant sur l’équipagemobile : avance et recul, positionnement ainsi quecoffrage et décoffrage.
  8. 8. • Section portique de coffrage avecdispositif de déplacement et de réglage .
  9. 9. • Avec seulement deux arrêts techniques intermédiairesdestinés à l’adaptation des éléments, le coffrage « estpassé par » 32 phases de bétonnage hebdomadaires sesuccédant à intervalles réguliers
  10. 10. • Elle sest posée devant la gare Saint-Lazare, dans cette cour de Rome très «pompier» findu XIX siècle. Elle est lémergence du pôle déchanges souterrain dela ligne Météore. Simple comme une bulle de savon, cette lentille de 15 m dediamètre et 4 m de haut est complexe par sa géométrie et par les forces qui syjouent.Son galbe est né de la rencontre de deux formes géométriques: unesphère dans laquelle sinscrit un volUme toroïdal. A la différence dune bouche demétro qui signale un accès fermé par une grille, cet objet transparent, un peucomme la pyramide du Louvre, sert de verrière aux quatre niveaux de la station.La fermeture sinscritdans sa géométrie, avec deux vantaux courbes en lamesdinox coulissant sur rails.La double courbure de la lentille lui donne élégance ~tdynamique. La structure en arceau~x (11 longitudinaux et 9 transversaux) estcomposée de profilés en delta, en acier inoxydable (Cefival), cintrés par uneentreprise daéronautique (Couzinet Formage) et reliés par des « nœuds »en inoxmoulé (SadevjElcée).
  11. 11. Plan du 10eet 6eetages
  12. 12. • Le bâtiment est composé dune salle d’opéra,dune salle de concert et deux théâtres inclus dansune coque en titane et verre abritant l’espace public.Le complexe culturel est conçu comme une "villede théâtres", une île transparente dans un pland’eau artificiel entouré d’un nouveau parc urbain.
  13. 13. • Un groupe de huit étudiants aérigé la tour sur une période detrois mois lété passé. La formeorganique du gridshell suit laligne du bord en pierredéfinissant lemplacement etsenfle dehors• au dessus autour de laplateforme principale devisionnement. Environ battensde 72 bois de construction,60mm2 dans la section, ont étépréformés dans sept courburesdifférentes et assemblés surplace. Des battens sont jointsen utilisant les raccordementssimples dappliquer-boulonfigés avec les nailplates à côtédouble• (il y a plus de 600 joints).
  14. 14. Centre des nouvelles industries et technologies(Cnit)
  15. 15. • Centre des nouvelles industries et technologies (Cnit), bâtimentd’exposition construit en 1958 par les architectes Robert Camelot, BernardZehrfuss et Jean de Mailly, et situé à la Défense, près de Paris.• En 1950 la Société civile du Centre de la mécanique décide d’édifier unbâtiment d’exposition dans le quartier de la Défense, que l’on commence àaménager en centre d’affaires. Le projet est confié aux architectesresponsables du plan masse de ce nouveau quartier : Robert Camelot,Bernard Zehrfuss et Jean de Mailly. Le terrain dont ils disposent est deforme triangulaire et le programme demande le maximum de surfaces librespour permettre l’exposition de machines-outils. La forme du bâtimentdécoule de ces deux contraintes. C’est un triangle curviligne couvert parune toiture en paraboloïde hyperbolique. Les premières études projettentun bâtiment en acier, mais cette solution nécessite des appuisintermédiaires. En 1953 les architectes sont rejoints par Jean Prouvé et PierLuigi Nervi. Ce dernier imagine le tripode couvert d’une voûte d’arêtes àtrois branches, en béton. C’est l’ingénieur Nicolas Esquillan qui étudie leréseau de voûte et sa mise en œuvre. Réalisé en quatorze mois et inauguréen 1958, le Cnit, totalisant une surface de 45 000 m2 dont 12 000 sous lavoûte, est salué comme une prouesse technique. Les façades de verresuspendues de Jean Prouvé et la minceur de la coque de béton luiconfèrent une légèreté jamais réalisée jusqu’alors dans un bâtimentd’exposition. En 1989, le Cnit est réhabilité par les architectes MichelAndrault et Pierre Parat. Mais le nouveau programme exigeant des surfacescommerciales et tertiaires, l’intérieur du bâtiment est cloisonné et perd lapureté de la majestueuse voûte de béton.• Microsoft ® Encarta ® 2006. © 1993-2005 Microsoft Corporation. Tous droitsréservés.
  16. 16. • Présenté par: Encadré par:Issa Berthé Me:ATEKIbrahim Diallo MR:BETROUNIHassane Tata BagayokoGroupe:06• Classe:3emeannéeAnnée scolaire 2005-2006

×