Parlons clair                             Les banques françaises                              Financent Les TPE/PMELa Fran...
DES AVANCEES EN FAVEUR DES TPE/PME    Le dialogue, renforcé dans les réseaux                           Les interventions c...
UN CONTEXTE EN EVOLUTION RAPIDEDes perspectives amenant les TPE/PME à être                       Leurs ratios de solvabil...
la confiance, au coeur de                         la relation banque-pmeLa relation banque-PME est construite par un dialo...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Parlons clair : financement des tpe et pme en 2012

1 188 vues

Publié le

Selon une étude de la Fédération bancaire française (FBF), l’encours de crédit aux TPE/PME a augmenté de 4,9% en 2011. L’encours atteint ainsi 236 milliards d’euros.

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 188
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
80
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Parlons clair : financement des tpe et pme en 2012

  1. 1. Parlons clair Les banques françaises Financent Les TPE/PMELa France compte 2,5 millions de TPE/PME, qui représentent près de 9 millions d’emplois1. Les banques fran-çaises financent jour après jour leurs projets dinvestissement comme leur trésorerie. Elles ont une pratique du créditresponsable, fondée sur l’analyse de la capacité de remboursement de leurs clients en fonction de leur situation et deleurs perspectives.L’offre de crédit est disponible en 2012 comme elle la été en 2011, pour répondre aux demandes des TPE/PME.Ces demandes dépendent avant tout des prévisions d’activités : dans une conjoncture de faible croissance écono-mique, les entreprises font preuve d’une grande prudence dans leur demande de financement.Une progression soutenue des crédits Une performance supérieure au resteaux TPE/PME de la zone euroDans un environnement difficile, les banques en France Les PME européennes se financent essentiellementont continué à prêter : l’encours de crédits aux PME a par le crédit. En France, elles en obtiennent davantage augmenté pour atteindre que dans le reste de l’Europe : plus de 236 milliards € à  32% des PME en France ont fait appel à un nouveau Encours de crédits fin 2011. crédit bancaire au cours des 6 derniers mois de 2011. Ce mobilisés aux TPE/PME  +4,9% de crédits aux taux est le plus fort d’Europe, où la moyenne n’est que (Mds €) TPE/PME en 2011 ; de 25% ;  +5% pour les crédits  depuis fin 2008, près de 8 PME sur 10 en France ont court terme. obtenu les crédits demandés5. En Europe, la part est de 236,3 224,9 6 PME sur 10. 215,6 Fin mars 2012, les crédits aux TPE/PME sont en Proportion des PME ayant obtenu progression : +4,7% sur les crédits demandés 2009 2010 2011 un an2 (Banque de France). BDF 80 % 79 % 76 % 76 % 75 %Le crédit finance d’abord les plus petites 63 % 62 % 57 % 56 %entreprises 51 %Les crédits aux TPE3 s’élèvent à 217,6 milliards € à finmars 2012, représentant 2/3 des crédits aux PME. 2009 2010 2011 2009 2010 2011 France Zone euro Enquêtes semestrielles BCEDes crédits moins chers quailleurs en EuropeLa France avec un taux moyen à 2,89% est en-dessous dela moyenne des taux pratiqués dans la zone euro : 4,21%4. Ainsi, 18% des PME européennes estiment que l’accès auL’Allemagne, l’Italie et l’Espagne se situent respecti- financement est leur première préoccupation, contre seu-vement à 3,56%, 4,92% et 4,96%. lement 13% en France (-4% au dernier semestre 2011).1. Commission Européenne – INSEE2. A compter de mars 2012, les déclarations des encours privés des entrepreneurs individuels ne sont plus compris dans la centralisation des déclarations des établissementsde crédit. Seuls sont recensés les encours de crédits liées à une activité professionnelle. Cette modification affecte l’ensemble des données : PME et entreprises3. Banque de France, mai 2012 - les TPE ou micro entreprises sont des PME dont le chiffre d’affaires est inférieur à 2 millions €4. BCE – taux pratiqués pour les crédits inférieurs à 1 million € - février 20125. BCE – enquêtes semestrielles – dernière avril 2012 1
  2. 2. DES AVANCEES EN FAVEUR DES TPE/PME Le dialogue, renforcé dans les réseaux Les interventions communes prennent plusieurs formes bancaires en cofinancement ou garanties des prêts bancaires :  crédits d’investissements : 9,3 milliards € de prêts ban- Les agences des banques françaises ont été parti- caires garantis, accordés à plus de 73 000 PME, et plus culièrement mobilisées depuis fin 2009 pour dialoguer de 9 milliards € sous forme de cofinancement banques- avec les responsables de TPE/PME et analyser leurs be- OSEO ; soins de manière approfondie.  renforcement des fonds propres : 11,7 milliards € mis en place avec les banques. Les banques ont aussi enrichi Les PME dont la taille ou l’activité appellent des besoins leur propre offre de prêts participatifs ; spécifiques ont souvent accès à des centres d’affaires,  financement à court terme : 8,2 milliards € de créances où des conseillers spécialisés recherchent avec eux des mobilisées en 2011 ont permis à 7 000 entreprises de solutions de financement adaptées (immobilier d’entre- gérer au mieux leurs besoins de trésorerie6. En 2008 et prise, croissance externe ou à l’international). 2009, les banques et OSEO avaient consolidé des crédits de trésorerie de PME sous forme de prêts moyen terme. Des rencontres banques-PME La Médiation du crédit aux entreprises, Fin 2011 et début 2012, les dirigeants des principales un mécanisme efficace banques ont à nouveau rencontré près de 4 000 pa- trons de PME dans plusieurs régions. Les banques participent activement à la Médiation du cré- Dans ces réunions, les chefs d’entreprises avec les ban- dit aux entreprises depuis la mise en place du dispositif quiers ont souligné : en 2008. La bonne coopération entre  le manque de visibilité touchant leur les 400 correspondants des banques et activité ; « Les banques françaises les équipes de la Banque de France a  la prudence qui en découle dans les financent les TPE/PME permis, pendant la crise, de trouver des investissements et leurs demandes de et sont déterminées solutions de financement et de fonds financement ; à en faire une priorité. » propres pour deux entreprises sur trois  la détérioration des délais de paie- en moyenne. ment ; Ariane OBOLENSKY, Le nombre de demandes mensuelles  l’importance du partenariat banque- Directrice générale s’est fortement réduit en 2011 avec 300 PME, fondé sur des relations suivies, de la Fédération Bancaire Française, dossiers, au lieu de 600 en 2010 (rapport des bases objectives et l’anticipation. de la Médiation du crédit 15/11/2011). Deux séries de Rencontres avaient déjà été organisées en 2009 et 2010, à l’issue desquelles les Un appui aux créateurs d’entreprises banques françaises ont décidé de généraliser une bonne pratique : réduire à 15 jours les délais de réponse pour les Les banques accompagnent les créateurs d’entreprises financements de besoins courants. et travaillent avec tous les réseaux favorisant la création d’entreprises. La profession est partenaire du réseau France Active, Des solutions de financement déployées depuis 2010, afin de développer le micro-crédit profes- sionnel garanti, auprès des demandeurs d’emploi. Ce avec OSEO partenariat est décliné en Bretagne, Nord, Pas de Calais, Les banques, avec OSEO, soutiennent les besoins spé- Yvelines, Franche-Comté, Ile de France, Pays de la Loire, cifiques des PME, particulièrement celles de l’industrie. Centre, et Languedoc Roussillon. 6. rapport annuel OSEO – données 20112 Les banques françaises Financent Les TPE/PME
  3. 3. UN CONTEXTE EN EVOLUTION RAPIDEDes perspectives amenant les TPE/PME à être  Leurs ratios de solvabilité auront ainsi dépassé 9% finprudentes dans leurs financements juin prochain, seuil minimal fixé pour les banques euro- péennes ;En France, les PME prévoient globalement une année  les banques françaises ont augmenté leurs fonds2012 sans progression de leur activité et de leur chiffre propres de plus d’1/3 depuis 3 ans ;d’affaires, 21% redoutant une diminution. Pour 63% des  durant cette période d’adaptation, les banques ontPME, linsuffisance de la demande est le premier frein continué leur métier de prêteur : 90 milliards € supplé-à linvestissement, qui pèse sur la décision dinvestir (en mentaires ont été injectés dans l’économie française enaugmentation de 6% par rapport au semestre précédent)7. 2011. 2/3 des PME et 3/4 des TPE nenvisagent pas dac-croitre leur endettement pour financer de nouveaux pro- Quelles conséquences pour les PME ?jets ; Le crédit aux TPE/PME demeure la priorité des banques 25% des PME et 45% des TPE estiment insatisfaisant françaises. Elles continueront donc de les financer maisleur niveau de fonds propres pour financer de nouveaux dans des conditions prenant en compte le nouvel envi-projets et 11% des PME et 33% des TPE ne jugent pas ronnement réglementaire au-delà du seul contexte éco-leur situation financière saine8. nomique. Les prêts aux PME devraient porter sur des financements plus courts et à des prix intégrant le ren- chérissement de la ressource pour les banques induit parDes contraintes réglementaires fortes la nouvelle réglementation.pour les banques européennesDes contraintes réglementaires plus strictes sont im-posées aux banques européennes dans l’objectif de ren-forcer la stabilité du système financier international : elles Chiffres clésdoivent détenir plus de fonds propres pour un mêmemontant de crédit. L’enjeu est important car 80% de ÎÎ Près de 400 000 salariésl’économie européenne est aujourd’hui financée par ÎÎ Plus de 39 000 agences bancaires et centres daffairesles banques (inversement, aux Etats-Unis, seul 25% du entreprisesfinancement de l’économie est assuré par les banques, lereste est porté par les marchés). ÎÎ 3,4 millions dentreprises clientes des banques ÎÎ 75% sont des TPE/PMEDes délais raccourcisCes règles initialement élaborées par le Comité de Bâle ÎÎ 236 milliards € de crédits mobilisés aux TPE/PMEs’appliquent à toutes les banques de l’Union européenne, (à fin 2011)via une directive et un règlement. Le calendrier de cette ÎÎ + 4,9% de crédits aux TPE/PME en 2011réforme née de la crise de 2008 devait initialements’étendre entre 2013 et 2019. Mais sous la pression des ré- ÎÎ + 5% de crédits court terme aux TPE/PME en 2011gulateurs, les banques européennes doivent se mettre en ÎÎ près de 21 milliards € de crédits en plus pour lesconformité avec les nouvelles règles dès le 30 juin 2012. TPE/PME depuis 3 ansLes banques françaises sadaptent en continuant de financer ÎÎ 1 PME sur 3 en France a eu recours au créditl’économie (de juillet à décembre 2011)La solidité des banques françaises leur permet de menerces transformations et de renforcer leur capital par leurs ÎÎ près de 80% ont obtenu le crédit demandépropres moyens. ÎÎ pour 2/3 des PME, linsuffisance de la demande est le 1er frein à linvestissement7. OSEO – enquête de conjoncture janv. 20128. enquête ACFCI/CCIP – avril 2012 3
  4. 4. la confiance, au coeur de la relation banque-pmeLa relation banque-PME est construite par un dialogue Pour financer son exploitation, le patron de PME peutétroit entre le chargé d’affaires de la banque et les respon- notamment faire appel à :sables de la PME.  des facilités de caisse ou découvert pour faire face à un décalage de trésorerie ;Quelques bases pour une relation banque-PME durable :  l’escompte ou la cession Dailly : les PME peuvent des relations régulières et transparentes ; mobiliser immédiatement une créance, la banque faisant une stratégie et des besoins de financement clairement l’avance sur le compte de la PME ;indiqués ;  l’affacturage. Les PME cédent ainsi leurs créances, ré- une anticipation des besoins de financement : le plus glées à l’avance par la banque ou l’organisme financier. Ilen amont possible des opportunités ou des éventuelles offre l’avantage d’une mobilisation rapide du poste clientdifficultés ; et un suivi facilité des règlements. des outils de gestion (bilan, prévisionnel…) clairs etcommentés. En ce qui concerne les investissements, différentes solutions sont proposées par les banques :La banque intervient pour financer l’exploitation, c’est-  prêts professionnels : à moyen (2-7 ans) ou long termeà-dire le cycle d’activité de l’entreprise (stocks, achats (8-15 ans) ;de matières premières, délais de paiement accordés aux  crédit-bail : il permet à l’entreprise d’utiliser des locauxclients…), le besoin d’investissement, nécessaire pour ou des matériels qui lui sont loués. Ainsi lentreprise uti-maintenir et développer l’activité (achats de matériels, lise les biens ou matériels sans immobiliser de fonds né-construction de nouvelles usines ou locaux…). cessaires à leurs achats. Affacturage Délais de paiement (ou délai de règlement) Cette technique de financement permet à une entreprise de céder Entre la date démission dune facture et le règlement de celle-ci, ses factures à un organisme financier ("affactureur" ou "factor"). Cet il peut sécouler un délai convenu ou non entre lentreprise et son organisme spécialisé règle le montant convenu de la facture, cest client ou son fournisseur. aussi lui qui assure le recouvrement de la créance à léchéance. Sil sagit dun délai de paiement convenu, on parle de crédit client ou de crédit fournisseur. Depuis la mise en place de la Loi de moder- Besoin en fonds de roulement nisation de léconomie en janvier 2009, le délai convenu est ainsi Une entreprise a besoin de financer les dépenses, dans le cadre plafonné à 45 jours fin de mois ou 60 jours à compter de lémission de son cycle dexploitation (achats de matières, stocks, créances de la facture. clients ...) : cest le besoin en fond de roulement ou "BFR". Len- Si aucun délai nest convenu, la facture doit être réglée dans les treprise peut le couvrir par des ressources à long terme dont elle 30 jours. dispose (fonds de roulement) ou par des financements court terme comme des concours bancaires. Fonds propres (ou "haut de bilan") Ce sont les actifs immobilisés que possède lentreprise : fonds de Crédit-bail commerce, capitaux des associés, immeubles, machines ... On le Par ce mécanisme, la banque ou une filiale spécialisée acquiert un distingue du "bas de bilan", plus liquide et donc mobilisable : stocks, matériel ou un bien immobilier, et le loue à lentreprise pendant la créances clients, solde créditeur du compte en banque ... durée du contrat (2 à 5 ans en général). Les clés de la banque : aider les entrepreneurs dans leurs relations avec la banque Puisque comprendre ça change tout, le programme de la FBF "Les clés de la banque" donne des explications sur la gestion de lentreprise, le fonctionnement du compte ou des modes de financement. Ces informations pratiques sont disponibles sur le site internet www.lesclesdelabanque.com et des guides thématiques (ex. le plan de financement). © FBF - mai 2012 - Ce document a été conçu et réalisé par le Pôle Information et Relations Extèrieures de la FBF Plus d’informations sur : www.fbf.fr - www.lesclesdelabanque.com

×