Les objets dans l’approche de Bruno Latour et l’ANT Séminaire de la Formation Doctorale Professionnelle en Sciences Social...
Sommaire <ul><li>Question de départ </li></ul><ul><li>Petite histoire de l’ANT </li></ul><ul><li>Les microbes comme acteur...
Question de départ <ul><li>Comment B. Latour peut-il considérer  l’objet comme un acteur  ?  </li></ul><ul><ul><li>M. Croz...
M. Crozier B. Latour Acteurs Objectifs Ressources Contraintes Stratégie Acteur 1 Objet Compétence d’usage Acteur 2 Objet I...
<ul><li>Intêret de la question : l’équivalence sujet/objet est le  point central l’ANT </li></ul><ul><ul><li>Celui qui fai...
Petit histoire de l’ANT <ul><li>Un renouveau de la  sociologie des sciences </li></ul><ul><ul><li>B. Latour,  La vie de la...
Les microbes comme acteur social Microbes, Guerre et Paix ,  <ul><li>La  controverse de la « génération spontanée »  : Lou...
Les conceptions de l’objet en SHS <ul><li>Deux  positions classiques  :  </li></ul><ul><ul><li>l’objet façonne le social  ...
La sociologie de la traduction   La domestication des coquilles Saint Jacques dans la baie de Saint Brieuc.  <ul><li>La di...
Les facultés des objets techniques Comment décrire les objets techniques ? <ul><li>L’exemple du kit photovoltaïque illustr...
Les objets comme passage entre les échelles Une sociologie sans objet ?  <ul><li>Les forces sociales comblant le gouffre e...
3 critiques de l’ANT <ul><li>Conception  réductrice de l’usage  : s’intéresse uniquement à l’objet comme le résultat d’un ...
Conclusion Crozier  versus  Latour <ul><li>Deux point d’entrée différents : </li></ul><ul><ul><li>Acteurs  et les organisa...
Bibliographie (1/2) <ul><li>Articles </li></ul><ul><ul><li>LATOUR Bruno, « Une sociologie sans objet ? Remarques sur l’int...
Bibliographie (2/2) <ul><li>Entretiens </li></ul><ul><ul><li>Entretien avec Bruno Latour, « Le microbe : un acteur social ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le statut des objets dans la théorie de l\'acteur-réseau

12 884 vues

Publié le

0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
12 884
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2 027
Actions
Partages
0
Téléchargements
143
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Après une thèse de Philosophie, il fait un voyage d’étude aux USA comme beaucoup de sociologues de sa génération, comme par exemple Crozier qui part étudier les syndicats américains. Latour étudie pendant 2 ans un laboratoire de neuroendocrinologie à San Diego dont le directeur reçoit le Prix Nobel de Medecine en 1977 pour ses recherches sur les hormones sécrétée par le cerveau. Son livre La vie de Laboratoire renouvelle profondément les études sur les sciences qui jusqu’alors adoptait principalement une perspective historique ou quantitative (citation) s’intéressant à la constitution des disciplines, à l’émergeance des spécialités. Latour innove en utilisant la méthode ethnographique pour « observer la science en train de se faire » et analyser la production des fait scientifique. En s’intéressant aux controverses scientifiques et aux dispositifs matériels de la science il montre comme un énoncé devient scientifique. Il rejoint au milieu des années 80 le Centre de sociologie de l’innovation à l’Ecoles des Mines de Paris avec M. Callon un ancien ingénieur devenu sociologue. Atour d’eux se forme tout un réseaux de chercheurs qui vont travailler sur les objets techniques et dont la représentantes la plus connue en France est Madeleine Akrich et John Law aux USA. Les études du CSI s’interessent principalement à trois terrains : l’histoire des techniques, l’innovation et le transfert de technologie L’expression théorie de l’acteur-réseau correspond à l’émancipation de la sociologie de Latour du champ des sciences et des techniques pour devenir une sociologie générale, surtout reconnue dans le monde anglo-saxon. C’est Callon qui pour la première fois utilise cette notion pour analyser l’échec d’une innovation : la voiture électrique. Il montre que si la voiture à moteur thermique résiste aussi bien c’est qu’elle est associé à tout un univers socio-technique concitué d’acteurs comme les compagnies pétrolières, de connaissances scientifiques sur les moteurs à explosions, d’une certaine forme d’organisation du travail pour produire les voitures, d’une infrastructures routières, d’un réseau de garage et de distribution d’essence… La condition du succès d’une innovation comme le véhicule électrique est qu’il parvienne à construire un réseau similaire. L’emploi du terme acteur correspond à l’idée que ce réseau est à construire, et que seul le réseau lui-même est en mesure de le construire. Ensuite le termes leur échappe, il est utilisé pour désigner tout un ensemble de recherches qui ont pour point commun de s’intéresser aux non humains et de refuser le structuralisme c’est à dire ne pas expliquer l’action en dotant les acteurs de forces sociales qui les dépassent
  • Au XIX siècle Pasteur soutenait l’idée que les micro-organismes ne se développent dans un milieu que s’ils ont été introduit alors que Pouchet défendait le fait que ces même micro-organismes se développent à partir des résidus d’autres micro-organismes sans intervention extérieure, c’est ce qu’il appel la génération spontanée. En 1865 L’Académie des sciences a donné raison à Pasteur contre Pouchet, pourquoi ? Pendant longtemps on a expliquer l’erreur de Pouchet par des causes idéologiques : étant fervent catholique, il était aveuglé par ses convictions religieuses et reliait la génération spontanée à la création divine. On ne cherchait pas à expliquer pourquoi Pasteur a eu raison, les résultats de ses expériences suffisant à expliquer que sa théorie est la bonne. Autrement dit lorsqu’un scientifique à raison ses théories suffisent à expliquer que ses énoncés soit considéré comme vrai. Latour propose d’examiner avec les mêmes arguments le vrai et le faux, en considérant notamment les dispositifs techniques qui ont permis à Pasteur d’avoir raison. Il montre que c’est le laboratoire qui est une innovation de Pasteur qui lui a permis de gagner. En effet à l’époque en biologie, la totalités des scientifiques y compris Pouchet étudiaient les organismes vivants in vivo, dans leur environnement naturel. C’est ce qui a permis à Darwin de mettre au point la théorie de l’évolution en étudiant les reptiles aux iles Galápagos. Pasteur met au point un ensemble de pratiques et d’instruments qui consiste à étudier les organismes dans un environnement stérile : le laboratoire. Mais Latour va plus loin en considérant que les expériences de Pasteur ont fait surgir un nouvel acteur, les microbes, qui suscite encore aujourd’hui tout un ensemble de comportements humains. Aérer son appartement, partir en vacances au grand air, demander au serveur d’un restaurant de changer sa fourchette qui est tombé par terre, mettre sa main devant sa bouche quant on tousse. Donc si les anthropologues admettent que les « primitifs » vivent avec leurs ancêtres et leur totem, il faut admettre les « microbres » font partie des sociétés occidentales.
  • Dans un article du Dictionnaire des Sciences Humaines Olivier Martin distingue deux problématiques générales en SHS concernant les objets, deux manières de traiter le matériel. Une première position consiste à dire que les objets façonne le social : M. Mauss qui montre que les objets façonne le corps et ses usages. « Le fait que nous marchons avec des souliers transforme la position de nos pieds ». Les objets façonne l’identité des individus au travers de processus d’appropriation, ainsi il devient difficile de se séparer d’objet familier. Les objets façonnent le savoir, on vient de la voir à propos du laboratoire. Les objets s’insèrent dans les interactions on le voit à travers toutes les études sur les nouvelles technologies. La conception de l’objet dans l’analyse stratégique s’inscrit dans cette tradition puisque l’objet est vu comme une contraintes ou une ressources de l’acteur qui conditionne sa relation avec les autres acteurs. 2) La seconde position consiste à dire que les objets sont des productions humaines, ce sont les réceptacles du social. C’est Durkheim pour qui les objets sont des « fait sociaux solidifiés », les institutions s’incarnent dans des bâtiments, la religion dans les églises, l’Etat dans l’Assemblé nationale… Mais c’est aussi tous les travaux qui interprètent les objets comme révélateurs du social, comme par exemple Desjeux et Moussaoui dans Objet banals, Objet social qui prend les objet du quotidien comme des révélateurs des rapport de couple. Quoiqu’il en soit très peu de sociologue ont mis au centre de leur analyse les objets. Latour trouve l’origine de ce désintérêt dans l’histoire des sciences avec le partage entre d’un coté les sciences exactes qui se chargeraient du monde objectif et de la Nature et les sciences humaines qui se réserveraient lu monde subjectif et de la Culture. Latour défend une position radicale qui consiste à abandonner la distinction entre sujet et objet. Elle est radicale car elle conduit à remettre en cause l’opposition entre nature et culture, qu’ils considère comme un ethnocentrisme occidental. Dans les sociétés sans écriture cette distinction n’existe pas. Pour Latour il n’y a donc pas d’autonomie du « social », et il refuse de considérer le social comme une catégorie d’analyse. Il s’oppose à la formule de Durkheim : « il faut expliquer le social par le social ». Il ne postule pas l’existence de forces sociales ou de structure mais cherche à expliquer comment la société se maintient en partant du micro. Il s’agit de réaliser des enquêtes pour savoir comment les processus sociaux tiennent ensemble Il pose ainsi une équivalence entre acteur et objet dans ces processus sociaux. Cette équivalence est pour lui le prolongement du principe de symétrie issus de la sociologie des sciences. Si on doit expliquer les croyances vraies et les croyances fausses par le même type de causes, autrement dit si on introduit la sociologie dans les sciences dures, il faut aussi introduire les objets des sciences dures dans la sociologie. Il propose de considérer les objets comme des acteurs et de regarder ce qu’ils font faire aux hommes et ce que les hommes leurs font faire. Par exemple des ingénieurs ont imaginés fabriquer des ceintures de sécurité pour voitures qui empêche le démarrage si elle ne sont pas bouclée. Ce dispositif a été adoptée dans les pays nordiques et refusée aux Etats Unis pour des raisons de liberté individuelle. En terme d’analyse ce qui est intéressant c’est que ce dispositif n’est pas seulement une chose, c’est un être hybride à la fois instrument et acteur de la vie en société. Dans les pays où il a été interdit il est considéré comme immoral, dans les pays où il a été autorisé il dispense les automobilistes d’avoir un sens civique. A partir de cette conception radicale de l’objet comme acteur social, il propose de reconsidérer la société comme un collectif formé d’humain et de non-humain. Les objets ne constitue ni une infrastructure ni un ensemble de signes, ils font partie d’un collectif au même titre que les humaines avec qui ils entretiennent des relations. Pour rendre compte de cette équivalence Latour choisit le concept d’actant qui désigne à la fois les choses matérielles et les acteurs humains. Il emprunte ce concept a un sémioticien qui définit l’actant comme tout entité entrant dans un processus sémiotique, c’est-à-dire de construction de sens.
  • Dans la baie de Saint Brieuc vivent de la pèche des coquilles Saint-Jacques mais le stock de coquilles diminue progressivement à cause des prédateurs que sont les étoiles de mer et d’une pèche trop intensives. Des chercheurs vont tenter de réimplanter les coquilles saint jacques en transférant dans la baie de Saint Brieuc une technique de reproduction avec un collecteur observée au Japon qui permet d’isoler les larves de coquilles de leur prédateur. Il s’agit donc d’une innovation qui permet d’augmenter le stock de coquille et de préserver ainsi le marché. M. Callon a partir de 20 entretiens d’experts et d’ analyse de documents expose les conditions de transposition de cette innovation en France, et notamment les négociations qui ont lieu entre les différents protagonistes nécessaires pour que cette techniques soit implanté. Il décrit un processus de traduction qui permet la constitution d’un réseau d’acteurs ayant tous intérêt aux développement de cette technique : les chercheurs, les marins pécheurs, les collègues scientifiques, et surtout les coquilles saint jacques. Le processus de traduction se décompose en une série d’étape avec à chaque fois des modifications du collecteur qui permettent d’inclure les acteurs dans le réseau, de faire émerger une alliance autour de cette innovation. Premièrement la mise en relation de tous les acteurs de montrer aux acteurs en quoi ils ont intérêt au collecteur : ce qui pour les chercheurs est une question de connaissances scientifiques sur les coquilles Saint Jacques devient pour les pécheurs une question de survie économique et pour les coquilles une question de perpétuation de l’espèce. Deuxièmement la constitution du réseau s’analyse à travers les controverses qui portent sur la conception du collecteur, Callon montre que les coquilles sont des acteurs à part entière de ces négociations. De la même manière que les chercheurs doivent négocier avec les représentants des pécheurs pour qu&apos;il ne pèchent pas pendant une période de l’année et à certains endroit afin de laisser les coquilles se développer. Les chercheurs doivent aussi négocier avec les larves de coquilles afin qu’elles acceptent de se fixer sur le collecteur, et pour cela ils doivent modifier les caractéristiques du collecteur autrement dit traduire leur exigences dans l’objet technique : comme la taille des croisillons pour éviter que les parasites ne rentre dedans, ou la profondeur à laquelle les collecteurs doivent être poser pour éviter les courants. Le succès d’une innovation dépend donc de l’aboutissement du processus de traduction qui permet la constitution d’un réseau sociotechnique. L’approche de Callon s’intéresse à la constitution de ce réseau grâce à une série de négociations qui modifie l’objet technique afin d’intéresser des acteurs supplémentaires et de les incorporer dans le réseau. Ce réseau associe des éléments hétérogènes humains et non humains, et permet d’articuler une action. Ces associations sont moins le résultat de la convergence d’intêrets objectivement compatibles que le produit d’action d’interessement qui fabrique de la compatibilité. Une fois que les controverses ont abouti, pour que le réseau se stabilise il faut que l’objet technique deviennent une « boite noire » c’est-à-dire un objet unique dont on ne discute plus la constitution et avec lequel les acteurs entretiennent une relation instrumentale. L’objet technique s’efface, en même temps qu’il devient indispensable. Pour comprendre ce concept de boite noire on peut prendre l’exemple de l’automobile qui est constitué de multiples composants mais avec lequel l’automobiliste entretien une relation instrumentale : c’est un moyen d’aller d’un point A à un point B. C’est seulement si la voiture tombe en panne qu’il est obligé d’ouvrir la boite noire, il va de nouveau être attentif à la pluralité des composant afin de diagnostiquer la panne.
  • En définissant les caractéristiques de son objet, le concepteur avance un certains nombres d’hypothèses sur les éléments qui composent le monde dans lequel l’objet est destiné à s’insérer : des scénarios d’usages dont le mode d’emploi est une mise en scène, mais aussi un environnement dans lequel il va fonctionner. La méthode pour décrire un objet technique d’un point de vue sociologique consiste à faire des allers et retours entre l’utilisateur-projet, celui imaginé par le concepteur, et l’utilisateur-réel. C’est dans cette confrontation que l’on verra apparaitre les décalages entre les deux et le caractère actif des objets techniques. L’objet techniques réalisent deux types d’opération. La première c’est qu’il définit certains acteurs sans lesquels il ne peut fonctionner et d’autres avec lesquels il ne peut fonctionner. Deux petits exemple permettent de comprendre cette idée étrange qu’un dispositif technique exclus certains acteurs. Un auteur américain, Winner, a montré que la hauteur des passerelles dans le parc de Long Island avait été défini pour reserver l’accés du parc aux Blancs, en effet les passerelles ne permettait pas le passage des cars moyen de transport privilégié des Noirs mais était suffisante pour les voitures préférés par les Blancs. Deuxième exemple donné par Latour, qui montre, qu’au moment de la construction du métro parisien, la municipalité de gauche décida de construire des tunnels étroit interdisant le passage des trains de lignes des Compagnies privés de chemin de fers soutenant les parti de droite. Troisième exemple plus détaillé qui illustre bien comment une innovation peut échouer si elle ne parviens par à constituer un réseau socio-technique. Autrement dit si le projet des concepteurs ne tient pas compte des utilisateurs et de leur environnement. Il s’agit de la création d’un kit d’éclairage photovoltaïque initié par l’ancien ADEME, ce kit est destinée au pays en voie de développement et vise également à encourager l’industrie naissante du photovoltaïque en France. Le kit est composé d’un panneau PV qui produit l’énergie, d’une batterie qui la stocke et d’un néon qui la consomme. Seulement il fonctionne en courant continu alors que les électriciens locaux ont l’habitude d’utiliser du courant alternatif, de plus la batterie et les néons sont introuvables chez les commerçant locaux, l’interrupteur est inaccessible car situé au niveau du néon lui même alors que le néon est placé par les utilisateur en hauteur dans la pièce. On voit bien apparaitre le fait que la définition des caractéristiques techniques de l’objet n’est pas neutre socialement, ces décisions techniques inclut ou exclu certains acteurs. Tout ces décalages prennent sens si l’on considère que le véritable client des concepteurs est l’ex-ADEME dont l’objectif est de développer la filière du photovoltaïque française, les concepteurs privilégient ainsi les choix assurant aux système le meilleurs rendement possible. L’exemple du kit photovoltaïque permet d’aborder un deuxième type d’opération effectué par les objets techniques. Ils définissent des normes de comportement, attribuent un rôle aux acteurs, établissent une hiérarchie entre eux et au final conditionnent leurs relations. La batterie du kit photovoltaïque permet de résoudre le problème du décalage entre le moment de la production d’énergie, en journée, et le moment de sa consommation, la nuit. Seulement si la batterie est complètement déchargée sa durée de vie s’en trouvera réduite et si à l’inverse elle est trop chargée elle risque d’endommager le panneau. Pour résoudre ce problème les concepteurs ont installé un dispositif de régulation automatique qui éteint la lumière quant la batterie devient faible et qui coupe la connexion entre le panneaux photovoltaïque et la batterie quant celle-ci s’approche de la charge maximale. Les concepteurs auraient très bien pu imaginer d’autres dispositifs, mettre un instrument de contrôle qui permettrai à l’utilisateur de planifier sa consommation mais ils ne font pas suffisamment confiance aux utilisateurs finaux sur leur capacité à gérer eux même ces contraintes. Ainsi le dispositif automatique choisi, définit certaines normes de consommation : si l’utilisateur est trop gourmand en lumière le système coupe la coupe automatiquement sans lui demander son reste. La régulation automatique devient un système de dressage de l’utilisateur qui se voit sanctionner s’il na pas bien intériorisé les normes de consommation. Echaudé par ces coupures intempestives les utilisateurs manifestent leur mécontentement en appelant l’installateur à chaque fois que le système les lâche. L’installateur lassé des sollicitations nocturnes des utilisateurs finit par bricoler un système qui leur permet de rétablir le courant. Ce bricolage marque à la fois la soumission de l’installateur à ses clients et lui permet d’être de remplir son rôle par objet interposé. Cette histoire illustre l’abscence de relation au sein d’un même réseau socio-technique entre concepteur et utilisateur, et aboutit à des accusations réciproques dont l’installateur fait les frais. « Si ça ne marche pas techniquement c’est que c’est mal utilisé socialement / si ça ne marche pas socialement, c’est que c’est mal conçu techniquement ».
  • La théorie de l’acteur réseau propose de dépasser le couple individu/société ou agent /structure. Partant soit d’un bout soit de l’autre, soit de la structure soit de l’interaction, tous les grands auteurs ont proposé un concept venant combler dans l’analyse l’écart entre l’interaction et la structure sociale. Latour propose de partir du milieu
  • L’attention portée aux non-humains conduit Callon et Latour à traiter les humains avec une certaine désinvolture et à ne considérer qu’une certaine partie d’entre eux.
  • Le statut des objets dans la théorie de l\'acteur-réseau

    1. 1. Les objets dans l’approche de Bruno Latour et l’ANT Séminaire de la Formation Doctorale Professionnelle en Sciences Sociales 16 mars 2009 Par Gaëtan Brisepierre
    2. 2. Sommaire <ul><li>Question de départ </li></ul><ul><li>Petite histoire de l’ANT </li></ul><ul><li>Les microbes comme acteur social </li></ul><ul><li>Les conceptions de l’objet en SHS </li></ul><ul><li>La sociologie de la traduction </li></ul><ul><li>Les facultés des objets techniques </li></ul><ul><li>Les objets comme point de passage entre les échelles </li></ul><ul><li>3 critiques de l’ANT </li></ul><ul><li>Conclusion : Crozier versus Latour </li></ul><ul><li>Biblographie </li></ul>
    3. 3. Question de départ <ul><li>Comment B. Latour peut-il considérer l’objet comme un acteur ? </li></ul><ul><ul><li>M. Crozier et l’analyse stratégique : l’objet est passif , il est une contrainte ou une ressource dans la relation entre deux acteurs. </li></ul></ul><ul><ul><li>B. Latour et la théorie de l’acteur-réseau : l’objet est actif au même titre qu’un acteur </li></ul></ul>
    4. 4. M. Crozier B. Latour Acteurs Objectifs Ressources Contraintes Stratégie Acteur 1 Objet Compétence d’usage Acteur 2 Objet Incapacité à réparer « Actants » Objectifs Ressources Contraintes Stratégie Acteur 1 Acteur humain Acteur 2 Acteur humain Objet Acteur non-humain
    5. 5. <ul><li>Intêret de la question : l’équivalence sujet/objet est le point central l’ANT </li></ul><ul><ul><li>Celui qui fait l’originalité de la démarche </li></ul></ul><ul><ul><li>Celui qui fait l’objet de critiques </li></ul></ul>
    6. 6. Petit histoire de l’ANT <ul><li>Un renouveau de la sociologie des sciences </li></ul><ul><ul><li>B. Latour, La vie de laboratoire, 1979 </li></ul></ul><ul><ul><li>B. Latour, Les Microbes Guerre et Paix, 1984 </li></ul></ul><ul><li>Une théorie de l’innovation : la sociologie de la traduction au Centre de Sociologie de l’Innovation (CSI) </li></ul><ul><ul><li>M. Callon, La domestication des coquilles Saint Jacques dans la baie de Saint Brieuc, 1986 </li></ul></ul><ul><ul><li>M. Akrich, Comment décrire les objets techniques ,1987 </li></ul></ul><ul><li>Une sociologie générale : actor network theory (ANT) </li></ul>
    7. 7. Les microbes comme acteur social Microbes, Guerre et Paix , <ul><li>La controverse de la « génération spontanée » : Louis Pasteur versus Félix Pouchet. </li></ul><ul><li>Le principe de symétrie du Programme Fort en sociologie des sciences : la victoire du laboratoire </li></ul><ul><li>Les « microbes » sont des acteurs dans les sociétés occidentales. </li></ul>
    8. 8. Les conceptions de l’objet en SHS <ul><li>Deux positions classiques : </li></ul><ul><ul><li>l’objet façonne le social </li></ul></ul><ul><ul><li>l’objet réceptacle du social </li></ul></ul><ul><li>La conception radicale de l’objet de Latour : le principe de symétrie généralisée </li></ul><ul><li>L’exemple de la ceinture anti-démarrage </li></ul><ul><li>La société comme un collectif d’humains et de non-humains en interaction : les « actants » </li></ul>
    9. 9. La sociologie de la traduction La domestication des coquilles Saint Jacques dans la baie de Saint Brieuc. <ul><li>La disparition des coquilles Saint-Jacques et la tentative de réimplantation grâce aux collecteurs </li></ul><ul><li>Le processus de traduction comme une série de négociations entre les acteurs y compris les coquilles. </li></ul><ul><ul><li>Démontrer l’intêret de l’innovation </li></ul></ul><ul><ul><li>Négocier les caractéristiques de l’objet technique </li></ul></ul><ul><li>Le réseau sociotechnique et la « boite noire » comme aboutissement du processus de traduction </li></ul>
    10. 10. Les facultés des objets techniques Comment décrire les objets techniques ? <ul><li>L’exemple du kit photovoltaïque illustre trois types d’action que réalisent les objets techniques : </li></ul><ul><li>Inclut ou exclus certains acteurs à travers la constitution d’un réseau sociotechnique </li></ul><ul><li>Définissent des normes d’utilisation, leur attribue un rôle </li></ul><ul><li>Définissent les relations entre ces acteurs, établie une hiérarchie, </li></ul>
    11. 11. Les objets comme passage entre les échelles Une sociologie sans objet ? <ul><li>Les forces sociales comblant le gouffre entre interaction et structures : </li></ul><ul><ul><li>Hobbes : contrat </li></ul></ul><ul><ul><li>Durkheim : sui généris </li></ul></ul><ul><ul><li>Bourdieu : habitus </li></ul></ul><ul><ul><li>Boudon : effet pervers </li></ul></ul><ul><ul><li>Goffman : évènement </li></ul></ul>
    12. 12. 3 critiques de l’ANT <ul><li>Conception réductrice de l’usage : s’intéresse uniquement à l’objet comme le résultat d’un processus d’innovation, et pas à l’objet dans l’action. </li></ul><ul><li>Critique des échelles : pas de prise en compte des effets d’appartenance sociale, le « macro » de Latour est en fait le « méso » </li></ul><ul><li>Critique féministe et élitiste : les humains sont des « males blancs occidentaux » appartenant aux catégories sociales supérieures (scientifiques, ingénieurs, médecin, hauts fonctionnaires…) </li></ul>
    13. 13. Conclusion Crozier versus Latour <ul><li>Deux point d’entrée différents : </li></ul><ul><ul><li>Acteurs et les organisations </li></ul></ul><ul><ul><li>Objets et l’innovation </li></ul></ul><ul><li>Des outils différents </li></ul><ul><ul><li>Le sociogramme d’une organisation caractérise la nature des interaction entre les acteurs </li></ul></ul><ul><ul><li>La sociographie d’un objet décrit l’ensemble des liens qu’un objet effectue avec des acteurs </li></ul></ul><ul><li>Deux modélisation du « social » différentes </li></ul><ul><ul><li>La notion de système d’action concret postule l’existence de relations entre des acteurs, qui doivent être démontré empiriquement pour en déterminer la nature (coorpération ou conflit) </li></ul></ul><ul><ul><li>La notion de réseau socio-technique fait des relations positives entre acteurs (compromis) une condition de succés de l’innovation </li></ul></ul>
    14. 14. Bibliographie (1/2) <ul><li>Articles </li></ul><ul><ul><li>LATOUR Bruno, « Une sociologie sans objet ? Remarques sur l’interobjectivité », Sociologie du travail , Elvisier, 1994. </li></ul></ul><ul><ul><li>AKRICH Madeleine, « Les objets techniques et leurs utilisateurs de la conception à l’action », Raisons Pratiques , 1993. </li></ul></ul><ul><ul><li>CALLON Michel, « La domestication des coquilles Saint Jacques dans la baie de Saint Brieuc, Eléments pour une sociologie de la traduction », L’Année sociologique , 1986. </li></ul></ul><ul><ul><li>AKRICH Madeleine, « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et Culture , 1987. </li></ul></ul><ul><li>Livre </li></ul><ul><ul><li>LATOUR Bruno, Petites leçon de sociologie des sciences , La Découverte, 1993. (Le fardeau moral d’un porte clé, page 47) </li></ul></ul>
    15. 15. Bibliographie (2/2) <ul><li>Entretiens </li></ul><ul><ul><li>Entretien avec Bruno Latour, « Le microbe : un acteur social ? », in CABIN Philippe, DOROTIER Jean François, La sociologie , Editions Sciences Humaines, 2000. </li></ul></ul><ul><ul><li>CALLON Michel et FERRARY Michel, « Les réseaux sociaux à l’aune de la théorie de l’acteur-réseau, Sociologie Pratiques , 2006. </li></ul></ul><ul><li>Dictionnaires et manuels </li></ul><ul><ul><li>« Acteur-Réseau » (page 4), « Objet » (page 817), in MESURE Sylvie, SAVIDAN Patrick, Dictionnaire des Sciences Humaines , PUF, 2006. </li></ul></ul><ul><ul><li>« Théorie de l’acteur réseau », Wikipédia, 2009. </li></ul></ul><ul><ul><li>LATOUR Bruno, « Comment finir une thèse de sociologique, Petit dialogue entre un étudiant et un professeur », in Une théorie de sociologie générale est-elle pensable ? , Revue du MAUSS, 2004. </li></ul></ul><ul><ul><li>« La sociologie de l’innovation et de la traduction », 50 fiches pour comprendre la gestion stratégique des ressources humaines , Editions Bréal. </li></ul></ul><ul><ul><li>« La vie de Laboratoire de Bruno Latour et Steve Woolgar, 1988 », in MASSON Philippe, Faire de la sociologie, Les grandes enquêtes française depuis 1945 , La Découverte, 2008. </li></ul></ul>

    ×