POUR UN DEVELOPPEMENT DE L’ECONOMIE NUMERIQUE A LA REUNION.L’amélioration des conditions de l’achat à distance passent par...
La technique retenue sera celle des cas réels, échantillons des différents modes    d’acquisition des biens de consommatio...
Deuxième exemple :Vous achetez à la REDOUTE une jupe style patineuse (page 110 du catalogue2009-2010).Prix catalogue      ...
Quatrième exemple :Vous achetez une montre AVIATOR en Allemagne sur le site POLJOT24.dePrix de la montre                  ...
Un appareil photo passant par une messagerie « express » (bien   que l’avion n’aille pas plus vite quand il transporte des...
L’utilisation du « tracking » sur les messageries « express» permet depatienter, ou dans certains cas de s’inquiéter quand...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Ecommerce : Pour un développement de l'Economie Numérique à la Réunion

771 vues

Publié le

Etude menée par UFC QUE CHOISIR LA REUNION -

Trois axes seront donc étudiés. Point n’est besoin de creuser très profond
pour identifier les paramètres « bloquants » :
1 - La distance, et les frais de transports qui en découlent.
2 - La fiscalité locale, et notamment l’octroi de mer.
3 - Les délais, qui ont un lien avec les deux premiers paramètres.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
771
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
12
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ecommerce : Pour un développement de l'Economie Numérique à la Réunion

  1. 1. POUR UN DEVELOPPEMENT DE L’ECONOMIE NUMERIQUE A LA REUNION.L’amélioration des conditions de l’achat à distance passent par la mise à niveau denombreux paramètres :Le développement du haut débit à la Réunion (bande passante disponible et prix), nesera pas le propos de cette étude bien qu’il en soit un élément non négligeable. Laconnexion internet est indispensable pour passer une commande et la suivre jusqu’àsa livraison, mais ne demande pas de grosses performances de connexion.L’accès aux différents services de la vente par correspondance (VPC) et ducommerce électronique (e-commerce) peut donc être dissocié de ce volet technique,mais l’état actuel des échanges vécus par le consommateur Réunionnais, laisse àpenser qu’un long chemin reste à parcourir pour lever les barrières qui se dressentsur le parcours.Trois axes seront donc étudiés. Point n’est besoin de creuser très profondpour identifier les paramètres « bloquants » :1 - La distance, et les frais de transports qui en découlent.2 - La fiscalité locale, et notamment l’octroi de mer.3 - Les délais, qui ont un lien avec les deux premiers paramètres.
  2. 2. La technique retenue sera celle des cas réels, échantillons des différents modes d’acquisition des biens de consommation par internet. Dans cette étude les prés requis sont les suivants : * Le consommateur est considéré comme « importateur » cest-à-dire qu’il prend en charge toutes les formalités nécessaires à l’acquisition du produit hors département (dans un achat sur place - en grande surface par exemple - il ne contrôle rien !) * Le consommateur a quelques notions sur les modalités de transport des produits, entre la Réunion et le reste du monde (shipping). * Le consommateur n’est pas rebuté par les investigations nécessaires à l’information sur la fiscalité locale. Premier exemple : Nous commencerons par l’achat d’un livre d’occasion sur le site PRICE MINISTER ? titre « l’octroi de mer » livre publié par les journaux officiels. Prix demandé par le vendeur 8€ Frais de transport et d’emballage métropole 4€ Supplément demandé pour livraison Réunion 10 € Total 22 € Surcoût par rapport à la métropole 84% Transport Colissimo (5 à 7 jours) Fiscalité Franchise sur valeur marchandise < 22 € Délais Raisonnable
  3. 3. Deuxième exemple :Vous achetez à la REDOUTE une jupe style patineuse (page 110 du catalogue2009-2010).Prix catalogue 39,90 €Déduction de la détaxe.. - 6,54 €Taxation TVA Réunion 8,50% +2,83 €Participation forfaitaire livraison +9,90 €Livraison 5 à 7 jours +4,00 €Total 50,09 €Surcoût par rapport à la métropole 25%Transport Colissimo (5 à 7 jours)Fiscalité TVA 8.50 % (il semblerait que l’OM+OMR ne soit pas perçu)Délais RaisonnableTroisième exemple :Vous achetez sur le site PIXMANIA.fr un appareil photo numérique PANASONIC TZ 7Prix du matériel sur le site 282.90 €Détaxe . -55,45 €Frais CHRONOPOST.. +91,35 €Taxation TVA + OM+OMR +83,76 €Frais de dossier + TVA sur frais de dossier +10,74 €Total 413,31 €Surcoût par rapport à la métropole. 40%Transport CHRONOPOSTFiscalité TVA 8.50 % + OM et OMR + frais de dossierDélais (5 jours) Raisonnable
  4. 4. Quatrième exemple :Vous achetez une montre AVIATOR en Allemagne sur le site POLJOT24.dePrix de la montre 390 €Détaxe (TVA Allemande 19%).. -60 €Frais transport Deutch Post +5 €TVA (taxation sur la valeur en Douane 335 €) 28 €Octroi de mer + droit additionnel 60 €Total 423 €Surcoût par rapport à la métropole.. 8%Transport Deutsch Post + La PosteFiscalité TVA 8.50 % + OM et OMRDélais 72 jours, absolument inacceptable !L’ANALYSE :Ces quatre cas font ressortir des surcoûts allant de 8 à 84 %.Reprenons les trois axes de cette étude : 1.Les frais de transport :Dans les quatre cas observés, les marchandises ont été transportées par avion. Ladisparité des coûts de transport est énorme compte tenu du poids des marchandises(ne dépassant guère 500 g). Un passager sur la ligne Réunion-Paris ou Paris-Réunion paie environ 3.50 ? du kilo transporté (80 kilos passager + 20 kilos bagages ) prix du billet aller retour 700 €).
  5. 5. Un appareil photo passant par une messagerie « express » (bien que l’avion n’aille pas plus vite quand il transporte des paquets) paie quarante fois plus cher qu’un passager ! Les services sont différents mais ne justifient pas de tels écarts.2. La fiscalité locale : Souvent accusée, d’être l’unique responsable des surcoûts, la fiscalité locale n’est que l’amplificateur d’un système mal conçu. Si la TVA bénéficie d’un taux réduit à 8,50 % à la Réunion, l’assiette de la taxation à l’octroi de mer qui s’y ajoute, est en totale contradiction avec les arguments produits par ses défenseurs. En effet, si l’argument du handicap économique du à l’éloignement, permet de contenir les foudres des Institutions Européennes (jusqu’en 2014’) ; On comprend mal que la valeur en Douanes des marchandises (concept purement Douanier appliqué pour le calcul de O.M.) intègre les frais de transport et les frais administratifs. Il y a là un contresens que le consommateur Réunionnais a des difficultés à comprendre, quand on applique cette procédure à l’octroi de mer. Si, la collecte de la TVA va directement dans les caisses de l’Etat, il n’en va pas de même pour l’octroi de mer qui se décompose en deux parties :  L’octroi de mer (OM) dont le taux est fixé par le Conseil Général au profit des communes.  L’octroi de mer régional (OMR) dont le taux est fixé par la même assemblée à son profit, mais qui heureusement est plafonné à 2,5%. A cela, s’ajoute des frais de dossier divers dont chaque intermédiaire (messageries « express ») fixe le montant, et qui aux surplus est soumis à la TVA.3. Les délais : Comme il a été indiqué précédemment, les délais sont la résultante, des deux premiers facteurs. Si les frais de transport sont élevés, on est en droit d’attendre une livraison rapide, mais d’un coût élevé amplifié par l’octroi de mer.
  6. 6. L’utilisation du « tracking » sur les messageries « express» permet depatienter, ou dans certains cas de s’inquiéter quand votre paquet passe par leKazakhstan alors qu’il est parti de Singapour. Il y a dans le transport de fretaérien des subtilités qu’il faut s’habituer à accepter (jours fériés, parcoursexotique, etc’). Outre les délais de transports, qui peuvent être prohibitifs (exemple 4 € unpaquet parti de Munich le 19/10/2009, arrive au centre du Chaudron - centremixte Douane-Poste - le 2/12/2009 via l’Afrique du Sud, et mettra 28 jours deplus pour le dédouanement et la transmission à son destinataire, par la poste).De tels délais, sont-ils justifiables ? Non ! D’ailleurs la Poste et la Douanes de la Réunion, ont publié uncommuniqué commun le 26 novembre 2009 pour expliquer le fonctionnementet la collaboration de leurs organismes. Pas d’excuses pour les nombreuxretards, mais des chiffres - 90.000 colis à l’importation chaque mois pour laPoste. Les messageries « express », dédouanent à l’aéroport fret de Gillot etne publient pas leurs chiffres. Ce goulot d’étranglement est préjudiciable à l’économie numérique. Lesprocédures de dématérialisation des documents mises en place par la Douaneces dernières années ne semblent pas avoir cours à la Réunion.Quand à l’état de la Poste la situation est préoccupante: guichets aux filessans fin, pas de « tracking » pour les colis économiques « non suivis » (à titred’exemple la poste Allemande ‘ privatisée - suit tous ses colis).En conclusion :Pour que l’économie numérique se développe à la Réunion, il faudrait revoircomplètement les coûts de transport des paquets inférieurs à 3 kilos (cequi ne dispense pas du même effort les paquets d’un poids supérieur). L’octroi de mer dans sa forme actuelle ne correspond pas à la recherche d’uncommerce dynamique, et n’a plus sa place dans une économie moderne(rattaché à la nomenclature de la Douane il pèse par ces formalités d’un autretemps, sur les délais). L’assiette de cet impôt doit être complètement revue, ilest d’ailleurs souhaitable que lors des réformes fiscales qui s’annoncentl’octroi de mer soit réformé et soit plus proche du droit commun (ce quedemandent de nombreux internautes, notamment en Martinique !). Les délais, sont donc avec les coûts de transports et les formalitésdouanières des handicaps majeurs pour le développement du commerceélectronique à la Réunion.

×