Les dispositifs de suppléance perceptive: quels principes pour quelles implications 
Alexandre Coutté 
Psychologue / Cherc...
Plan de la présentation 
1.Interfaces et engagement en ergonomie cognitive 
2.L’action au coeur de la cognition
Plan de la présentation 
1.Interfaces et engagement en ergonomie cognitive 
2.L’action au coeur de la cognition
1. Interfaces et engagement en ergonomie cognitive
Ergonomie cognitive: définition 
L’ergonomie cognitive s’intéresse aux processus mentaux (perception, mémoire, raisonnemen...
Ergonomie cognitive: définition 
But de l’ergonome: 
optimiser les interactions entre l’utilisateur et la machine en fonct...
Ergonomie cognitive: définition 
Moyen d’action: Interfaces  Fonctionnement cognitif  Comportements
Ergonomie cognitive et engagement 
Accès 
•Aptitude d’accès 
•Besoins spécifiques
Ergonomie cognitive et engagement 
Accès 
Utilisation 
•Aptitude d’accès 
•Besoins spécifiques 
•Efficacité/Efficience 
•S...
Ergonomie cognitive et engagement 
Accès 
Utilisation 
Emotion 
•Plaisir d’interaction 
•Valeurs personnelles 
•Aptitude d...
Ergonomie cognitive et engagement 
Accès 
Utilisation 
Persuasion 
Emotion 
•Plaisir d’interaction 
•Valeurs personnelles ...
Ergonomie cognitive et engagement 
Accès 
Utilisation 
Persuasion 
Emotion 
•Plaisir d’interaction 
•Valeurs personnelles ...
Ergonomie cognitive et engagement 
Accès 
Utilisation 
Persuasion 
Emotion 
•Plaisir d’interaction 
•Valeurs personnelles ...
Ergonomie cognitive et engagement 
Accès 
Engagement 
Utilisation 
Persuasion 
Emotion 
•Plaisir d’interaction 
•Valeurs p...
Ergonomie cognitive et engagement 
1.Accessibilité 
2.Utilisabilité 
3.Emotionnalité 
4.Influençabilité
Ergonomie cognitive et engagement 
1.Accessibilité 
2.Utilisabilité 
3.Emotionnalité 
4.Influençabilité 
Décision Conscie...
Ergonomie cognitive et engagement 
1.Accessibilité 
2.Utilisabilité 
3.Emotionnalité 
4.Influençabilité 
Décision Conscie...
Ergonomie cognitive et engagement 
Ce type d’approche permet d’avoir une idée relativement précise des moyens d’influencer...
Ergonomie cognitive et engagement 
MAIS…
Ergonomie cognitive et engagement 
Ces approches (en termes de système de traitement de l’information) ne prennent pas suf...
2. L’action au coeur de la cognition
Le cerveau: une machine à s’adapter 
Plasticité cérébrale: 
Le cerveau se réorganise au fil des expériences vécues et de n...
Percevoir le monde pour agir… …Agir pour percevoir le monde 
« La perception et la représentation d’un objet passent par u...
Percevoir le monde pour agir… …Agir pour percevoir le monde 
•Nos actions sont contraintes par notre capacité à percevoir ...
Percevoir le monde pour agir… …Agir pour percevoir le monde 
•Nos actions sont contraintes par notre capacité à percevoir ...
Percevoir le monde pour agir… …Agir pour percevoir le monde 
L’outil, et l’utilisation que l’on en a, modifient notre perc...
Percevoir le monde pour agir… …Agir pour percevoir le monde 
•L’usage répété d’un outil nous amène à nous « habituer » à l...
Percevoir le monde pour agir… …Agir pour percevoir le monde 
•L’usage répété d’un outil nous amène à nous « habituer » à l...
Percevoir le monde pour agir… …Agir pour percevoir le monde 
•Il ne s’agit pas simplement de comprendre le traitement de l...
Les dispositifs de suppléance sensorielle 
•Réduire le handicap des aveugles. 
•Rééduquer les troubles proprioceptifs
Les dispositifs de suppléance sensorielle 
•Images filmées représentées: 
Sur la peau du ventre 
Sur la langue 
Représe...
Les dispositifs de suppléance sensorielle
Les dispositifs de suppléance sensorielle
Les dispositifs de suppléance sensorielle 
L’action est le vecteur qui permet d’associer de façon dynamique les images fil...
Conclusion 
•L’utilisation d’un outil (physique ou informatique) modifie la dynamique même du fonctionnement cognitif dans...
Merci de votre attention 
36
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

3 - Les dispositifs de suppléance perceptive : quels principes pour quelles implications ? par Alexandre Coutté - WUD2014 Use-Age

683 vues

Publié le

Les dispositifs de suppléance perceptive : quels principes pour quelles implications ? par Alexandre Coutté, Psychologue, Docteur en psychologie et Chercheur associé au Laboratoire d’Anthropologie et de Psychologie Cognitives et Sociales (LAPCOS, Université de Nice)
Au cours des dernières années, de nombreuses recherches ont été menées en sciences cognitives afin de mieux comprendre la façon dont l’utilisation d’outils modifie le fonctionnement cognitif des utilisateurs. Certaines de ces recherches ont notamment porté sur les dispositifs de « suppléance perceptive », utilisés par les personnes déficientes visuelles afin de percevoir des objets éloignés. Cette communication aura pour but de proposer une réflexion sur plusieurs implications de ces travaux pour la problématique de l’engagement de l’utilisateur

Plus en http://use-age.org/world-usability-day/wud-2014/

Publié dans : Technologie
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
683
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

3 - Les dispositifs de suppléance perceptive : quels principes pour quelles implications ? par Alexandre Coutté - WUD2014 Use-Age

  1. 1. Les dispositifs de suppléance perceptive: quels principes pour quelles implications Alexandre Coutté Psychologue / Chercheur associé Laboratoire d’Anthropologie et de Psychologie Cognitives et Sociales coutte@unice.fr World Usability Day 2014
  2. 2. Plan de la présentation 1.Interfaces et engagement en ergonomie cognitive 2.L’action au coeur de la cognition
  3. 3. Plan de la présentation 1.Interfaces et engagement en ergonomie cognitive 2.L’action au coeur de la cognition
  4. 4. 1. Interfaces et engagement en ergonomie cognitive
  5. 5. Ergonomie cognitive: définition L’ergonomie cognitive s’intéresse aux processus mentaux (perception, mémoire, raisonnements, réponses motrices) influant sur l’interaction entre les hommes et les autres éléments des systèmes (e.g. étude de la charge de travail mental, de la prise de décision, de l’interaction homme- machine et de la fiabilité humaine).
  6. 6. Ergonomie cognitive: définition But de l’ergonome: optimiser les interactions entre l’utilisateur et la machine en fonction d’objectifs
  7. 7. Ergonomie cognitive: définition Moyen d’action: Interfaces  Fonctionnement cognitif  Comportements
  8. 8. Ergonomie cognitive et engagement Accès •Aptitude d’accès •Besoins spécifiques
  9. 9. Ergonomie cognitive et engagement Accès Utilisation •Aptitude d’accès •Besoins spécifiques •Efficacité/Efficience •Satisfaction •Simplicité d’usage
  10. 10. Ergonomie cognitive et engagement Accès Utilisation Emotion •Plaisir d’interaction •Valeurs personnelles •Aptitude d’accès •Besoins spécifiques •Efficacité/Efficience •Satisfaction •Simplicité d’usage
  11. 11. Ergonomie cognitive et engagement Accès Utilisation Persuasion Emotion •Plaisir d’interaction •Valeurs personnelles •Aptitude d’accès •Besoins spécifiques •Efficacité/Efficience •Satisfaction •Simplicité d’usage •Comportement •Attitude •Motivation
  12. 12. Ergonomie cognitive et engagement Accès Utilisation Persuasion Emotion •Plaisir d’interaction •Valeurs personnelles •Aptitude d’accès •Besoins spécifiques •Efficacité/Efficience •Satisfaction •Simplicité d’usage •Comportement •Attitude •Motivation Brangier et Bastien, 2009
  13. 13. Ergonomie cognitive et engagement Accès Utilisation Persuasion Emotion •Plaisir d’interaction •Valeurs personnelles •Aptitude d’accès •Besoins spécifiques •Efficacité/Efficience •Satisfaction •Simplicité d’usage •Comportement •Attitude •Motivation
  14. 14. Ergonomie cognitive et engagement Accès Engagement Utilisation Persuasion Emotion •Plaisir d’interaction •Valeurs personnelles •Aptitude d’accès •Besoins spécifiques •Efficacité/Efficience •Satisfaction •Simplicité d’usage •Comportement •Attitude •Motivation
  15. 15. Ergonomie cognitive et engagement 1.Accessibilité 2.Utilisabilité 3.Emotionnalité 4.Influençabilité
  16. 16. Ergonomie cognitive et engagement 1.Accessibilité 2.Utilisabilité 3.Emotionnalité 4.Influençabilité Décision Conscient Inconscient
  17. 17. Ergonomie cognitive et engagement 1.Accessibilité 2.Utilisabilité 3.Emotionnalité 4.Influençabilité Décision Conscient Inconscient Modulation comportement (engagement) Le traitement de l’information (consciente et inconsciente) par l’utilisateur influence sa décision et donc son comportement
  18. 18. Ergonomie cognitive et engagement Ce type d’approche permet d’avoir une idée relativement précise des moyens d’influencer les interactions entre l’utilisateur et le dispositif (acceptation, engagement, prise en main etc.).
  19. 19. Ergonomie cognitive et engagement MAIS…
  20. 20. Ergonomie cognitive et engagement Ces approches (en termes de système de traitement de l’information) ne prennent pas suffisamment en compte le fait que l’utilisation d’un outil (physique ou informatique) modifie la dynamique même du fonctionnement cognitif (en cours et à venir). Prendre en compte cette dynamique est important pour anticiper les impératifs auxquels devront répondre les interfaces des futures versions du produit. De nombreuses recherches en sciences cognitives offrent des éléments pour alimenter cette réflexion…
  21. 21. 2. L’action au coeur de la cognition
  22. 22. Le cerveau: une machine à s’adapter Plasticité cérébrale: Le cerveau se réorganise au fil des expériences vécues et de nos interactions avec l’environnement
  23. 23. Percevoir le monde pour agir… …Agir pour percevoir le monde « La perception et la représentation d’un objet passent par une simulation d’action » Berthoz (2003)
  24. 24. Percevoir le monde pour agir… …Agir pour percevoir le monde •Nos actions sont contraintes par notre capacité à percevoir •Notre perception est contrainte par notre capacité à agir.
  25. 25. Percevoir le monde pour agir… …Agir pour percevoir le monde •Nos actions sont contraintes par notre capacité à percevoir •Notre perception est contrainte par notre capacité à agir.
  26. 26. Percevoir le monde pour agir… …Agir pour percevoir le monde L’outil, et l’utilisation que l’on en a, modifient notre perception du monde. « Quand on a un marteau en main… tout finit par ressembler à un clou… »
  27. 27. Percevoir le monde pour agir… …Agir pour percevoir le monde •L’usage répété d’un outil nous amène à nous « habituer » à lui au point d’oublier sa présence. •Nous incorporons l’outil comme s’il s’agissait d’une partie de nous même, et nous adaptons notre comportement en fonction de cette extension corporelle et des fonctionnalités qu’elle nous apporte.
  28. 28. Percevoir le monde pour agir… …Agir pour percevoir le monde •L’usage répété d’un outil nous amène à nous « habituer » à lui au point d’oublier sa présence. •Nous incorporons l’outil comme s’il s’agissait d’une partie de nous même, et nous adaptons notre comportement en fonction de cette extension corporelle et des fonctionnalités qu’elle nous apporte.
  29. 29. Percevoir le monde pour agir… …Agir pour percevoir le monde •Il ne s’agit pas simplement de comprendre le traitement de l’information à un instant « t » pour définir une stratégie pour influencer le comportement de l’utilisateur •Il s’agit également de comprendre les couplages dynamiques entre perception et action qui ont caractérisé les interactions passées.  Ils sont au coeur de sa cognition et de son appropriation d’un nouvel outil
  30. 30. Les dispositifs de suppléance sensorielle •Réduire le handicap des aveugles. •Rééduquer les troubles proprioceptifs
  31. 31. Les dispositifs de suppléance sensorielle •Images filmées représentées: Sur la peau du ventre Sur la langue Représentées par des stimuli auditifs  etc.
  32. 32. Les dispositifs de suppléance sensorielle
  33. 33. Les dispositifs de suppléance sensorielle
  34. 34. Les dispositifs de suppléance sensorielle L’action est le vecteur qui permet d’associer de façon dynamique les images filmées et les stimulations tactiles
  35. 35. Conclusion •L’utilisation d’un outil (physique ou informatique) modifie la dynamique même du fonctionnement cognitif dans le contexte d’une tâche. •Prendre en compte les mécanismes classiques (mémoire de travail, charge cognitive etc.) n’est pas suffisant pour permettre l’appropriation d’un nouvel outil. •Il faut également prendre en considération la dynamique des couplages entre perception et action qui ont caractérisé les interactions passées dans un contexte expérientiel vécu concret. •Prendre en compte cette dynamique est important pour anticiper les critères qui conditionneront l’engagement des utilisateurs dans les versions futures du produit.
  36. 36. Merci de votre attention 36

×