SlideShare une entreprise Scribd logo
Mise en garde :
Cette fiche permet de calculer des paramètres essentiels au dimensionnement de petites
structures de conservation des sols et de l’eau. Cependant, son utilisation se limite à des
situations simples où le risque d’érosion et le potentiel de dommages aux biens et aux cultures
sont modérés. Le choix des méthodes de travail et les résultats obtenus à partir des informations
présentées dans cette fiche doivent faire l’objet d’une analyse en profondeur de la part de
l’utilisateur et engagent son entière responsabilité. Il est fortement recommandé de consulter
un spécialiste en drainage dans les situations où les volumes ou les débits d’eau sont importants.
Évaluation des débits de pointe pour
les petits bassins versants agricoles du Québec
FICHE TECHNIQUE
1) Calcul du temps de concentration
Le temps de concentration est le temps écoulé entre le
début d’une précipitation et l’atteinte du débit maximal à
l’exutoire du bassin versant. Il correspond au temps
nécessaire pour permettre à l’eau de ruisseler du point le
plus reculé du bassin versant jusqu’à l’exutoire.
Deux méthodes simplifiées peuvent être utilisées pour
estimer le temps de concentration sur de petits bassins
versants agricoles, soit la méthode de Kirpich et la méthode
de Mockus. Chaque méthode convient à des conditions
distinctes de type de sol, de pentes, de superficies de
bassins versants. Elles peuvent être comparées entre elles
dans les situations intermédiaires.
1. Méthode de Kirpich
Cette méthode est adaptée aux bassins versants dont la
superficie varie entre 0,4 ha et 81 ha, dont les sols sont
argileux et dont la pente moyenne est comprise entre 3% et
10%. Le temps de concentration est alors calculé à partir de
l’équation suivante :
Tc = (0,000325 x L0,77)
S0,385
Tc : Temps de concentration (en h)
L : Longueur maximale du parcours de l’eau dans le
bassin versant (en m). Dans la Figure 1, cela
correspond à la distance entre les points 1 et 4.
S : Pente longitudinale moyenne du bassin versant, en
suivant l’écoulement de l’eau. Cette pente est
calculée entre les points qui se trouvent à 10 % et à
85 % de la distance totale entre le point le plus
éloigné de l’exutoire du bassin versant (en termes
de temps de parcours de l’eau) et l’exutoire du
bassin versant. Dans le dessin suivant, ceci
correspond aux points 2 et 3. La pente doit être
exprimée en mètres par mètre (une pente de 1%
équivaut à 0,01 m/m).
Figure 1 : Détermination de la pente longitudinale moyenne d’un bassin
versant
Source : Richard Laroche (MAPAQ)
2. Méthode de Mockus
Cette méthode est adaptée aux bassins versants de
superficie variant entre 4 ha et 1000 et qui sont caractérisés
par une pente longitudinale moyenne inférieure à 1% et par
des sols limoneux ou argileux.
L0,8 x [ 1000 - 9 ] 1,67
NC
Tc =
2083 x (100 x S)0,5
Où
Tc : Temps de concentration (en h)
L : Longueur maximale du parcours de l’eau dans le bassin
versant (en m). Ce paramètre est défini dans la section
précédente.
NC : Numéro de courbe (pas d’unités). Ce facteur représente
l’effet des conditions de surface du bassin versant sur le
ruissellement. Il prend en compte l’ensemble des
caractéristiques physiques et l’utilisation du sol de l’ensem-
ble du bassin versant (Tableau 1).
Un bassin versant étant rarement uniforme, le facteur NC à
utiliser est la moyenne des numéros de courbes des
différentes sous-sections du bassin versant, pondérée par la
superficie de ces sous-sections.
Par exemple, dans un bassin versant relativement plat avec
un sol de classe C, si 70% de la superficie est en cultures
intensives (NC=80) et 30% est boisé (NC=70), le NC pondéré
sera égal à : 70% x 80 + 30% x 70 = 77.
S : Pente longitudinale moyenne du bassin versant, en
suivant l’écoulement de l’eau. Ce paramètre est défini dans
la section précédente.
Afin d’assurer un dimensionnement suffisant, il est
préférable de choisir une valeur du facteur NC qui
représente les pires conditions de ruissellement du bassin
versant.
ÉVALUATION DES DÉBITS DE POINTE 2
Utilisation du sol
Pente transversale
du bassin versant
(perpendiculaire
au cours d’eau)
Condition hydrologique
Classe de sol
A B C D
Culture intensive
<3%
Pauvre
Bonne
63
60
74
70
80
78
82
81
3-8%
Pauvre
Bonne
65
63
76
75
84
83
88
87
>8%
Pauvre
Bonne
72
67
81
78
88
85
91
89
Culture extensive
<3%
Pauvre
Bonne
39
25
61
40
74
70
80
78
3-8%
Pauvre
Bonne
49
39
69
61
79
74
84
80
>8%
Pauvre
Bonne
68
49
79
69
86
79
89
84
Boisé
<3%
Pauvre
Bonne
25
22
55
53
70
65
77
74
3-8%
Pauvre
Bonne
41
25
63
55
75
70
81
77
>8%
Pauvre
Bonne
47
41
68
63
80
75
84
81
Résidentielle
Dense
Peu dense
73
59
83
74
88
82
90
86
Conditions hydrologiques
Pauvre : Faible couvert végétal et conditions
limitant l’infiltration
Bonne : Bon couvert végétal et conditions
favorisant l’infiltration
Classes de sol
A : Graviers et sables grossiers (infiltration élevée); B: Sables moyens et fins (infiltration
moyenne); C : Sables fins mal drainés, sols limoneux et argiles perméables (infiltration pas-
sable); D : Argiles lourdes et sols minces (infiltration faible)
Tableau 1 : Valeurs du numéro de courbe (NC)
Source : Laroche et Champagne (1989)
ÉVALUATION DES DÉBITS DE POINTE 3
Nomogramme pour la méthode Mockus
Le temps de concentration selon la méthode Mockus peut
aussi être estimé à partir de la Figure 2.
Le nomogramme est utilisé de la façon suivante :
1) Sur l’abscisse du haut, chercher la longueur maximale du
parcours de l’eau mesurée dans le bassin versant
(attention : l’échelle est logarithmique). Descendre à la
verticale jusqu’à l’intersection avec la droite indiquant la
pente moyenne du bassin versant étudié.
2) Poursuivre à l’horizontale jusqu’à l’intersection avec la
droite de numéro de courbe pondéré du bassin versant
étudié.
3) Descendre à la verticale jusqu’à l’abscisse du bas et lire
le temps de concentration pour le bassin étudié
(attention : l’échelle est logarithmique).
Par exemple, pour une distance de parcours d’eau égale à
200 m, dans un bassin versant ayant une pente moyenne de
0,5% et un facteur NC pondéré égal à 70, le temps de
concentration est de 0,76 heure (45 minutes).
Figure 2 : Estimation du temps de concentration selon la méthode de Mockus
Adapté de Schwab et al. (1966)
ÉVALUATION DES DÉBITS DE POINTE 4
Utilisation du sol
Pente transversale
du bassin versant
(perpendiculaire
au cours d’eau)
Texture de sol
Sable limoneux Limon Argile limoneuse
Cultures intensives
0 à 0,5% 0,16 0,25 0,40
0,5 à 5% 0,22 0,35 0,55
5 à 10% 0,30 0,45 0,60
10 à 30% 0,40 0,65 0,70
Cultures fourragères
0 à 0,5% 0,07 0,20 0,35
0,5 à 5% 0,10 0,28 0,40
5 à 10% 0,15 0,35 0,45
10 à 30% 0,22 0,40 0,55
Boisé
0 à 0,5% 0,05 0,18 0,30
0,5 à 5% 0,08 0,25 0,35
5 à 10% 0,12 0,30 0,42
10 à 30% 0,18 0,35 0,52
Lac, marais 0,05 0,05 0,05
Imperméabilité
30% 50% 70%
Roc, asphalte
0 à 5% 0,40 0,55 0,75
5 à 10% 0,50 0,65 0,80
10 à 30% 0,55 0,70 0,85
Sources : Montas et al (1990) et McNeely (1982)
Tableau 2 : Détermination du facteur C
ÉVALUATION DES DÉBITS DE POINTE 5
2) Calcul du débit de pointe
Le débit de pointe est le débit maximal d’un bassin versant
pour une précipitation donnée. Il peut être évalué en utilisant
la méthode rationnelle. Celle-ci est bien adaptée aux bassins
versants de moins de 250 ha et dont la pente longitudinale
moyenne est supérieure à 0,5 %.
La méthode rationnelle est basée sur l’hypothèse qu’une pluie
constante et uniforme sur l’ensemble d’un bassin versant
produit un débit de pointe lorsque toutes les sections du
bassin versant contribuent à l’écoulement, soit après un
temps égal au temps de concentration. Par simplification, la
méthode rationnelle suppose aussi que la durée de la pluie est
égale au temps de concentration. Elle ne tient pas compte de
l’hétérogénéité de la pluviométrie et a tendance à surévaluer
le débit de pointe.
Qp = C x Ip x A
360
Où
Qp : Débit de pointe du bassin versant (en m3/s)
C : Coefficient de ruissellement (pas d’unités). Ce
facteur représente la proportion de l’eau totale
précipitée qui ruisselle (Tableau 2, page précédente).
Afin d’assurer un dimensionnement suffisant des
structures, il est préférable de choisir une valeur
du coefficient C qui représente les pires conditions
de ruissellement du bassin versant.
Ip : Intensité de la précipitation pour une durée de
précipitation égale au temps de concentration
(en mm/h). Cette valeur peut être évaluée en
utilisant la Figure 3.
A : Superficie du bassin versant (en ha)
Détermination de l’intensité de pointe (Ip)
Tel que mentionné précédemment, la méthode rationnelle
suppose que le temps de concentration et la durée de la pluie
sont égaux. On peut donc estimer l’intensité de pointe pour
un temps de concentration donné en se basant sur l’intensité
de pointe correspondant à une pluie de durée égale à ce
temps de concentration.
La Figure 3 présente la relation entre l’intensité de pointe
d’une précipitation et sa durée. Les données provenant de 20
stations météorologiques représentatives de la plupart des
régions du Québec ont été compilées pour réaliser ce
graphique. L’encadré fournit le facteur de conversion par
lequel l’intensité de pointe doit être multipliée si une récur-
rence de pluie autre que 10 ans est utilisée.
Choix de la récurrence de la pluie à utiliser pour
le dimensionnement des structures
La récurrence d’une pluie correspond à la probabilité que
survienne une pluie donnée et au risque qui lui est associé.
Par exemple, un événement d’une récurrence de 25 ans ne
sera dépassé en importance que tous les 25 ans, ce qui
correspond à un risque d’occurrence de 4%. Il s’agit donc
d’un événement majeur qui peut causer de sérieux
dommages. Par contraste, un événement d’une récurrence
de 5 ans (risque d’occurrence de 20%) générera des débits et
un volume ruisselé beaucoup moins importants.
Le Tableau 3 présente les récurrences à utiliser pour la con-
ception de petites structures de conservation des sols et de
l’eau dans différentes situations. Ce choix doit tenir compte
des risques d’érosion et de dommages aux cultures et aux
infrastructures.
Application
Récurrence
à utiliser
Sites en cultures extensives ou
avaloirs combinés à
un déversoir d'urgence
2 à 5 ans
Sites en cultures intensives,
voies d'eau engazonnées ou
avaloirs sans déversoir d’urgence
5 à 10 ans
Endiguements importants ou
emplacements à proximité de
sites habités ou
d’infrastructures publiques
À déterminer
par le concepteur
Tableau 3 : Récurrences à utiliser lors du dimensionnement de petites
structures de conservation des sols et de l’eau
Figure 3 : Relation entre l’intensité de la pluie et sa durée (récurrence
de 10 ans)
Source : Environnement Canada; 20 stations météorologiques; période 1964-1990
ÉVALUATION DES DÉBITS DE POINTE 6
Cette fiche technique a été réalisée grâce à un partenariat entre Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) et le ministère de l’Agriculture, des
Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). Elle fait partie d’une série visant à promouvoir les aménagements hydro-agricoles pour
améliorer le drainage de surface et lutter contre l’érosion en milieu agricole. Les autres fiches de la série sont les suivantes : Diagnostic et solutions
de problèmes d’érosion au champ et de drainage de surface; Avaloirs et puisards; Puits d’infiltration; Tranchées filtrantes; Calculs de dimensionnement
des avaloirs.
Réalisation : Nicolas Stämpfli, Centre Brace pour la gestion des ressources hydriques (Université McGill)
Infographie : Helen Cohen Rimmer (HCR Photo)
Comité de rédaction : Robert Beaulieu (MAPAQ), Isabelle Breune (AAC), Mikael Guillou (MAPAQ)
Comité de révision (MAPAQ) : Bernard Arpin, Jacques Goulet, Georges Lamarre, Ghislain Poisson, Victor Savoie
Pour plus d’informations :
Agriculture et Agroalimentaire Canada,
Services régionaux, région du Québec,
Gare maritime Champlain
901, rue du Cap-Diamant, no 350-4
Québec (Québec) G1K 4K1
Téléphone : 418.648.3316
Dernière mise à jour : avril 2007
Références
Laroche M. et J. Champagne. 1989. Les cours d’eau en milieu agricole – design et conception assistés par ordinateur. Tome I : Logiciel
sur l’évaluation des débits de pointe pour les petits bassins versants, 2e édition. Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de
l’Alimentation du Québec, service du génie.
McNeely Engineering. 1982. Design manual for open channel drainage in the Ottawa St. Lawrence lowlands.
Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). 1990. Normes de conception et d’exécution pour
les travaux de conservation et gestion du sol et de l’eau. Publication interne.
Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). 1988. Guide d’analyse et d’aménagement de cours
d’eau à des fins agricoles. 2e édition. Publication interne.
Montas H.J., P.G. Enright et C. Madramootoo. 1990. Évaluation des débits de pointe pour les petits bassins versants du Québec. Agdex
750, Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, service du génie.
Schwab, G.O, D.D. Fangmeier, W.J. Elliot et R.K. Frevert. 1993. Soil and Water Conservation Engineering, 4th edition. John Wiley &
Sons, États-Unis d’Amérique.
Schwab, G.O, R.K. Frevert, T.W. Edminster et K.K. Barnes. 1966. Soil and Water Conservation Engineering, 2nd edition. John Wiley &
Sons, États-Unis d’Amérique.
United States Department of Agriculture (USDA). 1989. « Estimating runoff and peak discharges ». Chapitre 2 in Engineering Field
Handbook. Soil Conservation Service. http://www.info.usda.gov/CED/ftp/CED/EFH-Ch02.pdf (page visitée le 18 avril 2007)
United States Department of Agriculture (USDA). 1984. « Hydraulics ». Chapitre 3 in Engineering Field Manual. Soil Conservation
Service. http://www.info.usda.gov/CED/ftp/CED/EFH-Ch03.pdf (page visitée le 18 avril 2007)

Contenu connexe

Tendances

Chap6 éval quantit du ruissel– aspects hydrologiques
Chap6 éval quantit du ruissel– aspects hydrologiquesChap6 éval quantit du ruissel– aspects hydrologiques
Chap6 éval quantit du ruissel– aspects hydrologiques
Ceteau Sarl
 
Dimensionnement Des Canaux
Dimensionnement Des CanauxDimensionnement Des Canaux
Dimensionnement Des Canauxguest4a5dea
 
Well test
Well testWell test
Well test
iyz00168
 
Réseaux d'assainissement
Réseaux d'assainissementRéseaux d'assainissement
Réseaux d'assainissement
Mohamed Yassine Benfdil
 
Chapitre 2 hydraulique
Chapitre 2 hydrauliqueChapitre 2 hydraulique
Chapitre 2 hydraulique
abdelkrim abdellaoui
 
Dimensionnement Des Ouvarges De Derivation
Dimensionnement Des Ouvarges De DerivationDimensionnement Des Ouvarges De Derivation
Dimensionnement Des Ouvarges De Derivationguest4a5dea
 
Hydraulique à Surface Libre
Hydraulique à Surface LibreHydraulique à Surface Libre
Hydraulique à Surface Libre
Roland Yonaba
 
2013 939 pfister_gokok_gisonni_dim hydraulique_sem_hydrcan
2013 939 pfister_gokok_gisonni_dim hydraulique_sem_hydrcan2013 939 pfister_gokok_gisonni_dim hydraulique_sem_hydrcan
2013 939 pfister_gokok_gisonni_dim hydraulique_sem_hydrcanAnas Tounsi
 
Atto U Et Al 1999 Review
Atto U Et Al 1999 ReviewAtto U Et Al 1999 Review
Atto U Et Al 1999 Reviewguest487a312
 

Tendances (9)

Chap6 éval quantit du ruissel– aspects hydrologiques
Chap6 éval quantit du ruissel– aspects hydrologiquesChap6 éval quantit du ruissel– aspects hydrologiques
Chap6 éval quantit du ruissel– aspects hydrologiques
 
Dimensionnement Des Canaux
Dimensionnement Des CanauxDimensionnement Des Canaux
Dimensionnement Des Canaux
 
Well test
Well testWell test
Well test
 
Réseaux d'assainissement
Réseaux d'assainissementRéseaux d'assainissement
Réseaux d'assainissement
 
Chapitre 2 hydraulique
Chapitre 2 hydrauliqueChapitre 2 hydraulique
Chapitre 2 hydraulique
 
Dimensionnement Des Ouvarges De Derivation
Dimensionnement Des Ouvarges De DerivationDimensionnement Des Ouvarges De Derivation
Dimensionnement Des Ouvarges De Derivation
 
Hydraulique à Surface Libre
Hydraulique à Surface LibreHydraulique à Surface Libre
Hydraulique à Surface Libre
 
2013 939 pfister_gokok_gisonni_dim hydraulique_sem_hydrcan
2013 939 pfister_gokok_gisonni_dim hydraulique_sem_hydrcan2013 939 pfister_gokok_gisonni_dim hydraulique_sem_hydrcan
2013 939 pfister_gokok_gisonni_dim hydraulique_sem_hydrcan
 
Atto U Et Al 1999 Review
Atto U Et Al 1999 ReviewAtto U Et Al 1999 Review
Atto U Et Al 1999 Review
 

Similaire à Evaluation des debits de pointe aac2007

Presentation Exposé VIT.pptx
Presentation Exposé VIT.pptxPresentation Exposé VIT.pptx
Presentation Exposé VIT.pptx
MarimeSY2
 
utlisation des sig dans la modelisation hydrologique
utlisation des sig dans la modelisation hydrologiqueutlisation des sig dans la modelisation hydrologique
utlisation des sig dans la modelisation hydrologique
FadouaLaklida
 
CALCUL DU VOLUME EQUIVALENT DES EAUX PLUVIALES A STOCKER.pdf
CALCUL DU VOLUME EQUIVALENT DES EAUX PLUVIALES A STOCKER.pdfCALCUL DU VOLUME EQUIVALENT DES EAUX PLUVIALES A STOCKER.pdf
CALCUL DU VOLUME EQUIVALENT DES EAUX PLUVIALES A STOCKER.pdf
kabekabe
 
COURS assainissement chap 2 2011.ppt
COURS assainissement chap 2 2011.pptCOURS assainissement chap 2 2011.ppt
COURS assainissement chap 2 2011.ppt
SoumayaIdrissi2
 
369351881-chap-2-bassin-versant-pdf_watermark.pdf
369351881-chap-2-bassin-versant-pdf_watermark.pdf369351881-chap-2-bassin-versant-pdf_watermark.pdf
369351881-chap-2-bassin-versant-pdf_watermark.pdf
azerfaz1
 
3.thiessen isohyte mina_final_17x24
3.thiessen isohyte mina_final_17x243.thiessen isohyte mina_final_17x24
3.thiessen isohyte mina_final_17x24
ssuser31ff51
 
Ponts -OH calcul des débits pour les ponts.pptx
Ponts -OH  calcul des débits pour les ponts.pptxPonts -OH  calcul des débits pour les ponts.pptx
Ponts -OH calcul des débits pour les ponts.pptx
ExcelingBATAL
 
F smethodes dimensionnement8
F smethodes dimensionnement8F smethodes dimensionnement8
F smethodes dimensionnement8Frantzo Pierre
 
Utilisation d’un SIG pour l’évaluation des caractéristiques physiques du bass...
Utilisation d’un SIG pour l’évaluation des caractéristiques physiques du bass...Utilisation d’un SIG pour l’évaluation des caractéristiques physiques du bass...
Utilisation d’un SIG pour l’évaluation des caractéristiques physiques du bass...
Hassan NAIT-SI
 
note de calcul final.doc
note de calcul final.docnote de calcul final.doc
note de calcul final.doc
theprofessional6
 
note de calcul final.doc
note de calcul final.docnote de calcul final.doc
note de calcul final.doc
theprofessional6
 
Tour d'eau dans les périmètres irrigués
Tour d'eau dans les périmètres irriguésTour d'eau dans les périmètres irrigués
Tour d'eau dans les périmètres irrigués
Hichem Achour
 
Rosnoblet08 02722 iii_param1_02915_2
Rosnoblet08 02722 iii_param1_02915_2Rosnoblet08 02722 iii_param1_02915_2
Rosnoblet08 02722 iii_param1_02915_2
Mohammed Benbrahim
 
Mécanique des-sols2
Mécanique des-sols2Mécanique des-sols2
Mécanique des-sols2
abdelkrim abdellaoui
 
Rodier auvray
Rodier auvrayRodier auvray
Rodier auvray
Paky Maiga
 
4 rapport enquete_annexe_2_calcul_qp_bv_amont_92ha
4 rapport enquete_annexe_2_calcul_qp_bv_amont_92ha4 rapport enquete_annexe_2_calcul_qp_bv_amont_92ha
4 rapport enquete_annexe_2_calcul_qp_bv_amont_92haKindyas
 
Eaux pluviales_pro_fmethode_dimensionnement_ouvrages_stockage
 Eaux pluviales_pro_fmethode_dimensionnement_ouvrages_stockage Eaux pluviales_pro_fmethode_dimensionnement_ouvrages_stockage
Eaux pluviales_pro_fmethode_dimensionnement_ouvrages_stockage
Ceteau Sarl
 
03 nivellement
03 nivellement03 nivellement
03 nivellement
SARAH SUNSHINE
 
Exposé de Stage en Assainissement & VRD
Exposé de Stage en Assainissement & VRDExposé de Stage en Assainissement & VRD
Exposé de Stage en Assainissement & VRD
YasserBellahcene2
 

Similaire à Evaluation des debits de pointe aac2007 (20)

Presentation Exposé VIT.pptx
Presentation Exposé VIT.pptxPresentation Exposé VIT.pptx
Presentation Exposé VIT.pptx
 
utlisation des sig dans la modelisation hydrologique
utlisation des sig dans la modelisation hydrologiqueutlisation des sig dans la modelisation hydrologique
utlisation des sig dans la modelisation hydrologique
 
CALCUL DU VOLUME EQUIVALENT DES EAUX PLUVIALES A STOCKER.pdf
CALCUL DU VOLUME EQUIVALENT DES EAUX PLUVIALES A STOCKER.pdfCALCUL DU VOLUME EQUIVALENT DES EAUX PLUVIALES A STOCKER.pdf
CALCUL DU VOLUME EQUIVALENT DES EAUX PLUVIALES A STOCKER.pdf
 
COURS assainissement chap 2 2011.ppt
COURS assainissement chap 2 2011.pptCOURS assainissement chap 2 2011.ppt
COURS assainissement chap 2 2011.ppt
 
369351881-chap-2-bassin-versant-pdf_watermark.pdf
369351881-chap-2-bassin-versant-pdf_watermark.pdf369351881-chap-2-bassin-versant-pdf_watermark.pdf
369351881-chap-2-bassin-versant-pdf_watermark.pdf
 
3.thiessen isohyte mina_final_17x24
3.thiessen isohyte mina_final_17x243.thiessen isohyte mina_final_17x24
3.thiessen isohyte mina_final_17x24
 
Ponts -OH calcul des débits pour les ponts.pptx
Ponts -OH  calcul des débits pour les ponts.pptxPonts -OH  calcul des débits pour les ponts.pptx
Ponts -OH calcul des débits pour les ponts.pptx
 
F smethodes dimensionnement8
F smethodes dimensionnement8F smethodes dimensionnement8
F smethodes dimensionnement8
 
Utilisation d’un SIG pour l’évaluation des caractéristiques physiques du bass...
Utilisation d’un SIG pour l’évaluation des caractéristiques physiques du bass...Utilisation d’un SIG pour l’évaluation des caractéristiques physiques du bass...
Utilisation d’un SIG pour l’évaluation des caractéristiques physiques du bass...
 
note de calcul final.doc
note de calcul final.docnote de calcul final.doc
note de calcul final.doc
 
note de calcul final.doc
note de calcul final.docnote de calcul final.doc
note de calcul final.doc
 
Tour d'eau dans les périmètres irrigués
Tour d'eau dans les périmètres irriguésTour d'eau dans les périmètres irrigués
Tour d'eau dans les périmètres irrigués
 
Rosnoblet08 02722 iii_param1_02915_2
Rosnoblet08 02722 iii_param1_02915_2Rosnoblet08 02722 iii_param1_02915_2
Rosnoblet08 02722 iii_param1_02915_2
 
Mécanique des-sols2
Mécanique des-sols2Mécanique des-sols2
Mécanique des-sols2
 
Rodier auvray
Rodier auvrayRodier auvray
Rodier auvray
 
4 rapport enquete_annexe_2_calcul_qp_bv_amont_92ha
4 rapport enquete_annexe_2_calcul_qp_bv_amont_92ha4 rapport enquete_annexe_2_calcul_qp_bv_amont_92ha
4 rapport enquete_annexe_2_calcul_qp_bv_amont_92ha
 
Eaux pluviales_pro_fmethode_dimensionnement_ouvrages_stockage
 Eaux pluviales_pro_fmethode_dimensionnement_ouvrages_stockage Eaux pluviales_pro_fmethode_dimensionnement_ouvrages_stockage
Eaux pluviales_pro_fmethode_dimensionnement_ouvrages_stockage
 
03 nivellement
03 nivellement03 nivellement
03 nivellement
 
Coursdiagraphie
CoursdiagraphieCoursdiagraphie
Coursdiagraphie
 
Exposé de Stage en Assainissement & VRD
Exposé de Stage en Assainissement & VRDExposé de Stage en Assainissement & VRD
Exposé de Stage en Assainissement & VRD
 

Dernier

Comment aborder le changement climatique dans son métier, volet adaptation
Comment aborder le changement climatique dans son métier, volet adaptationComment aborder le changement climatique dans son métier, volet adaptation
Comment aborder le changement climatique dans son métier, volet adaptation
Institut de l'Elevage - Idele
 
Accompagner les éleveurs dans l'analyse de leurs coûts de production
Accompagner les éleveurs dans l'analyse de leurs coûts de productionAccompagner les éleveurs dans l'analyse de leurs coûts de production
Accompagner les éleveurs dans l'analyse de leurs coûts de production
Institut de l'Elevage - Idele
 
Accompagner les porteurs de projets en transformation fermière
Accompagner les porteurs de projets en transformation fermièreAccompagner les porteurs de projets en transformation fermière
Accompagner les porteurs de projets en transformation fermière
Institut de l'Elevage - Idele
 
COUPROD Une méthode nationale commune à l’ensemble des filières herbivores
COUPROD Une méthode nationale commune à l’ensemble des filières herbivoresCOUPROD Une méthode nationale commune à l’ensemble des filières herbivores
COUPROD Une méthode nationale commune à l’ensemble des filières herbivores
Institut de l'Elevage - Idele
 
Quelles rotations dans les systèmes caprins de Nouvelle-Aquitaine et Pays de ...
Quelles rotations dans les systèmes caprins de Nouvelle-Aquitaine et Pays de ...Quelles rotations dans les systèmes caprins de Nouvelle-Aquitaine et Pays de ...
Quelles rotations dans les systèmes caprins de Nouvelle-Aquitaine et Pays de ...
Institut de l'Elevage - Idele
 
Presentation d'esquisse route juin 2023.pptx
Presentation d'esquisse route juin 2023.pptxPresentation d'esquisse route juin 2023.pptx
Presentation d'esquisse route juin 2023.pptx
imed53
 
Alternative au Tramway de la ville de Quebec Rev 1 sml.pdf
Alternative au Tramway de la ville de Quebec Rev 1 sml.pdfAlternative au Tramway de la ville de Quebec Rev 1 sml.pdf
Alternative au Tramway de la ville de Quebec Rev 1 sml.pdf
Daniel Bedard
 
1er webinaire INOSYS Réseaux d’élevage Ovins Viande
1er webinaire INOSYS Réseaux d’élevage Ovins Viande1er webinaire INOSYS Réseaux d’élevage Ovins Viande
1er webinaire INOSYS Réseaux d’élevage Ovins Viande
Institut de l'Elevage - Idele
 
COURS ANALYSE FINANCIERE-NOGLO Méthodes d’analyses financières.pdf
COURS ANALYSE FINANCIERE-NOGLO Méthodes d’analyses financières.pdfCOURS ANALYSE FINANCIERE-NOGLO Méthodes d’analyses financières.pdf
COURS ANALYSE FINANCIERE-NOGLO Méthodes d’analyses financières.pdf
sieousse95
 
Leviers d’adaptation au changement climatique, qualité du lait et des produit...
Leviers d’adaptation au changement climatique, qualité du lait et des produit...Leviers d’adaptation au changement climatique, qualité du lait et des produit...
Leviers d’adaptation au changement climatique, qualité du lait et des produit...
Institut de l'Elevage - Idele
 
Reconquête de l’engraissement du chevreau à la ferme
Reconquête de l’engraissement du chevreau à la fermeReconquête de l’engraissement du chevreau à la ferme
Reconquête de l’engraissement du chevreau à la ferme
Institut de l'Elevage - Idele
 

Dernier (11)

Comment aborder le changement climatique dans son métier, volet adaptation
Comment aborder le changement climatique dans son métier, volet adaptationComment aborder le changement climatique dans son métier, volet adaptation
Comment aborder le changement climatique dans son métier, volet adaptation
 
Accompagner les éleveurs dans l'analyse de leurs coûts de production
Accompagner les éleveurs dans l'analyse de leurs coûts de productionAccompagner les éleveurs dans l'analyse de leurs coûts de production
Accompagner les éleveurs dans l'analyse de leurs coûts de production
 
Accompagner les porteurs de projets en transformation fermière
Accompagner les porteurs de projets en transformation fermièreAccompagner les porteurs de projets en transformation fermière
Accompagner les porteurs de projets en transformation fermière
 
COUPROD Une méthode nationale commune à l’ensemble des filières herbivores
COUPROD Une méthode nationale commune à l’ensemble des filières herbivoresCOUPROD Une méthode nationale commune à l’ensemble des filières herbivores
COUPROD Une méthode nationale commune à l’ensemble des filières herbivores
 
Quelles rotations dans les systèmes caprins de Nouvelle-Aquitaine et Pays de ...
Quelles rotations dans les systèmes caprins de Nouvelle-Aquitaine et Pays de ...Quelles rotations dans les systèmes caprins de Nouvelle-Aquitaine et Pays de ...
Quelles rotations dans les systèmes caprins de Nouvelle-Aquitaine et Pays de ...
 
Presentation d'esquisse route juin 2023.pptx
Presentation d'esquisse route juin 2023.pptxPresentation d'esquisse route juin 2023.pptx
Presentation d'esquisse route juin 2023.pptx
 
Alternative au Tramway de la ville de Quebec Rev 1 sml.pdf
Alternative au Tramway de la ville de Quebec Rev 1 sml.pdfAlternative au Tramway de la ville de Quebec Rev 1 sml.pdf
Alternative au Tramway de la ville de Quebec Rev 1 sml.pdf
 
1er webinaire INOSYS Réseaux d’élevage Ovins Viande
1er webinaire INOSYS Réseaux d’élevage Ovins Viande1er webinaire INOSYS Réseaux d’élevage Ovins Viande
1er webinaire INOSYS Réseaux d’élevage Ovins Viande
 
COURS ANALYSE FINANCIERE-NOGLO Méthodes d’analyses financières.pdf
COURS ANALYSE FINANCIERE-NOGLO Méthodes d’analyses financières.pdfCOURS ANALYSE FINANCIERE-NOGLO Méthodes d’analyses financières.pdf
COURS ANALYSE FINANCIERE-NOGLO Méthodes d’analyses financières.pdf
 
Leviers d’adaptation au changement climatique, qualité du lait et des produit...
Leviers d’adaptation au changement climatique, qualité du lait et des produit...Leviers d’adaptation au changement climatique, qualité du lait et des produit...
Leviers d’adaptation au changement climatique, qualité du lait et des produit...
 
Reconquête de l’engraissement du chevreau à la ferme
Reconquête de l’engraissement du chevreau à la fermeReconquête de l’engraissement du chevreau à la ferme
Reconquête de l’engraissement du chevreau à la ferme
 

Evaluation des debits de pointe aac2007

  • 1. Mise en garde : Cette fiche permet de calculer des paramètres essentiels au dimensionnement de petites structures de conservation des sols et de l’eau. Cependant, son utilisation se limite à des situations simples où le risque d’érosion et le potentiel de dommages aux biens et aux cultures sont modérés. Le choix des méthodes de travail et les résultats obtenus à partir des informations présentées dans cette fiche doivent faire l’objet d’une analyse en profondeur de la part de l’utilisateur et engagent son entière responsabilité. Il est fortement recommandé de consulter un spécialiste en drainage dans les situations où les volumes ou les débits d’eau sont importants. Évaluation des débits de pointe pour les petits bassins versants agricoles du Québec FICHE TECHNIQUE 1) Calcul du temps de concentration Le temps de concentration est le temps écoulé entre le début d’une précipitation et l’atteinte du débit maximal à l’exutoire du bassin versant. Il correspond au temps nécessaire pour permettre à l’eau de ruisseler du point le plus reculé du bassin versant jusqu’à l’exutoire. Deux méthodes simplifiées peuvent être utilisées pour estimer le temps de concentration sur de petits bassins versants agricoles, soit la méthode de Kirpich et la méthode de Mockus. Chaque méthode convient à des conditions distinctes de type de sol, de pentes, de superficies de bassins versants. Elles peuvent être comparées entre elles dans les situations intermédiaires. 1. Méthode de Kirpich Cette méthode est adaptée aux bassins versants dont la superficie varie entre 0,4 ha et 81 ha, dont les sols sont argileux et dont la pente moyenne est comprise entre 3% et 10%. Le temps de concentration est alors calculé à partir de l’équation suivante : Tc = (0,000325 x L0,77) S0,385 Tc : Temps de concentration (en h) L : Longueur maximale du parcours de l’eau dans le bassin versant (en m). Dans la Figure 1, cela correspond à la distance entre les points 1 et 4. S : Pente longitudinale moyenne du bassin versant, en suivant l’écoulement de l’eau. Cette pente est calculée entre les points qui se trouvent à 10 % et à 85 % de la distance totale entre le point le plus éloigné de l’exutoire du bassin versant (en termes de temps de parcours de l’eau) et l’exutoire du bassin versant. Dans le dessin suivant, ceci correspond aux points 2 et 3. La pente doit être exprimée en mètres par mètre (une pente de 1% équivaut à 0,01 m/m). Figure 1 : Détermination de la pente longitudinale moyenne d’un bassin versant Source : Richard Laroche (MAPAQ)
  • 2. 2. Méthode de Mockus Cette méthode est adaptée aux bassins versants de superficie variant entre 4 ha et 1000 et qui sont caractérisés par une pente longitudinale moyenne inférieure à 1% et par des sols limoneux ou argileux. L0,8 x [ 1000 - 9 ] 1,67 NC Tc = 2083 x (100 x S)0,5 Où Tc : Temps de concentration (en h) L : Longueur maximale du parcours de l’eau dans le bassin versant (en m). Ce paramètre est défini dans la section précédente. NC : Numéro de courbe (pas d’unités). Ce facteur représente l’effet des conditions de surface du bassin versant sur le ruissellement. Il prend en compte l’ensemble des caractéristiques physiques et l’utilisation du sol de l’ensem- ble du bassin versant (Tableau 1). Un bassin versant étant rarement uniforme, le facteur NC à utiliser est la moyenne des numéros de courbes des différentes sous-sections du bassin versant, pondérée par la superficie de ces sous-sections. Par exemple, dans un bassin versant relativement plat avec un sol de classe C, si 70% de la superficie est en cultures intensives (NC=80) et 30% est boisé (NC=70), le NC pondéré sera égal à : 70% x 80 + 30% x 70 = 77. S : Pente longitudinale moyenne du bassin versant, en suivant l’écoulement de l’eau. Ce paramètre est défini dans la section précédente. Afin d’assurer un dimensionnement suffisant, il est préférable de choisir une valeur du facteur NC qui représente les pires conditions de ruissellement du bassin versant. ÉVALUATION DES DÉBITS DE POINTE 2 Utilisation du sol Pente transversale du bassin versant (perpendiculaire au cours d’eau) Condition hydrologique Classe de sol A B C D Culture intensive <3% Pauvre Bonne 63 60 74 70 80 78 82 81 3-8% Pauvre Bonne 65 63 76 75 84 83 88 87 >8% Pauvre Bonne 72 67 81 78 88 85 91 89 Culture extensive <3% Pauvre Bonne 39 25 61 40 74 70 80 78 3-8% Pauvre Bonne 49 39 69 61 79 74 84 80 >8% Pauvre Bonne 68 49 79 69 86 79 89 84 Boisé <3% Pauvre Bonne 25 22 55 53 70 65 77 74 3-8% Pauvre Bonne 41 25 63 55 75 70 81 77 >8% Pauvre Bonne 47 41 68 63 80 75 84 81 Résidentielle Dense Peu dense 73 59 83 74 88 82 90 86 Conditions hydrologiques Pauvre : Faible couvert végétal et conditions limitant l’infiltration Bonne : Bon couvert végétal et conditions favorisant l’infiltration Classes de sol A : Graviers et sables grossiers (infiltration élevée); B: Sables moyens et fins (infiltration moyenne); C : Sables fins mal drainés, sols limoneux et argiles perméables (infiltration pas- sable); D : Argiles lourdes et sols minces (infiltration faible) Tableau 1 : Valeurs du numéro de courbe (NC) Source : Laroche et Champagne (1989)
  • 3. ÉVALUATION DES DÉBITS DE POINTE 3 Nomogramme pour la méthode Mockus Le temps de concentration selon la méthode Mockus peut aussi être estimé à partir de la Figure 2. Le nomogramme est utilisé de la façon suivante : 1) Sur l’abscisse du haut, chercher la longueur maximale du parcours de l’eau mesurée dans le bassin versant (attention : l’échelle est logarithmique). Descendre à la verticale jusqu’à l’intersection avec la droite indiquant la pente moyenne du bassin versant étudié. 2) Poursuivre à l’horizontale jusqu’à l’intersection avec la droite de numéro de courbe pondéré du bassin versant étudié. 3) Descendre à la verticale jusqu’à l’abscisse du bas et lire le temps de concentration pour le bassin étudié (attention : l’échelle est logarithmique). Par exemple, pour une distance de parcours d’eau égale à 200 m, dans un bassin versant ayant une pente moyenne de 0,5% et un facteur NC pondéré égal à 70, le temps de concentration est de 0,76 heure (45 minutes). Figure 2 : Estimation du temps de concentration selon la méthode de Mockus Adapté de Schwab et al. (1966)
  • 4. ÉVALUATION DES DÉBITS DE POINTE 4 Utilisation du sol Pente transversale du bassin versant (perpendiculaire au cours d’eau) Texture de sol Sable limoneux Limon Argile limoneuse Cultures intensives 0 à 0,5% 0,16 0,25 0,40 0,5 à 5% 0,22 0,35 0,55 5 à 10% 0,30 0,45 0,60 10 à 30% 0,40 0,65 0,70 Cultures fourragères 0 à 0,5% 0,07 0,20 0,35 0,5 à 5% 0,10 0,28 0,40 5 à 10% 0,15 0,35 0,45 10 à 30% 0,22 0,40 0,55 Boisé 0 à 0,5% 0,05 0,18 0,30 0,5 à 5% 0,08 0,25 0,35 5 à 10% 0,12 0,30 0,42 10 à 30% 0,18 0,35 0,52 Lac, marais 0,05 0,05 0,05 Imperméabilité 30% 50% 70% Roc, asphalte 0 à 5% 0,40 0,55 0,75 5 à 10% 0,50 0,65 0,80 10 à 30% 0,55 0,70 0,85 Sources : Montas et al (1990) et McNeely (1982) Tableau 2 : Détermination du facteur C
  • 5. ÉVALUATION DES DÉBITS DE POINTE 5 2) Calcul du débit de pointe Le débit de pointe est le débit maximal d’un bassin versant pour une précipitation donnée. Il peut être évalué en utilisant la méthode rationnelle. Celle-ci est bien adaptée aux bassins versants de moins de 250 ha et dont la pente longitudinale moyenne est supérieure à 0,5 %. La méthode rationnelle est basée sur l’hypothèse qu’une pluie constante et uniforme sur l’ensemble d’un bassin versant produit un débit de pointe lorsque toutes les sections du bassin versant contribuent à l’écoulement, soit après un temps égal au temps de concentration. Par simplification, la méthode rationnelle suppose aussi que la durée de la pluie est égale au temps de concentration. Elle ne tient pas compte de l’hétérogénéité de la pluviométrie et a tendance à surévaluer le débit de pointe. Qp = C x Ip x A 360 Où Qp : Débit de pointe du bassin versant (en m3/s) C : Coefficient de ruissellement (pas d’unités). Ce facteur représente la proportion de l’eau totale précipitée qui ruisselle (Tableau 2, page précédente). Afin d’assurer un dimensionnement suffisant des structures, il est préférable de choisir une valeur du coefficient C qui représente les pires conditions de ruissellement du bassin versant. Ip : Intensité de la précipitation pour une durée de précipitation égale au temps de concentration (en mm/h). Cette valeur peut être évaluée en utilisant la Figure 3. A : Superficie du bassin versant (en ha) Détermination de l’intensité de pointe (Ip) Tel que mentionné précédemment, la méthode rationnelle suppose que le temps de concentration et la durée de la pluie sont égaux. On peut donc estimer l’intensité de pointe pour un temps de concentration donné en se basant sur l’intensité de pointe correspondant à une pluie de durée égale à ce temps de concentration. La Figure 3 présente la relation entre l’intensité de pointe d’une précipitation et sa durée. Les données provenant de 20 stations météorologiques représentatives de la plupart des régions du Québec ont été compilées pour réaliser ce graphique. L’encadré fournit le facteur de conversion par lequel l’intensité de pointe doit être multipliée si une récur- rence de pluie autre que 10 ans est utilisée. Choix de la récurrence de la pluie à utiliser pour le dimensionnement des structures La récurrence d’une pluie correspond à la probabilité que survienne une pluie donnée et au risque qui lui est associé. Par exemple, un événement d’une récurrence de 25 ans ne sera dépassé en importance que tous les 25 ans, ce qui correspond à un risque d’occurrence de 4%. Il s’agit donc d’un événement majeur qui peut causer de sérieux dommages. Par contraste, un événement d’une récurrence de 5 ans (risque d’occurrence de 20%) générera des débits et un volume ruisselé beaucoup moins importants. Le Tableau 3 présente les récurrences à utiliser pour la con- ception de petites structures de conservation des sols et de l’eau dans différentes situations. Ce choix doit tenir compte des risques d’érosion et de dommages aux cultures et aux infrastructures. Application Récurrence à utiliser Sites en cultures extensives ou avaloirs combinés à un déversoir d'urgence 2 à 5 ans Sites en cultures intensives, voies d'eau engazonnées ou avaloirs sans déversoir d’urgence 5 à 10 ans Endiguements importants ou emplacements à proximité de sites habités ou d’infrastructures publiques À déterminer par le concepteur Tableau 3 : Récurrences à utiliser lors du dimensionnement de petites structures de conservation des sols et de l’eau Figure 3 : Relation entre l’intensité de la pluie et sa durée (récurrence de 10 ans) Source : Environnement Canada; 20 stations météorologiques; période 1964-1990
  • 6. ÉVALUATION DES DÉBITS DE POINTE 6 Cette fiche technique a été réalisée grâce à un partenariat entre Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). Elle fait partie d’une série visant à promouvoir les aménagements hydro-agricoles pour améliorer le drainage de surface et lutter contre l’érosion en milieu agricole. Les autres fiches de la série sont les suivantes : Diagnostic et solutions de problèmes d’érosion au champ et de drainage de surface; Avaloirs et puisards; Puits d’infiltration; Tranchées filtrantes; Calculs de dimensionnement des avaloirs. Réalisation : Nicolas Stämpfli, Centre Brace pour la gestion des ressources hydriques (Université McGill) Infographie : Helen Cohen Rimmer (HCR Photo) Comité de rédaction : Robert Beaulieu (MAPAQ), Isabelle Breune (AAC), Mikael Guillou (MAPAQ) Comité de révision (MAPAQ) : Bernard Arpin, Jacques Goulet, Georges Lamarre, Ghislain Poisson, Victor Savoie Pour plus d’informations : Agriculture et Agroalimentaire Canada, Services régionaux, région du Québec, Gare maritime Champlain 901, rue du Cap-Diamant, no 350-4 Québec (Québec) G1K 4K1 Téléphone : 418.648.3316 Dernière mise à jour : avril 2007 Références Laroche M. et J. Champagne. 1989. Les cours d’eau en milieu agricole – design et conception assistés par ordinateur. Tome I : Logiciel sur l’évaluation des débits de pointe pour les petits bassins versants, 2e édition. Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, service du génie. McNeely Engineering. 1982. Design manual for open channel drainage in the Ottawa St. Lawrence lowlands. Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). 1990. Normes de conception et d’exécution pour les travaux de conservation et gestion du sol et de l’eau. Publication interne. Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). 1988. Guide d’analyse et d’aménagement de cours d’eau à des fins agricoles. 2e édition. Publication interne. Montas H.J., P.G. Enright et C. Madramootoo. 1990. Évaluation des débits de pointe pour les petits bassins versants du Québec. Agdex 750, Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, service du génie. Schwab, G.O, D.D. Fangmeier, W.J. Elliot et R.K. Frevert. 1993. Soil and Water Conservation Engineering, 4th edition. John Wiley & Sons, États-Unis d’Amérique. Schwab, G.O, R.K. Frevert, T.W. Edminster et K.K. Barnes. 1966. Soil and Water Conservation Engineering, 2nd edition. John Wiley & Sons, États-Unis d’Amérique. United States Department of Agriculture (USDA). 1989. « Estimating runoff and peak discharges ». Chapitre 2 in Engineering Field Handbook. Soil Conservation Service. http://www.info.usda.gov/CED/ftp/CED/EFH-Ch02.pdf (page visitée le 18 avril 2007) United States Department of Agriculture (USDA). 1984. « Hydraulics ». Chapitre 3 in Engineering Field Manual. Soil Conservation Service. http://www.info.usda.gov/CED/ftp/CED/EFH-Ch03.pdf (page visitée le 18 avril 2007)