Les réseaux sociaux et les adolescents françaisdaujourdhuiINTRODUCTION       Aujourd’hui, 16 millions de français sont ins...
Liens vers ce messageI – Le succès des réseaux sociaux.A/ Le développement des réseaux sociaux.        Tout d’abord, Inter...
aussi possible de discuter avec d’autres internautes…). On constate donc qu’en 2008, Skyblog    était le réseau social maj...
 2010 Selon l’article « Facebook, l’empire fragile » du magazine Alternative économique P.38 & p.40       Les réseaux s...
On a vu précédemment que les réseaux sociaux connaissent une importante   augmentation des internautes. Nous allons mainte...
MSN, Facebook ou Skyblog. Donc les préados obtiennent une certaine liberté et   indépendances vis-à-vis de leur parents, p...
exemple, comme le témoigne une jeune fille sur l’article sur l’article Marqué à vie du   magazine Télérama du 6 octobre 20...
carnet d’adresse des utilisateurs dès que l’on clique sur le lien). Ensuite, les utilisateurs des   réseaux sociaux sont l...
Réseaux sociaux ado
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Réseaux sociaux ado

3 567 vues

Publié le

1 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • je n'arrive pas avoir la bibliographie de l'article
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 567
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
13
Commentaires
1
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Réseaux sociaux ado

  1. 1. Les réseaux sociaux et les adolescents françaisdaujourdhuiINTRODUCTION Aujourd’hui, 16 millions de français sont inscrits sur Facebook. Ce réseau social enligne connaît actuellement un réel succès en France. Un réseau social est un site Internet enligne de partage entre des internautes, il permet d’échanger, de discuter, … avec despersonnes sur internet. Nous allons donc nous demander comment expliquer le succès desréseaux sociaux et quelles sont les conséquences pour les adolescents français d’aujourd’hui.Pour cela, nous allons dans un premier temps expliquer le succès des réseaux sociaux, puisdans un deuxième allons exposer les impacts de ces réseaux sociaux sur les adolescents. Exemples de réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Skyblog, MSN,Yahoo, MySpace, Meetic…Publié par Guillaume et Anaïs à ladresse 07:57 Aucun commentaire:Envoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur Facebook
  2. 2. Liens vers ce messageI – Le succès des réseaux sociaux.A/ Le développement des réseaux sociaux. Tout d’abord, Internet a été créé en 1950 et a commença être mis en application àpartir de la fin des années 1960. Le monde d’Internet s’est petit à petit développé. Il y aenviron 1000 ordinateur de connecter en 1984, 10 000 en 1987, en 1996, 10 000 000d’ordinateurs étaient connectés et à la fin du XXIème siècle 200 000 000 utilisateurs dans lemonde, d’après l’article du site : http://www.gralon.net/articles/internet-et-webmaster/logiciel/article-la-creation-d-internet-130.htm. Très vite, le premier réseau socialapparut en 1995 : « Classemartes.com », puis le premier jeu vidéo en ligne en 1996 « TheRealm Online » qui permet de jouer avec d’autres internautes sur Internet tout en pouvantcommuniquer avec les autres joueurs. Au fil des années, d’autres réseaux sociaux sontapparus et se sont développés : Skyblog lancé en 2006 abritait déjà 15 millions de blog en2008. Facebook a été lancé en 2006 et, en 2007 il commence déjà a avoir un succès auprèsdes adolescents, des jeunes adultes et des étudiants, en 2009, 13 millions de visiteurs françaissont recensés sur Facebook, en 2010, il est le réseau le plus visité au monde avec ses 500millions de membres dont 16 millions de français inscrits. Enfin, MySpace est lancé enFrance en 2007, compte déjà plus de 110 millions d’inscrits, et en 2008, 230 182 000 jeunesadultes et adolescents y sont inscrits. D’après ce diagramme de l’article « Les réseaux sociaux, modes d’emplois », parudans le journal Le Monde, dont l’auteur est anonyme et la source est « Datamonitor », on peutobserver en 2008, que 50% des internautes étaient sur Skyblog (réseau social dans les lesquelsil est possible de publier des articles comme des images, des musiques, des vidéos… etpermet aussi de communiquer avec d’autres internautes par le biais des commentaires, …),25% étaient sur Dailymotion (site de partage où l’on peut voir des vidéos en ligne et danslesquels il est possible de mettre des commentaires), 9% étaient sur MySpace ( réseau socialqui permet de mettre des informations personnelles et de créer un blog), 4% sur Youtube ( sitequi permet d’envoyer, de partager, des vidéos en ligne) et 2% étaient sur Facebook ( réseausocial dans lequel il est possible de publier des informations, des images, des vidéos, il est
  3. 3. aussi possible de discuter avec d’autres internautes…). On constate donc qu’en 2008, Skyblog était le réseau social majoritairement le plus visité en France en 2008. Cependant, en 2ans, ce classement a complètement changé, en 2010, Facebook est le plus visité en France. On peut constater ci-dessous que le classement des réseaux sociaux à beaucoup changer, Facebook qui était que très peu connu en 2008 est en 2010 celui-ci est en tête de classement, sur 100 personnes interrogés, 97 sont inscris sur Facebook d’après l’observatoire Ifop au contraire Skyblog qui était en tête de classement en 2008 est maintenant en 4 ème position derrière Facebook, Copains d’avant et MySpace avec que 82% de membres inscrits. en pourcentage en 2010 d’après une étude réalisée par l’Observatoire Ifop d’après l’article : Comment mesurer l’impact de sa présence sur les réseaux sociaux sur le site : http://question-referencement.linkeo.com/?p=1032
  4. 4.  2010 Selon l’article « Facebook, l’empire fragile » du magazine Alternative économique P.38 & p.40 Les réseaux sociaux sont très nombreux et d’après les que l’on pu observer dans le paragraphe précèdent et d’après l’article « Facebook et alii…prudence » du magazine Inter CDI septembre / octobre 2010, on peut en conclure que les réseaux sociaux connaissent une expansion rapide et permanente depuis leur création à aujourd’hui. B/ Pourquoi un succès si rapide ? Dans un premier temps, l’expansion rapide des réseaux sociaux est en parti dû au développement d’Internet qui a connu une rapide croissance. En 2009, Internet connaissait 500 réseaux dans le monde. En moyenne, un blog est créé chaque seconde, soit plus de 30 millions par an. Puis en 2010, on compte 34 millions d’internautes en France. Ce qui nous montre bien qu’Internet s’est développé très rapidement depuis ces dernières années, c’est ce qui a permis aux réseaux sociaux d’augmenter et de se développer rapidement. Les réseaux sociaux ont connu un important succès, tout d’abord ils attirent quelques jeunes, puis au fur et à mesure ils attirent de plus en plus de monde qui s’inscrivent sur ces derniers, par conséquent le public s’élargit progressivement. Dans un deuxième temps, les internautes qui sont inscrits sur les réseaux sociaux incitent leurs amis et attirent leur curiosité, et donc ils s’inscrivent au départ pour essayer comme leur amis. Cela est une sorte de « contagion », ils ont « un caractère viral » selon l’article « Facebook, l’empire fragile » du journal Alternative économique de novembre 2010 page 40, car les amis attirent d’autres amis, ainsi de suite, celui rejoint un peu le système du « téléphone arabes » qui consiste à faire passer un mot, une phrase ou un message, personne par personnes. Cette diffusion très rapide d’Internet, grâce à cet « effet de contagion », a naturellement permis au développement rapide des réseaux sociaux. Par exemple, en décembre 2004, Facebook compte 1 million d’utilisateurs et en juillet 2010 : 500 millions d’internautes selon l’article « Facebook, l’empire fragile » du magazine Alternative économique page 40, cela s’explique comme nous l’avons expliqué précédemment, par l’effet de contagion. Il y a quatre grandes et principales catégories de réseaux sociaux. Tout d’abord, les réseaux sociaux professionnels qui sont destinés aux actifs, par exemple le réseau Linkedin. Ensuite, les réseaux sociaux de loisirs qui sont plutôt destinés aux jeunes, MySpace par exemple. Puis, les réseaux sociaux micro blog (c’est-à-dire des blogs contenant de articles courts et brefs) qui sont destinés à tout type d’âge et de personnes, comme Skyblog. Enfin, les réseaux sociaux multifonctions qui sont destinés généralement aux jeunes, comme Facebook. Tout cela peut aussi nous expliquer le succès des réseaux sociaux, car chaque individu est libre de choisir quels réseaux sociaux lui est destiné selon l’utilité qui va lui convenir en fonction de ses besoins. Publié par Guillaume et Anaïs à ladresse 07:51 Aucun commentaire: Envoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur Facebook Liens vers ce message II-L’impact des réseaux sociaux sur les adolescents A/ Les conséquences des réseaux sociaux : un bilan nuancé
  5. 5. On a vu précédemment que les réseaux sociaux connaissent une importante augmentation des internautes. Nous allons maintenant observer que les réseaux conduisent à des conséquences. Dans un premier temps, nous allons exposer les conséquences négatives, et dans un deuxième temps les conséquences négatives.1. Des conséquences positives pour les adolescents Dans cette sous-partie, nous allons développer les conséquences positives des réseaux sociaux sur les adolescents ainsi que les préados qui s’inscrivent de plus en plus jeune dans la société grâce à ces derniers. Dans un premier temps, les réseaux sociaux sont simples d’usage. Il est très facile de s’inscrire et les fonctions qui s’y rattachent sont très simples, par ailleurs, ces fonctions ces fonctions sont très pratiques. Tout d’abord, l’inscription aux réseaux sociaux est gratuite, il suffit juste de posséder une adresse e-mail, de donner son prénom et créer un mot de passe pour pouvoir accéder à son compte d’utilisateur. Donc, tout le monde peut s’inscrire sans qu’il y ait de discrimination entre les individus. Ensuite, selon l’article « Facebook, l’empire fragile » du magazineAlternative économique page 38 de novembre 2010, il est très pratique et très simple de poster des messages, des vidéos, des images, de constituer une liste d’amis, de créer des groupes d’intérêts entre des amis… en particulier Facebook qui réunit toutes ces fonctions dans un même réseau en ligne. Puis, selon l’article « Facebook et alii…prudence » du magazine InterCDI de septembre / octobre 2010 page 75, les réseaux sociaux permettent de combler l’éloignement des proches, c’est-à-dire que grâce ces réseaux en lignes, il est possible de rester en contact avec des amis ou de la famille qui habiterai loin par exemple. Mais aussi, a une fonction ludique de pouvoir rencontrer de nouvelles personnes et donc de lier de nouveau lien d’amitié par exemple. De plus, selon l’article « Facebook et alii…prudence » page 75, les « murs » sur Facebook ou les « tweets » sur Twitter, permettent de se sentir moins seul et de combler parfois un manque affectif. Ainsi, cela créé des relations virtuelles entre les internautes qui peuvent faciliter les relations réelles entre les individus. Selon Yee Mikami, professeur de psychologie, les adolescents inscrits sur les réseaux sociaux ont moins de mal à se faire des amis dans la vie réelle grâce à leur vie virtuelle sur les réseaux en ligne, en revanche, ceux qui ont pas de compte d’utilisateur sur un réseau et qui ont des problèmes pour se faire des amis dans la vie réelle ne facilite pas leurs difficultés à lier des liens d’amitié avec d’autres personnes. Enfin, les réseaux sociaux permettent une certaine autonomie et liberté des jeunes, en particulier des préados, c’est-à-dire les jeunes qui atteignent l’âge situé entre l’enfance et l’adolescence (8-12 ans). Tout d’abord, les réseaux sociaux rendent les préados autonomes au niveau culturel. Grâce à ces derniers, ils ont accès aux médias, à l’information, à l’actualité… ce qui leur permet de découvrir le monde extérieur et par conséquent être plus informé, plus à jour sur les aspects culturels du monde, alors que la génération d’avant, comme nous l’explique l’article « Préados, la liberté…en chambre » des Sciences Humaines de novembre 2010, N°220, page 42 et 43, était pas autant informé et donc avait moins de capacités culturelles que les jeunes de la génération d’aujourd’hui que l’on appelle « préados ». Par exemple, comme nous témoigne une mère dans cette article : « Moi je me souviens, à l’âge d’Eva, j’étais encore très petite fille. J’étais pas du tout branchée musique. Il n’y avait pas d’ordinateur, il n’y avait pas de télé. Moi je pense qu’à l’âge d’Eva ? Je ne savais pas qui était le président de la République. Coralie, par le biais des journaux, de la télé, elle sait qui sont Chirac et Ségolène Royal, c’est clair. Elle connait le monde. ». Ensuite, les réseaux sociaux permettent aux préados une autonomie sociale, car ils permettent aux préados de communiquer avec plus de personne, selon l’article « Préados, la liberté…en chambre » des Sciences Humaines, ils sont capables de s’exprimer plus facilement dans le monde social et ils communiquent avec leurs amis sur les réseaux sociaux par exemple sur
  6. 6. MSN, Facebook ou Skyblog. Donc les préados obtiennent une certaine liberté et indépendances vis-à-vis de leur parents, par conséquent, cela leur donne une possibilité d’épanouissement puisqu’ils ont le sentiment d’être libre et donc plus « murs ».2. Des conséquences négatives pour les adolescents Dans cette sous-partie, nous allons développer les conséquences négatives des réseaux sociaux sur les adolescents d’aujourd’hui. Pour commencer, selon Hélène Walker, directrice des études d’un collège parisien, les ados sont les plus accros aux réseaux sociaux, c’est-à-dire que les adolescents sont dépendant des réseaux sociaux, ils y consacrent la majeure partie de leur temps dessus. Par exemple, dans l’article Préados, la liberté…en chambre des Sciences Humaines, il est décrit qu’un jeune homme de 13ans, dès qu’il rentre de l’école, la première chose qu’il fait est de monter dans sa chambre et de se connecter sur son ordi ; et dans l’article Facebook tisse sa toile du journal Le Monde magazine du 9 octobre 2010, selon une enquête réalisé en 2010, les internautes passerai en moyenne 23h par mois. Selon l’article Facebook, l’empire fragile du magazine Alternative économique De novembre 2010 P.41 De plus, les réseaux sociaux deviennent un « besoin compulsif de vérifier constamment ce qui s’y passe, même si c’est sans intérêt », sur Facebook, par exemple, comme nous le dit l’article Facebook tisse sa toile. Par conséquent, les adolescents passent plus de temps sur les réseaux sociaux et moins de temps avec leurs parents puisqu’ils préfèrent communiquer avec leurs amis sur ces réseaux en ligne, coupe donc la communication avec leurs parents. Ensuite, les réseaux sociaux peuvent provoquer la perte de l’identité des internautes, c’est-à-dire que des internautes anonymes vole l’identité numérique (1) et raconte tout un tas de mensonges qui déstabilise la personne volé. Par
  7. 7. exemple, comme le témoigne une jeune fille sur l’article sur l’article Marqué à vie du magazine Télérama du 6 octobre 2010, cela fait 8 ans qu’elle est victime d’un blog créé par un jeune du camp de vacances où elle est allée, et où il est possible de publier tout un tas de commentaires, plus cela allait plus les commentaires sur elle, étaient méchants, mensonger, … une fois une personne a écrit « brise les couples de ses copines en allant rejoindre leurs mecs à l’autre bout du monde », ce qui est complétement faux ; lorsqu’on tape son nom sur Google, elle trouve directement ce blog. On peut donc trouver beaucoup de mensonges qui peuvent conduire au ridicule ou pire, conduire à un harcèlement moral par les réseaux sociaux. De plus, le droit à l’oubli n’existe pas, c’est-à-dire que les informations publié sur un réseau social ne peuvent pas être effacé ou il est très difficile de les supprimer. Beaucoup d’internautes laissent des traces, c’est-à-dire des informations personnelles, sans avoir consciences que cela permet plus facilement d’être identifié et moins de l’ai oublié car les informations restent toujours dans la base de donnée du compte utilisateur, comme nous l’explique Michel Arnaud, maître de confiance en sciences de l’information à l’univers Paris X, dans l’article « Pris au piège des réseaux sociaux ? » du périodique Les clés du 26 mars au 1er avril 2008 (sans page) Article « Pris au piège des réseaux sociaux » du périodique Les clés 2008 Aussi, dans l’article « Internet, réputation et droit à l’oubli » du magazine Télérama du 6 octobre 2010 page 28, il est dit à cause de l’inexistence du droit à l’oubli, les licenciements se multiplient, car certains adolescents qui ont mis des informations compromettantes par exemple, peuvent empêcher de trouver un emploi stables plus tard. Puis, comme nous l’avons énoncé dans la sous-partie précédente, les préados sont aussi de plus en plus concernés par les réseaux sociaux. Cependant, cette nouvelle approche qui leur permettent de découvrir le monde à travers internet, peut aussi conduire la peur de l’extérieur, c’est-à-dire de leur vie réelle (lorsqu’ils sortent de leur chambre et de Internet). Enfin, les réseaux sociaux conduisent à des conséquences techniques. Tout d’abord, il y a un risque d’attraper des virus (2) sur l’ordinateur directement à cause des réseaux sociaux. Par exemple, le virus intitulé « C’est pas toi là » qui propose de visualiser des photos, a été propagé à des milliers d’utilisateurs de réseaux sociaux (s’installe et se propage dans tout le
  8. 8. carnet d’adresse des utilisateurs dès que l’on clique sur le lien). Ensuite, les utilisateurs des réseaux sociaux sont les principales cibles des spammeurs (3) selon l’article « Pris au piège des réseaux sociaux » du périodique Les clés de 2008, car ils ont accès aux informations personnelles des internautes, grâce à cela, ils envoient des courriers non-désiré dans les boites mails des internautes, ainsi, leur boite mail devient inondée de courrier malhonnêtes. B/ Comment les éviter ? Dans cette sous-partie, nous allons exposer toutes les solutions pour éviter ces conséquences. Pour cela, nous allons rédiger cette sous-partie sous forme d’un « mode d’emploi d’utilisation » des réseaux sociaux. Il y a 3 principales étapes à suivre pour ne pas être exposé à ces conséquences. Tout d’abord, il est impératif de vérifier les sources des réseaux sociaux comme l’auteur, la date, … pour être sure de la fiabilité du réseau social dans lequel vous voulez vous inscrire. Par exemple, il est important de lire les clauses de confidentialité, même si elles sont très longues, nous témoigne Cyril, 16 ans dans le journal « Pris au piège des réseaux sociaux ». Ensuite, il est important de ne pas laisser trop d’informations personnelles sur les réseaux sociaux. Par exemple, sur certains sites, il est demandé un numéro de téléphone, un adresse ou autre, il faut faire attention et ne surtout pas donner ces informations personnelles, nous témoigne Emma, 16 ans, dans le magazine « Pris au piège des réseaux sociaux ». Enfin, nous avons vu que le droit à loubli nexiste pas. Cependant, le droit au mensonge et le droit au secret existent. Daprès, le magazine « Facebook et alii ... prudence »", il ne faut jamais donner sa vraie identité sur internet. Par conséquent, il faut donner une fausse identité. Par exemple, avoir recours à un pseudonyme (4), comme "Rantanplan". Même si Facebook exige de ne pas mettre de fausses informations, il ne faut pas obéir à cette requête. Lexhibitionnisme des réseaux sociaux peut-être dangereux, au niveau privé, comme au niveau professionnel qui peut amener à un licenciement. Par conséquent, pour ne pas être pris au piège des réseaux sociaux, il faut prendre quelques précautions qui sont très importantes. Publié par Guillaume et Anaïs à ladresse 07:44 3 commentaires: Envoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur Facebook Liens vers ce message Conclusion En conclusion, au début les réseaux sociaux n’étaient pas connus, mais à partir des années 2000 à aujourd’hui, ils ont énormément évolués. Par exemple, Facebook avait qu’un million d’utilisateurs en décembre 2004 et en avait 500 millions en juillet 2010. Donc, le succès des réseaux sociaux est dû à leur développement, au développement d’Internet, aux différents types de réseaux sociaux qui se spécialise pour mieux répondre aux besoins des internautes et à l’effet de contagion. De plus, on a vu que les réseaux sociaux ont des conséquences nuancées : positives comme négatives sur les internautes. Pour finir, on a pu observer quelles précautions faut-il prendre lorsque l’on s’inscrit sur des réseaux sociaux. Donc, les réseaux sociaux ont connu un grand succès très rapide, malgré tous les réseaux sociaux ont quelques conséquences sur les adolescents français d’aujourd’hui. On peut à présent se demander si le succès des réseaux sociaux est éphémère.

×