Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Jean-Paul Moiraud 2012

               La veille informationnelle et tecchnologique

I la veille dans les fiches de poste
...
Jean-Paul Moiraud 2012




 Activités



 Techniques

 Etude des tendances

 Réalisation de croquis ou d'esquisses

 Réali...
Jean-Paul Moiraud 2012

Une autre définition est donnée par Serge Cacaly, dans le «
Dictionnaire de l’information ». La ve...
Publicité
Publicité
Publicité
Prochain SlideShare
Veille technologique
Veille technologique
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 19 Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Les utilisateurs ont également aimé (20)

Similaire à Veille (20)

Publicité

Plus par Moiraud Jean-Paul (20)

Veille

  1. 1. Jean-Paul Moiraud 2012 La veille informationnelle et tecchnologique I la veille dans les fiches de poste A.! Responsable de Production Habillement Techniques Veille et recherche sur les nouvelles technologies et méthodes de son secteur Expérimentation d'améliorations sur les problèmes de process de production identifiés Elaboration du programme de fabrication Définition du planning de la production Planification et ordonnancement des essais sur de nouveaux produits ou procédés Contrôle et suivi du déroulement de la fabrication 1. La veille informationnelle Définition de la veille informationnelle : surveillance de la parution de l’information pertinente à un sujet par des actions de recherche, de traitement et de diffusion ; - Soit pour une utilisation personnelle : se tenir au courant d’un sujet d’actualité, d’un sujet de recherche universitaire - Soit dans une démarche professionnelle : en vue de l’exploitation des informations recueillis par des personnes pour qui elle s’avère utile ; peut représenter un avantage concurrentiel (par exemple pour la prise de décisions). Source http://etudoc.wordpress.com/info-com/cours-alexandra- saemmer/cours-7-la-veille-informationnelle/ B.Styliste Couture 1
  2. 2. Jean-Paul Moiraud 2012 Activités Techniques Etude des tendances Réalisation de croquis ou d'esquisses Réalisation des gammes de couleur Validation des prototypes Veille et recherche matières Analyse des caractéristiques du style de la maison et des thèmes définis par le créateur Présentation et explication des croquis, pour réalisation des toiles ou prototypes, au Premier(e) d'Atelier et/ou au licencié et fabricant Présentation et explication de ses créations au créateur ou au licencié Conseil sur la mise en valeur du produit Sélection des matières et fourniture II.Qu’est ce que la veille ? A.Définition Wikipédia Sont souvent associés à la veille des adjectifs qui viennent qualifier le type de prestation. Selon la norme expérimentale française XP X 50-53 de l’Afnor, la veille est une « activité continue en grande partie itérative visant à une surveillance active de l’environnement technologique, commercial, etc., pour en anticiper les évolutions ». 2
  3. 3. Jean-Paul Moiraud 2012 Une autre définition est donnée par Serge Cacaly, dans le « Dictionnaire de l’information ». La veille informationnelle est alors définie comme un « processus continu et dynamique faisant l’objet d’une mise à disposition personnalisée et périodique de données ou d’informations, traitées selon une finalité propre au destinataire, faisant appel à une expertise en rapport avec le sujet ou la nature de l’information collectée ». B.Veille technologique : source MINEFI La veille technologique, c'est-à-dire le suivi dans le temps d’un domaine des techniques et des sciences dures pour en surveiller les évolutions, est une démarche essentielle non seulement pour les entreprises qui déposent des brevets mais également pour celles qui innovent et celles qui utilisent des technologies innovantes. L’enrichissement continu des connaissances connaît des phases d’accélération brutales, induisant une accumulation d’avantages « autoconsolidants » pour reprendre les termes du Prix Nobel d’économie Paul Krugman ; dans le même temps, les innovations se diffusent plus largement et plus rapidement. Bien connaître l’état de l’art dans les technologies de son cœur de métier ou liées à ses projets, mais également dans des domaines qui peuvent sembler éloignés des applications connues à un instant donné, est un facteur de compétitivité et de gains de marché dans la production de biens comme de services. Tel nouvel entrant agressif, mettant à profit une technologie de rupture qu’il peut opportunément exploiter par des licences, sans en être nécessairement à l’origine, peut parvenir en peu de temps à s’imposer face à des acteurs durablement implantés. Les sources d’information sur la technologie sont variées : généralistes (voire commerciales, économiques) ou techniques (brevets, normes, publications scientifiques…). L’accès à un volume de plus en plus grand de connaissances est facilité par la diffusion mondiale des services de l’Internet : sites des agrégateurs de presse, des universités et des centres de recherche (CNRS, CEA, INRA en France mais le web ne connaît pas de frontière…), portails d’information (ADIT, ambassades…), bases de revues scientifiques (Highwhire Press, PubMed Central…), bases de brevets (INPI, EPO, WIPO…), développement des ‘Open Access data base’ (HAL), REPEC (articles) ; Directory of Open Access Journals ; TEL, Pastel (thèses) ; OAIster, rapports des organismes de normalisation (Afnor, CEN, ISO…), des associations professionnelles, études de plus en plus nombreuses des « observatoires », rapports publics… Le veilleur dispose aujourd’hui de bases de données auxquelles il peut s’abonner, mais également de moteurs de recherche gratuits efficaces comme CiteSeerX, Scirus, Google Patents, Google-Scholar, etc. qui permettent rapidement d’approfondir un sujet : articles 3
  4. 4. Jean-Paul Moiraud 2012 du même auteur, articles sur le même thème, articles citant le premier article trouvé, données statistiques (Google Insight) à grande échelle (par pays, régions, dates, thématiques…). La démarche de veille scientifique et technologique n’est pas réservée aux grands laboratoires de recherche ni même aux entreprises de technologie. Elle est indispensable à qui veut anticiper les innovations techniques issues de ruptures technologiques ou de transpositions de technologies existantes à d’autres applications. C.L’Intelligence économique 1)! Définition « L’intelligence économique peut être définie comme l'ensemble des actions coordonnées de recherche, de traitement et de distribution, en vue de son exploitation, de l'information utile aux acteurs économiques. Ces diverses actions sont menées légalement avec toutes les garanties de protection nécessaires à la préservation du patrimoine de l'entreprise, dans les meilleures conditions de délais et de coûts. L’information utile est celle dont ont besoin les différents niveaux de décision de l’entreprise ou de la collectivité, pour élaborer et mettre en œuvre de façon cohérente la stratégie et les tactiques nécessaires à l’atteinte des objectifs définis par l’entreprise dans le but d'améliorer sa position dans son environnement concurrentiel. Ces actions, au sein de l'entreprise, s’ordonnent autour d’un cycle ininterrompu, générateur d’une vision partagée des objectifs de l'entreprise. » source portail de l'intelligence économique http://www.portail- ie.fr 2)Définition selon Christian Harbulot « L’intelligence économique se définit comme la recherche et l’interprétation systématique de l’information accessible à tous, afin de décrypter les intentions des acteurs et de connaître leurs capacités. Elle comprend toutes les opérations de surveillance de l’environnement concurrentiel (protection, veille, influence) et se différencie du renseignement traditionnel par : la nature de son champ d’application, puisque qu’elle concerne le domaine des informations ouvertes, et exige donc le respect d’une déontologie crédible ; L’identité de ses acteurs, dans la mesure où l’ensemble des personnels et de l’encadrement – et non plus seulement les experts – participent à la construction d’une culture collective de l’information ; ses spécificités culturelles, car chaque économie nationale produit un modèle original d’intelligence économique dont l’impact sur les stratégies commerciales et industrielles varie selon les pays. » Un site gouvernemental qui s'occupe des questions d'intelligence économique 4
  5. 5. Jean-Paul Moiraud 2012 http://www.economie.gouv.fr/scie La mise en place de la veille en cours de gestion Dans le cours de gestion (jean-Paul Moiraud)/ modélisme (Michel Duminil) co-animé nous allons organiser une veille informationnelle et technologique sur la mode et le textile. L'enjeu de ce cours est de répondre à plusieurs objectifs : - Les enjeux du référentiel qui nous demande d'enseigner (aux élèves d'apprendre) les techniques de la veille ; - Commencer à donner une base aux étudiants pour conduire leurs méthodes de veille pour les deux années de BTS, pour les possibles études post BTS et surtout pour la future vie professionnelle où la capacité à constituer une veille est une compétence fréquemment exigée. - S'interroger sur les enjeux d'un système d'information (les réseaux numériques) au temps du web 2.0 III.L'instrumentation des outils du web 2.0 La veille que nous allons développer est celle qui instrumente les réseaux numériques. Internet et plus précisément le web 2.01 est un système à forte capacité pour la veille. C'est un système dynamique ou interagissent une grande quantité de personnes. Sur ces réseaux existent des communautés d'intérêt qui œuvrent dans des domaines précis. Des outils aux fonctionnalités spécifiques. Tirer l'information 1 «Le web 2.0 désigne une étape de l'évolution du web dont l'utilisateur et le partage d'information sont la clé de voute. Ce web est notamment caractérisé par l'apparition de nouveaux services multi-supports (ordinateur, pda, téléphone) favorisant l'interaction entre les internautes (blogs, wikis, social networking, partage de photos et de vidéos, réactions), et les informations (rss, journaux citoyens, tags) grâce aux technologies Ajax (du javascript amélioré permettant de changer du contenu dynamique sans recharger la page web), xml et surtout à une meilleure maîtrise des technologies de web dynamique». Source ZD net http:// www.zdnet.fr/blogs/le-webobserver/web-20-retour-sur-une- definition-39600863.htm 5
  6. 6. Jean-Paul Moiraud 2012 IV.Twitter Twitter sera l'outil principal que nous allons utiliser. Il ne faut pas résumer Twitter à sa qualité d'outils mais bien par rapport aux fonctionnalités qu'il possède A.Qu'est ce que twitter ? "Twitter est un outil de réseau social et de microblogage qui permet à un utilisateur d’envoyer gratuitement de brefs messages, appelés tweets (« gazouillis »), sur l'internet, par messagerie instantanée ou par SMS. Ces messages sont limités à 140 caractères. Twitter est créé en mars 2006 par Jack Dorsey et lancé en juillet de la même année. Le service est rapidement devenu populaire, jusqu'à réunir plus de 500 millions d'utilisateurs en février 20122." Wikipédia Twitter en anglais signifie gazouilli, pensez au petit personnage de dessin animé titi qui est la francisation de tweety bird (celui qui gazouille). 6
  7. 7. Jean-Paul Moiraud 2012 B.Quelques chiffres sur twitter ? Une étude de géolocalisation des utilisateurs de Twitter par Semiocast Paris, France — 31 janvier 2012 — Une nouvelle étude menée par Semiocast sur la totalité des 383 millions de profils d'utilisateurs de Twitter créés avant le 1er janvier 2012 établit un nouveau classement des pays par nombre d'utilisateurs de Twitter et montre la croissance du réseau social en France. Sur ces 383 millions de profils d'utilisateurs de Twitter, 5,2 millions sont en France, dont près d'un million se sont inscrits au quatrième trimestre 2011. Le nombre d'utilisateurs français a ainsi plus que doublé sur l'année 2011.   La France conserve la 16e place de notre classement, représentant 1,4% de tous les utilisateurs. C.Comment ouvrir son compte Twitter ? Connectez vous sur le site de http://twitter.com et ouvrez un compte qui aura un login un mot de passe. Il faut s'identifier grâce à un pseudo exemple @moiraud ou @dsaat (mes comptes sur twitter) 7
  8. 8. Jean-Paul Moiraud 2012 D.Les règles de langage sur twitter Twitter est un site de microblogging c'est-à-dire que l'on ne peut s'exprimer que dans un format de 140 caractères maximum (ce qui oblige à avoir un esprit de synthèse). On peut intégrer dans le message du texte, des liens internet (URL), des images et des vidéos. Il est nécessaire de maîtriser un ensemble d’éléments de langage sur Twitter. •Le # On peut renforcer le sens du message en le catégorisant, cas en intégrant un hashtag (#). Le hashtag permet de donner une thématique au tweet. Exemple #textile. Il sera ainsi possible. 8
  9. 9. Jean-Paul Moiraud 2012 Sélectionnera tous et seulement les messages comportant le # textile. •Le RT - Lorsqu'un tweet vous paraît pertinent vous pouvez le ré tweeter à votre liste (RT) •Le DM (direct message) vous pouvez envoyer un tweet à une seule personne, il n'apparaitra pas publiquement. •Le #FF(follow friday) il est de tradition le vendredi d'indiquer à sa liste les comptes qui vous semblent intéressant de suivre. C'est une recommandation, une invite à suivre un flux d'informations pertinent. 9
  10. 10. Jean-Paul Moiraud 2012 V.Structurer sa veille Lorsque le compte est créé et que les règles de fonctionnement sont acquises il faut organiser sa veille en structurant son réseau. Le travail ne peut se faire par tâtonnement mais bien par analyse structurée, il faut : • Isoler les personnes que l'on veut suivre, soit par connaissance, par recherche des acteurs présents sur twitter (entreprises, organismes spécialisés, structures professionnelles, ministères, agents d'influences ....) • Une bonne connaissance du secteur mode et textile est un atout certain pour constituer le réseau (le cours de première année sur la structure de l’économie de la mode est à réinvestir ici. A.Augmenter l'efficacité de twitter grâce aux agrégateurs de flux Le service twitter en ligne est un système qui distribue l'information selon un mode chronologique, l'information est empilée. C'est un inconvénient notoire car il est difficile voire impossible de suivre les informations (à moins d'être en ligne en permanence sur twitter) B.Les agrégateurs de flux Il existe des solutions en ligne et gratuites pour pallier cet inconvénient. Je parlerai ici de TweetDeck http:// www.tweetdeck.com/. Ce logiciel permet de trier les informations en 10
  11. 11. Jean-Paul Moiraud 2012 fonction des besoins de son utilisateur : - par auteur exemple suivre uniquement les tweets de @moiraud ; - par # suivre tous les tweets comportants à la fin un # spécifique exemple #textile ; - Par liste de personnes choisies (une communauté précise) ; - Par listes que vous avez constituées ; On peut ainsi suivre Les flux de tweets de façon différée sans en oublier. C.Les listes On peut créer des listes sur twitter c'est-à-dire assembler un ensemble de contacts qui partagent les mêmes intérêts. 11
  12. 12. Jean-Paul Moiraud 2012 12
  13. 13. Jean-Paul Moiraud 2012 Des api2 permettent d'étendre la puissance de twitter VI.La veille est une question de temps. La mise d'en place de sa politique de veille commence par l’activation de l’outil, se poursuit par la constitution du réseau mais ce n'est pas suffisant. Il faut ensuite prendre le temps de la décortiquer. Il faut consacrer chaque jour du temps à la lecture des informations collectées et à l’organisation son analyse. Il faudra ensuite la stocker afin de pouvoir l'utiliser ultérieurement. À l'heure actuelle on estime à au moins une haute par jour (ce peut être plus) le temps consacré à la gestion de sa veille. VII.La veille c'est une question de réflexion Il est nécessaire de gérer sa veille selon un plan programmé. Il ne s'agit pas de collecter des informations au grè de ses promenades sur le web (on parle de sérendipité3 ) qui consiste très généralement à taper un mot clé sur google. Il s'agit d'organiser et de planifier les informations que l'on veut collecter. On peut parler de scénario de veille. Exemple: veiller sur l'actualité des salons professionnels de la mode / pour le salon du prêt à porter / pour la mode homme / Pour le sports wear ... Veille sur le développement du 3D dans la conception des vêtements http://www.scoop.it/t/mode-textile-et-3d 2 API - Une interface de programmation (Application Programming Interface ou API) est une interface fournie par un programme informatique. Elle permet l'interaction des programmes les uns avec les autres, de manière analogue à une interface homme-machine, qui rend possible l'interaction entre un homme et une machine. Du point de vue technique une API est un ensemble de fonctions, procédures ou classes mises à disposition par une bibliothèque logicielle, un système d'exploitation ou un service. La connaissance des API est indispensable à l'interopérabilité entre les composants logiciels. 3 La sérendipité est le fait de réaliser une découverte inattendue grâce au hasard et à l'intelligence1, au cours d'une recherche dirigée initialement vers un objet différent de cette découverte. Pour Robert King Merton, la sérendipité est l'observation surprenante suivie d'une induction correcte. Ce concept discuté est utilisé en particulier en recherche scientifique 13
  14. 14. Jean-Paul Moiraud 2012 VIII.La veille c’est avoir des connaissances transversales La veille ne se résume pas à une simple manipulation technologique, il faut savoir aussi où chercher, savoir quels sont les sites signifiants ?, quels sont les organismes leaders ?. .. Cela signifie que le veilleur a une bonne connaissance préalable de son secteur. Les connaissances technologiques, bien sûr, mais aussi une bonne appréhension de l'environnement économique, du contexte linguistique (élargir sa veille sur les sites anglophones est un plus certain) et d'une bonne approche des matières textiles. L’appréhension transversale du secteur est une condition d’efficacité de la veille, elle permet de sélectionner les sites, les bases de données, les réseaux pertinents. IX.La veille c'est savoir collaborer Une veille est augmentée dans son efficacité si on sait collaborer. Les réseaux numériques permettent de mettre en relation des gens du monde entier, il est possible de collationner les informations auprès des communautés constituées mais il est aussi possible d'utiliser les réseaux pour interroger, pour poser des questions. Travailler seul c’est travailler dans un silo intellectuel (voir le schéma ci-dessous) 14
  15. 15. Jean-Paul Moiraud 2012 Travailler en réseau c’est augmenter la dynamique de sa veille (voir le schéma ci-dessous) en croisant les recherches de chacun. 15
  16. 16. Jean-Paul Moiraud 2012 Pour cela il faut être en capacité d'isoler les influents, les référents présents sur twitter. Il faut petit à petit créer son réseau informationnel. Au début de votre démarche n’hésitez pas à utiliser les # de Twitter, ils vous orienteront pour la constitution d’un réseau cohérent. X.Conserver sa veille et la stocker Une veille n’a de sens que si on peut y revenir dans le temps. On peut coupler Twitter à d’autres application comme delicious, pearltree ou autres solutions de stockage de liens. XI.Les autres techniques de veille Une veille peut être aussi réalisée par d'autres moyens notamment la création d'alertes sur des sujets particuliers. Cette veille est plus longue à mettre en place mais elle est tout aussi efficace. A.Les marques pages (bookmarks) Les navigateurs notamment firefox sont équipés d’un système qui permet de suivre les évolutions d’un site. Grâce à la technologie RSS (really simply syndication). Par simple activation du marque 16
  17. 17. Jean-Paul Moiraud 2012 page il est possible de savoir s’il de nouveaux articles sont publiés. 17
  18. 18. Jean-Paul Moiraud 2012 B.Les listes de diffusion. De nombreux sites possèdent des listes de diffusion, il peut être utile de s’y abonner. C.Les alertes googles 18
  19. 19. Jean-Paul Moiraud 2012 Le travail qui est engagé en cours est un travail long, il ne peut sʼenvisager que dans la durée. La persévérance est le mot clé dans ce type de travail. Il ne correspond pas aux structures habituelles des cours car il ne peut faire lʼobjet dʼun contrôle des connaissances. Il sʼagit bien ici dʼune acquisition de compétences professionnelles. Vous nʼen jaugerez les effets que sur le long terme notamment au moment dʼun entretien dʼembauche si on vous pose la question suivante : «savez vous organiser une veille ?» Votre persévérance, votre travail de fond prendra ici toute sa signification. Jean-Paul Moiraud - 2012 19

×