SlideShare une entreprise Scribd logo

Revue Bruire

O
olivier

Revue Bruire

1  sur  124
#1
Revue Bruire
3
Á moi. L’histoire d’une de mes folies.
Depuis longtemps je me vantais de posséder tous les paysages possibles,
et trouvais dérisoires les célébrités de la peinture et de la poésie modernes.
J’aimais les peintures idiotes, dessus de portes, décors, toiles de saltimbanques,
enseignes, enluminures populaires ; la littérature démodée, latin d’église, livres
érotiques sans orthographe, romans de nos aïeules, contes de fées, petits livres
de l’enfance, opéras vieux, refrains niais, rythmes naïfs.
Je rêvais croisades, voyages de découvertes dont on n’a pas de relations,
républiques sans histoires, guerres de religion étouffées, révolutions de mœurs,
déplacements de races et de continents : je croyais à tous les enchantements.
J’inventai la couleur des voyelles ! - A noir, E blanc, I rouge, 0 bleu, U vert. -
Je réglai la forme et le mouvement de chaque consonne, et, avec des rythmes
instinctifs, je me flattai d’inventer un verbe poétique accessible,
un jour ou l’autre, à tous les sens. Je réservais la traduction.
Ce fut d’abord une étude. J’écrivais des silences, des nuits, je notais
l’inexprimable.
Je fixais des vertiges.
Arthur Rimbaud, Délires II - Alchimie du verbe, extrait du livre
Une saison en enfer (1873)
4
3
5
Déjà vu
44 Brève histoire du te
m
ps
46 Plus je regarde
51 Pétroglyphe
s
	
	
	
	
	 68 Quand je marche
	
	
	
71 Ves(r)tige
	
	
	
7
8
L i g n e s
	
	
	
9
1
Artothèque
	
	
	
9
7 Jupe
4 Prélude
64 Traversée des habitudes
55 L’Odyssé
e
-
Vo
y
a
g
e
s
Numériques
8
4
T
r
a
verser les espaces
SOMMAIR
E
6 Fictions
14 Rencontrez Grégory
Valton
	
17 Fragments
24 Night not recordin
g
5
1
06 Tartans 110 Ping-po
n
g
118 Remerc
i
e
m
e
n
ts
65 Journal de b
o
r
d
102 Levers de sol
e
i
l
6
École...
	 L’école municipale d’arts plastiques a
rejoint en 2017 le conservatoire à rayonnement
départemental (musique, danse et théâtre) au
sein du pôle culturel « le CYEL ».
Ce lieu a pour missions l’enseignement, la
création et la diffusion artistiques.
Environ cinq cents élèves fréquentent l’école
d’art à l’année.
On y pratique la photographie et les arts
numériques, le dessin, la peinture, le volume
et la céramique, l’illustration, l’estampe, l’édition,
et l’histoire de l’art.
On propose aussi des projets pédagogiques
aux écoles à travers différents dispositifs
d’éducation artistique et culturelle : « L’art aux
enfants », pour les enfants de la maternelle
au cycle élémentaire, «Graphèmes»et«Voyages
numériques»pourlesélèvesducycleélémentaire,
«Correspondance(s)»,pourleslycéens.
Édition...
	 L’école a développé depuis de
nombreuses années une spécialité autour des
techniques artistiques de l’impression (dont
l’axe « art-livre-jeunesse »), qui figurait comme
un des points forts à son projet d’établissement.
Cette spécialité l’a renforcée avec un projet
d’éducation connecté aux autres dimensions
de l’apprentissage notamment par le rapport
aux langages.
Cela nourrit à ce jour un projet pédagogique
qui favorise le décloisonnement des pratiques
artistiques et envisage l’édition comme un
champ privilégié d’expérimentation, tant
pédagogique qu’artistique. Elle permet aussi un
partenariat avec l’enseignement supérieur et le
département Information et Communication de
l’IUT de La Roche-sur-Yon. Pour la création de
Bruire, ce lien se concrétise à travers un atelier
éditorial hebdomadaire intégrant six étudiantes
en projet tuteuré de DUT.
Expérience...
	 Larésidenced’artisteoulesworkshops
organisés par l’école impulsent des axes de
recherches transversaux, structurants pour
l’ensemble des projets pédagogiques.
La rencontre directe avec les artistes et leur
travail se répercute dans les différents cours
et ateliers à la manière d’un effet papillon...
L’espace d’une revue est envisagé comme un
champ d’expérimentation commun, vivant,
mobile, qui cristallise les expériences faites
à l’école.
Par une approche subjective et instinctive
des lieux qu’il traverse, Grégory Valton, artiste
plasticien, développe une oeuvre liée à la
photographie, la vidéo, la performance et
l’édition.
Ses projets l’amènent à voyager, à enquêter
sur des lieux et des histoires. Ils engagent tant
la confrontation de son corps à des paysages,
que l’étude de différentes archives. Ancrée dans
la littérature et la notion d’exploration, cette
démarche crée des liens entre univers plastiques
et littéraires pour chercher des signes de la
mémoire.
La résidence de Grégory Valton a eu lieu de
décembre 2020 à juin 2021 et a inspiré les axes
de travail suivants : archiver et traverser.
Ces mots ont impulsé des recherches
communes à toute l’école et donné un fil rouge
à Bruire #1. Chaque enseignant a pu développer
un projet selon cette orientation, abordée
librement avec ses élèves, sous l’angle de son
choix. Cette revue naît ainsi des contributions
des enseignants, des élèves et des partenaires
ayant répondu au projet transversal.
Prélude
Publicité

Recommandé

Projetl'etang au collège pablo picasso site
Projetl'etang au collège pablo picasso   siteProjetl'etang au collège pablo picasso   site
Projetl'etang au collège pablo picasso siteCampagneetsophrologie
 
Dossier mémoires christelle reix
Dossier mémoires christelle reixDossier mémoires christelle reix
Dossier mémoires christelle reixClaude Poulain
 
Dossier gdl web
Dossier gdl webDossier gdl web
Dossier gdl webpdesvigne
 
Le programme de Rêves de lecture
Le programme de Rêves de lectureLe programme de Rêves de lecture
Le programme de Rêves de lectureAnnick Michaud
 
Monecole mtb
Monecole mtbMonecole mtb
Monecole mtb900xj
 
PréSentation Power Point Magali 1227205906196174 8
PréSentation Power Point Magali 1227205906196174 8PréSentation Power Point Magali 1227205906196174 8
PréSentation Power Point Magali 1227205906196174 8magalihelene
 

Contenu connexe

Tendances

Fiche de préparation pour une classe découverte à Paris
Fiche de préparation pour une classe découverte à ParisFiche de préparation pour une classe découverte à Paris
Fiche de préparation pour une classe découverte à ParisIzeedor
 
Flyer mon échappée belle
Flyer mon échappée belleFlyer mon échappée belle
Flyer mon échappée belleDominique Pongi
 
Le Rideau Rouge - 14'15 - les stages des vacances scolaires - Alsace
Le Rideau Rouge - 14'15 - les stages des vacances scolaires - AlsaceLe Rideau Rouge - 14'15 - les stages des vacances scolaires - Alsace
Le Rideau Rouge - 14'15 - les stages des vacances scolaires - AlsacePhilippe Spitz
 
L'école de jadis
L'école de jadisL'école de jadis
L'école de jadisDenis Papy
 
Les prix du Livre Pyrénéen 2019
Les prix du Livre Pyrénéen 2019Les prix du Livre Pyrénéen 2019
Les prix du Livre Pyrénéen 2019Philippe Villette
 
Activités ludiques avec la littérature jeunesse
Activités ludiques avec la littérature jeunesseActivités ludiques avec la littérature jeunesse
Activités ludiques avec la littérature jeunesseClaireVicens
 
Power point interculturel manuels pour enfants
Power point interculturel manuels pour enfantsPower point interculturel manuels pour enfants
Power point interculturel manuels pour enfantscecilebablon
 
Présentation du projet i voix
Présentation du projet i voixPrésentation du projet i voix
Présentation du projet i voixi-voix
 
Dossier Gulliver le dernier voyage
Dossier Gulliver le dernier voyageDossier Gulliver le dernier voyage
Dossier Gulliver le dernier voyageMaudBlin1
 
APC / Livret professionnels 2012
APC / Livret professionnels 2012APC / Livret professionnels 2012
APC / Livret professionnels 2012Clémentine BUCHER
 
Power point interculturel manuels pour enfants (1)
Power point interculturel manuels pour enfants (1)Power point interculturel manuels pour enfants (1)
Power point interculturel manuels pour enfants (1)poupette-la-marmotte
 

Tendances (16)

Sens propre, sens figuré
Sens propre, sens figuréSens propre, sens figuré
Sens propre, sens figuré
 
Enseigner la poesie
Enseigner la poesieEnseigner la poesie
Enseigner la poesie
 
Fiche de préparation pour une classe découverte à Paris
Fiche de préparation pour une classe découverte à ParisFiche de préparation pour une classe découverte à Paris
Fiche de préparation pour une classe découverte à Paris
 
Flyer mon échappée belle
Flyer mon échappée belleFlyer mon échappée belle
Flyer mon échappée belle
 
Le Rideau Rouge - 14'15 - les stages des vacances scolaires - Alsace
Le Rideau Rouge - 14'15 - les stages des vacances scolaires - AlsaceLe Rideau Rouge - 14'15 - les stages des vacances scolaires - Alsace
Le Rideau Rouge - 14'15 - les stages des vacances scolaires - Alsace
 
Erasmus+
Erasmus+Erasmus+
Erasmus+
 
L'école de jadis
L'école de jadisL'école de jadis
L'école de jadis
 
Les prix du Livre Pyrénéen 2019
Les prix du Livre Pyrénéen 2019Les prix du Livre Pyrénéen 2019
Les prix du Livre Pyrénéen 2019
 
Athenaios pais-1
Athenaios pais-1Athenaios pais-1
Athenaios pais-1
 
Activités ludiques avec la littérature jeunesse
Activités ludiques avec la littérature jeunesseActivités ludiques avec la littérature jeunesse
Activités ludiques avec la littérature jeunesse
 
Power point interculturel manuels pour enfants
Power point interculturel manuels pour enfantsPower point interculturel manuels pour enfants
Power point interculturel manuels pour enfants
 
Présentation du projet i voix
Présentation du projet i voixPrésentation du projet i voix
Présentation du projet i voix
 
Dossier Gulliver le dernier voyage
Dossier Gulliver le dernier voyageDossier Gulliver le dernier voyage
Dossier Gulliver le dernier voyage
 
APC / Livret professionnels 2012
APC / Livret professionnels 2012APC / Livret professionnels 2012
APC / Livret professionnels 2012
 
Power point interculturel manuels pour enfants (1)
Power point interculturel manuels pour enfants (1)Power point interculturel manuels pour enfants (1)
Power point interculturel manuels pour enfants (1)
 
Ecole d 'autrefois.
Ecole d 'autrefois.Ecole d 'autrefois.
Ecole d 'autrefois.
 

Similaire à Revue Bruire

Tout contre les moulins
Tout contre les moulinsTout contre les moulins
Tout contre les moulinsCécile Cée
 
Accueil Scolaire Bibliotheque d'agglomération de Saint-Omer 2015/ 2016 - CE...
Accueil Scolaire Bibliotheque d'agglomération de Saint-Omer  2015/ 2016 -  CE...Accueil Scolaire Bibliotheque d'agglomération de Saint-Omer  2015/ 2016 -  CE...
Accueil Scolaire Bibliotheque d'agglomération de Saint-Omer 2015/ 2016 - CE...Benjamin Mériauxpro
 
Ma chère vieille école
Ma chère vieille écoleMa chère vieille école
Ma chère vieille écoleachft
 
Mon ecolejr2
Mon ecolejr2Mon ecolejr2
Mon ecolejr2Dande1941
 
Interview icone
Interview iconeInterview icone
Interview iconeperditaens
 
Revue Mouvement Avril Juin 2012
Revue Mouvement Avril Juin 2012Revue Mouvement Avril Juin 2012
Revue Mouvement Avril Juin 2012touspourun
 
DP-Terres-de-fiction-Lorenzo-Soccavo-Bozon2Xéd.pdf
DP-Terres-de-fiction-Lorenzo-Soccavo-Bozon2Xéd.pdfDP-Terres-de-fiction-Lorenzo-Soccavo-Bozon2Xéd.pdf
DP-Terres-de-fiction-Lorenzo-Soccavo-Bozon2Xéd.pdfLorenzo Soccavo
 
Voix de femme 2014
Voix de femme 2014Voix de femme 2014
Voix de femme 2014cedama
 
Bruire-2
Bruire-2Bruire-2
Bruire-2olivier
 
Arch i programme 10-17 issue 3
Arch i programme 10-17 issue 3Arch i programme 10-17 issue 3
Arch i programme 10-17 issue 3CosminCH
 
La savonnade 20 janvier 2011
La savonnade 20 janvier 2011La savonnade 20 janvier 2011
La savonnade 20 janvier 2011cedrikp
 

Similaire à Revue Bruire (20)

Tout contre les moulins
Tout contre les moulinsTout contre les moulins
Tout contre les moulins
 
Accueil Scolaire Bibliotheque d'agglomération de Saint-Omer 2015/ 2016 - CE...
Accueil Scolaire Bibliotheque d'agglomération de Saint-Omer  2015/ 2016 -  CE...Accueil Scolaire Bibliotheque d'agglomération de Saint-Omer  2015/ 2016 -  CE...
Accueil Scolaire Bibliotheque d'agglomération de Saint-Omer 2015/ 2016 - CE...
 
Ma chère vieille école
Ma chère vieille écoleMa chère vieille école
Ma chère vieille école
 
Mon ecolejr2
Mon ecolejr2Mon ecolejr2
Mon ecolejr2
 
L encre violette2
L encre violette2L encre violette2
L encre violette2
 
Interview icone
Interview iconeInterview icone
Interview icone
 
Revue Mouvement Avril Juin 2012
Revue Mouvement Avril Juin 2012Revue Mouvement Avril Juin 2012
Revue Mouvement Avril Juin 2012
 
Le conte et ses reecritures
Le conte et ses reecrituresLe conte et ses reecritures
Le conte et ses reecritures
 
DP-Terres-de-fiction-Lorenzo-Soccavo-Bozon2Xéd.pdf
DP-Terres-de-fiction-Lorenzo-Soccavo-Bozon2Xéd.pdfDP-Terres-de-fiction-Lorenzo-Soccavo-Bozon2Xéd.pdf
DP-Terres-de-fiction-Lorenzo-Soccavo-Bozon2Xéd.pdf
 
Voix de femme 2014
Voix de femme 2014Voix de femme 2014
Voix de femme 2014
 
Prgme 4eme edition
Prgme 4eme editionPrgme 4eme edition
Prgme 4eme edition
 
Book 6 2013 minimum
Book 6 2013 minimumBook 6 2013 minimum
Book 6 2013 minimum
 
Portfolio
PortfolioPortfolio
Portfolio
 
Jxp portfolio 23 mars 2015
Jxp portfolio 23 mars 2015Jxp portfolio 23 mars 2015
Jxp portfolio 23 mars 2015
 
Book 6 2013
Book 6 2013Book 6 2013
Book 6 2013
 
Bruire-2
Bruire-2Bruire-2
Bruire-2
 
AL4ED - Janus Koos
AL4ED - Janus KoosAL4ED - Janus Koos
AL4ED - Janus Koos
 
Actes workshop LSF mars2016
Actes workshop LSF mars2016Actes workshop LSF mars2016
Actes workshop LSF mars2016
 
Arch i programme 10-17 issue 3
Arch i programme 10-17 issue 3Arch i programme 10-17 issue 3
Arch i programme 10-17 issue 3
 
La savonnade 20 janvier 2011
La savonnade 20 janvier 2011La savonnade 20 janvier 2011
La savonnade 20 janvier 2011
 

Plus de olivier

programme-iut-collectif.pdf
programme-iut-collectif.pdfprogramme-iut-collectif.pdf
programme-iut-collectif.pdfolivier
 
libre-educatif-olivier-ertzscheid.pptx
libre-educatif-olivier-ertzscheid.pptxlibre-educatif-olivier-ertzscheid.pptx
libre-educatif-olivier-ertzscheid.pptxolivier
 
communiquer-reseaux-sociaux.pptx
communiquer-reseaux-sociaux.pptxcommuniquer-reseaux-sociaux.pptx
communiquer-reseaux-sociaux.pptxolivier
 
CGT-digital-week.pptx
CGT-digital-week.pptxCGT-digital-week.pptx
CGT-digital-week.pptxolivier
 
Le web a la carte
Le web a la carteLe web a la carte
Le web a la carteolivier
 
education-reseaux-sociaux
education-reseaux-sociauxeducation-reseaux-sociaux
education-reseaux-sociauxolivier
 
Fenetre sur-cours
Fenetre sur-coursFenetre sur-cours
Fenetre sur-coursolivier
 
Le Monde selon Zuckerberg selon ses lecteur.trices
Le Monde selon Zuckerberg selon ses lecteur.tricesLe Monde selon Zuckerberg selon ses lecteur.trices
Le Monde selon Zuckerberg selon ses lecteur.tricesolivier
 
Google Books Milestones
Google Books MilestonesGoogle Books Milestones
Google Books Milestonesolivier
 
Monde selon Zuckerberg
Monde selon ZuckerbergMonde selon Zuckerberg
Monde selon Zuckerbergolivier
 
Podcast cult-num-1-2-3
Podcast cult-num-1-2-3Podcast cult-num-1-2-3
Podcast cult-num-1-2-3olivier
 
Zad et cyberespace
Zad et cyberespaceZad et cyberespace
Zad et cyberespaceolivier
 
Communication-reseaux-sociaux
Communication-reseaux-sociauxCommunication-reseaux-sociaux
Communication-reseaux-sociauxolivier
 
Obsolescence-programmee
Obsolescence-programmeeObsolescence-programmee
Obsolescence-programmeeolivier
 
Objets-connectes
Objets-connectesObjets-connectes
Objets-connectesolivier
 
FakeNews
FakeNewsFakeNews
FakeNewsolivier
 
Ertzscheid Ehess
Ertzscheid EhessErtzscheid Ehess
Ertzscheid Ehessolivier
 
Index independant du web ertzscheid
Index independant du web ertzscheidIndex independant du web ertzscheid
Index independant du web ertzscheidolivier
 
fin-internet
fin-internetfin-internet
fin-internetolivier
 
appetit-geants-ertzscheid
appetit-geants-ertzscheidappetit-geants-ertzscheid
appetit-geants-ertzscheidolivier
 

Plus de olivier (20)

programme-iut-collectif.pdf
programme-iut-collectif.pdfprogramme-iut-collectif.pdf
programme-iut-collectif.pdf
 
libre-educatif-olivier-ertzscheid.pptx
libre-educatif-olivier-ertzscheid.pptxlibre-educatif-olivier-ertzscheid.pptx
libre-educatif-olivier-ertzscheid.pptx
 
communiquer-reseaux-sociaux.pptx
communiquer-reseaux-sociaux.pptxcommuniquer-reseaux-sociaux.pptx
communiquer-reseaux-sociaux.pptx
 
CGT-digital-week.pptx
CGT-digital-week.pptxCGT-digital-week.pptx
CGT-digital-week.pptx
 
Le web a la carte
Le web a la carteLe web a la carte
Le web a la carte
 
education-reseaux-sociaux
education-reseaux-sociauxeducation-reseaux-sociaux
education-reseaux-sociaux
 
Fenetre sur-cours
Fenetre sur-coursFenetre sur-cours
Fenetre sur-cours
 
Le Monde selon Zuckerberg selon ses lecteur.trices
Le Monde selon Zuckerberg selon ses lecteur.tricesLe Monde selon Zuckerberg selon ses lecteur.trices
Le Monde selon Zuckerberg selon ses lecteur.trices
 
Google Books Milestones
Google Books MilestonesGoogle Books Milestones
Google Books Milestones
 
Monde selon Zuckerberg
Monde selon ZuckerbergMonde selon Zuckerberg
Monde selon Zuckerberg
 
Podcast cult-num-1-2-3
Podcast cult-num-1-2-3Podcast cult-num-1-2-3
Podcast cult-num-1-2-3
 
Zad et cyberespace
Zad et cyberespaceZad et cyberespace
Zad et cyberespace
 
Communication-reseaux-sociaux
Communication-reseaux-sociauxCommunication-reseaux-sociaux
Communication-reseaux-sociaux
 
Obsolescence-programmee
Obsolescence-programmeeObsolescence-programmee
Obsolescence-programmee
 
Objets-connectes
Objets-connectesObjets-connectes
Objets-connectes
 
FakeNews
FakeNewsFakeNews
FakeNews
 
Ertzscheid Ehess
Ertzscheid EhessErtzscheid Ehess
Ertzscheid Ehess
 
Index independant du web ertzscheid
Index independant du web ertzscheidIndex independant du web ertzscheid
Index independant du web ertzscheid
 
fin-internet
fin-internetfin-internet
fin-internet
 
appetit-geants-ertzscheid
appetit-geants-ertzscheidappetit-geants-ertzscheid
appetit-geants-ertzscheid
 

Revue Bruire

  • 1. #1
  • 3. 3 Á moi. L’histoire d’une de mes folies. Depuis longtemps je me vantais de posséder tous les paysages possibles, et trouvais dérisoires les célébrités de la peinture et de la poésie modernes. J’aimais les peintures idiotes, dessus de portes, décors, toiles de saltimbanques, enseignes, enluminures populaires ; la littérature démodée, latin d’église, livres érotiques sans orthographe, romans de nos aïeules, contes de fées, petits livres de l’enfance, opéras vieux, refrains niais, rythmes naïfs. Je rêvais croisades, voyages de découvertes dont on n’a pas de relations, républiques sans histoires, guerres de religion étouffées, révolutions de mœurs, déplacements de races et de continents : je croyais à tous les enchantements. J’inventai la couleur des voyelles ! - A noir, E blanc, I rouge, 0 bleu, U vert. - Je réglai la forme et le mouvement de chaque consonne, et, avec des rythmes instinctifs, je me flattai d’inventer un verbe poétique accessible, un jour ou l’autre, à tous les sens. Je réservais la traduction. Ce fut d’abord une étude. J’écrivais des silences, des nuits, je notais l’inexprimable. Je fixais des vertiges. Arthur Rimbaud, Délires II - Alchimie du verbe, extrait du livre Une saison en enfer (1873)
  • 4. 4 3 5 Déjà vu 44 Brève histoire du te m ps 46 Plus je regarde 51 Pétroglyphe s 68 Quand je marche 71 Ves(r)tige 7 8 L i g n e s 9 1 Artothèque 9 7 Jupe 4 Prélude 64 Traversée des habitudes 55 L’Odyssé e - Vo y a g e s Numériques 8 4 T r a verser les espaces SOMMAIR E 6 Fictions 14 Rencontrez Grégory Valton 17 Fragments 24 Night not recordin g
  • 5. 5 1 06 Tartans 110 Ping-po n g 118 Remerc i e m e n ts 65 Journal de b o r d 102 Levers de sol e i l
  • 6. 6 École... L’école municipale d’arts plastiques a rejoint en 2017 le conservatoire à rayonnement départemental (musique, danse et théâtre) au sein du pôle culturel « le CYEL ». Ce lieu a pour missions l’enseignement, la création et la diffusion artistiques. Environ cinq cents élèves fréquentent l’école d’art à l’année. On y pratique la photographie et les arts numériques, le dessin, la peinture, le volume et la céramique, l’illustration, l’estampe, l’édition, et l’histoire de l’art. On propose aussi des projets pédagogiques aux écoles à travers différents dispositifs d’éducation artistique et culturelle : « L’art aux enfants », pour les enfants de la maternelle au cycle élémentaire, «Graphèmes»et«Voyages numériques»pourlesélèvesducycleélémentaire, «Correspondance(s)»,pourleslycéens. Édition... L’école a développé depuis de nombreuses années une spécialité autour des techniques artistiques de l’impression (dont l’axe « art-livre-jeunesse »), qui figurait comme un des points forts à son projet d’établissement. Cette spécialité l’a renforcée avec un projet d’éducation connecté aux autres dimensions de l’apprentissage notamment par le rapport aux langages. Cela nourrit à ce jour un projet pédagogique qui favorise le décloisonnement des pratiques artistiques et envisage l’édition comme un champ privilégié d’expérimentation, tant pédagogique qu’artistique. Elle permet aussi un partenariat avec l’enseignement supérieur et le département Information et Communication de l’IUT de La Roche-sur-Yon. Pour la création de Bruire, ce lien se concrétise à travers un atelier éditorial hebdomadaire intégrant six étudiantes en projet tuteuré de DUT. Expérience... Larésidenced’artisteoulesworkshops organisés par l’école impulsent des axes de recherches transversaux, structurants pour l’ensemble des projets pédagogiques. La rencontre directe avec les artistes et leur travail se répercute dans les différents cours et ateliers à la manière d’un effet papillon... L’espace d’une revue est envisagé comme un champ d’expérimentation commun, vivant, mobile, qui cristallise les expériences faites à l’école. Par une approche subjective et instinctive des lieux qu’il traverse, Grégory Valton, artiste plasticien, développe une oeuvre liée à la photographie, la vidéo, la performance et l’édition. Ses projets l’amènent à voyager, à enquêter sur des lieux et des histoires. Ils engagent tant la confrontation de son corps à des paysages, que l’étude de différentes archives. Ancrée dans la littérature et la notion d’exploration, cette démarche crée des liens entre univers plastiques et littéraires pour chercher des signes de la mémoire. La résidence de Grégory Valton a eu lieu de décembre 2020 à juin 2021 et a inspiré les axes de travail suivants : archiver et traverser. Ces mots ont impulsé des recherches communes à toute l’école et donné un fil rouge à Bruire #1. Chaque enseignant a pu développer un projet selon cette orientation, abordée librement avec ses élèves, sous l’angle de son choix. Cette revue naît ainsi des contributions des enseignants, des élèves et des partenaires ayant répondu au projet transversal. Prélude
  • 7. 7 Énergie... Mûri depuis janvier 2020, ce projet a débuté en septembre 2020. L’énergie collective a été maintenue malgré la crise sanitaire que nous connaissons, et avec les contraintes d’échanges à distance. Cette période a donné lieu à de nombreuses correspondances entre élèves, artistes, enseignants, partenaires. Elle a généré des tactiques diverses pour continuer ensemble nos projets : ballets d’enveloppes de dépôts en retraits, flux ininterrompus de messages écrits, enregistrés, copiés/collés et même gravés... des rendez-vous suspendus à des connexions plus ou moins bien établies, des coups de folie, de fatigue, des rencontres, des révélations. Avoir fabriqué quelque chose ensemble donne un peu de sens à l’étrangeté de cette année de crise. Ce singulier contexte d’émergence marque sans doute profondément le contenu de Bruire #1. Et voilà Bruire... Bruire : verbe intr. Littéraire. Faire entendre un bruit prolongé, fait de multiples petits bruits : le vent bruit dans la forêt. Larousse. Saliha Ghernaout, 2020
  • 8. 8 Les élèves de ce cours se sont inspirés de l’œuvre de Grégory Valton intitulée Nos châteaux en Écosse. Dans celle-ci, il part d’une cassette vidéo retraçant le voyage de son grand-père en Écosse pour établir toute une généalogie, une histoire de famille. Partant de ce même point de départ, les élèves ont eu à choisir un objet. Les raisons ont pu être très différentes : un objet qui leur rappelle quelque chose, un moment de leur vie ; un objet intéressant par sa forme, sa matière, sa signification, sa dimension symbolique… L’essentiel était que cet objet raconte quelque chose, qu’il soit porteur d’une histoire personnelle ou non. Ainsi, les élèves se sont intéressés à l’histoire de leur objet pour la détourner, la modifier, en imaginer une nouvelle… créant ainsi une fiction. Les réalisations ont été diverses allant de la prise de note, du croquis aux dessins, collages, photos ou encore mises en situation. Les références artistiques faites au travail de Gabriel Folli et de Caroline de Chiara ont pu étayer et guider leur travaux. Au total, ils ont réalisé dix compositions qui pour certaines se suivent, pour d’autres sont complètement indépendantes. Elles ont été regroupées pour en faire un livret venant renforcer la fiction. Fictions Fictions Fictions
  • 9. 9
  • 10. 10
  • 11. 11
  • 12. 12
  • 13. 13 Recherches contemporaines transversales - Fictions Avec Sam Belbéoch, Dominique Béllier, Brigitte Blois Nolleau, Gabrielle Boutaud, Pascale Chauvin, Marion Daviaud, Chléa Debavelaere, Marie Dumez, Éric Lefebvre, Geneviève Legros, Évelyne Périllard, Maryse Poirier, Florence Thareau. Sur une proposition d’Hélène Delépine.
  • 14. 14
  • 15. 15 « J’ai une vision très romantique du voyage, pas très moderne : le train, la marche, les livres, la photographie, les lieux chargés d’Histoire. Grégory Valton, mars 2021 »
  • 16. 16 Si vous étiez une typographie, laquelle seriez-vous ? Aïe, ça commence mal. Je ne connais pas bien les typos et j’ai toujours du mal à choisir. Arial peut-être, simple, droite, sans fioritures. Si vous étiez une de vos photos ? La photographie a été prise depuis le TransMongol, quelque part en Russie. C’est une image très classique mais qui est liée à un voyage particulier. Je suis parti de Paris pour rejoindre Pékin en train, suite au décès brutal de ma mère. Cette image reflète ce qui aurait pu être mon père devant et ma mère qui est en train de me chercher. Tout autour il y a des fleurs, c’est l’été et l’herbe doit sentir bon. Le bruit du train n’a pas l’air de déranger ces passants. Étrangement, le paysage est flou et eux sont nets alors qu’ils sont en train de marcher. Il y a comme un inversement des rôles. Le point de vue, un peu du dessus, donne l’impression que je Si vous étiez un poème ? Alphabet de Paul Valéry. Chaque heure de la journée correspond à une lettre de l’alphabet, qui commence un poème. C’est court, visuel et musical. Si vous étiez une couleur ? Le jaune vif du mimosa. Si vous étiez une discipline artistique ? La danse. C’est dommage que l’école ne nous enseigne pas cette discipline, pour connaitre les limites de notre corps, bouger avec lui, Si vous étiez un livre ? Requiem d’Antonio Tabucchi. À d’un arbre, un homme lit Pessoa. Puis s’endort. Il s’endort et rêve qu’il erre au hasard des rues dans une Lisbonne déserte, et rencontre des vivants et des morts, qui dialoguent entre eux et avec le narrateur. C’est un roman sur la nostalgie, sur la nourriture, sur le passé, où rêve et réalité se confondent. Si vous étiez une citation / un mantra ? Umberto Ecco, La Guerre du faux. Cela introduit mon projet Nos châteaux en Écosse, sur une mythologie familiale construite par mon grand- père, comme quoi nous descendons des rois d’Écosse. Il a fabriqué des tas d’objets, dessiné des arbres généalogiques, mais nous n’avons toujours pas de château... Si vous étiez une plante ? Tout ce qui pousse au mois de mars (surtout les arbustes). Si vous étiez un souvenir ? Un ami anglais photographe, John Nesbitt, appelle son chat « Monkey ». Ça m’a toujours amusé. Grégory Valton flotte. danser, s’exprimer par les gestes. l’ombre « La vérité n’est pas historique mais visuelle. Tout semble vrai, donc tout est vrai. » G r é g o r y V a l t o n
  • 17. 17 Depuis le train, ©Grégory Valton, Russie, 1999
  • 18. 18 Si vous étiez une destination, un voyage ? La ville de Trieste, ou Lisbonne, qui sont des lieux dans lesquels je suis allé quelques fois et qui restent. Ça doit être à cause de la littérature (Tabucchi, Svevo, Joyce, Pessoa, Rilke). Je crois que ma pratique du voyage s’apparente à la littérature, à cette idée que je peux me faire d’un lieu par les mots, avant d’y aller. Et ces villes offrent des multitudes de points de vues, avec la mer, les pêcheurs. Elles se ressemblent un peu. J’ai une vision très romantique du voyage, pas très moderne : le train, la marche, les livres, la photographie, les lieux chargés d’Histoire. Si vous étiez un bruit, lequel seriez-vous ? Un ruisseau dans les montagnes. Quelque chose de paisible, de c a l m e. Si vous étiez un film, lequel seriez-vous? Smoke (1995) de Wayne Wang sur un scénario de Paul Auster. C’est un film que j’ai revu il n’y a pas longtemps. Le personnage principal est une personne (Harvey Keitel) qui tient un bureau de tabac au coeur de Brooklyn. Dans ce coin de rue se croisent pleins d’histoires : un écrivain en panne d’inspiration, un vol, un père démissionnaire qui se retrouve amputé, un morceau de Peggy Lee (Fever), des cigarettes, un conte de Noël qui ne ressemble à aucun autre, un morceau de Tom Waits, un coin de rue dans Brooklyn, de photographie, de la cigarette qui se consume à l’image de notre vie... C’est un poème urbain, avec une multitude de personnages et d’histoires singulières. C’est drôle car il restait des sous à la fin du film et ils ont décidé de faire un film de copains (Lou Reed, Jim Jarmusch, Madonna, Michael J. Fox, Roseanne,...) qui s’appelle Brooklyn Boogie, sorte de suite à Smoke. J’avoue avoir hésité avec Buffalo 66 de Vincent Gallo, où le cadrage construit littéralement le film. Si vous deviez vous résumer à un trait de caractère, lequel serait-ce? Têtu, têtu et têtu. Ça me fatigue. Si vous étiez une émotion ? L’étonnement pour tout ce qui est nouveau. Si vous deviez être quelqu’un d'autre, qui aimeriez-vous être ? Moi, en mieux. Grégory Valton, Mars 2021
  • 19. 19 « […] secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants ». Michel Leiris, Biffures, Editions Gallimard, 1948 « Fragm »
  • 20. 20 Google street view (GSV) est un service de navigation virtuelle lancé en 2007, pour quelques villes américaines, étendu à des dizaines de pays. Il permet de visualiser des panoramas 360° de lieux situés sur des voies urbaines ou rurales, sur lesquelles un véhicule équipé de caméras aura enregistré des vues. L’application Photosphere reprend ce procédé, mais confie à des photographes amateurs la représentation de lieux non répertoriés par GSV, contribuant au projet par des clichés personnels. Attentif aux caractéristiques particulières de ces images, aux bugs graphiques, aux zones floues présentes à l’écran, aux différents phénomènes de détérioration qu’ils présentent, liées à leur nature ou aux propriétés de cadrages, de zoom propres à l’outil GSV, Grégory a choisi de travailler à partir d’images préexistantes, sans créer de nouvelles photographies. Des processus de fabrication et de diffusion des images singulières motivèrent donc ce projet.
  • 21. 21 En empruntant les voies virtuelles de GSV et Photosphere, Grégory s’est construit un itinéraire fictif à travers les États-Unis, jusqu’à la ville de Twin Peaks. Il a collecté sur ce parcours un répertoire de 250 images au format carré, que nous avons désignées comme des fragments, tout au long du projet. Chaque participant a reçu 4 de ces images, transmises sous formes numérique et imprimée. Vues aériennes, indices topographiques, documentaires ou narratifs, ces clichés ont fait l’objet d’appropriations, de questionnements sur leur statut et leur devenir au gré de leur circulation. Chacun s’est livré à des interventions diverses : nouvel objet, écriture, détournement, manipulation numérique, recouvrement etc. Les productions ont été assemblées pour former 60 posters de 30 cm x 30 cm (12 séries de 5 exemplaires numérotés), imprimés sur un papier Munken Lynx 150g et façonnés à l’école d’art en avril 2021.
  • 22. 22
  • 23. 23
  • 24. 24 Cours d’édition avec la participation de Maryse Poirier, Michèle Lenoir, Robert Lugand, Séverine Babeau, Annette Renoul, Pamela Yaya, Véronique Lusset, Marlène Combaud, Geneviève Legros, Marie-Françoise Masson, Clause Palun. Sur une proposition de Grégory Valton, Sonia Campos et Lisa David.
  • 25. 25 Tout commence par une page blanche, Un moment suspendu où, au milieu de nos pensées, nous sommes perdus. Et puis, le tourbillon de la création nous entraine.
  • 26. 26 «Photographes, arrêtez vos productions excessives et insensées, et recyclez ce qui existe déjà.» Joachim Schmid Night not-recording prolonge ma fascination pour l’outil Google Street View (GSV). Dans cette période de confinement, fermeture des frontières, état d’urgence, couvre-feu, c’est un peu mon tour-operator. L’outil qui me sert « d’appareil à voir » est Photo-Sphère, fonction interne à GSV qui offre aux utilisateurs la possibilité de poster leurs propres vues immersives : vue de nuit, vue de drone, vue informative… Je fouille, de manière instinctive, dans un méandre d’images, à la recherche d’éléments purement formels (point de vue, lumière) et de sujets empreints de fiction. J’extrais de ces multiples représentations, des formats carrés, au cadrage hermétiquement clos n’offrant nulle ouverture et nulle perspective. Comme sur un monitor de surveillance, le spectateur n’a d’autre choix que ce qu’il regarde. Les artefacts numériques (bruit, vues pixelisées, floues, dégradées) nous font basculer dans un univers dérangeant et inquiétant. Le fait de travailler à partir d’images produites par quelqu’un d’autre fait écho à la citation en exergue, dont le concept « d’écologie visuelle » des artistes appropriationnistes1 , traverse mon travail récent. Mes errances virtuelles me guident naturellement aux US. Je projette dans ce voyage immobile une Amérique disséquée depuis longtemps par les écrivains et les réalisateurs, et dont je me suis nourri. Comme la ville de Twin Peaks qui n’existe pas, mais qui est un conglomérat de différents lieux, décors et histoires. Je me glisse dans les interstices troubles et déroutants de ce flot d’images. Mon avancée, parfois méthodique, parfois aléatoire, me fait remonter les fleuves, les cours d’eau secondaires, fureter dans les petites villes américaines, les espaces déserts. Je me laisse « glisser » - c’est ce mot qui me vient pour parler du déplacement si particulier de Pegman sur la carte (le bonhomme jaune de GSV) - et me laisser porter par les noms hors du temps des villages traversés : Lynx, Carthage, Alexandria. À mon tour, je compose avec ces espaces-temps photographiques pour tenter d’entrevoir un semblant de réponse à notre époque. L’accumulation de mes images forme un magma d’informations partielles, de signes à déchiffrer, à reconstituer. Ces éléments prennent la forme d’une carte de format carrée, et pliée de telle manière à ce que les images ne se dévoilent que parcellairement. Au spectateur de composer sa propre dystopie visuelle pour fabriquer un récit étrange. Grégory Valton 1 Joan Fontcuberta, Raoul Haussam, Robert Heineken, Hannah Höch, Erik Kessels, Sherrie Levine, Richard Prince, Joachim Schmid, John Stezaker,… Night not-recording
  • 27. 27
  • 28. 28
  • 29. 29
  • 30. 30
  • 31. 31
  • 32. 32
  • 33. 33
  • 34. 34
  • 35. 35 Images de Grégory Valton (atelier de fabrication «Night not recording», école d’art, avril 2021).
  • 36. 36 Tout commence par une page blanche, Un moment suspendu où, au milieu de nos pensées, nous sommes perdus. Et puis, le tourbillon de la création nous entraine. Les mains s’activent au rythme des idées, Elles écrivent, dessinent, raturent, effacent... Elles inscrivent une trace.
  • 37. 37 Déjà vu Archiver, traverser  : ces deux verbes convoquent à la fois le temps et l'espace, la mémoire. Le dessin offre toutes sortes de libertés, celle de traverser les murs, faire jaillir des espaces, faire naître quelque chose avec presque rien, ou faire exister des mondes et des temporalités différentes au sein d'une même page. Passages, effacements, transformations, superpositions, organisation de ces passages, cadrages et composition furent au centre de nos préoccupations. Les œuvres de Denis Roche, Frédéric Malette, Massinissa Selmani, Coraline de Chiara, Éléonore False ou encore l'histoire du théorème de Néfertiti traversèrent leséchanges. Il fallut d'abord réaliser une photographie en noir et blanc qui deviendrait un sujet de dessin, puis écrire et beaucoup dessiner. Déjà vu Déjà vu : n.m.inv. 1- Ce qui n'est pas nouveau, ce qui est banal, sans originalité. 2- Trouble de la mémoire donnant au sujet l'impression soudaine et intense d'avoir déjà vécu dans le passé la situation présente. (Larousse)
  • 38. 38
  • 39. 39
  • 40. 40
  • 41. 41
  • 42. 42 Bonjour, Voici mon dessin initial, terminé. Je suis sur le second dessin, mais, même si je pense avoir saisi l’idée du diptyque, je me perds une fois de plus dans des « recherches » qui n’en finissent pas , avec des photocopies, des photographies, des ébauches de dessins qui s’empilent, qui s’empilent... D’ailleurs , j’entends depuis deux jours des gens qui me cherchent dans ma maison, mais qui ne me trouvent pas sous les tonnes de papiers qui m’ensevelissent.... Je pense pourtant en être sortie pour le vendredi 19 mars prochain, et bien sûr participer à la discussion sur « Discord ». D’ici là, je me lance , j’ose... et je sors quelque chose !!! Bonne reprise à toi, Cordialement, Emmanuelle F. envoyé le jeudi 11/03/2021 à 16h25 De Emmanuelle À... Lisa Objet : Dessin Bonjour, Alors voilà mon dessin sur le thème « Déjà vu ». Il représente le reflet des nuages et des arbres de mon jardin dans la vitre d’un sous-verre qui protège un poster de Dali. (Femme à la fenêtre). En fait, cette image contient pour moi la pluralité des espaces et des différents temps traversés dans mon histoire. L’Espagne, les voyages, la peinture de Dali, et toutes les peintures, la mer, les arbres, mon jardin... le rêve et la réalité confondus, vus de ma fenêtre. Emmanuelle F. envoyé en mars-avril 2021 De Emmanuelle À... Lisa Objet : Dessin bis
  • 43. 43
  • 44. 44
  • 45. 45 «Déjà vu» Avec Claudine Cantet, Pierre Lebrun, Isabelle Braems, Julie Badeau, Jean-François Deruy, Emmanuelle Fauchart, Sylviane Gerdy, Christiane Fruchet, Nicole Boudeau, Bernard May, Saliha Ghernaout. Sur une proposition de Lisa David.
  • 46. 46
  • 47. 47 Point de départ. Proposition artistique de L. Je suis déconcertée. Recherches dans mes archives photographiques. ARCHIVER. Pourquoi garder autant de clichés ? Autant de traces ? Ah ! tiens ! DÉJÀ VU ! Je m’arrête sur une photo prise en 2017 au Musée Guimet, Musée des Arts asiatiques, Paris. SOUVENIR. DÉJÀ VU. Ce jour-là le musée est habité par les éléments d’une installation de la jeune plasticienne Prune NOURRY (Tiens ! elle a presque le même nom que moi… Raison de plus ! Hasard ?) Ces éléments sont les morceaux d’un gigantesque bouddha fragmenté. Ils renvoient à la destruction des monumentaux Bouddhas de Bâmiyân en mars 2001. La question des traces, de la trace est posée. Devenir. Transmission. Traces d’une culture. Traces d’une histoire. Traces religieuses. Religion. « RELIGERE » ? « RELIGARE ». RELIRE ? RELIER ? Relire pour relier, relier pour relire… Je suis reliée, donc j’existe ! Cette exposition interroge sur le devenir de l’humanité. De la monumentale exhibition à mon vagabondage existentiel, il n’y a qu’un trait et mon crayon trace la trace de ma méditation. Texte et dessins d’Isabelle Braems, « Brève histoire du temps», Mars 2021. Mars 2001, Afghanistan – Bâmiyân – 2017 Musée Guimet, Paris – mars 2021, mon petit atelier – Vendée. Bâmiyân, Ve – XIIIe siècle ? Vertige ! « Crois-tu donc au hasard qui coule au sablier ? » Et c’est Apollinaire qui s’invite à ma table à dessin, s’allie et se relie au fil du trait et stimule ma rêverie. Mes crayons, gommes et estompes, mes doigts, mes mains qui tracent et effacent « Une brève histoire du temps ». Oui ! voilà ! c’est ça ! DÉJÀ VU ! Le titre de l’ouvrage du physicien Stephen Hawking s’impose. Je l’emprunte, ce sera le titre de mon diptyque. Je le relie à ce questionnement sur la trace, sur les traces… Galilée, Newton, Einstein… Un autre fil se mêle, s’emmêle à ce que je m’amuse à nommer mon « ArchéOnirisme » Au cours de ce travail, j’ai appris le décès du magnifique poète Philippe Jaccottet. Un article qui lui rendait hommage débutait par cette citation extraite du recueil Paysages avec figures absentes : « Je n’ai fait que passer, accueillir. J’ai vu des choses qui elles-mêmes, plus vite ou au contraire plus lentement qu’une vie d’homme, passent » Memento mori. DÉJÀ VU !
  • 48. 48 ©Denis Roche, 23 février 1985, Gizeh Egypte, The Sphinx House. Courtesy of Galerie Le Réverbère & Françoise Peyrot-Roche.
  • 49. 49 Plus je regarde… par Philippe Forest Plus je regarde et moins je comprends. Moins je comprends et mieux je vois. Ce que montre la photographie de Denis Roche prise par lui le 23 février 1985, chacun l’identifie au premier coup d’œil : Gizeh, le sphinx et deux des trois pyramides. Parmi les plus célèbres au monde, un site touristique comme ceux devant lesquels le premier venu sort son appareil, au pied de la Tour Eiffel ou de la statue de la Liberté, du Colisée ou du Parthénon. Un spectacle comme ceux dont on faisait autrefois les cartes postales. Du « déjà vu » par excellence. Celui qui prend une pareille image n’ignore pas sa nature éculée de « cliché ». D’ailleurs, sur une autre image prise en ces mêmes lieux, Roche, photographiant encore l’une des pyramides, place devant son objectif une reproduction du monument devant lequel il se tient et qui, dans le cadre, figure donc deux fois : au premier plan sous la forme d’une image qui elle-même prend place dans l’autre image où, au second plan, l’on aperçoit la réalité à laquelle elle renvoie. Ceci, sans doute, pour produire la preuve que le monde n’existe jamais qu’à la manière d’une représentation dont il n’est guère loisible à personne de faire autre chose que d’en fabriquer une représentation seconde : l’image d’une image.
  • 50. 50 Mais Roche ne photographie pas le monument lui-même. En réalité : il fixe le reflet qu’il fait dans la vitrine d’un restaurant assez banal, destiné à accueillir les touristes sur le site très fréquenté qu’ils visitent, une cafétéria dont on aperçoit en transparence les tables délaissées, les chaises vides, le comptoir auquel s’accoudent quelques rares clients. Comme si le prestigieux passé dont l’image porte témoignage n’existait plus qu’en vertu de la façon dont le réfléchit le pauvre présent qui lui sert de miroir. L’image photographique a cette fois la valeur d’une ruine romantique ou bien d’une nature morte, d’un memento mori, d’une vanité. Elle nous montre ce que le temps a fait du monument sur lequel il a passé et qui, s’il lui a survécu, ne subsiste plus que sous la forme un peu dérisoire qu’il revêt désormais pour ceux qui, semblables à nous, suivant le circuit hâtif qu’a conçu à leur intention un tour-operator, lui rendent un hommage somnambulique et routinier. Par un tel artifice, l’image superpose à sa surface deux plans distincts et avec eux deux espaces qui, dans la réalité, se font face (le monument et le restaurant) et qui appartiennent à deux temporalités que des siècles séparent (le passé et le présent). Elle capte ainsi dans le cadre qu’elle forme des éléments du visible, de la sorte archivés, que le spectateur autrement n’aurait pas pu saisir ensemble et qu’elle entasse tout en les donnant à voir en même temps. La vitre que vise l’œil laisse voir en transparence à travers elle (le restaurant) tout en réfléchissant ce qui se trouve en face de ce qu’elle montre (les pyramides) et, tournant le dos au monument dont il contemple le reflet, celui qui arrange la scène et procède à l’opération (le photographe). L’image ainsi se dédouble. En son sein, elle convoque deux pans de l’espace et, avec eux, deux moments du temps. Elle se fait en même temps miroir et fenêtre - selon les deux modèles à l’aide desquels on a toujours envisagé l’œuvre d’art, modèles qui ici se contredisent et se compliquent pourtant d’être ainsi sollicités ensemble. C’est son côté « baroque » - comme on dit. Le miroir se fait fenêtre tout comme la fenêtre se mue en miroir. Au lieu de s’effacer derrière ce qu’elle montre, de disparaître discrètement au profit du vraisemblable spectacle qu’elle offre et auquel l’œil pourrait se laisser prendre sans se poser de question ni de problème, la photographie se désigne elle-même comme construction et comme composition, ne laissant aucunement oublier la mise en scène qui l’a rendue possible. L’image se surcharge de signes qui, rapprochés comme ils le sont, affichent leur manque absolu et assumé de naturel. Le trompe-l’œil réaliste exhibe son caractère théâtral et dénonce l’illusion sur laquelle il repose. Le visible se démultiplie et démontre qu’il ne coïncide jamais avec l’idée trop simple et univoque que l’on s’en fait souvent : chaque chose vue en recèle une autre sans que l’on puisse dire laquelle est de l’autre la copie, toutes prises dans le mouvement sans fin d’un regard qui convertit toute vérité en mensonge - inversement aussi - et montre à quelles métamorphoses, à quels miroitements le monde est soumis, qui soulignent l’éphémère nature de tous les phénomènes.
  • 51. 51 J’ai dit deux images et j’ai omis l’essentiel. Car sur la vitre avec la surface de laquelle se confond celle de la photographie apparaissent deux silhouettes supplémentaires aux allures d’ombres chinoises, flottant dans l’espace intermédiaire qui sépare les deux espaces opposés et superposés que le cadre réunit. Sur la droite, malaisément identifiable, comme un coin d’ombre mangeant l’un des bords, on devine plus qu’on ne voit celle de l’homme qui fixe la scène. Il signe moins son autoportrait - son visage, on ne le voit pas - qu’il n’insère obscurément à l’intérieur de la représentation le spectacle même de cette représentation dans l’instant où elle s’opère. Comme si - et c’est bien le cas -, sur le mode d’une sorte de mise en abyme, un photographe, se photographiant en train de photographier, ne photographiait jamais que la photographie qu’il fait. Mais il y a davantage et au centre, on aperçoit très distinctement le profil de la femme vers laquelle l’homme tourne son objectif, la tête tournée sur le côté vers le sphinx que, pourtant, situé derrière elle, elle ne voit pas - pas plus qu’elle ne peut voir les deux pyramides entre lesquelles son reflet se dresse, érigeant son apparence souveraine entre leurs géométries symétriques. Comme si - et c’est encore le cas- elle (je veux dire : cette femme) constituait le vrai sujet de la photographie, en un sens son seul sujet possible, laissant s’organiser autour d’elle tout le spectacle des apparences qui, de part et d’autre de son corps, se distribuent et se déploient. L’artiste et son modèle, le couple amoureux qu’ils composent, selon une tradition au sein de laquelle l’image s’inscrit et dont elle revendique de lui appartenir mais d’après un protocole très particulier qui s’apparente à ce que Roche a nommé « antéfixe », prélèvement pris sur le réel par l’opération de la machine à écrire ou de l’appareil photographique, entassement de formes et de signes que leur accumulation rend difficilement déchiffrables, peut-être définitivement illisibles mais dont la profusion vaut à la manière d’une célébration, celle de deux êtres que le temps réunit, fût-ce fugitivement, en raison du désir qu’ils se portent et dont l’image, même s’il ne se trouvait personne pour la regarder, leur survivrait cependant. Plus qu’une élégie chantant douloureusement le temps qui passe, mieux qu’une ode à l’instant qu’il n’efface pas, davantage qu’un hommage aux Muses qui inspirent l’artiste, une sorte d’épithalame servant à louer les noces perpétuelles de ceux qui s’aiment, qui se sont aimés, qui s’aiment puisqu’ils se sont aimés. J’ai l’air d’expliquer la photographie prise par Denis Roche le 23 février 1985, d’essayer sur elle des interprétations successives afin d’en proposer enfin le commentaire qui soit le plus adapté. Disons : celui qui me va le mieux. Mais je n’oublie pas le sphinx qui trône au centre de l’image, entre les deux pyramides, et vers lequel, sans le voir, la femme tourne son profil comme pour indiquer que c’est dans sa direction qu’il convient de regarder. Les Egyptiens le considéraient comme une créature bienveillante. Les Grecs en firent un monstre au visage de femme, détenteur d’une énigme et dévorant le voyageur incapable de la résoudre. La prudence invite donc, devant la question qu’il pose, à réserver sa réponse.
  • 52. 52 Quant aux pyramides entre lesquelles il s’allonge, dans Surlendemains du style, un texte de 1981 qu’il consacre à certaines des premières images qu’il fit du site de Gizeh, Roche rapporte une autre tradition, venue d’Inde, qui les associe au sexe féminin et qui, au Népal, les consacre à l’adoration de la « Dame de l’Intime Secret », conférant du coup à son image une signification érotique qu’on ne lui soupçonnait pas forcément tout en la liant à un mystère que, naturellement, il ne révèle pas. Mais cette dernière hypothèse ne vaut pas davantage que toutes celles qui précèdent. Elle présente juste l’avantage de les suspendre toutes, laissant entendre qu’aucune ne dit plus vrai qu’une autre. Dans Le Boitier de mélancolie, commentant l’une des deux mille photographies qu’Henri Maccheroni prit du sexe d’une femme, Roche fait remarquer à quel point certaines images - mais il en va ainsi de toute image vraie - donnent irrésistiblement envie de parler d’elles tout en interdisant d’en dire quoi que ce soit : « Le rhéteur - l’amateur d’éloquence - qui croyait s’en tirer, devant ce sexe de femme pour une fois immortel, par quelque allusion au visage de Méduse et au clin d’œil de saurien roublard qu’elle lui lance ici, se fait tout petit devant l’épreuve, il ramasse ses papiers et remballe ses affaires, il ne peut que redescendre l’escalier et se perdre au dehors. » Il me reste à faire de même et à prendre congé du lecteur. Devant un autre site, celui de Carnac, dans un texte plus ancien (il date de 1969), observant « le défilé  d’incongruités pierreuses » d’un monument breton pas moins mystérieux que son homologue égyptien, Roche se présente, dit-il, comme « un homme dépourvu de sens devant un monument d’où le sens, d’où toutes sortes de sens détalent continuellement. » Menhir ou sphinx, dolmen ou pyramide, quelle que soit l’apparence qu’on lui trouve, et la signification qu’on lui donne, le monde a toujours la même valeur d’énigme dont il tire sa force de fascination enchantée. Plus on le regarde et moins on le comprend. Moins on le comprend et mieux on le voit. « Plus je regarde... »Philippe Forest sur une photographie de Denis Roche. 17 mai 2021.
  • 53. 53 Préhistoire, art aztèque, civilisations anciennes et archéologie : les influences de ce projet sont nombreuses. Pour un projet titré « petits collectionneurs », les jeunes faussaires ont réalisé un ensemble de faux objets de collection et d’archéologie. Colliers d’os et gemmes de pâte fimo, statuettes fétiches ont constitué leur butin. La création de carnets d'archives pour l’ensemble de ces objets est venue parfaire l'illusion. L’idée du second projet était d'appréhender la technique de l'empreinte frottée à la manière d'un relevé archéologique qui permet de collecter et d'archiver pétroglyphes, formes gravées et bas-reliefs. Les pétroglyphes sont des dessins symboliques gravés sur de la pierre et appartenant à l’art rupestre. Le terme vient du grec πέτρος, pétros (« pierre ») et γλυφή, gluphḗ (« gravure »). Les formes gravées restituées ont été créées en impactant la matière du papier avant de le recouvrir de poudre de graphite. Vestiges du passé ou purs produits de notre imagination ? La différence est bien mince et plus l’on contemple ces œuvres, moins la réponse est évidente. Pétroglyphes et petits collectionneurs
  • 54. 54
  • 55. 55
  • 56. 56 Avec les élèves des cours Dessin/collège et l’atelier primaire du samedi après-midi (cycle 3), sur une proposition d’Adélaïde Gaudéchoux.
  • 57. 57 Le miel doré coulait de la bouteille si lourdement, Si lentement que l'hôtesse put dire : Ici, dans la triste Tauride où le sort nous a jetés, Nous ne savons ce qu'est l'ennui - en regardant par-dessus son épaule. Partout l'office de Bacchus, comme s'il n'y avait au monde Que des gardes et des chiens - on va sans voir personne Les jours tranquilles roulent comme de lourds tonneaux. Des voix au loin, dans une cabane - on ne comprend ni ne répond. Après le thé, nous sommes sortis dans l'immense jardin brun, Les sombres stores baissés aux fenêtres comme des cils. Passées les colonnes blanches, nous sommes allés voir la vigne Où les montagnes endormies se couvrent de verre aérien. J'ai dit : la vigne est pareille à une bataille d'autrefois Où des cavaliers crépus s'affrontent en ordre bouclé. Depuis la Tauride caillouteuse l’art de l’Hellade - et voici Des hectares dorés les nobles rangées sous la rouille. Oh ! dans la chambre blanche, le silence comme un rouet. Cela sent le vinaigre, la peinture, le vin frais de la cave. Te souviens-tu, dans la demeure grecque : l’épouse aimée de tous Non pas Hélène, l’autre - tout ce temps qu’elle a brodé ? Toison d’or, où donc es-tu, Toison d’or ? Pendant tout le trajet les lourdes vagues ont grondé Et, quitté le vaisseau lassant sa toile sur les mers, Ulysse est revenu, plein d’espace et de temps. 1917 Ossip Mandelstam, traduit du russe par Philippe Jaccottet, p.36 de Simple promesse (La Dogana, deux éditions, 1994 et 2012)
  • 58. 58 L’Odyssée Murielle Szac bayard jeunesse Sébastien Thibault
  • 59. 59 Les classes de piano de Raoul Jehl et Christophe Laparre au Conservatoire, ont créé les pièces musicales présentées sous le titre Improvisations sur Ulysse. Dans les récits les inspirant le plus, les musiciens ont cherché des éléments sur lesquels construire une improvisation : mouvement, atmosphère, personnages... Ils y ont trouvé des latitudes musicales à faire varier : équilibre entre les voix, structure de la pièce, intensité, densité. Ils ont structuré leurs recherches sur des consignes simples, modes, bourdons, jeu sur des cordes frottées, percussions. Leurs enregistrements ont été partagés avec les élèves de l'école d'art et ont accompagné leur projet d'arts plastiques pour créer une forme mêlant théâtre, dessin et cartographie. Á l'heure d'internet et des réseaux sociaux ce périple aura aussi permis la découverte d'un texte magnifique vieux de 3000 ans, et d'envisager sa traversée de plusieurs siècles jusqu'à nous. Ce dispositif d’éducation artistique et culturelle s’adresse aux écoles élémentaires. Pour sa 4ème édition intitulée L'Odyssée, les enfants des classes de CE1 et Cliss à l'école Rivoli, les CE2 de l'école Montjoie ainsi que les CE1/CE2 et CM1 de l'école Jean-Roy sont partis sur les traces d'Ulysse. En partageant la lecture des feuilletons de Muriel Szac (La myhologie grecque en cent épisodes, Bayard Jeunesse), ils ont traversé des mers déchaînées, arpenté des îles inquiétantes et suivi Polyphème le cyclope, Circé la magicienne, Pénélope, les sirènes... Ulysse Voyages Numériques
  • 61. 61
  • 62. 62 62
  • 63. 63
  • 65. 65 Avec les élèves des écoles Jean Roy, Émilie Boutonnet et Benoît Lafficher, les élèves de l'école Rivoli et Céline Le Liboux, les élèves de l'école Montjoie et Laurent Clochard. Sur une proposition de Sophie Pouchain et Sonia Campos pour l'école d'art, Christophe Laparre et Raoul Jehl pour le Conservatoire. Musiciens : Aliénor Dugast (violon), Moïse Norman-Nomary (guitare), Arthur Fiat (guitare électrique), Paul Gautier et Sylwenn Brillouet (piano solo). Pénélope
  • 66. 66 Une photo signet d’un livre abandonné à la fin des vacances de l’été 2001 glisse d’entre les pages les couleurs restent vives Les bords immaculés La photo est jolie Où tu ris de bonheur à côté d’un garçon qui te touche l’épaule et ne sait pas encore qu’il écrira ces lignes dans une autre lumière. Karel Logist « La Traversée des habitudes » paru aux éditions Tetras Lyre, 2015.
  • 67. 67 Ce projet prend sa source dans l’oeuvre de Grégory Valton, « La furtive ». Ce projet photographique rassemble quelques traces d’une marche de deux cents kilomètres de Terezin (République Tchèque) à Flöha (Allemagne). C’est l’itinéraire à rebours de la « marche de la mort » effectuée par le poète Robert Desnos et ses compagnons d’infortune du 14 avril au 8 mai 1945. Les élèves ont exploré la notion d’espace à travers une recherche plastique tenant compte des lieux qu’ils traversent dans leur quotidien. Ceux-ci peuvent être aussi bien intérieurs qu’extérieurs, naturels, urbains, banals, extraordinaires, petits, grands… Journal de bord janvier – mars 2021 Cette recherche a abouti à la création de fragments pouvant suggérer des déplacements mais aussi un intérêt particulier pour une chose saisissante rencontrée sur leur chemin. Cette chose peut être aussi bien belle que laide, intéressante, intrigante, inhabituelle, furtive… Des références artistiques ont aussi été faites au travail de Gabriel Folli et de Caroline de Chiara. Les techniques utilisées ont été propres à chacun : dessins, croquis, photos, collages mais aussi tracés cartographiques. Les éléments imaginés forment un corpus rendant compte de la perception singulière que nous avons de notre environnement. Il donne à voir un rapport à l’espace très différent selon les œuvres et forme ce que l’on appelle un journal de bord.
  • 68. 68 Dans le cours Construire les espaces. Avec Didier Hamel, Eva Herr, Michèle Lenoir, Stéphanie Poupeau, Maëva Rocheron, sur une proposition d'Hélène Delépine.
  • 69. 69 69
  • 70. 70 70 Quand je marche Oulah, faut que j'envoie ces lettres Faut que je rappelle mon père, d'abord Faut que je prévoie cette fête Que j'ai promis de faire pour le disque d'or Faut que je pense à l'été Trouver des colos pour les gamins Me demander quand est-ce que je les ai Et puis pour qu'ils voient leurs cousins Faut que je sache c'que mes sœurs ont prévu Elles vont dire qu'elles m'l'ont déjà dit J'vais répondre, oui mais que j'sais plus Puis faudra qu'je pense à samedi J'aimerai les emmener à la mer Loin de ces humeurs grisâtres Et dimanche, on ira voir mon père On regardera le match tous les quatre Pour ça faut qu’j’l’appelle d’abord lui Puis cette fille à qui j’avais promis Déjà y’a cinq jours que demain J’la contacterai, c’est certain Et que j’lui donnerai mon avis Sur ce truc là qu’elle a sorti Un podcast sur les interdits Que j’ai trouvé d’ailleurs très bien Et puis faut qu'je poste un beau contenu J'sais pas un truc nouveau Et vu le temps qu'je passe dessus Beaucoup trop peu pour qu'ce soit beau Ça va être nul et le pire C'est que j'vais réussir à trouver un autre que moi À qui en vouloir pour ça ça y est, j'arrête de penser J'vais courir, j'vais marcher allé, j'arrête d'me presser J'vais courir, j'vais marcher, j'vais sourire allé, j'arrête d'me presser J'vais courir, j'vais marcher, j'vais sourire ça y est, j'arrête de penser J'vais courir, j'vais marcher Stop, allé, j'arrête d'me presser J'vais courir, j'vais marcher, j'vais sourire J’vais m’relever STOP STOP STOP STOP
  • 71. 71 ooooO 71 Alors y'a l'amour des enfants Avec ça tu manques plus de rien Moi, j'les aime tellement justement J'ai tout le temps peur de pas faire bien Faut dire qu'on parle des blessures Faites par le regard d'un père La moitié des gens malheureux sur cette terre Le sont de cette manière À quoi sert vraiment l'exigence Pourquoi on souhaite être excellents Quand on voit dans quelle déshérence Se retrouvent les génies souvent Moi, j'voudrai leur apprendre à être heureux Avant d'être brillant J'voudrai leur apprendre à être heureux souvent Souvent Mais c'que j'veux pour eux, c'que j'veux C'est bien moins important que c'que j'suis Les gamins, c'est faites c'que j'fais Pas faites c'que j'veux encore moins faites c'que j'dis Dans ce cas là, tant mieux pour la musique Tant mieux pour l'énergie, tant mieux pour les envies Et pour le reste Pardon, tant pis Pardon, tant pis Pardon, tant pis Pardon, tant pis ça y est, j'arrête de penser J'vais courir, j'vais marcher allé, j'arrête d'me presser J'vais courir, j'vais marcher, j'vais sourire allé, j'arrête d'me presser J'vais courir, j'vais marcher, j'vais sourire ça y est, j'arrête de penser J'vais courir, j'vais marcher Stop, allé, j'arrête d'me presser J'vais courir, j'vais marcher, j'vais sourire (oho) J’vais m’relever Avancer, s'rassembler sans flancher Enjamber, le chantier des pensées Qui semblait t'emmêler J'm'y connais sans délais Mes soucis prenez les et l'angoisse tenez la bien J'vais shooter dedans comme elle vient Faut qu'je marche Parce que j'comprends quand je marche Faut qu'je marche Parce que j'apprends quand je marche Faut qu'je marche Parce que je pense quand je marche Parce que j'avance quand je marche Parce que je rêve quand je marche À côté de ça, il y a le silence de mes amis À qui j'ai renoncé par amour Et qui me rappelle qu'aujourd'hui Je n'ai plus ni elle, ni le temps pour Ne serait-ce que les reconquérir Et puis plus on vieilli moins on comprend Les gens qui nous entourent Plus on vieilli moins on comprend, tout court STOP Quand je marche, ©Benjamin Mazuet, 2020, label musical French Flair Music. STOP STOP STOP
  • 72. 72 Tout commence par une page blanche, Un moment suspendu où, au milieu de nos pensées, nous sommes perdus. Et puis, le tourbillon de la création nous entraine. Les mains s’activent au rythme des idées, Elles écrivent, dessinent, raturent, effacent... Elles inscrivent une trace. Petit à petit, l’œuvre prend forme, Encre, peinture, crayon, collage, photographie... Tous les moyens sont bons.
  • 73. 73 R Semblable à un recueil de poèmes végétaux. Quelques bribes de nos intimités. Des souvenirs, des visages, des odeurs, des couleurs voilà ce que nous inspirent la rose blanche, le koru, l’orchidée blanche, le coquelicot, la passerose et la pâquerette. Les fleurs traversent le temps d’une manière si singulière. À leur façon, elles ont influencé les époques et pourtant elles ont inlassablement disparu. Dans le bouquet d’un amour de jeunesse, dans les champs sous la douce chaleur du printemps, sous le vent des dunes, dans les mains du plus précautionneux des jardiniers, sur les murs d’une maison de vacances, une par une, les fleurs ont fané laissant derrière elles le souvenir des temps passés. Nous nous sommes alors lancées à corps perdu dans une folle entreprise. Faire exister ces fleurs à tout jamais, les ancrer dans le passé, le présent et le futur. V E S T I G E
  • 74. 74 When they come back — if Blossoms do — I always feel a doubt If Blossoms can be born again When once the Art is out — When they begin, if Robins may, I always had a fear I did not tell, it was their last Experiment Last Year, When it is May, if May return, Had nobody a pang Lest in a Face so beautiful He might not look again? If I am there — One does not know What Party — One may be Tomorrow, but if I am there I take back all I say — Further poems of Emily Dickinson, Emily Dickinson.
  • 75. 75 Quoi de plus simple que d’offrir un petit bouquet de pâquerettes cueilli dans un jardin. Symbole de “l’attachement”, “la joie d’aimer” ou encore “la tendresse” elle respire la simplicité. J’ai toujours aimé l’orchidée. Je pense pouvoir dire que c’est ma fleur préférée car je trouve que c’est une plante très belle et qui a toujours été présente chez moi. Léa, l’orchidée blanche Mado, la pâquerette
  • 76. 76 Omniprésentes à l’île d’Oléron, ces fleurs me plongent instantanément dans des souvenirs précieux. J’aime récolter ses graines pour les parsemer sur mon passage, quand je voyage. Dans la mythologie, la rose blanche est à l’origine de la rose rouge. Fleur éclatante et dangereuse, ses épines forment une barrière protectrice de sa véritable nature douce et pure. Emma, la rose blanche Adélie, la passerose
  • 77. 77 Elle est la fleur du repos et de la tranquillité que j’aspire à trouver entre ma pensée en arborescence et mon hypersensibilité. Son caractère éphémère symbolise la fragilité de mon existence. Le koru, synonyme de renaissance, de croissance, de force et de paix, chez les Maoris, c’est un lien fort avec mon pays d’accueil : La Nouvelle- Zélande. Hortense, le coquelicot Marie, le koru Carte blanche à l’IUT - linogravures tirées à 303 exemplaires à l’école d’art, juin 2021.
  • 78. 78
  • 79. 79 Tout commence par une page blanche, Un moment suspendu où, au milieu de nos pensées, nous sommes perdus. Et puis, le tourbillon de la création nous entraine. Les mains s’activent au rythme des idées, Elles écrivent, dessinent, raturent, effacent... Elles inscrivent une trace. Petit à petit, l’œuvre prend forme, Encre, peinture, crayon, collage, photographie... Tous les moyens sont bons. Ce qu’ils cherchent c’est l’expression : D’une pensée, d’une émotion, Éternel tourbillon !
  • 80. 80 L i g n e s L’atelier « techniques mixtes » a emprunté différentes pistes liées à la ligne, à l’espace, au paysage. Les arborescences de Najia Mehadji ont inspiré un travail sur la ligne, le tracé de formes végétales, à la craie sanguine et au pastel. Le printemps dessiné par David Hockney a porté Yann vers des carnets botaniques et un travail au pochoir, qui ressemble à des cyanotypes. Des paysages de papier et des expériences de collage inspirées par Jérémie Fischer, ou encore les œuvres d’Anna Taratiel générant des compositions de « masking tape » ont nourri les recherches des participants. En voici un florilège coloré et poétique.
  • 81. 81
  • 82. 82
  • 83. 83
  • 84. 84
  • 85. 85 Avec Yann Rapinat, Jean- Claude Courdavault, Catherine Champigny, Maryse Brochard, Séverine Babeau, Catherine Geay, Marion Daviaud, Noëlla Pinçon, Sylvie Bardin. Sur des propositions de Sophie Pouchain, à travers le cours techniques mixtes.
  • 86. 86 Intitulé « Traverser les espaces », ce projet d'édition naît de la rencontre entre les élèves de première STAV du Lycée Nature et l'artiste Grégory Valton. Amorcé par la découverte d' œuvres de la collection de l'Artothèque choisies en écho aux mots « archiver-traverser », un dialogue de plusieurs semaines s'est engagé autour des notions de référence artistique, de processus créatif, de leurs formes possibles et de leur ancrage dans une pratique partagée. On a demandé aux lycéens d’envisager tout type de territoire sur lequel ils se déplaceraient : restreint, étendu, banal, insolite, tout type de moyen de se mouvoir, d’en faire l’expérience en en gardant trace (prise de note, croquis, photographie) pour générer la matière brute du travail réalisé à l’école d’art. Cette expérience a impliqué une correspondance entre artiste et lycéens. On a aussi étudié les correspondances possibles entre les œuvres qu’ils découvraient et les créations qui en découleraient. Associations d’idées, circulations d’images, de textes contribuèrent à un échange artistique dont voici quelques traces, figées dans une édition tirée et façonnée à 30 exemplaires à l’école d’art. découverte idées découverte découverte correspondances images Traverser les espaces correspondances correspondances idées idées images images
  • 87. 87
  • 88. 88 Idée, pensée, nature, espace, couleurs Un univers infini bloqué par la conscience du réel Ordonné, symétrique, trompe-l’œil, enfantin, horizon Le terrain de foot c’est la traversée. C’est une traversée, lorsqu’on joue, on est libéré Tout comme à la pêche La trace noire représente le vide, c’est la traversée mentale Le désordre, la créativité L’œuvre m’évoque le rugby avec le terrain et les feuilles qui se relèvent sur les côtés représentent les poteaux Collage, pliage, voyage, soleil, assemblage, dessin, peinture Promenez-vous en montgolfière au dessus du coucher du soleil Coucher du soleil, contempler, couleur, s’évader, moment passager, éphémère, souvenir, s’échapper, traverser, se contenter de choses simples, les aléas de la vie Les vagues représentent le bruit, le tumulte Le soleil représente le calme, la douceur La lumière laissant place à l’obscurité, l’obscurité laissant passer la lumière Inspiration (source d’inspiration pour les poètes du romantisme, inspiration de la nature) Chacun peut s’identifier à travers ce type de paysage Diversité (de cultures, de genres, de paysages) Dépression, chute, désordre, antithèse, incompréhension, enclavement, aveuglement Enfermements, mur, illusion, cage, enchaîner, brouillard, ciment Visage moustachu, le visage à la houppette, regard perçant, assemblage, vivant, représentation Le visage aux mille-feuilles, et formes Visage unique en son genre Pensée, idée, souvenir, nostalgie, couleur, histoire, sentiment, abstrait, inspiration, imagination, forme, symétrie, persévérance, philosophie L’histoire du dessin se lit dans ses lignes Les dessins les plus simples sont ceux qui parlent le plus Le dessin le plus facile peut paraître le plus compliqué Chaque dessin est unique car il n’est pas fait avec le même trait horizon, chemin, traversée, évolution, perspective, découverte des paysages, noir et blanc mer, traversée, évasion, mouette, transition, point de vue, harmonie, voyage, exploration, départ et arrivée, bateau, navigation, couleurs, horizon, vif, net
  • 89. 89
  • 90. 90
  • 91. 91
  • 92. 92 Avec Grégory Valton et les élèves de 1ère STAV du Lycée Nature, leur enseignant Emmanuel Devineau, l'Artothèque de La Roche-sur-Yon. Perrine Cousin, Antonin Decressac, Ambre Delhommeau, Estében Farré, Lucas Jadeau, Clément Guibert, Nathan Limousin, Suzanne Belleil, Antonin Loison, Hugo Yoriatti, Mélinda Renaud, Joan Gaspa, Eliott Jean-Granier, Pierre Fétiveau, Lison Praud, Isaac et Eliott, Elisa Jullien, Benjamin Druart, Lili-Rose Bonnaud, Malvina Girard, Alysson Thibaud, Nathanaël Serrier. Sur une proposition de Sonia Campos, Hélène Delépine et Lisa David pour l'école d'art.
  • 93. 93 Créée en 1998, l’artothèque de La Roche-sur-Yon s’installe au musée municipal pour intégrer en 2003 la médiathèque Benjamin-Rabier. L’artothèque est au cœur du pôle  Image et Son,  consacré aux arts visuels, au cinéma, à la musique et à la danse à travers de nombreux documents multi-supports. Riche d’une collection de 1200 œuvres dont 300 photographies, elle a pour mission de faire découvrir l’art contemporain au plus grand nombre. Elle a également développé un fonds de livres d’artistes en lien avec les estampes de l’artothèque. Au cours de son histoire, l’artothèque a présenté des œuvres de Claude Viallat, David Hockney, Francis Bacon, Barthélémy Toguo, Henri Michaux, Dominique Lacoudre, Micha Laury, Antoni Tapiès…Ont été également exposés les photographes Thierry Girard, Anne- Marie Filaire, Didier Ben Loulou, Bernadette Tintaud... Des mouvements comme l’Op art, la figuration libre, le nouveau réalisme, le Land art sont représentés dans la collection. Le street art et la bande dessinée constituent également une part importante du fonds. Depuis 2017, une collection jeunesse de plus de 160 estampes a été ouverte et circule avec succès chez les jeunes. A r t o t hèque L’Artothèque c’est plus de 600 emprunteurs - 1230 oeuvres adultes - 160 oeuvres jeunesse - 440 livres d’artistes - 490 artistes Artothèque de La Roche-sur-Yon Agglomération Médiathèque Benjamin-Rabier Adresse :  Esplanade Jeannie-Mazurelle - 85000 La Roche-sur-Yon Téléphone : 02 51 47 43 08  Site internet : http://www.larochesuryon.fr/mediathèques Par Sandra Doublet
  • 94. 94 Landscape 1, ©Tony Cragg ©adagp, Paris 2022 Crédit photo : Jean Herpin
  • 95. 95 Tony Cragg utilise dans ses sculptures des techniques telles que l’empilement, la superposition et l’amoncellement de différents types de rebuts et d’objets usuels, afin de questionner les liens entre la civilisation et ses modes de production. Son univers évoque la science et la technologie, il manifeste ainsi un intérêt pour les objets scientifiques ou non (fioles, assiettes, briques), ou bien pour les matériaux omniprésents dans notre environnement tels que les matières plastiques qu’il détourne et déconstruit dans une forme de critique esthétique et sociétale teintée d’humour. Cette inventivité des formes se traduit dans les rapports d’échelle, de volume, de matière, dans ses mosaïques murales multicolores, proches de puzzles, ou bien dans ses sculptures de bronze fluides, rappelant des formes géologiques naturelles. Ses œuvres récentes suggèrent le mouvement et le caractère fugace des éléments, comme dans ses formes en acier inoxydable, rappelant la fluidité du métal en fusion. L a n d scape 1 L’œuvre intitulée Landscape (Paysage) affirme le désir de faire figure, de renvoyer à l’image dans un va-et-vient entre celle-ci et des qualités plus triviales et matérielles d’objets hétéroclites. Bidons, pneus, palettes et emballages semblant venir de l’atelier de l’artiste deviennent de pures formes et créent des nappes colorées, l’aspect chromatique engageant une réflexion entre image, matériau et objet. Du désordre naît une composition quasi picturale et ordonnée, une seconde vie est donnée aux objets rejetés par la société, ils sont ici réinvestis d’une âme artistique.
  • 96. 96 City Bus, 1998. ©Shirley Sharoff, gravure, 33 x 64,5 cm. Courtesy of the artist. Crédit photo : Jean Herpin
  • 97. 97 Shirley Sharoff enseigne et pratique la gravure. Elle réalise des estampes et livres d’artistes, médiums propices à son travail de recomposition d’images et de textes à l’infini. En cela, elle se rapproche de l’Oulipo par une pratique de l’assemblage rappelant l’esprit ludique de ce laboratoire d’écriture : signes graphiques, plans, cartes, marelles sont autant d’éléments qu’elle déconstruit ad libitum dans ses estampes. L’œuvre City bus est une gravure à l’aquatinte au sucre. Elle représente une cartographie inspirée de plans de bus, pouvant rappeler par ses couleurs des couches géologiques, ou au contraire une vue du ciel. Née à Brooklyn, New York, l’artiste a toujours été fascinée par les réseaux citadins. Ici, l’artiste se sert des codes de la cartographie pour créer une œuvre graphique originale : par le choix des couleurs qui désignent habituellement des zones géographiques ou géologiques différentes, par des lignes à main levée symbolisant des routes, des cours d’eau ou des voies ferrées. C i t y Bus Les formes géométriques et gommettes colorées s’éloignent d’une représentation schématisée du réel pour ne répondre qu’à des critères ludiques de composition. Sans légende, ce plan de bus apparaît comme une pure abstraction dont les codes du réel sont pourtant ancrés en filigrane. L’utopie architecturale de cette ville permet d’envisager un autre type de circulation, une autre manière de vivre ensemble, en contradiction avec l’orthogonalité classique de l’urbanisme. City bus déhiérarchise ainsi les rapports humains et les circulations urbaines.
  • 98. 98 Frédérique Lucien travaille à partir de médiums divers (gouache, pastel, fusain) sur des supports tels que la toile, le verre, le métal ou le papier cuisson, dans des formats intimes ou monumentaux. La nature et, plus récemment les thématiques de l’organique et de l‘anatomique, lui permettent d’osciller entre réel et abstraction. Dans ses œuvres, elle déploie une attention persistante pour la ligne, le contour, la courbe, les pleins et les vides. La nature notamment, lui inspire des sujets où la vitalité, la tension et le mouvement sont prépondérants. La lithographie Ligne de mer juxtapose horizontalement quatre fragments formant une bande étroite. À la manière d’un relief, les couleurs en aplat, bleu et gris argenté, se rencontrent dans une démarcation franche, sans dégradé de valeur. Cette découpe irrégulière marque une ligne de tension entre vide et plein, évoquant un Ligne de mer, 1999 ©Frédérique Lucien Lithographie sur aluminium Saphyr, quadriptyque 17,5 x 99 cm x 4 Édition Michael Woolworth, Paris, 15 exemplaires numérotés et signés. ©adagp, Paris 2022 paysage marin dans une vision panoramique. Scandée en quatre fragments se succédant, cette lithographie appuie une horizontalité et l’absence de perspective. Le geste minimum de la ligne et la couleur bleue permettent d’offrir une spatialisation symbolique de ce qui s’apparente à un substrat de paysage marin. Ligne de mer
  • 100. 100 Jupe L’or dans les feuilles est encore plus beau presque trop beau pour être vrai ciel bleu, dans la lumière – Il me touche, par ce temps gris et contraste avec ces ambiances sombres froides. Il me réjouit – Les arbres dorés et lumineux Quelle serait la danse sous ces arbres dorés ? jupe. Dans le pré, la jument ne craint pas le froid. je saisis les mouvements des jambes Elle est attentive aux bruits du lointain et lève Les deux personnages avancent sur le chemin, la tête et tourne les oreilles. Sa tâche, pas – trop artificielle. infiniment répétée, de brouter l’herbe, J’élimine la photo du parking, elle ne me plaît se déroule sous mes yeux qui ne se lassent pas bien d’aujourd’hui : février 2021, froide et triste. de la regarder. La photo de l’Yon, brun sous le soleil voilé
  • 101. 101 16/02/2021 jupe. A quoi bon étudier un système d’image dont Il regarde en arrière, peut-être une traîne on sait dès le départ les inconvéninents et les vulnérables nuisances ? Ses jambes, mal emballées, le rendent Pourquoi se complaire dans un système Le jeune homme simple et joyeux opprime ? Elles sont bien emballées en quelque sorte. Chercher plutôt la liberté de respirer, ondulante qui remonte sur le devant – aller et venir, vivre dans la nature, la jupe liberté de penser. homme ; parcequ’elles sont auréolées 21/02/2021 Ses jambes sont plus jolies que celles du jeune Ce que je redoute le plus, c’est la laideur – La jeune fille a de jolies jambes. laideur comme stimulant de l’imaginaire – L’art : inutile et cependant nécéssaire – Et pourtant, je l’utilise souvent Qu’est-ce qu’un artiste ? dessins imparfaits. artistes ? Pouvoir se soustraire à la laideur. Les entomologistes de l’image sont-ils ? Tourner la page – Fuir dans une belle pensée, Un objet belle image. Toucher des mains, du corps Fabriquer un projet de réel plaisant. Toucher des yeux Réel plaisant – le livre d’images – le collectif Toucher de la matière foisonnant – une action groupée – une fierté de Toucher de la lumière l’ensemble – Voir de la matière Liberté de prendre ou de ne pas prendre, de Voir de la lumière choisir ou de ne pas choisir l’image – le contraire d’une projection sur l’écran – Pouvoir de dire NON. Tout Edition d’une pensée dispersée, d’une pensée même. Ecrire, c’est concrétiser une pensée – partagée – différent de l’art abstrait qui est concret quand Quel est le poids d’une pensée dans le flot papier, la pensée se concrétise – l’art concret – continu de la vie qui ne s’arrête jamais pensées délaissées – Pour une fois : photo – Évoluer et produire du vivant et du mort – comme les milliers d’insectes, les milliers de mortubic, tupic, l’insecticide apaisant :
  • 102. 102
  • 103. 103 Tout commence par une page blanche, Un moment suspendu où, au milieu de nos pensées, nous sommes perdus. Et puis, le tourbillon de la création nous entraine. Les mains s’activent au rythme des idées, Elles écrivent, dessinent, raturent, effacent... Elles inscrivent une trace. Petit à petit, l’œuvre prend forme, Encre, peinture, crayon, collage, photographie... Tous les moyens sont bons. Ce qu’ils cherchent c’est l’expression : D’une pensée, d’une émotion, Éternel tourbillon ! Le bourdonnement s’amplifie Au rythme des idées, des mouvements, L’œuvre naît de ce bruit ambiant.
  • 105. 105 L'idée de paysage construit (villes, architectures, constructions) a été présentée aux enfants, et explorée à travers différentes opérations (découpage/collage, assemblage, dessin, peinture, maquette, modelage) pour créer des aller-retours entre réel et fiction, entre travail de surface et création en volume. Ils se sont inspirés d'éléments architecturaux issus de photographies en noir et blanc d'architectures et de levers de soleil. Les élèves ont d'abord réalisé des dégradés colorés aux crayons aquarelle pour créer un lever de soleil. Ils ont ensuite extrait des lignes au calque et au crayon dans les photographies d'architectures, pour créer une construction fictionnelle. Les images ont été reportées sur le fond à l'encre de chine. En résultent des compositions mêlant architectures graphiques, fantomatiques et abstraites et des ciels expressionnistes colorés.
  • 106. 106 Avec les ateliers primaires du mardi et mercredi (cycle 2), sur une proposition d'Hélène Delépine.
  • 107. 107 Tout commence par une page blanche, Un moment suspendu où, au milieu de nos pensées, nous sommes perdus. Et puis, le tourbillon de la création nous entraine. Les mains s’activent au rythme des idées, Elles écrivent, dessinent, raturent, effacent... Elles inscrivent une trace. Petit à petit, l’œuvre prend forme, Encre, peinture, crayon, collage, photographie... Tous les moyens sont bons. Ce qu’ils cherchent c’est l’expression : D’une pensée, d’une émotion, Éternel tourbillon ! Le bourdonnement s’amplifie Au rythme des idées, des mouvements, L’œuvre naît de ce bruit ambiant. Soudain le silence revient, L’œuvre est achevée Elle est prête à être envoyée
  • 109. 109
  • 110. 110 Par Évelyne Périllard et Nathalie Bocquier, sur une proposition de Pierre-Yves Gervais. Le tartan est un motif obtenu par tissage de fils de couleurs qui se croisent horizontalement et verticalement. Connu grâce aux kilts écossais, il est apparu il y a environ 5500 ans au nord ouest de la Chine. Les migrations et surtout les échanges commerciaux ont vu sa diffusion vers le centre et le nord de l’Europe, dans la culture celte. Cette pratique immémoriale perdure et nombre de nouveaux motifs sont encore créés aujourd’hui. Deux stylos à billes BIC quatre couleurs, quelques feuilles au format A4, une règle et une équerre suffisent pour dessiner des motifs riches et variés. La « grille » produite pourrait être transmise à un tisserand, interprétée pour réaliser un tissage fidèle, avec des fils à coudre ou du coton. L’esquisse dessinée peut être tissée elle- même à l’aide d’un cadre de carton perforé. Tisser, nouer les lignes les unes aux autres, c’est aussi une métaphore du temps qui passe, de la lente et patiente construction du motif, point par point, ligne après ligne.
  • 111. 111 Tout commence par une page blanche, Un moment suspendu où, au milieu de nos pensées, nous sommes perdus. Et puis, le tourbillon de la création nous entraine. Les mains s’activent au rythme des idées, Elles écrivent, dessinent, raturent, effacent... Elles inscrivent une trace. Petit à petit, l’œuvre prend forme, Encre, peinture, crayon, collage, photographie... Tous les moyens sont bons. Ce qu’ils cherchent c’est l’expression : D’une pensée, d’une émotion, Éternel tourbillon ! Le bourdonnement s’amplifie Au rythme des idées, des mouvements, L’œuvre naît de ce bruit ambiant. Soudain le silence revient, L’œuvre est achevée Elle est prête à être envoyée Tous ces fragments assemblés, Vous sont ici restitués, Dans ce corpus varié.
  • 112. 112 Àl'origine il y avait des images d'archives et des images glanées ça et là, sans source référencée. Poétiques, mémorielles, féministes, ces recherches menées à partir d'archives personnelles ont impulsé un ballet d'images et d'échanges postaux, téléphoniques, numériques : comme le démarrage d'un ping-pong graphique, littéraire et amical. Une succession d'associations d'images, différentes expériences de composition, de transformation, de narration ont lentement construit et dévoilé le propos de chacune. « Ping-Pong »
  • 113. 113
  • 114. 114
  • 115. 115 Avec Gabrielle Boutaud, Sylviane Gerdy, Geneviève Legros, Michèle Lenoir et Maryse Poirier. Sur une proposition de Sonia Campos.
  • 116. 116
  • 117. 117
  • 118. 118
  • 119. 119 Tout commence par une page blanche, Un moment suspendu où, au milieu de nos pensées, nous sommes perdus. Et puis, le tourbillon de la création nous entraine. Les mains s’activent au rythme des idées, Elles écrivent, dessinent, raturent, effacent... Elles inscrivent une trace. Petit à petit, l’œuvre prend forme, Encre, peinture, crayon, collage, photographie... Tous les moyens sont bons. Ce qu’ils cherchent c’est l’expression : D’une pensée, d’une émotion, Éternel tourbillon ! Le bourdonnement s’amplifie Au rythme des idées, des mouvements, L’œuvre naît de ce bruit ambiant. Soudain le silence revient, L’œuvre est achevée Elle est prête à être envoyée Tous ces fragments assemblés, Vous sont ici restitués, Dans ce corpus varié. Et voilà BRUIRE
  • 120. 120 Remerciements Nous remercions très sincèrement les différents auteurs et participants sollicités. Tous les participants aux différents cours et ateliers de l'école d'art ayant contribué à Bruire #1, pour la générosité de leurs contributions. L'artiste Grégory Valton, résident à l'école de décembre 2020 à juin 2021, pour son projet Night not recording et tout ce qu'il a apporté à l'école durant cette singulière année scolaire. Les élèves du Lycée Nature et leur enseignant Emmanuel Devineau pour le projet « Traverser les espaces », ainsi que les classes participant au projet « L'Odyssée » et leurs enseignants. Isabelle Lassave, Sandra Doublet, Hélène Sayadi et Valéry Verger pour l'Artothèque de La Roche-sur-Yon, Éloïse Guénégues et Sophie Dugast pour la Maison Gueffier. Philippe Forest, Françoise Peyrot-Roche, Catherine Dérioz de la Galerie Le Réverbère à Lyon et Guillaume Geneste du laboratoire La chambre noire, pour leur confiance et leur aide. Shirley Sharoff, Frédérique Lucien, Marina Mutti de la Galerie Jean Fournier (Paris) Michael Woolworth , Tony Cragg et Christine Kelle, Florian Rodari des éditions La Dogana et Audrey Voos des éditions Tetras Lyre pour leur gentillesse et leur aide. Céline Rui des éditions Bayard Jeunesse, Nicolas Voskoboinikoff du label musical French flair Music.
  • 121. 121 L’ Adjoint à la Culture et à la Communication Maximilien Schnel, le Directeur des Affaires culturelles de La Roche-sur-Yon Jean-François Brunel, Jean-Michel Pierre et le Directeur du Conservatoire/École d'art Xavier Jamin. Brigitte Pirio, Isabelle Guerry, Laurianne Raimbault et Fabrice Braud pour leurs précieuses aides techniques et administratives. Caroline Olié pour la Direction du Service Éducation de la Ville de La Roche-sur-Yon, et la DRAC des Pays de la Loire. Toute l'équipe de l'accueil du CYEL pour son aide dans la gestion des dépôts/retraits des travaux d'élèves. L'équipe de l'IUT de La Roche-sur-Yon : Marie Carette, Léa Cottenceau, Emma Grolleau, Hortense Quillet, Mado Rexand et Adélie Viaud. Leurs enseignants Christelle Capo-Chichi, François-Jean Goudeau,Yves Guilloux, Marc Jahjah, Claudine Paque et Zeineb Touati. L'équipe pédagogique de l'école d'art : Claudie Pateau, Sonia Campos, Hélène Delépine, Adélaïde Gaudéchoux, Pierre-Yves Gervais, Jean Herpin, Sophie Pouchain, Lisa David et les enseignants du Conservatoire Raoul Jehl et Christophe Laparre. Djamel Meskache, pour sa magie blanche. Camille Imhof de l'imprimerie Offset 5 et Hervé Cano pour Fedrigoni, Nathalie Fonteneau pour leur disponibilité et leur expertise.
  • 122. 122 Bruire #1 - Archiver/Traverser Une édition de l’École d’art de La Roche-sur-Yon, dans le cadre d’un partenariat pédagogique avec l’IUT de La Roche-sur-Yon. Impression Offset à 1000 exemplaires sur papier Fedrigoni, Arena Natural Rough 100g pour les pages intérieures et Arena Natural Rough, Fedrigoni, 300g pour la couverture. Par l’imprimerie Offset 5 de La Mothe-Achard. Typographies utilisées : Arial, Bely, Bely Diplay, ITC Galliard Pro, Montserrat, Sabon LT Pro, Variex OT. 24 x 16,8 cm, 120 pages. Disponible en version numérique du 01/03/2022 au 01/03/2023 sur les sites suivants : Site de la ville de La Roche-sur-Yon et site du média étudiant Hashtag Infos. Conçu collégialement par un comité éditorial composé d’étudiantes en DUT Information et Communication de l’IUT de La Roche-sur-Yon et de l’École d’art, ce numéro réunit, entre autres, des contributions du comité éditorial, ainsi que de Sandra Doublet, Philippe Forest, Grégory Valton, du public et des enseignants de l’École d’art. Parmi eux : Séverine Babeau, Julie Badeau, Sylvie Bardi, Sam Belbéoch, Dominique Bellier, Brigitte Blois Nolleau, Nathalie Bocquier Nicole Boudeau, Gabrielle Boutaud, Isabelle Braems, Maryse Brochard, Sonia Campos, Claudine Cantet, Catherine Champigny, Pascale Chauvin, Marlène Combaud, Jean-Claude Courdavault, Marion Daviaud, Lisa David, Chléa Debavelaere, Hélène Delépine, Jean-François Deruy, Marie Dumez, Emmanuelle Fauchart, Christiane Fruchet, Adélaïde Gaudéchoux, Catherine Geay, Sylviane Gerdy, Pierre-Yves Gervais, Saliha Ghernaout, Didier Hamel, Eva Herr, Pierre Lebrun, Geneviève Legros, Éric Lefebvre, Michèle Lenoir, Robert Lugand, Véronique Lusset, Marie-Françoise Masson, Bernard May, Claude Palun, Évelyne Périllard, Noëlla Pinçon, Maryse Poirier, Stéphanie Poupeau, Yann Rapinat, Annette Renoul, Maëva Rocheron, Florence Thareau, Pamela Yaya, les élèves des écoles Jean Roy, Emile Boutonnet et Benoît Lafficher, les élèves de l’école Rivoli et Céline Le Liboux, les élèves de l’école Montjoie et Laurent Clochard, Sophie Pouchain, les élèves de 1ère STAV du Lycée Nature, élèves des cours Dessin/collège et l’atelier primaire du samedi après-midi, les ateliers primaires du mardi et mercredi. Comité éditorial associé à ce numéro et design graphique : Marie Carette, Léa Cottenceau, Emma Grolleau, Hortense Quillet, Mado Rexand et Adélie Viaud. Responsable de la publication et coordination : Lisa David. Relecture : Christelle Capo-Chichi, Sandra Doublet et Claudie Pateau. Dépôt légal : mars 2022 ISSN en cours Cet exemplaire ne peut être vendu. Parue en mars 2022
  • 124. 124 École d’art de La Roche-sur-Yon BRUIRE #1 Archiver - Traverser mars 2022