Septembre 2012Le marché en revue                                                                               Tableau 1  ...
Septembre 2012GAINS RESPECTABLES                                                                       Un certain nombre d...
Septembre 2012marchés des capitaux. Aussi prévoyons-nous que les moisà venir demeurent sous le signe de la volatilité desm...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Commentaires de septembre 2012

213 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
213
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Commentaires de septembre 2012

  1. 1. Septembre 2012Le marché en revue Tableau 1 Sommaire des résultats des principaux marchés FAITS SAILLANTS DU MOIS D’AOÛT Rendements des indices* Août CUM Les marchés mondiaux des actions ont poursuivi S&P/TSX composé 2,4 % 0,0 % leur reprise, affichant de la résilience en dépit des S&P 500 2,0 % 11,8 % préoccupations économiques qui perdurent. - en dollars canadiens 0,3 % 8,5 % MSCI EAEO 1,3 % 4,8 % Les espoirs se sont emballés (et ont par la suite été - en dollars canadiens 0,7 % 1,1 % comblés) à la perspective de l’adoption de politiques MSCI Marchés émergents -0,4 % 4,3 % et de mesures de relance pour secourir les économies fragiles et stimuler la confiance des Indice obligataire universel DEX** -0,1% 2,6 % investisseurs. Indice des obligations de sociétés notées Les mesures de relance économique annoncées par BBB** 0,3% 5,4 % le président de la Réserve fédérale, Ben Bernanke, *Monnaie nationale (à moins d’indication contraire); cours seulement et au début du mois de septembre, par la Chine et le **Rendement total, obligations canadiennes président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Graghi, ont contribué à l’avancée des Tableau 2 marchés des actions. Autres cours et résultats L’indice S&P500 a surpassé les indices mondiaux Cours Août CUM équivalents avec de solides rendements à ce jour. $ US par $ CA 1,014 $ 1,7 % 3,1 % Un rebond du cours des marchandises a favorisé la Pétrole (West Texas)* 96,41 $ 10,1 % -2,6 % reprise de l’indice canadien S&P/TSX après une Or* 1 674 $ 3,3 % 6,3 % pénible première moitié de l’année. Indice CRB Reuters- Jefferies* 309,59 $ 3,4 % 1,4 % Le marché obligataire canadien s’est affaibli alors que les investisseurs se sont légèrement retournés *En dollars US vers les actions. Le cours du pétrole (WTI) a fait une montée de Tableau 3 Résultats sectoriels du marché canadien 10 %. Résultats sectoriels du S&P/TSX Août CUM Le dollar canadien a pris une avance de 1,7 % sur le composé* dollar américain. S&P/TSX composé 0,0 % 2,4 %RÉSILIENCE DES MARCHÉS Énergie 1,2 % -4,1 %Les indicateurs économiques nous portent à croire que Matériaux 6,7 % -8,7 %nous sommes actuellement témoins d’un autre passage à Industrie -0,1 % 6,1 %vide pour l’économie états-unienne, de même que d’un Consommation discrétionnaire 0,9 % 12,3 %état de récession en Europe et d’un ralentissement des Biens de consommation de base 2,2 % 12,3 %perspectives de croissance en Chine. Les données Santé 3,4 % 11,3 %économiques nous disent ce qui s’est produit – elles Finance 2,1 % 5,2 %regardent le passé. Or les marchés des capitaux, eux,regardent vers l’avant. Cet été, ils ont réussi à maintenir Technologies de l’information 5,2 % -11,2 % Télécommunications 1,4 % 3,7 %une relative résilience, malgré l’accentuation des attentesprévisionnelles pour l’adoption de politiques et de mesures Services aux collectivités -1,7 % -2,2 %de relance par les États-Unis, la Chine et l’Europe, dans le *Cours seulement Source : Bloomberg, MSCI Barra, Financière BN, PC Bond, RBCbut de secourir les économies fragiles et la confiance Marchés des Capitaux(encore plus fragile) des investisseurs.© GLC, tous droits réservés. Vous ne pouvez ni reproduire, ni distribuer, ni utiliser autrement toute partie du présent article sans l’autorisation écrite préalable du Groupede gestion d’actifs GLC.Les opinions exprimées dans le présent commentaire n’engagent que le Groupe de gestion d’actifs GLC ltée (GLC) à la date de leur publication etpeuvent changer sans préavis. Ce commentaire n’est présenté qu’à titre d’information et n’a pas pour but d’inciter le lecteur à acheter ou à vendredes produits de placement précis, ni de fournir des conseils juridiques ou fiscaux. Tout investisseur potentiel devrait étudier avec soin les documentsde placement avant de prendre la décision d’investir et s’adresser à son conseiller pour obtenir des conseils en fonction de sa situation particulière.Groupe de gestion d’actifs GLC 1 de 3 www.glc-amgroup.com
  2. 2. Septembre 2012GAINS RESPECTABLES Un certain nombre d’inquiétudes continuent d’affliger lesBien que la volatilité se soit maintenue tout au long de investisseurs, à savoir les problèmes de dette en Europe,l’été, les marchés mondiaux des actions ont enregistré des les signes d’un ralentissement économique en Chine, lesgains respectables (davantage du côté des pays attentes croissantes à la veille de l’élection présidentielle 1développés) (reportez-vous au tableau 1). Fait à noter, américaine, et l’approche de la « falaise fiscale » auxl’indice américain S&P500 a systématiquement surpassé États-Unis. Chacun de ces facteurs a amplifié la pressionses équivalents mondiaux grâce à de solides rendements sur les responsables de la politique économique pour toutcumulatifs à deux chiffres jusqu’en ce début d’automne. simplement « en faire plus ». (Si seulement il était aussiAux États-Unis, les revenus des sociétés ont continué de simple d’« en faire plus ».)plaire aux investisseurs, en s’avérant conformes ousupérieurs aux attentes des analystes au cours des onze Fin août et début septembre, les demandes ont finalementderniers trimestres. Certes, ces mêmes analystes ont été entendues du côté de la Réserve fédérale américaine,passé le plus clair de 2012 à revoir leurs attentes à la du gouvernement chinois et de la Banque centralebaisse, mais il s’agit tout de même là d’un record digne de européenne (BCE), ce à quoi les marchés des actions semention pour les sociétés américaines. sont empressés de réagir favorablement.Pendant ce temps, l’indice canadien S&P/TSX n’a que tout À la fin du mois d’août, le président de la Réserverécemment commencé à rattraper son retard grâce à un fédérale américaine, Ben Bernanke, a confirmé sondébut de reprise du côté des marchandises, fortement engagement à « garder le cap » – en maintenant lesmises à mal plus tôt dans l’année. Les cours des taux d’intérêt à des niveaux exceptionnellement basmarchandises et les secteurs canadiens des ressources dans un avenir prévisible – et réaffirmé sa volonté(reportez-vous aux tableaux 2 et 3) ont profité d’une d’avaliser des programmes de relance pour venir encombinaison d’annonces de mesures de relance visant aide à l’économie fragile des États-Unis.l’économie nationale de la Chine, d’une part, et des effets Au début du mois de septembre, le gouvernementpositifs des politiques adoptées aux États-Unis et en central de la Chine a annoncé la mise en œuvre d’unEurope, d’autre part. Tous ces facteurs conjugués ont programme de dépenses en infrastructures de unpermis d’améliorer les perspectives de croissance billion de yuans (150 milliards de dollars US) pourmondiale, ce qui profite aux économies basées sur les tenter de maintenir à flot la croissance défaillante.ressources telle la nôtre. En Europe, le président de la BCE, Mario Draghi, a annoncé sa politique visant les transactionsLes résultats du marché obligataire canadien étaient nuls monétaires directes (Outright Monetary Transactions,ou négatifs pour le mois d’août. Les maigres revenus ou OMT). En résumé, M. Draghi a respecté songénérés sur le compte des faibles rendements obligataires engagement estival de « faire le nécessaire pouractuels n’ont pas suffi à compenser les chûtes des cours sauver l’euro ». Ce nouveau programme deobligataires attribuables au léger mouvement des transactions monétaires directes permettrait l’achat deinvestisseurs au profit des actions. Les placements à quantités illimitées d’obligations pour fournir un « filetrevenu fixe, même lorsqu’ils produisent de faibles revenus, de sécurité entièrement efficace » aux économiescontinuent d’être d’excellents instruments de gestion de la éplorées d’Europe, à commencer par les plusvolatilité et du risque. Par contre, tout en demeurant une médiatisées, soit celles de l’Espagne, de la Grèce etcomposante importante d’un portefeuille diversifié, de l’Italie. Il s’agit de la mesure la plus énergique de lalorsqu’ils y occupent toute la place, ce type de placement BCE à ce jour.ne permet pas de satisfaire les besoins de croissance etde revenu de bon nombre d’investisseurs. L’annonce de ces programmes de relance majeurs devrait offrir un soutien non négligeable à l’économie mondiale,SOUS PRESSION mais nous mettons en garde les investisseurs contre l’idée selon laquelle ils constitueraient une panacée pour les© GLC, tous droits réservés. Vous ne pouvez ni reproduire, ni distribuer, ni utiliser autrement toute partie du présent article sans l’autorisation écrite préalable du Groupede gestion d’actifs GLC.Les opinions exprimées dans le présent commentaire n’engagent que le Groupe de gestion d’actifs GLC ltée (GLC) à la date de leur publication etpeuvent changer sans préavis. Ce commentaire n’est présenté qu’à titre d’information et n’a pas pour but d’inciter le lecteur à acheter ou à vendredes produits de placement précis, ni de fournir des conseils juridiques ou fiscaux. Tout investisseur potentiel devrait étudier avec soin les documentsde placement avant de prendre la décision d’investir et s’adresser à son conseiller pour obtenir des conseils en fonction de sa situation particulière.Groupe de gestion d’actifs GLC 2 de 3 www.glc-amgroup.com
  3. 3. Septembre 2012marchés des capitaux. Aussi prévoyons-nous que les moisà venir demeurent sous le signe de la volatilité desmarchés, au fur et à mesure que nous en sauronsdavantage sur les programmes.1 Le terme « falaise fiscal » fait référence à un certainnombre de mesures adoptées aux États-Unis (comme laréduction des impôts et les programmes de relance) quidoivent toutes changer à peu près au même moment, la erplupart le 1 janvier 2013. L’inquiétude vient du fait que cechangement soudain au chapitre des rentrées nettes defonds pour le consommateur risque de faire dérailler unereprise économique déjà précaire au pays de l’oncle Sam.SOYEZ VOTRE PROPRE STRATÈGELorsque vous examinez votre portefeuille de placements àlong terme, tâchez d’en assurer la diversification aumoyen : d’une part d’actions : il s’agit de votre propre programme de relance économique lorsque les marchés des actions ont la cote et qu’ils sont à la hausse. d’une part de titres à revenu fixe : il s’agit de votre propre programme d’achat d’obligations, qui vous procure un « filet de sécurité efficace » lorsque les investisseurs se montreront prudents et que les marchés des actions seront en perte de popularité.© GLC, tous droits réservés. Vous ne pouvez ni reproduire, ni distribuer, ni utiliser autrement toute partie du présent article sans l’autorisation écrite préalable du Groupede gestion d’actifs GLC.Les opinions exprimées dans le présent commentaire n’engagent que le Groupe de gestion d’actifs GLC ltée (GLC) à la date de leur publication etpeuvent changer sans préavis. Ce commentaire n’est présenté qu’à titre d’information et n’a pas pour but d’inciter le lecteur à acheter ou à vendredes produits de placement précis, ni de fournir des conseils juridiques ou fiscaux. Tout investisseur potentiel devrait étudier avec soin les documentsde placement avant de prendre la décision d’investir et s’adresser à son conseiller pour obtenir des conseils en fonction de sa situation particulière.Groupe de gestion d’actifs GLC 3 de 3 www.glc-amgroup.com

×